| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 10 septembre 2004

Violence sexuelle et conjugalité

par Agnès Echène, chercheuse en anthropologie culturelle






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Colloque "Patriarcat : prostitution, pédocriminalité et intégrismes"
La culture du viol est dévastatrice pour notre société et l’avenir de nos enfants
"Le sous-financement des maisons d’hébergement pour femmes : facteur aggravant de la marginalisation des femmes immigrantes au Québec", une étude de l’IRIS
La prostitution et la culture du viol sont indissociables
Le courage des femmes brisées
À Justin Trudeau - Pourriez-vous "bousculer les tabous" au Canada aussi ?
La solidarité avec les victimes d’agressions sexuelles est incompatible avec l’ambiguïté
Agressions sexuelles - Le consentement pour les Nuls
Violence sexuelle dans les universités : une culture à changer
URGENCE ! Les femmes et les filles victimes de violences sexuelles attendent toujours
Ghomeshi - Pourquoi retournent-elles auprès des agresseurs ?
Lettre à Jean - Nous, #OnVousCroit
Des musiciens super ne sont pas nécessairement des gens super
Agressions sexuelles - Invitation aux ministres qui souhaitent que les femmes dénoncent
Pour mes petites soeurs de Val-d’Or
Nous joignons notre voix à celle des femmes autochtones réclamant justice
Peut-on battre une femme en réunion impunément dans la République française ?
Colloque "Les émotions au coeur de nos interventions"
En première à Montréal : "Aftermath" d’Andrea Dworkin
Les agressions sexuelles... brisent des vies
Ni silence ni pardon : l’inceste, un viol institué - Interview de Melusine Vertelune
Nouvelle loi sur le viol en Californie : silence n’est pas consentement
Viol - La campagne "Stop au déni"
Le manifeste des mères survivantes
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes : Message de Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes
Culture du viol dans la danse - Le Sacre du printemps
"Les crimes d’honneur : de l’indignation à l’action" - Pour la sécurité des femmes avant tout
L’affaire Guy Turcotte, un cas qui n’est pas unique
Les violences sexuelles sont un problème de société et de santé publique
Viol - Dans un party près de chez vous
Le viol de Steubenville - C’est de la masculinité qu’il s’agit
"One Billion Rising" - Danser contre la violence (masculine) ou riposter ?
Le mouvement masculiniste - dit "des droits des hommes" - ment à propos des femmes
Viol en Inde - La prostitution, gage de non-violence envers les femmes ?
Le viol a une fonction
France : Un mois, quatre familicides
« Et les hommes, eux ? » Propos sur la masculinité et les tueries de masse
Drame de Newtown - Pourquoi refusons-nous de parler de la violence et de la masculinité en Amérique ?
Les meurtres de Newtown - Dire l’indicible
De la misogynie au meurtre : une perspective féministe sur la fusillade du Connecticut
Nous n’avons plus les moyens du patriarcat et de sa violence
Violence - L’AFEAS lance sa campagne Opération Tendre la main (OTM)
La nuit et le danger (1979)
La rue la nuit, femmes sans peur
Le Southern Poverty Law Center désigne les masculinistes comme organisations haineuses
Un sauf-conduit pour violer
Affaire Shafia - Pour que la mort de Rona, Zainab, Sahar et Geeti ne soit pas vaine
Affaire Shafia - La conspiration du silence
Un guide pour soutenir l’aide professionnelle aux victimes de harcèlement sexuel au travail
Daniel Welzer-Lang et le masculinisme à Nancy
La violence contre les femmes : une pandémie mondiale
Mon action féministe : resituer le sexe dans le harcèlement sexuel et le viol
Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes et Polytechnique 1989
Violence conjugale - « Comment aider Marie ? »
Take Back our Walk - Ne laissons pas les industriels saloper notre lutte
"Slutwalk" - Au sujet des défilés de féministes-en-sous-vêtements
L’ "homme debout" (Nelly Arcan) - Inceste, honte et mépris
Pourquoi nous n’avons pas participé à la "Slutwalk" (marche des salopes) strasbourgeoise du 1er octobre 2011
Lettre ouverte des Black Women’s Blueprint aux organisatrices de la "slutwalk" (marche des "salopes")
Victime d’un pédophile - Je ne peux pas vivre avec ce que mon bourreau m’a fait
Verdict odieux pour viol et prostitution d’une adolescente de 14 ans à Carpentras
Verdict au procès de Guy Turcotte - Le risque réel de la normalisation de la violence au Québec
Attentats en Norvège - Le massacre des Innocents
Une femme inconsciente ne peut consentir à des relations sexuelles
En France, être maire, sénateur, membre d’un parti politique et condamné pour agressions sexuelles, c’est possible !
Cour suprême du Canada - Il n’y a pas consentement à une relation sexuelle lorsqu’une femme est inconsciente
"On est des salopes, pas des féministes !" Où ma relation avec la “Slutwalk” passe un mauvais quart d’heure
La "marche des salopes" ("slutwalk") n’est pas la libération sexuelle
Violence conjugale - Quand la prison devient une solution de rechange
Lorsque la prison devient une solution de rechange
M. P. acquitté des viols commis contre Anne, son employée
Le contrat sexuel - Contrat… ou trahison ?
Culpabilisation des victimes d’agression sexuelle et de violence conjugale
L’AVFT lance un appel à soutien pour une femme violée par son employeur
Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes
La rue, la nuit, femmes sans peur ! Le 24 septembre 2010, faites du bruit !
Affaire Polanski - C’est bon, on a compris. Il n’y a rien de mal à abuser d’une fillette, pourvu qu’on soit un réalisateur célèbre
La mort tragique d’Aqsa Parvez - La face meurtrière de l’extrémisme islamique
L’AFEAS s’oppose à l’affaiblissement de la Loi sur le Registre des armes à feu
Le pape Benoît XVI a imposé le silence sur les crimes sexuels de prêtres et d’évêques
La Loi de la Nation, la première violence contre les femmes
FNAC - Violence machiste sous le sapin
Victime d’inceste et de la théorie du syndrome des faux souvenirs
Il y a 48 000 viols de femmes par an en France !
Les femmes victimes des conflits armés
Loubna Al Hussein, condamnée au Soudan pour port de pantalon
Affaire Polanski - Ne laissons pas banaliser le viol d’enfants
L’affaire du violeur Polanski - Refuser d’oublier
Femmes en danger
Le "dépit amoureux" selon Frédéric Mitterrand
Nous soutenons Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes
Tueries de masse au masculin, victimes au féminin
Au machisme bien-pensant, les Chiennes de garde montrent les dents !
Moi j’s’cap ! Réponse de la rappeuse au rappeur (Orelsan)
La photo de Cathy Gauthier - Voir la femme qui souffre
Les proches invité-es à dénoncer les cas de violence conjugale
Si ça tue, c’est surtout pas de l’amour
De nombreuses ressources pour les hommes au Québec et au Canada
Pourquoi des organisations nient-elles la responsabilité de l’islam dans les violences faites aux femmes ?
Taux de pauvreté et femmes autochtones assassinées - L’ONU demande au Canada de soumettre un rapport
France - La violence conjugale tue : 166 femmes au moins en 2007
Témoignage - Moi, la femme de personne
La violence faite aux femmes... C’EST ASSEZ !
Une minute de silence de trop ! Plutôt crier que faire silence !
Les femmes, la paix et la sécurité
Des violeurs dans les rangs de l’armée
Violence - Rassemblement suivi d’une marche de nuit non mixte à Paris
Réplique du Dr Michel Dubec aux critiques de son livre Le Plaisir de tuer
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Agressions sexuelles - L’importance d’apprendre aux filles à se défendre
Le Dr Michel Dubec impose la censure d’une critique de son livre "Le Plaisir de tuer"
Crimes d’honneur : une affaire de famille
Lettre de protestation contre les propos et l’attitude d’un chanteur
Déclaration de la Marche Mondiale des Femmes pour la Journée internationale contre les violences faites aux femmes
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Hommes, porno et prostitution - Dossier
Il faut criminaliser la propagande haineuse contre les femmes
Le refus de réglementer les jeux vidéos et ses conséquences
Jeux vidéo - Qui va faire feu le premier ?
Étude de l’Institut de la statistique du Québec sur la violence conjugale : le directeur répond aux critiques
La proposition de « loi-cadre contre les violences faites aux femmes » du CNDF (Collectif national pour les droits des femmes) est inacceptable
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
La violence domestique comme torture - Une guerre de basse intensité contre les femmes ? (1er de 3 articles)
La violence serait-elle devenue un jeu de société ?
Tuerie de Virginia Tech - La célébrité au bout du fusil
Crime et pacifisme
Le groupe Amnistie Internationale UQAM souligne la semaine internationale des femmes
Le Regroupement des CALACS refuse la décision du Barreau dans le dossier de Me Bureau
LE VIOL ou La vengeance au bout du phallus !...
Injustice pour une femme violée
Maya et le viol sacré
Agressée sexuellement, trouve-t-on de l’aide ?
Quand le droit des femmes de dire NON sera-t-il inviolable ?
Pourquoi tous contre une ?
Viol collectif ou profilage racial ?
"Écorchées", un roman déchirant sur les femmes en prison
Les effets psychodynamiques de la violence (2e de 3 articles)
Grandir dans la proximité de la violence : des adolescent-es racontent la violence familiale
Logiques sociales de la violence domestique et de la torture (dernier de 3 articles)
Si Amnesty international savait parler aux hommes
Propos méprisants et haineux envers des femmes au bar "Chez son père", à Québec
La Fondation Scelles s’inscrit désormais dans une dimension européenne
Refuges pour femmes violentées 2003-2004
Anniversaire de Columbine : quelles leçons en a-t-on tirées ?
L’AVFT en campagne contre la loi sur le délit de dénonciation calomnieuse
Viol-Secours : un quart de siècle au service des femmes
Violences conjugales : le chiffres en Europe
Pourquoi on a défiguré le mot "victime"
Affaire Cloutier : les préjugés qui restent
Essai d’explication de la violence masculine à l’égard des femmes
Sida, la dernière violence faite aux femmes
Contre la violence, Opération Tendre la main
La Journée internationale d’action contre la violence faite aux femmes
Vagins bulldozés
Violences - Les femmes pour cibles
Violences mâles
Les politiques du ministère de l’Education nationale en France concernant les violences sexuelles et sexistes - 1995-2003
Les mots du viol
Un tribunal reconnaît aux femmes le droit à s’organiser entre elles
Il n’est pas suffisant pour nous, en tant qu’hommes, de ne pas être violents
Non à toutes les violences contre les femmes - ONU et AI
Le machisme tue tous les jours
L’homicide conjugal au féminin, le droit au masculin
Une fillette de 12 ans jugée responsable de son viol
les meurtriers
Viol d’enfant : des tribunaux sous influence
Lettre ouverte aux député-es de l’Assemblée nationale du Québec
Conjoints agresseurs et stratégie masculiniste de victimisation
Face aux conjoints agresseurs… La danse avec l’ours
Limites et risques de l’intervention psychologisante auprès des batteurs de femmes
Conjoints agresseurs et victimisation- témoignages







Le couple tue, plus que le cancer, plus que la route, selon un rapport du Conseil de l’Europe. Et on ne fait rien ?

La violence sexuelle

La sexualité est dangereuse ; toutes les sociétés le savent ; toutes mettent en place des règles destinées à la réguler. Que la sexualité s’exerce au mieux et sans dommage pour quiconque, telle est la fonction assignée aux Lois ou aux Tabous qui l’encadrent. Qu’en est-il vraiment ?

Dans la société occidentale moderne, comme dans bien des sociétés traditionnelles, la sexualité provoque des dommages considérables ; la criminalité sexuelle est ravageuse ; ses victimes sont innombrables. Que l’on songe au meurtre, au viol, à la violence, pornographique, prostitutionnelle ou conjugale, on doit bien constater que rien ne semble les endiguer. Même des sociétés sexuellement très libérales comme la Scandinavie, voient la criminalité sexuelle augmenter. Comment expliquer un tel phénomène alors que nous disposons de l’institution du mariage censée réduire l’agressivité entre mâles du même groupe en structurant la famille, ainsi que de lois interdisant le meurtre, le viol, les coups et blessures, la filiation incestueuse etc.

Avant et/ou ailleurs, là où la Loi est inconnue, existe le Tabou. Il importe de distinguer les sociétés régies par la Loi et les sociétés régies par le Tabou. Organisées autour de la famille fondée sur le couple et/ou le mariage, les sociétés conjugalisées ne sont plus régies par le Tabou, mais nécessairement par le Droit et ses Lois, puisque mariage et pacs sont des contrats ; or, force est de constater que les sociétés de Droit entretiennent la violence sexuelle plutôt qu’elles ne l’évacuent, qu’il s’agisse d’ailleurs de sociétés traditionnelles ou de sociétés modernes.

Ignorant la Loi et le Droit, mais régies par le Tabou, et à condition de n’avoir pas été acculturées, nombre de sociétés ne pratiquent pas le mariage et semblent maîtriser efficacement la violence sexuelle. Le Tabou anthropologique - différent du tabou mondain, lié au politiquement correct - crée un interdit majeur : celui de la promiscuité sexuelle ; il s’agit avant tout de disjoindre la sexualité et la familiarité, donc dissocier le lien sexuel et la vie quotidienne. Ce que les ethnologues ont appelé "tabou de l’inceste" et "prescription de l’exogamie" est d’abord un verrou contre la violence sexuelle : proscrite de l’espace familier, de l’entre-soi, la sexualité ne peut s’exercer qu’avec ceux du dehors, les autres, les non-familiers. La convoitise, la possession, la jalousie sont ainsi évacuées de l’espace quotidien ; "qui partage le même bol ne partage pas le même lit", dit le proverbe. Le Tabou exclut de fait la vie de couple puisque celle-ci mêle obligatoirement familiarité et sexualité : "boire et manger, coucher ensemble, c’est mariage ce me semble".

La violence conjugale

Dans nos sociétés, la Loi a remplacé le Tabou ; force est de constater que la Loi est sans effet dans nombre d’espaces dits "de non-droit", en particulier la famille ; en son sein, le père/époux est souvent le premier à transgresser la Loi, qu’il s’agisse de l’inceste, des coups et blessures ou du viol marital. En effet, dans la famille, tout invite à la transgression : promiscuité, absence de témoins, défaut de protection des plus faibles, exaspération de la sexualité, autorité d’un mâle seul, latitude de brutalité. C’est rarement par mauvaise volonté ou intention de nuire que les hommes s’en prennent aux femmes ou aux enfants, les giflent, les violentent, ou les tuent ; c’est plutôt malgré eux, en dépit de leur bonne volonté, voire de leurs résolutions ; il en est d’ailleurs pour exprimer le regret, la honte, la culpabilité de leur propre violence. Mais comment la maîtriser ? comment l’empêcher, absolument ?

Nos contes et légendes (Mélusine, Barbe-Bleue par exemple), inscrits dans le système de la conjugalité, relatent le drame de la transgression ; jamais le héros n’est vainqueur de son impulsion ; plus forte que lui, elle l’entraîne toujours à la violence. Et rien, autour de lui, ne s’oppose à l’infraction : la femme de Barbe-Bleue ou Mélusine en son bain, sont accessibles, sans défense et sans protection, seules face à l’agresseur, au transgresseur ; pas de groupe ou de familiers pour s’interposer, les protéger. Et l’homme le plus charmant du monde peut se trouver dépassé par une pulsion. Il s’agit donc d’un "effet de structure", et non de perte de valeurs ou autre déviation, sociale ou personnelle, dont une religion, une morale ou une thérapie pourraient venir à bout. Cet "effet de structure" est celui de l’organisation familiale conjugale, imposant la cohabitation sexuelle et empêchant ainsi la protection de la faiblesse, de la fragilité, de la différence ; incitant plutôt à la nier, l’exploiter ou la détruire, par la transgression. Ainsi les interdits disparaissent-ils de nos sociétés.

La conjugalité apparaît dès lors comme le phénomène le plus nocif - pourtant le plus massif - de notre organisation sociale. Elle est le détonateur de la violence sexuelle. Il ne s’agit pas de mettre en doute ou de bannir la richesse et la profondeur du sentiment amoureux ; au contraire, il faut le protéger. Pour cela, il faut l’écarter du "nid", que les bêtes n’utilisent d’ailleurs jamais pour copuler, ni même pour se bécoter.

Le verrou de la violence sexuelle

Au-delà de la variété des situations, des époques, des coutumes dont découlent des obligations et interdictions éminemment variables, le Tabou est impensable sans le Totem ; au fil des notations de l’ethnographie, ces deux concepts sont constamment mis en rapport l’un avec l’autre ; ils sont indissociables. Apparu en 1791 avec les observations de J. Long chez les Indiens Ojibwa d’Amérique du Nord, le mot "Totem" signifie "parenté frère soeur utérins (enfants d’une même mère)" c’est-à-dire parenté matrilinéaire. Cette identité du nom de groupe et du lien généalogique à la mère se retrouve dans de multiples sociétés, liant indiscutablement Totem et matrilinéarité. C’est le groupe utérin qui forme le maillon central de cet enchaînement ; c’est autour de lui que s’organisent la famille (le Totem) et les interdits (les Tabous).

La famille totémique, dite aujourd’hui utérine, ou natale, n’est pas sexuée : les amants ne cohabitent pas ; ceux qui cohabitent ne sont pas sexuellement liés, il n’y a donc pas "d’affins" ou alliés (les pièces "rapportées") ; les cohabitants sont les grands-mères et leurs frères les grands-oncles, les fils et filles des femmes, garçons et filles, les enfants de celles-ci, tous cousins et cousines ; il s’agit donc d’une famille sans alliances, donc non conjugale, par conséquent sans époux, et sans "pères" au sens coïtal. Les "pères" sont les germains (frères ou cousins des mères), et ils sont tous responsables des enfants. Les membres d’une famille natale (le Totem) restent unis toute leur vie, se portent assistance mutuelle, élèvent ensemble leurs enfants, mangent ensemble, mais ne doivent ni faire couler le sang les uns des autres, ni copuler ensemble.

Selon les descriptions ethnologiques, dans ces sociétés non conjugalisées, les relations amoureuses sont empreintes d’une totale liberté. Hommes et femmes, dès la puberté, se déclarent et se rencontrent avec empressement et simplicité. Les femmes restent chez elles : les hommes leur rendent des visites nocturnes qu’elles acceptent ou non ; ces nuits amoureuses ayant lieu au domicile de la femme, celle-ci bénéficie de la protection de toute la maisonnée : à la moindre alerte, quelqu’un se lève et peut secourir la femme, s’interposer, chasser l’indésirable ; mais quel amant souhaitant être reçu dans les nuits à venir, en viendrait à violenter son amante ? La violence sexuelle est donc à la fois empêchée (par la présence de la famille dans la maison) et évitée (par des amants avisés).

On observe en outre qu’entre familiers, au sein de la parenté, les évocations sexuelles sont absolument prohibées : l’insulte ou le juron sexuels, la discussion sur les amants ou les actes sexuels, sont totalement exclus des discussions entre parents de sexes opposés. La discrétion en matière de sexe semble préserver le Tabou interdisant la sexualité entre cohabitants. Il est curieux de constater cette apparente pudibonderie associée à la plus totale licence sexuelle. La situation est tout à fait inverse en Occident : à la plus grande liberté d’évocation sexuelle, dans le discours (familier, radiophonique, littéraire ou autre) comme dans l’image (publicitaire, plastique, cinématographique ou autre), est associée une prohibition sexuelle dissimulée mais patente ; en effet, si la liberté sexuelle était une réalité, alors il existerait une infraction punissant les gens qui entravent les relations sexuelles des autres.

On voit donc bien que l’interdit sexuel (le Tabou) ne peut être efficace et respecté que si la famille natale (le Totem) est la norme, entraînant dans son sillage une liberté sexuelle réelle et protégée ; en d’autres termes, les interdits liés au sexe et à la violence ne peuvent être efficaces et respectés que dans les sociétés non conjugalisées. Sinon, les interdits ne sont pas respectés, la violence surgit, femmes et enfants sont en danger, la liberté disparaît. Il est donc parfaitement irréaliste de vouloir la libre sexualité en même temps que l’absence de violence sexuelle, sans agir pour la promotion de la famille natale et l’élimination de la conjugalité.

- Merci à l’auteure de nous avoir proposé cet article. Voir source originale : http://ladivecie.free.fr/article.php3?id_article=36

Mis en ligne sur Sisyphe, le 5 septembre 2004


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Agnès Echène, chercheuse en anthropologie culturelle

L’auteure a fait des études de philosophie, de sciences politiques et de psychologie. Chercheuse en anthropologie culturelle à l’Université de Toulouse, elle explore la littérature archaïque, orale et écrite : les premiers textes écrits de l’humanité témoignent de temps révolus, de sociétés singulières, de mœurs insolites mais également d’une main-mise du pouvoir sur la matière des récits ; son souci est de mettre à jour à la fois le masqué, l’implicite et le formatage. À titre de consultante en communication dans l’entreprise, elle intervient pour aider les employés à améliorer la communication et le travail d’équipe. Comme auteure dramatique, metteure en scène et directrice de compagnie, elle propose des spectacles refusant le psychologisme et la complaisance à la violence, explorant des voies nouvelles dans le domaine des relations amoureuses et familiales. Conteuse, elle privilégie les contes facétieux où triomphe l’esprit, l’intelligence, la ruse, la révolte, la lutte contre les pouvoirs. En tant que conférencière, elle transmet ses diverses connaissances en matière anthropologique et relationnelle en associant narrations et analyses. 



Plan-Liens Forum

  • > NE PAS ENCOURAGER LA PERVERSION
    (1/2) 25 mai 2006 , par

  • > Violence sexuelle et conjugalité
    (2/2) 16 mars 2005 , par





  • > NE PAS ENCOURAGER LA PERVERSION
    25 mai 2006 , par   [retour au début des forums]

    Premier point :
    Toute personne atteinte de perversion maladive est un violent sexuel quel que soit l’environnement et les sociétés qui l’entoure. Si les soins sont possibles tant mieux , sinon ... à ne pas fréquenter.
    Deuxième point :
    La perversion ce n’est pas que chez les autres. Elle existe à l’état latente dans chacun et chacune d’entre nous. L’objectif est de ne pas encourager une perversion ni pour soi ni pour son partenaire. C’est du bon sens personnel. Ce qui signifie qu’il faut éviter des pratiques sexuelles qui encourage une perversion latente.
    Troisième point :
    Si vous avez eu la curiosité d’examiner ce que propose la pornographie actuelle, vous allez constater tout un catalogue de satisfaction de fantasmes qui correspond point par point à toutes la variétés de perversions sexuelles qui existe dans l’espèce humaine. Donc la pornographie encourage la violence sexuelle. Heureusement que le mariage fidèle existe pour que les conjoints se connaissent , se choisissent librement, de manière à éviter la casse.
    Conclusion :
    Tout encouragement à la perversion conduit à la destruction de l’individu et certainement pas à son bonheur. Par contre, la perversion est lucrative pour ceux qui l’exploitent chez les autres : c’est toujours plus et jamais satisfait et par conséquent un vrai marché. LE SEXE EST UN CHOIX POLITIQUE. POUR ETRE LIBRE IL FAUT ETRE UN RESISTANT A LA POLITIQUE LAXISTE ACTUELLE.
    Epilogue :
    Le bonheur à deux, c’est se parler et se comprendre à 80%, ensuite vient le reste. Silence + incompréhension = violence même sans sexualité.

    • > NE PAS ENCOURAGER LA PERVERSION
      29 octobre 2006 , par
        [retour au début des forums]

      Je suis tout à fait d’accord avec vous. la perversion abaisse.
      Elle rend pathologique ceux qui s’y engage, peut être pas à court terme mais à moyen et à long terme, si.
      Ceux qui s’engage dans les perversions telles que la pornographie ou autres perde le sens d’une relation saine et équilibrée, surtout avec les personnes du sexe opposé. Ils dévient de leurs bons sens surtout lorsque les personnes qu’ils approchent leurs plaisent. Ils ne sont plus capables d’entrevoir une relation sans un désir pervers, et souvent lorsqu’ils sont en face d’une personne qui est beaucoup plus lucide et équilibrée qu’eux ils les loupent, ou ça finit par casser parce que le départ est déjà mal partit.
      En outre cela emmene des attitudes déviationistes ; une fois que l’individu s’accoutume avec les perversions qui sont le fruit de ses fantasmes, il n’est plus en mesure de percevoir le caractere sexuel du sexe opposé dans toute sa globalité du moin il n’est plus intéressé... Il ne voit plus en la personne que l’objet de son fantasme, ce qui l’empêche de voir le reste.
      Il est important et même vitale de preserver le caractère noble de chaque individu, il en va de notre bon sens et bien plus.

      [Répondre à ce message]

    > Violence sexuelle et conjugalité
    16 mars 2005 , par   [retour au début des forums]

    Très bon article qui a très bien exprimeé les sentiments et les opinions des femmes battues. moi étant fille d’une femme battue, je suis très touché par ceci.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2004
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin