| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 26 avril 2004

Pacte du silence sur les clients de la prostitution

par Elvira Banotti






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Des militantes et militants pro-prostitution menacent des survivantes pour les faire taire
Prostitution - La Loi sur la protection des collectivités et des victimes d’exploitation, deux ans plus tard, qu’en-est-il ?
Le prostitueur moderne et sa nounou queer
Aidez-nous à éradiquer la prostitution au Canada
Euro 2016 - Le prix d’une passe n’est pas celui que tu crois
Abolition de la GPA et de la prostitution, même combat contre le patriarcat
Les droits des femmes bafoués, les corps marchandisés
Non au système prostitutionnel ! Une analyse féministe et abolitionniste du système prostitutionnel
Prostitution : L’Assemblée nationale française fidèle à ses convictions
Claudine Legardinier - Prostitution : une guerre contre les femmes
France - Les inégalités femmes-hommes au Sénat font obstruction à la sanction des clients de la prostitution !
Offrir aux hommes handicapés de recourir à la prostitution, une idée ancrée dans la misogynie et le validisme
Lettre ouverte à rabble.ca - La journaliste Meghan Murphy visée par une campagne misogyne du lobby de l’industrie du sexe
Grand Prix de Montréal - La CSN demande l’application de la nouvelle loi fédérale pour contrer la prostitution
Comment la pornographie influence les jeunes consommateurs
"Le commerce du sexe", un film d’Ève Lamont
Réglementer la pornographie ou criminaliser les pornocrates ?
Corps disloqués, âmes brisées : conséquences psychiques et physiques de la prostitution sur les personnes qui la vivent
Prostitution - L’approche de “réduction des méfaits” ne suffit pas pour une analyse pertinente de la prostitution
« Ni client, ni complice ! » - La CLES lance un appel à lutter contre la banalisation de l’exploitation sexuelle
Pénalisation du client de la prostitution ? Les belles histoires de Tonton Robert
Non, Messieurs, la plupart des personnes prostituées ne le sont pas par choix
Le manifeste des 343 bites tellement légères qu’elles se dressent à l’insu de leur cerveau
La cruelle chosification des femmes prostituées et des mères porteuses
Catharine A. MacKinnon - Traite, prostitution, inégalité
Prostitution - Sanctionner les clients et non les prostituées
Prostitution des jeunes - La trahison des adultes
Décriminaliser la prostitution ne peut pas être la solution
Prostitution : une affaire d’hommes ou la fraternité "des salauds"
Loi sur la prostitution en France - « Je ne veux pas d’une société où les femmes ont un prix »
Janice G. Raymond – Prostitution : "Pas un choix, pas un travail"
Elisabeth Badinter et Irène Théry ou la caution intellectuelle du système patriarcal
Les femmes étrangères rêveraient-elles de devenir "putes" ?
Prostitution - La stigmatisation et le mythe entourant le statut de victime
Abolition de la prostitution en France - Le principe est acquis, place à la loi !
Comprendre la prostitution dans l’ensemble des structures de pouvoir fondées sur le genre
L’Irlande pourrait interdire l’achat de sexe
Le prostitueur, "chaînon manquant" de la question prostitutionnelle, selon Victor Malarek
La prostitution, sexualisation du pouvoir
La France envisagerait des sanctions "pédagogiques" pour les prostitueurs
Le Canada ne peut traiter la prostitution comme un filet de sécurité sociale
Les "femmes de réconfort" étaient nécessaires pour maintenir la discipline dans l’armée, selon le maire d’Osaka
Prostitueurs et non-prostitueurs, une étude de Mélissa Farley
Bienvenue dans le monde des prostitueurs
Prostitution - Rendre tabou la notion de victime pour masquer l’existence d’agresseurs
Prostitution en Grande-Bretagne - Un bien étrange syndicat au service des proxénètes
Prostitution et mariage : une assimilation douteuse
La prostitution, le STRASS et la sénatrice - La pertinence de la transparence
Au delà des mythes, légaliser la prostitution est une très mauvaise idée
La Suède malmène l’industrie du sexe et aide les femmes prostituées
Les prostitueurs. Sexe à vendre… Les hommes qui achètent du sexe, un livre de Victor Malarek
"Angel" : Piégée dans un monde de prostitution et de violence
L’être et la marchandise. Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi
"Les criminelles" : individualisation et romantisation de la prostitution
Des spécialistes en santé veulent aider les femmes à sortir de l’industrie du sexe… en faisant échec aux prostitueurs
L’Islande songe à interdire la porno diffusée sur Internet
En studio avec Ruth ! "Je crois sincèrement que la traite humaine et la prostitution fonctionnent de pair"
Catalogne - La loi et l’ordre des proxénètes
Qui estime vraiment les personnes prostituées ?
En studio avec Ruth ! "La prostitution est un grand enjeu politique"
L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) et l’Alliance canadienne féministe pour l’action internationale (FAFIA) répondent au rapport Oppal sur les femmes disparues
Colombie-Britannique - L’égalité des femmes et le contexte socio-économique absents du rapport Oppal sur les femmes disparues
Prostitution - Les “progressistes” australiens oscillent entre l’industrie du sexe et les droits des femmes
Prostitution - Le refus d’abolir le système prostitueur est une atteinte aux droits humains
Fantine ou la liberté de se prostituer ?
Première rencontre de l’Association internationale des survivantes unies de la traite à des fins sexuelles (prostitution)
Prostitution - Pourquoi il faut mettre fin à une des plus anciennes violations des droits humains
Carton rouge pour les bordels à vitrine
Prostitution - La réduction des méfaits est-elle ce que nous pouvons faire de mieux pour les personnes prostituées ?
Un traité féministe international pour abolir la prostitution
Prostitution - Coup de tampon réglementariste !
Prostitution et séropositivité - Le Gouvernement grec arrête et emprisonne des femmes pour protéger les hommes
Manifeste contre le système prostitueur
Prostitution en France - Lettre ouverte à M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre
1946-2012 : De la fermeture des maisons closes à la lutte contre le système prostitueur, les abolitionnistes portent progrès et liberté !
Prostitution - Gloria Steinem appuie le modèle nordique
Solidarité avec les prostituées, mais lutte contre la prostitution
Comparaison entre acheteurs et non-acheteurs de sexe dans la région de Boston
8 mars 2012 : Pas d’égalité sans abolition de la prostitution !
La danse contact ou "lap-dance", prologue de la prostitution
Fiers d’aller aux danseuses ! Vraiment ?
Abolitionnistes du système prostitueur : ce que nous sommes, ce que nous voulons !
Les Néerlandais commencent à regretter la légalisation de la prostitution
Prostitution et faux-semblants : une affaire de société, de femmes et d’hommes
Pourquoi la gauche veut-elle faire de la prostitution "un métier comme un autre" ?
Prostitution et "slutwalk" - Bâtir un mouvement féministe progressiste à l’époque individualiste
Prostitution - Il faut rendre illégal l’achat de "services" sexuels en Australie
Le mouvement des femmes n’est pas monochromatique
ZéroMacho - Des hommes contre la prostitution
Prostitution et domination masculine
La vérité sur l’esclavage sexuel planétaire, un livre de Lydia Cacho
Votre voisin est un prostitueur - Une nouvelle recherche
J’ai rien vu
Abolition n’est pas prohibition - Pourquoi la défense de l’avortement diffère de la défense de la prostitution
Prostitution et traite des femmes - Le projet abolitionniste au congrès Mondes des femmes 2011
Congrès international Mondes des femmes 2011 - Compte-rendu des échanges sur l’abolition de la prostitution à l’exposition "Les draps parlent"
Banalisation de l’industrie du sexe et éducation des jeunes
Nous devons sanctionner les acheteurs de la prostitution
Des députés proposent une résolution sur la prostitution réaffirmant la position abolitionniste de la France
Dix raisons de ne pas légaliser la prostitution
Demi Moore s’associe au CNN Freedom Project pour un documentaire saisissant sur le commerce sexuel au Népal
Client de la prostitution : vers une prise de conscience européenne
Lutter pour faire de la prostitution un travail, c’est se tromper de combat
Prostitution et traite des êtres humains, controverses et enjeux
Le système de la prostitution militaire en Corée du Sud, en Thaïlande et aux Philippines
Les pratiques des hommes "clients" de la prostitution : influences et orientations pour le travail social
La prostitution comme violence contre les femmes
Le système prostitutionnel, un pilier de l’inégalité sexuelle et des violences envers les femmes
Clients de la prostitution : un "droit de l’homme" heureusement en péril
Prostitution as violence against women
Prostitution - Vive le sexe libre et gratuit !
France - La prostitution n’est pas une fatalité
"Il faut punir les clients des prostituées", selon Roselyne Bachelot. Oui... et dépénaliser les personnes prostituées !
Belgique - Analyse « Prostitution : arguments et opinions »
Prostitution - Le débat entre féministes se poursuit
Tribunal populaire sur l’exploitation sexuelle commerciale - Inscription
La tolérance sociale, complice de la violence et de l’exploitation sexuelle
Traite des femmes à des fins sexuelles - Au cœur des réseaux criminels : l’exemple de l’Albanie
S’unir contre la banalisation de la prostitution - Un défi pour la décennie
Moi, si j’étais un homme
Prostitution et traite des êtres humains - Les mensonges du réglementarisme
La députée bloquiste Maria Mourani présente un projet de loi pour accélérer la lutte à la traite des personnes et au proxénétisme
La prostitution menace le patrimoine humain
La série "Maison close" : de la fiction à la réalité
C’est un métier, tout comme le vôtre…
Décriminaliser totalement la prostitution sape le travail pour l’égalité des sexes - Exigeons le changement
"Abolir la prostitution" – Une question en suspens pour le féminisme et pour la gauche
Pays-bas : infirmières ou prostituées ?
Madame Parité commence fort en renvoyant les femmes… au bordel !
Le sexe s’invite à la Coupe du Monde
Feu « Verts » au proxénétisme !
Plus de pornographie à l’Assemblée nationale, mais des assises de la prostitution au Sénat
"Travailleurs du sexe", un documentaire sexiste, réactionnaire et dangereux
Le Mouvement du Nid-France louera un mini-car pour faire visiter les maisons closes
Pour un quartier assiégé, la prostitution est loin d’être un "crime sans victime"
De client prostitueur à homme responsable : une démarche nécessaire
Le "client", premier agent de la prostitution
Proxénétisme et prostitution - Lettre ouverte aux candidat-e-s aux élections européennes de juin 2009
Poser les bases d’une Europe sans prostitution, c’est oser
Le tourisme de prostitution, une industrie mondialisée florissante
Prostitution : la grande promo
Première Journée mondiale contre l’exploitation sexuelle : les raisons d’un engagement
Prostitution et traite des êtres humains, enjeux nationaux et internationaux
Le vagin industriel. Vers une économie politique du sexe commercial mondialisée
S’attaquer au trafic mondial du sexe
Intégrisme islamique et esclavage sexuel en Iran
Le corps des femmes est attaqué. Que fait-on ? On se tient debout et on riposte !
Libre disposition de son corps et liberté de se prostituer
Le refus de la prostitution gagne du terrain
La mode hypersexualisée s’inspire de la pornographie
Le "droit de prostituer" n’est pas un droit de l’homme
"Abolition de la prostitution" - Édito Revue Labrys
Affaire Sneep aux Pays-Bas - Condamnation de deux proxénètes qui ont exploité et maltraité 120 filles de l’Europe du Sud et de l’Est
Le commerce du sexe est florissant en Afghanistan
Sexe et Formule 1
Dossier prostitution - Importants développements à l’échelle internationale
Prostitution - Touche pas à mon client ?
Le Conseil National des Femmes du Luxembourg (CNFL) se prononce en faveur d’une législation agissant directement sur la demande de "services sexuels"
Affaire Spitzer - Le mythe du crime sans victimes
Le Mouvement du Nid inquiet de plusieurs mesures de la politique française sur la prostitution
Le Forum de Vienne sur la traite des êtres humains reste sourd aux voix des victimes
Une politique cohérente contre la violence à l’égard des femmes doit commencer par s’attaquer à la prostitution
Prostitution - À Alger comme en Europe, on esclavagise les femmes
Manifeste des hommes pour l’abolition de la prostitution (Espagne)
Pornographie et fin de la masculinité
Pornographie : "Ça fait mal, tellement mal" ou pourquoi certaines femmes ne veulent pas savoir
Prostitution : les limites du consentement
Prostitution et traite des femmes au Nevada
« Être abolitionniste, c’est défendre la liberté sexuelle ! »
"Rent-A-Wife", c’est discriminatoire !
Après des décennies, les secrets des bordels des camps nazis émergent
Une association féministe espagnole conteste l’expression "travailleuse du sexe"
Le Mouvement du Nid face aux clients prostitueurs
Première Journée mondiale pour un tourisme responsable et respectueux, le 2 juin 2007
Richard Poulin parle de son dernier livre "Abolir la prostitution" - Interview par Sporenda
Police, Justice et acteurs sociaux, quelle coopération ?
Réflexions sur les meurtres de femmes prostituées au Royaume-Uni
Prostitution - Trois femmes et un débat
Déchirées par la guerre, les femmes d’Irak sont la cible des trafiquants du sexe
La prostitution n’est pas un service comme un autre
Entretien avec Coline Serreau sur le film Chaos
Qu’est-ce que la libération ? Le féminisme hier, aujourd’hui et demain
Quand le porno impose sa vision de la sexualité
La prostitution, une arme politique
Prostitution : tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir et qui existe quand même !
La liberté dévoyée
Mondialisation, militarisme et trafic sexuel
Pour que la porno recule
Marchandisation et déshumanisation : l’exemple de la prostitution
Richard Poulin lance un manifeste abolitionniste
Prostitution en Allemagne : Déclaration post-Coupe Mondiale de Football
Prostitution Reform - Stamp out sexual slavery (Angleterre)
La prostitution au XVIIIe siècle, pierre d’achoppement entre politiques locales et pouvoir royal
Campagne contre la traite des blanches de l’Europe de l’Est
Prostitution : les pièges du pragmatisme
L’âge du consentement sexuel à 16 ans : un pis-aller ?
Prostitution : cherchez le client
Enjeux de la prostitution considérée comme "travail du sexe"
L’envergure de la traite à des fins de prostitution
Les filles de l’Est
Violence pro-prostitution à la Maison des femmes de Paris
Le discours pro-prostitution : une rhétorique de dominant
"Survivantes" et féministes contre la prostitution
Clients de la prostitution : motivations et déterminants
La législation à l’encontre des prostituées au XVIIIe siècle
Une politique cohérente contre la violence faite aux femmes doit d’abord s’attaquer à la prostitution
La nouvelle industrie du sexe
"Terre promise", un film d’Amos Gitaï sur la traite des femmes
Prostitution : une arme de destruction massive
"Les clients de la prostitution : l’enquête", de Claudine Legardinier et Saïd Bouamama
Les Philippines contre le trafic sexuel
"Inside deep throat", contribution à la liberté sexuelle ?
La prostitution au XVIIIe siècle : introduction à une liberté superficielle
Femmes à vendre dans les pays baltes
Prostitution et Société No 150
Acheter du sexe n’est pas un sport
Une loi qui jetterait les femmes dans l’industrie du sexe
Casino de Hull - Des "playmates" de Playboy pour faire la promotion des nouvelles machines à sous
Ni coupables, ni victimes : libres ? Oui, libres de toute prostitution
Le système de la prostitution : une violence à l’encontre des femmes
La marchandisation du corps humain est une violation des droits fondamentaux de la personne
Le système de la prostitution au Cambodge : le témoignage de Somaly Mam
Le Mouvement du Nid
Le Mouvement du Nid - Documents sur la prostitution
La banalisation de la prostitution : des choses à savoir
L’Association canadienne des centres contre les agressions sexuelles réclame des politiques contre le commerce du sexe
16 journées d’actions citoyennes pour dire "Non aux violences à l’égard des femmes et à la prostitution ! Oui à la promotion de la dignité humaine !"
Prostitution et travail « invisible » : une assimilation dangereuse
Le risque global d’être convertie en marchandise
Gunilla Ekberg : « Le mieux que nous puissions faire pour nos soeurs prostituées, c’est de les aider à en sortir. »
Prostitution, pornographie et trafic des femmes
Sexe, argent et intégrisme postmoderne
Les politiques européennes et internationales sur la traite des êtres humains encouragent le proxénétisme
Quinze thèses sur le capitalisme et le système prostitutionnel mondial
Le chemin de Buenos Aires : la prostitution, hier et aujourd’hui
Prostitution,
la mondialisation incarnée

Mondialisation des industries du sexe : oppression maximale des femmes et des enfants du Sud, de l’Est, du Sud-Est, etc...
L’hypocrisie a-t-elle un sexe ? Ou comment masquer l’insoutenable réalité de la prostitution
L’importance de ne pas censurer le débat sur la prostitution
Viol et prostitution
Esclavage et prostitution
Journée de formation sur la mondialisation de la prostitution et du trafic sexuel - Documents
Les jeunes et l’industrie du sexe
La marchandisation du sexe : nouvel esclavagisme ?
Le "libre choix" en Allemagne : accepter de se prostituer ou perdre son allocation de chômage ?
La croissance effrénée des industries du sexe : entrevue avec Richard Poulin
Aux pays des tsunamis, le trafic sexuel sévit
Le modèle suédois : une source d’inspiration, non une panacée
Une étude dresse le portrait des prostitueurs ou clients de la prostitution
Prostitution : La nouvelle traite des Noirs
« La mondialisation des industries du sexe » : des faits aux valeurs
Décriminaliser la prostitution a profité aux proxénètes, pas aux personnes prostituées
Occupations militaires - La prostitution érigée en système
Le scandale de l’esclavage sexuel au Kosovo
« Les Yeux secs » et la caméra citoyenne de Narjiss Nejjar
Rapport sur les conséquences de l’industrie du sexe dans l’Union européenne
L’érotisation de la violence et de la subordination
Prostitution : réflexions d’un militant en colère
Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui, esclavage, travail forcé, trafic de personnes
Le débat sur la prostitution : quelle libération sexuelle ?
Des questions à se poser sur la prostitution
Fabrication d’un nouveau mythe sur la prostitution
L’urgence est-elle de faire de la prostitution un métier ?
Je voudrais parler porno
La légalisation de la prostitution, une expérience qui a échoué en Australie
Prostitution, pornographie et capital
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe
Prostitution, trafic sexuel et mondialisation
On s’arrache les actions du premier bordel inscrit en bourse
Il faut stigmatiser le client... il est criminel
La tyrannie du nouvel ordre sexuel
Adulte ou infantile, la prostitution est le contraire de l’autonomie sexuelle
Les enjeux occultés de la prostitution et les conséquences sur les rapports hommes-femmes
Le trafic mondial des femmes et des enfants
Des proxénètes à l’Université ?
La mondialisation des marchés du sexe - I
La mondialisation des marchés du sexe - II
Combattre le système prostitutionnel
Sexe : de l’intimité au « travail sexuel » ou prostituer est-il un droit humain ?
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe. Commentaire.
Pour une critique de la politique pro-prostitution de Cabiria
Prostitution : droits des femmes ou droit aux femmes ?
Faut-il une autorisation pour parler de la prostitution ?
« Le corps est un nouvel instrument d’esclavage » Florence Montreynaud
« La prostitution, ce n’est pas le plus vieux métier du monde, c’est le plus vieux mensonge » (Gunilla Ekberg)
L’idéologie sexiste et la pornographie
Femmes esclaves des bordels du Bangladesh







En Italie, on considère l’exploitation des femmes dans les prisons dites " maisons de plaisir " comme la forme la plus haute et la plus émouvante de relations avec les femmes. Des écrivains font l’éloge des bordels, comme de lieux où les femmes se seraient émancipées de l’esclavage de la famille et des hommes, des lieux qui auraient fait évoluer la littérature, les arts et la civilisation. La prostitution est inscrite dans l’androlâtrie et dans le monothéisme, dans une culture pornographique qui empêche les relations réelles entre les femmes et les hommes, dans l’art qui a célébré une femme muette, donc une nature morte de femme.

Les opinions qu’ont échangées, en juillet 2003, les habitués des prostituées, les stylistes mercenaires (Fiorucci et Benetton) et la ministre Livia Turco ont été plus insidieuses que la prostitution elle-même, parce que, discourant sur la brutalité et mettant en évidence les comportements délictueux, ils prenaient ensuite dangereusement la tangente en définissant ces gestes de haine comme des « prestations sexuelles », formes normales de la « sexualité » masculine, etc.

En opérant une fusion entre sadisme et sexualité, en réalité, ils altèrent le profil d’un phénomène délictueux et en arrivent à considérer licite l’abominable « achat » d’un corps, au point que Livia Turco veut le légitimer dans les self services du viol, lieux plus odieux même que les harems en raison des nombreux assauts auxquels les femmes sont soumises. Entériner la femme comme prostituée signifie ne pas avoir compris quelles sont les caractéristiques des droits physiques et constitutionnels.

Chasse aux prostituées

Ces discours paradoxaux ont trouvé leur réponse spécifique et inquiétante dans les initiatives du Ministre de l’Intérieur Bianco, qui a placé des barrages sur les routes de campagne et les trottoirs des villes pour rapatrier arbitrairement des centaines de victimes : c’est-à-dire les femmes violentées par leurs concitoyens. Une campagne définie comme « chasse aux nouveaux esclavagistes, coup de filet maxi contre les protagonistes de la prostitution » (La Republicca) fait basculer la responsabilité du client-esclavagiste et de ses acolytes aux 400 femmes arrêtées !

Pourquoi claironne-t-on que « les trafiquants de chair humaine » violent leurs victimes pour en détruire les défenses alors qu’on n’a jamais admis que le client viole lui aussi ? Pourtant, sa dangerosité sociale est plus mortifère que la mafia elle-même parce que le client sévit en attendant son tour dans une file d’attente, sachant pertinemment que maints autres hommes ont déjà assailli la femme qu’il va voir. C’est un être répugnant qui confirme sa dégradation extrême en espérant qu’en échange de quelques sous il étendra un voile de mort sur l’essence d’une autre personne et la forcera à tenir sous contrôle ses propres réactions, sa répulsion, son autodéfense et son refus !

Si l’action de l’État s’exerce à l’encontre des victimes de la prostitution, on obtient un effet doublement pervers, car on maltraite les victimes tout en normalisant l’exercice d’un mépris social ultérieur envers ces femmes. Une façon habile de ne pas interrompre la chaîne organisée de la destruction des personnes : le Ministre de l’Intérieur assure dans le Gouvernement la continuité du mauvais traitement de ces personnes qui sont déjà marquées par les actions barbares de leurs concitoyens, contre lesquels n’est prise aucune mesure.

Pourquoi le client est-il exempté du délit ? Pourquoi n’a-t-on pas relevé le droit de la personne lésée ? Et pourquoi ne tient-on pas compte des graves dommages que des hommes italiens ont causés à ces femmes ? Le Ministre de l’Intérieur aurait dû prévoir des projets de tutelle, des aides financières et judiciaires, et une forme de dédommagement des abus subis.

Sont inadmissibles les actions répressives envers celle qui a été l’objet de violences tacitement autorisées par une communauté qui n’a jamais reconnu dans la prostitution un délit très grave. Il faut que la législation envisage des sanctions consistantes envers les véritables acteurs de la violence, à savoir ceux qui exploitent « personnellement » le corps de ces femmes en exerçant un viol habilement promu en « prestation sexuelle ». Ces comportements définis comme "normaux" confirment en réalité le fait que la femme n’existe pas pour l’homme, n’est qu’un obscène mirage historique minant la société.

L’impunité des pères, fiancés, frères

Voilà pourquoi, aujourd’hui, il est important qu’il y ait des gens qui refusent de voir la prostitution devant chez eux parce qu’ils refusent de l’assimiler. Mais nous devons nous demander pourquoi ceux qui s’opposent à la prostitution devant chez eux se retournent-ils seulement contre la femme forcée de se soumettre aux affres du trottoir, alors que personne ne se retourne contre l’usager du viol ?

Nous devons accuser maris, pères, fiancés et frères de lésions graves, de corruption et d’agressions : il ne s’agit pas de leur attribuer des responsabilités égales à celles des racketteurs (comme l’a déclaré le député Violante) mais d’admettre qu’ils jouissent au final de l’acte et que ce sont eux qui renforcent la chaîne des grandes organisations criminelles.

La loi a créé en revanche une série de figures collatérales faciles à incriminer : proxénètes, prestataires de lieux et hôteliers, exploiteurs variés sans jamais prendre en compte la figure de celui qui torture, qui commet l’abus principal ; on punit seulement ceux qui gravitent autour de la pratique collective du viol. La délinquance personnelle « du client du viol » prend de l’importance eu égard à l’organisation mafieuse parce que le client est le promoteur conjoncturel du racket, acteur d’une action hostile et préméditée, justement parce qu’il s’approprie un autre corps comme une chose inanimée. Et le dommage ne peut être mis en discussion.

Une incursion contre la personne

L’homme est conscient d’imposer une amputation. Il dit : « Je peux t’acheter et, pour ce laps de temps, tu es entre mes mains et je te possède ». Il ne voit pas la femme, il veut seulement en forcer la volonté pour avoir sa soumission, sa peur illimitée : et c’est justement de cet état de chose qu’il jouit. Ce "bandit" se plaît en effet à observer les effets de la souffrance et de la peur et il métabolise sa masculinité dans cette direction. Les actions dirigées contre les automobiles en maraude me surprennent alors qu’il existe un acte explicite qui représente l’instrument de la corruption.

Inscrit dans le paiement, la prostitution autorise une grave extorsion d’espaces physiques et psychiques, c’est-à-dire une incursion contre la personne. Est donc inscrit, dans le prix de la "passe", le délit que le code pénal doit sanctionner en tant qu’acte endommageant autrui. Le geste de payer instaure une passivité extrême, il prépare à subir un acte d’intrusion tel qu’il érode la dimension intime ; c’est-à-dire qu’il organise un « pacte du silence » sur les divers degrés d’agression. Devient abus de pouvoir l’argent grâce auquel on attend la soumission inconditionnée de la personne (de sa psyché) de même que sa servilité à des fins dirigées contre sa personnalité. Combien de ces hypothèses effleurent le client du viol ?

L’intelligence physiologique du corps

L’interruption des réflexes physiques que provoque la prostitution est tout-à-fait semblable à celle qui est vécue dans une situation défensive et de stress. La victime pense : « Je ne te vois pas et je ne t’entends pas pourvu que tu t’en ailles vite ». C’est ce qu’affirme Carla Corso (conseillère privilégiée du gouvernement) dans son journal, Portrait haut en couleurs, dans lequel, décrivant son propre anéantissement, elle en ignore les effets et adopte une attitude bravache qui montre en fait une extrême faiblesse, une défense artificielle ; elle a soustrait son corps à l’intelligence physiologique, elle l’a rendu aphasique, mais elle divulgue cet assujettissement en adoptant un langage qui exalte simplement son mépris pour les hommes, les divers degrés de dégradation et de putréfaction des rapports auxquels elle se prête.

Si Carla Corso se vit comme être inexistant, son cas ne peut suggérer aucune solution. Légitimer la prostitution signifie donc élever un homme sexuellement impuissant, asocial et violent pour lequel n’importe quelle autre violence est possible : celui qui est capable de « faire subir des sévices » à une femme de cette manière est un homme apte à tuer ; en sont la preuve les nombreux coups de couteaux infligés sans raison aux femmes, simples succédanés du viol (alors, après un tel crime, comment entendre : « C’était un brave homme, je ne peux pas y croire » ? Si l’on faisait une enquête sur les comportements, on découvrirait pourquoi des milliers de femmes ont recours aux centres contre la violence conjugale.)

Complices des violeurs légaux

La complicité avec l’usager du viol a habitué tout le monde (hommes et femmes) à considérer la prostitution comme un phénomène tolérable au point que la ministre Livia Turco et le gouvernement de centre gauche préparent des actions et des lois pour des regroupements de femmes et de jeunes filles, privées de soi et entraînées à s’adapter à n’importe quelle demande, n’importe quel exploit délirant d’homme-monstre. Quelle psychologie régit la pensée de députés et de journalistes qui répandent le concept de libre choix ? La pensée sexiste de Livia Turco, de K.B, V.T., pose des hypothèses insoutenables : quiconque en appelle à un supposé consensus ou au libre choix admet les abus, les tortures, les sadismes et garantit la pénalisation de la femme et la victoire de la conscience sadique chez l’homme, en ouvrant grand les portes à l’incivisme androcentrique.

Il est évident que ces femmes politiques sont habituées depuis l’enfance à l’assassinat du Féminin et sont les gardiennes d’images anti-historiques, elles reflètent la vision de logiques masculines et une cruauté masculine sexiste particulière ; voilà pourquoi elles refusent la lecture féministe de la physiologie comme loi inamovible des corps. Elles bétonnent la prostitution, font entendre qu’elles ne se voient pas comme personnes et se trouvent donc des affinités avec Carla Corso, alors qu’elles ferment la porte aux féministes. Mais les syndicalistes de la violence sont des personnes réduites, qui n’ont pas le sens de leur totalité, elles sont échangeables, ne possèdent plus la clé de lecture apte à dévoiler leur spectaculaire négation de soi, leur propre défaite.

Recours au parlement européen

L’absolutisme masculin a altéré les processus de la pensée et affaibli chez nombre de femmes la perception de l’abus ; mais nous du Centre féministe, nous allons présenter un recours au Parlement européen afin qu’il sanctionne l’Italie qui entend légitimer la prostitution. Notre initiative touchera aussi l’incivile Hollande avec ses femmes en vitrine, parce qu’elle contredit tout principe constitutionnel et surtout sexuel. D’où tire son origine la domination de millions d’enfant(e)s dans le tourisme de la cruauté des pays extra-européens qui créera des générations incapables de conserver un bagage biologique positif ? Même la criminalité juvénile qui surprend tellement est le résultat du modèle sadique d’adultes mâles, non pris en compte par les codes ni la pensée des femmes fiancées et amantes.

Pourquoi le Ministre de la Santé n’engage-t-il pas une enquête socio-sanitaire sur les dommages causés par les hommes dans la prostitution ? Pourquoi le Ministre des Finances ne soumet-il pas - sur des présomptions inductives - la base imposable de tous les hommes pour la soustraction présumée de milliards de dollars dépensés dans la pornographie et d’autres milliards de dollars de revenus dépensés pour esclavagiser et torturer d’autres personnes, en alimentant ainsi la criminalité internationale ? Pourquoi la Ministre Turco n’ouvre-t-elle pas les services radio télévisés, publics et privés, à des débats féministes sur la sexualité ?

Ce sont des actions politiques qui minent la criminalité de la prostitution. Nous affirmons que le coït ne peut être transformé en acte traumatisant qui annule la femme, parce que c’est renverser et inverser toute la fonctionnalité physiologique de l’espèce humaine.

Le rapport sexuel et surtout la pénétration vaginale sont des événements parmi les plus importants de la physiologie et ils impliquent chez la femme l’absolue présence d’émotions positives qui ne sont pas éliminables. Quiconque ne tient pas compte des perceptions sélectives du corps féminin accomplit un viol, qui est une lésion profonde du corps et de la psyché : un délit très grave.

Texte adressé par les féministes de la Citta sessuale, le ler juillet 2003, aux ministres, à tous les groupes parlementaires et à la presse.

Traduit (rapidement et bénévolement) de l’italien par Michèle Causse.

Appendice

Échange de lettres entre un acheteur de prostituées et la rédaction du magazine lo donna.

Un quadragénaire, client habituel des prostituées, revendique la liberté d’être leur client. Sans risquer la prison comme un marchand d’esclaves.

Je suis un homme de 45 ans, depuis toujours client et ami de prostituées. J’ai deux enfants et une femme qui me plaît à tous points de vue. Mais les filles des rues m’ont toujours attiré. Non pas tant pour satisfaire un besoin sexuel, que j’ai toujours pu contenter dans des histoires d’amour régulières, même avant de me marier. C’est surtout la dynamique particulière de la rencontre avec elles, la variété des caractères, des expériences, des corps qui m’intéresse et me rassérène après une journée de travail. Je les sens pareilles à moi : des personnes qui travaillent durement, sans pour cela perdre le goût de la vie et l’espoir d’une amélioration. Elles me plaisent, je les respecte et le fait de les fréquenter ne me donne pas le sentiment d’être malade. Je ne comprends pas et ne partage pas les propositions de ces politiciens et magistrats qui voudraient mettre pénalement les clients sur le même plan que les marchands d’esclaves. D’abord, toutes ces filles ne sont pas des esclaves. En outre, ce ne sont certainement pas les clients les vrais responsables de leur situation : ils ne les vendent à personne, et ils ne les exploitent pas.

G de C

***

Cher ami, moi non plus je ne sais pas à quoi ça sert. Les ministres et les parlementaires les plus en vue demandent la prison pour les clients mais ils ne vont pas voter quand il s’agit de légiférer sur les vrais marchands ; lesquels, liés comme ils le sont aux mafias les plus aguerries, remuent en effet un fleuve de milliards et sont très redoutés. Alors que le client isolé comme vous, même s’il est aisé, n’intéresse pas le système financier ni le pouvoir politique mais la fille seulement qui encaisse sa « passe ». Il s’ensuit que le pouvoir contractuel et politique du couple client-prostituée (en somme deux exclus) est décidément inférieur à celui des mafias qui font le commerce des filles. C’est aussi pour cela que le premier risque la prison et la seconde l’esclavage. Alors que le vrai patron, le marchand d’esclaves, comme le démontrent des recherches actuelles, est le client révéré de respectables et puissantes banques.

Les effets de ces flots de commentaires, qui confondent et recouvrent les faits au lieu de les éclairer et de leur trouver des solutions, sont psychologiquement dévastateurs. Vous m’avez l’air d’un homme assez sûr de soi, je soupçonne même que vous m’avez écrit pour mettre le débat sur un plan technique, en faire une rubrique de réflexion psychologique, libre et autonome. Beaucoup d’hommes sont bien moins tranquilles, certains même en proie à la panique, surtout après les poursuites que le Procureur de Pérouse a engagées contre sept clients des filles, pour incitation à la débauche.

La menace judiciaire envers une activité sexuelle qui a accompagné sur tous les continents l’histoire de l’humanité, et qui donc semble insuppressible, n’est en réalité qu’une fabrique à névroses, à fantasmes persécutoires. Qui à leur tour seront exploités, comme cela se produit toujours, par toutes sortes de criminels du chantage, des organisations d’extorsion ou de locations de lieux où le couple client-prostituée peut se retrouver sans courir le risque, pour lui, de la prison. Naturellement avec un surcroît de deniers en faveur des organisations criminelles, qui veilleront efficacement à l’impunité. Il est essentiel que soient appliquées les lois déjà existantes. Les forcer, comme le remarque le pénaliste G.P., n’amène pas l’ordre. Mais le désordre. Qui, psychologiqement, conduit à l’angoisse et à des mouvements de destruction.

Rédaction de lo donna.

Mise en ligne sur Sisyphe le 26 avril 2004.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Elvira Banotti

Elvira Banotti est créatrice, avec Carla Lonzi et Carla Accardi, de Rivolta femminile, premier groupe féministe italien né en 1970. Elle a publié en 1971, “La Sfida femminile” (Le défi féminin – Maternité et avortement). En s’appuyant sur une centaine de témoignages, elle analyse la tragédie des avortements clandestins. Elle est l’auteure d’un Manifeste, traduit par Michèle Causse dans Écrits voix d’Italie , publié aux éd. des femmes en 1976. En 1994, elle réalise la video “Les mots de Schéhérazade”.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2004
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin