| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 5 novembre 2009


La prostitution nuit aussi aux hommes
Le "client", premier agent de la prostitution

par Lora Crohain






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Le prostitueur moderne et sa nounou queer
Aidez-nous à éradiquer la prostitution au Canada
Euro 2016 - Le prix d’une passe n’est pas celui que tu crois
Abolition de la GPA et de la prostitution, même combat contre le patriarcat
Les droits des femmes bafoués, les corps marchandisés
Non au système prostitutionnel ! Une analyse féministe et abolitionniste du système prostitutionnel
Prostitution : L’Assemblée nationale française fidèle à ses convictions
Claudine Legardinier - Prostitution : une guerre contre les femmes
France - Les inégalités femmes-hommes au Sénat font obstruction à la sanction des clients de la prostitution !
Offrir aux hommes handicapés de recourir à la prostitution, une idée ancrée dans la misogynie et le validisme
Lettre ouverte à rabble.ca - La journaliste Meghan Murphy visée par une campagne misogyne du lobby de l’industrie du sexe
Grand Prix de Montréal - La CSN demande l’application de la nouvelle loi fédérale pour contrer la prostitution
Comment la pornographie influence les jeunes consommateurs
"Le commerce du sexe", un film d’Ève Lamont
Réglementer la pornographie ou criminaliser les pornocrates ?
Corps disloqués, âmes brisées : conséquences psychiques et physiques de la prostitution sur les personnes qui la vivent
Prostitution - L’approche de “réduction des méfaits” ne suffit pas pour une analyse pertinente de la prostitution
« Ni client, ni complice ! » - La CLES lance un appel à lutter contre la banalisation de l’exploitation sexuelle
Pénalisation du client de la prostitution ? Les belles histoires de Tonton Robert
Non, Messieurs, la plupart des personnes prostituées ne le sont pas par choix
Le manifeste des 343 bites tellement légères qu’elles se dressent à l’insu de leur cerveau
La cruelle chosification des femmes prostituées et des mères porteuses
Catharine A. MacKinnon - Traite, prostitution, inégalité
Prostitution - Sanctionner les clients et non les prostituées
Prostitution des jeunes - La trahison des adultes
Décriminaliser la prostitution ne peut pas être la solution
Prostitution : une affaire d’hommes ou la fraternité "des salauds"
Loi sur la prostitution en France - « Je ne veux pas d’une société où les femmes ont un prix »
Janice G. Raymond – Prostitution : "Pas un choix, pas un travail"
Elisabeth Badinter et Irène Théry ou la caution intellectuelle du système patriarcal
Les femmes étrangères rêveraient-elles de devenir "putes" ?
Prostitution - La stigmatisation et le mythe entourant le statut de victime
Abolition de la prostitution en France - Le principe est acquis, place à la loi !
Comprendre la prostitution dans l’ensemble des structures de pouvoir fondées sur le genre
L’Irlande pourrait interdire l’achat de sexe
Le prostitueur, "chaînon manquant" de la question prostitutionnelle, selon Victor Malarek
La prostitution, sexualisation du pouvoir
La France envisagerait des sanctions "pédagogiques" pour les prostitueurs
Le Canada ne peut traiter la prostitution comme un filet de sécurité sociale
Les "femmes de réconfort" étaient nécessaires pour maintenir la discipline dans l’armée, selon le maire d’Osaka
Prostitueurs et non-prostitueurs, une étude de Mélissa Farley
Bienvenue dans le monde des prostitueurs
Prostitution - Rendre tabou la notion de victime pour masquer l’existence d’agresseurs
Prostitution en Grande-Bretagne - Un bien étrange syndicat au service des proxénètes
Prostitution et mariage : une assimilation douteuse
La prostitution, le STRASS et la sénatrice - La pertinence de la transparence
Au delà des mythes, légaliser la prostitution est une très mauvaise idée
La Suède malmène l’industrie du sexe et aide les femmes prostituées
Les prostitueurs. Sexe à vendre… Les hommes qui achètent du sexe, un livre de Victor Malarek
"Angel" : Piégée dans un monde de prostitution et de violence
L’être et la marchandise. Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi
"Les criminelles" : individualisation et romantisation de la prostitution
Des spécialistes en santé veulent aider les femmes à sortir de l’industrie du sexe… en faisant échec aux prostitueurs
L’Islande songe à interdire la porno diffusée sur Internet
En studio avec Ruth ! "Je crois sincèrement que la traite humaine et la prostitution fonctionnent de pair"
Catalogne - La loi et l’ordre des proxénètes
Qui estime vraiment les personnes prostituées ?
En studio avec Ruth ! "La prostitution est un grand enjeu politique"
L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) et l’Alliance canadienne féministe pour l’action internationale (FAFIA) répondent au rapport Oppal sur les femmes disparues
Colombie-Britannique - L’égalité des femmes et le contexte socio-économique absents du rapport Oppal sur les femmes disparues
Prostitution - Les “progressistes” australiens oscillent entre l’industrie du sexe et les droits des femmes
Prostitution - Le refus d’abolir le système prostitueur est une atteinte aux droits humains
Fantine ou la liberté de se prostituer ?
Première rencontre de l’Association internationale des survivantes unies de la traite à des fins sexuelles (prostitution)
Prostitution - Pourquoi il faut mettre fin à une des plus anciennes violations des droits humains
Carton rouge pour les bordels à vitrine
Prostitution - La réduction des méfaits est-elle ce que nous pouvons faire de mieux pour les personnes prostituées ?
Un traité féministe international pour abolir la prostitution
Prostitution - Coup de tampon réglementariste !
Prostitution et séropositivité - Le Gouvernement grec arrête et emprisonne des femmes pour protéger les hommes
Manifeste contre le système prostitueur
Prostitution en France - Lettre ouverte à M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre
1946-2012 : De la fermeture des maisons closes à la lutte contre le système prostitueur, les abolitionnistes portent progrès et liberté !
Prostitution - Gloria Steinem appuie le modèle nordique
Solidarité avec les prostituées, mais lutte contre la prostitution
Comparaison entre acheteurs et non-acheteurs de sexe dans la région de Boston
8 mars 2012 : Pas d’égalité sans abolition de la prostitution !
La danse contact ou "lap-dance", prologue de la prostitution
Fiers d’aller aux danseuses ! Vraiment ?
Abolitionnistes du système prostitueur : ce que nous sommes, ce que nous voulons !
Les Néerlandais commencent à regretter la légalisation de la prostitution
Prostitution et faux-semblants : une affaire de société, de femmes et d’hommes
Pourquoi la gauche veut-elle faire de la prostitution "un métier comme un autre" ?
Prostitution et "slutwalk" - Bâtir un mouvement féministe progressiste à l’époque individualiste
Prostitution - Il faut rendre illégal l’achat de "services" sexuels en Australie
Le mouvement des femmes n’est pas monochromatique
ZéroMacho - Des hommes contre la prostitution
Prostitution et domination masculine
La vérité sur l’esclavage sexuel planétaire, un livre de Lydia Cacho
Votre voisin est un prostitueur - Une nouvelle recherche
J’ai rien vu
Abolition n’est pas prohibition - Pourquoi la défense de l’avortement diffère de la défense de la prostitution
Prostitution et traite des femmes - Le projet abolitionniste au congrès Mondes des femmes 2011
Congrès international Mondes des femmes 2011 - Compte-rendu des échanges sur l’abolition de la prostitution à l’exposition "Les draps parlent"
Banalisation de l’industrie du sexe et éducation des jeunes
Nous devons sanctionner les acheteurs de la prostitution
Des députés proposent une résolution sur la prostitution réaffirmant la position abolitionniste de la France
Dix raisons de ne pas légaliser la prostitution
Demi Moore s’associe au CNN Freedom Project pour un documentaire saisissant sur le commerce sexuel au Népal
Client de la prostitution : vers une prise de conscience européenne
Lutter pour faire de la prostitution un travail, c’est se tromper de combat
Prostitution et traite des êtres humains, controverses et enjeux
Le système de la prostitution militaire en Corée du Sud, en Thaïlande et aux Philippines
Les pratiques des hommes "clients" de la prostitution : influences et orientations pour le travail social
La prostitution comme violence contre les femmes
Le système prostitutionnel, un pilier de l’inégalité sexuelle et des violences envers les femmes
Clients de la prostitution : un "droit de l’homme" heureusement en péril
Prostitution as violence against women
Prostitution - Vive le sexe libre et gratuit !
France - La prostitution n’est pas une fatalité
"Il faut punir les clients des prostituées", selon Roselyne Bachelot. Oui... et dépénaliser les personnes prostituées !
Belgique - Analyse « Prostitution : arguments et opinions »
Prostitution - Le débat entre féministes se poursuit
Tribunal populaire sur l’exploitation sexuelle commerciale - Inscription
La tolérance sociale, complice de la violence et de l’exploitation sexuelle
Traite des femmes à des fins sexuelles - Au cœur des réseaux criminels : l’exemple de l’Albanie
S’unir contre la banalisation de la prostitution - Un défi pour la décennie
Moi, si j’étais un homme
Prostitution et traite des êtres humains - Les mensonges du réglementarisme
La députée bloquiste Maria Mourani présente un projet de loi pour accélérer la lutte à la traite des personnes et au proxénétisme
La prostitution menace le patrimoine humain
La série "Maison close" : de la fiction à la réalité
C’est un métier, tout comme le vôtre…
Décriminaliser totalement la prostitution sape le travail pour l’égalité des sexes - Exigeons le changement
"Abolir la prostitution" – Une question en suspens pour le féminisme et pour la gauche
Pays-bas : infirmières ou prostituées ?
Madame Parité commence fort en renvoyant les femmes… au bordel !
Le sexe s’invite à la Coupe du Monde
Feu « Verts » au proxénétisme !
Plus de pornographie à l’Assemblée nationale, mais des assises de la prostitution au Sénat
"Travailleurs du sexe", un documentaire sexiste, réactionnaire et dangereux
Le Mouvement du Nid-France louera un mini-car pour faire visiter les maisons closes
Pour un quartier assiégé, la prostitution est loin d’être un "crime sans victime"
De client prostitueur à homme responsable : une démarche nécessaire
Proxénétisme et prostitution - Lettre ouverte aux candidat-e-s aux élections européennes de juin 2009
Poser les bases d’une Europe sans prostitution, c’est oser
Le tourisme de prostitution, une industrie mondialisée florissante
Prostitution : la grande promo
Première Journée mondiale contre l’exploitation sexuelle : les raisons d’un engagement
Prostitution et traite des êtres humains, enjeux nationaux et internationaux
Le vagin industriel. Vers une économie politique du sexe commercial mondialisée
S’attaquer au trafic mondial du sexe
Intégrisme islamique et esclavage sexuel en Iran
Le corps des femmes est attaqué. Que fait-on ? On se tient debout et on riposte !
Libre disposition de son corps et liberté de se prostituer
Le refus de la prostitution gagne du terrain
La mode hypersexualisée s’inspire de la pornographie
Le "droit de prostituer" n’est pas un droit de l’homme
"Abolition de la prostitution" - Édito Revue Labrys
Affaire Sneep aux Pays-Bas - Condamnation de deux proxénètes qui ont exploité et maltraité 120 filles de l’Europe du Sud et de l’Est
Le commerce du sexe est florissant en Afghanistan
Sexe et Formule 1
Dossier prostitution - Importants développements à l’échelle internationale
Prostitution - Touche pas à mon client ?
Le Conseil National des Femmes du Luxembourg (CNFL) se prononce en faveur d’une législation agissant directement sur la demande de "services sexuels"
Affaire Spitzer - Le mythe du crime sans victimes
Le Mouvement du Nid inquiet de plusieurs mesures de la politique française sur la prostitution
Le Forum de Vienne sur la traite des êtres humains reste sourd aux voix des victimes
Une politique cohérente contre la violence à l’égard des femmes doit commencer par s’attaquer à la prostitution
Prostitution - À Alger comme en Europe, on esclavagise les femmes
Manifeste des hommes pour l’abolition de la prostitution (Espagne)
Pornographie et fin de la masculinité
Pornographie : "Ça fait mal, tellement mal" ou pourquoi certaines femmes ne veulent pas savoir
Prostitution : les limites du consentement
Prostitution et traite des femmes au Nevada
« Être abolitionniste, c’est défendre la liberté sexuelle ! »
"Rent-A-Wife", c’est discriminatoire !
Après des décennies, les secrets des bordels des camps nazis émergent
Une association féministe espagnole conteste l’expression "travailleuse du sexe"
Le Mouvement du Nid face aux clients prostitueurs
Première Journée mondiale pour un tourisme responsable et respectueux, le 2 juin 2007
Richard Poulin parle de son dernier livre "Abolir la prostitution" - Interview par Sporenda
Police, Justice et acteurs sociaux, quelle coopération ?
Réflexions sur les meurtres de femmes prostituées au Royaume-Uni
Prostitution - Trois femmes et un débat
Déchirées par la guerre, les femmes d’Irak sont la cible des trafiquants du sexe
La prostitution n’est pas un service comme un autre
Entretien avec Coline Serreau sur le film Chaos
Qu’est-ce que la libération ? Le féminisme hier, aujourd’hui et demain
Quand le porno impose sa vision de la sexualité
La prostitution, une arme politique
Prostitution : tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir et qui existe quand même !
La liberté dévoyée
Mondialisation, militarisme et trafic sexuel
Pour que la porno recule
Marchandisation et déshumanisation : l’exemple de la prostitution
Richard Poulin lance un manifeste abolitionniste
Prostitution en Allemagne : Déclaration post-Coupe Mondiale de Football
Prostitution Reform - Stamp out sexual slavery (Angleterre)
La prostitution au XVIIIe siècle, pierre d’achoppement entre politiques locales et pouvoir royal
Campagne contre la traite des blanches de l’Europe de l’Est
Prostitution : les pièges du pragmatisme
L’âge du consentement sexuel à 16 ans : un pis-aller ?
Prostitution : cherchez le client
Enjeux de la prostitution considérée comme "travail du sexe"
L’envergure de la traite à des fins de prostitution
Les filles de l’Est
Violence pro-prostitution à la Maison des femmes de Paris
Le discours pro-prostitution : une rhétorique de dominant
"Survivantes" et féministes contre la prostitution
Clients de la prostitution : motivations et déterminants
La législation à l’encontre des prostituées au XVIIIe siècle
Une politique cohérente contre la violence faite aux femmes doit d’abord s’attaquer à la prostitution
La nouvelle industrie du sexe
"Terre promise", un film d’Amos Gitaï sur la traite des femmes
Prostitution : une arme de destruction massive
"Les clients de la prostitution : l’enquête", de Claudine Legardinier et Saïd Bouamama
Les Philippines contre le trafic sexuel
"Inside deep throat", contribution à la liberté sexuelle ?
La prostitution au XVIIIe siècle : introduction à une liberté superficielle
Femmes à vendre dans les pays baltes
Prostitution et Société No 150
Acheter du sexe n’est pas un sport
Une loi qui jetterait les femmes dans l’industrie du sexe
Casino de Hull - Des "playmates" de Playboy pour faire la promotion des nouvelles machines à sous
Ni coupables, ni victimes : libres ? Oui, libres de toute prostitution
Le système de la prostitution : une violence à l’encontre des femmes
La marchandisation du corps humain est une violation des droits fondamentaux de la personne
Le système de la prostitution au Cambodge : le témoignage de Somaly Mam
Le Mouvement du Nid
Le Mouvement du Nid - Documents sur la prostitution
La banalisation de la prostitution : des choses à savoir
L’Association canadienne des centres contre les agressions sexuelles réclame des politiques contre le commerce du sexe
16 journées d’actions citoyennes pour dire "Non aux violences à l’égard des femmes et à la prostitution ! Oui à la promotion de la dignité humaine !"
Prostitution et travail « invisible » : une assimilation dangereuse
Le risque global d’être convertie en marchandise
Gunilla Ekberg : « Le mieux que nous puissions faire pour nos soeurs prostituées, c’est de les aider à en sortir. »
Prostitution, pornographie et trafic des femmes
Sexe, argent et intégrisme postmoderne
Les politiques européennes et internationales sur la traite des êtres humains encouragent le proxénétisme
Quinze thèses sur le capitalisme et le système prostitutionnel mondial
Le chemin de Buenos Aires : la prostitution, hier et aujourd’hui
Prostitution,
la mondialisation incarnée

Mondialisation des industries du sexe : oppression maximale des femmes et des enfants du Sud, de l’Est, du Sud-Est, etc...
L’hypocrisie a-t-elle un sexe ? Ou comment masquer l’insoutenable réalité de la prostitution
L’importance de ne pas censurer le débat sur la prostitution
Viol et prostitution
Esclavage et prostitution
Journée de formation sur la mondialisation de la prostitution et du trafic sexuel - Documents
Les jeunes et l’industrie du sexe
La marchandisation du sexe : nouvel esclavagisme ?
Le "libre choix" en Allemagne : accepter de se prostituer ou perdre son allocation de chômage ?
La croissance effrénée des industries du sexe : entrevue avec Richard Poulin
Aux pays des tsunamis, le trafic sexuel sévit
Le modèle suédois : une source d’inspiration, non une panacée
Une étude dresse le portrait des prostitueurs ou clients de la prostitution
Prostitution : La nouvelle traite des Noirs
« La mondialisation des industries du sexe » : des faits aux valeurs
Décriminaliser la prostitution a profité aux proxénètes, pas aux personnes prostituées
Occupations militaires - La prostitution érigée en système
Le scandale de l’esclavage sexuel au Kosovo
« Les Yeux secs » et la caméra citoyenne de Narjiss Nejjar
Rapport sur les conséquences de l’industrie du sexe dans l’Union européenne
L’érotisation de la violence et de la subordination
Prostitution : réflexions d’un militant en colère
Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui, esclavage, travail forcé, trafic de personnes
Pacte du silence sur les clients de la prostitution
Le débat sur la prostitution : quelle libération sexuelle ?
Des questions à se poser sur la prostitution
Fabrication d’un nouveau mythe sur la prostitution
L’urgence est-elle de faire de la prostitution un métier ?
Je voudrais parler porno
La légalisation de la prostitution, une expérience qui a échoué en Australie
Prostitution, pornographie et capital
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe
Prostitution, trafic sexuel et mondialisation
On s’arrache les actions du premier bordel inscrit en bourse
Il faut stigmatiser le client... il est criminel
La tyrannie du nouvel ordre sexuel
Adulte ou infantile, la prostitution est le contraire de l’autonomie sexuelle
Les enjeux occultés de la prostitution et les conséquences sur les rapports hommes-femmes
Le trafic mondial des femmes et des enfants
Des proxénètes à l’Université ?
La mondialisation des marchés du sexe - I
La mondialisation des marchés du sexe - II
Combattre le système prostitutionnel
Sexe : de l’intimité au « travail sexuel » ou prostituer est-il un droit humain ?
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe. Commentaire.
Pour une critique de la politique pro-prostitution de Cabiria
Prostitution : droits des femmes ou droit aux femmes ?
Faut-il une autorisation pour parler de la prostitution ?
« Le corps est un nouvel instrument d’esclavage » Florence Montreynaud
« La prostitution, ce n’est pas le plus vieux métier du monde, c’est le plus vieux mensonge » (Gunilla Ekberg)
L’idéologie sexiste et la pornographie
Femmes esclaves des bordels du Bangladesh







Jusqu’à il y a peu, quand le sujet de la prostitution était abordé, le "client" était le grand absent de la présentation du système. L’idée qu’il s’agissait d’un homme esseulé, inhibé, était sous-entendue. Il était d’office excusé, voire plaint.

Les travaux de Sven-Axel Manson, de Claudine Legardinier et Saïd Bouamama, entre autres, l’ont fait sortir de l’ombre et ont montré que le "client", c’est "Monsieur-tout-le-monde". Les différents groupes sociaux sont également représentés, la fréquence du recours à la prostitution dépendant essentiellement des revenus. La plupart de ces hommes vivent en couple et ont des enfants.

Il semble donc intéressant de chercher le fil conducteur qui permettra de mieux comprendre pourquoi des hommes, que la plupart du temps rien ne rapprocherait, se partagent "en frère" l’usage du corps des mêmes femmes. Comment se construit un "client" ?

Devant l’ampleur que prend la traite des êtres humains à fin d’exploitation sexuelle, beaucoup de pays, même ceux qui ont légalisé la prostitution, veulent décourager la demande par des campagnes de sensibilisation destinées au "client". Il est enfin reconnu que c’est la demande qui crée l’offre et donc que le "client" est le premier acteur et responsable de ce système. C’est un premier pas, même si cette initiative peut être récupérée, comme l’a été la campagne Don Juan en Suisse, dont le but était de rendre les "clients" responsables, polis, propres et non-violents, et qui, in fine, a fait la promotion de la prostitution en la banalisant. De plus, s’attendre à ce que ce soit le "client" qui dénonce la traite me paraît pour le moins utopique.

D’autres pays, comme récemment le Royaume-Uni, ont légiféré et sanctionnent les "clients" de femmes visiblement victimes de la traite, même s’ils disent l’ignorer. Un pas de plus est donc franchi vers la reconnaissance du rôle premier du "client" dans ce système et du caractère contraire à la dignité humaine de la prostitution. Cette loi est objectivement inapplicable et changera peu ou pas du tout la situation des femmes prostituées dans ces pays, mais le rôle du "client" est pointé et il sort de l’anonymat.

D’autres pays, enfin, ont franchi le dernier pas en pénalisant l’"achat de services sexuels" et en reconnaissant le statut de victime des personnes prostituées. Près de chez nous, la Suède fut précurseur en 1999, la Norvège et l’Islande suivirent en 2009.

Le "client" doit-il absolument être arrêté par une loi ? Pour la plupart, ce sera nécessaire, suivant le principe que ce qui n’est pas interdit est permis et que ce qui est permis est très facilement considéré comme normal. Une loi d’interdiction est un signal fort de la société : acheter du sexe est inacceptable.

Cette limite précise, outre le fait qu’elle constitue un arrêt net, un empêchement, peut alors donner l’occasion à ces hommes de réfléchir au pourquoi et au comment ils sont devenus "clients". Nous pouvons en effet penser qu’une interdiction légale ne suffit pas. Dissuasive pour certains, elle n’aura pas d’effet sur d’autres qui transgresseront. Ne plus être "client" par conviction est évidemment la solution idéale, tant pour éviter les récidives que pour l’équilibre de ces hommes.

D’autres "clients", dont certains ont le courage de témoigner, auront une prise de conscience personnelle du fait que leur pratique prostitutionnelle est contraire aux droits de l’être humain, ne se justifie pas, ne leur est pas nécessaire et leur porte aussi préjudice.

Chercher à comprendre

La compréhension est la première étape du changement. Nous essaierons ici d’en jeter les bases.

Il sera question des clients prostitueurs qui ont recours aux femmes, ce qui est la situation de loin la plus courante, même si ce sont des hommes aussi les principaux "clients" des hommes et des enfants prostitués. Ces pseudo-catégories ne sont d’ailleurs que théoriques. Catégoriser permet au consommateur "ordinaire" de se donner bonne conscience parce qu’il s’adresse, d’après lui, de façon "naturelle" et hétérosexuelle, à des femmes adultes dans une relation contractuelle. Il peut ainsi s’insurger contre les autres pratiques et la prostitution "forcée". L’analyse de terrain contredit cette fiction. Quelques exemples : comment, pour un Européen, différencier une Africaine de 12 ans et une de 16 ans, âge légal pour se prostituer en Suisse ?

Comment déterminer objectivement si la prostituée est victime du trafic ? De plus, ce sont des "clients" de femmes prostituées qui louent en majorité des travestis et, parmi ceux qui pratiquent le tourisme sexuel pédophile, il y a beaucoup de "clients" de la prostitution classique dans leur pays, surtout parmi les pays qui ont légalisé la prostitution.

Il n’y a qu’une façon d’être prostitueur : exercer un pouvoir sur un autre être humain, par l’argent et pour le sexe, nier son humanité en le réduisant à l’état d’objet, quel que soit son âge, son sexe. Qu’ils soient violents ou pas, polis ou pas, tous sont complices des agissements des autres "clients". C’est toujours l’expression d’une double domination : celle de l’homme sur un plus faible physiquement, psychologiquement ou socialement (une femme, un enfant, un homme…) et celle du riche sur le pauvre. Leur choix entre enfant, homme, femme, hermaphrodite, trans etc. ne dépend que des cahots, du chaos, de leur histoire.

Quant aux femmes clientes, leur nombre reste anecdotique. Voici les estimations pour la France : 10 à 15 % des hommes ont acheté du sexe au moins 1 fois, 0,3 % des femmes seulement.
Mon propos n’a en aucune façon pour but d’excuser les actes des clients prostitueurs, ils en sont totalement responsables, mais je pense qu’il ne faut pas, comme ils le font avec les prostitué-e-s, leur dénier toute humanité. C’est celle-ci qu’ils doivent retrouver pour que, la laissant s’exprimer, ils ne puissent plus déposer leur conscience à la porte du bordel et la reprendre en sortant.

Mythe du "mal nécessaire"

La prostitution est présentée dans de nombreux pays comme un mal nécessaire, utile aux hommes et à la société.

Elle serait utile aux hommes parce que ceux-ci auraient des besoins sexuels que les femmes ordinaires ne pourraient satisfaire. La libido de ces dernières serait naturellement faible et, de plus, elles n’accepteraient pas certaines pratiques sexuelles. La prostitution concourrait donc à l’équilibre des hommes en servant de réceptacle au surplus d’énergie sexuelle, qui, non évacué, serait préjudiciable à leur santé... Et, par là même, serait la gardienne de la paix conjugale.

Elle serait d’utilité sociale : les pulsions sexuelles des hommes étant soi-disant irrépressibles, leur permettre d’utiliser une prostituée éviterait donc les viols, et l’infidélité du mari. La prostitution serait ainsi la gardienne de la paix des femmes "honorables" et de la famille qu’elle préserverait de l’éclatement. Des femmes, dont le " métier " est de soulager mécaniquement les hommes, devraient donc être affectées à cet usage, pour le bien de tous…

La non-véracité de ces affirmations a été largement démontrée. Le rapport Hite montre bien que la libido des femmes est d’une intensité égale à celle des hommes. Mais, il est évident que les rapports sexuels, comme ils sont encore souvent pratiqués dans notre société patriarcale, c’est-à-dire où les deux partenaires travaillent à mener l’homme à l’orgasme en considérant l’orgasme féminin comme accessoire, quand il n’est pas simplement nié, ne suscitent pas un enthousiasme débridé de la part des femmes. Quant aux viols, aucune hausse de leur nombre n’a été constatée dans les pays où l’abolition de la prostitution est effective. De même, la crise financière qui touche aussi les "clients", qui réduisent leurs achats sexuels, n’a pas provoqué de viols supplémentaires.

Notons que l’industrie du sexe, voyant que ces affirmations ont de moins en moins de crédit, parle maintenant de "sexe récréatif", rangeant ainsi "l’achat de services sexuels" parmi les divertissements proposés aux hommes, au même titre que l’achat de billets pour assister à un match. La coupe du monde de foot 2006 en Allemagne a d’ailleurs associé les deux, foot et prostitution, avec la construction du méga-bordel Artémis pour assurer la troisième mi-temps récréative du supporter.

Les premières victimes de ce système sont évidemment les femmes prostituées, mais le "client", sans en être vraiment conscient, est également perdant, en tant qu’homme, en tant qu’être humain et en tant que citoyen. Il est à la fois le profiteur et la victime collatérale du système prostitutionnel.

Il n’y a pas de besoin sexuel, comme Philippe Brenot (psychiatre, anthropologue, directeur d’enseignement en sexologie à l’Université de Paris V, vice-président de l’Association Inter Hospitalo-Universitaire de Sexologie et président de L’Observatoire International du couple et éditeur) le dit ici :

    Il n’y a pas de besoin sexuel. Le sexe est culturel, il est le fruit d’un apprentissage. Sans manger, sans uriner, je ne pourrai pas vivre. Sans relation sexuelle de toute ma vie, il ne se passera rien. Si : une frustration. Il n’y a pas là de besoins naturels, il y a le fait d’accepter ou pas la frustration. Certains hommes se calquent sur le désir de leur partenaire, d’autres vivent une frustration et l’appellent besoin : ce sont de gros bébés qui ne sont pas construits. Le vrai problème, c’est la frustration. Ces hommes pensent que les femmes ont le pouvoir de leur permettre d’accéder ou pas à la sexualité, ils les vivent donc comme castratrices, frustrantes. Dans la prostitution, l’homme paie pour que la femme ne puisse pas poser de limites.

Le client prostitueur souffre d’une frustration sexuelle qu’il pense soigner en achetant un "service sexuel". Il croit que ses pulsions sexuelles l’obligent à ce qu’il pense être un rapport sexuel mais qui en fait se résume à une pénétration. En réalité l’évacuation physique de cette tension sexuelle n’exige pas la décharge dans un corps de femme, comme ces hommes le pensent. La masturbation remplit parfaitement ce rôle.

Le passage à l’acte permet une économie psychique puisqu’il évacue les pulsions et dispense de les supporter, de s’interroger sur ce qui les stimule. Il prend la place de la symbolisation, de la parole. Après, la réflexion peut amener de la culpabilité, mais le déni et la rationalisation viennent alors l’étouffer. Le "client" dilue sa responsabilité dans le nombre, se classe dans les "bons clients", polis et non violents qui ne fréquentent que des prostituées "libres", appelle la passe un échange économico-sexuel, et fait appel à bien d’autres stratégies justificatrices et déculpabilisantes.

La prostitution, une fausse solution

Le passage à l’acte est un mode de défense inadapté car il n’atténue pas le conflit intérieur, il le masque provisoirement.
S’acheter du sexe est une démarche infantile, facile, simpliste qui réduit la frustration sexuelle à une tension organique et la virilité à la fonction érectile.

Le "client" croit trouver une réponse à une frustration sexuelle mais ressort de sa "visite" à une prostituée avec d’autres frustrations. Une frustration sexuelle supplémentaire, puisque le "service" ne répond jamais à l’attente, c’est trop rapide, c’est minuté, elle ne fait même pas semblant d’aimer ça… ; une frustration relationnelle : c’est impersonnel, elle ne parle pas ; et une frustration émotionnelle : c’est une atmosphère aseptisée, sans tendresse. Lui aussi est traité en objet, non pas sexuel, mais producteur d’argent. Seuls les plus naïfs ou les plus frustes peuvent penser recevoir autre chose contre paiement.

Paradoxalement, il achète un corps, mais voudrait une rencontre. La responsabilité en est évidemment attribuée à la prostituée. Il faut donc recommencer, avec une autre, la solution étant toujours vue comme extérieure à lui, ainsi que la défaillance. Ces hommes ont reçu une éducation qui ne les a pas habitués aux frustrations inhérentes à la vie d’adulte. Leurs désirs – trop vite et trop souvent comblés – leur sont apparus comme des besoins qui doivent être satisfaits.

La tolérance ou la complicité de notre société l’ont conforté dans cette croyance que, non seulement ses désirs sont des besoins, mais qu’il a droit à leur satisfaction. En effet, si la famille est le premier lieu d’éducation, il n’est pas le seul.

Cette croyance prend sa source dans la petite enfance de ces hommes.

Très couramment, des pères n’investissent leur fils que quand il est apte aux contacts vers l’extérieur, vers la société, quand il parle, interagit.

Égoïstement, ces pères se dispensent ainsi d’un rôle qu’ils jugent inintéressant, voire dévalorisant, et par là même discréditent les tâches accomplies par la mère et portent un regard dépréciateur (dépréciant ?) sur la femme dans la mère.

Le petit garçon grandit alors dans un monde clivé. Les soins, l’assistance, le bien-être physique viennent uniquement d’une femme, disqualifiée par un homme, tandis qu’autour de celui-ci, modèle identificatoire pour son fils, plane un parfum de mystère, d’inconnu, d’aventure, de puissance fantasmée.

La mère se trouve seule à assumer l’éducation de la petite enfance, plus seule qu’une mère isolée, qui peut organiser et pallier le manque en trouvant ailleurs une représentation de la fonction paternelle, puisqu’ici le père fait illusion de paternité par une présence uniquement physique.

Ce huis clos familial avec la mère amène souvent que ce petit garçon se vive et soit vécu comme l’élément masculin du couple. Elle passe en effet plus de temps avec lui, en tant que mère, qu’avec le père en tant que compagne. Il y aurait là, alors, un surcroît de droit à la jouissance accordé au petit garçon, tandis que la petite fille serait plus gratifiée à l’apprentissage de la frustration, en imitation de la mère. (À la première demande du petit garçon, il est plus souvent répondu : "Tiens" et à la petite fille : "Attends".) Un climat incestuel* s’élabore, le père ne prenant pas sa place de parent.

Un "client", c’est un petit garçon qui demande qu’une femme lui donne le plaisir de la satisfaction de ses besoins (il prend ici sa frustration sexuelle pour un besoin comme expliqué plus haut) doublé d’un homme qui méprise celle qui donne ces soins. Il veut jouir d’une femme parce qu’elle est "à son service", comme sa mère, et parce qu’il peut la considérer comme inférieure (puisqu’il la loue) pour être fidèle à son père. Cela doit rester caché, secret, et isolé de la famille, dans un lieu – apparemment – intime, pour à la fois revivre le "couple interdit" avec la mère, et en mémoire de la vie présumée secrète du père à l’extérieur de la maison. Il reproduit le clivage qu’il a connu, en se faisant une vie parallèle. La fille "publique" fait partie de la vie "privée" du "client".

Inconsciemment, il réalise l’inceste avec une femme qui est à la fois sa mère et la femme que le père dénigre. La prostitution répond à toutes ces conditions.

Penser sa pulsion sexuelle comme un besoin est une stratégie d’économie psychique. C’est l’obligatoire première étape pour se convaincre qu’on est obligé de passer à l’acte et ainsi éviter une douloureuse remise en question.

Voilà la jouissance pathologique du "client", forcément décevante et frustrante pour lui, puisque à la fois immature et perverse (le non-désir et le non-plaisir de la prostituée faisant partie de sa jouissance, sans qu’il en soit toujours conscient).

Il souffre aussi d’un manque de confiance en lui et d’un manque de confiance dans sa virilité. Il va donc se rassurer facilement sur son pouvoir en dominant une femme (il l’oblige par l’argent ou par l’intermédiaire d’un réseau) et sur sa virilité puisque son pouvoir s’exerce par le sexe. De nouveau il a ici une vue étriquée et tronquée de la masculinité, puisqu’il la réduit à la capacité de "posséder" sexuellement une femme.

Il achète l’accès à un monde où les vieilles valeurs patriarcales sont préservées : la femme est soumise, disponible, obéissante, éternellement jeune et jolie. L’homme choisit, décide.

* La relation incestuelle se définit comme une relation extrêmement étroite, indissoluble, entre deux personnes que pourrait unir un inceste et qui cependant ne l’accomplissent pas.

- Dans un deuxième article, , « De client prostitueur à homme responsable : une remise en question nécessaire », l’auteure parle de la nécessité pour les hommes de se remettre en question. Une analyse plus psychologique que politique.

- Texte transmis à Sisyphe par l’auteure et publié le 22 juillet 2009 dans son blogue, En quelque sorte.

Bibliographie de cet article

  • Élaine Audet, Prostitution, perspectives féministes, Montréal, éditions Sisyphe, 2005. Lien Internet.
  • Julie Bindel et Liz Kelly, A Critical Examination of Response to Prostitution in Four Countries : Victoria, Australia ; Ireland ; the Netherlands and Sweden, London Metropolitan University, 2003. Lien internet en PDF.
  • Saïd Bouamama, « L’homme en question, le processus du devenir client de la prostitution », Étude du Mouvement du Nid, 2004. Lien internet en PDF.
  • Max Chaleil, Prostitution : le Désir mystifié, Parangon, 2002.
  • Claire Fleury, « Ils-Elles s’engagent : Interview de Lilian Thuram », Le Nouvel Observateur, No 2165, du 4 mai 2006. Lien internet.
  • Shere Hite, Le Nouveau Rapport Hite, Robert Laffont, 2002.
  • Shere Hite, Le Rapport Hite sur les hommes, Robert Laffont, 1981.
  • Claudine Legardinier et Saïd Bouamama, Les clients de la prostitution, l’enquête, Presses de la Renaissance, 2006.
  • Jan Macleod, Melissa Farley, Lynn Anderson and Jacqueline Golding, Challenging men’s demand for prostitution in Scotland – A research report based on interviews of 110 mens who bought women in prostitution, publié par « Women’s Support Project », 2008.
  • Sven-Axel Mansson, Les pratiques des hommes "clients" de la prostitution : influences et orientations pour le travail social, Université de Göteborg. Étude, 2003. Article sur Sisyphe ou sur SOS Femmes.
  • Richard Poulin, Abolir la prostitution, Montréal, éditions Sisyphe, 2006. Lien internet.
  • Richard Poulin, La mondialisation des industries du sexe, Ottawa, Interligne, 2004.
  • Prostitution et Société, n° 148, « Philippe Brenot, psychiatre », par Claudine Legardinier, mars 2005. Lien internet.
  • Prostitution et Société, n° 155, « Témoignage de Julien », propos recueillis par Claudine Legardinier, février 2007. Lien internet.
  • Serge Raffy, « Coupe du monde et prostitution, la nouvelle industrie du sexe », Le Nouvel Observateur, n° 2165, 4 mai 2006. Lien internet.
  • Dr Judith Trinquart, La Décorporalisation dans la pratique prostitutionnelle : un obstacle majeur dans l’accès aux soins, thèse de Doctorat d’État de Médecine Générale, Paris, 2002. Lien internet format PDF.

    Mis en ligne sur Sisyphe, le 26 octobre 2009.


  • Partagez cette page.
    Share


    Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
       Commenter cet article plus bas.

    Lora Crohain



        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2009
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin