| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 14 juin 2011

Dix raisons de ne pas légaliser la prostitution

par Janice G. Raymond






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Aidez-nous à éradiquer la prostitution au Canada
Euro 2016 - Le prix d’une passe n’est pas celui que tu crois
Abolition de la GPA et de la prostitution, même combat contre le patriarcat
Les droits des femmes bafoués, les corps marchandisés
Non au système prostitutionnel ! Une analyse féministe et abolitionniste du système prostitutionnel
Prostitution : L’Assemblée nationale française fidèle à ses convictions
Claudine Legardinier - Prostitution : une guerre contre les femmes
France - Les inégalités femmes-hommes au Sénat font obstruction à la sanction des clients de la prostitution !
Offrir aux hommes handicapés de recourir à la prostitution, une idée ancrée dans la misogynie et le validisme
Lettre ouverte à rabble.ca - La journaliste Meghan Murphy visée par une campagne misogyne du lobby de l’industrie du sexe
Grand Prix de Montréal - La CSN demande l’application de la nouvelle loi fédérale pour contrer la prostitution
Comment la pornographie influence les jeunes consommateurs
"Le commerce du sexe", un film d’Ève Lamont
Réglementer la pornographie ou criminaliser les pornocrates ?
Corps disloqués, âmes brisées : conséquences psychiques et physiques de la prostitution sur les personnes qui la vivent
Prostitution - L’approche de “réduction des méfaits” ne suffit pas pour une analyse pertinente de la prostitution
« Ni client, ni complice ! » - La CLES lance un appel à lutter contre la banalisation de l’exploitation sexuelle
Pénalisation du client de la prostitution ? Les belles histoires de Tonton Robert
Non, Messieurs, la plupart des personnes prostituées ne le sont pas par choix
Le manifeste des 343 bites tellement légères qu’elles se dressent à l’insu de leur cerveau
La cruelle chosification des femmes prostituées et des mères porteuses
Catharine A. MacKinnon - Traite, prostitution, inégalité
Prostitution - Sanctionner les clients et non les prostituées
Prostitution des jeunes - La trahison des adultes
Décriminaliser la prostitution ne peut pas être la solution
Prostitution : une affaire d’hommes ou la fraternité "des salauds"
Loi sur la prostitution en France - « Je ne veux pas d’une société où les femmes ont un prix »
Janice G. Raymond – Prostitution : "Pas un choix, pas un travail"
Elisabeth Badinter et Irène Théry ou la caution intellectuelle du système patriarcal
Les femmes étrangères rêveraient-elles de devenir "putes" ?
Prostitution - La stigmatisation et le mythe entourant le statut de victime
Abolition de la prostitution en France - Le principe est acquis, place à la loi !
Comprendre la prostitution dans l’ensemble des structures de pouvoir fondées sur le genre
L’Irlande pourrait interdire l’achat de sexe
Le prostitueur, "chaînon manquant" de la question prostitutionnelle, selon Victor Malarek
La prostitution, sexualisation du pouvoir
La France envisagerait des sanctions "pédagogiques" pour les prostitueurs
Le Canada ne peut traiter la prostitution comme un filet de sécurité sociale
Les "femmes de réconfort" étaient nécessaires pour maintenir la discipline dans l’armée, selon le maire d’Osaka
Prostitueurs et non-prostitueurs, une étude de Mélissa Farley
Bienvenue dans le monde des prostitueurs
Prostitution - Rendre tabou la notion de victime pour masquer l’existence d’agresseurs
Prostitution en Grande-Bretagne - Un bien étrange syndicat au service des proxénètes
Prostitution et mariage : une assimilation douteuse
La prostitution, le STRASS et la sénatrice - La pertinence de la transparence
Au delà des mythes, légaliser la prostitution est une très mauvaise idée
La Suède malmène l’industrie du sexe et aide les femmes prostituées
Les prostitueurs. Sexe à vendre… Les hommes qui achètent du sexe, un livre de Victor Malarek
"Angel" : Piégée dans un monde de prostitution et de violence
L’être et la marchandise. Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi
"Les criminelles" : individualisation et romantisation de la prostitution
Des spécialistes en santé veulent aider les femmes à sortir de l’industrie du sexe… en faisant échec aux prostitueurs
L’Islande songe à interdire la porno diffusée sur Internet
En studio avec Ruth ! "Je crois sincèrement que la traite humaine et la prostitution fonctionnent de pair"
Catalogne - La loi et l’ordre des proxénètes
Qui estime vraiment les personnes prostituées ?
En studio avec Ruth ! "La prostitution est un grand enjeu politique"
L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) et l’Alliance canadienne féministe pour l’action internationale (FAFIA) répondent au rapport Oppal sur les femmes disparues
Colombie-Britannique - L’égalité des femmes et le contexte socio-économique absents du rapport Oppal sur les femmes disparues
Prostitution - Les “progressistes” australiens oscillent entre l’industrie du sexe et les droits des femmes
Prostitution - Le refus d’abolir le système prostitueur est une atteinte aux droits humains
Fantine ou la liberté de se prostituer ?
Première rencontre de l’Association internationale des survivantes unies de la traite à des fins sexuelles (prostitution)
Prostitution - Pourquoi il faut mettre fin à une des plus anciennes violations des droits humains
Carton rouge pour les bordels à vitrine
Prostitution - La réduction des méfaits est-elle ce que nous pouvons faire de mieux pour les personnes prostituées ?
Un traité féministe international pour abolir la prostitution
Prostitution - Coup de tampon réglementariste !
Prostitution et séropositivité - Le Gouvernement grec arrête et emprisonne des femmes pour protéger les hommes
Manifeste contre le système prostitueur
Prostitution en France - Lettre ouverte à M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre
1946-2012 : De la fermeture des maisons closes à la lutte contre le système prostitueur, les abolitionnistes portent progrès et liberté !
Prostitution - Gloria Steinem appuie le modèle nordique
Solidarité avec les prostituées, mais lutte contre la prostitution
Comparaison entre acheteurs et non-acheteurs de sexe dans la région de Boston
8 mars 2012 : Pas d’égalité sans abolition de la prostitution !
La danse contact ou "lap-dance", prologue de la prostitution
Fiers d’aller aux danseuses ! Vraiment ?
Abolitionnistes du système prostitueur : ce que nous sommes, ce que nous voulons !
Les Néerlandais commencent à regretter la légalisation de la prostitution
Prostitution et faux-semblants : une affaire de société, de femmes et d’hommes
Pourquoi la gauche veut-elle faire de la prostitution "un métier comme un autre" ?
Prostitution et "slutwalk" - Bâtir un mouvement féministe progressiste à l’époque individualiste
Prostitution - Il faut rendre illégal l’achat de "services" sexuels en Australie
Le mouvement des femmes n’est pas monochromatique
ZéroMacho - Des hommes contre la prostitution
Prostitution et domination masculine
La vérité sur l’esclavage sexuel planétaire, un livre de Lydia Cacho
Votre voisin est un prostitueur - Une nouvelle recherche
J’ai rien vu
Abolition n’est pas prohibition - Pourquoi la défense de l’avortement diffère de la défense de la prostitution
Prostitution et traite des femmes - Le projet abolitionniste au congrès Mondes des femmes 2011
Congrès international Mondes des femmes 2011 - Compte-rendu des échanges sur l’abolition de la prostitution à l’exposition "Les draps parlent"
Banalisation de l’industrie du sexe et éducation des jeunes
Nous devons sanctionner les acheteurs de la prostitution
Des députés proposent une résolution sur la prostitution réaffirmant la position abolitionniste de la France
Demi Moore s’associe au CNN Freedom Project pour un documentaire saisissant sur le commerce sexuel au Népal
Client de la prostitution : vers une prise de conscience européenne
Lutter pour faire de la prostitution un travail, c’est se tromper de combat
Prostitution et traite des êtres humains, controverses et enjeux
Le système de la prostitution militaire en Corée du Sud, en Thaïlande et aux Philippines
Les pratiques des hommes "clients" de la prostitution : influences et orientations pour le travail social
La prostitution comme violence contre les femmes
Le système prostitutionnel, un pilier de l’inégalité sexuelle et des violences envers les femmes
Clients de la prostitution : un "droit de l’homme" heureusement en péril
Prostitution as violence against women
Prostitution - Vive le sexe libre et gratuit !
France - La prostitution n’est pas une fatalité
"Il faut punir les clients des prostituées", selon Roselyne Bachelot. Oui... et dépénaliser les personnes prostituées !
Belgique - Analyse « Prostitution : arguments et opinions »
Prostitution - Le débat entre féministes se poursuit
Tribunal populaire sur l’exploitation sexuelle commerciale - Inscription
La tolérance sociale, complice de la violence et de l’exploitation sexuelle
Traite des femmes à des fins sexuelles - Au cœur des réseaux criminels : l’exemple de l’Albanie
S’unir contre la banalisation de la prostitution - Un défi pour la décennie
Moi, si j’étais un homme
Prostitution et traite des êtres humains - Les mensonges du réglementarisme
La députée bloquiste Maria Mourani présente un projet de loi pour accélérer la lutte à la traite des personnes et au proxénétisme
La prostitution menace le patrimoine humain
La série "Maison close" : de la fiction à la réalité
C’est un métier, tout comme le vôtre…
Décriminaliser totalement la prostitution sape le travail pour l’égalité des sexes - Exigeons le changement
"Abolir la prostitution" – Une question en suspens pour le féminisme et pour la gauche
Pays-bas : infirmières ou prostituées ?
Madame Parité commence fort en renvoyant les femmes… au bordel !
Le sexe s’invite à la Coupe du Monde
Feu « Verts » au proxénétisme !
Plus de pornographie à l’Assemblée nationale, mais des assises de la prostitution au Sénat
"Travailleurs du sexe", un documentaire sexiste, réactionnaire et dangereux
Le Mouvement du Nid-France louera un mini-car pour faire visiter les maisons closes
Pour un quartier assiégé, la prostitution est loin d’être un "crime sans victime"
De client prostitueur à homme responsable : une démarche nécessaire
Le "client", premier agent de la prostitution
Proxénétisme et prostitution - Lettre ouverte aux candidat-e-s aux élections européennes de juin 2009
Poser les bases d’une Europe sans prostitution, c’est oser
Le tourisme de prostitution, une industrie mondialisée florissante
Prostitution : la grande promo
Première Journée mondiale contre l’exploitation sexuelle : les raisons d’un engagement
Prostitution et traite des êtres humains, enjeux nationaux et internationaux
Le vagin industriel. Vers une économie politique du sexe commercial mondialisée
S’attaquer au trafic mondial du sexe
Intégrisme islamique et esclavage sexuel en Iran
Le corps des femmes est attaqué. Que fait-on ? On se tient debout et on riposte !
Libre disposition de son corps et liberté de se prostituer
Le refus de la prostitution gagne du terrain
La mode hypersexualisée s’inspire de la pornographie
Le "droit de prostituer" n’est pas un droit de l’homme
"Abolition de la prostitution" - Édito Revue Labrys
Affaire Sneep aux Pays-Bas - Condamnation de deux proxénètes qui ont exploité et maltraité 120 filles de l’Europe du Sud et de l’Est
Le commerce du sexe est florissant en Afghanistan
Sexe et Formule 1
Dossier prostitution - Importants développements à l’échelle internationale
Prostitution - Touche pas à mon client ?
Le Conseil National des Femmes du Luxembourg (CNFL) se prononce en faveur d’une législation agissant directement sur la demande de "services sexuels"
Affaire Spitzer - Le mythe du crime sans victimes
Le Mouvement du Nid inquiet de plusieurs mesures de la politique française sur la prostitution
Le Forum de Vienne sur la traite des êtres humains reste sourd aux voix des victimes
Une politique cohérente contre la violence à l’égard des femmes doit commencer par s’attaquer à la prostitution
Prostitution - À Alger comme en Europe, on esclavagise les femmes
Manifeste des hommes pour l’abolition de la prostitution (Espagne)
Pornographie et fin de la masculinité
Pornographie : "Ça fait mal, tellement mal" ou pourquoi certaines femmes ne veulent pas savoir
Prostitution : les limites du consentement
Prostitution et traite des femmes au Nevada
« Être abolitionniste, c’est défendre la liberté sexuelle ! »
"Rent-A-Wife", c’est discriminatoire !
Après des décennies, les secrets des bordels des camps nazis émergent
Une association féministe espagnole conteste l’expression "travailleuse du sexe"
Le Mouvement du Nid face aux clients prostitueurs
Première Journée mondiale pour un tourisme responsable et respectueux, le 2 juin 2007
Richard Poulin parle de son dernier livre "Abolir la prostitution" - Interview par Sporenda
Police, Justice et acteurs sociaux, quelle coopération ?
Réflexions sur les meurtres de femmes prostituées au Royaume-Uni
Prostitution - Trois femmes et un débat
Déchirées par la guerre, les femmes d’Irak sont la cible des trafiquants du sexe
La prostitution n’est pas un service comme un autre
Entretien avec Coline Serreau sur le film Chaos
Qu’est-ce que la libération ? Le féminisme hier, aujourd’hui et demain
Quand le porno impose sa vision de la sexualité
La prostitution, une arme politique
Prostitution : tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir et qui existe quand même !
La liberté dévoyée
Mondialisation, militarisme et trafic sexuel
Pour que la porno recule
Marchandisation et déshumanisation : l’exemple de la prostitution
Richard Poulin lance un manifeste abolitionniste
Prostitution en Allemagne : Déclaration post-Coupe Mondiale de Football
Prostitution Reform - Stamp out sexual slavery (Angleterre)
La prostitution au XVIIIe siècle, pierre d’achoppement entre politiques locales et pouvoir royal
Campagne contre la traite des blanches de l’Europe de l’Est
Prostitution : les pièges du pragmatisme
L’âge du consentement sexuel à 16 ans : un pis-aller ?
Prostitution : cherchez le client
Enjeux de la prostitution considérée comme "travail du sexe"
L’envergure de la traite à des fins de prostitution
Les filles de l’Est
Violence pro-prostitution à la Maison des femmes de Paris
Le discours pro-prostitution : une rhétorique de dominant
"Survivantes" et féministes contre la prostitution
Clients de la prostitution : motivations et déterminants
La législation à l’encontre des prostituées au XVIIIe siècle
Une politique cohérente contre la violence faite aux femmes doit d’abord s’attaquer à la prostitution
La nouvelle industrie du sexe
"Terre promise", un film d’Amos Gitaï sur la traite des femmes
Prostitution : une arme de destruction massive
"Les clients de la prostitution : l’enquête", de Claudine Legardinier et Saïd Bouamama
Les Philippines contre le trafic sexuel
"Inside deep throat", contribution à la liberté sexuelle ?
La prostitution au XVIIIe siècle : introduction à une liberté superficielle
Femmes à vendre dans les pays baltes
Prostitution et Société No 150
Acheter du sexe n’est pas un sport
Une loi qui jetterait les femmes dans l’industrie du sexe
Casino de Hull - Des "playmates" de Playboy pour faire la promotion des nouvelles machines à sous
Ni coupables, ni victimes : libres ? Oui, libres de toute prostitution
Le système de la prostitution : une violence à l’encontre des femmes
La marchandisation du corps humain est une violation des droits fondamentaux de la personne
Le système de la prostitution au Cambodge : le témoignage de Somaly Mam
Le Mouvement du Nid
Le Mouvement du Nid - Documents sur la prostitution
La banalisation de la prostitution : des choses à savoir
L’Association canadienne des centres contre les agressions sexuelles réclame des politiques contre le commerce du sexe
16 journées d’actions citoyennes pour dire "Non aux violences à l’égard des femmes et à la prostitution ! Oui à la promotion de la dignité humaine !"
Prostitution et travail « invisible » : une assimilation dangereuse
Le risque global d’être convertie en marchandise
Gunilla Ekberg : « Le mieux que nous puissions faire pour nos soeurs prostituées, c’est de les aider à en sortir. »
Prostitution, pornographie et trafic des femmes
Sexe, argent et intégrisme postmoderne
Les politiques européennes et internationales sur la traite des êtres humains encouragent le proxénétisme
Quinze thèses sur le capitalisme et le système prostitutionnel mondial
Le chemin de Buenos Aires : la prostitution, hier et aujourd’hui
Prostitution,
la mondialisation incarnée

Mondialisation des industries du sexe : oppression maximale des femmes et des enfants du Sud, de l’Est, du Sud-Est, etc...
L’hypocrisie a-t-elle un sexe ? Ou comment masquer l’insoutenable réalité de la prostitution
L’importance de ne pas censurer le débat sur la prostitution
Viol et prostitution
Esclavage et prostitution
Journée de formation sur la mondialisation de la prostitution et du trafic sexuel - Documents
Les jeunes et l’industrie du sexe
La marchandisation du sexe : nouvel esclavagisme ?
Le "libre choix" en Allemagne : accepter de se prostituer ou perdre son allocation de chômage ?
La croissance effrénée des industries du sexe : entrevue avec Richard Poulin
Aux pays des tsunamis, le trafic sexuel sévit
Le modèle suédois : une source d’inspiration, non une panacée
Une étude dresse le portrait des prostitueurs ou clients de la prostitution
Prostitution : La nouvelle traite des Noirs
« La mondialisation des industries du sexe » : des faits aux valeurs
Décriminaliser la prostitution a profité aux proxénètes, pas aux personnes prostituées
Occupations militaires - La prostitution érigée en système
Le scandale de l’esclavage sexuel au Kosovo
« Les Yeux secs » et la caméra citoyenne de Narjiss Nejjar
Rapport sur les conséquences de l’industrie du sexe dans l’Union européenne
L’érotisation de la violence et de la subordination
Prostitution : réflexions d’un militant en colère
Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui, esclavage, travail forcé, trafic de personnes
Pacte du silence sur les clients de la prostitution
Le débat sur la prostitution : quelle libération sexuelle ?
Des questions à se poser sur la prostitution
Fabrication d’un nouveau mythe sur la prostitution
L’urgence est-elle de faire de la prostitution un métier ?
Je voudrais parler porno
La légalisation de la prostitution, une expérience qui a échoué en Australie
Prostitution, pornographie et capital
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe
Prostitution, trafic sexuel et mondialisation
On s’arrache les actions du premier bordel inscrit en bourse
Il faut stigmatiser le client... il est criminel
La tyrannie du nouvel ordre sexuel
Adulte ou infantile, la prostitution est le contraire de l’autonomie sexuelle
Les enjeux occultés de la prostitution et les conséquences sur les rapports hommes-femmes
Le trafic mondial des femmes et des enfants
Des proxénètes à l’Université ?
La mondialisation des marchés du sexe - I
La mondialisation des marchés du sexe - II
Combattre le système prostitutionnel
Sexe : de l’intimité au « travail sexuel » ou prostituer est-il un droit humain ?
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe. Commentaire.
Pour une critique de la politique pro-prostitution de Cabiria
Prostitution : droits des femmes ou droit aux femmes ?
Faut-il une autorisation pour parler de la prostitution ?
« Le corps est un nouvel instrument d’esclavage » Florence Montreynaud
« La prostitution, ce n’est pas le plus vieux métier du monde, c’est le plus vieux mensonge » (Gunilla Ekberg)
L’idéologie sexiste et la pornographie
Femmes esclaves des bordels du Bangladesh







Les arguments suivants sont valables pour toutes les formes de prostitution soutenues par les États, y compris (mais pas uniquement) la réglementation à grande échelle des maisons closes, la dépénalisation de l’industrie du sexe, le contrôle de la prostitution par des lois sur l’inscription à un registre ou sur l’obligation de se soumettre à des examens médicaux pour les femmes qui sont dans le milieu de la prostitution, ou tout système reconnaissant la prostitution comme « un travail sexuel » ou prônant le choix de travailler dans la prostitution.

Alors que des États envisagent de réglementer et de dépénaliser l’industrie du sexe, nous vous exposons ici les effets de la légitimation de la prostitution en tant que « travail », qui, loin de donner plus d’autonomie aux prostituées, renforce au contraire l’industrie du sexe.

1. La légalisation /dépénalisation de la prostitution est un cadeau fait aux proxénètes, aux trafiquants et à l’industrie du sexe.

2. La légalisation/dépénalisation de la prostitution et de l’industrie du sexe encourage la traite pour exploitation sexuelle.

3. La légalisation /dépénalisation de la prostitution ne permet pas de contrôler l’industrie du sexe, cela l’étend.

4. La légalisation /dépénalisation de la prostitution augmente la prostitution clandestine, souterraine, illégale et celle sur la voie publique.

5. La légalisation de la prostitution et la dépénalisation de l’industrie du sexe accroît la prostitution des mineurs.

6. La légalisation /dépénalisation de la prostitution ne protège pas les femmes qui sont dans ce milieu.

7. La légalisation /dépénalisation de la prostitution accroît la demande de prostitution. Cela motive les hommes à acheter des femmes en vue de rapports sexuels dans un cadre social acceptable large et permissif.

8. La légalisation /dépénalisation de la prostitution ne favorise pas le bon état de santé des femmes.

9. La légalisation /dépénalisation de la prostitution n’augmente pas les possibilités de choix des femmes.

10. Les femmes qui sont dans le milieu de la prostitution ne souhaitent pas la légalisation ou la dépénalisation de l’industrie du sexe.

Arguments :

1. La légalisation /dépénalisation de la prostitution est un cadeau fait aux proxénètes, aux trafiquants et à l’industrie du sexe.

Que signifie légaliser la prostitution ou dépénaliser l’industrie du sexe ? Aux Pays-Bas, cela revient à approuver tous les aspects de l’industrie du sexe : les femmes, les clients, et les proxénètes qui, sous le modèle réglementariste, deviennent des hommes d’affaires et de légitimes entrepreneurs sexuels.

La légalisation /dépénalisation de l’industrie du sexe transforme également les maisons closes, les sex-clubs, les salons de massage et autres endroits où s’exerce la prostitution en des lieux de rencontre légitimes dans lesquels le commerce du sexe peut fleurir en toute légalité, sans grande contrainte.

Le citoyen ordinaire pense qu’en demandant la légalisation et la dépénalisation de la prostitution, il donne à la prostituée un statut respectable et professionnel. Pourtant, faire de la prostitution un travail respectable ne rend pas les femmes elles-mêmes plus respectables, cela légitimise tout simplement l’industrie du sexe. Souvent, les gens ne se rendent pas compte que la dépénalisation implique, par exemple, la dépénalisation de l’ensemble de l’industrie du sexe, et non celles des femmes uniquement. De plus, ils n’ont pas réfléchi aux conséquences de la légalisation des proxénètes en tant qu’entrepreneurs sexuels ou hommes d’affaires, ou bien encore que les hommes, qui achètent des femmes en vue de rapports sexuels, sont désormais reconnus comme de légitimes consommateurs de sexe.

La CATW prône la dépénalisation des femmes qui sont dans la prostitution. Aucune femme ne devrait être condamnée pour sa propre exploitation. Mais les Etats ne devraient jamais décriminaliser les proxénètes, les clients, les entremetteurs, les ouvertures de maisons closes ou de tout autre établissement sexuel.

2. La légalisation /dépénalisation de la prostitution et de l’industrie du sexe encourage la traite en vue de l’exploitation sexuelle.

La légalisation ou la dépénalisation des industries de prostitution constitue la raison essentielle de la traite. Un des arguments pour légaliser la prostitution aux Pays-Bas était que la légalisation permettrait de mettre fin à l’exploitation d’immigrées désespérées victimes de la traite. D’après un rapport effectué pour le groupe gouvernemental de Budapest*, 80 % des femmes qui sont dans les maisons closes hollandaises ont fait l’objet d’un trafic vers l’étranger (Groupe de Budapest, 1999 : 11). Dès 1994, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a déclaré qu’aux Pays-Bas, « près de 70 pour cent des femmes exploitées étaient originaires des pays de l’Europe centrale et orientale (PECO) » (OMI, 1995 : 4).

Le gouvernement des Pays-Bas se vante d’être le champion de la lutte contre la traite d’êtres humains à travers ses politiques et ses programmes, pourtant il a supprimé tous les obstacles légaux au proxénétisme, à l’acquisition de prostituées et à l’ouverture de maisons closes. En l’an 2000, le ministère hollandais de la Justice a plaidé pour un quota légal de « travailleuses du sexe » étrangères, car le marché hollandais de la prostitution réclame une diversité de « corps » (Dutting, 2001 : 16). La même année, le gouvernement hollandais a souhaité et obtenu un jugement de la Cour de justice des Communautés européennes reconnaissant la prostitution comme une activité économique et permettant par conséquent aux femmes originaires de l’Union européenne (UE) ou des pays de l’ancien bloc soviétique, de recevoir un permis de travail en tant que « travailleuse du sexe » pour l’industrie du sexe aux Pays-Bas, à condition qu’elles prouvent leur indépendance. Des Organisations non gouvernementales (ONG) hollandaises ont déclaré que les trafiquants profitent de cette décision pour amener des femmes étrangères dans l’industrie de la prostitution des Pays-Bas, en dissimulant le fait qu’elles soient victimes de la traite et en leur enseignant comment prouver qu’elles sont des « travailleuses du sexe immigrées » indépendantes.

Un an après la réouverture des maisons closes aux Pays-Bas, les ONG ont indiqué qu’il y a eu une augmentation du nombre des victimes de la traite ou, au mieux, que le nombre des victimes étrangères était resté le même (Bureau NRM, 2002 : 75). Quarante-trois municipalités hollandaises désirent mener une politique contre les maisons closes mais le Ministre de la Justice a affirmé qu’une interdiction totale de la prostitution dans une commune serait contraire au « droit de choisir librement son travail » (Bureau NRM : 2002) qui est garanti dans la Constitution fédérale des Pays-Bas, la Grondwet.

En janvier 2002, la prostitution a été pleinement reconnue comme une activité légitime en Allemagne, après avoir été autorisée, pendant des années, dans des lieux appelés éros-center ou zones de tolérance. Le développement de la prostitution, du proxénétisme et des maisons closes sont désormais autorisées. Dès 1993, après que les premiers pas vers la réglementation ont été engagés, on a reconnu (y compris les partisans de la prostitution) que 75 pour cent des femmes travaillant dans l’industrie de la prostitution allemande étaient originaires de l’Uruguay, de l’Argentine, du Paraguay et d’autres Etats d’Amérique du sud (Altink, 1993 : 33). Après la chute du mur de Berlin, les propriétaires de maisons closes ont signalé que neuf femmes sur dix, travaillant dans l’industrie allemande du sexe, provenaient d’Europe de l’Est (Altink, 1993 : 43) et d’autres pays anciennement soviétiques.

Compte-tenu de l’immense proportion de femmes étrangères qui sont dans l’industrie de la prostitution en Allemagne - plus de 85 pour cent selon les estimations de certaines ONG -, le fait qu’elles aient pu bénéficier d’une aide pour entrer sur le territoire allemand ne fait aucun doute. Il en va de même aux Pays-Bas, où des ONG affirment que la plupart des femmes étrangères ont été amenées de force dans le pays car il est pratiquement impossible pour des femmes avec peu de ressources d’assurer leur propre émigration, les coûts du voyage et des papiers officiels et de monter leur propre « affaire » sans aide extérieure.

Le lien entre la légalisation de la prostitution et le trafic d’êtres humains en Australie a été reconnu dans le rapport de 1999 du département d’Etat sur les pratiques en matière de droits de l’Homme dans chaque pays, publié par le Bureau pour la démocratie, les droits de l’Homme et le travail des Etats-Unis. Dans le rapport sur l’Australie, on note que dans l’Etat de Victoria, qui a réglementé la prostitution dans les années quatre-vingt, « le trafic de femmes d’Asie orientale pour le commerce illégal du sexe est un problème croissant » en Australie(...)les lois permissives - comprenant la légalisation de la prostitution dans certaines parties du pays - rendent difficile le travail de mise en application [de la lutte contre la traite].

3. La légalisation /dépénalisation de la prostitution ne permet pas de contrôler l’industrie du sexe, cela l’étend.

Contrairement aux affirmations selon lesquelles la légalisation et la dépénalisation régleraient l’expansion de l’industrie du sexe et permettraient son contrôle, celle-ci représente désormais cinq pour cent de l’économie des Pays-Bas (Daley, 2001 : 4). Lors des dix dernières années, aux Pays-Bas, alors que le proxénétisme a été légalisé et les maisons closes dépénalisées en 2000, l’industrie du sexe a progressé de 25 % (Daley, 2001 : 4). A toute heure du jour et de la nuit, des femmes de tous les âges et de toutes les races sont exposées, en tenue très légère, derrière les tristement célèbres vitrines des bordels et des sex-clubs hollandais, prêtes à être achetées pour la consommation masculine. La plupart d’entre elles sont étrangères et selon toute vraisemblance sont victimes d’un trafic qui les conduit aux Pays-Bas.

Dans ce pays, il existe à l’heure actuelle des associations reconnues pour les affaires du sexe et les « clients » de la prostitution qui consultent et collaborent avec le gouvernement afin de servir leurs intérêts et de promouvoir la prostitution. Parmi elles, figurent « l’Association des opérateurs des affaires de relaxation », la « Consultation coopérante des opérateurs de la prostitution derrière les vitrines », ainsi que la « Fondation des Hommes/Femmes et de la prostitution », un groupe d’hommes qui ont recourt régulièrement aux femmes qui sont dans la prostitution et dont le but spécifique comprend « de faire en sorte que la prostitution et le recours aux services des prostituées soient plus acceptés et deviennent un sujet de discussion ouvert » ainsi que de « protéger les intérêts des clients »(NRM Bureau, 2002 : 115-16).

Confronté à la pénurie de femmes qui souhaitent « travailler » dans le secteur légal du sexe, le rapporteur national hollandais sur la traite d’êtres humains déclare qu’à l’avenir, une « solution » envisagée pourrait être « d’offrir [au marché] des prostituées ne provenant pas de pays de l’Union européenne ou de l’Association économique européenne, qui choisissent délibérément de travailler dans la prostitution... » On pourrait leur donner « un accès légal et contrôlé au marché hollandais » (NRM Bureau, 2002 : 140). Etant donné que la prostitution a été transformée en « travail sexuel », et les proxénètes en entrepreneurs, cette « solution » probable transformerait également la traite d’êtres humains en « migration volontaire pour travail sexuel. » Les Pays-Bas regardent vers l’avenir en ciblant les femmes de couleurs vivant dans la pauvreté pour le commerce international du sexe afin de combler les insuffisances du libre marché des « services sexuels. » Cela renforce la normalisation de la prostitution en tant qu’ « option pour les pauvres. »

La légalisation de la prostitution dans l’Etat de Victoria en Australie, a conduit à une expansion massive de l’industrie du sexe. Alors qu’il y avait quarante maisons closes autorisées en 1989, il y en avait quatre-vingt quatorze en 1999 en plus de quatre-vingt quatre services d’hôtesses. D’autres formes d’exploitation sexuelle, comme la danse sur des tables, les centres sadomasochistes, les peep-shows, les services de téléphone rose, et la pornographie se sont toutes développées de façon beaucoup plus lucrative qu’auparavant (Sullivan et Jeffreys : 2001).

La prostitution est devenue une activité acceptée dans l’Etat de Victoria, accompagnant la hausse du tourisme et l’expansion des casinos, dont certains financés en partie par le gouvernement autorisent l’utilisation des jetons et des primes gagnés à la roulette dans les bordels environnants (Sullivan et Jeffreys : 2001). La marchandisation des femmes est beaucoup plus visible et s’est extrêmement intensifiée.

Le nombre des maisons closes en Suisse a doublé quelques années après la légalisation partielle de la prostitution. La plupart d’entre elles sont exemptes de taxes et un bon nombre sont illégales. En 1999, le journal de Zurich, Blick, a indiqué que la Suisse avait la plus forte densité de maisons closes en Europe. Les résidents se sentent envahis par les lieux de prostitution et sont confrontés aux empiètements récurrents sur les zones dans lesquelles les activités de prostitution ne sont pas autorisées (South China Morning Post : 1999).

4. La légalisation /dépénalisation de la prostitution augmente la prostitution clandestine, souterraine, illégale et celle sur la voie publique.

La légalisation devait faire quitter les prostituées de la voie publique. Bon nombre d’entre elles ne veulent pas se faire enregistrer ni subir des examens médicaux, comme la loi l’exige dans certain pays ayant légalisé la prostitution. Par conséquent, cette légalisation les mène souvent à se prostituer sur la voie publique. Beaucoup de femmes choisissent la prostitution de rue car elles veulent éviter d’être contrôlée et exploitée par les nouveaux « hommes d’affaires » du sexe.

Aux Pays-Bas, les femmes dans le milieu de la prostitution soulignent que la légalisation ou la dépénalisation de l’industrie du sexe ne peut effacer les stigmates de la prostitution mais, au contraire, rend les femmes plus vulnérables aux agressions car elles doivent s’inscrire sur un registre et perdre leur anonymat. Ainsi, la majorité des prostituées choisissent encore d’agir de manière illégale et souterraine. Des membres du Parlement qui étaient à l’origine partisans de la légalisation des maisons closes, pensant que cela libèrerait les femmes, constatent désormais que cette légalisation renforce en fait l’oppression envers les femmes (Daley, 2001 : A1).

L’argument selon lequel la légalisation devait supprimer les éléments criminels de l’industrie du sexe par un contrôle strict s’est avéré faux. Le véritable développement de la prostitution en Australie, depuis l’entrée en vigueur de la légalisation, s’est produit dans le secteur illégal. Depuis le début de la légalisation, le nombre de maisons closes a triplé et leur taille a augmenté - l’immense majorité n’ayant pas d’autorisation mais faisant sa propre publicité et opérant en toute impunité (Sullivan et Jeffreys : 2001). Dans le nouveau Pays de Galle du sud, les maisons closes ont été dépénalisées en 1995. En 1999, le nombre de maisons closes à Sydney a progressé de manière exponentielle, atteignant les quatre cents-cinq cents. La plupart n’ont pas d’autorisation légale. Pour mettre un terme à la corruption endémique de la police, le contrôle de la prostitution illégale a été enlevé des mains de la police pour revenir aux conseils municipaux et aux groupes de planification. Le conseil n’a ni les moyens ni le personnel suffisants pour enquêter dans les bordels afin d’y faire un grand nettoyage et de poursuivre les dirigeants illégaux.

5. La légalisation de la prostitution et la dépénalisation de l’industrie du sexe accroît la prostitution des mineurs.

Un des autres arguments avancés pour légaliser la prostitution aux Pays-Bas était que cela permettrait la fin de la prostitution des mineurs. En pratique, cependant, la prostitution enfantine a progressé de façon dramatique pendant les années 1990 aux Pays-Bas. L’Organisation pour les droits des enfants, dont le siège est à Amsterdam, estime que le nombre de mineurs qui se prostituent est passé de 4 000 en 1996 à 15 000 en 2001. Ce groupe indique qu’au moins 5 000 mineurs sont étrangers, avec une grande proportion de filles venant du Nigeria (Tiggeloven : 2001).

La prostitution enfantine a augmenté de façon dramatique dans l’Etat de Victoria par rapport aux autres Etats australiens dans lesquels la prostitution n’a pas été légalisée. De tous les Etats et territoires d’Australie, c’est en Victoria que l’on trouve le plus fort taux de prostitution enfantine. D’après une étude de 1998, faite par l’Association pour la suppression de la prostitution enfantine et du trafic (en anglais ECPAT), organisation qui a conduit une recherche pour le Centre national australien sur la prostitution enfantine, l’exploitation organisée du commerce des enfants s’est sensiblement accrue.

6. La légalisation /dépénalisation de la prostitution ne protège pas les femmes qui sont dans ce milieu.

La Coalition contre le trafic des femmes (CATW) a mené deux grandes études sur le trafic sexuel et la prostitution et pour cela a recueilli le témoignage de près de deux cents victimes d’exploitation sexuelle à des fins commerciales. Lors de ces études, les prostituées ont déclaré que les établissements dans lesquels elles étaient ne faisaient presque rien pour les protéger, qu’ils soient légaux ou illégaux. « Les seules fois où ils interviennent, c’est pour protéger les clients. »

Une étude menée dans cinq pays par la CATW, au cours de laquelle cent quarante-six victimes de la traite internationale et de la prostitution locale ont été interrogées, montre que 80 % de ces femmes ont subi des violences physiques de la part des proxénètes et des clients avec des conséquences multiples sur leur état de santé (Raymond et al : 2002).

La violence à laquelle ces femmes ont été confrontées était une part intrinsèque de la prostitution et de l’exploitation sexuelle. Les proxénètes avaient recours à la violence pour des raisons et dans des buts différents : tout d’abord, pour initier quelques-unes à la prostitution et les faire céder pour qu’elles aient des rapports sexuels. Après cela, à chaque stade du processus, les proxénètes y avaient recours pour leur gratification sexuelle, pour exercer leur domination, pour punir les femmes de soi-disant « violations », pour les menacer et les intimider, pour obtenir leur soumission, pour les humilier et pour les isoler et les enfermer sur elles-mêmes.

Parmi les femmes qui ont mentionné que les établissements sexuels les protégaient quelque peu, ces dernières ont souligné que jamais aucun « protecteur » n’était présent dans la chambre avec elle, lieu où tout pouvait se produire. Une femme qui était dans la prostitution ambulante a déclaré : « Le chauffeur joue en quelque sorte le rôle de garde du corps. Vous deviez appeler à votre arrivée, pour assurer que tout allait bien. Mais personne ne se tenait derrière la porte lorsque vous étiez à l’intérieur, alors n’importe quoi pouvait se passer. »

Les études menées par la CATW ont révélé que même les caméras de surveillance dans les établissements de prostitution ne servent qu’à protéger les établissements. La protection des femmes contre les abus est secondaire voire sans importance.

7. La légalisation /dépénalisation de la prostitution accroît la demande en prostitution. Cela motive les hommes à acheter des femmes en vue de relations sexuelles d’une manière beaucoup plus large et plus permissive que le cadre social acceptable.

Avec l’avènement de la prostitution dans des pays qui ont dépénalisé l’industrie du sexe, bon nombre d’hommes, qui ne se risquaient pas à payer des femmes pour des rapports sexuels, considèrent désormais la prostitution comme une chose acceptable. Lorsque les barrières légales disparaissent, les barrières sociales et éthiques font de même et les femmes sont traitées comme des produits sexuels. La légalisation de la prostitution laisse aux futures générations d’hommes et de garçons le message suivant : les femmes sont des produits sexuels et la prostitution est une distraction inoffensive.

Etant donné que l’on propose aux hommes un excès de « services sexuels », les femmes, placées en concurrence, doivent élargir la gamme de leurs services en ayant des rapports sans préservatif ou en pratiquant la sodomie, le sadomasochisme ou tout autre désir réclamé par les hommes. Une fois que la prostitution est légalisée, toutes les barrières sautent. Tout ce qui a attrait à la reproduction, par exemple, est un produit à vendre. Un groupe de nouveaux clients sont excités par la grossesse et demandent de téter le sein des femmes enceintes lors des rapports sexuels. Des bordels spéciaux pour hommes handicapés existent et les aides à domicile (le plus souvent des femmes) payées par le gouvernement doivent les y amener s’ils le souhaitent (Sullivan et Jeffreys : 2001).

Les publicités, montrant les femmes comme des objets sexuels et apprenant aux nouvelles générations de garçons et d’hommes à les traiter comme leurs subordonnées, fleurissent sur les autoroutes de Victoria. On encourage les hommes d’affaires à tenir leurs réunions d’entreprise dans ce genre de clubs dans lesquels les propriétaires amènent des femmes nues aux tables lors des pauses café ou du déjeuner.

Le gérant d’un bordel de Melbourne a déclaré que le client type était « un homme ayant fait des études supérieures, qui vient pendant la journée puis va chez lui rejoindre sa famille. » Les femmes, qui souhaitent avoir des relations plus égalitaires avec les hommes, s’aperçoivent souvent que l’homme qui partage leur vie fréquente les maisons closes et les sex-clubs. Elles ont le choix entre accepter que leur compagnon paie des femmes pour des rapports sexuels, éviter de reconnaître ce qu’il fait ou mettre fin à la relation (Sullivan et Jeffreys : 2001).

Le règlement du gouvernement suédois 1997/98:55 sur la violence envers les femmes interdit et punit l’achat de « services sexuels. » Il s’agit là d’une approche innovante qui vise la demande de prostitution. La Suède pense qu’en « interdisant l’achat de services sexuels, la prostitution et ses effets nocifs peuvent être contrecarrés plus efficacement que jusqu’ici. » Chose importante, cette loi stipule clairement que « la prostitution n’est pas un phénomène social souhaitable » et qu’elle fait « obstacle au développement en cours vers l’égalité entre les femmes et les hommes. » **

8. La légalisation /dépénalisation de la prostitution ne favorise pas le bon état santé des femmes.

Un système de légalisation de la prostitution qui recommande des examens médicaux et des certificats uniquement aux femmes et non aux clients, est évidemment discriminatoire envers les femmes. Des examens médicaux « seulement pour les femmes » n’a pas de sens médical car la surveillance des prostituées ne les protège pas contre le VIH/SIDA ou les autres MST, étant donné que ce sont essentiellement les « clients » qui transmettent des maladies aux femmes.

On met en avant l’argument selon lequel les maisons closes, ou tout autre établissement dans lesquels la prostitution est « contrôlée », « protègent » les femmes grâce à leur politique en faveur de l’usage du préservatif. D’après une étude de la CATW, qui a recueilli le témoignage de prostituées américaines, 47 % ont déclaré que les hommes s’attendaient à des rapports sexuels sans préservatif, 73 % ont affirmé que les hommes proposaient de payer plus cher un rapport sans préservatif, 45 % d’entre elles ont indiqué qu’elles étaient agressées si elles insistaient pour que l’homme mette un préservatif. Quelques-unes ont précisé que certains établissements pouvaient avoir adopté la règle du port du préservatif mais dans les faits, les hommes cherchent toujours à avoir des rapports non protégés. Selon une prostituée, « la règle, c’est de porter un préservatif au sauna mais c’est une chose négociable entre les intéressés par la suite. La plupart des mecs s’attendent à plus de plaisir sans préservatif (Raymond et Hughes : 2001). »

Dans les faits, l’application de cette règle était laissée à chaque prostituée et l’offre d’argent supplémentaire était une pression insistante. Selon les dires d’une prostituée : « je mentirais si je disais que j’utilisais toujours un préservatif. Si je recevais davantage d’argent, alors je me fichais bien du préservatif. Je cherchais à gagner davantage. » Plusieurs raisons expliquent cette non-utilisation de préservatif : le besoin d’argent pour les femmes, la baisse de l’attirance des hommes pour les femmes moins jeunes, la concurrence des établissements qui n’exigent pas le port du préservatif, la pression des proxénètes sur les femmes pour qu’elles consentent à des rapports sexuels non protégés davantage rémunérés, le besoin d’argent pour acheter de la drogue ou pour rembourser le proxénète et le défaut général de maîtrise des prostituées sur leur corps lors des passes.

Les soi-disant « politiques de sûreté » dans les maisons closes ne protégent pas les femmes des dangers. Même au sein des établissements censés surveiller les « consommateurs » et employés des « videurs », des femmes ont déclaré avoir été blessées par des clients voire parfois par les propriétaires de ces établissements et leurs amis. Malgré le fait que quelqu’un intervenait afin de contrôler les dérives des clients, ces femmes vivaient dans la peur. Bien que 60 pour cent d’entre elles aient affirmé qu’on avait empêché les clients de leur faire du mal, la moitié de celles-ci ont répondu que, néanmoins, elles ont pensé qu’elles auraient pu être tuées par un de leurs clients (Raymond et al : 2002).

9. La légalisation /dépénalisation de la prostitution n’augmente pas les possibilités de choix des femmes.

La majorité des prostituées n’ont pas choisi rationnellement d’entrer dans ce milieu. Elles n’ont pas pris le temps de réfléchir et de décider finalement de se prostituer. Au lieu de parler d’un tel « choix », on devrait plutôt appeler cela une « solution de survie. » Il serait plus juste de dire qu’une prostituée se plie à la seule possibilité valable selon elle et non pas qu’elle y « consent ». Sa soumission est nécessaire pour s’adapter aux conditions d’inégalité instaurées par le client qui la paie pour qu’elle fasse ce que lui veut.

La plupart des femmes interrogées au cours des études de la CATW ont déclaré qu’on ne pouvait pas parler de choix d’entrer dans l’industrie du sexe, car elles n’avaient pas d’autres possibilités qui s’offraient à elles. Elles ont souvent souligné que les prostituées n’avaient pas d’autre alternative. Plusieurs ont dit que la prostitution était la dernière possibilité ou une façon non délibérée de joindre les deux bouts. Lors de l’une de ces études, 67 % des responsables de la mise en application des lois, interrogés par la CATW, ont déclaré que les femmes n’entraient pas dans la prostitution volontairement.72 % des travailleurs sociaux, interrogés par la CATW, ne pensaient pas que les femmes choisissent d’entrer dans l’industrie du sexe volontairement (Raymond et Hughes : 2001).

Faire la distinction entre la prostitution libre et forcée est exactement ce que l’industrie du sexe défend car si cette distinction peut être utilisée comme argument pour légaliser la prostitution, le proxénétisme et l’ouverture des maisonscloses, cela donnera un poids légal et plus de sécurité à l’industrie du sexe. Ce sera aux femmes qui portent plainte contre les proxénètes d’apporter la preuve qu’elles étaient « forcées. » Comment ces femmes marginalisées pourront-elles prouver cette contrainte ? Si les prostituées doivent prouver qu’on a fait usage de la force lors du recrutement ou des « conditions de travail », très peu de femmes auront recours à la justice et très peu d’agresseurs seront poursuivis.

Les prostituées doivent mentir continuellement sur leur vie, leur corps et leur vie sexuelle. Mentir fait partie de leur travail, par définition, lorsque le client leur demande : « ça t’a plu ? » L’édifice de base de la prostitution est construit sur un mensonge selon lequel « les femmes aiment ça. » Des anciennes prostituées ont affirmé qu’il leur a fallu des années après avoir quitté le milieu pour reconnaître que la prostitution n’était pas un choix délibéré car nier leur propre aptitude à choisir revenait à nier leur propre existence.

Sans doute un petit nombre de femmes disent-elles avoir choisi de se prostituer, surtout lors d’une manifestation publique orchestrée par l’industrie du sexe. De la même manière, des individus choisissent de prendre des drogues dangereuses comme l’héroïne. Cependant, même lorsque des personnes choisissent deconsommercesdrogues,nous admettons toujours que cet usage leur est néfaste et la plupart des gens ne recherchent pas la légalisation de l’héroïne. Dans ce cas, le critère de référence est le mal sur la personne et non pas le consentement de la personne.

Même l’Organisation internationale du travail (OIT) a estimé dans un rapport de 1998, qui proposait que l’industrie du sexe soit considérée comme un secteur économique légitime, que « ... la prostitution est une des formes de travail les plus aliénées ; les études [réalisées dans quatre pays] montrent que les femmes « travaillaient à contre-cœur », « se sentaient contraintes », étaient « prises de remords » ou avaient une mauvaise image d’elles-mêmes. » Une partie importante d’entre elles a affirmé souhaiter quitter le milieu de l’industrie du sexe (sic) si c’était possible (Lim, 1998 : 213). »

Lorsqu’une femme reste dans une relation qui la fait souffrir avec un compagnon qui la bat, et même lorsqu’elle défend ses agissements, les personnes se sentant concernées ne prétendent pas qu’elle en est là volontairement. On reconnaît la complexité de son acceptation. Souvent les prostituées, à l’instar des femmes battues, nient les sévices dont elles font l’objet quand elles n’ont pas d’autre alternative valable à la prostitution.

10. Les femmes qui sont dans le milieu de la prostitution ne souhaitent pas la légalisation ou la dépénalisation de l’industrie du sexe.

Lors d’une étude sur la trafic sexuel, menée dans cinq pays, réalisée par la CATW et financée par la Fondation Ford, la plupart des cent quarante-six femmes interrogées ont fermement affirmé que la prostitution ne devrait pas être légalisée ni considérée comme un travail légitime, mettant en garde contre l’augmentation des risques et des maltraitances dont elles feraient l’objet de la part de clients et de proxénètes déjà violents, si légalisation il y avait (Raymond et al, 2002). « En aucune façon c’est une profession ; ce n’est qu’humiliation et violence de la part des hommes. » Aucune femme interrogée ne souhaite que ses enfants, sa famille ou ses amis doivent gagner leur vie en entrant dans l’industrie du sexe. L’une d’elle a confié ceci : « la prostitution m’a volé ma vie, ma santé, tout. »

Conclusion :

Les législateurs cèdent à la vague de la légalisation parce qu’ils estiment que rien d’autre ne marche. Cependant, comme l’a noté un Commissaire de Scotland Yard : « Il faut faire attention à ne pas légaliser quelque chose uniquement parce qu’on pense que les actions menées ne sont pas, jusqu’ici, fructueuses. »

On entend très peu de choses sur le rôle de l’industrie du sexe dans la création d’un marché mondial du sexe utilisant le corps de femmes et d’enfants. En revanche, beaucoup de choses sont dites pour améliorer les conditions de « travail » des prostituées à travers la réglementation et/ou la légalisation, à travers des syndicats de prétendues « travailleuses du sexe » et à travers des campagnes dans lesquelles des préservatifs - et non pas de véritables alternatives à la prostitution - sont offerts. Des gens expliquent comment garder les prostituées dans le milieu mais ne proposent guère de solutions pour les en faire sortir.

Les gouvernements qui légalisent la prostitution comme un « travail du sexe » auront un énorme intérêt économique dans l’industrie du sexe. Par conséquent, cela va accroître leur dépendance à ce secteur. Si les prostituées sont comptabilisées comme des travailleuses, les proxénètes comme des hommes d’affaires et les clients comme des consommateurs de services sexuels, légitimant ainsi l’ensemble de l’industrie du sexe en tant que secteur économique, alors les gouvernements pourront abandonner leur responsabilité de créer des emplois décents et durables pour les femmes.

Plutôt que de sanctionner la prostitution, les Etats pourraient s’attaquer à la demande, en pénalisant les hommes qui achètent des femmes pour avoir des rapports sexuels, et soutenir le développement de possibilités de réinsertion pour les prostituées. Au lieu de récolter les taxes sur les profits engendrés par l’industrie du sexe, les gouvernements pourraient investir dans l’avenir des prostituées en leur fournissant des prestations, grâce à la saisie des capitaux de l’industrie du sexe, afin de leur proposer une véritable alternative à la prostitution.

Notes :

* Le Groupe de Budapest (Juin 1999). International Center for Migration Policy Development, Austria : "The relationship between organized crime and trafficking in Aliens".
Le processus de Budapest a été lancé en 1991. Près de quarante gouvernements et dix organisations y participent et cinquante réunions intergouvernementales ont été organisées, à des niveaux variés, notamment la Conférence des Ministres à Prague.
** Le rapporteur national de la police nationale suédoise sur la traite a déclaré que dans les six mois qui ont suivi l’entrée en vigueur de la loi suédoise de janvier 1999, la traite des femmes vers la Suède a baissé. Elle a également indiqué que selon ces homologues européens, les trafiquants choisissent d’autres pays de destination dans lesquels ils ne sont pas gênés par de tels textes législatifs. Ainsi, la loi est un moyen de dissuader les trafiquants.
Extrait du journal suédois Metro du 27 janvier 2001, article écrit par Karl Vicktor Olsson : « Sexkopslagen minkar handeln med kvinnor ».

Références

Altink, Sietske, Stolen Lives : Trading Women into Sex and Slavery, London : Scarlet Press, 1995.
Le Groupe de Budapest, International Center for Migration Policy Development, Austria : "The Relationship Between Organized Crime and Trafficking in Aliens", juin 1999.
Bureau NRM, "Traite des êtres humains : premier rapport du rapporteur national hollandais", p.155, La Haye, novembre 2002.
Daley, Suzanne, New York Times, 12 août 2001, pp. A1 and 4 : "New Rights for Dutch Prostitutes, but No Gain."
Dutting, Giseling, Women’s Global Network for Reproductive Rights ’ Newsletter, 3 : 15-16 : "Legalized prostitution in the Netherlands - recent debates", novembre 2000
Organisation internationale pour les migrations (OIM), "Trafficking and prostitution : the growing exploitation of migrant women from central and eastern Europe", mai 1995. Budapest : OIM Programme d’information sur les migrations.
Lim, Lin Lean, The Sex Sector, Bureau de l’Organisation internationale du travail, Genève, Suisse, 1998.
Raymond, Janice G., Donna M. Hughes, Donna M. and Carol A. Gomez, Sex Trafficking of Women in the United States : Links Between International and Domestic Sex Industries, 2001. Financé par l’Institut national de justice des Etats-Unis N. Amherst, MA : Coalition contre la trafic des femmes. Rapport disponible sur le site de la : CATW
Raymond, Janice G., Jean d’Cunha, Siti Ruhaini Dzuhayatin, H. Patricia Hynes, Zoraida Ramirez Rodriguez et Aida Santos, "A Comparative Study of Women Trafficked in the Migration Process : Patterns, Profiles and Health Consequences of Sexual Exploitation in Five Countries (Indonesia, the Philippines, Thailand, Venezuela and the United States)", 2002. Financé par la Fondation. N. Amherst, MA : Coalition contre le trafic des femmes. Rapport disponible sur le site de la : CATW
South China Morning Post, 10 septembre 1999, "Brothel Business Booming at a Legal Red-Light District Near You."
Sullivan, Mary and Jeffreys, Sheila, "Legalising Prostitution is Not the Answer : the example of Victoria, Australia.", Coalition contre le trafic des femmes, Australie et Etat-Unis, 2001. Rapport disponible sur le site de la : CATW
Tiggeloven, Carin, "Child Prostitution in the Netherlands.", 18 décembre 2001. Disponible sur le site : rnw

Coordonnées :

Dr Janice G. Raymond
Codirectrice de la Coalition contre le trafic des femmes (CATW)
Professeur émérite, University of Massachusetts, Amherst
P.O. Box 9338
N. Amherst, MA 01059
Etat-Unis
Coalition Contre la Traite des Femmes (en anglais CATW)
(25 mars 2003)

Mis en ligne sur Sisyphe, octobre 2003


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Janice G. Raymond

Janice G. Raymond est professeure émérite en Études féministes et Éthique médicale à l’Université du Massachusetts à Amherst. Elle a été professeure invitée à l’Université de Linkoping en Suède et chercheuse invitée à l’Institut de technologie du Massachusetts (MIT).

Militante féministe de longue date contre l’exploitation sexuelle, les abus médicaux et la violence envers les femmes, Janice Raymond est aussi co-directrice générale de la Coalition contre le trafic des femmes (CATW), organisation non gouvernementale (ONG) internationale qui a le statut consultatif de catégorie II auprès de l’ECOSOC, et qui a des branches dans chaque région du monde.

Janice G. Raymond a été récipiendaire de bourses de l’Institut national de la Justice, de la Fondation Ford, de l’Agence d’information des États-Unis, de la Fondation scientifique nationale, de l’Organisation norvégienne pour la recherche et le développement (NORAD), et de l’UNESCO. En l’an 2000, elle a complété l’une des premières études sur le trafic sexuel aux États-Unis intitulée Sex Trafficking in the United States : Links Between International and Domestic Sex Industries,
subventionnée par l’Institut National de la Justice. En 2002, elle a dirigé et été co-auteure d’un projet impliquant plusieurs pays : Philippines, Indonésie, Thaïlande, Vénézuéla et États-Unis, intitulé Women in the International Migration Process : Patterns, Profiles and Health Consequences of Sexual Exploitation, subventionné par la Fondation Ford.

Janice G. Raymond est l’auteure de cinq livres et de nombreux articles traduits dans plusieurs langues, sur des sujets comme la violence contre les femmes, la santé des femmes, la pensée féministe et la bio-médecine. Son dernier livre est Women as Wombs : Reproductive Freedom and the Battle Over Women’s Bodies (Harper San Francisco, 1994). Elle donne des conférences partout dans le monde sur tous ces sujets.



Plan-Liens Forum

  • Dix raisons de ne pas légaliser la prostitution
    (1/7) 5 mai 2012 , par Hellix.

  • Dix raisons pour ne pas légaliser la prostitution
    (2/7) 26 mars 2010 , par Une prostituee

  • > Dix raisons
    (3/7) 3 avril 2008 , par Julien des Pays Bas

  • > Dix raisons pour ne pas légaliser la prostitution
    (4/7) 1er avril 2007 , par Capitaine

  • > Dix raisons pour ne pas légaliser la prostitution
    (5/7) 31 mars 2007 , par Camille

  • > pouvez vous m’eclaircir ?
    (6/7) 14 janvier 2005 , par Wallblast

    rép: Micheline Carrier
  • > Dix raisons pour ne pas légaliser la prostitution
    (7/7) 27 mai 2004 , par cindy

    rép: Internaute
    rép: Capitaine
    rép: Francois




  • Dix raisons de ne pas légaliser la prostitution
    5 mai 2012 , par Hellix.   [retour au début des forums]

    et quid des prostitués hommes ?

    Dix raisons pour ne pas légaliser la prostitution
    26 mars 2010 , par Une prostituee   [retour au début des forums]

    Malheureusement, votre article n est pas honnete. Il est faux de dire que les prostituees ne veulent pas de la depenalisation du travail du sexe.
    Je suis prostitue et est travaille en France ou le stigmate etait beaucoup plus grand / le rapport aux clients plus difficle, puis j ai immigre au royaume uni ou le rapport etait plus simple et si un client s averiat violent je pouvais plus facilement voir la police , car mon activite n etait pas criminelle.
    Bien sur, il serait fantastique qu aucune personne ne se prostitute si elle ne le desire pas, mais pour ca il faut s attaquer a de plus grands problemes comme la pauvrete, les inegalitees sociales, les differences de richesses entre les pays, la violence domestique, et les dependances.
    Criminaliser les clients ne rend que la prostitution plus dangereuse. Les prostituees veulent une reconnaissance de leurs droits et la fin de la stigmatisation.

    > Dix raisons
    3 avril 2008 , par Julien des Pays Bas   [retour au début des forums]

    Tout d abord recevez mes felicitations pour cet article tres instructif et pedagogique.Je voudrais simplement eclairer un point qui me semble discutable : la protistution a l heure actuelle n est pas legal aux Pays Bas mais elle est toleree ( comme les drogues douces), cependant l activite salariale d un/une prostituee est totalement legale(ce qui permet d avoir un compte en banque, d acquerir un lieux de travail, de participer aux cotisations sociales du pays).
    Mais tout ceci n est qu un ecran de fumee a une realite de la misere humaine !En fait les controles des autorites sont quasi inexistants et les filles sont deplacees si souvent qu il est impossible de controler.
    C est le PRAGMATISME neerlandais : ca ne resoud pas le probleme mais cela permet de donner un statut aux personnes pour revendiquer leur droits et devoirs...
    Helas tout le monde n a pas choisi...

    > Dix raisons pour ne pas légaliser la prostitution
    1er avril 2007 , par Capitaine   [retour au début des forums]

    Les 8 derniéres lignes de ce texte complétement utopiques vous ne vous rendez pas compte des forces de police qu’il faudrait déployer pour ficher ,poursuivre et pénaliser les "clients" devenus délinquants ?
    Nous n’avons déja pas assez du moins en France pour combattre efficacement le proxénétisme et les mafias qui se multiplient plus avec la prohibition .Et qui surveillera les flics ?les juges et les députés qui ont aussi leurs clubs privés ?

    > Dix raisons pour ne pas légaliser la prostitution
    31 mars 2007 , par Camille   [retour au début des forums]

    C’est pas si simple en Espagne ,le pays le plus prostituant d’Europe
    (voir sur ce site "prostitution en espagne" par google) 400.000 filles
    autant qu’en Allemagne avec population de moitié ;la plus part etant des "touristes" occasionnelles
    a séjours limité surtout de l’est
    personne ne désire la réglementation qui limiterait les heures de travail dans "les clubs" et qui ferait payer des impots aux filles,pour les soins elles prennent des assurances privées
    ,et retournent en alternant dans leurs pays ou elles gagnent 120 euros par mois lorsqu’elles ont du travail contre 6000 a 8000 en Espagne ;voila la réalité le reste est de la rhétorique .

    > pouvez vous m’eclaircir ?
    14 janvier 2005 , par Wallblast   [retour au début des forums]

    Je ne suis pas spécialiste de la question mais il me semble que la légalisation de la prostitution (par exemple aux pays bas) a contribuer à l’amélioration des conditions des femmes concernées en leur offrant un statut reconnu, une couverture sociale et une garantie de sécurité beaucoup plus conséquente que lorsqu’elles étaient livrées à la rue. De plus il est évident que la prostitution est un fléau très répandu et il parait illusoire de pouvoir en venir à bout par la répression.Enfin, les violences et contraintes envers les prostituées ont fortement diminuées depuis la légalisation contrairement à ce que vous affirmez. Peut-être je me trompe et c’est seulement une croyance répandue. Pouvez vous me répondre en indiquant si possible vos sources.
    merci.

    • Voici des sources
      14 janvier 2005 , par Micheline Carrier
        [retour au début des forums]

      Mais Janice Raymond, elle, est une spécialiste de la question ainsi que des violences contre les femmes depuis un quart de siècle. Elle est une source fiable.

      Selon d’autres spécialistes de la question, la situation des personnes prostituées au Pays-Bas a empiré. Je vous cite un article d’un chercheur que vous trouvez sur ce site :

      « Qui dit prostituées étrangères, dit traite des êtres humains, ce qui implique évidemment l’organisation de ladite traite. C’est l’organisation proxénète qui est la grande pourvoyeuse des sex-clubs et des bordels au nombre de 700 aux Pays-Bas, où la prostitution est légale depuis le 1er octobre 2000. Cette légalisation qui devait profiter aux prostituées est vraisemblablement un échec puisque 4 % d’entre elles seulement se sont enregistrées (Chaleil, 2002 :49). Les promoteurs de la légalisation de la prostitution en Australie soutenaient qu’une telle mesure résoudrait des problèmes comme le contrôle du crime organisé, de l’industrie du commerce sexuel, l’expansion déréglementée de ladite industrie et la violence subie par les prostituées de rue. En fait, la légalisation n’a résolu aucun de ces problèmes et en a entraîné de nouveaux. Entre autres, depuis la légalisation, la prostitution des enfants a connu une croissance dramatique ; le nombre de bordels a non seulement triplé, mais chacun des bordels a également connu une expansion. De plus, le nombre de bordels illégaux surpasse le nombre de bordels légaux. En conséquence, la traite des femmes et des enfants en provenance d’autres pays a augmenté significativement. »

      http://sisyphe.org/article.php3?id_article=908

      Vous avez aussi dans la rubrique "Prostitution" (voir à gauche de cet article e en haut dans le menu pour le titre de la rubrique) une cinquantaine d’articles presque tous assortis de nombreuses sources qui alimenteront une longue recherche, si vous le souhaitez.

      Rubrique Prostitution, pronographie et trafic sexuel

      Enfin, voici dans le lien suivant un extrait de la préface d’un livre récent (2004) intitulé "La mondialisation des industries du sexe. Prostitution, pornographie, traite des femmes et des enfants », par Richard Poulin. Si vous êtes au Canada, le livre est disponible dans les librairies. Si vous êtes en France, il sera disponible en mars ou avril.

      http://sisyphe.org/article.php3?id_article=1283>.

      Bonne lecture.

      Micheline Carrier
      Sisyphe

      [Répondre à ce message]

    > Dix raisons pour ne pas légaliser la prostitution
    27 mai 2004 , par cindy   [retour au début des forums]

    Je trouve votre article très intéressant et de plus, grandement réaliste.Il m’a beaucoup aider dans ma recherche pour mon débat pour ne pas légaliser la prostittution.

    Continuer votre travail, c’est très bien et interessant.

    cindy

    • > Dix raisons pour ne pas légaliser la prostitution
      1er avril 2007 , par Internaute
        [retour au début des forums]

      Alors, vous préconisez qu’on continue d’encourager les hommes à participer à l’esclavage sexuel des femmes. Bel idéal de vie ! Souffrent-ils de sous-développement moral et psychologique pour ne pas être capables de comprendre qu’ils contribuent à l’aliénation de la moitié de l’humanité et collaborent avec tous les trafiquants d’êtres humains sans scrupule, sans compter les organisations criminelles internationales ? Et si leur femme, leur soeur, leur fille étaient prises dans ces réseaux ? Manqueraient-ils tellement de coeur qu’ils continueraient d’exploiter sexuellement les femmes ? C’est à se demander à quelle engeance on a affaire quand on pense au genre masculin.

      [Répondre à ce message]

      • > Dix raisons pour ne pas légaliser la prostitution
        4 avril 2007 , par Capitaine
          [retour au début des forums]

        Votre texte est tres moral et idéologique et ce n’est pas une critique ! Mais alors donnez nous dans le contexte de nos pays latins d’europe une solution concréte soit ne pas réglementer et laisser "a volo"
        comme en Espagne et partiellement en France et en Italie soit "prohiber"
        c’est a dire pénaliser "les clients"
        cadire créer un délit qui devient fichable et inscrit sur le cahier judiciaire comme la pédophilie punissable méme lorsque le délit se produit à l’etranger ? Maintenant si vous croyez aux leçons de morale pourquoi pas ;mais pendant un temps qui risque d’etre tres long le"volo" sans limites ni réglementation continuera quant aux moyens pour appliquer "la prohibition" il faut aussi les donner aux forces de répréssion y compris pour la surveillance d’internet qui est devenu la forme de racollage pas illégale la plus courante en France (voir les sites "escort" )pour le moment le débat n’a pas l’air de s’ammorcer pour les présidentielles ou cependant plusieures femmes sont présentes sans que cela soit exclusivement pour elles bien sur .

        [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2011
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin