| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 11 novembre 2005

Prostitution et travail « invisible » : une assimilation dangereuse

par Rhéa Jean, docteure en philosophie






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Des militantes et militants pro-prostitution menacent des survivantes pour les faire taire
Prostitution - La Loi sur la protection des collectivités et des victimes d’exploitation, deux ans plus tard, qu’en-est-il ?
Le prostitueur moderne et sa nounou queer
Aidez-nous à éradiquer la prostitution au Canada
Euro 2016 - Le prix d’une passe n’est pas celui que tu crois
Abolition de la GPA et de la prostitution, même combat contre le patriarcat
Les droits des femmes bafoués, les corps marchandisés
Non au système prostitutionnel ! Une analyse féministe et abolitionniste du système prostitutionnel
Prostitution : L’Assemblée nationale française fidèle à ses convictions
Claudine Legardinier - Prostitution : une guerre contre les femmes
France - Les inégalités femmes-hommes au Sénat font obstruction à la sanction des clients de la prostitution !
Offrir aux hommes handicapés de recourir à la prostitution, une idée ancrée dans la misogynie et le validisme
Lettre ouverte à rabble.ca - La journaliste Meghan Murphy visée par une campagne misogyne du lobby de l’industrie du sexe
Grand Prix de Montréal - La CSN demande l’application de la nouvelle loi fédérale pour contrer la prostitution
Comment la pornographie influence les jeunes consommateurs
"Le commerce du sexe", un film d’Ève Lamont
Réglementer la pornographie ou criminaliser les pornocrates ?
Corps disloqués, âmes brisées : conséquences psychiques et physiques de la prostitution sur les personnes qui la vivent
Prostitution - L’approche de “réduction des méfaits” ne suffit pas pour une analyse pertinente de la prostitution
« Ni client, ni complice ! » - La CLES lance un appel à lutter contre la banalisation de l’exploitation sexuelle
Pénalisation du client de la prostitution ? Les belles histoires de Tonton Robert
Non, Messieurs, la plupart des personnes prostituées ne le sont pas par choix
Le manifeste des 343 bites tellement légères qu’elles se dressent à l’insu de leur cerveau
La cruelle chosification des femmes prostituées et des mères porteuses
Catharine A. MacKinnon - Traite, prostitution, inégalité
Prostitution - Sanctionner les clients et non les prostituées
Prostitution des jeunes - La trahison des adultes
Décriminaliser la prostitution ne peut pas être la solution
Prostitution : une affaire d’hommes ou la fraternité "des salauds"
Loi sur la prostitution en France - « Je ne veux pas d’une société où les femmes ont un prix »
Janice G. Raymond – Prostitution : "Pas un choix, pas un travail"
Elisabeth Badinter et Irène Théry ou la caution intellectuelle du système patriarcal
Les femmes étrangères rêveraient-elles de devenir "putes" ?
Prostitution - La stigmatisation et le mythe entourant le statut de victime
Abolition de la prostitution en France - Le principe est acquis, place à la loi !
Comprendre la prostitution dans l’ensemble des structures de pouvoir fondées sur le genre
L’Irlande pourrait interdire l’achat de sexe
Le prostitueur, "chaînon manquant" de la question prostitutionnelle, selon Victor Malarek
La prostitution, sexualisation du pouvoir
La France envisagerait des sanctions "pédagogiques" pour les prostitueurs
Le Canada ne peut traiter la prostitution comme un filet de sécurité sociale
Les "femmes de réconfort" étaient nécessaires pour maintenir la discipline dans l’armée, selon le maire d’Osaka
Prostitueurs et non-prostitueurs, une étude de Mélissa Farley
Bienvenue dans le monde des prostitueurs
Prostitution - Rendre tabou la notion de victime pour masquer l’existence d’agresseurs
Prostitution en Grande-Bretagne - Un bien étrange syndicat au service des proxénètes
Prostitution et mariage : une assimilation douteuse
La prostitution, le STRASS et la sénatrice - La pertinence de la transparence
Au delà des mythes, légaliser la prostitution est une très mauvaise idée
La Suède malmène l’industrie du sexe et aide les femmes prostituées
Les prostitueurs. Sexe à vendre… Les hommes qui achètent du sexe, un livre de Victor Malarek
"Angel" : Piégée dans un monde de prostitution et de violence
L’être et la marchandise. Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi
"Les criminelles" : individualisation et romantisation de la prostitution
Des spécialistes en santé veulent aider les femmes à sortir de l’industrie du sexe… en faisant échec aux prostitueurs
L’Islande songe à interdire la porno diffusée sur Internet
En studio avec Ruth ! "Je crois sincèrement que la traite humaine et la prostitution fonctionnent de pair"
Catalogne - La loi et l’ordre des proxénètes
Qui estime vraiment les personnes prostituées ?
En studio avec Ruth ! "La prostitution est un grand enjeu politique"
L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) et l’Alliance canadienne féministe pour l’action internationale (FAFIA) répondent au rapport Oppal sur les femmes disparues
Colombie-Britannique - L’égalité des femmes et le contexte socio-économique absents du rapport Oppal sur les femmes disparues
Prostitution - Les “progressistes” australiens oscillent entre l’industrie du sexe et les droits des femmes
Prostitution - Le refus d’abolir le système prostitueur est une atteinte aux droits humains
Fantine ou la liberté de se prostituer ?
Première rencontre de l’Association internationale des survivantes unies de la traite à des fins sexuelles (prostitution)
Prostitution - Pourquoi il faut mettre fin à une des plus anciennes violations des droits humains
Carton rouge pour les bordels à vitrine
Prostitution - La réduction des méfaits est-elle ce que nous pouvons faire de mieux pour les personnes prostituées ?
Un traité féministe international pour abolir la prostitution
Prostitution - Coup de tampon réglementariste !
Prostitution et séropositivité - Le Gouvernement grec arrête et emprisonne des femmes pour protéger les hommes
Manifeste contre le système prostitueur
Prostitution en France - Lettre ouverte à M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre
1946-2012 : De la fermeture des maisons closes à la lutte contre le système prostitueur, les abolitionnistes portent progrès et liberté !
Prostitution - Gloria Steinem appuie le modèle nordique
Solidarité avec les prostituées, mais lutte contre la prostitution
Comparaison entre acheteurs et non-acheteurs de sexe dans la région de Boston
8 mars 2012 : Pas d’égalité sans abolition de la prostitution !
La danse contact ou "lap-dance", prologue de la prostitution
Fiers d’aller aux danseuses ! Vraiment ?
Abolitionnistes du système prostitueur : ce que nous sommes, ce que nous voulons !
Les Néerlandais commencent à regretter la légalisation de la prostitution
Prostitution et faux-semblants : une affaire de société, de femmes et d’hommes
Pourquoi la gauche veut-elle faire de la prostitution "un métier comme un autre" ?
Prostitution et "slutwalk" - Bâtir un mouvement féministe progressiste à l’époque individualiste
Prostitution - Il faut rendre illégal l’achat de "services" sexuels en Australie
Le mouvement des femmes n’est pas monochromatique
ZéroMacho - Des hommes contre la prostitution
Prostitution et domination masculine
La vérité sur l’esclavage sexuel planétaire, un livre de Lydia Cacho
Votre voisin est un prostitueur - Une nouvelle recherche
J’ai rien vu
Abolition n’est pas prohibition - Pourquoi la défense de l’avortement diffère de la défense de la prostitution
Prostitution et traite des femmes - Le projet abolitionniste au congrès Mondes des femmes 2011
Congrès international Mondes des femmes 2011 - Compte-rendu des échanges sur l’abolition de la prostitution à l’exposition "Les draps parlent"
Banalisation de l’industrie du sexe et éducation des jeunes
Nous devons sanctionner les acheteurs de la prostitution
Des députés proposent une résolution sur la prostitution réaffirmant la position abolitionniste de la France
Dix raisons de ne pas légaliser la prostitution
Demi Moore s’associe au CNN Freedom Project pour un documentaire saisissant sur le commerce sexuel au Népal
Client de la prostitution : vers une prise de conscience européenne
Lutter pour faire de la prostitution un travail, c’est se tromper de combat
Prostitution et traite des êtres humains, controverses et enjeux
Le système de la prostitution militaire en Corée du Sud, en Thaïlande et aux Philippines
Les pratiques des hommes "clients" de la prostitution : influences et orientations pour le travail social
La prostitution comme violence contre les femmes
Le système prostitutionnel, un pilier de l’inégalité sexuelle et des violences envers les femmes
Clients de la prostitution : un "droit de l’homme" heureusement en péril
Prostitution as violence against women
Prostitution - Vive le sexe libre et gratuit !
France - La prostitution n’est pas une fatalité
"Il faut punir les clients des prostituées", selon Roselyne Bachelot. Oui... et dépénaliser les personnes prostituées !
Belgique - Analyse « Prostitution : arguments et opinions »
Prostitution - Le débat entre féministes se poursuit
Tribunal populaire sur l’exploitation sexuelle commerciale - Inscription
La tolérance sociale, complice de la violence et de l’exploitation sexuelle
Traite des femmes à des fins sexuelles - Au cœur des réseaux criminels : l’exemple de l’Albanie
S’unir contre la banalisation de la prostitution - Un défi pour la décennie
Moi, si j’étais un homme
Prostitution et traite des êtres humains - Les mensonges du réglementarisme
La députée bloquiste Maria Mourani présente un projet de loi pour accélérer la lutte à la traite des personnes et au proxénétisme
La prostitution menace le patrimoine humain
La série "Maison close" : de la fiction à la réalité
C’est un métier, tout comme le vôtre…
Décriminaliser totalement la prostitution sape le travail pour l’égalité des sexes - Exigeons le changement
"Abolir la prostitution" – Une question en suspens pour le féminisme et pour la gauche
Pays-bas : infirmières ou prostituées ?
Madame Parité commence fort en renvoyant les femmes… au bordel !
Le sexe s’invite à la Coupe du Monde
Feu « Verts » au proxénétisme !
Plus de pornographie à l’Assemblée nationale, mais des assises de la prostitution au Sénat
"Travailleurs du sexe", un documentaire sexiste, réactionnaire et dangereux
Le Mouvement du Nid-France louera un mini-car pour faire visiter les maisons closes
Pour un quartier assiégé, la prostitution est loin d’être un "crime sans victime"
De client prostitueur à homme responsable : une démarche nécessaire
Le "client", premier agent de la prostitution
Proxénétisme et prostitution - Lettre ouverte aux candidat-e-s aux élections européennes de juin 2009
Poser les bases d’une Europe sans prostitution, c’est oser
Le tourisme de prostitution, une industrie mondialisée florissante
Prostitution : la grande promo
Première Journée mondiale contre l’exploitation sexuelle : les raisons d’un engagement
Prostitution et traite des êtres humains, enjeux nationaux et internationaux
Le vagin industriel. Vers une économie politique du sexe commercial mondialisée
S’attaquer au trafic mondial du sexe
Intégrisme islamique et esclavage sexuel en Iran
Le corps des femmes est attaqué. Que fait-on ? On se tient debout et on riposte !
Libre disposition de son corps et liberté de se prostituer
Le refus de la prostitution gagne du terrain
La mode hypersexualisée s’inspire de la pornographie
Le "droit de prostituer" n’est pas un droit de l’homme
"Abolition de la prostitution" - Édito Revue Labrys
Affaire Sneep aux Pays-Bas - Condamnation de deux proxénètes qui ont exploité et maltraité 120 filles de l’Europe du Sud et de l’Est
Le commerce du sexe est florissant en Afghanistan
Sexe et Formule 1
Dossier prostitution - Importants développements à l’échelle internationale
Prostitution - Touche pas à mon client ?
Le Conseil National des Femmes du Luxembourg (CNFL) se prononce en faveur d’une législation agissant directement sur la demande de "services sexuels"
Affaire Spitzer - Le mythe du crime sans victimes
Le Mouvement du Nid inquiet de plusieurs mesures de la politique française sur la prostitution
Le Forum de Vienne sur la traite des êtres humains reste sourd aux voix des victimes
Une politique cohérente contre la violence à l’égard des femmes doit commencer par s’attaquer à la prostitution
Prostitution - À Alger comme en Europe, on esclavagise les femmes
Manifeste des hommes pour l’abolition de la prostitution (Espagne)
Pornographie et fin de la masculinité
Pornographie : "Ça fait mal, tellement mal" ou pourquoi certaines femmes ne veulent pas savoir
Prostitution : les limites du consentement
Prostitution et traite des femmes au Nevada
« Être abolitionniste, c’est défendre la liberté sexuelle ! »
"Rent-A-Wife", c’est discriminatoire !
Après des décennies, les secrets des bordels des camps nazis émergent
Une association féministe espagnole conteste l’expression "travailleuse du sexe"
Le Mouvement du Nid face aux clients prostitueurs
Première Journée mondiale pour un tourisme responsable et respectueux, le 2 juin 2007
Richard Poulin parle de son dernier livre "Abolir la prostitution" - Interview par Sporenda
Police, Justice et acteurs sociaux, quelle coopération ?
Réflexions sur les meurtres de femmes prostituées au Royaume-Uni
Prostitution - Trois femmes et un débat
Déchirées par la guerre, les femmes d’Irak sont la cible des trafiquants du sexe
La prostitution n’est pas un service comme un autre
Entretien avec Coline Serreau sur le film Chaos
Qu’est-ce que la libération ? Le féminisme hier, aujourd’hui et demain
Quand le porno impose sa vision de la sexualité
La prostitution, une arme politique
Prostitution : tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir et qui existe quand même !
La liberté dévoyée
Mondialisation, militarisme et trafic sexuel
Pour que la porno recule
Marchandisation et déshumanisation : l’exemple de la prostitution
Richard Poulin lance un manifeste abolitionniste
Prostitution en Allemagne : Déclaration post-Coupe Mondiale de Football
Prostitution Reform - Stamp out sexual slavery (Angleterre)
La prostitution au XVIIIe siècle, pierre d’achoppement entre politiques locales et pouvoir royal
Campagne contre la traite des blanches de l’Europe de l’Est
Prostitution : les pièges du pragmatisme
L’âge du consentement sexuel à 16 ans : un pis-aller ?
Prostitution : cherchez le client
Enjeux de la prostitution considérée comme "travail du sexe"
L’envergure de la traite à des fins de prostitution
Les filles de l’Est
Violence pro-prostitution à la Maison des femmes de Paris
Le discours pro-prostitution : une rhétorique de dominant
"Survivantes" et féministes contre la prostitution
Clients de la prostitution : motivations et déterminants
La législation à l’encontre des prostituées au XVIIIe siècle
Une politique cohérente contre la violence faite aux femmes doit d’abord s’attaquer à la prostitution
La nouvelle industrie du sexe
"Terre promise", un film d’Amos Gitaï sur la traite des femmes
Prostitution : une arme de destruction massive
"Les clients de la prostitution : l’enquête", de Claudine Legardinier et Saïd Bouamama
Les Philippines contre le trafic sexuel
"Inside deep throat", contribution à la liberté sexuelle ?
La prostitution au XVIIIe siècle : introduction à une liberté superficielle
Femmes à vendre dans les pays baltes
Prostitution et Société No 150
Acheter du sexe n’est pas un sport
Une loi qui jetterait les femmes dans l’industrie du sexe
Casino de Hull - Des "playmates" de Playboy pour faire la promotion des nouvelles machines à sous
Ni coupables, ni victimes : libres ? Oui, libres de toute prostitution
Le système de la prostitution : une violence à l’encontre des femmes
La marchandisation du corps humain est une violation des droits fondamentaux de la personne
Le système de la prostitution au Cambodge : le témoignage de Somaly Mam
Le Mouvement du Nid
Le Mouvement du Nid - Documents sur la prostitution
La banalisation de la prostitution : des choses à savoir
L’Association canadienne des centres contre les agressions sexuelles réclame des politiques contre le commerce du sexe
16 journées d’actions citoyennes pour dire "Non aux violences à l’égard des femmes et à la prostitution ! Oui à la promotion de la dignité humaine !"
Le risque global d’être convertie en marchandise
Gunilla Ekberg : « Le mieux que nous puissions faire pour nos soeurs prostituées, c’est de les aider à en sortir. »
Prostitution, pornographie et trafic des femmes
Sexe, argent et intégrisme postmoderne
Les politiques européennes et internationales sur la traite des êtres humains encouragent le proxénétisme
Quinze thèses sur le capitalisme et le système prostitutionnel mondial
Le chemin de Buenos Aires : la prostitution, hier et aujourd’hui
Prostitution,
la mondialisation incarnée

Mondialisation des industries du sexe : oppression maximale des femmes et des enfants du Sud, de l’Est, du Sud-Est, etc...
L’hypocrisie a-t-elle un sexe ? Ou comment masquer l’insoutenable réalité de la prostitution
L’importance de ne pas censurer le débat sur la prostitution
Viol et prostitution
Esclavage et prostitution
Journée de formation sur la mondialisation de la prostitution et du trafic sexuel - Documents
Les jeunes et l’industrie du sexe
La marchandisation du sexe : nouvel esclavagisme ?
Le "libre choix" en Allemagne : accepter de se prostituer ou perdre son allocation de chômage ?
La croissance effrénée des industries du sexe : entrevue avec Richard Poulin
Aux pays des tsunamis, le trafic sexuel sévit
Le modèle suédois : une source d’inspiration, non une panacée
Une étude dresse le portrait des prostitueurs ou clients de la prostitution
Prostitution : La nouvelle traite des Noirs
« La mondialisation des industries du sexe » : des faits aux valeurs
Décriminaliser la prostitution a profité aux proxénètes, pas aux personnes prostituées
Occupations militaires - La prostitution érigée en système
Le scandale de l’esclavage sexuel au Kosovo
« Les Yeux secs » et la caméra citoyenne de Narjiss Nejjar
Rapport sur les conséquences de l’industrie du sexe dans l’Union européenne
L’érotisation de la violence et de la subordination
Prostitution : réflexions d’un militant en colère
Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui, esclavage, travail forcé, trafic de personnes
Pacte du silence sur les clients de la prostitution
Le débat sur la prostitution : quelle libération sexuelle ?
Des questions à se poser sur la prostitution
Fabrication d’un nouveau mythe sur la prostitution
L’urgence est-elle de faire de la prostitution un métier ?
Je voudrais parler porno
La légalisation de la prostitution, une expérience qui a échoué en Australie
Prostitution, pornographie et capital
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe
Prostitution, trafic sexuel et mondialisation
On s’arrache les actions du premier bordel inscrit en bourse
Il faut stigmatiser le client... il est criminel
La tyrannie du nouvel ordre sexuel
Adulte ou infantile, la prostitution est le contraire de l’autonomie sexuelle
Les enjeux occultés de la prostitution et les conséquences sur les rapports hommes-femmes
Le trafic mondial des femmes et des enfants
Des proxénètes à l’Université ?
La mondialisation des marchés du sexe - I
La mondialisation des marchés du sexe - II
Combattre le système prostitutionnel
Sexe : de l’intimité au « travail sexuel » ou prostituer est-il un droit humain ?
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe. Commentaire.
Pour une critique de la politique pro-prostitution de Cabiria
Prostitution : droits des femmes ou droit aux femmes ?
Faut-il une autorisation pour parler de la prostitution ?
« Le corps est un nouvel instrument d’esclavage » Florence Montreynaud
« La prostitution, ce n’est pas le plus vieux métier du monde, c’est le plus vieux mensonge » (Gunilla Ekberg)
L’idéologie sexiste et la pornographie
Femmes esclaves des bordels du Bangladesh







Afin de faire avancer la cause de l’égalité entre hommes et femmes, certaines féministes, libérales ou radicales, considèrent que la société doit reconnaître le travail « invisible » des femmes en rémunérant celui-ci. Ce travail « invisible » pourrait se définir par les différentes tâches non rémunérées accomplies par les femmes, le plus souvent pour fournir différents services à leur mari et leurs enfants (bien qu’on puisse élargir la définition du travail « invisible » des femmes en incluant leur participation bénévole au sein de compagnies, de partis politiques, etc.). Ainsi, la reconnaissance du travail domestique (ménage) et « reproductif » (soin des enfants) est une revendication courante des féministes qui peut être considérée comme légitime. S’ajoute à cela une demande de reconnaissance qui, elle, me semble davantage problématique : en effet, il n’est pas rare que ces féministes ajoutent les activités sexuelles dans la définition de ce qui constitue le travail « invisible » des femmes. En considérant la sexualité comme un travail « invisible » des femmes, il n’y a alors qu’un pas à franchir pour invoquer le droit à la reconnaissance du « travail du sexe », ce que le lobby pro-travail du sexe s’est empressé de faire. Ce que je chercherai ici à défendre c’est l’idée que cette assimilation entre sexualité et travail « invisible » est, à la base, erronée et même dangereuse, et ce, qu’elle soit faite par des féministes de part et d’autre des luttes politiques. Selon moi, cette assimilation amène à légitimer et à renforcer l’asymétrie sexuelle entre hommes et femmes.

Une assimilation fréquente

Régulièrement, l’on insiste, dans la littérature féministe, sur le fait que les femmes fourniraient des services sexuels gratuits à leur mari et que cela constituerait, au même titre que les tâches domestiques non rémunérées, une forme d’exploitation des femmes à l’intérieur du patriarcat. Ainsi, Alison Jaggar affirme : « La situation est pire pour ces femmes qui ne sont pas payées pour le soin des enfants, le service sexuel et le travail domestique à la maison : la dépendance économique auprès de leur mari fait qu’il est difficile ou pratiquement impossible pour les femmes à la maison d’exercer leur autonomie (1) ». Cet argumentaire est souvent repris par des féministes, qu’elles soient davantage radicales (comme c’est le cas de Jaggar) ou libérales (parmi lesquelles on pourrait classer, entre autres, le lobby pro-travail du sexe). Le travail domestique et les rapports sexuels, en entrant dans la même catégorie (du travail « invisible »), nécessiteraient-ils alors les mêmes revendications ?

Cette façon de lier activités sexuelles et domestiques est fréquente chez les féministes car elle permet de dresser un portrait de la situation d’aliénation et de contrôle patriarcal au sein de certains ménages composés d’un homme et d’une femme. Toutefois, l’idée de considérer l’activité sexuelle de la femme comme un « travail bénévole » s’avère pour le moins problématique : après tout, les maris ne sont pas plus rémunérés pour le temps qu’ils « consacrent » à l’activité sexuelle. Il faut donc qu’il y ait une asymétrie dans la conception de la sexualité selon les genres pour que l’activité sexuelle de la femme, et pas celle de l’homme hétérosexuel, apparaisse fréquemment comme un « travail ». Notons que les féministes qui ont lié activité sexuelle et travail domestique n’endossaient pas nécessairement cette vision asymétrique de la sexualité mais souhaitaient parfois rendre compte de la construction sociale de la sexualité, tout en proposant une autre vision des rapports hommes-femmes.

Pourtant, certain-es défenseur-es du « travail du sexe » prennent au pied de la lettre ce rapprochement entre activités sexuelle et domestique de façon à faire passer leur discours politique comme un geste féministe. Ainsi, faire l’amalgame entre l’activité sexuelle des femmes et le travail domestique leur permet de tenter d’amener leurs interlocuteurs à admettre qu’il est tout à fait légitime que certaines femmes réclament de l’argent pour la même activité que d’autres femmes (les « femmes mariées ») exercent, selon ses défenseur-es, pour des biens matériels, un soutien financier de la part de leur mari ou « même pour rien »(2). Le sexe serait donc, aux yeux de certain-es militant-es pour le « travail du sexe », un travail « invisible » exercé par les femmes pour satisfaire les besoins sexuels masculins, et en ce sens, les personnes prostituées auraient historiquement été « féministes » avant l’heure puisqu’elles recevaient un salaire au lieu d’offrir des « dons » comme les épouses. Selon ces militant—es, l’opprobre social fait aux personnes prostituées serait même dû au fait qu’elles seules osaient demander de l’argent aux hommes pour une activité sexuelle considérée comme un « don » de la femme à l’homme.

Ainsi en témoigne Claire Thiboutot, de l’organisme Stella (organisme montréalais qui vient en aide aux « travailleuses du sexe » et qui milite pour la reconnaissance et la décriminalisation complète de cette activité) : « Nous reconnaissons la prostitution et le travail du sexe comme l’une des quatre grandes institutions à la base de l’oppression des femmes : contrainte à l’hétérosexualité, reproduction, mariage, prostitution. Tout comme nous avons lutté comme féministes pour la reconnaissance du travail « invisible » des femmes à l’intérieur de ces institutions - éducation des enfants, soins aux malades, travail domestique, etc. - et contre les abus et les violences qui y prenaient place (et y prennent toujours place dans plusieurs cas), nous revendiquons la même reconnaissance pour ce qui concerne le travail du sexe ». Elle poursuit sur cette lancée plus loin : « Il faut comprendre que la norme, dans le cadre des institutions patriarcales, est que les femmes fournissent des services sexuels (ainsi que domestiques) aux hommes gratuitement. Le caractère transgressif de l’institution de la prostitution est que les femmes demandent explicitement de l’argent ou une forme de rémunération quelconque pour ces services (3) ».

Ce que la gratuité implique

L’argumentaire pourrait être recevable si on ne tenait pas compte de la nature même des activités (domestique et sexuelle) en question, de ce qui les différencie et de ce qu’implique la compensation financière pour chacun des cas. Ainsi, le travail domestique est une activité essentielle au bon fonctionnement de toute société humaine et de chaque individu. Imaginons un instant un monde dans lequel les jeunes enfants ne seraient pas pris en charge par aucun adulte et seraient laissés à eux-mêmes. Imaginons un instant l’état d’hygiène d’une société qui ne laverait plus rien. On se rend bien compte que sans ce travail « invisible » exécuté quotidiennement, et la plupart du temps gratuitement, par les humains (en grande majorité par les femmes), on vivrait dans un chaos à peine imaginable. C’est pourquoi un grand nombre de féministes considèrent, au nom de l’égalité entre les sexes, que ce temps consacré par les femmes au travail domestique devrait être reconnu et rémunéré au lieu d’être gratuit ou compensé par le don de quelqu’un (de l’homme, bien souvent) ou par une aide gouvernementale pour les « sans emploi ». Les deux cas amènent beaucoup d’insatisfaction : le fait de dépendre du don de quelqu’un crée une dépendance envers cette personne, alors qu’une aide gouvernementale pour les « sans emplois » ne permet pas la reconnaissance et la dignité du travail domestique.

Mais si cette question intéresse les féministes, ce n’est pas dû au fait que l’activité domestique serait intrinsèquement une activité féminine, mais parce que cette activité, ayant traditionnellement été déléguée aux femmes, n’a jamais été reconnue, précisément parce que c’était en grande majorité des femmes qui l’occupaient. Le travail domestique en soi, essentiellement, n’est pas un travail qui doit être exécuté par une femme, il peut être effectué autant pas des hommes que par des femmes, par des vieux ou des jeunes, par des beaux ou des laids, etc. On peut alors présumer que le travail domestique a été non-rémunéré à cause de la place traditionnellement subordonnée des femmes dans la société.

Au contraire, dans la prostitution, le raisonnement est différent. Ainsi, c’est parce que la place des femmes dans la société est dévaluée que sa sexualité est considérée comme une source de revenu et ce, pour deux raisons : d’une part, l’exclusion des femmes du monde du travail et des richesses, et d’autre part, le contrôle sexuel exercé par les hommes sur les femmes (tant physiquement que psychologiquement). En effet, le recours à la prostitution a historiquement toujours été plus grand dans les périodes de pauvreté ou de disparité entre les riches et les pauvres. Ces périodes sont souvent plus difficiles encore pour les femmes, car ce sont les hommes qui s’accaparent le travail. Les femmes doivent donc se tourner vers les solutions de rechange pour pouvoir survivre et nourrir leur famille. La prostitution représente alors un choix tragique pour les femmes qui ne peuvent ni se tourner vers un emploi ni vers une personne qui pourrait les aider financièrement.

Notons également que la prostitution ne constitue pas une activité essentielle comme le travail domestique : la rencontre d’un partenaire sexuel est accessoire à la sexualité et accepter d’avoir un rapport sexuel avec quelqu’un demeure une faveur qu’on lui fait (tout en recherchant également une gratification personnelle) et non un impératif vital comme le fait de se nourrir, se laver ou élever des enfants. Comme le note Julia O’Connell Davidson : « Si l’absence d’un contact sexuel posait une menace à la santé et qu’une personne avait besoin de se voir prescrire les « soins » d’une travailleuse du sexe de la même façon qu’une autre a besoin des soins d’un docteur ou d’une infirmière quand elle souffre d’un mal particulier, alors l’apparence physique, l’âge, le sexe et la race du/de la prostitué(e) ne seraient pas des critères importants. Mais le sexe n’est pas une simple fonction corporelle ou un besoin physique. Notre vie érotique est fondée sur les idées que nous utilisons pour catégoriser, interpréter et donner du sens à l’expérience humaine et sociale » (4). Ainsi, ce n’est pas tant une satisfaction sexuelle que le prostituteur recherche en se payant une prostituée, mais ce corps-la, ce rapport-là, cette relation-là, etc. On est bien loin ici du travail domestique et de son indépendance en ce qui a trait aux critères corporels ou relationnels. La sexualité implique des dimensions beaucoup plus profondes et personnelles que de laver des planchers.

De plus, pour comprendre que la grande majorité des personnes prostituées soit des femmes et que la grande majorité des « clients » soit des hommes, il faut nécessairement qu’il y ait disparité dans la conception de la sexualité des hommes et des femmes : l’idée que la sexualité masculine doive impérativement faire l’objet de soins particuliers et l’idée que la sexualité des femmes soit essentiellement un service rendu aux hommes et qu’elle n’ait pas vraiment de légitimité en elle-même. Le fait que certains tenants pour la reconnaissance du « travail du sexe » considèrent la sexualité de l’épouse comme un service non-rémunéré qu’elle rend à son mari en dit long sur la persistance de ce double standard sexuel entre hommes et femmes.

Mais comme l’ont démontré les recherches de Sandra Lee Bartky sur le « travail émotif » des épouses, la compensation financière (directe ou indirecte) d’hommes en échange d’un soutien émotif (et de « services » sexuels) de femmes demeure une situation aliénante et frustrante pour ces femmes car l’argent ou les biens matériels ne viennent pas compenser le déplaisir d’une relation non réciproque. Ainsi : « Il serait difficile de montrer à quel point un tel support (économique) peut compenser une femme du dommage éthique et de la mystification générale auxquels elle est exposée dans le soutien émotif non réciproque. Plusieurs penseurs féministes ou conservateurs qui louangent cette capacité des femmes à offrir un support émotif ont simplement ignoré la possibilité que les femmes puissent souffrir d’un dommage moral lorsqu’elles pratiquent ce genre de support émotif ».(5)

Comprendre le problème de l’asymétrie sexuelle

Les recherches de Bartky démontrent également que cette non-réciprocité imprègne profondément une conception hiérarchique des rapports entre les individus, les uns se retrouvant dans la position d’une sorte de noblesse despotique (la noblesse masculine, dont parle Bourdieu) (6), les autres n’ayant pour seul but et pour seule possibilité de survie ou d’avancement que de séduire cette noblesse despotique. Contrairement à ce que suggérait Claire Thiboutot, ce n’est donc pas le fait que des hommes s’attendent à recevoir du sexe gratuitement qui apparaît problématique, mais plutôt le fait qu’il y ait des relations sexuelles non réciproques. Et nous devons, comme citoyens, combattre la non-réciprocité sexuelle, particulièrement celle qui génère des profits économiques, au lieu de faire la promotion d’une industrie basée essentiellement sur l’asymétrie sexuelle entre un vendeur et un acheteur de « services sexuels ». En effet, imaginons un instant un monde dans lequel chaque citoyen envisagerait sa sexualité comme une façon d’avoir du plaisir dans le respect du plaisir de l’autre : comment alors serait-il possible de tirer un profit économique d’une telle conception de la sexualité ? L’industrie du sexe tire son profit de l’asymétrie sexuelle, de la dichotomie dans les conceptions de la sexualité, et mine par le fait même l’égalité entre hommes et femmes et le droit, pour tous et toutes, à une sexualité plaisante.

C’est donc, selon moi, à cause de l’asymétrie sexuelle et de l’inégalité économique entre hommes et femmes que la sexualité de celle-ci est considérée souvent comme un service pour l’homme, un travail. Et si l’idée de la rémunération du travail domestique est féministe parce qu’elle permet la reconnaissance des femmes qui exercent un travail essentiel à l’humanité, l’idée de la rémunération du « service sexuel » (celui des personnes prostituées comme celui des épouses) vient, quant à elle, renforcer le fait que les femmes doivent être exclues du monde du travail (ou sous-rémunérées) et que la non-réciprocité sexuelle doit demeurée inchangée car elle rapporterait financièrement aux femmes (7).

Comme on le voit, l’association du travail domestique et de la prostitution ne tient pas la route car leur rémunération n’implique pas le même impact social pour les femmes. Ainsi, en rémunérant le travail domestique, une société met à égalité le travail traditionnellement féminin et celui traditionnellement masculin, et améliore le statut social des femmes. À l’inverse, en reconnaissant le « travail du sexe », une société considère la non-réciprocité sexuelle comme un fait de société dont nous pouvons profiter financièrement (et qui amène particulièrement les femmes à considérer leur sexualité comme un service) au lieu de tenter de combattre les inégalités entre hommes et femmes, ainsi qu’entre riches et pauvres. En refusant de reconnaître la prostitution comme un travail, les néo-abolitionnistes cherchent non pas à préserver une vision réductrice de la sexualité, comme le prétendent certains défenseurs du « travail du sexe », mais cherchent au contraire à combattre la conception traditionnelle de non-réciprocité sexuelle entre hommes et femmes que la reconnaissance de la prostitution viendrait légitimer et renforcer. Il m’apparaît alors irrecevable, lorsqu’il est question de la reconnaissance du « travail du sexe », d’invoquer la notion d’égalité des sexes dans l’accès au travail, et encore moins la notion d’égalité entre hommes et femmes au niveau de l’expérience de la sexualité.

Notes

1. A. Jaggar, Feminist Politics and Human Nature, Rowman & Allenheld, 1983. p. 178.
2. Voir le texte de Stéphanie Cordellier (auquel le titre du présent article fait un clin d’œil),
Prostitution et mariage : une assimilation douteuse.

3. C. Thiboutot, « Lutte des travailleuses du sexe : perspectives féministes », in Rapport du Comité de réflexion sur la prostitution et le travail du sexe, Fédération des Femmes du Québec, 2001, p. 12-13.
4. J. O’Connell Davidson, « The Rights and Wrongs of Prostitution », in Hypatia, vol.17, no 2, 2002, p. 90
5. S. L. Bartky, « Feeding Egos and Tending Wounds : Deference and Disaffection in Women’s Emotional Labour » in Femininity and Domination : Studies in the Phenomenology of Oppression, New York/London, Routledge, 1990, p. 118
6. P. Bourdieu, La domination masculine, Paris, Seuil, 1998.
7. On dénote souvent chez les militant-es pour la reconnaissance du « travail du sexe » l’idée selon laquelle demander de l’argent en échange de rapports sexuels serait une façon rusée que certaines femmes ont trouvé pour prendre « l’argent des hommes ». Or, ces « ruses » ne constituent qu’un pseudo pouvoir des dominées qui ne permet pas un renversement des rapports de domination : elles renforcent la position de pouvoir des hommes au niveau de la sexualité et l’idée que les femmes ne sont pas sujets de leur sexualité au même titre que les hommes, mais sont au service de ceux-ci.

Mis en ligne sur Sisyphe, le er novembre 2005.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Rhéa Jean, docteure en philosophie

Rhéa Jean a terminé un doctorat en philosophie en 2011 (Université Laval, Université de Sherbrooke). Sa thèse portait sur les questionnements éthiques soulevés par la prostitution. Depuis, elle a effectué des recherches postdoctorales à l’Université du Luxembourg. Elle s’implique également dans le milieu féministe (depuis 2001), particulièrement sur la question de la prostitution. Elle est l’une des membres fondatrices de la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES).



Plan-Liens Forum

  • > Prostitution et travail « invisible » : une assimilation dangereuse
    (1/2) 7 décembre 2005 , par

  • Je persiste et soutiens que les rapports sexuels sont une charge féminine non rémunérée
    (2/2) 14 novembre 2005 , par





  • > Prostitution et travail « invisible » : une assimilation dangereuse
    7 décembre 2005 , par   [retour au début des forums]

    On ne peut qu’admirer votre courageuse prise de position en faveur de ce que vous appelez "réciprocité sexuelle"... ça n’est pas vraiment très à la mode en notre époque de puritanisme pornographique où le "sex" est, au mieux, une gymnastique, ou plus couramment un argument de vente ou une marchandise très rentable ( ce qui, soit dit en passant, montre à suffisance l’étendue et la profondeur de la frustration génitale généralisée)

    Une simple remarque : si le plaisir n’est pas, au sens strict, aussi nécéssaire à la vie que la nourriture ( quoique...l’absence prolongée de plaisir est à la base de nombreux cancers ), il est quand même ce qui détermine la différence entre la vie et la survie, ce qui fait de la vie une expérience qui vaut la peine d’être vécue...et fait percevoir les conceptions contemporaines en matière de sexualité comme un ensemble de superstitions bizarres...

    Souhaitons qu’en notre très sombre époque votre prise de position ne reste pas isolée !

    Je persiste et soutiens que les rapports sexuels sont une charge féminine non rémunérée
    14 novembre 2005 , par   [retour au début des forums]

    Je persiste et soutiens que les rapports sexuels sont une charge féminine non rémunérée

    Vous posez des postulats comme des vérités incontestables et incontestées. Le premier de vos postulats est le fait qu’il y a réciprocité dans les rapports sexuels entre hommes et femmes. Vous affirmez cela parce que vous vous voulez féministe et que selon vous il devrait en être ainsi. J’ignore quel âge vous avez mais je veux croire que vous êtes amoureuse. En effet, avec un peu d’âge et d’expérience, les femmes savent bien qu’il en va tout autrement. Et même les femmes qui savent tout cela mais veulent changer la marche du monde n’y peuvent rien, rien du moins à coups de revendications.

    Je me sens beaucoup plus proche du point de vue de Valérie Solanas selon lequel les hommes souffrent intrinsèquement ou non d’un handicap émotionnel, ou en tout cas les femmes leur sont supérieures dans ce domaine, et une chaîne ne peut résister quand un seul anneau est plus faible que les autres. Je veux dire qu’une femme est vite frustrée dans sa relation sentimentale parce que celle-ci ne représente pas le même enjeu pour son partenaire.

    Ensuite, vous affirmez que le rapport sexuel n’est pas aussi vital que « se nourrir, se laver ou élever des enfants ». Ceci encore est subjectif : parmi les 3 choix précédents, un seul est vital au sens d’urgence où vous l’entendez. Pour de nombreux hommes, l’activité sexuelle est plus « urgente » que se laver ou élever des enfants. Et imaginez que les hommes cessent leur activité sexuelle, vous n’aurez plus d’enfants à élever, plus de bouches à nourrir, c’est sûr. Faites des bébés en éprouvette si vous voulez mais je vous dis que le résultat à l’âge adulte n’est pas garanti pour demain. Donc, parlons-nous du court terme ou du long terme ? là est la question. Voulons-nous agir sur le long terme ou sur l’urgence ? Il est naturellement vain de vouloir changer le monde dès demain matin.

    Enfin, c’est triste bien sûr que le monde ait fait tant d’enfants « à la pelle » sans se soucier de leur avenir mais vous savez peut-être que nous sommes tous sans exception les descendants de familles nombreuses d’il y a 2 siècles seulement. Les couples peu fertiles d’alors n’ont plus aucune descendance. C’est-à-dire que vous devez votre propre existence à des gens qui n’en pensaient pas si long…

    Vous dites vouloir « combattre la conception traditionnelle de non-réciprocité sexuelle entre hommes et femmes ». Et bien on peut avoir diverses méthodes pour tenter de réussir. Et la seule selon moi qui ait une chance, c’est l’élévation spirituelle de l’Homme. Un Homme qui s’interroge sur où il va, d’où il vient, pourquoi il agit comme ci ou comme ça cesse de se goinfrer de sexe. Et, qui fait les Hommes sinon les femmes, que nous aimions l’idée ou non. Voilà ce que je revendique, c’est que les femmes soient très chèrement payées pour porter et mettre au monde de « beaux » enfants. Ceci est un gigantesque enjeu économique.

    Mm Theryca

    • Plaisir
      17 novembre 2005 , par
        [retour au début des forums]

      C’est encore et toujours le grand absent de tous ces débats modernes concernant la "sexualité", les "rapports sexuels" et tutti quanti...
      Quiconque a fait dans sa vie l’expérience du plaisir ne peut plus assimiler l’étreinte génitale à une "charge" ou à un "travail", et n’est plus capable non plus de marcher dans notre système basé sur la recherche perpétuelle d’une satisfaction illusoire

      [Répondre à ce message]

    • Réciprocité sexuelle
      21 novembre 2005 , par
        [retour au début des forums]

      Madame Theryca,

      Lorsque je lis ou j’entend des femmes affirmer avec certitude que la réciprocité sexuelle entre hommes et femmes n’est pas possible, et que les femmes n’ont jamais de plaisir sexuel, j’y vois un grand désespoir.

      J’y vois le même désespoir chez des femmes qui n’ont eu qu’un mauvais partenaire sexuel dans leur vie (et qui croient que cet homme est représentatif de tous les hommes) que chez des personnes prostituées qui affirment demander de l’argent pour se venger des hommes qui les ont utilisé sexuellement. Je n’affirmerai évidemment jamais que ces femmes vivent des relations réciproques, mais ce n’est certainement pas la compensation financière qui les rendra plus heureuse dans leur sexualité. Au contraire, la compensation financière permet à la société de rester aveugle à ce problème de non-réciprocité sexuelle et à ses conséquences.

      Ce que je postule, cependant, c’est qu’IL Y A des rapports sexuels réciproques entre certains hommes et certaines femmes (le postulat n’est pas de dire que tous les rapports sont réciproques, ce qui serait ridicule de ma part, puisque je souhaite dénoncer la non-réciprocité sexuelle !). Je ne vois pas comment vous pourriez remettre en question mon postulat : comment pouvez-vous prétendre que moi, ou d’autres femmes, ne faisons pas l’expérience de la réciprocité sexuelle ?

      Les femmes n’ont pas toutes les mêmes expériences, ni le même cheminement, contrairement à ce que vous supposez. Vous affirmez que les femmes sont de plus en plus déçues dans leur rapports sexuels en vieillissant. Pourtant, beaucoup de femmes pourraient vous contredire : beaucoup de femmes en vieillissant ont des relations sexuelles de plus en plus plaisantes car elles savent davantage ce qu’elles veulent et ce qu’elles ne veulent pas, choisissent mieux leur partenaire, etc. J’ajouterais qu’il est très facile d’abaisser les arguments de l’autre sur la base de sa « jeunesse » : c’est une tactique que font malheureusement beaucoup de féministes lorsqu’elles ne savent plus argumenter.

      D’autre part, je tiens également à préciser ce que j’entendais quand j’affirmais que l’accès à un partenaire sexuel n’était pas un impératif vital comme l’est le fait de se nourrir et d’être sous la protection d’un adulte (dans le cas d’un enfant). Je ne souhaitais pas insinuer par là que le besoin sexuel était un aspect peu important de l’existence. Je crois qu’il est un aspect fondamental de nos identités, de nos sensations et de nos rapports humains et ce, autant pour les femmes que pour les hommes. Ce que j’entendais par là, c’était qu’on ne peut exiger un partenaire sexuel au même titre qu’on peut exiger d’avoir de la nourriture, d’avoir accès à de l’eau et d’être pris en charge par un adulte (dans le cas des enfants). Même si ces besoins sont loins d’être comblés dans le monde actuel, on peut quand même exiger qu’ils le soient. L’accès à un partenaire sexuel est loin d’être au même niveau car chacun fait face à la subjectivité de l’autre et on ne peut exiger qu’un individu exécute un acte sexuel pour faire plaisir à un autre sans que cela amène comme conséquence un déplaisir de la part de l’individu qui se sent obligé. Par respect pour chaque individu, le sexe doit donc se définir comme une dimension spontanée de l’être humain (qui peut en tout temps accepter ou refuser une relation sexuelle) et non comme un contrat ou une charge. De plus, étant donné la possibilité pour la plupart des êtres humains de s’auto-satisfaire sexuellement, il ne m’apparaît pas que l’accès à un partenaire sexuel soit du même ordre que le fait de se nourrir.

      Autre chose encore. Vous dites : « Voilà ce que je revendique, c’est que les femmes soient très chèrement payées pour porter et mettre au monde de « beaux » enfants ». Nous ne parlons pas de la même chose. Vous semblez assimiler la sexualité des femmes à la procréation, ce qui m’apparaît plus que douteux en 2005. Je comprends tout à fait cet argument en faveur d’une rémunération pour le travail « reproductif », j’en ai fait mention dans mon article. Ce que je remets en question et dénonce, c’est cette idée que les rapports sexuels des femmes devraient être rémunérés : elle m’apparaît symptomatique d’une révolution sexuelle manquée. Dans la société d’aujourd’hui, encore beaucoup de femmes croient que le « pouvoir sexuel » des femmes se trouve dans leur réponse à la demande des hommes. Or, je considère que le vrai pouvoir sexuel des femmes se trouve dans leur capacité de vivre leur sexualité selon leur désir (ce qui peut prendre diverses formes, y compris celle de l’abstinence) et non dans une forme de marchandisation.

      [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2005
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin