| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

  Hébergé par                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       Éditions Sisyphe






jeudi 1er août 2013

La prostitution, sexualisation du pouvoir
Arguments et contre-arguments

par le Front des Norvégiennes Kvinnefronten



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texte Imprimer ce texte


Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Non, Messieurs, la plupart des personnes prostituées ne le sont pas par choix
Catharine A. MacKinnon - Traite, prostitution, inégalité
Prostitution - Sanctionner les clients et non les prostituées
Prostitution des jeunes - La trahison des adultes
Décriminaliser la prostitution ne peut pas être la solution
Prostitution : une affaire d’hommes ou la fraternité "des salauds"
Loi sur la prostitution en France - « Je ne veux pas d’une société où les femmes ont un prix »
Janice G. Raymond – Prostitution : "Pas un choix, pas un travail"
Elisabeth Badinter et Irène Théry ou la caution intellectuelle du système patriarcal
Les femmes étrangères rêveraient-elles de devenir "putes" ?
Prostitution - La stigmatisation et le mythe entourant le statut de victime
Abolition de la prostitution en France - Le principe est acquis, place à la loi !
Comprendre la prostitution dans l’ensemble des structures de pouvoir fondées sur le genre
L’Irlande pourrait interdire l’achat de sexe
Le prostitueur, "chaînon manquant" de la question prostitutionnelle, selon Victor Malarek
La cruelle chosification des femmes prostituées et des mères porteuses
La France envisagerait des sanctions "pédagogiques" pour les prostitueurs
Le Canada ne peut traiter la prostitution comme un filet de sécurité sociale
Les "femmes de réconfort" étaient nécessaires pour maintenir la discipline dans l’armée, selon le maire d’Osaka
Prostitueurs et non-prostitueurs, une étude de Mélissa Farley
Bienvenue dans le monde des prostitueurs
Prostitution - Rendre tabou la notion de victime pour masquer l’existence d’agresseurs
Prostitution en Grande-Bretagne - Un bien étrange syndicat au service des proxénètes
Prostitution et mariage : une assimilation douteuse
La prostitution, le STRASS et la sénatrice - La pertinence de la transparence
Au delà des mythes, légaliser la prostitution est une très mauvaise idée
La Suède malmène l’industrie du sexe et aide les femmes prostituées
Les prostitueurs. Sexe à vendre… Les hommes qui achètent du sexe, un livre de Victor Malarek
"Angel" : Piégée dans un monde de prostitution et de violence
L’être et la marchandise. Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi
"Les criminelles" : individualisation et romantisation de la prostitution
Des spécialistes en santé veulent aider les femmes à sortir de l’industrie du sexe… en faisant échec aux prostitueurs
L’Islande songe à interdire la porno diffusée sur Internet
En studio avec Ruth ! "Je crois sincèrement que la traite humaine et la prostitution fonctionnent de pair"
Catalogne - La loi et l’ordre des proxénètes
Qui estime vraiment les personnes prostituées ?
En studio avec Ruth ! "La prostitution est un grand enjeu politique"
L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) et l’Alliance canadienne féministe pour l’action internationale (FAFIA) répondent au rapport Oppal sur les femmes disparues
Colombie-Britannique - L’égalité des femmes et le contexte socio-économique absents du rapport Oppal sur les femmes disparues
Prostitution - Les “progressistes” australiens oscillent entre l’industrie du sexe et les droits des femmes
Prostitution - Le refus d’abolir le système prostitueur est une atteinte aux droits humains
Fantine ou la liberté de se prostituer ?
Première rencontre de l’Association internationale des survivantes unies de la traite à des fins sexuelles (prostitution)
Prostitution - Pourquoi il faut mettre fin à une des plus anciennes violations des droits humains
Carton rouge pour les bordels à vitrine
Prostitution - La réduction des méfaits est-elle ce que nous pouvons faire de mieux pour les personnes prostituées ?
Un traité féministe international pour abolir la prostitution
Prostitution - Coup de tampon réglementariste !
Prostitution et séropositivité - Le Gouvernement grec arrête et emprisonne des femmes pour protéger les hommes
Manifeste contre le système prostitueur
Prostitution en France - Lettre ouverte à M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre
1946-2012 : De la fermeture des maisons closes à la lutte contre le système prostitueur, les abolitionnistes portent progrès et liberté !
Prostitution - Gloria Steinem appuie le modèle nordique
Solidarité avec les prostituées, mais lutte contre la prostitution
Comparaison entre acheteurs et non-acheteurs de sexe dans la région de Boston
8 mars 2012 : Pas d’égalité sans abolition de la prostitution !
La danse contact ou "lap-dance", prologue de la prostitution
Fiers d’aller aux danseuses ! Vraiment ?
Abolitionnistes du système prostitueur : ce que nous sommes, ce que nous voulons !
Les Néerlandais commencent à regretter la légalisation de la prostitution
Prostitution et faux-semblants : une affaire de société, de femmes et d’hommes
Pourquoi la gauche veut-elle faire de la prostitution "un métier comme un autre" ?
Prostitution et "slutwalk" - Bâtir un mouvement féministe progressiste à l’époque individualiste
Prostitution - Il faut rendre illégal l’achat de "services" sexuels en Australie
Le mouvement des femmes n’est pas monochromatique
ZéroMacho - Des hommes contre la prostitution
Prostitution et domination masculine
La vérité sur l’esclavage sexuel planétaire, un livre de Lydia Cacho
Votre voisin est un prostitueur - Une nouvelle recherche
J’ai rien vu
Abolition n’est pas prohibition - Pourquoi la défense de l’avortement diffère de la défense de la prostitution
Prostitution et traite des femmes - Le projet abolitionniste au congrès Mondes des femmes 2011
Congrès international Mondes des femmes 2011 - Compte-rendu des échanges sur l’abolition de la prostitution à l’exposition "Les draps parlent"
Banalisation de l’industrie du sexe et éducation des jeunes
Nous devons sanctionner les acheteurs de la prostitution
Des députés proposent une résolution sur la prostitution réaffirmant la position abolitionniste de la France
Dix raisons de ne pas légaliser la prostitution
Demi Moore s’associe au CNN Freedom Project pour un documentaire saisissant sur le commerce sexuel au Népal
Client de la prostitution : vers une prise de conscience européenne
Lutter pour faire de la prostitution un travail, c’est se tromper de combat
Prostitution et traite des êtres humains, controverses et enjeux
Le système de la prostitution militaire en Corée du Sud, en Thaïlande et aux Philippines
Les pratiques des hommes "clients" de la prostitution : influences et orientations pour le travail social
La prostitution comme violence contre les femmes
Le système prostitutionnel, un pilier de l’inégalité sexuelle et des violences envers les femmes
Clients de la prostitution : un "droit de l’homme" heureusement en péril
Prostitution as violence against women
Prostitution - Vive le sexe libre et gratuit !
France - La prostitution n’est pas une fatalité
"Il faut punir les clients des prostituées", selon Roselyne Bachelot. Oui... et dépénaliser les personnes prostituées !
Belgique - Analyse « Prostitution : arguments et opinions »
Prostitution - Le débat entre féministes se poursuit
Tribunal populaire sur l’exploitation sexuelle commerciale - Inscription
La tolérance sociale, complice de la violence et de l’exploitation sexuelle
Traite des femmes à des fins sexuelles - Au cœur des réseaux criminels : l’exemple de l’Albanie
S’unir contre la banalisation de la prostitution - Un défi pour la décennie
Moi, si j’étais un homme
La prostitution menace le patrimoine humain
Prostitution et traite des êtres humains - Les mensonges du réglementarisme
La députée bloquiste Maria Mourani présente un projet de loi pour accélérer la lutte à la traite des personnes et au proxénétisme
La série "Maison close" : de la fiction à la réalité
C’est un métier, tout comme le vôtre…
Décriminaliser totalement la prostitution sape le travail pour l’égalité des sexes - Exigeons le changement
"Abolir la prostitution" – Une question en suspens pour le féminisme et pour la gauche
Pays-bas : infirmières ou prostituées ?
Madame Parité commence fort en renvoyant les femmes… au bordel !
Le sexe s’invite à la Coupe du Monde
Feu « Verts » au proxénétisme !
Plus de pornographie à l’Assemblée nationale, mais des assises de la prostitution au Sénat
"Travailleurs du sexe", un documentaire sexiste, réactionnaire et dangereux
Le Mouvement du Nid-France louera un mini-car pour faire visiter les maisons closes
Pour un quartier assiégé, la prostitution est loin d’être un "crime sans victime"
De client prostitueur à homme responsable : une démarche nécessaire
Le "client", premier agent de la prostitution
Proxénétisme et prostitution - Lettre ouverte aux candidat-e-s aux élections européennes de juin 2009
Poser les bases d’une Europe sans prostitution, c’est oser
Le tourisme de prostitution, une industrie mondialisée florissante
Prostitution : la grande promo
Première Journée mondiale contre l’exploitation sexuelle : les raisons d’un engagement
Prostitution et traite des êtres humains, enjeux nationaux et internationaux
Le vagin industriel. Vers une économie politique du sexe commercial mondialisée
S’attaquer au trafic mondial du sexe
Intégrisme islamique et esclavage sexuel en Iran
Le corps des femmes est attaqué. Que fait-on ? On se tient debout et on riposte !
Libre disposition de son corps et liberté de se prostituer
Le refus de la prostitution gagne du terrain
Comment la pornographie influence les jeunes consommateurs
La mode hypersexualisée s’inspire de la pornographie
Le "droit de prostituer" n’est pas un droit de l’homme
"Abolition de la prostitution" - Édito Revue Labrys
Affaire Sneep aux Pays-Bas - Condamnation de deux proxénètes qui ont exploité et maltraité 120 filles de l’Europe du Sud et de l’Est
Le commerce du sexe est florissant en Afghanistan
Sexe et Formule 1
Dossier prostitution - Importants développements à l’échelle internationale
Prostitution - Touche pas à mon client ?
Le Conseil National des Femmes du Luxembourg (CNFL) se prononce en faveur d’une législation agissant directement sur la demande de "services sexuels"
Affaire Spitzer - Le mythe du crime sans victimes
Le Mouvement du Nid inquiet de plusieurs mesures de la politique française sur la prostitution
Le Forum de Vienne sur la traite des êtres humains reste sourd aux voix des victimes
Une politique cohérente contre la violence à l’égard des femmes doit commencer par s’attaquer à la prostitution
Prostitution - À Alger comme en Europe, on esclavagise les femmes
Manifeste des hommes pour l’abolition de la prostitution (Espagne)
Pornographie et fin de la masculinité
Pornographie : "Ça fait mal, tellement mal" ou pourquoi certaines femmes ne veulent pas savoir
Prostitution : les limites du consentement
Prostitution et traite des femmes au Nevada

« Être abolitionniste, c’est défendre la liberté sexuelle ! »
"Rent-A-Wife", c’est discriminatoire !
Après des décennies, les secrets des bordels des camps nazis émergent
Une association féministe espagnole conteste l’expression "travailleuse du sexe"
Le Mouvement du Nid face aux clients prostitueurs
Richard Poulin parle de son dernier livre "Abolir la prostitution" - Interview par Sporenda
Prostitution - Trois femmes et un débat
Déchirées par la guerre, les femmes d’Irak sont la cible des trafiquants du sexe
La prostitution n’est pas un service comme un autre
Entretien avec Coline Serreau sur le film Chaos
Qu’est-ce que la libération ? Le féminisme hier, aujourd’hui et demain
Quand le porno impose sa vision de la sexualité
La prostitution, une arme politique
Prostitution : tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir et qui existe quand même !
La liberté dévoyée
Mondialisation, militarisme et trafic sexuel
Pour que la porno recule
Marchandisation et déshumanisation : l’exemple de la prostitution
Richard Poulin lance un manifeste abolitionniste
Prostitution en Allemagne : Déclaration post-Coupe Mondiale de Football
Prostitution Reform - Stamp out sexual slavery (Angleterre)
La prostitution au XVIIIe siècle, pierre d’achoppement entre politiques locales et pouvoir royal
Campagne contre la traite des blanches de l’Europe de l’Est
Prostitution : les pièges du pragmatisme
L’âge du consentement sexuel à 16 ans : un pis-aller ?
Prostitution : cherchez le client
Enjeux de la prostitution considérée comme "travail du sexe"
L’envergure de la traite à des fins de prostitution
Les filles de l’Est
Violence pro-prostitution à la Maison des femmes de Paris
Le discours pro-prostitution : une rhétorique de dominant
"Survivantes" et féministes contre la prostitution
Clients de la prostitution : motivations et déterminants
La législation à l’encontre des prostituées au XVIIIe siècle
Une politique cohérente contre la violence faite aux femmes doit d’abord s’attaquer à la prostitution
La nouvelle industrie du sexe
"Terre promise", un film d’Amos Gitaï sur la traite des femmes
Prostitution : une arme de destruction massive
"Les clients de la prostitution : l’enquête", de Claudine Legardinier et Saïd Bouamama
Les Philippines contre le trafic sexuel
"Inside deep throat", contribution à la liberté sexuelle ?
La prostitution au XVIIIe siècle : introduction à une liberté superficielle
Femmes à vendre dans les pays baltes
Prostitution et Société No 150
Acheter du sexe n’est pas un sport
Une loi qui jetterait les femmes dans l’industrie du sexe
Casino de Hull - Des "playmates" de Playboy pour faire la promotion des nouvelles machines à sous
Ni coupables, ni victimes : libres ? Oui, libres de toute prostitution
Le système de la prostitution : une violence à l’encontre des femmes
La marchandisation du corps humain est une violation des droits fondamentaux de la personne
Le système de la prostitution au Cambodge : le témoignage de Somaly Mam
Le Mouvement du Nid
Le Mouvement du Nid - Documents sur la prostitution
La banalisation de la prostitution : des choses à savoir
L’Association canadienne des centres contre les agressions sexuelles réclame des politiques contre le commerce du sexe
16 journées d’actions citoyennes pour dire "Non aux violences à l’égard des femmes et à la prostitution ! Oui à la promotion de la dignité humaine !"
Prostitution et travail « invisible » : une assimilation dangereuse
Le risque global d’être convertie en marchandise
Gunilla Ekberg : « Le mieux que nous puissions faire pour nos soeurs prostituées, c’est de les aider à en sortir. »
Prostitution, pornographie et trafic des femmes
Sexe, argent et intégrisme postmoderne
Les politiques européennes et internationales sur la traite des êtres humains encouragent le proxénétisme
Quinze thèses sur le capitalisme et le système prostitutionnel mondial
Le chemin de Buenos Aires : la prostitution, hier et aujourd’hui
Prostitution,
la mondialisation incarnée

Mondialisation des industries du sexe : oppression maximale des femmes et des enfants du Sud, de l’Est, du Sud-Est, etc...
L’hypocrisie a-t-elle un sexe ? Ou comment masquer l’insoutenable réalité de la prostitution
L’importance de ne pas censurer le débat sur la prostitution
Viol et prostitution
Esclavage et prostitution
Journée de formation sur la mondialisation de la prostitution et du trafic sexuel - Documents
Les jeunes et l’industrie du sexe
La marchandisation du sexe : nouvel esclavagisme ?
Le "libre choix" en Allemagne : accepter de se prostituer ou perdre son allocation de chômage ?
La croissance effrénée des industries du sexe : entrevue avec Richard Poulin
Aux pays des tsunamis, le trafic sexuel sévit
Le modèle suédois : une source d’inspiration, non une panacée
Une étude dresse le portrait des prostitueurs ou clients de la prostitution
Prostitution : La nouvelle traite des Noirs
« La mondialisation des industries du sexe » : des faits aux valeurs
Décriminaliser la prostitution a profité aux proxénètes, pas aux personnes prostituées
Occupations militaires - La prostitution érigée en système
Le scandale de l’esclavage sexuel au Kosovo
« Les Yeux secs » et la caméra citoyenne de Narjiss Nejjar
Rapport sur les conséquences de l’industrie du sexe dans l’Union européenne
L’érotisation de la violence et de la subordination
Prostitution : réflexions d’un militant en colère
Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui, esclavage, travail forcé, trafic de personnes
Pacte du silence sur les clients de la prostitution
Le débat sur la prostitution : quelle libération sexuelle ?
Des questions à se poser sur la prostitution
Fabrication d’un nouveau mythe sur la prostitution
L’urgence est-elle de faire de la prostitution un métier ?
Je voudrais parler porno
La légalisation de la prostitution, une expérience qui a échoué en Australie
Prostitution, pornographie et capital
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe
Prostitution, trafic sexuel et mondialisation
On s’arrache les actions du premier bordel inscrit en bourse
Il faut stigmatiser le client... il est criminel
La tyrannie du nouvel ordre sexuel
Adulte ou infantile, la prostitution est le contraire de l’autonomie sexuelle
Les enjeux occultés de la prostitution et les conséquences sur les rapports hommes-femmes
Le trafic mondial des femmes et des enfants
Des proxénètes à l’Université ?
La mondialisation des marchés du sexe - I
La mondialisation des marchés du sexe - II
Combattre le système prostitutionnel
Sexe : de l’intimité au « travail sexuel » ou prostituer est-il un droit humain ?
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe. Commentaire.
Pour une critique de la politique pro-prostitution de Cabiria
Prostitution : droits des femmes ou droit aux femmes ?
Faut-il une autorisation pour parler de la prostitution ?
« Le corps est un nouvel instrument d’esclavage » Florence Montreynaud
« La prostitution, ce n’est pas le plus vieux métier du monde, c’est le plus vieux mensonge » (Gunilla Ekberg)
L’idéologie sexiste et la pornographie
Femmes esclaves des bordels du Bangladesh



Voici en traduction française la première partie d’une brochure que des féministes norvégiennes ont préparée à l’intention des personnes qui désirent comprendre les arguments et contre-arguments du débat sur la prostitution. Cette brochure s’intitule La prostitution, parlons-en ! Arguments et contre-arguments. Le titre donné à cette page est de Sisyphe.

Sommaire de la brochure
Présentation
Parlons de la prostitution
Rien n’est possible ?
Différentes sortes de prostitution
Nous et elles
La prostitution comme ‘travail du sexe’
Un libre choix ?
Les besoins des hommes
Le patriarcat
La législation
Stigmatisation des victimes, victimes et putains
La morale, de quoi parle-t-on ?
La sexualité
Postface
D’autres lectures

PRÉSENTATION

Avez-vous déjà eu l’impression de perdre pied dans une discussion sur la prostitution qui ne menait à rien ? L’impression de manquer d’arguments ? C’est une expérience que beaucoup d’entre nous connaissent.

Les discussions sur la prostitution tendent à ramener en surface des émotions fortes. Nous sommes beaucoup à trouver que c’est un sujet lourd, dans la mesure où la prostitution nous rejoint toutes et tous à un niveau personnel : elle concerne notre sexualité, notre perception de nous-mêmes et notre regard sur les autres. C’est pourquoi il est si important de nous soutenir ! En y réfléchissant ensemble, il est plus facile d’argumenter ensuite.

Des arguments qu’on entend souvent

Nous tentons avec cette brochure de regrouper les arguments les plus souvent entendus au sujet de la prostitution, dans l’espoir de vous aider à mener ces discussions. Mais souvenez-vous que vous conservez toujours le droit à votre opinion personnelle – même quand les mots vous manquent !

Aussi, ne croyez pas qu’il vous faut ‘gagner’ dans une discussion. La plupart des gens ne seront pas convaincu-e-s de cette façon. Avant de changer d’avis sur une question ou une autre, il nous faut d’habitude plusieurs échanges étalés dans le temps pour soupeser les arguments des autres.

C’est pourquoi il est important d’avoir souvent ces brefs échanges au quotidien.

Bonne chance, donc, et ne vous découragez pas !

Parlons de la prostitution

Le commerce du sexe n’a rien de nouveau. Il s’inscrit dans une longue histoire des diverses formes de violence et d’exploitation sexuelle, surtout envers les femmes et les enfants.

Mais le commerce du sexe a aussi évolué, comme le commerce en général. Tout dans le monde étant aujourd’hui industrialisé, le commerce du sexe est lui aussi devenu une industrie – une entreprise mondiale qui rapporte des milliards ; elle est en partie légale, mais souvent gérée par des organisations criminelles.

Aujourd’hui le commerce du sexe est l’une des industries des plus énormes et des plus lucratives au monde. Elle comprend la prostitution de rue, les bordels, les ‘salons de massage’, les clubs de strip-tease, la traite de personnes à des fins sexuelles, les lignes téléphoniques érotiques, la pornographie impliquant des enfants ou des adultes, l’achat d’épouses par correspondance et le ‘tourisme sexuel’ – pour ne citer qu’une partie des exemples les plus courants.

Oppression des femmes

Cette oppression est utile à garder à l’esprit quand on voit la façon dont certains propagandistes tentent de donner un vernis ‘glamour’ à la prostitution, la décrivant comme une activité sexuellement ‘libérée’, ou même comme un « droit des femmes à faire ce qu’elles veulent de leur corps » – un message amplement véhiculé dans les magazines, à la télé et sur Internet.

Ces chantres de la prostitution en parlent souvent comme si elle ne concernait qu’une femme et un homme individuels, à ce moment particulier, comme s’il et elle étaient isolés de tout et de tout le monde - bref, comme si la prostitution se produisait dans le vide, qu’elle n’était pas affectée par les normes de genre de la société et les structures de pouvoir constituant ce genre. Ils ne voient pas, ou ne veulent pas voir que la prostitution constitue une sexualisation du pouvoir. Un pouvoir basé sur le genre, un pouvoir basé sur la classe sociale, un pouvoir basé sur l’ethnicité.

Comme toutes choses, la prostitution s’inscrit dans un contexte. Et à son tour, la prostitution affecte la société, et notamment sa vision du genre.

Une tradition sexuelle puritaine

La prostitution tire son origine d’une tradition sexuelle puritaine, dans laquelle seule comptait la sexualité masculine. L’épouse, comme la « putain », étaient censées être à la disposition de l’homme hétérosexuel.

Le pré-requis de la prostitution, c’est la supposition que la personne que l’on prostitue ne veut pas avoir la relation sexuelle en cause. La prostitution est centrée sur la sexualité de l’acheteur. Celui-ci commande et paye ce qu’il veut faire, ou qu’on lui fasse. Il paye la personne prostituée pour qu’elle annihile sa propre sexualité. La raison même pour laquelle celle qui est prostituée obtient de l’argent, c’est que le ‘rapport sexuel’ qui a lieu dans la prostitution est exclusivement défini par l’acheteur.

Délinquants-prostitueurs et apologistes d’une prostitution-glamour

Pour parler des acheteurs de la prostitution nous écrirons occasionnellement « les michetons ». En général, pourtant, nous nous référerons à eux comme étant des « prostitueurs-délinquants ». Nous faisons ce choix pour souligner leur ressemblance avec d’autres délinquants sexuels. Nous ne voulons pas minimiser la gravité de ce qu’ils font.

Quant aux personnes qui banalisent et ‘glamourisent’ la prostitution et ses conséquences, et qui la décrivent comme du ‘travail du sexe’, nous les nommons conformément à leur activité réelle : celle d’apologistes de la prostitution.

Des hommes achètent des femmes

Nous employons aussi les mots « hommes » quand nous parlons des acheteurs, et « femmes » quand nous parlons de celles que l’on prostitue. Nous le faisons puisque, manifestement, la forme la plus courante de prostitution, en Suède comme dans le reste du monde, est l’achat de femmes par des hommes .

Il est difficile de savoir dans quelle mesure ils achètent aussi des enfants, parce qu’une part importante de la prostitution consiste en l’achat par des hommes d’adolescentes – qui ne sont généralement pas considérées comme des enfants, bien qu’elles le soient en fait.

Les hommes qui achètent des hommes sont de loin beaucoup moins nombreux, mais cette forme de prostitution vient en deuxième position. Dans ce cas de figure, il est tout aussi courant que les hommes achètent des enfants ou des adolescents. Enfin, l’achat d’hommes par des femmes est nettement moins courant ; et la forme de prostitution la plus exceptionnelle est l’achat de femmes par d’autres femmes. Mais toutes ces variantes existent.

Et nous sommes contre la prostitution sous toutes ses formes.

La plupart des hommes ne sont pas des délinquants-prostitueurs

Le fait d’appeler les délinquants-prostitueurs des « hommes » ne signifie aucunement, toutefois, que nous croyons que tous les hommes sont, ou souhaiteraient devenir, des délinquants-prostitueurs. Des études menées en Suède évaluent à un homme sur douze la proportion d’hommes à avoir prostitué des femmes. Cela signifie que la plupart des hommes ne sont pas des délinquants-prostitueurs.

Malgré cela, il y a vraiment trop peu d’hommes à s’opposer activement à la prostitution quand il leur arrive d’être entre amis ou collègues masculins.

Poursuivons la discussion

Quant à vous qui, au contraire, voulez avoir cette discussion, mais sentez que vous avez besoin de bonnes bases, vous trouverez, nous l’espérons, quelques bons points à faire valoir parmi les 49 arguments que nous avons assemblés dans ce texte !

LES ARGUMENTS COMMENCENT ICI !

On ne peut donc rien faire ?

Notre époque dit volontiers que rien ne vous est impossible en tant qu’individu-e-s ; mais dès qu’il est question de changements politiques, les gens vous disent soudain que l’on ne peut rien faire.

Comme si les choses étaient tout simplement comme ça. Comme si le « statu quo », la façon dont sont les choses actuellement, était le seul scénario possible – parce que c’est la nature humaine, parce que le marché l’exige, à cause de la mondialisation, ou pour quelque autre raison, selon l’occasion. Le monde est décrit comme prédestiné et impossible à changer.

Mais bien sûr, ce n’est pas vrai. Il y a presque toujours des alternatives. On peut changer le monde aujourd’hui comme on l’a toujours fait. L’histoire ne s’arrête pas aujourd’hui.

C’est pourquoi il convient de garder à l’esprit que ceux qui clament qu’une chose est immuable sont souvent ceux qui ne veulent pas qu’elle change.

Ce qui est important, c’est ce que vous voulez changer. Bien sûr, vous aurez sans doute besoin d’autres personnes qui veulent se battre pour la même chose que vous, si vous voulez réussir à changer quoi que ce soit. Mais c’est possible !

Puisque nous ne cessons d’entendre le contraire, il pourrait être utile de garder constamment à l’esprit que le monde est transformable, et que chacune et chacun de nous peut faire quelque chose en ce sens !

1. La prostitution a toujours existé (Sous-entendu : et donc elle existera toujours)

L’ESCLAVAGE aussi « a toujours existé », est-ce que cela le justifie ? Et si le cancer de la prostate a toujours existé, cela signifie-t-il que nous devions cesser de le traiter ? Le meurtre « a toujours existé », etc...

La question est de savoir si nous trouvons cela acceptable ou non. Et si nous ne trouvons pas cela correct, il est temps de penser à ce que nous pouvons faire pour changer les choses.

PAR LE PASSÉ, il était courant de battre les enfants pour leur inculquer la discipline. Grâce à la loi suédoise contre les violences envers les enfants, entre autres, beaucoup moins de Suédois-es battent leurs enfants de nos jours. Les gens ont changé leur façon de considérer les punitions corporelles. La violence contre les enfants existe toujours, mais plus il y a d’enfants qui échappent à cette souffrance, mieux cela vaut, n’est-ce pas ?

C’est ainsi que nous considérons la prostitution, le viol et la violence infligée aux femmes ; les lois ne peuvent pas faire disparaître l’oppression des femmes, mais elles peuvent avoir parfois une certaine efficacité. Moins il y a de femmes qui doivent souffrir, mieux c’est, n’est-ce pas ?

OU ALORS, ÊTES-VOUS EN TRAIN DE DIRE que les hommes hétérosexuels ont une tendance biologique ou génétique à exploiter sexuellement les femmes plutôt que de rechercher avec elles des échanges sexuels réciproques (ponctuels ou sur le long terme) ? Pour ma part, je n’ai pas une vision aussi pessimiste des hommes.

2. C’est le plus vieux métier du monde.

La prostitution n’est pas le plus vieux métier du monde, puisque la prostitution est une oppression. Si la prostitution était vraiment aussi ancienne que vous le dites, ce serait une des plus anciennes formes de violence sexualisée des hommes contre les femmes. Le plus vieux métier du monde, ce serait plutôt celui de chamane, chasseresse ou fermier. Ou, selon certaines, celui de sage-femme.

CHAQUE JOUR ET À CHAQUE MINUTE, d’innombrables femmes et enfants souffrent dans la prostitution. Le fait de minimiser leur souffrance en disant que « ça a toujours existé » ou que « c’est le plus vieux métier du monde » discrédite et banalise cette souffrance. C’est aussi une manière facile d’évacuer le problème et d’annoncer ‘Je ne ferai rien’ ».

À MES YEUX, il me semble plus probable que ce commentaire sur « le plus vieux métier du monde » est en réalité la plus vieille excuse du monde.

Y a-t-il ou non différentes sortes de prostitution ?

Certain-e-s parlent de la traite des personnes comme s’il s’agissait de quelque chose de complètement distinct de toutes les autres formes de prostitution. Mais les différentes formes de prostitution sont toutes basées sur le même principe : celui de l’achat par le prostitueur-délinquant de l’accès sexuel au corps d’une autre personne – pour l’utiliser de la façon pour laquelle il a payé.

L’acheteur est la base de toute prostitution. La prostitution existe parce que les délinquants-prostitueurs ont borné leur sexualité à une consommation à sens unique. Ils réclament le droit d’utiliser d’autres personnes, dont les besoins et les désirs sexuels sont ‘effacés’ par le paiement du délinquant.

Et toutes les formes de prostitution ont les mêmes effets sur le regard que la société porte sur l’ensemble des femmes.

3. Évidemment, je suis contre la traite – mais la prostitution ordinaire, c’est autre chose.

Comment cela ? Bien sûr, il y a des variations infinies – depuis le fait de recevoir ‘seulement’ quelques délinquants-prostitueurs par mois (dans quelque hôtel de luxe, peut-être), jusqu’à celles qui sont obligées de recevoir 15 michetons chaque nuit dans un bordel géré par un mac trafiquant – avec une foule de degrés entre ces deux situations. Mais le fait que le degré de souffrance ou de coercition varie ne change pas le phénomène lui-même : toute la prostitution demeure basée sur l’achat de l’accès sexuel à une personne et de son utilisation par un prostitueur-délinquant.

Le phénomène même de la prostitution est basé sur le principe que la personne qui satisfait le prostitueur-délinquant ne veut pas de sexe avec lui.

Le prostitueur-délinquant impose sa propre sexualité à quelqu’un d’autre, (mais il achète le fait de rester libre de toute responsabilité).

Voilà ce qu’est la prostitution.

4. Les filles sont piégées par la traite, mais en prostitution ordinaire, ce sont elles qui choisissent.

Non, ce n’est pas aussi simple. Cela se passe sûrement comme ça pour certaines femmes, piégées par les trafiquants qui leur promettent d’agréables emplois dans des bars ou ce type d’activité, mais d’autres savent qu’elles entrent dans la prostitution - même si on les piège souvent en leur mentant sur la cadence à laquelle on va les utiliser et sur les montants qu’elles gagneront. Mais beaucoup de filles sont aussi piégées dans la prostitution ‘ordinaire’.

De sorte que la distinction que vous faites n’existe pas vraiment.

De plus, l’idée du ‘libre choix’ est loin d’être aussi simple non plus.

5. La traite des personnes pour le travail est un problème bien pire ; la traite à des fins sexuelles est moins répandue.

Non, c’est un mythe. Bien entendu, on ne peut connaître les chiffres exacts, mais un rapport rédigé à l’ONU en 2009 indique qu’environ 79% de l’ensemble de la traite des personnes l’est à des fins sexuelles. Ce rapport couvre 155 pays.

Pour les victimes, la traite de personnes à des fins sexuelles peut inclure l’isolement forcé, les menaces, les humiliations, la violence psychologique, la manipulation, les coups, le viol, la torture et des agressions quotidiennes. Cette violence entraîne des dommages psychologiques et physiques, et peut progresser jusqu’au meurtre.

Ce qui rend surtout la prostitution – et particulièrement la traite – difficiles à vivre pour les victimes est la répétition constante de ces violences, par opposition à la souffrance d’une expérience traumatisante unique.

6. La plupart des hommes ne veulent pas réellement acheter du sexe d’une femme qui n’est pas intéressée.

Il y a une différence entre ce qu’ils disent et ce qu’ils font. Croire que les hommes ne veulent pas ‘acheter du sexe’ d’une personne qui est forcée à se prostituer est bien naïf, dit Natasja Tenjeva, une Russe qui a été victime de la traite des personnes en Suède. « Les hommes fermaient simplement les yeux sur ma détresse, dit-elle, parce que c’était plus facile. Parce que, s’ils avaient été forcés de prendre conscience de la souffrance qu’ils causaient par leurs actions, ils auraient aussi dû admettre leur culpabilité. »

Certaines victimes de la traite en ont témoigné : elles ont dit à leurs acheteurs avant la ‘passe’ qu’elles étaient victimes de la traite, mais les délinquants-prostitueurs ont quand même continué.

Dans une étude commandée par le gouvernement suédois, des délinquants-prostitueurs ont prétendu qu’ils n’achèteraient jamais une personne victime de la traite. Beaucoup d’entre eux l’ont quand même fait, parfois parce qu’ils ne voyaient pas la différence, et parfois en toute connaissance de cause. Quand on leur a demandé pourquoi ils l’avaient fait en dépit de ce qu’ils avaient dit, les délinquants-prostitueurs ont donné des réponses comme : « J’étais vraiment trop excité » et « Ça s’est fait tellement vite ».

Mais croyez-vous vraiment qu’un homme qui se ‘limiterait’ à l’accès tarifé à des filles qui (croit-il) ne sont pas victimes de la traite, serait mieux ? La prostitution est en soi le fait pour le délinquant de payer pour un ‘rapport’ sexuel avec quelqu’un qui ne veut pas avoir de rapport sexuel avec lui.

À mon avis, cet homme semble vouloir se dédouaner de sa responsabilité en se comparant aux délinquants-prostitueurs légèrement pires que lui.

NOUS ET EUX

La prostitution est affaire de pouvoir sexualisé ; et en conséquence, nos idées sur la prostitution dépendent du groupe auquel nous nous identifions : celui des michetons ou celui de la personne qui est prostituée.

Pour arriver à être d’accord avec les délinquants-prostitueurs, il faut d’abord prendre ses distances – consciemment ou inconsciemment – de la personne qui est utilisée. Plusieurs apologistes de la prostitution ont employé en Suède l’argument que les femmes de la classe ouvrière ont une « relation plus instrumentale avec leur corps » que les femmes de la classe moyenne – de sorte que la prostitution signifie quelque chose de différent chez ‘ces femmes-là’.

Et beaucoup de gens essaient d’expliquer le fait que les hommes occidentaux se servent des femmes asiatiques dans le tourisme prostitutionnel en affirmant que les Asiatiques – « elles » – sont ‘différentes’ des Suédoises.

De tels commentaires expriment, bien sûr, du mépris de classe et du racisme.

Ce ne sont pas nos traits physiques qui déterminent lesquelles d’entre nous se retrouveront à être prostituées. Ce sont nos circonstances de naissance et de vie.

7. Ces prostituées sont probablement des nymphomanes...

S’il existe réellement des nymphomanes, c’est-à-dire des femmes ayant un tempérament sexuel extrême, ne serait-il pas plus logique de penser qu’elles iraient à la recherche de quelqu’un qui pourrait les satisfaire, elles ?

N’est-il pas assez illogique de penser que celles qui ont un tempérament sexuel très vigoureux souhaiteraient s’engager dans un compromis basé sur l’oubli de leurs propres besoins sexuels pour se concentrer plutôt sur ceux de l’homme qui les paie ?

8. Les Asiatiques sont pauvres et, grâce au tourisme sexuel, elles peuvent au moins gagner un peu d’argent.

Les Asiatiques ne devraient-elles pas avoir le droit à une vie normale sans devoir sucer la bite de riches touristes occidentaux ? Il me semble que ce que vous dites ressemble beaucoup à du vieux colonialisme réactionnaire.

Ce sont les macs et l’industrie du tourisme qui profitent des femmes pauvres en les prostituant, par exemple en Thaïlande. Mais cet argent ne sert ni les femmes ni leurs pays. Au contraire, il crée une dépendance par rapport à l’Occident, par rapport aux délinquants-prostitueurs, et il maintient ces pays dans la pauvreté au lieu de donner aux gens une chance de se développer.

Je suis contre la prostitution non seulement parce qu’elle est une oppression des femmes, mais aussi parce qu’elle est une oppression raciste et impérialiste.

La prostitution comme ‘travail du sexe’

Ceux et celles qui s’opposent à la loi suédoise contre la prostitution disent que le problème vient du fait qu’on ne la considère pas comme une profession, c’est-à-dire le ‘travail du sexe’. Si c’était le cas, les femmes prostituées paieraient censément des impôts et auraient la sécurité sociale et d’autres droits sociaux. La stigmatisation des prostituées disparaîtrait aussi, affirment ces apologistes. Mais ils et elles parlent rarement du fonctionnement des pays où la loi proclame que la sexualité doit être considérée comme du ‘travail du sexe’, par exemple. C’est le cas de l’Allemagne depuis 2001.

Une solution temporaire

Une évaluation de la loi allemande effectuée cinq ans après son adoption a indiqué que seulement 1% des prostituées interrogées avaient un contrat de travail comme ‘travailleuse du sexe’. Deux ou 3% de plus avaient une assurance-maladie en tant que travailleuses indépendantes. La plupart ne voulaient pas de contrat de travail. Quand on leur a demandé pourquoi, la plupart d’entre elles ont répondu qu’elles voyaient la prostitution comme une solution temporaire à une condition financière impossible, et comme une situation dont elles voulaient se sortir.

Beaucoup s’inquiétaient aussi qu’un contrat de travail leur interdise de prendre des décisions personnelles, comme de refuser certains michetons ou certaines de leurs demandes. Ou d’avoir à recevoir plus d’entre eux qu’elles ne le pourraient.

Quand la prostitution est décrite comme du ’travail du sexe’, ce sont les délinquants-prostitueurs – les michetons, les proxénètes et les trafiquants d’êtres humains – qui applaudissent. Car quand la prostitution est décrite comme un échange de ‘biens’ ou de ‘services’, ses structures de pouvoir sont rendues invisibles.

9. Tout travail payé est de l’esclavage.

La différence n’est pas grande entre vendre son corps au travail dans une mine et le vendre dans la prostitution.

En tant qu’homme (car, en général, ce sont les hommes de gauche qui utilisent cet argument !), ne voyez-vous vraiment pas de différence entre travailler dans une mine et masturber votre patron ? Ou entre une femme qui vient nettoyer votre bureau et une autre qui vient vous faire une pipe ? Vous, je ne sais pas, mais moi, si !

Pensez à ce qui se passe vraiment dans la prostitution : il s’agit d’un homme qui impose sa sexualité à une femme, sans considérer la sienne propre ; en d’autres circonstances, cela serait considéré comme du harcèlement, de l’abus sexuel ou du viol. L’idée, bien sûr, c’est que l’argent transformerait cette oppression sexualisée en ‘travail du sexe’. Comment se peut-il, par ailleurs, que les mêmes actions sexualisées que les filles et les femmes combattent, et les mêmes actions que les lois considèrent comme du harcèlement ou de l’abus sexuel, soient soudain considérées comme du ‘travail’ ?

Comment pourrait-on justifier le combat unitaire pour le droit de ne pas souffrir de harcèlement sexuel et de violence au travail, si de tels abus sont vus occasionnellement comme un ‘métier’ ?

Peut-être devriez-vous essayer une nouvelle façon de voir la chose : ils ont nos corps, mais ils ne vont pas se mêler de notre désir !

10. Vendre du sexe n’est pas plus bizarre que de vendre des services comme des massages ou des soins pour les pieds.

Mais si, c’est différent ! À un emploi, on vend sa capacité de travail, mais la prostitution a aussi des conséquences pour notre sexualité. Tout romantisme mis à part, il est aisé de voir que notre sexualité est partie intégrante de notre personnalité. Nos rencontres et nos ruptures, nos expériences sexuelles précédentes, au fur et à mesure que nous les vivons, s’intègrent à notre personnalité. Pour la femme qui est prostituée, la prostitution devient aussi partie intégrante de sa personnalité – même en essayant de la considérer comme quelque chose d’extérieur au cours de ces expériences. C’est pourquoi tant de femmes dans la prostitution parlent plus tard d’une division de leur identité, comme si une rupture s’opérait pendant cette expérience. Beaucoup s’habituent à écarter leurs propres sentiments pendant la prostitution, mais elles remarquent qu’il est difficile par la suite de s’y reconnecter à volonté. La prostitution n’a rien à voir avec un métier.

Et pour les acheteurs de prostitution non plus, il ne s’agit pas d’un achat, dans la mesure où la sexualité de l’homme est aussi affectée. Comme sa vision des femmes en général. Ce n’est sûrement pas une coïncidence si le harcèlement sexuel des filles et des femmes dans le quartier chaud d’Amsterdam est plus fréquent qu’ailleurs.

11. Les prostituées elles-mêmes veulent que l’on considère la prostitution comme du ‘travail du sexe’.

Vraiment ? Ou ne serait-ce pas plutôt le fait de quelques blogueurs/ses ici ou là, encensé-e-s par les médias, prétendant parler pour les autres, en disant toujours ‘nous les prostituées’ ?

Savez-vous que dans les pays où la loi a été transformée et où la prostitution est vue comme du ‘travail du sexe’, la majorité des femmes prostituées n’étaient pas d’accord sur ce point, comme le montre clairement, par exemple, l’évaluation de la loi allemande ? Si l’on prend la prostitution dans son ensemble, combien, à votre avis, parmi toutes les personnes achetées dans la prostitution, souhaitent-elles que l’on considère la prostitution comme un travail ? Et si c’était vous, le feriez-vous ?

12. Les syndicats de ‘travailleurs-ses du sexe’ veulent qu’on les considère comme des travailleurs-ses

Quels syndicats ? Ces organisations, qui se sont qualifiées de ‘syndicats’ pour femmes prostituées, n’ont jusqu’ici pas été de vrais syndicats, c’est-à-dire des organisations « orientées et financées par leurs membres et dont les actions interpellent leurs employeurs ».

Par contre, des groupes de pression pour la légalisation de la prostitution, habituellement composés de proxénètes et d’autres personnes qui souhaitent voir la prostitution bien considérée, se sont eux-mêmes qualifiés de « syndicats des ‘travailleurs du sexe’ » pour amener les gens à considérer la prostitution comme du ‘travail’.

Si vous hésitez au sujet de tels ‘syndicats’, alors essayez de vous demander quel genre de travail syndical ils font, et qui interpellent-ils ?

Par ailleurs, les véritables organisations de soutien aux femmes prostituées ne se désignent généralement pas comme des ‘syndicats’. Et la plupart des femmes prostituées ne veulent pas que la prostitution soit considérée comme un ‘travail du sexe’.

13. Mais si vous n’êtes pas une prostituée, en quoi leur activité pourrait-elle bien vous concerner, VOUS ?

Bien sûr que cela « me concerne » ! Vivre dans une société où les femmes sont à vendre affecte les valeurs de tout le monde. La façon dont la société considère la prostitution a également des répercussions dans notre vie de tous les jours. C’est particulièrement visible dans des pays qui ont des lois comme celles de l’Allemagne.

Si la prostitution est considérée comme du ‘travail’, elle s’intègre à la publicité des journaux ; l’entreprise où vous travaillez reçoit des offres de ‘surprises’ pour ses activités de loisir ; vous avez des coupons-rabais de bordels dans votre boîte aux lettres et des affiches collées sur les arrêts de bus, etc.

Comprendre cela, ce n’est pas avoir une vision ‘coincée’ de la sexualité, ni en faire un scénario cauchemardesque. C’est analyser ce que l’idée de la prostitution comme ‘travail du sexe’ engendre dans la pratique.

Considérez ce que cela signifierait dans notre vie quotidienne, par exemple, pour des professions comme les assistantes à la personne ou les employées de maison. Devraient-elles s’occuper des achats masculins de prostitution, comme c’est le cas en Hollande ?

Si la prostitution est vue comme une profession, les parents devraient-ils laisser leurs filles faire un stage d’été dans cette industrie ? Si la prostitution est vue comme une profession, les agences pour l’emploi devraient-elles refuser les indemnités de chômage à celles qui n’accepteraient pas d’en faire ?

Si vos réponses à ces questions sont ‘non’, c’est que vous ne pensez pas vraiment que la prostitution soit une profession.

14. Mais si une fille veut éviter de se dévaloriser dans un travail sous-payé alors qu’elle peut gagner plus comme ‘escorte’, pourquoi ne pourrait-elle pas choisir ça ?

Eh bien, je vois que vous ne demandez pas ce qui l’empêcherait d’abandonner un emploi de PDG d’une compagnie d’import-export, d’agent immobilier, de dentiste ou une profession similaire pour aller plutôt tailler des pipes à un homme qui le lui commande ? Si la prostitution est si agréable, pourquoi ce ‘travail’ est-il proposé à celles d’entre nous qui ont le moins de choix pour gagner leur vie ? À la fois dans le monde industriel et dans les pays en voie de développement, ce sont surtout les filles et les femmes pauvres - qui souffrent simultanément de l’oppression de classe et du racisme - qui sont utilisées dans la prostitution.

UN VRAI CHOIX LIBRE ?

Les questions de libre arbitre, de participation volontaire et de liberté de choix sont toujours difficiles à démêler. Le fait que nous avons choisi quelque chose ne nous apprend en rien si ce choix était bon ou non. Tout dépend des situations parmi lesquelles on choisit, c’est-à-dire de quelles alternatives nous avons ou nous voyons.

Des études portant sur la prostitution ‘ordinaire’ montrent que pratiquement toutes les femmes qui sont en prostitution la considèrent comme une solution temporaire, généralement pour résoudre une situation financière difficile, mais que c’est aussi souvent l’expression d’une forme d’autodestruction, à la suite d’expériences pénibles. Le choix d’une personne n’exprime pas automatiquement ce qu’elle ‘veut’, même si c’est elle qui le ‘choisit’.

De plus, la grande majorité de l’ensemble des personnes utilisées dans la prostitution sont pauvres, sans abri, ou ont subi d’autres formes d’abus sexuels avant la prostitution.

Les Droits humains – c’est aussi pour les femmes ? Mais même si quelqu’un-e souhaite réellement être prostitué-e, quelles qu’en soient les circonstances, la prostitution va bien au-delà de son choix personnel.

La prostitution est une oppression mondiale. Le fait que les hommes peuvent acheter des femmes est un élément du système patriarcal qui est à la base de notre société. Et notre lutte contre la prostitution concerne les droits humains des femmes.

Et les hommes ?

De même, toute cette question du ‘libre choix’ est toujours posée en ce qui concerne la femme, celle que l’on prostitue.

Mais qu’en est-il du choix des hommes d’utiliser des femmes dans la prostitution ?

15. Une femme devrait pouvoir choisir ce qu’elle fait de son corps et de sa propre sexualité.

Bien sûr, c’est une vieille assertion féministe ! Mais la prostitution n’est pas une question de droits des femmes, c’est tout le contraire ! Dans la prostitution, une femme ‘choisit’ de s’abstenir de son propre plaisir sexuel – pour se prêter plutôt à la sexualité de l’homme.

Le prostitueur-délinquant ne se préoccupe pas en général de savoir ce que veut celle qu’il a payée. (Voir point 6.) Celui qui paie pour du sexe paie pour obtenir un « oui ». Il paie une femme pour qu’elle n’ait du plaisir que si lui le souhaite, lui dictant quand il veut qu’elle jouisse et comment il le veut – et l’a payée et lui a ordonné de le faire.

Et qu’arrive-t-il aux droits humains des femmes dans une société où les femmes peuvent être achetées ?

16. Si vous êtes contre la prostitution, vous essayez d’enlever leur libre choix à des femmes adultes.

Qu’est-ce qu’un libre choix ? La liberté n’est pas quelque chose de simple. Elle dépend de notre lieu de naissance, de nos parents, et surtout, des possibilités réelles dont on dispose. Choisir la prostitution est en général un choix aussi libre que le ‘choix’ d’être pauvre. L’auteure suédoise Louise Eek a écrit que le caractère prétendument volontaire de la prostitution est à géométrie variable. Qu’en pensez-vous ?

Plusieurs études internationales montrent que la majorité de l’ensemble des personnes achetées dans la prostitution ont subi de la maltraitance sexuelle dans l’enfance. Une étude suédoise menée auprès d’adolescent-e-s a établi que parmi celles et ceux qui avaient connu des expériences de ‘sexe avec récompense’, presque 89% avaient subi d’autres sortes d’abus sexuels avant la prostitution.

Des études internationales établissent que l’âge le plus courant pour entrer dans la prostitution est le début de l’adolescence, autour de 14 ans. Ce fait est confirmé par l’Unité Prostitution du Service de police de Stockholm.

Pour moi tout ce débat autour de prétendus choix libres et des ‘joies de la prostitution’ est particulièrement pénible, quand je constate que cette prostitution dite librement choisie est souvent faite de tout sauf de choix libres pour des enfants ou des jeunes ayant subi des abus sexuels dans l’enfance.

Et dans une perspective plus large, le ‘choix’ de la prostitution par des femmes et des filles s’effectue sur fond de pauvreté – aussi bien celle des personnes que des pays.

17. Qu’est-ce qu’ils ont à toujours parler de la ‘happy hooker’, des ‘joies de la prostitution’ ? Les vendeuses ou les infirmières ne sont pas joyeuses tout le temps non plus !

Je crois que vous ne comprenez pas ce que les gens veulent dire quand ils parlent de ‘happy hooker’ (putain joyeuse). Personne ne dit que les prostituées se réjouissent du matin au soir, ou qu’elles sont plus joyeuses que d’autres femmes.

La ‘happy hooker’ est un vieux symbole et, de nos jours, une expression qui résume la façon dont les apologistes de la prostitution (surtout dans les médias) montent en épingle certaines individues triées sur le volet, prêtes à dire que la prostitution est quelque chose d’entièrement positif pour elles – mais sans souffler mot de tous ses aspects négatifs.

18. Mais j’ai entendu parler d’une fille qui est contente d’être prostituée.

Croyez-vous vraiment que toute l’analyse sociétale de la prostitution est réduite à néant dès qu’une seule fille ou femme prétend aimer être prostituée ?

Peu importe qu’une personne en soit plus ou moins satisfaite, la prostitution demeure ce qu’elle est : c’est le fait d’un prostitueur-délinquant qui achète l’accès sexuel à un autre être humain ; qui paie celle (ou celui) qu’il prostitue en effaçant sa propre sexualité ; qui paie pour transformer un non en un oui.

Difficile aussi pour moi d’ignorer que parmi les femmes ayant quitté la prostitution, nombreuses sont celles qui reconnaissent avoir tenu des propos similaires quand elles y étaient, parce que c’était pour elles une façon de composer avec cette vie.

Mais même si une femme aimait réellement la prostitution, elle pourrait peut-être envisager de ne pas s’y livrer, par égard pour la majorité de celles qui en souffrent, par respect pour les droits des femmes, et au nom de la lutte en faveur de l’égalité des sexes.

Enfin, je ne peux m’empêcher de m’interroger sur la fréquence de cet argument parmi les gars et les hommes qui parlent si souvent de la prostitution comme d’un « droit des femmes au libre choix », mais qui parlent si rarement des propriétaires de bordels, des proxénètes et des prostitueurs. Pourquoi ne parlent-ils jamais du choix des hommes ?

19. La prostitution est un accord entre deux individus – et cela ne regarde aucunement le gouvernement.

D’accord, alors ignorons le fait que vous ‘oubliez’ les propriétaires de bordels et les proxénètes quand vous dites cela... Mais malgré tout, ces personnes ne sont pas des cas uniques, n’est-ce pas ?... En ce moment même, quantités d’autres personnes ‘signent’ de semblables ‘contrats individuels’, dans le monde entier. Et la majorité de ces ‘contrats’ concernent l’achat d’un accès sexuel au corps de femmes.

Ne croyez-vous pas que les ressemblances entre ces millions de ‘contrats individuels’ partout dans le monde peuvent susciter une remise en question ?

Parlons sérieusement, la prostitution n’est pas un accord totalement indépendant entre deux personnes ; je préfèrerais discuter des causes de la prostitution, et de ses conséquences. (...)

- Lire la deuxième partie de la traduction française de cette brochure : « Comprendre la prostitution dans l’ensemble des structures de pouvoir fondées sur le genre ».

- Lire la troisième et dernière partie de la traduction française de cette brochure : Prostitution - La stigmatisation et le mythe entourant le statut de victime

Version anglaise, traduite du suédois : « Speaking of Prostitution – Arguments & Counterarguments about prostitution », http://www.kvinnofronten.nu/eng/spe...

Traduction : Annick Boisset et Martin Dufresne

Copyright : Kvinnofronten, 2013.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 18 juin 2013

                        Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer         Nous suivre sur Twitter       Nous suivre sur Facebook

le Front des Norvégiennes Kvinnefronten



   Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© Sisyphe 2002-2013
Sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2011 | |Retour à la page d'accueil |Admin