| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

  Hébergé par                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       Éditions Sisyphe






mercredi 23 février 2005

Le "libre choix" en Allemagne : accepter de se prostituer ou perdre son allocation de chômage ?
Ce qui pourrait toucher les Canadiennes éventuellement ?

par Clare Chapman



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texte Imprimer ce texte


Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Prostitution - L’approche de “réduction des méfaits” ne suffit pas pour une analyse pertinente de la prostitution
Amnesty International et la défense soutenue du système prostitutionnel
« Ni client, ni complice ! » - La CLES lance un appel à lutter contre la banalisation de l’exploitation sexuelle
Plainte officielle contre la "consultation" menée par le Secrétariat international d’Amnesty ! au sujet de sa politique de décriminalisation du proxénétisme
Pénalisation du client de la prostitution ? Les belles histoires de Tonton Robert
Non, Messieurs, la plupart des personnes prostituées ne le sont pas par choix
Le manifeste des 343 bites tellement légères qu’elles se dressent à l’insu de leur cerveau
La cruelle chosification des femmes prostituées et des mères porteuses
Catharine A. MacKinnon - Traite, prostitution, inégalité
Prostitution - Sanctionner les clients et non les prostituées
Prostitution des jeunes - La trahison des adultes
Décriminaliser la prostitution ne peut pas être la solution
Prostitution : une affaire d’hommes ou la fraternité "des salauds"
Loi sur la prostitution en France - « Je ne veux pas d’une société où les femmes ont un prix »
Janice G. Raymond – Prostitution : "Pas un choix, pas un travail"
Elisabeth Badinter et Irène Théry ou la caution intellectuelle du système patriarcal
Les femmes étrangères rêveraient-elles de devenir "putes" ?
Prostitution - La stigmatisation et le mythe entourant le statut de victime
Abolition de la prostitution en France - Le principe est acquis, place à la loi !
Comprendre la prostitution dans l’ensemble des structures de pouvoir fondées sur le genre
L’Irlande pourrait interdire l’achat de sexe
Le prostitueur, "chaînon manquant" de la question prostitutionnelle, selon Victor Malarek
La prostitution, sexualisation du pouvoir
La France envisagerait des sanctions "pédagogiques" pour les prostitueurs
Le Canada ne peut traiter la prostitution comme un filet de sécurité sociale
Les "femmes de réconfort" étaient nécessaires pour maintenir la discipline dans l’armée, selon le maire d’Osaka
Prostitueurs et non-prostitueurs, une étude de Mélissa Farley
Bienvenue dans le monde des prostitueurs
Prostitution - Rendre tabou la notion de victime pour masquer l’existence d’agresseurs
Prostitution en Grande-Bretagne - Un bien étrange syndicat au service des proxénètes
Prostitution et mariage : une assimilation douteuse
La prostitution, le STRASS et la sénatrice - La pertinence de la transparence
Au delà des mythes, légaliser la prostitution est une très mauvaise idée
La Suède malmène l’industrie du sexe et aide les femmes prostituées
Les prostitueurs. Sexe à vendre… Les hommes qui achètent du sexe, un livre de Victor Malarek
"Angel" : Piégée dans un monde de prostitution et de violence
L’être et la marchandise. Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi
"Les criminelles" : individualisation et romantisation de la prostitution
Des spécialistes en santé veulent aider les femmes à sortir de l’industrie du sexe… en faisant échec aux prostitueurs
L’Islande songe à interdire la porno diffusée sur Internet
En studio avec Ruth ! "Je crois sincèrement que la traite humaine et la prostitution fonctionnent de pair"
Catalogne - La loi et l’ordre des proxénètes
Qui estime vraiment les personnes prostituées ?
En studio avec Ruth ! "La prostitution est un grand enjeu politique"
L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) et l’Alliance canadienne féministe pour l’action internationale (FAFIA) répondent au rapport Oppal sur les femmes disparues
Colombie-Britannique - L’égalité des femmes et le contexte socio-économique absents du rapport Oppal sur les femmes disparues
Prostitution - Les “progressistes” australiens oscillent entre l’industrie du sexe et les droits des femmes
Prostitution - Le refus d’abolir le système prostitueur est une atteinte aux droits humains
Fantine ou la liberté de se prostituer ?
Première rencontre de l’Association internationale des survivantes unies de la traite à des fins sexuelles (prostitution)
Prostitution - Pourquoi il faut mettre fin à une des plus anciennes violations des droits humains
Carton rouge pour les bordels à vitrine
Prostitution - La réduction des méfaits est-elle ce que nous pouvons faire de mieux pour les personnes prostituées ?
Un traité féministe international pour abolir la prostitution
Prostitution - Coup de tampon réglementariste !
Prostitution et séropositivité - Le Gouvernement grec arrête et emprisonne des femmes pour protéger les hommes
Manifeste contre le système prostitueur
Prostitution en France - Lettre ouverte à M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre
1946-2012 : De la fermeture des maisons closes à la lutte contre le système prostitueur, les abolitionnistes portent progrès et liberté !
Prostitution - Gloria Steinem appuie le modèle nordique
Solidarité avec les prostituées, mais lutte contre la prostitution
Comparaison entre acheteurs et non-acheteurs de sexe dans la région de Boston
8 mars 2012 : Pas d’égalité sans abolition de la prostitution !
La danse contact ou "lap-dance", prologue de la prostitution
Fiers d’aller aux danseuses ! Vraiment ?
Abolitionnistes du système prostitueur : ce que nous sommes, ce que nous voulons !
Les Néerlandais commencent à regretter la légalisation de la prostitution
Prostitution et faux-semblants : une affaire de société, de femmes et d’hommes
Pourquoi la gauche veut-elle faire de la prostitution "un métier comme un autre" ?
Prostitution et "slutwalk" - Bâtir un mouvement féministe progressiste à l’époque individualiste
Prostitution - Il faut rendre illégal l’achat de "services" sexuels en Australie
Le mouvement des femmes n’est pas monochromatique
ZéroMacho - Des hommes contre la prostitution
Prostitution et domination masculine
La vérité sur l’esclavage sexuel planétaire, un livre de Lydia Cacho
Votre voisin est un prostitueur - Une nouvelle recherche
J’ai rien vu
Abolition n’est pas prohibition - Pourquoi la défense de l’avortement diffère de la défense de la prostitution
Prostitution et traite des femmes - Le projet abolitionniste au congrès Mondes des femmes 2011
Congrès international Mondes des femmes 2011 - Compte-rendu des échanges sur l’abolition de la prostitution à l’exposition "Les draps parlent"
Banalisation de l’industrie du sexe et éducation des jeunes
Nous devons sanctionner les acheteurs de la prostitution
Des députés proposent une résolution sur la prostitution réaffirmant la position abolitionniste de la France
Dix raisons de ne pas légaliser la prostitution
Demi Moore s’associe au CNN Freedom Project pour un documentaire saisissant sur le commerce sexuel au Népal
Client de la prostitution : vers une prise de conscience européenne
Lutter pour faire de la prostitution un travail, c’est se tromper de combat
Prostitution et traite des êtres humains, controverses et enjeux
Le système de la prostitution militaire en Corée du Sud, en Thaïlande et aux Philippines
Les pratiques des hommes "clients" de la prostitution : influences et orientations pour le travail social
La prostitution comme violence contre les femmes
Le système prostitutionnel, un pilier de l’inégalité sexuelle et des violences envers les femmes
Clients de la prostitution : un "droit de l’homme" heureusement en péril
Prostitution as violence against women
Prostitution - Vive le sexe libre et gratuit !
France - La prostitution n’est pas une fatalité
"Il faut punir les clients des prostituées", selon Roselyne Bachelot. Oui... et dépénaliser les personnes prostituées !
Belgique - Analyse « Prostitution : arguments et opinions »
Prostitution - Le débat entre féministes se poursuit
Tribunal populaire sur l’exploitation sexuelle commerciale - Inscription
La tolérance sociale, complice de la violence et de l’exploitation sexuelle
Traite des femmes à des fins sexuelles - Au cœur des réseaux criminels : l’exemple de l’Albanie
S’unir contre la banalisation de la prostitution - Un défi pour la décennie
Moi, si j’étais un homme
La prostitution menace le patrimoine humain
Prostitution et traite des êtres humains - Les mensonges du réglementarisme
La députée bloquiste Maria Mourani présente un projet de loi pour accélérer la lutte à la traite des personnes et au proxénétisme
La série "Maison close" : de la fiction à la réalité
C’est un métier, tout comme le vôtre…
Décriminaliser totalement la prostitution sape le travail pour l’égalité des sexes - Exigeons le changement
"Abolir la prostitution" – Une question en suspens pour le féminisme et pour la gauche
Pays-bas : infirmières ou prostituées ?
Madame Parité commence fort en renvoyant les femmes… au bordel !
Le sexe s’invite à la Coupe du Monde
Feu « Verts » au proxénétisme !
Plus de pornographie à l’Assemblée nationale, mais des assises de la prostitution au Sénat
"Travailleurs du sexe", un documentaire sexiste, réactionnaire et dangereux
Le Mouvement du Nid-France louera un mini-car pour faire visiter les maisons closes
Pour un quartier assiégé, la prostitution est loin d’être un "crime sans victime"
De client prostitueur à homme responsable : une démarche nécessaire
Le "client", premier agent de la prostitution
Proxénétisme et prostitution - Lettre ouverte aux candidat-e-s aux élections européennes de juin 2009
Poser les bases d’une Europe sans prostitution, c’est oser
Le tourisme de prostitution, une industrie mondialisée florissante
Prostitution : la grande promo
Première Journée mondiale contre l’exploitation sexuelle : les raisons d’un engagement
Prostitution et traite des êtres humains, enjeux nationaux et internationaux
Le vagin industriel. Vers une économie politique du sexe commercial mondialisée
S’attaquer au trafic mondial du sexe
Intégrisme islamique et esclavage sexuel en Iran
Le corps des femmes est attaqué. Que fait-on ? On se tient debout et on riposte !
Libre disposition de son corps et liberté de se prostituer
Le refus de la prostitution gagne du terrain
Comment la pornographie influence les jeunes consommateurs
La mode hypersexualisée s’inspire de la pornographie
Le "droit de prostituer" n’est pas un droit de l’homme
"Abolition de la prostitution" - Édito Revue Labrys
Affaire Sneep aux Pays-Bas - Condamnation de deux proxénètes qui ont exploité et maltraité 120 filles de l’Europe du Sud et de l’Est
Le commerce du sexe est florissant en Afghanistan
Sexe et Formule 1
Dossier prostitution - Importants développements à l’échelle internationale
Prostitution - Touche pas à mon client ?
Le Conseil National des Femmes du Luxembourg (CNFL) se prononce en faveur d’une législation agissant directement sur la demande de "services sexuels"
Affaire Spitzer - Le mythe du crime sans victimes
Le Mouvement du Nid inquiet de plusieurs mesures de la politique française sur la prostitution
Le Forum de Vienne sur la traite des êtres humains reste sourd aux voix des victimes
Une politique cohérente contre la violence à l’égard des femmes doit commencer par s’attaquer à la prostitution
Prostitution - À Alger comme en Europe, on esclavagise les femmes
Manifeste des hommes pour l’abolition de la prostitution (Espagne)
Pornographie et fin de la masculinité
Pornographie : "Ça fait mal, tellement mal" ou pourquoi certaines femmes ne veulent pas savoir
Prostitution : les limites du consentement
Prostitution et traite des femmes au Nevada
« Être abolitionniste, c’est défendre la liberté sexuelle ! »
"Rent-A-Wife", c’est discriminatoire !
Après des décennies, les secrets des bordels des camps nazis émergent
Une association féministe espagnole conteste l’expression "travailleuse du sexe"
Le Mouvement du Nid face aux clients prostitueurs
Richard Poulin parle de son dernier livre "Abolir la prostitution" - Interview par Sporenda
Prostitution - Trois femmes et un débat
Déchirées par la guerre, les femmes d’Irak sont la cible des trafiquants du sexe
La prostitution n’est pas un service comme un autre
Entretien avec Coline Serreau sur le film Chaos
Qu’est-ce que la libération ? Le féminisme hier, aujourd’hui et demain
Quand le porno impose sa vision de la sexualité
La prostitution, une arme politique
Prostitution : tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir et qui existe quand même !
La liberté dévoyée
Mondialisation, militarisme et trafic sexuel
Pour que la porno recule
Marchandisation et déshumanisation : l’exemple de la prostitution
Richard Poulin lance un manifeste abolitionniste
Prostitution en Allemagne : Déclaration post-Coupe Mondiale de Football
Prostitution Reform - Stamp out sexual slavery (Angleterre)
La prostitution au XVIIIe siècle, pierre d’achoppement entre politiques locales et pouvoir royal
Campagne contre la traite des blanches de l’Europe de l’Est
Prostitution : les pièges du pragmatisme
L’âge du consentement sexuel à 16 ans : un pis-aller ?
Prostitution : cherchez le client
Enjeux de la prostitution considérée comme "travail du sexe"
L’envergure de la traite à des fins de prostitution
Les filles de l’Est
Violence pro-prostitution à la Maison des femmes de Paris
Le discours pro-prostitution : une rhétorique de dominant
"Survivantes" et féministes contre la prostitution
Clients de la prostitution : motivations et déterminants
La législation à l’encontre des prostituées au XVIIIe siècle
Une politique cohérente contre la violence faite aux femmes doit d’abord s’attaquer à la prostitution
La nouvelle industrie du sexe
"Terre promise", un film d’Amos Gitaï sur la traite des femmes
Prostitution : une arme de destruction massive
"Les clients de la prostitution : l’enquête", de Claudine Legardinier et Saïd Bouamama
Les Philippines contre le trafic sexuel
"Inside deep throat", contribution à la liberté sexuelle ?
La prostitution au XVIIIe siècle : introduction à une liberté superficielle
Femmes à vendre dans les pays baltes
Prostitution et Société No 150
Acheter du sexe n’est pas un sport
Une loi qui jetterait les femmes dans l’industrie du sexe
Casino de Hull - Des "playmates" de Playboy pour faire la promotion des nouvelles machines à sous
Ni coupables, ni victimes : libres ? Oui, libres de toute prostitution
Le système de la prostitution : une violence à l’encontre des femmes
La marchandisation du corps humain est une violation des droits fondamentaux de la personne
Le système de la prostitution au Cambodge : le témoignage de Somaly Mam
Le Mouvement du Nid
Le Mouvement du Nid - Documents sur la prostitution
La banalisation de la prostitution : des choses à savoir
L’Association canadienne des centres contre les agressions sexuelles réclame des politiques contre le commerce du sexe
16 journées d’actions citoyennes pour dire "Non aux violences à l’égard des femmes et à la prostitution ! Oui à la promotion de la dignité humaine !"
Prostitution et travail « invisible » : une assimilation dangereuse
Le risque global d’être convertie en marchandise
Gunilla Ekberg : « Le mieux que nous puissions faire pour nos soeurs prostituées, c’est de les aider à en sortir. »
Prostitution, pornographie et trafic des femmes
Sexe, argent et intégrisme postmoderne
Les politiques européennes et internationales sur la traite des êtres humains encouragent le proxénétisme
Quinze thèses sur le capitalisme et le système prostitutionnel mondial
Le chemin de Buenos Aires : la prostitution, hier et aujourd’hui
Prostitution,
la mondialisation incarnée

Mondialisation des industries du sexe : oppression maximale des femmes et des enfants du Sud, de l’Est, du Sud-Est, etc...
L’hypocrisie a-t-elle un sexe ? Ou comment masquer l’insoutenable réalité de la prostitution
L’importance de ne pas censurer le débat sur la prostitution
Viol et prostitution
Esclavage et prostitution
Journée de formation sur la mondialisation de la prostitution et du trafic sexuel - Documents
Les jeunes et l’industrie du sexe
La marchandisation du sexe : nouvel esclavagisme ?
La croissance effrénée des industries du sexe : entrevue avec Richard Poulin
Aux pays des tsunamis, le trafic sexuel sévit
Le modèle suédois : une source d’inspiration, non une panacée
Une étude dresse le portrait des prostitueurs ou clients de la prostitution
Prostitution : La nouvelle traite des Noirs
« La mondialisation des industries du sexe » : des faits aux valeurs
Décriminaliser la prostitution a profité aux proxénètes, pas aux personnes prostituées
Occupations militaires - La prostitution érigée en système
Le scandale de l’esclavage sexuel au Kosovo
« Les Yeux secs » et la caméra citoyenne de Narjiss Nejjar
Rapport sur les conséquences de l’industrie du sexe dans l’Union européenne
L’érotisation de la violence et de la subordination
Prostitution : réflexions d’un militant en colère
Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui, esclavage, travail forcé, trafic de personnes
Pacte du silence sur les clients de la prostitution
Le débat sur la prostitution : quelle libération sexuelle ?
Des questions à se poser sur la prostitution
Fabrication d’un nouveau mythe sur la prostitution
L’urgence est-elle de faire de la prostitution un métier ?
Je voudrais parler porno
La légalisation de la prostitution, une expérience qui a échoué en Australie
Prostitution, pornographie et capital
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe
Prostitution, trafic sexuel et mondialisation
On s’arrache les actions du premier bordel inscrit en bourse
Il faut stigmatiser le client... il est criminel
La tyrannie du nouvel ordre sexuel
Adulte ou infantile, la prostitution est le contraire de l’autonomie sexuelle
Les enjeux occultés de la prostitution et les conséquences sur les rapports hommes-femmes
Le trafic mondial des femmes et des enfants
Des proxénètes à l’Université ?
La mondialisation des marchés du sexe - I
La mondialisation des marchés du sexe - II
Combattre le système prostitutionnel
Sexe : de l’intimité au « travail sexuel » ou prostituer est-il un droit humain ?
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe. Commentaire.
Pour une critique de la politique pro-prostitution de Cabiria
Prostitution : droits des femmes ou droit aux femmes ?
Faut-il une autorisation pour parler de la prostitution ?
« Le corps est un nouvel instrument d’esclavage » Florence Montreynaud
« La prostitution, ce n’est pas le plus vieux métier du monde, c’est le plus vieux mensonge » (Gunilla Ekberg)
L’idéologie sexiste et la pornographie
Femmes esclaves des bordels du Bangladesh




En septembre 2002, j’écrivais ceci dans le texte « Bientôt des proxénètes et des bordels subventionnés ? »

« Dans quelques années, le gouvernement du Canada émettra-t-il des permis autorisant à vendre le corps et la sexualité humaine sous certaines conditions ? Créera-t-il un programme de subventions pour soutenir les bordels et le proxénétisme, maillon de l’économie qui lui échappe ?

« Et verrons-nous ce genre de petite annonce dans tous les journaux : " Proxénète offre emploi à jeunes et jolies filles. Âge maximum : 21 ans. Fonction : dispenser des services sexuels. Bonnes conditions : horaire de travail souple, taux horaire intéressant, protection, assurance, fonds de pension, etc... " ?

« Et des fonctionnaires de l’assurance emploi ou de la sécurité du revenu refuseront-ils des prestations à des jeunes femmes en chômage en invoquant des « débouchés » dans les bordels de la région, de la province, du pays, et même du monde, mobilité oblige ?

« Et la Cour suprême du Canada donnera-t-elle raison à un "employeur" qui veut obliger une femme ou un homme à se prostituer en alléguant que le client a le droit d’avoir des services ? »

Il s’en est trouvé, chez les chantres de la prostitution-métier-comme-un-autre, pour dire que j’étais démagogue, que j’exagérais, que cela ne se passait pas ainsi dans les pays qui avaient légalisé la prostitution, que je voulais "faire peur au monde" afin de servir ma cause ( la prostitution n’est pas un métier, mais un système d’exploitation et une institution patriarcale qui broie les femmes et est contraire aux droits humains). Bref, je fabulais et je manquais de mesure, selon certaines.

Eh bien, si la situation rapportée par The Telegraph est fidèle, ce serait déjà le cas en Allemagne.

Ce sera peut-être un jour le cas pour les femmes canadiennes si la prostitution est décriminalisée au Canada. Il serait peut-être temps de faire savoir qu’on ne veut pas cela ici. Après tout, c’est toute la société qui est concernée par la modification des lois dans ce domaine. Micheline Carrier

*****

"Si vous n’acceptez pas de vous prostituer, nous supprimerons vos allocations", par Clare Chapman

Une serveuse de 25 ans ayant refusé un emploi qui consistait à fournir des "services sexuels" dans un bordel de Berlin pourrait se voir refuser le versement de ses allocations de chômage à cause de lois votées cette année.

La prostitution a été légalisée en Allemagne, il y a un peu plus de deux ans, et les propriétaires de bordels - qui doivent payer des impôts et l’assurance santé à leurs employées - ont été autorisés à consulter les bases de données officielles de demandeurs d’emplois.

La serveuse, une professionnelle des technologies de l’information sans emploi, avait mentionné qu’elle était prête à travailler dans un bar de nuit et qu’elle avait déjà travaillé dans un café.

Elle a reçu une lettre de l’agence pour l’emploi lui disant qu’un employeur potentiel était intéressé par son "profil" et qu’elle devrait le contacter. Ce n’est que lorsque cette femme - dont l’identité n’a pas été révélée pour des raisons légales - a appelé l’employeur en question qu’elle a constaté qu’elle avait un directeur de bordel au bout du fil.

Depuis les réformes sociales en Allemagne, une femme de moins de 55 ans qui a été sans emploi depuis plus d’un an peut être forcée à prendre un poste vacant - y compris dans l’industrie du sexe - sous peine de perdre ses allocations de chômage. Le taux de chômage dans ce pays est en augmentation depuis onze mois et a atteint la barre des 4,5 millions le mois dernier, amenant le nombre de chômeuses et de chômeurs à son apogée, depuis la réunification en 1990.

Le gouvernement avait envisagé de placer les bordels en dehors des employeurs potentiels sur la base de considérations morales, mais il a finalement décidé qu’il serait trop difficile de les distinguer des bars. En conséquence, les agences pour l’emploi doivent traiter les employeurs à la recherche d’une prostituée de la même manière que ceux cherchant une infirmière dentaire.

Quand la serveuse a entamé une procédure judiciaire à l’encontre de l’agence pour l’emploi, elle s’est rendue compte que celle-ci n’avait pas enfreint la loi. Une agence qui ne pénalise pas les personnes qui refusent un emploi en leur supprimant leurs allocations peut faire face à des procès de la part de l’employeur potentiel.

"Il n’y a rien dans la loi qui empêche les femmes d’être envoyées dans l’industrie du sexe", nous dit Merchthild Garweg, une avocate de Hambourg spécialisée dans de telles affaires. "Le nouveau règlement établit que, désormais, il n’est plus immoral de travailler dans l’industrie du sexe, et en conséquence on ne peut plus refuser aucune offre sans prendre le risque de se voir supprimer ses allocations".

Mme Garweg explique que des femmes ayant travaillé auparavant dans des centres d’appels se sont vues proposer des postes pour des téléphones "roses". Dans une agence de la ville de Gotha, on a dit à une femme de 23 ans qu’elle devait se présenter à un entretien d’embauche pour "poser nue" et devrait ensuite revenir à l’agence pour faire un compte rendu de cet entretien. Les employeurs de l’industrie du sexe peuvent aussi poser leurs propres annonces dans les agences, une nouveauté entrée en vigueur ce mois-ci. Une agence qui refuse d’accepter l’annonce peut être poursuivie.

Tatiana Ulyanova, qui possède un bordel dans le centre de Berlin, a consulté la base de données de son agence locale afin de trouver de nouvelles recrues.

"Pourquoi ne pourrais-je pas chercher de nouvelles employées dans une agence pour l’emploi alors que je paie des impôts comme tout le monde ?" demande Mme Ulyanova.

Ulrich Kueperkoch voulait ouvrir un bordel à Goerlitz, dans l’ex-Allemagne de l’Est, mais l’agence locale retira son annonce demandant douze prostituées en affirmant qu’il lui serait impossible de les trouver.

M. Kueperkoch répondit alors qu’il était sûr de la demande pour un tel établissement dans la région, et qu’il envisageait de demander compensation auprès des plus hautes autorités. La prostitution a été légalisée en Allemagne, en 2002, par le gouvernement qui pensait ainsi mieux combattre le trafic de femmes et couper les liens avec les organisations criminelles.

Mme Garweg estime que les pressions sur les agences pour l’emploi afin qu’elles fournissent des "employées" auront bientôt pour effet de les pousser à supprimer les allocations de celles qui refuseront de se prostituer.

"Elles sont déjé préparées à orienter des femmes vers des emplois liés aux services sexuels, mais qui ne sont pas considérés comme de la prostitution", nous dit Mme Garweg.

"Maintenant que la prostitution n’est plus considérée par la loi comme immorale, il n’y a plus que la bonne volonté des agences qui peut les empêcher d’orienter les femmes vers des emplois qu’elles ne veulent pas prendre".

Source : The Telegraph, le 30 janvier 2005

Commentaire de Sisyphe

Selon certains sites spécialisés dans la recherche de « légendes urbaines », cette histoire pourrait en être une. Les femmes ne sont pas forcées (pas encore ?) de "travailler" dans la prostitution en Allemagne. Et c’est sous l’anonymat que le propriétaire de bordels avait placé son annonce dans la base de donnée - tous les moyens sont bons pour recruter -, mais le gouvernement affirme qu’elle a été retirée. (Cela me rappelle, dans un autre domaine, une lettre de l’ambassade d’Iran en France expédiée un peu avant Noël et qui affirmait que la lapidation pour des "délits sexuels" ne se pratiquait plus en Iran depuis bien des années...).

Tout à fait ou partiellement vraie, l’histoire rapportée par The Telegraph pourrait devenir un fait ordinaire et banal dans les pays qui légalisent ou décriminalisent la prostitution. En effet, si on estime que la prostitution (ou autre "travail du sexe") est un travail légal, si elle est reconnue un "métier comme un autre", qu’est-ce qui empêchera les "employeurs" d’invoquer cet argument pour recruter des prostituées et l’État de demander aux chômeuses d’accepter les emplois disponibles ?

Mis en ligne sur Sisyphe, le 21 février 2005.

Dans le dernier communiqué de Cybersolidaires, on peut lire ceci :

« Quand nous aurons besoin d’êtres sauvées, nous vous appellerons » - 22.02.05

« Au cours de la dernière partie du 20e siècle, un curieux phénomène s’est produit : les féministes radicales, qui prêchaient depuis des années que la prostitution est une violation des droits humains et une exploitation sexuelle, se sont mises à partager le lit des conservateurs religieux, trop heureux d’utiliser ces nouveaux slogans pour légitimer leur croisade morale contre la prostitution ».

Très bien. Personnellement, je veux bien ne pas demander de "vous" sauver - d’ailleurs, je ne le fais pas, et on me considère "sans coeur", insensible - mais vous, pourriez-vous ne pas demander à toute la société de faire le choix collectif de la prostitution comme métier alors que vous prétendez que c’est un "choix individuel ? Pourriez-vous cesser de vouloir imposer à toute une société "le choix" de vendre son sexe que fait un petit nombre de personnes (mais oui, je reconnais que certaines aiment l’argent vite gagné et vite dépensé, la vie moderne coûte cher...) ? Il y en a qui vont pleurnicher devant le sous-comité sur le racolage à Ottawa et qui obtiennent des félicitations de certaines députées en se plaignant des "abolitionnistes". Et ce sous-comité prétend mener une consultation "objective" alors qu’il a déjà tiré ses conclusions avant de faire son rapport. (On vous reparlera de ce sous-comité).

Facile mais pas très original (on l’a déjà fait souvent) de renvoyer les féministes radicales dans "le lit" (je suppose que l’expression est de mise dans le contexte) des conservateurs religieux quand il est question de prostitution. Comme réductionnisme, on ne fait pas mieux. Comme si le féminisme radical et le conservatisme religieux avaient les mêmes motifs de s’opposer à la légalisation ou à la décriminalisation de la prostitution. Feriez-vous semblant d’être pour la pédophilie, le meurtre, la prostitution des enfants afin de ne pas passer pour des conservateurs religieux qui sont contre tout ça ?

C’est commode d’amalgamer féminisme radical et conservatisme religieux (de savantes universitaires l’ont déjà fait avant aujourd’hui) et de gommer l’analyse de l’oppression des femmes qu’élaborent les féministes contre la prostitution (vous trouverez à ce lien maints exemples de ces analyses sans aucune connotation religieuse ). Analyse de l’oppression des femmes que ne font ni les conservateurs religieux ni les tenant-es de la prostitution-métier-comme-un autre. Ce genre d’amalgame sert aussi à détourner l’attention du fait que la libéralisation des lois sur la prostitution est liée essentiellement à la mondialisation néo-conservatrice (et pas du tout à la volonté des États de reconnaître la présumée liberté des femmes de se prostituer ou de soi-disant disposer de leur corps). Cette mondialisation transforme tout en marchandise, même des êtres humains (le seul critère étant la rentabilité, et mettre des femmes en marché, ça rapporte). Ce sont les femmes, dans la prostitution comme dans tous les autres domaines, qui paient d’abord le prix fort de cette sorte de mondialisation, et on essaie de nous faire croire que la majorité sont libres de choisir la prostitution. Le conservatisme prend bien des visages, y compris celui de la soumission aux lois du marché sous le couvert du libre choix.

Ce n’est certes pas ce genre d’association (conservatisme religieux/féminisme radical) qui fera taire les positions contre la décriminalisation des prostitueurs et des proxénètes. Quant on a déjà été qualifiée de folle, schizophène, sans coeur, moraliste, pas intelligente, étroite d’esprit, on peut supporter quelques amalgames douteux ici et là. Après tout, être associé au conservatisme religieux n’est pas pire que d’être associé au crime organisé, aux proxénètes et aux marchands de tout acabit. Pourvu qu’on sache à quoi s’en tenir sur soi-même, les qu’en dira-t-on ne nous font pas frémir de peur. J’imagine qu’il en est ainsi de plusieurs "vieilles" militantes radicales qui connaissent la musique.

Je sais, je sais. Il y en a qui vont dire qu’on divise le mouvement féministe en affichant publiquement nos désaccords sur la prostitution. Alors, faire semblant d’être d’accord pour ne pas paraître divisées ? Faire semblant d’être d’accord pour ne pas passer pour conservatrices ? Étouffer tout débat pour donner une fausse image d’entente parfaite ? Hum... faire semblant, ce n’est pas s’affirmer, et je ne pense pas que ce soit une attitude très féministe.

Micheline Carrier

Le 23 février 2005.

Commenter ce texte                         Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer         Nous suivre sur Twitter       Nous suivre sur Facebook

Clare Chapman



Plan-Liens Forum

  • > Le "libre choix" en Allemagne : accepter de se prostituer ou perdre son allocation de chômage ?
    (1/4) 2 mars 2006 , par Maureen Jamar - Worny

  • > Le "libre choix" en Allemagne
    (2/4) 17 septembre 2005 , par Internaute

  • > Le "libre choix" en Allemagne : accepter de se prostituer ou perdre son allocation de chômage ?
    (3/4) 26 février 2005 , par meh

    rép: Sarah-A. De Ponce
  • > Le "libre choix" en Allemagne : accepter de se prostituer ou perdre son allocation de chômage ?
    (4/4) 24 février 2005 , par soi

    rép: soi
    rép: Antoine Perrin
    rép: soi




  • > Le "libre choix" en Allemagne : accepter de se prostituer ou perdre son allocation de chômage ?
    2 mars 2006 , par Maureen Jamar - Worny   [retour au début des forums]
    Ligue Pour les Libertés

    Je suis scandalisée !
    L’opinion que je désirerai donner risque d’être floue tellement cela me révolte !
    Je fais partie d’un groupe politique de jeunes liègeois (belges) et je travaille actuellement sur une commission ’Féminisme’
    Quelqu’un m’avait en effet parlé de cette législation mais je n’en croyais mot. J’ai maintenant confirmation que c’est correct et véridique.
    Outre le côté "pratique" de la législation (une certaine sécurité ...) je persiste quand même dans l’idée que la prostitution ne doit pas être légalisée de cette manière (suppression du chômage entre d’autres).
    J’aimerai néanmoins recevoir de plus amples informations sur le sujet (quelques liens etc ...) voir même pouvoir compter sur votre collaboration pour notre commission.

    Merci d’avance. Une visite sur notre Forum ou Site web serait la bienvenue. Nous aimerions votre avis et vos éventuelles suggestions.

    Maureen Jamar
    Pour le LPL Ligue Pour les Libertés

    > Le "libre choix" en Allemagne
    17 septembre 2005 , par Internaute   [retour au début des forums]

    Voir ce lien : http://paris.indymedia.org/article.php3?id_article=33511&id_mot=27

    > Le "libre choix" en Allemagne : accepter de se prostituer ou perdre son allocation de chômage ?
    26 février 2005 , par meh   [retour au début des forums]

    L’article est donc issu d’un journal en ligne britannique ( www.portal.telegraph.co.uk , "the first online daily UK newspaper in the UK" , en fait la version internet du Daily Telegraph. Le Courrier International en dit notamment :

    " Fondé en 1855, c’est le grand journal conservateur de référence de la presse de qualité. Sa maquette a été entièrement renouvelée en 2003. C’est sa pugnacité et ses partis pris qui font son succès, à droite de l’échiquier politique.

    Son agenda est très prisé, en raison notamment du Court Circular qui présente tous les jours les activités de la famille royale. Un autre rendez-vous très attendu est le petit dessin de Matt, toujours élégant et drôle, publié en première page du journal. Détenu jusqu’au début 2004 par le magnat de la presse Conrad Black, le Daily Telegraph fait l’objet depuis d’une bataille d’actionnaires autour de son rachat. Très atlantiste, il est surtout très opposé à l’adoption de l’euro par le Royaume-Uni.

    Site web : http://www.telegraph.co.uk

    The Daily Telegraph est le premier quotidien britannique à avoir ouvert un site en 1994, lequel est, de l’avis général, l’un des plus complets du monde anglo-saxon. Très interactif, il met en ligne l’ensemble du contenu du quotidien et, à la fin de chaque article, il propose des renvois vers d’autres liens."

    ...Bref, c’est non seulement de la provocation, mais de la provoc non issue du camp féministe ou de l’extrême-gauche mais bien du camp à l’extrême opposé (!), camp comme on le sait allergique à tout ce qui concerne ce sujet de la légalisation prostitution ou ce qui tourne autour (droits sociaux, etc). De plus venant d’un pays qui, tout comme la France, est à la pointe de l’hypocrisie/criminalisation et de la violence policière à l’encontre des prostitué(e)s.

    Vivant personnelement à Berlin/Allemagne, je certifie qu’on en n’a jamais parlé ici et que ce qui est imaginé dans cet article est tout bonnement absurde, impensable et de mauvaise foi caractérisée.

    • Les supposés progressistes de mes....
      26 février 2005 , par
      Sarah-A. De Ponce   [retour au début des forums]

      Toujours le bon vieux argument du conservateur opposé au libéral progressif comme si la prostitution était un comportement progressiste et féministe. À moinsque je n’aie pas compris le féminisme français, le féminisme c’est censé être l’égalité entre les sexes et la conquête de l’autonomie personnelle. Voyez-vous de l’autonomie personnelle dans l’obligation de laisser des hommes disposer de votre corps et de votre sexualité, et vous obliger aux pires actes pour leur plaisir de dominer. Si la prostitution n’était pas une question d’exploitation des femmes et de domination des femmes par les hommes, si c’était seulement un métier qui permet de bien gagner sa vie, pourquoi donc n’y a-t-il pas plus d’hommes dans ce beau métier que certains disent le plus vieux (ce n’est pas vrai : la cueillette et la chasse y étaient avant, puis peut-être bien la sage-femme du temps où les médecins se faisaient rares. Et si on cherche encore, on en trouvera d’autres mais ça fait bien de dire : la prostitution, plus vieux métier du monde, donc on ne peut rien contre elle. Une bonne excuse.)

      Si ça ne se passe pas en Allemagne comme le dit l’article, réjouissons-nous-en et j’espère que ça ne se passera à nulle part ailleurs. Mais je doute, voyez-vous, je pense que cela se passe déjà à bien des endroits et que ce n’est pas écrit ni dans les journaux de gauche ni dans les journaux de droite, dont les intérêts se rejoignent très bien sur cette question. La prostitution est forcée quand on empêche les femmes dans certains pays d’obtenir du travail pour gagner leur vie et celle de leurs enfants, quand on leur fait croire qu’elles vont avoir un travail à l’étranger et qu’on les enrôle ensuite dans les réseaux de prostitution et de clubs de nuit. C’est fréquent et depuis longtemps qu’on fait la traite des femmes, j’ai lu des articles sur ce sujet sur des sites. Cela se passe même dans mon beau pays d’accueil qui prêche la liberté et la fraternité à chaque coup de gueule.

      L’hypocrisie, je la trouve aussi chez ces hommes qui prétendent soutenir les causes féministes et qui se disent favorables à la légalisation de la prostitution. Ils prétendent défendre la liberté des femmes et la liberté sexuelle mais c’est leur accès à toutes les femmes n’importe quand et de n’importe quelle façon qu’ils défendent, leur liberté de se payer des rapports sexuels rapides sans besoin d’engagement et de satisfaire leur besoin de dominer l’autre, leur solidarité avec les clients des prostituées. Ils sont ravis de se venger ainsi sans que cela paraisse des femmes qui ne veulent plus se soumettre dans leur vie quotidienne, ils demandent le droit d’aller en soumettre d’autres dans des bordels ou d’autres lieux où ils pourront faire ce qu’ils veulent même violer légalement. Les hommes de gauche sont parmi les pires beaux parleurs et exploiteurs. Ils se servent d’une position de prétendu progressistes, un masque. L’un d’eux dans notre pays vient d’écrire un livre en prétendant que la prostitution c’est de l’amour. On voit bien que ce n’est pas lui qui se prostitue, c’est pas lui qui est obligé de faire 70 passes par jour pour gagner son fric, c’est pas lui qui va devoir en faire plus et plus pour payer sa coke ou son héroîne que lui refile le prox. Ces intellectuels beaux parleurs me font c....et c’est peu dire, on les entend jamais dénoncer l’exploitation des femmes dans la prostitution, l’exploitation des immigrantes très répandues ici en France. Ben non, la prostitution, c’est du romantisme, à les entendre. J’ai vécu longtemps à Saint-Denis et je sais de quoi je parle, ces salauds qui viennent des beaux quartiers se taper les femmes immigrantes et qui les menacent de les dénoncer à la justice si elles ne veulent pas leur servir de jouet sexuel. Ils sont bien placés, ces beaux messieurs progressistes qui se réclament des féministes pour demander ensuite que la police laisse les prostituées en paix, ils connaissent un tel au ministère, le gendarme du coin, le préfêt. C’est cela aussi de la prostitution forcée mais bien entendu quand c’est pour des gens bien, ce n’en n’est pas, c’est la liberté sexuelle des femmes.

      [Répondre à ce message]

    > Le "libre choix" en Allemagne : accepter de se prostituer ou perdre son allocation de chômage ?
    24 février 2005 , par soi   [retour au début des forums]

    Dear Mrs "soi"

    thank you for your email from February 23rd to the Federal Ministry for
    Familiy Affairs, Senior Citizen, Women ans Youth. They asked the Federal
    Ministry of Econmics and Labour that is responsible for labour policy to
    answer your questions.

    Prostitution is legal in Germany since the commencement of an act about
    prostitution in 2002, which gave prostitutes employment protection rights.
    However the Federal Labour Office has to adhere to certain societal norms
    and therefore does not place jobseekers in such jobs.

    If nevertheless such a job was offered, no person would be forced to take
    it. Jobseekers do not have to accept these jobs. The job as a prostitute is
    an unacceptable type of work (unless jobseekers wish to work in that
    particular trade) and is therefore considered a so called "important reason"
    to refuse these types of offers.

    If prostitutes leave their jobs because they are sick of them, they will not
    face any penalties.

    Yours sincererly

    Monja Warnken

    • > Le "libre choix" en Allemagne : accepter de se prostituer ou perdre son allocation de chômage ?
      25 février 2005 , par
      soi   [retour au début des forums]

      Mail entraînant la réponse du gouvernement allemand.

      Objet : Allemagne et prostitution : inquiétudes d’une femme ayant
      toujours eu bonne opinion de l’Allemagne

      Madame, Monsieur,

      Je ne peux concevoir qu’aujourd’hui, en Allemagne, l’on
      supprime les allocations chômage à une jeune femme qui refuse l’emploi
      de prostituée que l’une de vos agences pour l’emploi lui a proposé
      parce que c’est la loi !
      J’espère que cette affaire trouvera une solution et sera la
      dernière.
      Que feriez-vous si cette aventure arrivait à votre fille ?

      Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de
      mes sentiments distingués.

      Références : Dr. Monja Warnken
      Bundesministerium für Wirtschaft und Arbeit
      Sozialhilfe für Erwerbsfähige- Referat II B 5
      Scharnhorststraße 34-37
      10115 Berlin

      [Répondre à ce message]

    • Pas de fumée sans feu
      25 février 2005 , par
      Antoine Perrin   [retour au début des forums]

      Je ne sais pas si la nouvelle concernant la prostitution en Allemagne est plus vraie que la lettre du ministère allemand qui nie que des femmes soient contraintes à se prostituer. Comment départager le vrai du faux sur le Web ? Mais cet article me fait réfléchir. Je ne vous apprends rien en disant que bien des femmes sont déjà contraintes à se livrer à la prostitution partout dans le monde pour survivre, et je ne vois pas comment les femmes allemandes échapperont longtemps aux pressions quand leur pays estime que la prostitution est acceptable et que les dirigeants de bordels peuvent recruter librement. Si on ne développe pas d’autres secteurs d’emplois pour elles, que feront-elles pour survivre ? La même chose que les femmes des pays pauvres qu’on importe de partout dans les bordels légaux.

      L’obligation d’accepter un travail de sexe n’a pas besoin d’être inscrite dans les lois sociales, prestations de chômage ou autres. Ce sont ceux qui les administrent qui peuvent se laisser influencer par l’ambiance sociale que crée la légalisation de la prostitution. La demande précède l’offre et les marchands de sexe ont toute sorte d’astuces pour aller chercher une nouvelle clientèle : ils créent des besoins artificiels qui finissent par être vus comme des besoins essentiels. Je ne suis donc pas prêt à dire que l’Allemagne - ou d’autres pays, l’Allemagne n’est sans doute pas unique dans son genre - ne contraint pas les femmes à la prostitution, car le fait qu’elle considère la prostitution comme acceptable est une pression sur elles. Est-ce que quelqu’un sait si la prostitution a augmenté dans ce pays depuis 2002 ? On pourrait se faire une opinion sur l’influence de la légalisation, non ?

      Peut-être parce que je suis vieux, je m’inquiète surtout pour la jeunesse, et j’ai des petits-enfants et arrière-petits-enfants. Qui sait où en sera rendu ce commerce quand ces derniers auront 15 ans ? Je serais aussi affligé qu’ils deviennent clients des prostituées qu’ils se prostituent eux-mêmes. Indépendamment de mon âge, je pense qu’un pays qui fait le commerce du sexe et en tire des revenus renonce à défendre la dignité et l’intégrité des êtres humains. La réflexion dépasse la simple idée de contraindre ouvertement ou non des gens à se prostituer. Mon pays, la France, n’est pas plus brillant dans ce domaine, il est de connivence avec les clients et les proxénètes et s’en prend aux prostituées. C’est un peu hypocrite, mais pas dans le sens où on le pense. En s’en prenant aux prostituées, il veut susciter une levée de boucliers pour ensuite se justifier de légaliser la prostitution soi-disant à la demande du peuple.

      [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2005
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2011 | |Retour à la page d'accueil |Admin