| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 14 octobre 2012

Prostitution - Pourquoi il faut mettre fin à une des plus anciennes violations des droits humains
Arguments féministes contre l’industrie de la prostitution

par Finn Mackay, militante féministe et chercheure






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Le prostitueur moderne et sa nounou queer
Aidez-nous à éradiquer la prostitution au Canada
Euro 2016 - Le prix d’une passe n’est pas celui que tu crois
Abolition de la GPA et de la prostitution, même combat contre le patriarcat
Les droits des femmes bafoués, les corps marchandisés
Non au système prostitutionnel ! Une analyse féministe et abolitionniste du système prostitutionnel
Prostitution : L’Assemblée nationale française fidèle à ses convictions
Claudine Legardinier - Prostitution : une guerre contre les femmes
France - Les inégalités femmes-hommes au Sénat font obstruction à la sanction des clients de la prostitution !
Offrir aux hommes handicapés de recourir à la prostitution, une idée ancrée dans la misogynie et le validisme
Lettre ouverte à rabble.ca - La journaliste Meghan Murphy visée par une campagne misogyne du lobby de l’industrie du sexe
Grand Prix de Montréal - La CSN demande l’application de la nouvelle loi fédérale pour contrer la prostitution
Comment la pornographie influence les jeunes consommateurs
"Le commerce du sexe", un film d’Ève Lamont
Réglementer la pornographie ou criminaliser les pornocrates ?
Corps disloqués, âmes brisées : conséquences psychiques et physiques de la prostitution sur les personnes qui la vivent
Prostitution - L’approche de “réduction des méfaits” ne suffit pas pour une analyse pertinente de la prostitution
« Ni client, ni complice ! » - La CLES lance un appel à lutter contre la banalisation de l’exploitation sexuelle
Pénalisation du client de la prostitution ? Les belles histoires de Tonton Robert
Non, Messieurs, la plupart des personnes prostituées ne le sont pas par choix
Le manifeste des 343 bites tellement légères qu’elles se dressent à l’insu de leur cerveau
La cruelle chosification des femmes prostituées et des mères porteuses
Catharine A. MacKinnon - Traite, prostitution, inégalité
Prostitution - Sanctionner les clients et non les prostituées
Prostitution des jeunes - La trahison des adultes
Décriminaliser la prostitution ne peut pas être la solution
Prostitution : une affaire d’hommes ou la fraternité "des salauds"
Loi sur la prostitution en France - « Je ne veux pas d’une société où les femmes ont un prix »
Janice G. Raymond – Prostitution : "Pas un choix, pas un travail"
Elisabeth Badinter et Irène Théry ou la caution intellectuelle du système patriarcal
Les femmes étrangères rêveraient-elles de devenir "putes" ?
Prostitution - La stigmatisation et le mythe entourant le statut de victime
Abolition de la prostitution en France - Le principe est acquis, place à la loi !
Comprendre la prostitution dans l’ensemble des structures de pouvoir fondées sur le genre
L’Irlande pourrait interdire l’achat de sexe
Le prostitueur, "chaînon manquant" de la question prostitutionnelle, selon Victor Malarek
La prostitution, sexualisation du pouvoir
La France envisagerait des sanctions "pédagogiques" pour les prostitueurs
Le Canada ne peut traiter la prostitution comme un filet de sécurité sociale
Les "femmes de réconfort" étaient nécessaires pour maintenir la discipline dans l’armée, selon le maire d’Osaka
Prostitueurs et non-prostitueurs, une étude de Mélissa Farley
Bienvenue dans le monde des prostitueurs
Prostitution - Rendre tabou la notion de victime pour masquer l’existence d’agresseurs
Prostitution en Grande-Bretagne - Un bien étrange syndicat au service des proxénètes
Prostitution et mariage : une assimilation douteuse
La prostitution, le STRASS et la sénatrice - La pertinence de la transparence
Au delà des mythes, légaliser la prostitution est une très mauvaise idée
La Suède malmène l’industrie du sexe et aide les femmes prostituées
Les prostitueurs. Sexe à vendre… Les hommes qui achètent du sexe, un livre de Victor Malarek
"Angel" : Piégée dans un monde de prostitution et de violence
L’être et la marchandise. Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi
"Les criminelles" : individualisation et romantisation de la prostitution
Des spécialistes en santé veulent aider les femmes à sortir de l’industrie du sexe… en faisant échec aux prostitueurs
L’Islande songe à interdire la porno diffusée sur Internet
En studio avec Ruth ! "Je crois sincèrement que la traite humaine et la prostitution fonctionnent de pair"
Catalogne - La loi et l’ordre des proxénètes
Qui estime vraiment les personnes prostituées ?
En studio avec Ruth ! "La prostitution est un grand enjeu politique"
L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) et l’Alliance canadienne féministe pour l’action internationale (FAFIA) répondent au rapport Oppal sur les femmes disparues
Colombie-Britannique - L’égalité des femmes et le contexte socio-économique absents du rapport Oppal sur les femmes disparues
Prostitution - Les “progressistes” australiens oscillent entre l’industrie du sexe et les droits des femmes
Prostitution - Le refus d’abolir le système prostitueur est une atteinte aux droits humains
Fantine ou la liberté de se prostituer ?
Première rencontre de l’Association internationale des survivantes unies de la traite à des fins sexuelles (prostitution)
Carton rouge pour les bordels à vitrine
Prostitution - La réduction des méfaits est-elle ce que nous pouvons faire de mieux pour les personnes prostituées ?
Un traité féministe international pour abolir la prostitution
Prostitution - Coup de tampon réglementariste !
Prostitution et séropositivité - Le Gouvernement grec arrête et emprisonne des femmes pour protéger les hommes
Manifeste contre le système prostitueur
Prostitution en France - Lettre ouverte à M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre
1946-2012 : De la fermeture des maisons closes à la lutte contre le système prostitueur, les abolitionnistes portent progrès et liberté !
Prostitution - Gloria Steinem appuie le modèle nordique
Solidarité avec les prostituées, mais lutte contre la prostitution
Comparaison entre acheteurs et non-acheteurs de sexe dans la région de Boston
8 mars 2012 : Pas d’égalité sans abolition de la prostitution !
La danse contact ou "lap-dance", prologue de la prostitution
Fiers d’aller aux danseuses ! Vraiment ?
Abolitionnistes du système prostitueur : ce que nous sommes, ce que nous voulons !
Les Néerlandais commencent à regretter la légalisation de la prostitution
Prostitution et faux-semblants : une affaire de société, de femmes et d’hommes
Pourquoi la gauche veut-elle faire de la prostitution "un métier comme un autre" ?
Prostitution et "slutwalk" - Bâtir un mouvement féministe progressiste à l’époque individualiste
Prostitution - Il faut rendre illégal l’achat de "services" sexuels en Australie
Le mouvement des femmes n’est pas monochromatique
ZéroMacho - Des hommes contre la prostitution
Prostitution et domination masculine
La vérité sur l’esclavage sexuel planétaire, un livre de Lydia Cacho
Votre voisin est un prostitueur - Une nouvelle recherche
J’ai rien vu
Abolition n’est pas prohibition - Pourquoi la défense de l’avortement diffère de la défense de la prostitution
Prostitution et traite des femmes - Le projet abolitionniste au congrès Mondes des femmes 2011
Congrès international Mondes des femmes 2011 - Compte-rendu des échanges sur l’abolition de la prostitution à l’exposition "Les draps parlent"
Banalisation de l’industrie du sexe et éducation des jeunes
Nous devons sanctionner les acheteurs de la prostitution
Des députés proposent une résolution sur la prostitution réaffirmant la position abolitionniste de la France
Dix raisons de ne pas légaliser la prostitution
Demi Moore s’associe au CNN Freedom Project pour un documentaire saisissant sur le commerce sexuel au Népal
Client de la prostitution : vers une prise de conscience européenne
Lutter pour faire de la prostitution un travail, c’est se tromper de combat
Prostitution et traite des êtres humains, controverses et enjeux
Le système de la prostitution militaire en Corée du Sud, en Thaïlande et aux Philippines
Les pratiques des hommes "clients" de la prostitution : influences et orientations pour le travail social
La prostitution comme violence contre les femmes
Le système prostitutionnel, un pilier de l’inégalité sexuelle et des violences envers les femmes
Clients de la prostitution : un "droit de l’homme" heureusement en péril
Prostitution as violence against women
Prostitution - Vive le sexe libre et gratuit !
France - La prostitution n’est pas une fatalité
"Il faut punir les clients des prostituées", selon Roselyne Bachelot. Oui... et dépénaliser les personnes prostituées !
Belgique - Analyse « Prostitution : arguments et opinions »
Prostitution - Le débat entre féministes se poursuit
Tribunal populaire sur l’exploitation sexuelle commerciale - Inscription
La tolérance sociale, complice de la violence et de l’exploitation sexuelle
Traite des femmes à des fins sexuelles - Au cœur des réseaux criminels : l’exemple de l’Albanie
S’unir contre la banalisation de la prostitution - Un défi pour la décennie
Moi, si j’étais un homme
Prostitution et traite des êtres humains - Les mensonges du réglementarisme
La députée bloquiste Maria Mourani présente un projet de loi pour accélérer la lutte à la traite des personnes et au proxénétisme
La prostitution menace le patrimoine humain
La série "Maison close" : de la fiction à la réalité
C’est un métier, tout comme le vôtre…
Décriminaliser totalement la prostitution sape le travail pour l’égalité des sexes - Exigeons le changement
"Abolir la prostitution" – Une question en suspens pour le féminisme et pour la gauche
Pays-bas : infirmières ou prostituées ?
Madame Parité commence fort en renvoyant les femmes… au bordel !
Le sexe s’invite à la Coupe du Monde
Feu « Verts » au proxénétisme !
Plus de pornographie à l’Assemblée nationale, mais des assises de la prostitution au Sénat
"Travailleurs du sexe", un documentaire sexiste, réactionnaire et dangereux
Le Mouvement du Nid-France louera un mini-car pour faire visiter les maisons closes
Pour un quartier assiégé, la prostitution est loin d’être un "crime sans victime"
De client prostitueur à homme responsable : une démarche nécessaire
Le "client", premier agent de la prostitution
Proxénétisme et prostitution - Lettre ouverte aux candidat-e-s aux élections européennes de juin 2009
Poser les bases d’une Europe sans prostitution, c’est oser
Le tourisme de prostitution, une industrie mondialisée florissante
Prostitution : la grande promo
Première Journée mondiale contre l’exploitation sexuelle : les raisons d’un engagement
Prostitution et traite des êtres humains, enjeux nationaux et internationaux
Le vagin industriel. Vers une économie politique du sexe commercial mondialisée
S’attaquer au trafic mondial du sexe
Intégrisme islamique et esclavage sexuel en Iran
Le corps des femmes est attaqué. Que fait-on ? On se tient debout et on riposte !
Libre disposition de son corps et liberté de se prostituer
Le refus de la prostitution gagne du terrain
La mode hypersexualisée s’inspire de la pornographie
Le "droit de prostituer" n’est pas un droit de l’homme
"Abolition de la prostitution" - Édito Revue Labrys
Affaire Sneep aux Pays-Bas - Condamnation de deux proxénètes qui ont exploité et maltraité 120 filles de l’Europe du Sud et de l’Est
Le commerce du sexe est florissant en Afghanistan
Sexe et Formule 1
Dossier prostitution - Importants développements à l’échelle internationale
Prostitution - Touche pas à mon client ?
Le Conseil National des Femmes du Luxembourg (CNFL) se prononce en faveur d’une législation agissant directement sur la demande de "services sexuels"
Affaire Spitzer - Le mythe du crime sans victimes
Le Mouvement du Nid inquiet de plusieurs mesures de la politique française sur la prostitution
Le Forum de Vienne sur la traite des êtres humains reste sourd aux voix des victimes
Une politique cohérente contre la violence à l’égard des femmes doit commencer par s’attaquer à la prostitution
Prostitution - À Alger comme en Europe, on esclavagise les femmes
Manifeste des hommes pour l’abolition de la prostitution (Espagne)
Pornographie et fin de la masculinité
Pornographie : "Ça fait mal, tellement mal" ou pourquoi certaines femmes ne veulent pas savoir
Prostitution : les limites du consentement
Prostitution et traite des femmes au Nevada
« Être abolitionniste, c’est défendre la liberté sexuelle ! »
"Rent-A-Wife", c’est discriminatoire !
Après des décennies, les secrets des bordels des camps nazis émergent
Une association féministe espagnole conteste l’expression "travailleuse du sexe"
Le Mouvement du Nid face aux clients prostitueurs
Première Journée mondiale pour un tourisme responsable et respectueux, le 2 juin 2007
Richard Poulin parle de son dernier livre "Abolir la prostitution" - Interview par Sporenda
Police, Justice et acteurs sociaux, quelle coopération ?
Réflexions sur les meurtres de femmes prostituées au Royaume-Uni
Prostitution - Trois femmes et un débat
Déchirées par la guerre, les femmes d’Irak sont la cible des trafiquants du sexe
La prostitution n’est pas un service comme un autre
Entretien avec Coline Serreau sur le film Chaos
Qu’est-ce que la libération ? Le féminisme hier, aujourd’hui et demain
Quand le porno impose sa vision de la sexualité
La prostitution, une arme politique
Prostitution : tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir et qui existe quand même !
La liberté dévoyée
Mondialisation, militarisme et trafic sexuel
Pour que la porno recule
Marchandisation et déshumanisation : l’exemple de la prostitution
Richard Poulin lance un manifeste abolitionniste
Prostitution en Allemagne : Déclaration post-Coupe Mondiale de Football
Prostitution Reform - Stamp out sexual slavery (Angleterre)
La prostitution au XVIIIe siècle, pierre d’achoppement entre politiques locales et pouvoir royal
Campagne contre la traite des blanches de l’Europe de l’Est
Prostitution : les pièges du pragmatisme
L’âge du consentement sexuel à 16 ans : un pis-aller ?
Prostitution : cherchez le client
Enjeux de la prostitution considérée comme "travail du sexe"
L’envergure de la traite à des fins de prostitution
Les filles de l’Est
Violence pro-prostitution à la Maison des femmes de Paris
Le discours pro-prostitution : une rhétorique de dominant
"Survivantes" et féministes contre la prostitution
Clients de la prostitution : motivations et déterminants
La législation à l’encontre des prostituées au XVIIIe siècle
Une politique cohérente contre la violence faite aux femmes doit d’abord s’attaquer à la prostitution
La nouvelle industrie du sexe
"Terre promise", un film d’Amos Gitaï sur la traite des femmes
Prostitution : une arme de destruction massive
"Les clients de la prostitution : l’enquête", de Claudine Legardinier et Saïd Bouamama
Les Philippines contre le trafic sexuel
"Inside deep throat", contribution à la liberté sexuelle ?
La prostitution au XVIIIe siècle : introduction à une liberté superficielle
Femmes à vendre dans les pays baltes
Prostitution et Société No 150
Acheter du sexe n’est pas un sport
Une loi qui jetterait les femmes dans l’industrie du sexe
Casino de Hull - Des "playmates" de Playboy pour faire la promotion des nouvelles machines à sous
Ni coupables, ni victimes : libres ? Oui, libres de toute prostitution
Le système de la prostitution : une violence à l’encontre des femmes
La marchandisation du corps humain est une violation des droits fondamentaux de la personne
Le système de la prostitution au Cambodge : le témoignage de Somaly Mam
Le Mouvement du Nid
Le Mouvement du Nid - Documents sur la prostitution
La banalisation de la prostitution : des choses à savoir
L’Association canadienne des centres contre les agressions sexuelles réclame des politiques contre le commerce du sexe
16 journées d’actions citoyennes pour dire "Non aux violences à l’égard des femmes et à la prostitution ! Oui à la promotion de la dignité humaine !"
Prostitution et travail « invisible » : une assimilation dangereuse
Le risque global d’être convertie en marchandise
Gunilla Ekberg : « Le mieux que nous puissions faire pour nos soeurs prostituées, c’est de les aider à en sortir. »
Prostitution, pornographie et trafic des femmes
Sexe, argent et intégrisme postmoderne
Les politiques européennes et internationales sur la traite des êtres humains encouragent le proxénétisme
Quinze thèses sur le capitalisme et le système prostitutionnel mondial
Le chemin de Buenos Aires : la prostitution, hier et aujourd’hui
Prostitution,
la mondialisation incarnée

Mondialisation des industries du sexe : oppression maximale des femmes et des enfants du Sud, de l’Est, du Sud-Est, etc...
L’hypocrisie a-t-elle un sexe ? Ou comment masquer l’insoutenable réalité de la prostitution
L’importance de ne pas censurer le débat sur la prostitution
Viol et prostitution
Esclavage et prostitution
Journée de formation sur la mondialisation de la prostitution et du trafic sexuel - Documents
Les jeunes et l’industrie du sexe
La marchandisation du sexe : nouvel esclavagisme ?
Le "libre choix" en Allemagne : accepter de se prostituer ou perdre son allocation de chômage ?
La croissance effrénée des industries du sexe : entrevue avec Richard Poulin
Aux pays des tsunamis, le trafic sexuel sévit
Le modèle suédois : une source d’inspiration, non une panacée
Une étude dresse le portrait des prostitueurs ou clients de la prostitution
Prostitution : La nouvelle traite des Noirs
« La mondialisation des industries du sexe » : des faits aux valeurs
Décriminaliser la prostitution a profité aux proxénètes, pas aux personnes prostituées
Occupations militaires - La prostitution érigée en système
Le scandale de l’esclavage sexuel au Kosovo
« Les Yeux secs » et la caméra citoyenne de Narjiss Nejjar
Rapport sur les conséquences de l’industrie du sexe dans l’Union européenne
L’érotisation de la violence et de la subordination
Prostitution : réflexions d’un militant en colère
Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui, esclavage, travail forcé, trafic de personnes
Pacte du silence sur les clients de la prostitution
Le débat sur la prostitution : quelle libération sexuelle ?
Des questions à se poser sur la prostitution
Fabrication d’un nouveau mythe sur la prostitution
L’urgence est-elle de faire de la prostitution un métier ?
Je voudrais parler porno
La légalisation de la prostitution, une expérience qui a échoué en Australie
Prostitution, pornographie et capital
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe
Prostitution, trafic sexuel et mondialisation
On s’arrache les actions du premier bordel inscrit en bourse
Il faut stigmatiser le client... il est criminel
La tyrannie du nouvel ordre sexuel
Adulte ou infantile, la prostitution est le contraire de l’autonomie sexuelle
Les enjeux occultés de la prostitution et les conséquences sur les rapports hommes-femmes
Le trafic mondial des femmes et des enfants
Des proxénètes à l’Université ?
La mondialisation des marchés du sexe - I
La mondialisation des marchés du sexe - II
Combattre le système prostitutionnel
Sexe : de l’intimité au « travail sexuel » ou prostituer est-il un droit humain ?
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe. Commentaire.
Pour une critique de la politique pro-prostitution de Cabiria
Prostitution : droits des femmes ou droit aux femmes ?
Faut-il une autorisation pour parler de la prostitution ?
« Le corps est un nouvel instrument d’esclavage » Florence Montreynaud
« La prostitution, ce n’est pas le plus vieux métier du monde, c’est le plus vieux mensonge » (Gunilla Ekberg)
L’idéologie sexiste et la pornographie
Femmes esclaves des bordels du Bangladesh







Les observations récentes de Simon Byrne, responsable des dossiers de la prostitution et de l’exploitation sexuelle à l’Association des chefs de police (ACPO), ont ranimé les débats sur les aspects juridiques de la prostitution [1]. Ses commentaires en faveur d’une légalisation des maisons closes sont basés sur l’exemple de la Nouvelle-Zélande, qui a introduit cette approche en 2003. La prostitution a longtemps été une question controversée dans le Mouvement de libération des femmes, divisant les individues et les organisations féministes. C’est en grande partie parce que le débat se réduit souvent à une alternative - réduction des méfaits ou abolition -, celles qui préconisent ce second point de vue étant accusées de moralisme, de conservatisme et, pire encore, d’un mépris pour la sécurité des femmes. Il est peut-être temps, alors, de revenir à l’analyse féministe qui définit la prostitution comme forme de violence contre les femmes. Le présent article tentera de répondre à certains arguments opposés à cette prise de position politique [2].

Les lectrices et lecteurs sont probablement familiers avec l’argument voulant que la prostitution soit un travail comme un autre, que la décision d’entrer dans cette industrie soit une question de choix individuel, avec lequel l’État ou aucune autre personne ne doit pas interférer, mais seulement faciliter l’exercice de ce choix dans la plus grande sécurité possible.

Des groupes comme le Collectif anglais des prostituées (une branche de l’organisation Wages for Housework) réclament ce qu’on appelle la « bordelisation », la légalisation des maisons closes par l’État, comme en Australie et en Nouvelle-Zélande, en décrivant la prostitution comme du « sexe consensuel », qui « ne devrait pas être sujet aux lois pénales » [3]. Des groupes comme l’International Union of Sex Workers (IUSW) [4] préconisent également le modèle de la Nouvelle-Zélande et la promotion de la prostitution comme entreprise légitime.

Je suis certaine que tout le monde serait d’accord sur certaines choses : par exemple, que les personnes impliquées/exploitées dans ce secteur ne devraient pas être pénalisées. Les groupes féministes réclament la décriminalisation des personnes exploitées dans la prostitution, le retrait de la loi des crimes de flânage et de racolage et l’effacement de tous les dossiers criminels concernant ces infractions, puisque la présence de tels dossiers inhibe encore davantage l’entrée des femmes dans l’économie formelle du marché du travail, de la formation et de l’éducation et les étiquette injustement comme criminelles.

Les groupes féministes ne réclament en aucune façon la criminalisation des femmes en prostitution et ils trouvent intolérables les amendes, sentences de prison et ordonnances restrictives infligées aux femmes accusées de comportements antisociaux.

Nous convenons sans doute aussi, quelles que soient nos positions politiques, que les personnes qui sont exploitées dans la prostitution ont droit à protection et soutien. Les gens de ce pays ont droit au respect de leur citoyenneté et de leurs droits humains, quel que soit leur statut d’immigration, quel que soit leur mode de revenu. C’est là qu’il y a un rôle possible pour ce que l’on appelle la réduction des méfaits. Aucune féministe ne s’oppose aux mesures de réduction des méfaits, par exemple à la pose de caméras de vidéosurveillance dans les zones où la prostitution est reconnue comme fréquente.

Les féministes ne s’opposent pas non plus à une amélioration des réactions de la police lorsque des femmes prostituées signalent les crimes commis contre elles, y compris le viol. Les féministes ne sont pas non plus opposées à des services comme des conseils gratuits en matière de contraception, de drogues et d’alcool, l’accès à l’avortement légal en toute sécurité, davantage de counseling, de logement, de blanchisseries, de refuges, de services d’échange de seringues, etc. Ces services de réduction des méfaits sont malheureusement indispensables aussi longtemps que la prostitution continue d’exister, mais surtout, les féministes insistent sur le fait que nous devons toujours travailler aussi à l’élimination des méfaits, en plus de leur réduction.

La société ne peut pas, et ne devrait pas se satisfaire de mettre des pansements de plus en plus étriqués sur les plaies énormes que laisse la prostitution dans notre société et sur le corps de celles qu’elle broie : les femmes assassinées, disparues, violées, battues, défigurées [5]. S’en tenir à cela consiste à maintenir toute une classe de personnes au service sexuel de l’autre moitié de la population et donc à entretenir cette injustice fondamentale, une injustice qui se moque des prétentions à l’égalité dans notre pays. Et tant que ces débats continuent, ce soir, dans les rues, jusqu’à cinq mille jeunes seront exploité-es dans la prostitution, à répondre à une demande qu’on nous dit d’accepter comme inévitable. Des enfants continuent à être amenées à la prostitution par des souteneurs ; leur âge d’entrée dans la prostitution à travers le monde est estimé en moyenne à seulement quatorze ans [6]. Des enfants, des femmes et des hommes continuent à subir des taux de violence disproportionnés dans cette industrie, notamment la violence sexuelle, et des études canadiennes suggèrent que les femmes en prostitution vivent un risque d’homicide quarante fois plus élevé que la moyenne nationale [7].

Il est temps d’envisager une société et un monde sans prostitution. Cela peut paraître idéaliste, mais les questions théoriques ont de l’importance, la direction dans laquelle nous allons a de l’importance, notre aspiration a de l’importance ; parce que si nous ne pouvons pas envisager une telle société, alors nous ne pouvons même pas commencer à la bâtir.

C’est pourquoi de nombreuses féministes préconisent le modèle nordique, qui appelle à une dépénalisation complète de toutes les personnes exploitées dans la prostitution et plutôt à une pénalisation de la demande [8]. En 1999, la Suède a interdit l’achat d’actes sexuels en prostitution, pénalisant efficacement les clients-prostitueurs, tout en dépénalisant toutes les personnes qui vendent des « services sexuels ». Cette décision était conforme à la compréhension par la Suède de la prostitution comme une forme de violence contre les femmes et un symptôme de l’inégalité sexuelle ; cela faisait aussi partie de son engagement à contrer la traite à des fins sexuelles à l’échelle mondiale [9]. Toute mesure juridique de ce genre doit s’accompagner d’un investissement financier important et spécifique dans des services de réduction des méfaits ET des services de sortie de la prostitution : les personnes exploitées et blessées dans la prostitution ne méritent rien de moins, surtout dans la mesure où tant d’entre elles ont été systématiquement désavantagées par les services d’État mêmes qui auraient dû les protéger.

Il est possible de mettre à la fois en œuvre des services de réduction des méfaits et de services de sortie, on n’a pas à choisir entre les deux, même si le débat est souvent réduit à cette alternative par les promoteurs de l’industrie du sexe et des groupes tels que l’IUSW, qui ont été décrits comme un lobby de cette industrie [10].

Il n’est pas nécessaire non plus de légaliser et normaliser l’ensemble de l’industrie du sexe pour fournir des services de sortie et de réduction des méfaits, et nous devrions nous méfier des groupes qui encadrent le débat de cette façon et nous menacent avec un tel ultimatum. Comme je l’ai indiqué plus haut, les citoyennes et citoyens de notre pays ont droit à des prestations d’aide sociale, à des soins de santé, à une intervention de la police pour les crimes commis à leur encontre, à des formations et des emplois, à de l’instruction, à de l’aide au logement et des services de garde, et à du soutien face aux dépendances à la drogue et à l’alcool. Les gens ont ces droits indépendamment de ce qu’ils font afin de gagner de l’argent pour survivre, et tout le monde devrait être en mesure d’accéder à ces droits et ces avantages. Non que ce soit facile pour quiconque, notamment pour les personnes réfugiées et demandeuses d’asile, surtout dans le climat économique actuel, où l’idéologie néolibérale impose des coupures dévastatrices à notre État social et à des services essentiels d’une importance cruciale pour les plus défavorisé-es [11].

Mais la réponse à la pauvreté et à la marginalisation n’est pas de nier nos responsabilités sociales et de remettre ce pouvoir à une industrie du sexe multimilliardaire. Les bordels et les bars de danseuses nues de nos collectivités ne sont pas des fournisseurs de traitements de désintoxication, de counseling anti-traumatisme ou de logements. Les clubs de danse-contact de nos collectivités ne sont pas des lieux d’enseignement supérieur et ils n’assurent pas un service public en recrutant des jeunes étudiantes qui s’efforcent de payer les dépenses et frais de scolarité élevés aujourd’hui associés à une formation universitaire. La réponse à ce dernier problème, par exemple, consiste à nous unir et à nous battre pour un retour des bourses d’études et pour la gratuité scolaire universelle – pas à se tourner vers une industrie du sexe souvent criminalisée, comme s’il s’agissait d’une sorte de filet de sécurité pour les femmes, quand elle est en général tout le contraire [12].

La soi-disante « industrie du sexe » est bâtie sur l’inégalité des femmes, sur les profondes fissures d’inégalité qui caractérisent la société, en fait, à tous ses niveaux, les inégalités de classe, de race et de richesse [13]. C’est une industrie qui nuit à ceux qui y sont, qui les brise, et il n’est donc pas surprenant que des recherches menées partout au monde révèlent que près de 90% des personnes qui s’y trouvent la quitteraient immédiatement si elles avaient la liberté économique de le faire [14].

L’obtention de cette liberté doit donc être un objectif de toutes les campagnes féministes contre l’industrie de la prostitution. Si l’on admet que la prostitution n’est pas un aspect positif de la société, si nous sommes d’accord que ce n’est pas un choix de carrière positif pour les femmes, les enfants ou les jeunes hommes, alors nous devons attaquer et renverser les conditions sociales et économiques qui permettent à la prostitution de fructifier. Notre société fait défaut aux personnes qui ont besoin d’un refuge, qui ont besoin d’un logement sûr, qui ont besoin de nourriture, qui ont besoin de services de santé, qui ont besoin d’argent pour survivre, qui ont besoin que justice soit faite face aux violeurs et aux agresseurs.

Nous avons élevé des filles qui pensent que leur valeur est fonction de leur attrait pour le sexe opposé, nous avons réduit les femmes à n’être rien de plus que des objets sexuels ; nous avons élevé les garçons à croire que les femmes sont des êtres de seconde classe. Nous avons ainsi créé un environnement propice à la prostitution. Cette situation n’est pas naturelle, elle n’est pas inévitable et on peut l’atténuer, peut-être même l’abolir, à tout le moins, on peut la remettre en question, plutôt que la rendre attrayante, la normaliser et la tolérer.

Si le Royaume-Uni devait suivre la voie de bordels légalisés, comme en Nouvelle-Zélande, à Amsterdam et en Australie, que croyons-nous qu’il se passera dans cette soi-disant industrie ? N’est-il pas commercialement logique de présumer que quand une industrie sera légalisée et encouragée, quand elle pourra s’annoncer librement et installer ses pénates n’importe où dans nos villes et villages, elle pourra donc se développer, acquérir plus d’ampleur ? Et, si l’industrie se développe, qui va remplir les nouveaux « postes » qui seront créés ? Plus de femmes, d’enfants et d’hommes en prostitution ; nous devons nous demander si c’est le genre de résultat que nous visons.

Un autre point important est que partout où il y a un secteur légal, il y aura toujours un secteur illégal, et ce principe s’est avéré partout où la prostitution a été légalisée [15]. Il y aura toujours des personnes qui ne souhaitent pas s’enregistrer, qui ne veulent pas ou ne peuvent pas payer d’impôts, celles qui travaillent illégalement sans papiers, les personnes immigrantes, victimes de la traite, ou mineures [16].

Il peut être éclairant de lire les journaux locaux des grandes et petites villes des pays où on a légalisé les maisons closes, pour voir ce qui arrive sur le terrain. Dans l’État australien du Queensland, par exemple, les journaux locaux ont récemment fait état de plaintes de propriétaires de bordels légaux à qui le secteur illégal fait une concurrence si rude que trois bordels légaux ont dû fermer leurs portes [17]. On constate également dans ces deux secteurs des préoccupations au sujet de la traite des personnes, des liens avec le crime organisé et certains problèmes de sécurité [18]. Le secteur légal n’est donc pas une panacée, il ne garantit aucunement la sécurité des femmes. Par exemple, on apprend qu’une femme poursuit les tenanciers d’un bordel légal de Victoria après avoir été menacée avec une arme à feu pour avoir refusé des rapports sexuels non protégés [19]. Une enquête menée en Australie cette année a constaté que la plus forte préoccupation des femmes à l’œuvre dans les bordels légaux était leur sécurité physique [20]. Celles-ci sont encore violées, agressées et attaquées dans les bordels légaux et les zones de tolérance [21]. Et, dans les pays qui ont légalisé la prostitution, tout cela se passe derrière des portes closes de bordels légaux à but lucratif dont les propriétaires paient une redevance à l’État, faisant ainsi de l’État un proxénète.

Légaliser la prostitution en fait une entreprise, un choix de carrière et transforme proxénètes et trafiquants en hommes d’affaires légitimes du jour au lendemain. Légaliser la prostitution supprime toute obligation de fournir des services pour sortir de ce qui devient un métier comme un autre, cela peut donner le feu vert à la criminalité organisée et cela définit formellement les femmes comme des marchandises, des objets d’échange pour les présumés besoins naturels des hommes [22].

Et voilà la question de fond à propos de la prostitution : la question des droits des hommes, et si nous en tant que société, croyons ou non que les hommes ont le droit d’acheter et de vendre le corps des femmes. Nous savons que les gens vont faire ce qu’ils ont à faire pour survivre et gagner de l’argent, ce n’est pas sorcier, ce n’est pas une caractéristique de la sexualité des personnes ou l’identité sexuelle. Les personnes font des choix désespérés pour répondre aux besoins de leurs enfants, pour conserver un toit au-dessus de leurs têtes, pour nourrir leur famille ; et elles ne devraient pas être criminalisées pour le faire quand leur désespoir est exploité dans le cadre de la prostitution. Mais pourquoi les hommes choisissent-ils d’acheter le corps des femmes, des hommes, qui occupent souvent des emplois à temps plein, qui ont des partenaires et bénéficient d’une position de privilège relatif ? [23] Et, pourquoi est-ce que notre pays protège-t-il ce choix et ferme-t-il les yeux à son sujet comme si l’on ne pouvait rien y faire, comme si s’il faisait partie de la biologie humaine que certaines naissent avec un prix sur la tête et d’autres avec un droit de nous acheter ?

Imaginez si notre pays se levait et disait que cela n’est pas acceptable, comme la Suède l’a fait en se levant et en affirmant que toute femme vaut plus que ce que certains hommes sont prêts à payer pour elle et que, plutôt que de fermer les yeux sur les hommes qui présument de leur droit d’acheter le corps d’un autre être humain, nous allons les pénaliser. Si nos lois sont des lignes de démarcation tracées dans le sable, si elles définissent des aspirations collectives, eh bien, il est clair que les nôtres sont déficientes sur cette question. Et ce, malgré les modifications apportées au “Policing & Crime Act de 2009” sous le dernier gouvernement, qui avait pourtant fait un véritable pas en avant en orientant pour la première fois la loi vers ceux qui alimentent la prostitution, les prostitueurs [24]. Cette victoire résultait d’une campagne menée sans relâche par d’organisations de femmes, rassemblées autour de la campagne féministe « Demand Change » [25]. Néanmoins, ces changements n’allaient pas assez loin et les personnes exploitées dans l’« industrie du sexe » continuent à être stigmatisées et traitées comme des criminelles, avec toute la vulnérabilité accrue que cela engendre.

Plutôt que de simplement abdiquer et légaliser l’ensemble de l’industrie du sexe [26], c’est d’une vision et d’une ambition réelles dont on a besoin ici. Il est temps de choisir de quel côté nous sommes, parce que l’industrie multimilliardaire du sexe se porte extrêmement bien, elle n’a pas besoin de notre soutien et n’a certainement pas besoin de notre protection. Mais partout dans le monde, exploitées dans la prostitution, il y a des femmes, des enfants et des hommes qui en ont besoin, elles et eux, dont plusieurs n’entrevoient pas d’issue à leur situation. Nous devons le faire. Nous devons y arriver. Il nous faut mettre fin à une des plus anciennes violations des droits humains que notre monde ait connues et reléguer aux poubelles de l’histoire cette tache sur notre humanité.

Cet article est basé sur une allocution de dix minutes présentée lors d’une conférence sur la violence contre les femmes et les filles, tenue à Bristol en novembre 2011 et présidée par Nicola Harwin, de l’organisation Women’s Aid. Il a été publié dans le magazine Safe de Women’s Aid, au printemps 2012.

- Pour plus d’informations et pour s’impliquer dans des campagnes voir “La campagne Demand Change” (“Exiger des changements”) : http://www.demandchange.org.uk/
- La Coalition contre la traite des femmes : http://catwinternational.org/
- Le Manifeste des survivantes de la CATW : http://action.web.ca/home/catw/readingroom.shtml?x=82636

_____________________________


Manifeste des survivantes de la prostitution et de la traite
Auteur-e (s) : diverses personnes

Conférence de presse - Parlement européen

Traite et exploitation sexuelle - « Qui représente les femmes dans la prostitution ?", 17 octobre 2005.

Nous, les survivantes de la prostitution et de la traite, sommes réunies à cette conférence de presse aujourd’hui pour déclarer que la prostitution constitue une violence contre les femmes.

Les femmes dans la prostitution ne se réveillent pas un jour pour « choisir » d’être prostituées. Cette condition est choisie pour nous par la pauvreté, l’abus sexuel passé, les proxénètes qui profitent de nos vulnérabilités, et les hommes qui nous achètent pour le sexe.

La prostitution est de l’exploitation sexuelle, l’une des pires formes de l’inégalité des femmes et une violation des droits humains de toute personne.

Beaucoup de femmes dans la prostitution ont été gravement blessées ; certaines en sont mortes, et certaines ont été assassinées par leurs proxénètes et par des clients.

La violence physique, le viol et la dégradation nous sont souvent infligées par les clients, les proxénètes, les recruteurs, la police et d’autres profiteurs de la prostitution. Le public nous juge soit comme « putes », soit en s’imaginant que nous gagnons beaucoup d’argent.

La condition des femmes en prostitution est aggravée par les lois et les politiques qui nous traitent comme des criminelles et comme la lie de la société, tandis que les clients, les proxénètes, les gestionnaires et les propriétaires d’entreprises de sexe échappent à toute responsabilité. Notre condition est également aggravée par le fait d’accorder des licences aux entreprises de prostitution et une protection juridique aux proxénètes, aux clients et à l’industrie du sexe.

La plupart des femmes qui sont attirées dans la prostitution le sont à un très jeune âge. L’âge moyen d’entrée dans la prostitution est de 13 ans à l’échelle du monde.

Les victimes de la prostitution et de la traite ne disposent presque pas de ressources pour les aider à y échapper. Les programmes qui offrent des solutions de rechange adaptées aux femmes en prostitution sont très rares.

Les femmes en prostitution rêvent d’une vie libre de toute oppression, une vie en sûreté, et une vie où l’on peut participer en tant que citoyennes et exercer leurs droits en tant qu’êtres humains et non comme « travailleuses du sexe ».

Nous, des survivantes de la Belgique, du Danemark, de la Corée, du Royaume-Uni et des États-Unis déclarons :

1. La prostitution doit être éliminée. Elle ne doit donc pas être légalisée ou encouragée.

2. Les femmes victimes de la traite et prostituées ont besoin de services pour les aider à créer un avenir en dehors de la prostitution, y compris l’amnistie juridique et fiscale, l’aide financière, la formation professionnelle, l’emploi, le logement, les services de santé, la défense juridique, des permis de résidence, ainsi que des médiateurs culturels et une formation linguistique pour les victimes de la traite internationale.

3. Les femmes en prostitution ont besoin que les gouvernements sanctionnent les trafiquants, les proxénètes et les hommes qui achètent des femmes pour la prostitution et qu’ils assurent la sécurité des femmes face à ceux qui voudraient leur faire du mal.

4. Cessez d’arrêter des femmes et arrêtez les auteurs de la traite et de la prostitution.

5. Arrêtez le harcèlement policier des femmes en prostitution et la déportation des femmes victimes de la traite.

6. La prostitution n’est pas du « travail du sexe », et le trafic sexuel n’est pas de la « migration pour le travail du sexe ». Les gouvernements devraient arrêter de légaliser et de décriminaliser l’industrie du sexe et de donner aux proxénètes et aux acheteurs la permission juridique de violenter les femmes en prostitution.

En tant que survivantes de la prostitution et de la traite, nous allons continuer à renforcer et à élargir notre base d’unité, à aider toute femme à sortir de la prostitution, et à travailler avec nos alliés pour promouvoir les droits fondamentaux des victimes de la traite et de la prostitution.

Notes


1. Lien : http://www.acpo.police.uk/ThePoliceChiefsBlog/SimonByrnePolicingProstitutionandSexualExploitatio.aspx
2. Lien : http://finnmackay.wordpress.com/articles/prostitution-is-violence-against-women-labour-left-review-nov-07/
3.Lien : http://www.prostitutescollective.net/opposing_further_criminalization.htm
4. Lien : http://toomuchtosayformyself.com/2009/01/09/the-great-iusw-con/
5. Lien : http://www.feminisminlondon.org.uk/feminism-in-london-2009/speeches/rebecca-motts-speech/

6. M.H. Silbert et A.M. Pines, 1982, « Victimization of street prostitutes », Victimology : An International Journal, 7 : 122-133 ;
D. Kelly Weisberg, 1985, Children of the Night : Une étude sur la prostitution des adolescents, Lexington, Mass, Toronto
7. Comité spécial sur la pornographie et la prostitution, 1985, La pornographie et la prostitution au Canada, p. 350
8. Lien : http://www.prostitutionresearch.com/c-laws-about-prostitution.html
Lien : http://www.thestar.com/opinion/editorialopinion/article/1079125-the-scars-of-prostitution?bn=1
9. « Prostitution & Trafficking in Women », Regeringskansliet, (suédois) Ministère (suédois) de l’Industrie, de l’Emploi et des Communications, juillet 2004
10. Lien : http://toomuchtosayformyself.com/2009/01/09/the-great-iusw-con/
11. Lien : http://www.fawcettsociety.org.uk/index.asp?PageID=1172
Lien : http://www.guardian.co.uk/news/datablog/2012/jan/31/cuts-women-services-domestic-violence
12. Lien : http://www.object.org.uk/lapdancing-testimonies
Lien : http://www.amazon.co.uk/Stripped-Bare-Reality-Lap-Dancing/dp/1905570325
13. Lien : http://www.prostitutionresearch.com/how_prostitution_works/000174.html
14. Lien : http://www.prostitutionresearch.com/prostitution_research/000020.html
Lien : http://www.prostitutionresearch.com/prostitution_research/000116.html
15. Lien : http://action.web.ca/home/catw/attach/AUSTRALIAlegislation20001.pdf
Lien : http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2010/jul/02/prostitution-legalise-criminalise-swedish-law
Lien : http://www.catwa.org.au/files/images/Legalisation_-_a_failed_social_experiment.pdf
Lien : http://www.nzherald.co.nz/nz/news/article.cfm?c_id=1&objectid=10726071
Lien : http://tvnz.co.nz/world-news/stricter-brothel-rules-sought-in-amsterdam-3335121
16. Lien : http://www.nzherald.co.nz/prostitution/news/article.cfm?c_id=612&objectid=10381389
Lien : http://www.rnw.nl/english/article/legalised-prostitution-dying-trade
Lien : http://www.odt.co.nz/news/dunedin/150243/under-age-sex-worker-claims-spur-concern
17. Lien : http://www.couriermail.com.au/news/queensland/hard-times-for-brothel-proprietors/story-e6freoof-1226152278163
18. Lien : http://www.stuff.co.nz/national/5225830/NZ-a-destination-for-illegal-prostitution-report
19. Lien : http://www.theage.com.au/victoria/prostitute-to-sue-brothel-over-gun-20110712-1hc7n.html
20. Lien : http://www.brisbanetimes.com.au/opinion/society-and-culture/brothel-safety-a-dangerous-myth-20110714-1hfwh.html
21. Lien : http://www.prostitutionresearch.com/prostitution_research/000168.html
22. Lien : http://www.prostitutionresearch.com/Decrim_fact_sheet.htm
23. Lien : http://academic.research.microsoft.com/Paper/10151099
24. Lien : http://www.demandchange.org.uk/index.php/component/content/article/19
25. Lien : http://www.demandchange.org.uk/
26. Lien : http://www.acpo.police.uk/ThePoliceChiefsBlog/SimonByrnePolicing

Version originale : http://finnmackay.wordpress.com/articles/feminist-arguments-against-industry-of-prostitution/
Traduction : Martin Dufresne

© Tous droits réservés à Finn Mackay

Mis en ligne sur Sisyphe, le 14 ocotbre 2012


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Finn Mackay, militante féministe et chercheure

L’auteure a fondé en 2004 le London Feminist Network et a ressuscité le défilé Reclaim the Night à Londres.



Plan-Liens Forum

  • Prostitution - Pourquoi il faut mettre fin à une des plus anciennes violations des droits humains
    (1/1) 16 octobre 2012 , par la petite soumise

    rép: Internaute




  • Prostitution - Pourquoi il faut mettre fin à une des plus anciennes violations des droits humains
    16 octobre 2012 , par la petite soumise   [retour au début des forums]

    Que ceux qui me liront me pardonnent d’avance de n’évoquer que mon cas personnel.
    Français vivant en France, je suis un homme, j’ai dépassé la cinquantaine, j’ai des enfants et je suis au RSA (Revenu de Solidarité Active) depuis janvier 2011.
    Dans une autre vie, je travaillais 70 heures par semaine, 50 semaines par an pour des revenus qui me permettaient tout juste de payer le quotidien, les factures et les impôts…
    J’étais scénariste (métier de merde qui fait rêver) et j’ai même connu quelques moments de gloire. Mais je me suis fatigué de la malhonnêteté des producteurs(trices), des contrats léonins, de la modicité des droits perçus, de la rapacité et de l’égo des réalisateurs(trices), de l’insigne suffisance des diffuseurs.
    Usé, en panne d’inspiration, j’ai commencé à refuser des projets.
    Avec la baisse drastique de mes revenus et ma déprime persistante, ma chère et douce compagne a fini par me trouver beaucoup moins sexy que lorsque je gagnais de l’argent (dans ce cas, c’est de la prostitution ou de l’amour désintéressé ?)…
    Disputes, déménagement, descente aux enfers, séparation…
    Un beau jour de janvier 2011, sans autre forme de procès, je me suis retrouvé à la rue avec une grosse valise et des sentiments en charpie.
    Pour ceux qui ne connaissent pas la France, le RSA (417 euros/mois), c’est l’absolue misère. Vous touchez votre pécule le 5 du mois. Le 15, même en faisant très, très attention, vous n’avez plus un sou et il vous reste encore trois semaines à tenir.
    Dans cette galère, j’ai eu un peu de chance : un bienfaiteur m’a prêté une chambre de bonne en plein Paris. Une toute petite chambre de 7m2, au sixième étage (mais avec ascenseur), un lit une place, un lavabo, un vasistas grand comme un plateau télé et les chiottes sur le palier. Pas moyen de prendre une douche. Pas moyen de se faire à bouffer. Au début, j’ai beaucoup pleuré dans ma petite chambre et puis au fond de mon tunnel, une lueur s’est finalement allumée.
    Je lui dois mon salut.
    Depuis fort longtemps, j’étais fasciné par les prostituées et j’y avais recours, parfois. Pas souvent.
    J’ai donc pensé à faire la pute.
    A plus de cinquante balais, étant un mec, qui plus est hétéro, ce n’était pas gagné me direz-vous. Mais dans ma détresse, je me suis persuadé que je pouvais contourner ces obstacles que d’autres, à bon droit, auraient jugé infranchissables. Et puis me semblait-il, j’avais quelques atouts : je suis pas mal foutu et parais plus jeune que mon âge, je suis mince, musclé, pas très grand, doux, aimant le sexe. Et je suis doté d’une grande capacité d’écoute.
    Une fois ma décision prise, restait à opérer ma transformation en putain plausible.
    Je me suis fait raser la tête et me suis entièrement épilé puis pendant quelques jours, j’ai écumé les boutiques de prêt-à-porter tenues par les chinois de la rue du Faubourg du Temple. Au mois de mars 2011, j’ai consacré la quasi-totalité des 417 euros de mon RSA à me constituer une garde-robe à tout petit prix : bas, porte-jarretelles, lingerie, micro-jupes au ras du cul, bustiers, serre-taille, talons hauts, maquillage, vernis à ongles, préservatifs, gel et sex-toy… mais pas de perruque (aucune ne me va).
    Une fois cette panoplie rassemblée, j’ai pris quelques photos très suggestives grâce à la webcam de mon ordinateur (mon ancien outil de scénariste) et sous pseudo, j’ai posté des annonces crues et explicites sur les sites de rencontres…
    Succès immédiat !
    A 20 euros la passe, le client potentiel jugea sans doute que le risque à prendre n’était pas outrecuidant.
    Désormais, j’ouvre à midi et je « travaille » jusqu’à 20 heures. Dire que je suis à l’abattage serait exagéré mais ça marche plutôt bien. Certains jours, je ne fais qu’un client mais 20 euros ajoutés aux 13 euros/jour de mon RSA, ce n’est pas si mal.
    Le plus souvent, je fais tout de même mes 3 ou 4 passes et parfois je peux gagner 100 ou 120 euros…
    Mes clients sont des hommes mariés et souvent frustrés par leurs épouses légitimes, quelques petits jeunes, quelques papys. Je ne sélectionne pas qu’ils soient beaux ou moches, bien membrés ou non, blancs, noirs, arabes.
    Je n’ai eu à faire, jusqu’à maintenant, qu’à des gens respectueux et pour certain, adorables.
    Je leur vends ma bouche, mes fesses, du plaisir et de la tendresse. Et ils me le rendent largement.
    Je garde le dimanche pour moi.
    J’en suis là. Je me sens utile et n’ai nullement l’impression d’être exploité ou avili en tout cas pas plus que lorsque je me faisais escroquer en exerçant mon ancien métier (souvent par des femmes d’ailleurs…).
    Sans nager dans l’opulence et la félicité, je suis bien moins malheureux qu’auparavant et ne regrette rien.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2012
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin