| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 26 octobre 2012

Fantine ou la liberté de se prostituer ?

par Catherine Albertini, chercheure et membre de Choisir la cause des femmes






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Le prostitueur moderne et sa nounou queer
Aidez-nous à éradiquer la prostitution au Canada
Euro 2016 - Le prix d’une passe n’est pas celui que tu crois
Abolition de la GPA et de la prostitution, même combat contre le patriarcat
Les droits des femmes bafoués, les corps marchandisés
Non au système prostitutionnel ! Une analyse féministe et abolitionniste du système prostitutionnel
Prostitution : L’Assemblée nationale française fidèle à ses convictions
Claudine Legardinier - Prostitution : une guerre contre les femmes
France - Les inégalités femmes-hommes au Sénat font obstruction à la sanction des clients de la prostitution !
Offrir aux hommes handicapés de recourir à la prostitution, une idée ancrée dans la misogynie et le validisme
Lettre ouverte à rabble.ca - La journaliste Meghan Murphy visée par une campagne misogyne du lobby de l’industrie du sexe
Grand Prix de Montréal - La CSN demande l’application de la nouvelle loi fédérale pour contrer la prostitution
Comment la pornographie influence les jeunes consommateurs
"Le commerce du sexe", un film d’Ève Lamont
Réglementer la pornographie ou criminaliser les pornocrates ?
Corps disloqués, âmes brisées : conséquences psychiques et physiques de la prostitution sur les personnes qui la vivent
Prostitution - L’approche de “réduction des méfaits” ne suffit pas pour une analyse pertinente de la prostitution
« Ni client, ni complice ! » - La CLES lance un appel à lutter contre la banalisation de l’exploitation sexuelle
Pénalisation du client de la prostitution ? Les belles histoires de Tonton Robert
Non, Messieurs, la plupart des personnes prostituées ne le sont pas par choix
Le manifeste des 343 bites tellement légères qu’elles se dressent à l’insu de leur cerveau
La cruelle chosification des femmes prostituées et des mères porteuses
Catharine A. MacKinnon - Traite, prostitution, inégalité
Prostitution - Sanctionner les clients et non les prostituées
Prostitution des jeunes - La trahison des adultes
Décriminaliser la prostitution ne peut pas être la solution
Prostitution : une affaire d’hommes ou la fraternité "des salauds"
Loi sur la prostitution en France - « Je ne veux pas d’une société où les femmes ont un prix »
Janice G. Raymond – Prostitution : "Pas un choix, pas un travail"
Elisabeth Badinter et Irène Théry ou la caution intellectuelle du système patriarcal
Les femmes étrangères rêveraient-elles de devenir "putes" ?
Prostitution - La stigmatisation et le mythe entourant le statut de victime
Abolition de la prostitution en France - Le principe est acquis, place à la loi !
Comprendre la prostitution dans l’ensemble des structures de pouvoir fondées sur le genre
L’Irlande pourrait interdire l’achat de sexe
Le prostitueur, "chaînon manquant" de la question prostitutionnelle, selon Victor Malarek
La prostitution, sexualisation du pouvoir
La France envisagerait des sanctions "pédagogiques" pour les prostitueurs
Le Canada ne peut traiter la prostitution comme un filet de sécurité sociale
Les "femmes de réconfort" étaient nécessaires pour maintenir la discipline dans l’armée, selon le maire d’Osaka
Prostitueurs et non-prostitueurs, une étude de Mélissa Farley
Bienvenue dans le monde des prostitueurs
Prostitution - Rendre tabou la notion de victime pour masquer l’existence d’agresseurs
Prostitution en Grande-Bretagne - Un bien étrange syndicat au service des proxénètes
Prostitution et mariage : une assimilation douteuse
La prostitution, le STRASS et la sénatrice - La pertinence de la transparence
Au delà des mythes, légaliser la prostitution est une très mauvaise idée
La Suède malmène l’industrie du sexe et aide les femmes prostituées
Les prostitueurs. Sexe à vendre… Les hommes qui achètent du sexe, un livre de Victor Malarek
"Angel" : Piégée dans un monde de prostitution et de violence
L’être et la marchandise. Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi
"Les criminelles" : individualisation et romantisation de la prostitution
Des spécialistes en santé veulent aider les femmes à sortir de l’industrie du sexe… en faisant échec aux prostitueurs
L’Islande songe à interdire la porno diffusée sur Internet
En studio avec Ruth ! "Je crois sincèrement que la traite humaine et la prostitution fonctionnent de pair"
Catalogne - La loi et l’ordre des proxénètes
Qui estime vraiment les personnes prostituées ?
En studio avec Ruth ! "La prostitution est un grand enjeu politique"
L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) et l’Alliance canadienne féministe pour l’action internationale (FAFIA) répondent au rapport Oppal sur les femmes disparues
Colombie-Britannique - L’égalité des femmes et le contexte socio-économique absents du rapport Oppal sur les femmes disparues
Prostitution - Les “progressistes” australiens oscillent entre l’industrie du sexe et les droits des femmes
Prostitution - Le refus d’abolir le système prostitueur est une atteinte aux droits humains
Première rencontre de l’Association internationale des survivantes unies de la traite à des fins sexuelles (prostitution)
Prostitution - Pourquoi il faut mettre fin à une des plus anciennes violations des droits humains
Carton rouge pour les bordels à vitrine
Prostitution - La réduction des méfaits est-elle ce que nous pouvons faire de mieux pour les personnes prostituées ?
Un traité féministe international pour abolir la prostitution
Prostitution - Coup de tampon réglementariste !
Prostitution et séropositivité - Le Gouvernement grec arrête et emprisonne des femmes pour protéger les hommes
Manifeste contre le système prostitueur
Prostitution en France - Lettre ouverte à M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre
1946-2012 : De la fermeture des maisons closes à la lutte contre le système prostitueur, les abolitionnistes portent progrès et liberté !
Prostitution - Gloria Steinem appuie le modèle nordique
Solidarité avec les prostituées, mais lutte contre la prostitution
Comparaison entre acheteurs et non-acheteurs de sexe dans la région de Boston
8 mars 2012 : Pas d’égalité sans abolition de la prostitution !
La danse contact ou "lap-dance", prologue de la prostitution
Fiers d’aller aux danseuses ! Vraiment ?
Abolitionnistes du système prostitueur : ce que nous sommes, ce que nous voulons !
Les Néerlandais commencent à regretter la légalisation de la prostitution
Prostitution et faux-semblants : une affaire de société, de femmes et d’hommes
Pourquoi la gauche veut-elle faire de la prostitution "un métier comme un autre" ?
Prostitution et "slutwalk" - Bâtir un mouvement féministe progressiste à l’époque individualiste
Prostitution - Il faut rendre illégal l’achat de "services" sexuels en Australie
Le mouvement des femmes n’est pas monochromatique
ZéroMacho - Des hommes contre la prostitution
Prostitution et domination masculine
La vérité sur l’esclavage sexuel planétaire, un livre de Lydia Cacho
Votre voisin est un prostitueur - Une nouvelle recherche
J’ai rien vu
Abolition n’est pas prohibition - Pourquoi la défense de l’avortement diffère de la défense de la prostitution
Prostitution et traite des femmes - Le projet abolitionniste au congrès Mondes des femmes 2011
Congrès international Mondes des femmes 2011 - Compte-rendu des échanges sur l’abolition de la prostitution à l’exposition "Les draps parlent"
Banalisation de l’industrie du sexe et éducation des jeunes
Nous devons sanctionner les acheteurs de la prostitution
Des députés proposent une résolution sur la prostitution réaffirmant la position abolitionniste de la France
Dix raisons de ne pas légaliser la prostitution
Demi Moore s’associe au CNN Freedom Project pour un documentaire saisissant sur le commerce sexuel au Népal
Client de la prostitution : vers une prise de conscience européenne
Lutter pour faire de la prostitution un travail, c’est se tromper de combat
Prostitution et traite des êtres humains, controverses et enjeux
Le système de la prostitution militaire en Corée du Sud, en Thaïlande et aux Philippines
Les pratiques des hommes "clients" de la prostitution : influences et orientations pour le travail social
La prostitution comme violence contre les femmes
Le système prostitutionnel, un pilier de l’inégalité sexuelle et des violences envers les femmes
Clients de la prostitution : un "droit de l’homme" heureusement en péril
Prostitution as violence against women
Prostitution - Vive le sexe libre et gratuit !
France - La prostitution n’est pas une fatalité
"Il faut punir les clients des prostituées", selon Roselyne Bachelot. Oui... et dépénaliser les personnes prostituées !
Belgique - Analyse « Prostitution : arguments et opinions »
Prostitution - Le débat entre féministes se poursuit
Tribunal populaire sur l’exploitation sexuelle commerciale - Inscription
La tolérance sociale, complice de la violence et de l’exploitation sexuelle
Traite des femmes à des fins sexuelles - Au cœur des réseaux criminels : l’exemple de l’Albanie
S’unir contre la banalisation de la prostitution - Un défi pour la décennie
Moi, si j’étais un homme
Prostitution et traite des êtres humains - Les mensonges du réglementarisme
La députée bloquiste Maria Mourani présente un projet de loi pour accélérer la lutte à la traite des personnes et au proxénétisme
La prostitution menace le patrimoine humain
La série "Maison close" : de la fiction à la réalité
C’est un métier, tout comme le vôtre…
Décriminaliser totalement la prostitution sape le travail pour l’égalité des sexes - Exigeons le changement
"Abolir la prostitution" – Une question en suspens pour le féminisme et pour la gauche
Pays-bas : infirmières ou prostituées ?
Madame Parité commence fort en renvoyant les femmes… au bordel !
Le sexe s’invite à la Coupe du Monde
Feu « Verts » au proxénétisme !
Plus de pornographie à l’Assemblée nationale, mais des assises de la prostitution au Sénat
"Travailleurs du sexe", un documentaire sexiste, réactionnaire et dangereux
Le Mouvement du Nid-France louera un mini-car pour faire visiter les maisons closes
Pour un quartier assiégé, la prostitution est loin d’être un "crime sans victime"
De client prostitueur à homme responsable : une démarche nécessaire
Le "client", premier agent de la prostitution
Proxénétisme et prostitution - Lettre ouverte aux candidat-e-s aux élections européennes de juin 2009
Poser les bases d’une Europe sans prostitution, c’est oser
Le tourisme de prostitution, une industrie mondialisée florissante
Prostitution : la grande promo
Première Journée mondiale contre l’exploitation sexuelle : les raisons d’un engagement
Prostitution et traite des êtres humains, enjeux nationaux et internationaux
Le vagin industriel. Vers une économie politique du sexe commercial mondialisée
S’attaquer au trafic mondial du sexe
Intégrisme islamique et esclavage sexuel en Iran
Le corps des femmes est attaqué. Que fait-on ? On se tient debout et on riposte !
Libre disposition de son corps et liberté de se prostituer
Le refus de la prostitution gagne du terrain
La mode hypersexualisée s’inspire de la pornographie
Le "droit de prostituer" n’est pas un droit de l’homme
"Abolition de la prostitution" - Édito Revue Labrys
Affaire Sneep aux Pays-Bas - Condamnation de deux proxénètes qui ont exploité et maltraité 120 filles de l’Europe du Sud et de l’Est
Le commerce du sexe est florissant en Afghanistan
Sexe et Formule 1
Dossier prostitution - Importants développements à l’échelle internationale
Prostitution - Touche pas à mon client ?
Le Conseil National des Femmes du Luxembourg (CNFL) se prononce en faveur d’une législation agissant directement sur la demande de "services sexuels"
Affaire Spitzer - Le mythe du crime sans victimes
Le Mouvement du Nid inquiet de plusieurs mesures de la politique française sur la prostitution
Le Forum de Vienne sur la traite des êtres humains reste sourd aux voix des victimes
Une politique cohérente contre la violence à l’égard des femmes doit commencer par s’attaquer à la prostitution
Prostitution - À Alger comme en Europe, on esclavagise les femmes
Manifeste des hommes pour l’abolition de la prostitution (Espagne)
Pornographie et fin de la masculinité
Pornographie : "Ça fait mal, tellement mal" ou pourquoi certaines femmes ne veulent pas savoir
Prostitution : les limites du consentement
Prostitution et traite des femmes au Nevada
« Être abolitionniste, c’est défendre la liberté sexuelle ! »
"Rent-A-Wife", c’est discriminatoire !
Après des décennies, les secrets des bordels des camps nazis émergent
Une association féministe espagnole conteste l’expression "travailleuse du sexe"
Le Mouvement du Nid face aux clients prostitueurs
Première Journée mondiale pour un tourisme responsable et respectueux, le 2 juin 2007
Richard Poulin parle de son dernier livre "Abolir la prostitution" - Interview par Sporenda
Police, Justice et acteurs sociaux, quelle coopération ?
Réflexions sur les meurtres de femmes prostituées au Royaume-Uni
Prostitution - Trois femmes et un débat
Déchirées par la guerre, les femmes d’Irak sont la cible des trafiquants du sexe
La prostitution n’est pas un service comme un autre
Entretien avec Coline Serreau sur le film Chaos
Qu’est-ce que la libération ? Le féminisme hier, aujourd’hui et demain
Quand le porno impose sa vision de la sexualité
La prostitution, une arme politique
Prostitution : tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir et qui existe quand même !
La liberté dévoyée
Mondialisation, militarisme et trafic sexuel
Pour que la porno recule
Marchandisation et déshumanisation : l’exemple de la prostitution
Richard Poulin lance un manifeste abolitionniste
Prostitution en Allemagne : Déclaration post-Coupe Mondiale de Football
Prostitution Reform - Stamp out sexual slavery (Angleterre)
La prostitution au XVIIIe siècle, pierre d’achoppement entre politiques locales et pouvoir royal
Campagne contre la traite des blanches de l’Europe de l’Est
Prostitution : les pièges du pragmatisme
L’âge du consentement sexuel à 16 ans : un pis-aller ?
Prostitution : cherchez le client
Enjeux de la prostitution considérée comme "travail du sexe"
L’envergure de la traite à des fins de prostitution
Les filles de l’Est
Violence pro-prostitution à la Maison des femmes de Paris
Le discours pro-prostitution : une rhétorique de dominant
"Survivantes" et féministes contre la prostitution
Clients de la prostitution : motivations et déterminants
La législation à l’encontre des prostituées au XVIIIe siècle
Une politique cohérente contre la violence faite aux femmes doit d’abord s’attaquer à la prostitution
La nouvelle industrie du sexe
"Terre promise", un film d’Amos Gitaï sur la traite des femmes
Prostitution : une arme de destruction massive
"Les clients de la prostitution : l’enquête", de Claudine Legardinier et Saïd Bouamama
Les Philippines contre le trafic sexuel
"Inside deep throat", contribution à la liberté sexuelle ?
La prostitution au XVIIIe siècle : introduction à une liberté superficielle
Femmes à vendre dans les pays baltes
Prostitution et Société No 150
Acheter du sexe n’est pas un sport
Une loi qui jetterait les femmes dans l’industrie du sexe
Casino de Hull - Des "playmates" de Playboy pour faire la promotion des nouvelles machines à sous
Ni coupables, ni victimes : libres ? Oui, libres de toute prostitution
Le système de la prostitution : une violence à l’encontre des femmes
La marchandisation du corps humain est une violation des droits fondamentaux de la personne
Le système de la prostitution au Cambodge : le témoignage de Somaly Mam
Le Mouvement du Nid
Le Mouvement du Nid - Documents sur la prostitution
La banalisation de la prostitution : des choses à savoir
L’Association canadienne des centres contre les agressions sexuelles réclame des politiques contre le commerce du sexe
16 journées d’actions citoyennes pour dire "Non aux violences à l’égard des femmes et à la prostitution ! Oui à la promotion de la dignité humaine !"
Prostitution et travail « invisible » : une assimilation dangereuse
Le risque global d’être convertie en marchandise
Gunilla Ekberg : « Le mieux que nous puissions faire pour nos soeurs prostituées, c’est de les aider à en sortir. »
Prostitution, pornographie et trafic des femmes
Sexe, argent et intégrisme postmoderne
Les politiques européennes et internationales sur la traite des êtres humains encouragent le proxénétisme
Quinze thèses sur le capitalisme et le système prostitutionnel mondial
Le chemin de Buenos Aires : la prostitution, hier et aujourd’hui
Prostitution,
la mondialisation incarnée

Mondialisation des industries du sexe : oppression maximale des femmes et des enfants du Sud, de l’Est, du Sud-Est, etc...
L’hypocrisie a-t-elle un sexe ? Ou comment masquer l’insoutenable réalité de la prostitution
L’importance de ne pas censurer le débat sur la prostitution
Viol et prostitution
Esclavage et prostitution
Journée de formation sur la mondialisation de la prostitution et du trafic sexuel - Documents
Les jeunes et l’industrie du sexe
La marchandisation du sexe : nouvel esclavagisme ?
Le "libre choix" en Allemagne : accepter de se prostituer ou perdre son allocation de chômage ?
La croissance effrénée des industries du sexe : entrevue avec Richard Poulin
Aux pays des tsunamis, le trafic sexuel sévit
Le modèle suédois : une source d’inspiration, non une panacée
Une étude dresse le portrait des prostitueurs ou clients de la prostitution
Prostitution : La nouvelle traite des Noirs
« La mondialisation des industries du sexe » : des faits aux valeurs
Décriminaliser la prostitution a profité aux proxénètes, pas aux personnes prostituées
Occupations militaires - La prostitution érigée en système
Le scandale de l’esclavage sexuel au Kosovo
« Les Yeux secs » et la caméra citoyenne de Narjiss Nejjar
Rapport sur les conséquences de l’industrie du sexe dans l’Union européenne
L’érotisation de la violence et de la subordination
Prostitution : réflexions d’un militant en colère
Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui, esclavage, travail forcé, trafic de personnes
Pacte du silence sur les clients de la prostitution
Le débat sur la prostitution : quelle libération sexuelle ?
Des questions à se poser sur la prostitution
Fabrication d’un nouveau mythe sur la prostitution
L’urgence est-elle de faire de la prostitution un métier ?
Je voudrais parler porno
La légalisation de la prostitution, une expérience qui a échoué en Australie
Prostitution, pornographie et capital
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe
Prostitution, trafic sexuel et mondialisation
On s’arrache les actions du premier bordel inscrit en bourse
Il faut stigmatiser le client... il est criminel
La tyrannie du nouvel ordre sexuel
Adulte ou infantile, la prostitution est le contraire de l’autonomie sexuelle
Les enjeux occultés de la prostitution et les conséquences sur les rapports hommes-femmes
Le trafic mondial des femmes et des enfants
Des proxénètes à l’Université ?
La mondialisation des marchés du sexe - I
La mondialisation des marchés du sexe - II
Combattre le système prostitutionnel
Sexe : de l’intimité au « travail sexuel » ou prostituer est-il un droit humain ?
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe. Commentaire.
Pour une critique de la politique pro-prostitution de Cabiria
Prostitution : droits des femmes ou droit aux femmes ?
Faut-il une autorisation pour parler de la prostitution ?
« Le corps est un nouvel instrument d’esclavage » Florence Montreynaud
« La prostitution, ce n’est pas le plus vieux métier du monde, c’est le plus vieux mensonge » (Gunilla Ekberg)
L’idéologie sexiste et la pornographie
Femmes esclaves des bordels du Bangladesh







" Qu’est-ce que c’est que cette histoire de Fantine ?
C’est la société achetant une esclave.
A qui ? A la misère.
A la faim, au froid, à l’isolement, à l’abandon, au denûment. Marché douloureux.
La misère offre, la société accepte."

Victor Hugo, Les Misérables (1862).

Désormais nous parlons de la loi de l’offre et de la demande. Nous faisons remarquer que la loi sociale est élaborée au masculin, que la prostitution est le produit socialement et historiquement construit de la domination masculine, elle-même fruit de représentations archaïques des genres inlassablement reproduites depuis la nuit des temps.

Rien n’a pourtant fondamentalement changé en pratique. De plus en plus de Fantine continuent d’arpenter les trottoirs de la prostitution. Prostitution de masse, prostitution de la misère, de la violence. S’il n’est de vérité que statistique, alors les statistiques disent que 80% des prostituées (sur 20 000) exercent sur les trottoirs et que près de 70% d’entre elles sont des migrantes.

Dupées ou non. Vendues ou non. Forcées ou non par des proxénètes barbares ou non, maffieux ou non. La majorité d’entre elles sont cependant aux mains de réseaux extrêmement violents. Cela ne rend pas pour autant la prostitution "traditionnelle " sympathique, normale ou acceptable.

Toutes sont contraintes

Car toutes sont contraintes. Parfois par amour, souvent par la misère, le chaos politique ou économique, la désaffiliation sociale, l’inaccessibilité du marché du travail légitime. Adolescentes fugueuses ou sans repères qui se prostituent pour un sandwich ou un toit, toxicomanes dépendantes ou sans papier. Toutes ou presque ont subi des déterminismes sociaux implacables, souvent issues du prolétariat voire du lumpenproletariat et de familles déchirées, passées par des institutions totales (orphelinat, foyers, hôpitaux psychiatriques ou prisons) sans instruction, sans qualification, sans diplôme, sans ressources (1). Parmi elles, nombreuses sont d’anciennes victimes d’abus sexuels (2). La misère affective, l’expérience désenchantée d’une sexualité marquée au sceau de la violence, le mépris voire la haine de soi qui en résultent viennent alors redoubler la misère économique. L’espace des possibles se réduit comme peau de chagrin : voler, dealer ou se prostituer (3).

Les migrantes, souvent mineures, sont fréquemment passées par des centres de dressage où elles ont été cassées (viols, brutalités) pour vaincre toute velléité de résistance. Le résultat est le même. Elles cèdent, à défaut de consentir. Elles sont alors livrées au travail sexuel à la chaîne - seule tâche que l’ordre social leur assigne pour leur permettre de survivre - et ce, au bénéfice exclusif des hommes (proxénètes et clients).

La demande est immense qui crée un marché insaturable. Les profits générés sont énormes mais les prostituées n’en ramassent jamais que des miettes (4). La sexualité masculine est depuis toujours perçue comme ayant des besoins spécifiques, impérieux, des exigences irrépressibles...

Qu’est-ce donc que ces " besoins irrépressibles " si ce n’est la construction sociale et androcentrique d’un désir qui s’impose sous la forme naturalisée du besoin-devant-être-assouvi-par-un-corps-autre-que-le-sien alors même que l’onanisme suffirait à satisfaire la pulsion physiologique ?

Qu’est-ce sinon la permanence des représentations archaïques du masculin et du féminin et de leurs rôles respectifs dans la division du " travail sexuel" ? Pour ce " travail " qui confine souvent à l’abattage et ne connaît pas le chômage - signe que la demande est supérieure à l’offre voire perpétuellement insatisfaite - nul besoin d’entretien d’embauche, de CV, de références, d’expérience, de qualification, de diplôme ou même de papiers, il suffit d’avoir un corps, jeune de préférence.

"Travailleuses du sexe" et "travailleurs du cerveau"

Figure emblématique des Misérables, Fantine ne fut pas "forcée" à se prostituer par un proxénète. Après avoir perdu son emploi d’ouvrière, elle se fit couturière à domicile, mais la concurrence de la main-d’oeuvre à bas prix des prisonniers fit chuter le prix des chemises. Dès lors, ne disposant plus des moyens de payer ses créanciers dont les Thénardier qui "élevaient" sa fille Cosette, "l’infortunée se fit fille publique ".

Les ravages du néolibéralisme ne perpétuent-ils pas la même misère ? Il y a un siècle et demi, Victor Hugo parlait d’esclavage. Aujourd’hui de pseudointellectuelles médiatiques se font les chantres d’une Liberté sans limites. Faisant fi des déterminismes sociaux, de la domination masculine et des statistiques, un juriste peut ainsi écrire : "Il suffit qu’une seule personne décide librement de faire du commerce sexuel sa profession habituelle ou occasionnelle pour que la prostitution devienne une activité aussi légitime que toute autre " (5). Autrement dit, il suffit qu’une seule prostituée se dise libre pour que l’esclavage de toutes les autres devienne respectable.

En d’autre temps on parlait de victime, de prolétariat, du travail à la chaîne comme aliénation, et ce n’était pas paternalisme ou mépris mais combat politique.

De nos jours - la modernité est passée par là - on se gausse d’une représentation "misérabiliste" du sexe à la chaîne, forcément inspirée par des valeurs religieuses (6) inquisitrices et liberticides tout en ne répugnant pas au misérabilisme quand il s’agit du client, pauvre victime de misère sexuelle, on parle d’autodétermination et d’émancipation. Par quoi ? Par le "travail sexuel" à la chaîne !

Hé quoi ? Tout doux, Fantine est libre. Elle décide : "Allons ! dit-elle, vendons le reste".

Être couturière à 6 sous la chemise quand on peut gagner beaucoup plus en se prostituant ressemble fort, a priori, à un marché de dupe. Actrice de sa vie et de sa nouvelle stratégie économiquement pertinente parce qu’elle n’en a pas d’autre de rechange, elle souscrit de façon autonome un contrat légitime : argent contre "service sexuel". Forme extrême d’adaptation à une société inique et cruelle pour Hugo, émancipation et libération sexuelle pour nos nouveaux fétichistes du contrat.

Une fois posé que "le sexe n’est pas une activité humaine à part à la fois sacrée et dangereuse" (7), le contrat s’impose avec l’évidence de la loi. Une fois postulé que le sexe n’est pas un symbole des liens sociaux les plus profonds, il peut devenir marchandise. L’État n’a pas à s’en mêler. Le monde commun n’existe pas.

Se risquer à invoquer l’impératif kantien de ne pas traiter l’autre exclusivement comme un moyen mais aussi comme une fin en lui-même, donc de ne pas en faire un instrument masturbatoire, revient par conséquent à sacraliser le sexe.

Dénoncer l’asymétrie foncière d’un contrat qui autorise "l’exercice brutal du pouvoir sur des corps réduits à l’état d’objet par la violence sans phrases de l’argent"(8), c’est-à-dire tous les abus (9), revient à défendre le puritanisme, l’ordre moral, à attenter aux libertés individuelles et pour finir à mettre la démocratie en péril (10) (n’ayons pas peur des maux, le pire est toujours à venir ou encore aux grands mots les grands remèdes !).

Pourquoi s’en tenir à la prostitution ?

Alors pourquoi s’en tenir seulement à la prostitution ? Parce que c’est dans l’air du temps ?

Comme c’est frileux, contingent, sans audace !

Poussons un peu plus loin la logique ci-dessus : puisque le masochisme comme le sadisme font partie des pratiques humaines, puisque que des hommes et des femmes fréquentent des lieux de rencontre SM, portent des chaînes, se font fouetter jusqu’au sang et jouent à être des esclaves de leur plein gré, il est clair que l’esclavage, voire la torture devraient être respectés au nom de la liberté. Certains esclaves ont pu aimer "ça", certains n’étaient subjectivement pas plus malheureux ou objectivement pas plus misérables que bien des hommes libres. Sans doute certains étaient même mieux nourris. Si une seule personne peut choisir de porter des chaînes (ce que nul ne songe à interdire, faut-il le préciser ?), c’est bien la preuve que tout le monde doit pouvoir les supporter. Après tout, ça n’est pas un homicide (11).

Et Fantine ? Fantine embrasse la carrière.

"Qui la touche à froid. Elle passe, elle vous subit et elle vous ignore...... La vie et l’ordre social lui ont dit leur dernier mot. Il lui est arrivé tout ce qui lui arrivera...... Elle est résignée de cette résignation qui ressemble à l’indifférence comme la mort ressemble au sommeil. Elle n’évite plus rien, elle ne craint plus rien."

Fantine s’endurcit, elle est capable de se rebiffer. Quand un "oisif" s’amuse à l’humilier, elle se révolte, la violence du monde se retrouve en elle : "La fille poussa un rugissement, se tourna, bondit comme une panthère et se rua sur l’homme, lui enfonçant ses ongles dans le visage avec les plus effroyables paroles qui puissent tomber du corps de garde dans le ruisseau....C’était la Fantine."

Fantine est arrêtée par Javert, l’ordre social soutient l’oisif, alors Fantine se défend, elle tient à ce "métier " (par loyauté au milieu !?) car la prison est avant tout ruineuse pour qui a des créances à honorer. "Six mois de prison ! cria-t-elle. Six mois à gagner sept sous par jour ! Mais que deviendra Cosette ? ma fille ! ma fille ! Mais je dois encore plus de cent francs au Thénardier...."

Fantine n’appartient à personne, Fantine relève la tête. Pourtant Hugo prétend qu’elle est une victime absolue, une esclave de la société. Bien loin de faire la distinction subtile entre prostitution volontaire et prostitution forcée, c’est dans un noeud serré où se lient discrimination, oppression et acceptation resignée de l’ordre social (masculin) que se définit pour lui l’esclavage. "On dit que l’esclavage a disparu de la civilisation européenne. C’est une erreur, il existe toujours, mais il ne pèse plus que sur la femme et il s’appelle prostitution."

Se prêter à l’exploitation de son corps sous la pression physique ou économique, mettre à disposition son intimité sexuelle au risque d’en supporter des ravages terrifiants pour sa santé physique et mentale et/ou de mutiler sa propre sexualité (12), c’est tomber dans l’engrenage fatal de l’esclavage sexuel. C’est bien parce que le corps humain est inaliénable que la prostitution relève de l’esclavage. À la fois contraire aux droits fondamentaux de la personne humaine et indigne d’une société qui se veut civilisée et démocratique.

Fantine, poussée par la nécessité, pense son corps comme un capital dont elle peut disposer, une petite entreprise dont elle est propriétaire. Avant de se faire "fille publique" elle commence à le vendre par pièces détachées. D’abord ses cheveux, puis ses dents.

Elle est déjà entrée dans la logique prostitutionnelle. Le corps est mis sur le marché. Personne n’oserait prétendre que vendre ses dents par nécessité (ou son plasma comme le font les sans-abris aux États Unis) est un choix librement consenti et/ou une réalité sociale inéluctable. La discrimination sociale saute aux yeux !

La discrimination sexuelle compte-t-elle pour rien ?

Il n’y a pas de différence essentielle entre vendre l’accès à son sexe, son plasma, ses dents, louer son utérus (13) ou encore exhiber ses anomalies physiques dans un théâtre de monstres (14).

Les tenants de la liberté de se prostituer ou de la professionnalisation/réglementation, loin de désacraliser le sexe, sacralisent en fait les lois libérales de l’économie capitaliste qui assurent aux plus puissants - les clients - la liberté illimitée du choix et la réalisation de leurs désirs et de leurs fantasmes sur le corps des plus démunies.

Survivre pour les unes, jouir sans entrave pour les uns. Le contrat est équitable. Vieillards de la pensée, ils se résignent à considérer la prostitution comme une réalité sociale inéluctable.

Or "la prostitution n’existe comme réalité sociale et comme atteinte aux droits de l’être humain féminin que parce qu’il est considéré comme allant de soi qu’il s’agit d’un phénomène inéluctable en raison du non-dit consensuel sur la nature licite du droit des hommes à trouver aisément et à tout prix des exutoires à leurs besoins sexuels." (15)

Et nos "travailleurs du cerveau" de recourir à l’euphémisme ("travailleuses du sexe", "services sexuels") pour mieux travestir l’esclavage prostitutionnel, le sexage, en stratégie d’autonomie. Pour se dispenser de lutter pour l’égalité professionnelle entre les sexes et contre toutes les discriminations (16), notamment celles qui touchent les femmes toujours "potentiellement enceintes" sur le marché du travail (17). Pour s’éviter de lutter pour la revalorisation des minima sociaux et leur octroi aux jeunes en voie de désaffiliation sociale, de lutter pour des salaires décents et équitables, de lutter contre le travail à temps partiel imposé - aux femmes -, de lutter contre la flexibilité de l’emploi, pour le droit au logement, etc......

À la "travailleuse du sexe" fait pendant le "fainéant de la lutte" qui travaille du cerveau.

Judith Butler semble ainsi s’accommoder du proxénétisme comme réalité sociale et suggère que puisque nombre de prostituées travaillent pour le compte de proxénètes, les féministes devraient les aider à former des syndicats (18). Heureusement que Schoelcher s’était déjà attaqué à l’esclavage colonial, on comprend quelle sorte d’aménagement serait actuellement proposé !

Pour mieux valider sa théorie du libre contrat, une autre "travailleuse du cerveau" compare ainsi la couture et ses quelques ateliers clandestins à la prostitution (19), cette analogie prodigieuse et audacieuse donne le vertige... S’il est utile de préciser que les ateliers clandestins sont illégaux et que les négriers doivent être poursuivis et punis pour leurs crimes, il n’en reste pas moins que la couture n’est pas assimilable à la prostitution. Le prix du travail de la couturière dépend avant tout de sa qualité professionnelle et non de sa valeur érotique qui peut s’évaluer d’un simple coup d’oeil à la fermeté des chairs (âge) et à la conformité esthétique du corps aux canons de la beauté dominants (plastique), son travail n’est pas nécessairement réservé au bénéfice d’un sexe mais à tous. Elle n’a pas à souffrir des violences inhérentes à la prostitution, violences des proxénètes et violences provoquées par "les pulsions et forces obscures qui gouvernent la sexualité" (selon la terminologie de Robert Badinter) que favorise l’anonymat des clients. Des pulsions comparables ne régissent pas la couture. Si le prix de la chemise ne diminue pas avec l’âge de la couturière et les fluctuations éventuelles de ses mensurations, la prostituée vieillissante ne peut qu’assister à la chute de ses actions à la bourse des valeurs érotiques, chute qui coïncide avec la dégradation de son outil de travail (20).

Toutes les femmes sont peu ou prou confrontées à l’expérience du vieillissement corporel, toutes ne la vivent pas cependant de façon aussi tragique, changeant de lieux, de clientèles, d’exigences, de pratiques pour voir au final leurs revenus s’effondrer.

Sportifs et mannequins mettent également leur corps sur le marché, mais outre la différence essentielle qu’ils épargnent leur intimité et la violence à leur intimité, ils intègrent la temporalité dans leur plan de carrière dont on peut légitimement penser qu’ils l’ont choisi sans contrainte. La prostituée vit d’expédients au jour le jour, sans plan de carrière. Elle ne s’engage jamais en esprit que temporairement et graduellement dans cette voie (sous la contrainte ou afin d’éponger des dettes, de se nourrir, de se faire un petit pécule) pour finir par y basculer définitivement (pressions du milieu, endettement permanent, toxicomanie, alcoolisme etc...).

Au delà de cet argumentaire que l’on regrette presque d’avoir à exposer, qui pourrait nier qu’il n’y a pas des pratiques abusives dans le sport et dans le petit commerce ou encore des métiers pénibles et mal payés ? Peut-on croire que professionnaliser la prostitution résoudra ces problèmes et fera un sort à l’injustice sociale et aux nouvelles formes d’esclavage qu’elle encourage ? Nos "travailleurs du cerveau" postmodernes, extrêmement soucieux de ne pas passer pour pudibonds, n’abdiquent-ils pas servilement devant l’ordre social au motif de combattre un ordre moral fantomatique ?

Comment venir à bout du plus vieil esclavage du monde ?

La prostitution n’étant jamais librement choisie et ne pouvant s’affranchir de la violence, prétendre qu’il faudrait la professionnaliser relève par conséquent de l’escroquerie intellectuelle la plus absolue. De plus, professionnaliser une minorité d’entre elles aboutirait à rendre hors la loi toutes celles qui ne pourraient ou ne voudraient prétendre à la professionnalisation. Donc à les criminaliser et notamment les plus vulnérables et les plus misérables d’entre elles : sans papières, toxicomanes, occasionnelles, à les précariser davantage en renforçant leur dépendance vis-à-vis des proxénètes tout en les livrant à l’arbitraire de la police. Reconnaître la prostitution implique de reconnaître également le proxénétisme, de banaliser l’esclavage et ne peut qu’encourager la traite comme aux Pays-Bas et en Allemagne.

La tradition humaniste de Kant, Hugo, Jaurès et bien d’autres est résolument abolitionniste et conduit à défendre qu’une société développée comme la société française doit se doter des moyens de prévenir la prostitution.

Comment ?

Certainement pas en traquant les prostituées. Qui pourrait soutenir que pourchasser Fantine est une solution ? Mais adopter des mesures coercitives à la suédoise vis-à-vis du seul contractant libre du système : le client. Le client doit comprendre qu’acheter ou louer le corps d’autrui constitue une transgression. Acheter un corps ou le louer doit devenir tabou tout comme l’inceste ou le viol. Car décourager le client, c’est tarir le marché. Donc se donner les moyens de faire disparaître la traite et avec elle progressivement la prostitution elle-même des schémas de l’inconscient social.

Il serait cependant illusoire de penser qu’une telle mesure peut constituer à elle seule l’Alpha et l’Oméga de la lutte contre la prostituabilité des femmes. Si elle est nécessaire, indispensable, elle n’est pas suffisante. Il faut lutter avec autant d’acharnement contre le proxénétisme et le crime organisé, bien sûr, mais aussi contre les discriminations qui frappent les femmes sur le marché du travail, instaurer une véritable politique d’égalité des chances comme en Suède, réparer l’ascenseur social, aider à la formation, à la réinsertion des prostituées, promouvoir une véritable éducation égalitaire entre les sexes. Également accorder des droits humains et des titres de séjour aux victimes de la traite, développer les politiques d’aide volontariste au développement des pays pourvoyeurs. Et veiller à ce que l’État s’en donne les moyens. Par la lutte, les revendications et les urnes.

L’abolition de l’esclavage n’a pas aboli le travail. Vouloir abolir cette vieillerie qu’est la prostitution n’est aucunement une attaque puritaine contre le désir et la sexualité. C’est, bien au contraire, tenter d’arracher l’hétérosexualité féminine et masculine aux codes archaïques qui les régissent et les étouffent mutuellement.

C’est bien parce que la prostitution existe que la vision commune de la sexualité masculine est celle toujours péjorative d’une mécanique grossière, d’un trop plein à vider (sinon "ça leur porte à la tête"). Par ailleurs, la prostitution entretient structurellement deux humanités femelles, ce qui affecte profondément le versant féminin de l’hétérosexualité.

C’est bien parce que la prostitution existe comme sexualité alternative que les hommes peuvent parfois ne pas tenir compte des désirs de leurs compagnes, en faire des êtres asexués puisque leurs désirs à eux peuvent toujours trouver un exutoire vénal. Ou au contraire les forcer, le désir féminin se percevant comme optionnel puisque les putains, elles, ne sont pas chichiteuses, ne font pas de manières, n’ont jamais la migraine.

C’est bien parce que la prostitution existe dans l’inconscient social que nombre de mères ont intériorisé l’idée culpabilisante qu’elles se doivent d’être exemplaires aux yeux du monde ou que leur propres désirs sont sans importance. Tiraillée entre les rôles opposés et stéréotypés de la maman (asexuée) et de la putain (hypersexuée), l’hétérosexualité féminine ne pourra s’affranchir de ces deux modèles archaïques et s’affirmer sexuellement pour le bénéfice des deux sexes tant que la prostitution perdurera.

Notes

1. Lilian Mathieu " On ne se prostitue pas par plaisir " Le Monde Diplomatique, février 2003. "Prostitution : zone de vulnérabilité sociale", Nouvelles Questions Féministes, n°21, 2, 2002. Gabrielle Balazs " A propos de Backstreets : le marché de la prostitution " in Le Commerce de Corps, Actes de la Recherche en Sciences Sociales n° 104, 1994.
2. Gabrielle Balazs, op. cité. Judith Trinquart, " La décorporalisation dans la pratique prostitutionnelle, " Thèse de Doctorat de Médecine Générale. Paris 2002.
3. Lilian Mathieu, op. cités.
4. On considère que 100 000 à 120 000 jeunes femmes de 14 à 25 ans entrent tous les ans dans la communauté européenne pour y être prostituées (Albanie, Bulgarie, Moldavie, Macédoine, Ukraine, Pays-Baltes, ou pays d’Afrique occidentale : Côte d’Ivoire, Ghana, Nigeria). En France elles sont plus de 10 000, pratiquent entre 45 et 60 millions d’actes sexuels par an. Les profits sont colossaux, une fille rapporte en moyenne 110 000 euros par an à son exploiteur. Max Chaleil, " La Prostitution, le Désir mystifié ", Parangon 2002.
Des chiffres comparables sont donnés par Francoise Héritier " Masculin/Feminin II : dissoudre la hiérarchie ", Odile Jacob, 2002, ou dans les deux ouvrages écrits sous l’égide de la Fondation Scelles : "Le Livre Noir de la Prostitution ", Albin Michel 2001, et " La Prostitution Adulte en Europe ", Eres, 2002.
5. Daniel Borillo, " La Liberté de se prostituer ", Libération, 5 juillet 2002.
6. On ne peut qu’être étonné de cet a priori tenace dans la mesure ou l’Eglise depuis Saint-Augustin s’est toujours fort bien accommodée de la prostitution, la jugeant préférable à l’adultère. L’Eglise soutenait le mouvement des prostituées conduit par Ulla en 1975. L’aveuglement, l’ignorance et la certitude que le sexe est toujours forcément un bien suprême conduisent certains au nom de la lutte contre l’ordre moral (chrétien) à voir dans la prostitution une liberté sexuelle.
7. Marcela Iacub, Catherine Millet et Catherine Robbe-Grillet, " Ni victimes, ni coupables : libres de se prostituer". Le Monde 9 janvier 2003.
8. Pierre Bourdieu, " Le Corps et le Sacré " in Le Commerce des Corps Actes de la Recherche en Sciences Sociales n° 104, 1994.
9. Les clients qui, parce qu’ils payent, se sentent autorisés à la violence se croisent fréquemment dans le " métier ". Tous les témoiganges de prostituées en font état, pour une revue voir Max Chaleil, op. cit..
10. Marcela Iacub et alii, op. cité. E. Badinter considère que les abolitionnistes veulent imposer la réciprocité du désir comme "norme sexuelle" et domestiquer la sexualité masculine assimilée à la sexualité humaine. Fausse route, éditions Odile Jacob, Paris, 2003.
11. Marcela Iacub considère que le viol ne peut être un "crime" parce que ça n’est justement pas un homicide. " Qu’avez-vous fait de la Libération Sexuelle ? " 2002.
12.Les conséquences de la prostitution sur la santé des prostituées sont terrifiantes voir Judith Trinquart, op. cité et Gabrielle Balazs, op. cité.
13. Fidèle à une logique idiosyncrasique, Marcela Iacub est favorable aux mères porteuses. Le Monde, 9-10 mars 2003.
14. Qui ne se souvient de la femme à barbe, du lancer de nain ou de la Venus Hottentote jetés en pâture à la curiosité morbide des voyeurs ? Voir aussi Robert Bogdan " Le Commerce des Monstres " in Le Commerce des Corps, Actes de la Recherche en Sciences Sociales n°104, 1994.
15. Francoise Héritier, op. cit.
16. On ne peut que s’indigner de la résignation d’une Anne Souyris responsable verte des questions de prostitution qui, dans " La pitié dangereuse ", EcoRev02 , août 2000, admet que les transgenres sont condamnés par leur apparence physique à n’avoir d’autre issue professionnelle que la prostitution. Décidemment la lutte contre les discriminations n’est plus d’actualité !
17. Jeannine Mossuz-Lavau, " Les Discriminations à l’encontre des Femmes" in Lutter contre les Discriminations, La découverte 2003. L’exemple allemand est édifiant, c’est un des pays d’Europe parmi les plus discriminatoires pour le travail des femmes, puisque faute de politique d’aide à la petite enfance, celles-ci doivent choisir entre travailler ou élever leurs enfants. Seules 25% des femmes ayant des enfants en bas âge travaillent d’après Michel Verrier " Enfants ou travail, les allemandes doivent choisir", Manière de Voir, avril-mai 2003. C’est aussi le pays européen qui compte le plus de prostituées. Elles seraient jusqu’à 400 000 pour des millions de clients par jour selon Hermine Bokhorst, " Femmes dans les griffes des aigles ", Labor, 2003.
18. Entretien avec Judith Butler auteure de " Gender Trouble " et icône de la Queer Theory, mis en ligne en janvier 2003 par Eric Fassin et Michel Freher qui " en feraient bien leurs armes " !
19. Marcela Iacub, op. cit.
20. Comme en a témoigné de façon poignante Michelle, prostituée d’une cinquantaine d’années, lors de l’émission de Mireille Dumas " Vie privée, Vie publique " (septembre 2002) consacrée à la prostitution : "La prostitution, ça n’est pas un vrai métier. Un métier ça s’apprend à l’école. On ne fait pas une vraie carrière, plus on vieillit moins on gagne sa vie ".

COMPLÉMENT À CET ARTICLE

La parole est rendue aux prostituées, à celles que l’on n’entend jamais….

Celle que l’on entend tout le temps, Claire Carthonnet, 32 ans, transexuelle opérée, formée à la prise de parole et projetée sur le devant de la scène par Cabiria, association de santé communautaire qui prône la professionnalisation, affirme que " la prostitution est une revanche sur la vie par l’argent....une décision individuelle intégrée dans une stratégie d’autonomie et d’indépendance ". Claire Carthonnet préside aux destinées de France-Prostitution regroupant 150 prostituées " autonomes " et se veut la porte-parole de toutes les prostituées (environ 20 000 en France). Peut-on accorder du crédit à ses propos après l’exemple d’Ulla qui tenait le même rôle en 1975 et qui est restée célèbre pour avoir témoigné du déni : " Comment avez-vous pu me croire ? " après avoir quitté le trottoir.

Il semblerait, au contraire de ce qu’affirme Claire Carthonnet, que la plupart des prostituées interrogées dans la rue par la journaliste Marie Lemonnier se prononcent pour l’interdiction pure et simple de la " profession ".

Ainsi Cristiana déclare : " L’idéal serait de l’interdire. Comme ça, on serait obligé de faire autre chose ! "

Et Diana d’affirmer : " La prostitution est tout sauf un métier comme les autres. Beaucoup de filles sont maltraitées, on se fait taper, parfois violer et voler.....Non, vraiment on ne peut souhaiter ça à aucun être humain ". (enquête du Nouvel-Observateur, 22-28 aout 2002).

Pour Yolande Grenson, travailleuse sociale belge qui s’est prostituée comme Fantine pour élever seule ses deux enfants dont un était gravement malade, la schizophrénie est une nécessité pour exercer ce métier : " Si on veut garder une certaine santé mentale, il n’y a que ce moyen-là, une scission. " La scission aura duré pour elle 17 ans. (Colloque de l’UNESCO consacré à la prostitution ; mai 2000).

Nicole Castioni, ancienne prostituée et députée au parlement de Genève est formelle : " Personne n’a le droit de prendre la vie d’un autre, d’oublierquel’autreauncorpsetuneâme.Personne."(Le Soleil au bout de la nuit, Albin-Michel).

PourAgnès Laury c’est très clair : " les prostituées sont des marchandises vendues par des hommes à des hommes ". (Le Cri du corps, Pauvert).
La journaliste Clara Dupont-Monod a suivi plusieurs mois Iliana, jeune bulgare de 17 ans victime de la traite et qui savait ce qui l’attendait. Elle raconte : " Comment fait-elle pour ne pas être dégoûtée ? elle ne regarde jamais leur visage. Jamais. Trop moches...Elle dit que le pire ce n’est pas de devoir coucher avec des inconnus à la chaine... ni de vivre dans la peur de la violence. Le pire selon elle c’est l’odeur...Avec les clients Iliana déteste le sexe...Elle simule toujours. Elle ne ressent jamais rien...Dans le privé non plus d’ailleurs...Paradoxalement, la seule catégorie d’hommes qu’elle tolère ce sont les dangereux, les magouilleurs, les petites frappes....et qui justement ne voient en elle qu’une chose : une pute. Je pense que profondément Iliana se sent objet sans âme, corps à tout faire". (Clara Dupont-Monod, Histoire d’une prostituée, Grasset). Iliana a quand même fini par s’en sortir.

Monika, interviewée par la journaliste Claudine Legardinier, a été prostituée dans un bordel en Belgique : "Comment on supporte, on ne le supporte pas. On le vit, on fait le vide.....On ne ressent plus rien. Les types sont rois, ils ont payé. Il y en a même qui sont violents. La police vient voir si les filles sont déclarées. Elles le sont pour 13 heures par semaine. Les flics avalent ça.....A un moment il y avait une mineure. Elle était planquée dans une chambre derrière. Ils ne sont jamais allés voir.......Je n’ai plus confiance en moi. J’ai été détruite. J’ai été violée. Intérieurement et extérieurement. J’ai perdu mon identité....Je prends des anti-dépresseurs, j’ai l’impression de n’être bonne à rien.......Quand je vois ces petites jeunes....Elles ne font pas gaffe, même leur copain peut les pousser là-dedans. Je voudrais pouvoir les informer, me lever, raconter mon histoire".(Prostitution et Société).

Mylene ex-prostituée en Allemagne se confie : "J’ignore quelle solution va être adoptée par les instances politiques. Pour moi la solution idéale n’existe pas. L’idéal serait de tarir la demande en sensibilisant les clients...Le pire là-dedans c’est les clients. Tant qu’il y aura des clients, il y aura de la prostitution. Ce qu’il faut c’est les dégoûter. Leur dire : si vous saviez ce qu’on pense de vous ! A quel point on vous déteste, on vous méprise de nous acheter ! Il faudrait placarder des affiches de 4 m sur 3 pour qu’ils comprennent. Pour oublier, il faudrait que je devienne aveugle, que je n’aie plus de mains, que j’aie la maladie d’Alzheimer."(recueilli par Claudine Legardinier pour Prostitution et Société).
Suzanne dit de la prostitution que "c’est un milieu où il faut tout le temps se battre, tout le temps être sur ses gardes". Après avoir rencontré celui qui deviendra son mari elle quitte le métier et commence une nouvelle vie " Il faut tout réapprendre, quand j’ai arrêté j’avais le dégoût des hommes. Mon mari a été patient. Il n’a pas pu me toucher pendant des mois. Il faut aussi changer le regard que l’on a sur les gens. Ne pas tous les considérer comme profiteurs ou méprisants." Un jour, elle rencontre un ancien client qui lui dit gentiment : "Ce n’était pas fait pour toi, je lui ai répondu : ce n’est fait pour personne". (Recueilli par Claudine Legardinier pour " Prostitution et Société ").

Paroles de médecin

Judith Trinquart a travaillé sur la prostitution pour sa thèse de médecine, "La décorporalisation dans la pratique prostitutionnelle : un obstacle majeur à l’accès aux soins." (soutenue à Paris en 2002). Ses enquêtes montrent que 60 à 80% des prostituées ont subi dans l’enfance ou l’adolescence des violences sexuelles. Elle a étudié les conséquences de l’activité prostitutionnelle sur la santé physique et psychique des prostituées et les résultats qu’elle décrit sont accablants.

Voici quelques extraits d’un entretien qu’elle a donné dans le cadre du colloque de la CLEF du 22 fevrier 2003 "La santé communautaire au risque de la santé" ou elle évoque aussi le "maquerellage" : "La santé communautaire fait intervenir comme animatrices des personnes qui sont dans la prostitution ...elles servent surtout à pérenniser le système et à rester dans le déni. On voit ces animatrices s’en tenir à l’urgence au risque de passer sous silence des paroles qui demandent à se libérer. Je me souviens d’une jeune femme qui s’est effondrée en disant que son proxénète lui avait donné des coups de pieds dans le ventre et qu’elle avait fait une fausse couche. C’était un véritable appel au secours. Elle est repartie....

Il y a une grande autonégligence et un seuil de tolérance a la douleur effroyable. Je me souviens d’un entretien avec une jeune femme toxicomane séropositive qui avait été obligée d’abandonner son enfant. Venue pour une entorse à la cheville, elle a complètement craqué ; elle a dit son désespoir de ne plus voir son enfant, la cruauté du milieu, son incroyable violence. A peine le petit espace d’intimité franchi, elle est repartie avec le sourire, sans même boiter sur ses talons de 8 centimètres. La coupure était nette : surtout ne pas se montrer défaillante face aux animatrices, face aux copines. On en reste donc là. Ce qui est également frappant, c’est que les personnes semblent plus en demande d’être "réparées" que soignées.......On a l’impression d’une carceralité psychique, d’un enfermement dans un système ; ce qui n’entre pas dans le système n’existe pas. On retrouve ces mêmes symptômes, qui font partie d’une stratégie de survie, chez d’autres populations victimes de violences, comme les femmes victimes de violences domestiques.....Ces personnes vivent une dissociation profonde. Du fait qu’elle impose des actes sexuels non désirés à répétition, la prostitution engendre une forme d’anesthésie...C’est cette forme d’anesthésie, cet ensemble d’atteintes du schéma corporel, ce que j’appelle la "décorporalisation" qui conduisent à une grande autonégligence en matière de soins.

Or ce que défend la santé communautaire c’est l’idée que l’aménagement des conditions de la prostitution ou sa professionnalisation réglerait les problèmes de santé. Mais ce ne sont pas ces conditions mais bien la pratique prostitutionnelle elle-même qui engendre ces symptômes....On ne peut pas se battre contre l’inceste et la pédophilie si on pérennise le système prostitutionnel et si on autorise les gens à faire sur des adultes ce que l’on interdit sur des enfants. C’est une hypocrisie, on reprend d’une main ce que l’on donne de l’autre."

DOCUMENT EN FORMAT WORD

On peut imprimer ce document en format pleine page en cliquant sur Imprimer, ou le téléchager en cliquant ci-dessous.

Word - 175.5 ko
TELECHARGER EN FORMAT .doc

Version intégrale d’un texte plus court diffusé dans L’Humanité, le 5 septembre 2003.

Mis en ligne sur Sisyphe le 8 septembre 2003.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Catherine Albertini, chercheure et membre de Choisir la cause des femmes


Chercheuse en biologie moléculaire, Catherine Albertini a fait des études de Pharmacie à Toulouse. Elle a été lauréate de la faculté de Pharmacie et a obtenu la médaille d’or (major de promotion). Elle a fait un DEA de pharmacologie et toxicologie fondamentales dans un laboratoire du CNRS puis, au même endroit, a soutenu une thèse de Biologie Cellulaire et Biochimie. Elle a ensuite fait un post-doc pendant deux ans dans un laboratoire de l’Université de Californie où, dit-elle, elle a commencé à méditer sur le féminisme et sur les aspects positifs, dans le milieu professionnel, de lois comme celle sur le harcèlement sexuel. De retour en France, l’INRA (recherche agronomique), elle travaille dans un institut de recherche public sur les gènes de résistance aux pesticides des champignons pathogènes des cultures. Catherine Albertini a publié plusieurs articles dans les médias. Depuis novembre dernier, elle est membre du bureau de l’association féministe
Choisir la cause des femmes présidée par Gisèle Halimi.



Plan-Liens Forum

  • > Fantine ou la liberté de se prostituer ?
    (1/1) 9 septembre 2003 , par Louise-Anne Maher

    rép: Internaute
    rép: Louise-Anne Maher
    rép: catherine Albertini
    rép: Internaute
    rép: Hélène de Troie
    rép: catherine albertini




  • > Fantine ou la liberté de se prostituer ?
    9 septembre 2003 , par Louise-Anne Maher   [retour au début des forums]

    PROTECTION

    "Rien n’a pourtant fondamentalement changé en pratique. De plus en plus de Fantine continuent d’arpenter les trottoirs de la prostitution. Prostitution de masse, prostitution de la misère, de la violence. S’il n’est de vérité que statistique, alors les statistiques disent que 80% des prostituées (sur 20 000) exercent sur les trottoirs et que près de 70% d’entre elles sont des migrantes."

    Pour moi la question n’est pas de considérer si la prostitution est ou non une "bonne chose". Ce que je trouve important par ailleurs, c’est que les prostituées soient protégées contre les milieux violents où elles évoluent. Je sais prostitution et violence vont ensemble, mais mon point de vue en tant que féministe c’est de tout faire pour qu’elles soient adéquatement protégées par les corps policiés.
    Il me semble que ce but est plus facilement atteignable que l’abolition de la prostitution et pourrait peut-être à l’avenir transformer cette activité en quelque chose de plus civilisé.

    • à Anne Louise Maher
      16 septembre 2003 , par Internaute
        [retour au début des forums]

      "Je sais prostitution et violence vont ensemble, mais mon point de
      vue en tant que féministe c’est de tout faire pour qu’elles soient adéquatement protégées par les corps policiés."
      La violence policière est assez bien documentée .....viols, passes gratuites, corruption, etc....L’affaire Alègre, en France est exemplaire des abus policiers. Des crimes de prostituées ont été classés sans suite voire maquillés en suicides...
      La violence des clients est elle aussi très réelle. Mais la reconnaissance de la prostitution n’y met pas fin. C’est un leurre de le croire.Je vous conseille la lecture des témoignages de survivantes de la prostitution dans les pays où l’activité est reconnue comme celui de Rayme Jayme qui a travaillé dans un bordel légal du Névada.

      "Il me semble que ce but est plus facilement atteignable que l’abolition de la
      prostitution et pourrait peut-être à l’avenir transformer cette activité en quelque chose de plus civilisé".

      La prostitution civilisée est un fantasme de "Belle de Jour". La prostitution est une violence, un acte sexuel non désiré qui se répéte à longueur de jour avec la peur du vol, de la brutalité imprévue etc...
      L’objectif de "civilisation" n’est absolument pas atteint dans les pays qui la reconnaissent : Pays-Bas et Allemagne ont juste créé un appel d’air pour les trafics d’êtres humains. Les eros centers allemands transforment les trafics en immigration légale de bulgares et d’albanaise. Amsterdam est devenue la plaque tournante des trafics européens et la maffia albanaise est derrière les vitrines où sont exposées les femmes.

      Ne pas criminaliser le prostitution est une chose.
      La reconnaître ne peut pas être une approche féministe. C’est quand même livrer le corps de femmes parmi les plus démunies à la disposition des hommes consommateurs. Rôle traditionnel de service sexuel. La domination masculine a le pouvoir d’imposer son point de vue sexuel qui est de construire le désir en besoin vital et impérieux. Que des féministes qui ne marchandent pas l’usage de leur propre corps dans la rue puissent vouloir négocient l’usage du corps des plus démunies par compassion ne peut que perpétuer le système prostitutionnel. La prostituée qui a 20 ans de trottoir derrière elle a un discours d"adaptation" au sens darwinien du terme. Qu’elle ne soit pas inquiétée est une chose, qu’elle ait des droits humains est aussi une chose. Mais reconnaître sa profession ne pourra tout simplement pas aider la jeune migrante ou la jeune adolescente désaffiliée qui sera projetée sur le trottoir où faire son apprentissage du métier.

      La meilleure des protections est la prévention. C’est le traitement social des causes de la prostitution et l’éducation à l’égalité sexuelle entre les sexes.

      [Répondre à ce message]

      • > à Anne Louise Maher
        20 septembre 2003 , par
        Louise-Anne Maher   [retour au début des forums]

        D’accord pour la prévention, l’éducation, le traitement social des causes de la prostitution et l’éduction à l’égalité sexuelle entre les sexes. Mais ce sont des objectifs à long terme, Que faisons-nous maintenant, puisque toutes ces horreurs envers les femmes se passent maintenant.
        Combien de temps avant de faire renoncer aux hommes à leur domination sexuelle et au soulagement rapide de leur désir sexuel ?

        [Répondre à ce message]

        • > à Anne Louise Maher
          24 septembre 2003 , par
          catherine Albertini   [retour au début des forums]

          Bonjour,

          Que faisons-nous maintenant ?

          Surtout ne pas prétendre qu’il s’agit d’un métier comme un autre qu’il suffirait de réglementer pour le rendre présentable, hygiénique, protecteur voire émancipateur pour les femmes qui Y SONT livrées et réduites.

          Rappeler qu’il s’agit d’une violence traditionnelle sexiste qui conforte les stéréotypes masculinistes de "la sexualité pulsionnelle" des hommes et de leur droit à la prostitution, aux prostituées (et donc aussi sans doute au proxénétisme !)

          Par conséquent les discours qui mettent en avant la liberté des prostituées sont franchement révoltants ! Celle-ci n’existe - peut-être dans la prostitution de luxe et encore ! - qu’à la marge et ne saurait justifier l’asservissement de toutes les autres. Il est intéressant de noter qu’en France l’apparition des prostituées de l’Est a entraîné une augmentation de la "consommation" alors que les médias se faisaient l’écho de la situation de ces femmes (albanaises, ukrainiennes, tchèques ou moldaves) traitées comme du bétail. La liberté attribuée aux prostituées permet au client de se "disculper socialement" tout en recherchant une esclave sexuelle.

          Si l’on veut réellement agir, il n’ya pas trente six solutions !
          Il faut pourchasser les proxénètes, les condamner plus que des trafiquants de drogue (ce qui n’est pas toujours vrai, par exemple en Allemagne, seul le proxénétisme agravé est condamnable et les proxénètes ne risquent pratiquement rien même dans ce cas !).
          Mais AUSSI responsabiliser les clients. Sinon autant vider l’océan avec une petite cuillère puisque sans demande pas de proxénètes et pas de prostitution ! Et pour responsabiliser les clients, rien de tel que la loi. Elle a des vertus pédagogiques évidentes. Nul doute que si le vol n’était pas pénalisé tout le monde s’y livrerait peu ou prou ! Le nier est stupide.
          Donc la pénalisation des clients -qui dans leur grande majorité ne sont ni des malades, ni de pauvres malheureuses victimes de misère sexuelle - fait partie de l’arsenal rationnel nécessaire pour lutter contre ce fléau.
          Et encore éduquer, éduquer, éduquer les jeunes à l’égalité sexuelle entre les sexes

          Cordialement
          CA

          [Répondre à ce message]

          • > à Anne Louise Maher
            13 octobre 2007 , par Internaute
              [retour au début des forums]

            ’’Et encore éduquer, éduquer, éduquer les jeunes à l’égalité sexuelle entre les sexes’’

            Le fond du problème vient justement de là. Fondamentalement, les hommes ont plus de libido que les femmes. Jusque-là on est d’accord ?

            Rien de bien résulte de la prostitution, légale ou pas. N’empêche, les femmes baisent et font l’amour, les hommes aussi, mais en plus, ils ont besoin de fourrer. Notre surplus de libido est ici encore en cause.

            Donc la tension sexuel masculine globale est limité au désir sexuel féminin globale. Le principe respecte la valeur fondamentale qu’est l’égalité, mais si l’émanticipation de la femme est garanti ici, l’homme subit une sorte de fardeau, que l’on pourrait qualifier de tension sexuel.

            La masturbation a des bienfaits, mais ne fait pas de miracle.

            Alors je te pose la question : Comment augmenter la libido féminine ? (N.B. Il n’est ni question ici d’eugénisme, ni de drogue de quelques sortes, simplement une question ouverte.)

            [Répondre à ce message]

            • > à Anne Louise Maher
              29 septembre 2012 , par Hélène de Troie
                [retour au début des forums]

              La libido masculine n’est pas supérieure à la libido masculine.

              Et quand bien même ce serait le cas, il ne s’agit pas d’une pulsion incontrôlable ! Bien sûr que la masturbation suffit. Le fait d’avoir des besoins est une excuse que donnent les hommes pour agir de manière non respectueuse des femmes. Je me souviens d’avoir entendu Rolland Coutanceau (un psychiatre qui suit beaucoup d’agresseurs sexuels) dire que ce concept de besoin sexuel était une vaste fumisterie. Les besoins sexuels, ça n’existe pas.

              Ce qui se passe, c’est plutôt que l’éducation au respect est inférieure chez les hommes à ce qu’elle est chez le femmes. C’est là où notre société a un énorme problème.
              Et cela ne va pas s’arranger avec l’augmentation de la pornographie, vecteur de violence envers les femmes et les hommes.
              D’ailleurs, les acteurs et actrices X aussi sont des prostitués. Et je les considère de la même façon avec la même empathie et tristesse, et la même dissociation...

              [Répondre à ce message]

    • >à Anne Louise Maher
      16 septembre 2003 , par
      catherine albertini   [retour au début des forums]

      je viens d’envoyer un message réponse à Anne-Louise Maher mais j’ai oublié de le signer !!!!

      [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2012
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin