| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 28 octobre 2014

Prostitution - L’approche de “réduction des méfaits” ne suffit pas pour une analyse pertinente de la prostitution

par Rhéa Jean, docteure en philosophie






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Le prostitueur moderne et sa nounou queer
Aidez-nous à éradiquer la prostitution au Canada
Euro 2016 - Le prix d’une passe n’est pas celui que tu crois
Abolition de la GPA et de la prostitution, même combat contre le patriarcat
Les droits des femmes bafoués, les corps marchandisés
Non au système prostitutionnel ! Une analyse féministe et abolitionniste du système prostitutionnel
Prostitution : L’Assemblée nationale française fidèle à ses convictions
Claudine Legardinier - Prostitution : une guerre contre les femmes
France - Les inégalités femmes-hommes au Sénat font obstruction à la sanction des clients de la prostitution !
Offrir aux hommes handicapés de recourir à la prostitution, une idée ancrée dans la misogynie et le validisme
Lettre ouverte à rabble.ca - La journaliste Meghan Murphy visée par une campagne misogyne du lobby de l’industrie du sexe
Grand Prix de Montréal - La CSN demande l’application de la nouvelle loi fédérale pour contrer la prostitution
Comment la pornographie influence les jeunes consommateurs
"Le commerce du sexe", un film d’Ève Lamont
Réglementer la pornographie ou criminaliser les pornocrates ?
Corps disloqués, âmes brisées : conséquences psychiques et physiques de la prostitution sur les personnes qui la vivent
« Ni client, ni complice ! » - La CLES lance un appel à lutter contre la banalisation de l’exploitation sexuelle
Pénalisation du client de la prostitution ? Les belles histoires de Tonton Robert
Non, Messieurs, la plupart des personnes prostituées ne le sont pas par choix
Le manifeste des 343 bites tellement légères qu’elles se dressent à l’insu de leur cerveau
La cruelle chosification des femmes prostituées et des mères porteuses
Catharine A. MacKinnon - Traite, prostitution, inégalité
Prostitution - Sanctionner les clients et non les prostituées
Prostitution des jeunes - La trahison des adultes
Décriminaliser la prostitution ne peut pas être la solution
Prostitution : une affaire d’hommes ou la fraternité "des salauds"
Loi sur la prostitution en France - « Je ne veux pas d’une société où les femmes ont un prix »
Janice G. Raymond – Prostitution : "Pas un choix, pas un travail"
Elisabeth Badinter et Irène Théry ou la caution intellectuelle du système patriarcal
Les femmes étrangères rêveraient-elles de devenir "putes" ?
Prostitution - La stigmatisation et le mythe entourant le statut de victime
Abolition de la prostitution en France - Le principe est acquis, place à la loi !
Comprendre la prostitution dans l’ensemble des structures de pouvoir fondées sur le genre
L’Irlande pourrait interdire l’achat de sexe
Le prostitueur, "chaînon manquant" de la question prostitutionnelle, selon Victor Malarek
La prostitution, sexualisation du pouvoir
La France envisagerait des sanctions "pédagogiques" pour les prostitueurs
Le Canada ne peut traiter la prostitution comme un filet de sécurité sociale
Les "femmes de réconfort" étaient nécessaires pour maintenir la discipline dans l’armée, selon le maire d’Osaka
Prostitueurs et non-prostitueurs, une étude de Mélissa Farley
Bienvenue dans le monde des prostitueurs
Prostitution - Rendre tabou la notion de victime pour masquer l’existence d’agresseurs
Prostitution en Grande-Bretagne - Un bien étrange syndicat au service des proxénètes
Prostitution et mariage : une assimilation douteuse
La prostitution, le STRASS et la sénatrice - La pertinence de la transparence
Au delà des mythes, légaliser la prostitution est une très mauvaise idée
La Suède malmène l’industrie du sexe et aide les femmes prostituées
Les prostitueurs. Sexe à vendre… Les hommes qui achètent du sexe, un livre de Victor Malarek
"Angel" : Piégée dans un monde de prostitution et de violence
L’être et la marchandise. Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi
"Les criminelles" : individualisation et romantisation de la prostitution
Des spécialistes en santé veulent aider les femmes à sortir de l’industrie du sexe… en faisant échec aux prostitueurs
L’Islande songe à interdire la porno diffusée sur Internet
En studio avec Ruth ! "Je crois sincèrement que la traite humaine et la prostitution fonctionnent de pair"
Catalogne - La loi et l’ordre des proxénètes
Qui estime vraiment les personnes prostituées ?
En studio avec Ruth ! "La prostitution est un grand enjeu politique"
L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) et l’Alliance canadienne féministe pour l’action internationale (FAFIA) répondent au rapport Oppal sur les femmes disparues
Colombie-Britannique - L’égalité des femmes et le contexte socio-économique absents du rapport Oppal sur les femmes disparues
Prostitution - Les “progressistes” australiens oscillent entre l’industrie du sexe et les droits des femmes
Prostitution - Le refus d’abolir le système prostitueur est une atteinte aux droits humains
Fantine ou la liberté de se prostituer ?
Première rencontre de l’Association internationale des survivantes unies de la traite à des fins sexuelles (prostitution)
Prostitution - Pourquoi il faut mettre fin à une des plus anciennes violations des droits humains
Carton rouge pour les bordels à vitrine
Prostitution - La réduction des méfaits est-elle ce que nous pouvons faire de mieux pour les personnes prostituées ?
Un traité féministe international pour abolir la prostitution
Prostitution - Coup de tampon réglementariste !
Prostitution et séropositivité - Le Gouvernement grec arrête et emprisonne des femmes pour protéger les hommes
Manifeste contre le système prostitueur
Prostitution en France - Lettre ouverte à M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre
1946-2012 : De la fermeture des maisons closes à la lutte contre le système prostitueur, les abolitionnistes portent progrès et liberté !
Prostitution - Gloria Steinem appuie le modèle nordique
Solidarité avec les prostituées, mais lutte contre la prostitution
Comparaison entre acheteurs et non-acheteurs de sexe dans la région de Boston
8 mars 2012 : Pas d’égalité sans abolition de la prostitution !
La danse contact ou "lap-dance", prologue de la prostitution
Fiers d’aller aux danseuses ! Vraiment ?
Abolitionnistes du système prostitueur : ce que nous sommes, ce que nous voulons !
Les Néerlandais commencent à regretter la légalisation de la prostitution
Prostitution et faux-semblants : une affaire de société, de femmes et d’hommes
Pourquoi la gauche veut-elle faire de la prostitution "un métier comme un autre" ?
Prostitution et "slutwalk" - Bâtir un mouvement féministe progressiste à l’époque individualiste
Prostitution - Il faut rendre illégal l’achat de "services" sexuels en Australie
Le mouvement des femmes n’est pas monochromatique
ZéroMacho - Des hommes contre la prostitution
Prostitution et domination masculine
La vérité sur l’esclavage sexuel planétaire, un livre de Lydia Cacho
Votre voisin est un prostitueur - Une nouvelle recherche
J’ai rien vu
Abolition n’est pas prohibition - Pourquoi la défense de l’avortement diffère de la défense de la prostitution
Prostitution et traite des femmes - Le projet abolitionniste au congrès Mondes des femmes 2011
Congrès international Mondes des femmes 2011 - Compte-rendu des échanges sur l’abolition de la prostitution à l’exposition "Les draps parlent"
Banalisation de l’industrie du sexe et éducation des jeunes
Nous devons sanctionner les acheteurs de la prostitution
Des députés proposent une résolution sur la prostitution réaffirmant la position abolitionniste de la France
Dix raisons de ne pas légaliser la prostitution
Demi Moore s’associe au CNN Freedom Project pour un documentaire saisissant sur le commerce sexuel au Népal
Client de la prostitution : vers une prise de conscience européenne
Lutter pour faire de la prostitution un travail, c’est se tromper de combat
Prostitution et traite des êtres humains, controverses et enjeux
Le système de la prostitution militaire en Corée du Sud, en Thaïlande et aux Philippines
Les pratiques des hommes "clients" de la prostitution : influences et orientations pour le travail social
La prostitution comme violence contre les femmes
Le système prostitutionnel, un pilier de l’inégalité sexuelle et des violences envers les femmes
Clients de la prostitution : un "droit de l’homme" heureusement en péril
Prostitution as violence against women
Prostitution - Vive le sexe libre et gratuit !
France - La prostitution n’est pas une fatalité
"Il faut punir les clients des prostituées", selon Roselyne Bachelot. Oui... et dépénaliser les personnes prostituées !
Belgique - Analyse « Prostitution : arguments et opinions »
Prostitution - Le débat entre féministes se poursuit
Tribunal populaire sur l’exploitation sexuelle commerciale - Inscription
La tolérance sociale, complice de la violence et de l’exploitation sexuelle
Traite des femmes à des fins sexuelles - Au cœur des réseaux criminels : l’exemple de l’Albanie
S’unir contre la banalisation de la prostitution - Un défi pour la décennie
Moi, si j’étais un homme
Prostitution et traite des êtres humains - Les mensonges du réglementarisme
La députée bloquiste Maria Mourani présente un projet de loi pour accélérer la lutte à la traite des personnes et au proxénétisme
La prostitution menace le patrimoine humain
La série "Maison close" : de la fiction à la réalité
C’est un métier, tout comme le vôtre…
Décriminaliser totalement la prostitution sape le travail pour l’égalité des sexes - Exigeons le changement
"Abolir la prostitution" – Une question en suspens pour le féminisme et pour la gauche
Pays-bas : infirmières ou prostituées ?
Madame Parité commence fort en renvoyant les femmes… au bordel !
Le sexe s’invite à la Coupe du Monde
Feu « Verts » au proxénétisme !
Plus de pornographie à l’Assemblée nationale, mais des assises de la prostitution au Sénat
"Travailleurs du sexe", un documentaire sexiste, réactionnaire et dangereux
Le Mouvement du Nid-France louera un mini-car pour faire visiter les maisons closes
Pour un quartier assiégé, la prostitution est loin d’être un "crime sans victime"
De client prostitueur à homme responsable : une démarche nécessaire
Le "client", premier agent de la prostitution
Proxénétisme et prostitution - Lettre ouverte aux candidat-e-s aux élections européennes de juin 2009
Poser les bases d’une Europe sans prostitution, c’est oser
Le tourisme de prostitution, une industrie mondialisée florissante
Prostitution : la grande promo
Première Journée mondiale contre l’exploitation sexuelle : les raisons d’un engagement
Prostitution et traite des êtres humains, enjeux nationaux et internationaux
Le vagin industriel. Vers une économie politique du sexe commercial mondialisée
S’attaquer au trafic mondial du sexe
Intégrisme islamique et esclavage sexuel en Iran
Le corps des femmes est attaqué. Que fait-on ? On se tient debout et on riposte !
Libre disposition de son corps et liberté de se prostituer
Le refus de la prostitution gagne du terrain
La mode hypersexualisée s’inspire de la pornographie
Le "droit de prostituer" n’est pas un droit de l’homme
"Abolition de la prostitution" - Édito Revue Labrys
Affaire Sneep aux Pays-Bas - Condamnation de deux proxénètes qui ont exploité et maltraité 120 filles de l’Europe du Sud et de l’Est
Le commerce du sexe est florissant en Afghanistan
Sexe et Formule 1
Dossier prostitution - Importants développements à l’échelle internationale
Prostitution - Touche pas à mon client ?
Le Conseil National des Femmes du Luxembourg (CNFL) se prononce en faveur d’une législation agissant directement sur la demande de "services sexuels"
Affaire Spitzer - Le mythe du crime sans victimes
Le Mouvement du Nid inquiet de plusieurs mesures de la politique française sur la prostitution
Le Forum de Vienne sur la traite des êtres humains reste sourd aux voix des victimes
Une politique cohérente contre la violence à l’égard des femmes doit commencer par s’attaquer à la prostitution
Prostitution - À Alger comme en Europe, on esclavagise les femmes
Manifeste des hommes pour l’abolition de la prostitution (Espagne)
Pornographie et fin de la masculinité
Pornographie : "Ça fait mal, tellement mal" ou pourquoi certaines femmes ne veulent pas savoir
Prostitution : les limites du consentement
Prostitution et traite des femmes au Nevada
« Être abolitionniste, c’est défendre la liberté sexuelle ! »
"Rent-A-Wife", c’est discriminatoire !
Après des décennies, les secrets des bordels des camps nazis émergent
Une association féministe espagnole conteste l’expression "travailleuse du sexe"
Le Mouvement du Nid face aux clients prostitueurs
Première Journée mondiale pour un tourisme responsable et respectueux, le 2 juin 2007
Richard Poulin parle de son dernier livre "Abolir la prostitution" - Interview par Sporenda
Police, Justice et acteurs sociaux, quelle coopération ?
Réflexions sur les meurtres de femmes prostituées au Royaume-Uni
Prostitution - Trois femmes et un débat
Déchirées par la guerre, les femmes d’Irak sont la cible des trafiquants du sexe
La prostitution n’est pas un service comme un autre
Entretien avec Coline Serreau sur le film Chaos
Qu’est-ce que la libération ? Le féminisme hier, aujourd’hui et demain
Quand le porno impose sa vision de la sexualité
La prostitution, une arme politique
Prostitution : tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir et qui existe quand même !
La liberté dévoyée
Mondialisation, militarisme et trafic sexuel
Pour que la porno recule
Marchandisation et déshumanisation : l’exemple de la prostitution
Richard Poulin lance un manifeste abolitionniste
Prostitution en Allemagne : Déclaration post-Coupe Mondiale de Football
Prostitution Reform - Stamp out sexual slavery (Angleterre)
La prostitution au XVIIIe siècle, pierre d’achoppement entre politiques locales et pouvoir royal
Campagne contre la traite des blanches de l’Europe de l’Est
Prostitution : les pièges du pragmatisme
L’âge du consentement sexuel à 16 ans : un pis-aller ?
Prostitution : cherchez le client
Enjeux de la prostitution considérée comme "travail du sexe"
L’envergure de la traite à des fins de prostitution
Les filles de l’Est
Violence pro-prostitution à la Maison des femmes de Paris
Le discours pro-prostitution : une rhétorique de dominant
"Survivantes" et féministes contre la prostitution
Clients de la prostitution : motivations et déterminants
La législation à l’encontre des prostituées au XVIIIe siècle
Une politique cohérente contre la violence faite aux femmes doit d’abord s’attaquer à la prostitution
La nouvelle industrie du sexe
"Terre promise", un film d’Amos Gitaï sur la traite des femmes
Prostitution : une arme de destruction massive
"Les clients de la prostitution : l’enquête", de Claudine Legardinier et Saïd Bouamama
Les Philippines contre le trafic sexuel
"Inside deep throat", contribution à la liberté sexuelle ?
La prostitution au XVIIIe siècle : introduction à une liberté superficielle
Femmes à vendre dans les pays baltes
Prostitution et Société No 150
Acheter du sexe n’est pas un sport
Une loi qui jetterait les femmes dans l’industrie du sexe
Casino de Hull - Des "playmates" de Playboy pour faire la promotion des nouvelles machines à sous
Ni coupables, ni victimes : libres ? Oui, libres de toute prostitution
Le système de la prostitution : une violence à l’encontre des femmes
La marchandisation du corps humain est une violation des droits fondamentaux de la personne
Le système de la prostitution au Cambodge : le témoignage de Somaly Mam
Le Mouvement du Nid
Le Mouvement du Nid - Documents sur la prostitution
La banalisation de la prostitution : des choses à savoir
L’Association canadienne des centres contre les agressions sexuelles réclame des politiques contre le commerce du sexe
16 journées d’actions citoyennes pour dire "Non aux violences à l’égard des femmes et à la prostitution ! Oui à la promotion de la dignité humaine !"
Prostitution et travail « invisible » : une assimilation dangereuse
Le risque global d’être convertie en marchandise
Gunilla Ekberg : « Le mieux que nous puissions faire pour nos soeurs prostituées, c’est de les aider à en sortir. »
Prostitution, pornographie et trafic des femmes
Sexe, argent et intégrisme postmoderne
Les politiques européennes et internationales sur la traite des êtres humains encouragent le proxénétisme
Quinze thèses sur le capitalisme et le système prostitutionnel mondial
Le chemin de Buenos Aires : la prostitution, hier et aujourd’hui
Prostitution,
la mondialisation incarnée

Mondialisation des industries du sexe : oppression maximale des femmes et des enfants du Sud, de l’Est, du Sud-Est, etc...
L’hypocrisie a-t-elle un sexe ? Ou comment masquer l’insoutenable réalité de la prostitution
L’importance de ne pas censurer le débat sur la prostitution
Viol et prostitution
Esclavage et prostitution
Journée de formation sur la mondialisation de la prostitution et du trafic sexuel - Documents
Les jeunes et l’industrie du sexe
La marchandisation du sexe : nouvel esclavagisme ?
Le "libre choix" en Allemagne : accepter de se prostituer ou perdre son allocation de chômage ?
La croissance effrénée des industries du sexe : entrevue avec Richard Poulin
Aux pays des tsunamis, le trafic sexuel sévit
Le modèle suédois : une source d’inspiration, non une panacée
Une étude dresse le portrait des prostitueurs ou clients de la prostitution
Prostitution : La nouvelle traite des Noirs
« La mondialisation des industries du sexe » : des faits aux valeurs
Décriminaliser la prostitution a profité aux proxénètes, pas aux personnes prostituées
Occupations militaires - La prostitution érigée en système
Le scandale de l’esclavage sexuel au Kosovo
« Les Yeux secs » et la caméra citoyenne de Narjiss Nejjar
Rapport sur les conséquences de l’industrie du sexe dans l’Union européenne
L’érotisation de la violence et de la subordination
Prostitution : réflexions d’un militant en colère
Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui, esclavage, travail forcé, trafic de personnes
Pacte du silence sur les clients de la prostitution
Le débat sur la prostitution : quelle libération sexuelle ?
Des questions à se poser sur la prostitution
Fabrication d’un nouveau mythe sur la prostitution
L’urgence est-elle de faire de la prostitution un métier ?
Je voudrais parler porno
La légalisation de la prostitution, une expérience qui a échoué en Australie
Prostitution, pornographie et capital
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe
Prostitution, trafic sexuel et mondialisation
On s’arrache les actions du premier bordel inscrit en bourse
Il faut stigmatiser le client... il est criminel
La tyrannie du nouvel ordre sexuel
Adulte ou infantile, la prostitution est le contraire de l’autonomie sexuelle
Les enjeux occultés de la prostitution et les conséquences sur les rapports hommes-femmes
Le trafic mondial des femmes et des enfants
Des proxénètes à l’Université ?
La mondialisation des marchés du sexe - I
La mondialisation des marchés du sexe - II
Combattre le système prostitutionnel
Sexe : de l’intimité au « travail sexuel » ou prostituer est-il un droit humain ?
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe. Commentaire.
Pour une critique de la politique pro-prostitution de Cabiria
Prostitution : droits des femmes ou droit aux femmes ?
Faut-il une autorisation pour parler de la prostitution ?
« Le corps est un nouvel instrument d’esclavage » Florence Montreynaud
« La prostitution, ce n’est pas le plus vieux métier du monde, c’est le plus vieux mensonge » (Gunilla Ekberg)
L’idéologie sexiste et la pornographie
Femmes esclaves des bordels du Bangladesh







Il nous est régulièrement donné d’entendre que l’approche de réduction des méfaits (appelée réduction des risques en Europe francophone) serait une panacée dans l’intervention auprès des personnes ayant une pratique jugée « à risque ». L’approche de réduction des méfaits aurait pour but de réduire les méfaits individuels et sociaux liés à une pratique afin, prétend-on, de favoriser le bien-être des individus et de la communauté. Son succès présumé dans le domaine de la prévention du sida (par la possibilité pour l’usager d’accéder à des seringues stériles) et du traitement de la dépendance respectant le rythme de l’usager (par la prescription de méthadone, par exemple) l’a menée au rang de modèle d’intervention pour d’autres types de problématiques.

Ainsi, certains intervenant-e-s et militant-e-s pour la légalisation de la prostitution jugent qu’une telle problématique sociale nécessite également une intervention de type « réduction des méfaits » sans trop réfléchir sur les distinctions pourtant fondamentales que l’on peut faire entre la prostitution et les dépendances à des substances telles que l’héroïne ou l’alcool.

Mariage entre le lobby pro-prostitution et l’approche de réduction des méfaits

Certains pays occidentaux ont développé, au milieu des années 1980, des programmes de réduction des méfaits n’ayant pas pour but d’exiger l’abstinence des toxicomanes, mais visant plutôt à leur fournir de la méthadone, ainsi que des seringues stériles. Même si l’approche pro-abstinence continue d’être défendue par les tenants de l’approche antidrogue aux États-Unis, de même que par le réseau European Cities Against Drugs (ECAD), on peut dire cependant que l’approche de réduction des méfaits a réussi à devenir un modèle de référence crédible pour des organisations internationales comme l’Organisation des Nations Unies et l’Organisation mondiale de la santé. Ce modèle de réduction des méfaits appliqué au phénomène de la drogue a été transposé dans d’autres domaines, tels que l’usage de l’alcool et, sujet qui nous intéresse ici, la prostitution. Cet élargissement du modèle de réduction des méfaits s’est fait au cours des années 1990 par le biais d’instances naissant à cette époque, comme l’International Harm Reduction Association, ainsi que par le biais de publications telles que l’International Journal of Drug Policy. (1)

Notons que c’est à cette époque que se consolide également le mouvement faisant la promotion du « travail du sexe ». On peut penser que l’approche de réduction des méfaits, qui avait alors le vent dans les voiles, s’est avérée une base pour chercher à consolider et légitimer le « travail du sexe ». Le fait que les personnes dans la prostitution s’avèrent souvent des personnes ayant des problèmes de toxicomanie a pu favoriser l’infiltration de l’approche de réduction des méfaits dans le milieu de la prostitution. Dès lors, des groupes travaillant avec les « travailleuses du sexe » ont reçu du financement d’organismes luttant contre le sida, tels que Europap, l’Organisation mondiale de la santé et ONU-Sida. Selon Melissa Farley, ce financement pour la bonne cause aurait facilité l’implantation et la « légitimation sociale » de l’industrie du sexe. (2)

Des projets adoptant l’approche de réduction des méfaits ont été implantés dans les pays émergents aux prises avec un taux important de personnes affectées par le VIH. Par exemple, un projet de ce type a vu le jour dans le quartier de prostitution Sonagachi, à Calcutta, en Inde, dans les années 1990. Ce projet, qui adopte le « pragmatisme » de l’approche de réduction des méfaits, n’a pas pour but de remettre en question l’institution de la prostitution. Au contraire : son but est de convaincre les proxénètes et les propriétaires de bordels de l’importance du sécurisexe afin que les femmes dans la prostitution reçoivent leur support lorsqu’elles exigent des clients le port du préservatif. Si le but de ce projet est officiellement de limiter la propagation du VIH et de développer l’autonomisation (empowerment) des femmes prostituées, il amène néanmoins la collusion des intervenantes et intervenants avec le point de vue des proxénètes.

Ainsi, l’on cherche à convaincre les propriétaires de bordels que le port du préservatif ne sera pas dommageable à leur « business », mais qu’il va permettre d’accroître la santé et donc la « productivité de leurs employées » (3). Mais comme ces proxénètes, de même que les clients prostitueurs, ont tendance à considérer les femmes prostituées comme interchangeables, peu de changements de comportements sont constatés et l’éducation au sécurisexe ne vise pratiquement que les femmes prostituées. En effet, les interventions en réduction des méfaits tendent à faire reposer sur les épaules des personnes prostituées leur propre protection (par exemple, en suggérant des techniques de négociation pour le port du préservatif ou en les incitant à utiliser des préservatifs féminins leur permettant d’éviter de telles négociations) et à adopter le point de vue du client (en adaptant le « travail » en fonction des comportements irresponsables et potentiellement violents de ceux-ci).

Le projet Sonagachi est présentement mis en oeuvre dans d’autres régions en Inde et dans d’autres pays en voie de développement. Il reçoit l’appui de la Banque mondiale et des Nations Unies. Si le projet cherche à faire chuter le taux d’infection, il continue néanmoins de maintenir une partie de la population féminine dans la prostitution et de légitimer une pratique qui fait courir aux femmes des risques d’infection (en plus de les exposer à la violence des prostitueurs). L’autonomisation chez ces femmes devrait pourtant aller de pair avec une remise en question de l’institution de la prostitution au lieu de demeurer une autonomisation de surface qui ne sert qu’à légitimer le droit des hommes d’acheter du sexe. En effet, les problèmes vécus par les femmes prostituées ne sont pas uniquement de leur ressort : ils sont causés en bonne partie par les clients et les proxénètes. Tant que ceux-ci agiront de la sorte, il est peu probable que ces femmes pourront atteindre une réelle autonomisation.

Distinguer les problèmes de dépendances et la prostitution

Lorsqu’on parle de prostitution, on est généralement amené à parler de problématiques variées qui lui sont reliées, mais qui ne définissent pas comme telle la prostitution. Ainsi, la toxicomanie représente un problème courant chez les personnes prostituées, constituant souvent un facteur d’entrée dans la prostitution et un frein à son arrêt. L’utilisation de drogues s’avère souvent « nécessaire » pour endurer la répétition d’actes sexuels non désirés, ce qui amène la personne prostituée à un cercle vicieux de prise de drogue pour se prostituer et de prostitution pour payer sa drogue. Par ailleurs, la propagation du VIH et des ITS est maintenant une réalité avec laquelle les personnes dans la prostitution doivent composer. Mais ces maladies ne définissent pas non plus la prostitution, c’est-à-dire la vente et l’achat d’actes sexuels.

On ne « règle » pas le problème de la prostitution en donnant des préservatifs. De plus, la prostitution est une problématique beaucoup plus complexe qu’un problème de dépendance à une substance (sans minimiser pour autant ce problème). Comme telle, la prostitution, pour la personne prostituée, n’est pas une « dépendance », loin de là (elle est même presque toujours un acte aliénant pour la personne qui l’exerce) : elle est une solution de survie et parfois une façon de pouvoir alimenter une dépendance (comme la drogue ou l’alcool). Il apparaît donc paradoxal qu’elle soit traitée de la même façon qu’un problème de dépendance.

La psychiatre américaine féministe Melissa Farley a été une des principales critiques de l’approche de réduction des méfaits dans le domaine de la prostitution. Melissa Farley considère que les méfaits causés par la prostitution sont souvent « invisibles » aux yeux de la société. (4) Cela serait dû, entre autres, à l’idéologie libertarienne en matière de sexualité qui tend à en concevoir pratiquement toutes ses manifestations comme une victoire sur le moralisme étouffant qui perdure encore dans certaines tranches de la société. Cela serait également dû à un jugement un peu rapide et erroné de la part de certains tenants de l’approche de réduction des méfaits, ainsi qu’à des comparaisons ne tenant pas la route.

Pour Melissa Farley, la prostitution nécessite d’autres types de comparaison. Dans ses écrits, elle la compare à la violence domestique, l’esclavage, le harcèlement sexuel, la torture, l’inceste et le viol. La prostitution, dans sa définition même, aurait bien plus à voir avec des formes de violence et d’exploitation, personnelle et sociale, qu’avec des substances pouvant créer une dépendance, comme les drogues et l’alcool. Même si cela apparaît d’une telle évidence, il est étonnant de constater à quel point cette dimension est occultée par bien des chercheuses, des chercheurs et des intervenant-e-s en réduction de méfaits. Le rapport de la personne prostituée à sa pratique est d’un tout autre ordre que le rapport de la personne dépendante de sa substance. En fait, dans la prostitution, ce n’est pas la personne prostituée qui consomme de la prostitution, c’est son client (ou prostitueur) qui consomme et c’est elle qui est consommée (elle est le « produit », en quelque sorte). Et s’il y a un problème de dépendance à la prostitution, elle se trouverait peut-être chez les clients qui se considèrent « sexaholics ». Mais encore là, il serait inadéquat de considérer ce genre de comportement de la même façon que l’on considère la consommation d’une substance : aucun humain ne devrait être utilisé comme objet de consommation.

Remettre en question la prostitution en tant que violence sexuelle

Le parallèle que l’on peut faire entre les femmes prostituées et les femmes victimes de violence conjugale est intéressant car il nous permet de situer les limites de l’approche de réduction de méfaits. Ainsi, des mesures qu’on pourrait considérer de réduction des méfaits ont été mises en place concernant la problématique de la violence conjugale : les refuges pour femmes violentées et les ressources d’urgence pour les cas de détresse psychologique, par exemple. Néanmoins, un autre pan de l’intervention vise à lutter contre la violence conjugale et à donner la possibilité aux femmes de sortir d’une situation intenable. Il n’y a généralement pas de tentative de légitimer la violence conjugale et de la légaliser, au nom du pragmatisme. Le fait de considérer que, pour la prostitution, la solution réside dans l’implantation de bordels surveillés et contrôlés reviendrait à demander à ce qu’il y ait des zones établies où l’on pourrait violenter sa femme en toute tranquillité.

L’application de l’approche de réduction des méfaits à d’autres problématiques sociales que la consommation de substances n’est pas nécessairement appropriée et peut correspondre à une application un peu simpliste d’une approche qui a pu faire ses preuves dans le cas des problèmes de consommation. Même si on peut retrouver ces problématiques chez les personnes prostituées, elles ne définissent pas comme telles la prostitution. On peut ainsi soutenir qu’il faut aider les personnes dans la prostitution à solutionner leurs problèmes de toxicomanie et de prévention du VIH, dans les cas où cela s’applique, sans soutenir la prostitution comme telle. Le fait que des femmes dans la prostitution puissent bénéficier de préservatifs ou de seringues stériles, comme d’autres personnes à risque de contracter le VIH, ne doit pas pour autant nous faire considérer la prostitution comme une activité nécessitant une approche de réduction des méfaits. Au contraire, elle doit être remise en question de la même manière que l’est la violence conjugale.

La prostitution se situe dans un continuum de violence sexuelle exercée par des hommes à l’encontre (surtout) des femmes et viole leurs droits humains fondamentaux. De la même façon que les femmes victimes de violence conjugale doivent avoir accès à des soins et à des refuges, les personnes prostituées doivent également avoir accès à des soins et à des lieux pouvant les aider dans ce qu’elles vivent physiquement et psychologiquement (toxicomanie, violence, maladies transmises sexuellement, etc.), mais cela ne doit pas nous empêcher de lutter contre cette violence. Les multiples problèmes physiques et psychologiques vécus par les personnes prostituées, comme ceux vécus par les personnes victimes de violence conjugale, devraient plutôt nous alerter et nous amener, comme société, à combattre ces phénomènes basés sur des inégalités sociales.

Enfin, il nous faut proposer des modèles d’intervention qui, sans aller à l’encontre de l’approche de réduction des méfaits, aillent beaucoup plus loin, en remettant en question l’institution de la prostitution et les inégalités entre les sexes. Il nous faut également amener les gouvernements, les instances internationales, les chercheuses, les chercheurs, les intervenant-e-s, les citoyen-ne-s et les personnes dans la prostitution elles-mêmes, à comprendre les méfaits intrinsèques de la prostitution. Au-delà de la simple réduction des méfaits, il nous faut développer des solutions pour favoriser la réduction de la demande (des clients), la réduction du recrutement dans la prostitution et l’élimination du méfait de la prostitution comme institution, violence et exploitation.

* Cet article présente une version courte de l’article de Rhéa Jean, « L’approche de réduction des méfaits appliquée à la prostitution : un problème conceptuel ? », publié dans
Perspectives étudiantes féministes (2010).

Notes

1. Pierre Brisson , L’approche de réduction des méfaits : sources, situation, pratiques », Comité permanent de lutte à la toxicomanie, Ministère de la Santé et des Services sociaux, Gouvernement du Québec, 1997.
2. Melissa Farley, « Bad for the Body, Bad for the Heart : Prostitution Harms Women Even if Legalized or Decriminalized », Violence Against Women, vol. 10, n° 10, 2004, pp. 1087-1125. Document PDF dans Prostitution Research.
3. Manoj P. Pardasani, « HIV Prevention and Sex Workers : An International Lesson in Empowerment », International Journal of Social Welfare, n° 14, 2005, p. 122.
4. Melissa Farley, « Prostitution and the Invisibility of Harm », Women and Therapy, n° 26, 2003, pp. 247-280. Document PDF, Prostitution Research.

- Lire d’autres articles de Rhéa Jean sur le site Sisyphe.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 30 septembre 2014


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Rhéa Jean, docteure en philosophie

Rhéa Jean a terminé un doctorat en philosophie en 2011 (Université Laval, Université de Sherbrooke). Sa thèse portait sur les questionnements éthiques soulevés par la prostitution. Depuis, elle a effectué des recherches postdoctorales à l’Université du Luxembourg. Elle s’implique également dans le milieu féministe (depuis 2001), particulièrement sur la question de la prostitution. Elle est l’une des membres fondatrices de la Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES).



Plan-Liens Forum

  • Prostitution - L’approche de “réduction des méfaits” ne suffit pas pour une analyse pertinente de la prostitution
    (1/1) 7 octobre 2014 , par Sonia Bruneau





  • Prostitution - L’approche de “réduction des méfaits” ne suffit pas pour une analyse pertinente de la prostitution
    7 octobre 2014 , par Sonia Bruneau   [retour au début des forums]

    La prostitution est en soi un méfait.

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2014
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin