| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 11 janvier 2007

Qu’est-ce que la libération ? Le féminisme hier, aujourd’hui et demain

par Gail K. Golden, psychothérapeute et poète






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Des militantes et militants pro-prostitution menacent des survivantes pour les faire taire
Prostitution - La Loi sur la protection des collectivités et des victimes d’exploitation, deux ans plus tard, qu’en-est-il ?
Le prostitueur moderne et sa nounou queer
Aidez-nous à éradiquer la prostitution au Canada
Euro 2016 - Le prix d’une passe n’est pas celui que tu crois
Abolition de la GPA et de la prostitution, même combat contre le patriarcat
Les droits des femmes bafoués, les corps marchandisés
Non au système prostitutionnel ! Une analyse féministe et abolitionniste du système prostitutionnel
Prostitution : L’Assemblée nationale française fidèle à ses convictions
Claudine Legardinier - Prostitution : une guerre contre les femmes
France - Les inégalités femmes-hommes au Sénat font obstruction à la sanction des clients de la prostitution !
Offrir aux hommes handicapés de recourir à la prostitution, une idée ancrée dans la misogynie et le validisme
Lettre ouverte à rabble.ca - La journaliste Meghan Murphy visée par une campagne misogyne du lobby de l’industrie du sexe
Grand Prix de Montréal - La CSN demande l’application de la nouvelle loi fédérale pour contrer la prostitution
Comment la pornographie influence les jeunes consommateurs
"Le commerce du sexe", un film d’Ève Lamont
Réglementer la pornographie ou criminaliser les pornocrates ?
Corps disloqués, âmes brisées : conséquences psychiques et physiques de la prostitution sur les personnes qui la vivent
Prostitution - L’approche de “réduction des méfaits” ne suffit pas pour une analyse pertinente de la prostitution
« Ni client, ni complice ! » - La CLES lance un appel à lutter contre la banalisation de l’exploitation sexuelle
Pénalisation du client de la prostitution ? Les belles histoires de Tonton Robert
Non, Messieurs, la plupart des personnes prostituées ne le sont pas par choix
Le manifeste des 343 bites tellement légères qu’elles se dressent à l’insu de leur cerveau
La cruelle chosification des femmes prostituées et des mères porteuses
Catharine A. MacKinnon - Traite, prostitution, inégalité
Prostitution - Sanctionner les clients et non les prostituées
Prostitution des jeunes - La trahison des adultes
Décriminaliser la prostitution ne peut pas être la solution
Prostitution : une affaire d’hommes ou la fraternité "des salauds"
Loi sur la prostitution en France - « Je ne veux pas d’une société où les femmes ont un prix »
Janice G. Raymond – Prostitution : "Pas un choix, pas un travail"
Elisabeth Badinter et Irène Théry ou la caution intellectuelle du système patriarcal
Les femmes étrangères rêveraient-elles de devenir "putes" ?
Prostitution - La stigmatisation et le mythe entourant le statut de victime
Abolition de la prostitution en France - Le principe est acquis, place à la loi !
Comprendre la prostitution dans l’ensemble des structures de pouvoir fondées sur le genre
L’Irlande pourrait interdire l’achat de sexe
Le prostitueur, "chaînon manquant" de la question prostitutionnelle, selon Victor Malarek
La prostitution, sexualisation du pouvoir
La France envisagerait des sanctions "pédagogiques" pour les prostitueurs
Le Canada ne peut traiter la prostitution comme un filet de sécurité sociale
Les "femmes de réconfort" étaient nécessaires pour maintenir la discipline dans l’armée, selon le maire d’Osaka
Prostitueurs et non-prostitueurs, une étude de Mélissa Farley
Bienvenue dans le monde des prostitueurs
Prostitution - Rendre tabou la notion de victime pour masquer l’existence d’agresseurs
Prostitution en Grande-Bretagne - Un bien étrange syndicat au service des proxénètes
Prostitution et mariage : une assimilation douteuse
La prostitution, le STRASS et la sénatrice - La pertinence de la transparence
Au delà des mythes, légaliser la prostitution est une très mauvaise idée
La Suède malmène l’industrie du sexe et aide les femmes prostituées
Les prostitueurs. Sexe à vendre… Les hommes qui achètent du sexe, un livre de Victor Malarek
"Angel" : Piégée dans un monde de prostitution et de violence
L’être et la marchandise. Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi
"Les criminelles" : individualisation et romantisation de la prostitution
Des spécialistes en santé veulent aider les femmes à sortir de l’industrie du sexe… en faisant échec aux prostitueurs
L’Islande songe à interdire la porno diffusée sur Internet
En studio avec Ruth ! "Je crois sincèrement que la traite humaine et la prostitution fonctionnent de pair"
Catalogne - La loi et l’ordre des proxénètes
Qui estime vraiment les personnes prostituées ?
En studio avec Ruth ! "La prostitution est un grand enjeu politique"
L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) et l’Alliance canadienne féministe pour l’action internationale (FAFIA) répondent au rapport Oppal sur les femmes disparues
Colombie-Britannique - L’égalité des femmes et le contexte socio-économique absents du rapport Oppal sur les femmes disparues
Prostitution - Les “progressistes” australiens oscillent entre l’industrie du sexe et les droits des femmes
Prostitution - Le refus d’abolir le système prostitueur est une atteinte aux droits humains
Fantine ou la liberté de se prostituer ?
Première rencontre de l’Association internationale des survivantes unies de la traite à des fins sexuelles (prostitution)
Prostitution - Pourquoi il faut mettre fin à une des plus anciennes violations des droits humains
Carton rouge pour les bordels à vitrine
Prostitution - La réduction des méfaits est-elle ce que nous pouvons faire de mieux pour les personnes prostituées ?
Un traité féministe international pour abolir la prostitution
Prostitution - Coup de tampon réglementariste !
Prostitution et séropositivité - Le Gouvernement grec arrête et emprisonne des femmes pour protéger les hommes
Manifeste contre le système prostitueur
Prostitution en France - Lettre ouverte à M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre
1946-2012 : De la fermeture des maisons closes à la lutte contre le système prostitueur, les abolitionnistes portent progrès et liberté !
Prostitution - Gloria Steinem appuie le modèle nordique
Solidarité avec les prostituées, mais lutte contre la prostitution
Comparaison entre acheteurs et non-acheteurs de sexe dans la région de Boston
8 mars 2012 : Pas d’égalité sans abolition de la prostitution !
La danse contact ou "lap-dance", prologue de la prostitution
Fiers d’aller aux danseuses ! Vraiment ?
Abolitionnistes du système prostitueur : ce que nous sommes, ce que nous voulons !
Les Néerlandais commencent à regretter la légalisation de la prostitution
Prostitution et faux-semblants : une affaire de société, de femmes et d’hommes
Pourquoi la gauche veut-elle faire de la prostitution "un métier comme un autre" ?
Prostitution et "slutwalk" - Bâtir un mouvement féministe progressiste à l’époque individualiste
Prostitution - Il faut rendre illégal l’achat de "services" sexuels en Australie
Le mouvement des femmes n’est pas monochromatique
ZéroMacho - Des hommes contre la prostitution
Prostitution et domination masculine
La vérité sur l’esclavage sexuel planétaire, un livre de Lydia Cacho
Votre voisin est un prostitueur - Une nouvelle recherche
J’ai rien vu
Abolition n’est pas prohibition - Pourquoi la défense de l’avortement diffère de la défense de la prostitution
Prostitution et traite des femmes - Le projet abolitionniste au congrès Mondes des femmes 2011
Congrès international Mondes des femmes 2011 - Compte-rendu des échanges sur l’abolition de la prostitution à l’exposition "Les draps parlent"
Banalisation de l’industrie du sexe et éducation des jeunes
Nous devons sanctionner les acheteurs de la prostitution
Des députés proposent une résolution sur la prostitution réaffirmant la position abolitionniste de la France
Dix raisons de ne pas légaliser la prostitution
Demi Moore s’associe au CNN Freedom Project pour un documentaire saisissant sur le commerce sexuel au Népal
Client de la prostitution : vers une prise de conscience européenne
Lutter pour faire de la prostitution un travail, c’est se tromper de combat
Prostitution et traite des êtres humains, controverses et enjeux
Le système de la prostitution militaire en Corée du Sud, en Thaïlande et aux Philippines
Les pratiques des hommes "clients" de la prostitution : influences et orientations pour le travail social
La prostitution comme violence contre les femmes
Le système prostitutionnel, un pilier de l’inégalité sexuelle et des violences envers les femmes
Clients de la prostitution : un "droit de l’homme" heureusement en péril
Prostitution as violence against women
Prostitution - Vive le sexe libre et gratuit !
France - La prostitution n’est pas une fatalité
"Il faut punir les clients des prostituées", selon Roselyne Bachelot. Oui... et dépénaliser les personnes prostituées !
Belgique - Analyse « Prostitution : arguments et opinions »
Prostitution - Le débat entre féministes se poursuit
Tribunal populaire sur l’exploitation sexuelle commerciale - Inscription
La tolérance sociale, complice de la violence et de l’exploitation sexuelle
Traite des femmes à des fins sexuelles - Au cœur des réseaux criminels : l’exemple de l’Albanie
S’unir contre la banalisation de la prostitution - Un défi pour la décennie
Moi, si j’étais un homme
Prostitution et traite des êtres humains - Les mensonges du réglementarisme
La députée bloquiste Maria Mourani présente un projet de loi pour accélérer la lutte à la traite des personnes et au proxénétisme
La prostitution menace le patrimoine humain
La série "Maison close" : de la fiction à la réalité
C’est un métier, tout comme le vôtre…
Décriminaliser totalement la prostitution sape le travail pour l’égalité des sexes - Exigeons le changement
"Abolir la prostitution" – Une question en suspens pour le féminisme et pour la gauche
Pays-bas : infirmières ou prostituées ?
Madame Parité commence fort en renvoyant les femmes… au bordel !
Le sexe s’invite à la Coupe du Monde
Feu « Verts » au proxénétisme !
Plus de pornographie à l’Assemblée nationale, mais des assises de la prostitution au Sénat
"Travailleurs du sexe", un documentaire sexiste, réactionnaire et dangereux
Le Mouvement du Nid-France louera un mini-car pour faire visiter les maisons closes
Pour un quartier assiégé, la prostitution est loin d’être un "crime sans victime"
De client prostitueur à homme responsable : une démarche nécessaire
Le "client", premier agent de la prostitution
Proxénétisme et prostitution - Lettre ouverte aux candidat-e-s aux élections européennes de juin 2009
Poser les bases d’une Europe sans prostitution, c’est oser
Le tourisme de prostitution, une industrie mondialisée florissante
Prostitution : la grande promo
Première Journée mondiale contre l’exploitation sexuelle : les raisons d’un engagement
Prostitution et traite des êtres humains, enjeux nationaux et internationaux
Le vagin industriel. Vers une économie politique du sexe commercial mondialisée
S’attaquer au trafic mondial du sexe
Intégrisme islamique et esclavage sexuel en Iran
Le corps des femmes est attaqué. Que fait-on ? On se tient debout et on riposte !
Libre disposition de son corps et liberté de se prostituer
Le refus de la prostitution gagne du terrain
La mode hypersexualisée s’inspire de la pornographie
Le "droit de prostituer" n’est pas un droit de l’homme
"Abolition de la prostitution" - Édito Revue Labrys
Affaire Sneep aux Pays-Bas - Condamnation de deux proxénètes qui ont exploité et maltraité 120 filles de l’Europe du Sud et de l’Est
Le commerce du sexe est florissant en Afghanistan
Sexe et Formule 1
Dossier prostitution - Importants développements à l’échelle internationale
Prostitution - Touche pas à mon client ?
Le Conseil National des Femmes du Luxembourg (CNFL) se prononce en faveur d’une législation agissant directement sur la demande de "services sexuels"
Affaire Spitzer - Le mythe du crime sans victimes
Le Mouvement du Nid inquiet de plusieurs mesures de la politique française sur la prostitution
Le Forum de Vienne sur la traite des êtres humains reste sourd aux voix des victimes
Une politique cohérente contre la violence à l’égard des femmes doit commencer par s’attaquer à la prostitution
Prostitution - À Alger comme en Europe, on esclavagise les femmes
Manifeste des hommes pour l’abolition de la prostitution (Espagne)
Pornographie et fin de la masculinité
Pornographie : "Ça fait mal, tellement mal" ou pourquoi certaines femmes ne veulent pas savoir
Prostitution : les limites du consentement
Prostitution et traite des femmes au Nevada
« Être abolitionniste, c’est défendre la liberté sexuelle ! »
"Rent-A-Wife", c’est discriminatoire !
Après des décennies, les secrets des bordels des camps nazis émergent
Une association féministe espagnole conteste l’expression "travailleuse du sexe"
Le Mouvement du Nid face aux clients prostitueurs
Première Journée mondiale pour un tourisme responsable et respectueux, le 2 juin 2007
Richard Poulin parle de son dernier livre "Abolir la prostitution" - Interview par Sporenda
Police, Justice et acteurs sociaux, quelle coopération ?
Réflexions sur les meurtres de femmes prostituées au Royaume-Uni
Prostitution - Trois femmes et un débat
Déchirées par la guerre, les femmes d’Irak sont la cible des trafiquants du sexe
La prostitution n’est pas un service comme un autre
Entretien avec Coline Serreau sur le film Chaos
Quand le porno impose sa vision de la sexualité
La prostitution, une arme politique
Prostitution : tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir et qui existe quand même !
La liberté dévoyée
Mondialisation, militarisme et trafic sexuel
Pour que la porno recule
Marchandisation et déshumanisation : l’exemple de la prostitution
Richard Poulin lance un manifeste abolitionniste
Prostitution en Allemagne : Déclaration post-Coupe Mondiale de Football
Prostitution Reform - Stamp out sexual slavery (Angleterre)
La prostitution au XVIIIe siècle, pierre d’achoppement entre politiques locales et pouvoir royal
Campagne contre la traite des blanches de l’Europe de l’Est
Prostitution : les pièges du pragmatisme
L’âge du consentement sexuel à 16 ans : un pis-aller ?
Prostitution : cherchez le client
Enjeux de la prostitution considérée comme "travail du sexe"
L’envergure de la traite à des fins de prostitution
Les filles de l’Est
Violence pro-prostitution à la Maison des femmes de Paris
Le discours pro-prostitution : une rhétorique de dominant
"Survivantes" et féministes contre la prostitution
Clients de la prostitution : motivations et déterminants
La législation à l’encontre des prostituées au XVIIIe siècle
Une politique cohérente contre la violence faite aux femmes doit d’abord s’attaquer à la prostitution
La nouvelle industrie du sexe
"Terre promise", un film d’Amos Gitaï sur la traite des femmes
Prostitution : une arme de destruction massive
"Les clients de la prostitution : l’enquête", de Claudine Legardinier et Saïd Bouamama
Les Philippines contre le trafic sexuel
"Inside deep throat", contribution à la liberté sexuelle ?
La prostitution au XVIIIe siècle : introduction à une liberté superficielle
Femmes à vendre dans les pays baltes
Prostitution et Société No 150
Acheter du sexe n’est pas un sport
Une loi qui jetterait les femmes dans l’industrie du sexe
Casino de Hull - Des "playmates" de Playboy pour faire la promotion des nouvelles machines à sous
Ni coupables, ni victimes : libres ? Oui, libres de toute prostitution
Le système de la prostitution : une violence à l’encontre des femmes
La marchandisation du corps humain est une violation des droits fondamentaux de la personne
Le système de la prostitution au Cambodge : le témoignage de Somaly Mam
Le Mouvement du Nid
Le Mouvement du Nid - Documents sur la prostitution
La banalisation de la prostitution : des choses à savoir
L’Association canadienne des centres contre les agressions sexuelles réclame des politiques contre le commerce du sexe
16 journées d’actions citoyennes pour dire "Non aux violences à l’égard des femmes et à la prostitution ! Oui à la promotion de la dignité humaine !"
Prostitution et travail « invisible » : une assimilation dangereuse
Le risque global d’être convertie en marchandise
Gunilla Ekberg : « Le mieux que nous puissions faire pour nos soeurs prostituées, c’est de les aider à en sortir. »
Prostitution, pornographie et trafic des femmes
Sexe, argent et intégrisme postmoderne
Les politiques européennes et internationales sur la traite des êtres humains encouragent le proxénétisme
Quinze thèses sur le capitalisme et le système prostitutionnel mondial
Le chemin de Buenos Aires : la prostitution, hier et aujourd’hui
Prostitution,
la mondialisation incarnée

Mondialisation des industries du sexe : oppression maximale des femmes et des enfants du Sud, de l’Est, du Sud-Est, etc...
L’hypocrisie a-t-elle un sexe ? Ou comment masquer l’insoutenable réalité de la prostitution
L’importance de ne pas censurer le débat sur la prostitution
Viol et prostitution
Esclavage et prostitution
Journée de formation sur la mondialisation de la prostitution et du trafic sexuel - Documents
Les jeunes et l’industrie du sexe
La marchandisation du sexe : nouvel esclavagisme ?
Le "libre choix" en Allemagne : accepter de se prostituer ou perdre son allocation de chômage ?
La croissance effrénée des industries du sexe : entrevue avec Richard Poulin
Aux pays des tsunamis, le trafic sexuel sévit
Le modèle suédois : une source d’inspiration, non une panacée
Une étude dresse le portrait des prostitueurs ou clients de la prostitution
Prostitution : La nouvelle traite des Noirs
« La mondialisation des industries du sexe » : des faits aux valeurs
Décriminaliser la prostitution a profité aux proxénètes, pas aux personnes prostituées
Occupations militaires - La prostitution érigée en système
Le scandale de l’esclavage sexuel au Kosovo
« Les Yeux secs » et la caméra citoyenne de Narjiss Nejjar
Rapport sur les conséquences de l’industrie du sexe dans l’Union européenne
L’érotisation de la violence et de la subordination
Prostitution : réflexions d’un militant en colère
Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui, esclavage, travail forcé, trafic de personnes
Pacte du silence sur les clients de la prostitution
Le débat sur la prostitution : quelle libération sexuelle ?
Des questions à se poser sur la prostitution
Fabrication d’un nouveau mythe sur la prostitution
L’urgence est-elle de faire de la prostitution un métier ?
Je voudrais parler porno
La légalisation de la prostitution, une expérience qui a échoué en Australie
Prostitution, pornographie et capital
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe
Prostitution, trafic sexuel et mondialisation
On s’arrache les actions du premier bordel inscrit en bourse
Il faut stigmatiser le client... il est criminel
La tyrannie du nouvel ordre sexuel
Adulte ou infantile, la prostitution est le contraire de l’autonomie sexuelle
Les enjeux occultés de la prostitution et les conséquences sur les rapports hommes-femmes
Le trafic mondial des femmes et des enfants
Des proxénètes à l’Université ?
La mondialisation des marchés du sexe - I
La mondialisation des marchés du sexe - II
Combattre le système prostitutionnel
Sexe : de l’intimité au « travail sexuel » ou prostituer est-il un droit humain ?
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe. Commentaire.
Pour une critique de la politique pro-prostitution de Cabiria
Prostitution : droits des femmes ou droit aux femmes ?
Faut-il une autorisation pour parler de la prostitution ?
« Le corps est un nouvel instrument d’esclavage » Florence Montreynaud
« La prostitution, ce n’est pas le plus vieux métier du monde, c’est le plus vieux mensonge » (Gunilla Ekberg)
L’idéologie sexiste et la pornographie
Femmes esclaves des bordels du Bangladesh







Des échanges importants portent, aujourd’hui, sur un phénomène surprenant au
sein d’un groupe donné de femmes contemporaines. Ces échanges concernent
certaines jeunes femmes qui se rallient à la pornographie, à la
prostitution et à l’objectification sexuelle des femmes. Rejetant les luttes
féministes de la génération précédente, ces jeunes femmes cherchent à
promouvoir ce qu’on appelle un agenda « postféministe ». Le présent article
se veut une contribution à cet échange, dans un effort pour comprendre et
pour commenter cette manifestation d’un nouveau genre de prétendue
libération des femmes. Commentons d’abord la question de savoir si nous sommes réellement dans une ère postféministe.

À quel point avons-nous progressé ?

Les années 1960 et le début des années 1970 ont été marqués par d’importants
événements qui ont transformé la vie des femmes aux États-Unis. La pilule
anticonceptionnelle a obtenu, en 1960, l’aval de la Food and Drug Administration. En 1963, le Congrès américain a adopté la Loi sur l’égalité salariale. La Loi sur les droits civiques de 1964 a banni la discrimination pour des motifs raciaux, sexuels ou religieux. Puis, en 1973, l’arrêt Roe v. Wade a libéralisé l’avortement. C’était une époque d’émerveillement et de possibilités sans fin. Une société différente semblait possible. Bon nombre de groupes, qui avaient connu l’oppression, en sont venus à espérer beaucoup de l’avenir. Les femmes étaient certainement très nombreuses à miser sur un renouveau.

Nous voici aujourd’hui en 2006 : les femmes ont réalisé beaucoup d’avancées
réelles. Mais l’excitation et l’espoir extraordinaires de ces premières années se sont quelque peu dissipés face au mouvement de ressac, à des pertes de terrain et aux entraves enrayant les progrès espérés. Le 25 juin 2006, une coalition de groupes de femmes et d’organisations de défense des droits humains a soumis au Comité des droits de l’homme de l’ONU un rapport de grande envergure sur le statut des droits des femmes aux États-Unis. Ce rapport documente l’échec des É.-U. à promouvoir les droits des femmes à l’égalité, conformément à un traité ratifié par ce pays en 1992.

Cet échec se vérifie par le système de justice pénale, les lois concernant l’immigration, le caractère inadéquat des lois contre la violence et les lois sur le salaire minimum. Le rapport documente également les désavantages que vivent des millions de travailleuses, en raison de l’application inadéquate des lois du travail contre la discrimination, et de l’absence d’assurance-emploi et d’assurance-santé. En mai dernier, la National Organisation for Women (N.O.W.) a déterminé que le marché américain du travail était l’un des moins favorables aux femmes de tous les pays industrialisés. La Fondation de N.O.W. a également rappelé que les dirigeants politiques
procèdent actuellement à des restrictions budgétaires et au démantèlement
des programmes adoptés au cours 40 dernières années pour promouvoir l’égalité des femmes.

Par ailleurs, la violence des hommes à l’égard des femmes demeure une réalité sociale omniprésente. On évalue qu’une femme sur trois dans le monde est battue, violée ou autrement violentée au cours de sa vie. Près de 25% des femmes aux États-Unis témoignent avoir été violées et/ou agressées physiquement au moins une fois par un conjoint ou un ex-conjoint, un partenaire cohabitant ou une fréquentation. En 2001, 20% des crimes violents contre les femmes étaient le fait d’un partenaire intime. Selon Amnesty International, quatre femmes meurent quotidiennement aux États-Unis du fait de la violence domestique. Et plus de 700 femmes y sont violées ou agressées sexuellement chaque jour (Family Violence Prevention Fund).

L’objectification des femmes demeure également une constante, rendue sans cesse plus cynique et plus sophistiquée par les nouvelles technologies. La cyberpornographie et les jeux et clips vidéo violents et misogynes viennent
aujourd’hui s’ajouter aux images, déjà méprisantes, des femmes omniprésentes
au cinéma, dans les magazines et à la télévision.

C’est dire que si certaines femmes disposent d’une palette croissante de choix, il est clair que les femmes, en tant que groupe, ne sont pas encore parvenues là où nous devons et nous souhaitons être. Il nous reste énormément de travail à faire avant que les États-Uniennes, en tant que groupe, vivent dans une société juste, équitable et sécuritaire.

La culture porno

À ce contexte troublant se superpose le phénomène intriguant d’une culture
censément postféministe qu’embrassent des quantités apparemment importantes
de jeunes femmes. Celles-ci semblent rejeter les luttes de la génération précédente face à l’impact adverse de la pornographie, de l’industrie du sexe et de l’objectification sexuelle du corps des femmes. Les premières féministes ont souligné que ces influences pesaient lourdement dans une culture qui déshumanisait les femmes, les mettait en danger et refusait de prendre au sérieux leur humanité et leurs talents. Mais on dirait qu’aujourd’hui, beaucoup de jeunes femmes considèrent que ce qu’on appelle le "programme féministe" a été entièrement réalisé et que l’ultime frontière réside dans un type de liberté sexuelle qui leur permet d’explorer les secteurs précis qui étaient, autrefois, jugés fondamentalement contraires à l’égalité des femmes.

Dans son livre Female Chauvinist Pigs : Women and the Rise of Raunch Culture (Free Press, NY 2005), Ariel Levy explore ce phénomène. « Soudainement, écrit-elle, nos implants mammaires et le sigle de Playboy devenaient les symboles de notre libération. Comment la culture avait-elle pu changer de façon aussi drastique en aussi peu de temps ? » Levy interviewe des hommes et des femmes liés aux représentations médiatiques de cette transition culturelle. Elle fait des entrevues avec des stripteaseuses, des vedettes de films porno et des aspirantes à ce statut, l’équipe de tournage de l’émission Girls Gone Wild, des athlètes olympiques qui posent nues pour le magazine Playboy, la productrice de l’émission G-string Divas et beaucoup d’autres personnes.

« Cette nouvelle culture porno ne marque pas la mort du féminisme, me disent-elles, mais la preuve que le projet féministe est déjà réalisé. Nous avons gagné le droit de regarder Playboy ; nous avons été habilitées à nous payer une épilation bikini brésilienne. Les femmes avaient tellement progressé, m’a-t-on appris, que nous n’avions plus à nous inquiéter de l’objectification ou de la misogynie. Au contraire, c’était maintenant le temps, pour nous, de nous joindre au grand party adolescent de la culture populaire où les hommes s’amusaient depuis longtemps. Si les « machos » étaient des hommes qui voyaient les femmes comme autant de morceaux de viande, nous allions les battre sur leur terrain en devenant des « machas » capables de transformer les autres femmes et nous-mêmes en objets sexuels. »

Dans ses conversations avec des femmes qui visionnent et lisent cette pornographie, Levy tente de comprendre ce que les femmes y gagnent. On lui
parle surtout d’empowerment, de plaisir et de l’importance d’être « cool ». On lui parle aussi beaucoup de l’importance d’être acceptée par les gars. Pourquoi jeter le Playboy de son copain dans une poubelle libératrice quand on pourrait s’éclater à la « Playboy Mansion » ? Pourquoi se préoccuper de notions comme le dégoût ou la dégradation quand on pourrait soi-même offrir ou recevoir une danse-contact ? Pourquoi tenter de combattre quand on peut joindre leurs rangs ?

Donc, où en sont les choses ?

Dans un pays où près de 25% des États-Uniennes signalent des agressions sexuelles ou physiques, de quelle nature est le pouvoir auquel prétendent certaines en faisant le choix de devenir danseuses ou prostituées ? Dans un pays où plus de 700 femmes sont violées ou agressées sexuellement chaque jour, à quel pouvoir prétendent les femmes qui s’habillent comme des actrices porno et les étudiantes qui baisent en groupe pour des vidéastes amateurs ? Et qu’est-ce que ces femmes ont à dire du niveau incroyable de violence qui caractérise la presque totalité de cette pornographie ?

On ne peut nier que certaines femmes expriment un sentiment de libération en
exerçant de nouveaux choix sexuels après des siècles de répression. Longtemps contraintes par des codes d’habillement restrictifs et moralisateurs, nous pouvons maintenant choisir de porter ce que nous voulons, très peu de vêtements ou aucun. Nous pouvons prendre des décisions sur l’usage à faire de notre propre sexualité. Nous pouvons prendre l’initiative d’approches sexuelles. Nous pouvons nous faire augmenter les seins, réduire l’estomac, teindre les cheveux, refaçonner le visage, nous doter du corps sexuel que nous désirons ou que nous croyons que quelqu’un d’autre peut désirer. C’est perçu comme une avancée dans la mesure où la sexualité a longtemps été un domaine où les hommes étaient entraînés à se percevoir comme naturellement dominants et à traiter les femmes comme naturellement passives (Robert W. Jenson, A Cruel Edge). Donc, le pouvoir d’établir une forme ou l’autre de domination sexuelle sur une telle expérience a son importance.

Une perspective psychologique

Toutefois, en termes psychologiques, cette tendance postféministe à objectifier notre propre corps présente certains aspects d’un phénomène connu sous le nom d’identification à l’agresseur. C’est un mécanisme de défense auquel nous avons recours lorsque nous nous sentons dépassées par une menace incontournable. (1) « Dans l’espoir de survivre, nous ressentons et "devenons" exactement ce que l’agresseur attend de nous - dans notre comportement, nos perceptions, nos émotions et nos pensées. » (J. Frankel). En ce sens, on peut dire que le « pouvoir » auquel prétendent certaines nouvelles ou postféministes semble être celui de choisir son camp dans l’affrontement. Mais ce pouvoir n’est pas celui de définir le vrai sens de l’affrontement. C’est un pouvoir d’adaptation, qui souhaite atteindre une certaine part de contrôle dans une culture qui demeure dominée par les hommes.

Je vous soumets que la lutte réelle qui demeure devant nous est celle de mettre fin à la domination des hommes blancs dans notre société pour évoluer vers une société basée sur l’équité et la justice. Ce serait une société où les hommes et les femmes de toutes les races auraient les pleins pouvoirs politiques et économiques.
Ce serait une société où les femmes de toutes les races bénéficieraient de la liberté sexuelle, de la liberté de procréation et de la liberté d’échapper à une peur constante de l’agression physique et sexuelle.

Les outils du maître

La poète Audre Lorde a écrit : « Les outils du maître ne démantèleront jamais la maison du maître. Affirmer sa liberté sexuelle en devenant une vedette porno, une prostituée ou une pin-up de Playboy équivaut exactement à tenter d’utiliser les outils du maître pour démanteler une société fondée sur la domination masculine. » À mon avis, de tels efforts protègent le statu quo : une société où les femmes ne sont toujours pas reconnues pour leur pleine valeur, une société où des femmes de partout au monde sont kidnappées, trafiquées et amenées aux États-Unis en esclavage sexuel pour satisfaire le désir masculin, une société où un très grand nombre de femmes ne sont toujours pas en sécurité dans leurs propres domiciles.

C’est également une société où les lois demeurent rédigées par des hommes blancs, et la plupart des entreprises, gérées par des hommes blancs. Reconnaître ce fait n’est pas nier le nombre croissant de femmes qui sont avocates, médecins, propriétaires d’entreprise, politiciennes, enseignantes, membres du clergé et cadres. Mais la proportion des femmes siégeant au Congrès donne l’heure juste : les femmes sont encore bien loin d’y être à parts égales. Et il n’y a qu’une seule juge à la Cour suprême du pays. Non, nous ne possédons pas encore un pouvoir proportionnel à notre nombre. Des hommes prospères continuent à mener une guerre ciblant les femmes et les enfants pauvres. Des hommes continuent à décider si, quand et comment les femmes ont accès à des soins de santé génésiques, combien de temps les femmes peuvent être soignées à l’hôpital après une mastectomie, qui a droit à des services de garde subventionnés, qu’est-ce qui constitue du harcèlement sexuel, qu’est-ce qui compte comme un viol, combien de temps peut durer un congé de maternité et le niveau du salaire minimum.

Parlons de choix

Les femmes qui se rallient à la culture porno posent un ensemble limité de choix dans un univers limité. Bien sûr que l’on se sent bien, que l’on ressent du pouvoir à poser un choix ou un autre. Mais certains choix sont étroitement circonscrits par les limites d’une situation donnée. Les femmes qui choisissent de s’intégrer à la culture porno semblent comprendre clairement que notre culture est définie par un désir masculin qui dégrade les femmes et les traite avec mépris. Ce conditionnement culturel encourage les hommes à traiter les femmes comme des objets, des objets fragmentés, des réceptacles et des outils de plaisir. Le choix qui en résulte est soit de s’opposer à ce conditionnement masculin et à ses résultats, soit de se rallier aux hommes en s’identifiant à leurs désirs, en devenant d’enthousiastes meneuses de claque dans cette dynamique. Ce choix n’est pas celui de femmes choisissant l’amour, le respect, la tendresse, la dignité et le sentiment d’être réellement valorisées pour ce qu’on est. La posture de ralliement à une force qu’on se sent incapable de défaire apparaît comme une réaction défaitiste. La liberté liée à la capacité de choix de chaque personne est importante, mais nous devons également poser la question : qu’est-ce qui est une liberté significative dans une culture marquée par un racisme et un sexisme omniprésents ? Qu’est-ce que la liberté dans une culture définie par une économie capitaliste effrénée qui fait des expériences les plus personnelles et privées des produits de consommation à but lucratif ? (« Pornography is a left issue », Gail Dines and Robert Jensen). En outre, ces genres de choix ne signifient pas un véritable accès au pouvoir, puisque le pouvoir tient à la capacité d’imposer aux autres ses propres choix et de contrôler des ressources vitales.

Le problème du privilège

Néanmoins, comme on l’a dit, certaines jeunes femmes se disent aujourd’hui gratifiées et comblées par leur décision de faire ce qu’on appelle une carrière dans l’industrie du sexe. Elles disent gagner beaucoup d’argent, se sentir en contrôle de leur vie et des hommes qu’elles desservent, et apprécier le sentiment de pouvoir que leur donne leur carrière. Nous comprenons donc qu’un groupe donné de femmes trouvent de tels choix libérateurs. Nous n’avons pas à intervenir dans leur vie.

Mais il est important de noter que l’occasion de choisir librement une carrière de stripteaseuse, de prostituée, de dominatrice ou de vedette porno découle d’un certain niveau de privilège. Les femmes aux prises avec la traite ou le détournement, celles qui sont pauvres, ont faim, sont sans logis, sans statut, illettrées ou incapables de gagner un salaire décent n’ont pas les mêmes privilèges. Et elles constituent l’immense majorité des femmes impliquées, contre leur gré et sans le moindre plaisir, dans l’industrie du sexe. (2) Il s’agit de femmes qui souffrent et sont exploitées jour après jour. Je crois que c’est en fonction de cette majorité de femmes que nous devons militer et définir des stratégies. Ce sont ces femmes qui méritent notre attention politique.

Nous ne pouvons nous en remettre aux expériences d’un groupe limité de femmes qui disent trouver leur avantage dans la prostitution pour définir nos politiques organisationnelles ou gouvernementales. Cela équivaudrait à occulter la réalité plus générale des femmes à l’échelle internationale. Nous devons adopter des positions de principe qui confrontent l’exploitation sexuelle des femmes et des filles où qu’elle se produise.

Trahir les femmes opprimées

Mais ce que la culture porno a peut-être de plus troublant est sa tendance à banaliser la souffrance et l’exploitation des femmes partout dans le monde. En propageant une attitude qui en fait une partie de plaisir, elle trahit les femmes qui sont forcées d’offrir des danses-contact, qui sont prostituées contre leur volonté, qui sont forcées au tournage de films pornographiques, qui sont poussées dans ce qu’on appelle le « travail du sexe » par la faim, la maladie ou les ravages de la guerre. En popularisant une culture de « y’a rien là, c’est cool », cette culture jette le doute sur les cris des femmes exploitées. Après tout, si certaines femmes libérées ont autant de plaisir, à quoi bon prévenir l’exploitation sexuelle des femmes ? La promotion de la culture porno par quelques personnes se fait sur le dos de millions de femmes opprimées. Voilà pourquoi nous ne pouvons jamais permettre à ce groupe « privilégié » de détourner les échanges sur la libération des femmes. Elles ont entièrement le droit de prendre leurs propres décisions et de faire leurs propres choix, mais leur rhétorique fait fi des réalités qui gouvernent la vie de la plupart des femmes.

La lutte féministe qui reste à mener

Nous pouvons respecter les droits de nos soeurs qui choisissent d’entrer dans
l’arène sexuelle en se pliant aux valeurs masculines. Nous savons à quel point le choix inverse peut entraîner des formes très concrètes d’épuisement, d’isolement et de découragement. Mais en même temps, il nous faut éviter de confondre ce prétendu choix avec l’histoire de la lutte féministe. Cette lutte féministe vise à mettre fin à l’exploitation des femmes aux plans politique, économique, culturel et social. Elle vise à créer un monde où les femmes n’ont pas à choisir de s’identifier à la misogynie pour se sentir acceptées. Elle vise à créer un contexte où les femmes peuvent s’identifier à leur propre sexualité, à leur véritable corps, à leurs véritables besoins.

Elle est là, la frontière ultime.

Nous devons continuer la lutte menant à des chances vraiment égales, plutôt qu’à une situation définie par le droit des hommes à abuser du pouvoir et du contrôle. Il nous faut continuer à lutter pour une société où la violence faite au corps des femmes n’est ni érotisée, ni commercialisée. Tant que ces objectifs ne sont pas atteints, nous ne pouvons prétendre avoir réalisé le programme féministe. Quant à la liberté de nous mettre en marché comme objets du désir masculin, c’est une victoire qui apparaît bien mince.

Notes


1. Note de Sisyphe : il s’agit du syndrome de Stockholm.
2. Des millions de femmes sont victimisées partout dans le monde chaque année par des trafiquants, des proxénètes et des clients. Les femmes et les filles sont particulièrement vulnérables à l’industrie de la traite. Certaines sont enlevées ; d’autres sont trompées par des offres d’emplois légitimes dans d’autres pays ; d’autres encore sont vendues par leurs parents dépossédés ou sont elles-mêmes poussées par la pauvreté dans les mains de trafiquants qui exploitent leur désespoir. Force, tromperie, contrainte ou dénuement complet - quelle que soit la façon dont elles sont amenées à l’industrie multimilliardaire de l’exploitation sexuelle, ces femmes et ces filles subissent des violations inimaginables de leurs droits en devenant de simples produits de consommation dans la traite d’êtres humains par les entremetteurs qui les exploitent (Equality Now).

Gail Golden, août 2006
© Tous droits réservés à Gail K. Golden : Site.

- Mille mercis à Phyllis B. Frank, Sheila Hamanaka et Lynn Sheinkin pour leurs suggestions et commentaires très utiles au moment de la rédaction de cet essai.

Version française : Martin Dufresne

Original english version.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 8 janvier 2007.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Gail K. Golden, psychothérapeute et poète

Travailleuse sociale, Gail K. Golden a reçu un MSW de l’Université de New York en 1967 et a travaillé auprès des enfants pendant quelques années avec diverses agences. Au fil du temps, ses intérêts de recherche se sont diversifiés pour inclure beaucoup d’autres aspects de famille et de la vie communautaire (violence domestique, racisme, justice sociale et aide humanitaire). Elle a aussi reçu un Ed. D en 1987 pour son travail sur les théories de la créativité.

Durant plus de trente ans, elle a été directrice clinique du Service volontaire d’assistance socio-psychologique du Comté de Rockland, New York , psychothérapeute avec une pratique clinique auprès des adolescents et des adultes et militante communautaire. Ses années de travail clinique avec les gens subissant toutes les formes d’oppression l’ont poussée à participer à de nombreux groupes et coalitions travaillant pour un changement social.

Gail Golden est aussi une poète publiée. Sa poésie et ses articles peuvent être lus sur sonsite web, qui a été conçu pour elle par son amie, Han-hua Chang, elle-même poète.



Plan-Liens Forum

  • > Qu’est-ce que la libération ? Le féminisme hier, aujourd’hui et demain
    (1/1) 10 janvier 2007 , par





  • > Qu’est-ce que la libération ? Le féminisme hier, aujourd’hui et demain
    10 janvier 2007 , par   [retour au début des forums]

    C’est un excellent article synthèse, qui aide à voir clair.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2007
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin