| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mercredi 1er novembre 2017

La prostitution, une violence patriarcale

par Geneviève Duché, féministe, universitaire, présidente de l’Amicale du Nid






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Le religieux favorise-t-il le vivre-ensemble ?
Lettre ouverte aux féministes québécoises qui s’opposent à l’interdiction du niqab
Loi 62 – Voile intégral et confusion des enjeux
Libres d’être inégales ? Le problème n’est pas le voile comme "vêtement", mais ce qu’il représente
Les féministes et les mouvements politico-religieux
Racisme systémique : sortir de l’idéologie victimaire
Consultation sur le racisme systémique. Faire partie d’un "nous" rassembleur
Islamophobie et Islamisme : entre déni et alarmisme
Attentat à Québec - Face au drame, la mise en accusation d’un peuple
Attentat au Centre culturel islamique de Québec - Donner un sens à cet événement tragique
Reportage sur le niqab à Radio-Canada. Absence de sens critique ou propagande ?
La religion à l’école n’est pas un remède à la radicalisation
Projet de loi 62 - Une proposition qui ne permet pas de protéger le droit des femmes à l’égalité
Maroc - Interdiction du burkini et offensives islamistes
Burkini, voile : face aux polémiques et aux impasses, il faut relire Simone de Beauvoir
Le burkini est-il le dernier attentat islamiste en France ?
Soirée de solidarité avec Djemila Benhabib, le 12 septembre à Montréal
De l’emploi du terme "islamophobie"
Rimbaud et le burkini
Athlètes voilées aux JO : un petit pas en avant… ou un grand en arrière ?
Soutien à Djemila Benhabib - La liberté d’expression mise à l’épreuve par l’islam politique
Dénuder une Copte, c’est halal !
Lutte à la radicalisation - De la liberté religieuse à l’extrémisme, il n’y a parfois qu’un pas
La liberté d’expression au Québec, un joyau toujours menacé
Les vœux "pieux" des concepteurs du cours Éducation et Culture religieuse (ÉCR)
Sortir du manichéisme. Des roses et du chocolat
Le ministère de l’Immigration refuse d’entendre l’AQNAL à la commission parlementaire sur le projet de loi 77
L’obscurantisme ou les Lumières : le Québec doit choisir
Quel que soit le rôle de l’impérialisme, le groupe armé État islamique est responsable de ses actes
Vous n’avez pas le monopole de la dignité !
L’ennemi, c’est l’islam politique, pas les musulmans
Motion sur l’islamophobie - L’errance de nos élus
Lettre ouverte à Françoise David : "Vous faites des amalgames inacceptables"
Christine Delphy, la supercherie
"One Law for All" demande au gouvernement britannique une enquête sur les tribunaux islamiques
Les beaux malaises face à l’intégrisme
NOUS sommes en train de nous faire massacrer par VOTRE ennemi secondaire !
L’islamisme radical : l’Ailleurs est ici
Après le massacre à Charlie Hebdo, soutenons ceux qui se battent contre la droite religieuse
Plainte à l’ombudsman de Radio-Canada au sujet de l’émission "Enquête" du 27 novembre 2014
Lettre au premier ministre - M. Couillard, un Québec laïque, ça presse !
La laïcité n’est pas derrière mais devant nous et sa défense est plus que nécessaire
La "communauté musulmane" n’existe pas
Soutenons Louise Mailloux ! Protégeons la liberté d’expression
Radio-Canada RDI manipule l’information en faveur de l’islamisme : un exemple
Je croirai les dirigeants islamistes quand...
Des messagères de l’intégrisme islamique
La FIQ prend position en faveur de la Charte de la laïcité québécoise
FFQ et ÉG du féminisme - L’esprit partisan est-il à l’origine d’attaques virulentes contre des féministes ?
Pour une reconnaissance de la laïcité au Québec - Lancement et causerie chez Olivieri
Comment la laïcité peut changer notre monde
Protection de la laïcité : prière de légiférer !
Prédicateurs islamistes à Montréal - Comment pourrais-je me taire ?
Une intégration réussie, c’est l’adhésion à un socle commun enrichi de diversités culturelles
Laïcité et jugement au Saguenay - Pourquoi pas une prière pour Bernard ?
La prière à Saguenay : quelques mensonges du maire Jean Tremblay
Ni Allah, ni Maître. Entrevue avec la réalisatrice Nadia El Fani
Exposition "Et voilà ! Le voile musulman dévoilé !"
Cessons de nommer "islamophobie" et "blasphème" toute critique de l’islam
Gouvernement Harper - Le Bureau des évangéliques
Le nikab, ce cachot pour femmes
Laïcité et diversité - Les angles morts des paradigmes de lecture de la diversité
Les enjeux du refus de la mixité : le contrôle social des femmes
Le niqab au Tribunal : primauté du droit ou de la religion ?
Canada - Le niqab au Tribunal - Une répétition de l’affaire Personne ?
Plaidoyer en faveur des droits universels - L’universalisme menace-t-il la diversité culturelle ?
Pour une perspective laïque et féministe du monde
La laïcité est un outil essentiel qui permet aux femmes de continuer d’avancer
L’innocence de l’Occident ou la liberté d’expression menacée
La laïcité est un facteur d’intégration et d’émancipation
La sexualité dans l’islam : une arme politique
La Coalition Laïcité Québec demande aux candidat-es de se prononcer sur la laïcité
Les participantes aux États généraux sur le féminisme demandent d’agir contre les intégrismes religieux
La oumma couve dans le ventre des femmes
Non à la souveraineté multiculturaliste de Québec solidaire
Le niqab devant les tribunaux - Les raisonnements douteux du Fonds d’action et d’éducation juridiques pour les femmes
Polygamie - La liberté de religion comporte des limites
Charia au Québec - Des propos qui méritent d’être dénoncés
Djemila Benhabib – Une pensée articulée et un ardent plaidoyer contre l’islamisme politique
Paris - L’extrême-droite catholique manifeste contre la christianophobie et les islamistes sont à ses côtés
« Vers l’obscurantisme » islamiste ? La députée Fatima Houda-Pepin s’inquiète pour la Tunisie et, surtout, pour la Libye
Procès de la famille Shafia - La jeune fille de 13 ans était derrière le volant, selon la preuve policière
Une propagandiste de l’islamisme bientôt collaboratrice de Radio-Canada
La laïcité, facteur d’intégration dans la société québécoise
La nécessaire laïcisation de l’éducation au Québec
Affirmer la laïcité, un pas de plus vers l’égalité réelle entre les femmes et les hommes
Le Mouvement laïque québécois et les symboles religieux autres que chrétiens
La laïcité sans compromis quant aux droits des femmes
La police de Toronto banalise les menaces de mort d’une intégriste islamiste contre Tarek Fatah
Lettre pour la pluralité des voix en matière d’islam et POUR la liberté de conscience !
Motion contre le kirpan - Le Québec et le multiculturalisme
Beaucoup de musulmans tentent de masquer des vérités laides : "Oui, l’islam permet au mari de battre sa femme"
Religion dans les garderies au Québec - Le commerce des petites âmes
Les enjeux de la laïcité selon la revue Spirale. Un dossier à consanguinité élevée !
Déclaration du Manifeste des libertés à propos des récents attentats contre des citoyens de confession chrétienne d’Irak et d’Égypte
Les musulmans du Québec
Prix Droits et Libertés - La Commission des droits de la personne erre plus que jamais
Guy Rocher - La laïcité tout court
La laïcité a-t-elle tué l’athéisme ?
"Une femme en colère", de Wassyla Tamzali
Une femme devenue prêtre
Le respect des convictions, fondement de la neutralité de l’État et de la laïcité
S’opposer à Hassan Al-Banna et aux Frères musulmans ne constitue pas du racisme
Vatican - Silences déplorables, condamnations impitoyables
Les adieux au cardinal Ouellet - Le « sacré » peut-il tout excuser ?
L’Afeas prend position pour une Charte de la laïcité, un système de santé public et des soins palliatifs accessibles
Jugement Dugré - Le cours Éthique et culture religieuse devant la Cour supérieure
Phyllis Lambert et Serge Joyal défendent les Frères Musulmans au détriment de la liberté
Jugement sur le cours Éthique et de culture religieuse - Au royaume de la confusion
La protection juridique de la laïcité : essentielle au maintien de la cohésion sociale
Cours Éthique et culture religieuse - L’éthique, la culture et le juge
Cours d’éthique et de culture religieuse - La Cour supérieure du Québec exempte le collège privé Loyola
L’intégrisme religieux menace-t-il nos droits ?
Colloque Égalité et Laïcité, quelles perspectives ?
Voile intégral en France : un projet de loi d’interdiction totale présenté en mai
Tariq Ramadan et un radicalisme qui ne dit pas son nom
Tariq le terrible
Église catholique - Le mur du silence
Laïcité - Un manifeste tendancieux
Pour un Québec laïque et pluraliste
Laïcité au Québec - Protéger les valeurs fondamentales propres à l’Occident démocratique
Accommodements pour motifs religieux - Où loge l’intolérance ?
Lettre à Télé-Québec au sujet du documentaire "Mes sœurs mulsulmanes"
Québec - Un féminisme de plus en plus gangrené par le relativisme
L’égalité d’abord, la liberté religieuse ensuite
Le manifeste des pluralistes : un manifeste raciste et antiféministe
La France et la burqa - Une audace à saluer
Manifeste pour le respect du principe de l’égalité entre les hommes et les femmes
Écoles privées - Le retour tranquille de la religion
Féministes en mal de laïcité
Interdiction du voile intégral au Canada - Lettre ouverte à Michael Ignatieff, chef du Parti libéral
Quand religion et égalité des femmes font les manchettes
Tolérance ou laïcité
Laïcité au Québec - Le pluralisme comme incantation
Port des signes religieux dans la fonction publique - En réponse au Manifeste pour un Québec pluraliste : Pour une laïcité active et positive
Laïcité – Le pari risqué de Québec solidaire et de la Fédération des femmes du Québec
Demander une charte de la laïcité, c’est faire appel à la conscience individuelle et collective
La laïcité et le voile... Osons dire les vraies choses
La laïcité est une exigence démocratique
Laïcité et droits des femmes : trois questions à Chahla Chafiq
Appel à soutenir le Bureau Laïque International
La présidente de Regards de femmes, Michèle Vianès, a reçu les insignes de la Légion d’Honneur. Son allocution
Projet de loi 16 - La conquête de l’égalité, un vrai rocher de Sisyphe
Projet de loi 16 - La CSN réclame toujours une charte de la laïcité
Projet de loi 16 - Pour la FTQ, ce projet de loi doit être retiré
Le SFPQ demande au gouvernement de surseoir au projet de loi 16 et d’adopter une charte de la laïcité
 Seule une charte de la laïcité permettra de poser les balises des accommodements raisonnables
Les accommodements religieux et le projet de loi 16
Interview avec Djemila Benhabib
Livre : "Ma Vie à contre-Coran", une femme témoigne sur les islamistes
Les femmes se souviennent du rôle répressif de l’Église au Québec
L’angle politique du débat sur la laïcité
Le féminisme vu par Mgr Louis-Adolphe Paquet en 1919
Laïcité et égalité : quel projet pour le Québec ?
Québec - Signes religieux dans les services publics : "La FFQ ne me représente pas"
Vingt ans de combat contre le voile : 1989-2009
Islamisme radical : soutenir une "victime" favorable à l’obscurantisme fanatique ?
La légitimité du féminisme laïque
L’après-discours d’Obama - Les femmes, boucs émissaires
France - Le Collectif pour la promotion de la laïcité veut faire annuler le décret imposé par Nicolas Sarkozy en faveur du Vatican
Nous avions jadis les mêmes ennemis : le patriarcat et les lois divines
Femmes sous lois musulmanes (WLUML) demande la révocation de la Résolution de l’ONU sur "la diffamation des religions"
"Aucune religion ne prône l’égalité entre les hommes et les femmes" - Talisma Nasreen
Une Église machiste et autoritaire
Lettre au président de l’Assemblée des évêques catholiques du Québec
Dieu existe et il est partout
"Ma vie à contre-coran", de Djemila Benhabib
Quand on préfère les cierges aux lumières...
Défendre les droits des femmes face au fondamentalisme religieux : une exigence démocratique
S’indigner au lieu de se résigner devant le fondamentalisme islamiste
Des religions pour quel dialogue ?
Quand la religion freine l’intégration des femmes
Les valeurs communes du Québec : pour les personnes immigrantes seulement ?
Le rapport Bouchard-Taylor est insensible à l’égalité des sexes
L’autodiscrimination, "jackpot" pour les intégristes
Démocratie et égalité des sexes : fine analyse et synthèse remarquable
Création du réseau À HAUTE VOIX pour interpeller les élus
Pourquoi nous ne souhaitons pas la bienvenue au pape
Fanny Truchelut doit être relaxée
Laïcité et résistances démocratiques
L’idée de Dieu est un "produit des faiblesses humaines", la Bible, "plutôt enfantine" (Albert Einstein)
Le corps des femmes, lieu commun
Y aurait-il des femmes plus aptes à la liberté que d’autres ? Réponse à Françoise David
Rapport Bouchard-Taylor - Un rendez-vous manqué pour les femmes
Laïcité et accommodements raisonnables au Québec
Rapport Bouchard-Taylor - L’art "scientifique" de noyer le poisson
Des féministes dans la fosse aux lionnes de la Commission Bouchard-Taylor
L’égalité entre les femmes et les hommes mise entre parenthèses
Un féminisme non interventionniste face à l’extrémisme religieux
La mort d’Aqsa Parvez, attribuée à son père, est le résultat d’un choc culturel
Les lois officielles et les lois du ciel
Accommodements raisonnables. Droit à la différence et non différence des droits
Accommodements et cultures - La laïcité pour éviter la fragmentation de la société
Religions, femmes et fondamentalismes
"Accommodements raisonnables" - Affirmer nos valeurs fondamentales pour mieux vivre la pluralité
Maintenir notre engagement envers toutes les Aqsa Parvez
Les extrémismes religieux et les droits des femmes
ONU - Vers un délit de "diffamation des religions"
Les accommodements religieux - Conflit de droits ou conflit de lois ?
Du voile et du viol
Laïcité : l’école et les enfants d’abord !
Le marketing du voile islamique
Éloge de la lâcheté - Lettre du Conseil du statut de la femme à "La Presse"
Yolande Geadah reçoit le Prix Condorcet 2007 du Mouvement laïque québécois
Conflit de droits : dilemme pour les juges ou simple mécanique juridique ?
Est-ce de l’islamophobie de critiquer l’intégrisme islamiste ?
Les accommodements raisonnables : quoi, comment, jusqu’où ?
La justice à l’épreuve de la diversité culturelle
Projet de loi 195 sur l’identité québécoise, présenté par Pauline Marois à l’Assemblée nationale du Québec
Lapidation de Ghofrane en France
La laïcité est l’affaire des femmes - Appel contre les résolutions de l’ONU sur la "diffamation des religions"
Synthèse des réflexions sur la question des accommodements raisonnables et les différences
Pourquoi l’ajout du droit à l’égalité entre les femmes et les hommes à la Charte québécoise énerve-t-il tant ?
L’affaire Truchelut - "Tu n’es pas maître dans ta maison quand nous y sommes."
Tolérer l’intolérable au nom de la diversité culturelle est une forme de colonialisme
Ayaan Hirsi Ali : l’errance d’une femme qui a osé parler
50 ans de droits des femmes en Europe : Où sommes-nous arrivées ?
Une comparaison réductrice de Christine Delphy
Les "différences culturelles" peuvent-elles excuser le sexisme ?
Le vote à visage découvert
C’est quoi être accommodant et raisonnable ?
La laïcité est l’affaire des femmes - Appel contre les résolutions de l’ONU sur la "diffamation des religions"
"Accommodements raisonnables" - Affirmer nos valeurs fondamentales pour mieux vivre la pluralité
Commission Bouchard-Taylor - Consultation publique sur les pratiques d’accommodement : citoyens et citoyennes pourront choisir entre plusieurs modes de participation
Accommodements pour obligations religieuses - Pour qui ? Pourquoi ?
Pratiques d’accommodements - La Commission Bouchard-Taylor consultera les citoyens et les citoyennes en septembre prochain
Les droits des femmes devant les fondamentalismes religieux
ONU - Vers un délit de "diffamation des religions"
Démocratie et obligations religieuses - L’impasse ?
Commission de consultation sur les pratiques d’accommodements reliées aux différences culturelles - Cherchez l’erreur
L’anecdote ou le fait de société
Les accommodants
Renforcer le caractère laïc de nos démocraties
Les limites de la tolérance et de l’accommodement







Intervention au colloque "Patriarcat : Prostitution, pédocriminalité et intégrismes" organisé par six associations de Lyon, les 27 et 28 mai 2016.

Les témoignages de Rosen et de Jeanne (voir fichier PDF ci-dessous) nous ont rappelé quelle était la violence de la prostitution.

Et je souhaite commencer par là.

En effet la personne prostituée subit des actes sexuels sans désir par de parfaits inconnus qui paient pour pouvoir faire ce qu’ils veulent et dont le comportement est imprévisible.

La répétition d’actes sexuels non désirés est équivalente à une effraction corporelle, une atteinte profonde à l’intimité, c’est l’équivalent d’un viol. La prostitution est un viol tarifé.

La prostitution, une violence intrinsèque

Le moment-clé de la prostitution est la passe, la confrontation prostitué-e-client, ce moment de domination pure. Quelques billets sur la table, et à partir de là tout est possible. Ce moment, moment de grande violence est une chosification de la personne, sa négation et ce moment est subi plusieurs fois par jour par les personnes en situation de prostitution.

Les témoignages nous le disent :
Rachel Moran, fondatrice du Mouvement des Survivantes : « Quand les gens me posent des questions sur la violence dans la prostitution, je crois qu’ils sont à côté du vrai enjeu. Ce que ne comprennent pas ces personnes c’est le fait que l’acte lui-même est violent. Que même l’homme le plus gentil qui ait touché mon corps était violent. Et d’une certaine façon c’était pire parce qu’il
était plus malhonnête que celui qui me frappait à la tête et qui au moins me disait ce qu’il pensait de moi ».

Laurence Noelle, prostituée à l’âge de 17 ans dans la rue Saint Denis à Paris par un réseau de proxénètes, avait jusqu’à 30 clients par nuit. « Une expérience insoutenable, écrit-elle, j’ai ressenti la prostitution comme un viol ou plutôt des viols incessants, comme la destruction et l’anéantissement d’une partie de moi-même ».

Mylène, prostituée "de luxe" : « Pour supporter, on ferme les yeux. Je mettais mon bras devant mon visage, avec mon parfum dessus. Ça permet de protéger une part de soi, une part qu’ils n’auront pas. Il y avait aussi le valium. Sans le valium, je n’aurais pas pu…je ne me lavais qu’avec
du mercryl pour décaper… »

La passe est un moment de dégoût, de peur ; il est un moment de sensation de saleté extrême, interne et externe qui va laisser des traces indélébiles. Il est souvent suivi, ce moment, de lavages intensifs avec des produits qui lèsent la peau, le sexe et le vagin. Les conséquences des passes, de ces violences répétées sur la santé et sur la vie personnelle sont destructrices et dépassent largement les risques d’infections sexuellement transmissibles. Il est précédé, ce moment, par des prises d’alcool, de drogue « pour pouvoir y aller », comme le disent les personnes qui témoignent.

À cette violence s’ajoutent les violences subies par les proxénètes (conjoints ou autres, trafiquants etc.), les clients qui violent, refusent de payer, tapent, insultent, par les passants (insultes, jets de bouteille, vol etc.) ; le mépris et la stigmatisation s’ajoutent à tout cela. Les personnes prostituées subissent un cumul de violences et sont beaucoup plus exposées que les autres aux agressions et aux meurtres. Mais elles subissent aussi un continuum de violences.

La plupart des personnes en situation de prostitution ont eu une enfance et des relations parentales difficiles voire très destructrices. Elles ont subi des violences psychologiques (abandons, refus de leur homosexualité
etc.), physiques, sexuelles (viols et inceste) qui ont atteint leur intégrité physique et psychique, qui ont dégradé leur estime de soi, qui les ont isolées et ont produit échec scolaire et exclusion sociale…

La prostitution, une souffrance

Laurence : « J’avais honte d’être née, honte de ne pas avoir été aimée, d’avoir été rejetée, honte d’avoir été victime d’inceste, honte d’avoir été alcoolique. J’ai grandi dans la peur et dans l’idée qu’il fallait se taire… j’ai donc fait la morte lors de l’inceste et j’ai continué dans la prostitution… oui la prostitution est une souffrance… ».

Face à cette violence n’est-il pas temps de s’occuper des « clients », de ceux qui la produisent en toute impunité dans la plupart des pays du monde ?

La prostitution n’est pas le plus vieux métier du monde, c’est un des plus vieux privilèges des hommes.

Les clients de la prostitution, les prostitueurs-acheteurs, qui sont par ailleurs souvent des maris et des pères de famille, ne veulent rien voir de la vie et des conditions d’existence des femmes qu’ils chosifient. Ils définissent ainsi ce qu’est la prostitution pour eux, un moyen d’éjaculer sans engagement. Le client paie et se dédouane ainsi, il paie en argent liquide le plus souvent et cet
argent liquide la relation !

L’argent dans la prostitution est à la fois moyen et affirmation de la domination.

« Allez là où les gens ont faim, choisissez un pays pauvre, allez chercher des femmes dans les régions dévastées par la famine. Elles vous adoreront. Elles prendront soin de vous…elles feront n’importe quoi pour vous… et pour tellement peu d’argent, juste de quoi manger un repas de plus pour survivre ! », explique un prostitueur sur un site d’échanges entre clients de la prostitution.

Un immense et profond colonialisme prostitutionnel s’est répandu sur la planète, celui qui consiste à « importer » dans les pays riches, femmes et enfants pour la consommation masculine, celui qui consiste à organiser un déplacement-loisir des clients vers des pays pauvres où une partie non
négligeable de l’économie est constituée par cette violence subie par les femmes.

Un client des puti-clubs de la Jonquera : « Tu choisis la fille que tu veux ; elles sont propres et pas farouches. Je viens ici deux fois par semaine, ce qui revient avec l’autoroute et l’essence à 800 euros par mois. Moins cher que d’avoir une femme chez toi qui te coûte une fortune en vêtements, maquillage et bijoux. »

Un étudiant en droit de Montpellier, client des mêmes clubs : « Pas envie de m’encombrer avec une copine, et ici ce sont des bombes atomiques. Tu baises, tu t’en vas. »

Leur vécu des relations femmes-hommes est merveilleux et plein de respect et d’intérêt pour l’autre !

« Je la paie pour me donner ce que je veux et quand c’est toi qui paies, c’est toi le patron. Je donne des ordres, elle les exécute. Les putains qui sont prêtes à faire mes quatre volontés pour quelques billets ne manquent pas dans le caniveau ». Claire expression de la double domination, celle des hommes sur les femmes et la domination par l’argent.

Certains prostitueurs prennent conscience de ce qu’ils font. Ils ont conscience de la violence de leur comportement ainsi que de la frustration que crée leur achat de sexe : « Il y a quand même quelque chose de particulier dans un rapport sexuel avec une fille qu’on aime et qui vous aime, quelque
chose qu’on ne trouve pas avec une putain ».

« Si j’avais un conseil à donner, ce serait de regarder la femme dans les yeux… je dirais aux hommes que la majorité des femmes ne veulent pas être des putains et qu’ils doivent penser réellement à ce qu’ils font et cesser de se conter des histoires, de forger des excuses et des mensonges ».

La prostitution produit du patriarcat et de la domination masculine

Devant un tel phénomène, une double question s’impose : D’où, de quoi, s’autorise un individu qui achète l’usage du corps d’une personne ?

Comment, en France notamment, après ces années de luttes féministes pour l’égalité entre les femmes et les hommes, contre toutes les formes de domination, nous retrouvons-nous dans cette situation de marchandisation généralisée et de violences à l’encontre des femmes : viols, incestes, harcèlements, violences dans le couple, prostitution et traite des êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle… ?

Nous ne pourrons ici répondre complètement à ces questions mais il faut voir dans la banalisation de la prostitution à la fois un échec dans la construction de l’égalité entre les femmes et les hommes, une conséquence du système du libéralisme économique, de la marchandisation généralisée qu’il entraîne et de la précarité et pauvreté qu’il maintient ou crée.

La France a ratifié en 1960 la convention internationale de 1949 « pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui » qui fonde juridiquement l’abolitionnisme.

Dans son préambule, cette convention précise : « Considérant que la prostitution et le mal qui l’accompagne, à savoir la traite des êtres humains en vue de la prostitution, sont incompatibles avec la dignité et la valeur de la personne humaine et mettent en danger le bien-être de l’individu, de la famille et de la communauté… ». Ainsi il est clair que la TEH est une conséquence de l’existence de la prostitution, c’est-à-dire du fait que des hommes puissent acheter des actes sexuels…ce que la Convention ne dit pas explicitement. Elle est basée sur l’atteinte à la dignité que constitue la
prostitution.

La prostitution est une atteinte à la dignité humaine et ne peut donc pas être une activité organisée et reconnue. La personne prostituée est une victime et il est hors de question de la ficher et de la traiter à part.

Mais à l’époque, ce qui constitue le système prostitutionnel, sa perpétuation comme domination, le patriarcat qui le génère, et la grande inégalité entre les femmes et les hommes partout dans le monde qui l’entretient n’ont pas été analysés. L’origine de cette violence et les responsabilités n’ont pas été nommées. L’invisibilisation des femmes en général et des violences sexuelles et sexistes ont permis la banalisation du phénomène.

Quelques données sur le système prostitutionnel (Fondation Scelles, ONU, UNICEF etc.) :
. 20 à 40 millions de personnes prostituées selon les sources dans le monde
. 80% sont des femmes
. Les trois quart d’entre elles ont entre 13 et 25 ans
. 9/10 sont dépendantes d’un proxénète et la majorité soumises à des réseaux de TEH
. Près de 80% des victimes de TEH le sont à des fins d’exploitation sexuelle. Il s’agit d’un marché qui rapporte énormément et qui est moins risqué que celui de la drogue ou des armes.
. Au moins 2 millions d’enfants, filles et garçons, sont exploité-es sexuellement.

Le patriarcat, littéralement pouvoir des pères, est un système de domination des hommes en tant que groupe sur les femmes en tant que groupe.

Le rapport social de sexe est un concept français proche maintenant du concept de genre ou gender.

Ces concepts nomment et analysent un rapport social spécifique construit depuis très longtemps entre les femmes et les hommes qui est souvent caché par une naturalisation des différences de comportements, de rôles et de fonctions entre les femmes et les hommes, qui sont pourtant partout des construits culturels prenant des formes différentes selon les sociétés.

Noyé dans les relations sociales et celles entre femmes et les hommes que l’on définit dans une hétérosexualité dominante comme complémentaires et qui peuvent être constituées d’affectivité évidemment, le rapport social de sexe ou le patriarcat moderne (celui des frères plus que des pères maintenant), pendant du rapport « racisé » et du rapport de classe dans d’autres domaines et en intersectionnalité avec ces derniers, est souvent difficile à voir en dehors de l’observation de ses enjeux.

Il y a a trois principaux enjeux :

- Le contrôle par les hommes du corps des femmes (sexualité et procréation) et les violences et mutilations sexuelles qu’il produit.
- Le travail, la division sexuelle du travail
- Le pouvoir dans la cité

Et deux principes organisateurs :

- Le principe de séparation : il y a des travaux de femmes et des travaux d’hommes, il y a une façon de se comporter pour les femmes et une autre pour les hommes dans les domaines de la vie publique (occupation de l’espace, tenue, prise de parole etc.) comme privée (sexualité notamment).
- Le principe de hiérarchie : un travail d’homme vaut plus qu’un travail de femme ; la vie d’un homme vaut plus que celle d’une femme, le désir d’un homme vaut plus que celui d’une femme, l’opinion d’un homme vaut plus que celle d’une femme etc.

Interrogeant dans son oeuvre les rapports du féminin et du masculin, leur constitution en tant que genre, Françoise héritier explique deux modes d’exercice de la domination masculine :
. La licéïté de la pulsion sexuelle masculine et la construction de la supériorité de l’être masculin qui
constituent entre autres le marché du sexe comme naturel et nécessaire et affirme la fameuse et ridicule irrépressibilité de la pulsion sexuelle masculine !

. La violence qui regroupe un ensemble de moyens pour rappeler que les femmes sont à la merci des hommes : meurtre, viol, inceste, harcèlement, prostitution, coups, menaces, injures sexistes, pornographie, violence des images et de la publicité sexistes, hypersexualisation etc.

La prostitution n’est ni un travail comme un autre, ni une liberté, ni une sexualité.

La prostitution doit être reconnue comme un fondement du système plus vaste de subordination patriarcale des femmes.

L’appropriation du corps des femmes a toujours été l’enjeu du rapport social de sexe. La liberté de contraception et de l’interruption volontaire de grossesse, la pénalisation du viol, du harcèlement sexuel, la réforme du code civil pour égaliser les conditions dans le mariage, la lutte contre les violences dans le couple, la reconnaissance et la pénalisation du viol dans le couple sont des progrès incontestables pour les droits des femmes et vers l’égalité, obtenus grâce aux luttes féministes. Lutter contre la prostitution doit faire partie du combat féministe.

Les personnes prostituées sont les victimes du système prostitutionnel, plus largement de la domination masculine qui déjà, dans leur enfance, a produit l’inceste et les violences sexuelles subis, victimes de systèmes économiques qui créent la pauvreté et la précarité, de systèmes politiques qui engendrent la violence contre les femmes, les violences de guerre, les violences ethniques qui les transforment en proies.

S’ajoutent la montée des fondamentalismes, la terreur qu’ils mettent en acte et la prégnance des discours religieux puritains et infériorisant les femmes qui engendrent des brutalités innommables et tentent de mettre un terme à la marche vers l’égalité.

Lutter contre la prostitution

Lutter contre la prostitution, c’est refuser que les femmes soient réduites à un sexe, à des orifices, c’est refuser que leur corps soit un bien disponible, que leur humanité soit niée, c’est refuser que le plaisir d’un groupe d’hommes passe par le goût et la pratique de la domination et de la violence à l’égard d’enfants, de femmes et d’hommes.

Lutter contre la prostitution, c’est construire une société d’égalité et de liberté sexuelle, de libération et d’émancipation.

La loi visant à renforcer la lutte contre la prostitution et à accompagner les personnes prostituées promulguée le 13 avril 2016 en France, une loi d’abolition de la prostitution, qui, entre autres, pénalise l’achat de tout acte sexuel, doit être appliquée dans toutes ses dimensions.

*****
L’Amicale du Nid

L’Amicale du Nid est une association créée en 1946. Elle est laïque et abolitionniste et a soutenu la proposition de loi de lutte contre le système prostitutionnel promulguée le 13 avril 2016, elle fait partie du groupe Abolition fondé en 2011 qui réunit 65 associations pour la plupart féministes. Les Assemblées générales de l’association ont introduit dans ses statuts
que l’Amicale du Nid défend les droits des femmes et n’accepte aucune forme de discrimination, d’homophobie et de transphobie.

Les deux missions de l’AdN sont :
- La rencontre (aller-vers), l’accueil des personnes adultes et mineures en situation ou en risque de prostitution et leur accompagnement social global vers la sortie de la prostitution, vers l’insertion sociale et professionnelle.
- La sensibilisation, l’information et la formation sur le système prostitutionnel, ses causes et ses conséquences, les méthodes d’accompagnement social des victimes ; la prévention de la prostitution auprès des jeunes et la réalisation de projets de recherche-action.

Ses missions sont confiées à 8 établissements dans 8 départements français et à 200 professionnel-les salarié-es.

Nous rencontrons 5000 personnes par an (rue, route, accueil direct dans les services, internet depuis peu de temps) et accompagnons environ 5000 personnes, la grande majorité sont des femmes (nous accompagnons des hommes et des transidentitaires) et des femmes étrangères.

Pour l’intégral des Actes du colloque des 27 et 28 mai 2016, cliquez sur le fichier ci-dessous.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 30 septembre 2017


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.
Documents liés


Geneviève Duché, féministe, universitaire, présidente de l’Amicale du Nid


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2017
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin