| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 12 septembre 2005

Le chemin de Buenos Aires : la prostitution, hier et aujourd’hui

par Silvia Chejter, sociologue






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Des militantes et militants pro-prostitution menacent des survivantes pour les faire taire
Prostitution - La Loi sur la protection des collectivités et des victimes d’exploitation, deux ans plus tard, qu’en-est-il ?
Le prostitueur moderne et sa nounou queer
Aidez-nous à éradiquer la prostitution au Canada
Euro 2016 - Le prix d’une passe n’est pas celui que tu crois
Abolition de la GPA et de la prostitution, même combat contre le patriarcat
Les droits des femmes bafoués, les corps marchandisés
Non au système prostitutionnel ! Une analyse féministe et abolitionniste du système prostitutionnel
Prostitution : L’Assemblée nationale française fidèle à ses convictions
Claudine Legardinier - Prostitution : une guerre contre les femmes
France - Les inégalités femmes-hommes au Sénat font obstruction à la sanction des clients de la prostitution !
Offrir aux hommes handicapés de recourir à la prostitution, une idée ancrée dans la misogynie et le validisme
Lettre ouverte à rabble.ca - La journaliste Meghan Murphy visée par une campagne misogyne du lobby de l’industrie du sexe
Grand Prix de Montréal - La CSN demande l’application de la nouvelle loi fédérale pour contrer la prostitution
Comment la pornographie influence les jeunes consommateurs
"Le commerce du sexe", un film d’Ève Lamont
Réglementer la pornographie ou criminaliser les pornocrates ?
Corps disloqués, âmes brisées : conséquences psychiques et physiques de la prostitution sur les personnes qui la vivent
Prostitution - L’approche de “réduction des méfaits” ne suffit pas pour une analyse pertinente de la prostitution
« Ni client, ni complice ! » - La CLES lance un appel à lutter contre la banalisation de l’exploitation sexuelle
Pénalisation du client de la prostitution ? Les belles histoires de Tonton Robert
Non, Messieurs, la plupart des personnes prostituées ne le sont pas par choix
Le manifeste des 343 bites tellement légères qu’elles se dressent à l’insu de leur cerveau
La cruelle chosification des femmes prostituées et des mères porteuses
Catharine A. MacKinnon - Traite, prostitution, inégalité
Prostitution - Sanctionner les clients et non les prostituées
Prostitution des jeunes - La trahison des adultes
Décriminaliser la prostitution ne peut pas être la solution
Prostitution : une affaire d’hommes ou la fraternité "des salauds"
Loi sur la prostitution en France - « Je ne veux pas d’une société où les femmes ont un prix »
Janice G. Raymond – Prostitution : "Pas un choix, pas un travail"
Elisabeth Badinter et Irène Théry ou la caution intellectuelle du système patriarcal
Les femmes étrangères rêveraient-elles de devenir "putes" ?
Prostitution - La stigmatisation et le mythe entourant le statut de victime
Abolition de la prostitution en France - Le principe est acquis, place à la loi !
Comprendre la prostitution dans l’ensemble des structures de pouvoir fondées sur le genre
L’Irlande pourrait interdire l’achat de sexe
Le prostitueur, "chaînon manquant" de la question prostitutionnelle, selon Victor Malarek
La prostitution, sexualisation du pouvoir
La France envisagerait des sanctions "pédagogiques" pour les prostitueurs
Le Canada ne peut traiter la prostitution comme un filet de sécurité sociale
Les "femmes de réconfort" étaient nécessaires pour maintenir la discipline dans l’armée, selon le maire d’Osaka
Prostitueurs et non-prostitueurs, une étude de Mélissa Farley
Bienvenue dans le monde des prostitueurs
Prostitution - Rendre tabou la notion de victime pour masquer l’existence d’agresseurs
Prostitution en Grande-Bretagne - Un bien étrange syndicat au service des proxénètes
Prostitution et mariage : une assimilation douteuse
La prostitution, le STRASS et la sénatrice - La pertinence de la transparence
Au delà des mythes, légaliser la prostitution est une très mauvaise idée
La Suède malmène l’industrie du sexe et aide les femmes prostituées
Les prostitueurs. Sexe à vendre… Les hommes qui achètent du sexe, un livre de Victor Malarek
"Angel" : Piégée dans un monde de prostitution et de violence
L’être et la marchandise. Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi
"Les criminelles" : individualisation et romantisation de la prostitution
Des spécialistes en santé veulent aider les femmes à sortir de l’industrie du sexe… en faisant échec aux prostitueurs
L’Islande songe à interdire la porno diffusée sur Internet
En studio avec Ruth ! "Je crois sincèrement que la traite humaine et la prostitution fonctionnent de pair"
Catalogne - La loi et l’ordre des proxénètes
Qui estime vraiment les personnes prostituées ?
En studio avec Ruth ! "La prostitution est un grand enjeu politique"
L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) et l’Alliance canadienne féministe pour l’action internationale (FAFIA) répondent au rapport Oppal sur les femmes disparues
Colombie-Britannique - L’égalité des femmes et le contexte socio-économique absents du rapport Oppal sur les femmes disparues
Prostitution - Les “progressistes” australiens oscillent entre l’industrie du sexe et les droits des femmes
Prostitution - Le refus d’abolir le système prostitueur est une atteinte aux droits humains
Fantine ou la liberté de se prostituer ?
Première rencontre de l’Association internationale des survivantes unies de la traite à des fins sexuelles (prostitution)
Prostitution - Pourquoi il faut mettre fin à une des plus anciennes violations des droits humains
Carton rouge pour les bordels à vitrine
Prostitution - La réduction des méfaits est-elle ce que nous pouvons faire de mieux pour les personnes prostituées ?
Un traité féministe international pour abolir la prostitution
Prostitution - Coup de tampon réglementariste !
Prostitution et séropositivité - Le Gouvernement grec arrête et emprisonne des femmes pour protéger les hommes
Manifeste contre le système prostitueur
Prostitution en France - Lettre ouverte à M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre
1946-2012 : De la fermeture des maisons closes à la lutte contre le système prostitueur, les abolitionnistes portent progrès et liberté !
Prostitution - Gloria Steinem appuie le modèle nordique
Solidarité avec les prostituées, mais lutte contre la prostitution
Comparaison entre acheteurs et non-acheteurs de sexe dans la région de Boston
8 mars 2012 : Pas d’égalité sans abolition de la prostitution !
La danse contact ou "lap-dance", prologue de la prostitution
Fiers d’aller aux danseuses ! Vraiment ?
Abolitionnistes du système prostitueur : ce que nous sommes, ce que nous voulons !
Les Néerlandais commencent à regretter la légalisation de la prostitution
Prostitution et faux-semblants : une affaire de société, de femmes et d’hommes
Pourquoi la gauche veut-elle faire de la prostitution "un métier comme un autre" ?
Prostitution et "slutwalk" - Bâtir un mouvement féministe progressiste à l’époque individualiste
Prostitution - Il faut rendre illégal l’achat de "services" sexuels en Australie
Le mouvement des femmes n’est pas monochromatique
ZéroMacho - Des hommes contre la prostitution
Prostitution et domination masculine
La vérité sur l’esclavage sexuel planétaire, un livre de Lydia Cacho
Votre voisin est un prostitueur - Une nouvelle recherche
J’ai rien vu
Abolition n’est pas prohibition - Pourquoi la défense de l’avortement diffère de la défense de la prostitution
Prostitution et traite des femmes - Le projet abolitionniste au congrès Mondes des femmes 2011
Congrès international Mondes des femmes 2011 - Compte-rendu des échanges sur l’abolition de la prostitution à l’exposition "Les draps parlent"
Banalisation de l’industrie du sexe et éducation des jeunes
Nous devons sanctionner les acheteurs de la prostitution
Des députés proposent une résolution sur la prostitution réaffirmant la position abolitionniste de la France
Dix raisons de ne pas légaliser la prostitution
Demi Moore s’associe au CNN Freedom Project pour un documentaire saisissant sur le commerce sexuel au Népal
Client de la prostitution : vers une prise de conscience européenne
Lutter pour faire de la prostitution un travail, c’est se tromper de combat
Prostitution et traite des êtres humains, controverses et enjeux
Le système de la prostitution militaire en Corée du Sud, en Thaïlande et aux Philippines
Les pratiques des hommes "clients" de la prostitution : influences et orientations pour le travail social
La prostitution comme violence contre les femmes
Le système prostitutionnel, un pilier de l’inégalité sexuelle et des violences envers les femmes
Clients de la prostitution : un "droit de l’homme" heureusement en péril
Prostitution as violence against women
Prostitution - Vive le sexe libre et gratuit !
France - La prostitution n’est pas une fatalité
"Il faut punir les clients des prostituées", selon Roselyne Bachelot. Oui... et dépénaliser les personnes prostituées !
Belgique - Analyse « Prostitution : arguments et opinions »
Prostitution - Le débat entre féministes se poursuit
Tribunal populaire sur l’exploitation sexuelle commerciale - Inscription
La tolérance sociale, complice de la violence et de l’exploitation sexuelle
Traite des femmes à des fins sexuelles - Au cœur des réseaux criminels : l’exemple de l’Albanie
S’unir contre la banalisation de la prostitution - Un défi pour la décennie
Moi, si j’étais un homme
Prostitution et traite des êtres humains - Les mensonges du réglementarisme
La députée bloquiste Maria Mourani présente un projet de loi pour accélérer la lutte à la traite des personnes et au proxénétisme
La prostitution menace le patrimoine humain
La série "Maison close" : de la fiction à la réalité
C’est un métier, tout comme le vôtre…
Décriminaliser totalement la prostitution sape le travail pour l’égalité des sexes - Exigeons le changement
"Abolir la prostitution" – Une question en suspens pour le féminisme et pour la gauche
Pays-bas : infirmières ou prostituées ?
Madame Parité commence fort en renvoyant les femmes… au bordel !
Le sexe s’invite à la Coupe du Monde
Feu « Verts » au proxénétisme !
Plus de pornographie à l’Assemblée nationale, mais des assises de la prostitution au Sénat
"Travailleurs du sexe", un documentaire sexiste, réactionnaire et dangereux
Le Mouvement du Nid-France louera un mini-car pour faire visiter les maisons closes
Pour un quartier assiégé, la prostitution est loin d’être un "crime sans victime"
De client prostitueur à homme responsable : une démarche nécessaire
Le "client", premier agent de la prostitution
Proxénétisme et prostitution - Lettre ouverte aux candidat-e-s aux élections européennes de juin 2009
Poser les bases d’une Europe sans prostitution, c’est oser
Le tourisme de prostitution, une industrie mondialisée florissante
Prostitution : la grande promo
Première Journée mondiale contre l’exploitation sexuelle : les raisons d’un engagement
Prostitution et traite des êtres humains, enjeux nationaux et internationaux
Le vagin industriel. Vers une économie politique du sexe commercial mondialisée
S’attaquer au trafic mondial du sexe
Intégrisme islamique et esclavage sexuel en Iran
Le corps des femmes est attaqué. Que fait-on ? On se tient debout et on riposte !
Libre disposition de son corps et liberté de se prostituer
Le refus de la prostitution gagne du terrain
La mode hypersexualisée s’inspire de la pornographie
Le "droit de prostituer" n’est pas un droit de l’homme
"Abolition de la prostitution" - Édito Revue Labrys
Affaire Sneep aux Pays-Bas - Condamnation de deux proxénètes qui ont exploité et maltraité 120 filles de l’Europe du Sud et de l’Est
Le commerce du sexe est florissant en Afghanistan
Sexe et Formule 1
Dossier prostitution - Importants développements à l’échelle internationale
Prostitution - Touche pas à mon client ?
Le Conseil National des Femmes du Luxembourg (CNFL) se prononce en faveur d’une législation agissant directement sur la demande de "services sexuels"
Affaire Spitzer - Le mythe du crime sans victimes
Le Mouvement du Nid inquiet de plusieurs mesures de la politique française sur la prostitution
Le Forum de Vienne sur la traite des êtres humains reste sourd aux voix des victimes
Une politique cohérente contre la violence à l’égard des femmes doit commencer par s’attaquer à la prostitution
Prostitution - À Alger comme en Europe, on esclavagise les femmes
Manifeste des hommes pour l’abolition de la prostitution (Espagne)
Pornographie et fin de la masculinité
Pornographie : "Ça fait mal, tellement mal" ou pourquoi certaines femmes ne veulent pas savoir
Prostitution : les limites du consentement
Prostitution et traite des femmes au Nevada
« Être abolitionniste, c’est défendre la liberté sexuelle ! »
"Rent-A-Wife", c’est discriminatoire !
Après des décennies, les secrets des bordels des camps nazis émergent
Une association féministe espagnole conteste l’expression "travailleuse du sexe"
Le Mouvement du Nid face aux clients prostitueurs
Première Journée mondiale pour un tourisme responsable et respectueux, le 2 juin 2007
Richard Poulin parle de son dernier livre "Abolir la prostitution" - Interview par Sporenda
Police, Justice et acteurs sociaux, quelle coopération ?
Réflexions sur les meurtres de femmes prostituées au Royaume-Uni
Prostitution - Trois femmes et un débat
Déchirées par la guerre, les femmes d’Irak sont la cible des trafiquants du sexe
La prostitution n’est pas un service comme un autre
Entretien avec Coline Serreau sur le film Chaos
Qu’est-ce que la libération ? Le féminisme hier, aujourd’hui et demain
Quand le porno impose sa vision de la sexualité
La prostitution, une arme politique
Prostitution : tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir et qui existe quand même !
La liberté dévoyée
Mondialisation, militarisme et trafic sexuel
Pour que la porno recule
Marchandisation et déshumanisation : l’exemple de la prostitution
Richard Poulin lance un manifeste abolitionniste
Prostitution en Allemagne : Déclaration post-Coupe Mondiale de Football
Prostitution Reform - Stamp out sexual slavery (Angleterre)
La prostitution au XVIIIe siècle, pierre d’achoppement entre politiques locales et pouvoir royal
Campagne contre la traite des blanches de l’Europe de l’Est
Prostitution : les pièges du pragmatisme
L’âge du consentement sexuel à 16 ans : un pis-aller ?
Prostitution : cherchez le client
Enjeux de la prostitution considérée comme "travail du sexe"
L’envergure de la traite à des fins de prostitution
Les filles de l’Est
Violence pro-prostitution à la Maison des femmes de Paris
Le discours pro-prostitution : une rhétorique de dominant
"Survivantes" et féministes contre la prostitution
Clients de la prostitution : motivations et déterminants
La législation à l’encontre des prostituées au XVIIIe siècle
Une politique cohérente contre la violence faite aux femmes doit d’abord s’attaquer à la prostitution
La nouvelle industrie du sexe
"Terre promise", un film d’Amos Gitaï sur la traite des femmes
Prostitution : une arme de destruction massive
"Les clients de la prostitution : l’enquête", de Claudine Legardinier et Saïd Bouamama
Les Philippines contre le trafic sexuel
"Inside deep throat", contribution à la liberté sexuelle ?
La prostitution au XVIIIe siècle : introduction à une liberté superficielle
Femmes à vendre dans les pays baltes
Prostitution et Société No 150
Acheter du sexe n’est pas un sport
Une loi qui jetterait les femmes dans l’industrie du sexe
Casino de Hull - Des "playmates" de Playboy pour faire la promotion des nouvelles machines à sous
Ni coupables, ni victimes : libres ? Oui, libres de toute prostitution
Le système de la prostitution : une violence à l’encontre des femmes
La marchandisation du corps humain est une violation des droits fondamentaux de la personne
Le système de la prostitution au Cambodge : le témoignage de Somaly Mam
Le Mouvement du Nid
Le Mouvement du Nid - Documents sur la prostitution
La banalisation de la prostitution : des choses à savoir
L’Association canadienne des centres contre les agressions sexuelles réclame des politiques contre le commerce du sexe
16 journées d’actions citoyennes pour dire "Non aux violences à l’égard des femmes et à la prostitution ! Oui à la promotion de la dignité humaine !"
Prostitution et travail « invisible » : une assimilation dangereuse
Le risque global d’être convertie en marchandise
Gunilla Ekberg : « Le mieux que nous puissions faire pour nos soeurs prostituées, c’est de les aider à en sortir. »
Prostitution, pornographie et trafic des femmes
Sexe, argent et intégrisme postmoderne
Les politiques européennes et internationales sur la traite des êtres humains encouragent le proxénétisme
Quinze thèses sur le capitalisme et le système prostitutionnel mondial
Prostitution,
la mondialisation incarnée

Mondialisation des industries du sexe : oppression maximale des femmes et des enfants du Sud, de l’Est, du Sud-Est, etc...
L’hypocrisie a-t-elle un sexe ? Ou comment masquer l’insoutenable réalité de la prostitution
L’importance de ne pas censurer le débat sur la prostitution
Viol et prostitution
Esclavage et prostitution
Journée de formation sur la mondialisation de la prostitution et du trafic sexuel - Documents
Les jeunes et l’industrie du sexe
La marchandisation du sexe : nouvel esclavagisme ?
Le "libre choix" en Allemagne : accepter de se prostituer ou perdre son allocation de chômage ?
La croissance effrénée des industries du sexe : entrevue avec Richard Poulin
Aux pays des tsunamis, le trafic sexuel sévit
Le modèle suédois : une source d’inspiration, non une panacée
Une étude dresse le portrait des prostitueurs ou clients de la prostitution
Prostitution : La nouvelle traite des Noirs
« La mondialisation des industries du sexe » : des faits aux valeurs
Décriminaliser la prostitution a profité aux proxénètes, pas aux personnes prostituées
Occupations militaires - La prostitution érigée en système
Le scandale de l’esclavage sexuel au Kosovo
« Les Yeux secs » et la caméra citoyenne de Narjiss Nejjar
Rapport sur les conséquences de l’industrie du sexe dans l’Union européenne
L’érotisation de la violence et de la subordination
Prostitution : réflexions d’un militant en colère
Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui, esclavage, travail forcé, trafic de personnes
Pacte du silence sur les clients de la prostitution
Le débat sur la prostitution : quelle libération sexuelle ?
Des questions à se poser sur la prostitution
Fabrication d’un nouveau mythe sur la prostitution
L’urgence est-elle de faire de la prostitution un métier ?
Je voudrais parler porno
La légalisation de la prostitution, une expérience qui a échoué en Australie
Prostitution, pornographie et capital
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe
Prostitution, trafic sexuel et mondialisation
On s’arrache les actions du premier bordel inscrit en bourse
Il faut stigmatiser le client... il est criminel
La tyrannie du nouvel ordre sexuel
Adulte ou infantile, la prostitution est le contraire de l’autonomie sexuelle
Les enjeux occultés de la prostitution et les conséquences sur les rapports hommes-femmes
Le trafic mondial des femmes et des enfants
Des proxénètes à l’Université ?
La mondialisation des marchés du sexe - I
La mondialisation des marchés du sexe - II
Combattre le système prostitutionnel
Sexe : de l’intimité au « travail sexuel » ou prostituer est-il un droit humain ?
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe. Commentaire.
Pour une critique de la politique pro-prostitution de Cabiria
Prostitution : droits des femmes ou droit aux femmes ?
Faut-il une autorisation pour parler de la prostitution ?
« Le corps est un nouvel instrument d’esclavage » Florence Montreynaud
« La prostitution, ce n’est pas le plus vieux métier du monde, c’est le plus vieux mensonge » (Gunilla Ekberg)
L’idéologie sexiste et la pornographie
Femmes esclaves des bordels du Bangladesh







Cet article est un large extrait d’un texte très élaboré publié dans Alternatives Sud, « Prostitution, la mondialisation incarnée », vol. XII, n° 3, septembre 2005, qui paraîtra à la fin de septembre.

Préambule

Je suis entrée en contact avec le monde de la prostitution en tant que sociologue. J’ai réalisé ma première enquête sur ce thème en 1998 en me basant principalement sur des entrevues de prostituées adultes et adolescentes. Au fil des ans, je suis restée proche d’elles et préoccupée par leur sort, j’ai tenté de vaincre l’impuissance que je ressens face à la prostitution d’aujourd’hui. Si j’avais vécu à une autre époque, je suppose que j’aurais ressenti la même chose.

Lorsque j’ai commencé à élaborer ce texte, la question était de savoir si la prostitution d’aujourd’hui différait de celle d’hier. J’ai commencé par énumérer et identifier les différences. J’avais toutefois des images qui me revenaient sans cesse de mes précédentes visites dans des bordels, les voix des prostituées à qui j’ai parlé, et des quelques clients ainsi que de ceux qui aiment à s’appeler les « entrepreneurs de la nuit ». Tout cela me fit penser que peu de chose avait changé (1).

Lors d’une visite récente - il y a environ un an -, je me suis rendu dans un bordel dans une ville portuaire de l’intérieur du pays. Il y avait un immense salon, avec une scène de spectacles, une musique bruyante, et des femmes dans la pénombre, beaucoup plus de femmes que d’hommes, à moitié nues et très maquillées. La plupart discutaient entre elles, d’autres avec les rares clients présents à cette heure-là. Il était environ minuit. Au fond, un petit couloir débouche sur un escalier qui mène aux chambres où sont conduits les clients, mais où dorment aussi les femmes. L’excuse que j’invoque, pour entrer au bordel, est celle d’une étude sur les femmes immigrées. Cela m’a permis d’obtenir l’accord de la maîtresse des lieux pour des entretiens avec les étrangères. Cette nuit-là, j’ai pu discuter avec vingt-cinq femmes étrangères. Je n’ai pas pu savoir combien de femmes il y avait au total, mais d’après ce que j’ai pu voir, il devait y en avoir deux fois plus ; la moitié des prostituées étaient donc argentines. Les étrangères venaient presque toutes du Paraguay (vingt-trois), deux étaient brésiliennes.

La plupart tentaient de masquer leur jeune âge - dix-huit ou dix-neuf ans à peine - sous un épais maquillage ; certaines sont un peu plus âgées, mais très peu dépassent les trente ans. Les autres, celles que nous n’avons pas interviewées, les Argentines, ne se différencient en rien des étrangères (ni en âge, ni en apparence, ni en vêtements). Les conversations se sont déroulées en la présence de la sous-maîtresse (2). Cette situation exceptionnelle m’était imposée et m’a empêchée de me rapprocher, comme je l’aurais souhaité, des femmes. Les rares moments où la sous-maîtresse s’éloignait (quelques minutes à peine), les femmes tombaient leurs masques et je ne voyais plus que des regards d’une infinie tristesse. Mais ce n’est pas de cela que je vais parler, ni de leurs histoires, car je ne parviendrais pas à transmettre la douleur, la souffrance, la tristesse et l’impuissance que j’ai pu ressentir.

Alors que je me demandais quelles étaient les différences entre la situation actuelle et passée, ce que j’ai vu et entendu m’a rappelé des images et des paroles fréquemment entendues pour décrire le quotidien des bordels : en d’autres contextes, à d’autres moments, au cinéma, dans des romans ou des essais. Parmi celles-ci, l’image que je viens de décrire : un bordel comportant un espace où l’on boit et où l’on discute, pas seulement les clients avec les femmes, mais aussi les groupes d’hommes entre eux, qui boivent, fument, discutent, se vantent, blaguent. Ces bordels existent en Argentine depuis la fin du XIXe siècle, mais il y a cinquante ans, c’était un orchestre de Tango qui assurait le spectacle sur scène. Aujourd’hui, l’ambiance est assurée par une jeune femme (une Brésilienne, dans ce cas-ci) effectuant un strip-tease sur un morceau de musique choisie.

J’ai toujours lu qu’on retrouvait parmi les clients des bordels des professionnels, des politiciens, des entrepreneurs, des étudiants, des commerçants, des ouvriers. Dans le bordel où je me suis rendue, il y avait effectivement un commerçant, deux ou trois hommes d’affaires, un marin et un étudiant. La sous-maîtresse, une Argentine ex-prostituée, était montée en grade et dirigeait aujourd’hui directement le bordel, même si elle se plaignait que certaines filles s’étaient mariées avec des personnalités de la région (ce qui signifiait une grande perte pour elle).

Ce simple fait, que l’on retrouve dans d’autres témoignages, illustre la limite floue qui est censée séparer le monde de la prostitution du monde de tous les jours. La sous-maîtresse, une femme de 81 ans, avait un fils entrepreneur et homme politique connu, deux fils médecins et était même propriétaire de nombreuses propriétés dans la ville. Cela ne constitue qu’un exemple de la coexistence au quotidien de la prostitution dans la vie de tous les jours, sans oublier les clients ; de quel côté de la limite se trouvent-ils au juste ?

Je me souviens d’autres témoignages directs précédents : le médecin qui, avant de rejoindre son poste à l’hôpital, passait tous les jours au bordel, dont il était l’un des membres associés, pour toucher les gains de la nuit ; ou la fille de douze ans qui aidait dans le bar du bordel au moment où un juge entra et lui demanda : - « Mais qu’est-ce que tu fais là ? » et elle, qui l’avait déjà vu derrière son bureau au Tribunal, lui répondit ironiquement : - « Et vous ? » Le juge n’était pas en fonction ; il ne s’agissait pas d’une perquisition ni d’un quelconque devoir d’enquête… il prenait simplement un verre ; le cas d’un propriétaire d’un concessionnaire de voitures également propriétaire de plusieurs bordels, etc. ; les femmes victimes de la traite qui ont monté les échelons pour devenir les chefs de leur bordel ou d’autres qui ont réussi à sortir et à fonder un ménage ou à réussir une autre vie dans ce pays ; les profits des bordels qui finissent par être injectés dans les circuits légaux et l’argent légal qui rentre dans le circuit illégal de l’exploitation sexuelle. Nous n’avons pas encore de bordel côté en bourse, comme à Melbourne, mais nous n’en sommes pas loin.

L’intervention de l’État

Aujourd’hui, comme il y a cent cinquante ans, on continue à se demander si l’État doit abolir la prostitution ou la superviser et la réglementer ; on ne sait pas s’il faut la libéraliser ou la réprimer ; si la société doit solliciter l’intervention de l’État ou la limiter autant que faire se peut ; on ne sait s’il faut distinguer les différentes formes de prostitution afin de pénaliser uniquement certaines d’entre elles, considérées comme moins tolérables ; s’il faut punir uniquement les clients ou les femmes, ou les proxénètes, ou tout le monde ou personne ; on ne sait s’il faut rejeter la faute sur la misère, sur la société tout entière, sur la biologie masculine, etc.

En Argentine, les débats parlementaires - socialistes comme conservateurs - des dernières décennies du XIXe siècle et des premières décennies du XXe se sont concentrés sur la nécessité ou non de réglementer la prostitution, de contrôler les prostituées. Presque personne ne considéra qu’aucune loi ne devait légitimer la prostitution (3). Parmi les premières dispositions destinées à combattre le proxénétisme, mentionnons la Ley Palacios Nº 9143(loi argentine qui porte le nom du député socialiste Alfredo Palacios). Toutefois, comme déclara le Commissaire Julio Alzogaray :

    Les dispositions de cette loi tendent à réprimer l’exercice de la prostitution au bénéfice de tiers, ou la prostitution de mineurs d’âge. Néanmoins, une fois entrés en vigueur - avec les modifications introduites dans le projet original - ces amendements n’eurent pas la portée ni les effets voulus par ses auteurs, car des dysfonctionnements judiciaires les rendirent sans effet (4).

De nombreuses ordonnances municipales se sont attelées à la régulation de la prostitution. Un règlement édicté en 1875, et abrogé en 1935, permit le fonctionnement des bordels - appelés à cette époque les « maisons de prostitution » - qui ne pouvaient être dirigés que par des femmes . L’abrogation de ce règlement a entraîné la création de nombreux bordels clandestins ou la réouverture cachée de bordels ayant été obligés de fermer. La fin des règlements ne signifia donc pas la fin de la prostitution, mais sa réorganisation.

    Dans le Code pénal promulgué le 29 octobre 1921, et toujours en vigueur aujourd’hui, une chose similaire s’est produite. Après la tâche laborieuse de la commission parlementaire, les conclusions finales dans le chapitre relatif à la prostitution, le rufianisme ne serait pas possible… mais avant de se muer en loi, le projet a subi des modifications qui le rendirent aussi inefficace que le précédent (6).

Il y a lieu de se demander si ces débats - répétés à différentes époques au fur et à mesure de l’évolution des sociétés - n’ont pas servi et ne continuent pas à servir le maintien de la prostitution, dans la mesure où ils ne s’attaquent pas le problème à la racine : la raison d’être de la prostitution et son acceptation sociale. En effet, le droit des hommes à profiter de la prostitution n’est pas remis en cause.

En Argentine, le pouvoir étatique et législatif balance depuis près de deux siècles entre l’abolitionnisme et le réglementarisme.

Simmel, un des rares philosophes à considérer la prostitution en tant que thème philosophique - car il est impossible de parler de la vie et de la mort des individus sans parler des pratiques de la prostitution - déclare :

    Face à l’impératif moral de Kant selon lequel il ne faut jamais utiliser un être humain comme un simple moyen, mais le reconnaître à tout moment comme une fin, la prostitution implique un comportement totalement opposé et en relation avec les deux parties intervenantes. Parmi les relations entre êtres humains, la prostitution est le cas le plus patent d’une dégradation réciproque des intervenants dans un rôle de pur moyen, un élément qui relie clairement la prostitution à l’économie monétaire, prise au sens strict d’économie de « moyens » (7).

Il faut toutefois se demander quel est le rapport entre l’impératif éthique de Kant et les fondements d’une société patriarcale. Est-il possible d’exiger, ou même d’espérer, la réalisation d’un tel mandat dans une société telle que la nôtre ? Est-il possible d’espérer l’éradication de la prostitution dans une société qui continue à être patriarcale ?

D’autre part, aujourd’hui comme hier, des enquêtes sont réalisées à ce sujet par des organismes internationaux. Albert Londres décrit l’une d’elles dans les années vingt, et pour reprendre l’expression de Julio Alzogaray on pourrait dire que leurs effets sont tout aussi inexistants.

    Depuis trois ans la Société des Nations mène dans le secret une vaste enquête sur la traite des Blanches. Elle a envoyé des commissaires en Extrême Orient, au Canada, en Amérique du Sud, en Orient.

    Ces commissaires se sont bien promenés. Ils ont avalé de la poussière, sinon celle de la route, celle des dossiers. Ils ont cherché la vérité dans les dossiers ! Ils étaient des hommes beaucoup trop sérieux pour la chercher ailleurs. C’est pourquoi ils l’ont cherchée où elle ne se trouvait pas. Les dossiers n’ont jamais été constitués pour combattre la Traite des Blanches, mais pour dégager la responsabilité des fonctionnaires chargés de la combattre (8). (negritas nuestras)

Janice Raymond (9) fait écho à la critique de Londres envers ces politiques lorsqu’elle commente, dans un article de 1999 visant à analyser les politiques étatiques, les déclarations de l’économiste et détenteur du Prix Nobel Amartya Sen selon lesquelles les famines ne sont pas dues au manque de nourriture, mais au fait que les gouvernements en place n’ont pas effectué les choix politiques qui les auraient empêchées, voire éradiquées, et à l’absence d’interventions visant à protéger ceux qui sont les plus affectés par ces famines. Raymond applique ce raisonnement au thème de la prostitution, en affirmant que la bonne santé économique de la prostitution implique que les gouvernements n’ont pas non plus pris les meilleures options pour les éliminer, tout en affirmant leur volonté de le faire.

On pourrait penser que l’échec des politiques d’éradication de la prostitution est le résultat d’initiatives politiques manquées ou insuffisantes. Il est cependant légitime de se demander s’il s’agit, malgré les intentions énoncées haut et fort dans les forums nationaux et internationaux, véritablement de mauvais choix de stratégies erronées, ou si cette situation reflète un manque de volonté réelle d’éradiquer la prostitution.

Ces derniers temps, les discours des féministes se sont attelés - dans plusieurs pays - à repenser le combat contre la prostitution en termes de priorités et de politiques étatiques : défendre les prostituées, dénoncer le proxénétisme de tout ordre, dénoncer l’inefficacité des lois, dénoncer la violation des droits de l’Homme que constitue l’existence même de la prostitution. Pour reprendre la lanterne allumée par Sœur Juana de la Cruz (« Ô hommes idiots, qui accusent sans raison la femme, sans voir que vous êtes l’instrument de votre propre reproche ! »), l’on commence à considérer la demande, c’est-à-dire les clients, comme thème central de l’éradication de ces pratiques. Cette position a aussi tendance à accuser les hommes, le machisme, et l’État patriarcal qui les défendent et les protègent. Souvenons-nous de Londres, qui déclarait que même sans la pauvreté, la prostitution existerait tant qu’il y aurait une demande. On reconnaît rarement que c’est la demande qui crée le marché, qui promeut le recrutement, l’organisation et qui génère les conditions qui rendent possibles le « commerce/l’industrie de la prostitution ».

Citons Donna Guy :

    À la différence des protestants anglais et des juifs européens, - qui constituaient les groupes les plus prompts à réagir et à dénoncer la traite des blanches -, peu d’Argentins pensaient qu’il était nécessaire ou prudent de débarrasser la société de la prostitution […] À ceux qui ne peuvent éviter le sexe, les écritures conseillent le mariage (Corinthiens I, 7-9). Cependant, Saint Augustin et Saint Thomas d’Acquin considéraient déjà la prostitution féminine, aussi répugnante soit-elle, comme une nécessité. Par exemple, Saint Augustin croyait que l’élimination des bordels donnerait lieu à la prolifération indiscriminée de la luxure […] Suivant son critère, il valait mieux tolérer la prostitution […] plutôt que faire face aux dangers qui pourraient surgir de la suppression des catins de la société. Saint Thomas suivit l’idée de Saint Augustin en comparant la prostitution à un égout dont la suppression pourrait donner lieu à la pollution du palais. Il prétendit même que cette suppression pourrait encourager les pratiques homosexuelles (10).

Pourrait-on exprimer de meilleure façon pourquoi, hier comme aujourd’hui, la prostitution, bien que répudiée, prohibée et réprimée, est tolérée en pratique ?

Notes

1. Certaines des entrevues auxquelles je fais allusion furent réalisées en 1998 dans le cadre d’une enquête sur la prostitution infantile. Nous avons, à cette occasion, réalisé 326 entrevues, dont 115 de personnes prostituées, pour la plupart des femmes et des filles, bien que nous ayons aussi enterviewé quelques hommes et travestis. Voir : Chejter, Silvia, La niñez prostiutida, UNICEF Argentina, Buenos Aires, 2000. J’ai continué, à partir de cette date, à prendre notre de témoignages de prostituées, argentines mais aussi étrangères, dans le cadre d’une étude sur la prostitution en Argentine, qui n’a pas encore été publiée.
2. On appelle sous-maîtress la femme en charge du bordel, il s’agit parfois de la propriétaire, parfois d’une employée avec des fonctions hierarchiques. Dans ce cas-ci, la sous-maîtresse était également la propriétaire.
3. Parmi celles-ci, mentionnons Julieta Lanteri, La prostitución, primer congreso femenino internacional de la Argentina, Buenos Aires, Ceppi, 1911.
4. Alzogaray, Julio, Trilogía de la trata de blancas, Rufianes. Policía. Municipalidad, Buenos Aires, 1933, p. 111-112.
5. L’ordonnance de la ville de Buenos Aires (similaire aux décisions d’autres villes du pays) établissait les normes applicables aux « maisons de prostitution », leur localisation (à plus de deux cents mètres des Eglises, théâtres et écoles), les personnes autorisées à les tenir (uniquement des femmes) les normes d’hygiène et de sécurité municipale ; ce décret précisait également que les femmes devaient avoir plus de 18 ans (la majorité étant accordée par le Code civil à l’âge de 21 ans, ce décret légalisait donc la prostitution des mineures) et se soumettre à des inspections médicales. Les « maisons de prostitution » avaient également l’obligation de tenir des registres des femmes. La prostitution clandestine était interdite, c’est-à-dire celle « qui a lieu en dehors des maisons de prostitution tolérées par le règlement ». En 1936, la loi 12331, dite de prophilaxie vénérienne et d’examen prénuptial obligatoire, dont le caractère abolitionniste et applicable à tout le pays dérogeait à toutes les ordonnances antérieures.
6. Alzogaray, Julio, op. cit, p 112.
7. Simmel, George, « Sobre la individualidad y las formas sociales », Escritos Escogidos, Editorial Universidad Nacional de Quilmes, Buenos Aires, 2002, p. 188.
8. Londres, op. cit., p. 237.
9. Raymond, Janice, « L’Organisation internationale du travail (OIT) apelle a la reconnaisance de l’industfrie du sexe », Chronique Féministe, nº 70, Université des femmes, octobre-novembre 1999, Bruxelles, p. 40.
10. Guy, Dona. P., op. cit. p. 5.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 10 septembre 2005.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Silvia Chejter, sociologue

Professeure titulaire, au Département de sociologie, Faculté des sciences sociales, Université de Buenos Aires, et directrice du Centro de Encuentros Cultura y Mujer (CECYM), Silvia Chejter est l’auteure de La Niñez Prostituida, UNICEF, Argentina, 2000 ; La voz tutelada. Violación y voyeurismo, Nordan-Altamira, Buenos Aires, 1990 ; El sexo natural del Estado, Ed Nordan, Uruguay, 1990 ; Feminismo por feministas (historia del feminismo argentino 1970-1995), Editions CECYM, Buenos Aires, 1996, Editora de la Publicación anual Travesías. Temas del debate feminista contemporáneo, (1993-2003).



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2005
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin