| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

  Hébergé par                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       Éditions Sisyphe






mercredi 23 avril 2014

La cruelle chosification des femmes prostituées et des mères porteuses

par Pascale Camirand, éthicienne et féministe



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texte Imprimer ce texte


Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Plainte officielle contre la "consultation" menée par le Secrétariat international d’Amnesty ! au sujet de sa politique de décriminalisation du proxénétisme
Pénalisation du client de la prostitution ? Les belles histoires de Tonton Robert
Non, Messieurs, la plupart des personnes prostituées ne le sont pas par choix
Le manifeste des 343 bites tellement légères qu’elles se dressent à l’insu de leur cerveau
Catharine A. MacKinnon - Traite, prostitution, inégalité
Prostitution - Sanctionner les clients et non les prostituées
Prostitution des jeunes - La trahison des adultes
Décriminaliser la prostitution ne peut pas être la solution
Prostitution : une affaire d’hommes ou la fraternité "des salauds"
Loi sur la prostitution en France - « Je ne veux pas d’une société où les femmes ont un prix »
Janice G. Raymond – Prostitution : "Pas un choix, pas un travail"
Elisabeth Badinter et Irène Théry ou la caution intellectuelle du système patriarcal
Les femmes étrangères rêveraient-elles de devenir "putes" ?
Prostitution - La stigmatisation et le mythe entourant le statut de victime
Abolition de la prostitution en France - Le principe est acquis, place à la loi !
Comprendre la prostitution dans l’ensemble des structures de pouvoir fondées sur le genre
L’Irlande pourrait interdire l’achat de sexe
Le prostitueur, "chaînon manquant" de la question prostitutionnelle, selon Victor Malarek
La prostitution, sexualisation du pouvoir
La France envisagerait des sanctions "pédagogiques" pour les prostitueurs
Le Canada ne peut traiter la prostitution comme un filet de sécurité sociale
Les "femmes de réconfort" étaient nécessaires pour maintenir la discipline dans l’armée, selon le maire d’Osaka
Prostitueurs et non-prostitueurs, une étude de Mélissa Farley
Bienvenue dans le monde des prostitueurs
Prostitution - Rendre tabou la notion de victime pour masquer l’existence d’agresseurs
Prostitution en Grande-Bretagne - Un bien étrange syndicat au service des proxénètes
Prostitution et mariage : une assimilation douteuse
La prostitution, le STRASS et la sénatrice - La pertinence de la transparence
Au delà des mythes, légaliser la prostitution est une très mauvaise idée
La Suède malmène l’industrie du sexe et aide les femmes prostituées
Les prostitueurs. Sexe à vendre… Les hommes qui achètent du sexe, un livre de Victor Malarek
"Angel" : Piégée dans un monde de prostitution et de violence
L’être et la marchandise. Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi
"Les criminelles" : individualisation et romantisation de la prostitution
Des spécialistes en santé veulent aider les femmes à sortir de l’industrie du sexe… en faisant échec aux prostitueurs
L’Islande songe à interdire la porno diffusée sur Internet
En studio avec Ruth ! "Je crois sincèrement que la traite humaine et la prostitution fonctionnent de pair"
Catalogne - La loi et l’ordre des proxénètes
Qui estime vraiment les personnes prostituées ?
En studio avec Ruth ! "La prostitution est un grand enjeu politique"
L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) et l’Alliance canadienne féministe pour l’action internationale (FAFIA) répondent au rapport Oppal sur les femmes disparues
Colombie-Britannique - L’égalité des femmes et le contexte socio-économique absents du rapport Oppal sur les femmes disparues
Prostitution - Les “progressistes” australiens oscillent entre l’industrie du sexe et les droits des femmes
Prostitution - Le refus d’abolir le système prostitueur est une atteinte aux droits humains
Fantine ou la liberté de se prostituer ?
Première rencontre de l’Association internationale des survivantes unies de la traite à des fins sexuelles (prostitution)
Prostitution - Pourquoi il faut mettre fin à une des plus anciennes violations des droits humains
Carton rouge pour les bordels à vitrine
Prostitution - La réduction des méfaits est-elle ce que nous pouvons faire de mieux pour les personnes prostituées ?
Un traité féministe international pour abolir la prostitution
Prostitution - Coup de tampon réglementariste !
Prostitution et séropositivité - Le Gouvernement grec arrête et emprisonne des femmes pour protéger les hommes
Manifeste contre le système prostitueur
Prostitution en France - Lettre ouverte à M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre
1946-2012 : De la fermeture des maisons closes à la lutte contre le système prostitueur, les abolitionnistes portent progrès et liberté !
Prostitution - Gloria Steinem appuie le modèle nordique
Solidarité avec les prostituées, mais lutte contre la prostitution
Comparaison entre acheteurs et non-acheteurs de sexe dans la région de Boston
8 mars 2012 : Pas d’égalité sans abolition de la prostitution !
La danse contact ou "lap-dance", prologue de la prostitution
Fiers d’aller aux danseuses ! Vraiment ?
Abolitionnistes du système prostitueur : ce que nous sommes, ce que nous voulons !
Les Néerlandais commencent à regretter la légalisation de la prostitution
Prostitution et faux-semblants : une affaire de société, de femmes et d’hommes
Pourquoi la gauche veut-elle faire de la prostitution "un métier comme un autre" ?
Prostitution et "slutwalk" - Bâtir un mouvement féministe progressiste à l’époque individualiste
Prostitution - Il faut rendre illégal l’achat de "services" sexuels en Australie
Le mouvement des femmes n’est pas monochromatique
ZéroMacho - Des hommes contre la prostitution
Prostitution et domination masculine
La vérité sur l’esclavage sexuel planétaire, un livre de Lydia Cacho
Votre voisin est un prostitueur - Une nouvelle recherche
J’ai rien vu
Abolition n’est pas prohibition - Pourquoi la défense de l’avortement diffère de la défense de la prostitution
Prostitution et traite des femmes - Le projet abolitionniste au congrès Mondes des femmes 2011
Congrès international Mondes des femmes 2011 - Compte-rendu des échanges sur l’abolition de la prostitution à l’exposition "Les draps parlent"
Banalisation de l’industrie du sexe et éducation des jeunes
Nous devons sanctionner les acheteurs de la prostitution
Des députés proposent une résolution sur la prostitution réaffirmant la position abolitionniste de la France
Dix raisons de ne pas légaliser la prostitution
Demi Moore s’associe au CNN Freedom Project pour un documentaire saisissant sur le commerce sexuel au Népal
Client de la prostitution : vers une prise de conscience européenne
Lutter pour faire de la prostitution un travail, c’est se tromper de combat
Prostitution et traite des êtres humains, controverses et enjeux
Le système de la prostitution militaire en Corée du Sud, en Thaïlande et aux Philippines
Les pratiques des hommes "clients" de la prostitution : influences et orientations pour le travail social
La prostitution comme violence contre les femmes
Le système prostitutionnel, un pilier de l’inégalité sexuelle et des violences envers les femmes
Clients de la prostitution : un "droit de l’homme" heureusement en péril
Prostitution as violence against women
Prostitution - Vive le sexe libre et gratuit !
France - La prostitution n’est pas une fatalité
"Il faut punir les clients des prostituées", selon Roselyne Bachelot. Oui... et dépénaliser les personnes prostituées !
Belgique - Analyse « Prostitution : arguments et opinions »
Prostitution - Le débat entre féministes se poursuit
Tribunal populaire sur l’exploitation sexuelle commerciale - Inscription
La tolérance sociale, complice de la violence et de l’exploitation sexuelle
Traite des femmes à des fins sexuelles - Au cœur des réseaux criminels : l’exemple de l’Albanie
S’unir contre la banalisation de la prostitution - Un défi pour la décennie
Moi, si j’étais un homme
La prostitution menace le patrimoine humain
Prostitution et traite des êtres humains - Les mensonges du réglementarisme
La députée bloquiste Maria Mourani présente un projet de loi pour accélérer la lutte à la traite des personnes et au proxénétisme
La série "Maison close" : de la fiction à la réalité
C’est un métier, tout comme le vôtre…
Décriminaliser totalement la prostitution sape le travail pour l’égalité des sexes - Exigeons le changement
"Abolir la prostitution" – Une question en suspens pour le féminisme et pour la gauche
Pays-bas : infirmières ou prostituées ?
Madame Parité commence fort en renvoyant les femmes… au bordel !
Le sexe s’invite à la Coupe du Monde
Feu « Verts » au proxénétisme !
Plus de pornographie à l’Assemblée nationale, mais des assises de la prostitution au Sénat
"Travailleurs du sexe", un documentaire sexiste, réactionnaire et dangereux
Le Mouvement du Nid-France louera un mini-car pour faire visiter les maisons closes
Pour un quartier assiégé, la prostitution est loin d’être un "crime sans victime"
De client prostitueur à homme responsable : une démarche nécessaire
Le "client", premier agent de la prostitution
Proxénétisme et prostitution - Lettre ouverte aux candidat-e-s aux élections européennes de juin 2009
Poser les bases d’une Europe sans prostitution, c’est oser
Le tourisme de prostitution, une industrie mondialisée florissante
Prostitution : la grande promo
Première Journée mondiale contre l’exploitation sexuelle : les raisons d’un engagement
Prostitution et traite des êtres humains, enjeux nationaux et internationaux
Le vagin industriel. Vers une économie politique du sexe commercial mondialisée
S’attaquer au trafic mondial du sexe
Intégrisme islamique et esclavage sexuel en Iran
Le corps des femmes est attaqué. Que fait-on ? On se tient debout et on riposte !
Libre disposition de son corps et liberté de se prostituer
Le refus de la prostitution gagne du terrain
Comment la pornographie influence les jeunes consommateurs
La mode hypersexualisée s’inspire de la pornographie
Le "droit de prostituer" n’est pas un droit de l’homme
"Abolition de la prostitution" - Édito Revue Labrys
Affaire Sneep aux Pays-Bas - Condamnation de deux proxénètes qui ont exploité et maltraité 120 filles de l’Europe du Sud et de l’Est
Le commerce du sexe est florissant en Afghanistan
Sexe et Formule 1
Dossier prostitution - Importants développements à l’échelle internationale
Prostitution - Touche pas à mon client ?
Le Conseil National des Femmes du Luxembourg (CNFL) se prononce en faveur d’une législation agissant directement sur la demande de "services sexuels"
Affaire Spitzer - Le mythe du crime sans victimes
Le Mouvement du Nid inquiet de plusieurs mesures de la politique française sur la prostitution
Le Forum de Vienne sur la traite des êtres humains reste sourd aux voix des victimes
Une politique cohérente contre la violence à l’égard des femmes doit commencer par s’attaquer à la prostitution
Prostitution - À Alger comme en Europe, on esclavagise les femmes
Manifeste des hommes pour l’abolition de la prostitution (Espagne)
Pornographie et fin de la masculinité
Pornographie : "Ça fait mal, tellement mal" ou pourquoi certaines femmes ne veulent pas savoir
Prostitution : les limites du consentement
Prostitution et traite des femmes au Nevada
« Être abolitionniste, c’est défendre la liberté sexuelle ! »
"Rent-A-Wife", c’est discriminatoire !
Après des décennies, les secrets des bordels des camps nazis émergent
Une association féministe espagnole conteste l’expression "travailleuse du sexe"
Le Mouvement du Nid face aux clients prostitueurs
Richard Poulin parle de son dernier livre "Abolir la prostitution" - Interview par Sporenda
Prostitution - Trois femmes et un débat
Déchirées par la guerre, les femmes d’Irak sont la cible des trafiquants du sexe
La prostitution n’est pas un service comme un autre
Entretien avec Coline Serreau sur le film Chaos
Qu’est-ce que la libération ? Le féminisme hier, aujourd’hui et demain
Quand le porno impose sa vision de la sexualité
La prostitution, une arme politique
Prostitution : tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir et qui existe quand même !
La liberté dévoyée
Mondialisation, militarisme et trafic sexuel
Pour que la porno recule
Marchandisation et déshumanisation : l’exemple de la prostitution
Richard Poulin lance un manifeste abolitionniste
Prostitution en Allemagne : Déclaration post-Coupe Mondiale de Football
Prostitution Reform - Stamp out sexual slavery (Angleterre)
La prostitution au XVIIIe siècle, pierre d’achoppement entre politiques locales et pouvoir royal
Campagne contre la traite des blanches de l’Europe de l’Est
Prostitution : les pièges du pragmatisme
L’âge du consentement sexuel à 16 ans : un pis-aller ?
Prostitution : cherchez le client
Enjeux de la prostitution considérée comme "travail du sexe"
L’envergure de la traite à des fins de prostitution
Les filles de l’Est
Violence pro-prostitution à la Maison des femmes de Paris
Le discours pro-prostitution : une rhétorique de dominant
"Survivantes" et féministes contre la prostitution
Clients de la prostitution : motivations et déterminants
La législation à l’encontre des prostituées au XVIIIe siècle
Une politique cohérente contre la violence faite aux femmes doit d’abord s’attaquer à la prostitution
La nouvelle industrie du sexe
"Terre promise", un film d’Amos Gitaï sur la traite des femmes
Prostitution : une arme de destruction massive
"Les clients de la prostitution : l’enquête", de Claudine Legardinier et Saïd Bouamama
Les Philippines contre le trafic sexuel
"Inside deep throat", contribution à la liberté sexuelle ?
La prostitution au XVIIIe siècle : introduction à une liberté superficielle
Femmes à vendre dans les pays baltes
Prostitution et Société No 150
Acheter du sexe n’est pas un sport
Une loi qui jetterait les femmes dans l’industrie du sexe
Casino de Hull - Des "playmates" de Playboy pour faire la promotion des nouvelles machines à sous
Ni coupables, ni victimes : libres ? Oui, libres de toute prostitution
Le système de la prostitution : une violence à l’encontre des femmes
La marchandisation du corps humain est une violation des droits fondamentaux de la personne
Le système de la prostitution au Cambodge : le témoignage de Somaly Mam
Le Mouvement du Nid
Le Mouvement du Nid - Documents sur la prostitution
La banalisation de la prostitution : des choses à savoir
L’Association canadienne des centres contre les agressions sexuelles réclame des politiques contre le commerce du sexe
16 journées d’actions citoyennes pour dire "Non aux violences à l’égard des femmes et à la prostitution ! Oui à la promotion de la dignité humaine !"
Prostitution et travail « invisible » : une assimilation dangereuse
Le risque global d’être convertie en marchandise
Gunilla Ekberg : « Le mieux que nous puissions faire pour nos soeurs prostituées, c’est de les aider à en sortir. »
Prostitution, pornographie et trafic des femmes
Sexe, argent et intégrisme postmoderne
Les politiques européennes et internationales sur la traite des êtres humains encouragent le proxénétisme
Quinze thèses sur le capitalisme et le système prostitutionnel mondial
Le chemin de Buenos Aires : la prostitution, hier et aujourd’hui
Prostitution,
la mondialisation incarnée

Mondialisation des industries du sexe : oppression maximale des femmes et des enfants du Sud, de l’Est, du Sud-Est, etc...
L’hypocrisie a-t-elle un sexe ? Ou comment masquer l’insoutenable réalité de la prostitution
L’importance de ne pas censurer le débat sur la prostitution
Viol et prostitution
Esclavage et prostitution
Journée de formation sur la mondialisation de la prostitution et du trafic sexuel - Documents
Les jeunes et l’industrie du sexe
La marchandisation du sexe : nouvel esclavagisme ?
Le "libre choix" en Allemagne : accepter de se prostituer ou perdre son allocation de chômage ?
La croissance effrénée des industries du sexe : entrevue avec Richard Poulin
Aux pays des tsunamis, le trafic sexuel sévit
Le modèle suédois : une source d’inspiration, non une panacée
Une étude dresse le portrait des prostitueurs ou clients de la prostitution
Prostitution : La nouvelle traite des Noirs
« La mondialisation des industries du sexe » : des faits aux valeurs
Décriminaliser la prostitution a profité aux proxénètes, pas aux personnes prostituées
Occupations militaires - La prostitution érigée en système
Le scandale de l’esclavage sexuel au Kosovo
« Les Yeux secs » et la caméra citoyenne de Narjiss Nejjar
Rapport sur les conséquences de l’industrie du sexe dans l’Union européenne
L’érotisation de la violence et de la subordination
Prostitution : réflexions d’un militant en colère
Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui, esclavage, travail forcé, trafic de personnes
Pacte du silence sur les clients de la prostitution
Le débat sur la prostitution : quelle libération sexuelle ?
Des questions à se poser sur la prostitution
Fabrication d’un nouveau mythe sur la prostitution
L’urgence est-elle de faire de la prostitution un métier ?
Je voudrais parler porno
La légalisation de la prostitution, une expérience qui a échoué en Australie
Prostitution, pornographie et capital
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe
Prostitution, trafic sexuel et mondialisation
On s’arrache les actions du premier bordel inscrit en bourse
Il faut stigmatiser le client... il est criminel
La tyrannie du nouvel ordre sexuel
Adulte ou infantile, la prostitution est le contraire de l’autonomie sexuelle
Les enjeux occultés de la prostitution et les conséquences sur les rapports hommes-femmes
Le trafic mondial des femmes et des enfants
Des proxénètes à l’Université ?
La mondialisation des marchés du sexe - I
La mondialisation des marchés du sexe - II
Combattre le système prostitutionnel
Sexe : de l’intimité au « travail sexuel » ou prostituer est-il un droit humain ?
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe. Commentaire.
Pour une critique de la politique pro-prostitution de Cabiria
Prostitution : droits des femmes ou droit aux femmes ?
Faut-il une autorisation pour parler de la prostitution ?
« Le corps est un nouvel instrument d’esclavage » Florence Montreynaud
« La prostitution, ce n’est pas le plus vieux métier du monde, c’est le plus vieux mensonge » (Gunilla Ekberg)
L’idéologie sexiste et la pornographie
Femmes esclaves des bordels du Bangladesh




À l’heure où j’écris ces lignes, la Cour suprême du Canada se penche sur la prostitution. Voilà plusieurs décennies, déjà, que le Canada et le Québec débattent des lois qui seraient les plus justes. Certains et certaines souhaitent que la prostitution soit reconnue comme un travail, d’autres voudraient que nous adoptions une approche visant l’éradication du phénomène.

C’est dans ce contexte que M Éditeur fait paraître l’ouvrage de Kajsa Ekis Ekman intitulé L’être et la marchandise. Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi. Pour l’auteure, le phénomène de la maternité de substitution est aussi une forme de prostitution : une prostitution reproductive. C’est d’ailleurs un aspect des plus original du livre, si dense et si riche, au demeurant.

Ekman se penche sur les discours et sur les pratiques. Regardons d’abord le travail théorique que fait Ekman au niveau de l’analyse des discours. Nous aborderons ensuite ce que l’auteure découvre en allant à la rencontre des prostituées et des mères porteuses.

L’analyse des discours

Les discours en faveur de la légalisation de la prostitution et de la maternité de substitution sont, selon Ekman, des superdiscours idéologiques qui créent des mythes : le mythe de la « putain » heureuse et le mythe de la femme qui se donne de façon altruiste et désintéressée au point de se comparer à la Vierge Marie.

Ekman se penche sur plusieurs catégories de discours (queers, postmodernes, féministes en faveur de la légalisation). Cependant, les discours contre lesquels elle se bat sont les discours pro-« travail du sexe » et pro-mères porteuses qui puisent dans une pensée néolibérale. Ici les relations entre les clients et les prostituées, les relations entre les couples et les mères porteuses, sont des relations d’affaires. Les femmes sont des prestataires de services qui louent ou vendent leur sexe ou leur utérus de manière délibérée. Ces femmes, des adultes responsables, exerceraient un choix rationnel. Elles disposeraient librement de leur corps. Ici, il serait légitime de vendre ou de louer son corps, ce serait même un droit moral, affirme une théologienne (1).

Ekman fait une synthèse accablante : pour elle les discours en faveur de la légalisation sont de la pure rhétorique. Ces discours mystifient les citoyen-ne-s. Ils créent l’illusion que l’on peut assumer le rôle de marchandise sans vivre de conséquences néfastes.

Le cadre conceptuel d’Ekman

Aux yeux de l’auteure, les argumentations qu’elle a étudiées dissimulent des faits empiriques. Elles ne parlent pas du monde concret dans lequel vivent les prostituées et les mères porteuses. Seule une analyse sociologique, chez Ekman inspirée du marxisme par moments, et qui met à l’avant-plan la réalité matérielle des travailleuses représente, pour Ekman, une entreprise de théorisation valide.

Notons cependant qu’Ekman emprunte au féminisme radical les concepts de patriarcat et de rapports sociaux de sexe. À ses yeux, l’analyse féministe radicale n’est pas du tout exagérée. Cette analyse formule des affirmations exactes car elles se basent sur ce qui se passe réellement, surtout lorsqu’il s’agit de parler de la violence faite aux femmes. Mais le féminisme radical pose problème, selon Ekman : la violence masculine y semble immuable. Il n’y aurait pas de solutions. Si ce féminisme a des antennes extrêmement sensibles, il demeure néanmoins un discours trop lourd, et surtout statique (2). Ekman a besoin d’une vision qui ouvre sur des changements et pour elle ce sont les concepts de dialectique et de contradictions qui ouvrent cette porte.

« Quand les marxistes parlent de dialectique, ils entendent par là la façon dont la société se développe à travers ses contradictions. Qu’une situation en apparence homogène renferme toujours sa propre contradiction, laquelle est le germe de sa propre ruine. C’est pourquoi il faut identifier ce germe. » (3)

Ekman choisit donc une grille qui théorise le travail comme une aliénation et comme un processus de réification. L’aliénation est préjudiciable à tout travail salarié. Dans la société capitaliste, nos capacités deviennent des fonctions séparées de nous-mêmes. Le travail n’est plus une source de joie où on se sent créatif ou créative. Le travail est une tâche mécanique et machinale. Tous et toutes, nous nous vendons nous-mêmes comme force de travail, ce qui fait que nous voyons tout le monde comme de simples marchandises. Mais encore, nous passons du statut de marchandise au statut d’objet, de chose, d’où le concept de réification. Et c’est chez Georg Lukàcs, philosophe et sociologue marxiste, qu’Ekman puise ce concept. Pour lui,

« La réification est un état constant de non-engagement et de distanciation au monde, où les rapports économiques apparaissent comme quelque chose qui ne nous concerne pas, où les marchandises semblent dotées d’une vie propre, tandis que les êtres humains se sentent totalement impuissants. La réification survient quand une création ou une action humaine se transforme en marchandise ou en chose. » (4)

Ainsi, pour Ekman, la maternité de substitution est l’ultime réification.

« À l’évidence, dans la maternité de substitution, ce qui est réifié, ce ne sont pas seulement la femme ou l’enfant en tant qu’individus, mais c’est la vie elle-même. C’est l’existence même qui est désormais achetable. Dans la naissance par maternité de substitution, en ce qui concerne l’existence même de l’enfant, c’est la transaction commerciale qui est décisive.
Par conséquent, la maternité de substitution est une réification de l’existence qui est poussée très loin. […] L’échange marchand devient la réponse à la question existentielle fondamentale : pourquoi existé-je ? J’existe parce que quelqu’un a payé. » (5)

Le concept de réification est central dans l’analyse qu’Ekman fait du travail des prostituées et des mères porteuses. Mais il ne s’agit pas seulement d’un concept hérité d’un cadre théorique. Le lien entre le monde concret et la théorie est organique. Il fait sens et se montre crédible.

L’analyse du vécu des femmes

Dans son ouvrage, Ekman veut rencontrer les prostituées et les mères porteuses de manière empathique. Pour ce faire, elle utilise des sources qui vont à la rencontre de leurs paroles.

Le vécu des prostituées

L’apport d’Ekman le plus créatif est le chapitre où elle analyse la relation entre le prostitueur et la prostituée. Le noyau de l’acte prostitutionnel est la séparation du Moi et du corps. La prostituée est une personne qui vend son corps, mais c’est le corps qui est vendu, son Moi ne l’est pas. Mais encore, dans la prostitution, le sexe est séparé du Moi et du corps. Il devient une marchandise indépendante qui se trouve entre le client et la prostituée.

Ekman observe que les prostituées créent une autre réalité, un autre monde intérieur ; elles agissent comme si elles n’avaient plus de corps ; elles n’éprouvent pas de sensations ; elles se déconnectent. La prostitution n’existerait pas sans ce phénomène de déconnexion. À l’instar de maintes analyses psychologiques, Ekman appelle ce mécanisme de défense une « dissociation de soi ». Cela est observé dans tant de pays que l’on peut considérer que c’est une expérience universelle.

Le vécu des mères porteuses

Les mères porteuses aussi doivent créer une distance entre leur Moi et leur corps, entre leur Moi et l’enfant qu’elles portent. Tout comme les prostituées, elles parlent de différentes techniques qui visent à inhiber leurs sentiments. Elles se répètent que l’enfant ne leur appartient pas et qu’elles ne sont pas sa mère. Elles transforment une partie d’elles-mêmes en une chose qui appartient à une autre personne. Elles désavouent leur corps. (Cependant les recherches ne se sont pas penchées sur une hypothèse de dissociation émotionnelle, contrairement à la prostitution où cela a été grandement documenté. Mais une chose est certaine : il ne faut pas que les mères porteuses ressentent d’attachement pour le bébé.)

Ekman se demande pourquoi les mères porteuses s’offrent en sacrifice. Car c’est bien de cela qu’il s’agit. Derrière les beaux discours qui parlent de familles heureuses et de don de la vie, il y a une douleur. Cette douleur ressemble à celle des prostituées. Les prostituées et les mères porteuses souffrent de leur dissociation entre la fonction d’organe et l’humanité, le corps et le moi. Et leur expérience a des racines dans des souffrances plus anciennes. Parfois une évidence leur saute aux yeux : elles réalisent que leurs blessures sont profondes et éprouvantes. Par exemple, souvent mères porteuses et prostituées ont été des femmes abusées sexuellement dans leur enfance.

Ainsi, pour Ekman les motivations des femmes ne sont pas uniquement associées à des contraintes économiques. « Parfois l’argent n’a aucune importance : le but peut être de se faire du mal, de se punir. » (6) L’auteure ajoute : « Il y a là toute une industrie qui profite de l’autodestructivité des femmes, […] qui n’hésite pas à tirer profit de l’altruisme des femmes. » (7)

Le cri du cœur d’Ekman : une éthique humaniste

L’auteure est animée par un souci de profonde humanité. Elle a utilisé des concepts qui collent, selon elle, au vécu des femmes. Pour cette auteure, tout discours qui ne prend pas le temps de rencontrer humainement les prostituées et les mères porteuses est pure abstraction et pure propagande en faveur d’intérêts économiques.

Le discours d’Ekman souhaite appréhender l’être humain dans sa totalité. C’est à l’aide de méthodologies et d’épistémologies qui vont dans ce sens qu’Ekman rédige son ouvrage. Cela lui a permis de « voir la cruauté du système » (8) . Pour Ekman, le discours pro-« travail du sexe » est une « idéologie politique terriblement inhumaine » (9) . Les conséquences de l’activité prostitutionnelle lui apparaissent « terriblement tragiques » (10). La prostitution « est de loin la situation la plus mortifère dans laquelle une femme puisse se trouver » (11).

Ekman nous invite à rencontrer les prostituées et les mères porteuses en étant nous-mêmes pleinement humain-e. Il est important à ses yeux de nous ouvrir à ce que nous ressentons, ce qui nous permet d’éprouver des émotions traduisant la dissociation de soi de ces femmes. Nous pouvons comprendre avec notre corps tout autant qu’avec notre intellect.

Les prostituées et les mères porteuses peuvent retrouver leur unicité, leur intégrité. Elles peuvent faire des prises de conscience qui réuniront leur esprit, leur être, leur âme et leur corps. C’est ici peut-être que les souhaits d’Ekman rejoignent les aspirations du féminisme radical : tracer un chemin, avec des moyens concrets, pour que les femmes se réapproprient leur sexualité et leur pouvoir de créer l’espèce humaine. Il est possible pour elles d’entamer un processus de « dé-réification » qui réparera les blessures dues au dualisme patriarcal et à la dissociation de soi.

J’aimerais en terminant vous laisser devant deux séries de questions qu’Ekman formule avec émotion et indignation. Ces questions pourraient certainement alimenter la suite des débats.

Au sujet de la prostitution, Ekman demande :

« Il n’existe […] aucun autre cadre de vie où, comme dans la prostitution, tant de personnes sont brutalisées, violées et assassinées. Comment peut-on accepter cela ? Pourquoi la prostitution est-elle une exception pour tant de gouvernements, d’intellectuel-le-s et d’activistes des droits de la personne, qui défendent habituellement le droit fondamental à la dignité humaine ? Pourquoi tant de personnes se taisent-elles ? Pire encore, pourquoi tant de personnes s’emploient-elles à glorifier la prostitution ? Est-ce que c’est parce que les personnes mises en péril sont des femmes ? Est-ce que c’est parce que beaucoup d’hommes donnent un appui feutré à la prostitution ? […] À la lumière des faits empiriques concernant la prostitution, [les] affirmations [disant que les prostituées sont des femmes fortes exerçant un choix radical] semblent aussi naïves que terriblement cruelles. » (12)

Au sujet de la maternité de substitution, elle s’interroge ainsi :

« Comment peut-on justifier une situation où les nanti-e-s de ce monde utilisent les plus pauvres comme des animaux reproducteurs, auxquels on injecte quantité d’hormones et à qui on ôte les enfants à la naissance en échange de menue monnaie ? »

N’est-ce pas le manque d’empathie qui rend possible la prostitution et la maternité de substitution ?

* EKMAN, Kajsa Ekis, L’être et la marchandise. Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi, Montréal, M Éditeur, 2013, 213 pages.

Notes

1. Susanne Wigorts Yngvesson, « Att s¸alja sin knopp ¸at en moralisk rättighet”, Svenska Dagbladet, 19 décembre 2006.
2. EKMAN, Kajsa Ekis, L’être et la marchandise. Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi, M Éditeur, 2013, p. 131.
3. Ibid., pp. 104-105.
4. Ekman gagnerait à développer sa compréhension du féminisme radical. C’est l’une des faiblesses de son livre. Par exemple, quand elle dit que le féminisme radical n’a pas de solution. En identifiant le patriarcat comme système à l’origine de l’oppression des femmes, le féminisme radical propose de le remplacer par des rapports de sexe égalitaires, ce qui est en soi une solution. D’ailleurs, les femmes doivent aux luttes du féminisme radical (« radical » venant du terme latin radix signifie racine) plusieurs des changements sociaux qui ont amélioré leur vie personnelle et professionnelle. L’appel d’Ekman aux explications marxistes des transformations économiques et sociales dans l’histoire l’amène, semble-t-il, si l’on suit son raisonnement, à croire que les rapports sociaux de sexe se transformeront à partir de l’évolution des contradictions matérielles de l’oppression des femmes. La théorie marxiste des changements sociaux est une manière peu crédible d’œuvrer pour la libération des femmes car elle se situe au niveau macrosociologique. Cette théorie ne s’est d’ailleurs pas concrétisée dans la pratique. Marx ici s’est trompé.
5. Ibid., p. 177.
6. Ibid., p. 204.
7. Ibid., p. 204.
8. Ibid., p. 50.
9. Ibid., p. 127.
10. Ibid, p. 59.
11. Ibid., p. 86.
12. Ibid., p. 90.

- Lire aussi : « Mères porteuses - gestation pour autrui. Pour ou contre ? », par Sandrine Goldschmidt, À dire d’elles

Mis en ligne sur Sisyphe, le 14 juin 2013

                        Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer         Nous suivre sur Twitter       Nous suivre sur Facebook

Pascale Camirand, éthicienne et féministe

Pascale Camirand, citoyenne et philosophe éthicienne féministe, est présidente de la Société des femmes philosophes.



Plan-Liens Forum

  • La cruelle chosification des femmes prostituées et des mères porteuses
    (1/1) 29 juillet 2013 , par Internaute





  • La cruelle chosification des femmes prostituées et des mères porteuses
    29 juillet 2013 , par Internaute   [retour au début des forums]

    Sans entrer dans le débat de savoir si la mère porteuse est heureuse ou non, vraiment volontaire ou en recherche d’argent, il y a une autre personne à considérer : l’enfant.

    Les nouveau-nés reconnaissent la voix et l’odeur de celle qui les as portés.
    Belle preuve d’amour des parents biologiques que de l’arracher à ce qui est pour lui sa famille.
    Beaucoup d’enfants adoptés ont un « manque » et cherchent à retrouver leur parents biologiques.
    Pour les enfants qui sont issus d’une GPA, comment leurs parents vont expliquer ça ?
    Qu’il recherchera toujours la voix qui l’a bercé, alors que ses parents l’ont acheté comme un chaton ? Leur « envie d’enfant » comme plus importante que l’envie de l’enfant de rester avec celle qui l’a porté ?

    [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © Sisyphe 2002-2013
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2011 | |Retour à la page d'accueil |Admin