| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mercredi 8 septembre 2004

Décriminaliser la prostitution a profité aux proxénètes, pas aux personnes prostituées

par Micheline Carrier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Des militantes et militants pro-prostitution menacent des survivantes pour les faire taire
Prostitution - La Loi sur la protection des collectivités et des victimes d’exploitation, deux ans plus tard, qu’en-est-il ?
Le prostitueur moderne et sa nounou queer
Aidez-nous à éradiquer la prostitution au Canada
Euro 2016 - Le prix d’une passe n’est pas celui que tu crois
Abolition de la GPA et de la prostitution, même combat contre le patriarcat
Les droits des femmes bafoués, les corps marchandisés
Non au système prostitutionnel ! Une analyse féministe et abolitionniste du système prostitutionnel
Prostitution : L’Assemblée nationale française fidèle à ses convictions
Claudine Legardinier - Prostitution : une guerre contre les femmes
France - Les inégalités femmes-hommes au Sénat font obstruction à la sanction des clients de la prostitution !
Offrir aux hommes handicapés de recourir à la prostitution, une idée ancrée dans la misogynie et le validisme
Lettre ouverte à rabble.ca - La journaliste Meghan Murphy visée par une campagne misogyne du lobby de l’industrie du sexe
Grand Prix de Montréal - La CSN demande l’application de la nouvelle loi fédérale pour contrer la prostitution
Comment la pornographie influence les jeunes consommateurs
"Le commerce du sexe", un film d’Ève Lamont
Réglementer la pornographie ou criminaliser les pornocrates ?
Corps disloqués, âmes brisées : conséquences psychiques et physiques de la prostitution sur les personnes qui la vivent
Prostitution - L’approche de “réduction des méfaits” ne suffit pas pour une analyse pertinente de la prostitution
« Ni client, ni complice ! » - La CLES lance un appel à lutter contre la banalisation de l’exploitation sexuelle
Pénalisation du client de la prostitution ? Les belles histoires de Tonton Robert
Non, Messieurs, la plupart des personnes prostituées ne le sont pas par choix
Le manifeste des 343 bites tellement légères qu’elles se dressent à l’insu de leur cerveau
La cruelle chosification des femmes prostituées et des mères porteuses
Catharine A. MacKinnon - Traite, prostitution, inégalité
Prostitution - Sanctionner les clients et non les prostituées
Prostitution des jeunes - La trahison des adultes
Décriminaliser la prostitution ne peut pas être la solution
Prostitution : une affaire d’hommes ou la fraternité "des salauds"
Loi sur la prostitution en France - « Je ne veux pas d’une société où les femmes ont un prix »
Janice G. Raymond – Prostitution : "Pas un choix, pas un travail"
Elisabeth Badinter et Irène Théry ou la caution intellectuelle du système patriarcal
Les femmes étrangères rêveraient-elles de devenir "putes" ?
Prostitution - La stigmatisation et le mythe entourant le statut de victime
Abolition de la prostitution en France - Le principe est acquis, place à la loi !
Comprendre la prostitution dans l’ensemble des structures de pouvoir fondées sur le genre
L’Irlande pourrait interdire l’achat de sexe
Le prostitueur, "chaînon manquant" de la question prostitutionnelle, selon Victor Malarek
La prostitution, sexualisation du pouvoir
La France envisagerait des sanctions "pédagogiques" pour les prostitueurs
Le Canada ne peut traiter la prostitution comme un filet de sécurité sociale
Les "femmes de réconfort" étaient nécessaires pour maintenir la discipline dans l’armée, selon le maire d’Osaka
Prostitueurs et non-prostitueurs, une étude de Mélissa Farley
Bienvenue dans le monde des prostitueurs
Prostitution - Rendre tabou la notion de victime pour masquer l’existence d’agresseurs
Prostitution en Grande-Bretagne - Un bien étrange syndicat au service des proxénètes
Prostitution et mariage : une assimilation douteuse
La prostitution, le STRASS et la sénatrice - La pertinence de la transparence
Au delà des mythes, légaliser la prostitution est une très mauvaise idée
La Suède malmène l’industrie du sexe et aide les femmes prostituées
Les prostitueurs. Sexe à vendre… Les hommes qui achètent du sexe, un livre de Victor Malarek
"Angel" : Piégée dans un monde de prostitution et de violence
L’être et la marchandise. Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi
"Les criminelles" : individualisation et romantisation de la prostitution
Des spécialistes en santé veulent aider les femmes à sortir de l’industrie du sexe… en faisant échec aux prostitueurs
L’Islande songe à interdire la porno diffusée sur Internet
En studio avec Ruth ! "Je crois sincèrement que la traite humaine et la prostitution fonctionnent de pair"
Catalogne - La loi et l’ordre des proxénètes
Qui estime vraiment les personnes prostituées ?
En studio avec Ruth ! "La prostitution est un grand enjeu politique"
L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) et l’Alliance canadienne féministe pour l’action internationale (FAFIA) répondent au rapport Oppal sur les femmes disparues
Colombie-Britannique - L’égalité des femmes et le contexte socio-économique absents du rapport Oppal sur les femmes disparues
Prostitution - Les “progressistes” australiens oscillent entre l’industrie du sexe et les droits des femmes
Prostitution - Le refus d’abolir le système prostitueur est une atteinte aux droits humains
Fantine ou la liberté de se prostituer ?
Première rencontre de l’Association internationale des survivantes unies de la traite à des fins sexuelles (prostitution)
Prostitution - Pourquoi il faut mettre fin à une des plus anciennes violations des droits humains
Carton rouge pour les bordels à vitrine
Prostitution - La réduction des méfaits est-elle ce que nous pouvons faire de mieux pour les personnes prostituées ?
Un traité féministe international pour abolir la prostitution
Prostitution - Coup de tampon réglementariste !
Prostitution et séropositivité - Le Gouvernement grec arrête et emprisonne des femmes pour protéger les hommes
Manifeste contre le système prostitueur
Prostitution en France - Lettre ouverte à M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre
1946-2012 : De la fermeture des maisons closes à la lutte contre le système prostitueur, les abolitionnistes portent progrès et liberté !
Prostitution - Gloria Steinem appuie le modèle nordique
Solidarité avec les prostituées, mais lutte contre la prostitution
Comparaison entre acheteurs et non-acheteurs de sexe dans la région de Boston
8 mars 2012 : Pas d’égalité sans abolition de la prostitution !
La danse contact ou "lap-dance", prologue de la prostitution
Fiers d’aller aux danseuses ! Vraiment ?
Abolitionnistes du système prostitueur : ce que nous sommes, ce que nous voulons !
Les Néerlandais commencent à regretter la légalisation de la prostitution
Prostitution et faux-semblants : une affaire de société, de femmes et d’hommes
Pourquoi la gauche veut-elle faire de la prostitution "un métier comme un autre" ?
Prostitution et "slutwalk" - Bâtir un mouvement féministe progressiste à l’époque individualiste
Prostitution - Il faut rendre illégal l’achat de "services" sexuels en Australie
Le mouvement des femmes n’est pas monochromatique
ZéroMacho - Des hommes contre la prostitution
Prostitution et domination masculine
La vérité sur l’esclavage sexuel planétaire, un livre de Lydia Cacho
Votre voisin est un prostitueur - Une nouvelle recherche
J’ai rien vu
Abolition n’est pas prohibition - Pourquoi la défense de l’avortement diffère de la défense de la prostitution
Prostitution et traite des femmes - Le projet abolitionniste au congrès Mondes des femmes 2011
Congrès international Mondes des femmes 2011 - Compte-rendu des échanges sur l’abolition de la prostitution à l’exposition "Les draps parlent"
Banalisation de l’industrie du sexe et éducation des jeunes
Nous devons sanctionner les acheteurs de la prostitution
Des députés proposent une résolution sur la prostitution réaffirmant la position abolitionniste de la France
Dix raisons de ne pas légaliser la prostitution
Demi Moore s’associe au CNN Freedom Project pour un documentaire saisissant sur le commerce sexuel au Népal
Client de la prostitution : vers une prise de conscience européenne
Lutter pour faire de la prostitution un travail, c’est se tromper de combat
Prostitution et traite des êtres humains, controverses et enjeux
Le système de la prostitution militaire en Corée du Sud, en Thaïlande et aux Philippines
Les pratiques des hommes "clients" de la prostitution : influences et orientations pour le travail social
La prostitution comme violence contre les femmes
Le système prostitutionnel, un pilier de l’inégalité sexuelle et des violences envers les femmes
Clients de la prostitution : un "droit de l’homme" heureusement en péril
Prostitution as violence against women
Prostitution - Vive le sexe libre et gratuit !
France - La prostitution n’est pas une fatalité
"Il faut punir les clients des prostituées", selon Roselyne Bachelot. Oui... et dépénaliser les personnes prostituées !
Belgique - Analyse « Prostitution : arguments et opinions »
Prostitution - Le débat entre féministes se poursuit
Tribunal populaire sur l’exploitation sexuelle commerciale - Inscription
La tolérance sociale, complice de la violence et de l’exploitation sexuelle
Traite des femmes à des fins sexuelles - Au cœur des réseaux criminels : l’exemple de l’Albanie
S’unir contre la banalisation de la prostitution - Un défi pour la décennie
Moi, si j’étais un homme
Prostitution et traite des êtres humains - Les mensonges du réglementarisme
La députée bloquiste Maria Mourani présente un projet de loi pour accélérer la lutte à la traite des personnes et au proxénétisme
La prostitution menace le patrimoine humain
La série "Maison close" : de la fiction à la réalité
C’est un métier, tout comme le vôtre…
Décriminaliser totalement la prostitution sape le travail pour l’égalité des sexes - Exigeons le changement
"Abolir la prostitution" – Une question en suspens pour le féminisme et pour la gauche
Pays-bas : infirmières ou prostituées ?
Madame Parité commence fort en renvoyant les femmes… au bordel !
Le sexe s’invite à la Coupe du Monde
Feu « Verts » au proxénétisme !
Plus de pornographie à l’Assemblée nationale, mais des assises de la prostitution au Sénat
"Travailleurs du sexe", un documentaire sexiste, réactionnaire et dangereux
Le Mouvement du Nid-France louera un mini-car pour faire visiter les maisons closes
Pour un quartier assiégé, la prostitution est loin d’être un "crime sans victime"
De client prostitueur à homme responsable : une démarche nécessaire
Le "client", premier agent de la prostitution
Proxénétisme et prostitution - Lettre ouverte aux candidat-e-s aux élections européennes de juin 2009
Poser les bases d’une Europe sans prostitution, c’est oser
Le tourisme de prostitution, une industrie mondialisée florissante
Prostitution : la grande promo
Première Journée mondiale contre l’exploitation sexuelle : les raisons d’un engagement
Prostitution et traite des êtres humains, enjeux nationaux et internationaux
Le vagin industriel. Vers une économie politique du sexe commercial mondialisée
S’attaquer au trafic mondial du sexe
Intégrisme islamique et esclavage sexuel en Iran
Le corps des femmes est attaqué. Que fait-on ? On se tient debout et on riposte !
Libre disposition de son corps et liberté de se prostituer
Le refus de la prostitution gagne du terrain
La mode hypersexualisée s’inspire de la pornographie
Le "droit de prostituer" n’est pas un droit de l’homme
"Abolition de la prostitution" - Édito Revue Labrys
Affaire Sneep aux Pays-Bas - Condamnation de deux proxénètes qui ont exploité et maltraité 120 filles de l’Europe du Sud et de l’Est
Le commerce du sexe est florissant en Afghanistan
Sexe et Formule 1
Dossier prostitution - Importants développements à l’échelle internationale
Prostitution - Touche pas à mon client ?
Le Conseil National des Femmes du Luxembourg (CNFL) se prononce en faveur d’une législation agissant directement sur la demande de "services sexuels"
Affaire Spitzer - Le mythe du crime sans victimes
Le Mouvement du Nid inquiet de plusieurs mesures de la politique française sur la prostitution
Le Forum de Vienne sur la traite des êtres humains reste sourd aux voix des victimes
Une politique cohérente contre la violence à l’égard des femmes doit commencer par s’attaquer à la prostitution
Prostitution - À Alger comme en Europe, on esclavagise les femmes
Manifeste des hommes pour l’abolition de la prostitution (Espagne)
Pornographie et fin de la masculinité
Pornographie : "Ça fait mal, tellement mal" ou pourquoi certaines femmes ne veulent pas savoir
Prostitution : les limites du consentement
Prostitution et traite des femmes au Nevada
« Être abolitionniste, c’est défendre la liberté sexuelle ! »
"Rent-A-Wife", c’est discriminatoire !
Après des décennies, les secrets des bordels des camps nazis émergent
Une association féministe espagnole conteste l’expression "travailleuse du sexe"
Le Mouvement du Nid face aux clients prostitueurs
Première Journée mondiale pour un tourisme responsable et respectueux, le 2 juin 2007
Richard Poulin parle de son dernier livre "Abolir la prostitution" - Interview par Sporenda
Police, Justice et acteurs sociaux, quelle coopération ?
Réflexions sur les meurtres de femmes prostituées au Royaume-Uni
Prostitution - Trois femmes et un débat
Déchirées par la guerre, les femmes d’Irak sont la cible des trafiquants du sexe
La prostitution n’est pas un service comme un autre
Entretien avec Coline Serreau sur le film Chaos
Qu’est-ce que la libération ? Le féminisme hier, aujourd’hui et demain
Quand le porno impose sa vision de la sexualité
La prostitution, une arme politique
Prostitution : tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir et qui existe quand même !
La liberté dévoyée
Mondialisation, militarisme et trafic sexuel
Pour que la porno recule
Marchandisation et déshumanisation : l’exemple de la prostitution
Richard Poulin lance un manifeste abolitionniste
Prostitution en Allemagne : Déclaration post-Coupe Mondiale de Football
Prostitution Reform - Stamp out sexual slavery (Angleterre)
La prostitution au XVIIIe siècle, pierre d’achoppement entre politiques locales et pouvoir royal
Campagne contre la traite des blanches de l’Europe de l’Est
Prostitution : les pièges du pragmatisme
L’âge du consentement sexuel à 16 ans : un pis-aller ?
Prostitution : cherchez le client
Enjeux de la prostitution considérée comme "travail du sexe"
L’envergure de la traite à des fins de prostitution
Les filles de l’Est
Violence pro-prostitution à la Maison des femmes de Paris
Le discours pro-prostitution : une rhétorique de dominant
"Survivantes" et féministes contre la prostitution
Clients de la prostitution : motivations et déterminants
La législation à l’encontre des prostituées au XVIIIe siècle
Une politique cohérente contre la violence faite aux femmes doit d’abord s’attaquer à la prostitution
La nouvelle industrie du sexe
"Terre promise", un film d’Amos Gitaï sur la traite des femmes
Prostitution : une arme de destruction massive
"Les clients de la prostitution : l’enquête", de Claudine Legardinier et Saïd Bouamama
Les Philippines contre le trafic sexuel
"Inside deep throat", contribution à la liberté sexuelle ?
La prostitution au XVIIIe siècle : introduction à une liberté superficielle
Femmes à vendre dans les pays baltes
Prostitution et Société No 150
Acheter du sexe n’est pas un sport
Une loi qui jetterait les femmes dans l’industrie du sexe
Casino de Hull - Des "playmates" de Playboy pour faire la promotion des nouvelles machines à sous
Ni coupables, ni victimes : libres ? Oui, libres de toute prostitution
Le système de la prostitution : une violence à l’encontre des femmes
La marchandisation du corps humain est une violation des droits fondamentaux de la personne
Le système de la prostitution au Cambodge : le témoignage de Somaly Mam
Le Mouvement du Nid
Le Mouvement du Nid - Documents sur la prostitution
La banalisation de la prostitution : des choses à savoir
L’Association canadienne des centres contre les agressions sexuelles réclame des politiques contre le commerce du sexe
16 journées d’actions citoyennes pour dire "Non aux violences à l’égard des femmes et à la prostitution ! Oui à la promotion de la dignité humaine !"
Prostitution et travail « invisible » : une assimilation dangereuse
Le risque global d’être convertie en marchandise
Gunilla Ekberg : « Le mieux que nous puissions faire pour nos soeurs prostituées, c’est de les aider à en sortir. »
Prostitution, pornographie et trafic des femmes
Sexe, argent et intégrisme postmoderne
Les politiques européennes et internationales sur la traite des êtres humains encouragent le proxénétisme
Quinze thèses sur le capitalisme et le système prostitutionnel mondial
Le chemin de Buenos Aires : la prostitution, hier et aujourd’hui
Prostitution,
la mondialisation incarnée

Mondialisation des industries du sexe : oppression maximale des femmes et des enfants du Sud, de l’Est, du Sud-Est, etc...
L’hypocrisie a-t-elle un sexe ? Ou comment masquer l’insoutenable réalité de la prostitution
L’importance de ne pas censurer le débat sur la prostitution
Viol et prostitution
Esclavage et prostitution
Journée de formation sur la mondialisation de la prostitution et du trafic sexuel - Documents
Les jeunes et l’industrie du sexe
La marchandisation du sexe : nouvel esclavagisme ?
Le "libre choix" en Allemagne : accepter de se prostituer ou perdre son allocation de chômage ?
La croissance effrénée des industries du sexe : entrevue avec Richard Poulin
Aux pays des tsunamis, le trafic sexuel sévit
Le modèle suédois : une source d’inspiration, non une panacée
Une étude dresse le portrait des prostitueurs ou clients de la prostitution
Prostitution : La nouvelle traite des Noirs
« La mondialisation des industries du sexe » : des faits aux valeurs
Occupations militaires - La prostitution érigée en système
Le scandale de l’esclavage sexuel au Kosovo
« Les Yeux secs » et la caméra citoyenne de Narjiss Nejjar
Rapport sur les conséquences de l’industrie du sexe dans l’Union européenne
L’érotisation de la violence et de la subordination
Prostitution : réflexions d’un militant en colère
Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui, esclavage, travail forcé, trafic de personnes
Pacte du silence sur les clients de la prostitution
Le débat sur la prostitution : quelle libération sexuelle ?
Des questions à se poser sur la prostitution
Fabrication d’un nouveau mythe sur la prostitution
L’urgence est-elle de faire de la prostitution un métier ?
Je voudrais parler porno
La légalisation de la prostitution, une expérience qui a échoué en Australie
Prostitution, pornographie et capital
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe
Prostitution, trafic sexuel et mondialisation
On s’arrache les actions du premier bordel inscrit en bourse
Il faut stigmatiser le client... il est criminel
La tyrannie du nouvel ordre sexuel
Adulte ou infantile, la prostitution est le contraire de l’autonomie sexuelle
Les enjeux occultés de la prostitution et les conséquences sur les rapports hommes-femmes
Le trafic mondial des femmes et des enfants
Des proxénètes à l’Université ?
La mondialisation des marchés du sexe - I
La mondialisation des marchés du sexe - II
Combattre le système prostitutionnel
Sexe : de l’intimité au « travail sexuel » ou prostituer est-il un droit humain ?
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe. Commentaire.
Pour une critique de la politique pro-prostitution de Cabiria
Prostitution : droits des femmes ou droit aux femmes ?
Faut-il une autorisation pour parler de la prostitution ?
« Le corps est un nouvel instrument d’esclavage » Florence Montreynaud
« La prostitution, ce n’est pas le plus vieux métier du monde, c’est le plus vieux mensonge » (Gunilla Ekberg)
L’idéologie sexiste et la pornographie
Femmes esclaves des bordels du Bangladesh







Ce texte présente des extraits d’une préface que je signe dans un livre de Richard Poulin intitulé La mondialisation des industries du sexe, qui sera publié à la fin d’octobre 2004 aux éditions Interligne. J’ai supprimé les références qu’on retrouvera intégralement dans l’ouvrage. Élaine Audet signe la postface de ce livre percutant et bouleversant qui expose des faits rarement rapportés dans les médias de masse.

Il y a une vingtaine d’années, lorsque je me suis intéressée à la pornographie à titre de journaliste féministe, le libéralisme économique n’avait pas encore fait d’elle l’un des principaux fleurons des marchés mondiaux.

Il était difficile de prévoir, qu’à l’aube du XXIe siècle, la mondialisation capitaliste et le développement des technologies de communication hisseraient les industries du sexe au sommet des marchés économiques mondiaux. La pornographie n’a cessé d’étendre ses marchés et d’accroître ses profits, notamment en diversifiant ses produits et ses moyens de production, et en recrutant de nouvelles clientèles chez les femmes et chez les jeunes. Ce qui devait être liberté est devenu obligation. Nous n’avons plus le choix de consommer de la pornographie : elle s’impose à nous dans tous les médias et jusque dans nos messageries personnelles. Internet lui a ouvert une voie royale : au moins 50% des 400 millions d’internautes recensés dans le monde visitent des sites pornographiques, selon Richard Poulin, auteur de La mondialisation des industries du sexe, qui sera publié à la fin d’octobre aux Éditions Interligne (1).

La déréglementation totale de la pornographie dans les pays industrialisés a contribué à hypersexualiser les sociétés, à érotiser et à banaliser la violence, les rapports de domination et le sexisme. La pornographie est entrée dans la vie intime et transforme subrepticement les rapports entre les femmes et les hommes. Son omniprésence joue sans doute un rôle important dans la sexualisation précoce des filles qui sont devenues plus vulnérables à tous les abus. Il ne fait aucun doute que la libéralisation de cette industrie a haussé le seuil de tolérance à l’égard de l’exploitation d’enfants de plus en plus jeunes comme « produits » et comme consommateurs. En 1995, la pornographie infantile ou pseudo-infantile (kiddie ou chicken porn) représentait déjà 48,4% de tous les téléchargements des sites Internet commerciaux pour adultes et, en 2003, le nombre de sites pédophiles connus avait augmenté de 70%.

Pouvions-nous imaginer que la représentation pornographique s’imposerait dans les sociétés occidentales comme le modèle sexuel dominant et que militer pour la libéralisation de la prostitution, corollaire de la pornographie, serait vu comme une position « progressiste » ? Aujourd’hui, les domaines qui ne font pas appel au sexe pour séduire leur clientèle font figure d’exception. Nombre de médias cherchent à tirer profit de certains fantasmes masculins alimentés par la pornographie. Le plus populaire de ces fantasmes est qu’un corps féminin désirable est nécessairement un corps jeune, et de plus en plus jeune, « pornographié » et « prostituable ». Imprégnés de cette propagande, certains se sont même convaincus que l’accès à ce corps est un droit fondamental et ils trouvent des encouragements chez des militantes qui voient dans la prostitution un « service social » nouveau genre.

Dictature du commerce plus que liberté sexuelle

Une vision romantique de la prostitution a fait place à une conception pragmatique qui emprunte au libéralisme économique. Selon ce courant, la vente de son corps et de son sexe équivaut à n’importe quel travail. Les proxénètes seraient des gens d’affaires ordinaires et les clients prostitueurs sont devenus de simples consommateurs d’un produit comme un autre. À l’image du néo-libéralisme, le courant en faveur de la libéralisation de la prostitution valorise la liberté individuelle au détriment de l’intégrité personnelle et des intérêts collectifs. Il propose et même revendique la prostitution comme une réponse acceptable à la situation économique précaire que connaissent nombre de femmes et d’enfants, sans nécessairement en analyser les causes, c’est-à-dire les inégalités de genre et de classe perpétuées dans toutes les sociétés du monde.

En s’appuyant sur de nombreuses recherches, le sociologue Richard Poulin explique comment la mondialisation capitaliste a provoqué un essor spectaculaire des industries du sexe et a contribué, par conséquent, à banaliser et même à organiser la marchandisation des êtres humains. La libéralisation des lois sur la prostitution dans certains pays a permis aux proxénètes du crime organisé d’acquérir, en quittant la clandestinité, le statut d’entrepreneurs et de partenaires commerciaux respectés. Les marchés criminels se sont intégrés naturellement aux marchés légaux où ils peuvent blanchir de l’argent en toute impunité. Ils jouent désormais un rôle capital dans l’économie mondiale. On estime que les profits de la seule traite des femmes à des fins de prostitution rapportent aujourd’hui aux trafiquants plus que le commerce des armes à feu et de la drogue.

Richard Poulin explique de façon simple et néanmoins documentée comment les marchés du sexe fonctionnent, c’est-à-dire comme n’importe quel marché : ils sont soumis à la loi de l’offre et de la demande. Les industries transforment des matières premières pour en faire des produits qu’elles distribuent ensuite sur les marchés commerciaux, lieux où transigent fabricants, vendeurs et consommateurs. Dans l’industrie du sexe, les matières premières sont essentiellement des femmes et des enfants que leur position d’infériorité sociale rend vulnérables à toute forme d’exploitation. Les trafiquants du sexe profitent largement de la « féminisation » de la pauvreté que la mondialisation capitaliste accentue. À l’heure actuelle, les femmes et leurs dépendants, c’est-à-dire les enfants, constituent 70% des 1,3 milliard de personnes vivant dans la pauvreté dite absolue.

Chiffres à l’appui, La mondialisation des industries du sexe démontre le lien causal entre la libéralisation de la prostitution dans certains pays et l’augmentation sensible de la traite des femmes et des enfants à des fins de prostitution dans le monde. Il fait un sort à la distinction factice entre prostitution « volontaire » et « trafic forcé » que certaines établissent pour soutenir leur revendication de la prostitution comme métier « librement choisi », se disant par ailleurs opposées à la traite des femmes et des enfants à des fins de prostitution. Partout où la prostitution a été libéralisée, affirme Richard Poulin, le nombre de femmes prostituées étrangères a augmenté de façon spectaculaire : « Qui dit personnes prostituées étrangères, dit traite des êtres humains aux fins de prostitution et de production pornographique, ce qui implique évidemment l’organisation de ladite traite ». Au cours de la dernière décennie, le nombre de femmes et d’enfants prostitués d’origine étrangère n’a cessé d’augmenter, et des pays ont vu leur nombre multiplié par dix. Richard Poulin souligne que la traite des femmes et des enfants à des fins de prostitution a fait, en 30 ans, et seulement dans les pays de l’Asie du Sud-Est, trois fois plus de victimes - soit 33,5 millions - que l’esclavage dans toute l’histoire de l’Afrique (11,5 millions).

Un discours imposé par une minorité

Il s’agit d’une immense tragédie indigne de l’humanité, une tragédie qu’occulte le discours en faveur de la décriminalisation totale de la prostitution. Ce discours porte une opinion minoritaire, mais éclipse les points de vue divergents : c’est celui que retiennent les médias et les gouvernements des pays industrialisés, parce qu’il parle un langage qui leur plaît en empruntant à l’argumentation économique néo-libérale la justification de la prostitution comme un moyen de subsistance banal. Si des femmes et des enfants n’ont pas d’autres moyens de survivre, ne faudrait-il pas en premier lieu exiger des États la levée des obstacles qui les empêchent de vivre décemment, plutôt de réclamer qu’ils normalisent leurs conditions de dépendance et de servitude ?

Ce qui fait problème, selon le courant de libéralisation du système proxénète, ce n’est pas la prostitution ni le proxénétisme vu comme un « mal nécessaire », ce sont plutôt les modalités de recrutement et les conditions de « travail » des personnes prostituées. De ce point de vue, la prostitution ne serait pas non plus une forme de violence, comme plusieurs féministes le soutiennent. La violence que vivent les personnes prostituées découlerait plutôt de la stigmatisation qui frappe ce « métier » et les personnes qui l’exercent. Réhabilitons-les, donnons-nous les moyens de protéger les droits des prostituées en accordant une légitimité à leur « métier », et tout entrera dans l’« ordre » (patriarcal) !

Ne faut-il pas s’interroger sur le fait, qu’au cours de cette histoire vieille de 3000 ans, seules les personnes prostituées ont été stigmatisées ou « victimisées » ? Les milieux proxénètes sont devenus des milieux d’affaires, rarement ennuyés, avec lesquels plusieurs dirigeants politiques et financiers collaborent volontiers. De leur côté, les clients prostitueurs ne semblent guère souffrir de stigmatisation. Une sorte d’omertà les protège si bien qu’il n’existe que des données fragmentaires quant à leur âge, leur statut social, leur passé et leurs motivations - ce que souligne Élaine Audet dans la postface de La mondialisation des industries du sexe - alors qu’on dispose d’une information abondante sur les femmes et les enfants qu’ils prostituent.

À lire certaines propagandistes du sexe tarifé, les féministes qui voient dans la prostitution, non un simple choix de carrière personnel, mais un problème de société qui a des conséquences pour l’ensemble des femmes, participeraient à la stigmatisation et à la victimisation des femmes prostituées. Il en est même qui ne reculent devant aucune tentative de culpabilisation et de manipulation pour servir leur cause. Le seul fait de « ne pas réclamer » la reconnaissance légale de la prostitution comme « travail » serait, à leurs yeux, une atteinte aux droits des femmes prostituées et une forme de répression pire que la répression policière. En détournant ainsi la responsabilité de la stigmatisation et de la violence à l’égard des personnes prostituées vers les féministes opposées à la libéralisation des lois sur la prostitution, ces militantes réformistes emploient un procédé analogue à la stratégie de l’inversion que pratiquent des masculinistes quand ils rendent les féministes responsables de la violence masculine à l’égard des femmes. Comme ces derniers, elles cherchent à occulter les véritables sources de la violence : la violence intrinsèque de l’acte de prostituer, ainsi que la violence comme facteur décisif de l’entrée dans la prostitution. Elles épargnent également - revenus obligent - proxénètes et prostitueurs. Dans certaines études, 90% des personnes prostituées de rue témoignent avoir subi une forme d’agression sexuelle et plus de 75% avoir été violées par un ou plusieurs clients.

Les militantes qui voient dans la décriminalisation totale de la prostitution la solution aux problèmes des personnes prostituées estiment que les féministes qui ne partagent pas leur point de vue font preuve d’indifférence ou d’insensibilité. Mais si ces dernières dénoncent la prostitution comme une forme d’aliénation dont il faut aider les femmes et les enfants à se libérer, on leur reproche de prendre en pitié et d’infantiliser les personnes prostituées. Ce que ces personnes veulent, ce n’est pas quitter la prostitution, c’est d’être reconnues comme « travailleuses », disent les partisanes de la décriminalisation du système proxénète. Est-ce l’opinion de la majorité des femmes prostituées ou l’opinion de la minorité qui prend la parole en leur nom ? Dans la postface de La mondialisation des industrie du sexe, Élaine Audet cite une recherche du Conseil du statut de la femme du Québec selon laquelle 92% des femmes prostituées quitteraient la prostitution si elles le pouvaient.

Légitimer un système de domination et d’aliénation

Il existe des femmes qui veulent faire de l’argent rapidement. Après tout, les femmes n’échappent pas plus que les hommes à l’influence de la société de consommation et du monde capitaliste. Certaines « réussissent » dans la prostitution sans la tutelle d’un proxénète ni les effets qui accompagnent fréquemment l’état de prostitution (violence, dépendance des drogues et de l’alcool, dépression, etc.). Mais le nombre de ces femmes prostituées « autonomes », même dans les pays industrialisés, reste marginal, note Richard Poulin. Selon les recherches, « de 85 à 90% des personnes prostituées dans les pays capitalistes développés sont sous la coupe de proxénètes qui les prostituent ». Si l’opinion publique semble convaincue du contraire, c’est que la désinformation joue un rôle primordial dans les stratégies des promotrices de la prostitution comme « travail ».

Pour l’auteur de La mondialisation des industries du sexe, « les rapports sociaux de domination masculins et marchands structurent la prostitution pour le bénéfice d’un système proxénète ramifié et mondialisé ». Reconnaître la prostitution comme un métier ou une profession serait donc accorder une légitimité à ces rapports de domination et à la violence. Aux yeux de certaines chercheuses et militantes pro-prostitution, l’analyse de la condition des femmes en termes de rapports de pouvoir et de domination serait légitime dans tous les domaines mais, dans le cas de la prostitution, elle deviendrait une « idéologie » désincarnée ou de la démagogie, un autre argument que des masculinistes emploient contre des féministes radicales sur d’autres questions. Il faut se demander si une société doit décriminaliser un système de domination du simple fait qu’une minorité le demande, en abandonnant à leur sort toutes celles qui se sentent prisonnières de ce système. La population a le droit et le devoir de se prononcer sur ce « projet de société » qu’on veut lui imposer, et elle a le droit d’être d’abord informée de l’ensemble des faits.

Combien savent que l’âge moyen de l’entrée dans la prostitution est de 13 ans et qu’il diminue sans cesse ? Qui peut prétendre qu’à cet âge on fait des choix en toute connaissance de cause ? La majorité des personnes prostituées aujourd’hui adultes sont donc entrées dans la prostitution à la pré-adolescence ou à l’adolescence, même dans certains cas dès l’enfance, et cela, dans des pays industrialisés comme le Canada, les États-Unis ou la France. La prostitution est de plus en plus une affaire de filles « mineures » exploitées par des hommes adultes. Ne pas en tenir compte, lorsqu’on réclame la décriminalisation totale du système prostitutionnel, c’est demander de légitimer pour l’avenir (ou « après le fait » pour ce qui est des prostituées mineures aujourd’hui adultes) les abus envers les jeunes, que des lois sont censées par ailleurs protéger. Dans ces circonstances, la décriminalisation du proxénétisme et des clients prostitueurs au Canada pourrait encourager, comme cela se fait ailleurs, l’exploitation des jeunes à des fins de prostitution, ainsi que les activités du crime organisé qui alimente déjà des réseaux pédophiles.

Il en est qui invoquent un argument « historique » à l’appui de la libéralisation de la prostitution et du proxénétisme. Puisque la prostitution existe, aurait toujours existé et existera toujours (comme le meurtre et le viol, la violence conjugale et bien d’autres maux contre lesquels les sociétés civilisées luttent tout de même), il serait utopique de chercher à l’abolir. Il vaudrait mieux la réglementer ou la légaliser. La prostitution a l’âge du patriarcat, elle est même l’une de ses armes classiques pour maintenir le contrôle sur des femmes et des enfants. Je ne trouve pas motif à pavoiser dans le fait que la prostitution ait traversé des siècles de « civilisation ». J’en conclus plutôt que l’humanité n’a pas encore réussi, après des millénaires d’évolution, à éliminer les inégalités sociales et les rapports de domination qui sont à l’origine de la prostitution.

Le discours fataliste qui légitime cette forme de violence traduit la démission devant la difficulté croissante à faire respecter les droits humains dans toutes les sociétés du monde. On peut comprendre, sans les justifier, que des gouvernements soient tentés de légaliser ce qu’ils trouvent difficile et coûteux de contrôler. Mais, que des militantes favorables à la prostitution traitent avec légèreté et désinvolture ou feignent tout simplement d’ignorer la situation de 90% des personnes prostituées dans le monde me révolte. J’ose demander si la banalisation, la dénégation, la manipulation de l’opinion et l’individualisme n’expriment pas davantage l’insensibilité que le fait de réclamer l’abolition pure et simple d’un système d’oppression et la mise en place de mesures pour aider les femmes et les enfants à s’en libérer.

Décriminaliser la prostitution a amélioré le sort des proxénètes et des prostitueurs, pas celui des prostituées

Si la légalisation de la prostitution avait amélioré le sort des personnes prostituées dans les pays qui ont choisi cette voie, on comprendrait peut-être davantage l’insistance de certaines militantes à revendiquer un statut légal pour le sexe tarifé. C’est tout le contraire qui s’est produit. Non seulement la libéralisation de la prostitution n’a pas résolu les problèmes des femmes prostituées, nous apprend Richard Poulin, mais elle les a aggravés et en a engendré de nouveaux. L’un des effets immédiats de la libéralisation de la prostitution s’est traduit, en Turquie, en Australie, en Allemagne, en Grèce et ailleurs, par l’essor phénoménal des industries du sexe. Mais ce ne sont pas les personnes prostituées qui en ont tiré profit, ce sont les proxénètes, les trafiquants et les percepteurs d’impôts.

La décriminalisation ou la déréglementation totale de la prostitution n’a pas, non plus, dans ces pays, atteint l’objectif prétendu d’éliminer la violence à l’égard des personnes prostituées. Elle a plutôt banalisé, voire normalisé cette violence, de plus en plus perçue comme une condition d’exercice du « métier ». Comme il fallait s’y attendre, la traite des femmes et des enfants étrangers à des fins de prostitution y a augmenté de façon importante. Le tourisme sexuel a également prospéré dans les pays qui se montrent « libéraux » pour l’industrie prostitutionnelle, notamment en Thaïlande, une région considérée comme un « paradis » de la prostitution juvénile. « C’est également à partir de ces pays, souligne Richard Poulin, que plusieurs ONG militent au niveau international pour faire reconnaître la prostitution comme un "travail sexuel" ». Les sites Internet d’associations de défense de personnes prostituées affichent des hyperliens qui orientent les internautes vers les « attraits prostitutionnels » des régions où ces associations sont actives. L’UNICEF estime que plus de deux millions d’enfants dans le monde sont victimes de l’industrie prostitutionnelle dont le tourisme est en grande partie responsable.

La communauté internationale complice du système proxénète

À la lecture de cet ouvrage, une conclusion peu encourageante s’impose : la communauté internationale se fait complice du système prostitutionnel qui exploite plus de 40 millions de personnes, dont 90% sont des femmes. Il me semble un peu naïf de penser que les États, les partis politiques et, même, certaines organisations humanitaires favorables à la reconnaissance de la prostitution comme un « métier » légitime le sont d’abord dans l’intérêt des femmes et des enfants prostitués. Ils servent avant tout leurs propres intérêts politiques et économiques. Certains États et des ONG sont liés au crime organisé ou aux entreprises transnationales qui contrôlent les marchés du sexe. La mondialisation néolibérale se développant au détriment des pays et des populations les plus pauvres, des organismes comme le FMI, la Banque mondiale et l’OIT encouragent leurs gouvernements, par des prêts et des subventions, à développer les industries du sexe qui fournissent des « débouchés économiques » aux femmes et aux enfants, les plus pauvres parmi les pauvres. La communauté internationale ne s’opposerait-elle pas à ce qu’on organise et encourage l’esclavage d’hommes appartenant, par exemple, à une minorité ethnique, afin que le gouvernement d’un pays puisse équilibrer la balance de ses paiements et rembourser ses dettes ? Pourtant, il semble admis, et même courant, que les femmes et les enfants soient traités comme des « ressources naturelles » exploitables dans l’intérêt national.

Qui parle et au nom de qui ?

La minorité parlante favorable à la décriminalisation du système proxénète ne tient pas tellement à évaluer les conséquences de la libéralisation de la prostitution et du proxénétisme, sur les plans national et international, pour l’ensemble des femmes et pour les sociétés. Elle perçoit la position des féministes opposées à cette libéralisation comme une tentative d’usurper la parole des personnes prostituées. Pourtant, ce n’est pas la position de ces féministes qui reçoit l’attention des médias et des gouvernements… Des militantes pro-prostitution s’indignent même du fait que des personnes qui ne sont pas « du métier » puissent émettre une opinion sur le sujet. On aurait le droit de s’exprimer sur l’occupation militaire en Irak, sur le port du voile en France, sur les directives du Vatican et sur les politiques de l’ONU, mais pas sur la prostitution… Il appartiendrait aux seules personnes prostituées d’en parler, car elles seules sauraient ce qu’est la prostitution, c’est-à-dire une affaire personnelle. Mais quelles femmes prostituées faut-il écouter ? Les « survivantes » qui osent briser la loi du silence, après avoir quitté le milieu prostitutionnel, ou les quelques porte-parole qui insistent pour présenter, au nom de la majorité silencieuse, la prostitution comme une profession rentable, comme l’expression d’une sexualité libérée et « récréative » (pour qui ? demande l’auteur de ce livre), un art et, même, ai-je lu dans un forum féministe, une voie vers la spiritualité ?

Quelle sorte de sexualité autre qu’une sexualité mécanique et désincarnée, qui pourrait bien être l’affaire de robots dans un avenir rapproché, les avocates de la « prostitution libre » envisagent-elles ? Conçoivent-elles des rapports entre les sexes autrement qu’en termes de rapports marchands ? S’interrogent-elles sur les effets à long et à moyen terme qu’aura sur ces rapports la libéralisation de la prostitution ? Comment contribue-t-on à aider davantage les femmes et les enfants prisonniers du système proxénète ? En imposant la prostitution comme une voie de libération, comme on l’a fait pour sa jumelle, la pornographie ? En proposant des mesures palliatives qui amélioreront les conditions d’exercice du « métier », inciteront les personnes prostituées à s’en accommoder, masqueront les problèmes réels et dispenseront tout le monde de s’attaquer aux causes de la prostitution ? Ou bien en mettant en place des mesures qui dénotent une volonté politique réelle de combattre le proxénétisme, la traite des femmes et des enfants à des fins de prostitution et le crime organisé, ainsi que d’éliminer, à long terme, les inégalités sociales, économiques et de genre qui constituent un terreau fertile pour le développement de l’industrie prostitutionnelle ?

Il n’est pas nécessaire de donner une légitimité au système proxénète pour mettre fin au harcèlement policier et à la violence à l’égard des personnes prostituées, ni pour donner accès à ces dernières à des services sociaux et médicaux appropriés, auxquels elles ont droit comme le reste la population, notamment au Canada où l’accès au système de santé public est gratuit et universel. Il existe au Québec un consensus - et c’est le seul - sur la nécessité de ces services, de la fin du harcèlement policier et de la décriminalisation des personnes prostituées, mais non sur la décriminalisation des prostitueurs et des proxénètes. Bien sûr, cela nécessite l’abandon de préjugés. Le problème, c’est que tout le monde ne s’entend pas sur la nature de ces préjugés. Le refus de reconnaître la prostitution comme une profession représente un préjugé ou une « mentalité à changer » aux yeux de certaines, alors qu’un autre point de vue considère comme une imposture de laisser croire que la majorité des femmes prostituées ont choisi librement leur situation et en sont satisfaites.

Le néo-patriarcat intimide-t-il les féministes ?

La mondialisation des industries du sexe fait prendre conscience de l’émergence d’un nouveau patriarcat soutenu par la mondialisation capitaliste et dont le mouvement international en faveur de la libéralisation de la prostitution est l’une des plus fortes ripostes à des années de luttes féministes pour l’égalité. Mondialisation sauvage et patriarcat exercent les mêmes pouvoirs, partagent les mêmes objectifs et favorisent les mêmes intérêts individuels d’un petit nombre aux dépens des collectivités. Le mouvement féministe, qui réclame des réponses aux besoins spécifiques des femmes et des enfants, représente un obstacle pour l’un et pour l’autre. Il n’est donc pas surprenant que la « mondialisation néo-patriarcale », véritable rouleau compresseur lancé contre les droits humains, favorise et légitime la marchandisation des femmes et des enfants. Ce qui étonne, c’est qu’elle se soit trouvé des alliées en milieu traditionnellement hostile, c’est-à-dire même au sein même du mouvement féministe. Bien qu’une tendance « unanimiste » préfère le taire, il faut toutefois affirmer que le mouvement féministe international et québécois est profondément divisé sur la question de la prostitution. Les porte-parole des industries du sexe ne peuvent en aucun cas se réclamer de son appui.

Trop peu de féministes se prononcent publiquement sur les enjeux que comporte la légitimation de la prostitution et de son cortège de profiteurs (proxénètes, prostitueurs, crime organisé, trafiquants de drogues, trafiquants d’êtres humains, etc.) pour l’avenir des jeunes, des femmes et de l’humanité. Ce silence relatif, dont s’autorisent les propagandistes de la prostitution pour supposer des consensus en leur faveur, n’est pas étranger au discours culpabilisant celles qui refusent toute légitimité à la prostitution. Certaines femmes n’osent pas exprimer leur désaccord, même dans des forums féministes, parce qu’elles craignent d’être taxées de réactionnaires coincées ou de sans-coeur, comme s’il y avait quelque chose de progressiste ou d’éminemment humain à militer en faveur de la reconnaissance légale d’un système d’oppression !

Quand la démonstration est faite que l’entrée dans la prostitution se produit à un âge de plus en plus précoce ; que 90% des personnes exploitées par l’industrie prostitutionnelle sont des femmes et qu’une forte majorité d’entre elles n’est pas libre d’en sortir ; que la situation des personnes prostituées a empiré dans tous les pays qui ont libéralisé leurs lois sur la prostitution ; que la décriminalisation des prostitueurs et du proxénétisme a entraîné - et entraîne invariablement - la traite des femmes et des enfants à des fins de prostitution à l’échelle planétaire ; quand, enfin, il est admis et démontré que le crime organisé contrôle la prostitution et les autres industries du sexe, comment expliquer le silence des personnes qui se soucient des droits des femmes et des enfants ? Comment des féministes et des groupes féministes peuvent-ils justifier leur appui à la décriminalisation des prostitueurs et des proxénètes ? Cette position me semble tout, sauf une position féministe. Je trouve en outre incohérent qu’on milite à la fois pour la libéralisation du système proxénète et contre la mondialisation néolibérale, alors que les deux menacent également d’anéantir à moyen terme les acquis féministes de plusieurs décennies. Par ailleurs, si on veut progresser dans la compréhension du système proxénète, de ses intérêts particuliers et de sa longévité, il faudra que la recherche change de perspective et s’intéresse davantage aux prostitueurs. Au lieu de se demander pourquoi des personnes « se » prostituent en si grand nombre, désormais, il conviendrait peut-être de demander pourquoi tant d’hommes « les » prostituent, pourquoi certains paient pour « ça ».

La mondialisation des industries du sexe est l’un des rares ouvrages en langue française à mettre en évidence les liens qu’entretiennent deux grandes obsessions du monde moderne : le sexe-consommation et le profit-roi. Les faits exposés dans ce livre plaident en faveur des personnes prostituées et de la fin de l’oppression qu’elles subissent. Ce livre saura se frayer un chemin jusqu’aux personnes et aux groupes soucieux de dépasser les mythes et les clichés véhiculés par le discours médiatique et universitaire dominant qui contribue - comme l’arbre cache la forêt - à masquer la nature véritable des industries du sexe et leurs effets multiples sur les collectivités.

*** La prostitution est-elle un "droit des femmes" ?
Réaction à l’entrevue du groupe Stella au Devoir.
Lire l’article
.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 8 septembre 2004.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Micheline Carrier
Sisyphe

Micheline Carrier est éditrice du site Sisyphe.org et des éditions Sisyphe avec Élaine Audet.



Plan-Liens Forum

  • La promotion du travail du sexe : un choix inégalé pour l’avancement de la société !
    (1/3) 25 septembre 2004 , par

  • >Quid de la misère sexuelle d’aujour’hui...
    (2/3) 14 septembre 2004 , par

  • > La dictature des marchés du sexe
    (3/3) 13 septembre 2004 , par





  • La promotion du travail du sexe : un choix inégalé pour l’avancement de la société !
    25 septembre 2004 , par   [retour au début des forums]
    Le néo-patriarcat intimide-t-il des féministes ?

    Encore aujourd’hui dans "Le Devoir" (http://ledevoir.com/2004/09/25/64717.html), les propagandistes de "Stella" citait Richard Poulin hors-contexte et l’amenait sur le terrain de l’injure personnelle car pour elles de toute façon, c’est comme vous dites Madame Carrier : la prostitution c’est leur affaire et non celle de toute la société, c’est leur débat. Vous n’êtes pas d’accord avec elles, vous les injuriez. À ce titre, il serait extrêmement intéressant que vous soumettiez votre article aux différents quotidiens du Québec et que vous mentionniez le résultat de vos démarches auprès de ceux-ci sur le site. Également il y aurait lieu de montrer l’autre côté de la médaille aux différents partis politiques fédéraux et provinciaux, au gouvernement libéral actuel qui a subventionné et a même décerné le prix d’Excellence du RSSS à Stella, leur permettant de se vanter du soutien reçu du RSSS. Madame Élaine Audet leur a déjà envoyé une missive concernant leur appui financier à un lobby destructeur pour toutes les femmes mais ils demeurent sourds à ces revendications. Il faudra frapper plus fort. Que diriez-vous d’un tableau indicateur ou d’un résumé permettant de visualiser facilement les positions des gouvernements et des partis politiques sur le sujet que nous pourrions faire circuler. Ou encore que diriez-vous d’une "pétition" au gouvernement en place à partir du site, quelque chose qui "frapperait" et que je pourrais envoyer à mes ami-e-s leur demandant par exemple : Le travail du sexe : un choix de carrière pour nos enfants ? En tous les cas je vous appuierais dans ces démarches si mon aide pouvait vous être utile.

    Mais, en y allant de façon un peu plus "crue" j’aimerais également demander aux Madames "Stella" de la terre les questions suivantes : Votre mari, conjoint, copain, petit ami ou chum s’offre-t-il les produits des prostitué-e-s et autres travailleurs-euses du sexe ? Sinon, si l’envie lui en prenait vous y objecteriez-vous ? Et votre père, votre frère et votre fils ? Si ce n’est déjà fait, entendez-vous promouvoir auprès de vos fils les "plaisirs" de se payer les services sexuels d’un homme, d’une femme, ? Allez-vous aussi promouvoir auprès de vos filles, nièces et petites voisines (et de vos fils, neveux et petits voisins encore bien sûr), les avantages d’un choix de carrière dans le domaine du sexe ? Les joies d’un travail valorisant et combien enrichissant comme de satisfaire les besoins sexuels ô combien pressants, ô combien essentiels, ô combien majeurs, ô combien prédominants et ô combien dominants des hommes ? Parce qu’il ne faut pas vous leurrer, mesdames, les clients sont majoritairement des hommes. À ce titre, pourriez-vous m’informer sur le profil "marketing" de votre clientèle SVP ? Accepteriez-vous de me soumettre votre étude de marché ? Celle-ci a-t-elle fait l’objet d’une demande auprès d’une institution financière et si oui, laquelle ? Comme les études universitaires sur le profil de vos clients tardent à venir avez-vous dans votre rapport annuel le portrait du client-cible : Quel âge a-t-il ? Qui est-il ? Quel est son statut marital, professionnel, social et psychologique ? Combien gagne-til ? Quels sont ses autres intérêts ? Sait-il qu’il cautionne les milieux criminels ? Sait-il que ses amis sont peut-être en train en ce moment même de payer les services sexuels offert par leur-s fils-filles ? Êtes-vous prêtes à faire une liste de vos clients ainsi que de leurs caractéristiques ? Avez-vous un dossier sur chacun ? Avez-vous un code de déontologie ? Ces frais qu’ils encourrent sont-ils exempts d’impôts ? Ces frais sont-ils couverts par les assurances de vos clients ? Apparemment qu’ils remplaceraient avantageusement les conseils d’un psychologue aux dires de plusieurs travailleurs-euses. Que croyez-vous qu’en pensent les psychologues professionnel-l-e-s ? Croyez-vous que vos clients ont des problèmes de communication avec les femmes et les autres hommes ?

    Et les entrepreneurs de vos PME ? Comment vous traitent-t-ils ? Les conditions de travail sont-elles acceptables pour vos fils et vos filles, vos neveux, nièces, petites voisines et petits voisins ? Avez-vous droits à des indemnités de maladie, des conditions sociales acceptables, un plan de retraite équitable, etc ? Pourriez-vous tracer un portrait de votre patron préféré ? Mais d’abord pourriez-vous me décrire ces patrons de l’establishment sexuel ? Advenant la légalisation de la prostitution, prévoyez-vous une baisse du travail au noir dans ce domaine ? Sont-ils réticents à la syndicalisation ? Et vous, êtes-vous réticent-e-s à un ordre professionnel ?

    À quand les écoles du sexe pour nos filles et nos garçons ? Les cours de rattrapage, les cours de mise à niveau, l’élaboration des diplômes, des compétences "transversales", des matières obligatoires, des choix de cours possibles ? De la recherche, de la veille sur cet extraordinaire créneau d’affaires ? Et à quand les demandes de subventions auprès de nos gouvernements pour ce créneau d’éducation et de recherche en pleine effervescence ??? Les commissions scolaires sont-elles déjà investies ? En tous les cas, vous avez toute la clientèle cible parfaite à la CSDM, la pauvreté y étant très présente. Je connais aussi des secteurs potentiels dans le quartier St-Roch à Québec. Quoique la propagande effrenée, intense et universelle des dernières années ont conquis d’autres milieux moins pauvres mais malheureusement plus jeunes et donc le travail du sexe n’a plus de secret pour ces nouveaux et nouvelles jeunes travailleurs-euses. Croyez-vous qu’on a donné trop d’illusions à ces nouvelles recrues du sexe ? Croyez-vous qu’ils soient possible de suivre des cours du soir, de faire élaborer la formation par Emploi-Québec ? Prévoyez-vous un taux de décrochage élevé dans ce domaine d’éducation ?

    Votre métier donne-t-il un sens à votre vie, à la vie de la communauté, à la vie de la société ? À part les retombées économiques, pourriez-vous être plus précises sur les motivations profondes qui vous guident ? La peur (de vos patrons ou autres)
    est-elle une motivation ? Votre miroir vous renvoit-il des chimères, des fantômes, des spectres émotionnellement impossible à affronter ? Êtes-vous des comédien-n-e-s, des acteurs-trices ou des travailleurs-euses réel-l-e-s et transparent-e-s ? Utilisez-vous également les services de travailleurs-euses du sexe ?

    Au niveau des liens sociaux d’une communauté : Avez-vous déjà entretenu des liens privilégiés avec la prostituée préféreé de votre conjoint, de votre frère ou de votre fils. Votre mari, votre frère ou votre fils savent-ils que vous vous prostituez et sinon pourquoi en attibuez-vous le silence aux autres femmes qui veulent une autre sorte de société ? Votre mari, votre frère, votre fils seraient-ils d’accord que leurs propres enfants se prostituent ? La légalisation prochaine de la prostitution les amèneront peut-être à rencontrer leurs fils-filles, leurs neuveux-nièces, leurs voisins-voisines lors de leur prochain échange sexuel commercial, croyez-vous qu’ils en soient conscients ? Comment réagiront-ils ?

    Ce texte contient-il des injures ? Pourriez-vous SVP répondre à ces questions selon la réalité actuelle du travail du sexe ou dans l’éventualité d’une légalisation du travail du sexe ? Les gouvernements et les partis politiques qui appuient ces organismes ont-ils aussi des réponses à ces questions ?

    >Quid de la misère sexuelle d’aujour’hui...
    14 septembre 2004 , par   [retour au début des forums]

    Le point aveugle de votre argumentation est de ne pas rendre compte de la misère sexuelle, sur laquelle prospère ce bizness, sans laquelle ce bizness ne pourrait pas prospérer...

    • Misère sexuelle
      14 septembre 2004 , par
        [retour au début des forums]

      Ça, c’est un bon point mais point aveugle, je sais pas, ça sera peut-être dans le livre, c’est seulement la préface, je pense. Pis, c’est sous-entendu, la misère sexuelle, dans la prostitution. Moi, je voudrais bien savoir pourquoi tant de misère sexuelle à une époque de libération totale. Qui réprime la sexualité, aujourd’hui ? le pape ? On l’écoute pas et tant mieux. C’est peut-être bien le fait que le sexe soit devenu une marchandise qui fait qu’il y a de la misère sexuelle. Le monde sait pas de quel bord aller. La répression, c’est peut-être la commercialisation de tout. Qu’est-ce que vous en dites ?

      [Répondre à ce message]

      • > Misère sexuelle
        21 septembre 2004 , par
          [retour au début des forums]

        La prétendue misère sexuelle (vous ne précisez pas mais je suppose que c’est de celle des hommes dont vous parlez) n’est, selon moi, que la conséquence, d’une part, d’une conception sexiste de la sexualité selon laquelle la femme qui couche de trop et l’homme qui ne couche pas assez ne sont pas respectables, et d’autre part, de l’hétéronormativité cantonnant nos sexualités au cadre ô combien patriarcal du rapport binaire mâle-dominant-pénétrant / femelle-dominée-pénétrée.

        [Répondre à ce message]

    • > Quid de la misère sexuelle d’aujour’hui...
      21 septembre 2004 , par
        [retour au début des forums]

      La misère sexuelle de QUI ? Des hommes, toujours des hommes, bien sûr ! Vous proposez-vous pour réduire la misère sexuelle des femmes de plus de 80 ans, par exemple ? Pourquoi donc voudriez-vous que des jeunes femmes soient achetées par des hommes qui ne voient en elles qu’un besoin de domination (et non pas sexuel parce que pour ça, il y a la masturbation) ?
      L’aveugle est reine, là où le type ne retire pas ses oeillères...

      [Répondre à ce message]

    > La dictature des marchés du sexe
    13 septembre 2004 , par   [retour au début des forums]

    je vois comme beaucoup de monde que la la civilisation occidentale se trouve maintenant dans l’impasse a cause de sa pauvreté concernant les valeurs morales.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2004
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin