| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

  Hébergé par                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       Éditions Sisyphe






mardi 10 mai 2011

Les pratiques des hommes "clients" de la prostitution : influences et orientations pour le travail social

par Sven-Axel Månsson, Université de Göteborg



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texte Imprimer ce texte


Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Plainte officielle contre la "consultation" menée par le Secrétariat international d’Amnesty ! au sujet de sa politique de décriminalisation du proxénétisme
Pénalisation du client de la prostitution ? Les belles histoires de Tonton Robert
Non, Messieurs, la plupart des personnes prostituées ne le sont pas par choix
Le manifeste des 343 bites tellement légères qu’elles se dressent à l’insu de leur cerveau
La cruelle chosification des femmes prostituées et des mères porteuses
Catharine A. MacKinnon - Traite, prostitution, inégalité
Prostitution - Sanctionner les clients et non les prostituées
Prostitution des jeunes - La trahison des adultes
Décriminaliser la prostitution ne peut pas être la solution
Prostitution : une affaire d’hommes ou la fraternité "des salauds"
Loi sur la prostitution en France - « Je ne veux pas d’une société où les femmes ont un prix »
Janice G. Raymond – Prostitution : "Pas un choix, pas un travail"
Elisabeth Badinter et Irène Théry ou la caution intellectuelle du système patriarcal
Les femmes étrangères rêveraient-elles de devenir "putes" ?
Prostitution - La stigmatisation et le mythe entourant le statut de victime
Abolition de la prostitution en France - Le principe est acquis, place à la loi !
Comprendre la prostitution dans l’ensemble des structures de pouvoir fondées sur le genre
L’Irlande pourrait interdire l’achat de sexe
Le prostitueur, "chaînon manquant" de la question prostitutionnelle, selon Victor Malarek
La prostitution, sexualisation du pouvoir
La France envisagerait des sanctions "pédagogiques" pour les prostitueurs
Le Canada ne peut traiter la prostitution comme un filet de sécurité sociale
Les "femmes de réconfort" étaient nécessaires pour maintenir la discipline dans l’armée, selon le maire d’Osaka
Prostitueurs et non-prostitueurs, une étude de Mélissa Farley
Bienvenue dans le monde des prostitueurs
Prostitution - Rendre tabou la notion de victime pour masquer l’existence d’agresseurs
Prostitution en Grande-Bretagne - Un bien étrange syndicat au service des proxénètes
Prostitution et mariage : une assimilation douteuse
La prostitution, le STRASS et la sénatrice - La pertinence de la transparence
Au delà des mythes, légaliser la prostitution est une très mauvaise idée
La Suède malmène l’industrie du sexe et aide les femmes prostituées
Les prostitueurs. Sexe à vendre… Les hommes qui achètent du sexe, un livre de Victor Malarek
"Angel" : Piégée dans un monde de prostitution et de violence
L’être et la marchandise. Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi
"Les criminelles" : individualisation et romantisation de la prostitution
Des spécialistes en santé veulent aider les femmes à sortir de l’industrie du sexe… en faisant échec aux prostitueurs
L’Islande songe à interdire la porno diffusée sur Internet
En studio avec Ruth ! "Je crois sincèrement que la traite humaine et la prostitution fonctionnent de pair"
Catalogne - La loi et l’ordre des proxénètes
Qui estime vraiment les personnes prostituées ?
En studio avec Ruth ! "La prostitution est un grand enjeu politique"
L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) et l’Alliance canadienne féministe pour l’action internationale (FAFIA) répondent au rapport Oppal sur les femmes disparues
Colombie-Britannique - L’égalité des femmes et le contexte socio-économique absents du rapport Oppal sur les femmes disparues
Prostitution - Les “progressistes” australiens oscillent entre l’industrie du sexe et les droits des femmes
Prostitution - Le refus d’abolir le système prostitueur est une atteinte aux droits humains
Fantine ou la liberté de se prostituer ?
Première rencontre de l’Association internationale des survivantes unies de la traite à des fins sexuelles (prostitution)
Prostitution - Pourquoi il faut mettre fin à une des plus anciennes violations des droits humains
Carton rouge pour les bordels à vitrine
Prostitution - La réduction des méfaits est-elle ce que nous pouvons faire de mieux pour les personnes prostituées ?
Un traité féministe international pour abolir la prostitution
Prostitution - Coup de tampon réglementariste !
Prostitution et séropositivité - Le Gouvernement grec arrête et emprisonne des femmes pour protéger les hommes
Manifeste contre le système prostitueur
Prostitution en France - Lettre ouverte à M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre
1946-2012 : De la fermeture des maisons closes à la lutte contre le système prostitueur, les abolitionnistes portent progrès et liberté !
Prostitution - Gloria Steinem appuie le modèle nordique
Solidarité avec les prostituées, mais lutte contre la prostitution
Comparaison entre acheteurs et non-acheteurs de sexe dans la région de Boston
8 mars 2012 : Pas d’égalité sans abolition de la prostitution !
La danse contact ou "lap-dance", prologue de la prostitution
Fiers d’aller aux danseuses ! Vraiment ?
Abolitionnistes du système prostitueur : ce que nous sommes, ce que nous voulons !
Les Néerlandais commencent à regretter la légalisation de la prostitution
Prostitution et faux-semblants : une affaire de société, de femmes et d’hommes
Pourquoi la gauche veut-elle faire de la prostitution "un métier comme un autre" ?
Prostitution et "slutwalk" - Bâtir un mouvement féministe progressiste à l’époque individualiste
Prostitution - Il faut rendre illégal l’achat de "services" sexuels en Australie
Le mouvement des femmes n’est pas monochromatique
ZéroMacho - Des hommes contre la prostitution
Prostitution et domination masculine
La vérité sur l’esclavage sexuel planétaire, un livre de Lydia Cacho
Votre voisin est un prostitueur - Une nouvelle recherche
J’ai rien vu
Abolition n’est pas prohibition - Pourquoi la défense de l’avortement diffère de la défense de la prostitution
Prostitution et traite des femmes - Le projet abolitionniste au congrès Mondes des femmes 2011
Congrès international Mondes des femmes 2011 - Compte-rendu des échanges sur l’abolition de la prostitution à l’exposition "Les draps parlent"
Banalisation de l’industrie du sexe et éducation des jeunes
Nous devons sanctionner les acheteurs de la prostitution
Des députés proposent une résolution sur la prostitution réaffirmant la position abolitionniste de la France
Dix raisons de ne pas légaliser la prostitution
Demi Moore s’associe au CNN Freedom Project pour un documentaire saisissant sur le commerce sexuel au Népal
Client de la prostitution : vers une prise de conscience européenne
Lutter pour faire de la prostitution un travail, c’est se tromper de combat
Prostitution et traite des êtres humains, controverses et enjeux
Le système de la prostitution militaire en Corée du Sud, en Thaïlande et aux Philippines
La prostitution comme violence contre les femmes
Le système prostitutionnel, un pilier de l’inégalité sexuelle et des violences envers les femmes
Clients de la prostitution : un "droit de l’homme" heureusement en péril
Prostitution as violence against women
Prostitution - Vive le sexe libre et gratuit !
France - La prostitution n’est pas une fatalité
"Il faut punir les clients des prostituées", selon Roselyne Bachelot. Oui... et dépénaliser les personnes prostituées !
Belgique - Analyse « Prostitution : arguments et opinions »
Prostitution - Le débat entre féministes se poursuit
Tribunal populaire sur l’exploitation sexuelle commerciale - Inscription
La tolérance sociale, complice de la violence et de l’exploitation sexuelle
Traite des femmes à des fins sexuelles - Au cœur des réseaux criminels : l’exemple de l’Albanie
S’unir contre la banalisation de la prostitution - Un défi pour la décennie
Moi, si j’étais un homme
La prostitution menace le patrimoine humain
Prostitution et traite des êtres humains - Les mensonges du réglementarisme
La députée bloquiste Maria Mourani présente un projet de loi pour accélérer la lutte à la traite des personnes et au proxénétisme
La série "Maison close" : de la fiction à la réalité
C’est un métier, tout comme le vôtre…
Décriminaliser totalement la prostitution sape le travail pour l’égalité des sexes - Exigeons le changement
"Abolir la prostitution" – Une question en suspens pour le féminisme et pour la gauche
Pays-bas : infirmières ou prostituées ?
Madame Parité commence fort en renvoyant les femmes… au bordel !
Le sexe s’invite à la Coupe du Monde
Feu « Verts » au proxénétisme !
Plus de pornographie à l’Assemblée nationale, mais des assises de la prostitution au Sénat
"Travailleurs du sexe", un documentaire sexiste, réactionnaire et dangereux
Le Mouvement du Nid-France louera un mini-car pour faire visiter les maisons closes
Pour un quartier assiégé, la prostitution est loin d’être un "crime sans victime"
De client prostitueur à homme responsable : une démarche nécessaire
Le "client", premier agent de la prostitution
Proxénétisme et prostitution - Lettre ouverte aux candidat-e-s aux élections européennes de juin 2009
Poser les bases d’une Europe sans prostitution, c’est oser
Le tourisme de prostitution, une industrie mondialisée florissante
Prostitution : la grande promo
Première Journée mondiale contre l’exploitation sexuelle : les raisons d’un engagement
Prostitution et traite des êtres humains, enjeux nationaux et internationaux
Le vagin industriel. Vers une économie politique du sexe commercial mondialisée
S’attaquer au trafic mondial du sexe
Intégrisme islamique et esclavage sexuel en Iran
Le corps des femmes est attaqué. Que fait-on ? On se tient debout et on riposte !
Libre disposition de son corps et liberté de se prostituer
Le refus de la prostitution gagne du terrain
Comment la pornographie influence les jeunes consommateurs
La mode hypersexualisée s’inspire de la pornographie
Le "droit de prostituer" n’est pas un droit de l’homme
"Abolition de la prostitution" - Édito Revue Labrys
Affaire Sneep aux Pays-Bas - Condamnation de deux proxénètes qui ont exploité et maltraité 120 filles de l’Europe du Sud et de l’Est
Le commerce du sexe est florissant en Afghanistan
Sexe et Formule 1
Dossier prostitution - Importants développements à l’échelle internationale
Prostitution - Touche pas à mon client ?
Le Conseil National des Femmes du Luxembourg (CNFL) se prononce en faveur d’une législation agissant directement sur la demande de "services sexuels"
Affaire Spitzer - Le mythe du crime sans victimes
Le Mouvement du Nid inquiet de plusieurs mesures de la politique française sur la prostitution
Le Forum de Vienne sur la traite des êtres humains reste sourd aux voix des victimes
Une politique cohérente contre la violence à l’égard des femmes doit commencer par s’attaquer à la prostitution
Prostitution - À Alger comme en Europe, on esclavagise les femmes
Manifeste des hommes pour l’abolition de la prostitution (Espagne)
Pornographie et fin de la masculinité
Pornographie : "Ça fait mal, tellement mal" ou pourquoi certaines femmes ne veulent pas savoir
Prostitution : les limites du consentement
Prostitution et traite des femmes au Nevada
« Être abolitionniste, c’est défendre la liberté sexuelle ! »
"Rent-A-Wife", c’est discriminatoire !
Après des décennies, les secrets des bordels des camps nazis émergent
Une association féministe espagnole conteste l’expression "travailleuse du sexe"
Le Mouvement du Nid face aux clients prostitueurs
Richard Poulin parle de son dernier livre "Abolir la prostitution" - Interview par Sporenda
Prostitution - Trois femmes et un débat
Déchirées par la guerre, les femmes d’Irak sont la cible des trafiquants du sexe
La prostitution n’est pas un service comme un autre
Entretien avec Coline Serreau sur le film Chaos
Qu’est-ce que la libération ? Le féminisme hier, aujourd’hui et demain
Quand le porno impose sa vision de la sexualité
La prostitution, une arme politique
Prostitution : tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir et qui existe quand même !
La liberté dévoyée
Mondialisation, militarisme et trafic sexuel
Pour que la porno recule
Marchandisation et déshumanisation : l’exemple de la prostitution
Richard Poulin lance un manifeste abolitionniste
Prostitution en Allemagne : Déclaration post-Coupe Mondiale de Football
Prostitution Reform - Stamp out sexual slavery (Angleterre)
La prostitution au XVIIIe siècle, pierre d’achoppement entre politiques locales et pouvoir royal
Campagne contre la traite des blanches de l’Europe de l’Est
Prostitution : les pièges du pragmatisme
L’âge du consentement sexuel à 16 ans : un pis-aller ?
Prostitution : cherchez le client
Enjeux de la prostitution considérée comme "travail du sexe"
L’envergure de la traite à des fins de prostitution
Les filles de l’Est
Violence pro-prostitution à la Maison des femmes de Paris
Le discours pro-prostitution : une rhétorique de dominant
"Survivantes" et féministes contre la prostitution
Clients de la prostitution : motivations et déterminants
La législation à l’encontre des prostituées au XVIIIe siècle
Une politique cohérente contre la violence faite aux femmes doit d’abord s’attaquer à la prostitution
La nouvelle industrie du sexe
"Terre promise", un film d’Amos Gitaï sur la traite des femmes
Prostitution : une arme de destruction massive
"Les clients de la prostitution : l’enquête", de Claudine Legardinier et Saïd Bouamama
Les Philippines contre le trafic sexuel
"Inside deep throat", contribution à la liberté sexuelle ?
La prostitution au XVIIIe siècle : introduction à une liberté superficielle
Femmes à vendre dans les pays baltes
Prostitution et Société No 150
Acheter du sexe n’est pas un sport
Une loi qui jetterait les femmes dans l’industrie du sexe
Casino de Hull - Des "playmates" de Playboy pour faire la promotion des nouvelles machines à sous
Ni coupables, ni victimes : libres ? Oui, libres de toute prostitution
Le système de la prostitution : une violence à l’encontre des femmes
La marchandisation du corps humain est une violation des droits fondamentaux de la personne
Le système de la prostitution au Cambodge : le témoignage de Somaly Mam
Le Mouvement du Nid
Le Mouvement du Nid - Documents sur la prostitution
La banalisation de la prostitution : des choses à savoir
L’Association canadienne des centres contre les agressions sexuelles réclame des politiques contre le commerce du sexe
16 journées d’actions citoyennes pour dire "Non aux violences à l’égard des femmes et à la prostitution ! Oui à la promotion de la dignité humaine !"
Prostitution et travail « invisible » : une assimilation dangereuse
Le risque global d’être convertie en marchandise
Gunilla Ekberg : « Le mieux que nous puissions faire pour nos soeurs prostituées, c’est de les aider à en sortir. »
Prostitution, pornographie et trafic des femmes
Sexe, argent et intégrisme postmoderne
Les politiques européennes et internationales sur la traite des êtres humains encouragent le proxénétisme
Quinze thèses sur le capitalisme et le système prostitutionnel mondial
Le chemin de Buenos Aires : la prostitution, hier et aujourd’hui
Prostitution,
la mondialisation incarnée

Mondialisation des industries du sexe : oppression maximale des femmes et des enfants du Sud, de l’Est, du Sud-Est, etc...
L’hypocrisie a-t-elle un sexe ? Ou comment masquer l’insoutenable réalité de la prostitution
L’importance de ne pas censurer le débat sur la prostitution
Viol et prostitution
Esclavage et prostitution
Journée de formation sur la mondialisation de la prostitution et du trafic sexuel - Documents
Les jeunes et l’industrie du sexe
La marchandisation du sexe : nouvel esclavagisme ?
Le "libre choix" en Allemagne : accepter de se prostituer ou perdre son allocation de chômage ?
La croissance effrénée des industries du sexe : entrevue avec Richard Poulin
Aux pays des tsunamis, le trafic sexuel sévit
Le modèle suédois : une source d’inspiration, non une panacée
Une étude dresse le portrait des prostitueurs ou clients de la prostitution
Prostitution : La nouvelle traite des Noirs
« La mondialisation des industries du sexe » : des faits aux valeurs
Décriminaliser la prostitution a profité aux proxénètes, pas aux personnes prostituées
Occupations militaires - La prostitution érigée en système
Le scandale de l’esclavage sexuel au Kosovo
« Les Yeux secs » et la caméra citoyenne de Narjiss Nejjar
Rapport sur les conséquences de l’industrie du sexe dans l’Union européenne
L’érotisation de la violence et de la subordination
Prostitution : réflexions d’un militant en colère
Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui, esclavage, travail forcé, trafic de personnes
Pacte du silence sur les clients de la prostitution
Le débat sur la prostitution : quelle libération sexuelle ?
Des questions à se poser sur la prostitution
Fabrication d’un nouveau mythe sur la prostitution
L’urgence est-elle de faire de la prostitution un métier ?
Je voudrais parler porno
La légalisation de la prostitution, une expérience qui a échoué en Australie
Prostitution, pornographie et capital
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe
Prostitution, trafic sexuel et mondialisation
On s’arrache les actions du premier bordel inscrit en bourse
Il faut stigmatiser le client... il est criminel
La tyrannie du nouvel ordre sexuel
Adulte ou infantile, la prostitution est le contraire de l’autonomie sexuelle
Les enjeux occultés de la prostitution et les conséquences sur les rapports hommes-femmes
Le trafic mondial des femmes et des enfants
Des proxénètes à l’Université ?
La mondialisation des marchés du sexe - I
La mondialisation des marchés du sexe - II
Combattre le système prostitutionnel
Sexe : de l’intimité au « travail sexuel » ou prostituer est-il un droit humain ?
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe. Commentaire.
Pour une critique de la politique pro-prostitution de Cabiria
Prostitution : droits des femmes ou droit aux femmes ?
Faut-il une autorisation pour parler de la prostitution ?
« Le corps est un nouvel instrument d’esclavage » Florence Montreynaud
« La prostitution, ce n’est pas le plus vieux métier du monde, c’est le plus vieux mensonge » (Gunilla Ekberg)
L’idéologie sexiste et la pornographie
Femmes esclaves des bordels du Bangladesh




Traduction française de Malka Marcovich - mars 2003. Merci à la traductrice d’avoir autorisé Sisyphe à reproduire ce texte.

- Lire aussi : "Clients de la prostitution : motivations et déterminants".

- "Les clients de la prostitution : l’enquête", de Claudine Legardinier et Saïd Bouamama

Introduction

On ne peut comprendre ce qui se joue dans le rapport prostitutionnel hétérosexuel sans questionner la demande pour la prostitution, les motivations des hommes et s’interroger sur ce qui est acheté. Cet article analyse quelques résultats de recherches effectuées en Suède et dans d’autres pays scandinaves sur les clients de prostituées. Je comparerai également ces résultats avec des études réalisées dans d’autres pays. La demande pour les prostituées doit être appréhendée de façon globale. On ne peut donc uniquement se limiter aux recherches dans le contexte suédois. En effet, les observations faites dans d’autres recherches scandinaves permettent de comprendre de manière plus générale le rôle des hommes dans la prostitution. Quatre principales questions sont ici posées : 1. Qui sont les hommes qui cherchent des prostituées ? 2. Quelles sont leurs motivations ? 3. Comment interpréter ces motivations dans le contexte du changement des rapports sociaux de sexe ? Et 4. Comment ces pratiques masculines dans la prostitution peuvent-elles influer sur le travail social ?

Qui sont les hommes qui recherchent des prostituées ?

Nous savons que tous les hommes n’achètent pas du sexe. Les raisons qui amènent les hommes à acheter du sexe varient fortement d’un pays à un autre, ou d’une culture à une autre. Le tableau suivant est basé sur diverses études portant sur les habitudes sexuelles dans un certain nombre de pays européens et les Etats-Unis, entre 1989 et 1999.


Tableau 1. La proportion des hommes qui ont acheté du sexe à un moment ou à un autre de leur vie,
dans différents pays.

Pays

Pays

Pourcentage

Base statistique (N)

Année

Source

Finlande

  13

   624

1999

Haavio-Mannila & Rotkirch, 2000

Norvège

  11

 

1992

Leridon et Al, 1998

Suède

  13

1 617

1996

Lewin et Al, 1998

Grande Bretagne

    7

1 475

1991

Wellings et Al., 1993

Pays-Bas

  14

7 941

1989

Leridon et Al, 1998

Suisse

  19

   392

1992

Leridon et Al, 1998

Espagne

  39

1 260

1992

Leridon et Al, 1998

Russie*

  10

   409

1996

Haavio-Mannila &Rotkirch, 2000

États-Unis

  16

   870

1992

Michael et Al, 1994

 

5-htp and bupropion generic prilosec from israel mail pharmacy lipitor buy finasteride over the counter purchase urimax more info buy methoxsalen online about baclofen 10 mg metronidazole bupropion 300mg xl watson purchase norvasc http://www.projectsforpreschoolers.com/buy-piracetam-powder-online/ buy metronidazole uk modalert 200 mg purchase piracetam ranitidine 150mg buy generic filagra online cilostazol mechanism of action more info about purchase amisulpride amlodipine besylate canada pharmacy in canada bupropion xl 150 voltaren capsules in california information piracetam for sale kamagra oral jelly over the counter in mexico generic version of diflucan info about purchase armodafinil manufacturer of norvasc flagyl uk in mexico http://moblico.com/tizan-usa/ info about where can i buy armodafinil where can i armodafinil buy modvigil filagra online in uk diflucan amiloride sale in mexico lipitor online pharmacy http://moblico.com/modalert-no-prescription/ http://moblico.com/buy-prednisolone-online/ erlotinib buy voltaren cheap tadacip order vega prilosec otc sale buy kamagra oral jelly online australia careprost without prescription canadian pharmacies premarin in france rapamune purchase online 25mg amitriptyline hcl avanafil stendra flagyl without prescription fluconazole tablets http://www.r-p-f.org/doxycycline-100-mg/ buy modafinil provigil modalert http://moblico.com/order-diflucan/ buy iressa 250mg in india more info about tadalafil 20mg zantac over the counter

* Les statistiques russes concernent uniquement la ville de Saint-Petersbourg.


Ce tableau montre que les hommes espagnols sont en tête du groupe "d’acheteurs de sexe" ; pratiquement quatre hommes espagnols sur dix (39%) ont acheté du sexe à un moment de leur vie. Les hommes britanniques sont ceux qui ont le moins expérimenté le sexe payant (7%). Les proportions d’acheteurs de sexe semblent approximativement identiques dans les trois pays scandinaves (Finlande, Norvège, Suède) ; un peu plus d’un homme sur dix a payé pour le sexe à un moment de sa vie. Curieusement, les résultats néerlandais (14%) sont relativement bas lorsque l’on prend en compte le développement du commerce du sexe dans ce pays, et son approche officielle libérale. Une explication possible serait que la majorité des acheteurs de sexe dans ce pays seraient des visiteurs étrangers, qui ne peuvent être reflétés dans cette recherche statistique effectuée au niveau national. Il est à noter que les résultats néerlandais et espagnols, (ainsi que ceux de Finlande et Russie) restent cependant incertains étant donné la base statistique relativement faible.

En dehors des statistiques peu précises, on peut de toute façon remettre en question leur véracité à plusieurs titres. L’acte de payer pour le sexe est considéré dans de nombreux pays comme une transgression de normes que les personnes préfèrent cacher à leur entourage. On trouve un exemple intéressant de ce phénomène dans une étude effectuée auprès de 661 hommes germanophones en vacances en Thaïlande, aux Philippines, en République Dominicaine, au Kenya et au Brésil. Tous les hommes interrogés avaient en effet reconnu avoir eu des relations sexuelles avec des femmes autochtones. Bien que les chercheurs les aient classés dans la rubrique « touristes sexuels », ces hommes ne s’identifiaient nullement à ces termes. Probablement craignaient-ils une condamnation publique forte du tourisme sexuel, puisque la majorité des hommes (presque 80%) rejetaient cette terminologie. (Günther 1998:71). Ces hommes identifiaient plutôt la relation avec ces femmes, à ce que Cohen appelle « une finalité prostitutionnelle » (1), relation qui commence fréquemment par un échange d’argent contre un service sexuel, et qui plus tard, durant le séjour de l’homme dans le pays, se développe" "dans une "relation prolongée, diffuse et plus personnalisée, qui inclut à la fois émotion et intérêt économique ». (Cohen 1996:275 ; voir aussi Bang Fossum 2001). De plus, certains hommes qui payent pour le sexe n’ont pas une image sexuelle positive et forte d’eux-mêmes. Reconnaître pour soi et auprès des autres que l’on est « dans le besoin » d’aller voir des prostituées, peut être ressenti comme dévalorisant par rapport aux normes sexuelles. Mais l’inverse est également vrai. Tout sentiment de honte investi dans le fait d’aller voir des prostituées, est également subordonné à une autre norme de la domination masculine, celle d’avoir de multiples expériences sexuelles. Ainsi, l’étude suédoise a montré que l’expérience du sexe payant est prédominante chez les hommes qui ont déjà de nombreuses partenaires sexuelles. (Månsson 1998:242). Cette réalité contredit l’idée populaire selon laquelle le client est un homme « seul » motivé par « des besoins sexuels ». Dans une autre étude similaire d’Amérique du Nord, il fut établi que les clients étaient plus enclins que les autres hommes à affirmer qu’ils avaient eu plus d’un partenaire sexuel durant l’année écoulée, 59% contre 19%. (Monto 2000:72)

Il faut souligner ici que les conditions sociales à des périodes différentes de l’histoire modèlent les multiples expressions et formes de la prostitution. L’activité prostitutionnelle change continuellement. De nouvelles formes de contacts entre les acheteurs et les vendeurs se développent, ce qui a un impact sur le nombre d’hommes qui s’engagent dans des relations prostitutionnelles. La prostitution est aujourd’hui partie intégrante de l’expansion de l’industrie du sexe à un niveau global. L’intensification de la traite transnationale à des fins de prostitution est un des éléments constitutifs de ce développement commercial. D’un côté, il existe une importation plus ou moins organisée de femmes du tiers-monde et d’Europe de l’Est pour les bordels des pays riches à l’ouest. De l’autre, on transporte de façon plus ou moins organisée, des acheteurs de sexe en provenance des pays riches en direction des régions pauvres du monde. Lorsqu’il a été demandé aux acheteurs de sexe suédois où avait eu lieu leur dernier contact sexuel payant, près de 70% d’entre eux ont répondu qu’il s’était déroulé à l’étranger, que ce soit durant des vacances, leur travail ou un voyage d’affaires. (Månsson 1998:243).

Le développement de la « pornographie informatique », l’achat et la vente de services sexuels à travers l’Internet constituent un autre changement récent dans la structuration de l’industrie globale du sexe. Il ne fait aucun doute que l’introduction de cette nouvelle technologie a accru la disponibilité du sexe marchand. Nous possédons à ce jour peu d’information sur la manière dont cette nouvelle technologie affecte le continu et la structure de la demande. Cependant, comme le souligne Donna Hughes dans son analyse de l’industrie du sexe : « Les hommes restent en général secrets sur l’exploitation qu’ils font des femmes et des enfants. Un des facteurs du succès de l’industrie du sexe « online » vient du fait que les hommes peuvent désormais télécharger de la pornographie et s’engager dans un acte prostitutionnel depuis l’espace privé de leur foyer ou de leur bureau. » (Hughes 2000:10). Une récente étude sur les utilisateurs suédois d’Internet qui s’engagent dans des activités sexuelles, a montré que l’activité la plus commune et préférée des hommes consiste à regarder de la pornographie (69%) (Cooper et al 2003). De plus, à partir de l’analyse du contenu d’un millier d’emails de clients (donnés aux chercheurs par une femme qui a décidé de quitter la prostitution) il apparaît que les clients sur Internet sont beaucoup plus jeunes et dans une situation socio-économique meilleure que les clients des prostituées de rue (Nordvinter and Ström 2000:37).

Pourquoi les hommes recherchent-ils des prostituées ? Nous allons ici approfondir ce que nous savons aujourd’hui des raisons qui motivent les hommes à acheter du sexe. Dans la plupart des pays scandinaves, les études ont été menées sur une base qualitative avec des interviews approfondies de clients.

En analysant ces interviews et en se focalisant sur le discours des hommes qui expliquent pourquoi ils cherchent des prostituées, il est possible de discerner plusieurs types de discours. On peut les diviser en cinq groupes majeurs. Ces catégories ne sont pas antinomiques les unes des autres et on a pu dans de nombreux cas retrouver plusieurs thèmes dans une même interview.


Tableau 2 -Types de discours des clients

Le fantasme

 

 

Le fantasme

de la «sale putain» 

 

 Expression de sentiments contradictoires, de curiosité, de fascination et de mépris. L'image de la « sale putain » renforce l'excitation sexuelle.

 

Une autre forme de sexe

 

 L'idée que certaines formes de rapports sexuels ne peuvent être expérimentées avec des femmes qui ne sont pas prostituées.

 

Pas d'autres femmes

 

 En référence à la timidité, la peur, un âge avancé, un handicap physique ou mental. "Il n'y a pas d'autres femmes pour moi".

 

Consommer du sexe

 

 Images du sexe en tant que produit marchand.

 

Un autre type de femme

 

 Des images de la vraie nature féminine. Expressions de notions antiféministes puissantes.

 
5-htp and bupropion generic prilosec from israel mail pharmacy lipitor buy finasteride over the counter purchase urimax more info buy methoxsalen online about baclofen 10 mg metronidazole bupropion 300mg xl watson purchase norvasc http://www.projectsforpreschoolers.com/buy-piracetam-powder-online/ buy metronidazole uk modalert 200 mg purchase piracetam ranitidine 150mg buy generic filagra online cilostazol mechanism of action more info about purchase amisulpride amlodipine besylate canada pharmacy in canada bupropion xl 150 voltaren capsules in california information piracetam for sale kamagra oral jelly over the counter in mexico generic version of diflucan info about purchase armodafinil manufacturer of norvasc flagyl uk in mexico http://moblico.com/tizan-usa/ info about where can i buy armodafinil where can i armodafinil buy modvigil filagra online in uk diflucan amiloride sale in mexico lipitor online pharmacy http://moblico.com/modalert-no-prescription/ http://moblico.com/buy-prednisolone-online/ erlotinib buy voltaren cheap tadacip order vega prilosec otc sale buy kamagra oral jelly online australia careprost without prescription canadian pharmacies premarin in france rapamune purchase online 25mg amitriptyline hcl avanafil stendra flagyl without prescription fluconazole tablets http://www.r-p-f.org/doxycycline-100-mg/ buy modafinil provigil modalert http://moblico.com/order-diflucan/ buy iressa 250mg in india more info about tadalafil 20mg zantac over the counter

Avant de creuser plus avant ces différents thèmes, il nous faut souligner qu’aucune de ces catégories ne se réfère explicitement à une raison liée à une nécessité corporelle pour les hommes, hormis celle intitulée Faire son marché de sexe. Comment pouvons nous l’expliquer ? Charles Winick était parvenu au même constat dans son étude célèbre sur les acheteurs de sexe américains dans les années 1960. (Winick 1962). L’interprétation qu’en donne Winnick est que le sens émotionnel et ce que sous entend la démarche des hommes qui visitent des prostituées prédominerait sur leur réel désir d’une expérience sexuelle. On peut aussi dire que le désir d’expérience sexuelle se manifeste et se traduit de manière différente lorsque les hommes regardent ou parlent de la prostituée et d’eux-mêmes. Cela revient à dire que ce qui se déroule réellement lors d’une visite à une prostituée est moins important que le sens qui s’y attache dans le fantasme de l’homme. Cela ne signifie par pour autant que les hommes n’aient pas fréquemment de besoins sexuels ou de désir lorsqu’ils achètent du sexe. Cela montre simplement qu’ils n’en parlent pas lorsqu’ils expliquent les raisons de leur visite à des prostituées. Ils parlent d’autres choses, ce qui révèle la manière dont s’exprime la demande. Par exemple ils parlent souvent de « curiosité » ou « d’excitation ».

Thème 1 : Le fantasme de la « sale putain"

Un exemple est le fantasme de la « sale putain ». Pour certains clients, de manière distincte et immédiate, l’image de la « putain » est excitante sexuellement. La « putain » est perçue comme un animal sexuel, pour le désir violent et l’urgence, l’envie sexuelle qui ici est souvent liée au secret et à la culpabilité. La « putain » représente un aspect d’une image féminine scindée, véhiculée par la société patriarcale. Cette image motive la manière dont les hommes entrent en relation avec les femmes dans différentes situations et pas seulement dans la prostitution. De fait, les deux images de la « madone » et de la « putain » objectivent les femmes. Alors que la première est respectée, la seconde est méprisée. Accolée au mépris, existe aussi l’idée de séduction. Bien que plus distante que « la madone », « la putain » semble en même temps plus accessible comme source de rêves et de fantasmes érotiques. Beaucoup d’hommes sont motivés par la curiosité de rentrer au moins une fois en contact avec une « putain », de la regarder, d’expérimenter ce type de rapport sexuel. De plus, l’environnement de la prostitution provoque curiosité et excitation. Dans les zones rouges ou autres lieux où existe le commerce du sexe, l’environnement de la prostitution fonctionne comme une « invitation » au sexe. Ceci est mis en évidence par le cadre pornographique, par exemple dans les sex-clubs et les boutiques pornos qui bordent les « promenades » des grandes villes, ou les publicités pornos sur les sites Web de l’Internet. Dans aucun autre lieu, on ne trouve de femmes qui s’exposent sexuellement si ouvertement. Cette expérience d’excitation est sans doute liée au caractère contradictoire du commerce du sexe, à la fois repoussant et attrayant. Le dégoût est un élément d’automépris dans la relation que certains entretiennent avec la notion d’interdit et leurs pulsions secrètes. En même temps, il est connu que le secret attaché au fantasme sexuel ajoute à l’excitation dans de nombreux cas. Il y a tentation de verser dans la luxure érotique interdite. La sociologue britannique Julia O’Connell Davidson (1998:141) explique la manière dont certains clients entretiennent des sentiments contradictoires de séduction et d’automépris lorsqu’ils projettent l’image de la « sale putain » sur la femme qui se rend publiquement disponible. Cette dégradation de la femme prostituée permet à l’homme de se distinguer d’elle et de se libérer de la culpabilité. A l’encontre d’elle, il demeure lui socialement respectable et moralement innocent. L’extrait suivant, rédigé dans un email par un homme suédois, souligne l’attitude extrêmement hostile vis-à-vis d’une femme qui offre ses services sur Internet. Il est clair dans ce message que la « sale putain » est tout à la fois repoussante et sexuellement excitante.

Toi sale putain visqueuse !!! Je te déteste. La prochaine fois que je visiterai Stockholm, je chercherai à te trouver et je te tabasserai, comme ça tu ne pourras plus jamais baiser. Toi putain dégueulasse !!! Si tu étais une de mes connaissances, je te battrais jusqu’à ce que ton con se retrouve dans ta gueule...Toutes les personnes comme toi devraient être tuées !!! Bien sûr, je peux imaginer tes culottes, ce serait vraiment bon de me branler dedans...Si j’étais toi, je ne laisserais pas des personnes comme moi venir dans ton appartement. Alors fais gaffe !! N’as-tu aucune fierté ? J’ai pitié de toi. En même temps, je pourrais te baiser le cul avec mon pied. Salut ! PS. Tu n’as pas intérêt à ne pas répondre... !!!

Bien entendu, il est impossible de juger du sérieux des menaces de cet homme envers cette femme. Mais cet exemple souligne bien le danger dans la prostitution ; et aucun lieu n’est sûr, même pas Internet, pour se cacher de l’intimidation et de la violence.

Thème 2 : Une autre forme de sexe

L’idée d’une sexualité avec une femme expérimentée et délurée, disposée à accomplir un type d’actes sexuels qu’ils ne pourraient demander à leur épouse ou partenaire officielle, fait souvent partie des fantasmes des hommes. De plus, il est intéressant de noter ici que certains hommes demandent ouvertement un rôle différent et plus passif avec une prostituée que celui qu’ils adoptent dans leurs relations ordinaires. En d’autres termes, l’homme achète pour lui même le droit d’être passif et d’être « séduit » par une « putain » sexuellement agressive. Dans une étude menée par la sexologue américaine Martha Stein (1974) sur les clients de call-girls, il apparaissait que l’acte le plus demandé aux femmes était la fellation. Nombre de clients, en particulier les plus vieux, disaient leur insatisfaction devant le refus de leur femme de pratiquer ce type d’acte. L’autre acte le plus demandé était celui de la femme se tenant au dessus de l’homme. Selon Stein, à peu près la moitié des hommes assumait un rôle passif, laissant à la prostituée la responsabilité des initiatives. Certains hommes payent aussi les prostituées pour être sexuellement dominés, violentés, humiliés, tyrannisés ou dégradés de manières diverses. Il apparaît donc que les hommes, quand c’est possible, préfèrent abandonner leur position de pouvoir construite socialement, afin d’en adopter une autre qui les autorise à relâcher le contrôle et ignore la demande d’une performance sexuelle.

Se joue ici un jeu de pouvoir complexe et contradictoire. L’homme ne domine pas ici la femme de manière visible. Pourtant, il utilise son pouvoir pour construire une situation où les rôles traditionnels sexuels sont inversés. En réalité, le pouvoir de la femme qui serait lié à sa position dominante n’est qu’une illusion. Il en va de même avec la volonté de l’homme de relâcher le contrôle. En réalité la valeur de la femme reste contingente au fait qu’une « prostituée reste une prostituée ». Elle n’a pas de réelle valeur en tant que sujet humain. Dans le regard du client, sa valeur reste au contraire uniquement liée à son corps et à sa performance sexuelle. On peut dire que le client déshumanise en fait la prostituée et refuse de reconnaître en elle autre chose que son corps et sa performance sexuelle. (O’Connell Davidson 1998:150). Cependant, il est probable que cette vision sera contestée par l’homme lui-même, en particulier par ceux qui s’engagent dans ce que Cohen définit comme une finalité prostitutionnelle. (Voir plus haut). Ce type de relation présuppose un accord tacite, où les deux parties participent à la mise en scène « romantique » de la relation, et qui camoufle les aspects économiques et commerciaux de la transaction. (Bang Fossum 2001:72).

Thème 3 : Pas d’autres femmes

L’ardeur du désir pour les femmes en général, et pas seulement des prostituées, reste le discours le plus récurrent de ce thème. Il s’agit ici d’hommes qui ne vivent pas de relations avec des femmes et qui considèrent qu’ils ont de grandes difficultés à entrer en contact avec elles. Ce constat provient de l’étude nord américaine de Martin A. Monto où les statistiques suggèrent que certains hommes qui payent pour le sexe disent avoir des difficultés à s’impliquer dans des relations conventionnelles. « 42% (sur 700 interviews, mon commentaire) reconnaissent qu’ils sont « timides et maladroits » quand ils cherchent à entrer en relation avec des femmes, et 23% soulignent leurs difficultés à rencontrer des femmes qui ne sont pas des danseuses nues ou des prostituées. » (Monto 2000:80).

L’affirmation : « Il n’y a pas d’autres femmes pour moi » ne signifie pas nécessairement que ces hommes n’ont pas l’occasion de rencontrer des femmes. Cela se réfère plutôt à la subjectivité des hommes et ce qu’ils considèrent être disponible sur le marché du sexe. Cependant, O’Connell Davidson critique le discours qui envisage la prostitution comme une forme de thérapie sexuelle ou acte de soin. Elle explique que le fait de présenter la prostituée comme une « consolatrice » au grand cœur, autorise le client à prétendre que c’est la solitude et non pas le désir qui le pousse à rechercher des prostituées. « Mais derrière ces discours, les scénarios sexuels ont généralement autant à voir avec la vengeance et le contrôle, que chez n’importe quel autre client », souligne O’Connell Davidson (1998:152). En effet, dans son monde interne d’illusions, le client pense qu’il est du devoir de la prostituée de le rendre performant et de l’aider à se hisser à une position de contrôle. Le client transfère simplement son besoin de performance sur elle. C’est une des clefs de sa vulnérabilité, mais aussi de son potentiel dangereux. Faire peser sur la prostituée la responsabilité de sa performance (et d’une libération sexuelle) signifie qu’il projettera aussi sur elle sa possible impotence. C’est ici que cette position de pouvoir devient dangereuse pour elle. Un homme qui ne parvient pas à l’érection peut devenir dangereux. Un lien ténu entre l’impuissance sexuelle et la violence existe dans ces cas-là. Un homme qui se considère exclu, non seulement de l’acte sexuel, mais de manière plus profonde d’une expérience d’homme valide qui se sent vivant, peut bien déboucher sur le meurtre de la prostituée. (Månsson 1988:39).

Thème 4 : Consommer du sexe

L’usage de la prostitution est une pratique qui concerne majoritairement les hommes. Afin de comprendre ce que les hommes recherchent dans les prostituées, il est nécessaire de prendre en compte la sexualité masculine et les relations de genre. La sexualité et les rapports de sexe sont construits socialement, ce qui explique que la manière dont les hommes vivent et parlent de la prostitution reste dépendante des particularités sociales et économiques prévalant dans une société donnée. Ainsi aujourd’hui, il existe un groupe de clients, principalement composé de jeunes hommes, dont la représentation des rapports sociaux de sexe et de la sexualité est modelée par les images produites massivement par notre société moderne dans la pornographie, la publicité, et les émissions de divertissement télévisuelles. Pour ces hommes, tout est possible, y compris dans le domaine de la sexualité. Cette approche crée de solides bases pour la prostitution. Car dans la prostitution, les possibilités semblent infinies, du moment que le consommateur accepte de payer. Cela débouche sur une vision essentiellement mercantile de la sexualité, où le sexe est comparable à un produit de consommation plutôt qu’à une relation intime. Le sexe est avant tout perçu comme une nécessité physique qui demande une attention à intervalle régulier, comme un besoin récurrent de « nettoyer les tuyaux ». Cette approche n’est pas très nouvelle du point de vue historique. Ce thème, en effet, revient dans l’idéologie patriarcale archaïque qui défend la prostitution hétérosexuelle comme un phénomène naturel et inévitable. Dans cette idéologie, la prostitution est perçue comme une vieille institution et comme le plus vieux métier des femmes. Dans la dernière ère capitaliste, cette vision a trouvé son expression typique dans ce que Blanchard appelle le McSex, qui revient à l’idée qu’il faut acheter une partenaire sexuelle, partout où elle est disponible. Selon un homme interviewé, aller vers une prostituée, c’est « comme aller au McDonald ; la plupart des gens cherchent un bon repas rapide et bon marché. Cela satisfait, c’est bien gras, et après, on fout le camp vite fait » (Blanchard in Monto 2000:80).

Les sociologues norvégiens Prieur et Taksdal (1989 ; 1993) appellent les acheteurs de sexe les tricheurs. Ils affirment que les tricheurs sont « les joueurs les plus modernes du jeu sexuel », des hommes qui refusent les rencontres avec les femmes de peur de se perdre dans une relation égalitaire. Ils se sentent « insatisfaits mais sécurisés ». Par peur de la séduction, le tricheur/acheteur de sexe se réfugie dans un monde qu’il peut contrôler grâce au pouvoir de l’argent. Ces hommes se plaignent des femmes qui attendraient trop d’eux. Ils ont peur de ne pas être capables de remplir toutes les attentes de leur famille, leurs employeurs et la société. Ils sont fatigués d’être responsables. Dans la prostitution, il n’existe aucune attente. Les hommes sont libres d’aller leur chemin après avoir payé. Il n’existe aucun investissement émotionnel et aucun lien.

Thème 5 : Un autre type de femme

Pour beaucoup d’hommes européens et nord-américains, l’accès à l’égalité des droits pour les femmes est ressenti comme la perte de la suprématie masculine. Certains réagissent vigoureusement à cela, montrant des attitudes régressives et anti-féministes. Ils n’acceptent pas ces changements et se raccrochent aux vieilles notions de domination masculine sur les femmes. On doit interpréter ces réactions comme l’expression d’un véritable sentiment de perte, qui se traduit par le besoin de la compenser ou de la détourner par l’agressivité envers les femmes dans des contextes variés.

Selon moi, il faut appréhender l’odyssée sexuelle compulsive de nombreux hommes dans la prostitution à la lumière de ces changements. De même, la montée de la demande pour des femmes victimes de la traite et importées doit aussi être comprise dans cette perspective. Cela apparaît clairement lorsque l’on regarde le marketing de la prostitution, dans lequel les stéréotypes racistes et ethniques jouent un rôle important. Les femmes asiatiques sont présentées comme amoureuses et soumises. Les femmes africaines comme sauvages, et les femmes latino-américaines comme libres et faciles (Månsson 1995). Il n’est pas compliqué de visualiser la manière dont ces stéréotypes se développent dans le discours des hommes et leurs fantasmes sur « un autre type de femme », qui compenserait la diminution de leur pouvoir sexuel masculin dans leurs relations quotidiennes. C’est ce que conclut également Julia O’Connell Davidson dans son étude sur le tourisme sexuel. « Les touristes sexuels...ne sont certainement pas les seuls à ressentir ce trouble, mais il se distinguent par le fait qu’ils attachent une signification érotique immédiate à cette perte » (O’Connell Davidson 2001:13). Ces hommes projettent sur les femmes qu’ils rencontrent à l’étranger l’image de la féminité naturelle. Selon eux, elles sont proches de « l’état de nature » (ou vraie féminité), ce qui implique qu’elles reconnaissent les différences essentielles entre les sexes. Elles ont accepté leur rôle « naturel de naissance » en tant que réconfort des besoins sexuels masculins. Selon O’Connell Davidson cette vision doit nécessairement être appréhendée dans le contexte d’anxiété et de mécontentement que ressentent certains hommes dans ce « nouvel » ordre politique dans le monde occidental. (ibid:14).

Je partage également cette analyse. Il existe aussi d’autres expressions de cette forme moderne de prostitution qui découle de cette façon de penser. On peut les observer dans le maillage ténu de liens homosociaux qui unissent les hommes clients dans le développement de « communautés » sur l’Internet. Ces hommes se retrouvent sur certains sites Web pour échanger et se vendre des informations sur leurs expériences, leurs contacts et transactions avec des prostituées dans leur pays ou à l’étranger. Certaines de ces associations font penser aux anciennes loges fraternelles qui avaient pour fonction de faire tourner les amitiés, les affaires, la politique et les loisirs tout en soutenant et reproduisant le mythe puissant que la masculinité se forge dans la compagnie exclusive des hommes. (Tosh, 1994). En ce sens, la version moderne de ces alliances homosociales sur l’Internet doit être appréhendée comme une résurrection nostalgique du privilège de genre, qui justifie l’accès libre et l’usage des prostituées.

Quelles implications pour le travail social ?

Après avoir analysé les discours des hommes sur leurs motivations à acheter du sexe, apparaît clairement en quoi cette action prend sens à plusieurs niveaux, que ce soit dans une dimension individuelle ou sociale. Afin de comprendre ce phénomène dans sa globalité, il faut prendre en compte les interactions complexes entre ces dimensions. Au niveau psychologique ou social, cela répond à des demandes de satisfaction sexuelles différentes et/ou apporterait des solutions aux problèmes que les hommes rencontrent dans leurs relations avec des femmes qui ne sont pas prostituées. Il faut cependant souligner que les femmes dans pareille situation ne choisissent pas cette solution. L’usage de la prostitution est une pratique essentiellement masculine. Pour comprendre ce que les hommes cherchent auprès des prostituées, il est nécessaire de prendre en compte la sexualité masculine et les rapports sociaux de sexe.

Réduire la demande pour la prostitution suppose des changements à la fois individuels et sociétaux. Jusqu’à ce jour, ce sont les femmes qui ont été tête de file dans la lutte pour ces changements. Mais pour que s’opère un changement radical, la participation des hommes devient nécessaire. La question fondamentale que l’on doit poser aujourd’hui est la suivante : Existe-t-il un nombre suffisant d’hommes qui sont prêts à s’engager pour contrer les politiques sexistes et remettre en question les croyances sur la différence des sexes, l’idée de « besoins » sexuels masculins, et le stigma qui pèse sur la sexualité « dévoreuse » féminine ? En observant la situation aujourd’hui en Europe et en Amérique du Nord, nous trouvons qu’il existe des relations dynamiques entre les anciennes et les nouvelles images de la vie masculine à tous les niveaux de la société : dans la vie professionnelle, familiale, et dans le champ de l’amour et de la sexualité. Certains hommes s’engagent à développer un répertoire plus large de leur vie dans le domaine social, émotionnel et sexuel. Par ailleurs, il existe simultanément des tendances à consolider les modèles traditionnels à travers une objectivation du sexe opposé. C’est dans ce contexte que surgissent des attitudes anti-féministes agressives et le développement de la violence à l’encontre des femmes. Ces attitudes sont renforcées par la plupart des mécanismes culturels qui entourent notre vie quotidienne dans notre société contemporaine. Ces mécanismes ne sont pas seulement institutionnalisés par l’entremise de l’industrie globale du sexe qui intègre la prostitution, la traite et autres formes d’exploitations sexuelles, mais aussi par l’Etat et par le marché. C’est pourquoi nous devons prioritairement nous confronter à cette industrie.

Nous avons besoin d’une campagne de sensibilisation et d’un travail éducatif sur le long terme afin de revoir fondamentalement la question de la sexualité, des relations de genre et la prostitution. Ce type de campagne doit se tourner en direction des enfants et des jeunes en particulier. (Anderson & O’Connell Davidson 2003). Certains considèrent cependant que des campagnes d’éducation ne sont pas suffisantes pour stopper l’exploitation des femmes par les hommes dans la prostitution. Cette situation nécessite des mesures pénales comme des lois qui interdisent l’achat de services sexuels. Une loi pareille a été introduite en Suède en 1999 . Ce changement relativement petit dans la législation a entraîné des débats intenses à l’intérieur et à l’extérieur du pays. On peut avancer plusieurs raisons à ceci. La première est que cette loi a été promulguée dans une période où se déroulaient des débats houleux sur la prostitution au niveau international, débats portant notamment sur le contrôle public et la réglementation de la prostitution. L’initiative de la Suède d’en finir avec « le plus vieux métier » en pénalisant l’achat de services sexuels, a rencontré railleries et consternation de la part de ceux qui poussent à ce que la prostitution et le sexe commercial soient considérés comme un travail et un secteur industriel légitime dans la société. Ceux, au contraire, qui considèrent que la prostitution est une expression de l’exploitation masculine et de la violence à l’encontre des femmes, considèrent cette loi comme une rupture majeure et une étape importante vers une société plus égalitaire.

Les travailleurs sociaux ont traditionnellement été sceptiques sur l’utilisation de mesures répressives comme moyen de changer l’attitude des personnes et leur comportement. Un des arguments utilisés contre cette stratégie parmi certains membres de cette profession en Suède était que cette loi serait contreproductive et forcerait autant les clients que les prostituées à entrer « dans la clandestinité », ce qui aurait pour effet de saper les efforts des travailleurs sociaux pour les aider et influer sur les comportements. Ceux qui en revanche étaient en faveur de la loi, mettaient en avant les conséquences positives, notamment sur le fait que l’anonymat de l’homme dans la prostitution serait ainsi levé, et que le client serait du coup obligé d’être confronté aux implications sociales et humaines de son acte. Ils croyaient que sur le court terme, il y aurait probablement une montée de frustrations et de restrictions liées aux notions de confort et de privilèges inhérents aux hommes. Sur le long terme au contraire, cela entraînerait peut-être la fin de relations avec les femmes basées sur « la tricherie ». Cela peut en réalité provoquer une prise de conscience masculine sur les conséquences de l’achat dans la prostitution et signifier une libération pour les hommes qui décident de relever le défi d’une relation socialement égalitaire avec leurs partenaires.

Mais ce type de changement ne peut arriver tout seul. Cela présuppose une intervention active, qui utilise non seulement les mesures légales pour prévenir les hommes d’aller voir des prostituées, mais aussi un support social et des traitements. Nous pouvons affirmer cela car il faut indiquer qu’il existe principalement deux groupes d’hommes distincts qui achètent du sexe. On peut appeler un de ces groupes les acheteurs occasionnels. Ce sont des hommes qui achètent du sexe à quelques occasions durant toute leur vie. Ce groupe est le plus réceptif aux mesures légales. La plupart du temps, le risque d’une procédure publique a un impact qui décourage leur comportement.

Nous appellerons l’autre groupe les acheteurs habituels. Il s’agit d’hommes qui durant des périodes plus ou moins longues de leur vie adulte ont rendu régulièrement visite à des prostituées. Ils sont peu nombreux mais « consomment » un nombre important de contacts prostitutionnels. (Månsson 1998). Le style de vie sexuelle de ce groupe de clients est analysé par Sandell et Al (1996). Leur relation aux femmes est décrite comme « sexualisée » et « profondément perturbée ». Certains d’entre eux souffrent d’importants problèmes de dépendance sexuelle. L’engagement excessif dans la prostitution et la pornographie engendre de nombreuses difficultés, y compris financières, de travail, relationnelles ainsi que personnelles. « La perturbation profonde » se réfère également à ceux qui projettent leurs problèmes psychologiques sur les femmes, en utilisant une violence plus ou moins excessive pour les humilier et les dégrader. Ce groupe n’est sans doute pas très réceptif aux mesures légales, ce qui veut dire que les contraventions ou la prison ne les empêcheront pas de recommencer à acheter du sexe. Travailler avec ces hommes et traiter leurs problèmes est certainement le défi majeur du travail social.

Depuis quelques années, il existe en Suède un type d’expérience d’assistance sociale en direction des hommes dont les résultats sont prometteurs. (Hedlund 2002). La majorité des hommes qui ont utilisé l’opportunité de parler à un conseiller psycho/social ont décrit leur problème comme étant « hors de leur contrôle », « comme un poison », « je pense tout le temps au sexe » etc. Certains d’entre eux ont été dirigés vers des traitements psychothérapeutiques sur le long terme. Quelque soient les problèmes inhérents à chaque cas, on peut observer chez tous ces hommes un sentiment de libération d’avoir pu casser le silence autour d’un comportement qui entraînait des sentiments excessifs de culpabilité, la perte de relations avec les autres et autres problèmes sociaux et psychologiques. Pour ces hommes, revenir vers leur vie ancienne leur semblait définitivement retourner vers un tunnel obscur.

En conclusion

D’un point de vue historique, l’attention portée sur les clients, que ce soit du point de vue de la recherche ou des pratiques sociales et pénales, constitue un changement majeur de perspective. Il faut reconnaître que le rôle du client dans le commerce du sexe a rarement été abordé. Durant l’histoire, demeurait l’idée fondamentale qu’un groupe de femmes devait être accessible aux besoins sexuels des hommes. Elles existaient pour satisfaire le désir des hommes. L’image de « la putain » demeurant la vision la plus sombre que les hommes ont de la féminité. Liée à la séduction, au mépris et au dégoût, elle reste uniquement définie par une sexualité que l’on obtient en échange d’argent. Sur l’homme consommateur, jamais n’ont existé d’images aussi chargées émotionnellement. Il est toujours resté anonyme et invisible. La seule image du client qui prévaut se construit autour d’une vision rigide et unidimensionnelle de la sexualité masculine biologiquement déterminée, stimulée par le désir, en éveil permanent, que l’on ne peut en rien changer. Cette approche nie le fait que la sexualité est construite socialement et culturellement, et que c’est seulement dans cette perspective que l’on peut la comprendre. Ainsi, la recherche effectuée sur l’attitude sexuelle des hommes dans différents pays montre que l’échelle des clients va de quelques pour cent pour un pays à 40% pour un autre. Nous pouvons donc conclure que pour comprendre les raisons pour lesquelles les hommes recherchent la prostitution, il faut se pencher sur les circonstances culturelles et historiques spécifiques autour de la sexualité des hommes. Et comme ces circonstances peuvent évoluer, la sexualité masculine et la demande pour la prostitution aussi.

Il est évident qu’un changement effectif dans ce domaine nous oblige à reconsidérer radicalement la responsabilité des hommes dans la prostitution. Pour cela il faut définir la prostitution comme partie intégrante de la question masculine. La prostitution concerne la sexualité masculine et non pas la sexualité féminine. Sans lademande masculine pour la prostitution, il n’y aurait pas de femmes prostituées.

Traduction française de Malka Marcovich - mars 2003. Remerciements à la traductrice pour l’autorisation de reproduire ce texte.

- Version originale en anglais à télécharger en cliquant sur le fichier word.

Word - 89.5 ko

Bibliographie

. Anderson, B. & O’Connell Davidson, J. (2003) : TheDemandSide of Trafficking ? A Multi Country Study, Stockholm : Foreign Ministry, en cours d’impression.
. Andersson-Collins, G. (1990) : Solitärer : En rapport om prostitutionskunder, Stockholm : FOU-byrån, Rapport no 124.
. Bang Fossum, M. (2001) : « -men sådan er min kæreste ikke… » Om mandlige turisters forhold til prostituerede kvinder i et thailandsk feriemål, Kvinder, Køn & Forskning, no 3
. Borg, A. et al. (1981) : Prostitution : Beskrivning, analys, förslag till åtgärder, Stockholm : Publica (Liber)
. Cohen , E. (1996) : Thai Tourism - Hill tribes, Islands and Open-Ended Prostitution, London : White Lotus Press
. Cooper, A., Månsson, S-A., Daneback, K., Tikkanen, R., & Ross, M. (2003) : « Predicting the future of Internet sexuality : The case of Sweden », Journal of Sexual and Relationship Therapy (sous presse)
. Günther, A. (1998) : « Sex tourism without sex tourists ! » in Cognizant Communication Offices, Sex Tourism and Prostitution : Aspects of Leisure, Recreation, and Work, New York : Cognizant Communication Cooperation.
. Haavio-Mannila, E. & Rotkirch, A. (2000) : « Gender liberalisation and polarisation : Comparing sexuality in St.Petersburg, Finland and Sweden », The Finish Review of East European Studies, Vol. 7, no 3-4
. Hedlund, E. (2000) : KAST-projektet - rådgivningsverksamhet för sexköpare, Göteborgs stad Centrum : Cityenheten
Hughes, D.M. (2000) : « The Internet and sex industries : Partners in global sexual exploitation », Technology and Society Magazine, Spring 2000 (publié bientôt)
. Hydén, L-C. (1990) : De osynliga männen. En socialpsykologisk studie av manliga prostitutionskunder, Stockholm : FOU-byrån, Rapport no 122
. Lantz, I. (1994) : « Torsken i fittstimmet. Om prostitutionskunder i Stockholm », Stockholm : Citysektionen, Socialtjänsten
. Lewin, B., ed. (1998) : Sex in Sweden. On the Swedish Sexual Life, Stockholm : The National Institute of Public Health
. Leridon, H., Zesson, G., & Hubert, M. (1998) : « The Europeans and their sexual partners », in M. Hubert. N. Bajos and T. Sandfort (eds) Sexual Behaviour and HIV/AIDS in Europe, London : UCL
. Lyngbye, P. (2000) : « Mænd der betaler kvinder - om brug av prostitution », Roskilde : Roskilde Universitetsforlag
. Michael, R.T., Gagnon, J.H., Laumann, E.O., and Kolata, G.(1994) : Sex in America : A Definitive Survey, Boston : Little, Brown and Company
. Monto, M.A. (2000) : ’Why men seek out prostitutes’. In R. Weitzer (ed.), Sex for Sale. Prostitution, Pornography and the Sex Industry, London : Routledge 16
. Månsson, S-A. and Linders, A. (1984) : « Sexualitet utan ansikte ». Könsköparna, Stockholm : Carlssons (also published in a shorter version in English, Månsson, S-A : The Man in Sexual Commerce. Lund : Lund University, School of Social Work, Report 1988:2 ; also in French by the samae author : "L’homme dans le commerce du sexe". In P. Van der Vorst and P. May (eds), La Prostitution - quarante ans après la convention de New York, Bruxelles : Bruylant, 1992)
. Månsson, S-A. (1995) : « International prostitution and traffic in persons from a Swedish perspective ». In M. Klap et al. (eds) : Combatting Traffic in Persons, Utrecht : SIM Special no 17
. Månsson, S-A. (1998) : « Commercial Sexuality ». In B. Lewin (ed.), Sex in Sweden. On the Swedish Sexual Life, Stockholm : The National Institute of Public Health
. Nordvinter, AL. and Ström, A. (2000) : « Torsk på nätet », Göteborg : Institutionen för socialt arbete
. O’Connell Davidson, J. (1998) : Prostitution, Power and Freedom, Camebridge : Polity Press
. O’Connell Davidson, J. (2001) : « The Sex Tourist, The Expatriate, His Ex- Wife and Her ’Other’ : The Politics of Loss, Difference and Desire », Sexualities, vol. 4, no 1
. Persson, L. G.W. (1981) : « Horor, hallickar och torskar », Stockholm : Norstedts Prieur, A. and Taksdal, A. (1989) : Å sette pris på kvinner : Menn som kjøper sex, Oslo : Pax
. Prieur, A. and Taksdal, A. (1993) : « Clients of prostitutes - sick deviants or ordinary men ? A discussion of the male role concept and cultural changes in masculinity », NORA, No 2, p. 105-114
. Sandell, G. et al. (1996) : « Könsköparna. Varför går män till prostituerade ? » Stockholm : Natur och Kultur
. Stein, M.L. (1974) : « Lovers, Friends, Slaves… The 9 Male Sexual Types. Their Psycho-Sexual Transactions with Call Girls », New York : Berkely Pub. Co and P.T. Putnam & Sons
. Tosh, J. (1994) : What Should Historians do with Masculinity ? Reflections on Nineteenth-century Britain, History Workshop Journal, Issue 38
. Varsa, H. (1986) : Prostitutionens osynliga aktörer : kunderna, Helsingfors : Kvinnoforskningsstenciler, no 5
. Wellings, K. et al. (1994) : Sexual Behaviour in Britain. The National Survey of Sexual Attitudes and Lifestyles, London : Penguin Books
. Winick, C. (1962) : « Prostitutes’ Clients’ Perception of the Prostitute and of Themselves », International Journal of Social Psychiatry, vol 8, no 4.

                        Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer         Nous suivre sur Twitter       Nous suivre sur Facebook

Sven-Axel Månsson, Université de Göteborg



   Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© Sisyphe 2002-2013
Sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2011 | |Retour à la page d'accueil |Admin