| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 18 mars 2006

La prostitution au XVIIIe siècle : introduction à une liberté superficielle

par Marion Pluskota, étudiante en histoire






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Des militantes et militants pro-prostitution menacent des survivantes pour les faire taire
Prostitution - La Loi sur la protection des collectivités et des victimes d’exploitation, deux ans plus tard, qu’en-est-il ?
Le prostitueur moderne et sa nounou queer
Aidez-nous à éradiquer la prostitution au Canada
Euro 2016 - Le prix d’une passe n’est pas celui que tu crois
Abolition de la GPA et de la prostitution, même combat contre le patriarcat
Les droits des femmes bafoués, les corps marchandisés
Non au système prostitutionnel ! Une analyse féministe et abolitionniste du système prostitutionnel
Prostitution : L’Assemblée nationale française fidèle à ses convictions
Claudine Legardinier - Prostitution : une guerre contre les femmes
France - Les inégalités femmes-hommes au Sénat font obstruction à la sanction des clients de la prostitution !
Offrir aux hommes handicapés de recourir à la prostitution, une idée ancrée dans la misogynie et le validisme
Lettre ouverte à rabble.ca - La journaliste Meghan Murphy visée par une campagne misogyne du lobby de l’industrie du sexe
Grand Prix de Montréal - La CSN demande l’application de la nouvelle loi fédérale pour contrer la prostitution
Comment la pornographie influence les jeunes consommateurs
"Le commerce du sexe", un film d’Ève Lamont
Réglementer la pornographie ou criminaliser les pornocrates ?
Corps disloqués, âmes brisées : conséquences psychiques et physiques de la prostitution sur les personnes qui la vivent
Prostitution - L’approche de “réduction des méfaits” ne suffit pas pour une analyse pertinente de la prostitution
« Ni client, ni complice ! » - La CLES lance un appel à lutter contre la banalisation de l’exploitation sexuelle
Pénalisation du client de la prostitution ? Les belles histoires de Tonton Robert
Non, Messieurs, la plupart des personnes prostituées ne le sont pas par choix
Le manifeste des 343 bites tellement légères qu’elles se dressent à l’insu de leur cerveau
La cruelle chosification des femmes prostituées et des mères porteuses
Catharine A. MacKinnon - Traite, prostitution, inégalité
Prostitution - Sanctionner les clients et non les prostituées
Prostitution des jeunes - La trahison des adultes
Décriminaliser la prostitution ne peut pas être la solution
Prostitution : une affaire d’hommes ou la fraternité "des salauds"
Loi sur la prostitution en France - « Je ne veux pas d’une société où les femmes ont un prix »
Janice G. Raymond – Prostitution : "Pas un choix, pas un travail"
Elisabeth Badinter et Irène Théry ou la caution intellectuelle du système patriarcal
Les femmes étrangères rêveraient-elles de devenir "putes" ?
Prostitution - La stigmatisation et le mythe entourant le statut de victime
Abolition de la prostitution en France - Le principe est acquis, place à la loi !
Comprendre la prostitution dans l’ensemble des structures de pouvoir fondées sur le genre
L’Irlande pourrait interdire l’achat de sexe
Le prostitueur, "chaînon manquant" de la question prostitutionnelle, selon Victor Malarek
La prostitution, sexualisation du pouvoir
La France envisagerait des sanctions "pédagogiques" pour les prostitueurs
Le Canada ne peut traiter la prostitution comme un filet de sécurité sociale
Les "femmes de réconfort" étaient nécessaires pour maintenir la discipline dans l’armée, selon le maire d’Osaka
Prostitueurs et non-prostitueurs, une étude de Mélissa Farley
Bienvenue dans le monde des prostitueurs
Prostitution - Rendre tabou la notion de victime pour masquer l’existence d’agresseurs
Prostitution en Grande-Bretagne - Un bien étrange syndicat au service des proxénètes
Prostitution et mariage : une assimilation douteuse
La prostitution, le STRASS et la sénatrice - La pertinence de la transparence
Au delà des mythes, légaliser la prostitution est une très mauvaise idée
La Suède malmène l’industrie du sexe et aide les femmes prostituées
Les prostitueurs. Sexe à vendre… Les hommes qui achètent du sexe, un livre de Victor Malarek
"Angel" : Piégée dans un monde de prostitution et de violence
L’être et la marchandise. Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi
"Les criminelles" : individualisation et romantisation de la prostitution
Des spécialistes en santé veulent aider les femmes à sortir de l’industrie du sexe… en faisant échec aux prostitueurs
L’Islande songe à interdire la porno diffusée sur Internet
En studio avec Ruth ! "Je crois sincèrement que la traite humaine et la prostitution fonctionnent de pair"
Catalogne - La loi et l’ordre des proxénètes
Qui estime vraiment les personnes prostituées ?
En studio avec Ruth ! "La prostitution est un grand enjeu politique"
L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) et l’Alliance canadienne féministe pour l’action internationale (FAFIA) répondent au rapport Oppal sur les femmes disparues
Colombie-Britannique - L’égalité des femmes et le contexte socio-économique absents du rapport Oppal sur les femmes disparues
Prostitution - Les “progressistes” australiens oscillent entre l’industrie du sexe et les droits des femmes
Prostitution - Le refus d’abolir le système prostitueur est une atteinte aux droits humains
Fantine ou la liberté de se prostituer ?
Première rencontre de l’Association internationale des survivantes unies de la traite à des fins sexuelles (prostitution)
Prostitution - Pourquoi il faut mettre fin à une des plus anciennes violations des droits humains
Carton rouge pour les bordels à vitrine
Prostitution - La réduction des méfaits est-elle ce que nous pouvons faire de mieux pour les personnes prostituées ?
Un traité féministe international pour abolir la prostitution
Prostitution - Coup de tampon réglementariste !
Prostitution et séropositivité - Le Gouvernement grec arrête et emprisonne des femmes pour protéger les hommes
Manifeste contre le système prostitueur
Prostitution en France - Lettre ouverte à M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre
1946-2012 : De la fermeture des maisons closes à la lutte contre le système prostitueur, les abolitionnistes portent progrès et liberté !
Prostitution - Gloria Steinem appuie le modèle nordique
Solidarité avec les prostituées, mais lutte contre la prostitution
Comparaison entre acheteurs et non-acheteurs de sexe dans la région de Boston
8 mars 2012 : Pas d’égalité sans abolition de la prostitution !
La danse contact ou "lap-dance", prologue de la prostitution
Fiers d’aller aux danseuses ! Vraiment ?
Abolitionnistes du système prostitueur : ce que nous sommes, ce que nous voulons !
Les Néerlandais commencent à regretter la légalisation de la prostitution
Prostitution et faux-semblants : une affaire de société, de femmes et d’hommes
Pourquoi la gauche veut-elle faire de la prostitution "un métier comme un autre" ?
Prostitution et "slutwalk" - Bâtir un mouvement féministe progressiste à l’époque individualiste
Prostitution - Il faut rendre illégal l’achat de "services" sexuels en Australie
Le mouvement des femmes n’est pas monochromatique
ZéroMacho - Des hommes contre la prostitution
Prostitution et domination masculine
La vérité sur l’esclavage sexuel planétaire, un livre de Lydia Cacho
Votre voisin est un prostitueur - Une nouvelle recherche
J’ai rien vu
Abolition n’est pas prohibition - Pourquoi la défense de l’avortement diffère de la défense de la prostitution
Prostitution et traite des femmes - Le projet abolitionniste au congrès Mondes des femmes 2011
Congrès international Mondes des femmes 2011 - Compte-rendu des échanges sur l’abolition de la prostitution à l’exposition "Les draps parlent"
Banalisation de l’industrie du sexe et éducation des jeunes
Nous devons sanctionner les acheteurs de la prostitution
Des députés proposent une résolution sur la prostitution réaffirmant la position abolitionniste de la France
Dix raisons de ne pas légaliser la prostitution
Demi Moore s’associe au CNN Freedom Project pour un documentaire saisissant sur le commerce sexuel au Népal
Client de la prostitution : vers une prise de conscience européenne
Lutter pour faire de la prostitution un travail, c’est se tromper de combat
Prostitution et traite des êtres humains, controverses et enjeux
Le système de la prostitution militaire en Corée du Sud, en Thaïlande et aux Philippines
Les pratiques des hommes "clients" de la prostitution : influences et orientations pour le travail social
La prostitution comme violence contre les femmes
Le système prostitutionnel, un pilier de l’inégalité sexuelle et des violences envers les femmes
Clients de la prostitution : un "droit de l’homme" heureusement en péril
Prostitution as violence against women
Prostitution - Vive le sexe libre et gratuit !
France - La prostitution n’est pas une fatalité
"Il faut punir les clients des prostituées", selon Roselyne Bachelot. Oui... et dépénaliser les personnes prostituées !
Belgique - Analyse « Prostitution : arguments et opinions »
Prostitution - Le débat entre féministes se poursuit
Tribunal populaire sur l’exploitation sexuelle commerciale - Inscription
La tolérance sociale, complice de la violence et de l’exploitation sexuelle
Traite des femmes à des fins sexuelles - Au cœur des réseaux criminels : l’exemple de l’Albanie
S’unir contre la banalisation de la prostitution - Un défi pour la décennie
Moi, si j’étais un homme
Prostitution et traite des êtres humains - Les mensonges du réglementarisme
La députée bloquiste Maria Mourani présente un projet de loi pour accélérer la lutte à la traite des personnes et au proxénétisme
La prostitution menace le patrimoine humain
La série "Maison close" : de la fiction à la réalité
C’est un métier, tout comme le vôtre…
Décriminaliser totalement la prostitution sape le travail pour l’égalité des sexes - Exigeons le changement
"Abolir la prostitution" – Une question en suspens pour le féminisme et pour la gauche
Pays-bas : infirmières ou prostituées ?
Madame Parité commence fort en renvoyant les femmes… au bordel !
Le sexe s’invite à la Coupe du Monde
Feu « Verts » au proxénétisme !
Plus de pornographie à l’Assemblée nationale, mais des assises de la prostitution au Sénat
"Travailleurs du sexe", un documentaire sexiste, réactionnaire et dangereux
Le Mouvement du Nid-France louera un mini-car pour faire visiter les maisons closes
Pour un quartier assiégé, la prostitution est loin d’être un "crime sans victime"
De client prostitueur à homme responsable : une démarche nécessaire
Le "client", premier agent de la prostitution
Proxénétisme et prostitution - Lettre ouverte aux candidat-e-s aux élections européennes de juin 2009
Poser les bases d’une Europe sans prostitution, c’est oser
Le tourisme de prostitution, une industrie mondialisée florissante
Prostitution : la grande promo
Première Journée mondiale contre l’exploitation sexuelle : les raisons d’un engagement
Prostitution et traite des êtres humains, enjeux nationaux et internationaux
Le vagin industriel. Vers une économie politique du sexe commercial mondialisée
S’attaquer au trafic mondial du sexe
Intégrisme islamique et esclavage sexuel en Iran
Le corps des femmes est attaqué. Que fait-on ? On se tient debout et on riposte !
Libre disposition de son corps et liberté de se prostituer
Le refus de la prostitution gagne du terrain
La mode hypersexualisée s’inspire de la pornographie
Le "droit de prostituer" n’est pas un droit de l’homme
"Abolition de la prostitution" - Édito Revue Labrys
Affaire Sneep aux Pays-Bas - Condamnation de deux proxénètes qui ont exploité et maltraité 120 filles de l’Europe du Sud et de l’Est
Le commerce du sexe est florissant en Afghanistan
Sexe et Formule 1
Dossier prostitution - Importants développements à l’échelle internationale
Prostitution - Touche pas à mon client ?
Le Conseil National des Femmes du Luxembourg (CNFL) se prononce en faveur d’une législation agissant directement sur la demande de "services sexuels"
Affaire Spitzer - Le mythe du crime sans victimes
Le Mouvement du Nid inquiet de plusieurs mesures de la politique française sur la prostitution
Le Forum de Vienne sur la traite des êtres humains reste sourd aux voix des victimes
Une politique cohérente contre la violence à l’égard des femmes doit commencer par s’attaquer à la prostitution
Prostitution - À Alger comme en Europe, on esclavagise les femmes
Manifeste des hommes pour l’abolition de la prostitution (Espagne)
Pornographie et fin de la masculinité
Pornographie : "Ça fait mal, tellement mal" ou pourquoi certaines femmes ne veulent pas savoir
Prostitution : les limites du consentement
Prostitution et traite des femmes au Nevada
« Être abolitionniste, c’est défendre la liberté sexuelle ! »
"Rent-A-Wife", c’est discriminatoire !
Après des décennies, les secrets des bordels des camps nazis émergent
Une association féministe espagnole conteste l’expression "travailleuse du sexe"
Le Mouvement du Nid face aux clients prostitueurs
Première Journée mondiale pour un tourisme responsable et respectueux, le 2 juin 2007
Richard Poulin parle de son dernier livre "Abolir la prostitution" - Interview par Sporenda
Police, Justice et acteurs sociaux, quelle coopération ?
Réflexions sur les meurtres de femmes prostituées au Royaume-Uni
Prostitution - Trois femmes et un débat
Déchirées par la guerre, les femmes d’Irak sont la cible des trafiquants du sexe
La prostitution n’est pas un service comme un autre
Entretien avec Coline Serreau sur le film Chaos
Qu’est-ce que la libération ? Le féminisme hier, aujourd’hui et demain
Quand le porno impose sa vision de la sexualité
La prostitution, une arme politique
Prostitution : tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir et qui existe quand même !
La liberté dévoyée
Mondialisation, militarisme et trafic sexuel
Pour que la porno recule
Marchandisation et déshumanisation : l’exemple de la prostitution
Richard Poulin lance un manifeste abolitionniste
Prostitution en Allemagne : Déclaration post-Coupe Mondiale de Football
Prostitution Reform - Stamp out sexual slavery (Angleterre)
La prostitution au XVIIIe siècle, pierre d’achoppement entre politiques locales et pouvoir royal
Campagne contre la traite des blanches de l’Europe de l’Est
Prostitution : les pièges du pragmatisme
L’âge du consentement sexuel à 16 ans : un pis-aller ?
Prostitution : cherchez le client
Enjeux de la prostitution considérée comme "travail du sexe"
L’envergure de la traite à des fins de prostitution
Les filles de l’Est
Violence pro-prostitution à la Maison des femmes de Paris
Le discours pro-prostitution : une rhétorique de dominant
"Survivantes" et féministes contre la prostitution
Clients de la prostitution : motivations et déterminants
La législation à l’encontre des prostituées au XVIIIe siècle
Une politique cohérente contre la violence faite aux femmes doit d’abord s’attaquer à la prostitution
La nouvelle industrie du sexe
"Terre promise", un film d’Amos Gitaï sur la traite des femmes
Prostitution : une arme de destruction massive
"Les clients de la prostitution : l’enquête", de Claudine Legardinier et Saïd Bouamama
Les Philippines contre le trafic sexuel
"Inside deep throat", contribution à la liberté sexuelle ?
Femmes à vendre dans les pays baltes
Prostitution et Société No 150
Acheter du sexe n’est pas un sport
Une loi qui jetterait les femmes dans l’industrie du sexe
Casino de Hull - Des "playmates" de Playboy pour faire la promotion des nouvelles machines à sous
Ni coupables, ni victimes : libres ? Oui, libres de toute prostitution
Le système de la prostitution : une violence à l’encontre des femmes
La marchandisation du corps humain est une violation des droits fondamentaux de la personne
Le système de la prostitution au Cambodge : le témoignage de Somaly Mam
Le Mouvement du Nid
Le Mouvement du Nid - Documents sur la prostitution
La banalisation de la prostitution : des choses à savoir
L’Association canadienne des centres contre les agressions sexuelles réclame des politiques contre le commerce du sexe
16 journées d’actions citoyennes pour dire "Non aux violences à l’égard des femmes et à la prostitution ! Oui à la promotion de la dignité humaine !"
Prostitution et travail « invisible » : une assimilation dangereuse
Le risque global d’être convertie en marchandise
Gunilla Ekberg : « Le mieux que nous puissions faire pour nos soeurs prostituées, c’est de les aider à en sortir. »
Prostitution, pornographie et trafic des femmes
Sexe, argent et intégrisme postmoderne
Les politiques européennes et internationales sur la traite des êtres humains encouragent le proxénétisme
Quinze thèses sur le capitalisme et le système prostitutionnel mondial
Le chemin de Buenos Aires : la prostitution, hier et aujourd’hui
Prostitution,
la mondialisation incarnée

Mondialisation des industries du sexe : oppression maximale des femmes et des enfants du Sud, de l’Est, du Sud-Est, etc...
L’hypocrisie a-t-elle un sexe ? Ou comment masquer l’insoutenable réalité de la prostitution
L’importance de ne pas censurer le débat sur la prostitution
Viol et prostitution
Esclavage et prostitution
Journée de formation sur la mondialisation de la prostitution et du trafic sexuel - Documents
Les jeunes et l’industrie du sexe
La marchandisation du sexe : nouvel esclavagisme ?
Le "libre choix" en Allemagne : accepter de se prostituer ou perdre son allocation de chômage ?
La croissance effrénée des industries du sexe : entrevue avec Richard Poulin
Aux pays des tsunamis, le trafic sexuel sévit
Le modèle suédois : une source d’inspiration, non une panacée
Une étude dresse le portrait des prostitueurs ou clients de la prostitution
Prostitution : La nouvelle traite des Noirs
« La mondialisation des industries du sexe » : des faits aux valeurs
Décriminaliser la prostitution a profité aux proxénètes, pas aux personnes prostituées
Occupations militaires - La prostitution érigée en système
Le scandale de l’esclavage sexuel au Kosovo
« Les Yeux secs » et la caméra citoyenne de Narjiss Nejjar
Rapport sur les conséquences de l’industrie du sexe dans l’Union européenne
L’érotisation de la violence et de la subordination
Prostitution : réflexions d’un militant en colère
Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui, esclavage, travail forcé, trafic de personnes
Pacte du silence sur les clients de la prostitution
Le débat sur la prostitution : quelle libération sexuelle ?
Des questions à se poser sur la prostitution
Fabrication d’un nouveau mythe sur la prostitution
L’urgence est-elle de faire de la prostitution un métier ?
Je voudrais parler porno
La légalisation de la prostitution, une expérience qui a échoué en Australie
Prostitution, pornographie et capital
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe
Prostitution, trafic sexuel et mondialisation
On s’arrache les actions du premier bordel inscrit en bourse
Il faut stigmatiser le client... il est criminel
La tyrannie du nouvel ordre sexuel
Adulte ou infantile, la prostitution est le contraire de l’autonomie sexuelle
Les enjeux occultés de la prostitution et les conséquences sur les rapports hommes-femmes
Le trafic mondial des femmes et des enfants
Des proxénètes à l’Université ?
La mondialisation des marchés du sexe - I
La mondialisation des marchés du sexe - II
Combattre le système prostitutionnel
Sexe : de l’intimité au « travail sexuel » ou prostituer est-il un droit humain ?
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe. Commentaire.
Pour une critique de la politique pro-prostitution de Cabiria
Prostitution : droits des femmes ou droit aux femmes ?
Faut-il une autorisation pour parler de la prostitution ?
« Le corps est un nouvel instrument d’esclavage » Florence Montreynaud
« La prostitution, ce n’est pas le plus vieux métier du monde, c’est le plus vieux mensonge » (Gunilla Ekberg)
L’idéologie sexiste et la pornographie
Femmes esclaves des bordels du Bangladesh







Ce texte provient de la maîtrise de l’auteure. Sisyphe publiera dans les prochains mois d’autres textes de la même auteure sur la prostitution en France et en Angleterre au XVIIIe siècle.


La question de la prostitution fut débattue dès la fin du Moyen-Age, mais les définitions multiples dans les dictionnaires et l’Encyclopédie sont souvent incomplètes : nous garderons comme valable, pour cette époque seule, celle du juriste Daniel Jousse, de 1771, qui définit comme prostituées les femmes qui offrent leur corps pour de l’argent ou gratuitement et ce dans l’indifférence et la promiscuité. Il ressort de cette définition le caractère mercantile de la prostitution ainsi que la relation charnelle et dénuée de sentiments qui s’insinue entre le client et la prostituée.

Il est intéressant de constater que l’auteur n’applique pas de jugement moral dans sa description, ce qui dénote une évolution des mentalités qu’il s’agira de démontrer dans une étude concernant deux pays souvent en conflit au XVIIIe siècle, l’Angleterre et la France. Pour comparer ces deux pays, on se référera à une critique des sources de deux villes distinctes : Nottingham et Strasbourg. Similaires par leur nombre d’habitants (environ 35 000 à la fin de la période), elles se différencient par leur essor économique ; Nottingham est précocement industrialisée alors que Strasbourg fonde son économie sur le commerce international et les besoins des troupes présentes en Alsace.

Au début de la période, Delamare dans son Traité de police publié en 1722 affirme que "la prostitution est la marque d’un état faible qui ne peut faire respecter les lois sociales qui sont aussi les lois de Dieu" .(1) Cette apparente remise en question des fondements de la société par la prostituée empêche ses contemporains de la catégoriser et de lui attribuer une place dans la hiérarchie. Elle est pécheresse, elle devrait être au bas de l’échelle, mais elle semble aussi plus libre que tout homme et au-dessus de toute classification. Quels aspects du monde des prostituées restent ignorés des représentations et des mentalités de l’époque ?

Pour prouver que la prostitution est bien souvent l’apanage des pauvres femmes et un recours utile et lucratif dans certains cas pour contrer la misère, nous pouvons passer par plusieurs biais. Les origines géographiques et sociales des prostituées rencontrées au détour des registres ou des condamnations laissent souvent penser à une fuite en avant pour éviter la pauvreté. Mais si la pauvreté est une des raisons qui poussent les citadines et les rurales à se lancer dans la prostitution, ce n’est pas pour autant que cela reste un choix. L’importance du proxénétisme familial est reconnue dans les deux pays. Certes, la demande importante qui existait aux abords des régiments de l’armée royale, bien entendu, mais aussi, dans les villes commerçantes qui s’efforçaient d’offrir aux grands marchands en transit des agréments de tous types, a aussi poussé certaines femmes à laisser tomber leur emploi précaire pour vendre leur corps. L’aire de recrutement des filles sur les trottoirs permet de déceler quelle ville était un centre de prostitution important.

La vie quotidienne d’une prostituée : un rempart infranchissable

La prostituée semble pénétrer tous les milieux, tous les lieux publics, côtoyant ainsi toutes les classes et profitant de la concupiscence de chacun, les faisant apparaître aux yeux de leurs contemporains comme libres et sans respect face à la sectorisation de l’époque. En réalité, les lieux où se pratiquent la prostitution sont soumis à des règles simples et mercantilistes : la proximité du client, le type de client, les risques encourus qui peuvent mener à l’enfermement. Ces trois points doivent être assurés ou avoir des réponses pour que le lieu choisi devienne un lieu de prostitution. Mais, il ne faut pas oublier non plus que les prostituées se distinguent encore par des classes. Toutes ne pratiquent pas dans la rue et toutes ne sont pas courtisanes. Quoi qu’il en soit, lorsqu’une prostituée est attachée à un lieu, que ce soit le bordel car elle est soumise à sa maquerelle, les campements car c’est une fille de soldats, les faubourgs qui offrent les agréments de la ville sans avoir à passer l’octroi ou les remparts qui sont les endroits les plus vils, elle peut difficilement s’en échapper. L’ascension sociale parisienne n’a pas d’équivalent provincial, au contraire, la chute rapide et infernale serait plutôt le modèle régional qui obligent des bourgeoises à se rendre près des remparts pour trouver des clients, et cela seulement si elles ne sont pas encore soumises à un proxénète, sinon les quatre murs des cabarets ou de la chambre louée de manière récurrente, aussi insalubre soit-elle, seront le seul foyer de ces femmes.

Les filles agissent rarement seules soit par souci de protection, soit parce qu’elles sont tombées dans un traquenard et ne peuvent plus s’en sortir. Dans la prostitution citadine provinciale se dégage un sentiment d’infériorité et de soumission chez les prostituées, en raison des liens souvent financiers qui les lient avec une foule de gens différents, que ce soit les tenanciers de bordels, les bandes de voleurs, les embaucheurs ou leur amant. Et, bien que la législation à l’encontre des maquereaux et maquerelles ou entremetteuses, est répressive et humiliante, elle ne semble pas avoir beaucoup d’effet .(2)

En ce qui concerne les maquerelles, il est important de noter que la justice, malgré certaines mesures, ne réussit pas à éradiquer le problème et on pourrait même avancer qu’elle est la source du maquerellage. Il s’agit ici d’expliquer le fait que la justice, en voulant relâcher les femmes condamnées à vie à l’hôpital lors de leur trentième ou trente-cinquième année (3), favorise le développement des techniques d’entremetteurs. L’argument principal des partisans pour la libération des femmes tente de prouver qu’elles sont alors trop âgées pour retomber dans la prostitution, mais si elles n’ont aucune qualification, il est plus simple pour elles de retourner voir leur ancien patron et de se proposer comme servante pour les prostituées ou d’essayer d’ouvrir un café si elles sont bourgeoises. Je n’ai trouvé aucun texte qui interdit à une femme qui a fait un séjour à l’hôpital d’ouvrir une gargote. Et grâce à son précédent métier, elle a eu des contacts avec ceux qui forment ses nouveaux clients.

D’autre part, les autorités municipales font rarement la chasse aux clients, ce qui serait pourtant un moyen efficace de réduire la prostitution, mais lorsque des édits s’y référent, ils ne concernent alors que les clients pauvres et perturbateurs. La prostituée côtoie beaucoup de personnes de différentes classes, et ce, même dans une ville de province. Au travers de ces trois points développés, les lieux de la prostitution, les proxénètes et les clients, il apparaîtra que la prostituée dépend toujours de quelqu’un. Le lieu où elle peut espérer gagner quelque argent est tenu par le brasseur ou, si elle fréquente les remparts et “travaille“ pour son compte, elle doit s’attacher "l’amitié" des gardes qui la laissent se prostituer, procédé identique autour des campements. De son proxénète elle attend une protection ou un simulacre de réconfort. L’habillement, la nourriture, tout est bon pour justifier l’argent qui lui est pris. Enfin, le client lui permet de survivre. Elle a donc pour objectif de contenter tout ce monde qui gravite autour d’elle pour pouvoir avoir quelque répit.

Une liberté apparente

Que les femmes tombent dans la prostitution ou qu’elles en fassent le choix, les conséquences sont similaires. L’apparente liberté que leur concèdent leurs contemporains ne reste que fictive. Les “femmes de mauvaise vie” restent attachées à la prostitution par les causes qui les ont poussées à vendre leur corps, par les personnes à qui elles se soumettent, par les problèmes même qui sont engendrés par la prostitution et qui sont insolubles sans les recours offerts par cette “profession”. Si elles se sont prostituées par nécessité, il faut avouer que peu de femmes ont réussi à gagner suffisamment d’argent et à sortir de ces pratiques. Bien souvent, elles n’ont qu’un revenu médiocre, et si elles veulent espérer l’augmenter, la fin justifiant les moyens, elles deviendront maquerelles ou tenancières de cafés, mettant à profit ce qu’elles ont subi. Si elles n’ont pas même les moyens d’acheter une licence, elles finissent domestiques de maquerelle ou à l’hôpital, ce qui n’est pas forcément plus avantageux. Les grandes “carrières” et l’argent ne sont destinés qu’à une minorité de femmes, parisiennes le plus souvent. Le succès et l’attention sont de courte durée et dans un cas comme dans l’autre, les prostituées meurent seules et dénigrées, sans un regard ni un regret de la part de leurs anciens clients. Engouffrées dans la prostitution à la suite d’une séduction ou d’un viol, elles n’ont plus la chasteté nécessaire pour avoir quelque respect de la part de leurs concitoyens et encore une fois l’hôpital ne leur est d’aucun secours car il n’offre aucune réhabilitation à la sortie.

La prostitution, lorsque les femmes violées ou séduites ont perdu tout lien familial ou relationnel avec les personnes de leur entourage (ce qui caractérise cette époque), est le moyen le plus simple dès lors pour survivre. Les prostituées “travaillant” à leur compte sont plutôt rares, la soumission à un proxénète ou à un amant reste la situation la plus courante. Redevables par amour ou après menaces, il est difficile de leur échapper et quant bien même elles y réussiraient, les problèmes de la chasteté perdue, des liens familiaux inexistants réapparaissent. Enfin, les risques encourus à cause de ce “métier” ne peuvent trouver des solutions que si les prostituées restent en contact avec la maquerelle qui pratique les avortements, avec l’accoucheuse corrompue qui se débarrasse des enfants, avec les initiées qui connaissent les astuces pour éviter ou soigner les maladies et avec la police à qui on offre ses faveurs pour le moindre secours.

Pratiquer la prostitution c’est s’insérer dans un réseau de connaissances, dans un monde interlope qui tisse des liens si serrés qu’il devient impossible d’en sortir. Malgré des politiques différentes entre l’Angleterre et la France (4), notamment après 1760 et l’ouverture du Magdalen Hospital, il n’y a aucun moyen pour les prostituées de cesser leur “profession“ sinon de se faire pénitentes (5). Les autorités n’ont pas les moyens ou n’ont pas conscience de la nécessité première de couper les liens entre la prostituée et le monde auquel elle est soumise. Aucune aide, aucune réhabilitation possible, elle est condamnée à rester prostituée. Ce que prouve ce développement, c’est qu’une “catin” n’est rien dans la société où elle vit sinon une “catin”. Il est impossible pour elle de s’insérer "de manière honnête" dans la société car on ne lui confère aucun autre rôle que celui de pécheresse. Elle a perdu la notoriété acquise au Moyen-Age. Sortie des règles de conduites prescrites, elle en est écartée si elle veut se les réapproprier.

Notes


1. Delamare, Traité de Police, tome I, livre II, titre V, Paris, 1722.
2. Allender, Prostitution citadine, L’exemple de Douai, p.90
3. Les condamnations à l’encontre des “femmes de mauvaise vie” au XVIIIe siècle n’ont lieu que lorsque l’ordre public est troublé, qu’il y ait exhibition, vols, ou tapage dans la rue. La prostitution en elle-même n’est pas condamnée.
4. La France poursuit depuis 1724 la politique du Grand Enfermement dont la procédure et les résultats seront débattus dans un autre article. L’Angleterre quant à elle se tourne plus souvent vers les cabaretiers et intermédiaires entre clients et prostituées.
5. Le Magdalen Hospital consacre la nouvelle politique anglaise : les prostituées qui se font arrêter pour troubles de l’ordre public ou celles qui le souhaitent peuvent se rendre dans ce couvent de pénitentes. Main d’œuvre gratuite pour le royaume, elles ne sont pas autorisées à sorti du couvent et sont donc empêchées de retourner en ville pour exercer un emploi.

Bibliographie


. Allender Roland, Prostitution citadine, L’exemple de Douai, St-Cyr-sur-Loire, Alan Sutton, 2002, coll. Évocations, 127 p.
. Benabou Erica-Marie, La prostitution et la police des mœurs au 18e siècle, Paris, Librairie Académique Perrin, 1987, 547 p.
. Grimmer Claude, La femme et le Bâtard, Paris, Presses de la Renaissance, 1983, 281 p.
. Lerch Dominique (dir.), De la Prostitution en Alsace, Histoire et Anecdotes, Strasbourg, Le Verger, 1997, 347 p.
. Mandeville Bernard, A Modest Defence of Publick Stews, Los Angeles, The Augustan Reprint Society University of California, 1973, 92 p., première édition en 1724.
. Restif de La Bretonne Nicolas-Edme, Le Pornographe, Slatkine Reprints, Genève-Paris, 1988, 368 p., reproduction du texte et de la mise en page originaux.
. Stone Lawrence, The Family, Sex and Marriage in England 1500-1800, Londres, Penguin Books, 1979, 447 p.
. Vigarello Georges, Histoire du viol XVIe-XXe siècles, Paris, Éditions du Seuil, 1998, 364 p.
. Weir Christopher, Woman’s History in the Nottinghamshire 1550-1950, Nottingham, Archives Office, 1989

Mis en ligne sur Sisyphe, le 3 mars 2006.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Marion Pluskota, étudiante en histoire

Après un baccalauréat littéraire en 2001, l’auteure a fait sa classe préparatoire à l’École des Chartes au lycée Fustel de Coulanges à Strasbourg, puis a préparé une licence d’histoire ainsi qu’une licence d’ethnologie à l’université Marc Bloch. Déjà, son intérêt se porte vers l’histoire des femmes et elle écrit son mémoire d’ethnologie sur la congrégation du Très Saint-Sauveur pendant la seconde guerre mondiale. Pour sa maîtrise en histoire sur la prostitution au XVIIIe siècle, elle a séjourné l’année suivante à Leicester en Angleterre. Elle se consacre actuellement à un Master II d’histoire à Strasbourg. Elle se destine à la recherche sur l’histoire des femmes, en particulier sur les marginales à l’époque moderne, et projette de faire son doctorat à Oxford.



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2006
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin