| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 18 septembre 2012

Prostitution - La réduction des méfaits est-elle ce que nous pouvons faire de mieux pour les personnes prostituées ?

par Jennie Herrera, de l’organisation Whistleblowers Tasmania, Australie






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Le prostitueur moderne et sa nounou queer
Aidez-nous à éradiquer la prostitution au Canada
Euro 2016 - Le prix d’une passe n’est pas celui que tu crois
Abolition de la GPA et de la prostitution, même combat contre le patriarcat
Les droits des femmes bafoués, les corps marchandisés
Non au système prostitutionnel ! Une analyse féministe et abolitionniste du système prostitutionnel
Prostitution : L’Assemblée nationale française fidèle à ses convictions
Claudine Legardinier - Prostitution : une guerre contre les femmes
France - Les inégalités femmes-hommes au Sénat font obstruction à la sanction des clients de la prostitution !
Offrir aux hommes handicapés de recourir à la prostitution, une idée ancrée dans la misogynie et le validisme
Lettre ouverte à rabble.ca - La journaliste Meghan Murphy visée par une campagne misogyne du lobby de l’industrie du sexe
Grand Prix de Montréal - La CSN demande l’application de la nouvelle loi fédérale pour contrer la prostitution
Comment la pornographie influence les jeunes consommateurs
"Le commerce du sexe", un film d’Ève Lamont
Réglementer la pornographie ou criminaliser les pornocrates ?
Corps disloqués, âmes brisées : conséquences psychiques et physiques de la prostitution sur les personnes qui la vivent
Prostitution - L’approche de “réduction des méfaits” ne suffit pas pour une analyse pertinente de la prostitution
« Ni client, ni complice ! » - La CLES lance un appel à lutter contre la banalisation de l’exploitation sexuelle
Pénalisation du client de la prostitution ? Les belles histoires de Tonton Robert
Non, Messieurs, la plupart des personnes prostituées ne le sont pas par choix
Le manifeste des 343 bites tellement légères qu’elles se dressent à l’insu de leur cerveau
La cruelle chosification des femmes prostituées et des mères porteuses
Catharine A. MacKinnon - Traite, prostitution, inégalité
Prostitution - Sanctionner les clients et non les prostituées
Prostitution des jeunes - La trahison des adultes
Décriminaliser la prostitution ne peut pas être la solution
Prostitution : une affaire d’hommes ou la fraternité "des salauds"
Loi sur la prostitution en France - « Je ne veux pas d’une société où les femmes ont un prix »
Janice G. Raymond – Prostitution : "Pas un choix, pas un travail"
Elisabeth Badinter et Irène Théry ou la caution intellectuelle du système patriarcal
Les femmes étrangères rêveraient-elles de devenir "putes" ?
Prostitution - La stigmatisation et le mythe entourant le statut de victime
Abolition de la prostitution en France - Le principe est acquis, place à la loi !
Comprendre la prostitution dans l’ensemble des structures de pouvoir fondées sur le genre
L’Irlande pourrait interdire l’achat de sexe
Le prostitueur, "chaînon manquant" de la question prostitutionnelle, selon Victor Malarek
La prostitution, sexualisation du pouvoir
La France envisagerait des sanctions "pédagogiques" pour les prostitueurs
Le Canada ne peut traiter la prostitution comme un filet de sécurité sociale
Les "femmes de réconfort" étaient nécessaires pour maintenir la discipline dans l’armée, selon le maire d’Osaka
Prostitueurs et non-prostitueurs, une étude de Mélissa Farley
Bienvenue dans le monde des prostitueurs
Prostitution - Rendre tabou la notion de victime pour masquer l’existence d’agresseurs
Prostitution en Grande-Bretagne - Un bien étrange syndicat au service des proxénètes
Prostitution et mariage : une assimilation douteuse
La prostitution, le STRASS et la sénatrice - La pertinence de la transparence
Au delà des mythes, légaliser la prostitution est une très mauvaise idée
La Suède malmène l’industrie du sexe et aide les femmes prostituées
Les prostitueurs. Sexe à vendre… Les hommes qui achètent du sexe, un livre de Victor Malarek
"Angel" : Piégée dans un monde de prostitution et de violence
L’être et la marchandise. Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi
"Les criminelles" : individualisation et romantisation de la prostitution
Des spécialistes en santé veulent aider les femmes à sortir de l’industrie du sexe… en faisant échec aux prostitueurs
L’Islande songe à interdire la porno diffusée sur Internet
En studio avec Ruth ! "Je crois sincèrement que la traite humaine et la prostitution fonctionnent de pair"
Catalogne - La loi et l’ordre des proxénètes
Qui estime vraiment les personnes prostituées ?
En studio avec Ruth ! "La prostitution est un grand enjeu politique"
L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) et l’Alliance canadienne féministe pour l’action internationale (FAFIA) répondent au rapport Oppal sur les femmes disparues
Colombie-Britannique - L’égalité des femmes et le contexte socio-économique absents du rapport Oppal sur les femmes disparues
Prostitution - Les “progressistes” australiens oscillent entre l’industrie du sexe et les droits des femmes
Prostitution - Le refus d’abolir le système prostitueur est une atteinte aux droits humains
Fantine ou la liberté de se prostituer ?
Première rencontre de l’Association internationale des survivantes unies de la traite à des fins sexuelles (prostitution)
Prostitution - Pourquoi il faut mettre fin à une des plus anciennes violations des droits humains
Carton rouge pour les bordels à vitrine
Un traité féministe international pour abolir la prostitution
Prostitution - Coup de tampon réglementariste !
Prostitution et séropositivité - Le Gouvernement grec arrête et emprisonne des femmes pour protéger les hommes
Manifeste contre le système prostitueur
Prostitution en France - Lettre ouverte à M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre
1946-2012 : De la fermeture des maisons closes à la lutte contre le système prostitueur, les abolitionnistes portent progrès et liberté !
Prostitution - Gloria Steinem appuie le modèle nordique
Solidarité avec les prostituées, mais lutte contre la prostitution
Comparaison entre acheteurs et non-acheteurs de sexe dans la région de Boston
8 mars 2012 : Pas d’égalité sans abolition de la prostitution !
La danse contact ou "lap-dance", prologue de la prostitution
Fiers d’aller aux danseuses ! Vraiment ?
Abolitionnistes du système prostitueur : ce que nous sommes, ce que nous voulons !
Les Néerlandais commencent à regretter la légalisation de la prostitution
Prostitution et faux-semblants : une affaire de société, de femmes et d’hommes
Pourquoi la gauche veut-elle faire de la prostitution "un métier comme un autre" ?
Prostitution et "slutwalk" - Bâtir un mouvement féministe progressiste à l’époque individualiste
Prostitution - Il faut rendre illégal l’achat de "services" sexuels en Australie
Le mouvement des femmes n’est pas monochromatique
ZéroMacho - Des hommes contre la prostitution
Prostitution et domination masculine
La vérité sur l’esclavage sexuel planétaire, un livre de Lydia Cacho
Votre voisin est un prostitueur - Une nouvelle recherche
J’ai rien vu
Abolition n’est pas prohibition - Pourquoi la défense de l’avortement diffère de la défense de la prostitution
Prostitution et traite des femmes - Le projet abolitionniste au congrès Mondes des femmes 2011
Congrès international Mondes des femmes 2011 - Compte-rendu des échanges sur l’abolition de la prostitution à l’exposition "Les draps parlent"
Banalisation de l’industrie du sexe et éducation des jeunes
Nous devons sanctionner les acheteurs de la prostitution
Des députés proposent une résolution sur la prostitution réaffirmant la position abolitionniste de la France
Dix raisons de ne pas légaliser la prostitution
Demi Moore s’associe au CNN Freedom Project pour un documentaire saisissant sur le commerce sexuel au Népal
Client de la prostitution : vers une prise de conscience européenne
Lutter pour faire de la prostitution un travail, c’est se tromper de combat
Prostitution et traite des êtres humains, controverses et enjeux
Le système de la prostitution militaire en Corée du Sud, en Thaïlande et aux Philippines
Les pratiques des hommes "clients" de la prostitution : influences et orientations pour le travail social
La prostitution comme violence contre les femmes
Le système prostitutionnel, un pilier de l’inégalité sexuelle et des violences envers les femmes
Clients de la prostitution : un "droit de l’homme" heureusement en péril
Prostitution as violence against women
Prostitution - Vive le sexe libre et gratuit !
France - La prostitution n’est pas une fatalité
"Il faut punir les clients des prostituées", selon Roselyne Bachelot. Oui... et dépénaliser les personnes prostituées !
Belgique - Analyse « Prostitution : arguments et opinions »
Prostitution - Le débat entre féministes se poursuit
Tribunal populaire sur l’exploitation sexuelle commerciale - Inscription
La tolérance sociale, complice de la violence et de l’exploitation sexuelle
Traite des femmes à des fins sexuelles - Au cœur des réseaux criminels : l’exemple de l’Albanie
S’unir contre la banalisation de la prostitution - Un défi pour la décennie
Moi, si j’étais un homme
Prostitution et traite des êtres humains - Les mensonges du réglementarisme
La députée bloquiste Maria Mourani présente un projet de loi pour accélérer la lutte à la traite des personnes et au proxénétisme
La prostitution menace le patrimoine humain
La série "Maison close" : de la fiction à la réalité
C’est un métier, tout comme le vôtre…
Décriminaliser totalement la prostitution sape le travail pour l’égalité des sexes - Exigeons le changement
"Abolir la prostitution" – Une question en suspens pour le féminisme et pour la gauche
Pays-bas : infirmières ou prostituées ?
Madame Parité commence fort en renvoyant les femmes… au bordel !
Le sexe s’invite à la Coupe du Monde
Feu « Verts » au proxénétisme !
Plus de pornographie à l’Assemblée nationale, mais des assises de la prostitution au Sénat
"Travailleurs du sexe", un documentaire sexiste, réactionnaire et dangereux
Le Mouvement du Nid-France louera un mini-car pour faire visiter les maisons closes
Pour un quartier assiégé, la prostitution est loin d’être un "crime sans victime"
De client prostitueur à homme responsable : une démarche nécessaire
Le "client", premier agent de la prostitution
Proxénétisme et prostitution - Lettre ouverte aux candidat-e-s aux élections européennes de juin 2009
Poser les bases d’une Europe sans prostitution, c’est oser
Le tourisme de prostitution, une industrie mondialisée florissante
Prostitution : la grande promo
Première Journée mondiale contre l’exploitation sexuelle : les raisons d’un engagement
Prostitution et traite des êtres humains, enjeux nationaux et internationaux
Le vagin industriel. Vers une économie politique du sexe commercial mondialisée
S’attaquer au trafic mondial du sexe
Intégrisme islamique et esclavage sexuel en Iran
Le corps des femmes est attaqué. Que fait-on ? On se tient debout et on riposte !
Libre disposition de son corps et liberté de se prostituer
Le refus de la prostitution gagne du terrain
La mode hypersexualisée s’inspire de la pornographie
Le "droit de prostituer" n’est pas un droit de l’homme
"Abolition de la prostitution" - Édito Revue Labrys
Affaire Sneep aux Pays-Bas - Condamnation de deux proxénètes qui ont exploité et maltraité 120 filles de l’Europe du Sud et de l’Est
Le commerce du sexe est florissant en Afghanistan
Sexe et Formule 1
Dossier prostitution - Importants développements à l’échelle internationale
Prostitution - Touche pas à mon client ?
Le Conseil National des Femmes du Luxembourg (CNFL) se prononce en faveur d’une législation agissant directement sur la demande de "services sexuels"
Affaire Spitzer - Le mythe du crime sans victimes
Le Mouvement du Nid inquiet de plusieurs mesures de la politique française sur la prostitution
Le Forum de Vienne sur la traite des êtres humains reste sourd aux voix des victimes
Une politique cohérente contre la violence à l’égard des femmes doit commencer par s’attaquer à la prostitution
Prostitution - À Alger comme en Europe, on esclavagise les femmes
Manifeste des hommes pour l’abolition de la prostitution (Espagne)
Pornographie et fin de la masculinité
Pornographie : "Ça fait mal, tellement mal" ou pourquoi certaines femmes ne veulent pas savoir
Prostitution : les limites du consentement
Prostitution et traite des femmes au Nevada
« Être abolitionniste, c’est défendre la liberté sexuelle ! »
"Rent-A-Wife", c’est discriminatoire !
Après des décennies, les secrets des bordels des camps nazis émergent
Une association féministe espagnole conteste l’expression "travailleuse du sexe"
Le Mouvement du Nid face aux clients prostitueurs
Première Journée mondiale pour un tourisme responsable et respectueux, le 2 juin 2007
Richard Poulin parle de son dernier livre "Abolir la prostitution" - Interview par Sporenda
Police, Justice et acteurs sociaux, quelle coopération ?
Réflexions sur les meurtres de femmes prostituées au Royaume-Uni
Prostitution - Trois femmes et un débat
Déchirées par la guerre, les femmes d’Irak sont la cible des trafiquants du sexe
La prostitution n’est pas un service comme un autre
Entretien avec Coline Serreau sur le film Chaos
Qu’est-ce que la libération ? Le féminisme hier, aujourd’hui et demain
Quand le porno impose sa vision de la sexualité
La prostitution, une arme politique
Prostitution : tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir et qui existe quand même !
La liberté dévoyée
Mondialisation, militarisme et trafic sexuel
Pour que la porno recule
Marchandisation et déshumanisation : l’exemple de la prostitution
Richard Poulin lance un manifeste abolitionniste
Prostitution en Allemagne : Déclaration post-Coupe Mondiale de Football
Prostitution Reform - Stamp out sexual slavery (Angleterre)
La prostitution au XVIIIe siècle, pierre d’achoppement entre politiques locales et pouvoir royal
Campagne contre la traite des blanches de l’Europe de l’Est
Prostitution : les pièges du pragmatisme
L’âge du consentement sexuel à 16 ans : un pis-aller ?
Prostitution : cherchez le client
Enjeux de la prostitution considérée comme "travail du sexe"
L’envergure de la traite à des fins de prostitution
Les filles de l’Est
Violence pro-prostitution à la Maison des femmes de Paris
Le discours pro-prostitution : une rhétorique de dominant
"Survivantes" et féministes contre la prostitution
Clients de la prostitution : motivations et déterminants
La législation à l’encontre des prostituées au XVIIIe siècle
Une politique cohérente contre la violence faite aux femmes doit d’abord s’attaquer à la prostitution
La nouvelle industrie du sexe
"Terre promise", un film d’Amos Gitaï sur la traite des femmes
Prostitution : une arme de destruction massive
"Les clients de la prostitution : l’enquête", de Claudine Legardinier et Saïd Bouamama
Les Philippines contre le trafic sexuel
"Inside deep throat", contribution à la liberté sexuelle ?
La prostitution au XVIIIe siècle : introduction à une liberté superficielle
Femmes à vendre dans les pays baltes
Prostitution et Société No 150
Acheter du sexe n’est pas un sport
Une loi qui jetterait les femmes dans l’industrie du sexe
Casino de Hull - Des "playmates" de Playboy pour faire la promotion des nouvelles machines à sous
Ni coupables, ni victimes : libres ? Oui, libres de toute prostitution
Le système de la prostitution : une violence à l’encontre des femmes
La marchandisation du corps humain est une violation des droits fondamentaux de la personne
Le système de la prostitution au Cambodge : le témoignage de Somaly Mam
Le Mouvement du Nid
Le Mouvement du Nid - Documents sur la prostitution
La banalisation de la prostitution : des choses à savoir
L’Association canadienne des centres contre les agressions sexuelles réclame des politiques contre le commerce du sexe
16 journées d’actions citoyennes pour dire "Non aux violences à l’égard des femmes et à la prostitution ! Oui à la promotion de la dignité humaine !"
Prostitution et travail « invisible » : une assimilation dangereuse
Le risque global d’être convertie en marchandise
Gunilla Ekberg : « Le mieux que nous puissions faire pour nos soeurs prostituées, c’est de les aider à en sortir. »
Prostitution, pornographie et trafic des femmes
Sexe, argent et intégrisme postmoderne
Les politiques européennes et internationales sur la traite des êtres humains encouragent le proxénétisme
Quinze thèses sur le capitalisme et le système prostitutionnel mondial
Le chemin de Buenos Aires : la prostitution, hier et aujourd’hui
Prostitution,
la mondialisation incarnée

Mondialisation des industries du sexe : oppression maximale des femmes et des enfants du Sud, de l’Est, du Sud-Est, etc...
L’hypocrisie a-t-elle un sexe ? Ou comment masquer l’insoutenable réalité de la prostitution
L’importance de ne pas censurer le débat sur la prostitution
Viol et prostitution
Esclavage et prostitution
Journée de formation sur la mondialisation de la prostitution et du trafic sexuel - Documents
Les jeunes et l’industrie du sexe
La marchandisation du sexe : nouvel esclavagisme ?
Le "libre choix" en Allemagne : accepter de se prostituer ou perdre son allocation de chômage ?
La croissance effrénée des industries du sexe : entrevue avec Richard Poulin
Aux pays des tsunamis, le trafic sexuel sévit
Le modèle suédois : une source d’inspiration, non une panacée
Une étude dresse le portrait des prostitueurs ou clients de la prostitution
Prostitution : La nouvelle traite des Noirs
« La mondialisation des industries du sexe » : des faits aux valeurs
Décriminaliser la prostitution a profité aux proxénètes, pas aux personnes prostituées
Occupations militaires - La prostitution érigée en système
Le scandale de l’esclavage sexuel au Kosovo
« Les Yeux secs » et la caméra citoyenne de Narjiss Nejjar
Rapport sur les conséquences de l’industrie du sexe dans l’Union européenne
L’érotisation de la violence et de la subordination
Prostitution : réflexions d’un militant en colère
Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui, esclavage, travail forcé, trafic de personnes
Pacte du silence sur les clients de la prostitution
Le débat sur la prostitution : quelle libération sexuelle ?
Des questions à se poser sur la prostitution
Fabrication d’un nouveau mythe sur la prostitution
L’urgence est-elle de faire de la prostitution un métier ?
Je voudrais parler porno
La légalisation de la prostitution, une expérience qui a échoué en Australie
Prostitution, pornographie et capital
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe
Prostitution, trafic sexuel et mondialisation
On s’arrache les actions du premier bordel inscrit en bourse
Il faut stigmatiser le client... il est criminel
La tyrannie du nouvel ordre sexuel
Adulte ou infantile, la prostitution est le contraire de l’autonomie sexuelle
Les enjeux occultés de la prostitution et les conséquences sur les rapports hommes-femmes
Le trafic mondial des femmes et des enfants
Des proxénètes à l’Université ?
La mondialisation des marchés du sexe - I
La mondialisation des marchés du sexe - II
Combattre le système prostitutionnel
Sexe : de l’intimité au « travail sexuel » ou prostituer est-il un droit humain ?
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe. Commentaire.
Pour une critique de la politique pro-prostitution de Cabiria
Prostitution : droits des femmes ou droit aux femmes ?
Faut-il une autorisation pour parler de la prostitution ?
« Le corps est un nouvel instrument d’esclavage » Florence Montreynaud
« La prostitution, ce n’est pas le plus vieux métier du monde, c’est le plus vieux mensonge » (Gunilla Ekberg)
L’idéologie sexiste et la pornographie
Femmes esclaves des bordels du Bangladesh







Quand la section tasmanienne de la Fédération australienne des infirmières a dénoncé, il y a plusieurs années, la violence infligée aux infirmières par les patients et patientes, personne n’a parlé de « réduction des méfaits ». Cette violence a été considérée par les administrateurs du gouvernement et des hôpitaux comme totalement inacceptable et nécessitant un vigoureux travail de prévention.

Bien qu’aucun groupe de femmes ne puisse être considéré comme à l’abri de la violence masculine, la prostitution a été qualifiée de « particulièrement dangereuse », et les femmes prostituées souffrent de niveaux de violence qui susciteraient horreur et indignation dans la collectivité, s’ils devaient cibler le même pourcentage de serveuses ou de secrétaires.

Toute tentative pour comprendre la situation doit être centrée sur le concept de morale. Je sais que ce n’est pas un mot populaire au XXIe siècle, même si nous ne semblons pas éprouver de problèmes avec des niveaux de violence qui auraient été impensables dans une communauté de l’époque du Néandertal. Mais la morale n’est que la façon dont une société a choisi de réglementer le comportement de ses membres.

La prostitution était très rare chez les communautés « primitives », tribales et traditionnelles. Les relations entre les personnes avaient lieu au sein de groupes de parenté étroitement délimités, dont les gens avaient besoin pour éviter de transgresser des tabous importants comme celui de l’inceste, et les enfants étaient souvent assimilés au groupe totémique de leur père. Malgré une certaine variance des structures et des croyances, les enfants nés sans pères connus n’avaient concrètement pas d’appartenance et, privés d’ancêtre totémique, pouvaient être considérés comme des non-personnes. Les sociétés autochtones étaient des sociétés sans prostitution. L’ntrusion d’un nombre croissant d’hommes étrangers sans épouse – des bouviers, des pasteurs, des soldats, des commerçants, des pêcheurs et des chasseurs de phoques, des bureaucrates et des missionnaires – a exercé des pressions sur les communautés traditionnelles afin qu’elles fournissent à ces hommes des femmes à des fins sexuelles, ce qui a conduit à l’augmentation du nombre d’enfants orphelins qui n’avaient pas de place évidente ou de rôle dans ces communautés. Loin d’être un élément « liant » assurant la cohésion des communautés, la prostitution est devenue un élément de l’effondrement de communautés jusque alors cohésives.

(En passant, il est incorrect d’appeler la prostitution une profession. Cela la banalise et induit les gens en erreur. C’est précisément parce que la prostitution cible les personnes peu éduquées et qualifiées qu’elle doit être considérée comme une industrie d’exploitation. Je sais qu’il arrive que des étudiantes universitaires recourent à la prostitution pour payer leurs frais de scolarité, ce qui en dit long sur notre échec à soutenir adéquatement nos jeunes aux études, mais les bordels ne sont pas remplis de diplômées universitaires. Et ce sont de jeunes Asiatiques incapables de parler l’anglais qui sont les victimes de la traite en Australie, et non de jeunes Australiennes dotées d’une bonne instruction qui sont introduites clandestinement en Asie.)

Que l’on considère la morale à la lumière de la tradition religieuse occidentale ou en vertu des règles complexes qui régissent les comportements dans les sociétés tribales, ce concept en revient à déterminer non pas qui nous sommes, mais ce que nous faisons. Nous avons élaboré nos services de police, nos systèmes judiciaires et nos lois politiques en nous basant sur la capacité morale des êtres humains adultes de distinguer le bien du mal (et démontrer la diminution ou l’inexistence de cette capacité morale exige une preuve suffisante pour convaincre un tribunal), mais ces démarches concernent les manifestations les plus outrancières d’effondrements moraux. En fait, la morale sous-tend toutes nos interactions humaines, même les plus simples. Elle est nécessaire au fonctionnement de communautés complexes et surpeuplées. Là où elle s’effondre sous des pressions extrêmes – comme des raids aériens, des catastrophes météorologiques ou un conflit prolongé – il en résulte habituellement une société de désordre et de danger.

Même les gens qui ne sont pas au courant de l’invitation de Jésus-Christ, « Ne fais pas à autrui ce que tu n’aimerais pas que l’on te fasse », espèrent toujours que les autres humains respectent leur sécurité et leurs biens et les traitent avec une décence, une amabilité et un respect raisonnables. Ces personnes dépendent du fondement moral de l’ensemble des interactions humaines pour rendre la vie supportable. Notre statut en tant qu’êtres moraux est donc essentiel à notre humanité.

Il y a plusieurs années, j’ai entendu un groupe de jeunes marins australiens rattachés à un navire de guerre, que je ne nommerai pas, parler du mauvais moment qu’ils avaient fait subir aux femmes prostituées de Singapour. Ils se vantaient d’avoir fait mal à un groupe de jeunes femmes pour nulle autre raison que le fait que ces femmes recevaient de l’argent pour des rapports sexuels. Si nous entendions un dîneur se vanter de la façon dont il a blessé la serveuse qui lui amenait son repas, nous le considérerions comme anormal, bizarre et probablement psychopathe. Pourtant, nous considérons le mal fait aux femmes prostituées sinon comme normal, du moins comme certainement prévisible.

Il est clair que cette violence est généralisée et systémique, et non pas l’aberration occasionnelle d’un client psychopathe. Elle se produit dans la prostitution légale ou illégale, réglementée ou non, qu’elle ait lieu à l’intérieur ou à l’extérieur et qu’elle se produise dans les grandes villes ou dans des camps miniers éloignés. Elle a lieu, que la prostituée soit une femme pauvre qui gagne quelques cents dans un pays du Tiers-monde ou une escorte à 1000$ par nuit dans un hôtel cossu du nôtre.

On pourrait dire qu’il s’agit simplement d’une autre manifestation de la violence masculine contre les femmes en général, mais cela n’explique pas la violence à l’égard des hommes prostitués ni pourquoi la violence masculine n’est pas partie intégrante de l’ensemble des travaux effectués par des femmes. Si les pères qui cueillent leurs enfants à la garderie avaient l’habitude d’infliger au personnel de ces établissements des coups, blessures graves et insultes dégradantes, en les laissant le visage tailladé et les os brisés, ils seraient placés sur une liste noire, on ferait appel à la police et il y aurait très probablement une enquête nationale. Pourtant, jour après jour, les personnes prostituées subissent des violences verbales, des gifles, des coups de poing, des morsures, et toutes sortes d’actes cruels et humiliants, mesquins et rancuniers, allant jusqu’à des blessures graves et même des meurtres.

Le célèbre meurtrier qualifié de « Yorkshire Ripper » a prétendu que c’est à cause d’une prostituée, qui l’aurait triché de 5 £, qu’il s’était lancé dans une série d’assassinats ayant coûté la vie à plus de dix femmes prostituées. Et il y a eu des gens pour trouver cette excuse très compréhensible. Pourtant, si un homme allait assassiner dix serveuses à cause d’une petite surcharge sur une facture, nous trouverions cela horrible et inexplicable.

D’autres types de transactions impliquent deux ou plusieurs étrangers, mais ce n’est qu’en prostitution (et dans certaines interventions médicales) que la transaction implique le contact physique le plus intime possible entre des êtres humains, et ce n’est qu’en prostitution que le paiement est lié à la suppression de toute dimension morale dans l’interaction. Le client ne dit pas : « Même si notre relation sera brève, elle sera marquée par un respect et un souci de l’autre » ; il dit plutôt : « Je vais acheter le droit d’utiliser votre corps uniquement pour mes propres raisons, le droit de ne pas tenir compte de votre humanité et le droit d’empiéter sur votre personne de toutes les façons qui me plairont, parce que vous n’êtes pas un être moral dans cette transaction, mais seulement un corps pourvu d’un certain nombre d’orifices. »

Mais en niant l’humanité de cette femme, il sape, par extension, la sienne propre. Son sentiment d’image de soi est diminué, que cela soit bien compris ou demeure une vague intuition, parce que les hommes sont conscients que ceux d’entre eux qui vivent des relations amoureuses heureuses, marquées par un respect mutuel et un souci de l’autre en tant qu’être humain, ne se précipitent pas faire la queue à la porte du bordel le plus proche.

On a dit que le viol n’est pas une affaire de sexe mais une affaire de colère ou de vengeance. Suggérer que la prostitution n’est pas une affaire de sexe dans une société saturée de contenus sexuels peut sembler irréaliste. Mais je dirais qu’elle témoigne d’un échec. Quelle que soit la raison ou la justification qu’un client se donne pour rechercher et payer des relations sexuelles avec une personne anonyme, cet homme est conscient qu’il y a là un aveu qu’il n’a pas de relations humaines ou que ses relations sont faussées. À un certain niveau, cela témoigne de l’échec de son accès à une expérience mutuelle, comme être moral lié à d’autres êtres moraux. Les hommes cherchant des prostituées sont plus susceptibles d’avoir une mauvaise image de soi que les hommes qui trouveraient inacceptable une telle démarche.

Quant à la violence régulièrement infligée aux personnes prostituées, je dirais qu’elle est directement liée à ce sentiment d’échec. Même en ce cas, la plupart des hommes se retiendraient d’exercer pareille violence s’ils se considéraient comme agissant dans des limites morales. C’est parce que la prostitution permet, explicitement ou implicitement, de mettre de côté ces limites que les contraintes normales sont levées. Pour la période au cours de laquelle la personne prostituée n’a pas besoin d’être considérée comme un être moral de bon droit, elle peut être considérée comme un objet à maltraiter, humilier ou exposer à des comportements que les fondements moraux de la société qualifient d’inacceptables dans l’interaction de deux êtres moraux autonomes.

Il peut appeler cela « lui montrer qui est le patron » ou « la remettre à sa place », prétendre qu’elle « l’a cherché », qu’elle « l’a séduit par son déshabillé ou des propos salaces » et ainsi de suite. Vous avez probablement déjà entendu les raisons que donnent des hommes pour justifier de telles violences. La violence peut aussi se produire à un niveau plus viscéral et non examiné. Mais de telles agressions – comme toute forme de violence destinée à relever une faible image de soi (et cela vaut aussi pour les gens comme le tyran de cour d’école) – ne fournissent qu’un bref moment de pouvoir, un bref répit de cette image de soi fondée sur l’échec – et en fin de compte elles abaissent leurs auteurs encore plus. Un homme qui est violent envers une personne prostituée le sera très probablement envers une autre. Comme une montée d’adrénaline ou un moment d’intoxication, ce sentiment est transitoire et laisse l’agresseur à nouveau face à son sentiment de faible estime de soi.

Des sages ont examiné de tout temps la manière dont la violence est infligée aux personnes sans pouvoir. Nous parlons souvent du fait de blâmer les victimes et des personnes dont nous savons leur avoir fait du tort, mais sans nous interroger sur la dynamique sous-jacente de la violence. La victime est vulnérable à la faible estime de soi, et des études ont montré que les jeunes Russes sans abri qui sont entraînées dans la prostitution sont des filles qui n’ont pas acquis de véritable sentiment d’identité personnelle – mais l’auteur de violences est également vulnérable.

Chaque épisode de violence physique ou verbale affaiblit encore chez son auteur ce sentiment qu’un être moral ne se comporte pas de façons qui outrepassent les frontières morales.

Le sentiment d’être un être humain est une construction morale et nous y portons atteinte à nos risques et périls. Quand un mari qui vient de perdre son travail se défoule sur sa femme, il sape davantage son sens de l’estime de soi, tout en ne faisant rien pour trouver un autre emploi. Les soldats qui ont fait feu sur des prisonniers qui se rendaient, les hommes qui ont blessé ou humilié des prostituées... ils tentent tous de se convaincre que les dimensions morales de la vie humaine ne comptent pas ou ne s’appliquent pas à eux. Et ce faisant, ils sapent leur propre estime de soi et rendent de futures violences plus probables (à moins de chercher de l’aide).

Alors, comment pouvons-nous réagir à ce problème en tant que société ? Tout d’abord, nous pouvons toutes et tous cesser d’accepter la violence infligée aux personnes prostituées comme en quelque sorte naturelle, normale, compréhensible et même à prévoir. Nous pouvons évacuer ce concept moral factice de « réduction des méfaits » ; aucun niveau de méfait n’est acceptable. Toute activité humaine dans laquelle le risque de préjudices n’est pas une possibilité convenue d’un commun accord (comme à la boxe) doit considérer comme moralement répugnant et inacceptable le risque de préjudices infligés à l’une des parties d’une transaction.

Puis, nous pouvons ouvrir toutes grandes les portes à des discussions plus larges sur la raison pour laquelle nous avons, en tant que société, accepté ou fermé les yeux aussi longtemps sur la violence exercé contre les personnes prostituées. Faut-il, par exemple, rendre obligatoire le signalement de toute violence de ce type ? Faut-il instaurer dans toutes les écoles des programmes d’Alternatives à la violence ? Le modèle nordique qui traite les prostituées comme des victimes et les prostitueurs comme des criminels possède une composante de soutien par counseling ; à quel point cela fonctionne-t-il, comment sont choisies les candidates à ces services conseil et comment pourrait-on adapter cette idée dans notre pays ?

Nous pouvons lutter contre la violence de toutes sortes de manières, allant de la législation à de meilleures pratiques parentales, mais il est nécessaire de placer au cœur de cette démarche une conscience du fait que la violence et la cruauté sapent notre humanité et endommagent notre société. Nous ne sommes pas une société meilleure du fait de fermer les yeux sur la violence infligée aux personnes prostituées. Bien au contraire, cette attitude rend notre société pire.

Version originale.

Traduction : Martin Dufresne

Copyright : Jennie Herrera

Mis en ligne sur Sisyphe le 17 septembre 2012


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Jennie Herrera, de l’organisation Whistleblowers Tasmania, Australie



Plan-Liens Forum

  • Prostitution - La réduction des méfaits est-elle ce que nous pouvons faire de mieux pour les personnes prostituées ?
    (1/1) 20 septembre 2012 , par Marc





  • Prostitution - La réduction des méfaits est-elle ce que nous pouvons faire de mieux pour les personnes prostituées ?
    20 septembre 2012 , par Marc   [retour au début des forums]

    "Toute tentative pour comprendre la situation doit être centrée sur le concept de morale. Je sais que ce n’est pas un mot populaire au XXIe siècle, même si nous ne semblons pas éprouver de problèmes avec des niveaux de violence qui auraient été impensables dans une communauté de l’époque du Néandertal."

    L’époque du Néandertal fut caractérisée par une violence inouïe. Le nombre de crânes fracassés et transpercés ou portant des traces de violence en fait foi. C’était une époque sauvage et brutale. Pourquoi idéaliser ainsi le passé ?


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2012
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin