| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       Éditions Sisyphe






jeudi 25 avril 2013

Prostitution et mariage : une assimilation douteuse

par Stéphanie Cordellier



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texte Imprimer ce texte


Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Réglementer la pornographie ou criminaliser les pornocrates ?
Corps disloqués, âmes brisées : conséquences psychiques et physiques de la prostitution sur les personnes qui la vivent
Prostitution - L’approche de “réduction des méfaits” ne suffit pas pour une analyse pertinente de la prostitution
Amnesty International et la défense soutenue du système prostitutionnel
« Ni client, ni complice ! » - La CLES lance un appel à lutter contre la banalisation de l’exploitation sexuelle
Plainte officielle contre la "consultation" menée par le Secrétariat international d’Amnesty ! au sujet de sa politique de décriminalisation du proxénétisme
Pénalisation du client de la prostitution ? Les belles histoires de Tonton Robert
Non, Messieurs, la plupart des personnes prostituées ne le sont pas par choix
Le manifeste des 343 bites tellement légères qu’elles se dressent à l’insu de leur cerveau
La cruelle chosification des femmes prostituées et des mères porteuses
Catharine A. MacKinnon - Traite, prostitution, inégalité
Prostitution - Sanctionner les clients et non les prostituées
Prostitution des jeunes - La trahison des adultes
Décriminaliser la prostitution ne peut pas être la solution
Prostitution : une affaire d’hommes ou la fraternité "des salauds"
Loi sur la prostitution en France - « Je ne veux pas d’une société où les femmes ont un prix »
Janice G. Raymond – Prostitution : "Pas un choix, pas un travail"
Elisabeth Badinter et Irène Théry ou la caution intellectuelle du système patriarcal
Les femmes étrangères rêveraient-elles de devenir "putes" ?
Prostitution - La stigmatisation et le mythe entourant le statut de victime
Abolition de la prostitution en France - Le principe est acquis, place à la loi !
Comprendre la prostitution dans l’ensemble des structures de pouvoir fondées sur le genre
L’Irlande pourrait interdire l’achat de sexe
Le prostitueur, "chaînon manquant" de la question prostitutionnelle, selon Victor Malarek
La prostitution, sexualisation du pouvoir
La France envisagerait des sanctions "pédagogiques" pour les prostitueurs
Le Canada ne peut traiter la prostitution comme un filet de sécurité sociale
Les "femmes de réconfort" étaient nécessaires pour maintenir la discipline dans l’armée, selon le maire d’Osaka
Prostitueurs et non-prostitueurs, une étude de Mélissa Farley
Bienvenue dans le monde des prostitueurs
Prostitution - Rendre tabou la notion de victime pour masquer l’existence d’agresseurs
Prostitution en Grande-Bretagne - Un bien étrange syndicat au service des proxénètes
La prostitution, le STRASS et la sénatrice - La pertinence de la transparence
Au delà des mythes, légaliser la prostitution est une très mauvaise idée
La Suède malmène l’industrie du sexe et aide les femmes prostituées
Les prostitueurs. Sexe à vendre… Les hommes qui achètent du sexe, un livre de Victor Malarek
"Angel" : Piégée dans un monde de prostitution et de violence
L’être et la marchandise. Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi
"Les criminelles" : individualisation et romantisation de la prostitution
Des spécialistes en santé veulent aider les femmes à sortir de l’industrie du sexe… en faisant échec aux prostitueurs
L’Islande songe à interdire la porno diffusée sur Internet
En studio avec Ruth ! "Je crois sincèrement que la traite humaine et la prostitution fonctionnent de pair"
Catalogne - La loi et l’ordre des proxénètes
Qui estime vraiment les personnes prostituées ?
En studio avec Ruth ! "La prostitution est un grand enjeu politique"
L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) et l’Alliance canadienne féministe pour l’action internationale (FAFIA) répondent au rapport Oppal sur les femmes disparues
Colombie-Britannique - L’égalité des femmes et le contexte socio-économique absents du rapport Oppal sur les femmes disparues
Prostitution - Les “progressistes” australiens oscillent entre l’industrie du sexe et les droits des femmes
Prostitution - Le refus d’abolir le système prostitueur est une atteinte aux droits humains
Fantine ou la liberté de se prostituer ?
Première rencontre de l’Association internationale des survivantes unies de la traite à des fins sexuelles (prostitution)
Prostitution - Pourquoi il faut mettre fin à une des plus anciennes violations des droits humains
Carton rouge pour les bordels à vitrine
Prostitution - La réduction des méfaits est-elle ce que nous pouvons faire de mieux pour les personnes prostituées ?
Un traité féministe international pour abolir la prostitution
Prostitution - Coup de tampon réglementariste !
Prostitution et séropositivité - Le Gouvernement grec arrête et emprisonne des femmes pour protéger les hommes
Manifeste contre le système prostitueur
Prostitution en France - Lettre ouverte à M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre
1946-2012 : De la fermeture des maisons closes à la lutte contre le système prostitueur, les abolitionnistes portent progrès et liberté !
Prostitution - Gloria Steinem appuie le modèle nordique
Solidarité avec les prostituées, mais lutte contre la prostitution
Comparaison entre acheteurs et non-acheteurs de sexe dans la région de Boston
8 mars 2012 : Pas d’égalité sans abolition de la prostitution !
La danse contact ou "lap-dance", prologue de la prostitution
Fiers d’aller aux danseuses ! Vraiment ?
Abolitionnistes du système prostitueur : ce que nous sommes, ce que nous voulons !
Les Néerlandais commencent à regretter la légalisation de la prostitution
Prostitution et faux-semblants : une affaire de société, de femmes et d’hommes
Pourquoi la gauche veut-elle faire de la prostitution "un métier comme un autre" ?
Prostitution et "slutwalk" - Bâtir un mouvement féministe progressiste à l’époque individualiste
Prostitution - Il faut rendre illégal l’achat de "services" sexuels en Australie
Le mouvement des femmes n’est pas monochromatique
ZéroMacho - Des hommes contre la prostitution
Prostitution et domination masculine
La vérité sur l’esclavage sexuel planétaire, un livre de Lydia Cacho
Votre voisin est un prostitueur - Une nouvelle recherche
J’ai rien vu
Abolition n’est pas prohibition - Pourquoi la défense de l’avortement diffère de la défense de la prostitution
Prostitution et traite des femmes - Le projet abolitionniste au congrès Mondes des femmes 2011
Congrès international Mondes des femmes 2011 - Compte-rendu des échanges sur l’abolition de la prostitution à l’exposition "Les draps parlent"
Banalisation de l’industrie du sexe et éducation des jeunes
Nous devons sanctionner les acheteurs de la prostitution
Des députés proposent une résolution sur la prostitution réaffirmant la position abolitionniste de la France
Dix raisons de ne pas légaliser la prostitution
Demi Moore s’associe au CNN Freedom Project pour un documentaire saisissant sur le commerce sexuel au Népal
Client de la prostitution : vers une prise de conscience européenne
Lutter pour faire de la prostitution un travail, c’est se tromper de combat
Prostitution et traite des êtres humains, controverses et enjeux
Le système de la prostitution militaire en Corée du Sud, en Thaïlande et aux Philippines
Les pratiques des hommes "clients" de la prostitution : influences et orientations pour le travail social
La prostitution comme violence contre les femmes
Le système prostitutionnel, un pilier de l’inégalité sexuelle et des violences envers les femmes
Clients de la prostitution : un "droit de l’homme" heureusement en péril
Prostitution as violence against women
Prostitution - Vive le sexe libre et gratuit !
France - La prostitution n’est pas une fatalité
"Il faut punir les clients des prostituées", selon Roselyne Bachelot. Oui... et dépénaliser les personnes prostituées !
Belgique - Analyse « Prostitution : arguments et opinions »
Prostitution - Le débat entre féministes se poursuit
Tribunal populaire sur l’exploitation sexuelle commerciale - Inscription
La tolérance sociale, complice de la violence et de l’exploitation sexuelle
Traite des femmes à des fins sexuelles - Au cœur des réseaux criminels : l’exemple de l’Albanie
S’unir contre la banalisation de la prostitution - Un défi pour la décennie
Moi, si j’étais un homme
La prostitution menace le patrimoine humain
Prostitution et traite des êtres humains - Les mensonges du réglementarisme
La députée bloquiste Maria Mourani présente un projet de loi pour accélérer la lutte à la traite des personnes et au proxénétisme
La série "Maison close" : de la fiction à la réalité
C’est un métier, tout comme le vôtre…
Décriminaliser totalement la prostitution sape le travail pour l’égalité des sexes - Exigeons le changement
"Abolir la prostitution" – Une question en suspens pour le féminisme et pour la gauche
Pays-bas : infirmières ou prostituées ?
Madame Parité commence fort en renvoyant les femmes… au bordel !
Le sexe s’invite à la Coupe du Monde
Feu « Verts » au proxénétisme !
Plus de pornographie à l’Assemblée nationale, mais des assises de la prostitution au Sénat
"Travailleurs du sexe", un documentaire sexiste, réactionnaire et dangereux
Le Mouvement du Nid-France louera un mini-car pour faire visiter les maisons closes
Pour un quartier assiégé, la prostitution est loin d’être un "crime sans victime"
De client prostitueur à homme responsable : une démarche nécessaire
Le "client", premier agent de la prostitution
Proxénétisme et prostitution - Lettre ouverte aux candidat-e-s aux élections européennes de juin 2009
Poser les bases d’une Europe sans prostitution, c’est oser
Le tourisme de prostitution, une industrie mondialisée florissante
Prostitution : la grande promo
Première Journée mondiale contre l’exploitation sexuelle : les raisons d’un engagement
Prostitution et traite des êtres humains, enjeux nationaux et internationaux
Le vagin industriel. Vers une économie politique du sexe commercial mondialisée
S’attaquer au trafic mondial du sexe
Intégrisme islamique et esclavage sexuel en Iran
Le corps des femmes est attaqué. Que fait-on ? On se tient debout et on riposte !
Libre disposition de son corps et liberté de se prostituer
Le refus de la prostitution gagne du terrain
Comment la pornographie influence les jeunes consommateurs
La mode hypersexualisée s’inspire de la pornographie
Le "droit de prostituer" n’est pas un droit de l’homme
"Abolition de la prostitution" - Édito Revue Labrys
Affaire Sneep aux Pays-Bas - Condamnation de deux proxénètes qui ont exploité et maltraité 120 filles de l’Europe du Sud et de l’Est
Le commerce du sexe est florissant en Afghanistan
Sexe et Formule 1
Dossier prostitution - Importants développements à l’échelle internationale
Prostitution - Touche pas à mon client ?
Le Conseil National des Femmes du Luxembourg (CNFL) se prononce en faveur d’une législation agissant directement sur la demande de "services sexuels"
Affaire Spitzer - Le mythe du crime sans victimes
Le Mouvement du Nid inquiet de plusieurs mesures de la politique française sur la prostitution
Le Forum de Vienne sur la traite des êtres humains reste sourd aux voix des victimes
Une politique cohérente contre la violence à l’égard des femmes doit commencer par s’attaquer à la prostitution
Prostitution - À Alger comme en Europe, on esclavagise les femmes
Manifeste des hommes pour l’abolition de la prostitution (Espagne)
Pornographie et fin de la masculinité
Pornographie : "Ça fait mal, tellement mal" ou pourquoi certaines femmes ne veulent pas savoir
Prostitution : les limites du consentement
Prostitution et traite des femmes au Nevada
« Être abolitionniste, c’est défendre la liberté sexuelle ! »
"Rent-A-Wife", c’est discriminatoire !
Après des décennies, les secrets des bordels des camps nazis émergent
Une association féministe espagnole conteste l’expression "travailleuse du sexe"
Le Mouvement du Nid face aux clients prostitueurs
Richard Poulin parle de son dernier livre "Abolir la prostitution" - Interview par Sporenda
Prostitution - Trois femmes et un débat
Déchirées par la guerre, les femmes d’Irak sont la cible des trafiquants du sexe
La prostitution n’est pas un service comme un autre
Entretien avec Coline Serreau sur le film Chaos
Qu’est-ce que la libération ? Le féminisme hier, aujourd’hui et demain
Quand le porno impose sa vision de la sexualité
La prostitution, une arme politique
Prostitution : tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir et qui existe quand même !
La liberté dévoyée
Mondialisation, militarisme et trafic sexuel
Pour que la porno recule
Marchandisation et déshumanisation : l’exemple de la prostitution
Richard Poulin lance un manifeste abolitionniste
Prostitution en Allemagne : Déclaration post-Coupe Mondiale de Football
Prostitution Reform - Stamp out sexual slavery (Angleterre)
La prostitution au XVIIIe siècle, pierre d’achoppement entre politiques locales et pouvoir royal
Campagne contre la traite des blanches de l’Europe de l’Est
Prostitution : les pièges du pragmatisme
L’âge du consentement sexuel à 16 ans : un pis-aller ?
Prostitution : cherchez le client
Enjeux de la prostitution considérée comme "travail du sexe"
L’envergure de la traite à des fins de prostitution
Les filles de l’Est
Violence pro-prostitution à la Maison des femmes de Paris
Le discours pro-prostitution : une rhétorique de dominant
"Survivantes" et féministes contre la prostitution
Clients de la prostitution : motivations et déterminants
La législation à l’encontre des prostituées au XVIIIe siècle
Une politique cohérente contre la violence faite aux femmes doit d’abord s’attaquer à la prostitution
La nouvelle industrie du sexe
"Terre promise", un film d’Amos Gitaï sur la traite des femmes
Prostitution : une arme de destruction massive
"Les clients de la prostitution : l’enquête", de Claudine Legardinier et Saïd Bouamama
Les Philippines contre le trafic sexuel
"Inside deep throat", contribution à la liberté sexuelle ?
La prostitution au XVIIIe siècle : introduction à une liberté superficielle
Femmes à vendre dans les pays baltes
Prostitution et Société No 150
Acheter du sexe n’est pas un sport
Une loi qui jetterait les femmes dans l’industrie du sexe
Casino de Hull - Des "playmates" de Playboy pour faire la promotion des nouvelles machines à sous
Ni coupables, ni victimes : libres ? Oui, libres de toute prostitution
Le système de la prostitution : une violence à l’encontre des femmes
La marchandisation du corps humain est une violation des droits fondamentaux de la personne
Le système de la prostitution au Cambodge : le témoignage de Somaly Mam
Le Mouvement du Nid
Le Mouvement du Nid - Documents sur la prostitution
La banalisation de la prostitution : des choses à savoir
L’Association canadienne des centres contre les agressions sexuelles réclame des politiques contre le commerce du sexe
16 journées d’actions citoyennes pour dire "Non aux violences à l’égard des femmes et à la prostitution ! Oui à la promotion de la dignité humaine !"
Prostitution et travail « invisible » : une assimilation dangereuse
Le risque global d’être convertie en marchandise
Gunilla Ekberg : « Le mieux que nous puissions faire pour nos soeurs prostituées, c’est de les aider à en sortir. »
Prostitution, pornographie et trafic des femmes
Sexe, argent et intégrisme postmoderne
Les politiques européennes et internationales sur la traite des êtres humains encouragent le proxénétisme
Quinze thèses sur le capitalisme et le système prostitutionnel mondial
Le chemin de Buenos Aires : la prostitution, hier et aujourd’hui
Prostitution,
la mondialisation incarnée

Mondialisation des industries du sexe : oppression maximale des femmes et des enfants du Sud, de l’Est, du Sud-Est, etc...
L’hypocrisie a-t-elle un sexe ? Ou comment masquer l’insoutenable réalité de la prostitution
L’importance de ne pas censurer le débat sur la prostitution
Viol et prostitution
Esclavage et prostitution
Journée de formation sur la mondialisation de la prostitution et du trafic sexuel - Documents
Les jeunes et l’industrie du sexe
La marchandisation du sexe : nouvel esclavagisme ?
Le "libre choix" en Allemagne : accepter de se prostituer ou perdre son allocation de chômage ?
La croissance effrénée des industries du sexe : entrevue avec Richard Poulin
Aux pays des tsunamis, le trafic sexuel sévit
Le modèle suédois : une source d’inspiration, non une panacée
Une étude dresse le portrait des prostitueurs ou clients de la prostitution
Prostitution : La nouvelle traite des Noirs
« La mondialisation des industries du sexe » : des faits aux valeurs
Décriminaliser la prostitution a profité aux proxénètes, pas aux personnes prostituées
Occupations militaires - La prostitution érigée en système
Le scandale de l’esclavage sexuel au Kosovo
« Les Yeux secs » et la caméra citoyenne de Narjiss Nejjar
Rapport sur les conséquences de l’industrie du sexe dans l’Union européenne
L’érotisation de la violence et de la subordination
Prostitution : réflexions d’un militant en colère
Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui, esclavage, travail forcé, trafic de personnes
Pacte du silence sur les clients de la prostitution
Le débat sur la prostitution : quelle libération sexuelle ?
Des questions à se poser sur la prostitution
Fabrication d’un nouveau mythe sur la prostitution
L’urgence est-elle de faire de la prostitution un métier ?
Je voudrais parler porno
La légalisation de la prostitution, une expérience qui a échoué en Australie
Prostitution, pornographie et capital
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe
Prostitution, trafic sexuel et mondialisation
On s’arrache les actions du premier bordel inscrit en bourse
Il faut stigmatiser le client... il est criminel
La tyrannie du nouvel ordre sexuel
Adulte ou infantile, la prostitution est le contraire de l’autonomie sexuelle
Les enjeux occultés de la prostitution et les conséquences sur les rapports hommes-femmes
Le trafic mondial des femmes et des enfants
Des proxénètes à l’Université ?
La mondialisation des marchés du sexe - I
La mondialisation des marchés du sexe - II
Combattre le système prostitutionnel
Sexe : de l’intimité au « travail sexuel » ou prostituer est-il un droit humain ?
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe. Commentaire.
Pour une critique de la politique pro-prostitution de Cabiria
Prostitution : droits des femmes ou droit aux femmes ?
Faut-il une autorisation pour parler de la prostitution ?
« Le corps est un nouvel instrument d’esclavage » Florence Montreynaud
« La prostitution, ce n’est pas le plus vieux métier du monde, c’est le plus vieux mensonge » (Gunilla Ekberg)
L’idéologie sexiste et la pornographie
Femmes esclaves des bordels du Bangladesh




Pour justifier et banaliser la prostitution, ses défenseurs la comparent fréquemment à un métier comme un autre ou encore au mariage (1 et 2). Evelina Giobbe, ancienne prostituée, qui a étudié les techniques utilisées par les souteneurs, rapporte :

"Le proxénète utilise la minimisation et le déni pour masquer les impacts que la prostitution a ou va avoir sur la vie d’une prostituée. Il peut dire à une femme qu’elle est plus futée que les autres qui le font pour rien, ou dire que toutes les femmes sont prostituées, argumentant que certaines le font pour des dîners et d’autres pour de l’argent en espèce. Il insiste aussi sur le fait que la prostitution est un travail comme un autre, et qu’elle ne se vend pas elle-même mais qu’elle vend seulement un service"(3).

Il est troublant de noter que l’on retrouve exactement le même discours chez les pro-prostitution, y compris parmi certaines personnes se qualifiant de "féministes" ou "proféministes ". Ce discours se fait de plus en plus fréquent et a des implications politiques précises concernant les femmes, puisque nous sommes toutes prostituables. Il est temps de s’interroger sur le sens des comparaisons qui sont constamment faites entre prostitution et mariage.

***

Historiquement, certains penseurs ont associé le mariage à la prostitution. Dans les années 70, beaucoup de féministes ont également assimilé le mariage à la prostitution. Il s’agissait alors souvent de démystifier le mariage et de révéler la misère sexuelle des femmes. Dans son livre consacré à la sexualité féminine (4), Alice Schwarzer insistait, par exemple, sur la ressemblance entre la vie des femmes mariées qu’elle avait interviewées avec celle d’une prostituée. Ce qui ne l’empêche pas, aujourd’hui où la tolérance face à la prostitution est plus grande que jamais, de lutter contre la normalisation de la prostitution et de dénoncer ses effets déshumanisant.

Aujourd’hui, la comparaison entre le mariage et la prostitution sert des fins politiques moins nobles : il ne s’agit plus de dénoncer le mariage traditionnel et la prostitution mais au contraire de faire accepter cette dernière sous prétexte que le mariage l’est. J’entends par mariage traditionnel la division du travail à l’œuvre dans le couple : l’homme travaille à l’extérieur et la femme à l’intérieur (5). Mais le mot mariage est fréquemment utilisé sans que l’on sache toujours à quoi il se rapporte.

Dans l’assimilation du "mariage" à la prostitution, on effectue en général deux comparaisons que je vais ici distinguer.

- On compare, d’une part, le sexe dans la prostitution et le sexe dans le mariage, particulièrement les rapports sexuels subis, forcés, effectués ou non contre "l’entretien" des femmes. Les couples non mariés peuvent être aussi concernés, c’est en fait la sexualité hétérosexuelle qui est critiquée et/ou comparée. Parfois, on compare également la prostitution à la sexualité homosexuelle. Dans toutes ces approches, la prostitution est perçue comme sexualité.

- On compare, d’autre part, ce que le courant pro-prostitution appelle les "services sexuels", à l’œuvre dans le mariage et dans la prostitution, avec les divers services ménagers rendus aux hommes par les femmes, dans le mariage ou même à l’extérieur (services que l’on retrouve sur le marché du travail avec la même division sexuelle du travail à l’œuvre). On compare donc en fin de compte la prostitution avec les divers métiers féminins ; la prostitution est perçue comme travail.

Après avoir discuté ces deux types de comparaisons, je montrerai qu’il existe encore deux autres points communs entre la prostitution et le mariage traditionnel :

- Le fait que leurs défenseurs utilisent le consentement des femmes pour nier le caractère oppressif de ces institutions.

- Le fait que les partisans de la prostitution et du mariage traditionnel considèrent que le problème principal se situe d’abord au niveau des valeurs et non au niveau de la réalité matérielle.

I - La prostitution comme sexualité

Une des façons de percevoir la prostitution est de mettre l’accent sur le fait qu’elle est comparable à de la sexualité. La prostitution est fréquemment comparée au sexe dans le mariage mais également à la sexualité homosexuelle.

a. Viol et "service sexuel" dans le mariage

Il peut paraître choquant d’affirmer que la sexualité des femmes mariée est un don unilatéral comparable à de la prostitution. Il semble pourtant que l’égalité des sexes ne soit pas encore réalisée dans les chambres à coucher. Un nombre important de femmes auraient été violées par leur mari. Et qui plus est, plusieurs enquêtes révèlent que la moitié des femmes subiraient des rapports sexuels non désirés (6). Quand, en plus, ces femmes ne travaillent pas à l’extérieur et sont économiquement dépendantes de leur mari, leur rapport à la sexualité peut être comparable dans sa nature à celui des femmes prostituées. Comparer la prostitution avec les violences sexuelles fréquemment à l’œuvre dans le mariage a au moins le mérite de replacer la prostitution dans la catégorie plus large des violences faites aux femmes.

b. Limites de la comparaison

Si le mariage peut être vécu comme de la prostitution, il est excessif de le réduire à cela. Peut-être pour la moitié des femmes, la sexualité dans le mariage n’est pas subie mais voulue ; et s’il peut y avoir des viols ou des rapports sexuels non désirés, ceux-ci peuvent aussi ne pas avoir lieu. La sexualité dans le mariage peut être sans violence et libre, alors que le sexe dans la prostitution est par définition non désiré par la femme prostituée, ce rapport forcé par des impératifs économiques n’est pas accidentel mais est la condition du contrat. Cela a déjà été souvent dit : la principale différence entre le mariage et la prostitution est que cette dernière n’est pas réformable.

D’autre part, même en se concentrant sur les femmes mariées qui subissent plutôt que choisissent leur sexualité, on peut supposer qu’il est moins désagréable d’être utilisée sexuellement une fois par jour plutôt que 10 fois par jours ou beaucoup plus avec des hommes qui n’ont même pas été choisis par la victime (même si cette comparaison reste spéculative et que chaque cas est différent).

Je ne veux pas par là prouver que la vie d’une femme mariée est toujours plus heureuse que celle d’une femme prostituée, mais contrer l’affirmation selon laquelle la vie d’une prostituée serait plus agréable car plus émancipée que la vie d’une femme mariée. Certain-e-s auteur-e-s (7) avancent que l’argent reçu par les femmes prostituées leur donnerait un pouvoir de négociation plus fort que celui des femmes mariées. Cette thèse est pourtant invalidée par le fait que les prostituées se plaignent fréquemment de devoir poser des actes sexuels que les femmes mariées refusent. Ainsi, il apparaît que le rôle joué par l’argent est plus ambigu qu’on le croie : s’il donne une certaine indépendance économique à celles qui pratiquent la prostitution à leur compte, il affaiblit en même temps leur pouvoir dans la relation sexuelle prostitutionnelle. Le client est roi, la prostituée est à son service. Toute réciprocité dans la relation sexuelle n’a plus lieu d’être : l’homme prend et ne rend que de l’argent.

c. la prostitution est-elle une forme de sexualité stigmatisée ?

Une autre comparaison qui place toujours la prostitution dans le registre de la sexualité consiste parfois à l’assimiler à la sexualité hors du mariage, à la liberté sexuelle des femmes ou à la sexualité homosexuelle. C’est l’approche souvent adoptée par les associations dites de « travailleuses du sexe » qui reprennent une théorie établie par une universitaire pour le compte du gouvernement néerlandais. Au nom du féminisme, cette théorie argumente en faveur de la revalorisation de la prostitution : la stigmatisation de la prostitution contrôlerait la sexualité des femmes par l’emploi du mot "pute", utilisé chaque fois qu’une femme adopte une sexualité libre (hors du mariage, non appropriée à un seul homme, etc.). La peur du mot "pute" aurait une fonction comparable à la peur du viol dans le contrôle social des femmes, il faudrait donc revaloriser ce mot et l’activité qui s’y rattache - comme les homosexuels et les lesbiennes ont repris avec fierté les insultes « pédé » ou « gouine ».

Selon Gail Pheterson (8), les prostituées seraient stigmatisées à cause de leur sexualité plus libre. C’est pour cette raison que les lesbiennes devraient faire alliance avec les prostituées, leur situation étant comparable.

d. Lesbiennes et prostituées : aux deux extrêmes de la condition féminine

Selon moi, on ne peut pas comparer lesbiennes et prostituées car elles se trouvent dans des positions très différentes, aux deux extrêmes de la condition féminine. Entre les lesbiennes et les hétérosexuelles, ce ne sont pas les plus stigmatisées qui sont les plus opprimées. Des enquêtes psychologiques montrent que les lesbiennes sont (souvent) moins déprimées et mieux dans leur peau que les hétérosexuelles (9), ce qui est prévisible si l’on compare leurs conditions matérielles d’existence avec celles des femmes hétérosexuelles devant plus souvent faire face aux brimades et à la violence. Sans nier la stigmatisation des lesbiennes - qui a effectivement fonction d’épouvantail pour les femmes hétérosexuelles -, les lesbiennes sont concrètement moins opprimées que leurs sœurs hétérosexuelles. Les féministes radicales (y compris les hétérosexuelles parmi elles) ont d’ailleurs depuis longtemps abandonné l’approche libérale de « tolérance » envers l’homosexualité pour une analyse critique de la fonction tenue par l’institution hétérosexuelle dans l’oppression des femmes (RICH, MAcKINNON, XX).

Les lesbiennes ont la chance d’échapper au rapport d’appropriation privé par l’homme, même si cela ne veut pas dire qu’il n’existe plus du tout de rapport de pouvoir entre elles (10). Qu’elles soient les seules à y échapper, qu’elles échappent ou non au statut de femme peut se discuter, en tout cas elles vivent généralement de façon plus émancipée. Par contre, les femmes prostituées sont, comme le terme populaire l’indique, des "femmes publiques" qui appartiennent à tous les hommes et qui dans la relation prostitutionnelle ne sont jamais sujet mais toujours objet.

Ce que les lesbiennes et les femmes prostituées ont en commun est peut-être de s’écarter de la norme mariée hétérosexuelle, mais elles ne s’en écartent pas de la même façon : face à l’appropriation des femmes par les hommes, elles occupent des places opposées. De même leur stigmatisation ne revêt pas le même sens : la stigmatisation des lesbiennes empêche les femmes de remettre en cause l’institution hétérosexuelle et de se libérer par-là du joug de leur mari/ami ; la stigmatisation des prostituées ressemble étrangement à la stigmatisation des femmes violées à qui on impute la responsabilité des violences subies ; cette analyse de la stigmatisation des prostituées recoupe l’analyse des féministes radicales qui voient dans la prostitution une des formes de la violence des hommes contre les femmes.

Il est clair que la stigmatisation des personnes dans la prostitution est un problème réel. Mais pourquoi associer systématiquement prostituées et prostitution ?

Le lobby pro-prostitution est passé de l’idée que les femmes dans la prostitution sont injustement stigmatisées à l’idée que c’est la prostitution qui devrait être reconnue. Les femmes prostituées sont assimilées à la prostitution, comme si les intérêts de ces femmes et de cette institution étaient les mêmes.

A-t-on déjà dit, au nom du féminisme, qu’il fallait valoriser la chirurgie esthétique, le mariage ou le viol pour que les femmes opérées, les femmes au foyer ou les femmes violées se sentent moins stigmatisées ?

Il existe une autre façon de lutter contre la stigmatisation des femmes prostituées qui me semble beaucoup plus intéressante.

Les féministes radicales abolitionnistes ont souhaité revaloriser les prostituées mais pas la prostitution. Pour cela, la Coalition Against Trafficking in Women (CATW) recommande, par exemple, d’appeler les prostituées des " femmes dans la prostitution" pour insister sur le fait qu’elles sont des femmes comme les autres, qui se trouvent dans une certaine situation (11). Peut-être, comme le suggèrent Christine Delphy et Claude Faugeron (12), la tolérance de certaines féministes face à la prostitution est-elle due en partie au fait que ces féministes perçoivent les prostituées comme des femmes différentes d’elles-mêmes, et la prostitution comme quelque chose qui ne peut pas leur arriver à elles. L’approche de la CATW est donc bienvenue. Celle-ci ne combat pas la stigmatisation en valorisant le statut de prostituée et en renforçant ainsi le lien identitaire des femmes prostituées à la prostitution, mais en insistant sur le fait que les prostituées sont des femmes comme les autres, qui se trouvent dans une situation particulière où toutes les femmes pourraient se trouver mais qu’elles peuvent donc aussi quitter. 

D’autre part, et c’est sans doute le plus important, les féministes abolitionnistes ne réduisent pas l’’"empowerment" des femmes prostituées au discours, mais militent pour la disparition du système prostitutionnel tout en favorisant la prise de pouvoir concrète (et non spirituelle) des femmes sur elles-même : des associations féministes abolitionistes composées d’anciennes prostituées (13) aident des femmes prostituées à quitter la prostitution, ceci en leur faisant aussi quitter le statut de victime pour celui de « survivante », celle qui n’accepte plus et se bat.

II - La prostitution comme travail domestique

a. Le "service sexuel"

Colette Guillaumin (14) a analysé la situation des femmes comme une appropriation publique et privée. Les femmes ne disposant que depuis récemment de leur propre force de travail et effectuant toujours toute une série de travaux domestiques non monnayés pour leur mari, sans que ceux-ci soient limités dans le temps, conduit Colette Guillaumin à la conclusion que les femmes se trouvent dans un rapport proche de l’esclavage ou du servage qu’elle nomme sexage.

L’entrée des femmes sur le marché du travail représente une forme d’émancipation féminine car les femmes n’y donnent plus "gratuitement" et sans limites leurs services. Suivant ce raisonnement, une autre auteure en a conclu que la prostitution représente une forme d’émancipation féminine car les femmes prostituées refusent de donner "gratuitement" et sans limites les services sexuels qu’elles fournissaient à leurs hommes à l’intérieur du mariage (15).

b. Spécificité de l’aliénation du corps

Christine Delphy et Claude Faugeron (16) ont déjà critiqué ces formes de raisonnements qui prennent comme une donnée le « travail sexuel » des femmes pour les hommes (s’indignant seulement sur sa gratuité), alors que le problème réside d’abord dans l’unilatéralité de ces rapports dont les hommes tirent profit au détriment des femmes. Marie-Victoire Louis a également soulevé les questions éthiques qui devraient se poser face à l’aliénation (vente ou location) du corps, questions que l’on se pose plus souvent pour la location d’utérus et le commerce d’organes.

L’aliénation du corps des femmes pour les hommes est-elle inoffensive  ?

On évacue souvent les questions éthiques au nom d’un "pragmatisme" et d’une certaine urgence sanitaire. Mais, à y regarder de plus près, cette urgence sanitaire évoquée à propos de la prostitution ne concerne en fait que la santé des clients et leur possible contamination par des MST. Quand on s’intéresse à la santé des femmes prostituées, on s’aperçoit en effet qu’une autre urgence sanitaire existe, mais que celle-ci semble rendre tout le monde indifférent. Comme beaucoup de vétérans de la guerre du Vietnam et comme la majorité des femmes violées, les femmes prostituées souffrent de l’état de stress post-traumatique. Ce trouble se caractérise, entre autres, par des flash-back et des cauchemars récurrents. Il a fallu attendre 1998 pour que des chercheuses examinent l’étendue de ce trouble dans des populations de personnes prostituées de divers continents et découvrent que non seulement il affectait la majorité d’entre elles mais, qu’en outre, l’intensité de ce trouble était plus forte que chez les vétérans du Viet Nam (17).

Les proxénètes et les associations dites de « travailleuses du sexe » insistent sur le fait que les femmes dans la prostitution ne vendent pas leur corps mais seulement des services sexuels. Carole Pateman montre cependant que, contrairement à ce qui se passe dans l’exercice de tous les métiers, ce n’est pas la fonction que remplissent ces « travailleuses » qui intéressent les clients ou les patrons de maisons closes. Les femmes prostituées ne sont pas indispensables pour remplir ces besoins-là. On trouve même une proportion non négligeable de clients qui demandent aux femmes prostituées d’effectuer des services masturbatoires. Cela conduit Carol Pateman à la conclusion que ce ne sont pas des « services sexuels » que recherchent les clients : les clients « achètent l’utilisation sexuelle d’une femme pour une période donnée. Sinon, pourquoi donc entreraient-ils sur le marché et paieraient-ils pour un ’hand relief’ (service masturbatoire) »(18) .

En fait, la comparaison prostitution-viol marital devrait invalider la comparaison prostitution-métier féminin banal : la comparaison du sexe dans la prostitution avec les violences sexuelles dans le mariage devrait confirmer ce que nombre de femmes ressentent déjà, qu’il s’agit plus de violence que de métier. Cependant, l’assimilation de la prostitution au viol marital n’est pas interprétée par le lobby pro-prostitution comme le signe que la prostitution est de la violence ; au contraire, c’est la violence du viol qui est niée et banalisée. Si la prostitution, qui est comparable au viol marital ou à la sexualité forcée des femmes mariée est acceptable, alors ces formes de violence dans le mariage le sont aussi. Plus grave, ce sont toutes les formes possibles de violences sexuelles contre les femmes qui sont banalisées, comme nous allons le voir.

Le danger de l’assimilation de la prostitution à un travail est réel. Il a pour conséquence directe la banalisation de la prostitution mais également la banalisation du viol ; c’est donc un formidable recul pour les féministes. Car il faut en effet mener l’argumentation des pro-prostitution jusqu’au bout : si la prostitution est un métier, si la sexualité unilatérale peut être achetée, alors le viol n’est finalement qu’un vol, un "service sexuel" pris gratuitement et illégalement, éventuellement avec violence. La banalisation de l’achat de sexualité implique la banalisation du crime de viol. Si la sexualité est une marchandise comme une autre, comment peut-on continuer à traiter le viol comme un crime en cours d’assise ? Si la prostitution n’est qu’une vente de service sexuel, le viol n’est que le vol d’un service sexuel, éventuellement accompagné de violence sur personne. Les « autres vols » commis avec violence sont considérés comme bénins et ne sont pas traités en cours d’assise. Comment peut-on alors argumenter que le viol est plus grave qu’un vol ? Peut-être le viol est-il trop puni, parce que le vagin a été trop sacralisé, comme disent déjà certains sur la prostitution(19) ?

III - Les discours de légitimation de la prostitution et du mariage

a. Quand céder n’est pas consentir

Il existe, enfin, d’autres points communs entre la prostitution et le mariage traditionnel comme le fait que leurs défenseurs utilisent le consentement des femmes pour nier le caractère oppressif de ces institutions, et plus généralement pour nier l’oppression des femmes. Il est d’ailleurs intéressant de constater que les appels à la reconnaissance de la prostitution comme un travail et les revendications de rémunération du travail domestique ont émané des mêmes groupes.

La division sexuelle du travail à l’œuvre dans le mariage traditionnel, isolant la femme à l’intérieur du foyer et la mettant en situation de dépendance et d’exploitation économique n’est-elle pas voulue par les femmes elles-mêmes ? Il est vrai que de nombreuses femmes affirment avoir choisi d’être femmes au foyer et que certaines se sont même organisées pour militer pour la revalorisation du statut de mère au foyer. Malgré cet argument du consentement, les féministes ont poursuivi leur critique face au mariage traditionnel, percevant que le consentement était parfois une forme de justification des femmes se trouvant dans des situations oppressives. La rémunération du travail domestique a été critiquée pour ses effets négatifs à long terme sur le renforcement de la division du travail entre hommes et femmes.

Comme le note Catharine Mac Kinnon (20), aujourd’hui le fait qu’une femme battue reste 20 ans avec son mari violent n’est plus interprété comme un "consentement". "La question ’pourquoi ne part-elle pas’ a été remplacée par ’qu’est-ce qui la fait rester ?’." En ce qui concerne la prostitution, nous n’en sommes pas encore là, constate Catharine Mac Kinnon : "Peut-être quand les femmes dans la prostitution subiront les abus de milliers d’hommes pour leur survie économique pendant 20 ans, cela va à un moment donné également être compris comme non consensuel."(21) Si une prostituée nie ou minimise la violence qu’elle subit, comme c’est fréquemment le cas chez les femmes battues, la société s’empressera, à la différence de ces dernières, de la prendre au mot.

Le lobby pro-prostitution se cache derrière "la" parole des prostituées et parle souvent à leur place. Plusieurs prostituées et ex-prostituées, par exemple Yolande Grensen (22), Domenica Niehoff(23) ou Nicole Castioni (24), ont pourtant critiqué les politiques menées par « les associations de travailleuses du sexe » ou le fait que les prostituées n’y soient même pas majoritaires (25). Il y a une sélection des prostituées derrière lesquelles on choisit de se cacher : si celles qui réclament la reconnaissance de la prostitution comme un travail sont présentées en vedettes, les femmes sorties de la prostitution qui ont une position critique ne sont jamais citées. Pourtant, les survivantes sont sûrement celles qui sont le plus libres de parler, avec le recul nécessaire (26). Certaines associations abolitionnistes affiliées à la Coalition Against Trafficking in Women sont constituées à 100% de prostituées et d’anciennes prostituées. Ces organisations font un véritable travail de terrain : leur "pragmatisme" ne se réduit pas à distribuer des préservatifs et à encaisser l’argent des subventions sida, au contraire, elles luttent activement pour aider les femmes à sortir de la prostitution, souvent sans la moindre subvention.

Le consentement des femmes entrées volontairement dans la prostitution est bien relatif : ce sont des conditions matérielles et émotionnelles précises qui les font céder plus que consentir ; la majorité d’entre elles entrent dans la prostitution par besoin financier et la plupart d’entre elles ont subi des abus sexuels dans l’enfance, comme le démontrent nombre d’enquêtes sérieuses (27).

D’ailleurs, l’oppression des femmes dans la prostitution ou dans le mariage traditionnel ne concerne pas seulement les femmes prostituées mais plus largement toutes les femmes. Ainsi que le rappellent Christine Delphy et Claude Faugeron : « Dans la vision féministe, certaines oppressions comme l’interdiction de l’avortement (et plus largement la non-disposition de son corps) ou l’exploitation du travail domestique sont perçues comme des éléments constitutifs de la situation de base de toutes les femmes, qu’ils soient présents ou non dans les situations individuelles. Toutes les femmes peuvent alors se permettre d’en parler car elles sont très directement concernées. »

b. Stigmatisation et évasion mentale

Un autre point commun entre le mariage traditionnel et la prostitution est le fait que leurs défenseurs propagent l’illusion selon laquelle le problème de la prostitution et du mariage traditionnel se situe plus au niveau des valeurs que d’une réalité matérielle oppressive.

Les partisanes du statut de mères au foyer et les partisan-e-s de la prostitution jouent dans le même registre : il s’agit seulement de changer le discours pour mieux s’accommoder d’une réalité devant laquelle on a démissionné ou on s’est résigné. Ce n’est pas une transformation de la société mais une évasion mentale que l’on propose aux femmes concernées. Aux autres femmes pas (ou pas encore) concernées, on propose un camouflage verbal de certains types d’oppression. Comme les partisanes de la Nature féminine, le courant pro-prostitution ne quitte pas le terrain de l’idéologie : c’est seulement la stigmatisation qui est dénoncée et c’est elle qui explique les conditions de vie difficiles des prostituées ou des femmes au foyer. Marx et Engels écrivaient : « Exiger ainsi la transformation de la conscience revient à interpréter différemment ce qui existe, c’est-à-dire à l’accepter au moyen d’une interprétation différente » (28). Cette démarche, qu’ils qualifiaient de conservatrice, est celle qui est à l’œuvre dans la revalorisation idéologique du statut de mère au foyer ou de la prostitution.

Affirmer qu’il y a des femmes au foyer ou des femmes prostituées qui vivent bien ou mal une même situation, qu’il s’agit de perceptions personnelles qui varient, revient à dire que l’oppression n’est pas une réalité matérielle mais est dans la tête. Pour s’en débarrasser, il suffirait donc de changer la perception qu’on a de sa situation en "déstigmatisant" la prostitution ou le statut de mère au foyer. Dire que ces deux groupes de femmes sont injustement méprisés est une chose, dire que c’est leur seul problème en est une autre. C’est une véritable évasion mentale que l’on propose aux femmes dans la prostitution et aux femmes au foyer, une solution apolitique qui a même des implications politiques anti-féministes puisqu’elle se fait par la négation de l’oppression qui est "déstigmatisée", réévaluée, perpétuée (29).

CONCLUSION

Pour terminer, je souhaiterais insister sur le fait qu’il existe une sorte de "gender gap" en ce qui concerne la prostitution : les enquêtes d’opinion montrent que les hommes sont plus favorables que les femmes à la prostitution ; presque tous les opposants à la loi suédoise contre la prostitution sont des hommes (95%) (30) ; il est également très intéressant de remarquer la sur-représentation de l’argumentaire pro-prostitution chez les hommes féministes ou proféministes (31)...

Nous avons vu que la comparaison mariage-prostitution couvre à la fois la dimension sexualité du mariage et la dimension travail des tâches domestiques effectuées en son sein.

La prostitution n’est pas de la sexualité.

La prostitution n’est pas de la sexualité. Nous avons vu que la principale différence entre mariage et prostitution est que le mariage peut inclure des rapports mutuels exempts de violence, ce qui est impossible dans la prostitution où le corps des femmes est toujours utilisé sans réciprocité possible. De même, il existe peu de points communs entre prostituées et lesbiennes contrairement à ce que suggère parfois le lobby pro-prostitution. Celles-ci occupent des places opposées dans l’appropriation des femmes par les hommes. Le seul point commun, qui est la stigmatisation qu’elles subissent, ne remplit pas la même fonction. La stigmatisation des femmes prostituées peut en outre être combattue autrement que par l’assimilation des femmes prostituées à la prostitution. L’approche des féministes abolitionnistes, qui mettent l’accent sur la situation plutôt que sur l’identité des prostituées, donne la possibilité de comprendre que nous sommes toutes prostituables. Cette optique permet de ne pas renoncer à la lutte contre le système prostitutionel, lutte concrète qui ne se réduit pas au discours.

La prostitution n’est pas un travail

La prostitution n’est pas non plus un travail. Les femmes n’ont pas à se résigner à rendre des « services sexuels » à leur mari. Leur rémunération n’est certainement pas un moyen de mettre fin à cette utilisation abusive du corps des femmes par les hommes. Au contraire, elle l’institutionalise. La banalisation de la prostitution banalise et le viol marital, et le viol en général qui n’est plus qu’un vol de la marchandise « sexualité ». Par ailleurs, ni le travail domestique que les femmes effectuent pour les hommes, ni la prostitution ne sont des droits masculins éternels face auxquels nous devrions nous résigner. En particulier, la prostitution n’est pas un droit masculin qui doit être accepté au détriment de la santé des femmes ou de leurs droits humains. Il n’existe aucune raison crédible qui explique pourquoi la location du corps des femmes échappe aux considérations éthiques qui sont prises en compte pour d’autres types d’aliénation du corps. On ne sait pas non plus (mais on devine) pourquoi les conséquences désastreuses de la prostitution sur la majorité des femmes concernées sont ignorées ou tues.

Il existe des points communs intéressants encore peu examinés entre le mariage traditionnel et la prostitution : c’est l’attitude de leurs défenseurs respectifs. Ceux-ci se basent sur le consentement présumé des femmes qui se trouvent dans ces situations et misent sur une revalorisation idéologique de ces institutions,donc sur leur conservation, au lieu de vouloir les abolir.

Les justifications de certaines femmes se trouvant dans des situations oppressives et le désir sincère de reconnaissance sociale de femmes souvent méprisées sont mis en avant et présentés comme leur « consentement ». Un consentement très relatif puisque basé sur des conditions matérielles et émotionnelles spécifiques mais liées à la condition des femmes. Dans le même temps, les avis contraires d’autres femmes se trouvant dans la même situation sont tus et on assiste à la construction d’une « parole » justificatrice prétendument homogène qui sert la perpétuation d’institutions patriarcales (le mariage traditionnel ou la prostitution).

Cette parole unique de femmes opprimées par ces intitutions est présentée, par ailleurs, comme la seule légitime en ce qui concerne la prostitution. L’analyse féministe selon laquelle la prostitution est l’une des formes que revêt l’oppression des femmes, forme qui nous concerne toutes, est donc abandonnée. Les prostituées ne sont plus des femmes qui subissent l’un des aspects du patriarcat, mais un groupe différent qui connaîtrait une oppression spécifique qui ne nous concernerait plus et sur laquelle nous n’aurions rien à dire.

Une autre attitude commune aux défenseurs de la prostitution et du mariage traditionnel est de prôner la revalorisation de ces institutions. On assume que c’est l’idéologie, la stigmatisation, qui oppriment les femmes exploitées dans ces institutions et non leur situation matérielle qui est en cause. La seule solution proposée est donc un changement de valeurs, une évasion mentale. Cette solution a des effets antiféministes puisqu’elle nie l’oppression et contribue à la perpétuer. Les défenseurs de la prostitution et du mariage traditionnel ont assumé que les intérêts liés au maintien de ces institutions (qui sont en fait ceux des hommes bien sûr) sont identiques à ceux des femmes qui y sont exploitées puis, finalement, à ceux de toutes les femmes.

Mais comment expliquer alors que ce soient justement souvent les hommes qui soutiennent la revalorisation du mariage traditionnel ou de la prostitution et les femmes qui soient contre ? Cela ne peut s’expliquer qu’en prenant en compte leurs intérêts matériels véritables, intérêts qui ne correspondent pas du tout à la vision présentée par les défenseurs du mariage traditionnel et de la prostitution.

Stéphanie Cordellier a donné cet exposé à un colloque organisé par Christine Delphy pour « Nouvelles Questions Féministes », à l’Université Paris-X, les 25-26 septembre 2001.


SOURCES


1. Les phrases citées provenant d’ouvrages en langues étrangères ont été traduit par mes soins.
2. Christine Delphy et Claude Faugeron ont écrit une excellente mise au point face aux arguments diffusés dans le mouvement des femmes par les mêmes groupe qui souhaitaient la rémunération du travail ménager (prostitution = mariage = travail). Si Christine Delphy est abondamment citée en France par le courant pro-prostitution, le seul article portant sur la prostitution qu’elle ait à ma connaissance écrit n’est ni discuté ni même mentionné. DELPHY Christine et FAUGERON Claude (hiver 1984), "introduction à l’édition française du rapport du réseau contre l’esclavage sexuel", Nouvelles Questions Feministes, n°8, pp. 5-9.
3. Giobbe Evelina (1993), "An Analysis of Individual, Institutional, and Cultural Pimping." Michigan Journal of Gender & Law, 1, pp. 33-57.
4. SCHWARZER Alice (1975), La petite différence et ses grandes conséquences, éditions Des Femmes.
5. Cela n’exclue aucunement que les femmes qui travaillent à l’exterieur puisse continuer à se faire exploiter en effectuant beaucoup plus de travail domestique que leur époux.
6. Sue Wilkinson et Celia Kitzinger, "Theorizing Heterosexuality" in Sue Wilkinson et Celia Kitzinger (ed), Heterosexuality, a feminism and psychology reader, London, Sage, 1993, p.15
7. Par exemple : TABET Paola (1987), "Du don au tarif. Les relations sexuelles impliquant une compensation", in Les Temps Modernes, n° 490, pp. 1-53.
8. PHETERSON Gail (1996), The Prostitution Prism, Amsterdam. Voir aussi les analyses de l’association Cabiria : "La prostitution est un stigmate, l’homosexualité en était un aussi jusque dans les années 70 au moins" (XXX :45).
9. Sue Wilkinson et Celia Kitzinger, "Theorizing Heterosexuality" in Wilkinson Sue et Kitzinger Celia (ed), Heterosexuality, a feminism and psychology reader, London, Sage, 1993, p. 14.
10. L’analyse de Sheila Jeffreys me paraît le mieux rendre compte de cette réalité complexe : elle oppose ce qu’elle appelle « le désir homosexuel » au « désir hétérosexuel » ; le « désir homosexuel » est basé sur l’égalité tandis que le « désir hétérosexuel » est basé sur la différence entre genre qui n’est rien d’autre qu’une diférence de pouvoir (Sheila Jeffrey reprend l’analyse de Christine Delphy selon laquelle le genre n’est rien d’autre qu’une hiérarchie). Les relations hétérosexuelles peuvent aussi connaître le « désir homosexuel » (même si c’est plus rare et plus difficile), tout comme les relations homosexuelles peuvent connaître le « désir hétérosexuel ». Dans ce dernier cas, le sexe n’est plus là pour marquer la hiérarchie ; celle-ci est alors recréée par la reproduction des rôles sexuels (butch/femme), le sado-masochisme, l’érotisation des différences de « race », de classe ou d’âge. JEFFREYS Sheila (1997), "Heterosexuality and the desire for gender" in RICHARDSON Diane (dir.), Theorising Heterosexuality, Open University Press, pp. 75-90.
11. Hofmann Cecilia (1998), Questions and Issues on Prostitution : What We Need to Know. Quezon City : Coalition Against Trafficking in Women - Asia Pacific.
12. DELPHY Christine et FAUGERON Claude (hiver 1984), "introduction à l’édition française du rapport du réseau contre l’esclavage sexuel", Nouvelles Questions Feministes, n°8, pp. 5-9.
13. Par exemple : Promise, Escape, Whisper aux Etats Unis ; Pandora, Sperrgebiet en Europe.
14. Guillaumin Colette, 1992, Sexe, race et pratique du pouvoir : l’idée de Nature, éd. Côté-Femmes.
15. MaCKINNON, Catharine A. (1993), "Prostitution and civil rights", Michigan Journal of Gender and Law, 1. : 13-31 : http://www.prostitutionresearch.com/mackinnon1.html
16. MaCKINNON, Catharine A. (1993), "Prostitution and civil rights", Michigan Journal of Gender and Law, 1. : 13-31.
http://www.prostitutionresearch.com/mackinnon1.html.
Catharine McKinnon écrit aussi "(Avant nous avions un mouvement des femmes) qui comprenait que le choix de se laisser battre par un homme pour survivre économiquement n’était pas un choix réel, en dépit de l’apparence du consentement que le contrat du mariage peut donner. ...Maintenant nous sommes sensées croire, au nom du féminisme, que le choix de se laisser baiser par des centaines d’hommes pour la survie économique doit être affirmé comme un choix réel Catharine A. MacKinnon, "Liberalism and the Death of Feminism," in Dorchen Leidholdt and Janice Raymond (eds), The Sexual Liberals and the Attack on Feminism, 1990, Teachers College Press, New York. Cité par Melissa Farley sur internet : http://www.prostitutionresearch.com
17. "Je disais que je voulais faire un travail de terrain. Et puis dans le Conseil d’administration(de l’association PAYOKE qu’elle a créée avec une travailleuse sociale) pas une seule prostituée. Très vite, l’association a pris une tournure bureaucratique qui me déplaisait. Le summum fut atteint lorsqu’elles décidèrent cette option pour la légalisation. Moi qui viens de ce milieu là, j’étais indignée. La légalisation, c’est décider l’enfermement à perpète pour une catégorie de personnes. Je ne comprends même pas comment on peut imaginer une solution pareille." Yolande Grensen est interviewée par le groupe Prostitution de l’Université des femmes in : " "Le marché du sexe ", 1999.
18. "Le problème avec Hydra (organisation allemande dite de travailleuses du sexe), c’est que ce sont presque toutes des travailleuses sociales, qui ne connaissent pas les choses avec leur propre expérience. Et elles croient qu’elles nous font un cadeau à nous, les putes, en racontant cela (que la majorité des prostituées n’ont plus de proxénètes). La vérité est que maximum un tiers des putes ont un mec gentil, qui gagne lui-même son argent, ou bien pas de mec du tout." Domenica Niehoff (prostituée de Hambourg la plus célèbre) interviewée par Alice Schwarzer, Emma, octobre 1988 ; ma traduction.
19. « J’étais moi-même présidente d’une association qui s’appelait ASPASIE et j’ai dû démissionner de cette association. Il faut savoir que j’étais présidente pendant une année sans aucun problème. (...) Une année après j’ai publié mon livre qui s’appelle " Le soleil au bout de la nuit " (...) je revendiquais quand même et je dénonçais surtout certaines attitudes et certaines formes de prostitution qui, pour moi, sont intolérables. Ca a été intolérable au sein de l’association dont j’étais présidente et j’ai dû démissionner. »
Nicole Castioni in UNESCO, Peuple de l’Abîme, La prostitution aujourd’hui, colloque du 16 mai 2000, Paris.
20. Janice Raymond évoque le même problème pour l’organisation américaine de sex workers COYOTE. Raymond Janice G. (1998), "Prostitution as Violence Against Women : NGO Stonewalling in Beijing and Elsewhere.", Women’s Studies International Forum, v. 21 (1), pp. 1-9.
21. M. Balaz, " Backstreet ", Actes de la recherche en science sociale numéro 104.
Browne, Angela, & Finklehor, David (1986), Impact of child sexual abuse : A review of the research.
22. Psychological Bulletin, vol. 99 (1) : 66-77. Widom, Cathy Spatz and Ames, M. Ashley (1994), "Criminal consequences of Childhood sexual victimization", Child Abuse and Neglect 18(4), pp. 303-318. Malgrès des écarts de resultats et un certain manque de rigueur dans les premières enquêtes, le lien entre abus sexuel et prostitution est aujour’hui démontré. Les enquêtes sont de plus en plus sérieuses, contactent les femmes prostituées sur leur lieu de travail et comparent souvent avec un groupe de contrôle de même niveau socio économique. Widom & Ames montrent par exemple qu’en maintenant constantes les principales variables démographiques, les enfants abusés sexuellement de leur enquête (153) ont 27,7 fois plus de chance d’être plus tard arrêtés pour prostitution que ceux d’un groupe de contrôle de 667 enfants.
23. MARX Karl et ENGELS Friedrich (1845), L’idéologie Allemande (première partie : Feuerbach).
24. Banalisant la prostitution, la dé-stigmatisation peut aussi augmenter le passage à l’acte prostitutionnel. Une prostituée allemande constate : « Le pas vers la prostitution est aussi devenu plus facile qu’avant. Cela m’inquiète. Parce qu’il n’y a rien à glorifier dans ce métier... Les jeunes filles doivent savoir ce qui les attend... De la misère. Tout plein de misère... Une mise en garde, c’est bien le moins qu’on leur doit, nous, les vieilles putes... " Domenica Niehoff (prostituée de Hambourg la plus célèbre) interviewée par Alice Schwarzer, Emma, octobre 1988 (ma traduction).
25. EKBERG Gunilla S. (2001), "Prostitution and trafficking : the legal situation in Sweden", Journées de réflexion La mondialisation de la prostitution et du trafic sexuel, Comité québécois Femme et Développement, Montréal, Québec, 15-16 mars 2001.
26. BOURDIEU Pierre (1998), La domination masculine, Paris, Seuil. WELZER-LANG Daniel et Martine Schutz Samson (dir.) (1999), Prostitution et santé communautaire - Essai critique sur la parité, Lyon, Le dragon lune Cabiria édition.

Mis en ligne sur Sisyphe, 2002.

Commenter ce texte                         Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer         Nous suivre sur Twitter       Nous suivre sur Facebook

Stéphanie Cordellier



Plan-Liens Forum

  • Prostitution et mariage 
    (1/4) 14 juillet 2012 , par Saskia van Rooij

    rép: Sisyphe
  • > Prostitution et mariage 
    (2/4) 19 novembre 2004 , par sylvain

  • > LUTTE DE POUVOIR
    (3/4) 29 novembre 2002 , par Internaute

  • Prostitution n’est pas viol
    (4/4) 7 novembre 2002 , par Nadine Jammal

    rép: Charles-Antoine Canale




  • Prostitution et mariage 
    14 juillet 2012 , par Saskia van Rooij   [retour au début des forums]

    Bizarrement l’installation du mariage était également le point du départ de la prostitution. Pour assurer l’homme de son descendance légitime, la femme était enfermé dans le mariage. L’homme ressentit quand même le besoin d’avoir des relations sexuelles beaucoup plus rigolos. Et voilà les maisons de plaisir ou les prostituées mettaient en scène l’amour libre pour satisfaire leurs clients.

    La prostitution est uniquement le métier le plus vieux du monde PATRIARCAL.Les prostituées et les femmes aux foyers ont beaucoup plus de choses en commun, que les choses qui diffèrent. Déjà les deux phénomènes étaient inexistants dans la préhistoire. L’installation du mariage était le point du départ de la société patriarcale pour assurer l’homme de son descendance légitime. La femme était vendue par son père à son mari. C’était un marché conclu entre deux hommes. La présence de la femme n’était pas opportune. La femme mariée devrait rester fidèle à son mari pour lui assurer des descendants mâles. C’est l’homme qui fond la famille, pas la femme.

    Le mariage étant un produit issu du patriarcat a donné naissance à la prostitution. Les maisons de plaisir voyaient le jour. Les deux phénomènes sont donc très liés. Alors que la femme au foyer servait qu’un homme, la prostituée était à l’usage de tous en condition de paiement. Le paiement est souvent confisqué en total ou partiellement par le souteneur ou proxénète.

    Dans le mariage la femme fait des servitudes personnelles pour son mari sans aucun rémunération ni droit. Si elle a actuellement un salaire d’appoint, elle n’a pas la pleine jouissance de son salaire. L’homme peut forcer la femme à dépenser la totalité de son salaire aux frais de ménage par le simple fait de garder tout ou une partie pour lui-même, ce qui est le cas dans la majorité des couples.

    Les prostituées et les femmes aux foyers n’ont pas une profession. La profession de prostitué n’existe pas en France. Les femmes doivent le faire avec un autre nom. La femme au foyer n’est pas une profession, parce que le travail fait par elle est gratuit. La fondation de cette gratuité de travail se trouve dans le Droit matrimonial qui aujourd’hui couvre aussi les couples pacsés et le concubinage. Le pouvoir financier de l’homme dans le mariage mène souvent à harcèlement financier par lui. La profession de prostituée est tout simplement interdite en France et porte d’autres noms, par exemple : coach de bien être. La prostituée doit faire face au souteneur ou proxénète qui encaisse le part de lion de ses recettes. Les rapports des forces entre l’homme et la femme dans les deux domaines sont très similaires.

    Pour abolir la prostitution il faut d’abord supprimer le Droit matrimonial et régler les coopérations entre hommes et femmes par le Droit de sociétés, basé sur le partage de pouvoir et de l’argent. Le mariage provoque et légalise la pauvreté des femmes. Elles dépendent financièrement des hommes, une situation crée par des lois. En suprimant le mariage on supprime également la prostitution. La cause est le Droit Matrimonial. La prostitution est la consequence d’existence du mariage.

    • Prostitution et mariage 
      16 juillet 2012 , par Sisyphe
        [retour au début des forums]

      "Le plus vieux métier du monde" n’est pas la prostitution, mais la cueillette et peut-être aussi celui d’accoucheuse. C’est un cliché et la prostitution n’est pas un métier mais une forme d’exploitation. Ce cliché est martelé par les prostitueurs et les proxénètes pour légitimer cette forme d’abus au nom des soi-disant besoins des hommes. Sortir du mariage semble plus facile que de sortir de la prostitution.

      [Répondre à ce message]

    > Prostitution et mariage 
    19 novembre 2004 , par sylvain   [retour au début des forums]

    Je trouve choquant ou tout du moins trop radical de d’assimiler la prostitution et le marriage. Bien sur vous temperez, mais pas suffisamment, tous les marriages ne sont pas sous une domination violente masculine.
    Je reconnais que souvent l’une des deux personnes dans le couple arrete de travailler faute de pouvoir faire autrement : prenez un couple de classe moyenne en France, l’absence de structures en nombre suffisant ou celles-ci coutant trop chere, il est tres difficile de faire autrement...
    Ensuite, les enfants naturellement ont quand même tendance à se refugier "dans les jupes de leur mère". Le vrai problème dans le marriage ce n’est pas tant que la femme ne travaille pas que le fait que culturellement, les hommes ne sont pas elevés pour s’occuper de leurs enfants aussi bien que les femmes...Ils ont donc tendance à la laisser faire et sur un plan comportemental, les femmes prennent souvent "laisse moi t’aider" pour "tu es nulle je vais le faire à ta place", il y a un problème de communication (qui existe à part égale dans l’autre sens).
    En ce qui concerne le viol, dans le marriage, c’est le même problème que le viol en général : un manque d’éducation sexuelle non pas sur la pratique mais sur la nature de la relation homme femme socialement parlant ou les familles monoparentales où il manque l’un des referents. En particulier pour les garçons, s’il manque l’autorité d’un père ou d’une grande soeur (qui joue à ce moment là un grand rôle sur la vision qu’aura le garçon de la gente feminine), il manque un repère essentiel.
    On a voulu supprimer la religion mais c’est d’elle que vient la morale qui sert de référence ; ensuite ce n’est pas pour autant que les gens la respecte, ce n’est donc pas de la religion que vient le problème mais de nous-même...

    > LUTTE DE POUVOIR
    29 novembre 2002 , par Internaute   [retour au début des forums]

    En Suède, 95% des gens en désaccord avec la nouvelle loi sur la prostitution sont des hommes ? ... Mais... On peut deviner que les 5% de femmes qui sont en désaccord sont pour la plupart des ... prostituées ? Peut on logiquement supposé ceci ? Donc puisque vous dites vous même que les clients sont des hommes, il est logique qu’ils ne soient pas d’accord avec cette loi. En réalité, c’est les 95% de femmes qui sont contre la loi qui sont illogiques, même "oppressantes" (mots que vous avez utilisé 16 fois dans votre texte). Puisqu’elle ne profite pas de la prostitution, elles ont intérêt à ce que les hommes n’est pas la possibilité de payé pour du sexe. Vous allez me faire à croire que c’est pas "solidarité" avec les prostitués ? Elles qui sont CONTRE vous en plus ? Quel hypocrisie ! LES FEMMES SONT CONTRE LA PROSTITUION CAR LES PROSTITUÉES DIMINUENT LEUR POUVOIR SEXUEL SUR LES HOMMES. Ce site n’est qu’une propagante matriarcale. C’est une idée qui se défends. MAIS DITES LE !! Je n’ai même pas vu le mot dans tous ce site ! Mais vous utilisez "patriarcat", sont antagoniste... alors ?

    Prostitution n’est pas viol
    7 novembre 2002 , par Nadine Jammal   [retour au début des forums]

    La prostitution n’est pas un viol. Les femmes qui décident de se prostituer
    préfèreraient sans doute faire un autre genre de travail mais il me semble
    que dire que la prostitution est un viol, c’est banaliser le viol et se
    masquer à soi-même le fait que certaines femmes choisissent le métier de
    prostituée. C’est aussi refuser le fait que nous ne voyons pas toutes la
    sexualité de la même façon.

    Les femmes qui se font violer, n’ont aucun mot à dire. Ne peuvent pas
    refuser de poser certains gestes, subissent de la violence et des sévices
    pendant l’acte sexuel, ce qui n’est pas le cas de toutes les prostituées
    lorsqu’elles travaillent.

    De plus, considérer toute prostitution comme un viol c’est, à mon sens,
    refuser de voir qu’une prostituée aussi peut être violée, lorsqu’elle est
    forcée d’accomplir certains gestes pendant l’acte sexuel ou bien lorsqu’un
    client la bat ou lorsqu’il la force à accomplir l’acte sexuel. Les
    travailleuses du sexe revendiquent de travailler dans la sécurité. Assimiler
    toute prostitution à un viol, c’est refuser ce droit.

    De plus, toute marchandisation de la sexualité n’est pas un viol. Il ne faut
    pas mélanger les poires et les carottes, si l’on veut faire avancer la cause
    du féminisme et protéger le droit à l’intégrité des femmes qui font de la
    prostitution.

    Solidairement.

    • > Prostitution n’est pas viol
      8 septembre 2003 , par
      Charles-Antoine Canale   [retour au début des forums]

      Non, pas toujours en effet, même si c’est souvent le cas et notamment pour satisfaire le client seul à décider de la forme de l’acte sexuel qu’il impose par son argent, mais c’est bien une violence physique et sociale sur la personne prostituée, et sur toutes les femmes.

      Cette violence est aussi la porte ouverte aux pires violences comme la traite, la torture et l’assassinat.

      Violence dont les clients sont les auteurs et les proxénètes les organisateurs, les profiteurs et les auteurs. Violence masculine de toute la société de classe et de genre.

      La reconnaissance légale et sociale de cette violence est le seul moyen de donner aux prostituées le statut de victimes et la réparation sociale à laquelle elles ont droit, d’exiger une véritable politique abolitionniste qui passe aussi par la lutte contre toutes les violences sur les femmes et contre la discrimination sexiste, notamment face à l’embauche, au travail et au salaire.

      [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2013
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2011 | |Retour à la page d'accueil |Admin