| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 21 novembre 2004

Prostitution : La nouvelle traite des Noirs

par F. G., Afrik.com






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Des militantes et militants pro-prostitution menacent des survivantes pour les faire taire
Prostitution - La Loi sur la protection des collectivités et des victimes d’exploitation, deux ans plus tard, qu’en-est-il ?
Le prostitueur moderne et sa nounou queer
Aidez-nous à éradiquer la prostitution au Canada
Euro 2016 - Le prix d’une passe n’est pas celui que tu crois
Abolition de la GPA et de la prostitution, même combat contre le patriarcat
Les droits des femmes bafoués, les corps marchandisés
Non au système prostitutionnel ! Une analyse féministe et abolitionniste du système prostitutionnel
Prostitution : L’Assemblée nationale française fidèle à ses convictions
Claudine Legardinier - Prostitution : une guerre contre les femmes
France - Les inégalités femmes-hommes au Sénat font obstruction à la sanction des clients de la prostitution !
Offrir aux hommes handicapés de recourir à la prostitution, une idée ancrée dans la misogynie et le validisme
Lettre ouverte à rabble.ca - La journaliste Meghan Murphy visée par une campagne misogyne du lobby de l’industrie du sexe
Grand Prix de Montréal - La CSN demande l’application de la nouvelle loi fédérale pour contrer la prostitution
Comment la pornographie influence les jeunes consommateurs
"Le commerce du sexe", un film d’Ève Lamont
Réglementer la pornographie ou criminaliser les pornocrates ?
Corps disloqués, âmes brisées : conséquences psychiques et physiques de la prostitution sur les personnes qui la vivent
Prostitution - L’approche de “réduction des méfaits” ne suffit pas pour une analyse pertinente de la prostitution
« Ni client, ni complice ! » - La CLES lance un appel à lutter contre la banalisation de l’exploitation sexuelle
Pénalisation du client de la prostitution ? Les belles histoires de Tonton Robert
Non, Messieurs, la plupart des personnes prostituées ne le sont pas par choix
Le manifeste des 343 bites tellement légères qu’elles se dressent à l’insu de leur cerveau
La cruelle chosification des femmes prostituées et des mères porteuses
Catharine A. MacKinnon - Traite, prostitution, inégalité
Prostitution - Sanctionner les clients et non les prostituées
Prostitution des jeunes - La trahison des adultes
Décriminaliser la prostitution ne peut pas être la solution
Prostitution : une affaire d’hommes ou la fraternité "des salauds"
Loi sur la prostitution en France - « Je ne veux pas d’une société où les femmes ont un prix »
Janice G. Raymond – Prostitution : "Pas un choix, pas un travail"
Elisabeth Badinter et Irène Théry ou la caution intellectuelle du système patriarcal
Les femmes étrangères rêveraient-elles de devenir "putes" ?
Prostitution - La stigmatisation et le mythe entourant le statut de victime
Abolition de la prostitution en France - Le principe est acquis, place à la loi !
Comprendre la prostitution dans l’ensemble des structures de pouvoir fondées sur le genre
L’Irlande pourrait interdire l’achat de sexe
Le prostitueur, "chaînon manquant" de la question prostitutionnelle, selon Victor Malarek
La prostitution, sexualisation du pouvoir
La France envisagerait des sanctions "pédagogiques" pour les prostitueurs
Le Canada ne peut traiter la prostitution comme un filet de sécurité sociale
Les "femmes de réconfort" étaient nécessaires pour maintenir la discipline dans l’armée, selon le maire d’Osaka
Prostitueurs et non-prostitueurs, une étude de Mélissa Farley
Bienvenue dans le monde des prostitueurs
Prostitution - Rendre tabou la notion de victime pour masquer l’existence d’agresseurs
Prostitution en Grande-Bretagne - Un bien étrange syndicat au service des proxénètes
Prostitution et mariage : une assimilation douteuse
La prostitution, le STRASS et la sénatrice - La pertinence de la transparence
Au delà des mythes, légaliser la prostitution est une très mauvaise idée
La Suède malmène l’industrie du sexe et aide les femmes prostituées
Les prostitueurs. Sexe à vendre… Les hommes qui achètent du sexe, un livre de Victor Malarek
"Angel" : Piégée dans un monde de prostitution et de violence
L’être et la marchandise. Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi
"Les criminelles" : individualisation et romantisation de la prostitution
Des spécialistes en santé veulent aider les femmes à sortir de l’industrie du sexe… en faisant échec aux prostitueurs
L’Islande songe à interdire la porno diffusée sur Internet
En studio avec Ruth ! "Je crois sincèrement que la traite humaine et la prostitution fonctionnent de pair"
Catalogne - La loi et l’ordre des proxénètes
Qui estime vraiment les personnes prostituées ?
En studio avec Ruth ! "La prostitution est un grand enjeu politique"
L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) et l’Alliance canadienne féministe pour l’action internationale (FAFIA) répondent au rapport Oppal sur les femmes disparues
Colombie-Britannique - L’égalité des femmes et le contexte socio-économique absents du rapport Oppal sur les femmes disparues
Prostitution - Les “progressistes” australiens oscillent entre l’industrie du sexe et les droits des femmes
Prostitution - Le refus d’abolir le système prostitueur est une atteinte aux droits humains
Fantine ou la liberté de se prostituer ?
Première rencontre de l’Association internationale des survivantes unies de la traite à des fins sexuelles (prostitution)
Prostitution - Pourquoi il faut mettre fin à une des plus anciennes violations des droits humains
Carton rouge pour les bordels à vitrine
Prostitution - La réduction des méfaits est-elle ce que nous pouvons faire de mieux pour les personnes prostituées ?
Un traité féministe international pour abolir la prostitution
Prostitution - Coup de tampon réglementariste !
Prostitution et séropositivité - Le Gouvernement grec arrête et emprisonne des femmes pour protéger les hommes
Manifeste contre le système prostitueur
Prostitution en France - Lettre ouverte à M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre
1946-2012 : De la fermeture des maisons closes à la lutte contre le système prostitueur, les abolitionnistes portent progrès et liberté !
Prostitution - Gloria Steinem appuie le modèle nordique
Solidarité avec les prostituées, mais lutte contre la prostitution
Comparaison entre acheteurs et non-acheteurs de sexe dans la région de Boston
8 mars 2012 : Pas d’égalité sans abolition de la prostitution !
La danse contact ou "lap-dance", prologue de la prostitution
Fiers d’aller aux danseuses ! Vraiment ?
Abolitionnistes du système prostitueur : ce que nous sommes, ce que nous voulons !
Les Néerlandais commencent à regretter la légalisation de la prostitution
Prostitution et faux-semblants : une affaire de société, de femmes et d’hommes
Pourquoi la gauche veut-elle faire de la prostitution "un métier comme un autre" ?
Prostitution et "slutwalk" - Bâtir un mouvement féministe progressiste à l’époque individualiste
Prostitution - Il faut rendre illégal l’achat de "services" sexuels en Australie
Le mouvement des femmes n’est pas monochromatique
ZéroMacho - Des hommes contre la prostitution
Prostitution et domination masculine
La vérité sur l’esclavage sexuel planétaire, un livre de Lydia Cacho
Votre voisin est un prostitueur - Une nouvelle recherche
J’ai rien vu
Abolition n’est pas prohibition - Pourquoi la défense de l’avortement diffère de la défense de la prostitution
Prostitution et traite des femmes - Le projet abolitionniste au congrès Mondes des femmes 2011
Congrès international Mondes des femmes 2011 - Compte-rendu des échanges sur l’abolition de la prostitution à l’exposition "Les draps parlent"
Banalisation de l’industrie du sexe et éducation des jeunes
Nous devons sanctionner les acheteurs de la prostitution
Des députés proposent une résolution sur la prostitution réaffirmant la position abolitionniste de la France
Dix raisons de ne pas légaliser la prostitution
Demi Moore s’associe au CNN Freedom Project pour un documentaire saisissant sur le commerce sexuel au Népal
Client de la prostitution : vers une prise de conscience européenne
Lutter pour faire de la prostitution un travail, c’est se tromper de combat
Prostitution et traite des êtres humains, controverses et enjeux
Le système de la prostitution militaire en Corée du Sud, en Thaïlande et aux Philippines
Les pratiques des hommes "clients" de la prostitution : influences et orientations pour le travail social
La prostitution comme violence contre les femmes
Le système prostitutionnel, un pilier de l’inégalité sexuelle et des violences envers les femmes
Clients de la prostitution : un "droit de l’homme" heureusement en péril
Prostitution as violence against women
Prostitution - Vive le sexe libre et gratuit !
France - La prostitution n’est pas une fatalité
"Il faut punir les clients des prostituées", selon Roselyne Bachelot. Oui... et dépénaliser les personnes prostituées !
Belgique - Analyse « Prostitution : arguments et opinions »
Prostitution - Le débat entre féministes se poursuit
Tribunal populaire sur l’exploitation sexuelle commerciale - Inscription
La tolérance sociale, complice de la violence et de l’exploitation sexuelle
Traite des femmes à des fins sexuelles - Au cœur des réseaux criminels : l’exemple de l’Albanie
S’unir contre la banalisation de la prostitution - Un défi pour la décennie
Moi, si j’étais un homme
Prostitution et traite des êtres humains - Les mensonges du réglementarisme
La députée bloquiste Maria Mourani présente un projet de loi pour accélérer la lutte à la traite des personnes et au proxénétisme
La prostitution menace le patrimoine humain
La série "Maison close" : de la fiction à la réalité
C’est un métier, tout comme le vôtre…
Décriminaliser totalement la prostitution sape le travail pour l’égalité des sexes - Exigeons le changement
"Abolir la prostitution" – Une question en suspens pour le féminisme et pour la gauche
Pays-bas : infirmières ou prostituées ?
Madame Parité commence fort en renvoyant les femmes… au bordel !
Le sexe s’invite à la Coupe du Monde
Feu « Verts » au proxénétisme !
Plus de pornographie à l’Assemblée nationale, mais des assises de la prostitution au Sénat
"Travailleurs du sexe", un documentaire sexiste, réactionnaire et dangereux
Le Mouvement du Nid-France louera un mini-car pour faire visiter les maisons closes
Pour un quartier assiégé, la prostitution est loin d’être un "crime sans victime"
De client prostitueur à homme responsable : une démarche nécessaire
Le "client", premier agent de la prostitution
Proxénétisme et prostitution - Lettre ouverte aux candidat-e-s aux élections européennes de juin 2009
Poser les bases d’une Europe sans prostitution, c’est oser
Le tourisme de prostitution, une industrie mondialisée florissante
Prostitution : la grande promo
Première Journée mondiale contre l’exploitation sexuelle : les raisons d’un engagement
Prostitution et traite des êtres humains, enjeux nationaux et internationaux
Le vagin industriel. Vers une économie politique du sexe commercial mondialisée
S’attaquer au trafic mondial du sexe
Intégrisme islamique et esclavage sexuel en Iran
Le corps des femmes est attaqué. Que fait-on ? On se tient debout et on riposte !
Libre disposition de son corps et liberté de se prostituer
Le refus de la prostitution gagne du terrain
La mode hypersexualisée s’inspire de la pornographie
Le "droit de prostituer" n’est pas un droit de l’homme
"Abolition de la prostitution" - Édito Revue Labrys
Affaire Sneep aux Pays-Bas - Condamnation de deux proxénètes qui ont exploité et maltraité 120 filles de l’Europe du Sud et de l’Est
Le commerce du sexe est florissant en Afghanistan
Sexe et Formule 1
Dossier prostitution - Importants développements à l’échelle internationale
Prostitution - Touche pas à mon client ?
Le Conseil National des Femmes du Luxembourg (CNFL) se prononce en faveur d’une législation agissant directement sur la demande de "services sexuels"
Affaire Spitzer - Le mythe du crime sans victimes
Le Mouvement du Nid inquiet de plusieurs mesures de la politique française sur la prostitution
Le Forum de Vienne sur la traite des êtres humains reste sourd aux voix des victimes
Une politique cohérente contre la violence à l’égard des femmes doit commencer par s’attaquer à la prostitution
Prostitution - À Alger comme en Europe, on esclavagise les femmes
Manifeste des hommes pour l’abolition de la prostitution (Espagne)
Pornographie et fin de la masculinité
Pornographie : "Ça fait mal, tellement mal" ou pourquoi certaines femmes ne veulent pas savoir
Prostitution : les limites du consentement
Prostitution et traite des femmes au Nevada
« Être abolitionniste, c’est défendre la liberté sexuelle ! »
"Rent-A-Wife", c’est discriminatoire !
Après des décennies, les secrets des bordels des camps nazis émergent
Une association féministe espagnole conteste l’expression "travailleuse du sexe"
Le Mouvement du Nid face aux clients prostitueurs
Première Journée mondiale pour un tourisme responsable et respectueux, le 2 juin 2007
Richard Poulin parle de son dernier livre "Abolir la prostitution" - Interview par Sporenda
Police, Justice et acteurs sociaux, quelle coopération ?
Réflexions sur les meurtres de femmes prostituées au Royaume-Uni
Prostitution - Trois femmes et un débat
Déchirées par la guerre, les femmes d’Irak sont la cible des trafiquants du sexe
La prostitution n’est pas un service comme un autre
Entretien avec Coline Serreau sur le film Chaos
Qu’est-ce que la libération ? Le féminisme hier, aujourd’hui et demain
Quand le porno impose sa vision de la sexualité
La prostitution, une arme politique
Prostitution : tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir et qui existe quand même !
La liberté dévoyée
Mondialisation, militarisme et trafic sexuel
Pour que la porno recule
Marchandisation et déshumanisation : l’exemple de la prostitution
Richard Poulin lance un manifeste abolitionniste
Prostitution en Allemagne : Déclaration post-Coupe Mondiale de Football
Prostitution Reform - Stamp out sexual slavery (Angleterre)
La prostitution au XVIIIe siècle, pierre d’achoppement entre politiques locales et pouvoir royal
Campagne contre la traite des blanches de l’Europe de l’Est
Prostitution : les pièges du pragmatisme
L’âge du consentement sexuel à 16 ans : un pis-aller ?
Prostitution : cherchez le client
Enjeux de la prostitution considérée comme "travail du sexe"
L’envergure de la traite à des fins de prostitution
Les filles de l’Est
Violence pro-prostitution à la Maison des femmes de Paris
Le discours pro-prostitution : une rhétorique de dominant
"Survivantes" et féministes contre la prostitution
Clients de la prostitution : motivations et déterminants
La législation à l’encontre des prostituées au XVIIIe siècle
Une politique cohérente contre la violence faite aux femmes doit d’abord s’attaquer à la prostitution
La nouvelle industrie du sexe
"Terre promise", un film d’Amos Gitaï sur la traite des femmes
Prostitution : une arme de destruction massive
"Les clients de la prostitution : l’enquête", de Claudine Legardinier et Saïd Bouamama
Les Philippines contre le trafic sexuel
"Inside deep throat", contribution à la liberté sexuelle ?
La prostitution au XVIIIe siècle : introduction à une liberté superficielle
Femmes à vendre dans les pays baltes
Prostitution et Société No 150
Acheter du sexe n’est pas un sport
Une loi qui jetterait les femmes dans l’industrie du sexe
Casino de Hull - Des "playmates" de Playboy pour faire la promotion des nouvelles machines à sous
Ni coupables, ni victimes : libres ? Oui, libres de toute prostitution
Le système de la prostitution : une violence à l’encontre des femmes
La marchandisation du corps humain est une violation des droits fondamentaux de la personne
Le système de la prostitution au Cambodge : le témoignage de Somaly Mam
Le Mouvement du Nid
Le Mouvement du Nid - Documents sur la prostitution
La banalisation de la prostitution : des choses à savoir
L’Association canadienne des centres contre les agressions sexuelles réclame des politiques contre le commerce du sexe
16 journées d’actions citoyennes pour dire "Non aux violences à l’égard des femmes et à la prostitution ! Oui à la promotion de la dignité humaine !"
Prostitution et travail « invisible » : une assimilation dangereuse
Le risque global d’être convertie en marchandise
Gunilla Ekberg : « Le mieux que nous puissions faire pour nos soeurs prostituées, c’est de les aider à en sortir. »
Prostitution, pornographie et trafic des femmes
Sexe, argent et intégrisme postmoderne
Les politiques européennes et internationales sur la traite des êtres humains encouragent le proxénétisme
Quinze thèses sur le capitalisme et le système prostitutionnel mondial
Le chemin de Buenos Aires : la prostitution, hier et aujourd’hui
Prostitution,
la mondialisation incarnée

Mondialisation des industries du sexe : oppression maximale des femmes et des enfants du Sud, de l’Est, du Sud-Est, etc...
L’hypocrisie a-t-elle un sexe ? Ou comment masquer l’insoutenable réalité de la prostitution
L’importance de ne pas censurer le débat sur la prostitution
Viol et prostitution
Esclavage et prostitution
Journée de formation sur la mondialisation de la prostitution et du trafic sexuel - Documents
Les jeunes et l’industrie du sexe
La marchandisation du sexe : nouvel esclavagisme ?
Le "libre choix" en Allemagne : accepter de se prostituer ou perdre son allocation de chômage ?
La croissance effrénée des industries du sexe : entrevue avec Richard Poulin
Aux pays des tsunamis, le trafic sexuel sévit
Le modèle suédois : une source d’inspiration, non une panacée
Une étude dresse le portrait des prostitueurs ou clients de la prostitution
« La mondialisation des industries du sexe » : des faits aux valeurs
Décriminaliser la prostitution a profité aux proxénètes, pas aux personnes prostituées
Occupations militaires - La prostitution érigée en système
Le scandale de l’esclavage sexuel au Kosovo
« Les Yeux secs » et la caméra citoyenne de Narjiss Nejjar
Rapport sur les conséquences de l’industrie du sexe dans l’Union européenne
L’érotisation de la violence et de la subordination
Prostitution : réflexions d’un militant en colère
Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui, esclavage, travail forcé, trafic de personnes
Pacte du silence sur les clients de la prostitution
Le débat sur la prostitution : quelle libération sexuelle ?
Des questions à se poser sur la prostitution
Fabrication d’un nouveau mythe sur la prostitution
L’urgence est-elle de faire de la prostitution un métier ?
Je voudrais parler porno
La légalisation de la prostitution, une expérience qui a échoué en Australie
Prostitution, pornographie et capital
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe
Prostitution, trafic sexuel et mondialisation
On s’arrache les actions du premier bordel inscrit en bourse
Il faut stigmatiser le client... il est criminel
La tyrannie du nouvel ordre sexuel
Adulte ou infantile, la prostitution est le contraire de l’autonomie sexuelle
Les enjeux occultés de la prostitution et les conséquences sur les rapports hommes-femmes
Le trafic mondial des femmes et des enfants
Des proxénètes à l’Université ?
La mondialisation des marchés du sexe - I
La mondialisation des marchés du sexe - II
Combattre le système prostitutionnel
Sexe : de l’intimité au « travail sexuel » ou prostituer est-il un droit humain ?
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe. Commentaire.
Pour une critique de la politique pro-prostitution de Cabiria
Prostitution : droits des femmes ou droit aux femmes ?
Faut-il une autorisation pour parler de la prostitution ?
« Le corps est un nouvel instrument d’esclavage » Florence Montreynaud
« La prostitution, ce n’est pas le plus vieux métier du monde, c’est le plus vieux mensonge » (Gunilla Ekberg)
L’idéologie sexiste et la pornographie
Femmes esclaves des bordels du Bangladesh







Afrik.com a publié, le 24 avril 2004, un dossier fort troublant sur la prostitution africaine en Europe intitulé « NON à la prostitution ». Il est pénible de constater comment l’humanité se dégrade et que les droits humains ne sont plus que des sujets de discours. Sisyphe vous présente l’introduction de ce dossier dont vous trouverez les titres de tous les autres articles à la fin de cette page. Afin de contribuer à faire comprendre que la prostitution n’a pas de frontières et, qu’aujourd’hui comme hier, l’Occident exploite les plus pauvres de la planète.

La prostitution en Europe et plus particulièrement en France est de plus en plus le fait d’étrangers. La filière de l’Est est dans ce contexte la plus connue. Moins médiatisée, celle issue du continent africain notamment de la région sub-saharienne contribue également à cette nouvelle configuration de l’industrie du sexe. Panorama d’un phénomène qui fait de la prostitution une pseudo alternative à la misère.

Les quartiers chauds du XVIIIe arrondissement de Paris, de la gare du Nord à la porte de Clignancourt, sont les sites privilégiés des péripatéticiennes africaines, pour la plupart originaires de la région subsaharienne. « À tel point que lorsque vous êtes noire et que vous parcourez ces rues, vous êtes systématiquement prise pour une prostituée », constate Amely James Koh Bela*, présidente de la Commission de l’information et de la formation à la Fédération des agences internationales pour le développement, une organisation non gouvernementale (ONG) d’action humanitaire et d’aide au développement. La France compte entre 15 000 prostitué(e)s dont près de 7 000 à Paris. « 80 % sont étrangers, dont un peu plus de 40 % viennent des Balkans et 37 % sont d’origine africaine », pouvait-on lire dans l’Humanité du 20 décembre 2003.

« Les filles d’Afrique »

Ces chiffres (des statistiques récentes sont indisponibles au moment où nous écrivons cet article, ndlr) - datent de 1999. Ils ne reflètent évidemment pas la réalité mais témoignent du nouveau visage de la prostitution en Europe et en France, notamment en région parisienne : la place croissante des étrangères. Parmi elles, les « filles de l’Est », qui sont débarquées régulièrement sur les trottoirs français. Mais qu’en est-il des « filles du Sud, d’Afrique » ? « Nous sommes passés de la traite des Noirs à la traite des Blanches puis à la traite des Noires », constate Bernard Lemettre, président national du Mouvement du Nid qui milite contre la prostitution en France. « A Lille où je suis, je vois plus d’Africaines que de filles de l’Est. C’est également un constat qui a été effectué dans les 33 délégations dont nous disposons dans toute la France », ajoute le président de l’ONG.

Les femmes africaines seraient, en effet, de plus en plus nombreuses. En 1999, en France, « elles venaient du Maghreb (Algérie et Maroc), d’Afrique noire francophone (du Cameroun en majorité) ou anglophone (Ghana et Nigeria), indiquaient les statistiques de l’Office central pour la répression du trafic des êtres humains (OCRTEH). En région parisienne, elles sont également ressortissantes de pays en guerre comme la Sierra Léone et le Libéria. Par ailleurs, selon l’OCRTEH, plus de 50 % des prostituées africaines en Europe sont originaires du Nigeria. La filière ghanéenne est aussi bien connue par les polices européennes. La Suisse reste la chasse gardée des Camerounaises et la Belgique, le fief des ressortissantes des deux Congo.

Pratiques lucratives et malsaines

Famille, solidarité, désorganisation, pouvoir de l’argent sont des problématiques que l’on retrouve dans les filières africaines : leur organisation est à l’image du continent. Ainsi, la prostitution des Africaines en Europe diffère, dans une certaine mesure, de celle des pays de l’Est ou d’Asie. Et pour cause, elle est souvent d’origine familiale. Les femmes victimes ne sont pas kidnappées comme dans les pays de l’Est. Selon Amely James Koh Bela, c’est souvent un frère, une tante, une cousine éloignée ou même un mari qui amène ces jeunes femmes à la prostitution. Les moyens : le proxénète fait miroiter un avenir meilleur, la possibilité de faire des études etc. Des mensonges que la pauvreté rend vraisemblables.

Mais il dispose également de moyens de pression, outre la violence, pour maintenir son emprise sur les victimes qui découvrent bien assez tôt la supercherie. La sorcellerie, par exemple, est souvent utilisée dans le cas des Nigérianes. On les menace de jeter un sort aux membres de leur famille. Par ailleurs, les victimes deviennent souvent elles-mêmes des bourreaux notamment en ce qui concerne la filière nigériane en Italie. Les femmes - les « Mamas » - qui sont impliquées dans la traite sont souvent des anciennes victimes qui ont gravi les échelons. Quant aux femmes mariées, elles se prostituent souvent à domicile, comme certaines jeunes filles qui vivent avec des « pseudo » oncles et tantes. Bien des médecins le savent en France, indique Amely James Koh-Bela. Elles reçoivent aussi, dans des cars autour du bois de Boulogne (Paris), leurs clients avec la bénédiction de leurs époux. La chose serait souvent pratiquée dans la communauté camerounaise et certaines femmes viendraient spécialement du pays pendant la période estivale pour « travailler ». Les femmes se prostituent également dans les magasins de Château rouge (zone de Paris où l’on retrouve une forte communauté africaine, ndlr) en échange de produits vivriers.

La prégnance de l’argent est l’autre caractéristique de la filière africaine. Pourquoi ? Les prostituées africaines seraient impliquées dans les pratiques les plus abjectes et par conséquent les plus lucratives : zoophilie, scatologie (l’excrément est un accessoire sexuel, ndlr), fist-fuking (introduction des poings, pieds, objets de tous types : fruits, légumes, bouteilles dans les orifices génitaux, ndlr), ondinisme (l’urine est un objet de plaisir, ndlr), sado-masochisme, dracula (amateurs de menstrues, ndlr) etc. Copuler pendant une heure avec un chien rapporterait environ 4 500 euros. À noter que ce n’est pas un ouvrier qui pourra se payer ce genre de « gâterie ». « Si l’on arrêtait tous les clients (des prostituées, ndlr), il n’y aurait plus personne à la tête de l’Etat », affirmait, Mme Hoa, ministre vietnamien du Nord de la Santé en 1995 [1]. La prostitution est aussi d’une certaine manière une affaire d’Etat et de pouvoir, d’un côté comme de l’autre. Surtout quand on retrouve chez certaines prostituées des passeports diplomatiques. « La filière centrafricaine qui est constituée de Camerounais et de ressortissants des deux Congo [...] bénéficient d’immunité quasi-diplomatique », peut-on lire dans un document de l’ONG « Aide sur la filière africaine de la prostitution ».

Marginalisées et victimes du sida

Autre mine d’or : les cassettes pornographiques dont les instigateurs ne reculent devant rien pour satisfaire une clientèle de plus en plus perverse. La plus connue reste celle concernant le « Mapouka », la danse traditionnelle ivoirienne qui a été transformée en danse obscène à cause du déhanchement fessier qu’il implique. Sur le marché, c’est l’une des plus prisées : elle coûte 60 euros alors que les orgies sénégalaises ou camerounaises stagnent à 5 euros. Ces cassettes ont aussi cette particularité de stigmatiser une communauté. Leurs titres : Orgie camerounaise, L’amour à l’africaine.

Infections diverses, relâchement des muscles génitaux, mutilations corporelles deviennent le lot quotidien des travailleuses du sexe qui se réfugient dans la drogue et l’alcool pour subir l’intolérable. De plus, le sida guette : « Les Africaines sont connues pour accepter des choses que les autres n’accepteraient jamais », affirme Amely James Koh Bela. Comme d’avoir des relations sans préservatif. Elles deviennent ainsi, outre ces souffrances innommables, une proie facile pour le sida qui fait des ravages dans la communauté sub-saharienne en France mais plus particulièrement en région parisienne. De plus, les prostituées africaines sont souvent agressées ou assassinées par les filles de l’Est qui les accusent de casser les prix. Ce qui n’est pas faux. Le prix standard d’une passe est de 20 euros. A Château-Rouge, les Ghanéennes offriraient leurs services pour 8 euros.

À qui profite le crime ? Souvent à la famille

Selon l’OCRTEH, en 2001, le commerce du sexe rapportait, en France, aux proxénètes 80% des revenus générés par chacune de leurs prostituées, soit 1,6 milliard d’euros, et en 2002 ce chiffre a doublé et a atteint 3, 5 milliards. Cependant, les proxénètes ne sont pas les seuls à profiter de cette manne financière surtout dans le cas des Africaines. Car la « solidarité africaine » a aussi ses effets pervers. Et la prostitution le démontre. Quand certains parents n’ont pas eux-mêmes livré leurs enfants sur les célèbres plages sénégalaises bien connues des pédophiles, d’autres continuent bien malgré eux à avilir leur progéniture sans le savoir. Les gains issus de la prostitution sont souvent rapatriés pour faire vivre une famille, investir dans l’immobilier ou dans des petites affaires. Ni les familles, ni l’entourage ne connaîtront jamais l’origine douteuse de ces fonds. La honte ou la mort ont souvent bien raison des victimes, qui elles-mêmes ou leurs souteneurs renvoient d’elles des images de la réussite.

Comble du malheur, certains parents accablés par la pauvreté, poussent inconsciemment à la débauche. Armés de « Toi, tu es là, tu bouffes ma nourriture tous les jours, mais rien ! Tu vois pas, elle a épousé un Blanc » ou « Elle a acheté une voiture ou construit une maison pour sa mère ». Avec quel argent ? Et de poursuivre, « Toi tu ne peux pas aller te débrouiller aussi ! ». On comprend alors que certaines jeunes filles se ruent sur Internet à la recherche du « Blanc » qui les délivrera de la misère tel un prince sur son cheval. Beaucoup d’entre elles tombent sur des princes... mais du mal. Comme cette jeune Camerounaise qui a défrayé la chronique et qui, accablée par la honte, a fini par mettre fin à ces jours. Son contact européen lui avait demandé des photos d’elle nue. Ce qu’elle s’est empressée de fournir. Les photos, elle les retrouvera plus tard sur le Net : elles ont fait quasiment le tour du monde sinon d’Afrique. Le mannequinat, autre moulin à rêves, est un moyen de recrutement privilégié pour ces chasseurs de têtes du sexe.

Victimes innocentes et mâles consentants

Les prostitués africaines sont également de plus en plus des mineurs. « On a constaté, ces cinq dernières années, à côté des enfants de l’Est, de plus en plus de mineurs d’origine africaine notamment des jeunes filles qui ont entre 14 et 18 ans », indique Carole Bartoli, coordinatrice des programmes pour ECPAT France, un réseau international d’organisations travaillant ensemble pour éradiquer la prostitution enfantine, la pornographie enfantine et le trafic d’enfants à des fins sexuelles. L’Europe se protège en effet contre la pédophilie et par conséquent les regards se tournent, après l’Asie, vers l’Afrique.

Enfin les hommes ne sont pas en reste : d’honorables pères de famille se transformeraient ainsi en hardeurs auprès de vaches pour arrondir les fins du mois. Les visages de la prostitution sont multiples et leurs caractéristiques en font un véritable problème de société. Notamment en ce qui concerne les Africains. La grande pauvreté qui sévit sur le continent porte ceux qui y vivent à considérer, le plus souvent, l’Occident comme un nirvana. Et l’Afrique est en train, encore une fois de se vider de ses femmes, son essence, et de ses enfants, son avenir.

* Amely-James Koh Bela est présidente de la Commission de l’information et de la formation à la Fédération des Agences Internationales pour le Développement, une Organisation Non Gouvernementale (ONG) d’action humanitaire et d’aide au développement. Créée en 1986, l’ONG est dotée du statut consultatif général par le Conseil économique et social des Nations Unies, avec une représentation officielle aux Nations Unies à New-York, Genève et Vienne. Elle a pour but de faciliter le dialogue et l’échange d’informations et d’expériences entres ses membres, et de soutenir le développement et le renforcement des associations ayant les mêmes vocations, en vue d’aboutir à des positions et à des actions communes. Son objectif est également de lutter contre la précarité, les exclusions, les discriminations et les inégalités sous toutes ses formes. Amely-James Koh Bela préside aussi la représentation française de l’Institut de la solidarité et du développement dont le siège se trouve au Cameroun. Diplômée d’une école de commerce, c’est après une longue expérience dans le milieu associatif et dans l’humanitaire, qu’elle se bat depuis plusieurs années au sein de cette ONG contre le trafic des femmes et des enfants notamment dans la prostitution. « Prostituer des êtres fragiles de force est un crime contre l’humanité, qui doit être puni de façon sévère », dixit Amely-James Koh Bela, auteure de « La prostitution africaine en Occident », qu’on peut commande à cette adresse.

AIDE fédération
29, rue Traversière, 75012 Paris
Tél : + 33 1 40 19 91 51
Fax : + 33 1 43 44 38 40
Coirrel

Sources :

1. In Les trafics du sexe, femmes et enfants marchandises de Claudine Legardinier aux Ed. Les Essentiels, Milan, 2002.
2. Lire également : Dans l’enfer de la prsotitution africaine en Europe - Une entrevue avec Amély-James Koh Bela, ou l’engagement total d’une femme de terrain, le 8 novembre 2004, par David Cadasse

******

Liste des autres articles du "Dossier Prostitution" sur le site Afrik.com.

Dans l’enfer de la prostitution africaine en Europe
Amely-James Koh Bela : « Retrouver les vraies valeurs »
Marrakech : enquête sur la prostitution infantile
A l’écoute des mineurs isolés étrangers
Prisonnière de la prostitution
De plus en plus de prostituées africaines en France
Tracy : Mon frère, mon proxénète
Quand l’Afrique prostitue ses enfants
Kitine : Objet sexuel « achetée » sur Internet
Les nouvelles formes de pornographie africaine
Lolita : Son calvaire commence à Benin City
Le nouvel "or noir" du sex business européen
"La personne que je considérais comme ma mère a vendu ma virginité"
Touche pas à mon gosse !
Menace pédophile
Prostituée malgré elle
Non au tourisme sexuel
Et plus si affinités
Prostitution déguisée

Publié sur Afrik.com, le samedi 24 avril 2004.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 13 novembre 2004.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

F. G., Afrik.com



Plan-Liens Forum

  • Koh bela est elle crédible ?
    (1/4) 30 novembre 2007 , par

  • > Prostitution : La nouvelle traite des Noirs
    (2/4) 24 février 2006 , par

  • > Prostitution : La nouvelle traite des Noirs
    (3/4) 9 septembre 2005 , par

  • > Prostitution : La nouvelle traite des Noirs
    (4/4) 16 août 2005 , par





  • Koh bela est elle crédible ?
    30 novembre 2007 , par   [retour au début des forums]
    prostitution Africaine

    Koh-Bela est de plus en plus remise en question, elle n’est pas très crédible. Dernièrement elle est intervenu dans un documentaire où elle disait que l’Afrique était la Mecque du porno zoophile, reportage illustré par des extraits d’un film Bresilien... Si l’ Afrique était si impliqué dans le porno zoophile, pourquoi ne pas avoir illustré cela avec un extrait d’un film africain ? J’ai cherché en vain sur les moteurs de partage de fichier des video zoophiles africaines, il n’y en a pas ! C’est essencielement en Amérique du Sud que sont tourné ces films, et quelques un en Europe...
    D’autres allégations de cette dame ne tiennent pas la route : réseau pédophiles tenus par des politiciens en France, sacrtifices rituel d’humains, etc... Du vrai délire dans la veine de ce qui s’est dit à Outreau... Donc méfiance !

    • > Koh bela est elle crédible ?
      31 janvier 2008 , par
        [retour au début des forums]

      Si l’ Afrique était si impliqué dans le porno zoophile, pourquoi ne pas avoir illustré cela avec un extrait d’un film africain ? J’ai cherché en vain sur les moteurs de partage de fichier des video zoophiles africaines, il n’y en a pas ! C’est essencielement en Amérique du Sud que sont tourné ces films, et quelques un en Europe... D’autres allégations de cette dame ne tiennent pas la route : réseau pédophiles tenus par des politiciens en France, sacrtifices rituel d’humains, etc... Du vrai délire dans la veine de ce qui s’est dit à Outreau... Donc méfiance !

      Si, tu en as pas vue c que tu n`as surment pas bien cherchè, car moi j`en ai dj vueeeeeee. Je suis tombèe dessus par ``accident `` , je peux te garantir que sur la vidèo le titre ètait ``afro-diasiaque `` et celles des Brèsiliennes ``samba `` puis celle des Europèènnes `` antoinnettes``,....les titres diffères selon les èthnies et les pays comme par exemple pour les asia : ``jasmin `` et les indiennes ``chrisma ``,...
      donc, s`il te plaitttttttttttttttttt
      si, en France c moins connu c peut-ètre par ce que c plus tabou !
      mais, dans les autres zonnes franco-phonnes Europèènnes tt
      le monde le saittttttttttt.
      juste pour te donner une idèe :
      - un jeune gabonnè qui frèquentait une jeune camerounaise a rompu, car tte sa famille refusè de le voir s`unir avec la jeunne femme causes :
      les camerounaises tapinent mème chez leurs voisins.
      - des jeunes camerounais donnent des tuyaux aux amateurs de chair black : autres noirs, blanc, arabes,...pour ètre bien vue face aux blancs ou arabes et faire du biness face aux autres noirs.
      les camerounaises cherchent ts les jours leurs blancs sur internetttttttt
      encourageè par la famille.
      en belgique et en suisse : leurs rèputations st à la hauteur de leurs gestes à un telle point que la pire des choses que tu puisent dire à une africaines c qu`elle ressemble à une Camerounaise au pire à une Nigèrienne.
      Car la Nigèrienne aussi à une sale rèputaton, allez seulmnt demander aux sud-africains ce dont-ils pensent des nigèriens, les hommes st rèputès ètres des barons de la mafia, passeur de contrefacons,..mais, le meilleur pour la fin proxènète envers leurs propre femme.
      il fo ère honnète : combien de prostituè africaines st en France ?
      1...2...3 ?
      il fo dire aussi qu`au cameroune tt y est pour : parmi les 10 pays le plus corrompu du monde
      la mysèreeeeeeeeee
      l`èloge du blanccccccccccccc....
      bref ! au lieu de faire la guerre aux homos et aux blancs il serait intèrrèssant de faire la guerre à : la corruption, mysère, pèdophilie, pornographie, prostitution,....
      et pour calixte B, JE LA CONSEILLE D`ARRÈTR DE CHERCHER JUSTICE POUR MES ANCÈTRES ESCLAVES CAR LES MIENS NE FONT PAS LE TROTOIR....
      je prie pour qu`elle s`intèrrèse à son pays d`origine au lieu de s`amuser à jouer à la black intèlo-bourge.
      ``vive le mètissage, abat le racisme `
      voilà , ce dont cet intèlo nous conseille : cherchons, un blanc .
      ELLE EST AUSSI COROMPU QUE SON PAYS D`ORIGINEEEEE. (UNE VRAI BOUNTY QUOI)
      Franchemnt, les Africains en on pas marre de vouloir dèfendre les descendants d`esclaves ? (que je suis aussi) : reconnaissence de la traite,...merde ! bastaaaaaa, si vous voulez nous rendre service soulevè l`Afrique car, se dont nous souffrons le plus ce n`est pas notre passè mais, notre prèsent (qui nous rattache à un continent qui nous rabaisse chaque jours encore plus).
      Alors, si vous voulez nous aider aidè l`Afrique pour tous les Noirs.

      oui, koh bela, est crèdible, car tt ce dont elle dit existe et on le voit chaque jour et arrètè de vous voiler la faceeeeeeeeeee.

      peace and loveeeee

      [Répondre à ce message]

    > Prostitution : La nouvelle traite des Noirs
    24 février 2006 , par   [retour au début des forums]

    Cet article est très intéressant et permet de mieux cerner les ravages de la traite des Noirs.
    Malheureusement je trouve regrettable que l’auteure ne soit pas capable de traiter un problème aussi grave avec objectivité et sérieux. Pourquoi toujours évoquer la prostitution en utilisant des termes issus de la morale judéo-chrétienne ("prince du mal" par exemple)et/ou culpabilisant( en parlant de "pratiques avilissantes"). Pour faire reculer l’exploitation sexuelle des femmes il faudrait déjà qu’on l’évoque avec gravité, la tête froide. Evitons ce ton moralisateur qui ne rend pas service aux prostituées, les poussant plutôt à détester les féministes.

    > Prostitution : La nouvelle traite des Noirs
    9 septembre 2005 , par   [retour au début des forums]

    Je n’ai lu que la triste vérité.

    Mais il faut quand même savoir que , même prévenues, nos filles en arrivant en occident , se ruent sur internet et se jettent à la tête du premier blanc venu.

    Elevées dans un monde où l’argent règne en maitre, elles en sont devenues les esclaves volontaires...le blanc est fort !

    Elles n’aiment plus les hommes ; elles aiment l’ARGENT DES HOMMES.

    Il est vrai qu’elles sont incitées par la famille, par l’entourage, à se livrer ainsi. Souvent elles pensent qu’en Europe c’est la même chose qu’en Afrique : le Blanc d’afrique, même si ce n’est pas un petit saint, n’est pas le même que le blanc d’europe qui, stressé toute la journée par son boulot de fou ne peut que se distraire dans l’EXTREME pour se "changer les idées".

    C’est là aussi la loi de l’offre et de la demande ; le jour ou où l’offre n’existera plus la demande s’arrêtera.

    A qui la faute ?? Nos étudiantes doivent se battre pour vivre en Europe.Bourses insuffisantes, pas de travail (elles ne sont d’ailleurs pas là bas pour travailler mais étudier) Que font-elles ?? comme de nombreuses femmes elles tombent dans la facilité : le SEXE surtout avec les blancs qui savent bien parler, promettre et... etc etc

    Et l’éducation dans tout celà ??
    Que font nombre de nos professeurs dans nos lycées et universités ?? sinon coucher un maximum de filles et parler de sexe plutôt que de faire des recherches pour leurs cours qui sont toujours les mêmes depuis des années ??!! Et que font les familles lorsqu’elles voient leurs jeunes filles sortir à moitié nues ou habillées comme des prostituées ?? RIEN !!

    Nos filles vivent dans le sexe depuis leur plus jeune age. C’est tout une société et un mode de vie qui est à revoir.

    Arrêtons de jeter l’opprobe sur les blancs qui ne font que profiter (c’est la honte bien sûr j’en convient) ; il faut aussi voir comment ils se font aguicher par nos filles (ils ne sont pas de marbre eux non plus !) mais le mal est à la source : ICI où tant que nous verrons les hommes faire du n’importe quoi pour de l’argent (vol, détournements, corruption etc) et que l’impunité continuera,tant que les familles accepteront de voir leur fille avec des portables à 300.000 Francs sans poser de question ou encore amener de l’argent alors qu’elle ne travaille pas, nous ne pourrons JAMAIS empêcher nos filles de suivre ce chemin : dans ce monde où plus personne ne distingue le bien du mal.

    • Offre et demande
      10 septembre 2005 , par
        [retour au début des forums]

      « C’est là aussi la loi de l’offre et de la demande ; le jour ou où l’offre n’existera plus la demande s’arrêtera. »

      C’est plutôt le contraire : c’est la demande qui crée l’offre, et la base de la prostitution et de la traite, c’est le prétendu droit des hommes à accéder au corps des femmes n’importe quand et n’importe comment.

      [Répondre à ce message]

      • Responsabiliser
        10 septembre 2005 , par
          [retour au début des forums]

        Tout d’abord merci de valider ma modeste contribution.

        Je ne suis pas tout à fait d’accord avec vous mais ce n’est pas grave.

        Je connais bien le milieu étudiant.

        L’important est de savoir POURQUOI ces femmes s’adonnent avec tant de ferveur (OUI FERVEUR !!) à ce genre de commerce ; qu’est ce qui les amène à faire çà ? Personne en les y oblige (sauf dans certains cas bien prècis).

        Lorsque je vais en France, je vois comment elles sont toutes acharnées et collées sur internet à fouiller les sites de rencontres, courir à plusieurs RDV par jour (OUI PAR JOUR !!) et ensuite se vanter de leurs multiples exploits.

        C’est très grave ce qui se passe actuellement. Comment allons nous les sortir de là ? Le veulent-elles d’ailleurs ??

        Les nouvelles arrivantes sont immédiatement prises en charge et une adresse internet leur est ouverte...

        Et les parents qui recoivent des mandats western union de leurs filles "étudiantes", pourquoi ne se posent-ils pas eux aussi des questions ?? Ils savent parfaitement ce qui se passe en s’en accomodent parfaitement.

        La télévision y met du sien aussi : voyez ces clips avec ces filles dévêtues qui se frottent langoureusement sur le mâle (normalement habillé LUI) dans des villas luxueuses, avec des voitures incroyables et des dollars qui tombent du plafond ; et les paroles qui ne parlent que de sexe, argent, drogue etc. etc. Vous pensez vraiment que l’exemple est bon ?? C’est l’exemple de l’argent facile et de comment "faire" avec son corps. Toutes ces mimiques sont répétées dans nos boîtes de nuits !

        Les parents, l’éducation, les professeurs des collèges et universités d’Afrique, l’Etat qui ne donne pas de bourse : voilà où est la source du mal. Les filles sont "préparées" à travailler avec leur corps dès leur plus jeune age et en plus CA MARCHE !! Pourquoi s’en priveraient-elles en Europe ?? En plus tout le monde est élevé avec le dieu ARGENT en tête.

        Ce n’est pas nos pauvres écrits qui sauveront ces filles : elles s’en moquent éperdument ! il faut d’abord nettoyer devant notre porte avant de montrer du doigt la saleté des autres. Soyons ENFIN RESPONSABLES et cessons d’incriminer autrui comme nous en avons trop souvent l’habitude (toujours la facilité : ce n’est pas moi c’est l’autre !)

        Comment voulez vous que l’Afrique s’en sorte avec des raisonnements pareils ! Cela fait 45 ans que nous sommes "indépendants", 45 ans que des milliards de milliards ont été déversés dans nos pays : qu’en avons-nous fait à part les envoyer sur des comptes en Suisse ?? Et nous sommes toujours à parler des ravages de l’esclavage... Toujours les autres !! Non, c’est impossible ; responsabilisons nous un peu. Mais comment ??? Ça, c’est une autre histoire qui n’est pas le sujet du jour.

        Remerciements et à bientôt peut-être.

        [Répondre à ce message]

    • > Prostitution : La nouvelle traite des Noirs
      6 octobre 2005 , par
        [retour au début des forums]

      la faute revient au famille pauvre qui culture l’idée de la prostitution dans la tete de leur fille. et ça ne comment pas seulement en europe mais dans le magreb

      [Répondre à ce message]

    > Prostitution : La nouvelle traite des Noirs
    16 août 2005 , par   [retour au début des forums]

    Je suis camerounais faisant des recherches assez approfondies sur les questions et problèmes d’ordre sociologiques relatifs à la ruée de nos soeurs africaines vers l’occident et souhaite qu’ensemble nous voyons ce qu’il y’a lieu de faire concrètement pour sensibiliser davantage l’humanité car c’est une bombe à retardement qui est entrain de se construire sous nos yeux mais dont les conséquences dans les années avenir ne pourront plus être réparer facilement.

    • > Prostitution : les Noir(e)s volontaires pour la nouvelle traite
      9 octobre 2005 , par
        [retour au début des forums]

      L’article est édifiant mais plusieurs réactions ne le sont pas moins.
      Il est en effet -et malheureusement exact- que de nombreuses filles et femmes africaines sont "conditionnées" dès leur plus jeune age à "jouer" de leur corps pour obtenir ce qu’elles veulent (pour elles ou leur famille).

      Celà débute à l’école ou instituteurs et profs ne se gènent guére pour promettre de bons résultats scolaires si elles montrent beaucoup de "compréhension" à leur égard.

      Ce sont ensuite les hommes, avec de belles voitures , qui s’arrêtent à hauteur des jeunes lycéennes ou étudiantes qui refusent rarement d’y monter...elles savent qu’elles en retireront quelque chose !

      Après obtention des diplomes et pour obtenir rapidement bourses ou billets d’avion pour l’Europe auprès de l’administration intéressée, les étudiantes "y passent" presque systématiquement...ne parlons pas pour l’obtention des passeports...
      Quant à celles qui restent et trouvent un emploi, toutes savent ce qu’est la "promotion canapé".

      L’Afrique n’est pas un horrible lupanar. NON !! Ce n’est certainement pas systématique mais...c’est très courant. Tout celà semble maintenant si naturel et normal que c’est entré dans les moeurs.

      C’est donc toute une éducation, tant parentale que scolaire, qui est à revoir...mais il faudra changer non seulement les mentalités mais aussi beaucoup beaucoup de ces hommes et femmes qui détiennent quelques petits postes clès et en profitent au maximum.

      N’accusons pas les européens ; ils se font salement allumer par nos femmes et, comme tous les hommes, ne résistent pas. Elles sont toutes ou presque sur des sites de rencontres internet (en Afrique comme ailleurs) ; les "blancs" y sont aussi ; elles cherchent...donc elles trouvent !

      Quant à ce qu’il y a lieu de faire , celà me paraît relativement simple tout au moins pour un début :
      - dénoncer et faire sanctionner tous les dérapages constatés en classes.
      - éducation à revoir à tous les niveaux.
      - émissions de télévision (sans encore une fois taper sur les blancs : trop facile)
      - action auprés des ambassades qui doivent remettre des notes d’informations aux partants.
      - action dans nos lycées, collèges et universités.
      Quand je dis actions, il peut s’agir de films, de lectures de témoignages, de conférences mais aussi de dénonciation de profs et instits et autres fonctionnaires.

      Tout celà en faisant extrèmement attention de ne pas diaboliser le "blanc" (il se passe exactement la même chose chez nous, sous notre nez) ni d’éveiller un intérêt quelconque à la "chose" ou des "vocations" ; ce serait l’effet contraire de ce qui est recherché.

      [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2004
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin