| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 30 octobre 2007

Pornographie et fin de la masculinité

par Don Hazen, directeur général du réseau AlterNet






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Des militantes et militants pro-prostitution menacent des survivantes pour les faire taire
Prostitution - La Loi sur la protection des collectivités et des victimes d’exploitation, deux ans plus tard, qu’en-est-il ?
Le prostitueur moderne et sa nounou queer
Aidez-nous à éradiquer la prostitution au Canada
Euro 2016 - Le prix d’une passe n’est pas celui que tu crois
Abolition de la GPA et de la prostitution, même combat contre le patriarcat
Les droits des femmes bafoués, les corps marchandisés
Non au système prostitutionnel ! Une analyse féministe et abolitionniste du système prostitutionnel
Prostitution : L’Assemblée nationale française fidèle à ses convictions
Claudine Legardinier - Prostitution : une guerre contre les femmes
France - Les inégalités femmes-hommes au Sénat font obstruction à la sanction des clients de la prostitution !
Offrir aux hommes handicapés de recourir à la prostitution, une idée ancrée dans la misogynie et le validisme
Lettre ouverte à rabble.ca - La journaliste Meghan Murphy visée par une campagne misogyne du lobby de l’industrie du sexe
Grand Prix de Montréal - La CSN demande l’application de la nouvelle loi fédérale pour contrer la prostitution
Comment la pornographie influence les jeunes consommateurs
"Le commerce du sexe", un film d’Ève Lamont
Réglementer la pornographie ou criminaliser les pornocrates ?
Corps disloqués, âmes brisées : conséquences psychiques et physiques de la prostitution sur les personnes qui la vivent
Prostitution - L’approche de “réduction des méfaits” ne suffit pas pour une analyse pertinente de la prostitution
« Ni client, ni complice ! » - La CLES lance un appel à lutter contre la banalisation de l’exploitation sexuelle
Pénalisation du client de la prostitution ? Les belles histoires de Tonton Robert
Non, Messieurs, la plupart des personnes prostituées ne le sont pas par choix
Le manifeste des 343 bites tellement légères qu’elles se dressent à l’insu de leur cerveau
La cruelle chosification des femmes prostituées et des mères porteuses
Catharine A. MacKinnon - Traite, prostitution, inégalité
Prostitution - Sanctionner les clients et non les prostituées
Prostitution des jeunes - La trahison des adultes
Décriminaliser la prostitution ne peut pas être la solution
Prostitution : une affaire d’hommes ou la fraternité "des salauds"
Loi sur la prostitution en France - « Je ne veux pas d’une société où les femmes ont un prix »
Janice G. Raymond – Prostitution : "Pas un choix, pas un travail"
Elisabeth Badinter et Irène Théry ou la caution intellectuelle du système patriarcal
Les femmes étrangères rêveraient-elles de devenir "putes" ?
Prostitution - La stigmatisation et le mythe entourant le statut de victime
Abolition de la prostitution en France - Le principe est acquis, place à la loi !
Comprendre la prostitution dans l’ensemble des structures de pouvoir fondées sur le genre
L’Irlande pourrait interdire l’achat de sexe
Le prostitueur, "chaînon manquant" de la question prostitutionnelle, selon Victor Malarek
La prostitution, sexualisation du pouvoir
La France envisagerait des sanctions "pédagogiques" pour les prostitueurs
Le Canada ne peut traiter la prostitution comme un filet de sécurité sociale
Les "femmes de réconfort" étaient nécessaires pour maintenir la discipline dans l’armée, selon le maire d’Osaka
Prostitueurs et non-prostitueurs, une étude de Mélissa Farley
Bienvenue dans le monde des prostitueurs
Prostitution - Rendre tabou la notion de victime pour masquer l’existence d’agresseurs
Prostitution en Grande-Bretagne - Un bien étrange syndicat au service des proxénètes
Prostitution et mariage : une assimilation douteuse
La prostitution, le STRASS et la sénatrice - La pertinence de la transparence
Au delà des mythes, légaliser la prostitution est une très mauvaise idée
La Suède malmène l’industrie du sexe et aide les femmes prostituées
Les prostitueurs. Sexe à vendre… Les hommes qui achètent du sexe, un livre de Victor Malarek
"Angel" : Piégée dans un monde de prostitution et de violence
L’être et la marchandise. Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi
"Les criminelles" : individualisation et romantisation de la prostitution
Des spécialistes en santé veulent aider les femmes à sortir de l’industrie du sexe… en faisant échec aux prostitueurs
L’Islande songe à interdire la porno diffusée sur Internet
En studio avec Ruth ! "Je crois sincèrement que la traite humaine et la prostitution fonctionnent de pair"
Catalogne - La loi et l’ordre des proxénètes
Qui estime vraiment les personnes prostituées ?
En studio avec Ruth ! "La prostitution est un grand enjeu politique"
L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) et l’Alliance canadienne féministe pour l’action internationale (FAFIA) répondent au rapport Oppal sur les femmes disparues
Colombie-Britannique - L’égalité des femmes et le contexte socio-économique absents du rapport Oppal sur les femmes disparues
Prostitution - Les “progressistes” australiens oscillent entre l’industrie du sexe et les droits des femmes
Prostitution - Le refus d’abolir le système prostitueur est une atteinte aux droits humains
Fantine ou la liberté de se prostituer ?
Première rencontre de l’Association internationale des survivantes unies de la traite à des fins sexuelles (prostitution)
Prostitution - Pourquoi il faut mettre fin à une des plus anciennes violations des droits humains
Carton rouge pour les bordels à vitrine
Prostitution - La réduction des méfaits est-elle ce que nous pouvons faire de mieux pour les personnes prostituées ?
Un traité féministe international pour abolir la prostitution
Prostitution - Coup de tampon réglementariste !
Prostitution et séropositivité - Le Gouvernement grec arrête et emprisonne des femmes pour protéger les hommes
Manifeste contre le système prostitueur
Prostitution en France - Lettre ouverte à M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre
1946-2012 : De la fermeture des maisons closes à la lutte contre le système prostitueur, les abolitionnistes portent progrès et liberté !
Prostitution - Gloria Steinem appuie le modèle nordique
Solidarité avec les prostituées, mais lutte contre la prostitution
Comparaison entre acheteurs et non-acheteurs de sexe dans la région de Boston
8 mars 2012 : Pas d’égalité sans abolition de la prostitution !
La danse contact ou "lap-dance", prologue de la prostitution
Fiers d’aller aux danseuses ! Vraiment ?
Abolitionnistes du système prostitueur : ce que nous sommes, ce que nous voulons !
Les Néerlandais commencent à regretter la légalisation de la prostitution
Prostitution et faux-semblants : une affaire de société, de femmes et d’hommes
Pourquoi la gauche veut-elle faire de la prostitution "un métier comme un autre" ?
Prostitution et "slutwalk" - Bâtir un mouvement féministe progressiste à l’époque individualiste
Prostitution - Il faut rendre illégal l’achat de "services" sexuels en Australie
Le mouvement des femmes n’est pas monochromatique
ZéroMacho - Des hommes contre la prostitution
Prostitution et domination masculine
La vérité sur l’esclavage sexuel planétaire, un livre de Lydia Cacho
Votre voisin est un prostitueur - Une nouvelle recherche
J’ai rien vu
Abolition n’est pas prohibition - Pourquoi la défense de l’avortement diffère de la défense de la prostitution
Prostitution et traite des femmes - Le projet abolitionniste au congrès Mondes des femmes 2011
Congrès international Mondes des femmes 2011 - Compte-rendu des échanges sur l’abolition de la prostitution à l’exposition "Les draps parlent"
Banalisation de l’industrie du sexe et éducation des jeunes
Nous devons sanctionner les acheteurs de la prostitution
Des députés proposent une résolution sur la prostitution réaffirmant la position abolitionniste de la France
Dix raisons de ne pas légaliser la prostitution
Demi Moore s’associe au CNN Freedom Project pour un documentaire saisissant sur le commerce sexuel au Népal
Client de la prostitution : vers une prise de conscience européenne
Lutter pour faire de la prostitution un travail, c’est se tromper de combat
Prostitution et traite des êtres humains, controverses et enjeux
Le système de la prostitution militaire en Corée du Sud, en Thaïlande et aux Philippines
Les pratiques des hommes "clients" de la prostitution : influences et orientations pour le travail social
La prostitution comme violence contre les femmes
Le système prostitutionnel, un pilier de l’inégalité sexuelle et des violences envers les femmes
Clients de la prostitution : un "droit de l’homme" heureusement en péril
Prostitution as violence against women
Prostitution - Vive le sexe libre et gratuit !
France - La prostitution n’est pas une fatalité
"Il faut punir les clients des prostituées", selon Roselyne Bachelot. Oui... et dépénaliser les personnes prostituées !
Belgique - Analyse « Prostitution : arguments et opinions »
Prostitution - Le débat entre féministes se poursuit
Tribunal populaire sur l’exploitation sexuelle commerciale - Inscription
La tolérance sociale, complice de la violence et de l’exploitation sexuelle
Traite des femmes à des fins sexuelles - Au cœur des réseaux criminels : l’exemple de l’Albanie
S’unir contre la banalisation de la prostitution - Un défi pour la décennie
Moi, si j’étais un homme
Prostitution et traite des êtres humains - Les mensonges du réglementarisme
La députée bloquiste Maria Mourani présente un projet de loi pour accélérer la lutte à la traite des personnes et au proxénétisme
La prostitution menace le patrimoine humain
La série "Maison close" : de la fiction à la réalité
C’est un métier, tout comme le vôtre…
Décriminaliser totalement la prostitution sape le travail pour l’égalité des sexes - Exigeons le changement
"Abolir la prostitution" – Une question en suspens pour le féminisme et pour la gauche
Pays-bas : infirmières ou prostituées ?
Madame Parité commence fort en renvoyant les femmes… au bordel !
Le sexe s’invite à la Coupe du Monde
Feu « Verts » au proxénétisme !
Plus de pornographie à l’Assemblée nationale, mais des assises de la prostitution au Sénat
"Travailleurs du sexe", un documentaire sexiste, réactionnaire et dangereux
Le Mouvement du Nid-France louera un mini-car pour faire visiter les maisons closes
Pour un quartier assiégé, la prostitution est loin d’être un "crime sans victime"
De client prostitueur à homme responsable : une démarche nécessaire
Le "client", premier agent de la prostitution
Proxénétisme et prostitution - Lettre ouverte aux candidat-e-s aux élections européennes de juin 2009
Poser les bases d’une Europe sans prostitution, c’est oser
Le tourisme de prostitution, une industrie mondialisée florissante
Prostitution : la grande promo
Première Journée mondiale contre l’exploitation sexuelle : les raisons d’un engagement
Prostitution et traite des êtres humains, enjeux nationaux et internationaux
Le vagin industriel. Vers une économie politique du sexe commercial mondialisée
S’attaquer au trafic mondial du sexe
Intégrisme islamique et esclavage sexuel en Iran
Le corps des femmes est attaqué. Que fait-on ? On se tient debout et on riposte !
Libre disposition de son corps et liberté de se prostituer
Le refus de la prostitution gagne du terrain
La mode hypersexualisée s’inspire de la pornographie
Le "droit de prostituer" n’est pas un droit de l’homme
"Abolition de la prostitution" - Édito Revue Labrys
Affaire Sneep aux Pays-Bas - Condamnation de deux proxénètes qui ont exploité et maltraité 120 filles de l’Europe du Sud et de l’Est
Le commerce du sexe est florissant en Afghanistan
Sexe et Formule 1
Dossier prostitution - Importants développements à l’échelle internationale
Prostitution - Touche pas à mon client ?
Le Conseil National des Femmes du Luxembourg (CNFL) se prononce en faveur d’une législation agissant directement sur la demande de "services sexuels"
Affaire Spitzer - Le mythe du crime sans victimes
Le Mouvement du Nid inquiet de plusieurs mesures de la politique française sur la prostitution
Le Forum de Vienne sur la traite des êtres humains reste sourd aux voix des victimes
Une politique cohérente contre la violence à l’égard des femmes doit commencer par s’attaquer à la prostitution
Prostitution - À Alger comme en Europe, on esclavagise les femmes
Manifeste des hommes pour l’abolition de la prostitution (Espagne)
Pornographie : "Ça fait mal, tellement mal" ou pourquoi certaines femmes ne veulent pas savoir
Prostitution : les limites du consentement
Prostitution et traite des femmes au Nevada
« Être abolitionniste, c’est défendre la liberté sexuelle ! »
"Rent-A-Wife", c’est discriminatoire !
Après des décennies, les secrets des bordels des camps nazis émergent
Une association féministe espagnole conteste l’expression "travailleuse du sexe"
Le Mouvement du Nid face aux clients prostitueurs
Première Journée mondiale pour un tourisme responsable et respectueux, le 2 juin 2007
Richard Poulin parle de son dernier livre "Abolir la prostitution" - Interview par Sporenda
Police, Justice et acteurs sociaux, quelle coopération ?
Réflexions sur les meurtres de femmes prostituées au Royaume-Uni
Prostitution - Trois femmes et un débat
Déchirées par la guerre, les femmes d’Irak sont la cible des trafiquants du sexe
La prostitution n’est pas un service comme un autre
Entretien avec Coline Serreau sur le film Chaos
Qu’est-ce que la libération ? Le féminisme hier, aujourd’hui et demain
Quand le porno impose sa vision de la sexualité
La prostitution, une arme politique
Prostitution : tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir et qui existe quand même !
La liberté dévoyée
Mondialisation, militarisme et trafic sexuel
Pour que la porno recule
Marchandisation et déshumanisation : l’exemple de la prostitution
Richard Poulin lance un manifeste abolitionniste
Prostitution en Allemagne : Déclaration post-Coupe Mondiale de Football
Prostitution Reform - Stamp out sexual slavery (Angleterre)
La prostitution au XVIIIe siècle, pierre d’achoppement entre politiques locales et pouvoir royal
Campagne contre la traite des blanches de l’Europe de l’Est
Prostitution : les pièges du pragmatisme
L’âge du consentement sexuel à 16 ans : un pis-aller ?
Prostitution : cherchez le client
Enjeux de la prostitution considérée comme "travail du sexe"
L’envergure de la traite à des fins de prostitution
Les filles de l’Est
Violence pro-prostitution à la Maison des femmes de Paris
Le discours pro-prostitution : une rhétorique de dominant
"Survivantes" et féministes contre la prostitution
Clients de la prostitution : motivations et déterminants
La législation à l’encontre des prostituées au XVIIIe siècle
Une politique cohérente contre la violence faite aux femmes doit d’abord s’attaquer à la prostitution
La nouvelle industrie du sexe
"Terre promise", un film d’Amos Gitaï sur la traite des femmes
Prostitution : une arme de destruction massive
"Les clients de la prostitution : l’enquête", de Claudine Legardinier et Saïd Bouamama
Les Philippines contre le trafic sexuel
"Inside deep throat", contribution à la liberté sexuelle ?
La prostitution au XVIIIe siècle : introduction à une liberté superficielle
Femmes à vendre dans les pays baltes
Prostitution et Société No 150
Acheter du sexe n’est pas un sport
Une loi qui jetterait les femmes dans l’industrie du sexe
Casino de Hull - Des "playmates" de Playboy pour faire la promotion des nouvelles machines à sous
Ni coupables, ni victimes : libres ? Oui, libres de toute prostitution
Le système de la prostitution : une violence à l’encontre des femmes
La marchandisation du corps humain est une violation des droits fondamentaux de la personne
Le système de la prostitution au Cambodge : le témoignage de Somaly Mam
Le Mouvement du Nid
Le Mouvement du Nid - Documents sur la prostitution
La banalisation de la prostitution : des choses à savoir
L’Association canadienne des centres contre les agressions sexuelles réclame des politiques contre le commerce du sexe
16 journées d’actions citoyennes pour dire "Non aux violences à l’égard des femmes et à la prostitution ! Oui à la promotion de la dignité humaine !"
Prostitution et travail « invisible » : une assimilation dangereuse
Le risque global d’être convertie en marchandise
Gunilla Ekberg : « Le mieux que nous puissions faire pour nos soeurs prostituées, c’est de les aider à en sortir. »
Prostitution, pornographie et trafic des femmes
Sexe, argent et intégrisme postmoderne
Les politiques européennes et internationales sur la traite des êtres humains encouragent le proxénétisme
Quinze thèses sur le capitalisme et le système prostitutionnel mondial
Le chemin de Buenos Aires : la prostitution, hier et aujourd’hui
Prostitution,
la mondialisation incarnée

Mondialisation des industries du sexe : oppression maximale des femmes et des enfants du Sud, de l’Est, du Sud-Est, etc...
L’hypocrisie a-t-elle un sexe ? Ou comment masquer l’insoutenable réalité de la prostitution
L’importance de ne pas censurer le débat sur la prostitution
Viol et prostitution
Esclavage et prostitution
Journée de formation sur la mondialisation de la prostitution et du trafic sexuel - Documents
Les jeunes et l’industrie du sexe
La marchandisation du sexe : nouvel esclavagisme ?
Le "libre choix" en Allemagne : accepter de se prostituer ou perdre son allocation de chômage ?
La croissance effrénée des industries du sexe : entrevue avec Richard Poulin
Aux pays des tsunamis, le trafic sexuel sévit
Le modèle suédois : une source d’inspiration, non une panacée
Une étude dresse le portrait des prostitueurs ou clients de la prostitution
Prostitution : La nouvelle traite des Noirs
« La mondialisation des industries du sexe » : des faits aux valeurs
Décriminaliser la prostitution a profité aux proxénètes, pas aux personnes prostituées
Occupations militaires - La prostitution érigée en système
Le scandale de l’esclavage sexuel au Kosovo
« Les Yeux secs » et la caméra citoyenne de Narjiss Nejjar
Rapport sur les conséquences de l’industrie du sexe dans l’Union européenne
L’érotisation de la violence et de la subordination
Prostitution : réflexions d’un militant en colère
Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui, esclavage, travail forcé, trafic de personnes
Pacte du silence sur les clients de la prostitution
Le débat sur la prostitution : quelle libération sexuelle ?
Des questions à se poser sur la prostitution
Fabrication d’un nouveau mythe sur la prostitution
L’urgence est-elle de faire de la prostitution un métier ?
Je voudrais parler porno
La légalisation de la prostitution, une expérience qui a échoué en Australie
Prostitution, pornographie et capital
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe
Prostitution, trafic sexuel et mondialisation
On s’arrache les actions du premier bordel inscrit en bourse
Il faut stigmatiser le client... il est criminel
La tyrannie du nouvel ordre sexuel
Adulte ou infantile, la prostitution est le contraire de l’autonomie sexuelle
Les enjeux occultés de la prostitution et les conséquences sur les rapports hommes-femmes
Le trafic mondial des femmes et des enfants
Des proxénètes à l’Université ?
La mondialisation des marchés du sexe - I
La mondialisation des marchés du sexe - II
Combattre le système prostitutionnel
Sexe : de l’intimité au « travail sexuel » ou prostituer est-il un droit humain ?
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe. Commentaire.
Pour une critique de la politique pro-prostitution de Cabiria
Prostitution : droits des femmes ou droit aux femmes ?
Faut-il une autorisation pour parler de la prostitution ?
« Le corps est un nouvel instrument d’esclavage » Florence Montreynaud
« La prostitution, ce n’est pas le plus vieux métier du monde, c’est le plus vieux mensonge » (Gunilla Ekberg)
L’idéologie sexiste et la pornographie
Femmes esclaves des bordels du Bangladesh





THEMES ABORDES :

masculinité, gonzo, violence, cruauté, sexe

Pornographie, humiliation, viol, prostitution
Prostitution - Déshabiller Jacqueline pour habiller Jeannette
Exploitation sexuelle et racisme - Rencontre le 16 avril avec la CLES


Dans son plus récent livre, Robert Jensen force le lecteur à prendre au sérieux les effets d’une industrie de la pornographie devenue ultra-sadique et à reconnaître la nécessité de repenser l’attirail de la masculinité comme source d’une violence accrue envers les femmes et de leur dégradation.

J’ai toujours adhéré au système de valeurs collectiviste, libéral, progressiste qui accepte la pornographie comme une expression légitime du Premier Amendement [de la Constitution des États-Unis]. Dans cette vision du monde, les femmes sont censées participer librement aux films pornographiques et la pornographie refléter souvent des fantasmes que les gens ont réellement - même si ces fantasmes sont parfois quasi-violents et dégradants. Donc, tant que les personnes ne font que jouer un rôle dans les films de porno et qu’on ne les force pas ou qu’on ne viole pas la loi, ces films sont acceptables.

Mais j’ai changé d’avis. Non, je ne suis ni puritain, ni anti-sexe. Je ne crois pas non plus qu’il faille organiser une campagne nationale pour mettre fin à toute pornographie. En fait, je visionne parfois certains types de pornographie. Mais ce qui est devenu évident pour moi, c’est que, sous couvert du Premier Amendement, un immense et puissant complexe industriel a fait de la pornographie quelque chose qui échappe aujourd’hui à tout contrôle. Et une bonne partie de cette croissance est alimentée non seulement par l’Internet mais par une surenchère continuelle, où l’on hausse les niveaux de dégradation des femmes impliquées dans les dizaines de milliers de films produits chaque année. Je suis convaincu - même s’il est, bien sûr, difficile d’en faire la preuve - que les auditoires immenses que trouve la pornographie, et le caractère de plus en plus répandu des thèmes et des comportements de dégradation ont une influence négative sur la façon dont les hommes se comportent et sur la façon dont notre société traite les femmes.
Les attitudes et comportements sexistes à l’égard des femmes étaient censés s’être améliorés après les années 1960 et l’apparition du mouvement féministe. Les fils des baby boomers allaient être différents. Et même si cette perspective s’est peut-être avérée juste, dans certains cas, ce que nous observons, c’est une violence accrue envers les femmes et une acceptation sociale accrue d’attitudes et de comportements masculins méprisants qui auraient été jugés inacceptables il y a 20 ou 30 ans. En tant que société, nous avons régressé.

Ma réflexion sur la pornographie m’est venue en partie à constater de visu ce qui est affiché sur Internet et en partie à lire un livre puissant et provocateur de Robert Jensen, Getting Off : Pornography and the End of Masculinity, dont on peut lire des extraits ci-après. Jensen m’a convaincu qu’une influence aussi puissante que l’industrie de la pornographie, avec son jusqu’au-boutisme sexuel, ne doit pas être balayée sous le tapis au nom d’un défaitisme invoquant le Premier Amendement. L’industrie de la porno ne devrait pas bénéficier de notre déni collectif de ses effets bien réels sur les femmes - et les hommes -, simplement parce que nous avons peur de nous faire engueuler par les fondamentalistes du Premier Amendement ou que nous sommes inconfortables face aux enjeux complexes liés à l’expression sexuelle.

Il nous faut insister pour que le débat ait lieu et que les consciences progressent. Beaucoup nous diront de ne pas toucher à cet enjeu parce qu’il s’agit d’une pente glissante qui pourrait conduire à la répression d’autres libertés. J’en suis venu à la conclusion qu’il nous fallait courir cette chance. Il se peut que les attitudes des hommes soient en train d’être façonnées par des images de violence misogyne laides et parfois dégoûtantes. Et des dizaines de milliers de jeunes femmes sont présentement séduites et intimidées à vivre à l’écran des situations d’humiliation publique extrême. L’impact de ces situations sur leurs vies pourrait s’avérer dévastateur à long terme.

La montée de la porno extrême (gonzo)

Un phénomène marquant de la porno actuelle est la montée des films de porno extrême (dite « gonzo »). On observe deux genres de films : les premiers sont des longs métrages qui miment, même s’ils le font très grossièrement, le modèle hollywoodien de scénario avec personnages. Les deuxièmes, ceux de porno extrême, n’ont pas cette prétention et consistent simplement à filmer des actes sexuels qui, écrit Jensen, se produisent aussi dans les longs-métrages, mais « sont exécutés avec plus de brutalité, souvent avec plus d’un homme et avec un langage plus explicitement dégradant, où les femmes sont marquées comme des "salopes", des "putes", des "trous", des "sales chiennes" et ainsi de suite ».

Les films de porno extrême, qui en sont venus à dominer l’industrie, mettent également l’accent sur une nouvelle tendance d’actes sexuels, dont la double pénétration - anale et vaginale - et le passage de l’anus à la bouche (AAB) où après une sodomisation, le pénis est poussé dans la bouche des femmes. De plus, bon nombre de ces films insistent sur l’éjaculation dans le visage et la bouche des actrices par des hommes, souvent en grand nombre. Les femmes avalent habituellement le sperme mais peuvent aussi se le transmettre de bouche à bouche entre elles. Jensen croit que l’explication la plus plausible de la popularité de ces performances est que, dans la réalité extérieure à la pornographie, les femmes ne se livrent pas à ces actes à moins d’y être contraintes. « Les hommes le savent, écrit-il, et ce savoir est une des raisons qui les amènent à trouver ces films excitants. »

Comme l’explique Jerome Tanner, producteur de films pornographiques, « Un des éléments de la porno d’aujourd’hui et du marché extrême, le marché ‘gonzo’, est que tant d’amateurs veulent voir du matériel beaucoup plus extrême, de sorte que j’essaie toujours d’imaginer des façons de faire les choses différemment. Mais il semble que tout le monde veut voir une fille faire la pénétration double ou être baisée par une bande de gars en même temps... Il est clair que cette tendance a amené la porno quelque part, mais je ne sais pas dans quelle direction les choses vont aller maintenant. »

Michael Spinelli, interviewé pendant le tournage de Give me Gape (Mets-moi en plein la vue), ajoute : « Le public en veut plus. Les gens veulent savoir combien de queues on peut enfiler dans un cul. C’est comme une combinaison des films Fear Factor et Jackass. On nous dit de rendre l’action plus hard, plus cruelle, plus incessante. »

Jensen a clairement décidé, en écrivant ce livre, que le lecteur ou la lectrice devait expérimenter - du moins sous forme écrite - la réalité souvent écrasante des comportements et des valeurs de l’industrie de la porno pour comprendre les enjeux réels du problème. C’est pourquoi son livre décrit des scènes de porno, cite des dialogues et inclut des entrevues avec des acteurs et actrices de ces films pour capter leur pensée. Une partie des résultats est assez éprouvante à lire. En voici un exemple :

Jessica Darlin dit à la caméra qu’elle a joué dans 200 films et qu’elle incarne une femme soumise. « J’aime que les gars prennent les choses en main et m’utilisent comme un simple jouet. Je ne suis là que pour leur plaisir. » L’homme qui entre dans la pièce la saisit par les cheveux et lui dit de supplier l’autre homme. Elle rampe jusqu’à lui à quatre pattes et il lui donne une violente fessée. Lorsqu’il la saisit à la gorge, elle a l’air surprise. Alors qu’elle le suce, il lui dit : « Étouffe-toi avec. » Elle s’étouffe. Il lui empoigne la tête, la gifle et lui plonge rapidement son pénis dans la bouche. Elle s’étouffe de nouveau. L’autre homme répète les mêmes gestes, la traitant de « petite chienne ». Jessica bave et s’étouffe ; on dirait qu’elle va s’évanouir. Les hommes lui giflent les seins, puis l’empoignent par les cheveux et la mettent debout. Plus tard au cours de la même scène, un des hommes la sodomise de l’arrière alors qu’elle est retenue de force contre le sofa. L’autre homme la sodomise alors que son partenaire la retient du pied sur la tête. Finalement, un d’entre eux lui saisit les cheveux et lui demande ce qu’elle veut. « Je veux ton sperme dans ma bouche, dit-elle. Donne-moi tout ce sperme. Je veux y goûter. »

Jensen écrit : « Lorsque l’on mène des recherches sur l’industrie de la pornographie, un des éléments les plus difficiles est de parler des femmes qui y participent. Les hommes voient les femmes dans les films porno comme des objets de désir (à baiser) ou de ridicule (dont s’amuser). Lorsque des actrices de porno prennent la parole en public, elles réitèrent habituellement un discours qui met l’accent sur leur choix libre de cette carrière, à cause de leur amour du sexe et de leur absence d’inhibitions. » Nina Hartley est une ex-vedette de porno qui définit son expérience au sein de l’industrie comme de l’empowerment - un geste féministe d’une femme qui assume le contrôle de sa propre vie. Cependant, Jensen fait remarquer que « même si nous devons écouter ces voix et les respecter, nous savons également, grâce au témoignage des femmes ayant quitté l’industrie du sexe, que ces femmes sont souvent désespérées et malheureuses dans la prostitution et la pornographie, mais qu’elles ressentent le besoin de valider cette activité comme leur choix pour éviter de se percevoir comme des victimes. »

Robert Jensen, un radical

Pour mieux comprendre la situation, il faut savoir que Robert Jensen est un véritable radical. Ses positions sur la masculinité, la race et la pornographie sont tout à fait hors norme. Il croit que les notions définissant la masculinité rendent les hommes moins qu’humains et devraient être mises au rancart. « On prend pour acquis que les hommes sont naturellement compétitifs et agressifs et qu’être un "vrai homme", c’est se rallier à une lutte pour le contrôle, la conquête et la domination. Un homme regarde le monde, voit ce qu’il veut et le prend. »
En écrivant son livre, il prend pour mentor l’une des féministes les plus calomniées, Andrea Dworkin. Un des livres de Dworkin, Intercourse, a irrité beaucoup de ses lecteurs. « Dans cet essai, Dworkin soutient que, dans une société fondée sur la suprématie masculine, les rapports sexuels entre hommes et femmes constituent un élément central de la subordination des femmes aux hommes. (Cet argument a rapidement et faussement été caricaturé dans l’arène publique comme signifiant que "tout coït est un viol", un cliché qui est venu aggraver la réputation déjà sulfureuse de Dworkin.) Mais Jensen se rallie à Andrea Dworkin pour son intelligence exceptionnelle de la dynamique pornographique et il rappelle que ‘son amour des hommes était absolument évident’ ».

Comme beaucoup de personnes radicales dont l’exigence et l’entêtement ont, en fin de compte, provoqué des changements, Jensen nous convainc, à force d’arguments imparables, d’examiner les contradictions et les conséquences de nos actions, de nos a priori et de nos opinions. Et, en passant, Jensen utilise une définition différente du mot radical, basée sur l’origine latine de ce mot, soit radix = racine : « Les solutions radicales sont celles qui vont à la racine du problème. » Pour Jensen, le problème devient le suivant : « Comment expliquer le fait que les systèmes philosophiques et théologiques qu’affichent la plupart des gens s’enracinent dans les concepts de justice, d’égalité et de dignité inhérente de toutes les personnes, mais qu’en même temps nous permettons à la violence, à l’exploitation et à l’oppression de prospérer ? »

L’ouvrage de Jensen est un effort sérieux pour déconstruire la pornographie et pour la relier à la société où elle croît et qu’à certains égards elle domine. Il traite de façon détaillée les arguments utilisés pour justifier la pornographie, ainsi que les recherches qui peuvent relier pornographie et violence. Sa thèse est entrelacée d’une narration de son propre itinéraire, un effort solitaire pour rejeter la camisole de force de la masculinité, marqué par la douleur et le rejet qui accompagnent nécessairement ses efforts inlassables pour imposer ses idées à l’attention du public.

En fin de compte, ce livre nous laisse aux prises avec une question fondamentale : « Si la pornographie est de plus en plus cruelle et dégradante, pourquoi est-elle de plus en plus répandue au lieu d’être de plus en plus marginalisée ? Dans une société qui se dit civilisée, ne devrait-on pas s’attendre à ce que la plupart des gens rejettent un matériel sexuel qui devient de plus en plus méprisant envers l’humanité des femmes ? Comment expliquer les façons de plus en plus nombreuses et intenses d’humilier les femmes sexuellement et la popularité croissante des films qui présentent ces activités ? » Jensen conclut : « ... On ne peut résoudre ce paradoxe qu’en reconnaissant la fausseté d’une de ces prémisses. Dans ce cas-ci, c’est la conviction que la société américaine rejette habituellement la cruauté et la dégradation. En fait, les États-Unis sont un pays qui n’opose aucune objection sérieuse à la cruauté et la dégradation. »

Robert Jensen est en quête d’un objectif. Et il vient de réaliser un grand pas dans cet itinéraire en signant un ouvrage que ses lecteurs et lectrices ne pourront éviter ou rejeter facilement. Ce livre regorge de faits, de données, d’observations et d’analyses judicieuses, ainsi que d’exemples des produits bruts d’une industrie qui a basculé dans l’extrémisme. Je sais qu’il s’agit d’un cliché, mais je peux vous assurer que presque personne ne pourra songer à la pornographie de la même façon après avoir lu Getting Off.

- Lire un extrait de ce livre : « Pornographie : Ça fait mal, tellement mal ». (le titre de l’extrait est de Sisyphe).

***

Don Hazen est le directeur général du réseau AlterNet. Robert Jensen est professeur de journalisme à l’Université du Texas à Austin et il siège au C.A. du Third Coast Activist Resource Center. Il a également signé les livres The Heart of Whiteness : Race, Racism, and White Privilege et Citizens of the Empire : The Struggle to Claim Our Humanity (tous deux chez l’éditeur City Lights Books). On peut lui écrire à cette adresse et trouver ses articles sur Internet ici.

© 2007 Independent Media Institute. Tous droits réservés. Copyright Sisyphe pour version française.

On peut lire la version originale de ce texte sur AlterNet, édition du 22 septembre 2007, à cette page.

- Merci au directeur du réseau AlterNet de nous avoir autorisées à traduire et publier cette version de son article. Traduit par Martin Dufresne pour Sisyphe.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 10 octobre 2007


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Don Hazen, directeur général du réseau AlterNet



Plan-Liens Forum

  • Pornographie et fin de la masculinité
    (1/3) 19 avril 2013 , par

  • > RE : Pornographie et fin de la masculinité
    (2/3) 5 janvier 2008 , par

  • > Pornographie et fin de la masculinité
    (3/3) 5 décembre 2007 , par





  • Pornographie et fin de la masculinité
    19 avril 2013 , par   [retour au début des forums]

    "Et, en passant, Jensen utilise une définition différente du mot radical, basée sur l’origine latine de ce mot, soit radix = racine : « Les solutions radicales sont celles qui vont à la racine du problème. »

    En fait, c’est là la seule définition défendable de la "radicalité". Se prétendre "radical" sans effectuer cette démarche - chercher la racine du problème -, c’est évidemment se donner soi-même une étiquette, et espérer que personne n’ira regarder de trop près ce qu’il y a dessous.

    Ce bref texte donne envie de lire Jensen, qui me semble faire avancer un peu la critique du genre, à travers un regard sans concession sur les fourvoiements des soi-disant "pro-sexe" à ne connaître, défendre et promouvoir, sous cette appellation, que de purs et simples rapports de domination de sexe, au nom d’une conception de "la sexualité" à la fois sexiste, hétérosexiste et essentialiste, pur produit du masculinisme, qui se satisfait d’érotiser ces rapports de domination.

    Quant à la formidable et généreuse intelligence d’Andrea Dworkin, à laquelle il est heureusement rendu hommage ici, on ne la louera jamais assez !
    Il est vraiment regrettable qu’elle soit encore bien peu traduite en français.

    > RE : Pornographie et fin de la masculinité
    5 janvier 2008 , par   [retour au début des forums]

    De passage sur Sisyphe et amateur occasionnel de porno, j’ai lu avec attention vos excellents articles.
    Il me parait bizarre dans ce debat de n’y voir jamais évoquée la masculinité mal assumée comme raison initiale de la dérive du porno vers des situations d’humiliation.
    Ce n’est qu’un avis bien sûr, mais il me semble que les nouveaux rapports H/F issus de l’indispensable et heureuse "assumation" de la féminité a dû créer pas mal de frustrés. D’autant que les médias n’y vont pas doucement avec la mise en avant des valeurs machistes (violences, compétition, vengeance..). Les réalisateurs d’Hollywood m’ont l’air aussi frustrés que les consommateurs de pornos humiliants.

    Les femmes ont commencé à assumer leur féminité, pas encore leur masculinité. Les hommes ne sont pas bcp senti le besoin d’assumer ni leur féminité ni leur masculinité au delà des valeurs préhistoriques.

    Le monde se cherche entre deux classifications définitives et exclusives, le type de sexualité et le genre. Ce manichéisme colporté par bcp est selon moi la racine d’une impossibilité de positionnement personnel, générateur de frustrations et de déviance. On peut être un ho hétéro et sensible, mais ce n’est pas tjrs bien vus, pas plus qu’une fe hetero et pas sensible.
    Un peu de souplesse dans les clivages permettrait peut être à tous/tes plus de compréhension et moins d’humiliations.

    Il y a simplement énormément de travail à faire, et vos réfléxions y participent, Merci.

    Nicolas

    > Pornographie et fin de la masculinité
    5 décembre 2007 , par   [retour au début des forums]

    TABAC ET PORNOGRAPHIE Le 28/11/2007

    Nous n’avons plus le droit de fumer pour notre bien à tous, ou alors d’une façon très privée sans ennuyer les autres. La vente de stupéfiants est interdite, et sur mon ordinateur on ne me propose ni tabac, ni marijuana, ni cocaïne... Sans doute les services de police aguerris veillent et nous évitent cette publicité.
    Mais j’ai tous les jours sur mon écran plusieurs propositions pour avoir un pénis plus grand, plus efficace, etc... les mêmes services de police, sans doute, n’y voient rien à redire. Je suppose que les enfants reçoivent les mêmes messages que moi, leur âge n’est pas inscrit sur leur boîte aux lettres.
    Et lassée, je sors de chez moi pour aller chez le marchand de journaux : avant d’entrer , je peux voir le chevalet sur le trottoir exhibant une femme, les seins siliconés, les jambes écartées, la main dans la culotte, la langue sortie, etc... Celà me dérange malgré l’habitude que j’en ai ; puis dans le magasin, je cherche mon magazine , et si j’ai le malheur de vouloir prendre un mensuel de photo ou de moto , je dois l’extirper de piles entières, moins grandes mais plus variées, d’images similaires à celle du trottoir. On me dira que c’est sur le rayon du haut, réservé aux adultes - mais ma fille de 12 ans mesure 1,70m . Et l’autre, moins grande, à une excellente vue de loin. En outre, je suis adulte et je supporte vraiment mal.
    Je doute que les femmes, les jeunes filles, les enfants, aiment ce genre d’exposition.
    On interdit donc le tabac pour ne pas déranger et ne pas nuire à la santé. Mais nuire à la santé mentale de la moitié de la population ne dérange pas l’autre moitié, et les pouvoirs publics, nous le voyons, se placent du côté de cette moitié là. Dans la mise en évidence de ce raisonnement, j’aimerais tant voir cette pollution là passer dans la sphère privée, celle qu’on n’inflige pas aux autres, aux femmes, aux enfants... Et je présume que la santé mentale des futurs hommes serait peut-être différente si on ne les nourrissait pas dès l’enfance de ce genre de nourriture.
    Alors, je propose de mettre la pornographie au rang des priorités dans les choix de santé publique : faisons une étude, chiffrons les nuisances, les psychotropes, les violences faites aux femmes, la pédophilie, le harcèlement sexuel, chiffrons tout celà si ce n’est déjà fait, et faisons le sortir des problèmes éthiques de la société pour le faire entrer dans les préoccupations de santé publique, de trou de la sécurité sociale, de gestion du budget de l’état. Je sais, ce que je demande est folie et utopie, mais l’utopie me fait vivre et a fait vivre tant de grands esprits... c’est une question de regard, et nous les femmes, nous devons changer le nôtre : nous ne sommes pas (que) des victimes, nous sommes un peu gardiennes de notre société, vaillantes, combattantes, courageuses ! et pas prêtes à nous laisser, éternellement, marcher dessus.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2007
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin