| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 2 septembre 2011

Votre voisin est un prostitueur - Une nouvelle recherche

par Leslie Bennetts, Newsweek






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Aidez-nous à éradiquer la prostitution au Canada
Euro 2016 - Le prix d’une passe n’est pas celui que tu crois
Abolition de la GPA et de la prostitution, même combat contre le patriarcat
Les droits des femmes bafoués, les corps marchandisés
Non au système prostitutionnel ! Une analyse féministe et abolitionniste du système prostitutionnel
Prostitution : L’Assemblée nationale française fidèle à ses convictions
Claudine Legardinier - Prostitution : une guerre contre les femmes
France - Les inégalités femmes-hommes au Sénat font obstruction à la sanction des clients de la prostitution !
Offrir aux hommes handicapés de recourir à la prostitution, une idée ancrée dans la misogynie et le validisme
Lettre ouverte à rabble.ca - La journaliste Meghan Murphy visée par une campagne misogyne du lobby de l’industrie du sexe
Grand Prix de Montréal - La CSN demande l’application de la nouvelle loi fédérale pour contrer la prostitution
Comment la pornographie influence les jeunes consommateurs
"Le commerce du sexe", un film d’Ève Lamont
Réglementer la pornographie ou criminaliser les pornocrates ?
Corps disloqués, âmes brisées : conséquences psychiques et physiques de la prostitution sur les personnes qui la vivent
Prostitution - L’approche de “réduction des méfaits” ne suffit pas pour une analyse pertinente de la prostitution
« Ni client, ni complice ! » - La CLES lance un appel à lutter contre la banalisation de l’exploitation sexuelle
Pénalisation du client de la prostitution ? Les belles histoires de Tonton Robert
Non, Messieurs, la plupart des personnes prostituées ne le sont pas par choix
Le manifeste des 343 bites tellement légères qu’elles se dressent à l’insu de leur cerveau
La cruelle chosification des femmes prostituées et des mères porteuses
Catharine A. MacKinnon - Traite, prostitution, inégalité
Prostitution - Sanctionner les clients et non les prostituées
Prostitution des jeunes - La trahison des adultes
Décriminaliser la prostitution ne peut pas être la solution
Prostitution : une affaire d’hommes ou la fraternité "des salauds"
Loi sur la prostitution en France - « Je ne veux pas d’une société où les femmes ont un prix »
Janice G. Raymond – Prostitution : "Pas un choix, pas un travail"
Elisabeth Badinter et Irène Théry ou la caution intellectuelle du système patriarcal
Les femmes étrangères rêveraient-elles de devenir "putes" ?
Prostitution - La stigmatisation et le mythe entourant le statut de victime
Abolition de la prostitution en France - Le principe est acquis, place à la loi !
Comprendre la prostitution dans l’ensemble des structures de pouvoir fondées sur le genre
L’Irlande pourrait interdire l’achat de sexe
Le prostitueur, "chaînon manquant" de la question prostitutionnelle, selon Victor Malarek
La prostitution, sexualisation du pouvoir
La France envisagerait des sanctions "pédagogiques" pour les prostitueurs
Le Canada ne peut traiter la prostitution comme un filet de sécurité sociale
Les "femmes de réconfort" étaient nécessaires pour maintenir la discipline dans l’armée, selon le maire d’Osaka
Prostitueurs et non-prostitueurs, une étude de Mélissa Farley
Bienvenue dans le monde des prostitueurs
Prostitution - Rendre tabou la notion de victime pour masquer l’existence d’agresseurs
Prostitution en Grande-Bretagne - Un bien étrange syndicat au service des proxénètes
Prostitution et mariage : une assimilation douteuse
La prostitution, le STRASS et la sénatrice - La pertinence de la transparence
Au delà des mythes, légaliser la prostitution est une très mauvaise idée
La Suède malmène l’industrie du sexe et aide les femmes prostituées
Les prostitueurs. Sexe à vendre… Les hommes qui achètent du sexe, un livre de Victor Malarek
"Angel" : Piégée dans un monde de prostitution et de violence
L’être et la marchandise. Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi
"Les criminelles" : individualisation et romantisation de la prostitution
Des spécialistes en santé veulent aider les femmes à sortir de l’industrie du sexe… en faisant échec aux prostitueurs
L’Islande songe à interdire la porno diffusée sur Internet
En studio avec Ruth ! "Je crois sincèrement que la traite humaine et la prostitution fonctionnent de pair"
Catalogne - La loi et l’ordre des proxénètes
Qui estime vraiment les personnes prostituées ?
En studio avec Ruth ! "La prostitution est un grand enjeu politique"
L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) et l’Alliance canadienne féministe pour l’action internationale (FAFIA) répondent au rapport Oppal sur les femmes disparues
Colombie-Britannique - L’égalité des femmes et le contexte socio-économique absents du rapport Oppal sur les femmes disparues
Prostitution - Les “progressistes” australiens oscillent entre l’industrie du sexe et les droits des femmes
Prostitution - Le refus d’abolir le système prostitueur est une atteinte aux droits humains
Fantine ou la liberté de se prostituer ?
Première rencontre de l’Association internationale des survivantes unies de la traite à des fins sexuelles (prostitution)
Prostitution - Pourquoi il faut mettre fin à une des plus anciennes violations des droits humains
Carton rouge pour les bordels à vitrine
Prostitution - La réduction des méfaits est-elle ce que nous pouvons faire de mieux pour les personnes prostituées ?
Un traité féministe international pour abolir la prostitution
Prostitution - Coup de tampon réglementariste !
Prostitution et séropositivité - Le Gouvernement grec arrête et emprisonne des femmes pour protéger les hommes
Manifeste contre le système prostitueur
Prostitution en France - Lettre ouverte à M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre
1946-2012 : De la fermeture des maisons closes à la lutte contre le système prostitueur, les abolitionnistes portent progrès et liberté !
Prostitution - Gloria Steinem appuie le modèle nordique
Solidarité avec les prostituées, mais lutte contre la prostitution
Comparaison entre acheteurs et non-acheteurs de sexe dans la région de Boston
8 mars 2012 : Pas d’égalité sans abolition de la prostitution !
La danse contact ou "lap-dance", prologue de la prostitution
Fiers d’aller aux danseuses ! Vraiment ?
Abolitionnistes du système prostitueur : ce que nous sommes, ce que nous voulons !
Les Néerlandais commencent à regretter la légalisation de la prostitution
Prostitution et faux-semblants : une affaire de société, de femmes et d’hommes
Pourquoi la gauche veut-elle faire de la prostitution "un métier comme un autre" ?
Prostitution et "slutwalk" - Bâtir un mouvement féministe progressiste à l’époque individualiste
Prostitution - Il faut rendre illégal l’achat de "services" sexuels en Australie
Le mouvement des femmes n’est pas monochromatique
ZéroMacho - Des hommes contre la prostitution
Prostitution et domination masculine
La vérité sur l’esclavage sexuel planétaire, un livre de Lydia Cacho
J’ai rien vu
Abolition n’est pas prohibition - Pourquoi la défense de l’avortement diffère de la défense de la prostitution
Prostitution et traite des femmes - Le projet abolitionniste au congrès Mondes des femmes 2011
Congrès international Mondes des femmes 2011 - Compte-rendu des échanges sur l’abolition de la prostitution à l’exposition "Les draps parlent"
Banalisation de l’industrie du sexe et éducation des jeunes
Nous devons sanctionner les acheteurs de la prostitution
Des députés proposent une résolution sur la prostitution réaffirmant la position abolitionniste de la France
Dix raisons de ne pas légaliser la prostitution
Demi Moore s’associe au CNN Freedom Project pour un documentaire saisissant sur le commerce sexuel au Népal
Client de la prostitution : vers une prise de conscience européenne
Lutter pour faire de la prostitution un travail, c’est se tromper de combat
Prostitution et traite des êtres humains, controverses et enjeux
Le système de la prostitution militaire en Corée du Sud, en Thaïlande et aux Philippines
Les pratiques des hommes "clients" de la prostitution : influences et orientations pour le travail social
La prostitution comme violence contre les femmes
Le système prostitutionnel, un pilier de l’inégalité sexuelle et des violences envers les femmes
Clients de la prostitution : un "droit de l’homme" heureusement en péril
Prostitution as violence against women
Prostitution - Vive le sexe libre et gratuit !
France - La prostitution n’est pas une fatalité
"Il faut punir les clients des prostituées", selon Roselyne Bachelot. Oui... et dépénaliser les personnes prostituées !
Belgique - Analyse « Prostitution : arguments et opinions »
Prostitution - Le débat entre féministes se poursuit
Tribunal populaire sur l’exploitation sexuelle commerciale - Inscription
La tolérance sociale, complice de la violence et de l’exploitation sexuelle
Traite des femmes à des fins sexuelles - Au cœur des réseaux criminels : l’exemple de l’Albanie
S’unir contre la banalisation de la prostitution - Un défi pour la décennie
Moi, si j’étais un homme
Prostitution et traite des êtres humains - Les mensonges du réglementarisme
La députée bloquiste Maria Mourani présente un projet de loi pour accélérer la lutte à la traite des personnes et au proxénétisme
La prostitution menace le patrimoine humain
La série "Maison close" : de la fiction à la réalité
C’est un métier, tout comme le vôtre…
Décriminaliser totalement la prostitution sape le travail pour l’égalité des sexes - Exigeons le changement
"Abolir la prostitution" – Une question en suspens pour le féminisme et pour la gauche
Pays-bas : infirmières ou prostituées ?
Madame Parité commence fort en renvoyant les femmes… au bordel !
Le sexe s’invite à la Coupe du Monde
Feu « Verts » au proxénétisme !
Plus de pornographie à l’Assemblée nationale, mais des assises de la prostitution au Sénat
"Travailleurs du sexe", un documentaire sexiste, réactionnaire et dangereux
Le Mouvement du Nid-France louera un mini-car pour faire visiter les maisons closes
Pour un quartier assiégé, la prostitution est loin d’être un "crime sans victime"
De client prostitueur à homme responsable : une démarche nécessaire
Le "client", premier agent de la prostitution
Proxénétisme et prostitution - Lettre ouverte aux candidat-e-s aux élections européennes de juin 2009
Poser les bases d’une Europe sans prostitution, c’est oser
Le tourisme de prostitution, une industrie mondialisée florissante
Prostitution : la grande promo
Première Journée mondiale contre l’exploitation sexuelle : les raisons d’un engagement
Prostitution et traite des êtres humains, enjeux nationaux et internationaux
Le vagin industriel. Vers une économie politique du sexe commercial mondialisée
S’attaquer au trafic mondial du sexe
Intégrisme islamique et esclavage sexuel en Iran
Le corps des femmes est attaqué. Que fait-on ? On se tient debout et on riposte !
Libre disposition de son corps et liberté de se prostituer
Le refus de la prostitution gagne du terrain
La mode hypersexualisée s’inspire de la pornographie
Le "droit de prostituer" n’est pas un droit de l’homme
"Abolition de la prostitution" - Édito Revue Labrys
Affaire Sneep aux Pays-Bas - Condamnation de deux proxénètes qui ont exploité et maltraité 120 filles de l’Europe du Sud et de l’Est
Le commerce du sexe est florissant en Afghanistan
Sexe et Formule 1
Dossier prostitution - Importants développements à l’échelle internationale
Prostitution - Touche pas à mon client ?
Le Conseil National des Femmes du Luxembourg (CNFL) se prononce en faveur d’une législation agissant directement sur la demande de "services sexuels"
Affaire Spitzer - Le mythe du crime sans victimes
Le Mouvement du Nid inquiet de plusieurs mesures de la politique française sur la prostitution
Le Forum de Vienne sur la traite des êtres humains reste sourd aux voix des victimes
Une politique cohérente contre la violence à l’égard des femmes doit commencer par s’attaquer à la prostitution
Prostitution - À Alger comme en Europe, on esclavagise les femmes
Manifeste des hommes pour l’abolition de la prostitution (Espagne)
Pornographie et fin de la masculinité
Pornographie : "Ça fait mal, tellement mal" ou pourquoi certaines femmes ne veulent pas savoir
Prostitution : les limites du consentement
Prostitution et traite des femmes au Nevada
« Être abolitionniste, c’est défendre la liberté sexuelle ! »
"Rent-A-Wife", c’est discriminatoire !
Après des décennies, les secrets des bordels des camps nazis émergent
Une association féministe espagnole conteste l’expression "travailleuse du sexe"
Le Mouvement du Nid face aux clients prostitueurs
Première Journée mondiale pour un tourisme responsable et respectueux, le 2 juin 2007
Richard Poulin parle de son dernier livre "Abolir la prostitution" - Interview par Sporenda
Police, Justice et acteurs sociaux, quelle coopération ?
Réflexions sur les meurtres de femmes prostituées au Royaume-Uni
Prostitution - Trois femmes et un débat
Déchirées par la guerre, les femmes d’Irak sont la cible des trafiquants du sexe
La prostitution n’est pas un service comme un autre
Entretien avec Coline Serreau sur le film Chaos
Qu’est-ce que la libération ? Le féminisme hier, aujourd’hui et demain
Quand le porno impose sa vision de la sexualité
La prostitution, une arme politique
Prostitution : tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir et qui existe quand même !
La liberté dévoyée
Mondialisation, militarisme et trafic sexuel
Pour que la porno recule
Marchandisation et déshumanisation : l’exemple de la prostitution
Richard Poulin lance un manifeste abolitionniste
Prostitution en Allemagne : Déclaration post-Coupe Mondiale de Football
Prostitution Reform - Stamp out sexual slavery (Angleterre)
La prostitution au XVIIIe siècle, pierre d’achoppement entre politiques locales et pouvoir royal
Campagne contre la traite des blanches de l’Europe de l’Est
Prostitution : les pièges du pragmatisme
L’âge du consentement sexuel à 16 ans : un pis-aller ?
Prostitution : cherchez le client
Enjeux de la prostitution considérée comme "travail du sexe"
L’envergure de la traite à des fins de prostitution
Les filles de l’Est
Violence pro-prostitution à la Maison des femmes de Paris
Le discours pro-prostitution : une rhétorique de dominant
"Survivantes" et féministes contre la prostitution
Clients de la prostitution : motivations et déterminants
La législation à l’encontre des prostituées au XVIIIe siècle
Une politique cohérente contre la violence faite aux femmes doit d’abord s’attaquer à la prostitution
La nouvelle industrie du sexe
"Terre promise", un film d’Amos Gitaï sur la traite des femmes
Prostitution : une arme de destruction massive
"Les clients de la prostitution : l’enquête", de Claudine Legardinier et Saïd Bouamama
Les Philippines contre le trafic sexuel
"Inside deep throat", contribution à la liberté sexuelle ?
La prostitution au XVIIIe siècle : introduction à une liberté superficielle
Femmes à vendre dans les pays baltes
Prostitution et Société No 150
Acheter du sexe n’est pas un sport
Une loi qui jetterait les femmes dans l’industrie du sexe
Casino de Hull - Des "playmates" de Playboy pour faire la promotion des nouvelles machines à sous
Ni coupables, ni victimes : libres ? Oui, libres de toute prostitution
Le système de la prostitution : une violence à l’encontre des femmes
La marchandisation du corps humain est une violation des droits fondamentaux de la personne
Le système de la prostitution au Cambodge : le témoignage de Somaly Mam
Le Mouvement du Nid
Le Mouvement du Nid - Documents sur la prostitution
La banalisation de la prostitution : des choses à savoir
L’Association canadienne des centres contre les agressions sexuelles réclame des politiques contre le commerce du sexe
16 journées d’actions citoyennes pour dire "Non aux violences à l’égard des femmes et à la prostitution ! Oui à la promotion de la dignité humaine !"
Prostitution et travail « invisible » : une assimilation dangereuse
Le risque global d’être convertie en marchandise
Gunilla Ekberg : « Le mieux que nous puissions faire pour nos soeurs prostituées, c’est de les aider à en sortir. »
Prostitution, pornographie et trafic des femmes
Sexe, argent et intégrisme postmoderne
Les politiques européennes et internationales sur la traite des êtres humains encouragent le proxénétisme
Quinze thèses sur le capitalisme et le système prostitutionnel mondial
Le chemin de Buenos Aires : la prostitution, hier et aujourd’hui
Prostitution,
la mondialisation incarnée

Mondialisation des industries du sexe : oppression maximale des femmes et des enfants du Sud, de l’Est, du Sud-Est, etc...
L’hypocrisie a-t-elle un sexe ? Ou comment masquer l’insoutenable réalité de la prostitution
L’importance de ne pas censurer le débat sur la prostitution
Viol et prostitution
Esclavage et prostitution
Journée de formation sur la mondialisation de la prostitution et du trafic sexuel - Documents
Les jeunes et l’industrie du sexe
La marchandisation du sexe : nouvel esclavagisme ?
Le "libre choix" en Allemagne : accepter de se prostituer ou perdre son allocation de chômage ?
La croissance effrénée des industries du sexe : entrevue avec Richard Poulin
Aux pays des tsunamis, le trafic sexuel sévit
Le modèle suédois : une source d’inspiration, non une panacée
Une étude dresse le portrait des prostitueurs ou clients de la prostitution
Prostitution : La nouvelle traite des Noirs
« La mondialisation des industries du sexe » : des faits aux valeurs
Décriminaliser la prostitution a profité aux proxénètes, pas aux personnes prostituées
Occupations militaires - La prostitution érigée en système
Le scandale de l’esclavage sexuel au Kosovo
« Les Yeux secs » et la caméra citoyenne de Narjiss Nejjar
Rapport sur les conséquences de l’industrie du sexe dans l’Union européenne
L’érotisation de la violence et de la subordination
Prostitution : réflexions d’un militant en colère
Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui, esclavage, travail forcé, trafic de personnes
Pacte du silence sur les clients de la prostitution
Le débat sur la prostitution : quelle libération sexuelle ?
Des questions à se poser sur la prostitution
Fabrication d’un nouveau mythe sur la prostitution
L’urgence est-elle de faire de la prostitution un métier ?
Je voudrais parler porno
La légalisation de la prostitution, une expérience qui a échoué en Australie
Prostitution, pornographie et capital
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe
Prostitution, trafic sexuel et mondialisation
On s’arrache les actions du premier bordel inscrit en bourse
Il faut stigmatiser le client... il est criminel
La tyrannie du nouvel ordre sexuel
Adulte ou infantile, la prostitution est le contraire de l’autonomie sexuelle
Les enjeux occultés de la prostitution et les conséquences sur les rapports hommes-femmes
Le trafic mondial des femmes et des enfants
Des proxénètes à l’Université ?
La mondialisation des marchés du sexe - I
La mondialisation des marchés du sexe - II
Combattre le système prostitutionnel
Sexe : de l’intimité au « travail sexuel » ou prostituer est-il un droit humain ?
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe. Commentaire.
Pour une critique de la politique pro-prostitution de Cabiria
Prostitution : droits des femmes ou droit aux femmes ?
Faut-il une autorisation pour parler de la prostitution ?
« Le corps est un nouvel instrument d’esclavage » Florence Montreynaud
« La prostitution, ce n’est pas le plus vieux métier du monde, c’est le plus vieux mensonge » (Gunilla Ekberg)
L’idéologie sexiste et la pornographie
Femmes esclaves des bordels du Bangladesh







Les hommes qui achètent du sexe sont vos voisins et vos collègues. Une nouvelle étude révèle la manière dont la demande croissante pour la pornographie et la prostitution affectent les relations interpersonnelles et mettent en danger les femmes et les jeunes filles.

Des hommes de tous âges, races, religions et origines le font. Des hommes riches le font, et des hommes pauvres le font, sous des formes si variées et si omniprésentes qu’ils peuvent y avoir recours à tout moment.

Et pourtant l’on sait étonnamment peu de choses sur la pratique séculaire de l’achat du sexe, considéré de longue date comme incontournable. Personne ne sait même quelle proportion des hommes le font ; les estimations varient entre 16 et 80 pour cent. « Quatre-vingt-dix-neuf pour cent de la recherche dans ce domaine a été effectuée auprès des prostituées, et 1 pour cent auprès des clients », explique Melissa Farley, directrice de Prostitution Research and Education, une organisation à but non lucratif mise sur pied par une coalition de centres de femmes de San Francisco.

Psychologue clinique, Farley se penche depuis longtemps sur la prostitution, la traite et la violence sexuelle, mais elle-même n’était pas certaine de la représentativité de ses résultats : « Nous nous posions toujours la question : l’ensemble de nos conclusions est-il seulement vrai pour les acheteurs de sexe, ou l’est-il pour les hommes en général ? »

Dans une nouvelle étude dont la revue Newsweek a obtenu la primeur - « Comparaison des acheteurs de sexe aux hommes qui n’en achètent pas » - Farley fournit quelques réponses surprenantes. Bien que les deux groupes partagent de nombreuses attitudes au sujet des femmes et du sexe, ils diffèrent de façons marquées comme en témoignent deux citations qui servent de sous-titre du rapport.

Un des répondants de l’étude explique pourquoi il aime acheter des prostituées : « Leur servitude vous permet de vivre un bon moment. » En contrepartie, un autre homme a expliqué pourquoi il n’achetait pas de sexe : « C’est appuyer un système d’avilissement. »

Et pourtant, l’achat de sexe est tellement omniprésent que l’équipe de Farley a eu une difficulté inouïe à localiser des hommes qui ne le font vraiment pas. L’utilisation de la pornographie, des lignes téléphoniques érotiques, de la danse-contact, et d’autres services est devenue si répandue que l’équipe de recherche a dû assouplir sa définition pour arriver à assembler un groupe contrôle de 100 non-acheteurs.

« Nous avons eu énormément de mal à trouver des non-utilisateurs », explique Farley. « Nous avons finalement dû nous rallier à une définition des non-acheteurs de sexe comme étant des hommes qui n’ont pas fréquenté un bar de strip-tease plus de deux fois depuis un an, n’ont pas acheté de danse-contact, n’ont pas utilisé de pornographie plus d’une fois depuis un mois, et qui n’ont pas acheté de sexe par téléphone ou les services d’une travailleuse du sexe, escorte, masseuse érotique, ou prostituée. »

Une foule de spécialistes estiment que l’ère numérique a engendré une multiplication considérable du phénomène de l’exploitation sexuelle ; aujourd’hui, quiconque a l’accès à l’Internet peut facilement prendre se procurer une « passe » par le biais d’annonces en ligne, d’agences d’escortes et d’autres fournisseurs qui desservent à peu près n’importe quelle prédilection sexuelle. La hausse de la demande a conduit à une prolifération vertigineuse de services devenus si banals que beaucoup d’hommes ne voient même pas les massages érotiques, strip clubs, ou danses-contact comme des formes de prostitution. « Plus l’industrie du sexe normalise ces comportements, plus ceux-ci se généralisent », explique Norma Ramos, directrice générale de la Coalition Internationale Contre la Traite des Femmes (CATW).

La banalité des acheteurs de sexe est suggérée par leur appellation traditionnelle aux États-Unis : les « Johns », le plus générique des noms masculins. « Ce sont les flics, les instituteurs – des individus dignes et respectés. C’est Monsieur Tout-le-monde », dit une jeune femme que la traite a amenée à la prostitution dès l’âge de dix ans et qui a demandé à être identifiée comme T.O.M.

Tout aussi typiques sont les répondants de l’étude de Farley, des résidents de la région de Boston dont l’âge variait de 20 à 75 ans, avec une moyenne de 41 ans. La plupart étaient mariés ou en couple, comme la majorité des hommes qui fréquentent des personnes prostituées.

Globalement, les attitudes et les habitudes des acheteurs de sexe les révèlent comme étant des hommes qui déshumanisent les femmes et les réduisent à un produit de consommation, les considèrent avec colère et mépris, n’ont aucune empathie pour leur souffrance, et savourent leur propre capacité à infliger douleur et dégradation.

Farley a constaté que les acheteurs de sexe étaient plus susceptibles que les non-acheteurs de considérer le sexe comme entièrement détaché des relations interpersonnelles, et qu’ils appréciaient l’absence d’implication émotionnelle avec les prostituées, qu’ils voyaient comme de simples produits à consommer. « La prostitution traite les femmes comme des objets et non ... comme des êtres humains », a déclaré un des acheteurs interrogés pour l’étude.

Dans leurs interviews, les acheteurs de sexe ont souvent eu des propos agressifs à l’endroit des femmes, et ont été presque huit fois plus nombreux que les non-acheteurs à dire qu’ils violeraient une femme s’ils pouvaient le faire impunément. Un homme à qui on demandait pourquoi il achetait le sexe a répondu qu’il aimait « tabasser les femmes ». Les acheteurs de sexe interviewés dans l’étude avaient commis plus de crimes de toutes sortes que les non-acheteurs, et chacun des crimes associés à la violence contre les femmes avait déjà été commis par les prostitueurs interviewés.

La prostitution a toujours été une activité risquée pour les femmes ; l’âge moyen de décès des femmes prostituées est de 34 ans, et l’American Journal of Epidemiology a signalé que celles-ci souffrent d’un « taux d’homicide au travail » 51 fois supérieur à celui de la prochaine activité la plus dangereuse, celle de caissier dans un magasin d’alcool.

Les conclusions de Farley suggèrent que l’usage de la prostitution et la pornographie peut avoir pour effet de rendre les hommes plus agressifs. Les acheteurs de sexe de l’étude consommaient beaucoup plus de pornographie que les non-acheteurs, et les trois quarts d’entre eux ont dit avoir tiré leur éducation sexuelle de la pornographie, en comparaison d’un peu plus de la moitié des non-acheteurs. « Les acheteurs de sexe ont déclaré qu’avec le temps et en raison de leur recours à la prostitution et à la pornographie, leurs préférences sexuelles ont changé et ils ont cherché plus d’activités sexuelles sadomasochistes et anales », signale l’étude.

« La prostitution peut vous amener à penser que des choses que vous avez peut-être faites avec une prostituée sont de celles auxquelles vous devriez vous attendre dans une relation amoureuse mutuelle », a déclaré un prostitueur interviewé. De telles croyances inspirent de la colère envers les autres femmes si elles ne se conforment pas à ces attentes, altérant l’aptitude des hommes à entretenir des relations avec des femmes non prostituées.

Les acheteurs de sexe préfèrent souvent la licence dont ils disposent avec les prostituées. « Vous êtes le patron, le patron total », dit un autre prostitueur. « Il nous arrive même à nous, les gars normaux, de vouloir commander quelque chose et le voir exécuté sans poser de questions. Pas de ‘Je n’en ai pas envie’. Pas de ‘Je suis fatiguée’. Une obéissance indiscutable. Ça, c’est du pouvoir. Le pouvoir, c’est comme une drogue. »

Pour beaucoup de prostitueurs, l’argent qu’ils versent leur donne la permission d’avilir et d’agresser les femmes sans entraves. « On vous permet de traiter une pute comme une pute », a dit un prostitueur. « Vous pouvez trouver une pute correspondant à n’importe quel type de besoin – que ce soit la gifler, l’étrangler, ou pour du sexe plus agressif que ce que votre copine accepte de faire. »

Bien que certains acheteurs de sexe interviewés voient la prostitution comme consensuelle, d’autres répondants reconnaissent que des facteurs économiques et émotionnels plus complexes influençaient le « choix » de se prostituer. « Vous pouvez voir que les circonstances de la vie l’ont en quelque sorte forcée à cela », a déclaré un des non-acheteurs interrogés dans l’étude. « C’est comme quelqu’un qui saute d’un immeuble en flammes, on peut dire qu’ils ont fait le choix de sauter, mais on peut également dire qu’ils n’avaient pas le choix. »

Le récit de T.O.M. en est un bon exemple. Son père a été incarcéré alors qu’elle avait deux ans, et elle n’en avait que quatre la première fois où son corps a été échangé pour de la drogue par sa mère, une toxicomane. Ayant grandi dans des familles d’accueil, elle a été molestée dans chacune d’elles. Quand elle avait 10 ans, un proxénète de 31 ans lui a promis de prendre soin d’elle. « Il a d’abord été mon sauveur – à l’époque, je volais de la nourriture pour survivre. Il m’a dit : ‘Je vais être ta mère, ton père, ton copain, mais tu dois faire cela pour moi.’ Puis, il m’a vendue. »

Au cours des cinq années suivantes, jusqu’à ce qu’il soit incarcéré, son proxénète l’a soumise à la traite dans tout l’Ouest des États-Unis. « Je ressemblais vraiment à une enfant durant les trois premières années, ce qui rendait l’opération plus rentable pour lui », explique T.O.M. qui, à 21 ans, demeure toute petite avec une ossature fine. Dans l’étude de Farley, une chose dont convenaient les prostitueurs et les non-acheteurs était la facilité d’accès à ces enfants : près de 100 pour cent des hommes interviewés ont dit que des mineurs étaient pratiquement toujours en vente à Boston.

Les enfants victimes de traite ont souvent des histoires semblables à celle de T.O.M. La recherche indique que la plupart des prostituées ont vécu des agressions sexuelles dans l’enfance et qu’elles entrent généralement dans la prostitution entre 12 et 14 ans. La majorité d’entre elles souffrent de dépendances aux drogues ou de problèmes mentaux, et un tiers ont été menacées de mort par des proxénètes, qui ont souvent recours à la violence pour s’assurer de leur soumission.

Mais les acheteurs de sexe dans l’étude de Farley ne tenaient pas compte de cette coercition et montraient peu d’empathie pour les expériences des prostituées ou leur poids accumulé. Les chercheurs et les fournisseurs de services identifient constamment des niveaux élevés de stress post-traumatique, de dépression, d’idéation suicidaire et autres problèmes psychologiques chez les prostituées. « Que la prostitution ait lieu dans une ruelle ou sur des draps de satin, qu’elle soit légale ou illégale, tous les genres de prostitution causent un stress émotionnel extrême aux femmes en cause », explique Farley.

Et pourtant, les prostitueurs préfèrent voir les prostituées comme aimant le sexe et appréciant leurs clients. « Les acheteurs de sexe se trompaient lourdement dans leurs estimations des sentiments des femmes », signale Farley. « La réalité c’est qu’en bout de ligne, les femmes prostituées ne jouissent pas de ces rapports sexuels, et que plus chacune est longtemps dans la prostitution, moins elle aime le sexe, même dans sa vie réelle, parce qu’elle doit se débrancher pour procéder à des actes sexuels avec 10 étrangers par jour, et qu’elle cesse de pouvoir se rallumer. On appelle cette situation de la dissociation somatique ; c’est aussi ce qui arrive aux victimes d’inceste et aux gens qui subissent de la torture. »

Farley est une des principales promotrices de la position dite « abolitionniste » selon laquelle la prostitution comporte un préjudice inhérent et devrait être éradiquée, et ses conclusions sont susceptibles d’enflammer une question déjà controversée. « La prostitution contemporaine est la version contemporaine de l’esclavage », affirme l’ex-ambassadrice Swanee Hunt, directrice fondatrice du programme Women and Public Policy à la Kennedy School of Government de l’université Harvard et cofondatrice du Hunt Alternatives Fund, un des bailleurs de fonds de l’étude de Melissa Farley.

Mais d’autres féministes défendent la pornographie en invoquant le Premier Amendement de la Constitution américaine ou une attitude « sexe-positive », et elles appuient la liberté pour les femmes de « choisir » la prostitution. Tracy Quan, qui est devenue prostituée alors qu’elle était en fugue à 14 ans, affirme que de nombreuses femmes le font par manque de meilleures occasions économiques. « Quand j’avais 16 ans, ce n’est pas comme s’il y avait existé beaucoup d’emplois bien rémunérés pour moi », explique Quan, auteure du livre Diary of a Manhattan Call Girl et porte-parole d’un groupe de défense des droits des travailleuses du sexe.

« Ma vision de l’industrie du sexe est que si nous traitions (la prostitution) comme un travail et que nous traitions certains de ses dangers, il serait moins dangereux », déclare Melissa Ditmore, auteure et consultante en recherche pour le Sex Workers Project de l’Urban Justice Center, à New-York.

Et pourtant, même Quan admet avoir eu un client qui l’a ligotée et qui lui a fait si peur qu’elle pensait qu’il allait la tuer. En ajoutant que de tels hommes vivent souvent une escalade de leur violence au fil du temps, elle commence à pleurer ; il y a un long silence pendant lequel elle s’efforce de retrouver la maîtrise de soi. « Je me suis toujours demandé s’il avait été jusqu’à tuer quelqu’un d’autre », dit-elle enfin.

En réponse à de tels dangers, un mouvement grandissant d’opposition à la traite cible désormais l’exploitation sexuelle, tant au pays qu’à l’étranger. « Avant cette époque, on nous servait des discours comme Happy Hooker et Pretty Woman, tout le pays était gavé de mensonges au sujet de la prostitution, et la traite des personnes était invisible », explique Dorchen Leidholdt, cofondateur de la CATW. « Mais on assiste aujourd’hui à une reconnaissance croissante de l’omniprésence du problème, que c’est de l’esclavage, et que nous devons faire quelque chose à ce sujet. »

Personne ne sait vraiment combien de femmes et d’enfants sont soumises à la traite à des fins sexuelles aux États-Unis, souvent par le biais de la force, de la tromperie ou de la coercition ; l’ampleur du problème est âprement débattue, mais beaucoup pensent qu’il est en pleine croissance. Une vaste gamme d’organisations travaillent aujourd’hui à contrer la traite en formant des coalitions qui souhaitent réformer des politiques et transformer des attitudes dans les appareils de justice pénale et d’assistance sociale. « Je trouve que la réflexion a connu une évolution étonnante et que le mouvement croît de jour en jour », dit Norma Ramos de la CATW.

Ces efforts ont conduit à l’adoption de lois d’application plus sévère et d’un recours croissant à des « John Schools », qui offrent aux prostitueurs dont c’est la première arrestation des programmes éducatifs et des services de counselling comme solution de rechange à une sentence. Leur efficacité est cependant discutée ; l’étude de Farley a révélé que les prostitueurs eux-mêmes considéraient une peine de prison comme un moyen de dissuasion de la récidive beaucoup plus puissant ; le plus fort de tous les facteurs dissuasifs était la menace d’être enregistré comme délinquant sexuel.

Les estimations suggèrent que « pour chaque prostitueur arrêté pour avoir tenté d’acheter du sexe correspond jusqu’à 50 arrestations de femmes en prostitution », signale Farley.

Mais l’on remet également en question ce traditionnel deux poids deux mesures qui punissait les femmes et pardonnait aux hommes. « Nous reconnaissons maintenant que l’achat de sexe est quelque chose que les hommes vont faire, sans aucune considération véritable pour les victimes », déclare à New-York le commissaire de police Raymond Kelly, dont le service a récemment mis sur pied une unité de lutte contre la traite et a augmenté ses opérations d’arrestation de prostitueurs par des policières banalisées. « C’était considéré comme un crime sans victime. Mais ce n’est assurément pas le cas ; nous nous rendons compte que des jeunes femmes en sont victimes. »

Pendant ses années de prostitution, T.O.M. indique que des policiers l’ont souvent violée et qu’elle a toujours été traitée « comme une criminelle et pas une victime. C’est la seule forme de maltraitance d’enfants où l’enfant est mise derrière les barreaux », déclare celle qui a échappé à la prostitution et travaille maintenant en tant que défenseur des droits des jeunes, en Californie.

Beaucoup de représentants de la loi disent que ces pratiques de longue date évoluent et ils attribuent ces changements aux efforts du mouvement antitraite. « J’ai vu une énorme évolution », dit l’inspecteur Brian Bray, commandant de la Division des Stupéfiants et des Enquêtes spéciales du Service métropolitain de police de Washington. « À mes débuts, je ne comprenais pas vraiment combien de ces jeunes filles étaient victimes de traite. Maintenant, notre mentalité a changé : au lieu de considérer les filles comme des criminelles, nous tentons de rescaper des victimes, de leur fournir les services dont elles ont besoin et obtenir des renseignements afin d’enfermer les auteurs de leur traite. Alors que la plupart de nos arrestations visaient des prostituées, nous arrêtons maintenant plus de prostitueurs que de prostituées. »

Des avancées marquantes survenues à l’étranger influencent également les politiques des États-Unis. En 1999, la Suède a décidé que la prostitution était une forme de violence contre les femmes et a criminalisé l’achat de sexe, mais pas sa vente. Cette approche a considérablement réduit la traite, alors que la légalisation de la prostitution aux Pays-Bas, en Allemagne et dans une bonne partie de l’Australie a conduit à une croissance explosive de la demande qui a généré une augmentation de la traite et d’autres crimes. Le succès de la Suède face au problème a persuadé d’autres pays à emboîter le pas. « Le modèle suédois a été adopté en Corée du Sud, en Norvège et en Islande, et il a été introduit en Israël et au Mexique », explique Norma Ramos.

Malgré la bataille pour (l’arraisonner=ça se dit pour un bateau en mer), la traite des êtres humains est souvent décrite comme l’entreprise criminelle qui connaît la plus forte croissance au monde, et dont l’ampleur n’a d’égale que le trafic de drogue en termes de rentabilité. Comme des milliards de dollars sont en jeu, la campagne menée contre l’industrie de l’exploitation sexuelle a également provoqué une réaction prévisible. L’année dernière, l’entreprise Craigslist a fermé la section « Pour adultes » de son site Web d’annonces classées en réponse à la campagne antitraite menée par Malika Saada Saar, fondatrice du Rebecca Project for Human Rights. La fermeture de ces pages de Craigslist s’est traduite par une hausse de revenus à Backpage.com, le site Web où la publication The Village Voice gère ses propres annonces pour adultes.

Clairement inquiétée par des pressions sociales croissantes, la rédaction du Village Voice s’en est prise le mois dernier à la campagne antitraite, l’accusant d’avoir exagéré l’ampleur du problème. Les estimations les plus courantes, souvent reprises par les grands médias, suggèrent que de 100.000 à 300.000 enfants sont victimes de traite aux États-Unis chaque année. The Village Voice a affirmé que cette statistique n’identifiait que les enfants à risque et que le nombre de celles qui sont réellement victimes de traite ne constitue qu’une fraction de ces chiffres. Mais les calculs du Village Voice ont été rapidement rejetés comme non fiables ; le maire de Seattle et son chef de la police ont souligné que, dans leur seule ville, on estimait à plusieurs centaines le nombre de mineurEs exploitéEs pour le commerce du sexe et ils ont accusé Backpage.com d’agir comme un « accélérant » de la traite sexuelle des mineurEs.

Le Village Voice a également ridiculisé la campagne Real Men Don’t Buy Girls (Les vrais hommes n’achètent pas de filles), la campagne vidéo antitraite lancée plus tôt cette année par Demi Moore et Ashton Kutcher avec une série de messages de service public mettant en vedette Justin Timberlake, Sean Penn, Bradley Cooper et Jamie Foxx. Ces annonces reflètent une reconnaissance croissante que les hommes sont la clé pour résoudre ce problème.

Les acheteurs de sexe sont très majoritairement masculins et ils achètent des hommes aussi bien que des femmes. Sous une forme ou une autre, la question sous-jacente que pose la prostitution demeure la même : les gens devraient-ils avoir le droit d’acheter d’autres êtres humains pour leur gratification sexuelle ? Si des pratiques aussi anciennes doivent être battues en brèche, prostitueurs et non-acheteurs de sexe vont devoir repenser leur complicité, selon Ted Bunch, co-fondateur d’ « A Call to Men » (Un Appel aux Hommes), une organisation panaméricaine qui travaille à mettre fin à la violence exercée contre les femmes et les filles.

« Nous sommes la première génération d’hommes à être tenus responsables pour quelque chose qu’on a toujours toléré chez les hommes, et c’est pourquoi l’on assiste à un tel retour de bâton », explique Bunch. « Notre conditionnement social est de voir les femmes comme des objets, comme des biens – c’est le fondement même de l’exploitation sexuelle commerciale. C’est une industrie multimilliardaire ; elle amasse plus d’argent que la National Football League, la National Basketball Association et la Major League Baseball combinées. »

Affronter ce mastodonte nécessitera la participation des deux sexes. « Le système a été organisé de façon à blâmer des femmes pour la violence que commettent des hommes, et cela a été perçu comme un problème de femmes ; il est donc facile pour les hommes de ne pas s’impliquer. Mais le silence des hommes au sujet de la violence qu’exercent les hommes est autant un problème que la violence elle-même », explique Bunch. « Ce sont les hommes qui créent la demande et ce sont les hommes qui doivent l’éradiquer. »

Version originale : Newsweek, le 18 juillet 2001

Traduction : Martin Dufresne

Tous droits réservés à Leslie Bennetts

Mis en ligne sur Sisyphe, le 31 juillet 2011


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Leslie Bennetts, Newsweek



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2011
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin