| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mercredi 5 février 2003


50 ans après la naissance de Playboy
La tyrannie du nouvel ordre sexuel

par Richard Poulin, sociologue






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Le prostitueur moderne et sa nounou queer
Aidez-nous à éradiquer la prostitution au Canada
Euro 2016 - Le prix d’une passe n’est pas celui que tu crois
Abolition de la GPA et de la prostitution, même combat contre le patriarcat
Les droits des femmes bafoués, les corps marchandisés
Non au système prostitutionnel ! Une analyse féministe et abolitionniste du système prostitutionnel
Prostitution : L’Assemblée nationale française fidèle à ses convictions
Claudine Legardinier - Prostitution : une guerre contre les femmes
France - Les inégalités femmes-hommes au Sénat font obstruction à la sanction des clients de la prostitution !
Offrir aux hommes handicapés de recourir à la prostitution, une idée ancrée dans la misogynie et le validisme
Lettre ouverte à rabble.ca - La journaliste Meghan Murphy visée par une campagne misogyne du lobby de l’industrie du sexe
Grand Prix de Montréal - La CSN demande l’application de la nouvelle loi fédérale pour contrer la prostitution
Comment la pornographie influence les jeunes consommateurs
"Le commerce du sexe", un film d’Ève Lamont
Réglementer la pornographie ou criminaliser les pornocrates ?
Corps disloqués, âmes brisées : conséquences psychiques et physiques de la prostitution sur les personnes qui la vivent
Prostitution - L’approche de “réduction des méfaits” ne suffit pas pour une analyse pertinente de la prostitution
« Ni client, ni complice ! » - La CLES lance un appel à lutter contre la banalisation de l’exploitation sexuelle
Pénalisation du client de la prostitution ? Les belles histoires de Tonton Robert
Non, Messieurs, la plupart des personnes prostituées ne le sont pas par choix
Le manifeste des 343 bites tellement légères qu’elles se dressent à l’insu de leur cerveau
La cruelle chosification des femmes prostituées et des mères porteuses
Catharine A. MacKinnon - Traite, prostitution, inégalité
Prostitution - Sanctionner les clients et non les prostituées
Prostitution des jeunes - La trahison des adultes
Décriminaliser la prostitution ne peut pas être la solution
Prostitution : une affaire d’hommes ou la fraternité "des salauds"
Loi sur la prostitution en France - « Je ne veux pas d’une société où les femmes ont un prix »
Janice G. Raymond – Prostitution : "Pas un choix, pas un travail"
Elisabeth Badinter et Irène Théry ou la caution intellectuelle du système patriarcal
Les femmes étrangères rêveraient-elles de devenir "putes" ?
Prostitution - La stigmatisation et le mythe entourant le statut de victime
Abolition de la prostitution en France - Le principe est acquis, place à la loi !
Comprendre la prostitution dans l’ensemble des structures de pouvoir fondées sur le genre
L’Irlande pourrait interdire l’achat de sexe
Le prostitueur, "chaînon manquant" de la question prostitutionnelle, selon Victor Malarek
La prostitution, sexualisation du pouvoir
La France envisagerait des sanctions "pédagogiques" pour les prostitueurs
Le Canada ne peut traiter la prostitution comme un filet de sécurité sociale
Les "femmes de réconfort" étaient nécessaires pour maintenir la discipline dans l’armée, selon le maire d’Osaka
Prostitueurs et non-prostitueurs, une étude de Mélissa Farley
Bienvenue dans le monde des prostitueurs
Prostitution - Rendre tabou la notion de victime pour masquer l’existence d’agresseurs
Prostitution en Grande-Bretagne - Un bien étrange syndicat au service des proxénètes
Prostitution et mariage : une assimilation douteuse
La prostitution, le STRASS et la sénatrice - La pertinence de la transparence
Au delà des mythes, légaliser la prostitution est une très mauvaise idée
La Suède malmène l’industrie du sexe et aide les femmes prostituées
Les prostitueurs. Sexe à vendre… Les hommes qui achètent du sexe, un livre de Victor Malarek
"Angel" : Piégée dans un monde de prostitution et de violence
L’être et la marchandise. Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi
"Les criminelles" : individualisation et romantisation de la prostitution
Des spécialistes en santé veulent aider les femmes à sortir de l’industrie du sexe… en faisant échec aux prostitueurs
L’Islande songe à interdire la porno diffusée sur Internet
En studio avec Ruth ! "Je crois sincèrement que la traite humaine et la prostitution fonctionnent de pair"
Catalogne - La loi et l’ordre des proxénètes
Qui estime vraiment les personnes prostituées ?
En studio avec Ruth ! "La prostitution est un grand enjeu politique"
L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) et l’Alliance canadienne féministe pour l’action internationale (FAFIA) répondent au rapport Oppal sur les femmes disparues
Colombie-Britannique - L’égalité des femmes et le contexte socio-économique absents du rapport Oppal sur les femmes disparues
Prostitution - Les “progressistes” australiens oscillent entre l’industrie du sexe et les droits des femmes
Prostitution - Le refus d’abolir le système prostitueur est une atteinte aux droits humains
Fantine ou la liberté de se prostituer ?
Première rencontre de l’Association internationale des survivantes unies de la traite à des fins sexuelles (prostitution)
Prostitution - Pourquoi il faut mettre fin à une des plus anciennes violations des droits humains
Carton rouge pour les bordels à vitrine
Prostitution - La réduction des méfaits est-elle ce que nous pouvons faire de mieux pour les personnes prostituées ?
Un traité féministe international pour abolir la prostitution
Prostitution - Coup de tampon réglementariste !
Prostitution et séropositivité - Le Gouvernement grec arrête et emprisonne des femmes pour protéger les hommes
Manifeste contre le système prostitueur
Prostitution en France - Lettre ouverte à M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre
1946-2012 : De la fermeture des maisons closes à la lutte contre le système prostitueur, les abolitionnistes portent progrès et liberté !
Prostitution - Gloria Steinem appuie le modèle nordique
Solidarité avec les prostituées, mais lutte contre la prostitution
Comparaison entre acheteurs et non-acheteurs de sexe dans la région de Boston
8 mars 2012 : Pas d’égalité sans abolition de la prostitution !
La danse contact ou "lap-dance", prologue de la prostitution
Fiers d’aller aux danseuses ! Vraiment ?
Abolitionnistes du système prostitueur : ce que nous sommes, ce que nous voulons !
Les Néerlandais commencent à regretter la légalisation de la prostitution
Prostitution et faux-semblants : une affaire de société, de femmes et d’hommes
Pourquoi la gauche veut-elle faire de la prostitution "un métier comme un autre" ?
Prostitution et "slutwalk" - Bâtir un mouvement féministe progressiste à l’époque individualiste
Prostitution - Il faut rendre illégal l’achat de "services" sexuels en Australie
Le mouvement des femmes n’est pas monochromatique
ZéroMacho - Des hommes contre la prostitution
Prostitution et domination masculine
La vérité sur l’esclavage sexuel planétaire, un livre de Lydia Cacho
Votre voisin est un prostitueur - Une nouvelle recherche
J’ai rien vu
Abolition n’est pas prohibition - Pourquoi la défense de l’avortement diffère de la défense de la prostitution
Prostitution et traite des femmes - Le projet abolitionniste au congrès Mondes des femmes 2011
Congrès international Mondes des femmes 2011 - Compte-rendu des échanges sur l’abolition de la prostitution à l’exposition "Les draps parlent"
Banalisation de l’industrie du sexe et éducation des jeunes
Nous devons sanctionner les acheteurs de la prostitution
Des députés proposent une résolution sur la prostitution réaffirmant la position abolitionniste de la France
Dix raisons de ne pas légaliser la prostitution
Demi Moore s’associe au CNN Freedom Project pour un documentaire saisissant sur le commerce sexuel au Népal
Client de la prostitution : vers une prise de conscience européenne
Lutter pour faire de la prostitution un travail, c’est se tromper de combat
Prostitution et traite des êtres humains, controverses et enjeux
Le système de la prostitution militaire en Corée du Sud, en Thaïlande et aux Philippines
Les pratiques des hommes "clients" de la prostitution : influences et orientations pour le travail social
La prostitution comme violence contre les femmes
Le système prostitutionnel, un pilier de l’inégalité sexuelle et des violences envers les femmes
Clients de la prostitution : un "droit de l’homme" heureusement en péril
Prostitution as violence against women
Prostitution - Vive le sexe libre et gratuit !
France - La prostitution n’est pas une fatalité
"Il faut punir les clients des prostituées", selon Roselyne Bachelot. Oui... et dépénaliser les personnes prostituées !
Belgique - Analyse « Prostitution : arguments et opinions »
Prostitution - Le débat entre féministes se poursuit
Tribunal populaire sur l’exploitation sexuelle commerciale - Inscription
La tolérance sociale, complice de la violence et de l’exploitation sexuelle
Traite des femmes à des fins sexuelles - Au cœur des réseaux criminels : l’exemple de l’Albanie
S’unir contre la banalisation de la prostitution - Un défi pour la décennie
Moi, si j’étais un homme
Prostitution et traite des êtres humains - Les mensonges du réglementarisme
La députée bloquiste Maria Mourani présente un projet de loi pour accélérer la lutte à la traite des personnes et au proxénétisme
La prostitution menace le patrimoine humain
La série "Maison close" : de la fiction à la réalité
C’est un métier, tout comme le vôtre…
Décriminaliser totalement la prostitution sape le travail pour l’égalité des sexes - Exigeons le changement
"Abolir la prostitution" – Une question en suspens pour le féminisme et pour la gauche
Pays-bas : infirmières ou prostituées ?
Madame Parité commence fort en renvoyant les femmes… au bordel !
Le sexe s’invite à la Coupe du Monde
Feu « Verts » au proxénétisme !
Plus de pornographie à l’Assemblée nationale, mais des assises de la prostitution au Sénat
"Travailleurs du sexe", un documentaire sexiste, réactionnaire et dangereux
Le Mouvement du Nid-France louera un mini-car pour faire visiter les maisons closes
Pour un quartier assiégé, la prostitution est loin d’être un "crime sans victime"
De client prostitueur à homme responsable : une démarche nécessaire
Le "client", premier agent de la prostitution
Proxénétisme et prostitution - Lettre ouverte aux candidat-e-s aux élections européennes de juin 2009
Poser les bases d’une Europe sans prostitution, c’est oser
Le tourisme de prostitution, une industrie mondialisée florissante
Prostitution : la grande promo
Première Journée mondiale contre l’exploitation sexuelle : les raisons d’un engagement
Prostitution et traite des êtres humains, enjeux nationaux et internationaux
Le vagin industriel. Vers une économie politique du sexe commercial mondialisée
S’attaquer au trafic mondial du sexe
Intégrisme islamique et esclavage sexuel en Iran
Le corps des femmes est attaqué. Que fait-on ? On se tient debout et on riposte !
Libre disposition de son corps et liberté de se prostituer
Le refus de la prostitution gagne du terrain
La mode hypersexualisée s’inspire de la pornographie
Le "droit de prostituer" n’est pas un droit de l’homme
"Abolition de la prostitution" - Édito Revue Labrys
Affaire Sneep aux Pays-Bas - Condamnation de deux proxénètes qui ont exploité et maltraité 120 filles de l’Europe du Sud et de l’Est
Le commerce du sexe est florissant en Afghanistan
Sexe et Formule 1
Dossier prostitution - Importants développements à l’échelle internationale
Prostitution - Touche pas à mon client ?
Le Conseil National des Femmes du Luxembourg (CNFL) se prononce en faveur d’une législation agissant directement sur la demande de "services sexuels"
Affaire Spitzer - Le mythe du crime sans victimes
Le Mouvement du Nid inquiet de plusieurs mesures de la politique française sur la prostitution
Le Forum de Vienne sur la traite des êtres humains reste sourd aux voix des victimes
Une politique cohérente contre la violence à l’égard des femmes doit commencer par s’attaquer à la prostitution
Prostitution - À Alger comme en Europe, on esclavagise les femmes
Manifeste des hommes pour l’abolition de la prostitution (Espagne)
Pornographie et fin de la masculinité
Pornographie : "Ça fait mal, tellement mal" ou pourquoi certaines femmes ne veulent pas savoir
Prostitution : les limites du consentement
Prostitution et traite des femmes au Nevada
« Être abolitionniste, c’est défendre la liberté sexuelle ! »
"Rent-A-Wife", c’est discriminatoire !
Après des décennies, les secrets des bordels des camps nazis émergent
Une association féministe espagnole conteste l’expression "travailleuse du sexe"
Le Mouvement du Nid face aux clients prostitueurs
Première Journée mondiale pour un tourisme responsable et respectueux, le 2 juin 2007
Richard Poulin parle de son dernier livre "Abolir la prostitution" - Interview par Sporenda
Police, Justice et acteurs sociaux, quelle coopération ?
Réflexions sur les meurtres de femmes prostituées au Royaume-Uni
Prostitution - Trois femmes et un débat
Déchirées par la guerre, les femmes d’Irak sont la cible des trafiquants du sexe
La prostitution n’est pas un service comme un autre
Entretien avec Coline Serreau sur le film Chaos
Qu’est-ce que la libération ? Le féminisme hier, aujourd’hui et demain
Quand le porno impose sa vision de la sexualité
La prostitution, une arme politique
Prostitution : tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir et qui existe quand même !
La liberté dévoyée
Mondialisation, militarisme et trafic sexuel
Pour que la porno recule
Marchandisation et déshumanisation : l’exemple de la prostitution
Richard Poulin lance un manifeste abolitionniste
Prostitution en Allemagne : Déclaration post-Coupe Mondiale de Football
Prostitution Reform - Stamp out sexual slavery (Angleterre)
La prostitution au XVIIIe siècle, pierre d’achoppement entre politiques locales et pouvoir royal
Campagne contre la traite des blanches de l’Europe de l’Est
Prostitution : les pièges du pragmatisme
L’âge du consentement sexuel à 16 ans : un pis-aller ?
Prostitution : cherchez le client
Enjeux de la prostitution considérée comme "travail du sexe"
L’envergure de la traite à des fins de prostitution
Les filles de l’Est
Violence pro-prostitution à la Maison des femmes de Paris
Le discours pro-prostitution : une rhétorique de dominant
"Survivantes" et féministes contre la prostitution
Clients de la prostitution : motivations et déterminants
La législation à l’encontre des prostituées au XVIIIe siècle
Une politique cohérente contre la violence faite aux femmes doit d’abord s’attaquer à la prostitution
La nouvelle industrie du sexe
"Terre promise", un film d’Amos Gitaï sur la traite des femmes
Prostitution : une arme de destruction massive
"Les clients de la prostitution : l’enquête", de Claudine Legardinier et Saïd Bouamama
Les Philippines contre le trafic sexuel
"Inside deep throat", contribution à la liberté sexuelle ?
La prostitution au XVIIIe siècle : introduction à une liberté superficielle
Femmes à vendre dans les pays baltes
Prostitution et Société No 150
Acheter du sexe n’est pas un sport
Une loi qui jetterait les femmes dans l’industrie du sexe
Casino de Hull - Des "playmates" de Playboy pour faire la promotion des nouvelles machines à sous
Ni coupables, ni victimes : libres ? Oui, libres de toute prostitution
Le système de la prostitution : une violence à l’encontre des femmes
La marchandisation du corps humain est une violation des droits fondamentaux de la personne
Le système de la prostitution au Cambodge : le témoignage de Somaly Mam
Le Mouvement du Nid
Le Mouvement du Nid - Documents sur la prostitution
La banalisation de la prostitution : des choses à savoir
L’Association canadienne des centres contre les agressions sexuelles réclame des politiques contre le commerce du sexe
16 journées d’actions citoyennes pour dire "Non aux violences à l’égard des femmes et à la prostitution ! Oui à la promotion de la dignité humaine !"
Prostitution et travail « invisible » : une assimilation dangereuse
Le risque global d’être convertie en marchandise
Gunilla Ekberg : « Le mieux que nous puissions faire pour nos soeurs prostituées, c’est de les aider à en sortir. »
Prostitution, pornographie et trafic des femmes
Sexe, argent et intégrisme postmoderne
Les politiques européennes et internationales sur la traite des êtres humains encouragent le proxénétisme
Quinze thèses sur le capitalisme et le système prostitutionnel mondial
Le chemin de Buenos Aires : la prostitution, hier et aujourd’hui
Prostitution,
la mondialisation incarnée

Mondialisation des industries du sexe : oppression maximale des femmes et des enfants du Sud, de l’Est, du Sud-Est, etc...
L’hypocrisie a-t-elle un sexe ? Ou comment masquer l’insoutenable réalité de la prostitution
L’importance de ne pas censurer le débat sur la prostitution
Viol et prostitution
Esclavage et prostitution
Journée de formation sur la mondialisation de la prostitution et du trafic sexuel - Documents
Les jeunes et l’industrie du sexe
La marchandisation du sexe : nouvel esclavagisme ?
Le "libre choix" en Allemagne : accepter de se prostituer ou perdre son allocation de chômage ?
La croissance effrénée des industries du sexe : entrevue avec Richard Poulin
Aux pays des tsunamis, le trafic sexuel sévit
Le modèle suédois : une source d’inspiration, non une panacée
Une étude dresse le portrait des prostitueurs ou clients de la prostitution
Prostitution : La nouvelle traite des Noirs
« La mondialisation des industries du sexe » : des faits aux valeurs
Décriminaliser la prostitution a profité aux proxénètes, pas aux personnes prostituées
Occupations militaires - La prostitution érigée en système
Le scandale de l’esclavage sexuel au Kosovo
« Les Yeux secs » et la caméra citoyenne de Narjiss Nejjar
Rapport sur les conséquences de l’industrie du sexe dans l’Union européenne
L’érotisation de la violence et de la subordination
Prostitution : réflexions d’un militant en colère
Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui, esclavage, travail forcé, trafic de personnes
Pacte du silence sur les clients de la prostitution
Le débat sur la prostitution : quelle libération sexuelle ?
Des questions à se poser sur la prostitution
Fabrication d’un nouveau mythe sur la prostitution
L’urgence est-elle de faire de la prostitution un métier ?
Je voudrais parler porno
La légalisation de la prostitution, une expérience qui a échoué en Australie
Prostitution, pornographie et capital
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe
Prostitution, trafic sexuel et mondialisation
On s’arrache les actions du premier bordel inscrit en bourse
Il faut stigmatiser le client... il est criminel
Adulte ou infantile, la prostitution est le contraire de l’autonomie sexuelle
Les enjeux occultés de la prostitution et les conséquences sur les rapports hommes-femmes
Le trafic mondial des femmes et des enfants
Des proxénètes à l’Université ?
La mondialisation des marchés du sexe - I
La mondialisation des marchés du sexe - II
Combattre le système prostitutionnel
Sexe : de l’intimité au « travail sexuel » ou prostituer est-il un droit humain ?
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe. Commentaire.
Pour une critique de la politique pro-prostitution de Cabiria
Prostitution : droits des femmes ou droit aux femmes ?
Faut-il une autorisation pour parler de la prostitution ?
« Le corps est un nouvel instrument d’esclavage » Florence Montreynaud
« La prostitution, ce n’est pas le plus vieux métier du monde, c’est le plus vieux mensonge » (Gunilla Ekberg)
L’idéologie sexiste et la pornographie
Femmes esclaves des bordels du Bangladesh







Les années 1990 ont connu une explosion de la production et de la consommation de pornographie. Le territoire pornographique, qui était confiné auparavant dans le privé et le caché, s’affiche publiquement avec arrogance même. La pornographie fait « chic », branchée et moderne ; elle squatte la publicité et les médias.

Certaines marques de luxe utilisent des images qui flirtent avec le sadomasochisme ou la zoophilie, d’autres, comme Dior, adoptent « l’esthétique » de la « tournante » (1), appellation du viol collectif en France. La libération sexuelle des années soixante a accouché d’une vaste industrie libre-échangiste du sexe tarifé. En fait, le capitalisme a récupéré le sexe et a trouvé « vocation [...] à marchandiser le désir, notamment celui de la libération, et par-là même à le récupérer et à l’encadrer » (Boltanski et Chiapelle, 2002 : 226). Nous assistons à une inflation iconique, marquée par une sexualité exhibitionniste, agressive, hyperréaliste et frénétique, ponctuée d’actes sexuels de plus en plus extrêmes (2) : gang bang, double et triple pénétration, zoophilie, bukkake, ondinisme, fisting, etc. Selon le hardeur et producteur de pornographie, HPG, la simple pénétration vaginale ne suffit plus pour exciter les consommateurs.

L’objectif de cet article est d’examiner l’état actuel de l’industrie pornographique et de tirer un bilan des connaissances sur les effets de la consommation de la pornographie.

L’industrie pornographique aujourd’hui

L’industrie de la pornographie contemporaine a pris son essor au début des années cinquante, avec la création de Playboy (1953) et, depuis, a investi tous les moyens de communication modernes. Selon Dusch, le chiffre d’affaires mondial de la pornographie « s’élève à près de 52 milliards d’euros » (3). C’est la troisième industrie du Danemark. La vidéo pornographique représente à elle seule un marché de 19 milliards d’euros (4). L’industrie hôtelière est complice : à chaque film visionné dans une chambre, elle reçoit 20 % du prix de location. Les États-uniens dépensent entre 1 et 2 milliards de dollars US par le biais des cartes de crédit pour obtenir du matériel sexuel explicite via Internet. En 1997, on dénombrait approximativement 22 000 sites Web proposant un contenu pornographique en accès libre ; en 2000, ce chiffre était passé à 280 000 sites. Une enquête a dressé, en 1999, une liste de 30 000 sites pédophiles sur un total estimé à 4,3 millions de sites sur le Web.

La vente de magazines à contenu sexuel diminue à mesure que les consommateurs se tournent vers la vidéo et Internet : les ventes du magazine Penthouse sont passées de plus de 3,5 millions par mois dans les années quatre-vingt à environ 850 000 aujourd’hui ; les ventes du magazine Playboy poursuivent leur déclin en 2000, avec une baisse de 12 % par rapport à l’année précédente. Par contre, les sites pornographiques font l’objet de plus de 27 millions de requêtes par jour. De plus, « la croissance explosive de la diffusion de la pornographie, la commercialisation agressive [...] piègent les internautes contre leur volonté » (Flores cité par Hugues, 2001 : 44), ce qui implique que la pornographie s’impose même à ceux qui ne désirent pas la consommer.

En Californie, où se trouve la majorité des infrastructures états-uniennes de production, l’industrie pornographique déclare employer 20 000 personnes et reverser 31 millions de dollars US en taxes à l’achat pour le seul secteur des ventes de vidéo. En 2000, 11 000 vidéos pornographiques ont été produites aux États-Unis et l’industrie du sexe en ligne a enregistré un chiffre d’affaires de 1,8 milliard de dollars.

La pornographie enfantine

L’industrie internationale de la pornographie enfantine ou pédopornographie est, aux États-Unis, l’une des plus grandes industries artisanales. D’après des estimations d’experts, le chiffre d’affaires de la pornographie enfantine atteindrait aux États-Unis entre deux et trois milliards de dollars US par an. Les producteurs de pédopornographie auraient filmé un million d’enfants seulement aux États-Unis. En 1996, le Premier Congrès mondial contre l’exploitation sexuelle d’enfants à des fins commerciales, tenu à Stockholm, rappelait qu’un million d’images pornographiques et 40 millions de pages Internet étaient consacrées à la pornographie enfantine. La tendance est depuis à la hausse.

En Allemagne, la police estime à 130 000 les enfants qui seraient contraints à des pratiques pornographiques. Selon une enquête menée à l’Université de Pennsylvanie, entre 300 000 à 400 000 enfants sont contraints chaque année en Amérique à la prostitution, à la pornographie ou à d’autres formes d’exploitation sexuelle. Katrin Hartmann, secrétaire générale de l’Organisation contre l’exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales, estime la situation encore plus grave dans les États de l’ex-Union soviétique : des organisations mafieuses ont découvert le commerce lucratif de l’exploitation des enfants.

Peu coûteux et facilement accessible, Internet est utilisé comme « une vraie maison de vente par correspondance », non seulement pour le matériel pornographique, « mais également en vue de réellement vendre des êtres humains ». Via Internet, les trafiquants proposent des guides spécialisés en ligne pour les touristes sexuels et les clients de la prostitution. La pornographie infantile ou pseudo-infantile (kiddie ou chicken porn) sur Internet constituerait, en 1995, 48,4 % de tous les téléchargements des sites commerciaux pour adultes. Bien que cette dernière étude soit contestée, le nombre de sites proposant des photos ou des films mettant en scène des teenagers, des young teens, des schoolgirls, des écolières ou des lolitas, indique une prédilection pour ce genre de pornographie.

Les images créées pour assouvir les fantasmes des consommateurs de la pornographie infantile et qui sont produites à partir d’enfants, de pré-adolescents et d’adolescents sont très souvent le résultat d’abus sexuels. En fait, la pornographie mettant en scène des enfants est, en elle-même, un crime : « La pédopornographie est presque toujours l’enregistrement d’un crime en train d’être commis. Les enfants que l’on voit sur ces photos ont été, au moment où elles ont été prises, exposés à des actes dégradants et humiliants de caractère criminel. Sur certaines de ces images, ils sont battus ou brûlés ou sont exposés aux pires actes de dépravation sexuelle. Ils font l’objet d’une manipulation psychologiquement éprouvante pour les amener à poser de façon obscène avec d’autres personnes, y compris d’autres enfants. Aucune image pornographique d’un enfant n’a été produite sans que l’enfant souffre », peut-on lire dans un document déposé au deuxième Congrès mondial contre l’exploitation des enfants à des fins commerciales tenu à Yokohama. De plus, la pornographie est employée comme moyen pour faire accepter aux enfants des relations sexuelles avec un adulte aussi bien que de les amener à consentir à se prostituer. La pornographie, dont l’un des effets est de banaliser la prostitution, est utilisée par des proxénètes pour enseigner aux filles les actes à exécuter dans la prostitution.

En 2003, les enquêteurs américains ont retracé 250 000 pédophiles présumés à travers le monde à l’aide d’informations concernant des cartes de crédit colligées sur des sites de pornographie infantile. Dans le cadre de cette enquête, en janvier, les forces policières canadiennes dévoilaient l’arrestation de 42 Ontariens et indiquaient que plus de 2 000 Canadiens, dont 400 Québécois, étaient des suspects.

Le sexe tarifé à la mode

Cette industrie mondiale et tentaculaire vise aujourd’hui la reconnaissance, proclame sa légitimité et s’achète une vertu. Elle a sa presse spécialisée, ses festivals de films, ses salons, ses chaînes spécialisées de télévision, ses créneaux horaires sur les chaînes généralistes, ses sites Internet qui foisonnent et qui sont dans les plus rentables de la toile mondiale. En outre, elle a ses apologistes. Fière d’être une hardeuse, Ovidie, publie son Porno manifesto, dans lequel elle prône une nouvelle culture du « féminisme pro-sexe » (5), dénonce les « méfaits du féminisme moderne » comme un « faux féminisme » et légitime la pornographie, considérée comme libératoire. Sa pratique, c’est-à-dire sa consommation et sa production, serait une activité épanouissante (6). Est-ce que, aujourd’hui, la pornographie peut être considérée comme un symbole de libération sexuelle, une contestation de l’ordre social, grâce, entre autres, à sa réappropriation par des femmes ? On peut en douter. « [L]a sexualité n’est plus interdite, mais c’est la dictature du code qui parle aujourd’hui le langage de la liberté », écrivait déjà en 1977, Bruckner et Finkielkrault. Dans l’univers du capitalisme libéral, où la norme sociale est si importante, la pornographie et ses images sont devenues des modèles, comme s’il ne s’agissait plus de savoir ou non aimer mais seulement consommer, autrement dit baiser. Cette obsession du plaisir à tout prix - une tyrannie selon Guillebaud - se traduit dans une sorte de course à la conformité, où le corps, féminin avant tout, subit de multiples transformations physiques (piercing, tatouage, chirurgie plastique) qui relèvent à la fois de la mode et de codes sociaux.

Pour Guillebaud (2001 : 16) « un extraordinaire tapage sexuel colonise aujourd’hui jusqu’au moindre recoin de la modernité démocratique », pour Krahenbuhl (2002), le sexe est à la mode et « les confessions sans culotte aussi ». C’est dans ce climat propice à l’exhibition que paraissent plusieurs récits de hardeurs (qui bénéficient d’une médiatisation très importante (7) et deviennent des vedettes grand public. Toutefois, les témoignages « explicites » de hardeurs ne sont pas nouveaux. Il y a en eu un certain nombre déjà, dont le plus pathétique est sans doute celui de Linda Marciano, alias Linda Lovelace, la star du film culte Deep Throat - Gorge profonde - produit en 1972. Ce qui est nouveau, c’est la pornographisation - c’est-à-dire le recyclage d’archétypes pornographiques - de la publicité, de la littérature, de la télévision, de la presse écrite, des comportements sexuels, des fantasmes sexuels, etc. Cela est particulièrement évident dans les romans et dans les autofictions contemporains et au cinéma.

Mots et images

Selon Xavier Deleu, « la littérature connaît une vogue intimiste-obscène ». Pour Christian Authier « une nouvelle écriture féminine s’est emparée du sexe » (8). Ces produits n’ont pas nécessairement la prétention d’être érotiques ou pornographiques, mais relèvent, selon l’expression de Bertrand et de Baron-Carvais du porno parcellaire : les scènes pornographiques occupent une place d’importance variable, mais ne sont nécessairement pas le fil conducteur du récit. Le sexe y est traité de façon (hyper)réaliste. Est-ce là une stratégie relevant du simple racolage pour percer dans un marché saturé ? Le fait est que jamais n’a-t-on été aussi proche de la description organique, qui est celle du X, où la chair est montrée de manière chirurgicale, voire gynécologique. De telles convergences ne sont pas fortuites : dans cette époque marquée par la marchandisation généralisée et la vénalité triomphante (9), dans cette ère de l’extimité, c’est-à-dire de l’intimité surexposée, il y a un souci de rendre acceptable et banale la représentation pornographique. À tout le moins, la frontière entre le X et le non X n’est plus très claire, la pornographie s’ébat de plus en plus, avec succès, hors de son ghetto, en proposant de nouvelles normes sexuelles de plus en plus extrêmes.

Aussi, des magazines destinés aux adolescentes, comme Vingt ans (dont le lectorat a en fait 16 ans), font écho à l’imagerie pornographique et la banalisent incroyablement. Un test dudit magazine range dans trois catégories les lectrices : « 1° La super extra-salope : « C’est bien, tu vas peut-être un peu loin, mais tu as de l’humour » ; 2° La salope normale : « Tu es fille de ton temps, moderne, c’est bien : tu as des aventures et un peu de sentiment, mais tu ne te laisserais pas avoir par ton mec s’il faisait la même chose » ; 3° La ringarde, le dinosaure présoixante-huitard comme il en existe encore, et dont se plaignent beaucoup les journalistes. » La journaliste du magazine féminin donne ses conseils. Et si la jeune fille n’entre pas dans les catégories prédéfinies majoritaires, c’est qu’elle est coincée. « C’est une plume prétendument très émancipatrice, mais qui en fait dicte des règles avec une éloquence putassière », commente Christian Authier (2001). Ce prosélytisme - car c’est de cela qu’il s’agit - est basé sur l’ordonnance de normes à suivre, lesdites normes étant étroitement liées à l’imagerie pornographique.

La pornographie n’est donc plus réservée aux ghettos des sex-shops et des salles spécialisées. Elle est désormais une industrie mondiale, massivement diffusée et totalement banalisée. En France, les chaînes hertziennes, câblées et par satellites proposent chaque mois 840 diffusions de films X (10). Par le câble ou le satellite, au Canada, les téléspectateurs ont accès à des dizaines de chaînes spécialisées dans la pornographie. Il existe même une chaîne canadienne d’informations en continu, Naked News, qui fait présenter l’actualité par des femmes et des hommes nus. Depuis l’arrivée massive des cassettes vidéo dans les années quatre-vingt, du téléphone rose et enfin de l’Internet, ce ne sont plus seulement les adultes qui consomment de la pornographie, mais également les adolescents, voire les pré-adolescents. Selon Denise Stagnara, la moitié des enfants français de 10-11 ans ont déjà vu un film X (11). Une enquête réalisée en 1998 en France auprès des lycéens révélait que « 86 % avaient déjà regardé un film X ». Dans de telles conditions, « quelles seront les valeurs et les références des enfants qui auront grandi dans une telle société ? », demande Christian Authier qui met en évidence l’apparition de nouvelles formes de délinquance en France - notamment les viols collectifs - et l’explosion du nombre des mineurs mis en examen pour des viols ou des agressions sexuelles (ainsi que l’augmentation parallèle du nombre de mineures victimes de ces agressions).

Les effets de la consommation de la pornographie

Ces nouvelles formes de délinquance sexuelle ne seraient-elles pour rien en rapport avec le conditionnement pornographique général ? Lors de récents procès de mineurs impliqués pour des viols collectifs, les confrontations entre victimes et accusés ont montré qu’outre l’effet d’entraînement du groupe, la représentation de la sexualité dans les films pornographiques avait biaisé leur perception de la sexualité. Pourtant, il y a toujours négation de l’influence qu’un tel étalage et matraquage audiovisuel peuvent avoir sur les individus, et en particulier sur des enfants et des adolescents. Deux journalistes branchées du Québec, Collard et Navarro, soutiennent que « personne ne peut faire la preuve de liens entre la violence et la pornographie » (12) et s’opposent en conséquence aux féministes dites orthodoxes qui affirment que la pornographie constitue une atteinte aux droits des femmes, aussi bien que « la déshumanisation, l’exploitation sexuelle, la prostitution et la violence physique ». D’autres soutiennent même que la pornographie n’a qu’un effet aphrodisiaque : elle alimenterait les fantasmes de personnes - surtout les mâles - qui aiment se masturber. Enfin, pour certains, la pornographie n’aurait que des effets bénéfiques : elle servirait à protéger les femmes des agressions sexuelles mâles et, même, permettrait une plus grande harmonie sexuelle dans le couple ! À l’évidence, les analyses sur la pornographie et ses effets sont éminemment contradictoires. Qu’en est-il réellement après plus de trente ans de libéralisation pornographique ?

À la fin des années soixante, des commissions d’enquête gouvernementales sur la pornographie et l’obscénité ont conclu que la pornographie était inoffensive. Elles n’ont trouvé aucune preuve à l’effet que l’exposition à du matériel sexuel explicite jouait un rôle significatif pour provoquer des comportements criminels. Le rapport de la Commission présidentielle américaine sur l’obscénité et la pornographie (1971) est encore considéré comme l’une des références fiables sur la question relative à l’absence de conséquences néfastes dues à la consommation de pornographie. Un grand nombre de livres universitaires d’introduction à la sociologie, produits en Amérique du Nord, s’appuient toujours sur ce rapport. Or, les méthodes de recherche utilisées par les chercheurs appointés par la Commission américaine ont été, depuis, largement critiquées et déconsidérées par les spécialistes. Il a été prouvé que des chercheurs de la Commission ont même supprimé certaines découvertes qui tendaient à démontrer des liens entre consommation de pornographie et violence sexuelle. Mais surtout, les présupposés guidant les recherches prétendaient, entre autres, que les femmes étaient moins stimulées sexuellement par la pornographie que les hommes à cause de leurs inhibitions sociales et culturelles. De façon tendancieuse, ils ne tenaient pas compte des messages livrés par ce matériel sexuel. Peut-être que ce n’est pas sans raison que les femmes en consomment moins que les hommes !

Lorsque, au Canada, il y a eu la tenue d’une enquête importante sur la pornographie et la prostitution (1985), aucune véritable recherche n’a été commandée sur les effets de la consommation de la pornographie.

Seule une minorité de psychologues prétend que la pornographie mène à la violence sexuelle. L’idée que la pornographie affaiblit les inhibitions masculines face à la violence sexuelle et que la pornographie conditionne l’orgasme masculin est au cœur de certaines analyses sur les liens entre la consommation de pornographie et le viol. Les psychologues qui sont persuadés de l’existence d’un rapport entre la pornographie et la violence sexuelle s’appuient, entre autres, sur ce qu’ils appellent les réactions positives des victimes dans la pornographie. Selon cette perspective, puisque la pornographie met en scène des femmes qui semblent aimer vivre une situation dégradante et subir la violence et la domination sexuelles, les hommes finissent par croire que les femmes aiment la domination et la violence sexuelles. En conséquence, des hommes agissent violemment pendant des rencontres sexuelles.

Au cours des années soixante-dix et au début des années quatre-vingt, des psychologues, lors d’expériences en laboratoire, ont montré que la consommation de pornographie banalisait, chez les sujets exposés, le viol et stimulait l’agression. D’autres recherches en laboratoire ont conclu que la pornographie, dans certaines circonstances, peut créer des effets spécifiques chez les hommes : on a constaté, entre autres, un renforcement de la croyance que les femmes sont insignifiantes et sans valeur, une acceptation plus importante des mythes du viol ; on a assisté également à une augmentation du nombre d’hommes qui pensaient pouvoir commettre un viol dans certaines circonstances. Bref, même si ces recherches ne prouvent pas que la pornographie cause le viol ou que la pornographie n’a aucun rôle dans la violence sexuelle, une bonne partie des études conclut que la pornographie crée des changements d’attitude chez des hommes qui en consomment. Un grand nombre d’études ont conclu que la pornographie pouvait jouer un rôle dans la violence sexuelle, mais soulignent que ce rôle varie énormément selon les hommes ; en conséquence, il est impossible de définir les facteurs précisément qui influencent cette violence. En effet, si méthodologiquement on tente d’isoler un seul facteur pour comprendre les comportements humains violents, on en arrive toujours à de telles conclusions, car ces comportements dérivent d’une constellation de facteurs, dont la consommation de la pornographie n’est certes pas le moindre.

Conditionnement à la violence

Des études hors laboratoire ont tenté de mesurer la corrélation entre le taux de violence sexuelle dans des villes et la consommation de pornographie. Certaines enquêtes n’ont trouvé aucune différence significative dans les taux de violence sexuelle avant et après la légalisation de la pornographie. Ces mêmes études ont constaté que, dans des villes où la pornographie semble être liée à de hauts taux de violence sexuelle, il existe d’autres facteurs, comme celui de l’hypermasculinité, qui expliquerait à la fois les nombreux crimes sexuels et le haut taux de consommation de la pornographie. L’univers idéologique masculin dans la pornographie est régi par le concept de virilité. Ce concept renvoie à ceux de puissance sexuelle et de réussite sociale, de possession et de domination. Pour posséder et dominer les femmes, pour prouver leur virilité, des hommes violent. Hypermasculinité, virilité, puissance et domination sexuelle sont des questions étroitement liées dans la pornographie. Comment séparer l’une de l’autre et expliquer l’une par l’autre ? Ces questions doivent être considérées comme un ensemble, comme une constellation de facteurs explicatifs de comportements sexuels pouvant mener à la violence.

Un certain nombre de recherches ont porté sur les attitudes et les pratiques de contrevenants sexuels comparées à celles d’hommes non-contrevenants. Il semble que les prédateurs sexuels n’ont pas eu plus tôt que les hommes en général ni de façon anormale des expériences avec la pornographie. La différence entre les deux populations tiendrait au fait que les hommes reconnus coupables de viol aiment à la fois les images de relations sexuelles consenties et non consenties, comparativement aux autres hommes qui préfèrent surtout les images où il y a consentement. Selon Winick et Evans (1996), les contrevenants sexuels sont plus enclins à aimer la pornographie violente que la pornographie non violente. Des recherches ont également montré que plus de violeurs ont consommé de plus grandes quantités de pornographie que l’échantillon d’hommes non-contrevenants et qu’après consommation de pornographie violente, ils ont senti un plus grand désir de réaliser les scènes vues.

La conclusion qui résulte de ces dernières études sur les consommateurs est que la pornographie n’aurait aucun effet sérieux et durable sur la population masculine générale ; elle n’aurait d’effets que sur des hommes particuliers, à savoir des hommes enclins à la violence sexuelle, des hommes souffrant d’hypermasculinité.

Mais si l’on change la perspective de recherche et on s’intéresse aux personnes qui subissent la violence sexuelle, alors là les résultats révèlent une autre réalité.

Le point de vue différent des victimes

Une enquête réalisée à San Francisco, en 1978, estimait que 10 % des femmes avaient été « indisposées par des hommes qui, ayant lu quelque chose dans un médium pornographique, ont essayé de les amener à faire ce qu’ils avaient vu » (Russell, 1983 : 256-260). Ce pourcentage est une estimation minimale puisque de très nombreuses femmes peuvent ignorer que leur partenaire consomme de la pornographie. Ce pourcentage augmente de façon importante (à 74 %) quand les femmes échantillonnées ont été victimes de viol. Selon une enquête de Bergen et de Bogle (2000), 32 % des femmes victimes de viols enregistrés à la police ont été obligées par leurs abuseurs de poser à des fins pornographiques. Dans une étude de Cramer, McFarlane, Parker, Soeken, Silva et Reel (1998), 24 % des prostituées qui ont été violées ont fait mention de l’utilisation par leur assaillant de pornographie au cours de l’assaut. L’enquête du Centre-Femmes de Beauce, La pornographie n’est pas sans conséquences, révèle que 13 % des femmes ont subi des pressions de la part de leur conjoint et 8 % ont posé des gestes contre leur gré ou qui les ont rendues mal à l’aise en rapport avec la pornographie. Une étude californienne a révélé que 57 % des délinquants sexuels interrogés ont pratiqué sur leurs victimes des actes vus dans des films pornographiques. Enfin, en France, l’anthropologue Daniel Welzer-Lang (1988) a tiré des conclusions similaires à la suite de son enquête auprès d’hommes accusés de viol.

Selon une étude de Farley et de Barkan (1998) 64 des 130 prostituées interrogées (49,2 %) ont participé à une production pornographique et 42 (32,3 %) ont subi une ou plusieurs tentatives de clients de les contraindre à reproduire ce qu’ils avaient vu dans la pornographie. Quelque 56 % des prostituées interrogées en Afrique du Sud, 48 % en Thaïlande et 47 % en Zambie ont également subi des tentatives de contrainte dans le but de reproduire des scènes pornographiques prisées par les clients, 38 % des 200 prostituées interviewées ont été l’objet d’une utilisation pornographique dans leur enfance. Dans l’étude de Weisberg (1985), c’était également le cas de 27 % des adolescents mâles.

Un inspecteur de police du département de Los Angeles a estimé que, sur l’ensemble des 700 abuseurs d’enfants arrêtés pour crimes sexuels extra-familiaux à l’égard d’enfants durant les dix dernières années, plus de 50 % étaient en possession de matériel pornographique impliquant des enfants et approximativement 80 % possédaient de la pornographie d’adultes ou d’enfants. L’organisation Childwatch, basée en Angleterre, a constaté que sur 27 agresseurs sexuels d’enfants reconnus coupables entre 1986 et 1988, 23 % utilisaient leurs victimes pour faire de la pornographie et que presque tous possédaient de la pornographie enfantine. Plusieurs études ont également fait apparaître des liens très étroits entre la prostitution d’enfants et la production de pédopornographie.

Un comportement addictif

Des liens évidents existent entre la prostitution enfantine, le tourisme sexuel impliquant des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants. Parmi les pays dans lesquels ces pratiques sont courantes, plusieurs deviennent d’importantes sources de nouveau matériel pornographique mettant en scène des enfants. La traite d’enfants à des fins sexuelles est très répandue dans certains pays. On estime que 200 000 filles népalaises de moins de 14 ans sont réduites à l’esclavage sexuel en Inde, 10 000 enfants de 6 à 14 ans sont prisonniers des maisons de prostitution au Sri Lanka, 600 000 enfants thaïlandais ont été vendus à des proxénètes et quelque 15 000 filles cambodgiennes ont été vendues comme esclaves sexuelles entre 1991 et 1997. Au cours des dernières années, la Russie est devenue l’un des plus grands pays producteurs de pornographie mettant en scène des enfants, le deuxième après les États-Unis. À la suite de la progression du tourisme sexuel impliquant des enfants dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix, on a vu apparaître des images d’enfants d’Asie et d’Europe de l’Est, à mesure que les exploiteurs filmaient leurs actes criminels à des fins commerciales.

Un certain nombre de psychiatres travaillant en milieu carcéral n’hésitent plus, aujourd’hui, à dénoncer, chez certains, un comportement addictif à la pornographie, et le rôle de cette dépendance dans leur passage à l’acte. Pour le docteur Bernard Cordier, membre d’un groupe de travail interministériel santé-justice en France, le rôle conditionnant de l’image de violence sexuelle tombe sous le sens : « Les théories les plus élémentaires sur l’apprentissage et le conditionnement montrent que plus on entretient une appétence au niveau du fantasme, plus elle est forte. » Même son de cloche chez le docteur Michel Dubec, expert près la Cour d’appel de Paris : « Il ne fait aucun doute que la pornographie est, d’une manière générale, un facteur incitatif en matière de criminalité sexuelle. » (Guyénot, 2000)

Selon une enquête faite dans les prisons, 77 % des pédophiles ayant molesté des petits garçons et 87 % de ceux qui ont molesté des petites filles ont admis que de la littérature pornographique sur leurs pensées et leurs comportements avaient joué un rôle déterminant. D’autre part, Ken Lanning, spécialiste de la pornographie au FBI, a révélé devant la commission Meese que lorsque des policiers perquisitionnent chez un délinquant sexuel, ils trouvent presque toujours chez lui une abondance de matériel pornographique. Un rapport de la police du Michigan a montré que dans 40 % des crimes sexuels, le criminel a avoué avoir utilisé du matériel pornographique juste avant de passer à l’acte.

Imitation des scènes pornographiques

On constate que les hommes demandent de plus en plus à leur partenaire de pratiquer la sodomie, cette demande étant liée au développement des fantasmes pornographiques. Le fantasme de la sodomie, qui est en plein développement, est le fantasme des trois quarts des hommes qui appellent le téléphoneroseenFrance.

UneétudedeCramer,McFarlane,Parker,Soeken,Silva et Reel basé sur un échantillon de 198 femmes agressées, a révélé que 40,9 % des femmes rapportent une consommation pornographique chez leur agresseur ; la majorité de ces femmes ont été invitées ou forcées à regarder des scènes ou à poser pour des scènes pornographiques. Explorant les liens entre violence et pornographie, Bergen et Bogle ont présenté des données recueillies dans un centre d’aide aux victimes de viol. Les résultats ont montré qu’à la connaissance des femmes violées, 28 % des agresseurs consommaient de la pornographie et que, pour 12 % des femmes, la pornographie était présente durant l’agression.

À l’inverse du nombre élevé des études sur les liens entre médias et violence, les études sur l’influence des contenus pornographique des médias sur le comportement sexuel des jeunes demeurent rares. Les études disponibles relatent un lien entre les contenus diffusés par les médias et les valeurs adoptées par les adolescents. Film, télévision, musique, Internet, les messages sexuels deviennent plus explicites dans le dialogue et dans le comportement. Certains adolescents considèrent les médias comme sources d’instruction sexuelle au même titre que l’école. Un adolescent moyen dans le monde occidental verra 14 000 références sexuelles par an à la télévision, dont 165 seulement à propos de contraception ou du risque de MTS. Les médias offrent actuellement aux enfants prépubères et postpubaires un accès à la pornographie dans toutes manifestations. Cependant, les conséquences a venir d’une telle exposition ne sont pas connues.

L’Internet offre un accès incomparable à la pornographie. Un enfant naviguant sur Internet peut être piégé dans un site pornographique par des moyens simples et efficaces. Une recherche menée en juin 2000 par l’organisme américain Crimes against Children Research Center, basée sur 1 501 interviews d’adolescents âgés de 10 à 17 ans, a montré que 20 % des adolescents ont été sollicités sexuellement sur Internet durant l’année écoulée et un adolescent sur trente a été sollicité de façon pressante.

L’étalement pornographique

Il y a trente ans, il était peut-être possible de ne pas subir l’imagerie pornographique ; aujourd’hui cela semble impossible. Radio, clips, bande dessinée, télé, Internet montrent le corps, le sexe et la jouissance. Cet empire des images régit les représentations. Un adolescent a, aujourd’hui, accès à tout le visuel accessible. Cela nourrit son imaginaire, avant même son entrée dans l’âge de la sexualité.

Non seulement le capitalisme libéral est-il devenu un nouveau régime libidinal faisant la promotion d’un nouvel imaginaire sexuel, basé sur l’érotisation outrancière et la consommation sexuelle, mais il y a un nouveau régime des images. Ce régime d’images, fixes ou animées, s’avère de plus en plus dégradant, extrême et violent tant psychiquement que physiquement : les gens qui produisent des films pornographiques ont déjà tout montré. Qu’est ce qu’il leur reste à montrer ? Des femmes prises par trois hommes, puis quatre, puis cinq, puis jusqu’à six en même temps ! Des gang bang où des dizaines, voire des centaines d’hommes pénètrent de toutes les façons possibles une femme et éjaculent sur elle, de préférence sur sa figure (13). La pornographie déréalise les atrocités qu’elle engendre.

Ce nouvel ordre sexuel traduit, à l’aube du XXIe siècle, les paradoxes d’une libération sexuelle des plus équivoques. Si les scènes de nudité et d’accouplements sexuels envahissent les moyens de communication, de toute évidence, ces images ne participent pas à une libération sexuelle, mais plutôt à l’enfermement de la sexualité dans des rapports de sujétion. Pour Tony Anatrella, « [l] a révolution sexuelle n’a pas eu lieu dans le sens d’un plus grande qualité dans les relations entre les hommes et les femmes : elle a surtout libéré la sexualité infantile, celle des pulsions partielles - l’exhibitionnisme, le voyeurisme, le masochisme, le sadisme, [...] ».

La pornographie est une industrie à la poursuite de fantasmes et de névroses. La pornographie ne dérange pas l’ordre social, elle ne fait que le renforcer ; elle intensifie plus particulièrement l’ordre marchand et l’ordre sexiste. Elle est un facteur de renforcement de l’homogénéité sociale. Aussi longtemps que l’ordre marchand et sexuel sera florissant, des trafiquants en tout genre s’ingénieront à l’alimenter de chair fraîche, car là où il y a d’énormes bénéfices disparaissent les sentiments humains. La métamorphose des fantasmes sexuels en transactions commerciales ne laisse pas de place à la philanthropie.

- Le nombre de citations a été réduit avec l’accord de l’auteur dans le texte ci-haut pour faciliter la lecture à l’écran. On pourra les retrouver toutes dans le document intégral en format Word ci-dessous. Cliquer sur l’icône pour le télécharger.(Sisyphe)

- Lire du même auteur : « Les tueurs en série à caractère sexuel ».

Lectures suggérées

- Sous la direction de Richard Poulin, Prostitution, la mondialisation incarnée. Il faut se procurer ce numéro d’Alternatives Sud qui sortira en septembre. Voir comment.
- Procurez-vous le manifeste de Richard Poulin, Abolir la prostitution, aux éditions Sisyphe. Une synthèse remarquable dans un livre qui teint au creux de la main.

Word - 105.5 ko

Notes

1. Ou encore « plan pétasse ».
2. Des ex-stars de la pornographie ont témoigné de la violence sexuelle subie lors de tournages de films. La tendance depuis le milieu des années quatre-vingt est aux gang bang, où une femme est livrée à 10, à 20, à 30... à 100 partenaires.
3. Soit 60,8 milliards USD. Il était de 6 milliards USD en 1983.
4. Soit 22,3 milliards USD.
5. Le courant pro-pornographique féminin a également ses théoriciennes « néo-féministes », comme Cornell (1995), Strossen (1995) ainsi que Collard et Navarro (1996).
6. À 21 ans, elle a déjà tourné dans près de quarante films et s’est essayée à deux réalisations. Elle avoue également avoir été prostituée.
7. Selon Xavier Deleu (2002 : 101), « [l]e mouvement en cours tend à la banalisation des comédiens du porno sur la scène publique ».
8. La profusion depuis une décennie de romans et de récits féminins incluant des scènes hard traduit-elle l’appropriation d’un domaine réservé principalement aux hommes ? Ou est-ce que, dans le domaine de la sexualité, un nombre croissant d’écrivaines se devaient désormais de jouer sur les mêmes codes que certains écrivains. Pour Bertrand et Baron-Carvais, ce phénomène tiendrait de la « féminisation du X ».
9. À ce sujet, voir mon article sur la mondialisation des marchés sexuels.
10. Les chaînes payantes de télévision se rentabilisent souvent par les films X dont le prix d’achat n’est que de 5 % du film traditionnel.
11. Pour sa part, le Collectif interasssociatif « Enfance et médias », affirme qu’à « 11 ans deux enfants sur trois ont déjà vu un film porno » (cité dans Chaleil, 2002 : 79).
12. Évidemment, elles ne font pas la preuve de l’inverse, non plus.
13. Le 19 avril 1996, 300 hommes se succèdent pendant 12 heures sur Jasmine Saint-Clair sous l’œil de la camera. La hardeuse déclare : « J’aime choquer, c’est comme ça qu’on devient célèbre. » (Drouet, 1997 : 228)

Bibliographie

Anatrella, Tony (1992), « Quand l’éducation sexuelle inhibe la sexualité », in André Ruffiot (sous la direction de), L’éducation sexuelle au temps du sida, Toulouse, Privat : 67-68
Anderson, Raffaëla (2001), Hard, Paris, Grasset.
Authier, Christian (2001), Porno : interdit d’interdire ? [en ligne], L’Opinion indépendante, [site visité le 22 août 2003].
Authier, Christian (2002), Le nouvel ordre sexuel, Paris, Bartillat.
Baudry, Patrick (2001) [1997], La pornographie et ses images, Paris, Pocket.
Bauserman, R. (1996), « Sexual aggression and pornography : A review of correlational research », Basic and Applied Social Psychology, vol. 18, n° 4 : 405-427.
Béraud, Anyck (2003), Reportage sur l’enquête Snowball, Radio-Canada Toronto, 16 janvier.
Bergen R. K. et K. A. Bogle KA (2000) « Exploring the connection between pornography and sexual violence », Violence and Victims, Fall, vol. 15, n° 3 : 227-234.
Boltanski, Luc et Ève Chiapello (2002), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.
Brown J. D. et S. F. Newcomer (1991) « Television viewing and adolescents’ sexual behavior », Journal of Homosexuality, n° 21 : 77-91
Brown J. D. et J. R. Steele (1995), Sex and the Mass Media, Menlo Park, CA, Henry J. Kaiser Family Foundation.
Centre-Femmes de Beauce (2002), La pornographie n’est pas sans conséquences, rapport de recherche, Saint-Georges.
Chaleil, Max (2002), Prostitution. Le désir mystifié, Paris, Parangon.
CMESCE (Congrès mondial contre l’exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales) (2002) La pornographie enfantine [en ligne], Yokohama, [site visité le 21 avril 2003].
Collard, Nathalie et Pascale Navarro (1996), Interdit aux femmes. Le féminisme et la censure de la pornographie, Montréal, Boréal.
Comité spécial d’étude de la pornographie et de la prostitution, Rapport du Comité spécial d’étude de la pornographie et de la prostitution, Ottawa, Centre d’édition du gouvernement du Canada, 2 volumes, 1985.
Comité sur les infractions sexuelles à l’égard des enfants et des jeunes (1984), Infactions sexuelles à l’égard des enfants, Ottawa, Centre d’édition du gouvernement du Canada, 2 volumes.
Commission présidentielle américaine sur l’obscénité et la pornographie (1971) L’obscénité et la pornographie, extrait du rapport de la Commission U.S., Paris, UGE, 10/18.
Cornell, Drucilla (1995), The Imaginary Domain. Abortion, Pornography and Sexual Harrassment, Ney York & London, Routledge.
Cramer E, J. McFarlane, B. Parker, K. Soeken K, C. Silva et S. Reel (1998) « Violent pornography and abuse of women : theory to practice », Violence and Victims, Winter, vol. 13, n° 4 : 319-332.
Debray, Régis (1994), Vie et mort de l’image, Paris, Gallimard Folio.
Deleu, Xavier (2002), Le consensus pornographique, Paris, Mango Document.
Donnerstein E. (1984), « Pornography and Violence Against Women », in N. M. Malamuth et E. Donnerstein (eds.), 1984 : 53-81.
Donnerstein E. (1980), « Pornography and Violence Againts Women : Experimental Studies », Annals New York Academy of Sciences, n° 347 : 277-288.
Drouet, Jean-Baptiste (1997), Les nouveaux visages de la prostitution, Paris, Filipacchi.
Dusch, Sabine (2002), Le trafic d’êtres humains, Paris, Presses universitaires de France.
ECPAT International et Groupe d’ONG pour la Convention relative aux droits de l’enfant (2001), [en ligne] La pornographie mettant en scène des enfants : l’enregistrement d’un crime, [site visité le 21 avril 2003] Yokohama, 2001
Ellengeber, Urs (2002), Prostitution enfantine [en ligne], Tages-Anzeiger, 25 septembre, Association suisse pour la protection de l’enfant, [site visité le 28 avril 2003].
Farley, M., I. Baral, M. Kiremire et U. Sezgin, U. (1998), « Prostitution in Five Countries : Violence and Posttraumatic Stress Disorder ». Feminism & Psychology, vol. 8, n° 4 : 415-426.
Farley, M. et H. Barkan (1998) « Prostitution, violence and posttraumatic stress discorder », Women & Health, 27 (3) : 37-49.
Feschbach S. et N. Malamuth (1978), « Sex and Agression : Proving the Link », Psychology Today, n° 12 : 110-117.
Finkelhor David et Patricia Hashima (2001), The Victimization of Children and Youth [en ligne] Crimes against Children Research Cente, [site visité le 7 janvier 2003].
Giami Alain (2000), Entre mateur professionnel et amateur avert [en ligne], Doctissimo.fr, [site visité le 21 avril 2003].
Guillebaud, Jean-Claude (2001), La tyrannie du plaisir, Paris, Seuil Points.
Guttman, Cynthia (1999), Internet et la pédophilie, [en ligne], Courrier de L’UNESCO, [site visité le 23 septembre 2003].
Guyénot Laurent (2000), Pornographie = école du viol ? [en ligne], Doctissimo.fr, [site visité le 21 avril 2003].
Harris L. (1988) Sexual Material on American Network Television During the 1987-88 Season, New York, Planned Parenthood Federation of America.
Healy, Margaret A., (1996), Child Pornography : an International Perspective [en ligne], Stockholm : Working document for the World Congress against Commercial Sexual Exploitation, [site visité le 3 mars 2003].
HPG (2002), Autobiographie d’un hardeur, Paris, Hachette.
Hugues Dona (2001), L’impact de l’utilisation des nouvelles technologies de communication et d’information sur la traite des êtres humains aux fins d’exploitation sexuelle. Rôle des agences matrimoniales dans la traite des femmes et trafic d’images d’exploitation sexuelle, Strasbourg, Conseil de l’Europe.
Kaiser Family Foundation (1996), The Kaiser Family Foundation Survey on Teens and Sex : What They Say Teens Today Need to Know, and Who They Listen To. Menlo Park, CA, Henry J. Kaiser Family Foundation.
Kimmel, M. S. et Linders, A. (1996), « Does censorship make a difference ? An aggregate empirical analysis of pornography and rape », Journal of Psychology and Human Sexuality, vol. 8, n° 3 : 1-20.
Kutchinsky, B. (1991), « Pornography and rape : Theory and practice ? » International Journal of Law and Psychiatry, n° 14 : 47-64.
Lane III, F. S. (2000), Obscene Profits, New York & London, Routledge.
Lederer, Laura (dir.), L’envers de la nuit, les femmes contre la pornographie, Montréal, Remue-ménage, 1983.
Lowry D. T. et J. A. Shidler (1993), « Prime-time TV portrayals of sex, « safe » sex, and AIDS : a longitudinal analysis », Journalism Quaterly, vol. 70, n° 3 : 628-637.
MacKinnon, C.A. et Dworkin, A. (1997) In Harm’s Way : The Pornography Civil Rights Hearings, Cambridge : Harvard University Press.
Malamuth Neil N. et Edward Donnerstein, eds, (1984), Pornography and Sexual Agression, New York, Academic Press.
Mayné, Gilles (2001), Pornographie, violence obscène, érotisme, Paris, Descartes & Cie.
Odem, M. E., & Clay-Warner, J. (éds.) (1998), Confronting Rape and Sexual Assault, Wilmington, Scholarly Resources Inc.
O’Toole, L. L., & Schiffman, J. R. (éds.) (1997), Gender violence : Interdisciplinary perspectives, New York. New York University Press.
Ozanam Mathieu (2002), Porno : la nouvelle « éducation sentimentale » ? [en ligne], Doctissimo.fr, [site visité le 21 avril 2003].
Panepinto, Toni (2000), La pornographie infantile sur le réseau Internet [en ligne], École Liégeoise de Criminologie Jean Constant, [site visité le 13 mars 2003].
Potter, Gary H. (1986), Criminal Enterprises : Pornography [en ligne] Eastern Kentucky University [site visité le 19 mars 2002].
Poulin, Richard (2002), « La mondialisation du marché sexuel », Actuel Marx, n° 31 : 109-121.
Poulin, Richard (1994), Le sexe spectacle, consommation, main-d’œuvre et pornographie, Hull et Ottawa, Vents d’Ouest et Vermillon.
Poulin Richard (1993), La violence pornographique, industrie du fantasme et réalités, Yens-sur-Morge, Cabédita.
Poulin Richard et Cécile Coderre (1986), La violence pornographique, la virilité démasquée, Hull. Asticou.
Rédaction (2002), Approche médicale sur l’influence de la pornographie, et des programmes sexualisés sur les adultes et les adolescents, [en ligne], Patho108.com [site visité le 6 octobre 2003].
Remy, Jacqueline, Jean-Sébastien Stehli, Denis Jeambar et Gilbert Charles (2001), Le triomphe du voyeurisme [en ligne], L’Express, [site visité le 23 septembre 2003], 3 mai.
Rich, Frank (2001), « Naked capitalistes - Ther’s no business like porn business », New York Times, 20 mai.
Rimm, Marty (1995), « Marketing Pornography on the Information Superhighway », Georgetown Law Journal, 83 : 1849-1934.
Rush, Florence (1983), Le secret le mieux gardé, l’exploitation sexuelle des enfants, Paris, Denoël/Gonthier.
Russel, Diana (1998), Dangerous relationships : Pornography, misogyny, and rape, Thousand Oaks, Sage Publications.
Russell, Diana (1983) « La pornographie et la violence, les recherches récentes », dans Laura Lederer (1983) : 249-270.
Schlesinger, L. B., et E. Revitch (éds.) (1997), Sexual Dynamics of Anti-Social Behavior, 2e édition, Springfield, Charles C. Thomas Publisher.
Sellier, Homayra (2003), Innocence-en-danger.com. Internet, le paradis des pédophiles, Paris, Plon.
Seto, M. C., Maric, A. et Barbaree, H. E. (2001), « The role of pornography in the etiology of sexual aggression », Aggression and Violent Behavior, n° 6 : 35-53.
Silbert, M. et A. M. Pines (1984), « Pornography and Sexual Abuse of Women », Sex Roles, 10 (11-12) : 857-868.
Strasburger V. C. (1997), « Sex, drugs, rock’n’roll » and the media : are the media responsible for adolescent behavior ? », Adolescent Medecine, n° 8 : 403-414.
Strasburger VC et E. Donnerstein (1999), « Children, adolescents, and the media : issues and solutions », Pediatrics, n° 103 :129-139
Taylor Max, Ethel Quayle et Gemma Holland (2001), [en ligne], <a
href="http://www. isuma.net/v02n02/taylor/taylor_e.shtml">Child Pornography, the Internet and Offending, Isuma, vol. 2, n° 2, [site visité le 13 avril 2003].
Unicef (2003), Child Trafficking, Statistics, [en ligne] New York Unicef, [consulté le 27 février 2003].
Walraet Roland (1999), « L’utilisation des nouvelles technologies de l’information en matière de traite aux fins d’exploitation sexuelle : pratiques et risques », Actes provisoires des actes, Strasbourg, Conseil de l’Europe : 27-33.
Weisberg, Kelly (1985), Children of the Night. A Study of Adolescent Prostitution, Lexington (MA), Lexington Books.
Welzer-Lang, Daniel (1988), Le viol au masculin, Paris, L’Harmattan.
Winick, C. et Evans, J. T. (1996), « The relationship between nonenforcement of state pornography laws and rates of sex crime arrests », Archives of Sexual Behavior, vol. 25, n° 5 : 439-454.

- © Copyright - Une autorisation est requise pour reproduire et diffuser ce document intégralement mais les citations sont autorisées avec mention de la source.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 5 décembre 2003

- Cet article a servi de base à la communication de l’auteur au colloque du Centre-Femmes de Beauce inc., « La pornographie n’est pas sans conséquences », le 7 novembre 2003, à Ville St-Georges, Beauce (Québec).

- Lire également : « La pornographie n’est pas sans conséquences »


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Richard Poulin, sociologue


Sociologue, l’auteur est professeur titulaire à l’université d’Ottawa et associé à l’Institut d’études et de recherches féministes de l’UQÀM, auteur de plusieurs ouvrages sur la prostitution et la traite des êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle dont : Enfances dévastées, l’enfer de la prostitution (Ottawa, L’Interligne, 2007), Abolir la prostitution. Manifeste (éditions Sisyphe, Montréal 2006), co-auteur avec Yanick Dulong de Les meurtres en série et de masse, dynamique sociale et politique (éditions Sisyphe, 2009), La mondialisation des industries du sexe (Ottawa, L’Interligne 2004 et Paris, Imago, 2005), et il a coordonné le numéro d’Alternatives Sud, Prostitution, la mondialisation incarnée (Paris, Cetri et Syllepse, vol. XII, n° 3, 2005). Voir plus d’information sur les publications de l’auteur sur le site du Département de sociologie, Université d’Ottawa.



Plan-Liens Forum

  • > commentaire sur la tyrannie du nouvel ordre sexuel
    (1/4) 20 avril 2007 , par erick

  • > La tyrannie du nouvel ordre sexuel
    (2/4) 20 juillet 2006 , par French Cat

    rép: erick
    rép: krop
  • > La tyrannie du nouvel ordre sexuel : chiffres ?
    (3/4) 16 janvier 2004 , par Naibed

    rép: Internaute
    rép: Internaute
  • L’expoitation sexuelle des enfants
    (4/4) 29 décembre 2003 , par Internaute

    rép: Internaute




  • > commentaire sur la tyrannie du nouvel ordre sexuel
    20 avril 2007 , par erick   [retour au début des forums]

    je partage totalement votre point de vue
    un exemple, en lisant cet article, plusieurs pages de sites pornos ont envahis mon écran
    on appelle ça des pop up je crois
    chaque fois que je lis un article dont le titre comporte le mot sexe ou sexualité c’est pareil
    ce qui fait que n’importe quel mineur peut tomber nez à nez avec ces photos abjectes
    ne pourrait-on pas poursuivre les propriétaires de ces sites ?
    la sexualité doit rester une façon d’aimer et pas d’asservir, de torturer et de transformer les jeunes en psychotiques incapables d’amour

    > La tyrannie du nouvel ordre sexuel
    20 juillet 2006 , par French Cat   [retour au début des forums]
    http://www.a-human-right.com/twoways.jpg

    Trés bon article, malgré quelques partis-pris regrettables, et un défaut de taille : une critique, certes, mais où sont les solutions pour empêcher ou ne serais-ce que réduire les violences faites aux femmes ?

    en voici à mon sens deux :

    1- une éducation sexuelle “à l’Hollandaise”, comprendre telle que pratiquée dans les écoles au Pays-Bas, qui à la différence de celle infligée en France met l’accent sur la mise des élèves en situation de rencontre homme/femme, durant laquelle les jeunes filles sont incitées à aller vers les jeunes garçons et réciproquement, avec comme point d’honneur le respect mutuel.
    (information venant d’une connaissance née et habitant la Hollande)

    2- en imaginant un monde dont auraient disparues pornographie et prostitution, le risque potentiel pour chaque femme d’être violée ne disparaîtrait pas pour autant : supprimer toute incitation n’empêchera jamais les violences faites aux femmes (et plus généralement aux être humains), à moins, les criminels ne s’en prenant qu’aux proies qu’ils savent faibles et peu aptes à opposer résistance, qu’il n’y ait plus de “faibles” ; du moins que ceux-ci aient un “égaliseur” leur permettant de représenter une menace pour la vie de leur agresseur potentiel, qui se tournera vers une autre proie, plus “facile” celle-là.

    en ce sens, il est étonnant qu’un site féministe soit aussi peu loquace au sujet des moyens pouvant être utilisés par une femme pour assurer sa défense (et donc parfois sa survie) :

    outre l’apprentissage de techniques de combat à mains nues, dont l’efficacité reste toujours aléatoire lors d’une agression s’il y a trop grande disproportion entre la force physique de l’agresseur et celle de l’agressée ou que les agresseurs sont multiples, l’usage d’une arme à feu et surtout l’apprentissage de son utilisation est plus à même d’assurer l’arrêt d’une agression ou d’un viol avant même que celui-ci ait commencé.
    - la plupart du temps, comme l’indiquent les études effectuées par John J. Lott, célèbre et réputé criminologue Américain, ainsi que les faits constatés, le simple fait de brandir une arme devant son ou ses agresseurs (un couple homosexuel de San Francisco poursuivi par une dizaine de membres d’un gang peut en témoigner) suffit bien souvent à faire cesser immédiatement la tentative d’agression.

    L’arme à feu étant un “égaliseur” de la différence homme-femme sur le plan de la force physique, elle permet également, de fait, d’assurer l’indépendance d’une femme, qui n’a plus à avoir besoin de se mettre sous la protection d’un homme, ce qui d’un point de vue féministe est je crois primordial.

    Ce propos est d’ailleurs parfaitement illustré par l’affiche suivante, dont la traduction serait “Deux façon de se protéger d’une agression”  :

    http://www.a-human-right.com/twoways.jpg

    • > armes à feu ?????
      20 avril 2007 , par
      erick   [retour au début des forums]

      n’importe quoi !!!!
      c’est une idée digne la nrf.
      armer la population n’a jamais fait baissé la violence,
      au contraire,
      il n’y a qu’à voir ce qui se passe aux usa.
      c’est répondre à la violence par la violence,
      cela ne résout rien, au contraire.
      imaginez que tout le monde se ballade avec son taser, le moindre des accrochages se finirait en meurtre.
      c’est en amont qu’il faut essayer de solutionner le problème,
      de façon législative pour commencer et éducative également.
      les ados et les enfants étant maintenant livrés à eux-mêmes, je préfère que ce soit l’école qui se charge d’aborder la sexualité plutot que l’industrie du porno.

      [Répondre à ce message]

    • > La tyrannie du nouvel ordre sexuel
      20 avril 2007 , par
      krop   [retour au début des forums]

      bien sur ont vas tous se promenés avec une arme dans la poche et ont voteras pour la n.r.a américaine ! le porno est un mensonge comme la société de consommation l’équilibre d’un être est dans l’amoure et non dans une quelconque arme ni dans une quelconque réussite sociale qui finissent souvent par bouffer le cerveaux des gens ! arrêtons nous 5minutes de courir après le rien et je croie que plus d’un péteraient les plombs du vide qu’ils ont dans la tête. aux autre un peut plus "sensés" de les aimées et de leur tendre un peut la main . sa c’est une arme. une vrais !

      [Répondre à ce message]

    > La tyrannie du nouvel ordre sexuel : chiffres ?
    16 janvier 2004 , par Naibed   [retour au début des forums]

    Etant assez sceptique lorsque je lis les chiffres annoncés par votre contributeur, j’aimerais bien que vous expliquiez ceux-ci.

    L’expoitation sexuelle des enfants
    29 décembre 2003 , par Internaute   [retour au début des forums]

    Une rencontre de l’UNESCO

    « Exploitation sexuelle des enfants, pornographie impliquant des enfants et pédophilie sur internet : un défit international »

    http://www.unesco.org/general/fre/events/pedophilie


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2003
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin