| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 17 septembre 2005

Sexe, argent et intégrisme postmoderne

par Micheline Carrier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Des militantes et militants pro-prostitution menacent des survivantes pour les faire taire
Prostitution - La Loi sur la protection des collectivités et des victimes d’exploitation, deux ans plus tard, qu’en-est-il ?
Le prostitueur moderne et sa nounou queer
Aidez-nous à éradiquer la prostitution au Canada
Euro 2016 - Le prix d’une passe n’est pas celui que tu crois
Abolition de la GPA et de la prostitution, même combat contre le patriarcat
Les droits des femmes bafoués, les corps marchandisés
Non au système prostitutionnel ! Une analyse féministe et abolitionniste du système prostitutionnel
Prostitution : L’Assemblée nationale française fidèle à ses convictions
Claudine Legardinier - Prostitution : une guerre contre les femmes
France - Les inégalités femmes-hommes au Sénat font obstruction à la sanction des clients de la prostitution !
Offrir aux hommes handicapés de recourir à la prostitution, une idée ancrée dans la misogynie et le validisme
Lettre ouverte à rabble.ca - La journaliste Meghan Murphy visée par une campagne misogyne du lobby de l’industrie du sexe
Grand Prix de Montréal - La CSN demande l’application de la nouvelle loi fédérale pour contrer la prostitution
Comment la pornographie influence les jeunes consommateurs
"Le commerce du sexe", un film d’Ève Lamont
Réglementer la pornographie ou criminaliser les pornocrates ?
Corps disloqués, âmes brisées : conséquences psychiques et physiques de la prostitution sur les personnes qui la vivent
Prostitution - L’approche de “réduction des méfaits” ne suffit pas pour une analyse pertinente de la prostitution
« Ni client, ni complice ! » - La CLES lance un appel à lutter contre la banalisation de l’exploitation sexuelle
Pénalisation du client de la prostitution ? Les belles histoires de Tonton Robert
Non, Messieurs, la plupart des personnes prostituées ne le sont pas par choix
Le manifeste des 343 bites tellement légères qu’elles se dressent à l’insu de leur cerveau
La cruelle chosification des femmes prostituées et des mères porteuses
Catharine A. MacKinnon - Traite, prostitution, inégalité
Prostitution - Sanctionner les clients et non les prostituées
Prostitution des jeunes - La trahison des adultes
Décriminaliser la prostitution ne peut pas être la solution
Prostitution : une affaire d’hommes ou la fraternité "des salauds"
Loi sur la prostitution en France - « Je ne veux pas d’une société où les femmes ont un prix »
Janice G. Raymond – Prostitution : "Pas un choix, pas un travail"
Elisabeth Badinter et Irène Théry ou la caution intellectuelle du système patriarcal
Les femmes étrangères rêveraient-elles de devenir "putes" ?
Prostitution - La stigmatisation et le mythe entourant le statut de victime
Abolition de la prostitution en France - Le principe est acquis, place à la loi !
Comprendre la prostitution dans l’ensemble des structures de pouvoir fondées sur le genre
L’Irlande pourrait interdire l’achat de sexe
Le prostitueur, "chaînon manquant" de la question prostitutionnelle, selon Victor Malarek
La prostitution, sexualisation du pouvoir
La France envisagerait des sanctions "pédagogiques" pour les prostitueurs
Le Canada ne peut traiter la prostitution comme un filet de sécurité sociale
Les "femmes de réconfort" étaient nécessaires pour maintenir la discipline dans l’armée, selon le maire d’Osaka
Prostitueurs et non-prostitueurs, une étude de Mélissa Farley
Bienvenue dans le monde des prostitueurs
Prostitution - Rendre tabou la notion de victime pour masquer l’existence d’agresseurs
Prostitution en Grande-Bretagne - Un bien étrange syndicat au service des proxénètes
Prostitution et mariage : une assimilation douteuse
La prostitution, le STRASS et la sénatrice - La pertinence de la transparence
Au delà des mythes, légaliser la prostitution est une très mauvaise idée
La Suède malmène l’industrie du sexe et aide les femmes prostituées
Les prostitueurs. Sexe à vendre… Les hommes qui achètent du sexe, un livre de Victor Malarek
"Angel" : Piégée dans un monde de prostitution et de violence
L’être et la marchandise. Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi
"Les criminelles" : individualisation et romantisation de la prostitution
Des spécialistes en santé veulent aider les femmes à sortir de l’industrie du sexe… en faisant échec aux prostitueurs
L’Islande songe à interdire la porno diffusée sur Internet
En studio avec Ruth ! "Je crois sincèrement que la traite humaine et la prostitution fonctionnent de pair"
Catalogne - La loi et l’ordre des proxénètes
Qui estime vraiment les personnes prostituées ?
En studio avec Ruth ! "La prostitution est un grand enjeu politique"
L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) et l’Alliance canadienne féministe pour l’action internationale (FAFIA) répondent au rapport Oppal sur les femmes disparues
Colombie-Britannique - L’égalité des femmes et le contexte socio-économique absents du rapport Oppal sur les femmes disparues
Prostitution - Les “progressistes” australiens oscillent entre l’industrie du sexe et les droits des femmes
Prostitution - Le refus d’abolir le système prostitueur est une atteinte aux droits humains
Fantine ou la liberté de se prostituer ?
Première rencontre de l’Association internationale des survivantes unies de la traite à des fins sexuelles (prostitution)
Prostitution - Pourquoi il faut mettre fin à une des plus anciennes violations des droits humains
Carton rouge pour les bordels à vitrine
Prostitution - La réduction des méfaits est-elle ce que nous pouvons faire de mieux pour les personnes prostituées ?
Un traité féministe international pour abolir la prostitution
Prostitution - Coup de tampon réglementariste !
Prostitution et séropositivité - Le Gouvernement grec arrête et emprisonne des femmes pour protéger les hommes
Manifeste contre le système prostitueur
Prostitution en France - Lettre ouverte à M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre
1946-2012 : De la fermeture des maisons closes à la lutte contre le système prostitueur, les abolitionnistes portent progrès et liberté !
Prostitution - Gloria Steinem appuie le modèle nordique
Solidarité avec les prostituées, mais lutte contre la prostitution
Comparaison entre acheteurs et non-acheteurs de sexe dans la région de Boston
8 mars 2012 : Pas d’égalité sans abolition de la prostitution !
La danse contact ou "lap-dance", prologue de la prostitution
Fiers d’aller aux danseuses ! Vraiment ?
Abolitionnistes du système prostitueur : ce que nous sommes, ce que nous voulons !
Les Néerlandais commencent à regretter la légalisation de la prostitution
Prostitution et faux-semblants : une affaire de société, de femmes et d’hommes
Pourquoi la gauche veut-elle faire de la prostitution "un métier comme un autre" ?
Prostitution et "slutwalk" - Bâtir un mouvement féministe progressiste à l’époque individualiste
Prostitution - Il faut rendre illégal l’achat de "services" sexuels en Australie
Le mouvement des femmes n’est pas monochromatique
ZéroMacho - Des hommes contre la prostitution
Prostitution et domination masculine
La vérité sur l’esclavage sexuel planétaire, un livre de Lydia Cacho
Votre voisin est un prostitueur - Une nouvelle recherche
J’ai rien vu
Abolition n’est pas prohibition - Pourquoi la défense de l’avortement diffère de la défense de la prostitution
Prostitution et traite des femmes - Le projet abolitionniste au congrès Mondes des femmes 2011
Congrès international Mondes des femmes 2011 - Compte-rendu des échanges sur l’abolition de la prostitution à l’exposition "Les draps parlent"
Banalisation de l’industrie du sexe et éducation des jeunes
Nous devons sanctionner les acheteurs de la prostitution
Des députés proposent une résolution sur la prostitution réaffirmant la position abolitionniste de la France
Dix raisons de ne pas légaliser la prostitution
Demi Moore s’associe au CNN Freedom Project pour un documentaire saisissant sur le commerce sexuel au Népal
Client de la prostitution : vers une prise de conscience européenne
Lutter pour faire de la prostitution un travail, c’est se tromper de combat
Prostitution et traite des êtres humains, controverses et enjeux
Le système de la prostitution militaire en Corée du Sud, en Thaïlande et aux Philippines
Les pratiques des hommes "clients" de la prostitution : influences et orientations pour le travail social
La prostitution comme violence contre les femmes
Le système prostitutionnel, un pilier de l’inégalité sexuelle et des violences envers les femmes
Clients de la prostitution : un "droit de l’homme" heureusement en péril
Prostitution as violence against women
Prostitution - Vive le sexe libre et gratuit !
France - La prostitution n’est pas une fatalité
"Il faut punir les clients des prostituées", selon Roselyne Bachelot. Oui... et dépénaliser les personnes prostituées !
Belgique - Analyse « Prostitution : arguments et opinions »
Prostitution - Le débat entre féministes se poursuit
Tribunal populaire sur l’exploitation sexuelle commerciale - Inscription
La tolérance sociale, complice de la violence et de l’exploitation sexuelle
Traite des femmes à des fins sexuelles - Au cœur des réseaux criminels : l’exemple de l’Albanie
S’unir contre la banalisation de la prostitution - Un défi pour la décennie
Moi, si j’étais un homme
Prostitution et traite des êtres humains - Les mensonges du réglementarisme
La députée bloquiste Maria Mourani présente un projet de loi pour accélérer la lutte à la traite des personnes et au proxénétisme
La prostitution menace le patrimoine humain
La série "Maison close" : de la fiction à la réalité
C’est un métier, tout comme le vôtre…
Décriminaliser totalement la prostitution sape le travail pour l’égalité des sexes - Exigeons le changement
"Abolir la prostitution" – Une question en suspens pour le féminisme et pour la gauche
Pays-bas : infirmières ou prostituées ?
Madame Parité commence fort en renvoyant les femmes… au bordel !
Le sexe s’invite à la Coupe du Monde
Feu « Verts » au proxénétisme !
Plus de pornographie à l’Assemblée nationale, mais des assises de la prostitution au Sénat
"Travailleurs du sexe", un documentaire sexiste, réactionnaire et dangereux
Le Mouvement du Nid-France louera un mini-car pour faire visiter les maisons closes
Pour un quartier assiégé, la prostitution est loin d’être un "crime sans victime"
De client prostitueur à homme responsable : une démarche nécessaire
Le "client", premier agent de la prostitution
Proxénétisme et prostitution - Lettre ouverte aux candidat-e-s aux élections européennes de juin 2009
Poser les bases d’une Europe sans prostitution, c’est oser
Le tourisme de prostitution, une industrie mondialisée florissante
Prostitution : la grande promo
Première Journée mondiale contre l’exploitation sexuelle : les raisons d’un engagement
Prostitution et traite des êtres humains, enjeux nationaux et internationaux
Le vagin industriel. Vers une économie politique du sexe commercial mondialisée
S’attaquer au trafic mondial du sexe
Intégrisme islamique et esclavage sexuel en Iran
Le corps des femmes est attaqué. Que fait-on ? On se tient debout et on riposte !
Libre disposition de son corps et liberté de se prostituer
Le refus de la prostitution gagne du terrain
La mode hypersexualisée s’inspire de la pornographie
Le "droit de prostituer" n’est pas un droit de l’homme
"Abolition de la prostitution" - Édito Revue Labrys
Affaire Sneep aux Pays-Bas - Condamnation de deux proxénètes qui ont exploité et maltraité 120 filles de l’Europe du Sud et de l’Est
Le commerce du sexe est florissant en Afghanistan
Sexe et Formule 1
Dossier prostitution - Importants développements à l’échelle internationale
Prostitution - Touche pas à mon client ?
Le Conseil National des Femmes du Luxembourg (CNFL) se prononce en faveur d’une législation agissant directement sur la demande de "services sexuels"
Affaire Spitzer - Le mythe du crime sans victimes
Le Mouvement du Nid inquiet de plusieurs mesures de la politique française sur la prostitution
Le Forum de Vienne sur la traite des êtres humains reste sourd aux voix des victimes
Une politique cohérente contre la violence à l’égard des femmes doit commencer par s’attaquer à la prostitution
Prostitution - À Alger comme en Europe, on esclavagise les femmes
Manifeste des hommes pour l’abolition de la prostitution (Espagne)
Pornographie et fin de la masculinité
Pornographie : "Ça fait mal, tellement mal" ou pourquoi certaines femmes ne veulent pas savoir
Prostitution : les limites du consentement
Prostitution et traite des femmes au Nevada
« Être abolitionniste, c’est défendre la liberté sexuelle ! »
"Rent-A-Wife", c’est discriminatoire !
Après des décennies, les secrets des bordels des camps nazis émergent
Une association féministe espagnole conteste l’expression "travailleuse du sexe"
Le Mouvement du Nid face aux clients prostitueurs
Première Journée mondiale pour un tourisme responsable et respectueux, le 2 juin 2007
Richard Poulin parle de son dernier livre "Abolir la prostitution" - Interview par Sporenda
Police, Justice et acteurs sociaux, quelle coopération ?
Réflexions sur les meurtres de femmes prostituées au Royaume-Uni
Prostitution - Trois femmes et un débat
Déchirées par la guerre, les femmes d’Irak sont la cible des trafiquants du sexe
La prostitution n’est pas un service comme un autre
Entretien avec Coline Serreau sur le film Chaos
Qu’est-ce que la libération ? Le féminisme hier, aujourd’hui et demain
Quand le porno impose sa vision de la sexualité
La prostitution, une arme politique
Prostitution : tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir et qui existe quand même !
La liberté dévoyée
Mondialisation, militarisme et trafic sexuel
Pour que la porno recule
Marchandisation et déshumanisation : l’exemple de la prostitution
Richard Poulin lance un manifeste abolitionniste
Prostitution en Allemagne : Déclaration post-Coupe Mondiale de Football
Prostitution Reform - Stamp out sexual slavery (Angleterre)
La prostitution au XVIIIe siècle, pierre d’achoppement entre politiques locales et pouvoir royal
Campagne contre la traite des blanches de l’Europe de l’Est
Prostitution : les pièges du pragmatisme
L’âge du consentement sexuel à 16 ans : un pis-aller ?
Prostitution : cherchez le client
Enjeux de la prostitution considérée comme "travail du sexe"
L’envergure de la traite à des fins de prostitution
Les filles de l’Est
Violence pro-prostitution à la Maison des femmes de Paris
Le discours pro-prostitution : une rhétorique de dominant
"Survivantes" et féministes contre la prostitution
Clients de la prostitution : motivations et déterminants
La législation à l’encontre des prostituées au XVIIIe siècle
Une politique cohérente contre la violence faite aux femmes doit d’abord s’attaquer à la prostitution
La nouvelle industrie du sexe
"Terre promise", un film d’Amos Gitaï sur la traite des femmes
Prostitution : une arme de destruction massive
"Les clients de la prostitution : l’enquête", de Claudine Legardinier et Saïd Bouamama
Les Philippines contre le trafic sexuel
"Inside deep throat", contribution à la liberté sexuelle ?
La prostitution au XVIIIe siècle : introduction à une liberté superficielle
Femmes à vendre dans les pays baltes
Prostitution et Société No 150
Acheter du sexe n’est pas un sport
Une loi qui jetterait les femmes dans l’industrie du sexe
Casino de Hull - Des "playmates" de Playboy pour faire la promotion des nouvelles machines à sous
Ni coupables, ni victimes : libres ? Oui, libres de toute prostitution
Le système de la prostitution : une violence à l’encontre des femmes
La marchandisation du corps humain est une violation des droits fondamentaux de la personne
Le système de la prostitution au Cambodge : le témoignage de Somaly Mam
Le Mouvement du Nid
Le Mouvement du Nid - Documents sur la prostitution
La banalisation de la prostitution : des choses à savoir
L’Association canadienne des centres contre les agressions sexuelles réclame des politiques contre le commerce du sexe
16 journées d’actions citoyennes pour dire "Non aux violences à l’égard des femmes et à la prostitution ! Oui à la promotion de la dignité humaine !"
Prostitution et travail « invisible » : une assimilation dangereuse
Le risque global d’être convertie en marchandise
Gunilla Ekberg : « Le mieux que nous puissions faire pour nos soeurs prostituées, c’est de les aider à en sortir. »
Prostitution, pornographie et trafic des femmes
Les politiques européennes et internationales sur la traite des êtres humains encouragent le proxénétisme
Quinze thèses sur le capitalisme et le système prostitutionnel mondial
Le chemin de Buenos Aires : la prostitution, hier et aujourd’hui
Prostitution,
la mondialisation incarnée

Mondialisation des industries du sexe : oppression maximale des femmes et des enfants du Sud, de l’Est, du Sud-Est, etc...
L’hypocrisie a-t-elle un sexe ? Ou comment masquer l’insoutenable réalité de la prostitution
L’importance de ne pas censurer le débat sur la prostitution
Viol et prostitution
Esclavage et prostitution
Journée de formation sur la mondialisation de la prostitution et du trafic sexuel - Documents
Les jeunes et l’industrie du sexe
La marchandisation du sexe : nouvel esclavagisme ?
Le "libre choix" en Allemagne : accepter de se prostituer ou perdre son allocation de chômage ?
La croissance effrénée des industries du sexe : entrevue avec Richard Poulin
Aux pays des tsunamis, le trafic sexuel sévit
Le modèle suédois : une source d’inspiration, non une panacée
Une étude dresse le portrait des prostitueurs ou clients de la prostitution
Prostitution : La nouvelle traite des Noirs
« La mondialisation des industries du sexe » : des faits aux valeurs
Décriminaliser la prostitution a profité aux proxénètes, pas aux personnes prostituées
Occupations militaires - La prostitution érigée en système
Le scandale de l’esclavage sexuel au Kosovo
« Les Yeux secs » et la caméra citoyenne de Narjiss Nejjar
Rapport sur les conséquences de l’industrie du sexe dans l’Union européenne
L’érotisation de la violence et de la subordination
Prostitution : réflexions d’un militant en colère
Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui, esclavage, travail forcé, trafic de personnes
Pacte du silence sur les clients de la prostitution
Le débat sur la prostitution : quelle libération sexuelle ?
Des questions à se poser sur la prostitution
Fabrication d’un nouveau mythe sur la prostitution
L’urgence est-elle de faire de la prostitution un métier ?
Je voudrais parler porno
La légalisation de la prostitution, une expérience qui a échoué en Australie
Prostitution, pornographie et capital
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe
Prostitution, trafic sexuel et mondialisation
On s’arrache les actions du premier bordel inscrit en bourse
Il faut stigmatiser le client... il est criminel
La tyrannie du nouvel ordre sexuel
Adulte ou infantile, la prostitution est le contraire de l’autonomie sexuelle
Les enjeux occultés de la prostitution et les conséquences sur les rapports hommes-femmes
Le trafic mondial des femmes et des enfants
Des proxénètes à l’Université ?
La mondialisation des marchés du sexe - I
La mondialisation des marchés du sexe - II
Combattre le système prostitutionnel
Sexe : de l’intimité au « travail sexuel » ou prostituer est-il un droit humain ?
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe. Commentaire.
Pour une critique de la politique pro-prostitution de Cabiria
Prostitution : droits des femmes ou droit aux femmes ?
Faut-il une autorisation pour parler de la prostitution ?
« Le corps est un nouvel instrument d’esclavage » Florence Montreynaud
« La prostitution, ce n’est pas le plus vieux métier du monde, c’est le plus vieux mensonge » (Gunilla Ekberg)
L’idéologie sexiste et la pornographie
Femmes esclaves des bordels du Bangladesh







La culture prostitutionnelle gagne sans cesse du terrain au sein des institutions de tout niveau.

Cette culture est si généralement admise qu’il faut, au XXIe siècle, signer des pétitions pour faire reconnaître le droit des femmes de ne pas être traitées comme des esclaves sexuelles et pour convaincre des organismes internationaux, qui ont pourtant adopté des traités et des chartes à cet effet, de sévir contre les auteurs de la mise en marché des êtres humains.

En août dernier, Amnesty International a présenté au chef de la MINUK (Mission de l’ONU au Kosovo) une pétition de 30 000 signatures lui demandant « de punir les personnes soupçonnées de participer à la traite des femmes et de protéger de manière efficace les victimes de ce trafic ». Comme si ce ne devait pas aller de soi qu’on arrête des abuseurs, des agresseurs sexuels, des trafiquants, en l’occurrence des troupes militaires qui déportent des femmes et des jeunes filles « depuis les pays voisins du Kosovo afin de travailler dans des bars comme esclaves sexuelles pour les soldats étrangers engagés dans la province serbe ».

Pendant la seconde guerre mondiale, « au moins 200 000 jeunes femmes, principalement coréennes, mais aussi taïwanaises, chinoises, philippines et indonésiennes, ont été forcées de satisfaire les besoins sexuels des soldats japonais. » Soixante ans plus tard, une femme coréenne de 76 ans a déposé, elle aussi, une pétition de 550 000 signatures réclamant du gouvernement japonais un dédommagement pour toutes celles dont il a fait des « femmes de réconfort » au cours de cette guerre.

Preuve que l’humanité n’a guère progressé, ce commerce des femmes existe depuis que les hommes se font la guerre, c’est-à-dire depuis toujours. Il s’agit donc de l’une des plus anciennes formes d’oppression. Comme si les hommes menaient contre les femmes une guerre parallèle à celle qu’ils se livrent entre eux. Si des soldats de toutes les nations continuent à se livrer au proxénétisme, à la traite et au viol, c’est parce que les autorités militaires et politiques ferment lâchement les yeux sur leurs abus, estimant qu’ils risquent leur vie pour "la patrie" et que c’est la moindre des choses que ces patriotes "se paient en femmes" en toute impunité. C’est aussi parce que le monde présumément civilisé s’installe dans une confortable indifférence face à la commercialisation des êtres humains.

La prostitutionnalisation du monde - 40 millions de femmes et d’enfants prostitués, un nombre en progression constante chaque année - ne connaîtrait pas une telle envergure si elle n’était encouragée par des États et des organismes internationaux hypocrites et sans scrupules. Ces derniers mènent des enquêtes et produisent des rapports pour la galerie, sans jamais se donner les moyens de mettre fin à la mise en marché des êtres humains. Ils cherchent plutôt à la légitimer, y voyant une source de revenus essentielle pour les pays pauvres, tout comme certains groupes justifient la prostitution locale par la nécessité d’offrir des débouchés économiques aux femmes. Les uns et les autres s’accommodent de cet esclavagisme moderne (1) sans remettre en question ses causes fondamentales - les injustices et les inégalités systémiques. Ce ne sont pas les multinationales de l’industrie du sexe qui vont le leur reprocher.

Profit et sexe : des vaches sacrées

Le contexte culturel et socio-économique incite à tolérer la marchandisation des femmes et des enfants (2). Notre époque idolâtre les dieux sexe et profit, qui président aux destinées de l’industrie prostitutionnelle et du crime organisé dont l’influence est probablement aussi importante que celle des intégrismes religieux, toutes confessions confondues. Un nouveau dogme intégriste, laïc celui-là, s’impose : hors du sexe et du fric, point de salut. Tout ce qui est possible doit exister et tout de suite ! Ce que la puissance de l’argent rend légitime ne tarde pas à devenir norme.

Il semble n’exister rien de bon qui n’ait une quelconque connotation sexuelle ou qui ne rapporte un profit financier. Une manne pour les publicitaires qui mettent du sexe partout pour mieux vendre leurs produits. Il est de bon ton de se prétendre à l’aise côté fric et libéré côté cul, les deux pouvant servir mutuellement de monnaie d’échange. C’est à qui s’affichera comme celui ou celle qui profite le plus librement et n’importe comment des deux. Il y a des gens prêts à tout pour démontrer à la face du monde qu’ils ne sont pas "coincés" ou "pognés". Tout se justifie par l’affirmation que le monde a changé et qu’il faut s’y adapter. En effet, le monde a changé : il y a 20 ans, le sado-masochisme était considéré comme de la violence, et la prostitution, une forme organisée de l’oppression des femmes. Maintenant, on les classe parmi les "multisexualités". Ce qui concerne le sexe bénéficiant d’une sorte d’immunité critique, il est mal vu de s’interroger sur ce que recouvre ce vocable.

Le "look pute"

JPEG - 9.6 ko
Photo d’enfant

La mode - et non seulement la vestimentaire - est au "look pute" à un âge de plus en plus précoce. Dans certains milieux, cela fait chic et "ouvert d’esprit" d’affirmer avoir déjà sollicité les "services" de femmes prostituées ou, encore, d’avoir "fait de la prostitution" (ce qui en autorise certaines à contester la légitimité des opinions de quiconque n’en a pas fait ou ne voit pas l’intérêt de l’annoncer sur la place publique). Certaines vedettes de la chanson, du théâtre ou du journalisme trouvent rentables, sur le plan médiatique, de se dire copain/copine de femmes prostituées, de préférence celles qui se proclament satisfaites de leur sort : les autres pourraient leur donner mauvaise conscience si on leur donnait l’occasion de parler librement de leur désir d’en sortir.

On se laisse parfois endormir la conscience par des discours ronronnants sur la soi-disant liberté de choix et le sexe "libérateur". Il faut relire les interventions délirantes des députées fédérales Libby Davis et Hedy Fry lors des
audiences
(3) du sous-comité sur le racolage : elles applaudissent comme parole d’oracle le moindre propos de femmes prostituées favorables à la décriminalisation de la prostitution (en ont-elles rencontré d’autres ?) et les approuvent chaleureusement lorsque ces dernières s’indignent en se prétendant maltraitées par certaines féministes... par exemple, par celles qui osent ne pas considérer la prostitution comme un métier.

Des jeunes "inspiré-es" par des adultes

Au Québec, on commence à se préoccuper de la sexualisation précoce des filles grâce à la chercheuse Pierrette Bouchard, et plus récemment, à la sexologue Jocelyne Robert et à quelques médias. Mais on le fait encore avec réticence, même avec distance. Certaines craignent de critiquer ouvertement la tendance à tout sexualiser : s’il fallait qu’on prétende qu’elles « n’aiment pas le sexe » ou qu’elles sont des « frustrées » !

S’il en est qui s’étonnent que "des fillettes à tresse distribuent des fellations dans les autobus scolaires", selon un dossier du quotidien Le Devoir, ou encore, qu’il se tienne des concours de fellations dans des soirées de jeunes, d’autres trouvent qu’on s’énerve pour bien peu : c’est la vie, le monde change, adaptons-nous (soumettons-nous), ai-je lu dans une lettre adressée à un grand quotidien. Surtout, ne nous demandons pas qui profite de l’hypersexualisation des fillettes. Pas de réflexion de nature à déclencher la "guerre des sexes" et à nuire à d’autres intérêts, politiques et économiques, par exemple.

Les jeunes ne manquent pas de sources d’inspiration. En effet, si les fillettes sont les cibles actuelles de l’hypersexualisation, des femmes adultes l’ont été avant elles et leur servent désormais de modèles. Dans son édition de juin 2005, le magazine Clin d’œil parlait d’un "masturbothon" (je n’ai pas inventé le mot), initiative d’organisations au sein desquelles, selon le magazine, les femmes brillaient par leur nombre (La Presse a été plus explicite sur cet événement). L’événement a permis de verser 25 000$ au groupe montréalais Stella (3). Si l’argent était aussi disponible pour éliminer la prostitution que pour la perpétuer, si on voulait vraiment aider les femmes qui désirent échapper aux proxénètes et s’orienter vers une profession... À quand un groupe féministe québécois dédié exclusivement aux femmes qui veulent quitter la prostitution ou toute autre industrie du sexe ?

« Pourquoi ne pourrais-je pas montrer mes seins ou mes fesses sur la place publique, si ça me chante, faire des fellations sur le capot d’une voiture dans la cour du voisin, comme le font des prostituées de certains quartiers montréalais, ou dans un autobus, si ça rapporte ? », se demanderont des adolescentes, en notant que des femmes adultes se méritent des manchettes élogieuses pour de tels comportements. Ces jeunes seront d’autant plus vulnérables que des "pushers" leur proposeront de leur trouver des clients et de les "protéger" afin qu’elles puissent leur rembourser le coût de la drogue dont ils ont d’abord pris soin de les rendre dépendantes ? On en revient toujours à l’argent.

Cette culture prostitutionnelle, dont s’imprègnent jeunes et adultes, s’exprime de plusieurs façons. Au printemps 2005, parmi ses activités "(ré)créatives", le Théâtre des Amériques offrait une visite guidée d’un quartier montréalais dans le but d’observer les prostituées de la rue et leurs clients. Peu de réactions à cette banalisation et à ce voyeurisme au nom de l’art. Peu d’opinions divergentes, également, quant à la "couverture" médiatique complaisante du Forum XXX, en mai dernier, un événement subventionné, notamment, par le programme de lutte contre le sida de l’Agence de santé publique du Canada. Et que dire de la défense des intérêts de l’industrie du sexe, contrôlée en grande partie par le crime organisé, qu’Immigration Canada a présentée pour justifier la violation de ses propres lois ?

CTV.ca News Staff faisait état, en août 2005, de la tournée promotionnelle qu’organisait, comme antérieurement, une entreprise de films et de vidéos porno dans les universités canadiennes afin de recruter des jeunes filles. Bien des étudiantes ont besoin d’argent. On exploite sans vergogne leur situation et l’attrait que le gain rapide peut exercer sur certaines d’entre elles. Il y a aussi des femmes prêtes à tout pour quelques dollars vite gagnés. On a pu voir cet été, à la télévision canadienne, une jeune femme exhiber ses seins lors d’un concours organisé à l’occasion d’un match de baseball (à moins que ce soit de football), un geste qui lui a valu de remporter la "compétition". Elle justifiait son comportement par le fait que cela l’aiderait à payer les frais de son retour dans sa ville de résidence…

Libération sexuelle ou libre marché du sexe ?

Je suis une sceptique incurable. La libération magique par le sexe ou par le profit, je n’y crois pas. Plus on en parle, et n’importe comment, moins je crois notre société libérée sous cet aspect. Nous adoptons tout simplement les valeurs de certains médias que fait vivre l’industrie du sexe dont les intérêts se camouflent sous le discours de la liberté et des droits auquel ils nous savent sensibles.

Des régimes politiques totalitaires ont employé massivement la pornographie et la violence pour détourner ou étouffer une éventuelle constestation collective. Les armées du monde entier ont recours, et sans entrave, à la pornographie, à la prostitution ainsi qu’à la traite des femmes et des adolescentes, afin d’émousser le sens critique des militaires, de les empêcher de réfléchir aux actes qu’ils posent et de se rebeller. Et nous, de quoi veut-on nous détourner en nous imposant l’envahissement du sexe dans tous les domaines et à tout instant, de même que la quête du profit facile comme moyen de valorisation sociale ?

- Lire le deuxième article de la série  : « Prostitution, féminisme, dissidence et représailles », par Micheline Carrier et Élaine Audet.

Notes

1. 1. Si on qualifie d’abolitionnistes celles qui s’opposent à la décriminalisation de la prostitution et souhaitent qu’on l’élimine, leurs vis-à-vis sont donc des esclavagistes. Comme il y a eu des esclavagistes à l’époque de l’esclavage sur la base de l’ethnie ou de la couleur de la peau, il en existe aujourd’hui qui justifient l’esclavage sur la base du sexe.
2. Il n’y a pas de semblables réseaux organisés pour la mise en marché des hommes comme esclaves sexuels.
3. Le Regroupement québécois des CALACS a présenté un mémoire aux audiences d’Ottawa. Aux audiences de Montréal, chez les féministes, seule Diane Matte de la Marche mondiale des femmes a présenté un mémoire. Élaine Audet a adressé un mémoire sollicité par le greffier du sous-comité. Il en va ainsi du sociologue Richard Poulin et de Yolande Geadah qui ont participé tous les deux aux audiences d’Ottawa. On sait déjà que le député conservateur membre du sous-comité présenta un rapport minoritaire, les trois femmes membres endossant, selon la lecture des procès-verbaux, les intérêts de l’industrie du sexe sous le prétexte de défendre les droits des femmes prostituées.
4. Culture prostitutionnelle exige, Stella, le groupe montréalais de défense des droits de femmes prostituées et qui milite pour la décriminalisation de la prostitution et du proxénétisme, est peut-être le groupe de femmes le plus choyé financièrement par les gouvernements et par les donateurs privés.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 10 septembre 2005.

Suggestion de Sisyphe

- Élaine Audet, Prostitution, perspectives féministes, 128 pages, Montréal, éditions Sisyphe, 2005.
- Pierrette Bouchard, Natasha Bouchard et Isabelle Boily, La sexualisation précoce des filles, 88 pages, Montréal, éditions Sisyphe, 2005.
- Prostitution, la mondialisation incarnée, sous la direction de Richard Poulin, Alternatives Sud, Vol. XII, n° 3, septembre 2005.
- Richard Poulin, La mondialisation des industries du sexe. Pornographie, prostitution, traite des femmes et des enfants, Ottawa, L’Interligne, 2005.
- Yolande Geadah, La prostitution, un métier comme un autre ? VLB éditeur, Montréal, 2003.
- Dossier de Sisyphe.


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Micheline Carrier
Sisyphe

Micheline Carrier est éditrice du site Sisyphe.org et des éditions Sisyphe avec Élaine Audet.



Plan-Liens Forum

  • D’un ancien sexolique
    (1/2) 22 septembre 2005 , par

  • Enfin des féministes dénoncent l’omniprésence, l’omnipotence et l’omnipuissance du sexe !
    (2/2) 12 septembre 2005 , par





  • D’un ancien sexolique
    22 septembre 2005 , par   [retour au début des forums]
    http://www.orroz.freesurf.fr

    Bonjour,

    je viens en paix. Je veux juste vous signaler que votre site est un réservoir bénéfique pour les hommes comme moi. Connaissez vous http://www.orroz.freesurf.fr ?

    Votre message est juste et nous ne pouvons que vous soutenir. Vous avez maintenant des hommes à vos côtés. Où plutôt des sexoliques qui essayent d’être (redevenir ?) des vrais hommes. Sachez que, même si nous avons bafoués des femmes par nos coupables activités "virtuelles", nous nous battons pour stopper tout ce cirque. Nous nous sommes fait berner par une société qui n’hésite plus à utiliser nos mécanismes les plus archaïques pour nous faire consommer. Nous sommes prêts à nous battre à vos côtés. Pensez à nous si besoin est...

    Enfin des féministes dénoncent l’omniprésence, l’omnipotence et l’omnipuissance du sexe !
    12 septembre 2005 , par   [retour au début des forums]
    > Sexe, argent et intégrisme postmoderne

    Félicitations Madame pour votre texte ! Enfin des féministes qui dénoncent l’omniprésence, l’omnipotence et l’omnipuissance du sexe (et de l’argent) ! Je me croyais revenir au temps du féminisme de mes 16 ans !

    Où se cachent-elles ces féministes qui jadis défendaient l’oppression des femmes ? Que fait par exemple un organisme comme la Fédération des Femmes du Québec pour dénoncer les abus, les ravages et les monstruosités de ce que vous appelez la sexualisation précoce, la prostitution, la traite des femmes et des enfants ? On a l’impression qu’on n’entend qu’une voix ces dernières années : celle de la liberté de la sexualité à n’importe quel prix, celle de la prostitution qui était perçue comme une exploitation avant par les femmes et par les féministes et qui serait maintenant devenu une "job" (quelle job !!! oui !) ? Quelle est la position de chacun des groupes qui composent cette fédération ?

    Comment se fait-il qu’en 2005, un organsime fédéral comme l’Agence de Santé Publique du Canada subventionne un organisme qui prétend prévenir le SIDA alors qu’il a l’air d’utiliser cet argent pour promouvoir un certain esclavage sexuelle des femmes ??? Faudra-t-il mettre la vérificatrice générale sur le dossier pour savoir comment cet argent a été dépensé ? Mais comment se fait-il que le fédéral encourage un organisme qui veut faire accepter la prostitution à toute une population ?

    J’ai hâte d’entendre d’autres organsimes féminins, peut-être comme l’AFÉAS, sur ces sujets ?

    La société semble conclure que le féminisme n’a plus de raison d’être alors que les droits des femmes - surtout en regard de l’augmentation de la traite des femmes et des enfants, de la prostitution, et de la liberté sexuelle qui ne leur profitent pas du tout- sont en décadence ! J’aimais mieux le féminisme de mon temps, on défendait vraiment toutes les femmes ! Maintenant, certains groupes se fondent dans les "nouvelles modes" au détriment des droits des femmes. C’est malheureux, très malheureux !

    • > Enfin des féministes dénoncent l’omniprésence, l’omnipotence et l’omnipuissance du sexe !
      14 septembre 2005 , par
        [retour au début des forums]

      "Où se cachent-elles ces féministes qui jadis défendaient l’oppression des femmes ? "

      Étant dans la vingtaine, j’avoue me sentir seule par rapport aux problèmes féminins modernes. Affirmer ouvertement aujourd’hui que l’on est féministe ou affirmer qu’il existe encore de l’injustice entre les hommes et les femmes est presque devenu un acte courageux. Pour les gens de ma génération, féminisme=honte. On est vite rabroué de façon désobligeante et étiqueté comme étant des conservateurs ou des conservatrices frustré(e)s n’ayant aucune tolérance pour la différence. Le féminisme est tout à fait en contradiction avec « la mode » d’aujourd’hui qui consiste à dire que toutes « les différences » (façons de vivre, points de vue) sont acceptables. Je dois sans cesse expliquer que ce qui justifie mes choix et mes idéaux est l’égalité entre tous. Il est courant d’entendre des gens connus, dans les médias (Canal Vie, Télé-Québec), rassurer les autres en affirmant ne pas être féministes... Pour plusieurs, ce mot est devenu une insulte, en raison de « la volonté » de ce courant de « rendre la femme supérieure à l’homme »...

      En devenant moi-même « moderne », je dirais que ce courant a un grave problème d’image...

      [Répondre à ce message]

      • L’image des féministes est très négative.
        15 septembre 2005 , par
          [retour au début des forums]
        > Enfin des féministes dénoncent l’omniprésence, l’omnipotence et l’omnipuissance du sexe !

        Vous avez entièrement raison, chère Madame. Les féministes se font regarder de travers, se font jauger, juger, lancer des pierres même je dirais. Pour ces personnes -hommes et femmes- les féministes - et les pro-féministes- ne sont pas des personnes qui revendiquent les droits des femmes mais des frustré-e-s qui cherchent la chicane, qui veulent écraser les hommes, etc.

        Non, l’image des féministes est extrêmement négative et beaucoup de médias promouvoient cette image. Penser à Yves Boisvert de La Presse et son increvable texte sur la journée de la femme 2005 : Monologue du vagin, j’aurais bien aimé lui répliquer par un "Dialogue de mes couilles", mais je n’ai pas sa tribune. Penser à Nathalie Pétrowski qui blâmait les féministes d’avoir eu de la difficulté à décider de faire un enfant. Penser à Foglia qui mentionnait au printemps qu’il ne dénoncerait jamais un pédophile et qui culbutait deux comédiennes - Madame Gascon et Madame Léonard - qui affirmaient que les actrices de 40 ans étaient mises au rancart. Penser à Julie Lemieux du Soleil qui ne voulait pas de journée de la femme et qui réclamait une journée de la réconciliation -parce que les femmes seraient en guerre contre les hommes ???, etc.

        Les revendications des femmes dérangent... énormément : tout à coup qu’elles prendraient trop de place, trop de pouvoir. C’est excesssivemement menaçant. Voilà pourquoi il est plus facile de les démoniser, de démoniser leurs discours, de dire qu’elles sont allées trop loin, qu’elles sont responsables du suicide des gars et des hommes, qu’elles sont responsables des divorces et qu’elles ont provoqué les Batman et les Robin de ce monde qui revendiquent un droit des pères plutôt que le bien-être des enfants, qu’elles sont responsables de l’échec scolaire des garçons - qu’on a cru nécessaire d’en faire une commission parlementaire cet automne-, qu’elles sont partout, omniprésente comme le dénonçait Josée Blanchette dans Le Devoir, lors de la journée de la fête des pères, où son ami dénonçait la trop grande présence des femmes en éducation (!) et soulignait qu’il allait bien s’occuper de leur bébé... masculin, par ailleurs pour contrer cette omniprésence des femmes. Imaginez si ce bébé était un bébé fille ! Serait-ce la catastrophe de constater que les hommes sont partout, pauvre petite fille, et que ceux-ci auront un impact négatif dans la vie de ce bébé fille ? Pauvre petite fille, elle aurait paniqué de voir qu’on prostitue tant les filles et les femmes, qu’on les enlève, les vend, les kidnappe, les viole, les violentent, qu’on les sexualise très jeune - un médecin a déjà même affirmé dans Le Devoir que ce n’était pas très grave que les petites filles aient leurs règles très jeune, style 7 ans, car elles sétaient prêtes à cela, n’est-ce pas ??? Quelle serait la réaction de ce bébé-fille à savoir qu’elle ne pourra jamais être pape, parce que la religion catholique comme la plupart des religions réservent leurs postes hauts-placés à des hommes ! Quelle serait la réaction de ce bébé-fille en apprenant qu’elle a une très très très minime chance d’être propriétaire d’un tout petit bout de terre, car plus de 99 % du territoire appartiennent aux hommes ? Quelle serait la réaction de ce bébé-fille lorsqu’elle verra qu’une majorité de ses semblables sont pauvres et soumises à leur entourage ? J’ose pas imaginer la réaction névrosante et peut-être psychotique du bébé-fille et du couple ! Si en plus il fallait qu’elle s’affirme féministe, je serais certaine qu’elle serait cuite !

        [Répondre à ce message]

      • Oui, ça prend du courage pour être féministe !
        16 septembre 2005 , par
          [retour au début des forums]
        > Enfin des féministes dénoncent l’omniprésence, l’omnipotence et l’omnipuissance du sexe !

        Vous avez parfaitement raison, Madame, ça prend du courage pour être féministe mais surtout pour oser l’affirmer. Vous avez l’air d’en avoir beaucoup heureusement. Au fond, je crois que ça nous oblige à bien comprendre nos points de vue pour être capable de bien les expliquer. Pour moi, la meilleure façon est de me renseigner, de m’informer, de comprendre les différents enjeux pour être capable de mieux expliquer ensuite, quoique parfois j’ai bien de la difficutlé à ne pas me sentir impatiente quand l’incompréhension est au rendez-vous.

        [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2005
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin