| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

  Hébergé par                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       Éditions Sisyphe






dimanche 13 octobre 2002


De France
Combattre le système prostitutionnel

par Claudie Lesselier



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texte Imprimer ce texte


Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Amnesty International et la défense soutenue du système prostitutionnel
Prostitution - L’approche de “réduction des méfaits” ne suffit pas pour une analyse pertinente de la prostitution
« Ni client, ni complice ! » - La CLES lance un appel à lutter contre la banalisation de l’exploitation sexuelle
Plainte officielle contre la "consultation" menée par le Secrétariat international d’Amnesty ! au sujet de sa politique de décriminalisation du proxénétisme
Pénalisation du client de la prostitution ? Les belles histoires de Tonton Robert
Non, Messieurs, la plupart des personnes prostituées ne le sont pas par choix
Le manifeste des 343 bites tellement légères qu’elles se dressent à l’insu de leur cerveau
La cruelle chosification des femmes prostituées et des mères porteuses
Catharine A. MacKinnon - Traite, prostitution, inégalité
Prostitution - Sanctionner les clients et non les prostituées
Prostitution des jeunes - La trahison des adultes
Décriminaliser la prostitution ne peut pas être la solution
Prostitution : une affaire d’hommes ou la fraternité "des salauds"
Loi sur la prostitution en France - « Je ne veux pas d’une société où les femmes ont un prix »
Janice G. Raymond – Prostitution : "Pas un choix, pas un travail"
Elisabeth Badinter et Irène Théry ou la caution intellectuelle du système patriarcal
Les femmes étrangères rêveraient-elles de devenir "putes" ?
Prostitution - La stigmatisation et le mythe entourant le statut de victime
Abolition de la prostitution en France - Le principe est acquis, place à la loi !
Comprendre la prostitution dans l’ensemble des structures de pouvoir fondées sur le genre
L’Irlande pourrait interdire l’achat de sexe
Le prostitueur, "chaînon manquant" de la question prostitutionnelle, selon Victor Malarek
La prostitution, sexualisation du pouvoir
La France envisagerait des sanctions "pédagogiques" pour les prostitueurs
Le Canada ne peut traiter la prostitution comme un filet de sécurité sociale
Les "femmes de réconfort" étaient nécessaires pour maintenir la discipline dans l’armée, selon le maire d’Osaka
Prostitueurs et non-prostitueurs, une étude de Mélissa Farley
Bienvenue dans le monde des prostitueurs
Prostitution - Rendre tabou la notion de victime pour masquer l’existence d’agresseurs
Prostitution en Grande-Bretagne - Un bien étrange syndicat au service des proxénètes
Prostitution et mariage : une assimilation douteuse
La prostitution, le STRASS et la sénatrice - La pertinence de la transparence
Au delà des mythes, légaliser la prostitution est une très mauvaise idée
La Suède malmène l’industrie du sexe et aide les femmes prostituées
Les prostitueurs. Sexe à vendre… Les hommes qui achètent du sexe, un livre de Victor Malarek
"Angel" : Piégée dans un monde de prostitution et de violence
L’être et la marchandise. Prostitution, maternité de substitution et dissociation de soi
"Les criminelles" : individualisation et romantisation de la prostitution
Des spécialistes en santé veulent aider les femmes à sortir de l’industrie du sexe… en faisant échec aux prostitueurs
L’Islande songe à interdire la porno diffusée sur Internet
En studio avec Ruth ! "Je crois sincèrement que la traite humaine et la prostitution fonctionnent de pair"
Catalogne - La loi et l’ordre des proxénètes
Qui estime vraiment les personnes prostituées ?
En studio avec Ruth ! "La prostitution est un grand enjeu politique"
L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) et l’Alliance canadienne féministe pour l’action internationale (FAFIA) répondent au rapport Oppal sur les femmes disparues
Colombie-Britannique - L’égalité des femmes et le contexte socio-économique absents du rapport Oppal sur les femmes disparues
Prostitution - Les “progressistes” australiens oscillent entre l’industrie du sexe et les droits des femmes
Prostitution - Le refus d’abolir le système prostitueur est une atteinte aux droits humains
Fantine ou la liberté de se prostituer ?
Première rencontre de l’Association internationale des survivantes unies de la traite à des fins sexuelles (prostitution)
Prostitution - Pourquoi il faut mettre fin à une des plus anciennes violations des droits humains
Carton rouge pour les bordels à vitrine
Prostitution - La réduction des méfaits est-elle ce que nous pouvons faire de mieux pour les personnes prostituées ?
Un traité féministe international pour abolir la prostitution
Prostitution - Coup de tampon réglementariste !
Prostitution et séropositivité - Le Gouvernement grec arrête et emprisonne des femmes pour protéger les hommes
Manifeste contre le système prostitueur
Prostitution en France - Lettre ouverte à M. Jean-Marc Ayrault, Premier ministre
1946-2012 : De la fermeture des maisons closes à la lutte contre le système prostitueur, les abolitionnistes portent progrès et liberté !
Prostitution - Gloria Steinem appuie le modèle nordique
Solidarité avec les prostituées, mais lutte contre la prostitution
Comparaison entre acheteurs et non-acheteurs de sexe dans la région de Boston
8 mars 2012 : Pas d’égalité sans abolition de la prostitution !
La danse contact ou "lap-dance", prologue de la prostitution
Fiers d’aller aux danseuses ! Vraiment ?
Abolitionnistes du système prostitueur : ce que nous sommes, ce que nous voulons !
Les Néerlandais commencent à regretter la légalisation de la prostitution
Prostitution et faux-semblants : une affaire de société, de femmes et d’hommes
Pourquoi la gauche veut-elle faire de la prostitution "un métier comme un autre" ?
Prostitution et "slutwalk" - Bâtir un mouvement féministe progressiste à l’époque individualiste
Prostitution - Il faut rendre illégal l’achat de "services" sexuels en Australie
Le mouvement des femmes n’est pas monochromatique
ZéroMacho - Des hommes contre la prostitution
Prostitution et domination masculine
La vérité sur l’esclavage sexuel planétaire, un livre de Lydia Cacho
Votre voisin est un prostitueur - Une nouvelle recherche
J’ai rien vu
Abolition n’est pas prohibition - Pourquoi la défense de l’avortement diffère de la défense de la prostitution
Prostitution et traite des femmes - Le projet abolitionniste au congrès Mondes des femmes 2011
Congrès international Mondes des femmes 2011 - Compte-rendu des échanges sur l’abolition de la prostitution à l’exposition "Les draps parlent"
Banalisation de l’industrie du sexe et éducation des jeunes
Nous devons sanctionner les acheteurs de la prostitution
Des députés proposent une résolution sur la prostitution réaffirmant la position abolitionniste de la France
Dix raisons de ne pas légaliser la prostitution
Demi Moore s’associe au CNN Freedom Project pour un documentaire saisissant sur le commerce sexuel au Népal
Client de la prostitution : vers une prise de conscience européenne
Lutter pour faire de la prostitution un travail, c’est se tromper de combat
Prostitution et traite des êtres humains, controverses et enjeux
Le système de la prostitution militaire en Corée du Sud, en Thaïlande et aux Philippines
Les pratiques des hommes "clients" de la prostitution : influences et orientations pour le travail social
La prostitution comme violence contre les femmes
Le système prostitutionnel, un pilier de l’inégalité sexuelle et des violences envers les femmes
Clients de la prostitution : un "droit de l’homme" heureusement en péril
Prostitution as violence against women
Prostitution - Vive le sexe libre et gratuit !
France - La prostitution n’est pas une fatalité
"Il faut punir les clients des prostituées", selon Roselyne Bachelot. Oui... et dépénaliser les personnes prostituées !
Belgique - Analyse « Prostitution : arguments et opinions »
Prostitution - Le débat entre féministes se poursuit
Tribunal populaire sur l’exploitation sexuelle commerciale - Inscription
La tolérance sociale, complice de la violence et de l’exploitation sexuelle
Traite des femmes à des fins sexuelles - Au cœur des réseaux criminels : l’exemple de l’Albanie
S’unir contre la banalisation de la prostitution - Un défi pour la décennie
Moi, si j’étais un homme
La prostitution menace le patrimoine humain
Prostitution et traite des êtres humains - Les mensonges du réglementarisme
La députée bloquiste Maria Mourani présente un projet de loi pour accélérer la lutte à la traite des personnes et au proxénétisme
La série "Maison close" : de la fiction à la réalité
C’est un métier, tout comme le vôtre…
Décriminaliser totalement la prostitution sape le travail pour l’égalité des sexes - Exigeons le changement
"Abolir la prostitution" – Une question en suspens pour le féminisme et pour la gauche
Pays-bas : infirmières ou prostituées ?
Madame Parité commence fort en renvoyant les femmes… au bordel !
Le sexe s’invite à la Coupe du Monde
Feu « Verts » au proxénétisme !
Plus de pornographie à l’Assemblée nationale, mais des assises de la prostitution au Sénat
"Travailleurs du sexe", un documentaire sexiste, réactionnaire et dangereux
Le Mouvement du Nid-France louera un mini-car pour faire visiter les maisons closes
Pour un quartier assiégé, la prostitution est loin d’être un "crime sans victime"
De client prostitueur à homme responsable : une démarche nécessaire
Le "client", premier agent de la prostitution
Proxénétisme et prostitution - Lettre ouverte aux candidat-e-s aux élections européennes de juin 2009
Poser les bases d’une Europe sans prostitution, c’est oser
Le tourisme de prostitution, une industrie mondialisée florissante
Prostitution : la grande promo
Première Journée mondiale contre l’exploitation sexuelle : les raisons d’un engagement
Prostitution et traite des êtres humains, enjeux nationaux et internationaux
Le vagin industriel. Vers une économie politique du sexe commercial mondialisée
S’attaquer au trafic mondial du sexe
Intégrisme islamique et esclavage sexuel en Iran
Le corps des femmes est attaqué. Que fait-on ? On se tient debout et on riposte !
Libre disposition de son corps et liberté de se prostituer
Le refus de la prostitution gagne du terrain
Comment la pornographie influence les jeunes consommateurs
La mode hypersexualisée s’inspire de la pornographie
Le "droit de prostituer" n’est pas un droit de l’homme
"Abolition de la prostitution" - Édito Revue Labrys
Affaire Sneep aux Pays-Bas - Condamnation de deux proxénètes qui ont exploité et maltraité 120 filles de l’Europe du Sud et de l’Est
Le commerce du sexe est florissant en Afghanistan
Sexe et Formule 1
Dossier prostitution - Importants développements à l’échelle internationale
Prostitution - Touche pas à mon client ?
Le Conseil National des Femmes du Luxembourg (CNFL) se prononce en faveur d’une législation agissant directement sur la demande de "services sexuels"
Affaire Spitzer - Le mythe du crime sans victimes
Le Mouvement du Nid inquiet de plusieurs mesures de la politique française sur la prostitution
Le Forum de Vienne sur la traite des êtres humains reste sourd aux voix des victimes
Une politique cohérente contre la violence à l’égard des femmes doit commencer par s’attaquer à la prostitution
Prostitution - À Alger comme en Europe, on esclavagise les femmes
Manifeste des hommes pour l’abolition de la prostitution (Espagne)
Pornographie et fin de la masculinité
Pornographie : "Ça fait mal, tellement mal" ou pourquoi certaines femmes ne veulent pas savoir
Prostitution : les limites du consentement
Prostitution et traite des femmes au Nevada
« Être abolitionniste, c’est défendre la liberté sexuelle ! »
"Rent-A-Wife", c’est discriminatoire !
Après des décennies, les secrets des bordels des camps nazis émergent
Une association féministe espagnole conteste l’expression "travailleuse du sexe"
Le Mouvement du Nid face aux clients prostitueurs
Richard Poulin parle de son dernier livre "Abolir la prostitution" - Interview par Sporenda
Prostitution - Trois femmes et un débat
Déchirées par la guerre, les femmes d’Irak sont la cible des trafiquants du sexe
La prostitution n’est pas un service comme un autre
Entretien avec Coline Serreau sur le film Chaos
Qu’est-ce que la libération ? Le féminisme hier, aujourd’hui et demain
Quand le porno impose sa vision de la sexualité
La prostitution, une arme politique
Prostitution : tout ce que vous n’avez jamais voulu savoir et qui existe quand même !
La liberté dévoyée
Mondialisation, militarisme et trafic sexuel
Pour que la porno recule
Marchandisation et déshumanisation : l’exemple de la prostitution
Richard Poulin lance un manifeste abolitionniste
Prostitution en Allemagne : Déclaration post-Coupe Mondiale de Football
Prostitution Reform - Stamp out sexual slavery (Angleterre)
La prostitution au XVIIIe siècle, pierre d’achoppement entre politiques locales et pouvoir royal
Campagne contre la traite des blanches de l’Europe de l’Est
Prostitution : les pièges du pragmatisme
L’âge du consentement sexuel à 16 ans : un pis-aller ?
Prostitution : cherchez le client
Enjeux de la prostitution considérée comme "travail du sexe"
L’envergure de la traite à des fins de prostitution
Les filles de l’Est
Violence pro-prostitution à la Maison des femmes de Paris
Le discours pro-prostitution : une rhétorique de dominant
"Survivantes" et féministes contre la prostitution
Clients de la prostitution : motivations et déterminants
La législation à l’encontre des prostituées au XVIIIe siècle
Une politique cohérente contre la violence faite aux femmes doit d’abord s’attaquer à la prostitution
La nouvelle industrie du sexe
"Terre promise", un film d’Amos Gitaï sur la traite des femmes
Prostitution : une arme de destruction massive
"Les clients de la prostitution : l’enquête", de Claudine Legardinier et Saïd Bouamama
Les Philippines contre le trafic sexuel
"Inside deep throat", contribution à la liberté sexuelle ?
La prostitution au XVIIIe siècle : introduction à une liberté superficielle
Femmes à vendre dans les pays baltes
Prostitution et Société No 150
Acheter du sexe n’est pas un sport
Une loi qui jetterait les femmes dans l’industrie du sexe
Casino de Hull - Des "playmates" de Playboy pour faire la promotion des nouvelles machines à sous
Ni coupables, ni victimes : libres ? Oui, libres de toute prostitution
Le système de la prostitution : une violence à l’encontre des femmes
La marchandisation du corps humain est une violation des droits fondamentaux de la personne
Le système de la prostitution au Cambodge : le témoignage de Somaly Mam
Le Mouvement du Nid
Le Mouvement du Nid - Documents sur la prostitution
La banalisation de la prostitution : des choses à savoir
L’Association canadienne des centres contre les agressions sexuelles réclame des politiques contre le commerce du sexe
16 journées d’actions citoyennes pour dire "Non aux violences à l’égard des femmes et à la prostitution ! Oui à la promotion de la dignité humaine !"
Prostitution et travail « invisible » : une assimilation dangereuse
Le risque global d’être convertie en marchandise
Gunilla Ekberg : « Le mieux que nous puissions faire pour nos soeurs prostituées, c’est de les aider à en sortir. »
Prostitution, pornographie et trafic des femmes
Sexe, argent et intégrisme postmoderne
Les politiques européennes et internationales sur la traite des êtres humains encouragent le proxénétisme
Quinze thèses sur le capitalisme et le système prostitutionnel mondial
Le chemin de Buenos Aires : la prostitution, hier et aujourd’hui
Prostitution,
la mondialisation incarnée

Mondialisation des industries du sexe : oppression maximale des femmes et des enfants du Sud, de l’Est, du Sud-Est, etc...
L’hypocrisie a-t-elle un sexe ? Ou comment masquer l’insoutenable réalité de la prostitution
L’importance de ne pas censurer le débat sur la prostitution
Viol et prostitution
Esclavage et prostitution
Journée de formation sur la mondialisation de la prostitution et du trafic sexuel - Documents
Les jeunes et l’industrie du sexe
La marchandisation du sexe : nouvel esclavagisme ?
Le "libre choix" en Allemagne : accepter de se prostituer ou perdre son allocation de chômage ?
La croissance effrénée des industries du sexe : entrevue avec Richard Poulin
Aux pays des tsunamis, le trafic sexuel sévit
Le modèle suédois : une source d’inspiration, non une panacée
Une étude dresse le portrait des prostitueurs ou clients de la prostitution
Prostitution : La nouvelle traite des Noirs
« La mondialisation des industries du sexe » : des faits aux valeurs
Décriminaliser la prostitution a profité aux proxénètes, pas aux personnes prostituées
Occupations militaires - La prostitution érigée en système
Le scandale de l’esclavage sexuel au Kosovo
« Les Yeux secs » et la caméra citoyenne de Narjiss Nejjar
Rapport sur les conséquences de l’industrie du sexe dans l’Union européenne
L’érotisation de la violence et de la subordination
Prostitution : réflexions d’un militant en colère
Convention pour la répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui, esclavage, travail forcé, trafic de personnes
Pacte du silence sur les clients de la prostitution
Le débat sur la prostitution : quelle libération sexuelle ?
Des questions à se poser sur la prostitution
Fabrication d’un nouveau mythe sur la prostitution
L’urgence est-elle de faire de la prostitution un métier ?
Je voudrais parler porno
La légalisation de la prostitution, une expérience qui a échoué en Australie
Prostitution, pornographie et capital
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe
Prostitution, trafic sexuel et mondialisation
On s’arrache les actions du premier bordel inscrit en bourse
Il faut stigmatiser le client... il est criminel
La tyrannie du nouvel ordre sexuel
Adulte ou infantile, la prostitution est le contraire de l’autonomie sexuelle
Les enjeux occultés de la prostitution et les conséquences sur les rapports hommes-femmes
Le trafic mondial des femmes et des enfants
Des proxénètes à l’Université ?
La mondialisation des marchés du sexe - I
La mondialisation des marchés du sexe - II
Sexe : de l’intimité au « travail sexuel » ou prostituer est-il un droit humain ?
L’Organisation Internationale du Travail (OIT) appelle à la reconnaissance de l’industrie du sexe. Commentaire.
Pour une critique de la politique pro-prostitution de Cabiria
Prostitution : droits des femmes ou droit aux femmes ?
Faut-il une autorisation pour parler de la prostitution ?
« Le corps est un nouvel instrument d’esclavage » Florence Montreynaud
« La prostitution, ce n’est pas le plus vieux métier du monde, c’est le plus vieux mensonge » (Gunilla Ekberg)
L’idéologie sexiste et la pornographie
Femmes esclaves des bordels du Bangladesh




La question du système prostitutionnel a toujours été un enjeu important pour les féministes, qui l’ont repéré et contesté comme un élément significatif de l’oppression des femmes. Pourtant il est vrai que les féministes en France aujourd’hui, à part celles directement engagées dans ce combat contre le système prostitutionnel et l’aide aux personnes qui en sont victimes, l’ont considéré de manière trop ponctuelle ces dernières années.

C’est le caractère de plus en plus dramatique de la situation faite aux femmes prostituées, la croissance de ce système notamment dans ses dimensions internationales, et le défi que représente la renaissance des politiques réglementaristes, qui a ranimé notre préoccupation. La situation actuelle a aussi ranimé la controverse. Celle-ci prend des formes nouvelles, notamment avec certaines prises de positions se réclamant du féminisme, de la solidarité avec les personnes prostituées, de la parole des femmes prostituées, mais qui contestent l’abolitionnisme pour revendiquer la reconnaissance du « travail du sexe »(1). Je voudrais résumer d’emblée le point de vue qui est le mien, avant de préciser des notions et des faits historiques qui me semblent importants et évoquer ces controverses.

Le système prostitutionnel est une institution organisant l’objectification et l’appropriation d’une catégorie de femmes (et d’hommes assimilés ainsi à des femmes) vouées à la satisfaction de ce qui est construit comme les besoins sexuels des hommes ; ces femmes sont stigmatisées, alors que les acheteurs sont déresponsabilisés ; intrinsèquement, ce système est une violence contre les femmes qui en sont victimes, et contre toutes les femmes, soit divisées entre « la mère » et « la putain », soit par définition toutes appropriables, vendables et achetables ; il est étroitement lié à tout le système de stéréotypes, de discrimination et d’oppression sexistes, et constitue une manifestation particulièrement révélatrice de la domination masculine ; ce système et l’industrie de l’exploitation sexuelle connaissent une croissance énorme en liaison avec la mondialisation du capitalisme et le développement des idéologies et politiques néo-libérales qui légitiment et favorisent cette évolution économique.

Réglementarisme, prohibitionnisme, abolitionnisme.

Le réglementarisme est une organisation administrative et policière, qui en France caractérise le Second Empire et la IIIe République. Fichées, raflées, enfermées dans des maisons closes, contraintes à des contrôles médicaux, internées dans des hôpitaux et des prisons, les femmes prostituées sont privées de tout droit. C’est pour abolir cette réglementation que se forme le mouvement abolitionniste ; pour les féministes abolitionnistes il s’agissait aussi de lutter pour la disparition de la prostitution, identifiée à la mise en esclavage des femmes, contre la « double morale », et au nom de la dignité, des droits et de la liberté des femmes. L’actuel mouvement abolitionniste est d’une très grande hétérogénéité et inclut des courants tout à fait réactionnaires qui ne s’opposent à la prostitution que parce qu’ils défendent le contrôle de la sexualité des femmes dans le cadre de la famille et du mariage. Selon moi, les féministes doivent s’en démarquer, refuser des alliances incompatibles avec leurs objectifs de libération(2), et rénover l’abolitionnisme et son langage.

En 1946, l’Assemblée constituante abroge « les dispositions prévoyant l’inscription des prostituées sur des registres spéciaux de police » et ferme les maisons de tolérance, mais établit un « fichier sanitaire et social » centralisé sur l’ensemble du territoire. En 1960, la France ratifie la Convention de l’ONU de 1949 et une ordonnance supprime (officiellement) ce fichier et définit des mesures pour les « personnes en danger de prostitution ». Cette Convention de 1949 vise à réprimer « la traite des êtres humains » et « l’exploitation de la prostitution d’autrui » mais n’est pas dotée de mécanismes contraignants pour les Etats qui l’ont ratifiée. Elle ne criminalise pas les personnes prostituées (ni d’ailleurs les acheteurs). En France, donc, le proxénétisme est un délit (articles 225-5 à 225 12 du nouveau code pénal), mais non la prostitution ; cependant le « racolage public » (dit aussi « actif ») est une contravention passible d’une amende (article R. 625-8), le « racolage passif » n’étant plus une contravention depuis 1994.

Mais la France est-elle réellement abolitionniste ?

Ce sont les limites de la politique française qu’il faut contester, non l’abolitionnisme par lui-même. En effet rien n’est fait pour entraver la construction du système prostitutionnel, ce qui exigerait notamment de favoriser une prise de conscience des acheteurs potentiels et de lutter contre tout ce qui peut pousser des femmes à y entrer. Les femmes prostituées sont stigmatisées et subissent exclusions, violences et discriminations, injustices. La répression du proxénétisme passe très souvent par des pressions et des violences policières contre les prostituées elles-mêmes. L’action des services publics pour permettre aux femmes de se libérer du système prostitutionnel, grâce à des logements, des ressources, des emplois, des refuges pour les plus menacées, est quasi inexistante ; l’Etat se décharge de son rôle sur les associations.

Les lois et réglementations contre l’immigration et restrictives du droit d’asile contraignent des femmes à faire appel à des trafiquants pour venir en France. Sans titre de séjour et sans droits, des femmes étrangères de plus en plus nombreuses subissent des situations dramatiques, prises entre deux violences, celle des réseaux de proxénétisme et celles des politiques anti-immigré(e)s(3). En ce domaine encore plus que dans d’autres, les proclamations françaises restent de simples intentions.

Mondialisation, néo-libéralisme… et néo-réglementarisme

L’exploitation de la prostitution, nourrie des crises sociales, des guerres et des inégalités, connaît une très forte expansion économique, génère des profits énormes, est de plus en plus transnationale. Dans ce capitalisme avide de conquérir de nouveaux marchés et toutes les sphères de la vie, le corps devient de plus en plus une marchandise. Tout cela est légitimé par l’idéologie libérale et celle du déterminisme économique.

Faut-il accompagner ces évolutions ou les combattre ?

De puissants groupes d’intérêt poussent à la légalisation du proxénétisme et à l’organisation d’espaces reconnus de vente et d’achat du corps des femmes. D’ores et déjà les régimes réglementaristes, dont les partisans mènent un lobbying intense dans les institutions européennes et internationales, sont un point d’appui pour les organisateurs et les bénéficiaires, capitalistes privés ou Etats-proxénètes, du système prostitutionnel(4). Un récent rapport de l’Organisation internationale du travail propose de reconnaître l’économie de l’exploitation du sexe des femmes (nommée « secteur du sexe »), pour que les Etats puissent mieux la contrôler et en bénéficier(5). Pour les femmes du Sud, ou d’Europe de l’Est, enfermées ou jetées massivement dans la misère et le chômage, on légitime ainsi l’abandon de tout projet de développement économique et social égalitaire, puisqu’elles peuvent toujours « travailler » dans ce « secteur ». Voilà qui va très bien avec les politiques d’ajustement structurel et les intérêts du capitalisme, national ou mondialisé.

Quels droits pour les personnes prostituées ?

Des groupes de personnes prostituées, d’action avec des personnes prostituées, de lutte contre la traite, s’organisent. Les exigences de parole, de dignité, de droits, d’accès à la santé, à la protection contre le Sida, ne sont pas contestables. Mais quel est l’argumentaire, le projet politique, et les non-dits, de ces groupes anti-abotitionnistes(6) ?

« La légalisation ne mettra pas fin à l’abus, elle rendra l’abus légal » (7)

Certains groupes de personnes prostituées revendiquent la reconnaissance de la prostitution comme travail et promeuvent le terme de « travailleuses(eurs) du sexe ». Etre attentives à ce discours est une chose, l’approuver sans distance critique, sans le contextualiser, une autre. Toute parole, même collective, de personnes opprimées est-elle nécessairement une parole vraie ? Toute revendication une revendication juste ? Certains documents reproduisent exactement la justification patriarcale de la fonction des femmes au service des hommes et de leurs « besoins sexuels », comme le Manifeste des travailleuses du sexe du Comité Mahila Samanwaya à Calcutta(8).

Dans ce texte sont juxtaposées sans lien logique des prises de positions en faveur d’un « monde social égalitaire, juste, équitable, libre d’oppression (…) pour un futur non sexiste » et une critique de la subordination sexuelle des femmes d’une part, et une justification de la prostitution par « la demande sociale » et les « services sexuels » rendus aux hommes d’autre part. On peut s’interroger aussi sur la liberté dont disposent ces personnes et ces groupes et les conditions de production de leur discours. Yolande Grenson(9) à partir de son expérience et de celle de son association à Anvers explique, combien forts sont la nécessité de donner sens et légitimité à son existence et le mécanisme de déni, condition de la survie. Les femmes victimes de violences familiales, comme d’autres personnes subissant des atteintes prolongées à leur intimité même en témoignent aussi.

Cette réflexion critique est d’autant plus nécessaire qu’il n’y a pas qu’un seul discours, et que des propos différents sont tenus par d’autres femmes prostituées ou s’étant libérées du système prostitutionnel(10). Mais peu de mouvements (en France) ont pu favoriser l’expression publique de ces points de vue, et beaucoup de ces femmes veulent, on le comprend aisément, tourner la page. Sur ce silence, là encore la comparaison peut être faite avec les femmes qui ont subi des viols ou violences domestiques, sachant que la stigmatisation et les risques sont bien plus grands encore dans le cas des femmes ayant subi la prostitution.

Certains groupes militants et certaines institutions politiques disent combattre la prostitution « forcée » : y en a-t-il qui soit libre ? Ils se mobilisent contre le trafic « illégal » des êtres humains : y en a-t-il qui soit légitime ? Que signifie lutter contre « le trafic » sans combattre le système prostitutionnel lui-même ? Lutter contre les violences associées à ce système, sans lutter contre sa violence intrinsèque ? Combattre la prostitution des enfants et l’admettre dès que la personne est majeure ? Que signifie libre choix, consentement, dans un monde de violence et d’inégalité ? Il y a là une argumentation individualiste-libérale où la notion de liberté est déconnectée de l’analyse globale et des rapports sociaux et économiques de domination et d’inégalité d’une façon qui empêche de comprendre la prostitution comme institution, et non addition arbitraire d’actes individuels. Un groupe de femmes asiatiques l’explique clairement : « La prostitution pré-existe en tant que système qui nécessite un approvisionnement en corps de femmes, et c’est pourquoi des femmes et des filles sont enlevées, trompées, ou persuadées de fournir cet approvisionnement. Comment elles entrent dans la prostitution n’a aucune pertinence pour le fonctionnement du système prostitutionnel »(11). Plus encore, c’est une utilisation à contre-sens de concepts et revendications féministes, comme celui du droit à disposer de son corps, qui sont coupés de la perspective d’émancipation qui en était partie intégrante.

Pour l’accès au droit commun, pour l’extension du droit commun

Que « la prostitution » soit reconnue comme un « travail » serait une régression pour toutes les femmes et un grand succès pour le patriarcat et le capitalisme : ce serait l’acceptation du fait que des femmes (et toutes les femmes) sont à la disposition sexuelle des hommes, que le corps des femmes est un marché économique. C’est la pérennité et la croissance du système prostitutionnel qui seraient assurées, alors que d’autres stratégies pourraient le combattre et favoriser l’émancipation des femmes. Et on peut douter que ce serait un progrès pour les femmes actuellement victimes du système prostitutionnel.

L’obtention de droits n’exige en rien un statut professionnel de prostitué(e).(12)

Ce pour quoi il faut lutter, c’est l’accès au droit commun, indépendamment de cette place dans le système prostitutionnel. Les femmes dans la prostitution doivent bénéficier des droits universels inhérents à la personne humaine, des droits civiques et sociaux universels, droits qu’il faut étendre, garantir, faire appliquer, pour tous et toutes, et des politiques contre les discriminations faites aux femmes.

Au lieu de vouloir « la reconnaissance internationale du droit à la prostitution » (13), pourquoi ne pas vouloir la reconnaissance internationale du droit à ne pas se prostituer ? Ce serait nettement plus émancipateur et révolutionnaire !

Combattre le système patriarcal

Cet objectif implique de poursuivre l’analyse critique du système patriarcal, et de s’interroger davantage sur les autres acteurs du système prostitutionnel, les acheteurs, et les organisateurs. L’asservissement des femmes dans le système prostitutionnel ne peut se séparer de l’ensemble des violences contre les femmes et des formes d’appropriation de leur corps et de leur être. Unifier la lutte contre les violences faites aux femmes en y incluant la lutte contre le système prostitutionnel s’impose, et les groupes de femmes qui favorisent la prise de parole et l’action des femmes victimes de viol ou de violences domestiques, ou des femmes migrantes, pourraient ainsi contribuer à construire des espaces où pourraient se déployer la réflexion et la prise de parole des femmes parmi les plus opprimées, sans qu’elles soient séparées des autres ni stigmatisées.

Les mouvements féministes ont trop peu approfondi des propositions en positif, et ils ont trop laissé l’action dans ce domaine à des associations spécifiques (même s’il y a des féministes dans ces associations) au lieu de l’intégrer à leurs préoccupations globales et de le prendre en compte transversalement. Car cette lutte contre le système prostitutionnel rejoint les autres luttes des femmes, celles contre les violences, celles pour les droits des femmes migrantes (au séjour, à la libre circulation, à l’égalité, à l’autonomie) et pour le droit d’asile, celles contre la pauvreté, l’exploitation capitaliste, la mondialisation néo-libérale et les inégalités, et tant d’autres.


Article écrit le 7 décembre 2000, publié dans Prochoix en mars 2001 et proposé à Sisyphe en octobre 2002.


SOURCES

1. On peut voir ainsi que dans le Dictionnaire critique du féminisme, qui vient de sortir aux PUF, il y a deux articles sur « prostitution », tout à fait opposés. C’est le seul terme dans ce dictionnaire qui ait ainsi deux définitions.
2. Le colloque de la Fondation Scelles, en juin 2000, faisait se côtoyer des féministes et des réactionnaires patentés, notamment Pierre Chaunu.
3. Et encore une fois ce sont elles qui sont stigmatisées, de façon raciste et sexiste, par exemple les femmes d’Europe de l’Est et du Sud-Est, prostituées ou non (car le stéréotype est que ce sont des prostituées, ou des femmes recherchant le mariage avec un Français pour les papiers), vues comme des femmes aliénées, stupides ou naïves.
4. Sur la persistance des régimes réglementaristes (Allemagne) ou leur mise en place (Pays-Bas) et sur les politiques européennes et internationales, voir : « l’Appel contre l’Europe proxénète » ; les documents du Réseau international des droits humains, en particulier Malka Marcovitch, « Rapport au Groupe de travail sur les formes contemporaines d’esclavage », juin 2000 ; les articles de Marie-Victoire Louis, « Quand les Pays-Bas décriminalisent le proxénétisme », Le Monde Diplomatique, mars 1997, « l’Union européenne va t-elle nous faire vivre dans une Europe proxénète ? », Le Monde, 10-11 mai 1998.
5. Lin Lean Lim (ed.), The sex sector : the economic and social bases of prostitution in southeast Asia, Genève, 1998. Voir l’analyse critique par Janice Raymond, Coalition against trafficking in women, Légitimer la prostitution en tant que travail ?, traduction française par Bernice Dubois et Malka Markovitch, 1999. Site web de la CATW : www.uri.edu/artsci/wms/hughes/catw
6. On peut lire ainsi dans « comment réduire un groupe au silence ? », rapport d’activité 1999 de l’association Cabiria, cet énoncé au mépris de toute réalité historique : « si le réglementarisme n’est pas à défendre en lui-même, il présente au moins l’avantage de considérer les femmes comme des citoyennes alors que l’abolitionnisme supprime le peu de droit que les femmes avaient alors », et plus loin : « ce sont les abolitionnistes qui ont rendu les femmes à une condition d’esclaves ». Cabiria, « action de santé communautaire avec les personnes prostituées », Lyon. Site web :www.cabiria.asso.fr
7. Une « survivante de la prostitution », citée par Donna Hughes dans « Would legalizing prostitution curb the trafficking in women ? », Transitions, january 1998 (site web de la CATW).
8. Traduit et publié en français par Cabiria. Pour un autre point de vue voir : Coalition against trafficking in women Asia-Pacific, « Sex : from intimacy to ’sexual labor’, or : is it a human right to prostitute ? », ainsi que le rapport sur l’Inde dans « Factbook on global sexual exploitation » (site web de la CATW).
9. Yolande Grenson, entretien dans Chronique féministe, n°70, octobre-novembre 1999
10. Cabiria assure que seul le courant féministe non-abolitionniste « va prendre en charge les positions, les souhaits et les paroles des intéressées elles-mêmes sur leur situation » (rapport cité plus haut). Pour d’autres points de vue « des intéressées elles-mêmes » voir la section « survivor testimony » sur le site de la CATW, des témoignages comme celui de Barbara (La partagée, éditions de Minuit, 1977) et l’entretien avec Yolande Grenson cité plus haut.
11. CATW Asia-Pacific (article cité).
12. Contrairement à ce qu’affirme le « Manifeste pour une pleine citoyenneté des prostitué-e-s », Politis, 25 mai 2000.
13. Réseau Voltaire, communiqué n°00/0183, juin 2000.

Lire le Dossier sur la prostitution sur le site Les Pénélopes.

Commenter ce texte                         Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer         Nous suivre sur Twitter       Nous suivre sur Facebook

Claudie Lesselier



Plan-Liens Forum

  • > Combattre le système prostitutionnel
    (1/1) 12 novembre 2002 , par nanoue

    rép: tanguy.houel @cerma.archi .fr




  • > Combattre le système prostitutionnel
    12 novembre 2002 , par nanoue   [retour au début des forums]

    On cherche toujours à combattre avant de comprendre. Combattre à long terme, d’accord. Mais à court terme ?? Faire en sorte que la prostitution disparaisse à long terme, ca c’est interressant ! Mettre la société et l’Etat devant leurs responsabilités et leur rôle de proxénéte, ca c’est agir. Mais palabrer sur le bien fondé de l’existence des prostituées, c’est déplacé !!
    Arrêtons de les victimiser ou de les infantiliser. Il serait plus efficace de les écouter nous expliquer comment faire en sorte qu’elles soient les dernières à raquer pour notre système.
    En attendant, il serait bon, outre le fait que l’on puisse espérer voir disparaitre cette forme d’exploitation de la société, de réfléchir à la situation des travailleuses du sexe aujourd’hui, et veiller à les respecter.
    Enfin, Mesdames, dont je fais partie, il serait intéressant d’élever nos enfants, et particulièrement nos filles, à assumer leur vie sexuelle. La femme mariée sait faire autre chose que la cuisine. Si elle voulait, elle pourrait apprendre à écouter les désirs de son mari et à en parler avec lui.
    Oui, les femmes devraient aimer faire l’amour. En sommes-nous encore à omettre que la femme libérée devrait se demander pourquoi elle ne l’est pas vraiment ? Peut-être est-ce parce ce que dès son plus jeune âge, on lui apprend à être sage, propre, et à ne pas dire qu’elle se masturbe.
    Le voilà le vrai problème. Si ces messieurs savaient combien une femme peut être "sales", même mariée, ils iraient moins ou plus du tout voire ces pseudo- débauchées.
    Pour conclure, l’Etat continura de se faire des deniers sur les filles de la rue, tout en criant au loup. Que c’est petit, que c’est laid. Quel système pourri. Il ferait mieux de permettre à chacun de trouver une possibilit" et UN INTERET à aller trimer 8 heures par jour pour des clous !!! Qu’elle conne je suis de ne ^pas faire le tapin !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2002
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2011 | |Retour à la page d'accueil |Admin