| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mercredi 1er janvier 2014

Fil de presse, janvier 2014

par Sisyphe






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Fil de presse de Sisyphe, septembre 2016
Infolettre de Sisyphe, août 2016
Fil de presse de Sisyphe, août 2016
Infolettre de Sisyphe, juin 2016
Fil de presse, juin 2016
Fil de presse, mai 2016
Fil de presse, avril 2016
Fil de presse, mars 2016
Semaine du 8 mars 2016 : activités et publications
Infolettre de Sisyphe, mars 2016
Fil de presse, février 2016
Fil de presse, janvier 2016
Infolettre de Sisyphe, janvier 2016
Fil de presse, décembre 2015
Infolettre de Sisyphe, novembre 2015
Fil de presse, novembre 2015
Infolettre de Sisyphe, décembre 2015
Infolettre de Sisyphe, octobre 2015
Fil de presse, octobre 2015
Fil de presse, septembre 2015
Fil de presse, août 2015
Fil de presse, juin 2015
Infolettre de Sisyphe, juin 2015
Fil de presse, mai 2015
Fil de presse, avril 2015
Infolettre de Sisyphe, avril 2015
Fil de presse, mars 2015
Infolettre de mars 2015, Journée internationale des femmes
Infolettre de Sisyphe, février 2015
Fil de presse, février 2015
Infolettre de Sisyphe, spécial "Charlie Hebdo", janvier 2015
Fil de presse, janvier 2015
Fil de presse, décembre 2014
Infolettre, décembre 2014 - Polytechnique 6 décembre 1989 : nous ne les oublions pas
Infolettre de Sisyphe, novembre 2014
Fil de presse, novembre 2014
Infolettre de Sisyphe, octobre 2014
Fil de presse, octobre 2014
Fil de presse, septembre 2014
Fil de presse, août 2014
Infolettre de Sisyphe, juin 2014
Fil de presse, juin 2014
Fil de presse, mai 2014
Infolettre de Sisyphe, mai 2014
Infolettre de Sisyphe, avril 2014
Fil de presse de Sisyphe, avril 2014
Infolettre de Sisyphe, mars 2014
Fil de presse, mars 2014
Fil de presse, février 2014
Infolettre de Sisyphe, décembre 2013
Fil de presse, décembre 2013
Fil de presse, novembre 2013
Fil de presse, octobre 2013
Fil de presse, septembre 2013
Fil de presse, août 2013
Infolettre de Sisyphe, juin 2013
Fil de presse, juin 2013
Fil de presse, mai 2013
L’Infolettre de Sisyphe, mai 2013
Infolettre de Sisyphe, avril 2013
Fil de presse, avril 2013
Infolettre de Sisyphe, 8 mars 2013
Fil de presse, mars 2013
Fil de presse, février 2013
Infolettre thématique de Sisyphe : femmes, laïcité et droits
Fil de presse, janvier 2013
Infolettre de Sisyphe, décembre 2012
Fil de presse, décembre 2012
Infolettre de Sisyphe, octobre 2012
Fil de presse, novembre 2012
Fil de presse, octobre 2012
Fil de presse, septembre 2012
Fil de presse, août 2012
Fil de presse, juillet 2012
Infolettre de Sisyphe, 13 juin 2012
Fil de presse, juin 2012
Infolettre de Sisyphe, mai 2012 - Conflit étudiant au Québec et autres sujets
Fil de presse, mai 2012
Infolettre de Sisyphe, avril 2012
Fil de presse, avril 2012
L’Infolettre de Sisyphe, mars 2012
Fil de presse, mars 2012
Infolettre de Sisyphe, février 2012
L’Infolettre de Sisyphe, février 2012
L’Infolettre de Sisyphe, janvier 2012
Fil de presse, février 2012
Fil de presse de Sisyphe, janvier 2012
Infolettre de Sisyphe, 30 octobre 2011







Mise à jour quotidienne de liens vers des articles d’actualité et d’analyse provenant de diverses sources. Les liens des mois précédents demeurent en archives et on peut les consulter n’importe quand.

Janvier 2014


. Le Point - Japon : la (très maigre) place des femmes dans les entreprises
La principale raison de cette sous-représentativité féminine réside dans l’habitude qu’ont les Nippones d’interrompre leur évolution professionnelle pour enfanter, ce qui dissuade les employeurs de leur confier tôt des responsabilités et de les faire progresser dans la hiérarchie. Lorsqu’elles reviennent sur le marché du travail après avoir éduqué leurs enfants, elles sont souvent sous statut précaire et/ou à temps partiel.

. Huffington Post France - Toucher aux droits des femmes, c’est ébranler l’humanité
Je ne sais pas où Simone Veil a puisé son énergie lorsqu’elle fit ce formidable discours à l’Assemblée nationale à l’issue duquel on voit s’afficher sur ce tableau les voix majoritaires qui ont permis d’ouvrir le droit à l’interruption volontaire de grossesse. Je ne sais pas où elle a trouvé cette force, cette Simone Veil que finalement les générations à venir et déjà présentes de jeunes femmes commencent à ne plus connaître. Car Simone Veil, c’est aussi un exemple de ténacité, c’est un exemple de volontarisme, c’est un exemple d’intelligence et c’est un exemple de totalité. Et quand je dis de totalité, c’est d’avoir eu le courage de s’affranchir parfois de ses étiquettes politiques... Simone Veil a incarné la marche en avant.

. Le Devoir - Gérontophile dans une société âgiste
Ma chum, un de ces anges dévoués qui oeuvrent dans le milieu hospitalier, voit depuis des années les problèmes auxquels se butent les personnes âgées, dans le silence, dans l’ombre et dans l’oubli collectif. Pas tellement le nombre de bains ou le refus de certains préposés de leur laver les fesses, mais surtout ces couples séparés au seuil des derniers miles parce qu’ils n’ont pas le même profil ISO-SMAF (ils sont échelonnés de 1 à 14 pour évaluer tant l’incontinence que les pertes cognitives), ces vieillards placés au bout du monde selon les normes d’une bureaucratie complexe, alors que leurs enfants pourront difficilement aller les voir, ces vieux oubliés purement et simplement parce qu’ils sont « oublieux ».

. La Presse - Québécoises et mariées de force
Il y a deux ans, le verdict tombait. Mohammad Shafia, son épouse Tooba et leur fils Hamed étaient reconnus coupables du meurtre de quatre femmes de leur famille. Ce crime horrible a ouvert les yeux des Canadiens : la violence liée à l’honneur existait bel et bien, ici, dans leur pays. Deux ans plus tard, La Pressea voulu voir à quel point les choses avaient changé. Oui, la police, les services sociaux, les écoles sont plus vigilants. Mais encore aujourd’hui, des Québécoises sont menacées par leur famille, maltraitées, et parfois mariées de force au nom de l’honneur. Des chiffres inquiétants.

. Huffington Post Québec - Des soldats d’Allah à l’assaut de Djemila Benhabib
N’a-t-on pas le droit de dire de l’islam qu’il n’est pas seulement une religion, mais un projet politique qui régit la vie des gens dans les moindres détails ? N’a-t-on pas le droit de dire qu’il est un programme globalisant qui vise à bâtir la Oumma, le Califat mondial ? Peut-on sans risque remettre la parole du prophète Mahomet en question ? Peut-on dénoncer la misogynie ou le racisme de quelques versets coraniques ? Qui oserait rejouer la pièce de Voltaire sur le prophète de l’islam ? Qui oserait faire des caricatures de Mahomet ? Bref, est-il permis de critiquer sereinement l’islam ?

. Blog du GAMS - Un village interdit aux hommes ? Ça existe. UMOJA, VILLAGE-REFUGE
Il est constitué d’une vingtaine de huttes faites de branchages et de bouse de vache, encerclées d’un enclos de buis épineux. Ici, il n’y a que des femmes. À l’exception des touristes de passage, les hommes n’ont pas le droit de pénétrer dans l’enceinte. Ce village a été créé au début des années 1990 par une quinzaine de femmes samburu qui y ont trouvé refuge. La plupart d’entre elles affirment avoir été violées par des soldats britanniques, puis répudiées par leur mari pour cause de déshonneur. Parties de rien, ces femmes ont réussi à se débrouiller seules. Le village compte aujourd’hui une cinquantaine d’habitantes et leurs enfants. Elles survivent grâce à la vente de bracelets et de colliers de perles colorées, aux visites (payantes) des touristes et à l’aide généreuse de donateurs internationaux, émus par la cause de ces courageuses féministes.

. Radio-Canada - La présumée dirigeante d’un réseau de proxénétisme à Ottawa coupable de traite de personne
L’adolescente accusée d’avoir dirigé un réseau de proxénétisme à Ottawa a été reconnue coupable de 27 des 33 chefs d’accusation portés contre elle, mercredi, au palais de justice d’Ottawa. Elle a notamment été reconnue coupable de traite de personnes, soit la plus grave des accusations dont elle faisait l’objet. Deux accusations ont été abandonnées. C’est la première fois dans l’histoire du Canada qu’une adolescente est reconnue coupable d’une telle accusation. La Couronne a demandé une peine pour adulte pour l’adolescente de 17 ans, ce qui signifie qu’elle serait passible d’au moins cinq ans de détention. La peine pourrait toutefois aller jusqu’à 14 ans de prison.

. À dire d’elles - Lilith, théorie du genre et masturbation
Tout a commencé en 2013, en fait (et bien avant en ce qui concerne les anti-avortement), avec la naissance d’une masse manifestante des valeurs du retour en arrière, les manifestants pour tous. En ce mois de janvier, tout ce que la France a de raciste, antisémite, sexiste et homophobe, s’est réuni dans une manifestation qui fait peur…En outre, les mêmes ou presque s’en prennent aux écoles et aux tout-petits en répandant des rumeurs qui confondent tout, destinées à faire peur à la "normalité bien normale". Dernier épisode, donc, l’offensive de quelques centaines de personnes contre la soi-disant "introduction de la théorie du genre à l’école", qui serait une menace pour les écoliers et écolières.

. Le Monde - Loi égalité hommes-femmes : le coup de gueule des écoles de journalisme
Les écoles de journalisme refusent qu’on leur dicte ce qu’elles doivent enseigner à leurs étudiants. Et l’ont clairement fait savoir aux parlementaires. En cause, l’introduction dans le projet de loi sur l’égalité entre les hommes et les femmes de l’article 16 bis, faisant obligation à l’ensemble des établissements d’enseignement supérieur du journalisme de modifier leurs programmes et de dispenser un enseignement sur l’égalité entre les sexes et la lutte contre les stéréotypes sexistes. Najat Vallaud-Belkacem, la ministre des droits des femmes, a rappelé que l’objectif de cette loi était « de veiller à ce que l’image des femmes dans les médias puisse être respectueuse, afin que les atteintes à la dignité des femmes ne soient plus monnaie courante, que ce soit à la télévision ou à la radio. »

. Le Devoir - Le katajjaniq, chant de gorge inuit, fait son entrée au Registre du patrimoine culturel québécois
Cette pratique autochtone millénaire et surtout féminine devient la première désignation du patrimoine dit immatériel, selon les nouveaux termes inclus dans la Loi sur le patrimoine culturel, entrée en vigueur en 2012. Le ministre de la Culture et des Communications Maka Kotto en a fait l’annonce mardi. Un geste porteur et symbolique qui a suscité beaucoup d’émotion et de fierté chez les nombreux autochtones venus prendre part à la conférence de presse. Chant rythmique en forme de duel amical, le katajjaniq est aussi vieux que le son de la voix des femmes résonnant dans leur communauté. Quand elles l’entonnent, celles-ci entrent dans une poignante communion, se serrant les bras comme pour mieux jumeler leurs ondes sonores.

. Radio-Canada - Des proxénètes à la sortie de l’école
À Longueuil, les gangs de rue sont particulièrement actifs dans un domaine : la prostitution des mineures. Et pour ce faire, ils ne reculent devant rien, y compris recruter à la sortie des écoles secondaires et autour d’un foyer pour jeunes filles. Il y a environ 40 proxénètes à Longueuil qui sont liés aux gangs de rue, selon Richard Desjardins, le directeur de la Maison des jeunes Kekpart à Longueuil. La présence des gangs de rue se fait sentir au terminus d’autobus de Panama à Brossard, à la station de métro de Longueuil, à proximité d’un foyer d’accueil pour les jeunes filles en difficulté, mais aussi directement à la sortie des écoles secondaires, disent les intervenants.

. Les Nouvelles/News - Obama s’engage (encore) pour les femmes
Lors de son discours 2014 sur l’état de l’Union, Barack Obama s’est posé en défenseur de l’égalité femmes/hommes. « Aujourd’hui, les femmes représentent près de la moitié de notre force de travail. Mais elles ne gagnent toujours que 77 cents pour chaque dollar que gagne un homme1 (…) Une femme a droit, à travail égal, à un salaire égal », a asséné le président U.S., sous les applaudissements nourris des élus et élues (quatre fois moins nombreuses) du Congrès. « Elle a le droit d’avoir un bébé sans sacrifier son emploi. Une mère doit pouvoir prendre un jour de congé pour s’occuper d’un enfant ou d’un parent malade sans en subir de conséquences – et vous savez quoi ? Un père y a droit aussi. »

. Le Monde - Libertés, droits des femmes : les avancées de la Constitution tunisienne
La Constitution tunisienne est, dans le monde arabe et musulman, la loi fondamentale qui offre le plus de garanties pour les droits des femmes. Ainsi, dans son article 34, la Constitution oblige l’Etat à garantir la représentativité des femmes dans les assemblées élues. L’article 40 affirme que « tout citoyen et toute citoyenne ont le droit au travail dans des conditions décentes et à salaire équitable ». L’article 46, consacré plus particulièrement aux droits des femmes, inscrit dans la Constitution la protection des acquis de la femme, le principe de parité et la lutte contre les violences faites aux femmes.

. La Presse - Un grand nombre de femmes très peu informées sur la reproduction
Environ la moitié des femmes en âge de procréer aux États-Unis n’ont jamais parlé de reproduction avec un médecin et 30% d’entre elles ne se sont jamais rendues chez un gynécologue ou y vont moins d’une fois par an, selon un sondage publié lundi. Les questions visaient à évaluer le savoir, les attitudes, les croyances et les pratiques quant à la conception, la grossesse et les concepts de base en matière de santé reproductive.

. Je suis féministe - Le privé, politicien ?
Utiliser ce slogan politique féministe pour analyser la vie privée d’un chef d’état, c’est légitime, mais je pense que cela est un douteux amalgame entre la théorie féministe et la chronique people. Il y a un risque de glissement vers la banalisation, voire la réduction du politique, dans l’utilisation du slogan pour analyser la vie des riches et célèbres. Cela réduit le slogan à l’idée que le privé est anecdotique et que le politique reste du domaine de la politique « politicienne » et donc hors de la réalité du commun des mortels. On risque de le dépolitiser en assimilant ce slogan à une demande d’authenticité et de transparence venant des médias : il est normal de questionner Hollande à propos de sa vie privée, mais de le faire en scandant « le privé est politique » altère la portée originale et collective du slogan.

. Les Nouvelles/News - L’immunité amoureuse dans la presse
« Amoureux éconduit, crime passionnel, drame de la rupture, différend conjugal… », dit la presse. Alors les femmes qui lisent « amour » quand elles pensent « terrorisme » se demandent qui va les prendre au sérieux si elles tentent de parler de leur situation. D’autant que partir, c’est souvent plus difficile et plus risqué que de rester. Pourquoi en est-on là ? Parce que les écoles de journalistes ne forment pas à ces questions, laissant au sensationnel du fait divers la priorité sur la réalité bien concrète des situations. Par exemple, sur les 25 femmes qui ont tué leur conjoint ou ex-conjoint en 2009, 12 ont agi pour sauver leur peau : « C’est lui ou moi ». C’est ça, la réalité.

. La Presse - La protection du foetus au Texas
Un juge du Texas a ordonné vendredi à un hôpital de Fort Worth de débrancher Marlise Muñoz, cette femme en état de mort cérébrale mais maintenue en vie artificiellement depuis le 26 novembre parce qu’elle était enceinte. Une histoire qui a illustré pendant deux mois le combat acharné de l’État du Texas pour la protection du foetus. « Ils ont tenté de dépouiller Marlise de ses droits et de sa dignité en la transformant en incubateur », a déclaré Heather Busby, directrice de l’antenne texane de NARAL, une organisation américaine pour le droit à l’avortement. « Une fois de plus, ils ont voulu donner la priorité au foetus sur la femme. »

. KabyleUniversel.com - Rencontre avec Malek Chebel : « Tu ne peux pas imposer tes pratiques religieuses dans un pays où la majorité n’est pas musulmane »
Que pense-t-il des femmes voilées qui affirment le porter par choix et qui se décrivent même comme féministes ? « Il y a le féminisme d’un côté et l’islam de l’autre. On ne peut pas revendiquer le féminisme et croire à une vision du monde qui met les femmes de côté. » Malek Chebel insiste sur le fait que le voile sépare les femmes entre elles. « Et celles qui prétendent le porter par choix vivent dans un cadre moral rigide qui ne fait pas place à la liberté puisqu’il est idéologique. C’est le discours qu’elles entendent à la télévision, c’est le prêche à la mosquée, c’est l’opinion du mari, des frères, des voisins. Ces femmes sont donc aliénées. Ce n’est pas, dit-il, un choix instruit, informé. Si les femmes étaient vraiment libres, elles porteraient le voile dans les activités religieuses et l’enlèveraient dans l’espace public par respect pour la communauté dans laquelle elles vivent.

. Le Devoir - Laïcité - Les libéraux de Montréal ont fait plier Couillard, dit Houda-Pepin
En faisant l’« économie du débat majeur » sur la charte de la laïcité, Philippe Couillard a cédé à la « ligne dure » du Parti libéral du Québec soufflant le chaud et le froid à Montréal, a déploré Fatima Houda-Pepin à Tout le monde en parle. Libérée du joug de la discipline de parti, la députée de La Pinière s’en est prise durant l’émission diffusée à des heures de grande écoute à la position « purement légaliste » adoptée par le PLQ dans le débat sur le projet de loi 60. « Les droits des femmes sont aussi des droits de la personne. […] La menace pèse davantage sur les femmes, à cause de la montée des intégristes dans les différentes religions », a-t-elle dit.

. À dire d’elles - Je, je, je, le jeu monarchique de François Hollande
Je n’aurais jamais imaginé vous parler de ça…mais la phrase du Président de la République est trop sidérante… « Je fais savoir que j’ai mis fin à la vie commune que je partageais avec Valérie Trierweiler » C’est avec cette phrase que l’homme qui occupe la plus haute fonction de l’État a annoncé sa rupture avec sa compagne, alors que déjà, la presse à ragots avait annoncé partout que celle-ci était trompée par lui, dans la grande lignée des "femmes bafouées" par les monarques de l’histoire. Après l’avoir bafouée, il la répudie.

. Huffington Post Québec - Encore la Charte : et les enfants dans tout ça ?
Et les enfants, ne devraient-ils pas être au cœur du débat ? Et les parents ne devraient-ils pas avoir leur mot à dire ? Il aura fallu la solide présentation d’un mémoire étoffée devant la Commission de la Charte par la sexologue Jocelyne Robert. La blogueuse du Huffington Post, auteure de plusieurs livres et conférencière, y a apporté son point de vue de pédagogue expérimentée. Jusqu’à quatre, et même six ans, le bambin construit son identité pour la vie. Il apprend par la parole, par l’expression de la figure, mais surtout par mimétisme, soit par imitation. Et par modélisation.

. Jeune Afrique - Centrafrique : 5 choses à savoir sur Catherine Samba Panza, la nouvelle présidente de transition
L’actuelle maire de Bangui, Catherine Samba Panza, 59 ans, a été élue lundi par le Parlement au poste de présidente de transition. Prenant la parole devant les parlementaires dès son élection, la maire de Bangui - première femme de l’histoire de Centrafrique à accéder à la présidence - a lancé un appel vibrant à renoncer aux armes. "Je lance un appel vibrant à mes enfants anti-balaka (miliciens chrétiens) qui m’écoutent. Manifestez votre adhésion à ma nomination en donnant un signal fort de dépôt des armes", a-telle déclaré. Avant d’ajouter : "À mes enfants ex-Séléka qui m’écoutent aussi, déposez vos armes".

. Les Nouvelles/News - Sexisme sur internet : hébergeurs et FAI au rapport
C’était un des points les plus contestés de la loi pour l’égalité femmes/ hommes. L’article 17, qui renforce la responsabilité des hébergeurs et fournisseurs d’accès face aux provocations sexistes et homophobes sur internet, a été adopté par les députés. L’avis du gouvernement l’a emporté. Adopté vendredi 24 janvier, il oblige les intermédiaires techniques, FAI (fournisseurs d’accès à internet) et hébergeurs, à signaler à la plate-forme Pharos les contenus sexistes, homophobes ou handiphobes.

. Libération - La Norvège met la totalité de sa littérature en ligne, gratuitement
La Bibliothèque nationale du pays projette de mettre à disposition des internautes l’ensemble des écrits norvégiens depuis la fin du XVIIe siècle. Un programme permis par la signature d’accords très progressistes avec les auteurs et les éditeurs. « Les utilisateurs devraient pouvoir profiter de l’accès à une large variété de contenu digital où qu’ils soient et quand ils le souhaitent », résume la bibliothèque sur son site.

. Le Devoir - Le Conseil du statut de la femme se range dans le camp pro-charte
Le projet de charte de la laïcité du gouvernement péquiste obtiendra un appui de taille. La présidente du Conseil du statut de la femme, Julie Miville-Dechêne, fera connaître un « appui solide » au projet de loi 60 à l’occasion de son passage à l’Assemblée nationale du Québec, a appris Le Devoir. Au terme d’« échanges francs », les membres du Conseil ont fait le choix d’avaliser en grande partie les mesures détaillées dans le projet de législation du ministre responsable des Institutions démocratiques, Bernard Drainville. L’organisme émettra cependant des réserves sur l’interdiction de porter des signes religieux ostentatoires.

. La FIQ - Modifications à la Loi sur l’équité salariale invalidées – « Une grande victoire pour les membres de la FIQ et pour toutes les femmes du Québec » (Régine Laurent, présidente de la FIQ)
Après une longue bataille, durant laquelle la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) a joué un rôle de premier plan, la décision rendue par le juge Martin à l’effet de déclarer invalides certaines des modifications apportées en 2009 à la Loi sur l’équité salariale constitue un gain majeur pour la Fédération. Ce jugement prouve que les principes qui sous-tendent l’équité salariale sont importants et qu’ils doivent être protégés. LÉnorme travail de contestation [...] démontre bien à quel point l’égalité entre les femmes et les hommes est loin d’être une chose acquise. Il est donc nécessaire d’être vigilantes afin d’éviter tout recul éventuel de la Loi sur l’équité salariale.

. Je suis féministe - Dans ma semaine – Les femmes symboles
Alors qu’Eugenie Bouchard était la première canadienne depuis une dizaine d’années à se rendre en demi-finale d’un grand chelem, une journaliste a pris soin de lui rappeler qu’avant d’être une sportive, elle est d’abord une femme. En effet, l’intervieweuse a jugé bon de lui demander qui elle aimerait dater si elle pouvait avoir un rendez-vous avec n’importe qui dans le monde. Cette tendance à ramener constamment les femmes de carrière à leur rôle de conjointe, de mère ou de soeur doit disparaître. Et malheureusement, nous avons eu la preuve cette semaine qu’il reste bien du travail à faire.

. Le Devoir - Monique Simard au Devoir - La SODEC est désormais à l’heure des révolutions
Monique Simard est entrée en fonction à la tête de la SODEC le 6 janvier. Avant les vacances d’été, la nouvelle p.-d.g. entend proposer un plan d’action pour faire entrer la SODEC dans l’avenir, clés en main. Elle est la première femme à la tête de l’institution québécoise depuis sa création en 1995, mais la bouillante Monique Simard n’en est pas à un défi près. Et elle lutte pour l’égalité hommes-femmes depuis toujours, sans compter le reste. « J’ai de l’expérience, une crédibilité. Je fais ce que je dis. Je dis ce que je fais. » Just watch me ! comme dirait l’autre.

. Le Devoir - Des pro-charte proposent le retrait du voile des élèves
Le porte-parole de l’Association humaniste du Québec, Daniel Baril, a relaté des cas de « jeunes filles voilées qui intimident des jeunes filles non voilées en les traitant de salopes et de putains » afin de justifier le bien-fondé de sa proposition. « Et ces qualificatifs-là ne s’adressent pas seulement aux jeunes musulmanes. Elles s’adressent à toutes les femmes non voilées », a précisé l’anthropologue. Les Syndicalistes et progressistes pour un Québec libre (SPQ Libre) ont aussi demandé au gouvernement péquiste d’évacuer les signes religieux des établissements d’enseignement.

. La Gazette des femmes - Se recycler en triant les déchets
Dans les rues de Buenos Aires, les recycleurs urbains font partie du paysage nocturne. La moitié de ces 8 000 trieurs de déchets, qu’on appelle cartoneros, sont des femmes. Et si constituer l’un des derniers maillons de la chaîne de consommation reste pour elles un moyen de survivre, elles reprennent du contrôle sur leur vie depuis qu’elles ont participé à améliorer leurs conditions de travail. Le métier de recycleur, ou cartonero, n’est donc pas proprement féminin, même si son informalité et son invisibilité en feraient un bon candidat. Car dans l’univers du travail informel, les femmes dominent en nombre.

. CNW – Telbec - Intimidation ou séduction - C’est selon ?
Depuis que les audiences publiques sur le projet de loi 60 ont débuté, les intimidations notamment auprès de témoins, se sont multipliées sur les réseaux sociaux, par téléphone et dans un site qui semble dédier son contenu aux nouvelles des musulmans du Canada. Le Québec n’était pas sensibilisé à cette problématique, jusqu’à ce que des femmes musulmanes comme Djemila Benhabib et Fatima Houda-Pepin, aient eu le courage d’aller au front et de dénoncer les forces souterraines, les lobbies à l’œuvre dans le tissu social québécois. Preuve en est l’intimidation qui se fait quotidiennement, entre autres, sur les témoins, surtout féminins en faveur de la laïcité, qui comparaissent à la commission parlementaire, sur les hommes de leur entourage, sur leurs familles ici comme dans leurs pays d’origine. La tactique employée est la même.

. Le Devoir - Le PLQ se déshonore
Philippe Couillard a disparu dans la nature pendant des jours et des jours afin de produire une position qui ferait le moins de vagues possible tout en lui permettant de se débarrasser de la seule femme de son équipe qui pouvait lui expliquer par le détail ce que le jeu international des islamistes pouvait signifier pour un peuple accueillant et vulnérable comme celui du Québec. Dehors Fatima Houda-Pepin, la rebelle musulmane qui défend des positions ostentatoires… et qui a un avantage exceptionnel sur tous les autres du caucus puisqu’elle sait, de première main, de quoi elle parle.

. La Presse - Le Collège Marie de France plus sévère que la Charte
Alors que plusieurs établissements scolaires publics ont récemment annoncé un véritable chaos dans les écoles si les signes ostentatoires y étaient proscrits, un collège privé très multiethnique de Montréal interdit depuis déjà plusieurs années le port de symboles religieux entre ses murs. Et ça fonctionne très bien. Le règlement du Collège international Marie de France, chemin Queen-Mary, est plus sévère encore que ce que propose la Charte des valeurs du ministre Bernard Drainville. Non seulement les membres du personnel doivent-ils s’abstenir de porter des signes religieux, mais les quelque 2000 élèves aussi. L’école, d’enseignement primaire et secondaire, est entièrement laïque.

. Libération – Inde : une jeune femme violée sur ordre d’un conseil de village
Une femme de 20 ans a été victime d’un viol collectif ordonné par un conseil de village en Inde en représailles d’une relation amoureuse, une nouveau crime sexuel dénoncé après le viol en réunion d’une étudiante qui avait scandalisé l’Inde en décembre 2012. Treize hommes ont été arrêtés pour cette agression survenue mardi soir dans le village de Subalpur, dans le Bengale occidental (est), après que la jeune femme de 20 ans eut été surprise avec un homme d’une autre communauté, a annoncé la police jeudi.

. Irréductiblement féministe - Retour de bâton patriarcal !
L’avortement, encore et toujours un enjeu : c’est le patriarcat qui s’accroche. Ce n’est pas nouveau, dans un contexte de crise économique ce sont toujours les femmes et les minorités qui trinquent.
Les forces réactionnaires sont prévisibles, elles veillent au grain et à la moindre occasion se mobilisent pour restreindre les droits et les libertés de celles et ceux qui remettent en question les systèmes d’oppression.

. La Presse - L’immobilisme du Barreau
Le Barreau du Québec vient de rater une occasion unique de contribuer de façon crédible et constructive au débat actuel entourant le projet de loi 60. Par son mémoire truffé d’injonctions moralisantes à l’endroit du législateur, plutôt qu’axé sur les véritables enjeux de droit, il fait preuve de conservatisme juridique, dissimulé derrière la défense faussement progressiste des droits individuels. À voir avec quelle énergie le Barreau s’oppose à toute évolution législative, on se dit qu’en se fondant sur les mêmes prémisses, la Charte québécoise des droits n’aurait jamais pu voir le jour !

. TerraFemina - Sexisme : l’éducation anti-macho en 5 leçons
Un rapport du Commissariat général à la stratégie pour lutter contre les stéréotypes qui nuisent à l’égalité hommes-femmes a été remis à Najat Vallaud-Belkacem mercredi 15 janvier. Ce texte préconise de s’attaquer au problème dès l’enfance et présente 30 propositions liées à l’éducation, la santé, les pratiques culturelles et sportives ou encore l’orientation scolaire. Voici quelques recommandations, tirées ou non du rapport, pour favoriser l’égalité entre les sexes dès le plus jeune âge.

. Libération - Déclarer la grève des utérus
Enfermés dans la fiction individualiste néolibérale, nous vivons avec la croyance naïve que notre corps nous appartient, qu’il est notre propriété la plus intime, alors que la gestion de la plupart de nos organes est assurée par diverses instances gouvernementales ou économiques. Parmi tous les organes du corps, l’utérus est sans doute celui qui, historiquement, a fait l’objet de l’expropriation politique et économique la plus acharnée. Cavité potentiellement gestatrice, l’utérus n’est pas un organe privé, mais un espace public que se disputent pouvoirs religieux et politiques, industries médicales, pharmaceutiques et agroalimentaires. Chaque femme porte en elle un laboratoire de l’État-nation, et c’est de sa gestion que dépend la pureté de l’ethnie nationale.

. Huffington Post - Lettre à Lise Payette : vous êtes devenue immortelle
Je suis un enseignant de 31 ans habitant le quartier de Hochelaga-Maisonneuve, à Montréal. De prime abord, je me dois de vous faire un mea culpa. Même si je connais relativement bien mon histoire du Québec, je dois avouer que certains pans de votre carrière m’avaient échappé au cours de mon parcours scolaire. Même si je savais que vous aviez grandement contribué à l’émancipation des Québécoises, je n’avais jamais eu l’occasion de comprendre dans quelle mesure votre contribution avait été majeure dans cette lutte en vue de tendre vers une égalité entre hommes et femmes au Québec.

. Le Devoir - Les LGBT et la charte - Une laïcité ouverte… à la démagogie
Depuis le début du débat sur la charte, certaines organisations favorables à la « laïcité ouverte » prétendent que les limites proposées à la liberté de religion préfigureraient des reculs aux droits des autres minorités, dont les minorités sexuelles. N’ayant aucun intérêt pour les enjeux qui préoccupent la communauté LGBT, comme le retour des intégrismes, les défenseurs de la « liberté de religion menacée » n’ont d’autre choix que d’avoir recours à la démagogie pour tenter de nous rallier à leur cause.

. Radio-Canada - Québec tiendra quatre forums régionaux sur l’hypersexualisation des filles
La ministre responsable de la Condition féminine, Agnès Maltais, considère que l’espace public est truffé d’images « réductrices de la femme ». Selon elle, l’intégration de cette vision hypersexualisée entraîne des conséquences sur la santé psychologique, physique et sexuelle des jeunes filles et des adolescentes. Avant de faire des propositions pour lutter contre les effets pervers de cette hypersexualisation, Québec souhaite se documenter davantage et obtenir des pistes d’action.

. Le Devoir - Rupture au PLQ
Incapable d’accepter la position libérale sur les signes religieux, Fatima Houda-Pepin se fait montrer la porte du caucus. Après une réunion du caucus qui a duré plus de quatre heures lundi, Fatima Houda-Pepin est sortie la première pour annoncer qu’elle avait été « exclue » de l’équipe libérale. Pour la députée de La Pinière, la seule élue musulmane de l’Assemblée nationale, la neutralité religieuse de l’État doit « s’incarner minimalement » dans les agents de l’État dotés de pouvoirs de coercition, comme les juges, les procureurs, les policiers et les agents correctionnels. Ils ne devraient pas porter de signes religieux ostensibles.

. Radio-Canada - Marie-France Bazzo - Entrevue avec Fatima Houda-Pepin après son départ du caucus du PLQ (à 8h18)
Fatima Houda-Pepin, députée de La Pinière, s’est sentie contrainte de quitter le Parti libéral du Québec à l’issue d’un caucus spécial qui portait sur la question de la charte des valeurs. En entrevue à l’émission, elle a souligné avoir reçu un ultimatum avant même le début du caucus. Elle a ajouté que son départ n’améliorerait pas la situation au sein du parti : « M. Couillard pense avoir réglé ses problèmes ? Mais ses problèmes commencent aujourd’hui. » La députée, qui siégera désormais comme indépendante, se dit incapable de se rallier à la position du parti sur le port de signes religieux.

. À dire d’elles Non, tu n’as pas de nom
D’un côté, il y a l’actualité. De l’autre, il y a le monde du spectacle, avec ses divertissements, ses pas de danse. En général, le deuxième est fait pour oublier le premier. Ainsi, "se divertir", c’est oublier qu’on va mourir, c’est oublier tout ce qui nous enrage, nous rend triste, nous énerve dans l’actualité. Ce double monde à l’envers, il nous dit dans la rue que certains clament "liberté" en demandant d’interdire aux femmes de décider de si elles voudront mettre au monde un enfant, en se mobilisant contre l’IVG, quand d’autres chantent les femmes comme des objets dont on se débarrasse. Mais il y a aussi un monde à l’endroit. Dans celui-là, de nombreuses femmes j’espère, rejoindront les militantes le 1 er février pour manifester en soutien aux Espagnoles. Dans ce monde là, le monde à l’endroit, pendant que les premiers défilaient sur les Boulevards, Anne Sylvestre a chanté sur scène.

. Huffington Post Québec - Le multiculturalisme en vacances !
Que peut-on reprocher à cette famille qui a réagi selon la plus stricte doxa du multiculturalisme : « Chez les autres, fais comme chez toi ! » Pourquoi les critiquer ? On entend bien des immigrants dire ici constamment : « Chez nous, chez nous, au bled », les Pineault-Caron là-bas ont dit : « Chez nous, chez nous ». Ils ont réagi là-bas comme chez eux. C’est la plus stricte logique du multiculturalisme lorsqu’elle voyage. En ce sens, les Pineault-Caron ont fait involontairement du multiculturalisme exacerbé. Il serait temps pour les multiculturalistes de le comprendre au lieu de les moquer. Chez nous, on ne prie pas comme ça ! Pour la prière, ce n’est pas grave. Mais chez nous, on n’accepte pas la ségrégation sexuelle, les crimes d’honneur, la haine des homosexuels ou l’infériorisation des femmes. Ça, c’est grave ! Il serait encore plus grave que nous acceptions des idées réactionnaires parce que provenant des immigrants.

. Les Nouvelles/News - La femme, cet être faible
Les violences faites aux femmes ? C’est parce qu’elles sont des êtres faibles par nature. Voilà en substance l’argumentaire du député UMP Daniel Fasquelle, dans le cadre d’un amendement qu’il propose au projet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes. Dans l’article 16 de la loi, consacré à l’activité du Conseil supérieur de l’audiovisuel, le député UMP entend substituer aux mots « les stéréotypes, les préjugés sexistes », les mots : « la dégradation de l’image de la femme ». Daniel Fasquelle récuse les termes, trop « neutres » à ses yeux, de « stéréotypes » et de « sexiste », car cela « rend compte d’une idéologie qui, loin de protéger la femme, conduit à considérer que celle-ci devrait être un homme-bis, occultant les spécificités féminines (...) la femme » est par essence vulnérable, et la constitution physique de femme explique la vulnérabilité de celle-ci face aux violences physiques ».

. Le Devoir - Francine Lalonde, 1940-2014. Chère Francine, tu resteras longtemps dans nos mémoires
Ce que je retiendrai de toi, par-dessus tout, c’est bien ce mot : dignité. Tu t’es battue toute ta vie pour que les travailleurs les plus humbles soient traités avec équité, respect et justice. Tu as d’ailleurs été la première femme à être élue au comité exécutif de la CSN, en tant que première vice-présidente. Tu fus coordonnatrice des négociations dans le secteur privé, toi qui venais du secteur public. Une femme qui dirigeait les négociations des gars de la métallurgie et des pâtes et papiers ! On peut vraiment dire que tu en as ouvert des portes pour les femmes.

. La Presse - Le débat
Vous pensez vraiment qu’on est dans un débat pour ou contre la Charte ? Mais non. Comme d’habitude, on est dans un débat Québec-Canada. PQ-PLQ. Anglos-Francos. Religion-Lumières. J’entendais Charles Taylor, l’autre midi à la radio, dans sa défense d’une laïcité ouverte, je l’entendais NE PAS DIRE pourquoi cette charte lui pue au nez. Pourquoi ? Parce que l’idée d’un espace sans Dieu lui pue au nez. Je me suis trompé tantôt en vous disant que les musulmans sont plus musulmans que les chrétiens ne sont chrétiens. Il est de ces chrétiens comme Charles Taylor qui, pour faciliter le retour du Dieu, est bien prêt à le dire laïc. J’entendais aussi Françoise David dénoncer les visées électoralistes des péquistes, pour lesquels cette charte est la locomotive qui les mènera à la victoire aux prochaines élections. Et si cela était, Françoise ? Serait-ce une si grande catastrophe pour Québec solidaire ? Plus qu’un gouvernement libéral majoritaire ?

. La Presse - L’esclavage, un fléau aux mille visage
Un homme réduit à l’esclavage pour rembourser ses dettes en Asie. Un enfant né pour servir son maître en Afrique. Une adolescente forcée de se prostituer dans un condo près de chez vous. L’esclavage moderne prend différentes formes selon les régions du monde. Découvrez ses principaux visages. La servitude pour dettes. L’esclavage héréditaire. La traite de personnes. Le travail forcé. Le mariage forcé.

. Le Devoir - La première semaine à Bernard Drainville. Les libéraux de Philippe Couillard peinent à se positionner
Le problème avec la position libérale, c’est qu’il est difficile d’être cohérent quand l’état du droit, c’est (...) du cas par cas où la victime de la discrimination qui demande l’accommodement a le gros bout du bâton plutôt que la citoyenne qui s’offusque que des femmes, après 100 ans de féminisme, arborent des symboles de soumission et de ségrégation. À lire les mémoires du Barreau et de la CDPDJ, il est clair que le projet de loi 60 n’est pas conforme aux chartes. C’est l’approche légaliste, parfaitement légitime. Mais il s’est exprimé devant la commission parlementaire des points de vue qui sont tout aussi légitimes, notamment de la part de la Coalition laïcité Québec et des groupes de femmes comme Pour le droit des femmes (PDF Québec) et l’Association féminine d’éducation et d’action sociale (AFEAS).

. La Presse - La Charte selon Yolande Geadah : choisir sa solidarité
Intellectuelle et féministe d’origine égyptienne installée au Québec depuis 1967, Yolande Geadah déplore qu’on réduise le débat sur la Charte de la laïcité à son aspect juridique. Entretien avec l’auteure des essais Femmes voilées, intégrismes démasqués et Accommodements raisonnables. Droit à la différence et non différence des droits, ainsi que du récent rapport du Conseil du statut de la femme sur les « crimes d’honneur ». "Quand on prétend que le port du voile est une liberté fondamentale, on renforce l’interprétation du courant le plus intégriste, qui était jusqu’ici minoritaire [chez les musulmans]. En faisant cela, on modifie les rapports de forces chez les minorités. On entend rarement les femmes qui subissent des pressions pour porter le voile, mais [la Charte de la laïcité] pourrait les aider."

. Le Monde - Le Premier Damoiseau
Non, pas terrible, vous en conviendrez, ce titre. Hum, essayons encore… « Le Premier Homme » ? « Le Premier Monsieur » ? En fait, c’est incroyable : impossible de trouver un terme correspondant à « Première Dame », première dame…au masculin. Bon, posons-nous juste la question…dans l’autre sens. Imaginons une seconde l’inverse : notre belle France se serait, par je ne sais quel miracle, dotée d’UNE Présidente de la République… Et donc, pensez-vous réellement qu’il eut fallu longtemps pérorer sur « le rôle du … » du quoi, déjà ? « Premier Damoiseau » ? « Premier Homme » ? « Premier Monsieur » ? Vous le sentez, là, le ridicule ? Vous en prenez conscience, de l’archaïsme de nos mentalités ?

. Le Devoir - Charte des valeurs et Barreau - Une conception du droit qui équivaut à faire de la politique
Il ne s’agit pas de dire que le Barreau aurait dû prendre position pour la charte des valeurs. Il s’agit de dire que dans ce genre de débat politique, il devrait proposer un éclairage nuancé plutôt qu’une position tranchée. Et il n’y aurait là rien de contradictoire avec sa mission consistant à défendre la primauté du droit, pour autant qu’il ait une conception de cette dernière qui soit conciliable avec la souveraineté du Parlement. Autrement dit, plutôt que de défendre une conception qui s’apparente à celle du « gouvernement des juges », il devrait défendre une position plus proche de celle du « gouvernement avec les juges », laquelle laisse une place prépondérante aux élus lorsque vient le temps de fixer les règles du vivre-ensemble. Ainsi, il ferait du droit. Et il laisserait les politiciens faire de la politique…

. Huffington Post Québec - Pourquoi j’ai refusé la ségrégation homme-femme à York
En Ontario, toutes les universités basent leurs décisions sur la volonté d’accommoder toutes les religions en vertu du Code des droits de l’homme en vigueur dans la province. Les courriels que j’ai reçus montrent bien qu’en Ontario les droits des femmes étudiantes souffrent du compromis religieux à tous les niveaux d’éducation. Malheureusement, on ne connaît pas la vraie dimension de ce compromis, ou ses effets à long terme sur les étudiantes, sur leurs camarades hommes, et au final, sur la structure de valeurs de notre société. Pour ces raisons, nous avons besoin d’une enquête impartiale de la province sur le sujet.

. L’Actualité - Position du PLQ sur la laïcité : affrontement en vue avec Fatima Houda-Pepin
D’après les informations recueillies de diverses sources proches du dossier, la position globale qui sera adoptée par le parti ne répondra pas aux exigences formulées en novembre par la députée de La Pinière, au moment où elle avait dénoncé publiquement la position libérale sur les signes religieux et le tchador, qu’elle jugeait contraire au principe de l’égalité des femmes et à l’approche traditionnelle de son parti quant à l’équilibre entre droits individuels et droits collectifs. « Il est permis d’interdire quand l’intérêt public l’exige », écrivait-elle alors, en rappelant qu’un gouvernement libéral avait déjà dans le passé accepté de limiter les droits pour le bien commun.

. Elle France - L’avortement sélectif de plus en plus courant en Europe
En Angleterre et au Pays de Galles, il « manquerait » entre 1 400 et 4 700 filles, selon les chiffres du dernier recensement britannique. La raison ? Des avortements sélectifs de plus en plus fréquents, révèle une enquête. Au Royaume-Uni, une IVG peut en effet être réalisée jusqu’à vingt-quatre semaines contre douze en France. Si ces avortements sélectifs effectués dans le but d’avoir un garçon plutôt qu’une fille sont illégaux en Grande-Bretagne, les Britanniques n’hésitent pas à faire appel à des médecins peu scrupuleux pour obtenir un bébé du sexe de leur choix.

. Le Monde - Pédophilie : le Vatican sommé par l’ONU de s’expliquer
Pour la première fois de son histoire, le Vatican a subi, jeudi 16 janvier à Genève, un interrogatoire en règle sur son action de lutte contre la pédophilie au sein de l’Eglise catholique. Tandis que le pape François faisait part de sa « honte » face aux scandales que connaît l’institution en la matière, les représentants du Saint-Siège essuyaient le feu roulant des questions des experts du comité pour les droits de l’enfant de l’ONU, dont les conclusions seront publiées le 5 février.

. Le Devoir - La Cour suprême se penchera sur le suicide assisté
Alors qu’à Québec les députés s’apprêtent à voter sur le projet de loi sur l’aide médicale à mourir, le dossier de l’aide au suicide prend une nouvelle tournure à Ottawa, où la Cour suprême a accepté d’entendre le cas de deux femmes qui contestent la constitutionnalité des dispositions du Code criminel interdisant le suicide assisté et l’euthanasie. Vingt ans après avoir maintenu son illégalité dans la célèbre cause de Sue Rodriguez, le plus haut tribunal du pays a décidé jeudi de rouvrir le dossier de l’aide au suicide.

. La Presse - Film porno tourné au Festival western de Saint-Tite
La renommée du Festival western de Saint-Tite n’est plus à faire. L’événement, qui attire chaque année près de 600 000 personnes, est connu et reconnu partout au Québec et même ailleurs. Profitant de cette renommée, un producteur de films pornographiques a même tourné lors de la dernière édition de l’événement le film Quickie : casting à Saint-Tite, qui met en scène deux actrices pornographiques et des festivaliers choisis dans la rue.

. Télérama - Lena Dunham : “‘Girls’ n’est pas seulement le reflet de ma réalité émotionnelle”
Elle a secoué le monde des séries avec “Girls”, et son regard acéré sur la jeunesse new-yorkaise. A 27 ans, Lena Dunham défend la cause des femmes avec humour et ténacité. Elle donne une masterclass aujourd’hui à Paris. Elevée au rang d’icône alternative, de génie précoce, d’auteure capable de changer l’image des femmes à la télévision américaine, la jeune Lena Dunham, 27 ans, continue de raconter dans Girls la vie joyeusement tourmentée de son double, Hannah Horvath, et de ses amies de Brooklyn.

. Huffington Post Québec - Nouvelle volte-face du PLQ sur le port du tchador
Le Parti libéral du Québec (PLQ) effectue une énième volte-face depuis l’automne sur le port du tchador, ce grand voile noir qui crée visiblement un malaise au sein des troupes de Philippe Couillard. Après deux mois de tergiversations, les libéraux ont annoncé mercredi qu’ils s’opposeront à ce qu’une enseignante ou une éducatrice en garderie puisse porter le tchador. Ils ont aussi réitéré qu’une femme recouverte du voile intégral - répandu en Arabie saoudite et en Iran - ne pourra se porter candidate libérale.

. Le Monde - La laïcité, contre vents et marées
Une personne qui n’accepte pas de retirer les signes d’appartenance religieuse importe avec elle son propre projet pédagogique : les enfants musulmans doivent devenir de « bons musulmans ». Ceci a des conséquences : nourriture halal, pas de mixité, jeux différenciés, respect de la prière pour les enfants musulmans – toutes règles qui les différencient des autres. Tel n’est pas le projet pédagogique de la crèche Baby-Loup, qui privilégie au contraire ce que ces enfants de cinquante nationalités différentes ont en commun : l’apprentissage de la langue française, la lutte contre les stéréotypes sexistes dès le plus jeune âge, la mixité et l’égalité entre garçons et filles. Le port du voile n’est pas une affaire vestimentaire anecdotique dont les enfants devraient s’accommoder. Il témoigne d’un prosélytisme passant par les actes plus que par les paroles.

. Le Devoir - Femmes, femmes : mode d’emploi
Lancée mardi soir, la websérie Féminin/féminin est née de deux désirs conjugués : celui de créer une plateforme virtuelle destinée à la communauté lesbienne québécoise, et celui d’offrir une image à la fois réaliste et diversifiée de ladite communauté. Écrit et réalisé par la cinéaste Chloé Robichaud (Sarah préfère la course) à l’initiative de Florence Gagnon, fondatrice du site LSTW (lezspreadtheword.com), Féminin/féminin s’intéresse ainsi aux destins croisés d’un groupe de jeunes femmes, amies dont les péripéties sentimentales et questionnements existentiels se trouvent au centre d’une proposition légère, mais pensante.

. . La Presse - Rien à discuter
Que se passerait-il si, demain matin, un étudiant d’université chrétien demandait à son professeur de ne pas faire équipe avec un étudiant juif ou musulman, ou l’inverse ? Ou si une étudiante informait l’assistant du prof qu’elle préférerait ne pas participer aux ateliers en petits groupes avec les membres de sa classe qui sont de race noire ? Imaginez deux secondes. Vous n’y arrivez pas ? Il faut arrêter de penser qu’il est légitime de débattre du bien-fondé de la ségrégation des femmes et de discrimination à l’égard des femmes commises au nom de la religion.

. 7 sur 7 - La fille de Woody Allen : "J’avais 7 ans. Je voulais que ça s’arrête"
En 1992, Mia Farrow accusait son compagnon d’avoir abusé sexuellement de leur fille adoptive Dylan, qui avait sept ans à l’époque des faits. Faute de preuves, Woody Allen n’a jamais été jugé. Dans le numéro de novembre du magazine Vanity Fair, Dylan ose parler pour la première fois de ses souvenirs "dans le grenier" qui la hantent encore aujourd’hui. "J’avais sept ans, je l’ai fait parce que j’avais peur. Je voulais que ça s’arrête."

. Radio-Canada - Une mère en Nouvelle-Écosse dénonce la prostitution juvénile
Une mère en Nouvelle-Écosse mène une croisade contre la prostitution juvénile après avoir découvert que sa fille offrait son corps pour de l’argent par l’entremise d’un site Internet de petites annonces. « Je me suis sentie comme si je mourais », explique la dame. Elle est identifiée par le faux prénom de Karen, afin de protéger l’identité des membres de sa famille. Une enquête de CBC conclut que le problème de la prostitution juvénile s’aggrave. Les services policiers constatent que de plus en plus de filles, parfois à peine âgées de 13 ans, sont ainsi exploitées.

. Voir - « Québec inclusif » et le syndrome des trois singes
Y a pas de problème, la « charte » est inutile et tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, clament depuis des mois les anti-charte de Québec inclusif. On peut dire qu’ils souffrent du syndrome des trois singes : ils ne voient rien, n’entendent rien et ne disent rien qui risque de déplaire aux intégristes. Si Québec inclusif avait besoin d’un nouveau cas pour se réveiller, Lise Payette vient de nous en donner un dans une récente émission des Francs tireurs (à la 11°e minute) : à l’Institut de gériatrie de Montréal, une infirmière musulmane voilée a refusé de lui faire sa toilette parce que sa religion lui interdit de toucher les parties génitales d’une autre personne !

. Cheek Magazine - Chili - Une nouvelle génération de femmes au pouvoir
L’espoir du Chili se retrouve de nouveau entre les mains d’une femme mais surtout entre celles d’une nouvelle génération de jeunes députés. Parmi eux, deux femmes : elles s’appellent Karol Cariola et Camila Vallejo et elles ont été révélées lors des manifestations étudiantes de 2011, comme l’explique Jol Press. Ce mouvement social, engagé par des étudiants, était le plus grand qu’ait connu le pays depuis deux décennies. Des milliers de personnes réclamaient alors la gratuité des études supérieures, et les chefs de file, à l’image de Karol Cariola et Camila Vallejo, sont depuis passées de la rue aux urnes.

. Le blogue de JBG - Quand Xavier Dolan se trouve original
Il ne s’agit pas ici de remettre en cause la liberté d’expression des artistes dont les œuvres peuvent nous rendre très fiers en tant que peuple, mais seulement de relativiser la portée de certaines de leurs déclarations. Certains artistes ont la fâcheuse tendance d’ériger leurs idées en dogme et s’il fut un temps où celles-ci étaient socialistes, elles sont maintenant devenues largement multiculturalistes. Par analogie douteuse, ces derniers estiment qu’un gouvernement qui « attaque aussi facilement une minorité (la minorité musulmane) » pourrait aussi bien s’en prendre à une autre minorité, à savoir la communauté gaie. L’homosexualité est-elle devenue une religion ? Nous avons ici une expression rarissime de pure démagogie.

. Rue89 - Au Burkina, des femmes excisées revendiquent le droit au plaisir
Honorine a osé devenir sage-femme à l’insu de son père et monter une troupe de théâtre amateur pour libérer la parole féminine. À 33 ans, cette militante ose vivre seule après avoir quitté deux maris. Et elle accepte de témoigner à visage découvert de son dernier acte d’insoumission : en avril, elle a fait reconstruire son clitoris dans une clinique de Ouagadougou. Nourrisson, Honorine avait subi son ablation et celle d’une partie des petites lèvres, la forme d’excision la plus répandue au Burkina.

. Huffington Post - La Charte de la laïcité et le jeu sournois des médias dominants et multiculturalistes
S’il y a un sujet qui a retenu l’attention médiatique pour les bonnes ou les mauvaises raisons depuis ces quatre derniers mois, c’est bien celui de la Charte de la laïcité du gouvernement Marois. Le débat a donné même l’impression par moment, en raison d’une couverture médiatique souvent biaisée, que cette « affaire » était devenue non pas le grand débat sociétal de l’heure, mais une source d’inquiétude terrible qui pouvait nous entraîner dans le meilleur des cas dans une dérive autoritaire digne de la Russie de Poutine, comme l’a d’ailleurs déclaré le philosophe Charles Taylor, et dans le pire des cas nous faire carrément revivre la machination démente du totalitarisme hitlérien, comme l’a suggéré le député libéral Jean-Marc Fournier.

. Les Nouvelles/News - "L’avenir de la Syrie ne doit pas être décidé exclusivement par ceux qui portent les armes"
À une semaine de la conférence "Genève II" sur la Syrie, une cinquantaine de militantes syriennes étaient réunies à Genève sous l’égide d’ONU Femmes et du gouvernement néerlandais. Dans un communiqué, lundi 13 décembre, ces représentantes de la société civile, venues de Syrie ou issues de la diaspora, lancent un appel à un règlement du conflit, « pour mettre un terme à la tyrannie sous toutes ses formes et instaurer un État démocratique, civil et pluraliste. » Alors que 80% des réfugiés et déplacés sont des femmes et des enfants, « l’avenir de la Syrie ne doit pas être décidé exclusivement par ceux qui portent les armes », relevait le ministre néerlandais des Affaires étrangères Frans Timmermans.

. Antisexisme - L’objectivation sexuelle des femmes : un puissant outil du patriarcat – le regard masculin
Dans les années 1930 déjà, la psychanalyste allemande Karen Horney remarquait que tous les hommes possédait un « droit socialement sanctionné […] de sexualiser toutes les femmes, indépendamment de leur âge ou de leur statut ». Ce droit s’exprime quand des hommes inspectent et jugent le corps des femmes. Cette inspection peut s’accompagner de commentaires évaluateurs ou sexuels, qui tendent d’ailleurs à être dénigrants quand ils sont adressés à des femmes racialisées. Le fait d’examiner et de commenter à haute voix le corps des femmes a été considéré comme du harcèlement sexuel par plusieurs auteures.

. L’Actualité - Charte des valeurs : plus unis qu’on peut le penser
D’abord, il faut souligner que hormis la partie de la Charte portant sur l’interdiction des signes religieux, tout le reste du projet de loi fait à peu près l’unanimité. Même Philippe Couillard se disait d’accord avec ce qui constitue les 4/5 du projet de loi actuel. Ensuite, il nous faut constater que sur le principe d’interdire le port de signes religieux, il y a pratiquement unanimité, les différences ayant trait à la portée d’une telle interdiction.

. Radio-Canada - Laïcité et fonction publique en Belgique
« Les signes convictionnels n’ont rien à faire dans la fonction publique bruxelloise : un fonctionnaire n’est pas un panneau publicitaire religieux : il est payé par tous les citoyens, il doit servir tous les citoyens sans afficher ses opinions et sa philosophie. Ni voile, ni croix, ni kippa, ni couteau sikh, ni flambeau laïque, ni slogan ou photo d’un parti ou d’une personnalité politique. Un fonctionnaire se doit d’être neutre ! » Autre pays, même débat. La députée belge du parti fédéraliste démocrate francophone, Fatoumata Sidibé, exposait cette semaine dans le quotidien Le Soir sa proposition au Parlement pour une totale neutralité des fonctionnaires belges. Michel Désautels la reçoit.

. News Republic - L’égalité hommes-femmes enseignée en maternelle : reportage dans une école
L’égalité garçons-filles enseignée de manière à part entière à l’école : une volonté de la ministre déléguée aux Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, expérimentée depuis l’automne dans dix académies et qui doit être généralisée en mars. Reportage avec des enfants de 4 ans à l’école Victor-Hugo de Neuilly-Plaisance, en Seine-Saint-Denis.

. Blogue de Louise Mailloux - Entretien avec la militante laïque Louise Mailloux : le combat laïc ne s’achèvera jamais
Professeure de philosophie, chroniqueuse, auteure de La laïcité, ça s’impose, et d’Une charte pour la nation, militante de la première heure, Louise Mailloux est particulièrement connue pour son combat pour l’émancipation de la femme et pour la laïcité. Dans un entretien qu’elle nous livre, elle ne va pas par quatre chemins pour dénoncer les fossoyeurs de la laïcité et démasquer les extrémistes religieux et leurs ramifications. Entretien réalisé par Saliha Abdenbi pour KU.

. Le Nouvel Observateur - Au Royaume-Uni. Chlamydia, herpès : flambée chez les pré-ados
C’est le public jeune dans son ensemble qui est exposé aux infections sexuellement transmissibles, filles et garçons sur un pied d’égalité. Une enquête menée par le ministère de la Santé au Royaume-Uni révèle que plus de 5 000 jeunes sous la majorité sexuelle sont atteints d’infections sexuellement transmissibles. Les experts précisent que, dans le cas des enfants âgés de moins de 13 ans, il s’agit plus vraisemblablement d’abus sexuels que d’une sexualité active.

. Elle France - Françoise Héritier : « Celui qui a les mots a le pouvoir »
Elle ensoleille notre journée ! C’est la première expression « toute faite » qui vient à l’esprit en saluant, par un soir d’hiver, Françoise Héritier, célèbre anthropologue et professeure au Collège de France, féministe et spécialiste de l’inégalité entre les sexes, qui publie ces temps-ci « Le Goût des mots » (éd. Odile Jacob). Une fantaisie d’érudite, un jeu d’enfant où elle revient sur son rapport proustien aux mots. L’occasion de revenir sur les mots de l’année avec cette femme au savoir jamais dogmatique, à la finesse toujours bienveillante et à l’optimisme contagieux.

. Ozap - Meryl Streep s’en prend à Walt Disney : "Il était sexiste et soutenait un lobby antisémite"
Si Meryl Streep a salué le travail d’Emma Thompson dans "Dans l’ombre de Mary - La promesse de Walt Disney", celle-ci a profité de son passage sur scène pour évoquer Walt Disney, le vrai, dans des termes beaucoup moins élogieux. La comédienne a en effet accusé le célèbre cinéaste de sexisme. Meryl Streep a également assuré que Walt Disney "soutenait un lobby professionnel antisémite" avant de le qualifier à nouveau de "sexiste" et de lire une lettre envoyée par le cinéaste en 1938 à une jeune femme désirant travailler à ses côtés. "Les femmes ne participent pas au travail créatif en lien avec la préparation des cartoons pour le cinéma, puisque cette tâche est entièrement réalisée par de jeunes hommes".

. La Presse - Prostitution : Ottawa veut criminaliser les clients
Lors d’un entretien téléphonique avec La Presse, hier, M. MacKay a déclaré qu’il étudierait ce qui se fait ailleurs dans le monde afin de répondre à la décision de la Cour suprême du mois de décembre, qui a invalidé trois dispositions du Code criminel relatives à la prostitution. Mais d’emblée, le politicien fédéral a manifesté son intérêt pour le modèle suédois, dont la France s’est récemment inspirée. Cette approche criminalise l’achat de services sexuels par les clients, plutôt que la sollicitation par les prostitués, comme c’est le cas au Canada pendant encore un an.

. Infokiosques.net - Sous le tapis le pavé
Les violences sexistes dans les milieux militants qui se renvendiquent anti-sexistes et anti-autoritaires. L’idée, c’était de se rencontrer et de parler ensemble, en non-mixité, de ces violences sexistes que nous connaissons toutes. En effet, à bien des reprises, notre groupe s’est trouvé être le seul lieu où des copines venaient parler de ça, des violences dans leur couple, qu’elles subissaient et dont elles ne savaient pas quoi faire, ni comment en sortir. Il était vraiment temps pour nous de discuter de cette réalité autrement qu’en ambiance de confidence et de montrer le pavé caché sous le tapis ! À quoi ressemblent-elles ces violences sexistes ?

. Le Devoir - Les femmes de trop
A priori, l’histoire survenue dans un cours de sociologie de l’Université York à Toronto est invraisemblable : un établissement peut permettre à un étudiant de refuser de côtoyer des femmes dès lors qu’il invoque des motifs religieux. Mais de nos jours, il faut se méfier du mot « invraisemblable » : ce qui ne pouvait s’imaginer hier (une éducatrice arborant le niqab dans une garderie montréalaise par exemple) trouve aujourd’hui en un rien de temps d’ardents défenseurs appelant à la tolérance comme si l’interaction hommes-femmes n’avait aucune importance. L’affaire de l’Université York appartient à la même lignée : le refus de l’autre désormais accepté là où l’on se serait attendu qu’elle cause la plus profonde des indignations.

. Libération - Droits des femmes : les ambivalences de la Constitution tunisienne
Un article adopté mardi consacre « l’égalité entre citoyens et citoyennes ». Mais des craintes demeurent. C’est l’une des dispositions les plus commentées, les plus saluées à l’étranger, de la nouvelle Constitution tunisienne, examinée depuis une semaine à l’assemblée. Mardi, les élus ont approuvé, à la quasi-unanimité, l’article 20 : « Les citoyens et les citoyennes sont égaux en droits et devoirs. Ils sont égaux devant la loi sans discrimination aucune. » Ancienne présidente de l’Association tunisienne des femmes démocrates (ATFD), Ahlem Belhaj y voit tout de même « une victoire, car l’égalité est un principe acquis ». Avant de nuancer : « On n’a pas obtenu ce qu’on veut, mais on a évité le pire, grâce à la résistance de la société civile. »

. Le Huffington Post Québec - Guy Turcotte s’adressera à la Cour suprême pour tenter d’invalider la tenue d’un nouveau procès
La cause de Guy Turcotte, qui avait été jugé non criminellement responsable du meurtre de ses deux enfants, était de retour au Palais de justice de Saint-Jérôme, ce vendredi matin, afin de déterminer la date du nouveau procès. Malgré ce nouveau rebondissement dans le dossier Turcotte, le procureur de la Couronne, René Verret, a tenté d’obtenir une date pour le procès. Mais le juge Marc David, celui-là même dont la décision a été renversée, a reporté la cause au 4 avril afin d’attendre la décision du plus haut tribunal du pays.

. DROIT-INC - Un avocat...présumé agresseur sexuel
Afin que des accusations criminelles soient déposées contre un avocat de renom l’ayant agressée alors qu’elle avait 14 ans, une jeune femme s’adresse au ministre de la Justice... En juin 2009, elle a déposé une plainte criminelle contre son agresseur. Durant les deux enquêtes menées par les policiers, une dizaine de témoins, dont une autre jeune victime, ont été rencontrés. Ils ont tous corroboré les faits. L’homme, également collecteur de fonds du Parti libéral, a aussi échoué le test du polygraphe, « notamment lorsqu’on lui a demandé s’il avait déjà touché la vulve de la jeune victime », souligne la lettre que son avocat, Marc Bellemare, a envoyée au ministre de la Justice et dont le Journal a obtenu copie. Pétition sur AVAAZ.

. Le Devoir - Université York - Un prof réclame une charte pour le Canada
Un professeur de l’Université York qui s’est fait reprocher par sa direction de ne pas avoir accommodé un étudiant refusant de travailler avec des femmes estime que le Canada devrait s’inspirer du Québec et exclure le religieux de la sphère publique. Selon Paul Grayson, en aucun cas les croyances des uns ne devraient être imposées aux autres et en ce sens, la charte des valeurs du ministre Bernard Drainville, y compris l’interdiction du port de signes religieux, est une bonne idée.

. Je suis féministe - Une critique féministe du Bye Bye 2013
L’absence de femmes. C’est ce qui m’a le plus marquée à la fin de ce Bye Bye : où étaient les femmes ? Est-ce dire que les femmes n’ont pas fait l’actualité en 2013 ? Je ne le pense pas. Est-ce lié au fait qu’on ait invité un grand nombre d’humoristes pour participer, et qu’il s’agit d’un milieu très masculin ? Peut-être. Dans le making-off, on mentionne que le choix du retour de Louis Morissette et sa bande s’est fait à cause du manque de femmes dans l’équipe initiale, et que « Jean-François Mercier ne peut pas jouer Pauline Marois ». Et puis cette excuse me semble bidon ; ce n’est pas comme si on manquait de comédiennes au Québec.

. Les Nouvelles News - En Italie, les enfants pourront-ils enfin prendre le nom de leur mère ?
Dans un arrêt rendu mardi 7 janvier, la Cour européenne des droits de l’homme a jugé discriminatoire la règle en vigueur en Italie qui empêche les mères de transmettre leur nom à leur enfant.
La CEDH avait été saisie par un couple de Milanais. Alessandra Cusan et Luigi Fazzo mènent depuis 15 ans une bataille judiciaire pour que leurs trois enfants puissent porter le nom de leur mère, Cusan. Cela fait 20 ans que le Conseil de l’Europe appelle les États à « établir une égalité stricte entre le père et la mère pour la transmission du nom aux enfants ».

. Le Devoir - Les bébés conçus par procréation médicalement assistée seraient plus à risque
L’étude australienne confirme que les traitements d’infertilité se traduisent fréquemment par des problèmes chez les nourrissons. Les bébés conçus par procréation médicalement assistée (PMA) présentent un risque nettement plus élevé que les autres de mort néonatale, d’être morts-nés, de naître prématurément ou de souffrir d’une insuffisance de poids à la naissance, démontre une nouvelle étude réalisée par des chercheurs australiens. Les scientifiques ont étudié quelque 300 000 naissances survenues dans le sud de l’Australie depuis 17 ans, y compris la naissance de 4300 bébés conçus par PMA.

. Francs-tireurs TQ - Entrevue Lise Payette
Lise Payette, féministe et souverainiste. Féministe par ses racines, celles de sa grand-mère, Marie-Louise, dont on a appris à connaître les maximes. Et féministe par ce que lui a enseigné le travail de terrain plutôt que les livres. Lise Payette a consacré sa vie aux femmes, sa plus grande source d’inspiration et d’ambition. Elle aurait souhaité, en tant que première ministre dédiée à la condition féminine, en faire plus lors de ses années en politique. Elle en aura finalement fait plus par ses milliers d’heures à la télévision et ses milliers d’auditeurs. Aux Francs-tireurs, c’est elle qui doit cette fois répondre aux questions de Benoît Dutrizac.

. Slate France - Le viol et les romans de femmes
Que les livres écrits par des femmes soient mis en avant n’est pas important que pour les femmes qui les écrivent, et pour le principe de créer de la mixité dans les lauriers. Je me suis rendue compte qu’un bon nombre de personnages de la dernière rentrée littéraire avaient été violés. En dressant cette liste, je me suis aperçue que tous les auteurs de ces romans étaient des femmes.

. Huffington Post Québec - Les veuves de la mafia
Soumises, elles aussi, comme le sont leurs maris à la loi du silence, l’omerta, ces femmes (de mafioso) endurent sans mot dire ces tragédies qui ont façonné au fil des siècles cette société marginale qu’est la mafia. Elles jouent un rôle crucial dans la pérennité de la mafia en se mariant à des hommes de la mafia et en donnant la vie à de futurs mafieux. Le mariage cimente à jamais ces familles. Ces femmes ont été les témoins de tractations qui ont fait ou anéanti des leaders. Elles sont les gardiennes des secrets de leurs hommes, vainqueurs ou vaincus.

. Slate France - La "masculinisation" des naissances touche-t-elle la France ?
À l’échelon international il s’agit d’un sujet que l’on veut ignorer. C’est un document dérangeant que vient de publier l’Institut national d’études démographiques (Ined). Il actualise les données disponibles concernant la pratique de l’avortement sélectif des fœtus de sexe féminin. Le phénomène est connu et dénoncé depuis une vingtaine d’années en Chine et dans une partie du sous-continent indien. Il a commencé à être décrit il y a plus d’une dizaine d’années dans deux régions d’Europe orientale : le Sud du Caucase et l’Ouest des Balkans autour de l’Albanie. Le rapport de masculinité à la naissance se situe entre 110 et 117.

. Je suis féministe - Les femmes changent la lutte : au-delà du sexisme et des inégalités, le militantisme des femmes se conjugue au pluriel !
Bien que le sexisme, la division sexuelle du travail et les inégalités hommes-femmes dans la lutte étudiante constituent l’un des aspects centraux du livre Les femmes changent la lutte. Au cœur du printemps québécois. (les éditions du remue-ménage, 2013), ils sont loin d’être les seuls sujets abordés. En effet, dès le début de ce projet, nous avons eu à cœur de démontrer d’abord et avant tout l’importance de la mobilisation des femmes dans ce mouvement social historique. Nous avons souhaité mettre en lumière la diversité des militantes, de leurs actions et des groupes dans lesquels elles se sont investies afin de s’assurer que leurs contributions au printemps érable ne soient pas relayées aux encadrés et notes de bas de page des futurs manuels d’histoire.

. Le Grand soir - Au-delà des larmes des hommes
L’interrogation première de Pınar Selek était simple : qu’est-ce qui transforme au fil des années un innocent enfant en un adulte assassin ? La construction sociale de la violence, son lien avec la “virilité” et le service militaire — mais aussi de manière plus générale la (re)production de sociétés autoritaires et hiérarchiques et l’organisation de l’oppression des femmes — se trouvent au cœur de Devenir un homme en rampant. À l’heure où se développent des discours masculinistes sur les hommes comme “victimes de la domination masculine”, Pınar Selek nous permet de penser plus loin. Dans la ligne des travaux sur les hommes comme dominants, elle nous invite ici à une profonde analyse des liens entre la construction sociale des hommes et la production structurelle du pouvoir masculin et de la hiérarchie sociale.

. Entre les lignes entre les mots - La violence de base d’un acte sexuel non désiré
Judith Trinquart souligne la légitimation du recours à la prostitution dans la société. Certains points (de son étude) et en particulier la notion de « décorporalisation » sont d’un apport important pour la compréhension de situations dans le système prostitueur. Judith Trinquart indique que c’est « l’aspect « propagation des maladies vénériennes » qui prédomine dans les approches médicales et de santé publique ». Il conviendrait d’ajouter aujourd’hui la propagation du VIH.

. Le Devoir - Jeunes parents diplômés en difficulté financière - Le nouveau visage de « l’insécurité alimentaire »
Près d’un Canadien sur 10 souffre « d’insécurité alimentaire », révèle une étude récente de Statistique Canada. Les femmes et les enfants sont les premières victimes. Même des jeunes bardés de diplômes — et qui travaillent — sont forcés de recourir aux banques alimentaires. Zoom sur un nouveau phénomène. La vie jusque-là sans histoire de Béatriz Rivera a basculé en mars 2011. Elle a été congédiée par la société d’assurance où elle occupait un poste bien rémunéré lorsque son patron a appris qu’elle était enceinte. « Ils ont mis mes effets personnels dans un grand sac noir et ils m’ont dit de quitter les lieux sur-le-champ », raconte la femme de 33 ans.

. Slate France - Pourquoi le cinéma a besoin de l’Oscar de la meilleure réalisatrice (et de féminiser tous les prix)
Selon une infographie de la New York Film Academy (vous pouvez la consulter en bas de l’article), une femme est plus de 2,5 fois plus susceptible qu’un homme de se retrouver partiellement dénudée à l’écran, et on compte 2,25 personnages hommes pour une femme. Toujours selon cette même infographie, les femmes se taisent au cinéma : elles ne comptent que pour 30,8% des rôles parlant dans le top 500 des films sortis entre 2002 et 2007.De même, passer ces films à la moulinette du test de Bechdel donne un résultat édifiant : ils sont nombreux à être recalés.

. Le Devoir - Pour en finir avec la "cage aux phobes"
La "cage aux phobes" de Muray fait référence à tous ces suffixes phobiques qu’on attribue à ses opposants politiques, à ceux qui sont en désaccord avec nous et qui pensent de façon différente. Elles sont bien connues, ces phobies : homophobie, islamophobie, xénophobie, anglophobie, francophobie, pour ne nommer que celles-ci. Muray observait qu’une "opération de médicalisation systématique" de la société, en parlant de la France, était en cours, que toute opinion contraire à "la juste ligne" d’une certaine élite bien-pensante était régie par la rectitude politique et par les tribunaux dans plusieurs cas. Cette "médicalisation" (est) applicable pleinement au Québec.

. Journal des Femmes - Violences conjugales : comment les déceler ?
La violence conjugale a lieu dans l’intimité du couple. Pourtant, certains signes peuvent alerter l’entourage. Françoise Brié, vice-présidente de Solidarité Femmes, fait le point. "Une victime de violences conjugales ne se repère pas au premier abord", prévient Françoise Brié. Bien souvent, les femmes battues ou harcelées moralement dissimulent les signes alarmants. "Elles ont tellement honte, elles se sentent coupables". Quelques comportements peuvent cependant mettre la puce à l’oreille. Dénigrement à répétition, signes de fatigue ou de dépression sont des indices à ne pas sous-estimer.

. La Presse - Utah : la Cour suprême américaine suspend le mariage gai
Fin décembre, l’État a fait appel à la Cour suprême pour suspendre une décision de justice qui a déclaré « inconstitutionnelle » une loi de 2004 interdisant le mariage entre personnes de même sexe. Dans une brève décision, la juge progressiste Sonia Sotomayor chargée du dossier à la plus haute instance judiciaire du pays a accepté lundi la demande du gouverneur de l’Utah et de son ministre de la Justice Sean Reyes, et suspendu les mariages homosexuels « dans l’attente d’une décision finale de la cour d’appel du 10e circuit », selon ce document.

. Le Devoir - Le voile et la pureté
Pendant de nombreuses années, j’ai travaillé auprès de nouveaux arrivants, dans les Centres de francisation et d’intégration des immigrants du gouvernement du Québec. J’ai été en contact avec beaucoup de femmes voilées et avec leurs familles. Ce que j’entends et lis aujourd’hui dans les médias ne correspond que rarement aux témoignages des principales intéressées. En général, les femmes voilées ne choisissent pas de porter le voile. Il leur est imposé par le milieu familial. Ces femmes, voilées contre leur gré, on ne les entend pas à la télévision et on ne les entendra jamais, car si elles parlent, elles seront amèrement punies.

. Les Nouvelles/News - Polémique "Tomboy" : contre le cinéma pour tous
Des mouvements remettent en cause le choix du film "Tomboy" proposé par l’association École et Cinéma. Mais pourquoi ce portrait d’une fille qui se cherche en garçon dérange-t-il ? La mobilisation contre le mariage pour tous et la rage contre le concept de genre sont passées par là. Ce film sur la façon dont les enfants se cherchent avant l’adolescence traite avec talent d’identités sexuelle et sociale, sans intellectualisme ni jugement. Mais visiblement le sujet dérange.

. Le Journal du dimanche - Vallaud-Belkacem : "La mixité hommes-femmes, une clé pour la compétitivité"
Il faut briser le cercle qui assigne une profession à un sexe plutôt qu’un autre. La mixité émerge si elle s’inscrit dans un projet commun pour faire évoluer un métier et son image tout à la fois. Il n’y a qu’un tout petit nombre de métiers qui créent des contraintes physiques telles qu’ils ne peuvent être proposés qu’à des hommes. Prenons l’exemple de la banque. Il y a vingt ans, les postes de cadres n’étaient occupés que par des hommes. Aujourd’hui, des femmes comme des hommes exercent les métiers de conseillers ou de directeurs d’agence. Les clients s’y retrouvent, car ils ont désormais des interlocuteurs à leur image.

. Slate France - En Turquie, les intellectuels libéraux ont-ils joué les « idiots utiles » des islamistes ?
Culturellement et socialement, tout opposait les intellectuels turcs « libéraux » (de gauche ou de droite), agnostiques voire athées, occidentalisés, pro-européens, et les islamo-conservateurs. Or, l’alliance informelle qui les a réunis pendant près de dix ans s’est avérée vitale et décisive pour le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, au pouvoir depuis 2003, et son Parti de la justice et du développement (AKP). Ces intellectuels libéraux ont joué un rôle largement plus important que peut ne le laisser croire leur petit nombre et leur poids électoral.

. À dire d’elles - En 2014, s’inspirer des justes pour lutter contre la morosité
J’ai du retard cette année pour les voeux. Il m’a fallu plus de temps pour me "remettre" dans le bain de l’écriture, après un mois de décembre réservé à Melanie et une petite pause militante. En outre il s’est passé tellement de choses depuis le vote à l’Assemblée de la loi pour l’abolition de la prostitution, et le moins qu’on puisse dire, pas toutes réjouissantes, il n’est pas simple de tout rattraper, tout dire, et surtout, d’appliquer une "résolution" qui n’est pas que de nouvelle année, celle de lutter contre la morosité.

. La Presse - Constitution : la Tunisie rejette la charia
La Constituante tunisienne, où les islamistes d’Ennahda sont majoritaires, a adopté samedi les premiers articles de la future Constitution, garantissant la liberté de conscience et rejetant l’islam comme source de droit, conformément à un compromis avec l’opposition. Ennahda s’était rangée dès le printemps 2012 derrière la formulation de l’article Premier, déjà inscrite dans la Constitution de 1959, renonçant ainsi à introduire la charia (loi islamique) dans la Loi fondamentale. Les deux premiers articles, non amendables, définissent la Tunisie comme une République guidée par la « primauté du droit », un État « libre, indépendant, souverain » et « civil » dont la religion est l’islam.

. Agence Inter Press News - Une femme se bat pour la réduction du carbone
Regardant les ravages colossaux du typhon Haiyan en novembre, Graciela Chichilnisky, un professeur de l’Université de Columbia, sait certainement une chose : le changement climatique causera probablement plus de ces tempêtes massives, menaçant l’existence même de l’humanité. En tant que l’un des principaux experts des changements climatiques au monde et créatrice du marché du carbone qui figure dans le traité sur les émissions du Protocole de Kyoto, Chichilnisky sait aussi qu’il ne s’agit pas de quelque chose de nouveau. Chichilnisky, une économiste et mathématicienne de renommée mondiale, a aussi fait des cherches pour trouver des réponses, publiées dans une grande partie de ses travaux académiques qui sont composés de 14 livres et de 250 articles dans des principales revues académiques.

. Radio-Canada - Obamacare : pas d’injonction sur la contraception, plaide Washington
L’administration du président Barack Obama demande à la Cour suprême des États-Unis de ne pas accorder à des groupes religieux une injonction qui leur permettrait de se soustraire à l’obligation d’offrir une assurance maladie qui couvre des méthodes de contraception. Une injonction temporaire a été accordée mardi par la juge Sonia Sotomayor à des organismes catholiques, quelques heures à peine avant l’entrée en vigueur, le 1er janvier 2014, de la loi sur l’assurance maladie de l’administration Obama, l’Affordable Care Act, rebaptisée Obamacare. Dans sa décision, la juge donnait jusqu’à 10 h vendredi au gouvernement fédéral américain pour se plier à cette décision.

. Gazette des femmes - Métiers traditionnels : les oubliés des féministes ?
Les luttes féministes ont grandement contribué à ouvrir les portes aux femmes des professions autrefois dites masculines, comme le droit et la médecine. Pourtant, les travailleuses canadiennes se concentrent toujours dans les métiers traditionnellement féminins… et mal payés. Ne serait-il pas temps de leur venir en aide, à elles aussi ? Enseignantes, infirmières, secrétaires, aides à domicile, vendeuses, caissières, esthéticiennes, serveuses : malgré une légère baisse dans les 20 dernières années, 67 % des femmes occupaient toujours des emplois à prédominance féminine en 2009, selon Statistique Canada.

. TV5 – Les Terriennes - Camille Claudel ou la "liberté à grands cris"
À l’occasion du 70ème anniversaire de la mort de Camille Claudel (1864-1943), le musée Rodin à Paris consacre une exposition/hommage à cette sculptrice tourmentée. "Ce n’est pas ma place au milieu de tout cela. Il faut me retirer de ce milieu. Après 14 ans d’une vie pareille, je réclame la liberté à grand cris", écrivait l’artiste Camille Claudel (1864-1943) de son asile de Montdevergues en 1927. Elle implorait son frère, le poète Paul Claudel de la faire sortir de l’hôpital où elle avait été internée en 1913. Sa liberté ? Celle de créer, de sculpter. Un rêve vers lequel elle a toujours tendu, qui l’a animée même, tout au long de sa vie.

. Feminada - Un compromis patriarcal
Selon Lisa Wade, un compromis patriarcal (patriarchal bargain en anglais) est la décision d’accepter des règles de genre qui désavantagent les femmes en échange d’un bénéfice qu’on peut tirer du système patriarcal. Il s’agit d’une stratégie individuelle qui sert à manipuler le système à son avantage, mais qui laisse ce dernier intact. Dans la vie de tous les jours, nous acceptons ce genre de compromis à différents degrés et contribuons ainsi à solidifier les normes du système. En dépit de tous les gains obtenus par les femmes, la majorité d’entre nous ne sommes pas prêtes à complètement renoncer à ce compromis patriarcal.

. L’Actualité - Avortement : légal au Canada, interdit à l’étranger ?
Le gouvernement Harper tient des discours contradictoires selon les auditoires : l’avortement serait légal et acceptable pour les Canadiennes, mais pas pour les étrangères. En politique interne, le dossier est clos, mais on le rouvre allègrement quand on sort de nos frontières. Les Conservateurs ont-ils perdu le compas moral dont ils aiment tant se réclamer ? Parions plutôt que ces incohérences sont le résultat d’un calcul politique du gouvernement, qui exporte, comme des déchets toxiques, les idées de ses indispensables alliés de la droite religieuse, qui lui feraient perdre le pouvoir si elles étaient déployées ici.

. Huffington Post Québec - Non, Les hommes ne sont pas violents depuis le début du monde !
La thèse voulant que l’humanité ait toujours été en guerre est de plus en plus souvent contestée par des spécialistes de la préhistoire. Marylène Patou-Mathis, préhistorienne du Musée national d’histoire naturelle de Paris, déboulonne ce mythe avec brio et érudition dans son récent ouvrage : Préhistoire de la violence et de la guerre. Elle montre qu’aucune trace de guerre n’existe dans la préhistoire de l’humanité. Nulle trace de guérillas entre les groupes, nulle preuve de massacres de masse n’ont été observées avant le Néolithique, cette période marquée par de profondes mutations techniques et sociales liées à la naissance d’une économie de production. C’est donc à partir du Néolithique seulement, qu’on peut noter des scènes de violence dans l’art pariétal.

. Nouvel Observateur - Cachons ce féminin que nous ne saurions voir au pouvoir : de la résistance des FrançaisEs à la féminisation des titres glorieux
En tant que chercheuse, Maria Candea s’intéresse particulièrement aux phénomènes de parole qui échappent au contrôle conscient, aux accents socialement valorisés ou stigmatisés, à l’enseignement de l’oral et aux politiques de lutte contre les discriminations dans l’Education nationale. En tant que militante féministe elle s’intéresse surtout à l’éducation anti-sexiste et aux pratiques non politisées de déconstruction des normes de genre. Il semble que la résistance à la féminisation des noms de métiers et des titres lorsqu’ils s’appliquent aux femmes est plus importante en France que dans d’autres pays francophones comme la Suisse ou le Canada...

Mis en ligne sur Sisyphe, janvier 2014


Fils de presse de l’année 2013

- Fil de presse, janvier 2013
- Fil de presse, février 2013
- Fil de presse, mars 2013
- Fil de presse, avril 2013
- Fil de presse, mai 2013
- Fil de presse, juin 2013
- Pas de fil de presse en juillet. Vacances.
- Fil de presse, août 2013
- Fil de presse, septembre 2013
- Fil de presse, octobre 2013
- Fil de presse, novembre 2013
- Fil de presse, décembre 2013


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Sisyphe



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2014
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin