| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mercredi 1er août 2018

Fil de presse, août 2018

par Sisyphe






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Fil de presse, octobre 2018
Fil de presse, septembre 2018
Fil de presse, juin 2018
Fil de presse, mai 2018
Fil de presse, avril 2018
Fil de presse, mars 2018
Fil de presse, février 2018
Fil de presse, janvier 2018
Fil de presse, décembre 2017
Fil de presse, novembre 2017
Fil de presse, octobre 2017
Fil de presse, septembre 2017
Juillet 2017 - Bonnes vacances et belles lectures !
Fil de presse, août 2017
Fil de presse, juin 2017
Fil de presse, mai 2017
Fil de presse, avril 2017
Fil de presse, mars 2017
Infolettre de Sisyphe, mars 2017
Fil de presse, février 2017
Fil de presse, janvier 2017
Fil de presse de Sisyphe, décembre 2016
Fil de presse de Sisyphe, novembre 2016
Fil de presse de Sisyphe, octobre 2016
Fil de presse de Sisyphe, septembre 2016
Infolettre de Sisyphe, août 2016
Fil de presse de Sisyphe, août 2016
Infolettre de Sisyphe, juin 2016
Fil de presse, juin 2016
Fil de presse, mai 2016
Fil de presse, avril 2016
Fil de presse, mars 2016
Semaine du 8 mars 2016 : activités et publications
Infolettre de Sisyphe, mars 2016
Fil de presse, février 2016
Fil de presse, janvier 2016
Infolettre de Sisyphe, janvier 2016
Fil de presse, décembre 2015
Infolettre de Sisyphe, novembre 2015
Fil de presse, novembre 2015
Infolettre de Sisyphe, décembre 2015
Infolettre de Sisyphe, octobre 2015
Fil de presse, octobre 2015
Fil de presse, septembre 2015
Fil de presse, août 2015
Fil de presse, juin 2015
Infolettre de Sisyphe, juin 2015
Fil de presse, mai 2015
Fil de presse, avril 2015
Infolettre de Sisyphe, avril 2015
Fil de presse, mars 2015
Infolettre de mars 2015, Journée internationale des femmes
Infolettre de Sisyphe, février 2015
Fil de presse, février 2015
Infolettre de Sisyphe, spécial "Charlie Hebdo", janvier 2015
Fil de presse, janvier 2015
Fil de presse, décembre 2014
Infolettre, décembre 2014 - Polytechnique 6 décembre 1989 : nous ne les oublions pas
Infolettre de Sisyphe, novembre 2014
Fil de presse, novembre 2014
Infolettre de Sisyphe, octobre 2014
Fil de presse, octobre 2014
Fil de presse, septembre 2014
Fil de presse, août 2014
Infolettre de Sisyphe, juin 2014
Fil de presse, juin 2014
Fil de presse, mai 2014
Infolettre de Sisyphe, mai 2014
Infolettre de Sisyphe, avril 2014
Fil de presse de Sisyphe, avril 2014
Infolettre de Sisyphe, mars 2014
Fil de presse, mars 2014
Fil de presse, février 2014
Fil de presse, janvier 2014
Infolettre de Sisyphe, décembre 2013
Fil de presse, décembre 2013
Fil de presse, novembre 2013
Fil de presse, octobre 2013
Fil de presse, septembre 2013
Fil de presse, août 2013
Infolettre de Sisyphe, juin 2013
Fil de presse, juin 2013
Fil de presse, mai 2013
L’Infolettre de Sisyphe, mai 2013
Infolettre de Sisyphe, avril 2013
Fil de presse, avril 2013
Infolettre de Sisyphe, 8 mars 2013
Fil de presse, mars 2013
Fil de presse, février 2013
Infolettre thématique de Sisyphe : femmes, laïcité et droits
Fil de presse, janvier 2013
Infolettre de Sisyphe, décembre 2012
Fil de presse, décembre 2012
Infolettre de Sisyphe, octobre 2012
Fil de presse, novembre 2012
Fil de presse, octobre 2012
Fil de presse, septembre 2012
Fil de presse, août 2012
Fil de presse, juillet 2012
Infolettre de Sisyphe, 13 juin 2012
Fil de presse, juin 2012
Infolettre de Sisyphe, mai 2012 - Conflit étudiant au Québec et autres sujets
Fil de presse, mai 2012
Infolettre de Sisyphe, avril 2012
Fil de presse, avril 2012
L’Infolettre de Sisyphe, mars 2012
Fil de presse, mars 2012
Infolettre de Sisyphe, février 2012
L’Infolettre de Sisyphe, février 2012
L’Infolettre de Sisyphe, janvier 2012
Fil de presse, février 2012
Fil de presse de Sisyphe, janvier 2012
Infolettre de Sisyphe, 30 octobre 2011







. Radio-Canada - Agressions sexuelles : la police a-t-elle vraiment modifié ses pratiques ?
Plusieurs services de police au Canada affirment avoir modifié la manière dont sont traitées les plaintes pour agressions sexuelles depuis un an. Si le nombre de déclarations jugées "sans fondement" par les policiers a diminué, le volume d’accusations est resté stable. Même s’il reconnaît une certaine avancée dans le traitement de ces dossiers, l’avocat à l’origine des révélations Blair Crew, affirme que rien ne prouve qu’il y a eu des changements dans les services de police, dans leur manière de traiter des allégations d’agression sexuelle. "Une partie des changements [effectués par la police] n’est que de la poudre aux yeux." Plusieurs agents écrivaient leurs rapports de sorte que ceux-ci soient classés comme étant "infondés" alors qu’ils étaient en fait "non corroborés", explique Jordan Buchanan, un détective de la police municipale. Mais pour Blair Crew ce changement de catégorie ne résout pas le fond du problème : "Ça ne paraît pas bien de dire qu’on ne croit pas les femmes, donc à la place nous allons classer [les plaintes] d’une autre manière". Selon un rapport de Statistique Canada, seulement 5% des incidents ont été signalés à la police par les victimes.

. Savoirs & Connaissances - Un recueil de 100 textes d’écrivaines à étudier en classe
Les éditions des femmes-Antoinette Fouque qui ont, depuis 1973, largement contribué à faire connaître les œuvres des femmes ont souhaité, avec le Salon des Dames, les faire cette fois entrer de plain-pied dans la culture commune à travers l’éducation, permettant ainsi aux élèves d’avoir accès à d’autres visions du monde, à un plus large abord de la création humaine. Des femmes en littérature est né de ce désir et de l’accueil enthousiaste de Belin Éducation, par ailleurs partenaire historique du très pionnier Dictionnaire universel des créatrices initié par Antoinette Fouque. Cette anthologie de cent textes à étudier en classe offre, conformément aux programmes officiels du collège, un panorama complet des grandes œuvres littéraires écrites par des femmes du Moyen Âge à nos jours : romancières, poétesses, penseuses et dramaturges, auteures incontournables ou à redécouvrir. Vive et vivante, elle propose des rencontres passionnantes avec les oeuvres et leurs auteures à travers des présentations originales, des documents iconographiques qui font découvrir de grandes artistes, et "des repères culturels" qui rappellent l’état des connaissances sur les sujets abordés. Elle est accompagnée de nombreuses ressources pédagogiques pour enrichir l’étude des textes.

. Jeune Afrique - Violences faites aux femmes : "La classe politique marocaine est trop lente"
Le calvaire subit par Khadija, une jeune fille de 17 ans séquestrée, violée et torturée, secoue le Maroc depuis la mise en ligne de son témoignage en vidéo, le 21 août. Khadija Ryadi, ancienne présidente de l’Association marocaine des droits humains (AMDH), évoque un problème de fonds et met en cause le retard dans l’adoption de la loi protégeant les victimes, qu’elle juge par ailleurs "insuffisante". Le drame de la jeune Khadija intervient quelques mois après l’adoption par le Maroc d’un texte de loi visant à combattre les violences faites aux femmes. Pour Khadija Ryadi, militante de gauche et ancienne président de l’Association marocaine des droits humains (AMDH), "si ceux qui agressent des femmes sont sûrs de leur impunité, c’est aussi du fait du retard accusé dans l’adoption d’une loi protégeant les victimes. La classe politique marocaine est trop lente. La nouvelle loi, adoptée début 2018, ne rentrera d’ailleurs en vigueur qu’en septembre…"

. Le Journal de Montréal - Le premier gars de char était une femme
Le 5 août 1888, Carl Benz dormait tranquillement chez lui, à Mannheim en Allemagne.
Deux ans plus tôt, il avait obtenu le premier brevet accordé à un véhicule automobile pour un tricycle équipé d’un monocylindre de 954 cm3 qui produisait 0,6 cheval à 250 tours/minute. Il n’avait ensuite fait rien de plus que le tour du bloc, sur cette machine à l’air fragile. Ce matin-là, son épouse Bertha poussa doucement la troisième version du Benz Patent-Motorwagen hors de l’atelier avec l’aide de ses fils Eugen et Richard, 15 et 13 ans, les aînés de leurs quatre enfants. Parce que Bertha Benz avait décidé de partir elle-même aux commandes de cette machine, question de démontrer enfin tout son potentiel à son créateur, qui en doutait beaucoup trop à son goût. Faire démarrer ce moteur primitif, qui était même dépourvu de carburateur, était déjà un exploit. Si Bertha Benz y est arrivée, c’est qu’elle connaissait et comprenait le fonctionnement de cette mécanique, dont elle avait suivi le développement de près. Carl Benz a certes imaginé et développé la machine mais c’est Bertha Benz qui a inventé l’automobile telle qu’on la connaît depuis cent-trente années. Bertha Benz fut enfin intronisée au panthéon de l’automobile en 2016.

. La Presse - Les super-infirmières interpellent les politiciens
Les infirmières praticiennes spécialisées du Québec, communément appelées super-infirmières, sont parmi les mieux formées au pays, mais aussi celles qui ont le moins de pouvoirs comparativement à leurs consoeurs des autres provinces. Alors que la campagne électorale bat son plein, l’Association des infirmières praticiennes spécialisées du Québec (AIPSQ) souhaite que tous les partis s’engagent à leur permettre d’exercer plus d’activités médicales et à leur concéder une plus grande autonomie. Les super-infirmières demandent un assouplissement de certaines lignes directrices encadrant leur pratique qui "contribuent présentement à un ralentissement du système", ajoute Mme Laliberté, présidente de l’AIPSQ. C’est sans compter le fait que ces multiples consultations ont un impact financier, souligne-t-elle.

. Le Journal de Québec - #FemmesElection2018. Démagogie pseudo-féministe
En fait, le réquisitoire de Rizqy et de St-Pierre a vulgairement instrumentalisé les femmes et le féminisme dans le but d’attaquer un adversaire. De manière tellement démesurée qu’elle heurte le bon sens. Dans leur attaque exagérée et excessive envers François Legault, MM Rizqy et St-Pierre ont commodément oublié leur propre formation politique, laquelle prête flanc à un traitement... à la Rizq-St-Pierre. Après tout : Trois élus libéraux récents (Sklavounos, Paradis, Yves St-Denis) ont eu des comportements douteux envers les femmes ; Une ministre de la condition féminine du Couillard, Lise Thériault, a refusé de se dire féministe ; Le premier gouvernement Couillard, celui de 2014, n’était pas paritaire ; M. Couillard a chassé Fatima Houda-Pepin. Avec ce cas en tête, il était surprenant ce matin d’entendre le chef libéral affirmer que dans ses troupes, « les femmes sont libres de s’exprimer comme elles le veulent, de toutes les façons qu’elles le veulent ». Mme Houda-Pepin n’est évidemment pas de cet avis ! En passant, l’ancienne députée libérale s’opposait à quoi ? Précisément à certaines pratiques religieuses qui limitent les femmes, les couvrent, les effacent.

. Magazine 50/50 - Rosen Hicher : "La prostitution, c’est de l’esclavage"
Rosen Hicher, est une survivante de la prostitution. Pendant 22 ans elle a vécu l’enfer de la prostitution. Depuis plusieurs années, elle travaille aux côtés, entre autres, du Mouvement du Nid et de la Fondation Scelles. En 2014, elle a fait une marche de 800 km en passant par ses lieux de prostitution. Elle est co-fondatrice, avec Laurence Noel, du mouvement des Survivantes. L’objectif de ce mouvement est d’accompagner les femmes qui veulent sortir de ce qui est tout, sauf un métier. Pour vous quel a été le déclic pour sortir de la prostitution ? "Pour moi, cela a été 10 ans de recherches personnelles, à me poser la question de savoir si ma vie était normale ou pas normale, où était ma vraie vie, qu’est-ce que je pouvais attendre du reste de ma vie ? C’était très brutal, mais au moins ces recherches ont été efficaces. Même moi quand j’étais dans la prostitution ; je n’avais pas conscience de la gravité de ma situation. C’est impressionnant, quand j’y pense maintenant."

. The Conversation - Le christianisme a-t-il un problème avec l’homosexualité ?
Alors que le pape François vient de tenir des propos controversés sur les homosexuels, quelles sont les origines de l’homophobie chrétienne ? Le pape François sous-entend, dans sa conférence de presse, que l’homosexualité est une sorte de maladie. C’est pourquoi il emploie le mot remède. François reprend ici des idées déjà exprimées par son prédécesseur, le cardinal Ratzinger, futur Benoît XVI, alors à la tête de la Congrégation pour la doctrine de la foi, dans les années 1980. Cette position officielle de l’Église catholique, tout en prenant la défense des homosexuels en tant que personnes, demeure néanmoins sujette à controverse, dans la mesure où elle présuppose que l’homosexualité est un problème "moral", voire médical. Ce problème entre homosexualité et christianisme remonte aux origines mêmes de la nouvelle religion qui triompha dans l’Empire romain, à la fin de l’Antiquité. Jésus ne parle pas de relations homosexuelles dans les Évangiles. C’est l’apôtre Paul qui aborde cette question pour la première fois dans l’histoire du christianisme.

. Le Huffington Post Québec - Pères Maristes, pères sexistes
La présente vise à dénoncer l’attitude désinvolte et empreinte de complaisance et de banalisation d’actes à caractère sexuel dont les parents de trois agresseurs du Séminaire ont fait preuve. En mai dernier, lesdits étudiants sont arrêtés pour avoir commis des violences sexuelles à l’égard de collègues étudiantes. Dans la foulée des événements, une étudiante victime commet une tentative de suicide. Nous tenons à rappeler que la distribution de photos intimes des victimes sans leur consentement ainsi que la distribution de pornographie juvénile enfreignent le Code criminel. Conséquence : les étudiants ne sont suspendus que pour une semaine selon le Plan de lutte contre l’intimidation et la violence du Séminaire. Le 21 juin, l’école annonce qu’il n’y aura aucune mesure supplémentaire à l’égard des garçons et que tout ce « beau » monde se reverra à la rentrée d’automne 2018. Nous lançons aussitôt une pétition, qui aura bientôt 3500 signatures, dans laquelle nous demandons que les victimes n’aient pas à côtoyer leurs agresseurs, et donc les protéger elles, ainsi que toutes les autres adolescentes qui fréquentent le séminaire.

. Le Journal de Montréal - RQAP : Lisée propose plus de congés pour les pères
À L’heure actuelle, les papas ont droit à cinq semaines de congés payés en vertu du Régime québécois d’assurance parentale (RQAP). Le chef péquiste souhaite leur offrir deux semaines supplémentaires pour qu’ils puissent développer un meilleur « lien d’attachement » avec leur enfant. Le Parti québécois s’engage également à permettre aux parents adoptifs de profiter du même nombre de congés que les parents biologiques. Les parents d’enfants adoptés doivent se contenter actuellement d’un régime moins généreux et doivent choisir entre 12 semaines de congés payés à 70% de leur salaire ou 25 semaines à 55% de leur rémunération. À l’instar du gouvernement Couillard, les péquistes suggèrent de rendre le RQAP plus flexible en offrant la possibilité de différer un mois du programme pour une utilisation ultérieure. Les parents devraient prendre ces 20 jours ouvrables avant l’entrée de leur bambin à la maternelle.

. Radio-Canada - Une majorité des victimes d’agressions sexuelles droguées à leur insu, selon une étude
Selon une étude publiée plus tôt ce mois-ci dans le Emergency Medicine Journal, l’équipe du Programme de soins aux victimes d’agression sexuelle ou d’abus par un partenaire de l’Hôpital d’Ottawa a signalé que 54% des patients traités cette année ont déclaré avoir été drogués avant d’être agressés. La Dre Kari Sampsel, la médecin qui dirige le Programme de soins aux victimes d’agression sexuelle ou d’abus par un partenaire à l’Hôpital d’Ottawa, a déclaré que les patients signalaient souvent des pertes de mémoire et qu’ils ne pouvaient pas se les expliquer. Les tests toxicologiques révèlent souvent que les victimes ont été exposées à des sédatifs ou à d’autres médicaments altérant la mémoire, notamment le gamma-hydroxybutyrate ou GHB, ou la kétamine, ainsi qu’à des médicaments plus facilement disponibles tels que Gravol. Il existe des preuves que les prédateurs deviennent plus agressifs au fur et à mesure que la connaissance de leurs méthodes s’accroît.

. Le Devoir - Le règne du "queer"
La question de fond que pose l’élection d’une transgenre à la tête de la FFQ est la même, selon moi, que celle qui surgit à l’annonce d’un nouveau ministère de "toutes les minorités". Le gouvernement fédéral (encore lui) songe à élargir le mandat de la Condition féminine pour inclure d’autres groupes minoritaires. Il ne s’agirait plus seulement de combattre le sexisme, en d’autres mots, mais également le racisme et l’homophobie. Des porte-parole féministes ont souligné, à juste titre, qu’on risquait ainsi de noyer le poisson. Mais peut-être est-il temps d’ajouter que la lutte des femmes et celle pour "l’identité des genres" ne sont vraiment pas le même combat ? La lutte des femmes est d’abord et avant tout collective. Les femmes qui ont tracé la voie ne l’ont pas fait pour leur bien-être personnel mais pour changer les structures sociales qui ont longtemps maintenu la moitié de l’humanité en bas de l’échelle. Le combat de l’identité des genres, bien que dernier dans la longue liste des droits homosexuels (LBGTQ), est éminemment personnel.

. Le Huffington Post Québec - Sondage Léger : les Québécois beaucoup plus favorables à l’avortement que le reste des Canadiens
Malgré des débats sur la question lors de son congrès à Halifax le weekend dernier, le Parti conservateur conserve son engagement de ne pas rouvrir le débat sur l’avortement. Mais 30 ans après la légalisation de l’avortement au Canada, la question continue de diviser. Dans les provinces de l’Atlantique, par exemple, près d’une personne (53%) sur deux estime que l’avortement ne devrait pas être légal partout dans le monde. La région est suivie de près par la Saskatchewan et le Manitoba, où 58% de la population partage cet avis. C’est au Québec que le discours pro-choix résonne le plus, alors que 86% de la population considère que l’avortement devrait être légal partout dans le monde.

. Le Soleil - Davantage de femmes que d’hommes candidats à la CAQ
#FemmesElection2018 - La Coalition avenir Québec (CAQ) se féminise : le parti s’apprête à annoncer deux autres candidatures féminines, pour un total de 65 sur 125 candidats. Du jamais-vu. Il s’agit du plus haut pourcentage (52 pour cent) de candidatures féminines jamais atteint par un parti politique au Québec. Le seul à s’en être approché est Québec solidaire (QS), qui a présenté 63 femmes sur 125 à chaque campagne depuis sa création. M. Legault a multiplié les contacts avec les groupes de femmes, notamment les réseaux de femmes d’affaires, pour séduire l’électorat féminin et repérer d’éventuelles candidates. Il a été le seul chef de parti actif à participer au déjeuner-causerie organisé en avril par l’organisme La gouvernance au féminin au Ritz-Carlton, à Montréal, autour du thème : "Le monde politique à la rencontre du monde des affaires ou la nécessité d’avoir plus de femmes en politique". Le chef de la CAQ a réaffirmé son engagement à former un conseil des ministres paritaire, advenant l’élection d’un gouvernement caquiste le 1er octobre.

. France TV Info - Chine : les femmes célibataires pointées du doigt
Le célibat est un statut social honteux en Chine, surtout pour les femmes. On les appelle "sheng nu", ou femme qui reste. Pour caser leur progéniture, certains parents se rendent dans un parc de Pékin où se tient un marché aux célibataires. Ils échangent les CV de leurs enfants pour trouver leur âme sœur. Pour dénoncer l’attitude des parents, une jeune femme a filmé quelques personnes dans le parc. L’expérience est douloureuse. Dans les entreprises, le célibat est considéré comme un échec social pour les femmes. Les hommes ne reçoivent pas cette pression dans le monde du travail. Vidéo.

. Le Huffington Post québec - Droits de l’Homme : le Canada refuse de céder devant l’Arabie saoudite
La ministre canadienne des Affaires étrangères a affirmé lundi que son gouvernement ne cèderait pas aux pressions de l’Arabie saoudite, avec laquelle il est en conflit suite à des critiques sur les droits de l’Homme. "Le Canada soutiendra toujours les droits de l’Homme dans le monde, y compris ceux des femmes, même lorsque l’on nous dit de nous mêler de nos affaires ou de ne discuter de tels sujets qu’en privé, entre dirigeants et à huis clos", a déclaré dans un discours à Berlin Chrystia Freeland. Et le Canada se comportera ainsi "même lorsque le fait d’exprimer son opinion entraîne des répercussions", a ajouté la cheffe de la diplomatie, disant "espérer le soutien de l’Allemagne". Elle s’exprimait devant une réunion annuelle des ambassadeurs allemands à Berlin. Une crise diplomatique sans précédent entre Ryad et Ottawa a éclaté début août après un tweet canadien demandant la "libération immédiate" de militantes des droits de l’homme récemment arrêtées en Arabie saoudite.

. Sur Twitter, nous pouvons employer le mot-clic #FemmesElection2018 pour relayer des liens en rapport avec l’élection 2018 qui concernent plus spécifiquement les femmes.

. Le Devoir - Des ONG dénoncent les propos du pape sur l’homosexualité chez les enfants
Les associations de défense des droits LGBT en France (lesbiennes, gays, bi, trans) ont dénoncé lundi les propos "irresponsables" tenus dimanche par le pape François préconisant le recours à la psychiatrie lorsque des parents constatent les orientations homosexuelles de leurs enfants. "J’aimerais que le pape François n’utilise pas les homosexuels pour qu’on cesse de parler des prêtres pédophiles", a pour sa part commenté Catherine Michaud, présidente de GayLib. Dimanche, lors d’une messe géante à Dublin, le pape François a égrené une longue liste de "pardons" aux victimes d’abus commis par le clergé ou des institutions religieuses en Irlande, et s’est vu lui-même durement accuser d’avoir couvert un prélat soupçonné d’abus.

. Slate France - La presse masculine et les femmes, c’est compliqué
La presse masculine est une galaxie infinie de titres. Et malgré des lignes éditoriales différentes, une critique revient souvent : elle serait sexiste. Dans un tweet publié en avril, une certaine Barbie Xanax, youtubeuse italienne, a publié deux montages de plusieurs couvertures des différentes éditions du magazine GQ. À gauches, les unes avec des hommes. Ils sont beaux, sexy et vêtus. À droite, celles avec des femmes belles, sexy et... dévêtues. Deux genres, deux ambiances, et un réflexe éditorial qui pose question, même si, dans sa version française, le titre est moins concerné : les personnalités féminines qui ont eu l’honneur de faire sa couverture se comptent sur les doigts d’une main.

- Radio-Canada - Déclarations du policier Jean Vicaire : la SQ doit rendre des comptes, selon des dirigeantes autochtones
Le témoignage du directeur de la police de Lac-Simon, Jean Vicaire, devant la commission Viens jeudi ravive le débat sur le traitement qui serait réservé aux Autochtones par certains policiers. Ayant travaillé à la Sûreté du Québec pendant 24 ans, il a affirmé que des hauts gradés de la Sûreté du Québec (SQ) étaient au courant des allégations d’inconduites policières à Val-d’Or dès 2013, deux ans avant le reportage de l’émission "Enquête". Des femmes autochtones croient qu’il s’agit d’une preuve concrète que la SQ a tenté de passer sous silence ces événements. Pour la directrice du Centre d’amitié autochtone de Val-d’Or, Édith Cloutier, cette déclaration tend à confirmer qu’il existe une loi du silence à la Sûreté du Québec.

. Sisyphe - PDF Québec. GPA - "Non à la marchandisation du ventre des femmes et à la vente des enfants". Lettre ouverte aux femmes ministres du gouvernement Trudeau
Mesdames les ministres, Nous sommes plusieurs à nous être réjoui-e-s de la nomination d’un conseil des ministres où les femmes étaient aussi nombreuses que les hommes. Nous savons que ce n’est que justice, mais nous espérons aussi que cette arrivée de femmes au pouvoir permettra de mieux prendre en considération le vécu des citoyennes qui forment la moitié de la population du pays. Or, un projet de loi sur la commercialisation du ventre des femmes et la vente d’enfants arrive comme un test : les femmes au pouvoir vont-elles appuyer la défense de la dignité de la vie humaine ou voteront-elles en faveur du marché qui considère que les femmes sont une source de matière première et de profits pour une industrie en plein essor ? Bref, les femmes au pouvoir oseront-elles un regard différent ?

. Le Devoir - Un ministère de toutes les minorités ?
La création cet automne d’un ministère fédéral de la Condition féminine, dont le mandat pourrait s’élargir et garantir aussi le droit à l’égalité à certaines minorités visibles, soulève des interrogations chez la communauté féministe et les experts au Québec. "Ce n’est pas un championnat des oppressions, mais si on fait un ministère de tout, la lutte contre les inégalités entre hommes et femmes risque de devenir invisible", s’inquiète Diane Guilbault, présidente de l’organisme Pour le droit des femmes (PDF) du Québec. La professeure de sciences politiques à l’Université Laval, Diane Lamoureux, s’étonne aussi d’un tel regroupement. En "noyant" la condition des femmes dans une diversité de minorités, cela les ramène au rang de minorité, alors qu’elles représentent statistiquement plus de la moitié de la population. Elle considère que les causes des inégalités des femmes, souvent basées sur leur sexe, se distinguent de celles des minorités visibles. Et "les moyens d’y mettre fin sont très différents ; un tel ministère devra appliquer des politiques distinctes pour chaque groupe". Pour sa part, la présidente de la Fédération des femmes du Québec (FFQ), Gabrielle Bouchard, salue l’orientation que semble vouloir prendre le gouvernement Trudeau.

. Oh My Mag - Festivals : les agressions sexuelles persistent
Les festivals permettent de rassembler les amoureux de musique. À première vue, cet évènement est censé être un moment de bonheur. Cependant, à cause d’actes de harcèlement et des agressions, cet instant de fête peut devenir un véritable cauchemar. La Durham University, au Royaume-Uni, a révélé par le biais d’une étude, que 30% des femmes ont subi un harcèlement sexuel, et 10% ont reconnu avoir été victime d’une agression sexuelle lors d’un festival. Ainsi, la plupart des femmes ont avouées ne pas du tout profiter de ces évènements musicaux par peur de se faire agresser. 7 Anglaises sur 10 ont même déclaré ressentir un très grand stress lorsqu’elles assistent à de tels shows. En France, le sujet reste moqué, et les propos des femmes sont trop pris à la légère comme l’a affirmé une internaute dénommée "viephemere" sur Twitter : "comme +40% des meufs qui sont allées en festival : me faire agresser sexuellement sans que qui que ce soit en ait qqch à foutre".

. Le Journal du dimanche - Loi Schiappa : la protection de l’enfance en berne
Après l’adoption définitive au Parlement du projet de loi contre les violences sexuelles et sexistes le 1er août dernier, 100 signataires, associations, auteurs, militants et médecins dénoncent le statu quo que cette loi maintient, selon eux. Le texte du gouvernement "ne protègera pas mieux les enfants", écrivent-ils. Les signataires critiquent également la "propagande" et les "attaques" du secrétariat d’Etat de Marlène Schiappa dont ils disent faire l’objet depuis plusieurs semaines en raison de leur opposition à cette nouvelle loi. Si nos arguments pour défendre ce seuil d’âge sont divers, nous sommes unanimes sur le fait que la loi doit inscrire un interdit absolu en criminalisant tout acte sexuel commis par un adulte sur un enfant. En dessous d’un seuil d’âge et en fonction du contexte (inceste, handicap, relation d’autorité), un enfant ne saurait consentir à des relations sexuelles avec un adulte et il ne saurait en aucun cas s’agir de sexualité. Et mieux encore, il suffirait d’instaurer dans le Code pénal un seuil d’âge en deçà duquel tout acte sexuel avec pénétration commis par un adulte sur un enfant serait un crime.

. Le Figaro - En Estonie, les femmes prennent les rênes digitales
Ce petit pays de 1,3 million d’habitants s’est réinventé après la chute de l’URSS. Au point de devenir une référence numérique mondiale. En Estonie sont déjà installées 30 % des start-up européennes. À Tallinn, ces dernières fleurissent au sein d’anciennes usines reconverties en bureaux branchés, qui accueillent décoration design, café à volonté et équipes internationales : un vent de cool, inspiré de la Silicon Valley. Cette modernité dépasse la bulle des start-up : dans les rues, on peut croiser un robot blanc, prototype de la société Starship, qui devrait bientôt livrer de petits colis chez les particuliers, tandis que les Estoniens mettent en contact leurs cartes de visite digitales, pendues à leur cou, pour échanger leurs informations personnelles. Innovante, l’Estonie dépoussière aussi le monde traditionnellement masculin de la tech. Les Estoniennes y formeraient jusqu’à 40% des chefs d’entreprise. En comparaison, la France, avec ses 10% de start-up fondées par des femmes, fait pâle figure. "Le regard sur les femmes a changé", confirme Mari Vavulski, à la tête de Startup Estonia, un organisme gouvernemental qui promeut le pays. Désormais, elles font partie des entrepreneurs du Web qui occupent la tête des classements économiques. Le dynamisme estonien et ses réussites ne gomment pas les difficultés des entrepreneuses. Il existe des cas de harcèlement sexuel, et des frontières moins frontales.

. Les Vigilantes - Menaces et exclusions au Congrès féministe universitaire CIRFF
Le 8ème Congrès international des recherches féministes dans la francophonie CIRFF se tient à l’université de Paris Nanterre du 27 au 31 août 2018. Dans le cadre de ce congrès, l’Institut Émile du Châtelet, IEC, avait proposé un Café-débat intitulé "Conditions et contours d’un féminisme universaliste". Ce café figurait donc et figure toujours dans le programme du congrès qui compte un nombre pléthorique d’interventions. Pourtant, les Comités d’organisation et scientifique du CIRFF ont pris la décision de déprogrammer ce Café-débat, après que des pressions et même menaces aient été exercées pour que les deux féministes universalistes, Fatiha Boudjahlat, auteure de "Le Grand détournement" et Christine Le Doaré, co-fondatrice et l’une des porte-parole des VigilantEs, ne puissent s’exprimer.

. Le Monde - La Suède fait le bilan de quatre années d’une politique étrangère "féministe"
Le gouvernement suédois a publié, jeudi 23 août, un livret pour partager avec des ONG et des chancelleries du monde entier les leçons de sa politique étrangère, articulée depuis 2014 autour du droit des femmes. Lancée dans la foulée des législatives de septembre 2014 par le gouvernement de centre gauche — le premier à atteindre la parité hommes-femmes —, la diplomatie féministe vise à "promouvoir l’égalité entre les sexes" et à garantir "à toutes les femmes et filles la jouissance de leurs droits fondamentaux". Émancipation économique, lutte contre les violences sexuelles, influence dans les processus de paix, participation politique : sur le terrain ou dans l’arène internationale, à Bruxelles et à New York, la diplomatie du pays scandinave actionne tous les leviers.

. TRADFEM - La pornographie, plus que fantasmes sexuels, c’est de la violence culturelle
Une enquête gouvernementale en cours sur le harcèlement sexuel dans les écoles et une nouvelle campagne multipartite pour lutter contre la misogynie sur Internet ont toutes deux mis en évidence la manière dont la pornographie attise et légitime les attitudes négatives, en ayant des impacts très réels sur la vie des femmes et des jeunes filles. Il est essentiel de comprendre la pornographie comme une forme de violence infligée aux femmes. La plupart du temps, son contenu est produit et consommé par des hommes, avec des thèmes étonnamment cohérents. Il existe de plus en plus de preuves impliquant la consommation de pornographie extrême dans certains des cas les plus odieux de violences sexuelles, de viols et de meurtres. Mais la violence culturelle de la pornographie est habituellement beaucoup plus banale.

. La Presse et Sisyphe - Pour représenter la diversité, faut-il une femme en hijab ?
Pendant qu’en Occident, nous utilisons des images de femmes portant le voile pour vendre des produits et des services, ou pour afficher notre ouverture au multiculturalisme, en Afghanistan – mon pays d’origine –, en Iran, au Pakistan et dans d’autres pays arabo-musulmans, des millions de femmes tentent de s’en débarrasser. Pendant qu’ici, partant des meilleures intentions du monde, nous défendons le port du hijab et du niqab, dans les pays musulmans, des milliers de femmes sont torturées, battues par leurs pères, leurs maris, leurs frères si elles refusent de les porter. Mais quel message ces publicités envoient-elles aux femmes afghanes, iraniennes, arabes, etc., qui ne rêvent que de se défaire de ces vêtements ? Au rythme où vont les choses, je prévois que dans 10 ans, la femme musulmane sera représentée dans les médias portant le niqab ou la burqa. Promouvoir le voile, c’est dire aux radicaux de l’islam politique qu’on fait équipe avec eux pour rabaisser les femmes. Promouvoir le voile, c’est dire aux Mariam du monde entier d’abandonner leur rêve, car même dans un pays comme le Canada, il est normal de diminuer et de contrôler les femmes.

. La Gazette des femmes - Florence Montreynaud : une vie féministe
Pionnière du Mouvement de libération des femmes en France dès le début des années 1970, la traductrice et historienne Florence Montreynaud impressionne par son indiscutable sens de la formule. L’autrice de 18 ouvrages vient de faire paraître son dictionnaire Le roi des cons : quand la langue française fait mal aux femmes, aux Éditions Le Robert. Elle n’hésite pas à y aborder des sujets chauds et à défendre des positions controversées au sein du mouvement féministe. "Comment convaincre la majorité de l’importance de la féminisation de la langue française ?" - "J’évite le terme "féminisation", car cela laisse entendre qu’un processus de modification est imposé de l’extérieur alors qu’il s’agit d’employer, de réintroduire des formes qui existaient déjà. Cela dit, il faut que les choses changent dans le respect des mentalités. On ne peut pas brusquer les gens, il faut les accompagner. Je dis : réfléchissez à ce que vous voulez dire, êtes-vous sûrs que cette forme rend bien compte de votre pensée ? "

. Gatestone - Un rêve iranien : "pourquoi ne puis-je pas danser ?"
Les Occidentaux n’imaginent même pas que la danse puisse être considérée comme un crime. Mais quand la charia est appliquée, avant que chacun comprenne, un innocent "divertissement" devient soudain un crime. Maedeh Hojabri a posté sur Instagram des vidéos d’elle-même en train de danser. Un "crime" qui a valu à cette jeune femme de 19 ans d’être arrêtée, emprisonnée sans procès, bâillonnée puis obligée de confesser honteusement son "méfait" à la télévision. À qui la police de la moralité va-t-elle s’en prendre maintenant ? Pourquoi la danse inquiète-t-elle et effraie-t-elle autant les chefs religieux islamiques ? Pourquoi les groupes islamistes pressurent-ils le cerveau des filles pour leur faire croire que la danse est un péché impardonnable ? Il s’agit sans doute d’une tentative de supprimer le désir sexuel que la danse ou le spectacle de la danse peut susciter. Mais il s’agit aussi de contrôler, limiter et assujettir les femmes sous prétexte de les garder "pures" et apparemment éloignées de tout désir sexuel.
Le contrôle du corps des femmes a toujours été le pilier de la charia en Iran.

. Neon Mag - En Argentine, on se débaptise pour protester contre l’interdiction de l’avortement
Après le rejet du Sénat de la dépénalisation de l’avortement, des milliers d’Argentins ont décidé de se faire débaptiser. Un mouvement d’apostasie collective qui exige la séparation une bonne fois pour toutes de l’Église et de l’Etat. Depuis le début du mois, en Argentine, au moins trois femmes sont mortes en tentant clandestinement d’avorter, rappelle la radio RFI. Et ça va continuer : après la décision du Sénat de rejeter la loi légalisant l’avortement, la colère gronde chez les pro-IVG. Samedi, ils étaient encore des centaines à scander "No en mi nombre" (Pas en mon nom), avec des foulards verts pour symboliser un avortement légal, sûr et gratuit, et des foulards noirs et oranges, pour symboliser la séparation de l’Église et de l’État. Le hashtag #AbortoLegalYa continue à être utilisé en masse sur Twitter. Aujourd’hui, une femme qui avorte risque entre un et quatre ans de prison en Argentine, et tous ceux qui l’ont aidée encourent jusqu’à six ans d’emprisonnement. Mais les Argentins ont trouvé une autre façon d’exprimer leur mécontentement : s’attaquer au baptême, hautement symbolique dans le pays.

. Vice - L’horreur que vivent les femmes victimes de chasses aux sorcières en Inde
Dans de nombreux villages de l’Inde rurale, la chasse aux sorcières est une pratique qui a toujours cours, en dépit des lois locales. Des femmes de l’État du Rajasthan racontent comment leur vie a changé depuis qu’elles ont été accusées de sorcellerie. Les violences sont soudaines et insensées, même si chacune s’accompagne d’une justification. Une femme dit qu’elle a été traînée hors de sa maison et brutalisée parce qu’une bufflonne dans son village avait cessé de produire du lait ; une autre a subi le même sort parce qu’une adolescente du village l’a accusée de s’être servi du sortilège du mauvais œil. Selon des défenseurs des droits des femmes, les chasses aux sorcières ont plusieurs points en commun. "En général, on voit que les personnes de la basse caste sont ciblées", dit Bhanwar Meghwanshi, une activiste qui travaille au Rajasthan auprès de femmes considérées comme des sorcières. "Ce sont aussi les femmes seules, comme les veuves. Si elles possèdent une terre ou une maison et que des gens ont un œil sur ces propriétés, ils le font parfois pour se les approprier."

. Le Devoir - Ce n’est pas un sacre, c’est un massacre : lettre de Nancy Huston au pape François
Cher François, Ces jours-ci, le monde tangue sous le choc d’un nouveau scandale de pédophilie qui, en Pennsylvanie cette fois, vient "éclabousser" l’Église catholique : sur une période de 70 ans, 1000 enfants abusés ou violés par des prêtres, et, compte tenu de la célérité des intéressés à escamoter les preuves et de la honte des victimes à témoigner, l’on peut être certain que ce chiffre est encore inférieur à la vérité. Certain aussi que, pour nombreux qu’ils soient, les cas connus ne forment que la pointe de l’iceberg. Comme moi, comme d’autres, vous avez dû être frappé par la ressemblance entre cette salve de révélations "scandaleuses" et une autre, qui défraie l’actualité depuis bientôt un an : celle des témoignages #MeToo sur le harcèlement sexuel. Ici et là, même propension des hommes à profiter de leur pouvoir pour satisfaire leurs besoins sexuels. La preuve a été refaite et refaite. Le célibat obligatoire des prêtres ne marche pas. Il faut en prendre acte et enterrer une fois pour toutes ce dogme inique.

. La Presse - Des partis et des femmes
À quelques semaines de l’élection provinciale, les analyses vont bon train en ce qui concerne les candidatures féminines, qui pleuvent actuellement sur le Québec. Comment ne pas être contentes, en effet, que nous établissions un record puisque, à ce jour, 46% des candidatures déclarées sont féminines ? Premièrement, le nombre de candidates n’est pas le fruit du hasard. Les partis se réveillent parce que cela fait plus de 15 ans que le mouvement féministe explique en long et en large que le manque de femmes dans les parlements crée des angles morts dans la manière de gouverner et dans les choix politiques. Et, depuis trois ans au Québec, la société civile met beaucoup de pression sur la classe politique pour qu’elle inscrive la parité à l’agenda. Il sera prioritaire d’analyser ce que les programmes des différents partis offrent aux femmes. Car la parité n’est pas tout.

. Vice - Au Mexique, une femme enquête seule sur les féminicides
Le Mexique est depuis longtemps gangrené par les violences faites aux femmes. Le problème a pris de l’ampleur au cours de la dernière décennie. Selon un rapport de l’ONU datant de novembre 2017, on estime que sept femmes meurent chaque jour dans le pays. Le gouvernement a créé des groupes de défense, comme le Groupe national de surveillance des féminicides (Observatorio Ciudadano Nacional de Feminicidio), mais les assassins continuent d’agir en toute impunité et le nombre de meurtres ne diminue pas. Frida Fuerrera passe entre quatre et cinq heures par jour à effectuer des recherches sur le sujet. Elle met à jour sa base de données, sélectionne quelques cas et commence à enquêter. Cela fait deux ans et demi qu’elle se consacre aux meurtres de femmes. Elle a établi une solide liste de contacts dans tous les gouvernements des États du Mexique, ce qui l’aide à communiquer avec les proches des victimes. Au total, Frida a attiré l’attention du public sur plus de 200 affaires. Lorsque le gouvernement ne parvient pas à établir de rapport, elle rassemble les pièces du puzzle elle-même.

. France TV Info - "La voix de la majorité silencieuse" : en Arabie saoudite, des activistes lancent une radio féministe en ligne
Des militantes féministes saoudiennes ont diffusé, dimanche 19 août, la troisième émission de leur programme radio en ligne en faveur des droits des femmes, rapporte la BBC (en anglais). Nsawya FM diffuse pour le moment un unique programme hebdomadaire d’un peu plus d’une heure sur la plateforme Mixlr, avec pour ambition d’être "la voix de la majorité silencieuse". Les activistes font notamment campagne contre le système de tutelle masculine en Arabie saoudite, qui permet aux hommes de prendre des décisions au nom des femmes. Dans le pays, les femmes "sont privées de leurs droits fondamentaux" dans de nombreux domaines, rappelle Amnesty International. Dans leurs émissions ont notamment été évoqués plusieurs cas récents de violences familiales subies par les femmes en Arabie saoudite.

. TRADFEM - Des transsexuelles contestent l’autodéclaration sexuelle et la misogynie des transactivistes
Nous représentons un groupe croissant de ‘femmes transsexuelles’ qui cherchons à susciter d’autres voix pouvant enrichir des débats continus sur l’autodéclaration sexuelle sans recourir à des propos diffamatoires ou péjoratifs. Nous nous objectons à l’effacement de l’identité ‘transsexuelle’ au profit de termes plus ambigus et expressionnistes comme ‘transgenre’. Nous rejetons l’idée que le mot ‘transsexuel’ est un terme désuet et archaïque. C’est un terme correct pour désigner les personnes qui, comme nous, ont reçu un diagnostic médical et complété une transition. Nous ne nous opposons aucunement au droit personnel d’exprimer sa variance de genre, mais cela ne doit se faire ni au détriment des droits et libertés des femmes ni en sacrifiant nos protections juridiques et nos droits spécifiques.

. Slate France - Le gouvernement hongrois veut interdire les études de genre à la fac
La coalition du premier ministre hongrois Viktor Orban a introduit une proposition de loi visant à interdire les études de genre à l’université à partir de 2019. Le gouvernement a déclaré que c’était une question économique, dans la mesure où les diplômés de ce domaine sont peu demandés sur le marché du travail. Mais les critiques de l’interdiction maintiennent qu’il s’agit surtout d’une décision idéologique. Lorinc Nacsa, un député proche d’Orban avait écrit l’année dernière que ces études "détruisaient le mode de pensée fondé sur des valeurs qui est encore présent dans les pays d’Europe Centrale".

. The Conversation - La fabrique de la femme artificielle : du mythe de Pygmalion aux "sex dolls" en silicone
"Poupée n’est pas tromper" titrait l’hebdomadaire Les Inrocks citant le propriétaire de la toute première maison close parisienne où les prostituées sont des poupées en silicone, haut de gamme, dernière génération. Xdolls a ouvert fin janvier 2018 et a, sans surprise, suscité la polémique. Or, contrairement aux idées reçues, ces objets ne sont pas uniquement limités aux plaisirs sexuels. Exit les poupées gonflables des années 70 ! Ces femmes robotes, personnalisables à l’envie, dotées d’une intelligence artificielle, capables de converser – y compris avec des bambins de 3 à 5 ans grâce à un "mode familial" –, seraient considérées par certains utilisateurs comme de véritables épouses. Certaines pourraient même bientôt… engendrer ! Ne pourrait-on alors voir dans ces compagnes en plastique l’aboutissement d’un très vieux fantasme masculin ?

. Le Courrier - Les masculinistes enfument la réflexion sur l’égalité entre les sexes
L’édition estivale de "Pages de gauche" consacre un dossier entier à l’égalité entre femmes et hommes. Dans une interview accordée à la revue, le Pr Francis Dupuis-Déri évoque les ravages du masculinisme. Dans La crise de la masculinité. Autopsie d’un mythe tenace, le chercheur québécois Francis Dupuis-Déri montre comment les discours masculinistes, sous couvert de défense des hommes en souffrance, propagent en fait un "suprématisme mâle". Entretien.

. Radio-Canada - Pour la première fois les lesbiennes à l’honneur pour le défilé de la fierté
Pour la première fois, un groupe de femmes lesbiennes a ouvert le défilé de la fierté à Montréal, qui s’est déroulé dimanche au centre-ville. Ces femmes estiment que leur image souffre encore de stéréotypes et visent ainsi à réclamer davantage de visibilité. "L’année dernière, à la fin du festival, nous avions publié un communiqué de presse pour faire part de notre déception. On ne se sentait pas incluses dans la communauté", explique Julie Antoine, directrice générale du Réseau des lesbiennes du Québec (RLQ). La présence de femmes ouvrant le cortège qui a sillonné le boulevard René-Lévesque entre les rues Metcalfe et Alexandre-DeSève, dimanche, est donc un symbole fort pour ces militantes, car la bataille de la parité se livre aussi dans la communauté gaie. Julie Antoine va même plus loin en accusant "la communauté gaie d’être patriarcale".

. Newswire - Ontario - Financement fédéral : des fonds neufs pour améliorer la sécurité économique des femmes
PARO Centre pour l’entreprise des femmes se verra accorder un financement de 280 061 $ pour son projet intitulé Collaborating for Transformation : Advancing Women’s Economic Security ("Collaborer pour la transformation : améliorer la sécurité économique des femmes"). Dans le cadre de ce projet de 36 mois, l’organisme tentera de comprendre les obstacles à la croissance auxquels se heurtent les entreprises dirigées par des femmes dans le Nord de l’Ontario, et il pourra ainsi mieux saisir pourquoi nombre d’entre elles, après un bon démarrage, ne parviennent pas à se développer. Parmi les obstacles rencontrés, mentionnons l’accès inégal des femmes au capital de croissance, l’attitude des investisseurs et le manque d’occasions d’affaires existantes et potentielles, de réseaux d’affaires et d’autres "connecteurs" de petites entreprises pouvant jouer un rôle dans le succès ou l’échec de ces entreprises. Le projet étudiera également l’influence néfaste d’autres facteurs (sexisme, isolation en milieu rural, âgisme, etc.) sur la croissance des entreprises dirigées par des femmes.

. Le Devoir - Un nombre record de femmes remportent les primaires américaines
Un nombre record de femmes ont remporté les primaires des deux grands partis des États-Unis pour des postes de gouverneure, de sénatrice et de représentante, ouvrant la porte à de chaudes luttes aux élections de mi-mandat en novembre qui pourraient faire grimper le pourcentage d’élues et changer le débat public sur des enjeux comme la santé, l’immigration, le droit à l’avortement, l’éducation et le contrôle des armes. Certaines de ces candidates pourraient également jouer un rôle déterminant dans la capacité des démocrates à prendre les commandes de la Chambre des représentants. La plupart de ces aspirantes politiciennes sont des démocrates.

. Gatestone Institute - Le mariage des fillettes en Turquie
Où voudriez-vous que soit votre fille quand elle aura 13 ans ? À l’école ? Ou dans le lit d’un homme adulte ? La question ne se pose même pas dans une grande partie du monde. Mais dans les sociétés islamiques, y compris la Turquie non arabe et théoriquement laïque, la réponse est laissée à l’appréciation de chacun. Dans ces pays, le pouvoir politique ne combat pas la tradition patriarcale, il la soutient. En Turquie, 40% des filles de moins de 18 ans subissent un mariage forcé, selon le Fonds philanthropique turc. En janvier 2018, un organisme gouvernemental sous tutelle directe du président Recep Tayyip Erdoğan a suggéré que, en accord avec la loi islamique, les filles de 9 ans et les garçons de 12 ans soient autorisés à se marier.

. Alter Press - Haïti-genre : Les femmes dans les espaces de décision en Haïti, une absence voilée ?
L’obtention légale du quota de 30 % des femmes, dans la fonction publique haitienne, a été une petite victoire pour la lutte féministe en Haiti. Cependant, si elles sont représentées, les femmes peinent encore à s’intégrer et à participer remarquablement dans les prises de décision. "Le gouvernement en soi ne tient pas compte du principe de quota dans quoi que ce soit. Presque tous les postes de décision sont occupés par les hommes. Pour la désignation du nouveau premier ministre, tous les secteurs du pays ont été consultés, sauf le secteur des femmes. Pourtant nous représentons 52% de la population", déplore la directrice exécutive de Refuge des Femmes, Novia Augustin. Bien que les organisations féministes s’engagent à fond, dans la lutte pour l’intégration des femmes, dans les différents secteurs du pays, elles sont conscientes du fait que leur tâche est rude et que les résultats tant espérés relèvent d’une quête quotidienne et d’une lutte permanente.

. TRADFEM - Pourquoi ne considérons-nous pas la violence faite aux femmes et aux filles comme du terrorisme ?
Le mot terrorisme a pour origine les mots latins terror, qui signifie "peur, crainte, terreur", et terrēre, "effrayer, terrifier". La violence subie par les femmes et les filles sous le patriarcat n’a pas seulement un impact sur les femmes agressées : elle sert à maintenir toutes les femmes et les filles sous l’emprise de la peur. La terreur systémique – la peur enseignée aux femmes par la violence masculine – fonctionne comme une méthode de socialisation, en rappelant aux femmes qu’elles sont vulnérables à la victimisation et aux agressions dès leur enfance et qu’elles doivent capituler ou être punies, trop souvent par la torture ou la mise à mort. Où que ce soit dans le monde, les femmes ont peur des hommes – que ces hommes soient des étrangers dans la rue ou dans les transports en commun, des pères ou des maris, ou d’autres figures d’autorité qui se servent de leur pouvoir pour nous exploiter. Tant que la violence des hommes est institutionnalisée, banalisée et intériorisée, les femmes ne seront pas en mesure d’y échapper ou d’en tenir les hommes responsables.

. France TV Info - Mort d’Aretha Franklin : l’histoire de "Respect", son plus grand succès
"Respect" est une chanson tellement mythique qu’elle est encore réenregistrée aujourd’hui. Alors que la légende de la soul, Aretha Franklin, est morte à l’âge de 76 ans, jeudi 16 août, France 3 vous raconte dans cette vidéo l’histoire de ce tube inoubliable. "Respect" est une mélodie créée par un roi de la soul et sublimée par une reine du rhythm and blues. En 1965, Otis Redding est déjà un sacré crooner. Trop souvent en tournée, il a l’impression que sa famille lui échappe et qu’il perd de son autorité de mari en rentrant chez lui. Face à ces deux machos, c’est une femme qui va s’emparer de la chanson pour en faire un hymne à la liberté. Lire aussi : "Comment Aretha Franklin a transformé "Respect" d’Otis Redding en un manifeste féministe et politique".

. France Culture - L’effet Matilda, ou les découvertes oubliées des femmes scientifiques
Nombreuses sont les femmes qui se voient évincées des remises de prix, quand il ne s’agit pas carrément d’un prix Nobel. De la physicienne Lise Meitner à la biologiste Rosalind Franklin en passant par l’astronome Jocelyn Bell, beaucoup de ces scientifiques n’ont accédé à la reconnaissance qui leur était due que des années après leurs découvertes. La minimisation, quand il ne s’agit pas de déni, de la contribution des femmes scientifiques à la recherche n’est pas un phénomène nouveau : l’historienne des sciences Margaret Rossiter l’a théorisé sous le nom d’effet Matilda. “Effet Matilda” en hommage à la militante féministe Matilda Joslyn Gage qui, dès la fin du XIXème, avait remarqué qu’une minorité d’hommes avaient tendance à s’accaparer la pensée intellectuelle de femmes.

. Le Devoir - Éviter les "pièges" de l’éducation à la sexualité
Les cours d’éducation à la sexualité seront obligatoires pour un million de jeunes du primaire et du secondaire dès la rentrée scolaire, dans deux semaines. Un programme similaire, mis en place au Royaume-Uni, peut aider les écoles québécoises à éviter les pièges associés à ce sujet chaud, qui provoque de la résistance chez les enseignants. Les profs anglais ont été formés pour enseigner le programme élaboré, mais ils ont quand même eu besoin de la présence en classe d’une travailleuse sociale, d’une infirmière ou d’une intervenante en santé sexuelle (le titre de sexologue n’existe pas dans cette région) pour bien livrer la matière.

. L’Actualité - Les humains et ceux qui les élisent
C’est trop facile de réduire tous les politiciens à la caricature du profiteur malhonnête qui est là pour son propre intérêt. Les quatre principaux partis présentent des candidats dans chacune des 125 circonscriptions : 500 pourris, ça ferait beaucoup de pourris. Il doit bien y en avoir des bons dans le tas. Mercredi, François Ouimet pleurait d’être trahi par les humains de son équipe. Au-delà des lignes partisanes, on peut tous comprendre ça. Souvenons-nous de cette sensation, stockons-la quelque part et revisitons-la tout au long de la campagne, histoire de nous rappeler que la personne qu’on est en train d’haïr et d’insulter, c’est aussi un être humain qui a probablement fait de son mieux. Les politiciens eux-mêmes ont intérêt à ne pas l’oublier.

. FranceTV Info - "Virago", la chaîne YouTube qui parle de ces femmes occultées par l’histoire
Si elle ne sait pas s’il s’agit d’une "invisibilisation volontaire ou d’un conditionnement systémique", Aude Gogny-Goubert a décidé de ne plus laisser ces femmes et leur histoire dans un recoin sombre. Une initiative importante selon elle. "On ouvre la voie à toutes les jeunes femmes et à toutes les jeunes filles, pour faire ce qu’elles veulent et leur dire : Tout est possible." Aude Gogny-Goubert a décidé de baptiser ses vidéos "Virago", un choix qui ne doit rien au hasard. En effet, aujourd’hui, le mot a une connotation "extrêmement péjorative" puisqu’il désigne une femme à l’allure masculine, qui se comporterait comme un homme, parlerait fort : un "bonhomme" en somme. Mais la comédienne a voulu lui rendre son sens premier car étymologiquement, une virago désigne une femme "forte, courageuse, héroïne, guerrière". "C’est cette définition que j’ai envie de rétablir."

. Science Post - Les États-Unis, l’un des endroits “les plus dangereux” du monde développé pour accoucher
Chaque année, environ 50 000 femmes américaines sont gravement blessées et 700 meurent pendant l’accouchement, révèle une enquête récente signée USA Today. Cela fait des États-Unis l’un des endroits "les plus dangereux" du monde développé pour donner naissance, peut-on lire. On retrouve en effet outre-Atlantique l’un des taux de mortalité maternelle les plus élevés parmi les pays développés, avec un taux de 26 décès pour 100 000 naissances de bébés vivants. Les États-Unis sont par ailleurs l’un des cinq pays (avec l’Argentine, le Brunei, le Chili et l’Uruguay) à revenu élevé à avoir un taux supérieur à 15 décès pour 100 000 naissances. Tandis que de nombreux autres pays développés – dont l’Allemagne, la France, le Japon et l’Angleterre – ont vu leurs taux de mortalité maternelle chuter au cours des deux dernières décennies, les États-Unis, de leur côté, ont observé une augmentation de ce même chiffre pendant cette période.

. La Gazette des femmes - Harcèlement dans les transports en commun : un fléau banalisé
Combien de femmes sont victimes d’agressions dans les transports en commun au Québec ? Quels sont les types d’agressions les plus courants ? Les zones à risque ? On l’ignore. Après avoir contacté six sociétés de transport, la Gazette des femmes remarque que peu d’entre elles – à l’exception du Réseau de transport métropolitain (voir l’encadré) – semblent prendre la question au sérieux. Par exemple, le Réseau de transport de la Capitale et la Société de transport de Montréal (STM) envoient systématiquement les plaintes des victimes d’agressions ou de harcèlement au service de police, sans documenter les faits rapportés ni recenser les endroits où ils auraient eu lieu. Résultat : peu de femmes dénoncent le harcèlement ou les agressions subies dans les autobus, métros, trains de banlieue ou le transport adapté. En conséquence, nombre d’agressions n’atterrissent jamais dans les statistiques, ce qui complique la mesure du phénomène ainsi que sa prévention.

. Gouvernement du Nouveau-Brunswick - Dès le 1er septembre, congés payés pour les personnes soumises à la violence familiale
La réglementation accordant un congé aux personnes soumises à la violence familiale, à la violence entre partenaires intimes ou à la violence sexuelle entrera en vigueur le 1er septembre. La nouvelle réglementation établie en vertu de la Loi sur les normes d’emploi accorde un congé d’une durée maximale de 10 jours qui peuvent être utilisés de façon intermittente ou continue, et un congé d’une durée maximale de 16 semaines qui peut être utilisé au cours d’une seule période continue, dont les cinq premiers jours sont payés. Les cinq autres provinces qui offrent un congé aux personnes qui vivent de la violence familiale sont le Manitoba, l’Ontario, la Saskatchewan, l’Alberta et la Nouvelle-Écosse.

. FranceTV Info - États-Unis : une enquête accuse 300 prêtres de pédophilie, plus de 1 000 enfants seraient victimes
Une enquête des services du procureur de Pennsylvanie publiée mardi 14 août a mis au jour des abus sexuels perpétrés par plus de 300 prêtres et couverts par l’église catholique de l’État, dont auraient été victimes au moins mille enfants. Le rapport évoque des agressions sexuelles sur des enfants de moins de dix ans. Le rapport final indique que "quasiment tous les cas" allégués sont aujourd’hui frappés par la prescription et ne peuvent être poursuivis pénalement. Ce n’est pas la première fois qu’un jury populaire publie un rapport dévoilant des cas de pédophilie au sein de l’église catholique américaine, mais jamais une enquête n’avait révélé autant de cas.

. Cosmopolitan - Le droit à l’avortement dans le monde
Si l’avortement est légal en France depuis 1975, ce n’est pas toujours le cas dans le reste de l’Europe. Dans la plupart des pays européens, l’IVG est autorisé sur demande de la femme : Allemagne, Espagne, Portugal, Italie, Grèce, Belgique, Pays-Bas, la Russie… Récemment, l’Irlande a promulgué la loi pour l’autorisation pleine de l’avortement. Dans d’autres pays d’Europe comme le Royaume-Uni, l’avortement est légal mais les conditions d’accès peuvent être plus complexes qu’en France. Nombre de semaines, autorisation parentale pour les mineurs, accord de plusieurs médecins… L’avortement est autorisé sans contrainte au Canada, dans la plupart des états américains, en Chine, en Australie, en Afrique du Sud… Au total, une soixantaine de pays dans le monde autorisent l’IVG sans restriction. Malheureusement, des pays comme la Pologne reviennent sur un droit acquis depuis plusieurs décennies et interdisent l’IVG. Voir les quels pays où l’avortement est illégal.

. Le Devoir - La parité prend forme à Québec
Selon une nouvelle mise à jour du projet Vigie parité, que Le Devoir mène depuis le 8 mars, il y a présentement 46% de candidates parmi les 377 personnes qui ont été officiellement investies par l’un des quatre partis. En nombre absolu, cela donne 174 femmes actuellement sur les rangs. Si la tendance actuelle se maintient — et les quatre partis impliqués le laissent entendre —, il y aura donc près d’un tiers de candidates de plus que dans le passé. La Vigie parité montre que chaque parti a été constant dans ses efforts. François Legault est celui qui a la plus grande marge de manoeuvre pour atteindre des objectifs précis en matière de candidatures : c’est lui seul qui choisit les candidats de la CAQ. Mais il faut qu’elles soient élues. Depuis l’élection d’une première femme à l’Assemblée nationale en 1961 (Marie-Claire Kirkland-Casgrain), il n’y a jamais eu plus de 32% d’élues à Québec. C’était en 2012. Elles sont présentement 29% à siéger au Parlement.

. Mashable - Une artiste rend hommage aux femmes scientifiques dans une magnifique série de posters
Les femmes sont souvent les grandes oubliées de l’Histoire. Si certaines artistes et auteures leur rendent hommage dans des ouvrages – comme "Les Culottées" de Pénélope Bagieu –, celles qui ont marqué les époques sont souvent bien moins mises en lumière que leurs équivalents masculins. La neuroscientifique et designer Amanda Phingbodhipakkiya a décidé de faire honneur aux femmes scientifiques à travers de très belles affiches. Le projet, baptisé "Beyond Curie" ("au-delà de Curie", en français), est une série de 40 portraits colorés réalisés à partir de collages, pour (ré)apprendre à connaître les scientifiques, mathématiciennes et autres astronautes de notre Histoire.

. La Presse - Les femmes et les aînés désavantagés en cardiologie, selon une étude
Les femmes et les personnes âgées sont mal desservies par les médicaments cardiovasculaires, selon une nouvelle étude montréalaise. Les essais cliniques comptent trop d’hommes jeunes pour être représentatifs de tous les patients. Le Dr Nguyen a rassemblé 500 études importantes. Leurs cobayes avaient en moyenne cinq ans de moins que le patient moyen, et seulement 25% étaient des femmes, qui constituent pourtant la moitié des patients cardiovasculaires. "Il y a cette idée que la maladie cardiovasculaire est masculine, mais dans les faits, ce n’est pas le cas, ne serait-ce que parce que les femmes vivent plus longtemps que les hommes. La situation progresse, mais lentement. L’âge moyen des participants aux études cliniques progresse de cinq ans par décennie, et la proportion de femmes, de 2,9% par décennie."

. Le Monde - En Tunisie, le chef de l’État lance la bataille pour l’égalité dans l’héritage
La Tunisie doit entrer dans l’âge de l’égalité entre hommes et femmes en matière d’héritage. Lors d’un discours solennel prononcé à l’occasion de la Journée de la femme en Tunisie, le président a plaidé pour cette réforme qu’avaient jusque-là défendue en vain les féministes tunisiennes. Et appelé l’Assemblée des représentants du peuple (ARP, le Parlement tunisien) à se saisir sans tarder d’un projet de loi inscrivant cette égalité dans les faits. Selon le droit successoral actuel, inspiré des préceptes coraniques, la femme n’hérite que de la moitié de la part de l’homme à même degré de parenté. La Commission des libertés individuelles et de l’égalité (Colibe), mise en place fin 2017 par le chef de l’État, avait préconisé dans un rapport rendu mi-juin d’établir l’égalité de principe entre hommes et femmes dans le domaine très sensible des patrimoines familiaux. Mais le testateur, en cas de désaccord avec cette nouvelle règle, peut retourner à l’inégalité à travers une déclaration faite de son vivant devant un notaire.

. Madame - Quinze ans après sa mort, des féministes rendent hommage à Marie Trintignant à Paris
Le 1er août 2003, l’actrice Marie Trintignant décédait à l’âge de 41 ans des suites des coups de son compagnon, le chanteur Bertrand Cantat. Ce dimanche après-midi, à l’occasion du 15e anniversaire de sa mort, le collectif Encore féministes ! lui a rendu hommage au cimetière parisien du Père-Lachaise - un rassemblement organisé chaque année depuis 2010. Une dizaine de militantes étaient ainsi présentes pour déposer des fleurs sur la tombe de l’actrice, devenue malgré elle le symbole des violences conjugales. Parmi elles, Claudine, membre de l’association Encore féministes ! et militante de longue date. "Rappelons que la violence masculine conjugale est la première cause de mort et d’invalidité des femmes de 15 à 44 ans. Dans tous les pays et tous les milieux sociaux, les brutalités du mari, compagnon ou ex sont le type de violences le plus répandu contre les femmes", a-t-elle expliqué.

. Radio-Canada et Associated Press - Le mouvement #MoiAussi gagne le Vatican
Selon une enquête de l’Associated Press, le Vatican est au courant depuis très longtemps que des religieuses sont agressées sexuellement par des prêtres et des évêques et ne fait rien pour régler le problème. Plusieurs cas en Europe, en Afrique, en Amérique du Sud et en Asie démontrent que la situation est généralisée, notamment en raison du statut inférieur des sœurs religieuses et leur obligation d’être au service de leurs supérieurs masculins. Or, certaines d’entre elles ont décidé de briser le silence, notamment grâce au mouvement #MoiAussi. En une semaine, près d’une demi-douzaine de sœurs dans une petite congrégation au Chili ont raconté sur les ondes de la télévision nationale avoir été agressées par des prêtres et d’autres religieuses. Elles ont également raconté comment rien n’avait été fait par leurs supérieurs. Le Vatican a refusé de préciser si des mesures avaient été prises pour dresser un portrait précis de la situation, pour sanctionner les personnes accusées de tels comportements ou pour venir en aide aux victimes. Lire aussi sur Sisyphe : "Des prêtres violent des religieuses".

. Le Nouvel Observateur - "Nous Toutes" : "Pour que Metoo se transforme en actions concrètes"
Le planning familial, le Groupe F, Osez le féminisme !, le Mouvement du Nid, la Maison des femmes de Montreuil... Ces associations féministes et bien d’autres étaient réunies le 3 juillet dernier à la Bourse du travail, à Paris, pour bâtir les fondements du mouvement "Nous toutes". Étaient également présentes des militantes féministes de longue date, des représentantes de la société civile, mais encore des personnes intéressées par la question des violences faites aux femmes. En tout, une petite foule dont le projet est de croître pour former, le 24 novembre prochain, une "déferlante féministe contre les violences sexistes et sexuelles", dans la rue. Le mouvement est parti de ce constat : depuis le mouvement #MeToo, ou #BalanceTonPorc dans sa version française, il n’y a pas eu de mobilisation collective sur le terrain, comme ça a été le cas dans d’autres pays, en Espagne, en Argentine ou encore au Chili.

. Slate France - Masculinité toxique : éduque-t-on nos fils à mourir par suicide ?
Selon les dernières données sur le suicide fournies par les Centers for Disease Control and Prevention américains (CDC), 77% des 45.000 personnes qui se tuent chaque année aux États-Unis sont des hommes. De même, d’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les hommes meurent davantage par suicide que les femmes partout dans le monde. Si nous voulons tenter de réduire le taux de suicide, il faut savoir pourquoi il touche majoritairement des hommes. De nouvelles recherches montrent que les injonctions à être un "vrai homme" portent préjudice à la santé mentale. Dans une enquête auprès de 1.500 jeunes hommes âgés de 18 à 30 ans, on a découvert que près d’un sondé sur cinq avait pensé au suicide au cours des deux semaines précédentes. Les plus sujets à ce genre de pensée sont ceux pour qui être un homme signifie montrer que l’on est fort, ne pas parler de ses problèmes et refouler ses émotions : ceux-là sont deux fois plus susceptibles d’avoir envisagé de mettre fin à leurs jours.

<<<--- Consultez les fils de presse précédents.

Mis en ligne sur Sisyphe, août 2018



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Sisyphe


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2018
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin