| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 17 novembre 2018

Fil de presse, novembre 2018

par Sisyphe






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Fil de presse, octobre 2018
Fil de presse, septembre 2018
Fil de presse, août 2018
Fil de presse, juin 2018
Fil de presse, mai 2018
Fil de presse, avril 2018
Fil de presse, mars 2018
Fil de presse, février 2018
Fil de presse, janvier 2018
Fil de presse, décembre 2017
Fil de presse, novembre 2017
Fil de presse, octobre 2017
Fil de presse, septembre 2017
Juillet 2017 - Bonnes vacances et belles lectures !
Fil de presse, août 2017
Fil de presse, juin 2017
Fil de presse, mai 2017
Fil de presse, avril 2017
Fil de presse, mars 2017
Infolettre de Sisyphe, mars 2017
Fil de presse, février 2017
Fil de presse, janvier 2017
Fil de presse de Sisyphe, décembre 2016
Fil de presse de Sisyphe, novembre 2016
Fil de presse de Sisyphe, octobre 2016
Fil de presse de Sisyphe, septembre 2016
Infolettre de Sisyphe, août 2016
Fil de presse de Sisyphe, août 2016
Infolettre de Sisyphe, juin 2016
Fil de presse, juin 2016
Fil de presse, mai 2016
Fil de presse, avril 2016
Fil de presse, mars 2016
Semaine du 8 mars 2016 : activités et publications
Infolettre de Sisyphe, mars 2016
Fil de presse, février 2016
Fil de presse, janvier 2016
Infolettre de Sisyphe, janvier 2016
Fil de presse, décembre 2015
Infolettre de Sisyphe, novembre 2015
Fil de presse, novembre 2015
Infolettre de Sisyphe, décembre 2015
Infolettre de Sisyphe, octobre 2015
Fil de presse, octobre 2015
Fil de presse, septembre 2015
Fil de presse, août 2015
Fil de presse, juin 2015
Infolettre de Sisyphe, juin 2015
Fil de presse, mai 2015
Fil de presse, avril 2015
Infolettre de Sisyphe, avril 2015
Fil de presse, mars 2015
Infolettre de mars 2015, Journée internationale des femmes
Infolettre de Sisyphe, février 2015
Fil de presse, février 2015
Infolettre de Sisyphe, spécial "Charlie Hebdo", janvier 2015
Fil de presse, janvier 2015
Fil de presse, décembre 2014
Infolettre, décembre 2014 - Polytechnique 6 décembre 1989 : nous ne les oublions pas
Infolettre de Sisyphe, novembre 2014
Fil de presse, novembre 2014
Infolettre de Sisyphe, octobre 2014
Fil de presse, octobre 2014
Fil de presse, septembre 2014
Fil de presse, août 2014
Infolettre de Sisyphe, juin 2014
Fil de presse, juin 2014
Fil de presse, mai 2014
Infolettre de Sisyphe, mai 2014
Infolettre de Sisyphe, avril 2014
Fil de presse de Sisyphe, avril 2014
Infolettre de Sisyphe, mars 2014
Fil de presse, mars 2014
Fil de presse, février 2014
Fil de presse, janvier 2014
Infolettre de Sisyphe, décembre 2013
Fil de presse, décembre 2013
Fil de presse, novembre 2013
Fil de presse, octobre 2013
Fil de presse, septembre 2013
Fil de presse, août 2013
Infolettre de Sisyphe, juin 2013
Fil de presse, juin 2013
Fil de presse, mai 2013
L’Infolettre de Sisyphe, mai 2013
Infolettre de Sisyphe, avril 2013
Fil de presse, avril 2013
Infolettre de Sisyphe, 8 mars 2013
Fil de presse, mars 2013
Fil de presse, février 2013
Infolettre thématique de Sisyphe : femmes, laïcité et droits
Fil de presse, janvier 2013
Infolettre de Sisyphe, décembre 2012
Fil de presse, décembre 2012
Infolettre de Sisyphe, octobre 2012
Fil de presse, novembre 2012
Fil de presse, octobre 2012
Fil de presse, septembre 2012
Fil de presse, août 2012
Fil de presse, juillet 2012
Infolettre de Sisyphe, 13 juin 2012
Fil de presse, juin 2012
Infolettre de Sisyphe, mai 2012 - Conflit étudiant au Québec et autres sujets
Fil de presse, mai 2012
Infolettre de Sisyphe, avril 2012
Fil de presse, avril 2012
L’Infolettre de Sisyphe, mars 2012
Fil de presse, mars 2012
Infolettre de Sisyphe, février 2012
L’Infolettre de Sisyphe, février 2012
L’Infolettre de Sisyphe, janvier 2012
Fil de presse, février 2012
Fil de presse de Sisyphe, janvier 2012
Infolettre de Sisyphe, 30 octobre 2011







Mise à jour quotidienne de liens vers des articles d’actualité et d’analyse sur les femmes, leurs droits, ce qui les intéresse. Ces articles proviennent de diverses sources médiatiques en ligne. Les faits rapportés et les opinions exprimées dans ces articles n’engagent que leurs auteur-es. On peut consulter les fils de presse des années et des mois précédents à gauche dans cette page.

Novembre 2018

. Le Devoir - Nos héroïnes. Se tenir debout
C’est au moment où elle écrit La femme qui fuit qu’Anaïs Barbeau-Lavalette prend conscience du manque flagrant de modèles féminins dans notre histoire écrite. À l’instar de sa grand-mère — Suzanne Meloche, femme forte qui décide de quitter la famille pour s’accomplir —, plusieurs femmes ont façonné le pays, porté leur cause, quitte à tout perdre. Avec Nos héroïnes, qui paraît tout juste chez Marchand de feuilles, l’auteure met en lumière une quarantaine de portraits singuliers qui ont, depuis les débuts de la colonie jusqu’à la période contemporaine, marqué l’histoire, façonné le paysage culturel et social. "Écrire ce livre est, pour moi, la suite logique des choses. Qu’est-ce qu’on construit après #MoiAussi ? C’est ça. On construit des modèles de femmes fortes qui depuis très longtemps se sont levées et ont bravé les interdits", explique Anaïs Barbeau-Lavalette.

. Le Quotidien - Sondage Mainstreet sur l’interdiction des signes religieux : les Québécois d’accord et aussi polarisés
L’interdiction des signes religieux dans la fonction publique, une promesse caquiste pendant la dernière campagne électorale, rallie une forte majorité de Québécois, quel que soit le symbole en question. Mais elle est également polarisante, selon un sondage Mainstreet qui montre une opposition particulièrement forte au port du niqab par des fonctionnaires. "Personnellement, je gagerais que beaucoup des gens qu’on a interviewés ne savaient pas ce qu’est qu’un kara (un bracelet porté par les sikhs) avant qu’on leur pose la question. Alors je pense que ce n’est pas une opposition envers un signe religieux en particulier, c’est plutôt une opposition envers l’idée même des signes religieux", analyse Steven Pinkus, sondeur chez Mainstreet.

. Elle - Les femmes plus productives que les hommes au travail ? L’étude qui l’affirme
Les femmes travailleraient plus pour gagner moins ? C’est ce qu’on pourrait conclure de la dernière étude de Hive, une plateforme numérique capable de mesurer la productivité en entreprise. En interrogeant 3 000 de ses employé(e)s, l’enquête a tout d’abord analysé les échanges des hommes et des femmes sur les messageries en ligne. Est-ce que discuter sur le chat de l’entreprise rendrait moins productif ? Pas en ce qui concerne les femmes en tout cas. Celles-ci enverraient 20% de messages en plus à leurs collègues au travail mais effectueraient 10% de tâches supplémentaires que les hommes dans la même journée. Un paradoxe surprenant appuyé pour une autre donnée de l’étude. Les mardis sont les jours où les salariées des deux sexes sont les plus productifs mais aussi celui où les femmes échangent le plus de messages. Les femmes qui seraient plus dans l’échange et la communication seraient donc plus performantes. Les femmes et les hommes auraient-ils la même quantité de travail au bureau ? Là non plus les salariés ne seraient pas égaux ! 55% de tâches sont assignées aux femmes contre 45% pour les hommes.

. El Watan - La saga des femmes maghrébines à travers les âges
Nacéra Bensedik, historienne et archéologue, restitue la mémoire des femmes de l’époque néolithique à l’Afrique romaine. L’histoire des femmes maghrébines a été inscrite sur les parois rocheuses du Sahara, sur les mosaïques de l’Afrique romaine et sur quelques textes juridiques et littéraires (masculins pour la plupart). C’est sur ces bases, partielles et partiales, que Nacéra Bensedik a tenté de restituer l’histoire de la femme d’Afrique du Nord dans l’Antiquité. Il est certain aujourd’hui que les femmes maghrébines ont, de tout temps, cherché à échapper au rôle traditionnel qui leur est conféré et qu’elles ne se sont jamais contenté de filer de la laine, comme le leur enjoignait l’écrivain carthaginois Tertullien. Sur les parois rocheuses du Sahara, l’art préhistorique montre la femme comme une actrice sociale à part entière. « Elle figure comme l’égale de l’homme dans des scènes à caractère social, comme sur les dessins de Tin Alotéka (Tassili N’ajjer), où elles conduisent des chars à bœufs », fait remarquer l’archéologue.

. Magazine Marie Claire - Congé paternité, la vraie clé de l’égalité femmes-hommes
L’allongement du congé paternité est un instrument puissant pour réduire les inégalités professionnelles entre les sexes en ne faisant plus de la parentalité qu’une histoire de femmes. Nos témoins, tous pères, nous disent pourquoi ils y croient. Promotion et carrière ralenties, charge mentale exponentielle : l’arrivée d’un enfant, on le sait, porte préjudice à la vie professionnelle et intime des femmes. Alors que l’Inspection générale des affaires sociales préconise l’allongement du congé paternité, le gouvernement ne semble pas en faire une priorité. Il est pourtant un instrument puissant pour réduire les inégalités professionnelles entre les sexes en ne faisant plus de la parentalité qu’une histoire de femmes. Et quel territoire à découvrir pour les hommes ! Ils sont de plus en plus nombreux à le réclamer.

. Le Devoir - Doug Ford sacrifie les francophones de l’Ontario
Il n’y aura finalement pas d’Université de l’Ontario français… et il n’y aura tout simplement plus de Commissariat aux services en français. Le gouvernement de Doug Ford a profité de son énoncé économique d’automne pour infliger deux camouflets inattendus aux Franco-Ontariens, mardi. Choquée, la communauté a réagi vivement. Pour l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), ces décisions "inacceptables" auront un "impact négatif sur la communauté franco-ontarienne", a indiqué le président Carol Jolin. Les francophones se trouvent selon lui à faire des "efforts démesurés" dans la lutte pour le retour à l’équilibre budgétaire, et cela "nuira à la survie et à l’épanouissement" de la communauté. Quelle sera la suite des choses ? L’annexe 20 de la mise à jour économique dévoilée jeudi précise que la Loi ontarienne sur les services en français sera modifiée "de manière à ce que les fonctions qui sont actuellement associées au poste de commissaire aux services en français soient transférées à l’ombudsman".

. HPN Haïti - Indignées du climat social et économique, des organisations féminines dénoncent et veulent s’engager encore plus
Se croyant être les premières victimes de la situation de pauvreté et d’insécurité, plusieurs organisations féminines dénoncent la mauvaise gestion du pays et promettent de s’engager dans la lutte contre l’impunité, ont-elles fait savoir dans une rencontre de presse. Les femmes n’ont pas la voix au chapitre en Haïti, soutiennent les militantes. Elles font remarquer que leur sexe les rend encore plus vulnérables face à cette catastrophe économique et financière que le pays depuis plus de trente(30) ans. Les organisations féminines se disent préoccupées par le manque de services publics. La militante Matiné Marie Sheilla déplore l’inaccessibilité aux soins de santé des citoyens ainsi que les conditions d’insalubrité dans lesquelles vivent certaines femmes. Si ces éléments représentent des menaces pour elles, toutefois ce n’est pas la première source d’inquiétude. Pour les militantes, les femmes haïtiennes n’échappent pas à la violence dont elles sont victimes quotidiennement.

. La Croix - Laure Adler : La GPA relève d’un "postcolonialisme déguisé"
Le progrès des techniques médicales est une avancée très positive pour les femmes. C’est une forme de reconnaissance inédite de leur désir, en l’occurrence celui d’être mère. Mais tous les moyens ne sont pas bons pour y accéder, surtout quand cela s’exprime dans le cadre d’un marché et au détriment d’autres femmes, réduites à l’état de ventres mercenaires. C’est pour moi la vision la plus atroce. Qu’un couple qui a des difficultés à avoir un enfant ait recours à des techniques comme la procréation médicalement assistée (PMA), y compris quand il s’agit de deux femmes, est une chose. Louer un ventre en est une autre. Quoi qu’on en dise, ces femmes ne sont ni consentantes, ni libres. Je suis allée en Inde récemment, j’ai rencontré des mères porteuses, et croyez-moi, ce n’est pas de gaieté de cœur qu’elles attendent l’enfant d’une autre.

. Le Devoir - Faux pas du SPVM dans une campagne de prévention des agressions sexuelles
Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) retire une campagne de prévention selon laquelle la surconsommation d’alcool peut rendre une femme plus vulnérable aux agressions sexuelles. La police admet que le message de sa publicité, intitulée "Je sors avec ma gang, je repars avec ma gang", est désuet. La reconnaissance par le SPVM de ses torts est l’occasion d’ajuster le tir et de viser les personnes potentiellement capables de commettre un crime de nature sexuelle plutôt que les victimes, estime Stéphanie Tremblay, porte-parole du Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS). "La conséquence d’un message comme celui qui a été diffusé dans les derniers jours et en 2012, c’est que plusieurs femmes vont retenir que, si elles sont agressées sexuellement, c’est parce qu’elles n’ont pas fait le nécessaire pour se protéger", souligne Mme Tremblay. Un avis partagé par Rachel Chagnon, professeure au Département de sciences juridiques et directrice de l’Institut de recherches et d’études féministes de l’UQAM. 

. France TVInfo - Inde : les femmes exclues du marché du travail
En Inde, ce sont les hommes qui travaillent, quel que soit le secteur d’activité. Bien sûr, il y a des femmes indiennes qui travaillent et même qui parviennent au sommet. Mais il s’agit d’une infime minorité. Au quotidien, de couturier à vendeur, les métiers se déclinent au masculin et la situation se dégrade pour les femmes. 36% travaillaient en 2005, à peine 26% aujourd’hui. La faute à une vague conservatrice dans une société patriarcale. Cette situation des femmes n’affecte pas seulement la cellule familiale. C’est le développement de tout le pays qui est touché.

. Le Devoir - Tirer sur le messager du Pacte
La pluie de commentaires acerbes au sujet du Pacte écologique pour la transition, mis en oeuvre par le metteur en scène Dominic Champagne, reflète un malaise. Tant d’attaques personnelles à tort ou à raison contre les artistes et les autres signataires du contrat déterminés à réduire leur empreinte écologique laissent songeur… Si seuls les plus blancs que blanc peuvent s’engager, il n’y aura pas grand monde à bord du train. S’il faut attendre que le voisin se déleste pour en faire autant, le désastre va s’accentuer. De fait, signer le Pacte ou pas importe peu. Ce qui compte, c’est la prise de conscience et les résolutions à tenir devant son miroir d’abord, ce juge de bien mauvaise foi.

. Le Figaro - La loi prostitution pourrait être censurée au nom de "la liberté d’entreprendre"
Le Conseil constitutionnel va se pencher sur la loi renforçant la lutte contre la prostitution. Voté en avril 2016, ce texte a mis fin au délit de racolage et a instauré la pénalisation des clients de prostitués avec la création d’une amende de 1 500 euros pour l’achat d’actes sexuels. Lundi, le Conseil d’État a accepté de transmettre aux Sages une question prioritaire de Constitutionnalité (QPC) sur ce texte, voté après deux ans et demi de débats et de désaccords parlementaires. ---Le Conseil constitutionnel dira d’ici trois mois s’il juge la loi prostitution conforme aux droits et libertés garantis par la Constitution et si le texte doit être censuré. "Ils devront dire pour l’ensemble de la société, si la liberté de commerce prime sur les droits humains".

. La Gazette des femmes - Quand le milieu de travail se mêle de violence conjugale
En juillet dernier, la Nouvelle-Zélande a créé un congé spécifique pour les victimes de violence conjugale : 10 jours payés pour leur permettre d’échapper à leur foyer sans craindre de perdre leur emploi. Au Québec comme ailleurs, les législateurs·trices commencent à reconnaître que le milieu de travail doit favoriser l’émancipation des survivant·e·s. Jan Logie n’a pas su retenir son cri de joie quand le Parlement d’Auckland (Nouvelle-Zélande) a appuyé son projet de loi, à 63 voix contre 57. Mais après sept ans de bataille législative, ses collègues députés lui ont pardonné ce comportement bien peu parlementaire. "La violence contre les femmes et les enfants a été l’une des principales raisons qui m’ont poussée à m’impliquer en politique", raconte l’élue du Parti vert, formation actuellement au pouvoir aux côtés du Parti travailliste. De toutes ses années de travail dans le milieu communautaire, elle se rappelle ces femmes qu’elle a vues perdre leur emploi en raison d’un foyer violent. Parce que les impacts de la violence familiale s’étendent au-delà des murs de la maison, en Océanie comme ici. Tour d’horizon des politiques en place ici et là-bas, certaines plus généreuses que d’autres.

. Le Parisien - "Les Chatouilles" : un tour de force
"Les Chatouilles", adapté par au cinéma par Andréa Bescond, qui a transposé sa propre histoire, raconte comment un ami de la famille, Gilbert (Pierre Deladonchamps) abuse de la petite Odette, 8 ans, qui se réfugie dans la danse pour tenter d’oublier. Plus tard, une fois les choses révélées, la mère d’Odette, Mado (Karin Viard), refuse de voir cette affaire étalée sur la place publique au contraire de son mari, Fabrice (Clovis Cornillac), bien décidé à aller en justice. Une force tranquille porte d’un bout à l’autre ce film exceptionnel par sa capacité à être dans le vrai – et pour cause – sans être prisonnier du drame qu’il décrit.

. BFMTV - Angela Merkel refuse de servir d’"alibi" au manque de femmes en politique
Angela Merkel a affirmé ce lundi, à l’occasion du centième anniversaire de l’obtention du droit de vote des femmes en Allemagne, refuser de servir d’"alibi" à la faible proportion d’élues en politique. "Une hirondelle ne fait pas le printemps", a jugé la dirigeante conservatrice, au pouvoir depuis 13 ans. "Le fait que je sois (chancelière) ne doit pas servir d’alibi", a-t-elle ajouté à l’occasion d’une cérémonie au Musée historique allemand de Berlin. Angela Merkel, première femme à diriger le gouvernement allemand, a notamment fustigé la sous-représentation des femmes à la chambre des députés (Bundestag) où depuis les dernières législatives de 2017, elles ne sont plus que 30,9% à siéger, contre 36,5% durant la législature précédente.

. Usbek & Rica Pour Donna Zuckerberg, les réseaux sociaux favorisent la diffusion de la misogynie
Universitaire spécialiste de l’Antiquité, la soeur de Mark Zuckerberg évoque dans une interview au Guardian son ouvrage Not All Dead White Men, Classics and Misoginy in the Digital Age (2018, Harvard University Press). Elle s’y penche sur l’instrumentalisation des textes classiques par les masculinistes, notamment sur les réseaux sociaux. La jeune femme de 31 ans a pu vérifier l’adage selon lequel tous les chemins mènent à Rome. C’est en consultant les statistiques de son site consacré à la publication d’articles sur la culture gréco-romaine et baptisé Eidolon, qu’elle est tombée sur ces recoins du Web où s’agitent les masculinistes. En 2015, elle constate un pic de consultation d’un article intitulé "Pourquoi le stoïcisme connaît un regain d’intérêt", relate le Guardian. En se penchant sur l’origine des visiteurs de cet article, elle fait une découverte étonnante : des misogynes utilisent les classiques de l’Antiquité pour justifier leurs prises de position contre les femmes.

. Atlantico - Démographie : la fertilité des femmes décline remarquablement presque partout dans le monde
Selon une étude de l’Université de Washington publiée dans le Lancet, le taux de fécondité des femmes a été divisé par deux entre 1950 et 2017 dans le monde. James Gallagher, dans son compte-rendu de l’étude publiée dans The Lancet fait une large place à ce qu’en France on nomme communément indicateur conjoncturel de fécondité (en anglais, total fertility rate), nombre moyen d’enfants que mettrait au monde une femme si elle connaissait durant toute sa vie féconde les conditions de fécondité observées durant une période donnée, généralement une année civile. Cet indicateur, anticipation toutes choses égales par ailleurs de la fécondité du moment, ne met en jeu que la population féminine en âge de procréer (15-49 ans révolus). Il diffère en cela du taux de natalité (généralement exprimé en pour mille) qui rapporte le nombre annuel de naissances à la population totale moyenne d’une année, une population au sein de laquelle les femmes en âge de procréer ne représentent qu’une partie, généralement minoritaire. Le développement économique et la réduction des risques de décès dans les premiers âges de la vie jouent un rôle premier dans le déclin de la fécondité.

. Le Devoir - L’éloge de la colère
Qu’est-ce que la colère au juste, ce mot féminin que le dictionnaire décrit comme étant un "violent mécontentement accompagné d’agressivité" ? Rien d’autre que le refus de se faire enlever le droit d’être en colère contre une injustice. Le mouvement #MeToo n’est que la pointe de l’iceberg d’une colère qui couve depuis des siècles et que la révolution technologique a rendue possible. Que Dieu bénisse cette dernière ! Sauf que, même 2000 ans plus tard, une femme qui exprime sa colère est considérée comme hystérique et inapte au raisonnement éclairé, surtout dans la sphère publique. Chez l’homme, la colère est souvent vue comme une vertu et une force de caractère. C’est ce que dévoile le livre culte aux États-Unis de l’écrivaine Soraya Chemaly Rage Becomes Her, The Power of Women’s Anger (Éditions Atria, 2018).

. Ouest France - Abus sexuels. Le Vatican bloque des mesures des évêques américains
Alors que les évêques américains devaient se prononcer sur des mesures de luttes contre les abus sexuels, le Vatican a ordonné à la conférence des évêques de reporter ce vote. Le haut clergé américain proposait notamment un nouveau code de conduite, un nouveau mécanisme de signalement, ainsi que la création d’une commission d’enquête menée par des personnes n’appartenant pas à l’église catholique américaine. "Nous ne sommes pas satisfaits de cela », a assuré le cardinal DiNardo au sujet de la demande du Vatican. « Nous travaillons dur pour passer à l’action. Et nous allons le faire. Nous rencontrons juste un contretemps." Mi-août, les services du procureur de Pennsylvanie ont publié un rapport accablant, détaillant des abus perpétrés durant plusieurs décennies par plus de 300 prêtres et dont ont été victimes plus de 1 000 enfants. Le rapport dépeint une hiérarchie ayant souvent eu une démarche active pour ne pas ébruiter les cas d’abus sexuels et pour protéger les auteurs de ces agressions.

. Slate France - Le monde manque gravement de physiciennes, mais ça n’a rien d’une fatalité
Si la physique peine à attirer les lycéennes et les étudiantes, ce n’est pas une question de sujets étudiés, mais bel et bien d’environnement. On ne pourrait guère trouver statistique plus édifiante : dans près de la moitié des lycées anglais mixtes, il y avait 0% de filles dans les classes de sciences physiques niveau Terminale. Malgré les différentes campagnes mises en place pour rendre la discipline plus attractive auprès des élèves féminines, le déséquilibre est resté vertigineux, comme si rien ne pouvait convaincre les adolescentes et les jeunes femmes de se tourner vers la physique. Il faut dire que le monde des sciences physiques est, comme beaucoup d’autres hélas, réputé pour le sexisme qui y règne. Récemment, le physicien Alessandro Strumia expliquait lors d’une conférence donnée au CERN (Centre Européen de Recherche Nucléaire) que les femmes étaient moins aptes que les hommes à faire de la recherche en sciences physiques.

. Le Devoir - Une sénatrice appelle à l’action contre la stérilisation forcée d’autochtones
Une nouvelle étude montre que la stérilisation forcée de femmes autochtones n’est pas seulement une partie honteuse de l’histoire canadienne, mais que la pratique a encore cours en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba, en Ontario et dans les territoires. Yvonne Boyer, avocate métisse et ancienne infirmière, aujourd’hui sénatrice de l’Ontario, a souligné que la ligature des trompes menée sans le consentement d’une patiente autochtone demeurait l’une des pratiques les plus odieuses en matière de soins de santé au Canada. Mme Boyer a publié, en 2017, une recherche réalisée avec la chercheuse et médecin métisse Judith Bartlett. Leur rapport expliquait comment les femmes autochtones avaient été contraintes à la ligature des trompes — dont les extrémités sont sectionnées, scellées ou brûlées pour empêcher le transport des oeufs des ovaires à l’utérus — après un accouchement à Saskatoon.

. Cheek Magazine - La journaliste Aurélia Blanc donne des clefs pour éduquer les garçons sans sexisme
"Comment éduquer nos fils pour qu’ils ne deviennent pas sexistes ?” Aurélia Blanc, journaliste pour le magazine Causette et jeune mère, a répondu à cette question dans son premier ouvrage Tu seras un homme féministe mon fils, un manuel d’éducation antisexiste pour des garçons libres et heureux (Marabout). Sorti en librairies le 10 octobre, le livre regorge de témoignages, d’avis d’expert·e·s et de conseils pratiques. Le manuel s’adresse très clairement à des parents de garçons mais aussi, de manière un petit peu plus large, à des professionnel·le·s de l’enfance ou de l’adolescence, c’est-à-dire tou·te·s celles et ceux qui sont amené·e·s à côtoyer des jeunes et à intervenir auprès d’eux.

. France Culture - Prix littéraires : "C’est l’homme blanc quinquagénaire qui règne en maître dans les jurys"
Parmi les grands prix littéraires, il n’y en a pas un qui récompense à égalité les femmes et les hommes. Le Goncourt a couronné 10% de femmes depuis sa création en 1904, l’Intérallié 9%, le Renaudot 13%... ; et ces chiffres, plus qu’inégalitaires, ne choquent pas grand monde. Comment l’expliquer ? Un prix littéraire peut changer la vie d’un écrivain, lui permettre de travailler plus sereinement sans s’inquiéter de trouver son public ou de se distinguer sur les étals fournis des libraires. Mais il y a peu d’élus... et surtout très très peu d’élues. Les motifs de cette situation d’inégalité.

. 24 minutes - Enquête sur les agressions sexuelles en psychiatrie
La Commission nationale pour la prévention de la torture (NKVF) mène une enquête sur des hôpitaux psychiatriques en Suisse. Des rapports font état que nombre de ces cliniques ne peuvent pas accueillir séparément les hommes et les femmes alors que les chambres ne disposent pas de verrou. Mêmes problèmes dans les douches, qui sont elles aussi partagées dans certaines institutions. Dans certains cas, des mineurs seraient même accueillis avec des adultes. Pourtant, la Convention internationale sur les droits de l’enfant et le Comité anti-torture du Conseil de l’Europe exigent formellement un logement séparé dans ce genre de cas.

. Le Devoir - Se tenir debout
C’est au moment où elle écrit La femme qui fuit qu’Anaïs Barbeau-Lavalette prend conscience du manque flagrant de modèles féminins dans notre histoire écrite. À l’instar de sa grand-mère — Suzanne Meloche, femme forte qui décide de quitter la famille pour s’accomplir —, plusieurs femmes ont façonné le pays, porté leur cause, quitte à tout perdre. Avec Nos héroïnes, qui paraît tout juste chez Marchand de feuilles, l’auteure met en lumière une quarantaine de portraits singuliers qui ont, depuis les débuts de la colonie jusqu’à la période contemporaine, marqué l’histoire, façonné le paysage culturel et social. "Écrire ce livre est, pour moi, la suite logique des choses. Qu’est-ce qu’on construit après #MoiAussi ? C’est ça. On construit des modèles de femmes fortes qui depuis très longtemps se sont levées et ont bravé les interdits", explique Anaïs Barbeau-Lavalette.

. Le Journal Métro - Un livre du SPVM sur l’exploitation sexuelle dans les communautés autochtones
Le livre Mon ami… mon agresseur – un projet du Service de police de la ville de Montréal (SPVM) qui aborde la prostitution, l’exploitation sexuelle et la traite de personne dans les communautés autochtones – devrait bientôt être publié. Mercredi, le comité exécutif a autorisé la signature d’un contrat d’impression et de reproduction avec la maison d’édition Hannenorak, qui sera aussi chargée de traduire et de promouvoir l’ouvrage. Décrit comme un outil pédagogique, celui-ci sera principalement composé de témoignages de victimes et de textes d’intervenants autochtones, le but étant d’encourager la prise de conscience collective d’une situation "inacceptable", en favorisant la dénonciation avant toute chose.

. Les Inrockuptibles - Pourquoi les femmes sont les grandes gagnantes des "midterms"
Mardi 6 novembre se sont déroulées les midterms aux États-Unis : jamais autant de femmes n’avaient mené de campagnes ni n’en avaient remportées. Un nouveau chapitre de la démocratie américaine semble s’ouvrir. Au mois de septembre dernier, la chercheuse et professeure des Universités Françoise Coste nous expliquait qu’il était possible de voir émerger "un réveil assez saisissant des femmes noires qui, comme ce fut le cas lors des primaires de l’été 2018, se mobilisaient pour voter". La chercheuse y voyait les signes avant coureur "d’une vague de femmes noires qui votent et qui sont élues, ancrant la communauté noire au sein du parti démocrate", et du jeu politique américain. Ce phénomène, comme l’a prouvé ce scrutin, s’est vérifié bien au-delà de la communauté afro-américaine. Tour d’horizon de ces femmes grandes gagnantes des “midterms”.

. Brain Magazine - Quand va-t-on enfin appeler les choses par leur nom et parler de terrorisme masculiniste ?
À première vue, cela ressemble à une tuerie tristement banale, déjà la 300ème de l’année aux États-Unis. Le 2 novembre, Scott Beierle, un Américain de 40 ans, débarque armé dans une salle de yoga de Tallahassee en Floride, peu avant un cours. Il se fait passer pour un client puis il tire sur les membres du club avant de retourner l’arme contre lui. Deux femmes meurent dans l’attaque, cinq autres personnes (dont quatre femmes) sont blessées. Les enquêteurs n’ont pas encore identifié de mobile à cette attaque mais le profil du tueur présumé, ultra-misogyne et raciste, laisse imaginer ses possibles motivations. Buzzfeed News a exhumé des vidéos YouTube postées par Beierle en 2014. Il y peste contre les femmes, ces "putes" et "salopes". Et plus particulièrement contre ces "putes" qui ont "trahi leur sang" en ayant une relation interraciale.

. La Gazette des femmes - Agricultrices de la relève : cultiver la différence
Le Conseil du statut de la femme vient de faire paraître un portrait préliminaire de recherche sur la relève féminine agricole au Québec. Il fait le récit de l’établissement en agriculture de trois femmes inspirantes évoluant dans des types de production très différents : Maude Tremblay en production bovine, Audrey Bogemans dans le secteur des grandes cultures, et Véronique Bouchard en production maraîchère sur petites surfaces. Bien que l’analyse soit en cours et que les résultats complets seront publiés ultérieurement, ce portrait met néanmoins en lumière les défis que rencontrent les femmes qui désirent s’établir dans ce secteur économique. Entrevues avec ces trois femmes qui, par leur engagement dans leurs communautés respectives, contribuent à l’évolution des mœurs en agriculture.

. Le Devoir - #MoiAussi : la plus grande hausse d’agressions sexuelles signalées est au Québec
Lorsque le mouvement de dénonciation #MoiAussi est devenu viral dans les médias sociaux en octobre 2017, le nombre d’agressions sexuelles signalées à la police et jugées fondées a explosé. L’agence fédérale de statistiques a voulu évaluer le nombre d’agressions sexuelles rapportées avant et après le mouvement #MoiAussi. Les périodes évaluées pour "l’avant" sont du 1er janvier 2016 au 30 septembre 2017, et pour "l’après", du 1er octobre 2017 au 31 décembre 2017. Au Québec, le taux a augmenté de 61% pour passer de 12,4 à 20 victimes par tranche de 100 000 habitants. En deuxième place se trouve Terre-Neuve-et-Labrador qui a connu une hausse de 36%. La police n’a rapporté que les plaintes qu’elle a classées comme fondées. Ces données ne font donc pas état du total de plaintes d’agressions rapportées à la police. Et cela ne signifie pas non plus que des accusations criminelles ont ensuite été déposées dans tous ces cas.

. Irréductiblement féministe - 25/11/2018 #NousToutes OU #NousAussi ?
Le 25 novembre c’est la Journée Mondiale de Lutte contre les violences faites aux femmes. Après la Women’s March de janvier 2017 et la lame de fond #MeToo, est prévue le 24 novembre 2018 à Paris, une marche #NousToutes pour ne pas laisser retomber la mobilisation. Les organisatrices de l’évènement rappellent qu’en "Argentine, Chili, Espagne, Inde… Partout dans le monde, des voix se lèvent contre les violences. Et en France ?". C’est vrai, la mobilisation mondiale est enfin à la hauteur des violences sexistes et sexuelles que subissent les femmes du monde entier, et ce n’est pas le moment de baisser les bras. Alors, fortes des précédents succès mondiaux, les organisatrices, Caroline De Haas et le CNDF (Comité National des Droits des Femmes) en tête, annoncent "une déferlante féministe pour en finir avec les violences sexistes et sexuelles". Tout était réuni cette année, pour que la mobilisation du 24 novembre soit très suivie. Dans ces conditions, je me demande pour quelles raisons, les organisatrices se prêtent à des alliances douteuses pour assurer son succès ?

. France TV Info - L’Inde est le pays le plus dangereux pour les femmes
Un classement de Fondation Thomson Reuters place l’Inde à la première place des pays les plus dangereux de la planète pour les femmes. Un classement peu flatteur qui a été effectué selon six critères : l’accès aux soins médicaux, les discriminations, les violences sexuelles et non-sexuelles, l’oppression culturelle et l’oppression humaine. Être une femme en Inde, c’est faire face à un danger quotidien. Dans ce pays, 4 cas de viols sont, par exemple, recensés toutes les heures. Une menace permanente, qui contraint certaines jeunes filles à renoncer à l’éducation scolaire. Mais la sécurité n’est pas le seul facteur contraignant les femmes à devoir faire une croix sur leur éducation scolaire.

. LCI - Des électrices recouvrent la tombe d’une célèbre militante féministe d’autocollants "J’ai voté"
La tombe de Susan B. Anthony a été recouverte d’autocollants "J’ai voté" ce mardi alors que l’Amérique vote pour les élections de mi-mandat. Une façon pour les femmes qui se sont déplacées voter pour les Midterms de lui rendre hommage pour sa lutte afin que les Américaines obtiennent ce droit. Car en novembre 1872, Susan B. Antony vote à la présidentielle américaine. Mais à cette époque, les femmes n’avaient pas le droit de participer à la vie politique du pays. Deux semaines plus tard, elle a été condamnée à une amende pour "vote illégal". C’était 50 ans avant la mise en place du 19e amendement qui a accordé le droit de vote aux femmes.

. Le Devoir - 400 personnalités québécoises lancent un "Pacte" pour lutter contre les changements climatiques
Une initiative pour inciter les citoyens à réduire leur empreinte environnementale et pour presser les gouvernements à agir de façon ambitieuse contre les changements climatiques. "L’urgence de la situation exige une mobilisation sans précédent et de vigoureuses actions collectives pour protéger le monde dans lequel nous vivons, l’eau, l’air, les sols qui nous nourrissent, nous et nos enfants. La science nous dit aussi qu’il est technologiquement, humainement et économiquement possible de limiter le réchauffement de la planète. La solution passe par la volonté politique.

. Les Échos - Pourquoi les facs japonaises de médecine éliminaient en secret les filles candidates
Pendant des années, l’Université de médecine de Tokyo a donné des points de bonus aux candidats hommes. Accusée d’avoir truqué pendant des années ses concours d’entrée pour freiner la réussite des filles, l’Université de médecine de Tokyo a annoncé, ce mercredi, qu’elle allait tenter de réparer ses fautes en laissant notamment les candidates injustement éliminées retenter leurs chances lors du concours de sélection de 2018. Mais cette soudaine générosité ne devrait pas apaiser le courroux des anciennes élèves flouées qui ont lancé plusieurs démarches devant la justice pour toucher des dommages et intérêts.

. Le Devoir - Alanis Obomsawin, à hauteur de murale
La cinéaste abénaquise aux 51 films, qui pond un documentaire après l’autre sous l’égide de l’ONF, est le grand témoin des blessures des Autochtones comme de leur spiritualité, de leurs traditions et des combats identitaires d’une jeunesse entre deux mondes. L’éducation des enfants est le grand combat d’Alanis Obomsawin, qui, à 86 ans, n’en finit plus de viser les lendemains. La voici vingtième à trôner sur les parois de la ville à travers la série "Les bâtisseurs culturels" de MU, parmi les Leonard Cohen, Janine Sutto, Dany Laferrière, Michel Tremblay, Dominique Michel et d’autres grands artistes de Montréal morts ou vifs.

. La Presse - Élections américaines : un record de femmes à la Chambre des représentants
Les candidates aux élections de mi-mandat aux États-Unis auront fait en sorte de briser le record de 84 femmes siégeant simultanément à la Chambre des représentants. Avec des bulletins de vote étant encore comptabilisés à travers le pays, les femmes remportaient tard mardi 75 sièges et étaient assurées de la victoire dans neuf districts où seules des femmes se présentaient. Plus de 230 femmes, dont beaucoup étaient des candidates pour la première fois, se trouvaient sur les bulletins de vote pour les courses à la Chambre des représentants. Lire aussi : Élections de mi-mandat : les Démocrates remportent la victoire à la Chambre des représentants.

. Le Monde - "En politique, les femmes africaines demeurent aussi craintes que courtisées"
L’engouement ou la frilosité quant à l’ouverture politique au sexe féminin montre que les femmes, qu’elles soient élues ou électrices, demeurent aussi craintes que courtisées. Cette ambivalence n’est que trop vite oubliée par l’enthousiasme médiatique que la nomination (ou l’élection) d’une femme à un haut poste de pouvoir suscite et qui fait croire qu’il y a là un phénomène nouveau. Or la présence de femmes en politique est ancienne, mais a été occultée par un récit national forgé par une élite masculine en quête de légitimité et qui associe la politique à la virilité. Faut-il donc croire qu’une femme à un haut poste de pouvoir annonce véritablement un nouveau type de politique et de société ?

. Le Journal de Montréal - Les excisions et mutilations sexuelles en baisse en Afrique
Les excisions et mutilations sexuelles, encore largement répandues en Afrique, sont significativement en baisse parmi les enfants de 0 à 14 ans grâce aux campagnes de sensibilisation, en dépit de disparités selon les pays. L’étude menée à partir des données de l’Unicef fait état d’une baisse encourageante de ces pratiques mutilantes en Afrique de l’Est. En revanche, le rythme de déclin de ces pratiques est plus lent en Afrique du Nord et en Afrique de l’Ouest. Et au Moyen-Orient, c’est d’une hausse qu’il s’agit. Selon les estimations de l’Unicef, 200 millions de femmes et d’enfants dans le monde ont subi des mutilations sexuelles. Les chiffres disponibles montrent que ces pratiques sont particulièrement préoccupantes en Afrique et dans des pays du Moyen-Orient, dont l’Irak et le Yémen.

. Libération - Femmes journalistes assassinées : leur cri nous hante
Le Manifeste pour les femmes reporters assassinées somme l’État de ne pas se dérober. L’assassinat d’Anna Politkovskaïa, le 7 octobre 2006 à Moscou, provoqua une onde de choc mondiale préjudiciable à la Russie que cette journaliste dénonçait comme « bâtie sur le sang et le mensonge ». Au fil des conflits du XXe siècle, il était arrivé que des femmes reporters de guerre perdent la vie, tombées dans une embuscade ou sous les bombes. Elles en avaient pris le risque avec courage et audace. Mais, en 2006, la mort d’Anna Politovskaïa ouvrait une autre ère : celle de l’assassinat ciblé, commandité, puis exécuté. En 2012, l’Américaine Marie Colvin, de CNN et du Sunday Times, était éliminée sur ordre du gouvernement syrien. Certes, ces femmes grands reporters ont gagné leur place sur tous les fronts, mais nous insistons sur le fait que nous sommes là face à des assassinats. Et que ces actes dûment orchestrés interpellent directement les États, leurs diplomaties, leurs polices, leurs services de renseignement et leurs justices. Qu’ils sont également des outils de guerre et de terreur à l’heure du tout média instantané.

. Le Soleil - FFQ et Kanye West : même combat
L’été dernier, le rappeur américain Kanye West avait provoqué l’incrédulité générale en affirmant que l’esclavage était un choix pour les esclaves. Le 28 octobre 2018, plusieurs d’entre celles qui étaient présentes à l’Assemblée générale extraordinaire de la Fédération des femmes du Québec ont pu constater que la FFQ était en train de faire une Kanye West d’elle-même. L’angle mort dans ce débat, c’est la violence des hommes et du système économique qui restreint la capacité d’agir de toutes les femmes, mais encore bien plus celles des femmes autochtones, immigrantes, sans statut, handicapées, pauvres, itinérantes, bref de toutes les marginalisées que la FFQ prétend vouloir mettre au centre de ses préoccupations. Nous voilà donc face à une fédération qui nage en pleine contradiction. Certaines sont sorties de l’assemblée du 28 octobre en se disant que la FFQ reconnaissait enfin le « travail du sexe ». D’autres sont sorties en se disant que la FFQ avait réussi à maintenir une certaine neutralité. D’autres, qui se rappellent qu’en janvier dernier le CA de la FFQ avait protesté contre la fermeture de salons de massages érotiques à Laval, se demandent si la FFQ va se lancer dans une vaste offensive de banalisation de l’industrie la plus violente envers les femmes.

. Le Centre de lutte contre l’oppression des genres - Comment influencer le vote sur la prostitution en faveur de la FFQ
Vous vous rappelez peut-être qu’il y a quelques mois, nous avons encouragé les femmes à devenir membres de la FFQ afin de voter sur des propositions importantes qui devaient être votées lors de l’AGA de la FFQ en mai. L’agenda de l’AGA comprenait des propositions en faveur des femmes autochtones, des femmes musulmanes et des travailleuses du sexe. Eh bien, ce qui s’est passé, c’est que lors de cette assemblée générale, les féministes transphobes, anti-travailleuses du sexe et celles pour qui le féminisme n’est que pour les femmes blanches ont fait traîner chaque point de l’agenda de façon à ce que nous n’avions pas eu la chance de voter sur quoique ce soit. C’était incroyablement frustrant, mais ça veut dire que nous avons maintenant plus de temps pour nous organiser afin de faire passer ces importantes propositions. Pourquoi gagner le vote sur ces propositions est si important : La FFQ est perçue comme LA voix des féministes au Québec. Si nous perdons sur ces propositions, cela créera un obstacle supplémentaire pour tous celles qui luttent pour la justice dans cette province. Bien qu’aucune des propositions présentées ne porte spécifiquement sur l’inclusion des femmes trans dans le mouvement féministe, il est clair qu’une partie importante de ses membres s’est indignée qu’une femme trans, Gabrielle Bouchard, ait été élue présidente de l’organisme en novembre dernier. Un vote contre ces propositions serait considéré par le public non seulement comme un vote contre Gabrielle, mais comme un rejet de toutes les femmes trans du mouvement féministe. Nous devons faire tout ce que nous pouvons pour empêcher que cela se produise.

. La Presse - La Fédération des femmes du Québec et le débat sur la prostitution : sortons de l’impasse
Dans l’une de ses résolutions, la FFQ dit aussi souhaiter que l’on distingue les termes et les enjeux : "l’industrie du sexe, les échanges consensuels, les situations d’exploitation et la traite humaine". Ces quatre catégories, tel que stipulé, sont en effet différentes, mais elles ont tout de même un point commun. À savoir qu’elles fonctionnent avec le même carburant, des corps qui servent à donner du plaisir et, la majorité du temps, à enrichir des souteneurs. L’organisme dit aussi vouloir lutter "contre l’exploitation et les violences faites aux femmes dans la prostitution/industrie du sexe" et défendre "le droit de toutes les femmes à l’intégrité physique et mentale, à la dignité, à la santé et à la sécurité". Mais si on ne condamne pas ouvertement le système qui les rend vulnérables, comment s’en sortir ? Contre qui ou quoi défend-on les femmes exactement ? C’est comme si on refusait de voir cette "industrie" comme un problème, et c’est là que bien des féministes s’insurgent avec raison. Car il est documenté, et depuis des années, que la prostitution résulte d’un système économique qui broie les femmes, mais aussi des hommes et des enfants, et ce système a à voir avec l’exploitation des personnes vulnérables. Et cette dynamique se répercute dans toutes les couches sociales, où l’on trouvera toujours des gens qui usent de leurs privilèges, même parmi les moins privilégiés. C’est toute la perversité de ce système. Il faut le dénoncer.

. Le Journal de Montréal - Prostitution et FFQ. Suis-je devenu un "ti-mononcle" ?
La mal nommée Fédération des femmes du Québec vient de poser que la prostitution est un métier comme un autre, qu’il ne nous appartient pas de juger et, encore moins, de criminaliser. Thérèse Casgrain, qui s’est longtemps battue pour le droit de vote des femmes au Québec, obtenu en 1940, fonda la FFQ en 1966. À la tête de la FFQ, Françoise David enfourcha ensuite la cause de la pauvreté plus marquée des femmes, parfaitement indéniable. Aujourd’hui, la FFQ est dirigée par un ex-homme, Mme Gabrielle Bouchard, qui se targue d’avoir fait adopter sur le sujet une position "sans jugement", qu’elle présente comme un "changement de culture". Elle y voit une avancée. Moi, je me pince d’incrédulité. Il y a sans doute une minorité de femmes qui choisit la prostitution sans subir des violences ou des contraintes. Combien sont-elles ? Les autres, la très grande majorité, vivent la violence, la vulnérabilité, la dépendance, la toxicomanie, l’exploitation, quand ce n’est pas carrément l’esclavage.

. Le Devoir - "La prostitution est loin d’être un choix" (Conseil central de Lanaudière-CSN)
Le Conseil central de Lanaudière-CSN ne renouvellera pas son adhésion à la Fédération des femmes du Québec — qui vient à échéance en décembre —, disant ne plus se reconnaître dans les positions prises récemment par la FFQ sur la prostitution. "Pour nous, il est clair que la prostitution est loin d’être un choix", fait valoir Patricia Rivest, vice-présidente à la condition féminine du Conseil central de Lanaudière-CSN, qui représente près de 12 000 travailleurs. En 2013, la centrale syndicale avait adopté une position préconisant la criminalisation des proxénètes et des clients et la décriminalisation des prostituées, souligne Mme Rivest. "Ce qui a été décidé à la FFQ ne ressemble plus en aucun cas à ce que nos membres ont voté", explique-t-elle. "Des groupes pro-travailleuses du sexe, qui ont des objectifs obscurs, ont décidé de se mobiliser en grand nombre et ont pris une position pour toutes les femmes, mais j’ai l’impression que ce ne sont pas toutes les femmes qui pensent comme ça", ajoute-t-elle.

. Le Devoir - Le "boys’ club" de François Legault
Si on gratte un peu le vernis de son engagement envers la parité hommes-femmes, il appert que le premier ministre François Legault dirige un gouvernement aux allures de boys’ club, selon une recension effectuée par La Presse canadienne. Même s’il a respecté sa promesse de composer un Conseil des ministres formé à parts égales de femmes et d’hommes, il reste que, depuis le 1er octobre, le premier ministre Legault a préféré, en règle générale, confier les postes décisionnels à des hommes plutôt qu’à des femmes, qu’il s’agisse de sa garde rapprochée, des chefs de cabinet, des officiers parlementaires, ou encore des postes-clés de la haute fonction publique. La rhétorique paritaire caquiste s’est arrêtée aux portes des cabinets. Le gouvernement compte au total 28 cabinets : celui du premier ministre, les 26 cabinets de ministres et celui du whip en chef. Au total, on trouve deux fois plus d’hommes que de femmes aux commandes des cabinets, soit 19 hommes (68%) pour 9 femmes (32%). Occupant des postes de nature politique, les directeurs de cabinet ont été choisis personnellement par M. Legault ou son entourage immédiat. Les postes les plus stratégiques et les mieux rémunérés de l’administration publique ont été réservés aux messieurs

. Le Soleil - Prostitution : la trahison de la Fédération des Femmes du Québec
En décidant, en assemblée générale extraordinaire convoquée à cet effet le 28 octobre 2018, "Que la FFQ reconnaisse l’agentivité des femmes dans la prostitution/industrie du sexe incluant le consentement à leurs activités", la FFQ révèle son ignorance, son déni outrageant de la réalité vécue par les femmes dans la prostitution et les trahit en prétendant les aider. Elles se prostituent pour deux raisons. La première raison est leur besoin impératif d’argent et leur corps est tout ce qui leur reste à vendre pour vivre ainsi que leurs enfants. La pauvreté est la toile de fond de la prostitution féminine, on ne dira jamais assez combien ces femmes sont pauvres. La deuxième raison est liée à leur histoire personnelle. Elles le font parce qu’une histoire a précédé leur basculement dans la prostitution. Il n’y a pas d’histoires heureuses qui conduisent à se prostituer. Chaque parcours demeure un drame personnel à comprendre. La prostitution est un crime contre la personne, un problème social et politique sur lequel il nous faut agir. Il ne peut y avoir une catégorie de femmes prostituables. Tant que des femmes seront prostituables, nous le serons toutes.

. Huffington Post - États-Unis : quoi surveiller aux élections de mi-mandat mardi
Les élections de mi-mandat font référence à la moitié du mandat du président des États-Unis et concernent les deux chambres du Congrès américain. Deux ans après une élection présidentielle, tous les sièges de la Chambre des représentants sont à nouveau en jeu, de même qu’environ un tiers des sièges du Sénat. Chaque État est représenté par des élus qui siègent dans les deux chambres du Congrès américain. Le Congrès est l’institution qui adopte les lois fédérales américaines. Par ailleurs, de nombreuses campagnes électorales se déroulent chaque année au sein des gouvernements d’États et des communautés locales, ce qui vient allonger la liste des postes à combler. On assiste à un nombre record de femmes qui participent à l’élection. Un record de 257 femmes sont candidates pour les postes au Congrès. Il y a même cinq États où les courses sénatoriales sont exclusivement féminines, c’est du jamais vu. Les sujets chauds : santé immigration, droits des femmes.

. Le Monde - L’Afrique du Sud veut s’attaquer au fléau des violences sexistes et des féminicides
Le 1er août, elles avaient fait le piquet jusqu’au bout, résistant aux tentatives parfois brutales de la police pour les déloger. Manifestant devant le siège du gouvernement contre les violences faites aux femmes en Afrique du Sud, les militantes avaient exigé que le président en personne vienne écouter leurs revendications. A la nuit tombée, Cyril Ramaphosa avait fini par obtempérer. Et avec l’ouverture à Pretoria, jeudi 1er novembre, d’un premier sommet national consacré aux violences sexistes et aux féminicides, le chef de l’État a même tenu parole. Sur deux jours, cette grande réunion entre gouvernement et associations a pour but de trouver des réponses concrètes à un fléau qui ravage la société sud-africaine. On dénombre 110 viols par jour dans le pays.

. Le Journal de Québec - Le lobby transgenre
La Fédération des femmes du Québec (FFQ) est dirigée par Gabrielle Bouchard, une transgenre, qui avait annoncé lors de son élection par acclamation l’an dernier que la FFQ se consacrerait d’abord aux marginalités diverses. Pas étonnant que la cause trans soit alors à l’avant-scène du combat mené tambour battant. Gabrielle Bouchard considère que la prostitution doit échapper au jugement moral. Celle qui fut un homme durant plus de 30 ans raisonne, à vrai dire, comme un proxénète. Elle refuse de considérer que la prostitution est une exploitation masculine du corps féminin. Que la quasi-totalité des prostituées sont soumises à la violence de leur souteneur, qui les drogue et les martyrise jusqu’à ce qu’elles ne soient plus en état de servir, si l’on peut dire. La FFQ, déjà discréditée par des positions inconciliables avec le combat féministe tel qu’il est mené par la majorité des femmes québécoises, vient de signer par son "ignominie", comme l’a écrit hier ma consœur, l’éditorialiste du Devoir Marie-Andrée Chouinard, son arrêt de mort. La FFQ, dirigée par une trans, ne peut pas représenter les femmes. Le combat des trans n’est pas le combat des femmes hétérosexuelles ou lesbiennes, car l’égalité des sexes n’est pas à l’ordre du jour. La contamination sociale vient d’atteindre le sommet de l’État canadien. La ministre Maryam Moncef vient de déposer un projet de loi qui changera le nom de son ministère en ministère des Femmes et de l’Égalité des genres.

. Radio-Canada - Les Nord-Coréennes subissent des agressions sexuelles dans l’impunité
Les femmes sont les proies des policiers nord-coréens et autres représentants des services de l’État qui leur infligent des agressions sexuelles dans une impunité quasi totale, selon un rapport publié jeudi par l’ONG Human Rights Watch. L’organisme base son enquête sur des entretiens avec 54 transfuges nord-coréens et dépeint un sombre tableau des viols et autres abus perpétrés par le personnel de sécurité, notamment les gardes-frontières, mais aussi des civils en position d’autorité. Le pays est entre autres accusé par l’ONU d’une violation généralisée des droits de la personne. La société nord-coréenne est profondément hiérarchisée et patriarcale, les valeurs traditionnelles de déférence envers l’autorité sont prégnantes.

. Femina - En 2018, les femmes sont-elles (encore) soumises ?
Dans "On ne naît pas soumise on le devient", la philosophe Manon Garcia affirme que le patriarcat ne pourrait prospérer sans l’aide des femmes. Un des problèmes du concept omniprésent de domination des hommes, c’est qu’il nie les femmes. Quand on parle de domination masculine, c’est un peu comme si les femmes n’avaient pas voix au chapitre, n’avaient rien à voir là-dedans, et n’étaient que des choses dont les hommes décidaient du sort. Or, il faut aussi s’intéresser à ce que les femmes font dans ce contexte-là. Comment elles peuvent être complices de cette domination en adoptant des comportements qui arrivent à la pérenniser. Prenons l’exemple de cette tribune signée par Catherine Deneuve ou Peggy Sastre au début de l’année : je les ai adorées d’être un si bon exemple de ces femmes qui sont soumises. Ce texte était une véritable revendication à être des objets sexuels pour les hommes. Leur vision en vient à légitimer des actes pourtant inacceptables. Attention, pour une femme, être soumise à la domination masculine, cela ne veut pas dire se laisser violer ou agresser. Là, il y a clairement des coupables, les agresseurs, et des victimes, celles qui subissent ces actes.

. Le Monde - Google : mouvement de protestation des employés contre le harcèlement sexuel
"Salut. Je ne suis pas à mon bureau parce que je vais participer, en solidarité avec d’autres employés de Google, à un rassemblement pour protester contre le harcèlement sexuel, les agressions sexuelles, le manque de transparence et une culture d’entreprise qui ne marche pas pour tout le monde. Je reviendrai à mon poste plus tard." Tel est le message que des employés de Google ont laissé sur leur bureau jeudi 1er novembre, à l’occasion d’une journée de mobilisation baptisée "#Googlewalkout". Des débrayages de ce type ont eu lieu aux quatre coins du monde, à New York, Singapour, Londres, Dublin, Zurich, Toronto, Chicago ou encore à Mountain View, en Californie, où se trouve le siège social de l’entreprise. En tout, les organisateurs ont revendiqué 17 000 participants – un chiffre bien plus élevé que les 1 500 personnes qu’ils attendaient. À New York, où Google emploie près de 10 000 personnes, des centaines d’employés, pour la plupart âgés de moins de 40 ans, se sont retrouvés dans un parc proche des bureaux de l’entreprise. Cette mobilisation intervient quelques jours après la publication d’une enquête du "New York Times", selon laquelle Google a passé sous silence plusieurs affaires d’agression ou de harcèlement sexuel.

. Le Devoir - Prostitution : la FFQ divague
La Fédération des femmes du Québec (FFQ) a franchi un pas de plus vers l’absurde et l’ignominie. En reconnaissant tout bonnement cette semaine la prostitution comme un travail, en associant l’exploitation sexuelle de la femme à un choix libre et éclairé, en promulguant — ou banalisant, c’est selon — le "travail du sexe" tel un métier qui pourrait faire l’objet d’un choix de carrière, cette fédération porte-voix des femmes a confirmé qu’elle ne parle plus pour la majorité. Elle soliloque avec elle-même. Au nom de la pleine autonomie des femmes et du libre choix, la FFQ dit qu’il faut reconnaître "l’agentivité des femmes dans la prostitution/industrie du sexe incluant le consentement à leurs activités". Le choix des mots n’est pas anodin. L’" agentivité", cette capacité des individus à être des agents actifs de leur propre vie, est ici associée au "consentement", sous-entendu d’un choix éclairé et conscient. Et voilà la prostitution soudain dénuée de toute violence, exploitation ou de tout état de vulnérabilité extrême.

. Le Huffington Post - Legault repousse au printemps prochain son projet de loi sur les signes religieux​
Jusqu’à maintenant il avait laissé entendre que ce serait le premier ou un des tout premiers projets de loi de sa gouvernance pour régler cette question rapidement. "Je crois que nous n’aurons pas le temps de le déposer avant Noël", a-t-il concédé. Le chef du gouvernement n’a pas expliqué si ce sont des considérations politiques ou des aspects plus techniques du projet de loi qui l’empêchent d’agir avant le printemps. La semaine dernière, M. Legault s’est dit confiant d’être en règle. Il a dit croire qu’il peut légiférer pour interdire le port de signes religieux chez les employés de l’État en position d’autorité, incluant les enseignants, sans avoir recours à la disposition de dérogation de la Charte canadienne des droits et libertés.

. The Conversation - Six conseils pour encourager les garçons à lire plus
La recherche suggère que lire davantage peut améliorer les performances en déchiffrage et en compréhension. Justement, les filles lisent en général plus souvent que les garçons et ont une attitude plus positive vis-à-vis de cette activité. Pour améliorer ces résultats en lecture et compréhension, les parents et les éducateurs peuvent chercher à ménager des échos entre l’univers de leurs garçons et le monde des livres. Voilà qui a d’ailleurs engendré une discussion sur l’importance de promouvoir des livres dits "boy friendly" censés attirer les garçons. Mais cette affirmation n’est pas étayée par des recherches quantitatives récentes. Dans les enquêtes de l’OCDE et dans mes propres travaux, on voit au contraire que les garçons sont plus susceptibles de se tourner vers des romans que vers de la non-fiction. Encourager tous les garçons à lire des ouvrages non romanesques en partant du principe que cela répond à une préférence uniforme peut en fait conduire à des résultats négatifs.

. Tous les festivals - Africolor Festival, quand les femmes reprennent le pouvoir
Depuis 30 ans, Africolor Festival se positionne comme la référence des festivals autour de la création artistique africaine. Cette année, l’édition 2018 se concentre un peu plus sur la visibilité des femmes au sein de la scène musicale et s’attachera à faire en sorte qu’elles reprennent le pouvoir, du 16 au 22 novembre prochain. Le Festival Africolor s’est donné pour mission il y a 30 ans de revaloriser l’univers africain sous toutes ses formes, de ses caractéristiques transmises du passé et de son rapport dans le présent. Répartit sur 6 départements et près de 20 villes jonchant la région Ile-de-France, l’Africolor Festival proposera cette année 35 concerts sur 6 semaines de festivités. Et à l’occasion de ses 30 ans, l’évènement souhaite remettre les femmes en haut de l’affiche en proposant une programmation faite pour et par elles. À commencer par l’artiste Muthoni Drummer Queen, nouvelle reine de la musique à percussion, qui percute la scène hip-hop kenyane entre apparâts sexy, soul, r’n’b, et une touche d’effronterie.

. Le Devoir - La FFQ sanctionne-t-elle la culture de l’agression ?
Lors d’une assemblée générale extraordinaire, le 28 octobre dernier, la Fédération des femmes du Québec (FFQ) a voté cette résolution : "Que la FFQ reconnaisse l’agentivité des femmes dans la prostitution/industrie du sexe, incluant le consentement à leurs activités." Celle qui se dit solidaire des "marginalisées" (dont les femmes racisées et les Autochtones surreprésentées dans la prostitution) les laisse, en fait, en pâture aux proxénètes, aux bandes de rue et au crime organisé. La FFQ vient aussi de donner l’absolution à "l’industrie du sexe". L’"agentivité" est une contorsion fumeuse que la FFQ utilise pour affirmer que les femmes qui consentent ne sont pas victimes de la prostitution. La prostitution reste la prostitution. Et vouloir distinguer exploitation sexuelle, prostitution et "industrie du sexe" est une supercherie. "Dire que les femmes sont consentantes, c’est faire oublier les conditions dans lesquelles elles sont amenées à consentir, c’est taire ce à quoi elles consentent, et c’est mépriser les raisons pour lesquelles elles peuvent consentir — c’est-à-dire, accepter de s’asservir. La critique du consentement est faite depuis longtemps par les féministes, qui montrent que le consentement n’est pas le désir, n’est pas la volonté, n’est pas la liberté." (Ana-Luana Stoicea-Deram) Lire la version intégrale de ce texte sur Sisyphe : http://sisyphe.org/spip.php?article5491

. Généthique - 250 organisations féministes réclament l’interdiction de la GPA par l’ONU
Une coalition d’organisations féministes a adressé une pétition à l’ONU et aux leaders du monde pour interdire la GPA (gestation pour autrui). La pétition réclame aussi l’arrêt du financement des agences de l’ONU faisant la promotion de la GPA. Plus de 250 organisations féministes l’ont signée, de 18 pays différents. Dans le texte de la pétition, déposée sur le bureau du président de l’Assemblée Générale des Nations Unies, les féministes accusent "l’industrie de la location d’utérus" d’utiliser "les mêmes tactiques que les réseaux de traite humaine", et les contrats de GPA, de contraindre les femmes à renoncer à tous leurs droits. Les signataires maintiennent qu’une GPA "altruiste" restera toujours une utopie. Cette pétition arrive peu après la publication d’un rapport du bureau des droits de l’homme de l’ONU, qui, au lieu de se prononcer en faveur de l’interdiction des GPA altruiste et commerciale, prône plutôt, dans les deux cas, une régulation internationale.

. Cheek Magazine - Médecins réticents et pression religieuse : le droit à l’IVG des italiennes est en péril
Bien qu’il ait fêté les 40 ans de sa légalisation le 22 mai dernier, le droit d’avorter est toujours mis à mal en Italie. Début octobre, le conseil municipal de Vérone a ainsi adopté une motion autorisant le financement de groupes anti-IVG, déclarant la ville “favorable à la vie”. Deux motions similaires, encore à l’étude, ont ensuite été présentées à Rome puis à Milan. Le même mois, le pape François a comparé l’IVG au fait de recourir “à un tueur à gages”. “Il y a encore des résistantes très fortes au droit des femmes à disposer de leur corps dans le pays, soupire Ludmila Acone, docteure en histoire spécialiste de l’Italie contemporaine. Elles sont liées à la culture véhiculée par l’Église, qui s’est opposée pendant des décennies à la contraception et à l’IVG”.

. Stratégies - Femmes africaines, les oubliées du digital
Pour ne pas que l’écart se creuse davantage entre femmes et hommes dans l’accès aux nouvelles technologies sur le continent africain, il est crucial de former les jeunes filles au digital. Il en va de leur autonomisation. Pour autant, l’Afrique est le continent où cette révolution technologique ne bénéficie pas encore largement aux femmes. Si c’est le continent où le taux de croissance du nombre d’internautes est le plus fort (+20% par an, selon le rapport 2018 Global Digital de We Are Social et Hootsuite), c’est aussi celui qui connaît les taux de pénétration d’internet les plus bas (34% en Afrique contre 80% en Europe). L’écart entre hommes et femmes y est aussi important : 18,6% des femmes ont accès à internet contre 24,9% des hommes, selon des données de l’Union internationale des télécommunications [ITU]. Les femmes sont les oubliées du digital en Afrique : elles sont le plus lourdement touchées par la pauvreté, les aléas climatiques, le manque de soins, les violences et les crises économiques. Ce sont elles qui travaillent dans les conditions les plus précaires. Ce sont les principales discriminées dans l’accès à l’éducation, à la formation et à internet.

<<<--- Voir les fils de presse précédents dans la colonne de gauche.

Mis en ligne sur Sisyphe, novembre 2018



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Sisyphe


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2018
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin