| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 1er avril 2017

Fil de presse, avril 2017






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Fil de presse, mai 2017
Fil de presse, mars 2017
Infolettre de Sisyphe, mars 2017
Fil de presse, février 2017
Fil de presse, janvier 2017
Fil de presse de Sisyphe, décembre 2016
Fil de presse de Sisyphe, novembre 2016
Fil de presse de Sisyphe, octobre 2016
Fil de presse de Sisyphe, septembre 2016
Infolettre de Sisyphe, août 2016
Fil de presse de Sisyphe, août 2016
Infolettre de Sisyphe, juin 2016
Fil de presse, juin 2016
Fil de presse, mai 2016
Fil de presse, avril 2016
Fil de presse, mars 2016
Semaine du 8 mars 2016 : activités et publications
Infolettre de Sisyphe, mars 2016
Fil de presse, février 2016
Fil de presse, janvier 2016
Infolettre de Sisyphe, janvier 2016
Fil de presse, décembre 2015
Infolettre de Sisyphe, novembre 2015
Fil de presse, novembre 2015
Infolettre de Sisyphe, décembre 2015
Infolettre de Sisyphe, octobre 2015
Fil de presse, octobre 2015
Fil de presse, septembre 2015
Fil de presse, août 2015
Fil de presse, juin 2015
Infolettre de Sisyphe, juin 2015
Fil de presse, mai 2015
Fil de presse, avril 2015
Infolettre de Sisyphe, avril 2015
Fil de presse, mars 2015
Infolettre de mars 2015, Journée internationale des femmes
Infolettre de Sisyphe, février 2015
Fil de presse, février 2015
Infolettre de Sisyphe, spécial "Charlie Hebdo", janvier 2015
Fil de presse, janvier 2015
Fil de presse, décembre 2014
Infolettre, décembre 2014 - Polytechnique 6 décembre 1989 : nous ne les oublions pas
Infolettre de Sisyphe, novembre 2014
Fil de presse, novembre 2014
Infolettre de Sisyphe, octobre 2014
Fil de presse, octobre 2014
Fil de presse, septembre 2014
Fil de presse, août 2014
Infolettre de Sisyphe, juin 2014
Fil de presse, juin 2014
Fil de presse, mai 2014
Infolettre de Sisyphe, mai 2014
Infolettre de Sisyphe, avril 2014
Fil de presse de Sisyphe, avril 2014
Infolettre de Sisyphe, mars 2014
Fil de presse, mars 2014
Fil de presse, février 2014
Fil de presse, janvier 2014
Infolettre de Sisyphe, décembre 2013
Fil de presse, décembre 2013
Fil de presse, novembre 2013
Fil de presse, octobre 2013
Fil de presse, septembre 2013
Fil de presse, août 2013
Infolettre de Sisyphe, juin 2013
Fil de presse, juin 2013
Fil de presse, mai 2013
L’Infolettre de Sisyphe, mai 2013
Infolettre de Sisyphe, avril 2013
Fil de presse, avril 2013
Infolettre de Sisyphe, 8 mars 2013
Fil de presse, mars 2013
Fil de presse, février 2013
Infolettre thématique de Sisyphe : femmes, laïcité et droits
Fil de presse, janvier 2013
Infolettre de Sisyphe, décembre 2012
Fil de presse, décembre 2012
Infolettre de Sisyphe, octobre 2012
Fil de presse, novembre 2012
Fil de presse, octobre 2012
Fil de presse, septembre 2012
Fil de presse, août 2012
Fil de presse, juillet 2012
Infolettre de Sisyphe, 13 juin 2012
Fil de presse, juin 2012
Infolettre de Sisyphe, mai 2012 - Conflit étudiant au Québec et autres sujets
Fil de presse, mai 2012
Infolettre de Sisyphe, avril 2012
Fil de presse, avril 2012
L’Infolettre de Sisyphe, mars 2012
Fil de presse, mars 2012
Infolettre de Sisyphe, février 2012
L’Infolettre de Sisyphe, février 2012
L’Infolettre de Sisyphe, janvier 2012
Fil de presse, février 2012
Fil de presse de Sisyphe, janvier 2012
Infolettre de Sisyphe, 30 octobre 2011







Mise à jour quotidienne de liens vers des articles d’actualité et d’analyse sur les femmes, leurs droits, ce qui les intéresse. Ces articles proviennent de sources médiatiques diverses en ligne, non seulement des médias conventionnels. Les opinions exprimées dans ces articles n’engagent que leurs auteur-es.

Avril 2017


. La Presse - À New York, des filles sans-abri découvrent le scoutisme
C’est Giselle Burgess, une mère célibataire de cinq enfants qui s’est retrouvée à la rue en août dernier (au centre sur la photo), qui a eu l’idée de fonder la troupe. Apprendre les bases du secourisme, l’histoire du droit de vote des femmes aux États-Unis ou les droits civiques à des filles de 5 à 14 ans : c’est l’une des missions de la troupe de scouts new-yorkaise « Scout Troop 6000 », mais ce n’est pas la seule. Car cette troupe créée en janvier a la particularité de rassembler des filles qui vivent toutes dans un foyer pour sans-abris, le Sleep Inn, dans le district du Queens. Un foyer où elles dorment parfois à trois par lit, témoin de l’énorme problème de logement que connaît New York, où la gentrification et l’explosion des loyers poussent à la rue des dizaines de milliers de personnes.

. EUROACTIV - Le sommet Women20 défend les intérêts des femmes avant le G20
Lors du sommet Women20 à Berlin, des dirigeantes du monde entier ont discuté de la manière de promouvoir l’émancipation économique des femmes dans le programme politique d’un G20 encore dominé par des hommes. L’événement, organisé par le Conseil des femmes allemand (DF) et l’association des femmes entrepreneures (VdU), a réuni la chancelière allemande Angela Merkel, la reine Máxima des Pays-Bas, la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, la responsable du FMI, Christine Lagarde, la vice-présidente de la Bank of America, Anne Finucane, des femmes d’affaires et la fille du président américain, Donald Trump, Ivanka Trump. Derrière la façade glamour, un réseau international de femmes d’affaire et de responsables politiques se bat depuis des années pour une reconnaissance sociale et des politiques permettant un meilleur accès à l’emploi et l’éducation.

. Le Devoir - "The Handmaid’s Tale" – Taisez ce mot en f…
La série télévisée The Handmaid’s Tale, adaptation du roman d’anticipation de Margaret Atwood, était l’une des plus attendues de l’année. Or, voilà que depuis une semaine, la production est au centre d’une controverse. En effet, lors d’un panel au festival de Tribeca suivant le dévoilement du premier épisode, les comédiennes ont créé malaise en refusant de parler d’une allégorie féministe, à l’instar de la romancière du reste. Pour mémoire, The Handmaid’s Tale, La servante écarlate dans la traduction française du roman, fut publié en 1985 et se déroule dans un futur proche où des fondamentalistes chrétiens ont renversé le gouvernement américain, le remplaçant par une théocratie fanatique inspirée par l’Ancien Testament. Les femmes n’ont pratiquement aucun droit et la lecture leur est interdite. L’héroïne, Offred, est confinée à la caste des "servantes", de jeunes femmes à qui on lave le cerveau et que les riches utilisent pour porter leur progéniture. De prime abord, le féminisme de l’oeuvre originale et, par extension, de son adaptation, paraît aller de soi. Et pourtant.

. Le Journal de Montréal - Elles font une pellicule plastique avec des restes de fruits de mer
Deux étudiantes de l’École Polytechnique, Nouri Ardila et Mounia Akroun, ont inventé une pellicule plastique à partir de carapaces de crabes, crevettes et homards qui est non seulement biodégradable, mais aussi antibactérienne. L’impact de cette invention pour l’environnement peut être énorme. Le Programme des Nations unies pour l’environnement estime qu’en 2017, il y a plus de 8 millions de tonnes de plastique déversées dans les océans chaque année – l’équivalent d’une benne à ordures de plastique chaque minute.

. Le Devoir - Les organisations pro-vie s’immiscent dans la course au PCC
Le mouvement pro-vie suit de près la course à la chefferie du Parti conservateur. Mais aucun des deux meneurs ne lui convient. Si plusieurs croyaient que le pro-vie Andrew Scheer profiterait d’office de son appui, tel n’est pas le cas, parce que la frange sociale du Parti conservateur lui reproche d’être encore trop timide sur la question. "Préserver une voix pro-vie au sein du Parti conservateur du Canada est essentiel. Parce que les autres partis ont délibérément exclu tout débat et désaccord", fait valoir Johanne Browning du groupe Campaign Life Coalition. "Le mot d’ordre au sein du mouvement pro-vie du Canada était très fort : impliquez-vous et votez."

. Le Point - Argentine : 40 ans de combat pour les mères de la place de Mai
"Comme des lionnes qui cherchent leurs petits"… C’est l’instinct qui a poussé, le 30 avril 1977, 14 femmes à se rassembler devant le palais présidentiel, occupé par des militaires depuis le coup d’État de mars 1976. Quarante ans plus tard, Taty Almeida, l’une d’entre elles, ajuste encore son foulard blanc avant d’aller manifester, tous les jeudis. Ces mères de la place de Mai réclament la vérité sur le sort de leurs enfants, disparus durant la dictature argentine. Femmes au foyer pour la plupart, ces Argentines ont osé invectiver la junte, alors que la répression battait son plein. Les militaires les avaient baptisées avec mépris les "folles de la place de Mai".

. Le Devoir - Un rassemblement de poésie et de slam à la Maison de la culture Maisonneuve
"La poésie, c’est la force de la pensée", résume Amélie Prévost au téléphone. Elle sait de quoi elle parle ; la comédienne et poète est aussi la championne du monde 2016 de slam. Entrer son nom dans la barre de recherche de YouTube nous entraîne dans une très longue balade à travers des vidéos dans lesquelles, grandiose, l’artiste déclame ses vers avec un mélange d’élégance et de goguenardise. "Le but est de créer l’événement autour de la prise de parole poétique", ajoute Mme Prévost. Là où Richesse des langues se différencie de ce qui a déjà été fait, c’est par son caractère international. Car, ce week-end, ce n’est pas seulement la langue de Félix Leclerc qui sera célébrée. Des slameurs de l’Espagne, de la Belgique et d’Israël réciteront leurs créations, dans des formules différentes.

. La voix de l’Est - Titre accrocheur ou titre menteur ?
Depuis quand ce sont les journalistes qui tranchent sur la culpabilité ou non de quelqu’un ? Quand on lit : "Plainte pour inconduite sexuelle : pas d’accusation contre Pierre Paradis", on se dit, ben voilà... le dossier est clos. Eh bien non... justement, si vous poussez la lecture au-delà du gros titre accrocheur-menteur, vous comprenez que l’enquête n’est pas encore terminée... Le journaliste relate même que sa source lui a dit qu’il n’y en avait pas d’agression sexuelle. Depuis quand ce sont "les sources proches de l’enquête" qui tranchent sur la possibilité de poursuivre ou non en justice ?

. Le Devoir - Les registres policiers sur les agressions sexuelles seront mieux tenus
Les corps policiers canadiens devront désormais se conformer à un "nouveau processus normalisé" pour classer les plaintes — notamment en matière d’agressions sexuelles — qui se retrouvent trop souvent et sans raison dans la catégorie des plaintes non fondées. Cette annonce du ministère fédéral de la Justice survient alors qu’une enquête du Globe and Mail révélait, en février dernier, que plusieurs plaintes pour agressions sexuelles se retrouvaient sans raison dans la catégorie "non fondée" et que la façon de classifier ces plaintes variait d’un poste de police à l’autre. Pourtant, les forces policières savent depuis plus de dix ans que leur façon de classer les plaintes dans la catégorie non fondée est inadéquate.

. Radio-Canada - Parité hommes-femmes à la Cour provinciale du Nouveau-Brunswick
Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant, a nommé cinq femmes à la Cour provinciale de la province, mardi, ce qui crée la parité hommes-femmes au sein de la magistrature de ce tribunal. Qui plus est, la Cour provinciale sera aussi dirigée par une femme : Jolène Richard, juge à la Cour provinciale de Moncton, devient juge en chef. C’est la première fois qu’une femme dirigera la Cour provinciale, le tribunal de première instance au Nouveau-Brunswick. "Les études démontrent que lorsqu’une administration fait progresser l’égalité des femmes, cela contribue à renforcer son économie et à améliorer la qualité de vie de ses résidents", déclare le premier ministre Brian Gallant dans le communiqué qui annonce les nominations.

. Je suis féministe - Désapprendre ces leçons qui nous enferment
La scène est banale. C’est l’été. J’ai pris l’habitude d’aller courir, en fin d’après-midi, le long de la rivière Saint-Charles. Sur le chemin du retour, alors que je ralentis la cadence, un gars qui me suivait apparemment depuis un moment surgit à mes côtés : « J’pourrais courir longtemps avec vous devant moi. » Je reste muette, il s’éloigne. Je m’en suis voulu de n’avoir rien dit. J’aurais aimé être rapide sur la gâchette, avoir sous la main un trait d’esprit incisif, prêt comme une gifle. Mais sur le coup je n’ai rien dit. Pourquoi ? La réponse me déplaisait et me déplaît encore : je ne savais pas s’il était légitime de m’être sentie agressée. Les raisons de ce sentiment d’illégitimité sont à trouver du côté de notre culture. En tant que femmes, nous apprenons bien vite que nous sommes à la disposition d’autrui, que notre existence se définit par un regard qui n’a que faire de notre consentement.

. Les nouvelles/news - Une footballeuse iranienne virée pour avoir joué sans voile
Shiva Amini, une joueuse nationale iranienne de futsal (football en salle), dit avoir été écartée de la sélection nationale pour avoir joué sans hijab, et en short, un match amical alors qu’elle était en voyage en Europe. En 2015, l’équipe iranienne de futsal a été sacrée championne d’Asie… sans sa capitaine Niloofar Ardalan, à qui son mari avait interdit de quitter le pays. Ces dernières années l’Iran a mené de rudes négociations avec la FIFA, Fédération internationale de football, pour que ses joueuses puissent participer, voilées, à des compétitions internationales. En 2014, la FIFA autorisait finalement le port du "couvre chef" pour les footballeurs et footballeuses.

. France Culture - Audre Lorde (1934-1992). Poète guerrière
Poète noire, féministe, lesbienne, mère, guerrière, Audre Lorde n’a cessé de combattre, dans sa vie, et à travers ses textes, le racisme, le sexisme, l’homophobie et toutes formes d’injustices sociales. Née à Harlem, fille d’immigrés des Caraïbes, Audre Lorde refuse d’être réduite au silence. Toute sa vie, elle encourage les femmes à "transformer le silence en parole et en acte", à puiser au cœur de leurs expériences, de leurs émotions les plus profondes, pour les sublimer grâce à l’écriture. Pour elle, "la poésie n’est pas un luxe, c’est une nécessité vitale" et "le départ de toute action".

. Le Devoir - Les mains baladeuses
La main dans le sac ou la main sur la fesse. Ce sont aujourd’hui les deux gestes qu’il ne faut plus poser pour quiconque rêve de politique. MM. Fillon et Strauss-Kahn n’ont pourtant rien fait que d’autres politiciens n’aient fait des centaines de fois avant eux. Des deux, corruption ou agression sexuelle, le premier (ou, du moins, sa perception, car en politique c’est bien ce qui compte) est à ce jour beaucoup plus condamnable. Après la révélation qu’un prédateur sexuel pourrait bien se retrouver à la Maison-Blanche, plusieurs croyaient que c’en était fait de Donald Trump. Mais non. C’est Hillary Clinton, la supposée menteuse, qui a dû payer la note.

. Euronews - L’égalité des sexes : quels choix pour les femmes europeennes ?
Si l’harmonisation européenne des règles économiques et financières permet à l’UE de sanctionner toute discrimination instaurée par une société ou un État membre entre un ressortissant national et un ressortissant d’un autre pays membre, l’Union ne peut toujours pas contraindre un pays européen s’agissant de sa politique vis-à-vis des femmes. Par exemple, les règlementations européennes obligent la France et les entreprises françaises à payer de la même manière un employé français et un employé espagnol, mais elles ne peuvent pas forcer un ces entreprises à payer de la même manière un homme et une femme. L’absence d’harmonisation au niveau européen de la lutte contre les discriminations faites aux femmes maintient donc des différences de situations importantes entre les européennes, en fonction du pays dans lequel elles vivent.

. Le Parisien - États-Unis : des violeurs peuvent demander la garde de l’enfant né du viol
Dans l’État du Maryland, la lutte législative pour les droits des femmes est rude. Pour la neuvième fois, cet État de l’Est des États-Unis a rejeté une loi destinée à protéger les droits des femmes victimes de viol. Résultat : les hommes peuvent encore avoir des droits de visite, de garde ou même d’adoption sur l’enfant né d’une femme qu’ils ont violée. La NARAL Pro-Choice Maryland, une association qui milite pour les droits des femmes, déplore une telle situation : "Si une femme choisit d’élever son enfant, cela signifie qu’elle aura des contacts avec son violeur pendant, au moins, les dix-huit prochaines années. L’agresseur peut également entraver la démarche d’adoption de la mère, et l’empêcher d’aller de l’avant si elle le souhaite."

. La Gazette des femmes - Japon. Elles font des sushis ou du saké malgré les tabous
Au Japon, certains métiers sont proscrits aux femmes à cause de leur sexe. Mais quelques-unes ont choisi de briser ce tabou. La tradition du nyonin kinsei ("l’interdiction aux femmes") était à l’origine principalement appliquée dans la sphère de la religion. Abolie en 1872, elle semble encore laisser des stigmates dans la société japonaise contemporaine… près de 150 ans plus tard. En 2017, il existe encore des sites religieux où les femmes n’ont pas le droit de pénétrer, comme à Okinoshima, dans la préfecture de Fukuoka, ou sur le mont Omine, à Nara. On disait autrefois qu’elles étaient susceptibles de distraire les pèlerins de leur démarche ascète. Au Japon, une femme ne peut toujours pas entrer sur un ring de sumo, ni participer aux rituels de ce sport ou parvenir au statut professionnel en raison de son sexe. Elle doit se contenter de pratiquer en amateure dans des salles d’entraînement.

. Le Devoir - Des Indo-Canadiennes optent encore pour l’avortement sélectif
La pratique des avortements sélectifs de foetus féminins dans certaines communautés indo-canadiennes de l’Ontario ne s’atténue pas avec le temps, indique une étude. Même plusieurs années après l’arrivée des mères au Canada, le ratio entre les naissances de garçons et de filles demeure anormal, indiquent des résultats publiés lundi en ligne par le Journal of Obstetrics and Gynaecology Canada. Les femmes d’origine indienne qui sont déjà mères de deux filles donnent naissance à presque deux fois plus de garçons que de filles lors de leur troisième accouchement. Dans la population générale, il y a environ 106 naissances de garçons pour 100 naissances de filles. Dans le cas de cette communauté, au troisième enfant, le ratio est de près de 192 garçons pour 100 filles. La sélection du sexe du bébé à naître peut survenir par avortement sélectif ou par la procréation médicalement assistée (PMA). La section du sexe en PMA est interdite au Canada, mais certains couples pourraient aller à l’étranger compléter la procédure.

. TV5 - Présidentielle française : une femme au second tour, bonne ou mauvaise nouvelle pour les femmes ?
Ce n’est pas vraiment une surprise, les sondages nous y avaient préparé. Marine Le Pen s’est qualifiée pour le second tour de la présidentielle française le 7 mai prochain face au candidat Macron. C’est la deuxième candidate dans l’histoire française à se hisser jusqu’en "finale", après Ségolène Royal en 2007. Alors, comment envisager ce duel à travers le prisme féministe ? Pour Rebecca Rebecca Amsellem, fondatrice de la newsletter féministe "Les Glorieuses" : "Le fait que Marine Le Pen arrive au second tour 15 ans après son père est une vraie mauvaise nouvelle et un échec pour les féminismes en France. Cette candidate représente un réel danger pour les droits des femmes. En temps que députée européenne, elle a voté systématiquement contre les lois ou dispositions qui étaient destinées à améliorer les droits des femmes en Europe, quand aux élus frontistes, ils ont voté contre un certains nombre de lois qui permettaient de garantir le droit à l’IVG ou encore l’égalité salariale". Lire aussi : Macron, Le Pen : le match des programmes pour les droits des femmes.

. Les nouvelles/news - Quand l’Arabie Saoudite s’occupe à l’ONU de “l’autonomisation des femmes”
Le royaume rigoriste a été élu pour la période 2018-2022 parmi les 45 États siégeant à la CSW, présenté par l’ONU comme "le principal organe intergouvernemental mondial dédié exclusivement à la promotion de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes". Au sein de cette Commission l’Arabie Saoudite, où les femmes n’ont pas le droit de conduite une voiture ou de voyager à l’étranger sans gardien mâle, pourra ainsi contribuer "à l’établissement des normes mondiales relatives à l’égalité des sexes et à l’autonomisation des femmes." Pour le Canadien Hillel Neuer, directeur exécutif d’UN Watch, "élire l’Arabie Saoudite pour contribuer à la protection des droits des femmes, c’est comme nommer un pyromane chef des pompiers".

. Courrier international - Vu d’Espagne. Le Pen à l’Élysée, tout sauf une victoire pour les femmes
“Être femme lui a simplement permis de s’ouvrir à un nouvel électorat”, estime ainsi El País, qui reprend les chiffres de sa première candidature à la fonction suprême en 2012. Marine Le Pen avait alors obtenu des résultats similaires chez les femmes et les hommes. Pour le quotidien, “elle appuie sur sa qualité de mère de famille pour adoucir l’image violente et brutale associée à son nom, ses idées et son parti”. Il suffit de jeter un œil à son programme : “Il ne cite le mot ‘femme’ que deux fois et permet de découvrir bien d’autres choses.” Notamment le fait que la candidate d’extrême droite s’oppose à la parité qu’elle considère “contraire à la méritocratie”. “Bien qu’elle se permette de citer la philosophe féministe Élisabeth Badinter ou Simone Veil, la ministre qui légalisa l’IVG, elle maintient des positions ambiguës.” En 2012, la candidate avait ainsi dénoncé des “avortements de confort”.

. Le Devoir - À qui profite la motion sur l’islamophobie ?
Est-ce une concession accordée gratuitement aux agitateurs islamistes du Canada, sert-elle réellement à protéger la communauté musulmane ? Si l’effet juridique ou pratique de la motion de condamnation de l’islamophobie sur la vie des musulmans ordinaires qui sont pourtant discriminés à bien des égards est nul, sa valeur symbolique est incontestablement une véritable victoire pour les islamistes, qui jubilent ; eux qui ne croient ni aux droits de l’homme, ni aux droits des femmes, ni aux valeurs démocratiques. Avoir peur de l’islam aujourd’hui ne relève pas de la phobie si par islam on entend l’idéologie officielle de l’Arabie saoudite, cette philosophie du salafisme qui sert de matrice à l’islamisme radical et violent responsable de la mort de centaines de milliers de personnes innocentes dans les mondes "arabe", "musulman", "berbère", "kurde" et autres.

. Radio-Canada - Les femmes au secours de l’économie : pour en finir avec le plafond de verre
Dans l’essai "Les femmes au secours de l’économie", Monique Jérôme-Forget souhaite défendre l’accession des femmes aux plus hautes sphères du pouvoir, car leur potentiel reste largement sous-utilisé. Pour y arriver, il faut que les femmes se libèrent de ce fameux "plancher collant" où elles sont engluées pour mieux briser le plafond de verre, bien réel, même pour les meilleures d’entre elles. Comment en finir avec le modèle d’entreprise issu des années 1950 et, surtout, avec un modèle de carrière linéaire conçu par et pour les hommes ? Voilà autant de questions auxquelles répond l’ancienne ministre des Finances et présidente du Conseil du Trésor, devenue auteure.

. Le Rouge et le noir - L’homme enceint : nec plus ultra de l’idéologie du genre, stade ultime du narcissisme contemporain
Les personnes transgenres ont la cote ces dernières années et sont instrumentalisées pour légitimer sans aucune vergogne l’idéologie de genre. C’est le moins qu’on puisse dire… Il faut bien admettre que celles-ci sont, parfois malgré elles, présentées comme la preuve irréfutable que la réalité biologique ne détermine pas l’appartenance d’un individu à l’un ou l’autre sexe. Nous vivons une époque vraiment formidable. Le 16 janvier dernier, la grande info du jour nous venait d’outre-Manche : pour la première fois en Angleterre, un homme était sur le point d’accoucher. L’homme enceint : c’est le nec plus ultra de l’idéologie du genre, le fruit monstrueux du narcissisme contemporain, le stade ultime du déconstructivisme soixante-huitard.

. Le Devoir - Nouvelle escouade pour lutter contre l’exploitation sexuelle au Québec
Québec entend s’attaquer de front à l’exploitation sexuelle en ciblant à la fois les proxénètes et les clients. Le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, a annoncé la création d’une Équipe intégrée de lutte contre le proxénétisme (EILP), qui sera formée de 25 enquêteurs provenant de divers corps policiers. "Les proxénètes vont avoir une vie extrêmement difficile au Québec au cours des prochaines années", a promis le ministre. M. Coiteux a également dit espérer qu’Ottawa presse le pas avec le projet de loi C-38, qui a pour effet de renverser le fardeau de la preuve pour les proxénètes, d’exempter leurs victimes de témoigner et de permettre la saisie des biens acquis avec les produits de la criminalité. Le projet C-38 a apporté une modification importante à la version originale de Mme Mourani (projet de loi C-452 en 2015) en retirant certaines provisions qui auraient permis d’alourdir les peines de proxénètes.

. Le Journal de Montréal - Le sexisme systémique
Pendant­­ que l’on bute sur l’expression­­ racisme "systémique", même dans nos sociétés avancées et malgré les progrès réels vers une plus grande égalité des femmes, le sexisme systémique y est toujours bien vivant. Il perdure dans la plupart des structures de pouvoir. Il s’entête au sommet des appareils religieux. Il vit dans la sous-représentation des femmes en politique et les hautes sphères des affaires­­ et de la finance. Selon une étude de l’Institut de recher­che et d’informations socio-économiques­­ (IRIS), il s’exprime aussi dans un écart salarial qui, même au Québec, persiste. Bref, cette histoire de "DPJ musulmane" et son insistance sur "les filles" ne sont qu’un symptôme parmi tant d’autres d’un combat qui, pour les femmes et les hommes en quête d’une égalité concrète des sexes, est loin d’être terminé.

. Les nouvelles/news - Les candidat.e.s et les droits des femmes : dernier survol avant le vote
Si les professions de foi des candidat.e.s à la présidentielle, dans l’enveloppe électorale qu’auront reçues d’ici samedi les Français.e.s en âge de voter, sont révélatrices de leurs engagements, alors François Fillon n’est pas le candidat des droits des femmes. En effet, sur les quatre pages de son document, aucune mention n’est faite de mesures destinées à favoriser l’égalité entre les femmes et les hommes. Comme lui, trois candidats n’en disent pas un mot : Nathalie Arthaud, Jacques Cheminade et Jean Lassalle. Chez les autres, dans ces quatre pages, l’égalité salariale – ou au travail – est la thématique qui revient le plus. Si vous vous interrogez encore sur ce que proposent les prétendant.e.s à l’Elysée sur les questions relatives aux droits des femmes, plusieurs organisations féministes se sont penchées sur leurs propositions. Sur la plateforme “Les Femmes ont le Pouvoir”, Les Glorieuses scrutent les programmes par candidat.e et par thématique. Et elles regardent aussi en arrière, en relevant les votes des candidat.e.s en tant que parlementaires (ou les mesures portées en tant que ministre) sur des textes relatifs aux droits des femmes.

. Le Devoir - "Le bal des absentes" remet les femmes au coeur de l’enseignement de la littérature
Le projet ne peut pas être plus clairement exposé : Julie Boulanger et Amélie Paquet, profs au collégial refusent "d’enseigner aux filles à rire avec Bukowski". Elles refusent aussi "de former les filles à se ranger du côté des hommes" et ces deux affirmations, à l’apparence péremptoire, sont surtout le ciment du combat que les deux femmes mènent depuis des années dans les univers numériques avec Le bal des absentes, dans un silence forcément complice. De l’écran, leur lutte passe désormais au papier avec la mise en livre de plusieurs de leurs textes publiés en ligne, textes visant à magnifier le corpus littéraire produit par des femmes pour mieux inciter les enseignants à les adopter dans leurs cours.

. Châtelaine - Que serions-nous sans Jeanne Mance ?
Elle n’a que 34 ans quand elle s’embarque dans une traversée épique de l’Atlantique. Seule, sans mari à ses côtés. Pas mal, surtout en 1641. Déterminée, Jeanne Mance a un projet fou en tête : fonder un hôpital pour porter secours aux colons et aux autochtones. Son initiative verra le jour grâce au soutien financier d’une donatrice. (Oui, c’est une femme, Angélique de Bullion, qui lui viendra en aide.) La première infirmière laïque d’Amérique du Nord n’a pas laissé d’écrits, de lettres ou de journaux personnels, pour qu’on puisse mieux retracer son itinéraire. Dommage. Parce qu’il a fallu un moment avant qu’on reconnaisse sa contribution. Ce n’est qu’en 2012 qu’elle accède au rang de fondatrice de la métropole, à l’égal de Maisonneuve. Il était temps ! Combien de femmes sont-elles tombées dans l’oubli faute de sources documentaires tangibles, de témoignages de leur apport ? Encore aujourd’hui, notre place dans l’histoire est négligée. Lire aussi : "375e : ces femmes qui ont façonné Montréal…"

. Libération - Le Sida fait des ravages parmi les femmes
Le VIH/Sida touche de plus en plus de femmes au Maroc. Le taux de femmes séropositives a été multiplié par quatre au cours de ces 20 dernières années, selon des chiffres émanant du ministère de la Santé. Ainsi, il est passé de 8% à la fin des années 90 à 37% sur un total de 34 000 personnes atteintes. Une tendance observée de plus en plus au niveau de l’Afrique. En fait, 60% des personnes y infectées sont des femmes. Ce qui n’est pas le cas pour le reste du monde. "Il s’agit effectivement d’une féminisation de l’épidémie qui est en corrélation avec la féminisation de la pauvreté", nous a indiqué Ahmed Douraidi, responsable du plaidoyer à l’Association marocaine de lutte contre le sida (ALCS).

. Le Journal de Montréal - GND et LA photo
Il est tout sourire, le Gabriel Nadeau-Dubois, entouré de neuf femmes, dont huit voilées, sur une photo prise lors d’un événement visant à obtenir des accommodements pour la communauté musulmane. Dans ce cas-ci, Me Soraya Zaïdi rêve d’une DPJ musulmane. C’est dans ce contexte éminemment chargé, où l’invité d’honneur était le cheikh Fawaz Saïd, représentant de la Ligue islamique mondiale, un organisme puissant basé en Arabie saoudite qui promeut la charia dans le monde, que s’est retrouvé GND. N’est-on pas en droit de s’étonner que dans un Québec laïque, un politicien accepte volontiers de se retrouver dans un lieu où l’on sépare tout naturellement les hommes et les femmes ? Dans un lieu, précisons-le, qui n’est aucunement religieux. La charte des droits n’interdit en aucune circonstance le port du voile et de tout autre signe religieux. Cependant, il est évident que les Québécois sont légitimés dans leur malaise devant des femmes voilées, un symbole aussi lourd de non-dits, un symbole d’une soumission séculaire inscrite au cœur de la charia.

. Radio-Canada- Eleanor Roosevelt, une première dame progressiste aux États-Unis
Féministe, activiste, conseillère politique et chroniqueuse, Eleanor Roosevelt a réinventé la fonction de première dame lors de son passage à la Maison-Blanche de 1933 à 1945 sous la présidence de son mari Franklin D. Roosevelt. Elle était "la conscience de l’Amérique. Tenant 348 conférences de presse durant les mandats de son mari, elle s’assure que le New Deal n’abandonne pas de laissés-pour-compte. Puisqu’elle hait l’injustice et la misère, Eleanor est plus à gauche que son mari. Elle est si à gauche que ses activités intriguent le FBI, mené à l’époque par le tout-puissant J. Edgar Hoover. Il a en horreur son engagement en faveur des droits civils de la communauté afro-américaine des États-Unis. Après la mort de son mari, une deuxième carrière s’ouvre à elle. Elle dirige la commission de rédaction de la Déclaration universelle des droits de l’homme, faisant comprendre que cette déclaration doit englober hommes et femmes, et non seulement les hommes.

. Le Devoir - Écart salarial. Les choix des femmes n’expliquent pas tout
L’IRIS soutient que la discrimination systémique persiste dans le monde du travail. Il est faux de prétendre que l’écart salarial qui persiste au Québec entre les hommes et les femmes s’explique simplement par le fait que les travailleuses privilégient des emplois à temps partiel ou des secteurs moins payants, soutient une étude qui sera dévoilée par l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS). L’organisme remet en cause la thèse voulant que les femmes gagnent moins d’argent que les hommes parce qu’elles font des choix différents. La chercheuse Marie-Pier Roberge en arrive plutôt à la conclusion que le double rôle des femmes — celui de travailleuse et de mère — les "oblige" à accepter des emplois permettant une plus grande flexibilité.

. Le Journal de Montréal - Québec veut des initiations exemplaires sur les campus
Québec documentera les situations à risque et les meilleures pratiques lors des initiations sur les campus universitaires afin d’imposer des balises claires pour encadrer ces activités qui mènent parfois à des dérapages. Pour y arriver, le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur vient d’octroyer un contrat aux responsables de la campagne "Sans oui, c’est non !", qui vise à prévenir la violence sexuelle sur les campus. Leur mandat consiste à faire une recension de la littérature scientifique sur le sujet, à réaliser une cueillette d’informations auprès des associations étudiantes et des établissements universitaires québécois et à produire des recommandations.

. TV5 - Au Québec, Phyllis Lambert, bâtisseuse, de Montréal, et du monde
Phyllis Lambert impressionne. Parce que cette architecte québécoise de réputation internationale, qui vient de fêter ses 90 ans, affiche un parcours exceptionnel. Une artiste, une architecte, une rebelle, une pionnière, une femme libre, qui a fait beaucoup pour sa ville, Montréal, dont on fête le 375ème anniversaire en cette année 2017. Elle se donne la mission de sauver des pics des démolisseurs ces bâtiments à la valeur patrimoniale inestimable. Elle fonde ainsi en 1975 l’organisme « Héritage Montréal » qui, depuis, ne cesse d’intervenir pour protéger et préserver ce patrimoine. En 1979, elle monte aux barricades pour préserver le quartier de Milton Parc, dans le centre-ville : elle gagne là son premier combat en sauvant le quartier de la destruction et en le transformant en coopérative d’habitations, la première du genre au Canada.

. Cheek magazine - Najat Vallaud-Belkacem : “Dommage que le féminisme soit absent de cette campagne”
Cinq ans après l’élection de François Hollande à la présidence de la république, Najat Vallaud-Belkacem fait partie de la poignée de ministres qui auront été de tous ses gouvernements. Nommée en mai 2012 ministre des Droits des femmes et porte-parole du gouvernement, elle verra son périmètre élargi en 2014 à la Ville, la Jeunesse et les Sports, avant d’être propulsée quelques mois plus tard au ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, devenant la première femme nommée à ce poste. Un quinquennat plus tard, alors que le nouveau scrutin présidentiel approche, et avec lui la menace d’une abstention record, Najat Vallaud-Belkacem prend la parole à travers une autobiographie, La Vie a plus d’imagination que toi, dans laquelle elle revient pour la première fois sur son parcours personnel.

. La Presse - Cet animal qui tue sa femelle
Il y a chez l’espèce humaine des zones très sombres qui me font peur. Des recoins lugubres qui amènent une certaine sagesse populaire à dire que notre côté animal nous joue parfois de mauvais tours. Une affirmation que je trouve des plus insultantes et réductrices pour les animaux, car dans le grand groupe des mammifères dont nous faisons partie, les espèces qui s’en prennent mortellement à leurs femelles sont extrêmement rares, voire inexistantes. Depuis quelques semaines, il y a eu le meurtre de Daphné Huard-Boudreault, celui de trois femmes à Trois-Rivières et plus récemment d’une mère et de sa fille dans les Laurentides. C’est dramatique et extrêmement désolant de constater qu’en 2017, la violence faite aux femmes est encore aussi répandue dans nos sociétés qui se disent pourtant de droit.

. Le Devoir - Broche à foin
Bienvenue au nouvel apprentissage d’éducation sexuelle qui devait débuter à l’automne 2017, partout au Québec, de la maternelle à la 5e secondaire, mais pour des raisons qui ne sont pas tout à fait claires, a été retardé. Après cinq ans de gestation, deux ans de projet-pilote dans une quinzaine d’écoles, et 860 000 $ d’investissement, nous ne sommes toujours pas prêts, dit le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx. Il semblerait que malgré ce temps et l’argent investis, on accuse un manque de formation et de disponibilité de matériel pédagogique. Il me semble qu’à choisir, je préférais connaître les moyens de contraception disponibles que de savoir gérer, à 16-17 ans, mon téléphone cellulaire ou ma carte de crédit. Pas vous ? Pouvoir reconnaître une maladie transmise sexuellement ou encore discuter de ce fameux « consentement » avant un rapport sexuel me semble plus utile, plus formateur et infiniment plus complexe, soit dit en passant, que de parfaire mes habilités de consommatrice avertie.

. Le Journal du dimanche - Dix mesures pour faire avancer les droits des femmes en France
Dans une tribune adressée aux onze candidats à l’élection présidentielle, le collectif "Les Glorieuses" les interroge sur la question de la cause des femmes, en France, qu’elle juge insuffisamment traitée pendant la campagne. Elles ne leur demandent d’ailleurs pas d’être inventifs mais d’appliquer une dizaine de mesures qu’elles proposent, de la légalisation de la PMA aux femmes à l’obligation de fournir un certificat d’égalité salariale pour les entreprises, mesures inspirées par les exemples étrangers, indiquent-elles dans ce texte que publie leJDD.fr. "Dans une semaine, nous sommes appelé.e.s aux urnes pour faire notre choix sur le ou la prochain.e Président.e de la République. Les gens abandonnent leur pouvoir quand ils pensent qu’ils n’en ont pas", nous dit Alice Walker. Ce n’est pas le moment de l’abandonner.

. Le Parisien - Une femme sur deux a peur dans les transports en commun
Les transports en commun font toujours peur, aux femmes plus qu’aux hommes. C’est ce qui ressort de la dernière enquête "victimation et sentiment d’insécurité en Ile-de-France", que vient de publier le très sérieux Institut d’aménagement et d’urbanisme (IAU). Cette étude, qui porte sur l’année 2015, révèle que 42,3% des personnes interrogées ressentent de la peur dans les transports en commun. C’est un peu moins qu’en 2013 (43,7%), mais reste à un niveau élevé. Une peur légitime, puisque c’est dans les transports en commun et dans les gares que sont commis 37% des vols sans violence et surtout 39% des agressions sexuelles commises envers des femmes (39%). Les femmes qui se déclarent très majoritairement inquiètes (56,3%) à l’idée de prendre les transports, contre seulement 26,7% des hommes.

. La Presse - Le loyer ou la vie
"Durant trois ans, bien que consciente d’avoir vécu un viol, j’ai refusé de vivre mes émotions", écrit Sarah dans la déclaration remise à la Sûreté du Québec le jour où elle s’est décidée à porter plainte. Un rapport récent du Comité permanent de la condition féminine à la Chambre des communes rappelait à quel point il peut être épuisant pour les victimes d’agression sexuelle de trouver de l’aide. Les services sont offerts en vase clos. Les victimes ont du mal à s’y retrouver. Et elles doivent sans cesse répéter leur récit. D’où un certain nombre de traumatismes causés par le système qui pourraient être évités si on avait recours à une approche mieux coordonnée. Le rapport rappelait par ailleurs l’urgence d’offrir des services de santé mentale plus accessibles aux victimes. "Les services publics de santé mentale sont limités et les périodes d’attente sont très longues. Quant aux services privés, ils sont très coûteux."

. Les nouvelles/news - Un collectif réclame des autrices à l’agrégation de Lettres
Pour un autre pas en avant. À la mi-mars, l’Éducation nationale procédait à une petite révolution en intégrant pour la première fois une autrice – Madame de Lafayette – au programme obligatoire des classes de Terminale littéraire. Suffisant ? Pas aux yeux d’un collectif d’enseignant.e.s, étudiant.e.s et citoyen.ne.s : dans une pétition mise en ligne lundi 17 avril, elles et ils réclament également une meilleure représentation des autrices à l’agrégation de Lettres. L’an prochain, les candidat.e.s à ce concours de l’Éducation nationale plancheront sur 12 auteurs : 12 hommes, aucune femme, et ce "pour la neuvième fois au cours des 25 dernières années", souligne la pétition. En 25 ans, les programmes d’agrégation de Lettres n’ont mis en avant que 13 autrices, contre 223 auteurs.

. Irréductiblement féministe - Solidarité féministe et sportive internationale !
Au "Marathon de la honte" de Téhéran où les femmes ont couru à part sur un parcours réduit et dans un stade fermé, a répondu un silence assourdissant de la part des ONG de défense des Droits Humains, comme des organisations et fédérations sportives et même des associations féministes. Seules, la Ligue du Droit International des femmes et la Coordination Française pour le Lobby Européen des Femmes ont organisé en riposte à Paris, un évènement en solidarité avec les femmes Iraniennes et Saoudiennes, contre l’apartheid sexuel. Darya Safai formidable résistante iranienne, aujourd’hui réfugiée politique, qui avait déployé une banderole pendant les JO de RIO en 2016, en était l’ambassadrice. Lire aussi : "Laissez les Iraniennes entrer dans les stades, plaide Darya Safai".

. Le Devoir - L’amour entre détresse et enchantement
Bronwen Wallace et Brina Svit touchent avec finesse toute la complexité d’un sentiment. Si c’est ça l’amour est l’unique ouvrage en prose de la poète ontarienne Bronwen Wallace, morte d’un cancer en 1989, à l’âge de 44 ans. Publié l’année suivante, son recueil vient d’être traduit en français par René-Daniel Dubois. Une série de portraits de femmes. C’est ce que nous offre Bronwen Wallace. Avec toujours, sous la surface, la glace qui se craquelle, mais sans en avoir l’air, sans le crier sur les toits. Tout se passe à l’intérieur. Les moments charnières dans une vie. Dans la vie d’êtres décalés, en déroute. C’est ce qu’exploite avec un remarquable sens du détail et un brin d’ironie Brina Svit dans Nouvelles définitions de l’amour… pas si nouvelles que ça, d’ailleurs, ces définitions, tant il y a de recoupements avec Si c’est ça l’amour.

. Radio-Canada - Le meurtre d’une femme n’est pas un drame familial
Une lettre ouverte signée par plusieurs intervenantes de centres de femmes veut sensibiliser la société et les médias au choix des mots lorsqu’ils traitent de meurtre conjugal. Selon les auteures, il faudrait notamment bannir les expressions "crime passionnel", "drame familial" et "il a perdu le contrôle". L’utilisation de l’expression "crime passionnel" met de l’avant l’idée que la passion mène au meurtre, peut-on lire dans la lettre. "Il n’y a aucune passion. Ce n’est pas l’amour qui tue, mais bien quelqu’un d’autre qui tue sa conjointe et ses enfants. On pense que c’est important de le dénoncer comme ça", plaide Nadia Morissette du Centre Femmes aux 4 vents de Sept-Îles et signataire de la lettre.

. Le Devoir - Emplois d’été : les libéraux ne financeront plus les groupes pro-vie
Le groupe opposé à l’avortement Canadian Centre for Bio-Ethical Reform a reçu en 2016 une somme de 56 695$ du programme Emplois d’été Canada pour embaucher des jeunes. La subvention avait été approuvée par la libérale torontoise Iqra Khalid. Pourtant, Justin Trudeau avait promis en campagne électorale que tous ses députés seraient tenus d’adopter une position pro-choix dans leurs décisions. Le programme Emplois d’été Canada finance des emplois destinés à des personnes âgées de 15 à 30 ans au sein d’organismes sans but lucratif, d’entreprises ou d’institutions gouvernementales. Il ne sera plus possible qu’un organisme pro-vie reçoive une subvention fédérale pour offrir des emplois d’été à des jeunes. Du moins, pas de la part d’un député libéral. Le porte-parole de la ministre Patty Hajdu, responsable du programme, a indiqué que le pouvoir des députés de choisir eux-mêmes ceux qui reçoivent ces subventions est remis en question par la ministre.

. Global Voices - Joue-la comme Poonam : des adolescentes indiennes défient le patriarcat sur un terrain de football
Poonam est une adolescente de Varanasi, une grande ville de l’état de l’Uttar Pradesh, dans le nord de l’Inde. Elle croyait fermement que les filles devraient rester chez elles et se marier un jour. "Aujourd’hui, je pense que les filles devraient avoir une liberté complète", affirme-t-elle. Qu’est-ce qui a changé pour Poonam ? En un mot : le sport. Elle a appris à jouer au football avec un groupe de filles de sa communauté. La discrimination sexuelle systématique implique que les adolescentes font face à de multiples défis. Les jeunes filles sont bien plus nombreuses que les garçons à abandonner leurs études secondaires. Les grossesses et mariages précoces posent de sérieux risques, et elles sont également plus nombreuses à souffrir de malnutrition et d’insuffisance pondérale que les garçons. En plus de ces obstacles, les restrictions sociales limitent la mobilité et la liberté des femmes.

. Positivr - Trafic sexuel : elles étudient le droit pour condamner leurs bourreaux
En Inde, environ 1,2 millions d’enfants issus de minorité ethniques ou de castes inférieures sont victimes d’exploitation sexuelle. Le 6 avril, une école de la justice a ouvert. Son objectif ? Éduquer les survivantes du trafic sexuel afin qu’elles deviennent avocates ou procureurs et punissent les trafiquants qui ont détruit leur enfance. Elles sont résolues à changer le système juridique de leur pays ! "J’avais 9 ans quand j’ai été vendue pour travailler en tant que prostituée. J’ai été sévèrement torturée. Les auteurs ne sont pas punis et se promènent librement, mais moi, je ne suis toujours pas libre." La School For Justice est le résultat d’un partenariat entre Free A Girl, une organisation internationale qui travaille à libérer les jeunes filles du trafic sexuel, et l’une des écoles de droit la plus réputée du pays.

. TVA Nouvelles - É.-U. Une médecin inculpée pour mutilations génitales
Jumana Nagarwala, 44 ans, est accusée d’avoir réalisé ces mutilations génitales dans un cabinet médical de Livonia, dans la banlieue de Detroit, sur plusieurs fillettes âgées de six à huit ans. Selon Shelby Quast, directrice aux États-Unis de l’organisation Equality Now pour la défense des femmes, Mme Nagarwala est "sans doute le premier médecin" jamais inculpé aux États-Unis pour excision. Des médecins ont fait l’objet d’enquêtes sans que cela n’ait cependant débouché sur des inculpations. D’autres enquêtes sont toujours en cours. Les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) estiment que plus de 500 000 femmes et filles vivant aux États-Unis soit avaient été victimes de telles mutilations, soit risquaient d’être mutilées dans ce pays. "La plupart d’entre elles sont nées aux États-Unis et beaucoup n’ont aucune origine africaine".

. Pourquoi Docteur ? - Viols sur mineur : "La victime a besoin d’être entendue par la société"
Le délai de prescription des viols sur mineur doit s’allonger. C’est la conclusion du rapport remis ce 10 avril à la ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, Laurence Rossignol. Il propose d’étendre de 10 ans le délai actuel de prescription. Co-signé par l’animatrice Flavie Flament, victime d’une telle agression, et le magistrat Jacques Calmettes, le document suggère ainsi de porter à 30 ans la période durant laquelle une victime peut porter plainte contre son agresseur. Cette durée commencerait à partir de la majorité de la victime. Dans les faits, seules une femme victime de violences sexuelles sur dix finit par porter plainte contre son agresseur. Une donnée prise en compte par le rapport, qui préconise aussi d’améliorer l’accompagnement.

. La Presse - Agressions sexuelles : la SQ ne rouvrira aucune enquête
À la suite du tollé soulevé par une enquête du Globe and Mail, la Sûreté du Québec devait réviser les plaintes pour agression sexuelle jugées non fondées. Plutôt que de rouvrir ces dossiers, la SQ a plutôt revu leur nombre à la baisse et elle n’a pas l’intention de changer ses pratiques d’enquête. Des victimes racontaient n’avoir pas été prises au sérieux par les policiers, dénonçaient des enquêtes bâclées et rapportaient des critiques sur leur comportement ou le fait qu’elles avaient bu de la part des enquêteurs. « Il est inacceptable que le taux de plaintes non fondées soit si élevé. Je suis incroyablement inquiète quant aux obstacles à l’accès à la justice pour les victimes d’agressions sexuelles », avait réagi la ministre fédérale de la Justice, Jody Wilson-Raybould. "La police qui enquête sur elle-même, on se demande ce que ça donne. On aimerait qu’ils sollicitent des groupes qui travaillent avec les victimes."

. 20 minutes - Le site d’annonces Vivastreet visé par une enquête préliminaire pour "proxénétisme aggravé"
Confiée le 15 février à l’Office central pour la répression de la traite des êtres humains (OCRTEH), elle fait suite à une plainte déposée, le 1er décembre 2016, par le mouvement du Nid qui milite pour l’abolition de la prostitution. "Depuis l’entrée en vigueur de la loi pénalisant les clients de prostituées il y a un an, on s’est aperçu que le phénomène se déplaçait de la rue vers les sites d’annonces tels que Vivastreet, justifie Lorraine Questiaux, déléguée du Nid pour l’Ile-de-France. Ce ne sont pas les mêmes réseaux. Mais le problème est identique. Tout cela est d’une grande hypocrisie." Revendique 32 millions de visiteurs par mois dont 10 millions rien qu’en France.

. Radio-Canada - Honneurs et ovations pour Malala Yousafzai au Parlement canadien
La lauréate du prix Nobel de la paix Malala Yousafzai s’est adressée aux députés et aux sénateurs dans une Chambre des communes pleine à craquer. Après avoir reçu la citoyenneté canadienne honoraire des mains de Justin Trudeau, la jeune Pakistanaise a incité le Canada à s’investir dans l’éducation des filles, partout dans le monde. Malala Yousafzai a été consacrée messagère de la paix de l’ONU. Le 9 octobre 2012, Malala Yousafzai, alors âgée de 15 ans, a survécu à une tentative d’assassinat perpétrée par des talibans au Pakistan. Le 12 juillet 2013, à l’occasion de son 16e anniversaire, l’ONU a créé la Journée Malala pour défendre l’éducation dans le monde. En octobre 2014, elle a reçu le prix Nobel de la paix. Écoutez l’allocution de Malala Yousafsai ICI.

. Le Podcast Journal - Les femmes en francophonie
Elles constituent la moitié de l’humanité, en francophonie comme partout ailleurs. Elles donnent la vie, élèvent les enfants et nourrissent leur famille. Quelle place les femmes d’hier et d’aujourd’hui occupent-elles dans le monde de la francophonie ? Comment se positionnent-elles dans ce vaste et riche espace ? De quelle manière s’y expriment-elles ? La question des femmes en francophonie, qui peut s’avérer être épineuse, peut s’étudier au croisement de domaines de recherche variés tel que la littérature, les sciences du langage, l’histoire, l’ethnologie, la sociologie, les médias, la communication ou encore la philosophie.

. Mouvement du Nid - Prostitution - CAP International - Brochure sur la loi du 13 avril 2016
CAP International, la coalition internationale d’associations de terrain pour l’abolition du système prostitueur, diffuse à l’occasion de l’anniversaire d’un an de la loi du 13 avril 2016 une brochure qui revient sur les principes, les objectifs, les mesures et le processus d’adoption de ce texte historique. Claudine Legardinier et Grégoire Théry sont les auteur-es du texte qui peut également être téléchargé en anglais.

. Le Devoir - 2000 employés de l’ONU accusés de crimes sexuels à travers le monde
Des employés des Nations unies, dont des Casques bleus, ont fait l’objet de quelque 2000 allégations de crimes sexuels à travers le monde depuis 12 ans, selon une enquête réalisée par l’Associated Press qui démontrerait que l’ampleur de la crise est pire que ce que l’on croyait. Plus de 300 de ces allégations concernent des enfants, a constaté l’Associated Press, mais seulement une fraction des agresseurs présumés se sont retrouvés derrière les barreaux. En Haïti, au moins 134 Casques bleus sri-lankais ont exploité neuf enfants entre 2004 et 2007, selon un rapport interne de l’ONU dont l’AP a obtenu copie. Cent quatorze Casques bleus ont ensuite été renvoyés chez eux, mais aucun n’a jamais été inquiété par la justice.

. Le Devoir - Violence conjugale - Partir, au péril de sa vie
Bien que plusieurs voient dans la séparation le début de l’accalmie pour les femmes victimes de conjoints violents, plusieurs experts affirment que la rupture constitue plutôt un très grand facteur de risque qui fait bondir de 75 % la possibilité pour une victime d’être blessée ou assassinée. Un risque que sous-estiment gravement les policiers et le système de justice dans le traitement des cas de violence conjugale. Plusieurs spécialistes préconisent d’élargir la définition de la violence conjugale et d’emboîter le pas au Royaume-Uni, où, depuis 2016, le « contrôle coercitif » exercé par un conjoint est clairement assimilé à un acte criminel. À Philadelphie, une ville « modèle » en la matière, la collaboration serrée entre les ressources pour victimes de violence conjugale et les corps policiers a permis de faire chuter de 25 % à 4 % la proportion de plaintes jugées non fondées par les policiers.

. Radio-Canada - Il y a 100 ans, l’Ontario donnait le droit de vote aux femmes, sauf aux Autochtones et aux Asiatiques
Le 12 avril 1917, l’Ontario devient la cinquième province canadienne à accorder le droit de vote aux femmes. La province célèbre cet anniversaire aujourd’hui, mais il faut rappeler que certaines communautés n’ont pas bénéficié immédiatement de ce droit. Les Autochtones et les personnes d’origine asiatique ont dû attendre quelques décennies de plus. Depuis la création de la Confédération, en 1867, les membres des Premières Nations étaient en effet considérés comme des pupilles du gouvernement fédéral et devaient renoncer à leur statut d’Indien et à leurs droits issus des traités pour pouvoir voter.

. Entre les lignes entre les mots - Flora Tristan et l’Union ouvrière
En 1843, cinq ans avant la publication du Manifeste communiste dont on fête les 150 ans cette année, est publiée une petite brochure intitulée L’Union ouvrière ; elle appelait les prolétaires à se constituer en tant que classe et à s’organiser en une Union universelle des ouvriers et des ouvrières. L’auteure, Flora Tristan, une femme de 40 ans, entreprend ensuite une longue tournée en France pour convaincre ouvriers et ouvrières, lesquel-les sont encore analphabètes en grand nombre, de s’unir dans une action commune contre leur oppression.

. TV5 - Dans l’œil de Maysaloun Hamoud, un regard sur le féminisme palestinien en Israël
Scénariste et réalisatrice, palestinienne d’Israël, Maysaloun Hamoud signe avec son premier long-métrage "Je danserai si je veux" une oeuvre décalée, mettant en avant une jeunesse palestinienne assoiffée de liberté. Acclamée par la critique, le film a suscité beaucoup de réactions, parfois violentes, et la réalisatrice est à présent visée par une fatwa. Son oeuvre est donc aussi un acte militant, "parce que nous sommes les deux : nous sommes palestiniennes et nous sommes des femmes". Une double identité et un double combat en somme. Pour la cinéaste, son film, en forme d’ode à la liberté de la femme, ne se regarde pas uniquement par le prisme du conflit israélo-palestinien - les trois héroïnes sont assez différentes pour que chaque femme puisse se projeter un l’une d’elles : "je décris la société arabe et ses travers mais je ne connais pas un seul pays au monde où les femmes n’aient pas à souffrir du sexisme."

. Le Délit - La violence sexuelle à McGill
En juillet dernier, après deux ans de travail, un groupe étudiant de l’Université McGill a proposé une première version d’une politique traitant des agressions sexuelles. L’administration mcgilloise a rejeté cette initiative en se justifiant par des raisons non fondées. Au début septembre, cette même administration est revenue avec une version épurée de la politique proposée par le groupe étudiant. La communauté étudiante a exprimé ses réserves. L’administration a fini par faire approuver la politique contre la violence sexuelle le 23 novembre 2016 par le sénat mcgillois. Ensuite, les évènements entourant David Aird et Ben Ger (accusés d’agressions sexuelles et qui ont démissionné) ont montré les difficultés auxquelles doivent faire face les survivantes lorsque leur agresseur présumé se trouve dans une position d’autorité. Les femmes accusant Aird ont souvent témoigné de leur solitude face à l’AÉUM lorsqu’elles ont voulu agir.

. Le Journal des femmes - Les candidats et les violences faites aux femmes : qui propose quoi
Une femme meurt tous les 3 jours sous les coups de son compagnon. Une réalité terrifiante qui peine pourtant à trouver un écho dans cette campagne présidentielle. Les candidats parlent d’emploi, de dettes ou d’immigration, mais restent muets sur les droits des femmes. Si le sujet n’est jamais abordé lors des débats télévisés, que dire des violences dont elles sont l’objet. Un drame passé sous silence, comme une double peine. Pour essayer d’y remédier, nous vous proposons de passer en revue les propositions des candidats sur la question. Marine Le Pen ne semble pas préoccupée par la violence contre les femmes.

. Diacritik - Alpha Mâle : Séduire les femmes pour s’apprécier entre hommes
Anthropologue de notre modernité, Mélanie Gourarier a enquêté sur un bien curieux phénomène : la "Communauté de la séduction", une internationale antiféministe qui s’est répandue depuis les États-Unis pour gagner ensuite la France et autres lieux. Ses adeptes se rencontrent en petites confréries dans les villes ; ils se placent sous la conduite de coachs qui leur enseignent en "professionnels" des techniques séductrices dans le but, clairement clamé, de faire que les hommes reprennent l’ascendant sur l’autre sexe dont ils estiment qu’il est devenu dominant. Ainsi se sont formés des clubs qui se soumettent à un apprentissage soutenu sur la meilleure manière de draguer les femmes dans des lieux plus ou moins publics pour les conduire au partage sexuel mais sans aller nécessairement jusque là.

. Le Monde - L’Argentine sous le choc de l’assassinat d’une militante contre les violences sexistes
En Argentine, un nouveau "féminicide" – mot qui désigne l’assassinat de femmes pour le simple fait d’être femmes –, commis par un violeur en série laissé en liberté par un juge, provoque mobilisation et colère. Ironie du sort : Micaela Garcia, 21 ans, militait au sein du collectif Ni una menos ("pas une [femme] de moins"), créé en 2015 pour lutter contre les violences sexistes. Faute de statistiques officielles, ce sont des ONG qui recensent les assassinats de femmes en Argentine : 322 en 2016, soit une femme tuée toutes les trente heures. Une tragique réalité qui justifie que le terme "féminicide" soit inscrit, depuis 2012, dans la Constitution. "Il y a deux responsables : l’assassin de Micaela et un juge qui l’a libéré", a dénoncé la présidente du Conseil nationale des femmes, Fabiana Tuñez, soulignant qu’il "y a encore de nombreux secteurs de la justice qui rendent des verdicts machistes".

. TVA - Le PQ et des groupes communautaires exigent la clause dérogatoire
"Le premier ministre ne doit pas rejeter l’utilisation de la clause dérogatoire sous de faux prétextes. En effet, en prétendant qu’il s’agit là d’une mesure exceptionnelle équivalente à une arme nucléaire, il omet de dire que son propre gouvernement l’a utilisée à cinq reprises, en 2014, dans un projet de loi sur les régimes de retraite", a mentionné le chef du PQ, Jean-François Lisée. Il a dénoncé qu’un Montréalais accusé de meurtre ait été libéré sans subir de procès, jeudi, en raison des délais déraisonnables. Le chef du PQ est appuyé par l’Association québécoise Plaidoyer Victimes, la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes, l’Association des familles de personnes assassinées ou disparues et le Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence.

. La Presse - Sexe, profs et étudiants
Pourrait-on envisager dans nos collèges et nos universités la mise en place d’un règlement semblable à celui adopté par l’Université Harvard en 2015 interdisant les relations amoureuses et sexuelles entre professeurs et étudiants ? La ministre de l’Enseignement supérieur est restée évasive quand on lui a posé la question. J’avoue que la première fois qu’on m’a parlé de code de déontologie régissant les rapports intimes professeurs-étudiantes (le féminin l’emporte ici sur le masculin), j’étais sceptique. Même si j’en comprenais l’objectif, j’y voyais d’abord et avant tout une intrusion dans la vie privée d’adultes majeurs et vaccinés. Cela m’apparaissait comme une forme de puritanisme. J’ai changé d’avis après avoir rencontré des victimes, creusé davantage ce sujet tabou, lu les actes du colloque Sexe, amour et pouvoir (Remue-ménage, 2015) et l’essai d’Yvon Rivard, Aimer, enseigner (Boréal, 2012). Rivard n’hésite pas à qualifier de "prédateurs" les professeurs qui profitent de leur position pour séduire à répétition des étudiantes.

. Le Y des femmes de Montréal - Le Prix Égalité pour le projet de réalité virtuelle sur le consentement sexuel
Le Y des femmes de Montréal est fier d’annoncer que le projet "Connais-tu LA limite ?" – Le consentement en 360°, a remporté le Prix Égalité Thérèse-Casgrain du Secrétariat à la condition féminine, catégorie prévention des violences. La cérémonie de remise de prix avait lieu le 4 avril à Québec. C’est le troisième projet des services jeunesse du Y des femmes de Montréal qui se méritent cette distinction. Depuis le début de sa tournée à travers les établissements scolaires du Québec et dans certains événements, le projet Connais-tu LA limite ?, qui a pour but de conscientiser les jeunes de 16 à 24 ans au consentement sexuel, a doublé son objectif d’atteinte du public en passant de 1 000 à plus de 2 000 visionnements.

. Le Parisien - Enquête sur ces femmes qui épousent le djihad
De nombreuses Françaises, parfois mineures, s’enrôlent dans les rangs de Daech en Syrie, où elles jouent un rôle de plus en plus actif. Et d’autres qui ne partent pas ne sont pas moins dangereuses... Ces "lionnes" de Daech, comme elles aiment à se surnommer sur les réseaux sociaux ou au fil de leurs échanges sur les messageries cryptées, "jouent un rôle croissant dans la menace que représente" cette organisation terroriste, que ce soit "sur les terres du califat" ou "sur le territoire national", comme le souligne un récent rapport de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) que nous avons pu consulter. De "compagnes idéologiques" pour les premiers djihadistes français ayant rejoint des zones de combats, tels l’Afghanistan au début des années 2000, elles font désormais partie intégrante du projet terroriste "global" prôné par l’EI en Irak et en Syrie.

. Le Devoir - Le harcèlement de rue, une violence faite aux femmes banalisée
La société continue de fermer les yeux sur différentes formes d’agression
Bruits de bisous, klaxons et sifflements, demandes de faveurs sexuelles, propos vulgaires, attouchements non désirés dans un métro bondé… Près de 90 % des femmes sondées par le Centre d’éducation et d’action des femmes de Montréal (CEAF) estiment que le harcèlement de rue est un problème bien réel dans la métropole. "Il a arrêté sa voiture et a ouvert la porte passager. Il m’a dit qu’il me paierait pour que je lui fasse une pipe, en commentant que j’avais de belles lèvres et que ma robe était vraiment sexy. J’avais 11 ans." Au total, quelque 240 femmes — principalement des jeunes femmes de 15 à 35 ans — ont accepté de répondre au questionnaire, mis en ligne sur le site Facebook de l’organisme et partagé sur différents réseaux. Lire aussi : Joggeuses à Paris : l’enfer du harcèlement de rue.

. Entre les lignes entre les mots - Une écrivaine est-elle par définition une terroriste ?
Naître un 8 mars – 1967 en l’occurrence – n’est-ce pas déjà le signe de la culpabilité dans une Turquie en proie à un coup d’Etat démocratique par le biais d’un référendum qui devrait donner tous les pouvoirs à Recep Tayyip Erdogan ? Asli Erdogan – sans lien de parenté, les Erdogan sont les Dupont de Turquie –, physicienne de formation devenue écrivaine, a été arrêtée le 17 août 2016 et emprisonnée à Bakirköys, cette prison effrayante d’Istanbul qu’elle avait décrite dans "Le Bâtiment de pierre" (Actes Sud 2013). Elle a été relâchée – et pas libérée – le 29 décembre. Elle est toujours accusée de terrorisme. La preuve ? Son travail de mémorialiste pour le journal "Ozgür Gündem", pro-kurde. "Le silence même n’est plus à toi", titre général qui pourrait servir de devise à tout pouvoir arbitraire et autoritaire.

. La Presse - Le pari de la parité
Chez nous, comme un peu partout sur la planète cinéma, les réalisatrices se comptent sur les cinq doigts de la main, et encore. Mais depuis un an au Québec, un mouvement pour leur faire une place égale à celle des réalisateurs et pour les doter des mêmes budgets n’en finit plus de prendre de l’ampleur. « Parité » est devenu le mot-clé des institutions publiques qui financent le cinéma chez nous. Or, contre toute attente, c’est un homme qui a lancé le mouvement, en mai 2016. Claude Joli-Coeur est le grand patron de l’Office national du film du Canada depuis 2014. En mai dernier, il a pris le milieu du cinéma par surprise en s’engageant à ce que 50 % des films de l’ONF soient désormais réalisés par des femmes, et surtout à ce que 50 % des budgets leur soient alloués.

. Ressources prostitution - La pornographie transforme la violence masculine en excitation sexuelle
De nombreuses jeunes femmes m’ont dit que la pornographie est tellement omniprésente qu’elles se sont résignées à fréquenter des hommes qui en consomment. "Ça ne sert à rien de leur demander de ne pas le faire". Dès les années 1970, une critique féministe de la pornographie offrait une alternative. Afin de mieux comprendre et de contester les violences masculines, des féministes ont analysé et ont dénoncé le sexisme et la misogynie, non seulement dans la pornographie, mais aussi à la télévision, dans les films, la publicité et la musique – qui présentent tous systématiquement des corps féminins objectivés pour le plaisir sexuel masculin.

. La Presse - Arrêt Jordan : un premier prévenu accusé de meurtre libéré au Québec
Pour la première fois au Québec, un prévenu soupçonné d’avoir commis un meurtre a échappé à son procès grâce à l’arrêt Jordan, hier après-midi au palais de justice de Montréal, au grand dam de groupes de victimes. Sival Thanabalasingam était accusé d’avoir tué sa femme, Anuja Baskaran, à coups de couteau en 2012. Il avait déjà plaidé coupable dans une précédente histoire de violence conjugale, envers la même femme. Ce dossier a choqué Manon Monastesse, de la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes. "Ça envoie encore un message négatif aux victimes de violence faite aux femmes". Mme Monastesse a affirmé que d’autres causes impliquant des hommes violents envers des femmes se sont conclues avec un arrêt du processus judiciaire à cause de l’arrêt Jordan dans les derniers mois.

. Parti québécois - Intégration et laïcité : de l’action, oui ; un procès, non !
Nous, Québécoises et Québécois de toutes origines, dénonçons avec force le désastreux bilan de 15 ans de gouvernement libéral qui a pour effet de fragiliser notre vivre-ensemble collectif. C’est pourquoi nous réclamons : 1) L’abandon immédiat du projet de consultation sur le racisme et la discrimination systémique ; 2) L’adoption, d’ici juin, d’un projet de loi omnibus et d’un calendrier d’actions sur l’intégration en emploi et la lutte contre le racisme et l’intimidation, inspiré notamment des 20 mesures proposées en février par l’opposition officielle ; 3) L’adoption, d’ici juin, d’un projet de loi regroupant les mesures consensuelles sur les accommodements et signes religieux.

. France Culture - Avant la loi Veil, le coup d’éclat des 343 "salopes"
Le 5 avril 1971, avec l’aide de Simone de Beauvoir, Anne Zelensky et Christine Delphy réunissent des signatures pour le droit à l’avortement en France. Dans Le Nouvel Observateur, 343 femmes signaient un manifeste et déclaraient avoir eu recours à l’avortement malgré l’interdiction pénale, et réclamaient le droit à disposer de leur corps. En 1999, pour l’émission "L’Histoire en direct", Emmanuel Laurentin retraçait l’histoire de cette lutte féministe qui a posé les jalons de la loi Veil pour la légalisation de l’avortement. En filigrane, des noms de signataires, sorte de fil rouge mémoriel de cet engagement, égrènent le documentaire.

. TV5 - La Suisse n’échappe pas au sexisme ordinaire dans ses universités
Le harcèlement sexuel contre les femmes se décline sous des formes parfois extrêmement violentes. Loin de se limiter à la rue ou aux terrasses, en Suisse comme ailleurs, le phénomène touche également les hautes sphères. Quel que soit le lieu, les propos sexistes, paternalistes ou condescendants à l’égard des femmes au sein des "hautes sphères" de la société illustrent la force des représentations sociales et des stéréotypes masculins et féminins. Dans la majorité des cas reportés, ils s’inscrivent au sein d’un rapport social dominé par un professeur, un maître de stage ou un médecin-chef.

. La Presse - Prostitution juvénile - Un effet dissuasif sur les "abuseurs"
D’entrée de jeu, le responsable des enquêtes criminelles à la police de Laval Serge Gaignard nous corrige. "Un client, ça sous-entend une transaction économique légitime. Ici, on a affaire à des abuseurs qui achètent le consentement de jeunes filles". Bien qu’un seul accusé ait plaidé coupable jusqu’à présent, M. Gaignard soutient que le projet Défensif a eu un effet dissuasif important sur d’autres "abuseurs". D’autant plus que son corps policier n’a pas hésité à publier l’identité et la photo des 13 hommes arrêtés. Les conséquences pour les accusés, s’ils sont reconnus coupables, sont énormes (peine minimale de six mois de prison).

. Antisexisme - L’impuissance comme idéal de beauté des femmes – Universalité des idéaux de faiblesse 1
J’aimerais maintenant faire une comparaison entre les pratiques de beauté occidentales et celles que l’on peut trouver dans des cultures éloignées géographiquement, mais également patriarcales. L’objectif est de montrer que derrière une apparente diversité des pratiques de beauté, certains idéaux de faiblesse semblent universels – ou en tout cas très répandus – dans de nombreuses cultures patriarcales. Je précise d’emblée qu’il n’est pas question dans cet article de mettre tout sur le même plan. Néanmoins, je pense qu’il faut aussi garder à l’esprit que l’on intériorise les normes et les valeurs de la société dans laquelle on a grandi ; par conséquent, on perçoit moins facilement la violence de nos pratiques que celle des coutumes des autres sociétés.

. La Gazette des femmes - La culture du viol en 64 secondes
Quelques secondes pour comprendre, c’est des notions et des réalités sociales placées sous la loupe féministe et expliquées en plus ou moins une minute. Sans musique ni effets sonores, idéal pour un visionnement discret dans les transports en commun ou dans les lieux publics, cette nouvelle série signée Gazette des femmes entend informer sur des sujets actuels et secouer quelques idées reçues, au passage. Voyez ici la toute première capsule, fraîchement sortie des bureaux de la rédaction : "La culture du viol en 64 secondes".

. Le Figaro Madame - Candidate, élue, femme de... Radiographie du sexisme en politique
Depuis l’avènement de la loi sur la parité, en 2000, les femmes sont de plus en plus nombreuses dans l’arène politique. Sont-elles pour autant bien représentées dans l’espace public ? Avec quels mots, quelles images les évoque-t-on à l’Assemblée comme dans la presse ? Paradoxalement, les stéréotypes à l’égard des femmes politiques ont été largement réactivés ces dix dernières années, tandis que, dans les médias, la vie amoureuse des élus comme des candidats est devenue un critère d’évaluation à part entière de leur compétence professionnelle. C’est ce double phénomène qu’explore Frédérique Matonti dans son livre Le Genre présidentiel (Éditions La Découverte).

. Le Journal de Québec - Québec veut interdire la spéculation sur la mort
Le gouvernement Couillard souhaite barrer la route aux cabinets de services financiers qui spéculent sur l’assurance-vie de personnes vulnérables. Peu connus au Québec, ceux-ci offrent d’acheter la police d’assurance d’une personne âgée ou malade à un prix inférieur à la prestation prévue. Ils paient ensuite les primes restantes et empochent la différence lors du décès du titulaire. Avec le dépôt récent d’un projet de loi en Saskatchewan, le Québec pourrait devenir la seule province où cette pratique n’est pas encadrée. Le gouvernement Couillard entend fermer la brèche dans son projet de loi omnibus qui découle du budget de 2017-2018. Aussi connue sous le nom d’entente viatique, cette pratique est répandue aux États-Unis et en croissance au Québec.

. Le Devoir - Le pape nomme un nouveau responsable de la lutte aux agressions
Le pape François a nommé un nouveau patron à la tête de l’agence vaticane qui gère les allégations d’agressions sexuelles à l’endroit du clergé. La promotion de Monseigneur John Kennedy à la tête du comité de discipline de la Congrégation pour la doctrine de la foi est la deuxième nomination dans ce dossier au cours des derniers jours. La réponse du pape et du Vatican à la crise des prêtres pédophiles a été ramenée sous les feux de la rampe par la décision de Marie Collins, une Irlandaise elle-même victime d’un prêtre, de claquer la porte de la commission créée par le pape pour se pencher sur le problème. Au moment d’annoncer sa décision le 1er mars, Mme Collins avait dénoncé la résistance "inacceptable" du bureau doctrinaire du Vatican aux recommandations de la commission.

. La Presse et Sisyphe - Faire partie d’un "nous" rassembleur
En tant que citoyens québécois, dont plusieurs originaires de pays musulmans, nous souhaitons contribuer à mettre en place des solutions durables pour contrer la discrimination et toute forme d’exclusion au Québec, et participer à un dialogue constructif permettant, comme le dit Boucar Diouf, des "raccommodements raisonnables" pour renforcer le tissu social. Nous aspirons à une société où les nouveaux arrivants se sentent accueillis et soutenus et où la société d’accueil se sent respectée, appréciée et rassurée. Dans ce contexte, nous nous questionnons sur le bien-fondé de la consultation publique qui vient d’être annoncée par le ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI) sur le racisme et la discrimination systémique. Nous voulons être reconnus en tant que citoyens et non en tant que membres de groupes religieux ou ethnoculturels ou encore selon notre couleur de peau.

. Le Devoir - Accusations d’harcèlement (sic) sexuel - Les annonceurs se détournent de Fox News
Plusieurs constructeurs automobiles ont choisi de ne plus acheter d’espaces publicitaires dans l’émission de Bill O’Reilly sur Fox News après que le présentateur vedette de la chaîne d’information en continu eut fait l’objet de nouvelles accusations de harcèlement sexuel. Le New York Times a révélé avoir identifié trois nouveaux cas de harcèlement sexuel présumé visant le présentateur, qui s’ajoutent à deux affaires déjà connues. Au total, Bill O’Reilly et Fox News auraient versé 13 millions de dollars à ces cinq femmes en échange de leur silence et du renoncement à mener des poursuites contre l’éditorialiste vedette. The O’Reilly Factor est, de très loin, l’émission la plus regardée sur les chaînes d’information aux États-Unis, avec une moyenne de 3,98 millions de téléspectateurs durant le premier trimestre 2017

. La Presse - Une nouvelle explication à l’infertilité féminine liée à l’âge
Dès l’âge de 35 ans, la fertilité des femmes commence à diminuer de façon importante. Les cas de fausses couches se multiplient et le syndrome de Down (aussi appelé trisomie 21) devient plus fréquent. Des chercheurs du Centre de recherche du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CRCHUM) ont réussi à identifier une nouvelle explication à ce phénomène. Les grands responsables seraient les microtubules, ceux qui s’occupent de trier les chromosomes. C’est un pas de plus vers cette longue route permettant de contrer l’infertilité.

. Le Huffington Post France - Ce clip percutant met en garde les adolescentes françaises sur l’excision
Cette vidéo est publiée dans le cadre d’une campagne nationale de prévention lancée le 3 mars dernier à destination des adolescent-e-s de 12 à 18 ans. Intitulée "Alerte excision", celle-ci a pour objectif, jusqu’au 30 juin, de "prévenir les adolescentes en France sur les risques de mutilations sexuelles féminines (MSF) pratiquées à l’occasion d’un voyage dans le pays d’origine de leurs parents pendant les grandes vacances"Lancée par la ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, Laurence Rossignol, cette campagne insiste sur le fait que "3 adolescentes sur 10 dont les parents sont issus de pays pratiquant traditionnellement l’excision sont menacées de mutilations sexuelles en France".

. Le Devoir - Violence conjugale - Les langues se délient à Mont-Saint-Hilaire
Une troisième femme vivant sur le territoire desservi par la Régie intermunicipale de police Richelieu–Saint-Laurent dénonce le travail de ses policiers : une semaine et demie après le meurtre de Daphné Boudreault, assassinée par son ex-conjoint, Karine* affirme que les agents du secteur ne l’ont pas soutenue adéquatement, tant et si bien qu’elle s’est résignée à retourner chez son ancien copain sans escorte policière pour y récupérer ses affaires. "C’est fou comme les policiers ne prennent pas ça au sérieux. Ça ne vaut rien pour eux." En septembre, Karine a dénoncé son conjoint violent à la police après qu’il l’eut brutalisée et menacée avec un pistolet à air comprimé. L’homme a dû signer une promesse de comparaître et s’engager à ne pas entrer en contact avec Karine et sa famille.

. Abolition 2012 - Refonte des politiques publiques en matière de prostitution. Un an après, une loi qui devient réalité
Les 62 associations du collectif Abolition 2012 se félicitent de la mise en œuvre effective, dès le lendemain de la loi, de l’inversion de la charge pénale des personnes prostituées vers les clients de la prostitution. Alors que chaque année, plus de 1500 personnes prostituées étaient arrêtées au titre du délit de racolage, plus aucune personne prostituée n’a été interpellée pour ce motif après le 14 avril 2016. Contrairement à ce que les opposants idéologiques à la loi laissaient entendre, les policiers et magistrats français n’ont rencontré aucune difficulté technique pour sanctionner l’achat d’actes sexuels. Les premiers acheteurs de sexe ont été interpellés seulement quelques semaines après l’adoption de la loi. Un an après son adoption, 804 d’entre eux ont été interpellés. Dans l’écrasante majorité des cas, les acheteurs de sexe ont reconnu les faits et payé une amende dans le cadre d’une composition pénale !

. Le Devoir - Ces hommes qui détestent les femmes
Ils récupèrent les discours des féministes pour affirmer qu’à cause d’elles, les hommes sont devenus le nouveau sexe faible. Nostalgiques d’un patriarcat tout puissant, ils fédèrent de plus en plus d’adeptes. Même chez les femmes. La parité, ce n’est pas gagné… Aux États-Unis, les masculinistes sont suffisamment nombreux pour avoir porté leur champion sexiste et fier de l’être, Donald Trump, au pouvoir. "Les mâles alpha sont de retour", se gargarisait, le jour de la victoire, Sebastian Gorka, le très controversé conseiller à la sécurité du président. Avant d’occuper ce poste, il était rédacteur en chef de "Breitbart", le site de Steve Banon — le conseiller chouchou de Trump — notoire pour ses articles misogyno-décomplexés. En France, c’est surtout Éric Zemmour qui porte haut les théories masculinistes selon lesquelles le féminisme est en train d’émasculer les hommes.

. Slate France -"La politique, c’est aussi notre affaire à nous, les femmes"
Comment les questions liées aux genres se sont-elles imposées dans les campagnes présidentielles ? Décryptage historique des professions de foi des candidats à travers trois grands domaines : la contraception et l’avortement, la participation des femmes au marché du travail et l’égalité salariale. Seule "minorité" majoritaire, les femmes disposent de la "force du nombre", qui "contraint les hommes politiques à prêter une oreille plus attentive aux revendications des Françaises", explique la politologue Mariette Sineau dans La force du nombre. Femmes et démocratie présidentielle.

. Le Devoir - La censure contamine les milieux universitaires
Peut-on discuter de tout à l’université ? De moins en moins, apparemment. Nous entrons dans une ère "de déclin de l’argumentation, de la rationalité et du politique", pense l’historien des sciences de l’UQAM Yves Gingras. "Et on n’a encore rien vu !" ajoute-t-il. À l’Université McGill, deux professeurs de théologie n’ont pu aborder la question des transgenres, muselés par une trentaine d’étudiants qui les ont interrompus au point où la menace de devoir appeler la police a fini par être brandie. À l’UQAM, deux débats ont été annulés parce que les organisateurs ont craint des pressions de la part de l’AFESH, une association étudiante. On empêche désormais des gens de parler à l’université "au nom de sentiments que l’on craint de froisser", explique le sociologue Jean-Philippe Warren, de Concordia.

. L’Actualité - Islamophobes, vraiment ?
Le mot "islamophobie" est "une arme d’intimidation massive", qui impose la loi du silence à la majorité de la population, selon le philosophe français Pascal Bruckner. "Ce concept fait un amalgame entre la persécution des croyants, qui est évidemment un délit partout, et la critique de la religion, qui est un droit, en tout cas dans les pays occidentaux. Et ce que ce mot a de profondément dérangeant, c’est qu’il transforme l’islam en un objet intouchable. Il cherche à restaurer le crime de blasphème, qui ne fait plus partie de notre arsenal juridique : on a le droit d’insulter Dieu, le pape, Jésus, Moïse, le dalaï-lama, Bouddha, sans passer devant les tribunaux, ou du moins sans être condamné à mort. Mais quand il s’agit de l’islam, on touche à un tabou". Bruckner publie à 68 ans un essai percutant, Un racisme imaginaire : islamophobie et culpabilité (Grasset). Entrevue de "L’Actualité".

. Le Huffington Post Québec - HBO et la Rai produisent une série inspirée d’Elena Ferrante
La chaîne câblée américaine HBO et le groupe de télévision publique italien Rai coproduisent une série en huit épisodes inspirée du best-seller "L’Amie prodigieuse" de l’Italienne Elena Ferrante et dont le tournage démarrera cet été. La saga "L’Amie prodigieuse", dont les quatre tomes ont été publié entre 2011 et 2014, est un phénomène d’édition, traduit ou en cours de traduction dans des dizaines de langues et grand succès aux États-Unis, au Royaume-Uni et en France, notamment. Le roman, qui n’a reçu aucun prix littéraire majeur, raconte l’histoire de deux jeunes femmes brillantes, amies mais aussi rivales dans l’Italie d’après-guerre, à Naples. Elena Ferrante participe à l’adaptation de sa saga pour la télévision, avec la collaboration de trois auteurs italiens, Francesco Piccolo, Laura Paolucci et Saverio Costanzo, qui a notamment réalisé "La solitude des nombres premiers" (2011).

. La Presse - Lutte contre le proxénétisme : une équipe d’enquête mixte sera créée
Un an après la crise des adolescentes en fugue du centre jeunesse happées dans l’univers de la prostitution juvénile, les principaux corps policiers québécois vont unir leurs efforts pour faire la chasse aux proxénètes. Cette escouade a même déjà un nom, soit L’Équipe intégrée de lutte contre le proxénétisme. L’équipe d’enquête - installée dans les locaux du SPVM - aura le mandat de couvrir tout le territoire québécois. Les policiers auront aussi les coudées franches pour travailler en collaboration avec des corps policiers d’autres provinces. Des données publiées dans La Presse l’an dernier montrent que l’Ontario porte 13 fois plus d’accusations contre des proxénètes devant les tribunaux que le Québec. L’Ontario a déposé autant d’accusations contre des proxénètes chaque année depuis 2007 que le Québec l’a fait en l’espace de 10 ans.

. Le Devoir - La motion de l’infamie
La Chambre des communes a finalement adopté la motion M-103 de la députée libérale Iqra Khalid pour prétendument contrer la montée de "l’islamophobie" et du "racisme systémique". En agissant de la sorte, la législature canadienne offre malheureusement à la mouvance islamiste un nouvel attelage à son arme d’intimidation massive utilisée à travers le monde depuis des années 1980. Comme il est inquiétant de voir des libéraux, les néodémocrates et même les "solidaires" du Québec se rallier à une telle entreprise ! Depuis des décennies, les accusations de "racisme" et "d’islamophobie" sont dirigées par les intégristes musulmans pour empêcher toute contestation de leurs dogmes. Ce chef d’accusation a un double objectif : faire peur aux musulmans modérés et laïques qui voudraient voir poindre leur "siècle des Lumières" et bâillonner les partisans de la laïcité.

. Slate France - L’insupportable message sexiste diffusé par France 2
"Faut-il réaffirmer la masculinité ?" La question peut sembler artificielle, de fait, un demi-siècle après les années 1960 et la fin du patriarcat, beaucoup d’hommes seraient en proie à un doute existentiel, au point que des stages sont désormais proposés, on appelle ça le mouvement viriliste." On apprend donc que le patriarcat est mort. Fini, les inégalités de salaire, les métiers féminisés moins payés, les 98% d’assistantes maternelles et de secrétaires, le CAC 40 et sa presque totalité de dirigeants masculins, les femmes virées parce qu’elles ont osé avoir un enfant, les 95% de femmes qui perdent leur emploi après avoir dénoncé du harcèlement sexuel, la répartition sexiste des tâches domestiques, les hommes qui prennent toute la couverture (80%) sur les unes des magazines et des journaux, les publicités représentant des femmes-objets (coucou Yves-Saint-Laurent), les stéréotypes genrés à l’école et la parole davantage donnée en classe aux garçons, les femmes absentes des manuels scolaires, le harcèlement de rue, les infrastructures sportives conçues en majorité pour les hommes, les 25% de femmes à l’Assemblée nationale, les 13% de femmes maires…

<--- Lire les fils de presse des mois précédents.

Mis en ligne sur Sisyphe, avril 2017


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Plan-Liens Forum

  • Fil de presse, avril 2017
    (1/1) 22 avril 2017 , par





  • Fil de presse, avril 2017
    22 avril 2017 , par   [retour au début des forums]

    Quelle richesse d’articles sur des sujets importants ... et pendant ce temps France Inter, France Info nous parlent de la météo, des cours de la bourse, du football.
    ..............

    Puis-je compléter cette revue de presse ?

    Extraits du « Machoscope » de Mediapart :
    https://www.mediapart.fr/journal/france/140114/sexisme-en-politique-notre-machoscope

    2017
    21 avril
    François Fillon participe, avec ses 10 concurrents, à l’émission politique de France 2 consacrée à la présidentielle. Interrogé par la journaliste Léa Salamé sur son projet pour la Sécurité sociale, le candidat LR fait allusion à sa grossesse récente pour insinuer qu’elle n’aurait pas eu le temps de bien suivre l’évolution de son projet. 
    « Je comprends que vous me posiez cette question, parce que vous avez été absente quelque temps et je me permets de vous en féliciter. Mais j’ai déjà répondu vingt fois (…) à la question », glisse François Fillon, en préambule. 

    2016
    22 novembre
    Elle n’avait « pas du tout envie de ramener ça dans le débat aujourd’hui » mais interrogée par France Info, Nathalie Kosciusko-Morizet a confirmé que François Fillon, favori de la primaire de la droite et du centre après le premier tour, lui avait refusé un poste de ministre parce qu’elle était enceinte. « Cet épisode est vrai. (...) C’est quelque chose qui m’est arrivé à chacune de mes grossesses. C’est un problème de la société française, que l’on n’aime pas retrouver dans le monde politique », a expliqué la députée LR, qui a récolté 2,6 % des voix et qui soutient Alain Juppé pour le second tour. NKM a précisé : « Il l’avait regretté. Il me l’avait dit. »

    19 octobre
    En meeting à Villiers-sur-Marne, l’ancien premier ministre François Fillon a attaqué François Hollande dans le dossier Notre-Dame-des-Landes avec des propos machistes : « Il n’est pas foutu d’arbitrer entre son ancienne épouse et le Premier ministre ! »

    4 septembre
    Lorsque Nicolas Sarkozy s’exprime à la tribune du campus LR (ex-UMP) de La Baule, sur « l’émancipation de la femme », pas une femme ne figure derrière lui. Sur la trentaine d’intervenants prévus à ce campus, seules trois femmes ont été conviées à s’exprimer à la tribune. Mais cela n’a pas empêché Bruno Le Maire de marteler dans son discours qu’« en France, les femmes sont visibles, les femmes sont visibles ! Et elles n’ont pas vocation à être dissimulées ».

    modération a priori

    Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

    Qui êtes-vous ?
    Votre message
    • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2017
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin