| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 1er novembre 2013

Fil de presse, novembre 2013

par Sisyphe






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Fil de presse de Sisyphe, septembre 2016
Infolettre de Sisyphe, août 2016
Fil de presse de Sisyphe, août 2016
Infolettre de Sisyphe, juin 2016
Fil de presse, juin 2016
Fil de presse, mai 2016
Fil de presse, avril 2016
Fil de presse, mars 2016
Semaine du 8 mars 2016 : activités et publications
Infolettre de Sisyphe, mars 2016
Fil de presse, février 2016
Fil de presse, janvier 2016
Infolettre de Sisyphe, janvier 2016
Fil de presse, décembre 2015
Infolettre de Sisyphe, novembre 2015
Fil de presse, novembre 2015
Infolettre de Sisyphe, décembre 2015
Infolettre de Sisyphe, octobre 2015
Fil de presse, octobre 2015
Fil de presse, septembre 2015
Fil de presse, août 2015
Fil de presse, juin 2015
Infolettre de Sisyphe, juin 2015
Fil de presse, mai 2015
Fil de presse, avril 2015
Infolettre de Sisyphe, avril 2015
Fil de presse, mars 2015
Infolettre de mars 2015, Journée internationale des femmes
Infolettre de Sisyphe, février 2015
Fil de presse, février 2015
Infolettre de Sisyphe, spécial "Charlie Hebdo", janvier 2015
Fil de presse, janvier 2015
Fil de presse, décembre 2014
Infolettre, décembre 2014 - Polytechnique 6 décembre 1989 : nous ne les oublions pas
Infolettre de Sisyphe, novembre 2014
Fil de presse, novembre 2014
Infolettre de Sisyphe, octobre 2014
Fil de presse, octobre 2014
Fil de presse, septembre 2014
Fil de presse, août 2014
Infolettre de Sisyphe, juin 2014
Fil de presse, juin 2014
Fil de presse, mai 2014
Infolettre de Sisyphe, mai 2014
Infolettre de Sisyphe, avril 2014
Fil de presse de Sisyphe, avril 2014
Infolettre de Sisyphe, mars 2014
Fil de presse, mars 2014
Fil de presse, février 2014
Fil de presse, janvier 2014
Infolettre de Sisyphe, décembre 2013
Fil de presse, décembre 2013
Fil de presse, octobre 2013
Fil de presse, septembre 2013
Fil de presse, août 2013
Infolettre de Sisyphe, juin 2013
Fil de presse, juin 2013
Fil de presse, mai 2013
L’Infolettre de Sisyphe, mai 2013
Infolettre de Sisyphe, avril 2013
Fil de presse, avril 2013
Infolettre de Sisyphe, 8 mars 2013
Fil de presse, mars 2013
Fil de presse, février 2013
Infolettre thématique de Sisyphe : femmes, laïcité et droits
Fil de presse, janvier 2013
Infolettre de Sisyphe, décembre 2012
Fil de presse, décembre 2012
Infolettre de Sisyphe, octobre 2012
Fil de presse, novembre 2012
Fil de presse, octobre 2012
Fil de presse, septembre 2012
Fil de presse, août 2012
Fil de presse, juillet 2012
Infolettre de Sisyphe, 13 juin 2012
Fil de presse, juin 2012
Infolettre de Sisyphe, mai 2012 - Conflit étudiant au Québec et autres sujets
Fil de presse, mai 2012
Infolettre de Sisyphe, avril 2012
Fil de presse, avril 2012
L’Infolettre de Sisyphe, mars 2012
Fil de presse, mars 2012
Infolettre de Sisyphe, février 2012
L’Infolettre de Sisyphe, février 2012
L’Infolettre de Sisyphe, janvier 2012
Fil de presse, février 2012
Fil de presse de Sisyphe, janvier 2012
Infolettre de Sisyphe, 30 octobre 2011







Mise à jour quotidienne de liens vers des articles d’actualité et d’analyse provenant de diverses sources. Les liens des mois précédents demeurent en archives et on peut les consulter n’importe quand.

Novembre 2013


. À dire d’elles - Première étape franchie, mercredi, #votezlabolition !
Et avant de pouvoir concrétiser ce grand espoir né du débat hier à l’Assemblée nationale, continuez à demander le vote de l’abolition sur Twitter, en mettent toujours #votezlabolition dans vos messages, et n’hésitez pas à encourager ces grandes dames qui ont hier montré un beau visage de la démocratie et de la lutte pour les droits humains, Mmes Olivier Maud, Catherine Coutelle, Colette Capdevielle, Ségolène Neuville, Seybah Degoma et Najat Vallaud-Belkacem. Merci et bravo elles pour tout le travail déjà accompli, ainsi qu’aux associations de terrains et féministes qui se battent depuis presque 4 ans, on compte encore sur elles !

. Subvercité - Pute au second degré
À la Brasserie Le Corsaire, entreprise de Lévis, sur la rive-sud de Québec, l’été dernier, on a créé une bière ‘’La petite pute’’, une blonde facile… Ça vient d’être révélé sur les RS – et dans les médias – grâce à la publication d’une photo d’une Barbie, tête en bas, tirée par les cheveux, ce qui servait au serveur de robinet. Comme c’est cute ! [second degré] Interrogés à ce sujet, les propriétaires n’ont pas compris le déferlement de critiques sur leur page. Pour Martin Vaillancourt, ce n’était qu’une blague qui a mal tourné, et pour Julie Gagnon, un second degré mal compris.

. Radio-Canada - Fatima Houda-Pepin choisirait ses convictions avant son parti
Dans sa première entrevue télévisée depuis qu’elle a confronté son parti sur la question de la laïcité, la députée libérale, Fatima Houda-Pepin, affirme qu’elle ferait passer ses convictions profondes et les intérêts de la province avant ceux du Parti libéral du Québec. Fatima Houda-Pepin s’exprimait dans le cadre de l’émission "Après tout, c’est vendredi !" Selon elle, la meilleure façon d’aborder ce débat est de se situer « au-dessus de la partisanerie ».

. France bleu - Loi sur la prostitution : les députés adoptent la pénalisation des clients
Les députés de l’Assemblée nationale française ont adopté vendredi soir la pénalisation des clients de prostituées, mesure phare de la proposition de loi sur la prostitution qui n’a été réellement combattue que par les écologistes. Les députés ont voté à main levée la disposition la plus controversée du texte, celle qui punit l’achat d’actes sexuels d’une contravention de 1.500 euros.

. Voir - Humour, violence et sexisme
Cette manie populaire qui consiste à plaisanter avec la brutalité sexuelle est profondément troublante, car elle témoigne d’une tolérance étrange à l’égard de la violence genrée. Plus généralement, en riant de la violence faite aux femmes, bien qu’elle ne soit que symbolique, on place ces dernières dans une posture de vulnérabilité constante, à travers laquelle elles sont perpétuellement sujettes au rejet et à l’humiliation. En se moquant du viol, de la brutalité ou alors en dénigrant les femmes de manière « humoristique », nous affirmons implicitement qu’elles ne peuvent aspirer à la pleine sécurité dans leur environnement.

. Rue89 - Divorce : imposer la garde alternée, c’est encourager la violence
Les spécialistes s’accordent plutôt à dire que la garde alternée ne peut être bénéfique qu’en cas de bonne entente entre les parents. Cet avis va par ailleurs à l’encontre des propositions du gouvernement, en faveur d’une médiation familiale. N’en déplaise aux diktats, il existe des situations où l’entente entre les parents n’est pas possible car s’il faut être deux pour se disputer, il faut aussi être deux pour s’entendre. C’est particulièrement le cas après des violences psychologiques, dont la reconnaissance est encore balbutiante.

. Blogue de Jocelyne Robert - Le voile : Quelle histoire il raconte aux tout-petits ?
Ici comme ailleurs, on occulte bien des questions dans le débat sur le voile. L’essentiel n’est-il pas que les enfants soient accompagnés, en garderie, par des femmes aimantes ? Pas tout à fait. C’est une pensée sympathique mais un peu courte. Il faut aussi se demander ce que les enfants, eux, perçoivent de ce voile ? Comment le traduisent-ils ? Comment l’intériorisent-ils ? Comment celui-ci façonne-t-il leur perception de la féminité et de la masculinité ? Des questions, aussi muettes que fondamentales qu’il faut aborder.

. Le Monde – L’égalité passe par la pénalisation du client
La simple cohérence veut qu’après le droit de cuissage et le harcèlement sexuel (accès sexuel obtenu par le pouvoir), après le viol (obtenu par la force), ce séculaire droit masculin conféré par l’argent, l’achat d’acte sexuel, soit à son tour remis en cause. Manifestations sportives, signatures de contrats, fins de soirée arrosées… Au nom d’une idée – datée – de la virilité, le client achète le pouvoir d’imposer son bon plaisir à des femmes qui se voient ainsi retirer le droit, pourtant chèrement conquis, de lui dire non. En se dédouanant d’un billet, il exprime son appartenance à un monde masculin traditionnel qui entend « remettre les femmes à leur place ».

. À bas le sexisme - Ces esclaves qui refusent la liberté
On parle beaucoup ces jours-ci du cas d’une garderie montréalaise dont la propriétaire porte le niqab. « Dieu sait ce qui est mieux pour nous, même si nous on ne comprend pas », affirme celle qui a fait des études en génie civil à l’Université McGill. Comme bien d’autres, cette musulmane affirme que le port du niqab « est son choix ». Donc, qu’on n’a pas à le contester. Mais nous sommes de ceux qui le contestent malgré tout, pour une raison bien simple : ce n’est pas parce que quelqu’un accepte une servitude que cette servilité devient automatiquement plus acceptable.

. Femmes & Pouvoir - Manifeste : "Sortons la politique du Moyen-Age !"
Au 21ème siècle, les femmes politiques sont Ministres, Maires de grandes villes, et bientôt de Paris, Présidentes de Conseil régional et général ; sont investies sur des circonscriptions difficiles, et remportent souvent sur ces territoires des victoires largement méritées ; sont aussi maires de petites villes, engagées pour servir leurs concitoyens sur des mandats souvent bénévoles (5000 femmes maires en France) ; remettent en question les fonctionnements internes de leurs partis politiques, et s’engagent pour que la politique ne se fasse plus par cooptation mais au mérite.

. Le Soleil - Prostituées... de fin de mois
Les dirigeantes des groupes venant en aide aux femmes gaspésiennes l’appellent « prostitution de subsistance ». Oubliez la ruelle, le trottoir, la robe de satin. Cette forme de prostitution touche les femmes ayant des problèmes à boucler les fins de mois. Le tiers des 100 nouvelles victimes d’agression sexuelle par an en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine pourraient être contraintes à cette pratique. « L’aide sociale, pour celles qui en reçoivent, ce n’est pas suffisant, même avec la dernière hausse [...]. Le salaire minimum est à 10,15 $ l’heure. S’il était monté à 11,37 $, les gens travaillant 40 heures par semaine atteindraient tout juste le seuil de pauvreté.

. Le Devoir - Colloque de l’humour - Le rire a-t-il un sexe ?
« Une femme va chez le médecin, et après examen, il lui dit : “Madame, j’ai une bonne et une mauvaise nouvelle. La mauvaise, c’est que vous êtes très drôle, la bonne, c’est qu’on va vous mettre sur les hormones. Dans six mois, vous allez avoir une barbe et vous allez faire fortune.” » C’est avec cette blague que l’animatrice Chantal Lamarre a ouvert la table ronde « Femmes et humour » qui a réuni les humoristes Lise Dion, Mélanie Couture, Kim Lizotte, Émilie Ouellette, et les chercheuses Lucie Joubert, Danièla da Silva Prado et Mira Falardeau au deuxième jour du colloque L’humour sens dessus dessous.

. Le Figaro - Prostitution : elles racontent l’abattage
Pas de violences ? Après une trentaine de clients - même « gentils » - par jour, les prostituées n’ont pas la même vision des choses. « C’est comme à l’usine. Sauf que c’est l’abattoir, assène Fiona, autre « survivante » d’un bar à hôtesses. Vous êtes alignées, à moitié nues, et le type choisit. Il paye, il a le droit de donner son avis sur la “qualité”. Certains veulent “tester la marchandise avant de payer”. » N’existerait-il pas de prostituées épanouies dans une activité qu’elles ont choisie ? « Mensonge ! », s’insurge Mylène : « Ce que les clients veulent entendre, c’est qu’on raffole du sexe, poursuit-elle. Mais jamais aucune fille que j’ai connue n’a eu de plaisir. En fait, on dépose la cervelle en même temps que les fringues et on gémit en cadence pour que ça finisse vite ».

. Le Devoir - Question d’images - La jeune femme et la mer
Mylène n’est pas Santiago. Mais elle est de la trempe de ces grands héros d’Hemingway. Elle n’est pas le vieil homme du légendaire roman, mais pourtant, durant les 129 jours que dura sa traversée de l’océan Atlantique à la rame, elle fit de nous tous des Manolin aux yeux d’enfants ébahis. J’étais bien jeune quand ce livre, Le vieil homme et la mer, m’envoûta. (...) je fis de cet ouvrage, devenu mythique, l’un des romans fétiches de ma jeunesse. Dès ses premiers coups de rames, Mylène m’a vite fait recouvrer la mémoire. Son récit y était gravé à jamais. J’en eus la preuve évidente dès l’instant où, comme beaucoup, je réalisai que le défi de Mylène Paquette prenait une perspective tout à fait similaire à celle du roman.

. Nouvelles/News - Baby-Loup, c’est reparti avec postures définitives
Ce mercredi matin, la cour d’appel de Paris a confirmé le licenciement d’une salariée voilée de la crèche privée Baby-Loup, à Chanteloup-les-Vignes (Yvelines). Décision de licenciement qui avait été annulée en cassation. Illico, l’avocat de l’employée a annoncé un nouveau pourvoi en cassation. « Pour nous, cette victoire est d’abord celle d’une idée généreuse, singulière et universaliste, l’idée que ce qui nous rassemble doit être privilégié (par rapport) à l’exacerbation de nos différences, fussent-elles religieuses » a expliqué Me Richard Malka à l’AFP.

. Rue 89 - En Syrie, les femmes violées dans les geôles du régime
Combien sont-elles ? Plusieurs milliers ? Impossible de savoir combien de femmes ont été violées en Syrie depuis le début du conflit en mars 2011. D’après un chiffre donné par la fondation Thomson Reuters en novembre 2013, elles seraient au moins 4 000 à avoir été victimes de violences sexuelles. Le SNHR (Syrian Network for Human Rights) en comptabilise plus de 6 000. Dans une région où les victimes de viol sont stigmatisées et considérées comme des coupables – certaines sont chassées par leurs familles –, leur réticence à témoigner laisse craindre un chiffre nettement supérieur.

. Médiapart - Abolitionnistes, féministes, écologistes
Huit femmes écologistes se déclarent favorables à la proposition de loi « contre le système prostitutionnel » soumise au vote de l’Assemblée vendredi. Pour elles, « la prostitution est une affaire de répartition sexuée des rôles sociaux, reflet de la domination masculine sur laquelle s’est bâtie et continue de fonctionner notre société ». La combattre est – aussi – une avancée vers l’égalité. Les débats autour de cette proposition de loi dévoilent l’immense écart entre mythes et réalité. La mythologie de la « fille de joie » s’est muée en fantasme de l’escort girl sexuellement libérée. Mais les violences demeurent au cœur du système et le recours à Internet n’y a rien changé.

. Le Journal Métro - La violence envers les femmes handicapées, un tabou
Les femmes handicapées sont victimes de violence dans des proportions très élevées. C’est ce que souhaite rappeler le Réseau d’action des femmes handicapées du Canada (RAFH) à l’occasion de la Campagne des 12 jours d’action pour l’élimination de la violence envers les femmes, qui débute lundi. Il y a de cela une dizaine d’années, Geneviève Morin-Dupont a dû se rendre à l’hôpital, en état de choc. Cette jeune trisomique venait de se faire agresser sexuellement par quelqu’un qu’elle connaissait. Quelques années plus tôt, à l’école, elle avait aussi été attaquée par un groupe de garçons qui avaient rit d’elle, l’avaient déshabillée et l’avaient ainsi photographiée. Environ 40% des femmes en situation de handicap rapportent avoir vécu de la violence au cours de leur vie, selon une étude du Réseau d’action des femmes handicapées du Canada (RAFH).

. Yahoo - La secte juive Lev Tahor : bienvenue aux mystiques misogynes délirants
Un groupe d’illuminés fanatiques de Sainte-Agathe a décidé de déménager en Ontario. On serait tenté de crier « Bon débarras ! », d’espérer que d’autres, du même acabit, leur emboîtent le pas et de passer à autre chose. Mais il y a la vie, la santé et la sécurité d’une centaine d’enfants et de dizaines de femmes qui sont en jeu à cause de la léthargie scandaleuse de notre justice et de nos services sociaux et de nos politiciens. Le Times of Israel cite le livre rituel de Lev Tahor qui décrit les femmes comme des êtres dégoûtants qui méritent de ne recevoir qu’une alimentation de subsistance. Seuls les hommes ont droit de s’alimenter normalement.

. Les Nouvelles/News - La lutte contre les violences dans le monde
Du bracelet électronique au maquillage en passant par une loi permettant de connaître les antécédents judiciaires de son conjoint, tour d’horizon des méthodes pour lutter contre les violences faites aux femmes. En ce 25 novembre, journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes, lumière est placée sur celles qui subissent chaque jour, dans l’ombre, les coups d’un mari, d’un conjoint ou d’un ex violent. En France, en 2012, 148 femmes sont mortes de ces violences conjugales, 88 en Angleterre. Alors que le Ministère français des droits des femmes a dévoilé son nouveau plan de lutte vendredi 22 novembre, à l’étranger, de nouvelles initiatives sont expérimentées. A chacun sa méthode pour sensibiliser et condamner les violences dont les femmes sont victimes sur la planète.

. Jeune Afrique - Au nom des femmes
En ce 25 novembre, Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, je formule le voeu de voir cet enjeu hissé au rang de grande cause nationale en 2014, au Gabon. Il est de mon devoir de traquer sans relâche toutes les injustices que subissent mes soeurs, souvent maltraitées, violées, humiliées, tourmentées, dépouillées de leurs droits et de leur honneur. La défense de cette cause est un défi ambitieux, qui se heurte à de nombreux obstacles : les coutumes ancestrales d’abord, qui trop souvent relèguent la femme dans un rôle de subalterne, faisant d’elle la propriété de son époux. Combien de femmes chez nous furent, il n’y a pas si longtemps, obligées d’épouser le frère de leur mari défunt sans éprouver le moindre sentiment à son égard ? Combien sont aujourd’hui spoliées, au prétexte fallacieux qu’une femme ne devrait pas hériter des biens de son époux ? Les femmes les plus pauvres, les moins éduquées, restent malheureusement les plus touchées.

. 12 jours d’action - Présentation de la campagne 2013 et lancement d’un site web
Comme à chaque année, des organisations féministes lancent en ce 25 novembre 2012 la Campagne des 12 jours d’actions pour l’élimination de la violence envers les femmes par la publication d’un appel à l’action dans les médias écrits, la publication d’un calendrier d’actions partout au Québec ainsi que le lancement d’une capsule vidéo sur le thème « Les femmes sont encore victimes de violence parce qu’elles sont des femmes ». Du 25 novembre au 6 décembre 2013, ce sera l’occasion de réfléchir collectivement au phénomène de la violence faite aux femmes et de trouver des solutions concrètes pour enrayer ce fléau. Le 17 décembre 1999, l’ONU proclamait le 25 novembre Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes rappelant que cette violence est un obstacle sur la voie de l’égalité, du développement et de la paix.

. Accio feminista - Plateforme Catalane pour le droit a NE PAS ÊTRE prostituées
Les nouvelles destinations du tourisme sexuel deviennent une juteuse source d’affaires pour des hommes et des organisations sans scrupules ; elles accentuent la vulnérabilité d’un nombre croissant de femmes et d’enfants qui, plongées dans la pauvreté, deviennent la proie de la voracité sadique de nombreux “clients” prostitueurs qui exercent leurs privilèges masculins accédant ainsi aux corps féminins. Pour eux, peu importe l’absence de réciprocité dans le désir sexuel. Pour eux, c’est sans importance que les femmes qu’ils achètent soient victimes de la traite ou non. La prostitution, tout comme les violences sexuelles en général, relève de la domination patriarcale des hommes sur les femmes.

. Le Devoir - Un débat sur un « Québec laïque » dérape
Selon Daniel Turp, Mme Conradi a « l’épiderme un peu sensible, mais il est vrai que l’attitude irrespectueuse des gens peut déranger un interlocuteur, mais une chaise vide n’est jamais utile ». M. Turp confirme que la salle était plus favorable à la charte et moins aux positions défendues par M. Khadir et Mme Conradi, mais les intervenants se sont bien comportés les uns envers les autres, et ce, même si les « interventions étaient contrastées ». « Djemila Benhabib et Amir Khadir se sont bien sûr enflammés, mais on les connaît comme ça. M.de Bellefeuille était pour sa part très modéré et Mme Conradi était comme à son habitude, très calme. »

. Huffington Post Québec - Laïcité : le débat a-t-il été mal engagé, est-il en train de déraper pour de bon ?
Les positions nuancées et éclairées contre la stigmatisation des musulmans pour enclencher un vrai débat sur la place de la religion dans les institutions publiques, et pour la nécessité de limiter son expression chez les fonctionnaires, sont invalidées à coups d’attaques personnelles. Ces attaques sont étonnamment dirigées envers la majorité des modérés, toutes religions confondues. Tout ce qui précède démontre au moins très certainement qu’il y a un problème et il faut en débattre. Et non accuser le gouvernement au pouvoir d’avoir soulevé une polémique, montée de toutes pièces, pour faire diversion alors que tout allait bien au Québec, que tout le monde s’entendait à merveille. Si tel était le cas et que nous vivions dans un climat harmonieux, nous le saurions depuis belle lurette que tout va bien au Québec.

. Fédération des femmes du Québec - Les femmes sont toujours victimes de violence parce qu’elles sont des femmes : Nier les INÉGALITÉS met les femmes en danger !
Des voix se font entendre qui affirment la symétrie de la violence : les femmes seraient aussi violentes que les hommes, qu’il s’agisse de violence physique, psychologique, verbale, économique et, même, sexuelle. De tels discours masquent les inégalités de la violence et allèguent l’égalité atteinte entre les femmes et les hommes. De plus, au-delà des inégalités entre les hommes et les femmes quant à la fréquence de la victimisation et à la dangerosité des actes, il faut souligner que la position sociale des femmes, ainsi que leurs expériences d’inégalités et de violence, sont structurées par de multiples systèmes d’oppression, susceptibles de les rendre davantage vulnérables aux différentes formes de victimisation.

. Le Point - Les nouveaux visages de la prostitution infantile
La prostitution des enfants a un bel avenir devant elle, voyant même rajeunir sa population au fil des ans. On estime à quelque trois millions le nombre de mineurs qui se prostituent, un phénomène qui se développe sur le terreau de la précarité matérielle et sociale des victimes. "Les jeunes filles issues de minorités ethniques et les enfants des rues ou abandonnés par leur famille ont plus de risques que les autres de tomber dans la prostitution", a rappelé Dominique Charpenel, psychanalyste, chargée de l’accueil des victimes à la Fondation Scelles. "Il n’existe qu’une seule liberté, c’est celle de l’acheteur qui s’offre des prostituées parce qu’il a de l’argent", s’est indigné le député Guy Geoffroy.

. Les Nouvelles/News - Un pacte pour casser les stéréotypes
Les stéréotypes sont partout. En s’y conformant, chacun-e les confirme. Le pacte du Laboratoire de l’Egalité se décline en 9 propositions. « Donner la même visibilité aux femmes et aux hommes dans tous les métiers » ou encore à « élargir les indicateurs concernant la place des femmes dans les médias : au-delà de la question des expertes dans l’information, s’intéresser aux rôles proposés aux femmes dans la fiction, la téléréalité et le divertissement ». Le Laboratoire appelle aussi à « agir sur le langage », notamment en féminisant les formulations, les titres, les fonctions.

. Arte - Taslima Nasreen : portrait d’une battante
A 51 ans, Taslima Nasreen n’a rien perdu de son énergie à défendre la cause des femmes dans les pays musulmans. Malgré les menaces de mort et les intimidations, elle a consacré sa vie à cette cause. Une détermination qui lui a valu de recevoir le prix Sakharov pour la liberté de pensée en 1994. Devenue gynécologue, elle commence à écrire des poèmes à partir de 1986, puis elle est sollicitée pour écrire des chroniques dans les journaux. Taslima Nasreen profite de cette tribune pour fustiger la domination masculine dans son pays, domination qu’elle estime étroitement liée à l’Islam.

. Le Devoir - Trois femmes séquestrées comme esclaves pendant 30 ans à Londres
La Grande-Bretagne tentait de comprendre vendredi comment et pourquoi trois femmes ont pu être séquestrées comme esclaves durant plus de trente ans dans une maison à Londres et s’inquiétait devant la multiplication de telles affaires. Inédite par son ampleur, l’affaire laissait encore beaucoup de questions en suspens au lendemain de l’arrestation d’un couple de sexagénaires, libérés sous caution dans la nuit, près d’un mois après la libération des trois femmes, une Malaisienne de 69 ans, une Irlandaise de 57 ans et une Britannique de 30 ans. Pourquoi les suspects, de nationalité « non britannique », ont-ils été libérés sous caution jusqu’en janvier, alors qu’ils sont soupçonnés de travail forcé et d’esclavagisme ?

. La Presse - La garde partagée à tout prix ?
« Un enfant, ce n’est pas un chalet, ce n’est pas un condo indivise. Les parents n’ont aucun droit. Ils n’ont que des obligations. » Comme d’autres juristes, Marie-Christine Kirouack, avocate en droit de la famille, cache très mal son ras-le-bol devant « de trop nombreuses décisions à la Salomon ». En faveur de la garde partagée quand les bonnes conditions sont réunies, Me Kirouack se désole de voir qu’on en fasse un tel a priori aujourd’hui, sans égard au degré d’hostilité des parents ou de l’âge des enfants. Sans compter qu’il arrive, signale l’avocate Suzanne Moisan, que des gardes partagées soient mises en place en grande partie parce que les parents veulent éviter de payer une pension alimentaire.

. Irrémédiablement féministe ! - "8marspourtoutes" ou l’oubli d’un énorme détail de l’histoire féministe
Un petit groupe de femmes "féministes pro-sexe" 1. du collectif "8 mars pour toutes" 2. revendique de ne pas pénaliser le client prostitueur. Il me semble qu’elles ont tout simplement oublié un énorme détail de l’histoire du féminisme. Depuis toujours le féminisme lutte contre le système patriarcal. La principale raison d’être de ce système est de s’approprier les femmes en les opprimant par tout moyen, y compris la violence, dans le but principal de contrôler la sexualité et la reproduction ou pourrait-on dire, contrôler la sexualité pour maitriser la reproduction et la transmission des gênes autant que du patrimoine.

. Slate France - Non Gabriel Matzneff, la pédophilie n’est pas un « style de vie »
De même que nous nous étions émus, à Slate, de voir que Gabriel Matzneff, qui affiche clairement ses rapports sexuels avec des mineurs, parfois des enfants de moins de 10 ans, puisse recevoir le prix Renaudot essai (essai, pas roman), des pétitions se sont élevées pour lui voir retirer ce prix. Ce n’est pas parce qu’un artiste écrit/chante/réalise des œuvres d’importance, que son rôle de citoyen en est diminué. Et que respecter la loi n’est pas impératif pour lui.

. REMEMBER, RESIST, DO NOT COMPLY - Une procureure de Stockholm décrit la réussite de l’abolitionnisme en Suède
La loi qui existe depuis 1999 en Suède, vise donc l’acheteur de sexe. Et pourquoi on a cette loi ? Eh bien, c’est une question de droits d’hommes [humains] et d’égalité entre les hommes et les femmes. Et pourquoi on vise le client et pas la prostituée, c’est parce que … on pense que la majorité des prostituées, je dirais pas toutes, la majorité des prostituées ne font pas ça vraiment par choix. C’est par leur premier choix en tous les cas. C’est la demande qui fait qu’il y a le trafic, qu’il y a le proxénétisme. Et le client, l’acheteur de sexe, est le dernier maillon de cette chaîne. Sans demande, pas de prostitution, donc.

. Tolérance.ca - Charte des valeurs. Ce qu’on n’ose pas dire sur le port du voile
Je veux vous raconter quelques événements dont j’ai été personnellement témoin en ce qui touche les demandes d’accommodements de certains membres de la communauté arabo-musulmane. Et ce dans le cadre des fonctions que j’ai occupées au sein de la direction de plusieurs écoles de Montréal. Vous avez dit choix libre mesdames Françoise David, Christine St-Pierre et Julie Miville-Dechêne. Honte à vous de maintenir vos consoeurs musulmanes sous l’emprise de préceptes religieux obsolètes datant du Moyen-Âge, imposés par des imams machos qui ne veulent surtout pas perdre le contrôle sur les femmes de leur communauté.

. Radio-Canada - Pornographie juvénile : vaste coup de filet de la SQ
La Sûreté du Québec (SQ) dévoile « la plus importante opération policière » en matière de pornographie juvénile au Québec, qui s’est soldée par 28 arrestations et 31 perquisitions dans chacune des régions de la province. Une quarantaine de victimes ont été identifiées, dont un garçon de 5 ans. Ce dernier a été retiré de sa famille et remis à la Direction de la protection de la jeunesse. Les suspects appréhendés sont quant à eux âgés de 21 à 68 ans et proviennent de différentes régions du Québec. « Bien qu’ils soient issus de différents groupes d’âge, de différentes professions, de différents groupes sociaux et matrimoniaux, les hommes arrêtés ont une caractéristique commune, ils sont tous des prédateurs sexuels potentiels ou réels agissant envers les enfants... nos enfants. »

. Voir - Tolérance
Si en raison de la tolérance, une société accepte des personnes, des pratiques et des croyances intolérantes, alors à terme il n’y aura plus, dans cette société, de tolérance et celle-ci, en se répandant, aura disparu. Popper écrivait : « Je ne veux pas dire par là qu’il faille toujours empêcher l’expression de théories intolérantes. On doit pouvoir discuter librement de n’importe quelle pratique, institution, valeur. Ce faisant, on doit pouvoir les critiquer, même vertement. S’ensuivent alors deux devoirs civiques qu’impose l’idée de tolérance : pour qui formule ces critiques, celui de les adresser aux idées et non aux personnes qui les défendent ; aux personnes critiquées, celui de ne pas être offensées par toute critique formulée à l’endroit de leurs croyances tolérées.

. Le Devoir - Dérapages sexistes dans la lutte étudiante
La grève de 2012 a été le terrain d’une lutte. Elle a aussi été le lieu d’une reconduction du sexisme. Martine Desjardins en femme au bord de la crise de nerfs à la sortie des premières négociations avec le gouvernement. Jeanne Reynolds reléguée en marge par les médias, et dont les propos féministes n’ont jamais été relayés. Mais il y a plus… Les mois ont passé et les militantes s’expriment maintenant sur le sexisme de la lutte, un sexisme ordinaire qui considère comme hors d’ordre les questions féministes et qui aurait fait des femmes des victimes d’agression sexuelle. Une domination masculine à laquelle le mouvement étudiant n’a pas échappé.

. L’Actualité - Le sexisme politique révélé par Fatima Houda-Pepin
Le bras de fer et la divergence qui ont opposé Fatima Houda-Pepin et le chef du PLQ Philippe Couillard ont révélé le double standard qui existe en politique : un traitement bien différent pour les femmes que pour les hommes. Dans son communiqué, la seule députée musulmane de l’Assemblée nationale met l’accent sur le dénigrement personnel dont elle a été victime. Ce n’est pas ses idées qu’on attaque, mais bien sa propre personne. D’accord ou non avec la position de Fatima Houda-Pepin, je lui dis aujourd’hui Bravo ! J’ai deux jeunes filles qui vont grandir dans ce monde où faire sa place n’est pas chose facile et ça me rassure de savoir qu’elles pourront toujours compter sur des exemples aussi probant de courage et de conviction.

. Journal de Montréal - Des Québécoises originaires du Maghreb et du Moyen-Orient lancent un manifeste pour la laïcité de l’État
Dans un texte d’une dizaine de phrases intitulé « Ensemble », les signataires disent croire en un Québec « inclusif, égalitaire et pluraliste ». Déjà, une quarantaine de femmes ont signé le manifeste. « On nous a confisqué notre parole, tout le débat est polarisé entre le voile et le non-voile. Mais, ça va au-delà de ça. Nous demandons la laïcité », indique Évelyne Abitbol, l’instigatrice du manifeste. « Nous sommes venues ici parce qu’il y avait cette liberté, et là on veut imposer dans l’État ce pourquoi nous avons quitté notre pays d’origine », ajoute-t-elle. Voir et signer le manifeste.

. Le Devoir - Le trou noir des écoles autochtones
À dix ans, Alanis a quitté Odanak avec sa mère pour aller vivre à Trois-Rivières, seule de son peuple, incomprise, ostracisée. Nous écoutons le récit de son enfance dans son école de Blancs, battue et martyrisée par ses camarades, humiliée des mensonges qui émaillent l’histoire des Premières Nations. « Un désastre ! » Je suis émue par sa révolte, le moteur de sa vie. Une révolte qui lui donne un jour le courage de se lever et de se battre pour son peuple. Alanis décide de prendre son bâton de pèlerin et d’aller dans les écoles raconter l’histoire, la vraie, recueillie auprès des aînés autochtones, puits de mémoire et de vie, afin de transmettre un peu de leur fierté et de leur culture aux enfants partout au pays.

. Le Journal de Montréal - L’islamophobie, concept frauduleux
C’est une accusation de plus en plus courante : « islamophobe. » Il s’agit d’un concept frauduleux qui pollue le débat public. Officiellement, il désigne les comportements haineux envers l’islam ou ceux qui s’en réclament. Mais, pratiquement, il permet de stigmatiser ceux qui critiquent l’islam ou qui s’inquiètent de sa plus que difficile adaptation aux sociétés occidentales. On répondra : ce n’est pas l’islam qu’il faut critiquer, mais ses dérives extrémistes. Le premier serait admirable, les secondes seraient condamnables. Nuançons. Évidemment, l’islam ne conduit pas nécessairement à l’islamisme. Mais, cela dit, a-t-on le droit de critiquer une religion en soi et la religion en soi ? A-t-on le droit de critiquer l’islam en soi, comme n’importe quel système de pensée ? L’accusation d’islamophobie entend poser un verrou sur le débat public.

. Le Devoir - L’absolution ou l’expulsion pour un agresseur sexuel ?
Un ressortissant algérien, Lamri Douadi, risque l’expulsion du pays pour avoir commis une agression sexuelle sur une jeune femme. Deux valeurs sont en conflit dans cette affaire : la dissuasion contre l’intégration. À l’issue du verdict, le juge Braun a réfléchi à haute voix sur les conséquences de la peine qu’il doit maintenant infliger à M. Douadi : « Est-ce qu’un geste d’égarement mérite [que l’on perde] son emploi, de risquer les efforts qu’il a faits pour être ici ? », s’est-il interrogé. Le juge a même eu cette formule qui a choqué la victime : « Ce n’est pas le crime du siècle. »

. Radio-Canada - Analyse : sexisme envers les femmes en politique
La députée libérale Fatima Houda-Pepin a fait une sortie remarquée contre le dénigrement dont elle fait l’objet. Josée Legault, blogueuse et chroniqueuse, déplore le sexisme envers ces femmes élues qui prennent la parole. Elle fait aussi référence à Maria Mourani, récemment expulsée du Bloc québécois pour son point de vue sur la charte des valeurs.

. Les Survivantes - Lettre aux médias de la part des Survivantes
Les médias jouent un rôle capital dans la dénonciation de toute injustice et c’est le cas pour les drames familiaux. Toutefois, il y a certains cas où la façon de présenter le filicide/suicide se révèle être d’une nature quasi romanesque. De même, l’expression « emporter dans la mort » a quelque chose de dérangeant. Pourquoi utiliser un tel euphémisme ? Est-ce à cause de la gravité redoutable du geste commis à l’endroit de l’être envers qui on devrait ressentir les sentiments les plus nobles (amour, sécurité, protection, bienveillance) ?

. La Gazette des femmes - Madame "le" juge
Bien que le Barreau du Québec soit le plus féminisé d’Amérique du Nord, la province a longtemps tardé à donner de la place aux avocates dans la pratique du droit. Dans Les premières ! L’histoire de l’accès des femmes à la pratique du droit et à la magistrature, Louise Mailhot revient sur les pas des pionnières. La première femme nommée juge à la Cour d’appel du Québec à Montréal évoque aussi les défis actuels de ce milieu encore obstinément masculin. Entretien avec une battante. Dans les années 1980, à son grand désarroi, on lui a donné du « monsieur le juge » même si ses yeux vifs et sa tignasse bouclée ne pouvaient confondre personne. « Hum, hum. Est-ce que vous m’avez regardée ? Est-ce que je suis un monsieur ? » demandait Louise Mailhot aux avocats.

. Voir - Question à Philippe Couillard : quelle différence faites-vous entre un tchador et un hijab ?
La même question s’adresse aussi à François Legault et à Françoise David. Le chef du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard, a donc désavoué son député Marc Tanguay, responsable du dossier laïcité, et affirmé qu’il exclura de son parti toute candidate qui chercherait à se faire élire en portant le tchador. Marc Tanguay, qui avait déclaré être « tout-à-fait à l’aise » avec l’idée de côtoyer des élues vêtues du tchador noir iranien, n’avait pourtant qu’exprimé une opinion en conformité avec la position du Parti libéral : le seul vêtement devant être interdit aux employés de l’État est le voile intégral qui cache le visage. Cette position a été maintes fois répétée par Philippe Couillard. Et le tchador ne cache pas le visage.

. Le Devoir - Houda-Pepin attendue de pied ferme au PLQ
Le débat déchirant sur le port de signes religieux par les employés de l’État est à l’origine de cette tempête au sein des troupes de Philippe Couillard. Le député libéral Marc Tanguay a déclaré la semaine dernière qu’il n’aurait aucun problème à siéger aux côtés d’une élue qui porterait le tchador. Le tchador est une sorte de grand voile noir porté par des musulmanes pour se couvrir l’ensemble du corps, sauf le visage. Farouchement opposée à ce vêtement « qui est l’expression même de l’oppression des femmes, en plus d’être la signature de l’intégrisme radical », la députée Houda-Pepin a dénoncé vivement la prise de position de son collègue.

. Radio-Canada – Bilan du Forum sur les États généraux du féminisme québécois
Entrevues de Jacques Beauchamp avec Alexa Conradi, présidente de la Fédération des femmes du Québec et Michèle Sirois, présidente de Pour la défense des droits des femmes du Québec.

. Radio-Canada - Des états généraux sur le féminisme sans la charte de la laïcité
Pour la première fois en 20 ans, des militantes féministes étaient réunies à Montréal pour des états généraux. Mais les organisatrices ont préféré évacuer le débat sur la charte de la laïcité, suscitant l’ire de certaines participantes. Le débat de l’heure, le projet de loi proposé par le gouvernement Marois, n’a en effet pas été abordé lors de la rencontre, même lorsque les participantes ont effleuré le thème de la laïcité. Pour l’initiatrice de la rencontre, évacuer la question de la charte de laïcité était un choix réfléchi.

. CDEACF - 12 jours d’action pour l’élimination de la violence envers les femmes : informations importantes
La campagne de cette année aura pour thème : « Les femmes sont encore victimes de violence parce qu’elles sont des femmes. Nier les INÉGALITÉS met les femmes en danger ». Depuis plusieurs années, des discours remettent en cause la spécificité de la violence envers les femmes : elles seraient aussi violentes que les hommes, qu’il s’agisse de violence physique, psychologique, verbale, économique et, même, sexuelle. C’est FAUX. On nie les inégalités, on allègue que l’égalité est atteinte entre les femmes et les hommes, on accuse les féministes d’exagérer le grave problème de violence envers les femmes. La violence sous toutes ses formes est banalisée. Elle est de moins en moins visible parce qu’on évacue cette consternante réalité.

. Blogue de Ianik Marcil - L’appel du vide
Une nouvelle initiative du Voir me laisse sans voix. Cela s’appelle « trouble.voir.ca« . Il s’agit, grosso modo, d’explorer les recoins les plus sombres du web – le « far web ». Une initiative, selon le rédacteur-en-chef du journal, d’une expérimentation. Jeter la lumière sur les sombres recoins du web. En l’occurrence, il y a quelques jours, on y a présenté un « reportage » sur un sombre personnage, Dominic Pelletier. Résumons. Dans cette capsule, une jeune nouvelle vedette du web, Gab Roy, interview l’individu. Lequel profère des propos misogynes à décaper un plancher de bois franc. Non content d’en rigoler à la fin – « ce type est fou » dit-il en substance, mais avec le rire nerveux de celui qui a vu une horreur sans la dénoncer – tout au long de son « reportage » il relance la bête. Et la bêtise, par ses multiples questions.

. Huffington Post – L’identité est plus qu’un symbole
Nombre de journalistes montréalais dépeignent les minorités religieuses en victimes et oublient que, ce faisant, ils défendent l’intégrisme dont le monde entier est justement victime. Il est étonnant, venant de gens avisés des jeux de manipulations, de voir leur déni devant le phénomène de propagande islamiste. Fermer les yeux au nom de quoi ? La liberté religieuse ? C’est la liberté tout court qui est menacée ici. Non pas par la neutralisation de la fonction publique, mais bien par la propagande intégriste dont le voile est le porte-étendard le plus signifiant.

. Le Monde - Doris Lessing, l’icône féministe qui détestait les étiquettes
Les Nobel ont dit voir en Doris Lessing "la conteuse épique de l’expérience féminine, qui, avec scepticisme, ardeur et une force visionnaire, scrute une civilisation divisée". Une description bien tiède pour cette battante, cette insolente radicale qui pensait rejoindre le bataillon des très grands écrivains n’ayant pas eu le Nobel pour n’être pas assez politiquement correct, elle qui, justement, jugeait le politiquement correct comme "la plus puissante tyrannie des esprits dans ce qu’on appelle le monde libre." C’est avec Le Carnet d’or, en 1962, qu’elle va devenir, sans l’avoir voulu, une icône du féminisme des années 1960 et 1970. Son personnage est une romancière qui tient son journal en plusieurs carnets

. Radio-Canada - Michelle Bachelet dès le 1er tour au Chili ?
Au moment où les électeurs chiliens sont appelés à se rendre aux urnes, aujourd’hui, pour élire leur nouveau chef d’État, la principale question est de savoir si l’ancienne présidente Michelle Bachelet peut être désignée dès le premier tour, ou si elle devra passer par un second tour, en décembre. Il y a quatre ans, la candidate de la gauche modérée, qui était devenue en 2006 la première femme à présider un pays sud-américain, n’avait pu briguer un second mandat d’affilée du fait des limites fixées par la Constitution.

. La Presse - Le Far West
Quand j’ai lu, comme vous, la nouvelle concernant les arrestations de 10 adolescents de 13 à 15 ans à Laval et les accusations de production, de possession et de distribution de pornographie juvénile portées contre eux, j’ai eu la même réaction que plusieurs d’entre vous : « Mais où étaient les parents ? » Certes, on ne contrôle pas tout ce que nos enfants échangent par internet et il est normal qu’à ces âges-là, on leur laisse de l’espace. Mais il est pétrifiant d’imaginer qu’aucun adulte n’a eu écho des horreurs décrites, ces filles obligées de poser des gestes sexuellement hyper explicites devant la caméra, sous la menace de voir d’autres images d’elles diffusées, images qui devaient s’autodétruire, croyaient-elles, sur Snapchat, mais conservées par saisie d’écran...

. Rue 89 - Au Cameroun, le calvaire du « repassage des seins » des ados
Tradition ancestrale moins connue que l’excision, le « repassage des seins » vise à freiner la poussée mammaire en écrasant la chair avec des pierres chaudes, des pilons, voire des épluchures de bananes plantains passées au préalable sur le feu… Le but recherché ? Retarder l’âge du premier rapport sexuel en supprimant les signes extérieurs de féminité. Ces massages douloureux se déroulent dans l’intimité du cercle familial, ce qui explique en partie le silence qui entoure cette pratique pourtant répandue en Afrique équatoriale.

. La Presse - Les identités héréditaires
Le Québec cherche secrètement des alliés identitaires. Il espère accueillir des étrangers sensibles à son statut de village gaulois dépourvu de potion magique. Le Québec cherche des gens prêts à participer à la sauvegarde de ses acquis et au renforcement de ses fortifications culturelles, difficilement acquises et qui peuvent céder en tout temps. Or, pour transformer une simple cohabitation en une vraie complicité, il faut du temps et une sincère et réelle volonté de part et d’autre. Le Québec gagnerait donc à investir davantage dans les organismes qui travaillent à paver le chemin d’accès à la langue, à la culture et à l’emploi, et par conséquent à l’intégration des immigrants.

. Radio-Canada - Santé - Pourquoi les femmes s’essoufflent-elles plus rapidement ?
Les femmes sont plus essoufflées que les hommes lorsqu’elles font de l’exercice, car leurs muscles respiratoires sont plus actifs, révèlent des travaux menés à l’Université McGill. D’ordre général, si une femme et un homme du même âge et dans des conditions comparables gravissent une pente côte à côte, la femme risque de s’essouffler plus rapidement que son compagnon. Si elle doit fournir un effort plus intense pour respirer lorsqu’elle fait de l’exercice, c’est parce que ses poumons sont plus petits que ceux de l’homme, ses voies aériennes plus étroites et ses muscles pulmonaires plus faibles.

. Le Journal des alternatives - Violence politique et femmes autochtones
Discrimination, pauvreté, racisme, sexisme, violence des autorités policières : les femmes autochtones canadiennes font face à diverses sphères de violence politique. Surreprésentées dans les réseaux de traite et de prostitution, elles y sont davantage victimes de violence et d’agressions. Outre les problématiques liées à la prostitution, elles font également face à plus de violence que les femmes non autochtones, comme en témoigne le cas des femmes autochtones disparues et assassinées. Malgré ces problématiques criantes, elles font face à l’apathie et au désengagement de l’État.

. Observatoire du journalisme - Prix Judith-Jasmin : trois nominations pour Isabelle Hachey
Isabelle Hachey n’est toujours pas redescendue de son petit nuage. Quand elle a appris la semaine dernière, qu’elle serait finaliste par trois fois lors de la remise des prix Judith-Jasmin, elle n’en a pas cru ses oreilles. « J’en en revenais pas et je n’en reviens toujours pas d’ailleurs ! », lance celle qui, en un peu plus de quinze ans de carrière, a parcouru la terre entière et a déjà reçu en 2009, le prix Jules-Fournier, remis par le Conseil supérieur de la langue française à un journaliste maniant particulièrement bien la langue.

. Le Devoir - Sortie de Fatima Houda-Pepin - Là où va le Québec
Fatima Houda-Pepin, libérale convaincue, ne voulait pas parler de la Charte de la laïcité du gouvernement Marois. Pourtant, avec sa sortie, elle touche au coeur du débat, où les prises de position transcendent les repères politiques traditionnels. Ce qui est en cause c’est le Québec de demain, celui qu’un Philippe Couillard est incapable d’envisager parce qu’aveugle, comme tant d’autres, à l’évolution des dernières années. On imagine le courage qu’il a fallu à Fatima Houda-Pepin pour dénoncer publiquement les propos de son collègue Marc Tanguay, et par ricochet de son chef Philippe Couillard, sur le tchador.

. Irréductiblement féministe - France - Ni "liberticide", ni "morale", la loi abolitionniste de la prostitution est POLITIQUE
Quelques intellectuels et artistes prétendent que la proposition de loi d’abolition de la prostitution serait "liberticide" et "morale". Croyez-vous vraiment qu’au 21ème siècle, une proposition de loi relative à la prostitution pourrait être "liberticide" et "morale" alors que nous vivons dans un monde de violences de toutes sortes où les représentations sexistes, l’hypersexualisation des adolescentes, la pornographie et les industries du sexe inondent en permanence toute notre culture et nos marchés économiques ? Allons-donc !

. Radio-Canada - Couillard invite Houda-Pepin à se réconcilier avec le caucus libéral
Excluant une expulsion de Mme Houda-Pépin du parti ou du caucus, Philippe Couillard l’a cependant invitée à réintégrer le caucus, à s’expliquer avec ses collègues et à faire acte de réconciliation envers eux. Si elle ne le fait pas, elle se placera elle-même en position d’exclusion, a indiqué le leader libéral, refusant de dire clairement s’il l’écarterait du caucus dans le cas contraire. Par ailleurs, M. Couillard a précisé qu’il n’autorisera jamais qu’une candidate portant le tchador représente son parti aux élections.

. La Presse - Le foulard de la division
« L’égalité hommes-femmes est un droit fondamental qui demeure un acquis fragile à l’ère des intégrismes qui caractérise notre siècle, a écrit Fatima Houda-Pepin. Il faut le protéger et le défendre et non le mettre en péril. » Et si l’intérêt public nécessite qu’on interdise, eh bien, qu’on interdise, poursuit la députée, qui s’est toujours soulevée contre les intégrismes, contre les dangers posés par ces religions qui, incluant la sienne mais aussi le christianisme et l’hindouisme notamment, cherchent à cacher un ordre du jour politique anti-égalitaire derrière le paravent moral conservateur de leurs orthodoxies. Lire la lettre de Fatima Houda-Pepin.

. Le Devoir - Un nouveau groupe féministe voit le jour au Québec
C’est maintenant chose faite. Le groupe Pour les droits des femmes du Québec (PDF-Q) est officiellement lancé ce jeudi soir à Montréal. Il prétend vouloir revenir aux sources du féminisme en rejetant le communautarisme et le relativisme culturel. « PDF Québec veut rassembler toutes les femmes, au-delà de leurs différences et de la diversité de leurs besoins, avec pour objectif primordial la remise en question du système patriarcal », a indiqué Michèle Sirois par communiqué de presse. « PDF Québec ne s’inscrit pas dans ces nouvelles définitions du féminisme qui semblent servir d’autres intérêts que ceux des femmes. » Lire aussi sur Sisyphe.

. Le Devoir - Guy Turcotte subira un nouveau procès
Un récent jugement de la Cour suprême a établi qu’une personne est criminellement responsable de ses actes si l’état d’intoxication volontaire dans laquelle elle se trouve l’amène à porter atteinte à l’intégrité physique d’autrui. Selon la Cour d’appel, le jury aurait dû être invité à distinguer entre l’état d’aliénation mentale causé par l’intoxication volontaire au lave-glace et celui lié aux problèmes de santé mentale de Guy Turcotte, soit le trouble d’adaptation dont ont parlé différents experts. Si elle dit croire en la réhabilitation, elle croit cependant que son ex-conjoint devrait d’abord « perdre sa liberté » et « faire sa sanction ».

. Huffington Post Québec - Accommodements religieux et homosexualité : une inquiétude raisonnable
En tant que minorité aux droits souvent bafoués, les homosexuels devraient soutenir les minorités religieuses. Pourtant, les religions auxquelles appartiennent ces minorités sont aussi ouvertement homophobes, même dans leurs versions dites modérées. Appuyer les accommodements religieux menace-t-il les acquis et les progrès futurs de la lutte contre l’homophobie ? L’Église catholique condamne les relations homosexuelles et le mariage gai. L’Ancien Testament considère l’homosexualité comme une abomination. Le Coran juge l’homosexualité comme une grave déviance à la Loi divine. La charia condamne l’homosexualité et prescrit la peine de mort en guise de châtiment. Comment allons-nous réagir lorsqu’au nom de croyances religieuses ou culturelles, certains citoyens réclameront que l’on tolère leur homophobie ?

. La Presse - Un mandat d’arrêt émis contre Guy Turcotte
Dans un jugement très attendu et unanime, trois juges de la Cour d’appel infirment le verdict de non-responsabilité criminelle et ordonnent que M. Turcotte subisse un nouveau procès sous deux accusations de meurtre au premier degré pour l’assassinat de ses deux enfants. La Cour d’appel estime que le juge qui présidait le procès, Marc David, a commis une erreur sur une question importante lors de ses directives au jury, « à savoir si c’est le trouble mental ou l’intoxication qui a rendu M. Turcotte incapable d’un jugement rationnel ».

. Radio-Canada - Le PLQ prépare un projet de loi contre l’intégrisme religieux
Les libéraux font volte-face : après avoir rejeté l’idée en 2011, ils préparent un projet de loi visant à contrer l’intégrisme religieux. Issu des rangs de l’opposition, le projet de loi aura cependant bien peu de chances d’être adopté, contrairement à ce qui aurait pu se produire en 2011, quand les libéraux formaient un gouvernement majoritaire. En 2011, dans la foulée de la commission Bouchard-Taylor, c’est la députée de La Pinière, Fatima Houda-Pepin, qui avait tenté, en vain, de convaincre ses collègues de freiner par une loi l’expansion de la mouvance islamiste au Québec. Mme Houda-Pepin est revenue à la charge. Elle a mis son projet de loi de 2011 au goût du jour et elle a confirmé qu’il était actuellement étudié par un comité, avant de passer le test du caucus libéral.

. Libération - Tunisie : elle danse dans la rue pour résister
Avec le collectif Art Solution, Sandra Dachraoui investit la rue tunisienne par la danse. Un acte politique et poétique.
Comment est née cette envie de danser dans la rue ? La première fois, c’était lors d’une manifestation d’artistes. Des salafistes étaient venus leur dire que la rue n’appartenait pas aux artistes. Révoltés, Bahri, le fondateur de Art Solution et Chouaib, un autre danseur, se sont mis à danser… Or, danser dans la rue est interdit en Tunisie. Il y a toujours un débat après un moment de danse. Les gens qui se rassemblent autour de nous pendant qu’on danse viennent nous voir et nous posent des questions… Chez vous c’est banal de voir des artistes jouer dans la rue, mais chez nous, ça n’arrive jamais.

. Les Vendredis Intellos - Dico des filles 2014 : amis neurones, nous avons du pain sur la planche...
Le "Dico des Filles" édité par Fleurus, promeut une vision passéiste des relations hommes/femmes, de la sexualité ou de l’avortement, et diffuse de l’information erronée. Fleurus est une maison d’édition de sensibilité catholique. Je le signale car beaucoup auront ainsi le sentiment que "tout s’explique". Pour moi, le problème de fond reste inchangé parce que : 1. parce que la diffusion de ce livre dépasse de loin le cadre restreint des aumôneries (toutes les grandes surfaces en particulier le proposent à l’achat) ; 2. ladite sensibilité n’a rien d’explicite (le lecteur attentif notera la présence des sections "dieu" et "foi" dans lesquels les seuls exemples donnés renvoient à la chrétienté) et 3. de plus en plus de catholiques refusent les points de vue rétrogrades, passéistes et sexistes qui sont véhiculés par une fraction d’entre eux.

. Abolition du système prostitueur - Julien : Je voudrais témoigner du fait qu’à cette époque, rien ne nous dissuadait de devenir clients…
Julien, ancien client, est engagé au Mouvement du Nid. Son parcours, peu commun, l’amène aujourd’hui à se prononcer en faveur d’une politique résolue en direction des hommes qui entretiennent le marché prostitutionnel. Si ses choix n’engagent que lui, ils sont toutefois une excellente occasion d’ouvrir le débat. Maintenant je pense que le plus doux des clients reste tout de même le plus doux des bourreaux. Mais on ne peut prendre conscience de cela qu’en se projetant soi-même dans la situation prostitutionnelle. Que ressentirions-nous si notre propre désir était nié, si nous étaient imposées des relations avec des êtres non désirés, et à répétition ?

. Les Nouvelles/News - Femmes de lettres invisibles dans les manuels scolaires
Moins de 3% d’écrivaines apparaissent dans les manuels scolaires de seconde, observe le Centre Hubertine-Auclert. Sans que soit mises en question les raisons de l’invisibilité des femmes dans la littérature. Sur 12 385 occurrences de personnalités citées dans ces manuels, le Centre Hubertine-Auclert a compté 807 femmes : 6,1%. C’est pire encore pour les seules écrivaines : des noms d’hommes reviennent 7 141 fois, des noms de femmes 278 fois : 2,7% seulement. Une figure comme Olympe de Gouges, auteure de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, mais aussi de nombreuses pièces de théâtre, est totalement absente des ouvrages.

. Châtelaine - Femmes de parole
Après les vidéos, voici le livre ! Un document historique, en textes et en images, où 45 femmes d’exception s’expriment sur des questions fondamentales. Le résultat : un monument de sagesse et d’inspiration, d’émotion aussi, à s’offrir et à offrir aux femmes de notre vie – sœur, mère, fille, amies – et pourquoi pas à nos hommes ? Une partie des profits de ce livre sera versée au Chaînon, un organisme qui vient en aide aux femmes dans le besoin depuis 1932.

. Le Devoir - Le voile mondial
Dans le monde entier, dans des dizaines de pays — de populations, de traditions, de religions, de philosophies et de systèmes politiques les plus divers —, la question du voile islamique est devenue un sujet central, parfois même obsessionnel, du débat public. Même en Grande-Bretagne, pays par excellence du multiculturalisme, du laisser-faire et du pragmatisme british, supposés moralement supérieurs, la question fait irruption à la une des médias depuis quelques mois, à la suite de diverses affaires. À l’âge des migrations mondiales et de Twitter, la question du voile divise et interpelle. Elle se pose un peu partout, à des degrés divers, dans des lieux immensément différents, sous des régimes autoritaires ou démocratiques. Mener ce débat chez soi, c’est aussi répondre à un écho dont les réverbérations traversent toutes les frontières.

. Le Soleil - Mylène Paquette a réussi sa traversée en solitaire
« Youpi, je suis passée ! » C’est avec ces mots que la rameuse solitaire Mylène Paquette a réveillé son aide à la navigation, Hermel Lavoie de Rimouski. L’appel est venu vers 5h45 ce matin, du golfe de Cascogne sur les côtes bretonnes où Mylène a franchi la ligne d’arrivée imaginaire à 11h09, heure locale. Après une navigation de 130 jours.

. Les Nouvelles/News - L’Égypte, pire pays arabe pour les femmes
L’étude de la Thomson Reuters Foundation sur « les droits des femmes dans le monde arabe » souligne que les révolutions de 2011, comme l’invasion de l’Irak en 2003, ont surtout porté préjudice aux femmes. La prévalence du harcèlement et des violences sexuelles, un taux élevé de mutilations génitales et en général un « recul des libertés » depuis la révolution de 2011 valent à l’Égypte la dernière place parmi les pays arabes en matière de droits des femmes, selon une étude publiée mardi 12 novembre par la Thomson Reuters Foundation..

. Le Devoir - Les nouvelles esclaves en Inde
On aime bien en Occident se sentir coupable à divers degrés de parquer nos vieillards dans des résidences. On ne peut donc pas ne pas être interpellé par cette culture familiale consistant pour les Indiens à prendre en charge leurs parents et à les garder avec eux. On finit malheureusement par s’aviser, plus prosaïquement, que cette compassion pour les personnes âgées est en partie tributaire d’une structure économique et sociale qui rend disponible à tous ces bons fils un déluge de main-d’oeuvre essentiellement féminine d’aides domestiques de basse caste, très souvent exploitées.

. MSN Actualités - Prostitution : drogue, sexe et grands chantiers
Au Nord, la nouvelle proximité des travailleurs miniers, isolés et grassement payés, avec des femmes des communautés autochtones crée un mélange pernicieux et dévastateur. L’an dernier, le Conseil du statut de la femme tirait la sonnette d’alarme et s’inquiétait de voir la prostitution se développer dans les environs de sites miniers. Le sujet est tabou. Les communautés sont petites, tissées serré et déjà aux prises avec de nombreux problèmes. La journaliste Diana Gonzalez discute de cette nouvelle réalité avec Clémence Simon, responsable de la maison d’hébergement pour femmes victimes de violence Ashpukun Mitshuap, à Schefferville.

. Je suis féministe - Diversité en philosophie : pour un réel état des lieux
Les 22 et 23 novembre prochains s’organise l’événement « État des lieux de la philosophie au Québec » à l’Université du Québec à Montréal. Ayant pour têtes d’affiche des philosophes québécois de renom tels que Christian Nadeau, Daniel Weinstock et Normand Baillargeon, l’objectif principal de cet événement est d’« établir un savoir collectif nous permettra d’améliorer nos méthodes et pratiques, que ce soit notre façon de collaborer avec d’autres disciplines, d’enseigner ou de mettre en valeur la philosophie en société. » Or, un des problèmes majeurs de la philosophie comme discipline, au Québec comme ailleurs, est la sous-représentation des femmes dans la profession, en plus d’un manque flagrant de diversité culturelle.

. Le Devoir - Betty à la rencontre du seigneur de l’Arctique
Dans notre groupe d’aventuriers du dimanche arpentant la toundra du Manitoba en quête d’un carnivore à pelage blanc, Betty Grubbs détonne. Petite femme de 108 livres à l’apparence frêle, Betty parle haut et fort partout où l’on se retrouve, autobus, restos, hôtels. Lorsque cette dame de 95 ans ouvre la bouche pour s’exclamer, poser une question ou raconter une anecdote, tout le monde écoute. Si elle est ici à Churchill, c’est parce qu’elle suit sa philosophie de vie : se faire plaisir, faire seulement ce qui lui tente, poursuivre ses rêves. « Des ours polaires, je voulais voir ça au moins une fois dans ma vie ! »

. Jeune Afrique - Chili : Michelle Bachelet et Evelyn Matthei, rivales mais amies d’enfance
Les deux favorites de l’élection présidentielle chilienne du 17 novembre, Michelle Bachelet et Evelyn Matthei, sont filles de généraux et amies d’enfance. Mais en 1973, lors du coup d’État de Pinochet, elles étaient déjà dans des camps opposés. Dans les années 1950, elles habitaient l’une et l’autre sur la base de Cerro Moreno, à Antofagasta, dans le nord du pays, où leurs pères respectifs étaient en poste. Les deux officiers étaient amis et leurs familles très liées. Jusqu’au coup d’État d’Augusto Pinochet, le 11 septembre 1973.

. Radio-Canada - Mindy Pollak, première juive hassidique à être élue au Québec
Mindy Pollak a réussi à se faire élire comme conseillère à la mairie d’arrondissement d’Outremont, à Montréal, sans avoir à serrer la main de la moitié de ses administrés. Mme Pollak est juive hassidique et sa croyance religieuse lui interdit de serrer la main des hommes qui ne sont pas de sa famille. Pourtant, elle estime que les règles du judaïsme, qu’elle respecte strictement, ne l’empêchent pas de faire de la politique. Elle avoue avoir demandé conseil à des membres de sa communauté, dont un rabbin, avant de prendre sa décision de se lancer en politique.

. Jeanne Émard - Les masculinistes et la situation d’emploi des diplômées
À la suite d’un éditorial probablement ironique (qui sait ?) de Mario Roy qui portait sur un panel qui débattra plus tard ce mois-ci à Toronto de l’obsolescence des hommes, sujet qui est, à sa face même, choisi pour provoquer, Richard Shearmur, professeur à l’École d’urbanisme de l’Université McGill, a réagi vertement dans une lettre publiée par La Presse. Lui, aucun doute cette fois, il était sérieux ! Il en vient même à affirmer que, « la femme tend à être représentée comme victime et l’homme comme bourreau ». Rien de moins ! Et ce n’était qu’un début…

. À dire d’elles - Moix et Matzneff dans le bateau Renaudot
Heureusement, il y a des féministes, et des femmes, pour le dire : donner un Prix littéraire à un homme qui se revendique "pédophile" et promoteur de la pédocriminalité, ce n’est pas "une claque au Robespierrisme" (twitt qui ne fait que se gausser de mots et pas de réalité), c’est une honte. Et un abus de pouvoir du dominant, la société de quelques hommes machistes et misogynes qui veulent conserver leur place. Leur vrai but, c’est de s’assurer la pérennité de leur impunité, qui passe par la propagande de la culture du viol. Et ici, de la culture du viol des enfants.

. La Gazette des femmes - Lutter pour la décence de son dernier soupir
Déposé en juin dernier, le projet de loi 52* concernant les soins de fin de vie est actuellement débattu à l’Assemblée nationale. Ici et ailleurs, les associations militantes réclament depuis longtemps une loi de ce genre. Des Canadiennes et des Françaises atteintes de maladies incurables l’ont même souhaitée au point de s’exprimer dans les médias pour défendre leur ultime droit de mourir dignement. Regard sur l’implication féminine dans ce combat pour légaliser l’aide médicale à mourir, où la présence des femmes se manifeste à plusieurs échelles.

. Le Point - Prostitution : "Sortir du fantasme pour affronter la réalité"
Entrevue avec Claudine Legardinier. Parce que la prostitution est un noyau du patriarcat, une vieille façon d’organiser le plaisir sexuel masculin. Et pour tout dire, la sexualité dans tout cela ne pèse vraiment pas lourd. En revanche, le pouvoir des uns sur les autres et le poids de l’argent sont essentiels. La prostitution est une industrie, c’est le commerce lucratif de la violence sexuelle. Nous sommes dans une société qui travaille à l’égalité entre hommes et femmes, qui lutte contre les violences, mais la prostitution reste un territoire d’exception. Un schéma extrêmement archaïque de domination masculine régi par un dogme : je paye, donc j’ai tous les droits.

. Le Courrier international - Allemagne - Abolir l’esclavage de la prostitution
Au moment où paraît en France un manifeste pour “aller aux putes” sans entraves, la journaliste et militante féministe Alice Schwarzer mobilise 90 personnalités et part en campagne pour l’abolition de la prostitution. La prostitution n’étant pas vouée à disparaître, c’est une utopie de vouloir la supprimer ? C’est faux. Il n’y a pas si longtemps, l’abolition de l’esclavage aussi paraissait utopique. Et même si l’esclavage n’a pas entièrement disparu de ce monde, il serait aujourd’hui impensable pour un Etat démocratique, éclairé, de le tolérer, voire de le laisser s’étendre. Or c’est précisément ce que fait l’Allemagne avec la prostitution : elle tolère, elle soutient même cette forme d’esclavage moderne (ce white slavery – “esclavage blanc”). La réforme de la loi sur la prostitution de 2002, censée servir les 700 000 femmes (estimation moyenne) qui travaillent dans cette branche, porte la griffe des trafiquants de femmes et de leurs lobbyistes.

. La Gazette des femmes - Caroline Hayeur – Profession : photojournaliste
Pour sa quatrième édition, qui se tiendra du 29 octobre au 24 novembre, le Zoom Photo Festival Saguenay a réservé une place particulière aux femmes. Et a choisi la photojournaliste Caroline Hayeur comme porte-parole. Rencontre avec cette femme dynamique, forte d’une vingtaine d’années d’expérience, membre de l’Agence Stock Photo et enseignante en photojournalisme à l’École des médias de la Faculté de communication de l’Université du Québec à Montréal. Elle a transmis un sondage aux photographes étrangères conviées au festival afin de connaître leur opinion sur l’existence d’un regard au féminin dans ce métier. « Depuis qu’il y a de plus en plus de femmes photojournalistes, des sujets différents émergent », assure-t-elle.

. Astheure - Nouveau-Brunswick. La sous-représentation des femmes dans les médias : un problème d’inégalités
Plusieurs féministes croient que les journalistes détiennent une part de responsabilité pour assurer une représentation équitable des femmes et des hommes dans les médias. Que la diversité des sources et la représentativité hommes/femmes font partie des facteurs à considérer pour assurer la pertinence des sources choisies. En d’autres mots, selon cette opinion, pour peindre un portrait juste de la place publique, il faut avoir une diversité de sources et d’idées. Fondamentalement, la sous-représentation des femmes dans les médias est un problème qui relève plus largement de l’inégalité entre les femmes et les hommes dans notre société.

. Le Devoir - Charte des valeurs - Le PQ durcit sa position
Ainsi, le projet de loi 60, intitulé « Charte affirmant les valeurs de laïcité et de neutralité religieuse de l’État ainsi que d’égalité entre les femmes et les hommes et encadrant les demandes d’accommodements », interdira, à compter de sa mise en vigueur, à tout nouvel employé des secteurs public et parapublic de porter des signes religieux ostensibles, y compris les recrues des municipalités, des hôpitaux, des cégeps et des universités.

. Huffington Post - Le mythe du racisme
L’utilisation du concept « d’islamophobie » est liée à une volonté de réduction de la liberté d’expression face à l’islam. Son utilisation renvoie à l’usage d’un politiquement correct qui empêche parfois certains de nos compatriotes de s’exprimer librement au sujet des religions étrangères, du multiculturalisme et de l’immigration. Il est un peu trop évident que ces organisations ne font que récupérer la rhétorique de l’islamophobie déjà un peu trop populaire en Europe. Cette rhétorique qui en bref, consiste à faire gratuitement l’amalgame entre race et religion, autrement dit entre ethnicité et théologie.

. Irréductiblement féministe - France. Au fait, que dit la loi d’abolition de la prostitution ?
Ressemblances et écarts entre les revendications des associations abolitionnistes et la proposition de loi Maud Olivier et Catherine Coutelle. Une proposition de loi, qui n’est pas le calque parfait des revendications associatives, vient d’être déposée à l’Assemblée nationale. Que prévoit-elle ? La loi de 1946 ferme les maisons closes. La France s’engage partiellement dans la voie abolitionniste. Certes, elle combat le proxénétisme mais pénalise les prostituées qui pourtant sont les victimes du système ; elle se garde d’inquiéter les clients prostitueurs qui génèrent la demande et entretiennent la traite, nourrissant des trafics et des violences, qui sans eux, n’existeraient pas.

. Entente féminine - Labiaplastie - Belle toute nue
Entre sanglots, cette belle femme en fleur, m’a parlé de sa crainte devant une relation intime, de sa peur d’être jugée et rejetée. Elle n’avait plus de confiance en elle-même, ni sur le plan relationnel, ni sur le plan sexuel parce que son sexe n’était pas ‘normal’ car les lèvres intérieures dépassaient les lèvres extérieures de deux centimètres. Elle savait par elle-même qu’elles étaient anormales après avoir visionné de la pornographie et son constat avait été confirmé par le dernier homme qui s’y est aventuré et qui avait manifesté sa répugnance pour ses grosses lèvres.

. Abolition 13 avril - Une escorte témoigne : « On n’est pas des femmes, on est des objets »
Les gens critiquent souvent les prostituées, parlant de leur job avec mépris et persuadés que c’est de "l’argent facile". L’adjectif "facile" est faux, c’est peut-être de l’argent vite gagné, mais à quel prix ? Au prix du sacrifice de sa vie privée, de sa sexualité, de son amour-propre, de sa fierté, du respect de son corps. (…) Je suis fatiguée de cette vie et serais prête à tout pour rembourser tout l’argent que j’ai gagné et même plus, pour pouvoir arrêter, retrouver ma dignité et un vrai travail. Aucune somme ne peut panser nos plaies et nos souffrances, alors arrêtez de parler d’argent facile. Texte intégral dans Prostitution et société.

. La Presse – Les gangs de rue, les nouveaux proxénètes
Oubliez le cliché du proxénète en veston à rayures, arpentant les rues chaudes de la ville, scrutant les filles travaillant pour lui. Les membres de gangs de rue occupent aujourd’hui une place importante dans ce commerce aussi... Comme Max, 18 ans, recruteur pour les Bleus. Pour lui, « une fille en fugue, c’est le jackpot . » Il a fait ses débuts à l’âge de 15 ans. Lieux de travail : école secondaire, centre jeunesse, métro, partys dans des appartements et sites internet. Certaines filles ont abandonné l’école pour devenir escortes. Max a plus ou moins de remords. « Je sais que j’ai scrapé leur vie en faisant cela. Mais je pense que si un autre gars les avait abordées comme moi ou mieux que moi, elles auraient fait la même chose. » Pas question pour lui de les aider à se sortir de ce milieu. « Je ne veux pas avoir d’arme pointée sur ma tête. »

. Les Nouvelles/News - En Suède, un label pour les films qui n’oublient pas les femmes
C’est une initiative suédoise qui risque d’exciter les dérangés du genre. Des cinémas indépendants entendent donner davantage de visibilité aux films qui mettent en valeur des femmes, rapporte The Guardian. Ces cinémas ont choisi de mettre en avant, en les classant « A », les films qui passent avec succès le « test de Bechdel ». Ce test, imaginé il y a une trentaine d’années déjà, est réussi si un film fait apparaître au moins deux personnages féminins qui parlent ensemble d’autre chose que d’un homme... et ce n’est pas si fréquent.

. Le Devoir - Une Charte des valeurs sans compromis
Le gouvernement Marois opte pour la fermeté. Le ministre des Institutions démocratiques et de la Participation citoyenne, Bernard Drainville, déposera jeudi un projet de loi sur la Charte des valeurs québécoises qui n’offrira aucun compromis par rapport au projet initial. Au contraire, le projet de loi raffermira les dispositions visant les municipalités, le réseau de la santé et des services sociaux, les cégeps et les universités. « On met nos culottes », a commenté une source gouvernementale.

. Le Droit - Le pouvoir immense des mots
Traductrice, réviseure et auteure, Marie-Josée Martin travaille depuis longtemps avec les mots. Elle en connaît aussi intimement le pouvoir. Vivant elle-même avec un handicap, l’Ottavienne d’adoption a d’ailleurs prêté sa plume à la petite Corinne pour écrire Un jour, ils entendront mes silences, publié aux Éditions David et grâce auquel Mme Martin vient de recevoir le Prix du livre d’Ottawa. Marie-Josée Martin signe aussi une chronique livres dans le magazine de la LCBO. En compagnie de huit autres femmes de tous horizons, elle vient de lancer un programme de microsubventions pour les artistes féminines d’Ottawa-Gatineau : les bourses Tontine.

. Détails et dédales - L’essentialisme et L’Euguélionne
C’est avec un réel plaisir intellectuel et poétique que j’ai enfin découvert L’Euguélionne de Louky Bersianik, la bible du féminisme québécois. J’utilise le terme bible avec un peu d’ironie, mais non pas comme on le fait souvent, de façon métaphorique. Le roman de Bersianik se présente comme une parodie de la Bible, bien qu’il ne s’y réduise pas. J’ai pris particulièrement plaisir à la première partie du livre, celle où L’Euguélionne, personnage extraterrestre, débarque sur notre planète à la recherche d’un homme de son espèce. Les mythes qui sont alors décrits révèlent des rapports de pouvoir qui nous sont étonnamment familiers et c’est construit de brillante façon.

. Au féminin - Violences faites aux femmes : Les stars se réunissent dans le clip "Unissons nos voix"
Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, une femme sur trois est ou a été victime de violence physique ou sexuelle à travers le monde. Voilà pourquoi de nombreuses artistes féminines comme Laetitia Milot, Aurélie Dotremont ou encore Sheryfa Luna ont décidé de se réunir dans le clip « Unissons nos voix » afin de lutter contre la violence sexuelle faite aux femmes. Près de vingt femmes se sont donc associées à ce nouveau projet en collaboration avec l’association « Fit » qui offre un toit aux femmes ayant subi des violences sexuelles et/ou conjugales mais également à celles qui sont touchées par le chômage, l’arrêt des études, la précarité professionnelle et sociale.

. Le Devoir - Persévérance scolaire - Décrochage : traiter garçons et filles sur un pied d’égalité
Le Québec ferait complètement fausse route s’il se dotait d’une politique ciblant les garçons dans la lutte contre le décrochage. C’est la conclusion unanime à laquelle sont arrivés des experts du milieu de l’éducation dans un avis rendu au gouvernement, a appris Le Devoir. La ministre de l’Éducation, Marie Malavoy, doit pour sa part annoncer ce mardi comment elle élaborera sa politique en matière de persévérance scolaire, dans le cadre des Grandes Rencontres sur le sujet. Certes, on n’aurait pas tout faux à regarder les garçons d’un oeil différent. Mais les traiter différemment des filles aurait pour effet de les stigmatiser et pourrait même nuire à la cause.

. Independentmetisse - Pourquoi les chéfaillons de la communauté gay sont pro-prostitution ? Décryptage
La grande majorité des manitous de la communauté gay sont contre la responsabilisation des clients de la prostitution. Des associations comme Act up, Aides et d’autres organisation de santé communautaire. Il y a aussi des associations politiques comme HES (homosexualités et socialisme) qui soutiennent le statu quo, autrement dit l’impunité des clients qui achètent des filles ou des femmes trafiquées par des réseaux mafieux. Pourquoi ces organisations de gauche et normalement plutôt en faveur du droit des femmes adoptent-elles des positions franchement sexistes ?

. La Presse - Des Canadiens parmi des prédateurs sexuels piégés
Une opération d’infiltration a permis d’identifier des dizaines de Canadiens et de milliers d’adultes à travers le monde prêts à payer pour voir des actes sexuels sur caméra web d’une prétendue fillette des Philippines âgée de dix ans, a indiqué lundi une organisation internationale de défense des droits des enfants. Le groupe Terres des Hommes, établi près d’Amsterdam, a affirmé que 54 Canadiens figurent parmi les quelque 1000 adultes de 71 pays identifiés durant le projet de dix semaines.

. Alternative - Le féminisme sous la loupe de la jeunesse égyptienne
Depuis le 25 Janvier 2011, des milliers de jeunes femmes égyptiennes se mobilisent dans les rues de l’Égypte pour demander la liberté et l’égalité de toutes et de tous. Après presque trois ans de soulèvements, le Journal des Alternatives leur a demandé si elles croyaient que leur message s’était fait entendre. Bien qu’exprimée de façon différente par chaque personne, la définition du féminisme aux yeux des intervenants fait généralement appel aux principes d’égalité des sexes et du respect des droits des femmes. Cette égalité, comme ils l’ont tous soulignés, est restreinte en Égypte aux limites de ce qui est culturellement et religieusement acceptable.

. Magazine Être - La laïcité, un combat pour la liberté et l’égalité
Les soi-disant ‘Inclusifs’ ont été critiqués avec raison dans le présent débat sur une charte de la laïcité du fait qu’ils ne parlent jamais des minorités sexuelles, mais uniquement des minorités religieuses et ethniques dans leur vision de la diversité au Québec. Les personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles, transsexuelles, transgenres (LGBT) ont pourtant tout à gagner de l’affirmation de la laïcité qui a permis l’affirmation de leurs droits au fur et à mesure que nos Chartes et nos lois se sont démarquées des dogmes religieux. Elles sont aussi très préoccupées par le retour du religieux dans les affaires de l’État.

. La Gazette des femmes - Le pesant d’art féminin
Professeure d’histoire de l’art à l’Université du Québec à Montréal, Thérèse St-Gelais a consacré sa carrière à donner aux femmes artistes la place qui leur revient. Juste récompense : le Y des femmes et l’Espace Go viennent de lui décerner un Prix femme de mérite dans la catégorie Arts et culture. Première Québécoise à déposer un mémoire de maîtrise sur l’art des femmes en 1983, Thérèse St-Gelais enseigne maintenant le cours « L’apport des femmes en histoire de l’art » à l’UQAM. En 2012, elle a été commissaire de trois expositions montréalaises consacrées aux femmes.

. Accio feminista 26n - Une affaire d’hommes
Brandissant le mot d’ordre « Ne touchez pas à nos putes », le désormais fameux « Manifeste des 343 salauds » a suscité pas mal d’émoi, aussi bien en France que dans d’autres pays d’Europe. Le texte en question a tout au moins le mérite de prouver que la prostitution c’est bien une affaire d’hommes. Ni « le métier le plus ancien du monde », ni le « travail sexuel » que nous a révélé la postmodernité, ni la « stratégie de femme » que certains anthropologues ont cru déceler dans la prostitution. La prostitution ce n’est une activité que réalisent ou « exercent » des femmes ; c’est plutôt ce que les hommes font d’elles lorsque, préalablement déshumanisées, objectivées et transformées en marchandise, ils accèdent à leurs corps moyennant argent.

. Agora Vox - Foeticide des filles en Inde : Bombe à retardement…
Pratiqué depuis de longues années voire de trop longues années, le foeticide des filles est un avortement pratiqué par les gynécologues à la demande des familles dès lors que le sexe féminin du bébé est confirmé. Peu importe le nombre de mois de grossesse ! Cet avortement peut par exemple avoir lieu le 8ème mois d’une grossesse sans que personne y compris les médecins ne semble s’en offusquer ! Ainsi, près d’un million de fœtus féminins sont avortés chaque année en Inde, les filles étant considérées comme un fardeau économique par leurs parents, qui doivent s’acquitter d’une dot pour les marier. Ces avortements sélectifs dans toute l’Asie, représenteraient une « pénurie » de 163 millions de femmes ! Selon l’ONU, rien qu’en Inde, 60 millions de femmes sont manquantes.

. France 24 - Prostitution : les "salopes" de 1971 répondent aux "salauds" de 2013
En se désignant comme "les 343 salauds", les signataires du manifeste "Touche pas à ma pute", à paraître dans le numéro de novembre du magazine Causeur, et signé en réalité par 19 personnes, font référence à un autre appel bien célèbre. Il s’agit du "Manifeste des 343", pour autant de femmes, qui en 1971 n’ont pas hésité à avouer publiquement avoir eu recours à l’avortement, encore illégal à l’époque. Choquées par la comparaison, ces femmes n’ont pas de mots assez durs pour condamner l’intiative de ce collectif d’hommes, qui a ainsi voulu se dresser contre la pénalisation de la prostitution.

. Le Huffington Post Québec - Le Canada, un défenseur des droits fondamentaux des femmes ?
Le ministre du Développement international, Christian Paradis, et la ministre de la Condition féminine, Kellie Leitchs, ont confirmé que le gouvernement ne financera pas de services d’avortement sécuritaires dans ses initiatives à l’étranger, notamment dans le cadre de la contribution du Canada à l’Initiative de Muskoka pour la santé des mères et des enfants. Ils refusent en outre de financer des organismes qui dirigeraient les femmes et les filles vers des services d’avortement sécuritaires. Le refus du Canada de financer des services d’avortement, même dans le cas de l’utilisation du viol comme arme de guerre et pour les jeunes femmes et les jeunes filles qui sont dans des mariages précoces et forcés, est tout à fait inacceptable. Ce refus va à l’encontre des lignes directrices de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

. Rue 89 - Viol : oui, Maître, ce soir-là, j’avais bu. Avec eux. Avec lui
Non, il ne m’avait ni battue à mort, ni terrorisée, ni sodomisée, ni même insultée. Il m’avait juste violée. Et avait reconnu les faits. Je pensais – et continue à le faire – que cela suffisait pour faire de lui un criminel, jugé comme tel. C’est la loi qui le veut, vous ne l’ignoriez pas. Le procureur avait dit le contraire : en correctionnalisant, il déqualifiait ce viol en délit. Déqualifier, c’est disqualifier, nier sa qualité à la victime. Car son premier droit, la première étape dans le processus de réparation, c’est d’être entendue et reconnue par la société à hauteur du crime qu’elle a subie. Pénétration + contrainte = viol. Viol = cr ime. Crime = assises.

. On a toujours… le choix ! - La femme invisible
C’est ainsi que j’ai baptisé la femme que j’étais devenue au fil des mois lorsque j’étais aux prises avec "lui". Au début de la relation, j’étais active, enjouée, je riais tout le temps, j’étais très amoureuse de la vie et reconnaissante envers elle. Puis les semaines ont passé et j’ai commencé à m’effacer. Ça comme par un "je ne parlerais pas comme ça il ne pourra pas chiâler", "Si je me tais, ça va s’arranger." Parce que si je lui disais ;"Toi tu es toi avec tes pensées, moi je suis moi avec les miennes, on a le droit d’être différent et c’est correct comme ça !" je me faisais répondre " Non tu ne peux pas penser d’même parce que t’as pas raison."

. Radio-Canada - Hyménoplastie : Une spécialité de certaines cliniques Torontoises
La grande région de Toronto devient une destination d’un tourisme médical bien particulier. De plus en plus de femmes viennent dans la métropole pour subir une chirurgie destinée à reconstruire leur hymen. Elles se refont ainsi une virginité avant leur nuit de noces pour respecter certaines traditions. Un dossier audio de Radio-Canada : 1) Toronto devient une destination d’un tourisme médical bien spécial. 2) Des femmes viennent chez nous pour subir une chirurgie pour reconstruire l’hymen. 3) Le Conseil du statut de la femme s’insurge contre l’hyménoplastie.

. Huffington Post - L’affaire Gab Roy, miroir de la culture du viol
Il ne faut pas avoir peur des mots. Dans son topo sur Mariloup Wolfe, Gab Roy déballe un fantasme d’agression sexuelle qui le saoule, le fait dégouliner de joie et de fluides corporels. Une fiction évidemment. Mais une fiction qui met en scène une femme bien réelle, nommée, connue et aimée d’un très large public. Le même récit avec une inconnue aurait eu bien moins d’impact. C’était calculé : en quête éperdue de lumière et d’existence, il s’est vautré dans la notoriété de sa victime. Il décrit une agression sexuelle donc - ou un viol, appelez ça comme vous voulez, on ne se perdra pas ici en terminologie juridique.

. Radio-Canada - La neutralité de l’État, un enjeu au-delà de la couleur politique, estime Houda-Pepin
La députée libérale Fatima Houda-Pepin a de nouveau promis vendredi qu’elle réagira à la Charte des valeurs québécoises du gouvernement de Pauline Marois lorsqu’un projet de loi aura été déposé. Entre-temps, Mme Houda-Pepin a estimé qu’il y avait eu "dérive" dans le débat qui anime le Québec depuis plusieurs semaines, décrivant l’atmosphère actuelle comme le "brouhaha le plus complet". "Je n’ai pas envie de rajouter une couche sur la dérive de ce débat, a-t-elle dit. Pour moi, ce sont des questions fondamentales, il faudrait les prendre avec beaucoup de sérieux. Je n’ai jamais fait de partisanerie politique sur un sujet aussi important que celui-là".

. L’aut’journal - Amir Khadir, Françoise David et la Charte
Le Rassemblement pour la laïcité s’insurge contre les opinions récemment exprimées par plusieurs journalistes et Amir Khadir, député de Québec solidaire, au sujet des Janette. À en croire Amir Khadir et Québec solidaire, les Québécois seraient entraînés sur une trajectoire ne servant qu’à détourner le bon peuple des questions dites plus fondamentales comme les inégalités économiques, la pauvreté et la lutte contre le néolibéralisme. Le débat sur la laïcité, en tant que question démocratique, est une problématique fondamentale qui interroge les fondements de l’État et l’organisation des rapports sociaux dans la société.

. Le Devoir - CSDM : oui à la Charte, mais imposée à tous
La Commission scolaire de Montréal (CSDM) dirait oui à une charte des valeurs québécoises, à la condition qu’elle soit imposée à tous les établissements d’enseignement, tant les écoles privées subventionnées que les cégeps et les universités, a appris Le Devoir. La plus grosse commission scolaire du Québec et certainement l’une des plus multiethniques contourne toutefois la question de fond en évitant de se prononcer directement sur l’interdiction de porter des signes religieux.

. Radio-Canada - Le féminisme dans les pays arabes. Entrevue avec Wassyla Tamzali
« On peut avoir une lecture de la religion, selon les exigences du féminisme. Pour certaines, on peut être féministe musulmane. Les féministes de la Méditerranée ont toujours interrogé la religion. Celles qui sont islamistes défendent l’idéologie, mais c’est la religion qui a préséance. Le féminisme islamique n’existe pas dans les pays arabes, c’est une pensée occidentale. » Entrevue de Catherine Perrin avec Wassyla Tamzali de passage au Québec. L’avocate, essayiste et féministe algérienne réfléchit sur le pouvoir du féminisme dans le monde arabe. Wassyla Tamzali est l’une des invitées du Festival du monde arabe de Montréal, qui se déroule du 25 octobre au 9 novembre, et dont le thème, cette année, est « Tribales ».

. À dire d’elles - #343salauds : « Et si 343 esclavagistes exigeaient un droit d’asservir » ?
Je publie aujourd’hui la réaction de Lorraine Questiaux, une militante abolitionniste à l’appel des 19 qui se disent #343salauds et ont publié un manifeste insultant pour toutes les femmes, et en particulier pour les femmes prostituées. "Et si aujourd’hui 343 esclavagistes exigeaient un droit d’asservir…. Et si 343 misogynes revendiquaient un droit de mépriser la femme…. et si 343 violeurs se battaient pour leur droit de contraindre ….. ou s’agit-il seulement de 343 inconscients qui privent des victimes de leurs droits ?"

. France 24 - En Turquie, le voile fait son entrée dans l’administration
La Turquie a officiellement aboli mardi une disposition interdisant aux femmes de porter le foulard islamique dans la fonction publique, une mesure initiée par le Premier ministre islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan et perçue par l’opposition comme une atteinte à la laïcité. La libéralisation du voile constitue en effet une revendication emblématique de l’islam politique en Turquie depuis plusieurs décennies.


Fils de presse des mois précédents

- Fil de presse, janvier 2013
- Fil de presse, février 2013
- Fil de presse, mars 2013
- Fil de presse, avril 2013
- Fil de presse, mai 2013
- Fil de presse, juin 2013
- Pas de fil de presse en juillet. Vacances.
- Fil de presse, août 2013
- Fil de presse, septembre 2013
- Fil de presse, octobre 2013
- Fil de presse, novembre 2013

Mis en ligne sur Sisyphe, novembre 2013


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Sisyphe



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2013
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin