| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 22 novembre 2007

Projet de loi 195 sur l’identité québécoise, présenté par Pauline Marois à l’Assemblée nationale du Québec

par Pauline Marois, députée de Charlevoix et cheffe du Parti québécois






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Consultation sur le racisme systémique. Faire partie d’un "nous" rassembleur
Islamophobie et Islamisme : entre déni et alarmisme
Attentat à Québec - Face au drame, la mise en accusation d’un peuple
Attentat au Centre culturel islamique de Québec - Donner un sens à cet événement tragique
Reportage sur le niqab à Radio-Canada. Absence de sens critique ou propagande ?
La religion à l’école n’est pas un remède à la radicalisation
Projet de loi 62 - Une proposition qui ne permet pas de protéger le droit des femmes à l’égalité
Maroc - Interdiction du burkini et offensives islamistes
Burkini, voile : face aux polémiques et aux impasses, il faut relire Simone de Beauvoir
Le burkini est-il le dernier attentat islamiste en France ?
Soirée de solidarité avec Djemila Benhabib, le 12 septembre à Montréal
De l’emploi du terme "islamophobie"
Rimbaud et le burkini
Athlètes voilées aux JO : un petit pas en avant… ou un grand en arrière ?
Soutien à Djemila Benhabib - La liberté d’expression mise à l’épreuve par l’islam politique
Dénuder une Copte, c’est halal !
Lutte à la radicalisation - De la liberté religieuse à l’extrémisme, il n’y a parfois qu’un pas
La liberté d’expression au Québec, un joyau toujours menacé
Les vœux "pieux" des concepteurs du cours Éducation et Culture religieuse (ÉCR)
Sortir du manichéisme. Des roses et du chocolat
Le ministère de l’Immigration refuse d’entendre l’AQNAL à la commission parlementaire sur le projet de loi 77
L’obscurantisme ou les Lumières : le Québec doit choisir
Quel que soit le rôle de l’impérialisme, le groupe armé État islamique est responsable de ses actes
Vous n’avez pas le monopole de la dignité !
L’ennemi, c’est l’islam politique, pas les musulmans
Motion sur l’islamophobie - L’errance de nos élus
Lettre ouverte à Françoise David : "Vous faites des amalgames inacceptables"
Christine Delphy, la supercherie
"One Law for All" demande au gouvernement britannique une enquête sur les tribunaux islamiques
Les beaux malaises face à l’intégrisme
NOUS sommes en train de nous faire massacrer par VOTRE ennemi secondaire !
L’islamisme radical : l’Ailleurs est ici
Après le massacre à Charlie Hebdo, soutenons ceux qui se battent contre la droite religieuse
Plainte à l’ombudsman de Radio-Canada au sujet de l’émission "Enquête" du 27 novembre 2014
Lettre au premier ministre - M. Couillard, un Québec laïque, ça presse !
La laïcité n’est pas derrière mais devant nous et sa défense est plus que nécessaire
La "communauté musulmane" n’existe pas
Soutenons Louise Mailloux ! Protégeons la liberté d’expression
Radio-Canada RDI manipule l’information en faveur de l’islamisme : un exemple
Je croirai les dirigeants islamistes quand...
Des messagères de l’intégrisme islamique
La FIQ prend position en faveur de la Charte de la laïcité québécoise
FFQ et ÉG du féminisme - L’esprit partisan est-il à l’origine d’attaques virulentes contre des féministes ?
Pour une reconnaissance de la laïcité au Québec - Lancement et causerie chez Olivieri
Comment la laïcité peut changer notre monde
Protection de la laïcité : prière de légiférer !
Prédicateurs islamistes à Montréal - Comment pourrais-je me taire ?
Une intégration réussie, c’est l’adhésion à un socle commun enrichi de diversités culturelles
Laïcité et jugement au Saguenay - Pourquoi pas une prière pour Bernard ?
La prière à Saguenay : quelques mensonges du maire Jean Tremblay
Ni Allah, ni Maître. Entrevue avec la réalisatrice Nadia El Fani
Exposition "Et voilà ! Le voile musulman dévoilé !"
Cessons de nommer "islamophobie" et "blasphème" toute critique de l’islam
Gouvernement Harper - Le Bureau des évangéliques
Le nikab, ce cachot pour femmes
Laïcité et diversité - Les angles morts des paradigmes de lecture de la diversité
Les enjeux du refus de la mixité : le contrôle social des femmes
Le niqab au Tribunal : primauté du droit ou de la religion ?
Canada - Le niqab au Tribunal - Une répétition de l’affaire Personne ?
Plaidoyer en faveur des droits universels - L’universalisme menace-t-il la diversité culturelle ?
Pour une perspective laïque et féministe du monde
La laïcité est un outil essentiel qui permet aux femmes de continuer d’avancer
L’innocence de l’Occident ou la liberté d’expression menacée
La laïcité est un facteur d’intégration et d’émancipation
La sexualité dans l’islam : une arme politique
La Coalition Laïcité Québec demande aux candidat-es de se prononcer sur la laïcité
Les participantes aux États généraux sur le féminisme demandent d’agir contre les intégrismes religieux
La oumma couve dans le ventre des femmes
Non à la souveraineté multiculturaliste de Québec solidaire
Le niqab devant les tribunaux - Les raisonnements douteux du Fonds d’action et d’éducation juridiques pour les femmes
Polygamie - La liberté de religion comporte des limites
Charia au Québec - Des propos qui méritent d’être dénoncés
Djemila Benhabib – Une pensée articulée et un ardent plaidoyer contre l’islamisme politique
Paris - L’extrême-droite catholique manifeste contre la christianophobie et les islamistes sont à ses côtés
« Vers l’obscurantisme » islamiste ? La députée Fatima Houda-Pepin s’inquiète pour la Tunisie et, surtout, pour la Libye
Procès de la famille Shafia - La jeune fille de 13 ans était derrière le volant, selon la preuve policière
Une propagandiste de l’islamisme bientôt collaboratrice de Radio-Canada
La laïcité, facteur d’intégration dans la société québécoise
La nécessaire laïcisation de l’éducation au Québec
Affirmer la laïcité, un pas de plus vers l’égalité réelle entre les femmes et les hommes
Le Mouvement laïque québécois et les symboles religieux autres que chrétiens
La laïcité sans compromis quant aux droits des femmes
La police de Toronto banalise les menaces de mort d’une intégriste islamiste contre Tarek Fatah
Lettre pour la pluralité des voix en matière d’islam et POUR la liberté de conscience !
Motion contre le kirpan - Le Québec et le multiculturalisme
Beaucoup de musulmans tentent de masquer des vérités laides : "Oui, l’islam permet au mari de battre sa femme"
Religion dans les garderies au Québec - Le commerce des petites âmes
Les enjeux de la laïcité selon la revue Spirale. Un dossier à consanguinité élevée !
Déclaration du Manifeste des libertés à propos des récents attentats contre des citoyens de confession chrétienne d’Irak et d’Égypte
Les musulmans du Québec
Prix Droits et Libertés - La Commission des droits de la personne erre plus que jamais
Guy Rocher - La laïcité tout court
La laïcité a-t-elle tué l’athéisme ?
"Une femme en colère", de Wassyla Tamzali
Une femme devenue prêtre
Le respect des convictions, fondement de la neutralité de l’État et de la laïcité
S’opposer à Hassan Al-Banna et aux Frères musulmans ne constitue pas du racisme
Vatican - Silences déplorables, condamnations impitoyables
Les adieux au cardinal Ouellet - Le « sacré » peut-il tout excuser ?
L’Afeas prend position pour une Charte de la laïcité, un système de santé public et des soins palliatifs accessibles
Jugement Dugré - Le cours Éthique et culture religieuse devant la Cour supérieure
Phyllis Lambert et Serge Joyal défendent les Frères Musulmans au détriment de la liberté
Jugement sur le cours Éthique et de culture religieuse - Au royaume de la confusion
La protection juridique de la laïcité : essentielle au maintien de la cohésion sociale
Cours Éthique et culture religieuse - L’éthique, la culture et le juge
Cours d’éthique et de culture religieuse - La Cour supérieure du Québec exempte le collège privé Loyola
L’intégrisme religieux menace-t-il nos droits ?
Colloque Égalité et Laïcité, quelles perspectives ?
Voile intégral en France : un projet de loi d’interdiction totale présenté en mai
Tariq Ramadan et un radicalisme qui ne dit pas son nom
Tariq le terrible
Église catholique - Le mur du silence
Laïcité - Un manifeste tendancieux
Pour un Québec laïque et pluraliste
Laïcité au Québec - Protéger les valeurs fondamentales propres à l’Occident démocratique
Accommodements pour motifs religieux - Où loge l’intolérance ?
Lettre à Télé-Québec au sujet du documentaire "Mes sœurs mulsulmanes"
Québec - Un féminisme de plus en plus gangrené par le relativisme
L’égalité d’abord, la liberté religieuse ensuite
Le manifeste des pluralistes : un manifeste raciste et antiféministe
La France et la burqa - Une audace à saluer
Manifeste pour le respect du principe de l’égalité entre les hommes et les femmes
Écoles privées - Le retour tranquille de la religion
Féministes en mal de laïcité
Interdiction du voile intégral au Canada - Lettre ouverte à Michael Ignatieff, chef du Parti libéral
Quand religion et égalité des femmes font les manchettes
Tolérance ou laïcité
Laïcité au Québec - Le pluralisme comme incantation
Port des signes religieux dans la fonction publique - En réponse au Manifeste pour un Québec pluraliste : Pour une laïcité active et positive
Laïcité – Le pari risqué de Québec solidaire et de la Fédération des femmes du Québec
Demander une charte de la laïcité, c’est faire appel à la conscience individuelle et collective
La laïcité et le voile... Osons dire les vraies choses
La laïcité est une exigence démocratique
Laïcité et droits des femmes : trois questions à Chahla Chafiq
Appel à soutenir le Bureau Laïque International
La présidente de Regards de femmes, Michèle Vianès, a reçu les insignes de la Légion d’Honneur. Son allocution
Projet de loi 16 - La conquête de l’égalité, un vrai rocher de Sisyphe
Projet de loi 16 - La CSN réclame toujours une charte de la laïcité
Projet de loi 16 - Pour la FTQ, ce projet de loi doit être retiré
Le SFPQ demande au gouvernement de surseoir au projet de loi 16 et d’adopter une charte de la laïcité
 Seule une charte de la laïcité permettra de poser les balises des accommodements raisonnables
Les accommodements religieux et le projet de loi 16
Interview avec Djemila Benhabib
Livre : "Ma Vie à contre-Coran", une femme témoigne sur les islamistes
Les femmes se souviennent du rôle répressif de l’Église au Québec
L’angle politique du débat sur la laïcité
Le féminisme vu par Mgr Louis-Adolphe Paquet en 1919
Laïcité et égalité : quel projet pour le Québec ?
Québec - Signes religieux dans les services publics : "La FFQ ne me représente pas"
Vingt ans de combat contre le voile : 1989-2009
Islamisme radical : soutenir une "victime" favorable à l’obscurantisme fanatique ?
La légitimité du féminisme laïque
L’après-discours d’Obama - Les femmes, boucs émissaires
France - Le Collectif pour la promotion de la laïcité veut faire annuler le décret imposé par Nicolas Sarkozy en faveur du Vatican
Nous avions jadis les mêmes ennemis : le patriarcat et les lois divines
Femmes sous lois musulmanes (WLUML) demande la révocation de la Résolution de l’ONU sur "la diffamation des religions"
"Aucune religion ne prône l’égalité entre les hommes et les femmes" - Talisma Nasreen
Une Église machiste et autoritaire
Lettre au président de l’Assemblée des évêques catholiques du Québec
Dieu existe et il est partout
"Ma vie à contre-coran", de Djemila Benhabib
Quand on préfère les cierges aux lumières...
Défendre les droits des femmes face au fondamentalisme religieux : une exigence démocratique
S’indigner au lieu de se résigner devant le fondamentalisme islamiste
Des religions pour quel dialogue ?
Quand la religion freine l’intégration des femmes
Les valeurs communes du Québec : pour les personnes immigrantes seulement ?
Le rapport Bouchard-Taylor est insensible à l’égalité des sexes
L’autodiscrimination, "jackpot" pour les intégristes
Démocratie et égalité des sexes : fine analyse et synthèse remarquable
Création du réseau À HAUTE VOIX pour interpeller les élus
Pourquoi nous ne souhaitons pas la bienvenue au pape
Fanny Truchelut doit être relaxée
Laïcité et résistances démocratiques
L’idée de Dieu est un "produit des faiblesses humaines", la Bible, "plutôt enfantine" (Albert Einstein)
Le corps des femmes, lieu commun
Y aurait-il des femmes plus aptes à la liberté que d’autres ? Réponse à Françoise David
Rapport Bouchard-Taylor - Un rendez-vous manqué pour les femmes
Laïcité et accommodements raisonnables au Québec
Rapport Bouchard-Taylor - L’art "scientifique" de noyer le poisson
Des féministes dans la fosse aux lionnes de la Commission Bouchard-Taylor
L’égalité entre les femmes et les hommes mise entre parenthèses
Un féminisme non interventionniste face à l’extrémisme religieux
La mort d’Aqsa Parvez, attribuée à son père, est le résultat d’un choc culturel
Les lois officielles et les lois du ciel
Accommodements raisonnables. Droit à la différence et non différence des droits
Accommodements et cultures - La laïcité pour éviter la fragmentation de la société
Religions, femmes et fondamentalismes
"Accommodements raisonnables" - Affirmer nos valeurs fondamentales pour mieux vivre la pluralité
Maintenir notre engagement envers toutes les Aqsa Parvez
Les extrémismes religieux et les droits des femmes
ONU - Vers un délit de "diffamation des religions"
Les accommodements religieux - Conflit de droits ou conflit de lois ?
Du voile et du viol
Laïcité : l’école et les enfants d’abord !
Le marketing du voile islamique
Éloge de la lâcheté - Lettre du Conseil du statut de la femme à "La Presse"
Yolande Geadah reçoit le Prix Condorcet 2007 du Mouvement laïque québécois
Conflit de droits : dilemme pour les juges ou simple mécanique juridique ?
Est-ce de l’islamophobie de critiquer l’intégrisme islamiste ?
Les accommodements raisonnables : quoi, comment, jusqu’où ?
La justice à l’épreuve de la diversité culturelle
Lapidation de Ghofrane en France
La laïcité est l’affaire des femmes - Appel contre les résolutions de l’ONU sur la "diffamation des religions"
Synthèse des réflexions sur la question des accommodements raisonnables et les différences
Pourquoi l’ajout du droit à l’égalité entre les femmes et les hommes à la Charte québécoise énerve-t-il tant ?
L’affaire Truchelut - "Tu n’es pas maître dans ta maison quand nous y sommes."
Tolérer l’intolérable au nom de la diversité culturelle est une forme de colonialisme
Ayaan Hirsi Ali : l’errance d’une femme qui a osé parler
50 ans de droits des femmes en Europe : Où sommes-nous arrivées ?
Une comparaison réductrice de Christine Delphy
Les "différences culturelles" peuvent-elles excuser le sexisme ?
Le vote à visage découvert
C’est quoi être accommodant et raisonnable ?
La laïcité est l’affaire des femmes - Appel contre les résolutions de l’ONU sur la "diffamation des religions"
"Accommodements raisonnables" - Affirmer nos valeurs fondamentales pour mieux vivre la pluralité
Commission Bouchard-Taylor - Consultation publique sur les pratiques d’accommodement : citoyens et citoyennes pourront choisir entre plusieurs modes de participation
Accommodements pour obligations religieuses - Pour qui ? Pourquoi ?
Pratiques d’accommodements - La Commission Bouchard-Taylor consultera les citoyens et les citoyennes en septembre prochain
Les droits des femmes devant les fondamentalismes religieux
ONU - Vers un délit de "diffamation des religions"
Démocratie et obligations religieuses - L’impasse ?
Commission de consultation sur les pratiques d’accommodements reliées aux différences culturelles - Cherchez l’erreur
L’anecdote ou le fait de société
Les accommodants
Renforcer le caractère laïc de nos démocraties
Les limites de la tolérance et de l’accommodement







La cheffe de l’opposition péquiste, Madame Paulne Marois, a présenté le 18 octobre 2007 à l’Assemblée nationale du Québec un projet de loi sur l’identité québécoise.

Ce projet demande notamment que la Charte des droits et libertés du Québec soit modifiée pour y ajouter ceci : « Dans l’interprétation et l’application de la présente Charte, il doit être tenu compte du patrimoine historique et des valeurs fondamentales de la nation québécoise, notamment de l’importance d’assurer la prédominance de la langue française, de protéger et de promouvoir la culture québécoise, de garantir l’égalité entre les femmes et les hommes et de préserver la laïcité des institutions publiques. » Le projet prévoit aussi des mesures d’aide à l’intégration pour les personnes immigrantes et des critères pour l’obtention de la citoyenneté québécoise.

Comme il est beaucoup question, dans les interventions de la Commission Bouchard-Taylor et dans les médias, du Projet de loi 195 sur l’identité québécoise, nous l’affichons sur Sisyphe à titre d’information afin que les visiteuses et visiteurs de Sisyphe puissent en avoir une connaissance directe et s’en faire leur propre opinion. Elles peuvent aussi le télécharger sur le site de l’Assemblée nationale du Québec. On peut aussi lire et imprimer ce texte en format pleine page en cliquant sur Version à imprimer à droite en haut de la présente page. Sisyphe analysera et commentera ce projet un peu plus tard.

PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE
Projet de loi no 195
Loi sur l’identité québécoise
Présentation
Présenté par
Madame Pauline Marois Députée de Charlevoix
Éditeur officiel du Québec
2007

NOTES EXPLICATIVES

Le présent projet de loi vise à permettre à la nation québécoise d’exprimer son identité par la prise de diverses mesures.

Tout d’abord, il prévoit l’élaboration d’une Constitution québécoise et l’institution d’une commission parlementaire spéciale.

Le projet de loi institue une citoyenneté québécoise.

Le projet de loi indique la prise en compte, dans l’interprétation et l’application des libertés et droits fondamentaux, du patrimoine historique et des valeurs fondamentales de la nation québécoise.

En outre, il propose l’adoption de dispositions visant à assurer la prédominance de la langue française et la qualité de la langue française écrite et parlée au Québec.

Le projet de loi vise à favoriser la compréhension de l’histoire nationale du Québec, la maîtrise de la langue française parlée et écrite et la valorisation de la culture québécoise.

Enfin, il prévoit l’adoption de dispositions visant à favoriser l’intégration des ressortissants étrangers à la vie québécoise.

LOIS MODIFIÉES PAR CE PROJET :

• Charte de la langue française (L.R.Q., chapitre C-11) ;
• Charte des droits et libertés de la personne (L.R.Q., chapitre C-12) ;
• Loi sur l’immigration au Québec (L.R.Q., chapitre I-0.2) ;
• Loi sur l’instruction publique (L.R.Q., chapitre I-13.3) ;
• Code civil du Québec (1991, chapitre 64).

Projet de loi no 195

LOI SUR L’IDENTITÉ QUÉBÉCOISE

LE PARLEMENT DU QUÉBEC DÉCRÈTE CE QUI SUIT :

CHAPITRE I

OBJET

1. La présente loi vise à permettre à la nation québécoise d’exprimer son
identité par :

    1° l’élaboration d’une Constitution québécoise ;
    2° l’institution d’une citoyenneté québécoise ;
    3° la prise en compte dans l’interprétation et l’application des libertés et droits fondamentaux du patrimoine historique et des valeurs fondamentales dela nation québécoise, notamment de l’importance d’assurer la prédominance de la langue française, de protéger et de promouvoir la culture québécoise, degarantir l’égalité entre les femmes et les hommes et de préserver la laïcité des institutions publiques ;
    4° l’adoption de dispositions législatives visant à assurer la prédominance de la langue française comme la langue de travail et de l’activité économique et la langue de l’éducation au Québec ;
    5° l’adoption de dispositions législatives visant à assurer la qualité de la langue française écrite et parlée au Québec ;
    6° l’adoption de dispositions législatives visant à favoriser la compréhension de l’histoire nationale du Québec, la maîtrise de la langue française parlée et écrite et la valorisation de la culture québécoise ;
    7° l’adoption de dispositions législatives visant à favoriser l’intégration des ressortissants étrangers à la vie québécoise.

CHAPITRE II

DE LA CONSTITUTION QUÉBÉCOISE

2. L’Assemblée nationale doit pourvoir à l’élaboration d’un projet de
Constitution québécoise énonçant notamment les valeurs fondamentales sur lesquelles est fondée la nation québécoise, instituant une citoyenneté québécoise, présentant les symboles nationaux, enchâssant les droits et libertés de la personne et les droits linguistiques fondamentaux, décrivant les institutions parlementaires, gouvernementales et judiciaires du Québec, prévoyant sa révision et assurant sa suprématie.

3. Est instituée, sous l’autorité de l’Assemblée nationale, une commission
parlementaire spéciale désignée sous le nom de « Commission spéciale sur la Constitution québécoise ».

La Commission est instituée au plus tard trois mois après l’entrée en vigueur de la présente loi.

4. La Commission a pour mandat de rédiger, sur la base du projet de
Constitution québécoise présenté à l’Assemblée nationale le (indiquer ici la date de présentation du projet de loi no 196), un projet de Constitution québécoise et de formuler, à cet égard, des recommandations à l’Assemblée nationale.
Elle formule également des recommandations sur le mode d’approbation du projet de Constitution québécoise.

5. La Commission compte 32 membres ainsi répartis :

    1° 16 députés désignés par les groupes parlementaires reconnus au prorata de leur représentation à l’Assemblée nationale ;
    2° 16 personnalités de la société civile désignées par les groupes parlementaires en un nombre égal au nombre de députés désignés en application du paragraphe 1°.
    Chacun des groupes mentionnés au premier alinéa devra être composé d’un nombre égal de femmes et d’hommes.
    Les groupes parlementaires transmettent au président de l’Assemblée nationale la liste des membres de la Commission dans les sept jours suivant l’entrée en vigueur de la présente loi.
    La Commission est coprésidée par une femme et un homme. Les membres de la Commission désignent un coprésident parmi les députés et un coprésident parmi les personnalités de la société civile.

6. La Commission entreprend ses travaux au plus tard six mois après
l’entrée en vigueur de la présente loi.

La Commission est convoquée en séances publiques ou de travail conformément à la procédure prévue à l’article 148 du Règlement de l’Assemblée nationale, même s’il s’agit d’un mandat confié par l’Assemblée.

La Commission tient une consultation générale. Elle consacre des périodes de temps à l’audition de personnes qui, bien que n’ayant pas soumis de
mémoire, auront fait part de leur intérêt d’être entendues par elle.

7. Le secrétariat des commissions de l’Assemblée nationale assure le soutien nécessaire au bon fonctionnement de la Commission.

La Commission dispose des ressources nécessaires à la réalisation de son mandat, notamment en matière de soutien à la recherche et de publicité.

8. Dans les deux ans à compter de son institution, la Commission remet son rapport final au président de l’Assemblée nationale et le rend public par les moyens qu’elle juge appropriés. Entre-temps, elle peut de la même façon remettre et publier des rapports intérimaires.

Les rapports intérimaires et final de la Commission peuvent comporter des observations, des conclusions et des recommandations. La Commission n’est pas limitée à un jour franc, après l’étude du projet de Constitution québécoise, pour déterminer en séance de travail les observations, conclusions et recommandations qu’elle entend soumettre à l’Assemblée nationale.

Le président de l’Assemblée nationale dépose les rapports devant l’Assemblée nationale sans délai ou, si elle ne siège pas, dans les 15 jours de la reprise de ses travaux.

9. Les règles de procédure relatives aux commissions parlementaires permanentes s’appliquent à la Commission dans la mesure où elles sont compatibles avec les dispositions de la présente loi.

CHAPITRE III

DE LA CITOYENNETÉ QUÉBÉCOISE

10. Le Code civil du Québec (1991, chapitre 64) est modifié par l’insertion,
après l’article 49, du titre suivant :

« TITRE DEUXIÈME.1

« DE LA CITOYENNETÉ QUÉBÉCOISE

« 49.1. Est instituée une citoyenneté québécoise.

« 49.2. A qualité de citoyen toute personne qui :

    1° détient la citoyenneté canadienne et est domiciliée au Québec le (indiquer ici la date de l’entrée en vigueur de la présente loi) ;
    2° est née au Québec ou est née à l’étranger d’un parent détenant la citoyenneté québécoise après le (indiquer ici la date de l’entrée en vigueur de la présente loi).

Le ministre attribue la citoyenneté à toute personne qui, à la fois :

    1° détient la citoyenneté canadienne depuis au moins trois mois ; 2° est domiciliée au Québec ;
    3° a résidé d’une manière effective sur le territoire du Québec pendant six mois, dont les trois mois précédant le dépôt de sa demande ;
    4° a une connaissance appropriée de la langue française ;
    5° a une connaissance appropriée du Québec et des responsabilités et avantages conférés par la citoyenneté.

« 49.3. La personne à qui est attribuée la citoyenneté prête, devant le
ministre de la Justice ou la personne qu’il désigne, le serment suivant :
« Je, (nom du citoyen), déclare sous serment que je serai loyal envers le
peuple du Québec, que j’observerai fidèlement les lois du Québec et que je
remplirai loyalement mes obligations de citoyen dans le respect de la
Constitution québécoise. »

« 49.4. Le gouvernement peut, lorsqu’il est convaincu, sur rapport du ministre de la Justice, que l’attribution de la citoyenneté est intervenue sous le présent titre par fraude ou au moyen d’une fausse déclaration ou de la dissimulation intentionnelle de faits essentiels, prendre un décret aux termes duquel la personne, à compter de la date qui y est fixée, perd sa citoyenneté.

« 49.5. Le ministre de la Justice délivre une carte de citoyenneté à tout
citoyen qui en fait la demande.

Cette carte ne prend effet que si le citoyen s’est conformé aux dispositions
du présent code et aux règles régissant la prestation du serment de citoyenneté.

« 49.6. Toute personne détenant la citoyenneté québécoise a le droit :

    1° d’éligibilité lors d’élections municipales, scolaires et législatives ;
    2° de participer au financement public des partis politiques ;
    3° d’adresser des pétitions à l’Assemblée nationale pour le redressement de griefs.

« 49.7. Le ministre de la Justice doit par règlement déterminer :

    1° les règles applicables aux demandes relatives à l’attribution et à la réintégration dans la citoyenneté ainsi qu’à la perte de celle-ci ;
    2° les règles régissant la prestation du serment de citoyenneté ;
    3° la procédure applicable à l’obtention d’une carte de citoyenneté ;
    4° les motifs d’exemption, pour des raisons d’ordre humanitaire, des conditions pour les fins de l’attribution ou de la perte de la citoyenneté ou la réintégration dans celle-ci. »

CHAPITRE IV

DES DROITS ET LIBERTÉS DE LA PERSONNE

11. La Charte des droits et libertés de la personne (L.R.Q., chapitre C-12)
est modifiée par l’insertion, après l’article 40, de l’article suivant :

« 40.1. Toute personne a droit, dans la mesure et suivant les normes prévues par la loi, à l’apprentissage de la langue française. »

12. Cette charte est modifiée par l’insertion, après l’article 50, de l’article
suivant :

« 50.1. Dans l’interprétation et l’application de la présente Charte, il
doit être tenu compte du patrimoine historique et des valeurs fondamentales
de la nation québécoise, notamment de l’importance d’assurer la prédominance
de la langue française, de protéger et de promouvoir la culture québécoise, de
garantir l’égalité entre les femmes et les hommes et de préserver la laïcité des
institutions publiques. »

CHAPITRE V

DE LA LANGUE FRANÇAISE, DE L’HISTOIRE NATIONALE ET DE
LA CULTURE QUÉBÉCOISE

13. L’article 136 de la Charte de la langue française (L.R.Q.,
chapitre C-11) est modifié par le remplacement, dans le premier alinéa, du
mot « cent » par « 25 ».

14. L’article 139 de cette charte est modifié par le remplacement, dans le
premier alinéa, du mot « cinquante » par « 10 ».

15. L’article 148 de cette charte est modifié par l’ajout, à la fin, de l’alinéa
suivant :

« Il détermine également par règlement les modalités particulières applicables
aux entreprises de 25 à 50 employés assujetties à l’obligation d’obtention d’un
certificat de francisation, ainsi que les mesures de soutien et d’accompagnement
pouvant être offertes à celles-ci. »

16. L’article 151 de cette charte est modifié par le remplacement, dans le
premier alinéa, de « 50 » par « 25 ».

17. Cette charte est modifiée par l’insertion, après l’article 205.1, des
articles suivants :

« 205.2. Commet une infraction toute entreprise de 50 employés ou
plus soumise à l’obligation d’obtenir un certificat de francisation et qui ne
possède pas un tel certificat après une période de 10 ans.

Cette entreprise est passible des sanctions déterminées par règlement du
gouvernement.

« 205.3. Toute entreprise de 50 employés ou plus ne détenant pas un
certificat de francisation ne peut obtenir des contrats publics octroyés par le
gouvernement du Québec, ses ministères et organismes et ses sociétés d’État. »

18. L’article 23 de la Loi sur l’instruction publique (L.R.Q.,
chapitre I-13.3) est modifié par l’ajout, à la fin, de l’alinéa suivant :

« Le règlement prescrit notamment qu’une personne ne peut être titulaire de
l’autorisation d’enseigner qu’après avoir réussi un examen national attestant
la maîtrise de la langue parlée et écrite et détermine les modalités applicables
à cet examen. »

19. L’article 447 de cette loi est modifié par l’insertion, après le deuxième
alinéa, du suivant :

« Ce régime pédagogique doit en outre contribuer :

    1° à l’apprentissage et à la compréhension de l’histoire nationale du Québec ;
    2° à l’apprentissage et à la maîtrise de la langue française parlée et écrite ;
    3° à l’apprentissage et à la valorisation de la culture québécoise. »

CHAPITRE VI

DE L’IMMIGRATION AU QUÉBEC

20. La Loi sur l’immigration au Québec (L.R.Q., chapitre I-0.2) est modifiée
par l’insertion, après l’article 3.2.2.1, de l’article suivant :

« 3.2.2.2. Le ministre conclut avec les personnes qui s’établissent au
Québec un contrat d’intégration d’une durée de trois ans afin de favoriser leur
intégration à la vie québécoise.

Le ministre s’engage dans le contrat à fournir l’aide et l’accompagnement
nécessaires pour favoriser une telle intégration.

Le contrat d’intégration doit notamment inclure l’obligation de faire
l’apprentissage de la langue française et d’avoir une connaissance appropriée
de la langue française dans le délai prévu.

Le ministre peut déterminer les termes du contrat, qui peuvent varier selon
l’âge ou la situation du ressortissant étranger. »

CHAPITRE VII

DISPOSITION FINALE

21. La présente loi entre en vigueur le (indiquer ici la date de la sanction
de la présente loi).

Source : Le site de l’Assemblée nationale du Québec.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 21 novembre 2007


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Pauline Marois, députée de Charlevoix et cheffe du Parti québécois



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2007
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin