| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 7 septembre 2013

Comment la laïcité peut changer notre monde

par Louise Mailloux, professeure de philosophie et auteure de "La laïcité, ça s’impose !"






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La religion à l’école n’est pas un remède à la radicalisation
Projet de loi 62 - Une proposition qui ne permet pas de protéger le droit des femmes à l’égalité
Maroc - Interdiction du burkini et offensives islamistes
Burkini, voile : face aux polémiques et aux impasses, il faut relire Simone de Beauvoir
Le burkini est-il le dernier attentat islamiste en France ?
Soirée de solidarité avec Djemila Benhabib, le 12 septembre à Montréal
De l’emploi du terme "islamophobie"
Rimbaud et le burkini
Athlètes voilées aux JO : un petit pas en avant… ou un grand en arrière ?
Soutien à Djemila Benhabib - La liberté d’expression mise à l’épreuve par l’islam politique
Dénuder une Copte, c’est halal !
Lutte à la radicalisation - De la liberté religieuse à l’extrémisme, il n’y a parfois qu’un pas
La liberté d’expression au Québec, un joyau toujours menacé
Les vœux "pieux" des concepteurs du cours Éducation et Culture religieuse (ÉCR)
Sortir du manichéisme. Des roses et du chocolat
Le ministère de l’Immigration refuse d’entendre l’AQNAL à la commission parlementaire sur le projet de loi 77
L’obscurantisme ou les Lumières : le Québec doit choisir
Quel que soit le rôle de l’impérialisme, le groupe armé État islamique est responsable de ses actes
Vous n’avez pas le monopole de la dignité !
L’ennemi, c’est l’islam politique, pas les musulmans
Motion sur l’islamophobie - L’errance de nos élus
Lettre ouverte à Françoise David : "Vous faites des amalgames inacceptables"
Christine Delphy, la supercherie
"One Law for All" demande au gouvernement britannique une enquête sur les tribunaux islamiques
Les beaux malaises face à l’intégrisme
NOUS sommes en train de nous faire massacrer par VOTRE ennemi secondaire !
L’islamisme radical : l’Ailleurs est ici
Après le massacre à Charlie Hebdo, soutenons ceux qui se battent contre la droite religieuse
Plainte à l’ombudsman de Radio-Canada au sujet de l’émission "Enquête" du 27 novembre 2014
Lettre au premier ministre - M. Couillard, un Québec laïque, ça presse !
La laïcité n’est pas derrière mais devant nous et sa défense est plus que nécessaire
La "communauté musulmane" n’existe pas
Soutenons Louise Mailloux ! Protégeons la liberté d’expression
Radio-Canada RDI manipule l’information en faveur de l’islamisme : un exemple
Je croirai les dirigeants islamistes quand...
Des messagères de l’intégrisme islamique
La FIQ prend position en faveur de la Charte de la laïcité québécoise
FFQ et ÉG du féminisme - L’esprit partisan est-il à l’origine d’attaques virulentes contre des féministes ?
Pour une reconnaissance de la laïcité au Québec - Lancement et causerie chez Olivieri
Protection de la laïcité : prière de légiférer !
Prédicateurs islamistes à Montréal - Comment pourrais-je me taire ?
Une intégration réussie, c’est l’adhésion à un socle commun enrichi de diversités culturelles
Laïcité et jugement au Saguenay - Pourquoi pas une prière pour Bernard ?
La prière à Saguenay : quelques mensonges du maire Jean Tremblay
Ni Allah, ni Maître. Entrevue avec la réalisatrice Nadia El Fani
Exposition "Et voilà ! Le voile musulman dévoilé !"
Cessons de nommer "islamophobie" et "blasphème" toute critique de l’islam
Gouvernement Harper - Le Bureau des évangéliques
Le nikab, ce cachot pour femmes
Laïcité et diversité - Les angles morts des paradigmes de lecture de la diversité
Les enjeux du refus de la mixité : le contrôle social des femmes
Le niqab au Tribunal : primauté du droit ou de la religion ?
Canada - Le niqab au Tribunal - Une répétition de l’affaire Personne ?
Plaidoyer en faveur des droits universels - L’universalisme menace-t-il la diversité culturelle ?
Pour une perspective laïque et féministe du monde
La laïcité est un outil essentiel qui permet aux femmes de continuer d’avancer
L’innocence de l’Occident ou la liberté d’expression menacée
La laïcité est un facteur d’intégration et d’émancipation
La sexualité dans l’islam : une arme politique
La Coalition Laïcité Québec demande aux candidat-es de se prononcer sur la laïcité
Les participantes aux États généraux sur le féminisme demandent d’agir contre les intégrismes religieux
La oumma couve dans le ventre des femmes
Non à la souveraineté multiculturaliste de Québec solidaire
Le niqab devant les tribunaux - Les raisonnements douteux du Fonds d’action et d’éducation juridiques pour les femmes
Polygamie - La liberté de religion comporte des limites
Charia au Québec - Des propos qui méritent d’être dénoncés
Djemila Benhabib – Une pensée articulée et un ardent plaidoyer contre l’islamisme politique
Paris - L’extrême-droite catholique manifeste contre la christianophobie et les islamistes sont à ses côtés
« Vers l’obscurantisme » islamiste ? La députée Fatima Houda-Pepin s’inquiète pour la Tunisie et, surtout, pour la Libye
Procès de la famille Shafia - La jeune fille de 13 ans était derrière le volant, selon la preuve policière
Une propagandiste de l’islamisme bientôt collaboratrice de Radio-Canada
La laïcité, facteur d’intégration dans la société québécoise
La nécessaire laïcisation de l’éducation au Québec
Affirmer la laïcité, un pas de plus vers l’égalité réelle entre les femmes et les hommes
Le Mouvement laïque québécois et les symboles religieux autres que chrétiens
La laïcité sans compromis quant aux droits des femmes
La police de Toronto banalise les menaces de mort d’une intégriste islamiste contre Tarek Fatah
Lettre pour la pluralité des voix en matière d’islam et POUR la liberté de conscience !
Motion contre le kirpan - Le Québec et le multiculturalisme
Beaucoup de musulmans tentent de masquer des vérités laides : "Oui, l’islam permet au mari de battre sa femme"
Religion dans les garderies au Québec - Le commerce des petites âmes
Les enjeux de la laïcité selon la revue Spirale. Un dossier à consanguinité élevée !
Déclaration du Manifeste des libertés à propos des récents attentats contre des citoyens de confession chrétienne d’Irak et d’Égypte
Les musulmans du Québec
Prix Droits et Libertés - La Commission des droits de la personne erre plus que jamais
Guy Rocher - La laïcité tout court
La laïcité a-t-elle tué l’athéisme ?
"Une femme en colère", de Wassyla Tamzali
Une femme devenue prêtre
Le respect des convictions, fondement de la neutralité de l’État et de la laïcité
S’opposer à Hassan Al-Banna et aux Frères musulmans ne constitue pas du racisme
Vatican - Silences déplorables, condamnations impitoyables
Les adieux au cardinal Ouellet - Le « sacré » peut-il tout excuser ?
L’Afeas prend position pour une Charte de la laïcité, un système de santé public et des soins palliatifs accessibles
Jugement Dugré - Le cours Éthique et culture religieuse devant la Cour supérieure
Phyllis Lambert et Serge Joyal défendent les Frères Musulmans au détriment de la liberté
Jugement sur le cours Éthique et de culture religieuse - Au royaume de la confusion
La protection juridique de la laïcité : essentielle au maintien de la cohésion sociale
Cours Éthique et culture religieuse - L’éthique, la culture et le juge
Cours d’éthique et de culture religieuse - La Cour supérieure du Québec exempte le collège privé Loyola
L’intégrisme religieux menace-t-il nos droits ?
Colloque Égalité et Laïcité, quelles perspectives ?
Voile intégral en France : un projet de loi d’interdiction totale présenté en mai
Tariq Ramadan et un radicalisme qui ne dit pas son nom
Tariq le terrible
Église catholique - Le mur du silence
Laïcité - Un manifeste tendancieux
Pour un Québec laïque et pluraliste
Laïcité au Québec - Protéger les valeurs fondamentales propres à l’Occident démocratique
Accommodements pour motifs religieux - Où loge l’intolérance ?
Lettre à Télé-Québec au sujet du documentaire "Mes sœurs mulsulmanes"
Québec - Un féminisme de plus en plus gangrené par le relativisme
L’égalité d’abord, la liberté religieuse ensuite
Le manifeste des pluralistes : un manifeste raciste et antiféministe
La France et la burqa - Une audace à saluer
Manifeste pour le respect du principe de l’égalité entre les hommes et les femmes
Écoles privées - Le retour tranquille de la religion
Féministes en mal de laïcité
Interdiction du voile intégral au Canada - Lettre ouverte à Michael Ignatieff, chef du Parti libéral
Quand religion et égalité des femmes font les manchettes
Tolérance ou laïcité
Laïcité au Québec - Le pluralisme comme incantation
Port des signes religieux dans la fonction publique - En réponse au Manifeste pour un Québec pluraliste : Pour une laïcité active et positive
Laïcité – Le pari risqué de Québec solidaire et de la Fédération des femmes du Québec
Demander une charte de la laïcité, c’est faire appel à la conscience individuelle et collective
La laïcité et le voile... Osons dire les vraies choses
La laïcité est une exigence démocratique
Laïcité et droits des femmes : trois questions à Chahla Chafiq
Appel à soutenir le Bureau Laïque International
La présidente de Regards de femmes, Michèle Vianès, a reçu les insignes de la Légion d’Honneur. Son allocution
Projet de loi 16 - La conquête de l’égalité, un vrai rocher de Sisyphe
Projet de loi 16 - La CSN réclame toujours une charte de la laïcité
Projet de loi 16 - Pour la FTQ, ce projet de loi doit être retiré
Le SFPQ demande au gouvernement de surseoir au projet de loi 16 et d’adopter une charte de la laïcité
 Seule une charte de la laïcité permettra de poser les balises des accommodements raisonnables
Les accommodements religieux et le projet de loi 16
Interview avec Djemila Benhabib
Livre : "Ma Vie à contre-Coran", une femme témoigne sur les islamistes
Les femmes se souviennent du rôle répressif de l’Église au Québec
L’angle politique du débat sur la laïcité
Le féminisme vu par Mgr Louis-Adolphe Paquet en 1919
Laïcité et égalité : quel projet pour le Québec ?
Québec - Signes religieux dans les services publics : "La FFQ ne me représente pas"
Vingt ans de combat contre le voile : 1989-2009
Islamisme radical : soutenir une "victime" favorable à l’obscurantisme fanatique ?
La légitimité du féminisme laïque
L’après-discours d’Obama - Les femmes, boucs émissaires
France - Le Collectif pour la promotion de la laïcité veut faire annuler le décret imposé par Nicolas Sarkozy en faveur du Vatican
Nous avions jadis les mêmes ennemis : le patriarcat et les lois divines
Femmes sous lois musulmanes (WLUML) demande la révocation de la Résolution de l’ONU sur "la diffamation des religions"
"Aucune religion ne prône l’égalité entre les hommes et les femmes" - Talisma Nasreen
Une Église machiste et autoritaire
Lettre au président de l’Assemblée des évêques catholiques du Québec
Dieu existe et il est partout
"Ma vie à contre-coran", de Djemila Benhabib
Quand on préfère les cierges aux lumières...
Défendre les droits des femmes face au fondamentalisme religieux : une exigence démocratique
S’indigner au lieu de se résigner devant le fondamentalisme islamiste
Des religions pour quel dialogue ?
Quand la religion freine l’intégration des femmes
Les valeurs communes du Québec : pour les personnes immigrantes seulement ?
Le rapport Bouchard-Taylor est insensible à l’égalité des sexes
L’autodiscrimination, "jackpot" pour les intégristes
Démocratie et égalité des sexes : fine analyse et synthèse remarquable
Création du réseau À HAUTE VOIX pour interpeller les élus
Pourquoi nous ne souhaitons pas la bienvenue au pape
Fanny Truchelut doit être relaxée
Laïcité et résistances démocratiques
L’idée de Dieu est un "produit des faiblesses humaines", la Bible, "plutôt enfantine" (Albert Einstein)
Le corps des femmes, lieu commun
Y aurait-il des femmes plus aptes à la liberté que d’autres ? Réponse à Françoise David
Rapport Bouchard-Taylor - Un rendez-vous manqué pour les femmes
Laïcité et accommodements raisonnables au Québec
Rapport Bouchard-Taylor - L’art "scientifique" de noyer le poisson
Des féministes dans la fosse aux lionnes de la Commission Bouchard-Taylor
L’égalité entre les femmes et les hommes mise entre parenthèses
Un féminisme non interventionniste face à l’extrémisme religieux
La mort d’Aqsa Parvez, attribuée à son père, est le résultat d’un choc culturel
Les lois officielles et les lois du ciel
Accommodements raisonnables. Droit à la différence et non différence des droits
Accommodements et cultures - La laïcité pour éviter la fragmentation de la société
Religions, femmes et fondamentalismes
"Accommodements raisonnables" - Affirmer nos valeurs fondamentales pour mieux vivre la pluralité
Maintenir notre engagement envers toutes les Aqsa Parvez
Les extrémismes religieux et les droits des femmes
ONU - Vers un délit de "diffamation des religions"
Les accommodements religieux - Conflit de droits ou conflit de lois ?
Du voile et du viol
Laïcité : l’école et les enfants d’abord !
Le marketing du voile islamique
Éloge de la lâcheté - Lettre du Conseil du statut de la femme à "La Presse"
Yolande Geadah reçoit le Prix Condorcet 2007 du Mouvement laïque québécois
Conflit de droits : dilemme pour les juges ou simple mécanique juridique ?
Est-ce de l’islamophobie de critiquer l’intégrisme islamiste ?
Les accommodements raisonnables : quoi, comment, jusqu’où ?
La justice à l’épreuve de la diversité culturelle
Projet de loi 195 sur l’identité québécoise, présenté par Pauline Marois à l’Assemblée nationale du Québec
Lapidation de Ghofrane en France
La laïcité est l’affaire des femmes - Appel contre les résolutions de l’ONU sur la "diffamation des religions"
Synthèse des réflexions sur la question des accommodements raisonnables et les différences
Pourquoi l’ajout du droit à l’égalité entre les femmes et les hommes à la Charte québécoise énerve-t-il tant ?
L’affaire Truchelut - "Tu n’es pas maître dans ta maison quand nous y sommes."
Tolérer l’intolérable au nom de la diversité culturelle est une forme de colonialisme
Ayaan Hirsi Ali : l’errance d’une femme qui a osé parler
50 ans de droits des femmes en Europe : Où sommes-nous arrivées ?
Une comparaison réductrice de Christine Delphy
Les "différences culturelles" peuvent-elles excuser le sexisme ?
Le vote à visage découvert
C’est quoi être accommodant et raisonnable ?
La laïcité est l’affaire des femmes - Appel contre les résolutions de l’ONU sur la "diffamation des religions"
"Accommodements raisonnables" - Affirmer nos valeurs fondamentales pour mieux vivre la pluralité
Commission Bouchard-Taylor - Consultation publique sur les pratiques d’accommodement : citoyens et citoyennes pourront choisir entre plusieurs modes de participation
Accommodements pour obligations religieuses - Pour qui ? Pourquoi ?
Pratiques d’accommodements - La Commission Bouchard-Taylor consultera les citoyens et les citoyennes en septembre prochain
Les droits des femmes devant les fondamentalismes religieux
ONU - Vers un délit de "diffamation des religions"
Démocratie et obligations religieuses - L’impasse ?
Commission de consultation sur les pratiques d’accommodements reliées aux différences culturelles - Cherchez l’erreur
L’anecdote ou le fait de société
Les accommodants
Renforcer le caractère laïc de nos démocraties
Les limites de la tolérance et de l’accommodement







Une société laïque, c’est d’une manière générale une société où la loi des hommes prime sur la loi divine. Une société où la Torah, la Bible et le Coran ne remplacent pas les lois civiles et où la croyance de certains ne doit pas devenir la loi de tous et de toutes.

L’État laïque est neutre. Il ne privilégie, ni n’impose aucune religion, laissant ainsi à chacun et à chacune la liberté de choisir ses croyances ou ses convictions. Cela s’appelle respecter la liberté de conscience.

L’État laïque est neutre parce que l’État est public, qu’il s’adresse à tous les citoyens et toutes les citoyennes, qu’ils ou qu’elles soient catholiques, protestants, athées, juifs ou musulmans, qu’il s’adresse à eux dans ce qu’ils ont de commun, alors que la religion est une affaire particulière, personnelle et privée qui n’a pas sa place dans les institutions publiques. Bref, les gens ont la liberté de croire ou de ne pas croire mais cela ne leur donne pas pour autant le droit d’imposer leurs croyances dans l’espace civique.

L’État laïque s’adresse à des citoyens et des citoyennes, des citoyens et citoyennes égaux, ayant tous les mêmes droits et les mêmes devoirs, quelles que soient leurs croyances, et où chaque citoyen et citoyenne ne peut invoquer sa religion pour se soustraire aux règles et aux lois communes, justement parce que dans l’État et dans ses institutions, les lois civiles ont préséance sur les lois divines.

En gros, l’idéal d’une société laïque pourrait se résumer à cela. Maintenant comment fait-on pour réaliser cela ? La recette est simple, c’est en séparant l’Église de l’État, en éloignant la religion de la politique.

Séparer religion et politique

On entend souvent dire que la laïcité est antireligieuse, que c’est de l’athéisme et qu’un État laïque veut supprimer les religions. Rien n’est plus faux. Séparer n’est pas supprimer. Loin de les supprimer, l’État laïque inclut toutes les religions et même leur contraire. Il les inclut toutes parce qu’il n’en impose aucune. En ce sens, il permet le maximum d’ouverture.

Cet idéal laïque n’est pas tombé du ciel. Il a été rendu nécessaire alors qu’au XVIIe siècle, les guerres de religion mettaient l’Europe à feu et à sang. C’est à ce moment-là que la laïcité est apparue comme la solution pour pacifier cette Europe, meurtrie par ces religions d’amour qui se faisaient âprement la guerre.

L’exigence laïque est née non pas pour se débarrasser des religions mais pour mettre un terme aux rivalités religieuses qui leur sont congénitales, parce que contrairement aux religions, la laïcité prône la tolérance, cette tolérance qui sera traduite, au siècle des Lumières, par la Déclaration des droits de l’homme.

Pendant longtemps, l’histoire du Québec a été liée à celle du catholicisme. Du début de la colonie jusqu’à la Révolution tranquille, l’Église catholique a joué un rôle politique prépondérant dans notre société, contrôlant des secteurs névralgiques tels celui de l’éducation, celui de la santé et des services sociaux, exerçant son emprise dans le domaine de l’édition scolaire, celui de la culture, celui des arts et des médias. Bref, l’Église était partout présente, dans nos institutions comme dans nos vies, jusque dans la chambre à coucher, si bien que le Québec d’hier était peuplé presqu’exclusivement de catholiques qu’on pourrait dire « automatiques ».

Avec la Révolution tranquille, l’État québécois a pris ses distances vis-à-vis le clergé catholique pour affirmer son autonomie et prendre en charge des institutions auparavant gérées par l’Église. En 1958, il y a eu la création du ministère du Bien-Être social et de la Jeunesse. En 1961, une loi sur l’assurance-hospitalisation et la mise sur pied du ministère des Affaires culturelles. Puis en 1964, la création d’un ministère de l’Éducation qui va laïciser les universités, laïciser les savoirs et abolir les collèges classiques, pour les remplacer par des cégeps laïques.

Mais d’importants compromis seront faits avec l’Église dans le domaine de l’éducation. Des postes de sous-ministres associés de foi catholique et protestante ainsi que des comités catholique et protestant du Conseil supérieur de l’Éducation ont été créés alors que les écoles publiques demeurent confessionnelles et qu’elles continuent à dispenser un enseignement religieux. Ces compromis majeurs furent en quelque sorte l’échec de la Commission Parent.

Il faut comprendre ici à quel point l’école, comme institution, joue un rôle capital dans la transmission des valeurs comme celle d’une foi, pour une Église qui veut garder son emprise sur le peuple. C’est donc sur le terrain de l’éducation que la bataille pour la laïcité va se concentrer, avec pour objectif, la déconfessionnalisation des écoles publiques.

Dans les années 90, sous l’effet de l’immigration, la diversité religieuse s’accroît dans nos écoles publiques, faisant que des élèves recevaient un enseignement confessionnel parfois contraire à leur religion. Bref, l’enseignement catholique et protestant devenait problématique parce qu’il contrevenait à la Charte québécoise des droits de la personne comme à la Charte canadienne des droits et libertés qui garantissent la liberté de religion. La laïcisation du système scolaire devenait alors un impératif de plus en plus pressant.

1997 sera l’année de la déconfessionnalisation des commissions scolaires, dorénavant organisées sur une base linguistique.

En 1999, se tiendra une commission parlementaire sur la place de la religion à l’école. Le Québec se divisa alors en deux camps. D’un côté, les partisans de la majorité historique qui souhaitaient le maintien de l’enseignement religieux, et de l’autre, les partisans de l’égalité, qui souhaitaient son abolition, alléguant que cet enseignement constituait un privilège accordé aux catholiques et aux protestants qui violait l’égalité des droits protégés par les Chartes.

Dans le camp des partisans de l’égalité, se trouvaient les syndicats, des groupes féministes tels le Conseil du statut de la femme et la Fédération des femmes du Québec (FFQ), ayant Françoise David comme présidente et Manon Massé vice-présidente, des catholiques de gauche voulant s’éloigner de l’autoritarisme de Rome et des laïques regroupés autour du Mouvement laïque québécois. Tous et toutes étaient unanimes à exiger, au nom de l’égalité des droits, la laïcisation totale du système scolaire. Tous ces gens reconnaissaient qu’une école laïque, qu’une école sans religion est une école ouverte à tous, quelles que soient les croyances ou les convictions de chacun.

C’était la belle époque, celle où tout le monde communiait à la même table, celle où les féministes défendaient la laïcité, celle où la gauche défendait la laïcité, celle où les catholiques de gauche défendaient aussi la laïcité et celle où les militants et militantes laïques n’étaient pas traités de racistes ou d’islamophobes. Mais c’était surtout l’époque où il n’y avait qu’une seule laïcité, qui étonnamment n’était ni rigide, ni stricte, ni fermée. Une laïcité si parfaite que personne au Québec ne parlait de laïcité ouverte.

Mouvement féministe et gauche divisés sur la laïcité - Pourquoi ?

Que s’est-il passé pour que le mouvement féministe et la gauche soient maintenant divisés sur cette question et que le seul parti politique qui veuille avancer dans ce dossier se fasse traiter de raciste et de xénophobe alors que les laïques qui s’opposent au voile et au crucifix passent pour des talibans qui veulent dynamiter les églises, changer les noms des rues et des villages et faire la chasse aux musulmans ? Que s’est-il passé pour que Québec solidaire (QS), la FFQ, les catholiques de gauche et la Ligue des droits de l’homme abandonnent le combat laïque et défendent aujourd’hui les femmes et les fillettes voilées, alors qu’il y a 8 ans, ils abhorraient le crucifix et les cornettes de nos bonnes soeurs ?

Que s’est-il passé, pour qu’en moins de 10 ans, en 2007, lors de la Commission Bouchard-Taylor, on se retrouve tout à coup avec deux modèles de laïcité et que cette laïcité si admirable des années 90 ne soit plus la bonne ?

C’était aussi l’époque où il n’y avait qu’un seul féminisme et un seul ennemi, le patriarcat. Un féminisme qui inspirait la gauche et qui faisait dire à Françoise David, alors présidente de la FFQ, que toutes les religions oppriment toutes les femmes. Un féminisme si parfait que même les femmes chrétiennes ont trouvé dans De Beauvoir de quoi critiquer la Bible et leur Église.

Que s’est-il passé pour que l’on se retrouve maintenant avec deux féminismes ; l’un occidental et l’autre musulman. Parce qu’il ne faut pas s’y méprendre. Il n’y a pas d’autres féminismes. Un pour les lesbiennes, un pour les prostituées, un autre pour les handicapées et il n’y a pas non plus de féminisme bouddhiste ou hindou. Un féminisme pour les blondes, un autre pour les brunes et un troisième pour les rousses. Non, à la FFQ, nous avons maintenant deux féminismes : l’occidental repentant et le musulman triomphant.

Un féminisme qui mélange l’islam avec les prostituées et les lesbiennes et qui dit que les femmes blanches occidentales oppriment celles qui sont noires en fauteuil roulant. Et que les femmes blanches de la majorité eurodescendante dont la salle est remplie ici aujourd’hui ont le réflexe colonialiste facile de s’être déjà pratiquées sur les femmes autochones, comme l’affirmait Samira Laouni, en entrevue à Radio-Canada, en décembre sur le niqab dans les cours de justice, qui disait que les femmes musulmanes d’Afrique du nord qui vivaient à Montréal avaient la même oppression que les femmes Inuits du Grand Nord. Wow ! ça décoiffe l’intersectionnalité, non ? Et j’ai bien hâte d’entendre madame Laouni défendre les lesbiennes et de la voir avec son voile au défilé de la Fierté gaie.

Les années 90, c’était aussi l’époque où il n’y avait qu’une seule religion. Pas de chrétiens modérés qui font de la religion, ni de christianistes radicaux qui font de la politique. Et pas de christianophobie non plus. Non, rien que des chrétiens. Point.

Mais que s’est-il passé ? Je pourrais vous dire qu’au Québec, avec l’immigration des dernières décennies, la présence de l’islam et de ses femmes voilées, la présence de militant-es islamistes qui multiplient les organisations, étendent leur réseau et leur influence dans notre société, que tout ceci a pour effet de remettre en question la culture laïque de nos institutions publiques.

Je pourrais aussi vous dire que la gauche étant anti-américaine de naissance, anti-israélienne et pro-palestinienne défend inconditionnellement les musulman-es au lieu de défendre la laïcité.

Je pourrais vous dire que la FFQ est infiltrée depuis quelques années par des militantes islamistes, voilées ou pas, qui se retrouvent dans des instances décisionnelles et dont certaines défendent la charia. Pas des femmes sikhs ou bouddhistes sur ces comités mais des islamistes.

Je pourrais également ajouter que les catholiques de gauche, qui militent dans l’anonymat à QS, à la FFQ et à la Ligue des droits de l’homme, voient dans l’islam, pour qui la laïcité est une hérésie, une occasion inespérée de ramener la religion dans l’espace public. Et que tout ce beau monde communie à la sainte table de la laïcité ouverte. Cette fausse laïcité ne visant qu’à redonner aux religions une visibilité et une légitimité dans nos institutions publiques.

La laïcité a changé et le féminisme a changé aussi. Ils ont été contaminés par le multiculturalisme et l’islamisme. La laïcité est devenue ouverte et le féminisme est devenu pluriel et insignifiant. De neutre, d’égalitariste et d’universel qu’ils étaient, chacun est devenu, en l’espace d’une décennie, particulier, occidental, colonialiste et impérialiste.

Dans le rapport Bouchard-Taylor, la laïcité n’est plus neutre mais elle devient le reflet des valeurs de la majorité, d’une majorité tyrannique à l’endroit des minorités, d’une majorité dont les valeurs collectives sont discriminatoires à l’égard des autres. Une majorité dont on se fout éperdument qu’elle soit une nation. Une majorité qui, de l’Abitibi jusqu’aux Îles-de-la-Madeleine, est raciste et colonialiste. Une majorité qui, avec son histoire et sa culture, devient suspecte et que l’on doit absolument neutraliser.

Dans le féminisme multiculturel de la FFQ, le féminisme n’est plus neutre non plus mais impérialiste et colonialiste parce qu’il reflète les valeurs de la majorité, de celle des femmes blanches occidentales, racistes et colonialistes. Ces femmes qui se sont battues et qui ont changé le monde, si bien que l’on dit du XXe siècle, qu’il a été le siècle des femmes.

Nous sommes rongés par le multiculturalisme et son cancer relativiste qui tolère n’importe quoi sous prétexte que c’est différent.

Nous les femmes, nous les laïques, nous devons être fier-es de ce que nous avons accompli et continuer d’aller de l’avant. Sans douter de soi, sans renoncer à soi. Sans se laisser humilier par des gens qui défendent le voile ou le niqab. Sans se laisser humilier par des gens qui plaident l’indignité pour les femmes. Sans se laisser mépriser par des islamistes qui n’ont en tête que de nous imposer la charia. Ça suffit !

Nous devons maintenant retrouver confiance dans la laïcité et dans le féminisme qui nous a toujours uni-es. Et ne pas oublier ce que disait Pierre Falardeau : « Si tu te couches, ils vont te piler dessus, mais si tu restes debout, ils vont devoir te respecter ».

- Allocution présentée dans le cadre d’une rencontre féministe pour la Journée internationale des femmes, Ste-Thérèse-de-Blainville, 10 mars 2013.

- Voir la vidéo.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 11 mars 2013


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Louise Mailloux, professeure de philosophie et auteure de "La laïcité, ça s’impose !"

L’auteure est professeure de philosophie et membre fondatrice du Collectif citoyen pour l’égalité et la laïcité (CCIEL).



Plan-Liens Forum

  • Comment la laïcité peut changer notre monde
    (1/8) 20 mars 2013 , par Crab2 Crab

  • Comment la laïcité peut changer notre monde
    (2/8) 19 mars 2013 , par Cartier Libre

  • Comment la laïcité peut changer notre monde
    (3/8) 14 mars 2013 , par Colette Vidal

  • Comment la laïcité peut changer notre monde
    (4/8) 12 mars 2013 , par Internaute

  • Comment la laïcité peut changer notre monde
    (5/8) 12 mars 2013 , par Gilbert

  • Comment la laïcité peut changer notre monde
    (6/8) 12 mars 2013 , par Luc

  • Comment la laïcité peut changer notre monde
    (7/8) 11 mars 2013 , par Crab2 Crab

  • Comment la laïcité peut changer notre monde
    (8/8) 11 mars 2013 , par bouzerouata abdellah





  • Comment la laïcité peut changer notre monde
    20 mars 2013 , par Crab2 Crab   [retour au début des forums]

    Laïcité - Principe de neutralité

    Je constate et je décris depuis plus de 15 ans toutes les tentatives entamées par les islamistes d’installer, dans notre pays, leurs idéologies sexistes
    Le port des voiles ou burqas, marqueurs de la discrimination sexuelle sans le moindre rapport avec la croyance dans une divinité ou une religion dite monothéiste

    Crèche Baby Loup
    Extrait « Une décision tout à fait ubuesque et anti-laïque »
    Même réaction chez le Parti Radical de Gauche. Muriel Guenoux, membre du bureau national, a déploré dans un communiqué de presse, « une décision tout à fait ubuesque et anti-laïque », pénalisant une crèche engagée dans « des actions de lutte contre les communautarismes et en faveur du vivre ensemble ». L’avocat de Baby Loup, Me Richard Malka, a de son côté estimé que c’était « La porte ouverte à toutes les revendications religieuses dans les entreprises privées ». Et d’ajouter : « Je ne comprends même pas ce qu’il aurait fallu écrire dans le règlement intérieur pourtant très clair dans sa défense de la neutralité et de la laïcité dans l’intérêt des enfants. » - Fin des extraits d’articles publiés dans les journaux en lignes

    Suite :
    http://laicite.over-blog.com/article-laicite---principe-de-neutralite-116355478.html

    Comment la laïcité peut changer notre monde
    19 mars 2013 , par Cartier Libre   [retour au début des forums]

    Votre intéressant texte pose une question fondamentale : comment se fait-il que les progressistes québecois, qui hier abhorraient le crucifix et les processions catholiques, aujourd’hui défendent le voile et le prosélytisme islamiste ?

    Cette question dépasse largement le Québec (j’écris de France où un jugement de la cour de Cassation marque ce 19 mars d’une pierre noire pour la laïcité).

    En effet, dans le monde entier, les islamistes sont en passe de réussir à faire passer comme "multiculturalisme" ce qui n’est que marqueurs identitaires, comme "droit à la différence" pléthore de revendications communautaristes, comme "manifestation de convictions religieuses" ce qui s’avère être du prosélytisme mâtiné d’insupportables pressions sociales...

    Pressions sociales évidemment d’abord dirigées contre les femmes : les religions ayant quasiment toutes (en tout cas celles que je connais) émergé dans un monde machiste, elles s’attachent à perpétrer un ordre social qui fait la part belle aux mâles. Et plus les sociétés dans lesquelles elles ont été conçues étaient phallocrates, plus la norme sociale qu’elles édictent oppresse les femmes.

    Alors, qu’est-ce qui fait que certains progressistes du monde entier, tandis qu’ils s’insurgent contre la grippe chrétienne, manifestent compréhension et sympathie pour la peste islamiste ?

    C’est le complexe de culpabilité des blancs : culpabilité à cause de l’esclavage des noirs, culpabilité à cause du colonialisme... Certains progressistes sont persuadés qu’ils doivent expier ces péchés capitaux en laissant le champ libre aux idéologies misogynes, voire phallocrates, ou carrément totalitaires, pourvu qu’elles viennent d’ailleurs, qu’elles émanent de ceux qu’ils considèrent comme les damnés de la terre. Comme si l’oppression sexiste serait plus tolérable parce qu’exotique !

    Ceux qui considèrent que j’exagère, ou que je me trompe, devraient analyser rapidement quel est la traite négrière la plus sévèrement condamnée aujourd’hui. C’est la "traite atlantique", celle dont les blancs sont coupables. Qu’importe que Tidiane N’Diaye, Olivier Pétré-Grenouilleau ou d’autres historiens, sans minimiser pour cela l’horreur du "commerce triangulaire", alertent sur une autre traite, tout aussi scandaleuse, et plus meurtrière et plus longue (la "traite arabe") : dans l’imaginaire collectif, l’atrocité de cette traite (commise par les musulmans) a été occultée par la traite atlantique... avec l’appui de certains historiens africains, bien placés pour savoir ce qu’il en est mais peu désireux de s’aliéner leurs confrères arabes ou musulmans, au nom de "la solidarité des peuples colonisés".

    Tant que le communautarisme et le fondamentalisme religieux seront décryptés avec les lunettes du complexe colonial ou esclavagiste, il ne sera pas possible de défendre la laïcité contre ceux qui veulent l’abattre, même s’ils sont phallocrates ou homophobes...

    Comment la laïcité peut changer notre monde
    14 mars 2013 , par Colette Vidal   [retour au début des forums]

    Il est grand temps de mettre les points sur les i, et cet article le fait clairement et fort à propos. Il faut espérer qu’une charte de la laicité verra le jour pour mettre les balises indispensables avant que nous les femmes de toutes origines nous retrouvions avec la charia. Elle a failli passer à Toronto. Et l’Europe se débat avec les mêmes problèmes. Espérons que le Québec avec sa mémoire historique du règne de l’Eglise catholique ne se laissera pas leurrer par l’idiotie de la laicité ouverte. Le relativisme culturel est un leurre et il faudrait se réveiller avant que les religions de tout acabit ne viennent contrôler notre société. Les acquis sont toujours fragiles et il faut les protéger et les défendre.Et la seule voie est celle de la laicité tout court avec une séparation sans compromis des religions et de l’État.

    Comment la laïcité peut changer notre monde
    12 mars 2013 , par Internaute   [retour au début des forums]

    Voilà un texte formidable, qui explique très clairement ce qu’est la laïcité tout en mettant bien en relief les nombreuses dérives d’une certaine gauche et de certaines féministes. Un texte à faire circuler auprès de nos ami-e-s membres de la FFQ ou de QS par exemple.

    Je mettrais toutefois une nuance : je ne crois pas que toutes les féministes aient été emportées dans ce délire inspiré de la laïcité ouverte ou de l’ouverture à la différence, y compris celle qui dénie le droit à l’égalité des femmes. Moi-même féministe , tout comme d’autres, je m’oppose fermement au travail de sape opéré par la FFQ contre les droits collectifs des femmes au nom des droits individuels ou de je ne sais quelle nouvelle loufoquerie autour de la blanchité ou sous couvert d’anticolonialisme. Non pas que je sois contre la lutte au racisme, mais quand je lis un certain nom inclus dans le groupe autoproclamé des femmes racisées de la FFQ, je dois constater que c’est du n’importe quoi. Naitre au Québec de parents québécois et se ficher un hijab sur la tête ne fait de personne une femme racisée.

    Merci, Louise Mailloux, d’avoir exprimé si clairement ce qu’est l’exigence de la laïcité et quelle avancée elle représente pour les femmes.

    Comment la laïcité peut changer notre monde
    12 mars 2013 , par Gilbert   [retour au début des forums]

    Excellente mise au point. Un positionnement résolument progressiste. Utile parce que la majorité de la gauche a perdu sa boussole. Merci.

    Comment la laïcité peut changer notre monde
    12 mars 2013 , par Luc   [retour au début des forums]

    La laïcité telle qu’elle nous est proposée, en Occident, depuis approximativement deux décennies, est tout sauf neutre ; je la perçois au contraire très agressive à l’égard de tous les symboles de foi, un peu comme si elle se regardait comme la vérité absolue.

    Voilà une laïcité qui s’apparente à une forme d’extrêmisme, et de laquelle il convient dès lors de nous méfier !

    Comment la laïcité peut changer notre monde
    11 mars 2013 , par Crab2 Crab   [retour au début des forums]

    Sacralisation du patriarcat (11/03/2013 publié dans : Laïcité,Femen,Pussy Riot,écologie,France,islam,chr )
    Renoir : une fillette Lois racistes ? Entendu dire, par deux invitées, lors de l’émission ’’ ce soir ( ou jamais ) ’’, datée du 8/3/2013, en présence d’une des fondatrice des Femen que ...

    Sémaphore (09/03/2013 publié dans : Laïcité,Femen,Pussy Riot,écologie,France,islam,chr )
    À l’attention des lecteurs : Les Femen Contrairement à ce que vous me dites, dans la rue, les Femen ne montre pas exclusivement des femmes minces ( plusieurs centaines de photos en témoigne ), ...

    Comment la laïcité peut changer notre monde
    11 mars 2013 , par bouzerouata abdellah   [retour au début des forums]

    Totalement pour la séparation de la religion et de l’Etat. c’est la seule solution pour nous Musulmans de faire respecter notre foi, puisque elle sera à l’abri des contingences politiques.La religion étant sacrée , il faut la mettre à l’abri de la gestion politique et qu’elle reste dans le sphère privée..C’est la seule façon de la respecter ....Toute tentative de faire rentrer le sacré dans la cité politique ne vise qu’à la discréditer et , il faut dire le mot , à la salir..


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2013
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin