| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 6 octobre 2012

L’innocence de l’Occident ou la liberté d’expression menacée

par Louise Mailloux, professeure de philosophie et auteure de "La laïcité, ça s’impose !"






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Maroc - Interdiction du burkini et offensives islamistes
Burkini, voile : face aux polémiques et aux impasses, il faut relire Simone de Beauvoir
Soirée de solidarité avec Djemila Benhabib, le 12 septembre à Montréal
Le burkini est-il le dernier attentat islamiste en France ?
De l’emploi du terme "islamophobie"
Rimbaud et le burkini
Athlètes voilées aux JO : un petit pas en avant… ou un grand en arrière ?
Soutien à Djemila Benhabib - La liberté d’expression mise à l’épreuve par l’islam politique
Dénuder une Copte, c’est halal !
Lutte à la radicalisation - De la liberté religieuse à l’extrémisme, il n’y a parfois qu’un pas
La liberté d’expression au Québec, un joyau toujours menacé
Les vœux "pieux" des concepteurs du cours Éducation et Culture religieuse (ÉCR)
Sortir du manichéisme. Des roses et du chocolat
Le ministère de l’Immigration refuse d’entendre l’AQNAL à la commission parlementaire sur le projet de loi 77
L’obscurantisme ou les Lumières : le Québec doit choisir
Quel que soit le rôle de l’impérialisme, le groupe armé État islamique est responsable de ses actes
Vous n’avez pas le monopole de la dignité !
L’ennemi, c’est l’islam politique, pas les musulmans
Motion sur l’islamophobie - L’errance de nos élus
Lettre ouverte à Françoise David : "Vous faites des amalgames inacceptables"
Christine Delphy, la supercherie
"One Law for All" demande au gouvernement britannique une enquête sur les tribunaux islamiques
Les beaux malaises face à l’intégrisme
NOUS sommes en train de nous faire massacrer par VOTRE ennemi secondaire !
L’islamisme radical : l’Ailleurs est ici
Après le massacre à Charlie Hebdo, soutenons ceux qui se battent contre la droite religieuse
Plainte à l’ombudsman de Radio-Canada au sujet de l’émission "Enquête" du 27 novembre 2014
Lettre au premier ministre - M. Couillard, un Québec laïque, ça presse !
La laïcité n’est pas derrière mais devant nous et sa défense est plus que nécessaire
La "communauté musulmane" n’existe pas
Soutenons Louise Mailloux ! Protégeons la liberté d’expression
Radio-Canada RDI manipule l’information en faveur de l’islamisme : un exemple
Je croirai les dirigeants islamistes quand...
Des messagères de l’intégrisme islamique
La FIQ prend position en faveur de la Charte de la laïcité québécoise
FFQ et ÉG du féminisme - L’esprit partisan est-il à l’origine d’attaques virulentes contre des féministes ?
Pour une reconnaissance de la laïcité au Québec - Lancement et causerie chez Olivieri
Comment la laïcité peut changer notre monde
Protection de la laïcité : prière de légiférer !
Prédicateurs islamistes à Montréal - Comment pourrais-je me taire ?
Une intégration réussie, c’est l’adhésion à un socle commun enrichi de diversités culturelles
Laïcité et jugement au Saguenay - Pourquoi pas une prière pour Bernard ?
La prière à Saguenay : quelques mensonges du maire Jean Tremblay
Ni Allah, ni Maître. Entrevue avec la réalisatrice Nadia El Fani
Exposition "Et voilà ! Le voile musulman dévoilé !"
Cessons de nommer "islamophobie" et "blasphème" toute critique de l’islam
Gouvernement Harper - Le Bureau des évangéliques
Le nikab, ce cachot pour femmes
Laïcité et diversité - Les angles morts des paradigmes de lecture de la diversité
Les enjeux du refus de la mixité : le contrôle social des femmes
Le niqab au Tribunal : primauté du droit ou de la religion ?
Canada - Le niqab au Tribunal - Une répétition de l’affaire Personne ?
Plaidoyer en faveur des droits universels - L’universalisme menace-t-il la diversité culturelle ?
Pour une perspective laïque et féministe du monde
La laïcité est un outil essentiel qui permet aux femmes de continuer d’avancer
La laïcité est un facteur d’intégration et d’émancipation
La sexualité dans l’islam : une arme politique
La Coalition Laïcité Québec demande aux candidat-es de se prononcer sur la laïcité
Les participantes aux États généraux sur le féminisme demandent d’agir contre les intégrismes religieux
La oumma couve dans le ventre des femmes
Non à la souveraineté multiculturaliste de Québec solidaire
Le niqab devant les tribunaux - Les raisonnements douteux du Fonds d’action et d’éducation juridiques pour les femmes
Polygamie - La liberté de religion comporte des limites
Charia au Québec - Des propos qui méritent d’être dénoncés
Djemila Benhabib – Une pensée articulée et un ardent plaidoyer contre l’islamisme politique
Paris - L’extrême-droite catholique manifeste contre la christianophobie et les islamistes sont à ses côtés
« Vers l’obscurantisme » islamiste ? La députée Fatima Houda-Pepin s’inquiète pour la Tunisie et, surtout, pour la Libye
Procès de la famille Shafia - La jeune fille de 13 ans était derrière le volant, selon la preuve policière
Une propagandiste de l’islamisme bientôt collaboratrice de Radio-Canada
La laïcité, facteur d’intégration dans la société québécoise
La nécessaire laïcisation de l’éducation au Québec
Affirmer la laïcité, un pas de plus vers l’égalité réelle entre les femmes et les hommes
Le Mouvement laïque québécois et les symboles religieux autres que chrétiens
La laïcité sans compromis quant aux droits des femmes
La police de Toronto banalise les menaces de mort d’une intégriste islamiste contre Tarek Fatah
Lettre pour la pluralité des voix en matière d’islam et POUR la liberté de conscience !
Motion contre le kirpan - Le Québec et le multiculturalisme
Beaucoup de musulmans tentent de masquer des vérités laides : "Oui, l’islam permet au mari de battre sa femme"
Religion dans les garderies au Québec - Le commerce des petites âmes
Les enjeux de la laïcité selon la revue Spirale. Un dossier à consanguinité élevée !
Déclaration du Manifeste des libertés à propos des récents attentats contre des citoyens de confession chrétienne d’Irak et d’Égypte
Les musulmans du Québec
Prix Droits et Libertés - La Commission des droits de la personne erre plus que jamais
Guy Rocher - La laïcité tout court
La laïcité a-t-elle tué l’athéisme ?
"Une femme en colère", de Wassyla Tamzali
Une femme devenue prêtre
Le respect des convictions, fondement de la neutralité de l’État et de la laïcité
S’opposer à Hassan Al-Banna et aux Frères musulmans ne constitue pas du racisme
Vatican - Silences déplorables, condamnations impitoyables
Les adieux au cardinal Ouellet - Le « sacré » peut-il tout excuser ?
L’Afeas prend position pour une Charte de la laïcité, un système de santé public et des soins palliatifs accessibles
Jugement Dugré - Le cours Éthique et culture religieuse devant la Cour supérieure
Phyllis Lambert et Serge Joyal défendent les Frères Musulmans au détriment de la liberté
Jugement sur le cours Éthique et de culture religieuse - Au royaume de la confusion
La protection juridique de la laïcité : essentielle au maintien de la cohésion sociale
Cours Éthique et culture religieuse - L’éthique, la culture et le juge
Cours d’éthique et de culture religieuse - La Cour supérieure du Québec exempte le collège privé Loyola
L’intégrisme religieux menace-t-il nos droits ?
Colloque Égalité et Laïcité, quelles perspectives ?
Voile intégral en France : un projet de loi d’interdiction totale présenté en mai
Tariq Ramadan et un radicalisme qui ne dit pas son nom
Tariq le terrible
Église catholique - Le mur du silence
Laïcité - Un manifeste tendancieux
Pour un Québec laïque et pluraliste
Laïcité au Québec - Protéger les valeurs fondamentales propres à l’Occident démocratique
Accommodements pour motifs religieux - Où loge l’intolérance ?
Lettre à Télé-Québec au sujet du documentaire "Mes sœurs mulsulmanes"
Québec - Un féminisme de plus en plus gangrené par le relativisme
L’égalité d’abord, la liberté religieuse ensuite
Le manifeste des pluralistes : un manifeste raciste et antiféministe
La France et la burqa - Une audace à saluer
Manifeste pour le respect du principe de l’égalité entre les hommes et les femmes
Écoles privées - Le retour tranquille de la religion
Féministes en mal de laïcité
Interdiction du voile intégral au Canada - Lettre ouverte à Michael Ignatieff, chef du Parti libéral
Quand religion et égalité des femmes font les manchettes
Tolérance ou laïcité
Laïcité au Québec - Le pluralisme comme incantation
Port des signes religieux dans la fonction publique - En réponse au Manifeste pour un Québec pluraliste : Pour une laïcité active et positive
Laïcité – Le pari risqué de Québec solidaire et de la Fédération des femmes du Québec
Demander une charte de la laïcité, c’est faire appel à la conscience individuelle et collective
La laïcité et le voile... Osons dire les vraies choses
La laïcité est une exigence démocratique
Laïcité et droits des femmes : trois questions à Chahla Chafiq
Appel à soutenir le Bureau Laïque International
La présidente de Regards de femmes, Michèle Vianès, a reçu les insignes de la Légion d’Honneur. Son allocution
Projet de loi 16 - La conquête de l’égalité, un vrai rocher de Sisyphe
Projet de loi 16 - La CSN réclame toujours une charte de la laïcité
Projet de loi 16 - Pour la FTQ, ce projet de loi doit être retiré
Le SFPQ demande au gouvernement de surseoir au projet de loi 16 et d’adopter une charte de la laïcité
 Seule une charte de la laïcité permettra de poser les balises des accommodements raisonnables
Les accommodements religieux et le projet de loi 16
Interview avec Djemila Benhabib
Livre : "Ma Vie à contre-Coran", une femme témoigne sur les islamistes
Les femmes se souviennent du rôle répressif de l’Église au Québec
L’angle politique du débat sur la laïcité
Le féminisme vu par Mgr Louis-Adolphe Paquet en 1919
Laïcité et égalité : quel projet pour le Québec ?
Québec - Signes religieux dans les services publics : "La FFQ ne me représente pas"
Vingt ans de combat contre le voile : 1989-2009
Islamisme radical : soutenir une "victime" favorable à l’obscurantisme fanatique ?
La légitimité du féminisme laïque
L’après-discours d’Obama - Les femmes, boucs émissaires
France - Le Collectif pour la promotion de la laïcité veut faire annuler le décret imposé par Nicolas Sarkozy en faveur du Vatican
Nous avions jadis les mêmes ennemis : le patriarcat et les lois divines
Femmes sous lois musulmanes (WLUML) demande la révocation de la Résolution de l’ONU sur "la diffamation des religions"
"Aucune religion ne prône l’égalité entre les hommes et les femmes" - Talisma Nasreen
Une Église machiste et autoritaire
Lettre au président de l’Assemblée des évêques catholiques du Québec
Dieu existe et il est partout
"Ma vie à contre-coran", de Djemila Benhabib
Quand on préfère les cierges aux lumières...
Défendre les droits des femmes face au fondamentalisme religieux : une exigence démocratique
S’indigner au lieu de se résigner devant le fondamentalisme islamiste
Des religions pour quel dialogue ?
Quand la religion freine l’intégration des femmes
Les valeurs communes du Québec : pour les personnes immigrantes seulement ?
Le rapport Bouchard-Taylor est insensible à l’égalité des sexes
L’autodiscrimination, "jackpot" pour les intégristes
Démocratie et égalité des sexes : fine analyse et synthèse remarquable
Création du réseau À HAUTE VOIX pour interpeller les élus
Pourquoi nous ne souhaitons pas la bienvenue au pape
Fanny Truchelut doit être relaxée
Laïcité et résistances démocratiques
L’idée de Dieu est un "produit des faiblesses humaines", la Bible, "plutôt enfantine" (Albert Einstein)
Le corps des femmes, lieu commun
Y aurait-il des femmes plus aptes à la liberté que d’autres ? Réponse à Françoise David
Rapport Bouchard-Taylor - Un rendez-vous manqué pour les femmes
Laïcité et accommodements raisonnables au Québec
Rapport Bouchard-Taylor - L’art "scientifique" de noyer le poisson
Des féministes dans la fosse aux lionnes de la Commission Bouchard-Taylor
L’égalité entre les femmes et les hommes mise entre parenthèses
Un féminisme non interventionniste face à l’extrémisme religieux
La mort d’Aqsa Parvez, attribuée à son père, est le résultat d’un choc culturel
Les lois officielles et les lois du ciel
Accommodements raisonnables. Droit à la différence et non différence des droits
Accommodements et cultures - La laïcité pour éviter la fragmentation de la société
Religions, femmes et fondamentalismes
"Accommodements raisonnables" - Affirmer nos valeurs fondamentales pour mieux vivre la pluralité
Maintenir notre engagement envers toutes les Aqsa Parvez
Les extrémismes religieux et les droits des femmes
ONU - Vers un délit de "diffamation des religions"
Les accommodements religieux - Conflit de droits ou conflit de lois ?
Du voile et du viol
Laïcité : l’école et les enfants d’abord !
Le marketing du voile islamique
Éloge de la lâcheté - Lettre du Conseil du statut de la femme à "La Presse"
Yolande Geadah reçoit le Prix Condorcet 2007 du Mouvement laïque québécois
Conflit de droits : dilemme pour les juges ou simple mécanique juridique ?
Est-ce de l’islamophobie de critiquer l’intégrisme islamiste ?
Les accommodements raisonnables : quoi, comment, jusqu’où ?
La justice à l’épreuve de la diversité culturelle
Projet de loi 195 sur l’identité québécoise, présenté par Pauline Marois à l’Assemblée nationale du Québec
Lapidation de Ghofrane en France
La laïcité est l’affaire des femmes - Appel contre les résolutions de l’ONU sur la "diffamation des religions"
Synthèse des réflexions sur la question des accommodements raisonnables et les différences
Pourquoi l’ajout du droit à l’égalité entre les femmes et les hommes à la Charte québécoise énerve-t-il tant ?
L’affaire Truchelut - "Tu n’es pas maître dans ta maison quand nous y sommes."
Tolérer l’intolérable au nom de la diversité culturelle est une forme de colonialisme
Ayaan Hirsi Ali : l’errance d’une femme qui a osé parler
50 ans de droits des femmes en Europe : Où sommes-nous arrivées ?
Une comparaison réductrice de Christine Delphy
Les "différences culturelles" peuvent-elles excuser le sexisme ?
Le vote à visage découvert
C’est quoi être accommodant et raisonnable ?
La laïcité est l’affaire des femmes - Appel contre les résolutions de l’ONU sur la "diffamation des religions"
"Accommodements raisonnables" - Affirmer nos valeurs fondamentales pour mieux vivre la pluralité
Commission Bouchard-Taylor - Consultation publique sur les pratiques d’accommodement : citoyens et citoyennes pourront choisir entre plusieurs modes de participation
Accommodements pour obligations religieuses - Pour qui ? Pourquoi ?
Pratiques d’accommodements - La Commission Bouchard-Taylor consultera les citoyens et les citoyennes en septembre prochain
Les droits des femmes devant les fondamentalismes religieux
ONU - Vers un délit de "diffamation des religions"
Démocratie et obligations religieuses - L’impasse ?
Commission de consultation sur les pratiques d’accommodements reliées aux différences culturelles - Cherchez l’erreur
L’anecdote ou le fait de société
Les accommodants
Renforcer le caractère laïc de nos démocraties
Les limites de la tolérance et de l’accommodement







Voilà plus de dix ans que l’Organisation de la Coopération islamique (OCI), basée en Arabie saoudite et regroupant 57 pays musulmans, présente chaque année des résolutions devant la commission des droits de l’homme de l’ONU pour faire reconnaître le concept de « diffamation des religions », dans le but exprès de criminaliser le blasphème et de l’inscrire dans le droit international.

Ce combat juridique attaque de front la liberté d’expression, reconnue partout en Occident comme étant un droit constitutionnel, un droit fondamental qui est au coeur de toute démocratie. C’est ce droit que l’OCI s’acharne à détruire depuis tant d’années, ce droit issu du combat des Lumières et fièrement proclamé dans la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948.

Bien que l’OCI n’ait, jusqu’à ce jour, pas réussi à faire de la diffamation des religions une norme juridique internationale, elle est tout de même parvenue à imposer sa rhétorique aux pays non musulmans, définissant ainsi les contours d’une rectitude politique qui plombe démesurément le discours dominant de nos élites occidentales. C’est d’ailleurs en alléguant que la liberté d’expression ne peut servir de prétexte pour insulter les religions, et en assimilant les critiques de celles-ci à du racisme, que le terme « islamophobie » a été consacré comme étant la forme extrême du racisme contemporain, à la Conférence onusienne contre le racisme qui s’est tenue en 2001, à Durban, en Afrique du Sud.

Une minorité de musulmans, vraiment !

Les médias insistent beaucoup pour nous convaincre que ces manifestations et ces émeutes sont le fait d’une minorité de musulmans tout en prenant bien soin de taire la vaste offensive politique des dirigeants arabes et musulmans qui se prépare à l’ONU pour internationaliser une loi anti-blasphème. Pendant que l’Égypte et la Turquie songent à légiférer sur le blasphème dans leur propre pays, la Secrétaire générale de la Ligue arabe, Nabil al-Araby, a déclaré que la Ligue, ainsi que l’Organisation de la Coopération islamique, l’Union européenne et l’Union africaine sont sur le point d’élaborer une Convention internationale pénalisant le blasphème et les insultes aux figures religieuses. D’ailleurs, si les dirigeants de ces pays ont appelé leur population au calme, c’est justement pour ne pas compromettre leur offensive à l’ONU.

Cette fois-ci, les planètes sont bien alignées. Le printemps arabe, ayant mis au pouvoir des islamistes, va donner à ce jihad juridique, mené par l’OCI depuis tant d’années, les leviers politiques qui lui manquaient pour faire pression sur les pays occidentaux dans le but d’imposer une loi anti-blasphème. Voilà les véritables fruits du printemps arabe, ce printemps dont on attendait la démocratie et la laïcité, et qui se révèle plutôt comme une formidable avancée de l’islamisme par la voie légale et démocratique.

Jihad juridique

Considérant la Déclaration des droits de l’homme de 1948 impie puisqu’elle ignore la Loi divine, les États membres de l’OCI, réunis au Caire en août 1990, ont adopté une Déclaration des droits de l’homme en Islam (communément appelée Déclaration du Caire) qui ne reconnaît comme légitime que les droits et libertés qui sont conformes à la Charia. Faisons un rapide survol de cette Déclaration peu banale.

Article 1a) « Tous les êtres humains constituent une même famille dont les membres sont unis par leur soumission à Dieu et leur appartenance à la postérité d’Adam.... » art.1b) « Les hommes sont tous sujets de Dieu.... » Ce premier article fait de l’humanité entière des musulmans, proscrit la liberté de conscience et le droit à l’apostasie, en plus d’exclure l’athéisme. Avouez qu’on s’éloigne quelque peu des Lumières...

Concernant le droit à la liberté d’expression, l’article 22a) mentionne : « Tout homme a le droit d’exprimer librement son opinion pourvu qu’elle ne soit pas en contradiction avec les principes de la Charria ». Autrement dit, vous pouvez parler de la pluie et du beau temps mais vous n’avez pas la liberté de critiquer l’islam, de défendre la liberté de conscience, l’apostasie et l’athéisme. Et surtout, ne ridiculisez pas le Prophète ! Ce serait blasphémer. Au Pakistan et en Arabie saoudite, cela vous rend passible de la peine de mort.

En février dernier, un journaliste, Hamza Kashgari, 23 ans, s’enfuit d’Arabie saoudite vers La Nouvelle-Zélande, après avoir fait des commentaires sur Twitter au sujet de Mahomet. Il sera arrêté par des agents saoudiens à l’aéroport de Kuala Lumpur en Indonésie pour être ramené en Arabie saoudite, où il doit faire face à des accusations de blasphème. Il pourrait être exécuté. Alors c’est qui, pensez-vous, le prochain twitt qui va twetter sur Mahomet ?

Mais continuons, article 22c) « L’information est un principe vital pour la société. Il est prohibé de l’utiliser ou de l’exploiter pour porter atteinte au sacré et à la dignité des prophètes ou à des fins pouvant nuire aux valeurs morales et susceptibles d’exposer la société à la désunion, à la désintégration ou à l’affaiblissement de la foi ». Limiter la liberté de presse en muselant les journalistes et les intellectuels qui seraient tentés de critiquer l’islam. En plus politiquement correct, cela veut dire « responsabiliser les médias ». C’est d’ailleurs une phrase que l’on a beaucoup entendue à Radio-Canada ces dernières semaines. Et finalement, la grosse cerise rouge sur le sundae blanc, l’article 24, disant que « Tous les droits et libertés énoncés dans la présente Déclaration sont soumis aux dispositions de la Charria ». Je vous rappelle que cette Déclaration a été signée par 57 pays musulmans.

Alors, à quoi pourrait servir d’internationaliser une loi anti-blasphème, pensez-vous ?

Première étape : Contrer l’expansion du christianisme en empêchant le prosélytisme des chrétiens engagés oeuvrant dans des pays majoritairement musulmans et faire fuir les minorités chrétiennes persécutées, libérant ainsi les terres musulmanes de la présence des non-musulmans. Pour que du Maroc à l’Indonésie soit éliminé toutes influences religieuses étrangères. Ce n’est pas sans raison que le Pape, lors de sa récente visite au Liban, a exhorté les chrétiens à ne pas quitter leur pays.

Seconde étape : Attaquer la liberté d’expression pour interdire toute critique de l’islam, y compris dans les pays occidentaux. Critiquer l’islam serait alors considéré comme une incitation à la haine des musulmans. En imposant une telle rectitude aux journalistes et aux intellectuels, on inocule la peur et contrôle à distance le message de ceux qui façonnent l’opinion publique. C’est bien connu qu’en politique, l’information est le nerf de la guerre.

Dites-vous bien que si la liberté d’expression est actuellement attaquée et malmenée, ce n’est pas parce qu’un mauvais film a ridiculisé le Prophète (étonnamment, personne n’a demandé quel âge avait Aïcha, la plus jeune épouse du Prophète...), mais bien parce que le contrôle de l’information en Occident comme dans les pays musulmans est, pour les islamistes, un enjeu politique d’une importance colossale.

Pour les Occidentaux, ce film est un navet comme tant d’autres, mais pour les islamistes, c’est un cadeau tombé du ciel ! Avec cela, ils vont se rendre à l’ONU, en jouant les victimes, pendant qu’en Occident, des têtes sont mises à prix et que la liberté d’expression se déplace sous escorte policière.

Certains se veulent rassurants en prétendant qu’une loi anti-blasphème n’aurait qu’une portée symbolique puisqu’elle ne serait pas légalement contraignante. Une telle naïveté est déconcertante quand on sait que, le 26 septembre, l’agence Reuters rapportait que la Cour d’État à Sao Paulo a rendu un jugement, suite à une plainte de la National Islamic Union (un groupe de musulmans brésiliens) contre YouTube, dans lequel elle ordonne à ce dernier de retirer le film controversé de son site web, d’ici 10 jours. Le juge Miranda a même conclu son jugement en disant : « Lorsque la liberté d’expression se juxtapose avec le besoin de protéger des individus ou des groupes d’individus d’une action pouvant inciter à la discrimination religieuse, il faut alors bannir cette expression comme une chose illégale, sans que cela puisse offenser la liberté d’expression. »

Une loi anti-blasphème aurait une portée politique indéniable en ce qu’elle est une étape nécessaire pour les islamistes dans leur volonté d’imposer la charia partout dans le monde. Et ces objectifs sont en tous points conformes à ceux des Frères musulmans.

Jihad médiatique

En mars 2008, profitant d’un don de cent millions de dollars de la reine Noor de Jordanie pour un fonds à destination des médias visant à contrer les représentations stéréotypées de l’islam, la chaîne satellitaire Al-Jezira annonce qu’elle ouvre un grand Centre des droits de l’homme et des médias (DCMF) à Doha, au Qatar. Au même moment, un contrat de partenariat sera signé avec Reporters sans frontières pour éduquer à la « responsabilisation des médias ».

Le 19 juin 2008, le Conseil des droits de l’homme de l’ONU annonce que la responsabilisation des médias contre la diffamation pour prévenir les crises liées aux représentations stéréotypées de l’islam fera partie du plan d’action pour l’année à venir. Relisez l’article 22c de la Déclaration des droits de l’homme en Islam. On y est presque.

Maintenant. quel est le point de vue du Centre des médias de Doha sur les évènements récents entourant le film « L’Innocence des musulmans » ? On condamne, disent-ils, la violence causée par le film mais on demande aussi à ce que les auteurs du film soient punis. « La liberté d’expression est un droit fondamental qui doit être protégé en tout temps. Cependant, avec le droit à l’expression viennent certaines responsabilités et nous croyons qu’une expression ayant pour but d’inciter à la haine, pouvant conduire à des pertes de vie ou à des actes violents, doit être criminalisée ».

Désormais, il suffira d’assassiner un ambassadeur ou quelques dizaines de personnes ou encore de mettre à prix la tête d’un réalisateur, d’un écrivain, d’un traducteur, d’un journaliste ou d’un dessinateur pour que l’ensemble des médias protège... le Prophète. Allah est grand ! De plus en plus, d’ailleurs.

Il est même ici au Québec, alors que le 14 septembre dernier, le président du Conseil musulman de Montréal, Salam Elmenyawi, a émis un communiqué condamnant le film et les réactions violentes, dans lequel il appelle « tous les pays à travers le monde à lutter contre la diffamation de la religion et à protéger les religions contre de tels discours haineux. Ces lois, dit-il, doivent également limiter ceux qui cherchent exclusivement à offenser les sentiments religieux, semer la discorde et créer la haine contre les personnes d’autres confessions. »

Le 18 septembre, à l’émission 24/60 de Radio-Canada, Haroun Bouazzi, président de l’Association des musulmans pour la laïcité, déclare à propos des caricatures publiées dans Charlie Hebdo qu’elles sont une véritable provocation envers les musulmans, que cela participe à l’islamophobie, au racisme et au colonialisme alors que les médias ont une responsabilité. Ouf ! Heureusement qu’il est pour la laïcité, celui-là...

Le dialogue interreligieux pour censurer le droit à la liberté d’expression

Le 7 septembre 2011, Montréal a été l’hôte de la deuxième conférence mondiale des religions organisée par l’Université McGill et l’Université de Montréal. Parmi les invités les plus connus se trouvaient le Dalaï Lama, Tariq Ramadan et Gregory Baum. Cette conférence avait pour but de discuter d’une Déclaration universelle des droits de la personne par les religions du monde qui accorderait aux religions le droit de ne pas être dénigrées par les médias et le milieu académique. À l’article 12.4 de cette Déclaration, on peut y lire que « Chacun a le droit que sa religion ne soit pas dénigrée dans les médias ou dans les maisons d’enseignement ». Puis en 12.5 : « Il est du devoir de l’adepte de chaque religion de s’assurer qu’aucune religion n’est dénigrée dans les médias ou dans les maisons d’enseignement ». Relisez encore une fois, l’article 22c) de la Déclaration des droits de l’homme en Islam et vous verrez, que cette fois-ci, on y est !

Des universitaires, religieux bien sûr, qui demandent de censurer les médias et le milieu académique. On croit rêver ! Et ce n’est pas tout. À la fin de cette Déclaration, il est écrit : « Ce document vise à reformuler la Déclaration universelle des droits de l’homme, adoptée par l’Assemblée générale des Nations-Unies le 10 décembre 1948. L’initiative de ce document de travail s’est concrétisée lors de la finalisation des plans d’une Conférence mondiale qui a eu lieu à Montréal, du 7 au 9 décembre 1998, afin de commémorer le cinquantième anniversaire de la Déclaration universelle des Nations Unies. C’est un fait connu, la Déclaration des Nations Unies a été largement critiquée, [qualifiée] d’« occidentale », critique qui tire son origine de l’impression que, lorsque de tels efforts viennent de l’Occident, ils sont une prolongation de l’impérialisme, c’est-à-dire, un effort continu de la part de l’hémisphère occidental d’imposer ses propres valeurs au reste du monde en vue de déguiser l’universalisme. En conséquence, la faculté des Études religieuses de l’Université McGill s’est adressée au groupe qui parraine la conférence en lui proposant d’inclure le document de travail d’une Déclaration universelle des droits de la personne par les religions du monde dans le programme du congrès. La réaction fut positive et un document de travail a été préparé au nom de la faculté ; il a été proposé dans les deux langues lors de la conférence. »

Nier l’universalisme des droits et reformuler la Déclaration des droits de l’homme de 1948, jugée colonialiste et impérialiste. Mort à l’Amérique ! On croirait entendre l’Organisation de la Coopération islamique. Patrice Brodeur, professeur à l’Université de Montréal et responsable de la Chaire de recherche du Canada sur l’Islam, le pluralisme et la globalisation, a même qualifié cette Déclaration « d’innovatrice en ce qu’elle montre comment on peut ajouter à la Déclaration universelle de 1948 des perspectives qui peuvent enrichir notre compréhension des droits de la personne aujourd’hui. C’est, précise-t-il, une déclaration qu’il faut lire en complémentarité et non en opposition de celle de 1948 ». Innovatrice et complémentaire, vraiment ? Si l’article 12 de cette Déclaration était appliqué, cela ouvrirait la porte aux poursuites judiciaires pour blasphème tout en mettant les religions à l’abri de toutes critiques, sans compter que les médias et le milieu académique seraient alors sous haute surveillance. Cette Déclaration de protection des religions prohibe le droit à la liberté d’expression et contredit manifestement celle de 1948. De plus, elle s’inscrit parfaitement dans le prolongement de la Déclaration des droits de l’homme en Islam et des pressions incessantes de l’OCI pour criminaliser le blasphème.

Remplacer les Droits de l’homme par la Charia

Le 11 septembre 2001, suite aux attaques terroristes, les tours jumelles du World Trade Center s’effondraient, tuant des milliers de civils et frappant le coeur financier de l’Amérique. Onze ans plus tard, jour pour jour, l’ambassadeur américain en Libye, Chris Stevens est assassiné avec trois autres fonctionnaires. Le même jour, un film d’un extraordinaire kitsch, présentant Mahomet sous un jour peu flatteur, est diffusé dans sa version arabe sur Internet. Se sentant insulté, le monde musulman va s’enflammer. Des milliers de musulmans descendent dans la rue, faisant plusieurs dizaines de morts, en scandant « Mort à l’Amérique ! »

Deux semaines plus tard, les ministres des Affaires étrangères des 57 pays membres de l’Organisation de la Coopération islamique (une minorité !) demandent aux Nations Unies d’adopter des lois afin de contrer la haine religieuse parce qu’ils jugent que le film L’Innocence des musulmans et les caricatures de Charlie Hebdo « contreviennent à la liberté de culte et de croyance garantie par les textes internationaux sur les droits de l’homme ».

L’objectif ultime de ce jihad juridique ? Remplacer les Droits de l’homme par des droits qui sont conformes à la Charia. Une attaque astucieuse et sournoise, comparable à celle de 2001, mais frappant, cette fois-ci, le coeur politique de nos démocraties ; celui du droit inaliénable à la liberté d’expression.

Tout le monde en parle, ou presque...

Alors que cette liberté d’expression est gravement menacée, la nouvelle députée de Québec solidaire, Françoise David, affirme à l’émission “Tout le monde en parle”, du 22 septembre dernier, devant des millions de téléspectateurs « qu’on n’aurait pas de mérite à vivre ensemble si on était tous pareils ». Et Rachida Azdouz d’ajouter : « Ben oui, ce serait comme de se regarder dans le miroir ». Comme c’est « cute » !!!

Article reproduit avec l’autorisation de l’auteure.

- a href=”http://louisemailloux.wordpress.com/2012/09/30/linnocence-de-loccident/”target=”blank”>Le blogue de Louise Mailloux.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 2 octobre 2012


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Louise Mailloux, professeure de philosophie et auteure de "La laïcité, ça s’impose !"

L’auteure est professeure de philosophie et membre fondatrice du Collectif citoyen pour l’égalité et la laïcité (CCIEL).



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2012
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin