| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 30 novembre 2007

Est-ce de l’islamophobie de critiquer l’intégrisme islamiste ?

par Micheline Carrier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Islamophobie et Islamisme : entre déni et alarmisme
Attentat à Québec - Face au drame, la mise en accusation d’un peuple
Attentat au Centre culturel islamique de Québec - Donner un sens à cet événement tragique
Reportage sur le niqab à Radio-Canada. Absence de sens critique ou propagande ?
La religion à l’école n’est pas un remède à la radicalisation
Projet de loi 62 - Une proposition qui ne permet pas de protéger le droit des femmes à l’égalité
Maroc - Interdiction du burkini et offensives islamistes
Burkini, voile : face aux polémiques et aux impasses, il faut relire Simone de Beauvoir
Le burkini est-il le dernier attentat islamiste en France ?
Soirée de solidarité avec Djemila Benhabib, le 12 septembre à Montréal
De l’emploi du terme "islamophobie"
Rimbaud et le burkini
Athlètes voilées aux JO : un petit pas en avant… ou un grand en arrière ?
Soutien à Djemila Benhabib - La liberté d’expression mise à l’épreuve par l’islam politique
Dénuder une Copte, c’est halal !
Lutte à la radicalisation - De la liberté religieuse à l’extrémisme, il n’y a parfois qu’un pas
La liberté d’expression au Québec, un joyau toujours menacé
Les vœux "pieux" des concepteurs du cours Éducation et Culture religieuse (ÉCR)
Sortir du manichéisme. Des roses et du chocolat
Le ministère de l’Immigration refuse d’entendre l’AQNAL à la commission parlementaire sur le projet de loi 77
L’obscurantisme ou les Lumières : le Québec doit choisir
Quel que soit le rôle de l’impérialisme, le groupe armé État islamique est responsable de ses actes
Vous n’avez pas le monopole de la dignité !
L’ennemi, c’est l’islam politique, pas les musulmans
Motion sur l’islamophobie - L’errance de nos élus
Lettre ouverte à Françoise David : "Vous faites des amalgames inacceptables"
Christine Delphy, la supercherie
"One Law for All" demande au gouvernement britannique une enquête sur les tribunaux islamiques
Les beaux malaises face à l’intégrisme
NOUS sommes en train de nous faire massacrer par VOTRE ennemi secondaire !
L’islamisme radical : l’Ailleurs est ici
Après le massacre à Charlie Hebdo, soutenons ceux qui se battent contre la droite religieuse
Plainte à l’ombudsman de Radio-Canada au sujet de l’émission "Enquête" du 27 novembre 2014
Lettre au premier ministre - M. Couillard, un Québec laïque, ça presse !
La laïcité n’est pas derrière mais devant nous et sa défense est plus que nécessaire
La "communauté musulmane" n’existe pas
Soutenons Louise Mailloux ! Protégeons la liberté d’expression
Radio-Canada RDI manipule l’information en faveur de l’islamisme : un exemple
Je croirai les dirigeants islamistes quand...
Des messagères de l’intégrisme islamique
La FIQ prend position en faveur de la Charte de la laïcité québécoise
FFQ et ÉG du féminisme - L’esprit partisan est-il à l’origine d’attaques virulentes contre des féministes ?
Pour une reconnaissance de la laïcité au Québec - Lancement et causerie chez Olivieri
Comment la laïcité peut changer notre monde
Protection de la laïcité : prière de légiférer !
Prédicateurs islamistes à Montréal - Comment pourrais-je me taire ?
Une intégration réussie, c’est l’adhésion à un socle commun enrichi de diversités culturelles
Laïcité et jugement au Saguenay - Pourquoi pas une prière pour Bernard ?
La prière à Saguenay : quelques mensonges du maire Jean Tremblay
Ni Allah, ni Maître. Entrevue avec la réalisatrice Nadia El Fani
Exposition "Et voilà ! Le voile musulman dévoilé !"
Cessons de nommer "islamophobie" et "blasphème" toute critique de l’islam
Gouvernement Harper - Le Bureau des évangéliques
Le nikab, ce cachot pour femmes
Laïcité et diversité - Les angles morts des paradigmes de lecture de la diversité
Les enjeux du refus de la mixité : le contrôle social des femmes
Le niqab au Tribunal : primauté du droit ou de la religion ?
Canada - Le niqab au Tribunal - Une répétition de l’affaire Personne ?
Plaidoyer en faveur des droits universels - L’universalisme menace-t-il la diversité culturelle ?
Pour une perspective laïque et féministe du monde
La laïcité est un outil essentiel qui permet aux femmes de continuer d’avancer
L’innocence de l’Occident ou la liberté d’expression menacée
La laïcité est un facteur d’intégration et d’émancipation
La sexualité dans l’islam : une arme politique
La Coalition Laïcité Québec demande aux candidat-es de se prononcer sur la laïcité
Les participantes aux États généraux sur le féminisme demandent d’agir contre les intégrismes religieux
La oumma couve dans le ventre des femmes
Non à la souveraineté multiculturaliste de Québec solidaire
Le niqab devant les tribunaux - Les raisonnements douteux du Fonds d’action et d’éducation juridiques pour les femmes
Polygamie - La liberté de religion comporte des limites
Charia au Québec - Des propos qui méritent d’être dénoncés
Djemila Benhabib – Une pensée articulée et un ardent plaidoyer contre l’islamisme politique
Paris - L’extrême-droite catholique manifeste contre la christianophobie et les islamistes sont à ses côtés
« Vers l’obscurantisme » islamiste ? La députée Fatima Houda-Pepin s’inquiète pour la Tunisie et, surtout, pour la Libye
Procès de la famille Shafia - La jeune fille de 13 ans était derrière le volant, selon la preuve policière
Une propagandiste de l’islamisme bientôt collaboratrice de Radio-Canada
La laïcité, facteur d’intégration dans la société québécoise
La nécessaire laïcisation de l’éducation au Québec
Affirmer la laïcité, un pas de plus vers l’égalité réelle entre les femmes et les hommes
Le Mouvement laïque québécois et les symboles religieux autres que chrétiens
La laïcité sans compromis quant aux droits des femmes
La police de Toronto banalise les menaces de mort d’une intégriste islamiste contre Tarek Fatah
Lettre pour la pluralité des voix en matière d’islam et POUR la liberté de conscience !
Motion contre le kirpan - Le Québec et le multiculturalisme
Beaucoup de musulmans tentent de masquer des vérités laides : "Oui, l’islam permet au mari de battre sa femme"
Religion dans les garderies au Québec - Le commerce des petites âmes
Les enjeux de la laïcité selon la revue Spirale. Un dossier à consanguinité élevée !
Déclaration du Manifeste des libertés à propos des récents attentats contre des citoyens de confession chrétienne d’Irak et d’Égypte
Les musulmans du Québec
Prix Droits et Libertés - La Commission des droits de la personne erre plus que jamais
Guy Rocher - La laïcité tout court
La laïcité a-t-elle tué l’athéisme ?
"Une femme en colère", de Wassyla Tamzali
Une femme devenue prêtre
Le respect des convictions, fondement de la neutralité de l’État et de la laïcité
S’opposer à Hassan Al-Banna et aux Frères musulmans ne constitue pas du racisme
Vatican - Silences déplorables, condamnations impitoyables
Les adieux au cardinal Ouellet - Le « sacré » peut-il tout excuser ?
L’Afeas prend position pour une Charte de la laïcité, un système de santé public et des soins palliatifs accessibles
Jugement Dugré - Le cours Éthique et culture religieuse devant la Cour supérieure
Phyllis Lambert et Serge Joyal défendent les Frères Musulmans au détriment de la liberté
Jugement sur le cours Éthique et de culture religieuse - Au royaume de la confusion
La protection juridique de la laïcité : essentielle au maintien de la cohésion sociale
Cours Éthique et culture religieuse - L’éthique, la culture et le juge
Cours d’éthique et de culture religieuse - La Cour supérieure du Québec exempte le collège privé Loyola
L’intégrisme religieux menace-t-il nos droits ?
Colloque Égalité et Laïcité, quelles perspectives ?
Voile intégral en France : un projet de loi d’interdiction totale présenté en mai
Tariq Ramadan et un radicalisme qui ne dit pas son nom
Tariq le terrible
Église catholique - Le mur du silence
Laïcité - Un manifeste tendancieux
Pour un Québec laïque et pluraliste
Laïcité au Québec - Protéger les valeurs fondamentales propres à l’Occident démocratique
Accommodements pour motifs religieux - Où loge l’intolérance ?
Lettre à Télé-Québec au sujet du documentaire "Mes sœurs mulsulmanes"
Québec - Un féminisme de plus en plus gangrené par le relativisme
L’égalité d’abord, la liberté religieuse ensuite
Le manifeste des pluralistes : un manifeste raciste et antiféministe
La France et la burqa - Une audace à saluer
Manifeste pour le respect du principe de l’égalité entre les hommes et les femmes
Écoles privées - Le retour tranquille de la religion
Féministes en mal de laïcité
Interdiction du voile intégral au Canada - Lettre ouverte à Michael Ignatieff, chef du Parti libéral
Quand religion et égalité des femmes font les manchettes
Tolérance ou laïcité
Laïcité au Québec - Le pluralisme comme incantation
Port des signes religieux dans la fonction publique - En réponse au Manifeste pour un Québec pluraliste : Pour une laïcité active et positive
Laïcité – Le pari risqué de Québec solidaire et de la Fédération des femmes du Québec
Demander une charte de la laïcité, c’est faire appel à la conscience individuelle et collective
La laïcité et le voile... Osons dire les vraies choses
La laïcité est une exigence démocratique
Laïcité et droits des femmes : trois questions à Chahla Chafiq
Appel à soutenir le Bureau Laïque International
La présidente de Regards de femmes, Michèle Vianès, a reçu les insignes de la Légion d’Honneur. Son allocution
Projet de loi 16 - La conquête de l’égalité, un vrai rocher de Sisyphe
Projet de loi 16 - La CSN réclame toujours une charte de la laïcité
Projet de loi 16 - Pour la FTQ, ce projet de loi doit être retiré
Le SFPQ demande au gouvernement de surseoir au projet de loi 16 et d’adopter une charte de la laïcité
 Seule une charte de la laïcité permettra de poser les balises des accommodements raisonnables
Les accommodements religieux et le projet de loi 16
Interview avec Djemila Benhabib
Livre : "Ma Vie à contre-Coran", une femme témoigne sur les islamistes
Les femmes se souviennent du rôle répressif de l’Église au Québec
L’angle politique du débat sur la laïcité
Le féminisme vu par Mgr Louis-Adolphe Paquet en 1919
Laïcité et égalité : quel projet pour le Québec ?
Québec - Signes religieux dans les services publics : "La FFQ ne me représente pas"
Vingt ans de combat contre le voile : 1989-2009
Islamisme radical : soutenir une "victime" favorable à l’obscurantisme fanatique ?
La légitimité du féminisme laïque
L’après-discours d’Obama - Les femmes, boucs émissaires
France - Le Collectif pour la promotion de la laïcité veut faire annuler le décret imposé par Nicolas Sarkozy en faveur du Vatican
Nous avions jadis les mêmes ennemis : le patriarcat et les lois divines
Femmes sous lois musulmanes (WLUML) demande la révocation de la Résolution de l’ONU sur "la diffamation des religions"
"Aucune religion ne prône l’égalité entre les hommes et les femmes" - Talisma Nasreen
Une Église machiste et autoritaire
Lettre au président de l’Assemblée des évêques catholiques du Québec
Dieu existe et il est partout
"Ma vie à contre-coran", de Djemila Benhabib
Quand on préfère les cierges aux lumières...
Défendre les droits des femmes face au fondamentalisme religieux : une exigence démocratique
S’indigner au lieu de se résigner devant le fondamentalisme islamiste
Des religions pour quel dialogue ?
Quand la religion freine l’intégration des femmes
Les valeurs communes du Québec : pour les personnes immigrantes seulement ?
Le rapport Bouchard-Taylor est insensible à l’égalité des sexes
L’autodiscrimination, "jackpot" pour les intégristes
Démocratie et égalité des sexes : fine analyse et synthèse remarquable
Création du réseau À HAUTE VOIX pour interpeller les élus
Pourquoi nous ne souhaitons pas la bienvenue au pape
Fanny Truchelut doit être relaxée
Laïcité et résistances démocratiques
L’idée de Dieu est un "produit des faiblesses humaines", la Bible, "plutôt enfantine" (Albert Einstein)
Le corps des femmes, lieu commun
Y aurait-il des femmes plus aptes à la liberté que d’autres ? Réponse à Françoise David
Rapport Bouchard-Taylor - Un rendez-vous manqué pour les femmes
Laïcité et accommodements raisonnables au Québec
Rapport Bouchard-Taylor - L’art "scientifique" de noyer le poisson
Des féministes dans la fosse aux lionnes de la Commission Bouchard-Taylor
L’égalité entre les femmes et les hommes mise entre parenthèses
Un féminisme non interventionniste face à l’extrémisme religieux
La mort d’Aqsa Parvez, attribuée à son père, est le résultat d’un choc culturel
Les lois officielles et les lois du ciel
Accommodements raisonnables. Droit à la différence et non différence des droits
Accommodements et cultures - La laïcité pour éviter la fragmentation de la société
Religions, femmes et fondamentalismes
"Accommodements raisonnables" - Affirmer nos valeurs fondamentales pour mieux vivre la pluralité
Maintenir notre engagement envers toutes les Aqsa Parvez
Les extrémismes religieux et les droits des femmes
ONU - Vers un délit de "diffamation des religions"
Les accommodements religieux - Conflit de droits ou conflit de lois ?
Du voile et du viol
Laïcité : l’école et les enfants d’abord !
Le marketing du voile islamique
Éloge de la lâcheté - Lettre du Conseil du statut de la femme à "La Presse"
Yolande Geadah reçoit le Prix Condorcet 2007 du Mouvement laïque québécois
Conflit de droits : dilemme pour les juges ou simple mécanique juridique ?
Les accommodements raisonnables : quoi, comment, jusqu’où ?
La justice à l’épreuve de la diversité culturelle
Projet de loi 195 sur l’identité québécoise, présenté par Pauline Marois à l’Assemblée nationale du Québec
Lapidation de Ghofrane en France
La laïcité est l’affaire des femmes - Appel contre les résolutions de l’ONU sur la "diffamation des religions"
Synthèse des réflexions sur la question des accommodements raisonnables et les différences
Pourquoi l’ajout du droit à l’égalité entre les femmes et les hommes à la Charte québécoise énerve-t-il tant ?
L’affaire Truchelut - "Tu n’es pas maître dans ta maison quand nous y sommes."
Tolérer l’intolérable au nom de la diversité culturelle est une forme de colonialisme
Ayaan Hirsi Ali : l’errance d’une femme qui a osé parler
50 ans de droits des femmes en Europe : Où sommes-nous arrivées ?
Une comparaison réductrice de Christine Delphy
Les "différences culturelles" peuvent-elles excuser le sexisme ?
Le vote à visage découvert
C’est quoi être accommodant et raisonnable ?
La laïcité est l’affaire des femmes - Appel contre les résolutions de l’ONU sur la "diffamation des religions"
"Accommodements raisonnables" - Affirmer nos valeurs fondamentales pour mieux vivre la pluralité
Commission Bouchard-Taylor - Consultation publique sur les pratiques d’accommodement : citoyens et citoyennes pourront choisir entre plusieurs modes de participation
Accommodements pour obligations religieuses - Pour qui ? Pourquoi ?
Pratiques d’accommodements - La Commission Bouchard-Taylor consultera les citoyens et les citoyennes en septembre prochain
Les droits des femmes devant les fondamentalismes religieux
ONU - Vers un délit de "diffamation des religions"
Démocratie et obligations religieuses - L’impasse ?
Commission de consultation sur les pratiques d’accommodements reliées aux différences culturelles - Cherchez l’erreur
L’anecdote ou le fait de société
Les accommodants
Renforcer le caractère laïc de nos démocraties
Les limites de la tolérance et de l’accommodement







Encouragé par une opinion qui soutient que les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis se résument à un « coup monté » visant à susciter l’islamophobie et à justifier l’attaque ultérieure de pays riches en pétrole, l’intégrisme islamique s’affirme de plus en plus ouvertement dans plusieurs pays du monde. Le terrorisme islamique, auquel on peut par ailleurs trouver des explications sans nécessairement le justifier, serait aux yeux de certains une chimère inventée pour « diaboliser » tous les musulmans sans distinction à des fins politico-économiques.

Grâce à la sympathie d’une partie de la gauche intellectuelle qui, elle, a tendance à « diaboliser » les États-Unis, des individus se justifient, prétendument au nom de croyances religieuses, d’imposer leurs volontés aux institutions civiles, et ils manipulent les droits à des fins ségrégationnistes et politiques. Ces manipulateurs se disent victimes de racisme quand leurs comportements et leurs prétentions religieuses sont remis en question. Selon leur habitude, les groupes ou individus de tendance intégriste s’attaquent d’abord aux droits des femmes. Cela ne se voit pas seulement dans des pays totalitaires où la religion sert de programme politique, mais aussi au Canada, aux États-Unis et en France, où l’État est censé être indépendant des pouvoirs religieux.

L’ONU prise d’assaut

Des États intégristes, soutenus par le lobby du Vatican et parfois des porte-parole juifs, ont pris d’assaut les plus hautes institutions civiles internationales. Pendant plusieurs décennies, cette alliance a fait échec à des résolutions favorables au droit à l’avortement, à la contraception, à l’éducation sexuelle, à la santé reproductive en général. Ces alliés de circonstance ont aussi toujours rejeté les personnes homosexuelles, et certains pays vont jusqu’à les emprisonner et à les assassiner au nom de la foi. La religion semble un alibi efficace quand on observe la facilité avec laquelle on s’incline à sa seule évocation. Même la télévision de Radio-Canada a ajouté des capsules d’information sur les religions dans des émissions on ne peut plus profanes. Les actes et attitudes intégristes qui se réclament des religions dénotent une seule et même volonté de contrôler la vie des individus, avant tout celle des femmes. C’est surtout la sexualité qui dérange et qu’on cherche à réprimer.

La même « union sacrée » a sonné la charge à nouveau, en février 2006, persuadant l’ONU d’adopter des résolutions contre la « diffamation » des religions. L’affaire des caricatures de Mahomet, qui avait embrasé l’opinion mondiale, avait préparé le terrain. Ce sont des pays totalitaires qui ont d’abord réclamé que l’ONU condamne la diffamation de l’islam. Ils ont obtenu le soutien du Vatican, influent dans les coulisses de l’ONU, ainsi que celui d’autres représentants religieux intéressés eux aussi à ce qu’on restreigne toute critique des religions. En septembre 2006, dans sa résolution 60/288 sur la stratégie de lutte contre le terrorisme, l’Assemblée générale de l’ONU « recommandait aux États de lutter contre ‘la diffamation des religions’. Sans préciser comment, ni en quoi ce genre d’initiative permettrait de réduire le terrorisme. »(1) Les représentants de pays totalitaires et leurs alliés ont obtenu que l’Assemblée générale et le Conseil des droits humains « incorporent dans leurs résolutions des injonctions pressant les États d’adopter des "mesures énergiques" afin d’"interdire la diffusion d’idées et de documents (...) diffamant les religions". Sera considérée comme diffamation "toute action contre les religions, les prophètes et les croyances". Les États sont appelés à modifier en ce sens "les constitutions, les lois et les systèmes d’éducation"... » (2)

Autrement dit, l’ONU a cautionné la répression de toute critique des religions. On sait que, dans certains pays, la moindre critique des lois est vue comme « une action contre les religions » et passible de sanctions démesurées. Le moindre geste, ailleurs considéré acte civil ou « laïque », par exemple, le fait pour une femme de se montrer seule et à visage découvert en public, devient une insulte digne de l’emprisonnement et du fouet dans des pays où la religion est politique d’état. L’ONU a donc cautionné aussi les atteintes aux droits humains. C’est dire le pouvoir des intégristes !

L’intégrisme religieux au Québec

La montée de l’intégrisme religieux dans le monde n’est pas sans effet sur les sociétés canadienne et québécoise. On a vu, au cours des dernières années, un groupe islamiste tenter d’imposer l’arbitrage religieux dans les lois sur la famille en Ontario. On a vu aussi des institutions civiles répondre complaisamment à des demandes dérogeant au respect des droits, notamment au droit à l’égalité des femmes, en invoquant les croyances personnelles des demandeurs. Même si ces cas ne sont pas légion, dans le contexte national et international que l’on connaît ils ont soulevé de l’inquiétude au sein de la population québécoise qui craint qu’on accommode les droits aux goûts des croyances de tout un chacun. Une inquiétude qu’ont récupérée et alimentée des hommes politiques sans scrupules, mais qu’ils n’ont pas inventée. Les esprits s’échauffant et une campagne électorale s’amorçant, le Premier ministre du Québec, M. Jean Charest, a créé, en mars 2007, la Commission de consultation sur les pratiques d’accommodement reliées aux différences culturelles (dite Commission Bouchard-Taylor, des noms de ses présidents) (3). Il y est abondamment question, entre autres, de ces mal nommés et mal aimés « accommodements raisonnables ».(4)

Jusqu’ici, il se dégage des audiences de la Commission et des mémoires qu’elle a reçus une ferme volonté de préserver la primauté de la langue française, la laïcité des institutions et l’égalité hommes-femmes de l’influence des religions. Faut-il s’en étonner quand on sait que l’histoire du Québec a été marquée par une forte emprise des autorités catholiques sur les pouvoirs civils et l’ensemble de la société ? Le principe de l’égalité hommes-femmes fait l’objet des plus fermes interventions. Là encore, rien d’étonnant si on se rappelle que les intégristes religieux s’attaquent en premier lieu à la liberté des femmes. Aucune religion ne reconnaît dans les faits l’égalité hommes-femmes, certaines la combattent activement et persécutent même les femmes qui luttent pour leurs droits.

Devant le sort réservé à des femmes de pays où la religion sert d’alibi à toutes les violations et à toutes les violences (5), la crainte que de pareils intégristes puissent être tolérés au Québec paraît légitime. Faut-il rappeler qu’en dépit des lois québécoises et canadiennes, il existe chez nous des adolescentes forcées à se marier, des filles excisées, des hommes polygames, des femmes incitées à afficher des symboles de soumission, et il y a eu au moins un « crime d’honneur » dans l’Ouest du Canada. La France nous donne aussi l’exemple de meurtres par lapidation et autres crimes commis au nom de l’islam contre des femmes, par des hommes de leur famille ou des amis. (6)

Des gens estiment pourtant que cette inquiétude n’est pas fondée. La défense du principe d’égalité hommes-femmes, qui s’exprime avec une force sans précédent, cacherait selon eux des mobiles peu avouables. On « instrumentaliserait » les droits des femmes - en particulier des femmes musulmanes - à des fins racistes, on attiserait l’islamophobie si l’on fait état des tendances intégristes chez certains musulmans. On a peine à le croire, cette rhétorique s’entend de la bouche de personnes qui luttent depuis des années contre le sexisme et pour l’égalité, et qui dénoncent ouvertement les tendances intégristes du Vatican quand ce dernier lance des déclarations ex-cathedra sur la contraception, l’avortement et les relations sexuelles. La peur d’encourager le racisme fait-elle oublier que le combat contre le sexisme ne saurait se faire au seul bénéfice des Québécoises « de souche » ? Le sexisme est une forme de racisme basé sur le sexe et il traverse tous les groupes ethno-culturels sans exception. Vraisemblablement, l’« instrumentalisation » de la religion et du combat contre le racisme à des fins politiques et misogynes préoccupent moins ces personnes que les droits des intégristes qui se servent de la liberté de religion comme alibi. Ces derniers ont tout lieu de se réjouir qu’on fasse l’impasse sur leur misogynie.

Il en est qui ne voient dans la consultation de la Commission Bouchard-Taylor qu’un moyen de propager des préjugés envers les immigrant-es. Certain-es ont même suggéré d’empêcher les interventions qui pourraient provoquer un sentiment de rejet chez des Québécois-es de diverses origines ethniques. D’autres ont souhaité que ne soient consultés que ceux et celles qui émettent des opinions « convenables » et dans un vocabulaire châtié. Scandale ! Les interventions devant la Commission Bouchard-Taylor ne se font pas toutes dans la pure rhétorique universitaire ni dans le style du réputé quotidien Le Devoir ! On a parfois fait passer des gens des régions pour des arriérés parce qu’ils n’exprimaient pas leurs inquiétudes dans la langue de bois convenue en certains milieux.

Qu’il existe des personnes racistes et xénophobes au Québec et que certaines interventions à la Commission Bouchard-Taylor en soient le reflet, c’est un fait. Mais on ne peut attribuer les préjugés d’un petit nombre à tous les Québécois et Québécoises qui craignent la montée de l’intégrisme. À côté de quelques interventions à caractère xénophobe, plusieurs autres, dont certaines proviennent de Québécois-es immigrant-es, témoignent de la capacité d’accueil du Québec. Mais les montages qu’en font des médias tendent à ne montrer que les ombres au tableau.

La peur de l’obscurantisme

Devant les soupçons et les accusations de racisme qui fusent ici et là, des personnes de bonne foi craignent de s’exprimer. Dans un message adressé sur le site Sisyphe à Yolande Geadah, l’auteure de Accommodements raisonnables, droit à la différence et non différence des droits (7), une femme exprime un sentiment assez répandu, même chez les féministes :

    « J’espère que vous allez soumettre un mémoire devant la Commission Bouchard-Taylor, écrit-elle à Y. Geadah. Étant vous-même immigrante, on accordera davantage de crédibilité à votre témoignage. Les femmes « de souche » qui critiquent le foulard, le niqab, la burka ou la ségrégation des sexes dans les services collectifs sont facilement accusées de xénophobie ou d’avoir peur de la modernité (alors qu’en réalité, c’est plutôt la peur de l’obscurantisme !)... Une journaliste suédoise vient de publier un livre où elle manifeste une grande inquiétude face au phénomène du voile qui se répand partout en Europe. Elle a été accusée de « burkaphobie » ... une sorte de nouveau crime haineux !

    « Récemment, j’étais en ville avec ma fille et nous avons croisé une femme portant un tchador noir (on voyait à peine les yeux). Ma fille s’est mise à crier de peur, comme si on visionnait un film d’horreur.

    « Vous lirez le rapport de la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants publié au printemps dernier sous le titre Report on Needs of Muslim Students (en anglais seulement) (8). On y recommande notamment la ségrégation des femmes dans les installations sportives, et des grillages sur les fenêtres durant les heures réservées aux femmes. La Fédération présente ces recommandations comme étant des "accommodements" auxquels les Universités ont l’obligation légale de souscrire. Je suis horrifiée par cette tendance à prôner la "ségrégation" et le sexisme... au nom de la modernité et de l’ouverture aux autres cultures ! En fait, je trouve que c’est du racisme institutionnalisé. » (9)

Comme cette femme l’a compris, c’est la peur de l’obscurantisme, dont des générations de Québécois et de Québécoises ont souffert, et non la peur des musulman-es ou des « autres, que traduisent la majorité des interventions faites à la Commission Bouchard-Taylor et, avant elle, sur les « faux accommodements » consentis sous des prétextes religieux.

On ne se prive pas de critiquer la religion catholique, dont la tutelle a retardé l’émancipation personnelle et collective, civile et juridique des femmes québécoises. On critique aussi les exigences de certains juifs qui iraient à l’encontre du respect des droits, dont celui de l’égalité hommes-femmes. (10) Mais tout ce qui concerne l’islam devrait être exempt de critique parce que des gouvernements exploitent à leurs fins des attentats perpétrés en 2001.

Il faut s’interroger sur la signification des réactions épidermiques de certains intellectuels devant toute critique de l’islam, alors qu’ils semblent aveugles devant l’emploi de la liberté de religion comme alibi pour justifier la violation des droits humains et qu’ils ne disent mot sur la manipulation du Coran à des fins misogynes et politiques. Quel objectif vise-t-on en invoquant à outrance le « post-11 septembre » et en brandissant abusivement la montée de l’islamophobie pour faire taire les personnes qui critiquent les aspects répressifs et nettement discriminatoires de l’islam ? Servent-ils les intérêts de la communauté musulmane qui résiste à ce noyau intégriste ? La première arme des pouvoirs intégristes et totalitaires a toujours été d’imposer le silence aux individus et aux groupes qu’ils veulent dominer. Qu’ils le veuillent ou non, ces intellectuels se font complices des intégristes qui sont à l’œuvre non seulement dans des pays reconnus comme foyers d’intégrisme, mais aussi dans des pays occidentaux où des femmes cherchent à se libérer du joug de cultures et de religions opprimantes.

Et si c’était la naïveté qui était « instrumentalisée » ?

- Prochain article : « Un féminisme gangrené par le relativisme ».

Notes


1. « ONU - Vers un délit de ‘diffamation des religions’ », par Jeanne Favret-Saada
2. « La laïcité est l’affaire des femmes - Appel contre les résolutions de l’ONU sur la ’diffamation des religions’ », par SIAWI
3. Site de la Commission.
4. En effet, cette appellation à caractère juridique réfère à des arrangements particuliers accordés à des individus, généralement pour des motifs de limitations physiques ou mentales qui n’ont rien à voir avec les croyances ou les choix individuels (par exemple, aménagement des lieux pour personnes handicapées, retrait préventif d’un travail pour les femmes enceintes, etc.).
5. « Le gouvernement de l’Iran emprisonne et maltraite des féministes qui dénoncent ses lois misogynes », par Chahla Chafik, et « Iran - Peine de prison et 10 coups de fouet pour une militante après une manifestation, par Maryam Youssefi.
6. « Lapidation de Ghofrane en France », par Élaine Audet
7. « Accommoder ou résister », Louis Cornellier, Le Devoir, 19 et 20 mai 2007.
8. « Report on Needs of Muslim Students » (en anglais seulement).
9. « Le vote à visage découvert », par Yolande Geadah. Voir le commentaire sous cet article.
10. Dans un jugement rendu le 26 octobre 2007, la Commission des droits de la personne du Québec a blâmé l’Hôpital juif de Montréal pour discrimination à l’endroit de deux employées. Le Devoir, édition du mardi 06 novembre 2007. On peut télécharger le jugement du tribunal sur le site de la Commission

Mis en ligne sur Sisyphe, le 21 novembre 2007

Lire aussi : Féminisme et Vatican : l’inconciliable, par Micheline Carrier


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Micheline Carrier
Sisyphe

Micheline Carrier est éditrice du site Sisyphe.org et des éditions Sisyphe avec Élaine Audet.



Plan-Liens Forum

  • Une société gangrenée par le relativisme culturel
    (1/3) 1er décembre 2007 , par

  • Tasse-toi mon oncle
    (2/3) 21 novembre 2007 , par

  • > Est-ce de l’islamophobie de critiquer l’intégrisme islamiste ?
    (3/3) 21 novembre 2007 , par





  • Une société gangrenée par le relativisme culturel
    1er décembre 2007 , par   [retour au début des forums]

    Ainsi les commissaires Bouchard et Taylor voient émerger « un nouveau féminisme » dans le discours des femmes féministes qui réclament le droit de porter un voile. C’est du moins ce que Gérard Bouchard aurait dit selon La Presse. (Vendredi, 30 novembre 2007)

    De l’ignorance, les commissaires ont-ils décidé de passer à l’insulte envers toutes les femmes du Québec qui ont gagné (?) de peine et de misère le droit à l’égalité ? Non seulement nos deux commissaires n’ont jamais compris pourquoi des femmes trouvaient qu’il aurait été normal qu’une femme siège à cette Commission. Mais maintenant, ils ont le culot de dire qu’ils voient du féminisme dans un discours de mépris des luttes menées par les femmes du Québec…

    Et tout cela au nom du rejet de l’islamophobie et au nom de l’ouverture… Vraiment, les gains des femmes d’ici ont l’air de plus en plus fictifs et superficiels.

    Par exemple, peut-on vraiment se féliciter qu’au nom de cette ouverture, qu’au nom de la tolérance, on en vienne à accepter que des personnes arborent des symboles racistes en dépit de règles les interdisant ? Peut-on accepter, toujours au nom de notre ouverture et notre tolérance, que des employés de la fonction publique affichent des symboles racistes ?

    C’est pourtant ce que les « progressistes » prônent lorsqu’ils acceptent des symboles discriminatoires non pas à l’égard des groupes ethniques, mais à l’égard des femmes. Car la discrimination sur la base du sexe, c’est un autre visage du racisme, un racisme à l’égard des femmes.

    Comment expliquer que, au nom de l’ouverture, le racisme à l’égard des femmes soit acceptable ? « Pourquoi cette horreur du voile » s’est exclamé le commissaire Bouchard, à qui j’ai vraiment envie de suggérer de porter le hidjab au plus vite puisque il trouve cela si formidable…

    Une discrimination qui n’est pas propre à l’Islam

    L’obligation faite aux femmes de se couvrir – la tête, les cheveux, le corps – n’est pas exclusive à l’Islam. En fait, pratiquement toutes les cultures, toutes les religions ont à un moment de leur histoire, décrété que les femmes devaient se couvrir pour des raisons parfois dites divines, mais qui en général tournent autour du fait que les femmes doivent se soustraire au regard des hommes pour éviter de les « exciter », ou parce qu’elles ne sont que d’humbles servantes, ou des citoyennes de seconde classe, etc. Les divers voiles, foulards, mantilles, sont tous des marqueurs discriminatoires qui séparent de fait les femmes et les hommes. Seules les femmes ont cette obligation de se couvrir, tout comme seuls les Juifs avaient l’obligation de se marquer avec l’étoile jaune…Ce sont des symboles sexistes, ce sont des symboles racistes, peu importe la société qui impose ce discours.

    Les femmes du Québec ont combattu cette discrimination qui leur était faite pour des raisons culturelles et religieuses. L’amnésie ou l’ignorance de l’histoire des femmes ne peuvent pas excuser cette incompréhension face au rejet (cette horreur, dit le Commissaire Bouchard) que la majorité des femmes ont face à ce symbole. Et pas seulement au Québec, mais partout au monde, y compris dans des pays où l’Islam est soit religion d’État ou soit religion de la majorité.

    Le rejet de ce symbole raciste n’est donc pas de l’islamophobie même si actuellement, les revendications en faveur du voile sont faites surtout par des personnes qui se réclament de l’Islam

    Tasse-toi mon oncle
    21 novembre 2007 , par   [retour au début des forums]

    Voici une version nouvelle de "tasse-toi mon oncle" exprimée à la commission Bouchard-Taylor hier soir à Côte-des-Neiges Montréal, Québec.

    « L’inquiétude exprimée par rapport aux accommodements, surtout par la génération qui me précède, j’aimerais y répondre en disant : votre combat est fait. Maintenant, nous, on va s’occuper de l’intégration. On a une façon de faire qui est accommodante, justement. Je demande donc à la commission d’accorder un plus grand poids à notre génération. Aux autres, accommodez-vous du temps qui vous reste ! » Taisez-vous les vieux et accommodez-vous du temps qui vous reste... N’auraient-ils donc plus le droit de s’exprimer sur la société qu’ils ont construite ? Un peu fort, le jeunot. Et on nous dit dans l’article que c’est un exemple de tolérance. Dans Le Devoir. Puis, il y a un groupe qui a traité Bouchard et Taylor de "colons blancs" et fait référence aux autochtones que le Canada ne traite pas très bien. Mais surveillez bien, l’Iran qui va mener une charge dans les institutions internationales contre le Canada sur ce sujet pour faire diversion des crimes qu’il commet contre les gens d’Iran, les femmes en particulier. L’idée est de faire passer les Canadiens pour racistes afin qu’on parle moins de la violation des droits humains ailleurs dans le monde.

    Marc-Olivier

    > Est-ce de l’islamophobie de critiquer l’intégrisme islamiste ?
    21 novembre 2007 , par   [retour au début des forums]

    Oh ! la ! la ! Vous ne manquez pas de courage par les temps troubles que nous connaissons. Mais vous visez juste ! Il faut bien que quelqu’un le dise.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2007
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin