| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 10 juin 2008

Le corps des femmes, lieu commun

par Chahla Chafik, auteure, directrice de l’Agence pour le développement des relations interculturelles pour la citoyenneté (Adric)






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Racisme systémique : sortir de l’idéologie victimaire
Consultation sur le racisme systémique. Faire partie d’un "nous" rassembleur
Islamophobie et Islamisme : entre déni et alarmisme
Attentat à Québec - Face au drame, la mise en accusation d’un peuple
Attentat au Centre culturel islamique de Québec - Donner un sens à cet événement tragique
Reportage sur le niqab à Radio-Canada. Absence de sens critique ou propagande ?
La religion à l’école n’est pas un remède à la radicalisation
Projet de loi 62 - Une proposition qui ne permet pas de protéger le droit des femmes à l’égalité
Maroc - Interdiction du burkini et offensives islamistes
Burkini, voile : face aux polémiques et aux impasses, il faut relire Simone de Beauvoir
Le burkini est-il le dernier attentat islamiste en France ?
Soirée de solidarité avec Djemila Benhabib, le 12 septembre à Montréal
De l’emploi du terme "islamophobie"
Rimbaud et le burkini
Athlètes voilées aux JO : un petit pas en avant… ou un grand en arrière ?
Soutien à Djemila Benhabib - La liberté d’expression mise à l’épreuve par l’islam politique
Dénuder une Copte, c’est halal !
Lutte à la radicalisation - De la liberté religieuse à l’extrémisme, il n’y a parfois qu’un pas
La liberté d’expression au Québec, un joyau toujours menacé
Les vœux "pieux" des concepteurs du cours Éducation et Culture religieuse (ÉCR)
Sortir du manichéisme. Des roses et du chocolat
Le ministère de l’Immigration refuse d’entendre l’AQNAL à la commission parlementaire sur le projet de loi 77
L’obscurantisme ou les Lumières : le Québec doit choisir
Quel que soit le rôle de l’impérialisme, le groupe armé État islamique est responsable de ses actes
Vous n’avez pas le monopole de la dignité !
L’ennemi, c’est l’islam politique, pas les musulmans
Motion sur l’islamophobie - L’errance de nos élus
Lettre ouverte à Françoise David : "Vous faites des amalgames inacceptables"
Christine Delphy, la supercherie
"One Law for All" demande au gouvernement britannique une enquête sur les tribunaux islamiques
Les beaux malaises face à l’intégrisme
NOUS sommes en train de nous faire massacrer par VOTRE ennemi secondaire !
L’islamisme radical : l’Ailleurs est ici
Après le massacre à Charlie Hebdo, soutenons ceux qui se battent contre la droite religieuse
Plainte à l’ombudsman de Radio-Canada au sujet de l’émission "Enquête" du 27 novembre 2014
Lettre au premier ministre - M. Couillard, un Québec laïque, ça presse !
La laïcité n’est pas derrière mais devant nous et sa défense est plus que nécessaire
La "communauté musulmane" n’existe pas
Soutenons Louise Mailloux ! Protégeons la liberté d’expression
Radio-Canada RDI manipule l’information en faveur de l’islamisme : un exemple
Je croirai les dirigeants islamistes quand...
Des messagères de l’intégrisme islamique
La FIQ prend position en faveur de la Charte de la laïcité québécoise
FFQ et ÉG du féminisme - L’esprit partisan est-il à l’origine d’attaques virulentes contre des féministes ?
Pour une reconnaissance de la laïcité au Québec - Lancement et causerie chez Olivieri
Comment la laïcité peut changer notre monde
Protection de la laïcité : prière de légiférer !
Prédicateurs islamistes à Montréal - Comment pourrais-je me taire ?
Une intégration réussie, c’est l’adhésion à un socle commun enrichi de diversités culturelles
Laïcité et jugement au Saguenay - Pourquoi pas une prière pour Bernard ?
La prière à Saguenay : quelques mensonges du maire Jean Tremblay
Ni Allah, ni Maître. Entrevue avec la réalisatrice Nadia El Fani
Exposition "Et voilà ! Le voile musulman dévoilé !"
Cessons de nommer "islamophobie" et "blasphème" toute critique de l’islam
Gouvernement Harper - Le Bureau des évangéliques
Le nikab, ce cachot pour femmes
Laïcité et diversité - Les angles morts des paradigmes de lecture de la diversité
Les enjeux du refus de la mixité : le contrôle social des femmes
Le niqab au Tribunal : primauté du droit ou de la religion ?
Canada - Le niqab au Tribunal - Une répétition de l’affaire Personne ?
Plaidoyer en faveur des droits universels - L’universalisme menace-t-il la diversité culturelle ?
Pour une perspective laïque et féministe du monde
La laïcité est un outil essentiel qui permet aux femmes de continuer d’avancer
L’innocence de l’Occident ou la liberté d’expression menacée
La laïcité est un facteur d’intégration et d’émancipation
La sexualité dans l’islam : une arme politique
La Coalition Laïcité Québec demande aux candidat-es de se prononcer sur la laïcité
Les participantes aux États généraux sur le féminisme demandent d’agir contre les intégrismes religieux
La oumma couve dans le ventre des femmes
Non à la souveraineté multiculturaliste de Québec solidaire
Le niqab devant les tribunaux - Les raisonnements douteux du Fonds d’action et d’éducation juridiques pour les femmes
Polygamie - La liberté de religion comporte des limites
Charia au Québec - Des propos qui méritent d’être dénoncés
Djemila Benhabib – Une pensée articulée et un ardent plaidoyer contre l’islamisme politique
Paris - L’extrême-droite catholique manifeste contre la christianophobie et les islamistes sont à ses côtés
« Vers l’obscurantisme » islamiste ? La députée Fatima Houda-Pepin s’inquiète pour la Tunisie et, surtout, pour la Libye
Procès de la famille Shafia - La jeune fille de 13 ans était derrière le volant, selon la preuve policière
Une propagandiste de l’islamisme bientôt collaboratrice de Radio-Canada
La laïcité, facteur d’intégration dans la société québécoise
La nécessaire laïcisation de l’éducation au Québec
Affirmer la laïcité, un pas de plus vers l’égalité réelle entre les femmes et les hommes
Le Mouvement laïque québécois et les symboles religieux autres que chrétiens
La laïcité sans compromis quant aux droits des femmes
La police de Toronto banalise les menaces de mort d’une intégriste islamiste contre Tarek Fatah
Lettre pour la pluralité des voix en matière d’islam et POUR la liberté de conscience !
Motion contre le kirpan - Le Québec et le multiculturalisme
Beaucoup de musulmans tentent de masquer des vérités laides : "Oui, l’islam permet au mari de battre sa femme"
Religion dans les garderies au Québec - Le commerce des petites âmes
Les enjeux de la laïcité selon la revue Spirale. Un dossier à consanguinité élevée !
Déclaration du Manifeste des libertés à propos des récents attentats contre des citoyens de confession chrétienne d’Irak et d’Égypte
Les musulmans du Québec
Prix Droits et Libertés - La Commission des droits de la personne erre plus que jamais
Guy Rocher - La laïcité tout court
La laïcité a-t-elle tué l’athéisme ?
"Une femme en colère", de Wassyla Tamzali
Une femme devenue prêtre
Le respect des convictions, fondement de la neutralité de l’État et de la laïcité
S’opposer à Hassan Al-Banna et aux Frères musulmans ne constitue pas du racisme
Vatican - Silences déplorables, condamnations impitoyables
Les adieux au cardinal Ouellet - Le « sacré » peut-il tout excuser ?
L’Afeas prend position pour une Charte de la laïcité, un système de santé public et des soins palliatifs accessibles
Jugement Dugré - Le cours Éthique et culture religieuse devant la Cour supérieure
Phyllis Lambert et Serge Joyal défendent les Frères Musulmans au détriment de la liberté
Jugement sur le cours Éthique et de culture religieuse - Au royaume de la confusion
La protection juridique de la laïcité : essentielle au maintien de la cohésion sociale
Cours Éthique et culture religieuse - L’éthique, la culture et le juge
Cours d’éthique et de culture religieuse - La Cour supérieure du Québec exempte le collège privé Loyola
L’intégrisme religieux menace-t-il nos droits ?
Colloque Égalité et Laïcité, quelles perspectives ?
Voile intégral en France : un projet de loi d’interdiction totale présenté en mai
Tariq Ramadan et un radicalisme qui ne dit pas son nom
Tariq le terrible
Église catholique - Le mur du silence
Laïcité - Un manifeste tendancieux
Pour un Québec laïque et pluraliste
Laïcité au Québec - Protéger les valeurs fondamentales propres à l’Occident démocratique
Accommodements pour motifs religieux - Où loge l’intolérance ?
Lettre à Télé-Québec au sujet du documentaire "Mes sœurs mulsulmanes"
Québec - Un féminisme de plus en plus gangrené par le relativisme
L’égalité d’abord, la liberté religieuse ensuite
Le manifeste des pluralistes : un manifeste raciste et antiféministe
La France et la burqa - Une audace à saluer
Manifeste pour le respect du principe de l’égalité entre les hommes et les femmes
Écoles privées - Le retour tranquille de la religion
Féministes en mal de laïcité
Interdiction du voile intégral au Canada - Lettre ouverte à Michael Ignatieff, chef du Parti libéral
Quand religion et égalité des femmes font les manchettes
Tolérance ou laïcité
Laïcité au Québec - Le pluralisme comme incantation
Port des signes religieux dans la fonction publique - En réponse au Manifeste pour un Québec pluraliste : Pour une laïcité active et positive
Laïcité – Le pari risqué de Québec solidaire et de la Fédération des femmes du Québec
Demander une charte de la laïcité, c’est faire appel à la conscience individuelle et collective
La laïcité et le voile... Osons dire les vraies choses
La laïcité est une exigence démocratique
Laïcité et droits des femmes : trois questions à Chahla Chafiq
Appel à soutenir le Bureau Laïque International
La présidente de Regards de femmes, Michèle Vianès, a reçu les insignes de la Légion d’Honneur. Son allocution
Projet de loi 16 - La conquête de l’égalité, un vrai rocher de Sisyphe
Projet de loi 16 - La CSN réclame toujours une charte de la laïcité
Projet de loi 16 - Pour la FTQ, ce projet de loi doit être retiré
Le SFPQ demande au gouvernement de surseoir au projet de loi 16 et d’adopter une charte de la laïcité
 Seule une charte de la laïcité permettra de poser les balises des accommodements raisonnables
Les accommodements religieux et le projet de loi 16
Interview avec Djemila Benhabib
Livre : "Ma Vie à contre-Coran", une femme témoigne sur les islamistes
Les femmes se souviennent du rôle répressif de l’Église au Québec
L’angle politique du débat sur la laïcité
Le féminisme vu par Mgr Louis-Adolphe Paquet en 1919
Laïcité et égalité : quel projet pour le Québec ?
Québec - Signes religieux dans les services publics : "La FFQ ne me représente pas"
Vingt ans de combat contre le voile : 1989-2009
Islamisme radical : soutenir une "victime" favorable à l’obscurantisme fanatique ?
La légitimité du féminisme laïque
L’après-discours d’Obama - Les femmes, boucs émissaires
France - Le Collectif pour la promotion de la laïcité veut faire annuler le décret imposé par Nicolas Sarkozy en faveur du Vatican
Nous avions jadis les mêmes ennemis : le patriarcat et les lois divines
Femmes sous lois musulmanes (WLUML) demande la révocation de la Résolution de l’ONU sur "la diffamation des religions"
"Aucune religion ne prône l’égalité entre les hommes et les femmes" - Talisma Nasreen
Une Église machiste et autoritaire
Lettre au président de l’Assemblée des évêques catholiques du Québec
Dieu existe et il est partout
"Ma vie à contre-coran", de Djemila Benhabib
Quand on préfère les cierges aux lumières...
Défendre les droits des femmes face au fondamentalisme religieux : une exigence démocratique
S’indigner au lieu de se résigner devant le fondamentalisme islamiste
Des religions pour quel dialogue ?
Quand la religion freine l’intégration des femmes
Les valeurs communes du Québec : pour les personnes immigrantes seulement ?
Le rapport Bouchard-Taylor est insensible à l’égalité des sexes
L’autodiscrimination, "jackpot" pour les intégristes
Démocratie et égalité des sexes : fine analyse et synthèse remarquable
Création du réseau À HAUTE VOIX pour interpeller les élus
Pourquoi nous ne souhaitons pas la bienvenue au pape
Fanny Truchelut doit être relaxée
Laïcité et résistances démocratiques
L’idée de Dieu est un "produit des faiblesses humaines", la Bible, "plutôt enfantine" (Albert Einstein)
Y aurait-il des femmes plus aptes à la liberté que d’autres ? Réponse à Françoise David
Rapport Bouchard-Taylor - Un rendez-vous manqué pour les femmes
Laïcité et accommodements raisonnables au Québec
Rapport Bouchard-Taylor - L’art "scientifique" de noyer le poisson
Des féministes dans la fosse aux lionnes de la Commission Bouchard-Taylor
L’égalité entre les femmes et les hommes mise entre parenthèses
Un féminisme non interventionniste face à l’extrémisme religieux
La mort d’Aqsa Parvez, attribuée à son père, est le résultat d’un choc culturel
Les lois officielles et les lois du ciel
Accommodements raisonnables. Droit à la différence et non différence des droits
Accommodements et cultures - La laïcité pour éviter la fragmentation de la société
Religions, femmes et fondamentalismes
"Accommodements raisonnables" - Affirmer nos valeurs fondamentales pour mieux vivre la pluralité
Maintenir notre engagement envers toutes les Aqsa Parvez
Les extrémismes religieux et les droits des femmes
ONU - Vers un délit de "diffamation des religions"
Les accommodements religieux - Conflit de droits ou conflit de lois ?
Du voile et du viol
Laïcité : l’école et les enfants d’abord !
Le marketing du voile islamique
Éloge de la lâcheté - Lettre du Conseil du statut de la femme à "La Presse"
Yolande Geadah reçoit le Prix Condorcet 2007 du Mouvement laïque québécois
Conflit de droits : dilemme pour les juges ou simple mécanique juridique ?
Est-ce de l’islamophobie de critiquer l’intégrisme islamiste ?
Les accommodements raisonnables : quoi, comment, jusqu’où ?
La justice à l’épreuve de la diversité culturelle
Projet de loi 195 sur l’identité québécoise, présenté par Pauline Marois à l’Assemblée nationale du Québec
Lapidation de Ghofrane en France
La laïcité est l’affaire des femmes - Appel contre les résolutions de l’ONU sur la "diffamation des religions"
Synthèse des réflexions sur la question des accommodements raisonnables et les différences
Pourquoi l’ajout du droit à l’égalité entre les femmes et les hommes à la Charte québécoise énerve-t-il tant ?
L’affaire Truchelut - "Tu n’es pas maître dans ta maison quand nous y sommes."
Tolérer l’intolérable au nom de la diversité culturelle est une forme de colonialisme
Ayaan Hirsi Ali : l’errance d’une femme qui a osé parler
50 ans de droits des femmes en Europe : Où sommes-nous arrivées ?
Une comparaison réductrice de Christine Delphy
Les "différences culturelles" peuvent-elles excuser le sexisme ?
Le vote à visage découvert
C’est quoi être accommodant et raisonnable ?
La laïcité est l’affaire des femmes - Appel contre les résolutions de l’ONU sur la "diffamation des religions"
"Accommodements raisonnables" - Affirmer nos valeurs fondamentales pour mieux vivre la pluralité
Commission Bouchard-Taylor - Consultation publique sur les pratiques d’accommodement : citoyens et citoyennes pourront choisir entre plusieurs modes de participation
Accommodements pour obligations religieuses - Pour qui ? Pourquoi ?
Pratiques d’accommodements - La Commission Bouchard-Taylor consultera les citoyens et les citoyennes en septembre prochain
Les droits des femmes devant les fondamentalismes religieux
ONU - Vers un délit de "diffamation des religions"
Démocratie et obligations religieuses - L’impasse ?
Commission de consultation sur les pratiques d’accommodements reliées aux différences culturelles - Cherchez l’erreur
L’anecdote ou le fait de société
Les accommodants
Renforcer le caractère laïc de nos démocraties
Les limites de la tolérance et de l’accommodement







C’était aux alentours de 1968, dans une petite ville du nord de l’Iran où mon père exerçait son métier de gynécologue. Sa clinique était aussi notre maison. À 14 ans, je regardais avec fascination les scènes qui se déroulaient en France : les jeunes dans la rue, les cris de liberté, les baisers et les étreintes au vu de tous. Je n’avais la tête pleine que d’interrogations sur le monde et sur moi-même, que je découvrais dans ces moments de métamorphose corporelle. Confuse, je cherchais dans mon entourage les réponses à mes questions.

Je gardais les yeux grands ouverts sur tout ce qui se passait dans la clinique : là où les femmes accouchaient, avortaient, étaient amenées de force le soir de leur mariage quand le drap n’était pas taché de sang. Il m’arrivait de sauter de mon lit à 3 heures du matin, poussée par des cris de bagarre. Je descendais les escaliers pour regarder la scène, toujours identique ou presque : des hommes et des femmes qui hurlaient et une jeune femme qui tremblait et pleurait. Les familles des mariés se disputaient l’innocence de la mariée et demandaient au gynécologue de décider.

Je me souviens de la voix coléreuse de mon père et de ses mots que j’avais fini par connaître par cœur : « N’avez-vous pas honte de votre barbarie ? Je suis le médecin. Je parle au nom de la science, et vous dis qu’une partie des femmes pourtant vierges ne saignera jamais, et qu’une femme peut déchirer son hymen par accident. Que cherchez-vous à prouver ? Honte à vous ! » Je me souviens du visage confus des familles et des larmes de la jeune femme. La scène se terminait souvent par une discussion privée entre mon père et les mariés. Je me souviens du regard que mon père me lançait quand il terminait : « Tu vois, ma fille, être une femme dans ce pays, ce n’est pas une mince affaire. »

Longtemps après, j’ai gardé en mémoire l’expression des visages gonflés de larmes de ces jeunes femmes qui les faisait se ressembler, comme si elles n’étaient toutes qu’un seul corps, humilié, écrasé, tremblant. Bien longtemps après, j’ai compris que toutes ces scènes avaient justement pour cause que le corps des femmes, dans le système patriarcal, perd toute sa singularité pour ne devenir que le lieu commun de l’honneur du groupe.

Exilée en France, des décennies après 1968 et l’épanouissement ultérieur des mouvements de femmes qui marqua des avancées dans leur libération, j’ai retrouvé ici, à travers mon travail dans le champ de l’immigration, les mêmes faits déchirant les familles et écrasant les femmes.

L’affaire de Lille qui éclate aujourd’hui n’en est qu’un exemple. Elle a le mérite de nous interpeller sur une réalité dont l’ampleur dépasse un fait isolé. Le jugement annulant un mariage à la demande d’un époux, pour cause de la non-virginité de son épouse, pose la question incontournable de la profonde contradiction entre les valeurs démocratiques et les normes patriarcales systématiquement reproduites et valorisées par le recours au « culturel » et au « cultuel ».

Le « mensonge » de la jeune femme sur sa « virginité », cause de la décision de justice en faveur de l’époux, témoigne en fait de la déchirante réalité vécue par un nombre important de femmes face à une modernité mutilée, c’est-à-dire l’acception de la modernisation sans l’intégration des valeurs modernes de l’égalité, de la liberté et de l’autonomie individuelle.

Aussi, dans nombre de pays, en l’absence des valeurs démocratiques et donc du défaut d’apprentissage des normes et valeurs de l’autonomie, le processus de la modernisation, tout en changeant la condition des femmes, notamment par leur accès à la scolarisation et au travail rémunéré, n’implique pas pour autant la disparition de normes telles que l’obligation de la préservation de la virginité avant le mariage. Cette norme renvoie à la volonté de contrôler le corps et la sexualité des femmes dans le but de préserver le pouvoir patriarcal.

Aussi, dans un contexte de modernité mutilée, les femmes, tout en accédant à un certain degré d’autonomie, restent néanmoins prisonnières des stratégies identitaires patriarcales qui persistent et se renouvellent. Ces dernières font du contrôle du corps des femmes le pivot de la « dignité » des hommes, des familles et de la communauté. La virginité des femmes devient ainsi le lieu de l’« honneur » de la famille et des membres du groupe familial et communautaire. Depuis des années, les acteurs de terrain connaissent ces drames.

Le développement des mouvements politico-religieux contribue à la reproduction de ces situations. La diabolisation de la libération des femmes comme cause de la perversion sociale est un thème central de ce type de propagande, qui se développe avec succès là où règnent l’exclusion sociale et la misère sexuelle.

Les femmes se trouvent ainsi au centre des conflits socioculturels et politiques qui posent en dernier lieu la question de la démocratie. En France, ces faits nous interpellent sur les modalités du développement d’une réelle égalité entre les hommes et les femmes, indissociables des réflexions sur l’approfondissement des valeurs démocratiques.

Cette réflexion amène à la nécessité d’interroger les dispositifs juridiques par rapport à l’égalité des sexes. En même temps, elle pose de manière urgente la nécessité d’un travail quotidien sur les situations complexes qui impliquent les individus et les familles.

Dernier ouvrage paru : Chemins et Brouillard, Métropolis, Genève, 2005.

  • Texte reproduit sur Sisyphe avec l’autorisation de l’auteure. Publié également dans Rebonds, Libération, le vendredi 6 juin 2008.
  • Lire aussi une entrevue avec Chalah Chafik : "La démocratie n’est pas une donnée immuable et acquise à jamais", dans L’Humanité, le 9 juin 2008.

    Mis en ligne sur Sisyphe, le 10 juin 2008


  • Partagez cette page.
    Share


    Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
       Commenter cet article plus bas.

    Chahla Chafik, auteure, directrice de l’Agence pour le développement des relations interculturelles pour la citoyenneté (Adric)

    Chahla Beski-Chafiq est sociologue, écrivaine, directrice de l’Agence pour le développement des relations interculturelles pour la citoyenneté (Adric).



    Plan-Liens Forum

  • Mais de quoi s’étonne t on ?!!!
    (1/1) 11 juin 2008 , par





  • Mais de quoi s’étonne t on ?!!!
    11 juin 2008 , par   [retour au début des forums]
    http://elisseievna.blogspot.com/200...

    Bon, que cela soit clair : toutes ces simagrées à propos de l’annulation d’un mariage pour non virginité de l’épouse, me fatiguent.

    Que de cris d’offraies de la part des pourfendeurs habituels des "anti-islam" : mais de quoi s’étonnent ils donc ??? L’islam fait pression et marque des points, face à leur ignorance, c’est aussi facile que d’entrer dans du beurre.
    Alors qu’on me laisse "déjeuner en paix".

    Que nos ministres et autres bavards arrêtent avec les arguments tordus des pro-charia qui prétendent que le voile donne la liberté d’étudier, que la polygamie légale n’est pas plus grave que les tromperies des monogames occidentaux, et que dans un bon régime musulman on ne perçoit pas la différence entre esclaves et hommes libres.
    C’est un mauvais plagiat d’Orwell.

    Il est bien triste d’avoir à écrire ce qui suit, quand on est née en France, la France devrait être ferme sur ses valeurs, pour qu’aucune jeune fille née et élevée sur son territoire n’ait à écrire ceci :
    "Dati elle aussi a « effacé »…
    QUOTIDIEN : samedi 31 mai 2008
    « Pour le dire très vite : un jour, j’ai accepté de me marier. Je me suis mariée avec un homme avec lequel je n’avais rien à partager. Une connaissance, en Algérie, avait fait une demande officielle, pendant des vacances. Ce n’était pas un mariage forcé. […] J’étais adulte, je vivais à Paris et nul ne me forçait à rien. Mais je l’ai décidé sans le vouloir. Je l’avais fait par abandon, […] pour faire plaisir à ma famille. […] Il n’y avait pas d’amour, pas de vrai choix… C’était impossible. L’homme que j’épousais n’y était pour rien. […] Je me suis mariée et aussitôt, j’ai voulu effacer cela. J’ai demandé l’annulation du mariage. […] Aujourd’hui, juridiquement, c’est comme si je ne m’étais jamais mariée. […] Je sais ce que cela représente pour une femme d’être submergée au point de céder sur le plus précieux : l’intégrité. J’y ai échappé, mais on ne reste pas indemne quand on a frôlé cela. »
    Extraits du livre de Rachida Dati, Je vous fais juges (Grasset, 2007)
    http://www.liberation.fr/actualite/societe/329144.FR.php

    Mais est ce une raison pour précisément, perpétuer les conditions qui font que des jeunes filles se trouvent dans cette situation, au lieu de les défaire en s’opposant fermement à toute manifestation de la charia ou de toute autre norme inégalitaire ?

    Selon le Figaro :
    "À contre-courant des réactions indignées des mouvements féministes, associations antiracistes et laïques mais aussi de l’UMP, Rachida Dati a jugé que « le fait d’annuler un mariage est aussi un moyen de protéger la personne qui souhaite peut-être se défaire du mariage ». ...Les positions de la ministre n’ont pas manqué de faire réagir la gauche, particulièrement le PCF qui l’a accusée de cautionner une « logique communautariste »...« Ces propos sont une monstruosité juridique et une indignité de la part de la garde des Sceaux », a lancé Marie-George Buffet, secrétaire nationale du Parti communiste."

    En fait, accuser un homme ou une femme politique né dans une famille "musulmane" de communautarisme est un peu facile, de la part d’hommes et femmes politiques qui eux-même ne font qu’encourager l’immigration musulmane massive donc sans possibilité d’intégration culturelle réelle, la construction de lieux d’enseignement de l’islam (centres culturels musulmans ou mosquées), ou la construction d’une Union méditerranéenne dans l’ignorance des problèmes idéologiques que pose l’islam...

    Mémo :
    Discours G. Marchais à Montigny, vendredi 20 février : " nous posons le pb de l’immigration, ce serait pour favoriser le racisme ; nous menons la lutte contre la drogue, ce serait parce que nous ne voulons pas combattre l’alcoolisme prise par notre clientèle... Pour la jeunesse, je choisis l’étude, le sport, la lutte et non la drogue... Alors, comme l’autre jour un dirigeant socialiste, ils crient tous en choeur "petainisme ". Quelle idée lamentable se font ces gens-là des travailleurs : Bornés, incultes, racistes, alcooliques, brutaux, voilà comment seraient les ouvriers et les ouvrières ! De telles attaques ne déshonorent que leurs auteurs et ne méritent que le mépris ».

    Bien sûr, dès lors que l’on entre en politique, on est présumé conscient et responsable de ce que l’on fait. Mais pour autant, il est quelque peu impudent, de reprocher à des hommes ou femmes d’une "communauté" les conséquences de l’environnement idéologique que l’on a soi-même créé en France, à savoir, un climat d’ignorance, d’aveuglement, et de laisser faire par rapport aux questions soulevées par l’islam, aux questions qu’il devrait soulever dans l’esprit des gens, des "intellectuels" au moins.

    Hier à l’assemblée, Rachida Dati a repris son thème de la "protection" de la jeune femme. Sa position conforte mon idée qu’il est incohérent avec nos principes d’avoir nommé des ministres musulmans (et non athées ou convertis ensuite), surtout à un poste tel que le ministère de la justice, car l’islam a trop d’emprise sur eux ou elles, et les pousse à de mauvaises décisions, quelles que puissent être leurs bonnes intentions. Rachida Dati parle ici avec sa compassion, et son vécu, et on la comprend bien, mais elle parle objectivement dans le sens de la charia et non, comme elle le voudrait sans doute, pour les femmes. Rachida Dati entre dans le piège de ce qui n’est peut-être même qu’un montage, un testing, car il parait peu vraissemblable que les futurs époux n’aient pas su d’emblée avant leur mariage ce qu’il en était, il est peu vraissemblable que l’homme n’est pas demandé à sa future épouse si elle était vierge, et que la femme ne se soit pas fait opérer tout en mentant, de plus tout cela devait être su depuis bien longtemps avant le mariage civil, le mariage musulman a souvent lieu "au pays" avant le mariage civil, et pour des musulmans "pratiquants" le mariage civil a peu de valeur ...

    Cette "affaire" apparaît comme une provocation de plus pour éprouver la cohérence de notre droit, et la ministre de la justice entre dans la jeu de la stratégie misérabilisme d’une guerre "du faible au fort", qui fait obtenir au "faible" des victoires sur le "fort" par le jeu de l’émotion, par la retenue du "fort", alors qu’elle devrait protéger le droit français et défendre l’intérêt général. Rachida Dati dit :« Vous brandissez des mots, vous brandissez des concepts déconnectés de la réalité. Oui, je le redis, cette décision de justice a protégé cette jeune femme" :
    c’est ce que j’appelle jouer de l’émotion et de la stratégie du faible au fort en faveur de la charia, car les principes ne sont pas seulement des "concepts déconnectés de la réalité". Défendre les principes français du mariage, c’est dire à tous les citoyens, ces principes existent, vous êtes des adultes et des citoyens qui devez en prendre connaissance avant le mariage, et si vous ne supportez pas de rester dans l’institution du mariage telle qu’elle existe en droit français, vous êtes libre de la quitter par le divorce, mais non de la contester au nom d’un autre droit. ( et que l’on cesse de dire que le droit musulman n’exige pas la virginité d’une épouse non mariée, quand il condamne les "fornicatrices" avec tant de férocité).

    C’est une mauvaise décision que de vouloir protéger une femme, puis une autre, par cette annulation, car c’est en menacer des millions d’autres, en instituant un droit contraire à nos principes et à notre tradition. Le droit français de la famille a été conçu pour effacer bien des écarts et des "fautes" (voir la présomption de paternité du mari), et jamais un homme occidental n’aurait le ridicule de se plaindre de la non virginité de l’épouse, ou l’obsénité de brandir le drap sanglant le lendemain des noces...

    Mais on ne peut qu’être écoeurée en entendant les attaques dont Rachida Dati fait l’objet à cette occasion, et se réjouir que ce soit une ministre, une femme ministre, qui vienne dire à l’assemblée, sa colère contre ce que la politique "bien-pensante" a fait aux femmes comme elles, qui puisse dire à l’assemblée, et en l’occurence aux socialistes qui se targuent tant de "égalité" et de "féminisme", ce qu’ils ont fait contre les femmes.

    Il faut écouter Rachida Dati dire : « Mais qui, sinon vous, membres du groupe socialiste, a appliqué la politique des "grands frères", abandonnant ainsi d’innombrables jeunes filles entre leurs mains ? C’est à l’échec de votre politique d’intégration que nous devons faire face ! Alors, Monsieur Ayrault [président du groupe PS, ndlr], vous pouvez m’attaquer car j’ai échappé à votre politique qui a suscité le repli identitaire. C’est ce qui vous dérange ! ».

    En effet si nos hommes politiques n’avaient pas permi à tant de musulmans de venir vivre, en non seulement ne luttant pas contre l’islam et ses principes rétrogrades, mais encore en encourageant par divers voies, l’application de ces principes, des femmes comme Rachida Dati, n’auraient pas vécu des épisodes tels que celui qu’elle raconte de son propre mariage consenti sans vraiment le vouloir...

    (Ce que Rachida Dati oublie de dire, ce à quoi elle devrait et aurait du réfléchir, c’est que l’échec de l’intégration est due avant tout, à l’islam, qui interdit toute intégration ou assimilation véritable puisqu’il a son propre droit contraire aux nôtre.)

    Il faut quand même du culot aux socialistes pour faire grief de ses propos à une Rachida Dati qui défend ses juges et qui a subi personnellement les effets de cette politique "multiculturelle", alors qu’en 2003, quand la droite ( dont le député de Mayotte, musulman) abolissait la polygamie (entre autres) du droit en vigueur à Mayotte, le socialiste Jean-Jack Queyranne osait dire à l’assemblée : " Que les choses soient claires : à titre personnel, je suis d’accord avec la direction que revendique M. Kamardine. Mais qu’est-il écrit dans ce texte ? Ainsi, dans le texte proposé par l’article 52-1, au deuxième paragraphe : « L’exercice des droits, individuels ou collectifs, afférents au statut civil de droit local ne peut, en aucun cas, contrarier ou limiter les droits et libertés attachés à la qualité de citoyen français. » Il y a là une contradiction fondamentale, madame la ministre. Si la Constitution reconnaît, dans son article 75, un statut de droit local, ce n’est pas pour que celui-ci s’estompe, voire disparaisse par le biais du deuxième alinéa de votre nouvel article 52-1, qui est la négation même de statut de droit local dans la mesure où il y est déclaré que la qualité de citoyen français prime en droit sur le statut local ! Je ne dispose pas à cette heure de tous les éléments pour vous répondre précisément sur les conséquences de votre texte. Reste que si la Constitution de 1958 a inscrit la possibilité de conserver un statut de droit local, c’est pour prendre en compte les coutumes, les règles qui existaient outre-mer et qui reposent sur des pratiques remontant à des décennies. D’un autre côté, il est vrai que la même Constitution prévoyait l’extinction progressive de ce statut de droit local au bénéfice d’un statut de citoyenneté française. Mais peut-on pour autant légiférer dans ces conditions ? Introduire dans un texte de loi des dispositions qui, bien au-delà du statut de la femme, objet de nos débats de ce soir, vont d’une façon générale à l’encontre du statut de droit local me paraît particulièrement périlleux sur le plan juridique. Je ne crois pas, madame la ministre, que vous en ayez mesuré toutes les conséquences."(A.N. JO 1/7/2003 COMPTE RENDU INTÉGRAL3e séance du lundi 30 juin 2003)

    Si nous étions tous "responsables", "vigilants", nous ne confondrions pas le "Dieu" de Mahomet qui "dit" :
    "Combattez les afin que plus aucun croyant ne soit tenté d’abjurer et que le culte tout entier soit rendu à Allah. (8 - Le Butin - 39)
    "Allah a acheté aux croyants leur vie et leurs biens. En échange, Il leur a accordé le Paradis, foi de quoi ils se battront pour Sa Cause : ils tueront et se feront tuer. ...(9 - Le Repentir - 111)
    "Allah aime ceux qui combattent pour Sa Cause, en rangs serrés, tel un édifice compact." (41 - Le Rang - 4)
    ... avec le "Dieu" de Jesus, dont on chante en Europe comme Joan Osbourne.

    (Et que ceux et celles qui, comme Leila Babes, traitent cette comparaison entre Jesus le pacifique et Mahomet le chef de guerre, d’islamophobe, ecoutent Wafa Sultan dire exactement cela :

    http://www.ripostelaique.com/Reponse-a-Leila-Babes-sur-Robert.html

    Video de Wafa Wultan sous titree en anglais
    http://www.memritv.org/clip/en/1783.htm
    sous titree en français
    http://video.google.com/videoplay?docid=-6498002065126400290&hl=fr )


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2008
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin