| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 20 septembre 2009

Le féminisme vu par Mgr Louis-Adolphe Paquet en 1919






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Racisme systémique : sortir de l’idéologie victimaire
Consultation sur le racisme systémique. Faire partie d’un "nous" rassembleur
Islamophobie et Islamisme : entre déni et alarmisme
Attentat à Québec - Face au drame, la mise en accusation d’un peuple
Attentat au Centre culturel islamique de Québec - Donner un sens à cet événement tragique
Reportage sur le niqab à Radio-Canada. Absence de sens critique ou propagande ?
La religion à l’école n’est pas un remède à la radicalisation
Projet de loi 62 - Une proposition qui ne permet pas de protéger le droit des femmes à l’égalité
Maroc - Interdiction du burkini et offensives islamistes
Burkini, voile : face aux polémiques et aux impasses, il faut relire Simone de Beauvoir
Le burkini est-il le dernier attentat islamiste en France ?
Soirée de solidarité avec Djemila Benhabib, le 12 septembre à Montréal
De l’emploi du terme "islamophobie"
Rimbaud et le burkini
Athlètes voilées aux JO : un petit pas en avant… ou un grand en arrière ?
Soutien à Djemila Benhabib - La liberté d’expression mise à l’épreuve par l’islam politique
Dénuder une Copte, c’est halal !
Lutte à la radicalisation - De la liberté religieuse à l’extrémisme, il n’y a parfois qu’un pas
La liberté d’expression au Québec, un joyau toujours menacé
Les vœux "pieux" des concepteurs du cours Éducation et Culture religieuse (ÉCR)
Sortir du manichéisme. Des roses et du chocolat
Le ministère de l’Immigration refuse d’entendre l’AQNAL à la commission parlementaire sur le projet de loi 77
L’obscurantisme ou les Lumières : le Québec doit choisir
Quel que soit le rôle de l’impérialisme, le groupe armé État islamique est responsable de ses actes
Vous n’avez pas le monopole de la dignité !
L’ennemi, c’est l’islam politique, pas les musulmans
Motion sur l’islamophobie - L’errance de nos élus
Lettre ouverte à Françoise David : "Vous faites des amalgames inacceptables"
Christine Delphy, la supercherie
"One Law for All" demande au gouvernement britannique une enquête sur les tribunaux islamiques
Les beaux malaises face à l’intégrisme
NOUS sommes en train de nous faire massacrer par VOTRE ennemi secondaire !
L’islamisme radical : l’Ailleurs est ici
Après le massacre à Charlie Hebdo, soutenons ceux qui se battent contre la droite religieuse
Plainte à l’ombudsman de Radio-Canada au sujet de l’émission "Enquête" du 27 novembre 2014
Lettre au premier ministre - M. Couillard, un Québec laïque, ça presse !
La laïcité n’est pas derrière mais devant nous et sa défense est plus que nécessaire
La "communauté musulmane" n’existe pas
Soutenons Louise Mailloux ! Protégeons la liberté d’expression
Radio-Canada RDI manipule l’information en faveur de l’islamisme : un exemple
Je croirai les dirigeants islamistes quand...
Des messagères de l’intégrisme islamique
La FIQ prend position en faveur de la Charte de la laïcité québécoise
FFQ et ÉG du féminisme - L’esprit partisan est-il à l’origine d’attaques virulentes contre des féministes ?
Pour une reconnaissance de la laïcité au Québec - Lancement et causerie chez Olivieri
Comment la laïcité peut changer notre monde
Protection de la laïcité : prière de légiférer !
Prédicateurs islamistes à Montréal - Comment pourrais-je me taire ?
Une intégration réussie, c’est l’adhésion à un socle commun enrichi de diversités culturelles
Laïcité et jugement au Saguenay - Pourquoi pas une prière pour Bernard ?
La prière à Saguenay : quelques mensonges du maire Jean Tremblay
Ni Allah, ni Maître. Entrevue avec la réalisatrice Nadia El Fani
Exposition "Et voilà ! Le voile musulman dévoilé !"
Cessons de nommer "islamophobie" et "blasphème" toute critique de l’islam
Gouvernement Harper - Le Bureau des évangéliques
Le nikab, ce cachot pour femmes
Laïcité et diversité - Les angles morts des paradigmes de lecture de la diversité
Les enjeux du refus de la mixité : le contrôle social des femmes
Le niqab au Tribunal : primauté du droit ou de la religion ?
Canada - Le niqab au Tribunal - Une répétition de l’affaire Personne ?
Plaidoyer en faveur des droits universels - L’universalisme menace-t-il la diversité culturelle ?
Pour une perspective laïque et féministe du monde
La laïcité est un outil essentiel qui permet aux femmes de continuer d’avancer
L’innocence de l’Occident ou la liberté d’expression menacée
La laïcité est un facteur d’intégration et d’émancipation
La sexualité dans l’islam : une arme politique
La Coalition Laïcité Québec demande aux candidat-es de se prononcer sur la laïcité
Les participantes aux États généraux sur le féminisme demandent d’agir contre les intégrismes religieux
La oumma couve dans le ventre des femmes
Non à la souveraineté multiculturaliste de Québec solidaire
Le niqab devant les tribunaux - Les raisonnements douteux du Fonds d’action et d’éducation juridiques pour les femmes
Polygamie - La liberté de religion comporte des limites
Charia au Québec - Des propos qui méritent d’être dénoncés
Djemila Benhabib – Une pensée articulée et un ardent plaidoyer contre l’islamisme politique
Paris - L’extrême-droite catholique manifeste contre la christianophobie et les islamistes sont à ses côtés
« Vers l’obscurantisme » islamiste ? La députée Fatima Houda-Pepin s’inquiète pour la Tunisie et, surtout, pour la Libye
Procès de la famille Shafia - La jeune fille de 13 ans était derrière le volant, selon la preuve policière
Une propagandiste de l’islamisme bientôt collaboratrice de Radio-Canada
La laïcité, facteur d’intégration dans la société québécoise
La nécessaire laïcisation de l’éducation au Québec
Affirmer la laïcité, un pas de plus vers l’égalité réelle entre les femmes et les hommes
Le Mouvement laïque québécois et les symboles religieux autres que chrétiens
La laïcité sans compromis quant aux droits des femmes
La police de Toronto banalise les menaces de mort d’une intégriste islamiste contre Tarek Fatah
Lettre pour la pluralité des voix en matière d’islam et POUR la liberté de conscience !
Motion contre le kirpan - Le Québec et le multiculturalisme
Beaucoup de musulmans tentent de masquer des vérités laides : "Oui, l’islam permet au mari de battre sa femme"
Religion dans les garderies au Québec - Le commerce des petites âmes
Les enjeux de la laïcité selon la revue Spirale. Un dossier à consanguinité élevée !
Déclaration du Manifeste des libertés à propos des récents attentats contre des citoyens de confession chrétienne d’Irak et d’Égypte
Les musulmans du Québec
Prix Droits et Libertés - La Commission des droits de la personne erre plus que jamais
Guy Rocher - La laïcité tout court
La laïcité a-t-elle tué l’athéisme ?
"Une femme en colère", de Wassyla Tamzali
Une femme devenue prêtre
Le respect des convictions, fondement de la neutralité de l’État et de la laïcité
S’opposer à Hassan Al-Banna et aux Frères musulmans ne constitue pas du racisme
Vatican - Silences déplorables, condamnations impitoyables
Les adieux au cardinal Ouellet - Le « sacré » peut-il tout excuser ?
L’Afeas prend position pour une Charte de la laïcité, un système de santé public et des soins palliatifs accessibles
Jugement Dugré - Le cours Éthique et culture religieuse devant la Cour supérieure
Phyllis Lambert et Serge Joyal défendent les Frères Musulmans au détriment de la liberté
Jugement sur le cours Éthique et de culture religieuse - Au royaume de la confusion
La protection juridique de la laïcité : essentielle au maintien de la cohésion sociale
Cours Éthique et culture religieuse - L’éthique, la culture et le juge
Cours d’éthique et de culture religieuse - La Cour supérieure du Québec exempte le collège privé Loyola
L’intégrisme religieux menace-t-il nos droits ?
Colloque Égalité et Laïcité, quelles perspectives ?
Voile intégral en France : un projet de loi d’interdiction totale présenté en mai
Tariq Ramadan et un radicalisme qui ne dit pas son nom
Tariq le terrible
Église catholique - Le mur du silence
Laïcité - Un manifeste tendancieux
Pour un Québec laïque et pluraliste
Laïcité au Québec - Protéger les valeurs fondamentales propres à l’Occident démocratique
Accommodements pour motifs religieux - Où loge l’intolérance ?
Lettre à Télé-Québec au sujet du documentaire "Mes sœurs mulsulmanes"
Québec - Un féminisme de plus en plus gangrené par le relativisme
L’égalité d’abord, la liberté religieuse ensuite
Le manifeste des pluralistes : un manifeste raciste et antiféministe
La France et la burqa - Une audace à saluer
Manifeste pour le respect du principe de l’égalité entre les hommes et les femmes
Écoles privées - Le retour tranquille de la religion
Féministes en mal de laïcité
Interdiction du voile intégral au Canada - Lettre ouverte à Michael Ignatieff, chef du Parti libéral
Quand religion et égalité des femmes font les manchettes
Tolérance ou laïcité
Laïcité au Québec - Le pluralisme comme incantation
Port des signes religieux dans la fonction publique - En réponse au Manifeste pour un Québec pluraliste : Pour une laïcité active et positive
Laïcité – Le pari risqué de Québec solidaire et de la Fédération des femmes du Québec
Demander une charte de la laïcité, c’est faire appel à la conscience individuelle et collective
La laïcité et le voile... Osons dire les vraies choses
La laïcité est une exigence démocratique
Laïcité et droits des femmes : trois questions à Chahla Chafiq
Appel à soutenir le Bureau Laïque International
La présidente de Regards de femmes, Michèle Vianès, a reçu les insignes de la Légion d’Honneur. Son allocution
Projet de loi 16 - La conquête de l’égalité, un vrai rocher de Sisyphe
Projet de loi 16 - La CSN réclame toujours une charte de la laïcité
Projet de loi 16 - Pour la FTQ, ce projet de loi doit être retiré
Le SFPQ demande au gouvernement de surseoir au projet de loi 16 et d’adopter une charte de la laïcité
 Seule une charte de la laïcité permettra de poser les balises des accommodements raisonnables
Les accommodements religieux et le projet de loi 16
Interview avec Djemila Benhabib
Livre : "Ma Vie à contre-Coran", une femme témoigne sur les islamistes
Les femmes se souviennent du rôle répressif de l’Église au Québec
L’angle politique du débat sur la laïcité
Laïcité et égalité : quel projet pour le Québec ?
Québec - Signes religieux dans les services publics : "La FFQ ne me représente pas"
Vingt ans de combat contre le voile : 1989-2009
Islamisme radical : soutenir une "victime" favorable à l’obscurantisme fanatique ?
La légitimité du féminisme laïque
L’après-discours d’Obama - Les femmes, boucs émissaires
France - Le Collectif pour la promotion de la laïcité veut faire annuler le décret imposé par Nicolas Sarkozy en faveur du Vatican
Nous avions jadis les mêmes ennemis : le patriarcat et les lois divines
Femmes sous lois musulmanes (WLUML) demande la révocation de la Résolution de l’ONU sur "la diffamation des religions"
"Aucune religion ne prône l’égalité entre les hommes et les femmes" - Talisma Nasreen
Une Église machiste et autoritaire
Lettre au président de l’Assemblée des évêques catholiques du Québec
Dieu existe et il est partout
"Ma vie à contre-coran", de Djemila Benhabib
Quand on préfère les cierges aux lumières...
Défendre les droits des femmes face au fondamentalisme religieux : une exigence démocratique
S’indigner au lieu de se résigner devant le fondamentalisme islamiste
Des religions pour quel dialogue ?
Quand la religion freine l’intégration des femmes
Les valeurs communes du Québec : pour les personnes immigrantes seulement ?
Le rapport Bouchard-Taylor est insensible à l’égalité des sexes
L’autodiscrimination, "jackpot" pour les intégristes
Démocratie et égalité des sexes : fine analyse et synthèse remarquable
Création du réseau À HAUTE VOIX pour interpeller les élus
Pourquoi nous ne souhaitons pas la bienvenue au pape
Fanny Truchelut doit être relaxée
Laïcité et résistances démocratiques
L’idée de Dieu est un "produit des faiblesses humaines", la Bible, "plutôt enfantine" (Albert Einstein)
Le corps des femmes, lieu commun
Y aurait-il des femmes plus aptes à la liberté que d’autres ? Réponse à Françoise David
Rapport Bouchard-Taylor - Un rendez-vous manqué pour les femmes
Laïcité et accommodements raisonnables au Québec
Rapport Bouchard-Taylor - L’art "scientifique" de noyer le poisson
Des féministes dans la fosse aux lionnes de la Commission Bouchard-Taylor
L’égalité entre les femmes et les hommes mise entre parenthèses
Un féminisme non interventionniste face à l’extrémisme religieux
La mort d’Aqsa Parvez, attribuée à son père, est le résultat d’un choc culturel
Les lois officielles et les lois du ciel
Accommodements raisonnables. Droit à la différence et non différence des droits
Accommodements et cultures - La laïcité pour éviter la fragmentation de la société
Religions, femmes et fondamentalismes
"Accommodements raisonnables" - Affirmer nos valeurs fondamentales pour mieux vivre la pluralité
Maintenir notre engagement envers toutes les Aqsa Parvez
Les extrémismes religieux et les droits des femmes
ONU - Vers un délit de "diffamation des religions"
Les accommodements religieux - Conflit de droits ou conflit de lois ?
Du voile et du viol
Laïcité : l’école et les enfants d’abord !
Le marketing du voile islamique
Éloge de la lâcheté - Lettre du Conseil du statut de la femme à "La Presse"
Yolande Geadah reçoit le Prix Condorcet 2007 du Mouvement laïque québécois
Conflit de droits : dilemme pour les juges ou simple mécanique juridique ?
Est-ce de l’islamophobie de critiquer l’intégrisme islamiste ?
Les accommodements raisonnables : quoi, comment, jusqu’où ?
La justice à l’épreuve de la diversité culturelle
Projet de loi 195 sur l’identité québécoise, présenté par Pauline Marois à l’Assemblée nationale du Québec
Lapidation de Ghofrane en France
La laïcité est l’affaire des femmes - Appel contre les résolutions de l’ONU sur la "diffamation des religions"
Synthèse des réflexions sur la question des accommodements raisonnables et les différences
Pourquoi l’ajout du droit à l’égalité entre les femmes et les hommes à la Charte québécoise énerve-t-il tant ?
L’affaire Truchelut - "Tu n’es pas maître dans ta maison quand nous y sommes."
Tolérer l’intolérable au nom de la diversité culturelle est une forme de colonialisme
Ayaan Hirsi Ali : l’errance d’une femme qui a osé parler
50 ans de droits des femmes en Europe : Où sommes-nous arrivées ?
Une comparaison réductrice de Christine Delphy
Les "différences culturelles" peuvent-elles excuser le sexisme ?
Le vote à visage découvert
C’est quoi être accommodant et raisonnable ?
La laïcité est l’affaire des femmes - Appel contre les résolutions de l’ONU sur la "diffamation des religions"
"Accommodements raisonnables" - Affirmer nos valeurs fondamentales pour mieux vivre la pluralité
Commission Bouchard-Taylor - Consultation publique sur les pratiques d’accommodement : citoyens et citoyennes pourront choisir entre plusieurs modes de participation
Accommodements pour obligations religieuses - Pour qui ? Pourquoi ?
Pratiques d’accommodements - La Commission Bouchard-Taylor consultera les citoyens et les citoyennes en septembre prochain
Les droits des femmes devant les fondamentalismes religieux
ONU - Vers un délit de "diffamation des religions"
Démocratie et obligations religieuses - L’impasse ?
Commission de consultation sur les pratiques d’accommodements reliées aux différences culturelles - Cherchez l’erreur
L’anecdote ou le fait de société
Les accommodants
Renforcer le caractère laïc de nos démocraties
Les limites de la tolérance et de l’accommodement







Au Québec, y a 90 ans - c’est court dans l’histoire d’une société - Mgr Paquet dénonçait le féminisme, "un mouvement pervers", qui découlait, selon lui, du déclin des "croyances fondées sur l’autorité divine". Les intégristes catholiques n’osent plus tenir ouvertement ce langage, mais le discours de certains intégristes islamistes le rappelle étrangement et s’attire une certaine indulgence de la part de gens qui se prétendent progressistes et contre toute forme d’intégrisme. L’intégrisme religieux, quelle que soit sa forme, a pour première cible les femmes, le corps et la sexualité des femmes, et cet intégrisme est hanté par la peur que la liberté des femmes mette en péril son pouvoir sur l’humanité. Il se manifeste aujourd’hui dans les luttes contre la liberté de choix en matière d’avortement aussi bien que dans l’emprisonnement de femmes qui descendent dans la rue pour réclamer leurs droits ou dénoncer l’obligation de se couvrir des pieds à la tête pour soi-disant protéger "la vertu" des hommes. Est-il besoin de rappeler le retard que le clergé catholique a imposé à l’évolution des femmes et de la société québécoise par l’influence indue qu’il a exercée pendant des décennies sur le pouvoir politique, les médias, les milieux d’affaires, la société québécoise toute entière. Une réflexion à faire pour les féministes qui seraient tentées de pactiser, au nom du relativisme, avec l’intégrisme religieux nouveau genre qui se drape dans les chartes des droits et libertés. Féminisme et religions institutionnelles sont incompatibles, et tout accommodement ne peut que se solder par le recul des droits des femmes.

Pour raviver notre mémoire collective défaillante, voici la première partie du texte de Mgr Louis-Adolphe Paquet. On pourra télécharger le texte intégral en format word à la fin de cette page.


Le féminisme, par Mgr Louis-Adolphe Paquet (1919)

Ne dirait-on pas que l’humanité est prise de vertige ? Grisés par l’idée de progrès, des penseurs sans philosophie, et des rêveurs sans boussole, se jettent à la poursuite de toutes les chimères. A peine les mots suffisent-ils pour dénoncer, chaque jour, ce que la fièvre de l’erreur ou le prurit de la nouveauté invente.

Sous le nom de féminisme, un mouvement pervers, une ambition fallacieuse entraîne hors de sa voie la plus élégante moitié de notre espèce, et menace les bases mêmes de la famille et de la société. On n’a pas cru d’abord au danger, tant le succès d’une telle anomalie semblait invraisemblable. L’évidence est venue prouver que rien n’est à l’abri des emballements de l’esprit séduit par le prisme de théories captieuses.

Émanciper la femme, telle est la mission que se donnent les champions de l’idée féministe.

Certes, si l’on entend par là, soustraire la femme aux puissances qui l’oppriment et aux servitudes qui la dégradent, il y a longtemps que l’Église a assumé ce rôle, et qu’elle s’en acquitte avec tout le zèle et tout le dévouement d’une tutrice incomparable. C’est grâce à l’Église catholique, continuatrice du ministère sacré de Jésus-Christ, que la femme, si avilie sous le régime païen, a été réintégrée dans sa dignité d’épouse et de mère, dans ses droits de compagne inséparable de l’homme auquel elle a uni ses destinées (1). Tout ce qui honore véritablement la femme, tout ce qui peut l’aider dans l’accomplissement des fonctions qui lui sont propres, tout ce qui peut instruire, élever, développer le sexe féminin dans le sens de sa nature, de sa vocation et de ses besoins, le catholicisme l’approuve, le bénit, et le favorise.

C’est là le vrai progrès.

Il y en a un autre, le faux, celui qui se fait au rebours des fonctions féminines, qui s’emploie à reconstruire sur un nouveau modèle le cerveau de la femme, qui tire l’épouse de son foyer pour la jeter sur la place publique, qui supprime la dissimilitude des sexes et la diversité de leurs conditions. Ce progrès prétendu, et qui n’est, en réalité, qu’une déviation non seulement de l’esprit chrétien, mais du plus vulgaire bon sens, l’Église le réprouve et le dénonce. Entendons, sur ce sujet, les Pères du Premier Concile Plénier de Québec (2) :

    L’Église, assurément, n’interdit pas à la femme d’exercer son influence pour le bien en dehors de sa demeure, ni de prendre sa part légitime dans l’action sociale plus nécessaire aujourd’hui que jamais ; mais elle réprouve les théories malsaines, propagées dans ces derniers temps, et dont nous devons travailler à préserver notre pays. Sous le très fallacieux prétexte de libérer la femme des servitudes que l’on dit peser sur elle, on veut tout simplement l’arracher au foyer dont elle a la garde, et la soustraire aux devoirs sacrés que la nature et la Providence lui imposent. Par une regrettable confusion, qui est le fruit de l’ignorance chez les uns, de la malice chez les autres, on laisse entendre que l’égalité entraîne la similitude des droits, et l’on veut que la femme entre en une ridicule et odieuse rivalité avec l’homme, sur un champ d’action où ni les conditions de la lutte, ni les chances du succès ne sauraient être égales. La mise en pratique de pareilles théories serait funeste à la femme et à la famille, et amènerait à bref délai la déchéance de l’un et la ruine de l’autre.

C’est ainsi que les chefs de l’Église catholique au Canada caractérisaient, il y aura bientôt dix ans, le mouvement féministe dont ils voyaient poindre, avec appréhension, parmi nous, les symptômes. Ce mouvement, depuis lors, s’est propagé et accentué. Des influences de toutes sortes s’exercent sur la femme canadienne, qui en déforment le rôle, qui en altèrent l’esprit, qui en subvertissent l’action, les manières et les attitudes.

Que de jeunes filles veulent échapper à la tutelle de leurs parents ! que d’épouses se laissent distraire de leurs devoirs les plus pressants par des soucis étrangers ! Certains programmes d’enseignement féminin se gonflent de questions oiseuses, et ne servent d’autre part qu’à gonfler les têtes, sans profit suffisant pour les coeurs. Certains écrits répandent des doctrines et préconisent des façons d’agir opposées aux meilleures traditions familiales. Certaines modes s’enhardissent au-delà de l’extrême limite et constituent un vrai défi à la décence et à la pudeur. Certaines lois sanctionnent les innovations les plus dangereuses, et ouvrent toute grande, à la femme, l’avenue des fonctions publiques.

Bref, le féminisme s’est implanté au milieu de nous ; et c’est notre sentiment qu’il croît et qu’il progresse, et qu’il pousse en divers sens ses rameaux, où germent des fruits de mort.

I

Quelles sont donc les racines par lesquelles se nourrit cette végétation malsaine et vivace ? De quelles erreurs et de quelles ambitions est sorti ce mouvement qui prend ici une telle ampleur, qui emporte avec lui tant d’esprits, et qui envahit tant de domaines ? Il n’est jamais vain, le labeur par lequel on fouille le sol, soit pour y déposer la bonne semence, soit pour en extirper une plante vénéneuse.

Le féminisme dont nous recherchons les causes n’a pas surgi tout seul, et par une sorte de génération spontanée. Il est éclos de deux négations, et de deux penchants mauvais : de la négation de l’autorité, et de celle de la disparité, dans le corps social ; du penchant de la présomption, et de celui de l’orgueil.

Le libre examen, posé en principe par la Réforme, a répandu sur le monde un large souffle d’agitation et d’indépendance. Tous les pouvoirs sociaux en ont été ébranlés. De là datent les luttes et les triomphes de l’individualisme, dans les pays protestantisés d’abord, puis dans certaines classes des pays catholiques plus atteintes par l’esprit nouveau.

En ces zones malheureuses, les croyances fondées sur l’autorité divine ont fléchi. L’Église n’a plus eu sur la pensée de l’homme, ni sur celle de la femme, cette prise profonde qui lui assurait le contrôle souverain des consciences. L’homme, le premier, a secoué le joug des dogmes, le joug des préceptes issus de la foi, et d’où naissaient pour lui, pour le sexe le plus fort, à l’endroit du sexe le plus faible et le plus digne de tous les respects, d’impérieux devoirs. Victime du scandale, du désordre, de l’infidélité, la femme à son tour s’est raidie contre le sort qu’on lui faisait, et elle s’est abandonnée au rêve d’une destinée où rien, dans la société, ne gênerait ses désirs et ne heurterait son élan.

De ce jour, l’autorité maritale n’était plus. Toutes les autorités sont solidaires. Et si la première, celle de Dieu, est méprisée ou mise en doute, les puissances secondaires et subordonnées qui s’y appuient chancellent. Et lorsque, dans la famille, il arrive que l’époux perde l’ascendant qui en faisait un chef obéi et vénéré, deux pouvoirs rivaux se dressent sous le même toit. La femme joue à l’homme. Elle revêt une personnalité qui n’est pas la sienne, et cela en dépouillant ce juste sentiment de soi, cette conscience de ses devoirs, de son rang, et de sa condition, qui seul peut maintenir l’ordre et la paix.

C’est le renversement de la tradition.

Nos moeurs chrétiennes, façonnées par l’Église et nées de son action la plus intime et la plus profonde, entourent le sexe féminin comme d’un rempart : rempart de foi, de grâce, de modestie, de retenue, de délicatesse, de tout ce qui fait la beauté morale de la femme, et de tout ce qui l’ennoblit à nos yeux. La femme, d’après l’idéal des siècles chrétiens, est une oeuvre de choix, le chef-d’oeuvre des mains divines qui, en créant des soeurs, des mères, des épouses, ont sculpté dans le marbre humain, avec un art infini, les vertus les plus pures, les physionomies les plus douces, les vies les plus humbles et les plus dévouées. L’esprit d’indépendance brise ce chef-d’oeuvre. Il défigure le type féminin que nous a légué le christianisme, et il y substitue un être nouveau, un type à part, le plus singulier mélange de faiblesse et d’audace, d’aménité et d’excentricité, une créature androgyne.

Cette bâtardise ne va pas sans une grave confusion d’idées. On proclame l’égalité de l’homme et de la femme, et on construit là-dessus le plus fragile des échafaudages. Or, « la question n’est pas de savoir si l’homme et la femme sont égaux, mais s’ils sont semblables. » (3) L’égalité, quelle qu’elle soit en face de Dieu, n’implique nullement la parité des rôles dans la société. On oublie que la femme, par son sexe même, par sa conformation physique et ses qualités morales, par ses goûts, ses talents, ses tendances, diffère absolument de l’homme, et que de cette différence radicale entre les sexes résulte une différence non moins grande dans les fonctions.

Fût-il même prouvé, écrit un professeur français (4), que le sexe féminin est aussi capable que le nôtre en toutes les choses de l’intelligence, il resterait que la femme n’en est pas moins femme, que l’homme n’en est pas moins homme, que chacun d’eux est voué à des fonctions physiologiques absolument incommunicables et muni conséquemment d’aptitudes forcément personnelles. De par la nature, l’homme a un rôle propre, la femme en a un autre ; et quelles que soient les atténuations possibles de leurs différences organiques et de leurs disparités mentales, on ne saurait concevoir, fût-ce dans l’infinie profondeur des siècles, ni anatomiquement, ni intellectuellement, une parfaite égalisation des sexes (5). À supposer même que l’homme et la femme en arrivent un jour à ne plus former qu’un seul être, identique d’esprit et de corps, — ce qui serait monstrueux, — il faudrait en conclure qu’en ce temps-là l’humanité cessera d’exister.

Le mépris de l’autorité, l’oubli de la disparité des sexes, sont donc bien les causes fondamentales d’où est sorti le féminisme. Ces causes sont fortifiées par le concours qu’elles ont reçu des penchants qui sommeillent au fond de tout être humain.

Qui n’a pas son grain d’ambition, son instinct de présomption ? C’est une pente où la chute est facile. Et cette chute se produit avec d’autant plus d’éclat, et un dérèglement d’autant plus grave, que l’homme s’écarte davantage des cadres naturels de son action.

On appelle présomption, dit saint Thomas (6), le fait de s’insurger dans ses actes contre l’ordre établi par la nature, et de s’assigner une mission trop haute, des opérations trop ardues, et en désaccord avec les facultés dont on est doué.

L’humeur présomptueuse compte pour beaucoup dans le mouvement féministe. La femme nouveau genre aspire à remplacer l’homme ; elle prétend du moins rivaliser avec lui dans tous les domaines de l’activité publique. Elle ne se demande pas comment elle est faite, ni ce que le Créateur attend d’elle, dans les limites où sa providence l’a placée. Elle refuse d’admettre des limites, et son regard curieux, sa pensée inquiète et pleine de désirs vise tous les buts, et embrasse tous les horizons.

Elle jalouse les succès de l’homme, les triomphes de la virilité. Non contente de la sphère où elle domine elle-même, et de ses propres triomphes dont l’homme est incapable, elle ambitionne la supériorité masculine, comme si sa tête soigneusement ajustée était faite pour toutes les couronnes. On ne pousse pas plus loin l’orgueil.

Nous ne disons pas que toutes les femmes, prises du mal féministe, vont jusqu’à cette folie. Le féminisme a ses degrés ; et il se nuance de toutes les couleurs que revêt l’envie de paraître, l’ambition de se distinguer et de provoquer l’éloge flatteur et la réclame tapageuse. Il varie et s’intensifie selon la culture qu’il reçoit. (...)

(Fin de la première partie. Pour télécharger le document intégral, cliquez sur l’icône ci-dessous. Vous trouverez les références dans le document intégral format word ci-joint).

Word - 86 ko

Source : Mgr Louis-Adolphe PAQUET, "Le féminisme", dans Études et Appréciations, Nouveaux Mélanges canadiens, Québec, Imprimerie franciscaine missionnaire, 1919, pp. 3-43.

Claude Bélanger, Marianopolis College.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 16 septembre 2009


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2009
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin