| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






dimanche 10 février 2013

Le nikab, ce cachot pour femmes

par Sam Haroun, enseignant et auteur






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Maroc - Interdiction du burkini et offensives islamistes
Burkini, voile : face aux polémiques et aux impasses, il faut relire Simone de Beauvoir
Soirée de solidarité avec Djemila Benhabib, le 12 septembre à Montréal
Le burkini est-il le dernier attentat islamiste en France ?
De l’emploi du terme "islamophobie"
Rimbaud et le burkini
Athlètes voilées aux JO : un petit pas en avant… ou un grand en arrière ?
Soutien à Djemila Benhabib - La liberté d’expression mise à l’épreuve par l’islam politique
Dénuder une Copte, c’est halal !
Lutte à la radicalisation - De la liberté religieuse à l’extrémisme, il n’y a parfois qu’un pas
La liberté d’expression au Québec, un joyau toujours menacé
Les vœux "pieux" des concepteurs du cours Éducation et Culture religieuse (ÉCR)
Sortir du manichéisme. Des roses et du chocolat
Le ministère de l’Immigration refuse d’entendre l’AQNAL à la commission parlementaire sur le projet de loi 77
L’obscurantisme ou les Lumières : le Québec doit choisir
Quel que soit le rôle de l’impérialisme, le groupe armé État islamique est responsable de ses actes
Vous n’avez pas le monopole de la dignité !
L’ennemi, c’est l’islam politique, pas les musulmans
Motion sur l’islamophobie - L’errance de nos élus
Lettre ouverte à Françoise David : "Vous faites des amalgames inacceptables"
Christine Delphy, la supercherie
"One Law for All" demande au gouvernement britannique une enquête sur les tribunaux islamiques
Les beaux malaises face à l’intégrisme
NOUS sommes en train de nous faire massacrer par VOTRE ennemi secondaire !
L’islamisme radical : l’Ailleurs est ici
Après le massacre à Charlie Hebdo, soutenons ceux qui se battent contre la droite religieuse
Plainte à l’ombudsman de Radio-Canada au sujet de l’émission "Enquête" du 27 novembre 2014
Lettre au premier ministre - M. Couillard, un Québec laïque, ça presse !
La laïcité n’est pas derrière mais devant nous et sa défense est plus que nécessaire
La "communauté musulmane" n’existe pas
Soutenons Louise Mailloux ! Protégeons la liberté d’expression
Radio-Canada RDI manipule l’information en faveur de l’islamisme : un exemple
Je croirai les dirigeants islamistes quand...
Des messagères de l’intégrisme islamique
La FIQ prend position en faveur de la Charte de la laïcité québécoise
FFQ et ÉG du féminisme - L’esprit partisan est-il à l’origine d’attaques virulentes contre des féministes ?
Pour une reconnaissance de la laïcité au Québec - Lancement et causerie chez Olivieri
Comment la laïcité peut changer notre monde
Protection de la laïcité : prière de légiférer !
Prédicateurs islamistes à Montréal - Comment pourrais-je me taire ?
Une intégration réussie, c’est l’adhésion à un socle commun enrichi de diversités culturelles
Laïcité et jugement au Saguenay - Pourquoi pas une prière pour Bernard ?
La prière à Saguenay : quelques mensonges du maire Jean Tremblay
Ni Allah, ni Maître. Entrevue avec la réalisatrice Nadia El Fani
Exposition "Et voilà ! Le voile musulman dévoilé !"
Cessons de nommer "islamophobie" et "blasphème" toute critique de l’islam
Gouvernement Harper - Le Bureau des évangéliques
Laïcité et diversité - Les angles morts des paradigmes de lecture de la diversité
Les enjeux du refus de la mixité : le contrôle social des femmes
Le niqab au Tribunal : primauté du droit ou de la religion ?
Canada - Le niqab au Tribunal - Une répétition de l’affaire Personne ?
Plaidoyer en faveur des droits universels - L’universalisme menace-t-il la diversité culturelle ?
Pour une perspective laïque et féministe du monde
La laïcité est un outil essentiel qui permet aux femmes de continuer d’avancer
L’innocence de l’Occident ou la liberté d’expression menacée
La laïcité est un facteur d’intégration et d’émancipation
La sexualité dans l’islam : une arme politique
La Coalition Laïcité Québec demande aux candidat-es de se prononcer sur la laïcité
Les participantes aux États généraux sur le féminisme demandent d’agir contre les intégrismes religieux
La oumma couve dans le ventre des femmes
Non à la souveraineté multiculturaliste de Québec solidaire
Le niqab devant les tribunaux - Les raisonnements douteux du Fonds d’action et d’éducation juridiques pour les femmes
Polygamie - La liberté de religion comporte des limites
Charia au Québec - Des propos qui méritent d’être dénoncés
Djemila Benhabib – Une pensée articulée et un ardent plaidoyer contre l’islamisme politique
Paris - L’extrême-droite catholique manifeste contre la christianophobie et les islamistes sont à ses côtés
« Vers l’obscurantisme » islamiste ? La députée Fatima Houda-Pepin s’inquiète pour la Tunisie et, surtout, pour la Libye
Procès de la famille Shafia - La jeune fille de 13 ans était derrière le volant, selon la preuve policière
Une propagandiste de l’islamisme bientôt collaboratrice de Radio-Canada
La laïcité, facteur d’intégration dans la société québécoise
La nécessaire laïcisation de l’éducation au Québec
Affirmer la laïcité, un pas de plus vers l’égalité réelle entre les femmes et les hommes
Le Mouvement laïque québécois et les symboles religieux autres que chrétiens
La laïcité sans compromis quant aux droits des femmes
La police de Toronto banalise les menaces de mort d’une intégriste islamiste contre Tarek Fatah
Lettre pour la pluralité des voix en matière d’islam et POUR la liberté de conscience !
Motion contre le kirpan - Le Québec et le multiculturalisme
Beaucoup de musulmans tentent de masquer des vérités laides : "Oui, l’islam permet au mari de battre sa femme"
Religion dans les garderies au Québec - Le commerce des petites âmes
Les enjeux de la laïcité selon la revue Spirale. Un dossier à consanguinité élevée !
Déclaration du Manifeste des libertés à propos des récents attentats contre des citoyens de confession chrétienne d’Irak et d’Égypte
Les musulmans du Québec
Prix Droits et Libertés - La Commission des droits de la personne erre plus que jamais
Guy Rocher - La laïcité tout court
La laïcité a-t-elle tué l’athéisme ?
"Une femme en colère", de Wassyla Tamzali
Une femme devenue prêtre
Le respect des convictions, fondement de la neutralité de l’État et de la laïcité
S’opposer à Hassan Al-Banna et aux Frères musulmans ne constitue pas du racisme
Vatican - Silences déplorables, condamnations impitoyables
Les adieux au cardinal Ouellet - Le « sacré » peut-il tout excuser ?
L’Afeas prend position pour une Charte de la laïcité, un système de santé public et des soins palliatifs accessibles
Jugement Dugré - Le cours Éthique et culture religieuse devant la Cour supérieure
Phyllis Lambert et Serge Joyal défendent les Frères Musulmans au détriment de la liberté
Jugement sur le cours Éthique et de culture religieuse - Au royaume de la confusion
La protection juridique de la laïcité : essentielle au maintien de la cohésion sociale
Cours Éthique et culture religieuse - L’éthique, la culture et le juge
Cours d’éthique et de culture religieuse - La Cour supérieure du Québec exempte le collège privé Loyola
L’intégrisme religieux menace-t-il nos droits ?
Colloque Égalité et Laïcité, quelles perspectives ?
Voile intégral en France : un projet de loi d’interdiction totale présenté en mai
Tariq Ramadan et un radicalisme qui ne dit pas son nom
Tariq le terrible
Église catholique - Le mur du silence
Laïcité - Un manifeste tendancieux
Pour un Québec laïque et pluraliste
Laïcité au Québec - Protéger les valeurs fondamentales propres à l’Occident démocratique
Accommodements pour motifs religieux - Où loge l’intolérance ?
Lettre à Télé-Québec au sujet du documentaire "Mes sœurs mulsulmanes"
Québec - Un féminisme de plus en plus gangrené par le relativisme
L’égalité d’abord, la liberté religieuse ensuite
Le manifeste des pluralistes : un manifeste raciste et antiféministe
La France et la burqa - Une audace à saluer
Manifeste pour le respect du principe de l’égalité entre les hommes et les femmes
Écoles privées - Le retour tranquille de la religion
Féministes en mal de laïcité
Interdiction du voile intégral au Canada - Lettre ouverte à Michael Ignatieff, chef du Parti libéral
Quand religion et égalité des femmes font les manchettes
Tolérance ou laïcité
Laïcité au Québec - Le pluralisme comme incantation
Port des signes religieux dans la fonction publique - En réponse au Manifeste pour un Québec pluraliste : Pour une laïcité active et positive
Laïcité – Le pari risqué de Québec solidaire et de la Fédération des femmes du Québec
Demander une charte de la laïcité, c’est faire appel à la conscience individuelle et collective
La laïcité et le voile... Osons dire les vraies choses
La laïcité est une exigence démocratique
Laïcité et droits des femmes : trois questions à Chahla Chafiq
Appel à soutenir le Bureau Laïque International
La présidente de Regards de femmes, Michèle Vianès, a reçu les insignes de la Légion d’Honneur. Son allocution
Projet de loi 16 - La conquête de l’égalité, un vrai rocher de Sisyphe
Projet de loi 16 - La CSN réclame toujours une charte de la laïcité
Projet de loi 16 - Pour la FTQ, ce projet de loi doit être retiré
Le SFPQ demande au gouvernement de surseoir au projet de loi 16 et d’adopter une charte de la laïcité
 Seule une charte de la laïcité permettra de poser les balises des accommodements raisonnables
Les accommodements religieux et le projet de loi 16
Interview avec Djemila Benhabib
Livre : "Ma Vie à contre-Coran", une femme témoigne sur les islamistes
Les femmes se souviennent du rôle répressif de l’Église au Québec
L’angle politique du débat sur la laïcité
Le féminisme vu par Mgr Louis-Adolphe Paquet en 1919
Laïcité et égalité : quel projet pour le Québec ?
Québec - Signes religieux dans les services publics : "La FFQ ne me représente pas"
Vingt ans de combat contre le voile : 1989-2009
Islamisme radical : soutenir une "victime" favorable à l’obscurantisme fanatique ?
La légitimité du féminisme laïque
L’après-discours d’Obama - Les femmes, boucs émissaires
France - Le Collectif pour la promotion de la laïcité veut faire annuler le décret imposé par Nicolas Sarkozy en faveur du Vatican
Nous avions jadis les mêmes ennemis : le patriarcat et les lois divines
Femmes sous lois musulmanes (WLUML) demande la révocation de la Résolution de l’ONU sur "la diffamation des religions"
"Aucune religion ne prône l’égalité entre les hommes et les femmes" - Talisma Nasreen
Une Église machiste et autoritaire
Lettre au président de l’Assemblée des évêques catholiques du Québec
Dieu existe et il est partout
"Ma vie à contre-coran", de Djemila Benhabib
Quand on préfère les cierges aux lumières...
Défendre les droits des femmes face au fondamentalisme religieux : une exigence démocratique
S’indigner au lieu de se résigner devant le fondamentalisme islamiste
Des religions pour quel dialogue ?
Quand la religion freine l’intégration des femmes
Les valeurs communes du Québec : pour les personnes immigrantes seulement ?
Le rapport Bouchard-Taylor est insensible à l’égalité des sexes
L’autodiscrimination, "jackpot" pour les intégristes
Démocratie et égalité des sexes : fine analyse et synthèse remarquable
Création du réseau À HAUTE VOIX pour interpeller les élus
Pourquoi nous ne souhaitons pas la bienvenue au pape
Fanny Truchelut doit être relaxée
Laïcité et résistances démocratiques
L’idée de Dieu est un "produit des faiblesses humaines", la Bible, "plutôt enfantine" (Albert Einstein)
Le corps des femmes, lieu commun
Y aurait-il des femmes plus aptes à la liberté que d’autres ? Réponse à Françoise David
Rapport Bouchard-Taylor - Un rendez-vous manqué pour les femmes
Laïcité et accommodements raisonnables au Québec
Rapport Bouchard-Taylor - L’art "scientifique" de noyer le poisson
Des féministes dans la fosse aux lionnes de la Commission Bouchard-Taylor
L’égalité entre les femmes et les hommes mise entre parenthèses
Un féminisme non interventionniste face à l’extrémisme religieux
La mort d’Aqsa Parvez, attribuée à son père, est le résultat d’un choc culturel
Les lois officielles et les lois du ciel
Accommodements raisonnables. Droit à la différence et non différence des droits
Accommodements et cultures - La laïcité pour éviter la fragmentation de la société
Religions, femmes et fondamentalismes
"Accommodements raisonnables" - Affirmer nos valeurs fondamentales pour mieux vivre la pluralité
Maintenir notre engagement envers toutes les Aqsa Parvez
Les extrémismes religieux et les droits des femmes
ONU - Vers un délit de "diffamation des religions"
Les accommodements religieux - Conflit de droits ou conflit de lois ?
Du voile et du viol
Laïcité : l’école et les enfants d’abord !
Le marketing du voile islamique
Éloge de la lâcheté - Lettre du Conseil du statut de la femme à "La Presse"
Yolande Geadah reçoit le Prix Condorcet 2007 du Mouvement laïque québécois
Conflit de droits : dilemme pour les juges ou simple mécanique juridique ?
Est-ce de l’islamophobie de critiquer l’intégrisme islamiste ?
Les accommodements raisonnables : quoi, comment, jusqu’où ?
La justice à l’épreuve de la diversité culturelle
Projet de loi 195 sur l’identité québécoise, présenté par Pauline Marois à l’Assemblée nationale du Québec
Lapidation de Ghofrane en France
La laïcité est l’affaire des femmes - Appel contre les résolutions de l’ONU sur la "diffamation des religions"
Synthèse des réflexions sur la question des accommodements raisonnables et les différences
Pourquoi l’ajout du droit à l’égalité entre les femmes et les hommes à la Charte québécoise énerve-t-il tant ?
L’affaire Truchelut - "Tu n’es pas maître dans ta maison quand nous y sommes."
Tolérer l’intolérable au nom de la diversité culturelle est une forme de colonialisme
Ayaan Hirsi Ali : l’errance d’une femme qui a osé parler
50 ans de droits des femmes en Europe : Où sommes-nous arrivées ?
Une comparaison réductrice de Christine Delphy
Les "différences culturelles" peuvent-elles excuser le sexisme ?
Le vote à visage découvert
C’est quoi être accommodant et raisonnable ?
La laïcité est l’affaire des femmes - Appel contre les résolutions de l’ONU sur la "diffamation des religions"
"Accommodements raisonnables" - Affirmer nos valeurs fondamentales pour mieux vivre la pluralité
Commission Bouchard-Taylor - Consultation publique sur les pratiques d’accommodement : citoyens et citoyennes pourront choisir entre plusieurs modes de participation
Accommodements pour obligations religieuses - Pour qui ? Pourquoi ?
Pratiques d’accommodements - La Commission Bouchard-Taylor consultera les citoyens et les citoyennes en septembre prochain
Les droits des femmes devant les fondamentalismes religieux
ONU - Vers un délit de "diffamation des religions"
Démocratie et obligations religieuses - L’impasse ?
Commission de consultation sur les pratiques d’accommodements reliées aux différences culturelles - Cherchez l’erreur
L’anecdote ou le fait de société
Les accommodants
Renforcer le caractère laïc de nos démocraties
Les limites de la tolérance et de l’accommodement







Triste décembre 2012 pour les libertés au Canada ! Le nikab a maintenant fait son entrée dans nos tribunaux, et c’est pour y demeurer, ainsi que, probablement demain, dans les autres institutions publiques. Notre premier réflexe serait d’imputer la responsabilité de cette décision aux juges de la Cour suprême : nous aurions tort car les juges disent la loi, ils ne la font pas. Ce sont les insuffisances et les inconséquences de la Charte canadienne des droits et des libertés qui sont à l’origine de cette lamentable affaire. À la différence de la constitution américaine qui, grâce au Premier Amendement relatif à la séparation de l’État et de la religion, limite la liberté de religion et sert de frein à l’intrusion du sacré dans l’État, notre constitution n’oppose aucun contrepoids ni à la suprématie de Dieu du préambule ni à la liberté de religion de l’article 2 ni au multiculturalisme de l’article 27. L’état actuel de notre droit privilégie l’accommodement plutôt que le principe, le compromis et le flou plutôt que la ferme précision du texte. Le législateur, mué en Ponce Pilate, laisse aux juges le soin de combler, autant que faire se peut, les déficiences du texte. Il n’est donc pas étonnant que nous soyons entraînés de hijabs en nikabs et d’accommodements en abdications.

Ne nous y trompons pas ! Le niqab signifie, pour la femme, la réclusion loin du monde des vivants, l’exil intérieur au royaume des ténèbres. C’est le retour marqué au péché originel dont le premier et plus important effet est la stigmatisation de la chair de la femme. « Je multiplierai les peines de tes grossesses, dans la peine tu enfanteras tes fils. Ta convoitise te poussera vers ton mari et lui dominera sur toi ». C’est la première fois que Dieu s’adresse à la femme, et c’est pour la condamner ! Condamnation sans appel : la concupiscence, elle l’incarne, elle en porte le maléfice. La chair est impure. La chair de la femme est impure. Subornée par Satan, Ève a suborné Adam. Sa culpabilité, évidente, contamine l’homme. Elle doit donc être isolée, se voiler la face et envelopper son corps de peur de répandre son maléfice sur le reste du monde.

La Bible et les femmes

L’impureté de la femme est sans cesse rappelée dans la Bible et le Coran. Elle pèse sur la femme comme une malédiction. Lors de la campagne militaire contre les Madianites, Moïse s’emporta contre les commandants qui, par pitié, capturèrent les femmes sans les tuer : « Pourquoi avez-vous laissé la vie à toutes les femmes ? Ce sont elles qui [...]ont été cause que les enfants d’Israël se sont pervertis en reniant Yahvé [...] : d’où le fléau qui a sévi sur la communauté d’Israël ». Car « C’est par la femme que le péché a commencé, et c’est à cause d’elle que nous mourons ». Dans l’Ancien Testament, la femme n’a droit qu’à une identité réduite, atrophiée de surcroît par la honte et la culpabilité. Et si, dans les Évangiles, Jésus-Christ traite les femmes avec sollicitude, prend la défense de la femme adultère et de la prostituée, et s’affiche avec les Samaritaines, mal vues par les Pharisiens, saint Paul et ses disciples, de saint Augustin aux dogmatiques clercs de nos jours, se sont évertués à restaurer l’image de la femme impure, porteuse du péché originel. « [...] la femme doit porter sur sa tête la marque de sa dépendance ». La marque de sa dépendance signifie que la femme est tenue de se couvrir la tête en signe d’humilité et de soumission. Plus tard, au IIème siècle, Tertullien s’adresse à la femme en ces termes : « Elle vit encore, la sentence de Dieu contre ton sexe. Vis donc, il le faut, en accusée. C’est toi la porte du diable [...] ». Puisque la chair de la femme est coupable, la virginité devient une valeur théologique suprême.

La concupiscence, fille du péché originel, nous habite depuis la naissance. « Était-ce un péché de convoiter le sein en pleurant ? Si je convoitais maintenant avec la même ardeur, non pas le sein nourricier mais l’aliment convenable à mon âge, on me raillerait et on me reprendrait à bon droit. Ce que je faisais était répréhensible [...] Oui, c’était une avidité mauvaise ». Mais l’enfance est inconsciente ; avec l’adolescence et l’âge adulte, la concupiscence prend une ampleur incontrôlable, elle est fornication, ténèbres sensuelles, débauche. La notion d’impureté revient sans cesse, impureté de soi et infection de l’autre, le diable est dans ces mauvaises semences. Le salut est dans l’abstinence totale, les amours terrestres sont viles, souillées. On est saisi par la même frayeur devant les œuvres de chair et la même volonté de rejeter la femme, porteuse du péché. L’éros, voilà l’ennemi ! Mais la nécessité de reproduire l’espèce nous contraint à pratiquer l’acte sexuel : dès lors, nous pouvons le faire sans joie ni plaisir. comme un travail forcé, une corvée indispensable à la gloire de Dieu. Le pape Jean-Paul II ne pensait-il pas encore récemment « [...]qu’un homme ne pouvait, même dans le cadre du mariage, regarder sa femme sans que cela soit impudique ».

L’islam et les femmes

La concupiscence, issue du péché originel, incrimine la femme, et la place, dans la théologie biblique, en retrait par rapport à l’homme, elle lui est soumise de droit divin. La femme n’est pas mieux lotie dans l’islam, et la réclusion y est poussée à son extrême limite. Venue sur terre après l’homme et créée à partir de celui-ci (Ô Adam ! Ô Ève), elle est faite pour l’homme. Elle est censée se marier, procréer et satisfaire les désirs de son mari. « Vos femmes sont un champ de labour pour vous : cultivez votre champ de la manière qui vous convient [...] ». Dans la meilleure tradition bédouine du VIIème siècle et énoncée dans la sourate IV, les épouses doivent être chastes (qanitat) et vertueuses (salihat) et en aucun cas, se rebeller contre leurs époux (nûchuz). Lorsqu’elle commettent de tels écarts, l’un des moyens auquel on peut recourir est de les éloigner de leur espace privatif (« exilez-vous d’elles dans le lit : mettez-les à part »).

L’exil intérieur est une forme de réclusion. Ce qui frappe, du reste, dans la condition de la femme dans l’islam, c’est la réclusion qu’on lui impose, soit par la séparation des femmes par rapport aux hommes dans les espaces fermés, soit par le port de voiles et d’autres vêtements à l’extérieur de la maison. À l’origine de cette règle, il y a le fait que le contact avec le monde extérieur autre que familial risque de corrompre le comportement de la femme. Mais une autre raison est liée à la différence entre l’épouse légitime d’une part, et la concubine ou la femme sans attaches familiales d’autre part. Dans la société musulmane traditionnelle, l’épouse représente l’honneur de la famille et du clan, donc elle est obligée de se comporter de la façon la plus réservée et la plus digne possible, c’est-à-dire sans risque de compromettre sa chasteté en se frottant au monde extérieur. En revanche, la concubine ou la femme sans attaches jouit d’une vie plus relâchée et en réalité « plus libre » que l’épouse légitime. Elle peut montrer ses atours et faire la noce à volonté. « Je n’ai aucun souci relatif à ma femme, dit Djahiz à un soldat, puisque je possède ma jument et ma concubine : la première me sert pour les jours sombres de la guerre, et la seconde pour les moments de l’amour ».

Née des mœurs guerrières de la période préislamique, la réclusion devient imprescriptible à partir du moment où Mahomet, suivant la parole d’Allah, lui confère un caractère sacré, y mêlant risque de souillure au contact de l’extérieur et infériorité de la femme. Elle illustre la dégradation de la femme et les contraintes excessives de la vie sociale. Depuis la révélation divine, la femme est assujettie, outre aux hommes de son clan, à l’empire de Dieu qui transforme cette soumission en un dogme inaltérable. « Ô Prophète, dis à tes femmes, à tes filles, aux femmes des croyants d’abaisser sur leur front leur djilhab, on les distinguera par là, et elles ne seront pas exposées à être insultées ».

Le niqab est l’ultime illustration de la réclusion. C’est le stigmate de l’impureté que porte la femme depuis la Création. La femme est a priori coupable. Par conséquent, elle n’a pas le droit de montrer sa féminité, d’affirmer sa dignité et de s’afficher en public. Qu’en l’an de grâce 2012, la Cour suprême de l’une des démocraties les plus avancées du monde confère la légitimité à une pratique médiévale, contraire aux principes d’égalité et de liberté, nous autorise à soulever de sérieuses questions sur le bien-fondé de certaines dispositions de notre Charte des droits et des libertés.

L’auteur

D’origine libanaise, diplômé de l’Université de Lyon et de l’UQAM, Sam Haroun est enseignant de métier. Il vit au Québec depuis 1975. Son expérience de trois cultures : arabe, française et québécoise, a fait de lui un défenseur ardent et éclairé de la laïcité. Il est l’auteur d’un essai sur la laïcité au Québec, L’État n’est pas soluble dans l’eau bénite (Septentrion, 2008). Il a également publié dans la revue de L’Action nationale (déc. 2012) un compte rendu du livre de Gérard Bouchard sur l’Interculturalisme au Québec.

Mise en ligne sur Sisyphe, le 4 février 2013


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Sam Haroun, enseignant et auteur

D’origine libanaise, diplômé de l’Université de Lyon et de l’UQAM, Sam Haroun est enseignant de métier. Il vit au Québec depuis 1975. Son expérience de trois cultures : arabe, française et québécoise, a fait de lui un défenseur ardent et éclairé de la laïcité. Il est l’auteur d’un essai sur la laïcité au Québec, L’État n’est pas soluble dans l’eau bénite (Septentrion, 2008). Il a également publié dans la revue de L’Action nationale (déc. 2012) un compte rendu du livre de Gérard Bouchard sur l’Interculturalisme au Québec.



Plan-Liens Forum

  • Le nikab, ce cachot pour femmes
    (1/1) 11 mars 2013 , par Nadine Jammal

    rép: Sisyphe




  • Le nikab, ce cachot pour femmes
    11 mars 2013 , par Nadine Jammal   [retour au début des forums]

    Tres intéressant ce texte...mais je ne peux m’empécher de penser que la femme qui a témoigné voilée devant la cour suprème l’a fait, de son propre aveu, pour se protéger des représailles, après un viol. Non voilée, elle n’aurait sans doute pas témoigné...alors quelle est la position la plus avantageuse pour elle et pour le mouvement féministe au Québec : lui interdire de témoigner à visage couvert, parce que nous voulons préserver les droits des femmes ou bien lui donner la possibilité de se défendre à visage couvert, tout en sachant bien que, de toute façon, il y aura sans doute des représailles, mais en prenant aussi le risque que le viol ne soit jamais dénoncé par certaines femmes, qui vivent dans la peur...

    Nadine Jammal

    • Le nikab, ce cachot pour femmes
      17 mars 2013 , par Sisyphe
        [retour au début des forums]

      Des femmes violées qui ne sont pas musulmanes ont aussi peur des représailles. Devrait-on leur accorder aussi le privilège de témoigner à visage couvert ? Ou bien supposez-vous que les hommes musulmans qui ont violé cette femme risquent plus de mener des représailles envers la victime que des agresseurs non musulmans le feraient pour leur victime ? Les représailles envers les victimes de viol sont aussi interdites par les lois. Les hommes qui s’en rendent coupables peuvent être poursuivis et emprisonnés. Faut-il une justice parallèle pour les Canadiens et Canadiennes de confession musulmane ? C’est ici que les droits des femmes - de toutes les femmes - sont menacés.

      [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2013
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin