| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mercredi 12 décembre 2012

Plaidoyer en faveur des droits universels - L’universalisme menace-t-il la diversité culturelle ?

par Michèle Sirois, anthropologue, spécialiste en sociologie des religions






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Maroc - Interdiction du burkini et offensives islamistes
Burkini, voile : face aux polémiques et aux impasses, il faut relire Simone de Beauvoir
Soirée de solidarité avec Djemila Benhabib, le 12 septembre à Montréal
Le burkini est-il le dernier attentat islamiste en France ?
De l’emploi du terme "islamophobie"
Rimbaud et le burkini
Athlètes voilées aux JO : un petit pas en avant… ou un grand en arrière ?
Soutien à Djemila Benhabib - La liberté d’expression mise à l’épreuve par l’islam politique
Dénuder une Copte, c’est halal !
Lutte à la radicalisation - De la liberté religieuse à l’extrémisme, il n’y a parfois qu’un pas
La liberté d’expression au Québec, un joyau toujours menacé
Les vœux "pieux" des concepteurs du cours Éducation et Culture religieuse (ÉCR)
Sortir du manichéisme. Des roses et du chocolat
Le ministère de l’Immigration refuse d’entendre l’AQNAL à la commission parlementaire sur le projet de loi 77
L’obscurantisme ou les Lumières : le Québec doit choisir
Quel que soit le rôle de l’impérialisme, le groupe armé État islamique est responsable de ses actes
Vous n’avez pas le monopole de la dignité !
L’ennemi, c’est l’islam politique, pas les musulmans
Motion sur l’islamophobie - L’errance de nos élus
Lettre ouverte à Françoise David : "Vous faites des amalgames inacceptables"
Christine Delphy, la supercherie
"One Law for All" demande au gouvernement britannique une enquête sur les tribunaux islamiques
Les beaux malaises face à l’intégrisme
NOUS sommes en train de nous faire massacrer par VOTRE ennemi secondaire !
L’islamisme radical : l’Ailleurs est ici
Après le massacre à Charlie Hebdo, soutenons ceux qui se battent contre la droite religieuse
Plainte à l’ombudsman de Radio-Canada au sujet de l’émission "Enquête" du 27 novembre 2014
Lettre au premier ministre - M. Couillard, un Québec laïque, ça presse !
La laïcité n’est pas derrière mais devant nous et sa défense est plus que nécessaire
La "communauté musulmane" n’existe pas
Soutenons Louise Mailloux ! Protégeons la liberté d’expression
Radio-Canada RDI manipule l’information en faveur de l’islamisme : un exemple
Je croirai les dirigeants islamistes quand...
Des messagères de l’intégrisme islamique
La FIQ prend position en faveur de la Charte de la laïcité québécoise
FFQ et ÉG du féminisme - L’esprit partisan est-il à l’origine d’attaques virulentes contre des féministes ?
Pour une reconnaissance de la laïcité au Québec - Lancement et causerie chez Olivieri
Comment la laïcité peut changer notre monde
Protection de la laïcité : prière de légiférer !
Prédicateurs islamistes à Montréal - Comment pourrais-je me taire ?
Une intégration réussie, c’est l’adhésion à un socle commun enrichi de diversités culturelles
Laïcité et jugement au Saguenay - Pourquoi pas une prière pour Bernard ?
La prière à Saguenay : quelques mensonges du maire Jean Tremblay
Ni Allah, ni Maître. Entrevue avec la réalisatrice Nadia El Fani
Exposition "Et voilà ! Le voile musulman dévoilé !"
Cessons de nommer "islamophobie" et "blasphème" toute critique de l’islam
Gouvernement Harper - Le Bureau des évangéliques
Le nikab, ce cachot pour femmes
Laïcité et diversité - Les angles morts des paradigmes de lecture de la diversité
Les enjeux du refus de la mixité : le contrôle social des femmes
Le niqab au Tribunal : primauté du droit ou de la religion ?
Canada - Le niqab au Tribunal - Une répétition de l’affaire Personne ?
Pour une perspective laïque et féministe du monde
La laïcité est un outil essentiel qui permet aux femmes de continuer d’avancer
L’innocence de l’Occident ou la liberté d’expression menacée
La laïcité est un facteur d’intégration et d’émancipation
La sexualité dans l’islam : une arme politique
La Coalition Laïcité Québec demande aux candidat-es de se prononcer sur la laïcité
Les participantes aux États généraux sur le féminisme demandent d’agir contre les intégrismes religieux
La oumma couve dans le ventre des femmes
Non à la souveraineté multiculturaliste de Québec solidaire
Le niqab devant les tribunaux - Les raisonnements douteux du Fonds d’action et d’éducation juridiques pour les femmes
Polygamie - La liberté de religion comporte des limites
Charia au Québec - Des propos qui méritent d’être dénoncés
Djemila Benhabib – Une pensée articulée et un ardent plaidoyer contre l’islamisme politique
Paris - L’extrême-droite catholique manifeste contre la christianophobie et les islamistes sont à ses côtés
« Vers l’obscurantisme » islamiste ? La députée Fatima Houda-Pepin s’inquiète pour la Tunisie et, surtout, pour la Libye
Procès de la famille Shafia - La jeune fille de 13 ans était derrière le volant, selon la preuve policière
Une propagandiste de l’islamisme bientôt collaboratrice de Radio-Canada
La laïcité, facteur d’intégration dans la société québécoise
La nécessaire laïcisation de l’éducation au Québec
Affirmer la laïcité, un pas de plus vers l’égalité réelle entre les femmes et les hommes
Le Mouvement laïque québécois et les symboles religieux autres que chrétiens
La laïcité sans compromis quant aux droits des femmes
La police de Toronto banalise les menaces de mort d’une intégriste islamiste contre Tarek Fatah
Lettre pour la pluralité des voix en matière d’islam et POUR la liberté de conscience !
Motion contre le kirpan - Le Québec et le multiculturalisme
Beaucoup de musulmans tentent de masquer des vérités laides : "Oui, l’islam permet au mari de battre sa femme"
Religion dans les garderies au Québec - Le commerce des petites âmes
Les enjeux de la laïcité selon la revue Spirale. Un dossier à consanguinité élevée !
Déclaration du Manifeste des libertés à propos des récents attentats contre des citoyens de confession chrétienne d’Irak et d’Égypte
Les musulmans du Québec
Prix Droits et Libertés - La Commission des droits de la personne erre plus que jamais
Guy Rocher - La laïcité tout court
La laïcité a-t-elle tué l’athéisme ?
"Une femme en colère", de Wassyla Tamzali
Une femme devenue prêtre
Le respect des convictions, fondement de la neutralité de l’État et de la laïcité
S’opposer à Hassan Al-Banna et aux Frères musulmans ne constitue pas du racisme
Vatican - Silences déplorables, condamnations impitoyables
Les adieux au cardinal Ouellet - Le « sacré » peut-il tout excuser ?
L’Afeas prend position pour une Charte de la laïcité, un système de santé public et des soins palliatifs accessibles
Jugement Dugré - Le cours Éthique et culture religieuse devant la Cour supérieure
Phyllis Lambert et Serge Joyal défendent les Frères Musulmans au détriment de la liberté
Jugement sur le cours Éthique et de culture religieuse - Au royaume de la confusion
La protection juridique de la laïcité : essentielle au maintien de la cohésion sociale
Cours Éthique et culture religieuse - L’éthique, la culture et le juge
Cours d’éthique et de culture religieuse - La Cour supérieure du Québec exempte le collège privé Loyola
L’intégrisme religieux menace-t-il nos droits ?
Colloque Égalité et Laïcité, quelles perspectives ?
Voile intégral en France : un projet de loi d’interdiction totale présenté en mai
Tariq Ramadan et un radicalisme qui ne dit pas son nom
Tariq le terrible
Église catholique - Le mur du silence
Laïcité - Un manifeste tendancieux
Pour un Québec laïque et pluraliste
Laïcité au Québec - Protéger les valeurs fondamentales propres à l’Occident démocratique
Accommodements pour motifs religieux - Où loge l’intolérance ?
Lettre à Télé-Québec au sujet du documentaire "Mes sœurs mulsulmanes"
Québec - Un féminisme de plus en plus gangrené par le relativisme
L’égalité d’abord, la liberté religieuse ensuite
Le manifeste des pluralistes : un manifeste raciste et antiféministe
La France et la burqa - Une audace à saluer
Manifeste pour le respect du principe de l’égalité entre les hommes et les femmes
Écoles privées - Le retour tranquille de la religion
Féministes en mal de laïcité
Interdiction du voile intégral au Canada - Lettre ouverte à Michael Ignatieff, chef du Parti libéral
Quand religion et égalité des femmes font les manchettes
Tolérance ou laïcité
Laïcité au Québec - Le pluralisme comme incantation
Port des signes religieux dans la fonction publique - En réponse au Manifeste pour un Québec pluraliste : Pour une laïcité active et positive
Laïcité – Le pari risqué de Québec solidaire et de la Fédération des femmes du Québec
Demander une charte de la laïcité, c’est faire appel à la conscience individuelle et collective
La laïcité et le voile... Osons dire les vraies choses
La laïcité est une exigence démocratique
Laïcité et droits des femmes : trois questions à Chahla Chafiq
Appel à soutenir le Bureau Laïque International
La présidente de Regards de femmes, Michèle Vianès, a reçu les insignes de la Légion d’Honneur. Son allocution
Projet de loi 16 - La conquête de l’égalité, un vrai rocher de Sisyphe
Projet de loi 16 - La CSN réclame toujours une charte de la laïcité
Projet de loi 16 - Pour la FTQ, ce projet de loi doit être retiré
Le SFPQ demande au gouvernement de surseoir au projet de loi 16 et d’adopter une charte de la laïcité
 Seule une charte de la laïcité permettra de poser les balises des accommodements raisonnables
Les accommodements religieux et le projet de loi 16
Interview avec Djemila Benhabib
Livre : "Ma Vie à contre-Coran", une femme témoigne sur les islamistes
Les femmes se souviennent du rôle répressif de l’Église au Québec
L’angle politique du débat sur la laïcité
Le féminisme vu par Mgr Louis-Adolphe Paquet en 1919
Laïcité et égalité : quel projet pour le Québec ?
Québec - Signes religieux dans les services publics : "La FFQ ne me représente pas"
Vingt ans de combat contre le voile : 1989-2009
Islamisme radical : soutenir une "victime" favorable à l’obscurantisme fanatique ?
La légitimité du féminisme laïque
L’après-discours d’Obama - Les femmes, boucs émissaires
France - Le Collectif pour la promotion de la laïcité veut faire annuler le décret imposé par Nicolas Sarkozy en faveur du Vatican
Nous avions jadis les mêmes ennemis : le patriarcat et les lois divines
Femmes sous lois musulmanes (WLUML) demande la révocation de la Résolution de l’ONU sur "la diffamation des religions"
"Aucune religion ne prône l’égalité entre les hommes et les femmes" - Talisma Nasreen
Une Église machiste et autoritaire
Lettre au président de l’Assemblée des évêques catholiques du Québec
Dieu existe et il est partout
"Ma vie à contre-coran", de Djemila Benhabib
Quand on préfère les cierges aux lumières...
Défendre les droits des femmes face au fondamentalisme religieux : une exigence démocratique
S’indigner au lieu de se résigner devant le fondamentalisme islamiste
Des religions pour quel dialogue ?
Quand la religion freine l’intégration des femmes
Les valeurs communes du Québec : pour les personnes immigrantes seulement ?
Le rapport Bouchard-Taylor est insensible à l’égalité des sexes
L’autodiscrimination, "jackpot" pour les intégristes
Démocratie et égalité des sexes : fine analyse et synthèse remarquable
Création du réseau À HAUTE VOIX pour interpeller les élus
Pourquoi nous ne souhaitons pas la bienvenue au pape
Fanny Truchelut doit être relaxée
Laïcité et résistances démocratiques
L’idée de Dieu est un "produit des faiblesses humaines", la Bible, "plutôt enfantine" (Albert Einstein)
Le corps des femmes, lieu commun
Y aurait-il des femmes plus aptes à la liberté que d’autres ? Réponse à Françoise David
Rapport Bouchard-Taylor - Un rendez-vous manqué pour les femmes
Laïcité et accommodements raisonnables au Québec
Rapport Bouchard-Taylor - L’art "scientifique" de noyer le poisson
Des féministes dans la fosse aux lionnes de la Commission Bouchard-Taylor
L’égalité entre les femmes et les hommes mise entre parenthèses
Un féminisme non interventionniste face à l’extrémisme religieux
La mort d’Aqsa Parvez, attribuée à son père, est le résultat d’un choc culturel
Les lois officielles et les lois du ciel
Accommodements raisonnables. Droit à la différence et non différence des droits
Accommodements et cultures - La laïcité pour éviter la fragmentation de la société
Religions, femmes et fondamentalismes
"Accommodements raisonnables" - Affirmer nos valeurs fondamentales pour mieux vivre la pluralité
Maintenir notre engagement envers toutes les Aqsa Parvez
Les extrémismes religieux et les droits des femmes
ONU - Vers un délit de "diffamation des religions"
Les accommodements religieux - Conflit de droits ou conflit de lois ?
Du voile et du viol
Laïcité : l’école et les enfants d’abord !
Le marketing du voile islamique
Éloge de la lâcheté - Lettre du Conseil du statut de la femme à "La Presse"
Yolande Geadah reçoit le Prix Condorcet 2007 du Mouvement laïque québécois
Conflit de droits : dilemme pour les juges ou simple mécanique juridique ?
Est-ce de l’islamophobie de critiquer l’intégrisme islamiste ?
Les accommodements raisonnables : quoi, comment, jusqu’où ?
La justice à l’épreuve de la diversité culturelle
Projet de loi 195 sur l’identité québécoise, présenté par Pauline Marois à l’Assemblée nationale du Québec
Lapidation de Ghofrane en France
La laïcité est l’affaire des femmes - Appel contre les résolutions de l’ONU sur la "diffamation des religions"
Synthèse des réflexions sur la question des accommodements raisonnables et les différences
Pourquoi l’ajout du droit à l’égalité entre les femmes et les hommes à la Charte québécoise énerve-t-il tant ?
L’affaire Truchelut - "Tu n’es pas maître dans ta maison quand nous y sommes."
Tolérer l’intolérable au nom de la diversité culturelle est une forme de colonialisme
Ayaan Hirsi Ali : l’errance d’une femme qui a osé parler
50 ans de droits des femmes en Europe : Où sommes-nous arrivées ?
Une comparaison réductrice de Christine Delphy
Les "différences culturelles" peuvent-elles excuser le sexisme ?
Le vote à visage découvert
C’est quoi être accommodant et raisonnable ?
La laïcité est l’affaire des femmes - Appel contre les résolutions de l’ONU sur la "diffamation des religions"
"Accommodements raisonnables" - Affirmer nos valeurs fondamentales pour mieux vivre la pluralité
Commission Bouchard-Taylor - Consultation publique sur les pratiques d’accommodement : citoyens et citoyennes pourront choisir entre plusieurs modes de participation
Accommodements pour obligations religieuses - Pour qui ? Pourquoi ?
Pratiques d’accommodements - La Commission Bouchard-Taylor consultera les citoyens et les citoyennes en septembre prochain
Les droits des femmes devant les fondamentalismes religieux
ONU - Vers un délit de "diffamation des religions"
Démocratie et obligations religieuses - L’impasse ?
Commission de consultation sur les pratiques d’accommodements reliées aux différences culturelles - Cherchez l’erreur
L’anecdote ou le fait de société
Les accommodants
Renforcer le caractère laïc de nos démocraties
Les limites de la tolérance et de l’accommodement







Au sortir de la 2e Guerre mondiale, pour tenter d’éviter un retour de la barbarie qui avait conduit à l’hécatombe dont elle venait d’être témoin, la communauté internationale s’est dotée, en 1948, de la Déclaration universelle des droits humains. Conscients que, avec la bombe atomique, l’espèce humaine avait maintenant les moyens de s’autodétruire, plusieurs représentants de divers continents se sont entendus pour mettre en place les conditions permettant d’assurer l’égalité des droits, le développement et la justice, seuls garants de la paix dans le monde. Depuis quelques années, cependant, de nombreux intervenants internationaux remettent en question ces droits universels, les qualifiant d’« occidentaux » et donc de « menace à la diversité culturelle ». Or, dans le monde actuel, affirmer que les droits humains sont universels est plus que jamais essentiel à la survie de l’humanité.

Des sociétés en mutation

Aujourd’hui, plusieurs populations se sentent souvent tiraillées entre modernité et tradition, parce que les sociétés sont de moins en moins homogènes. Ce phénomène est dû à plusieurs facteurs qu’il est important de comprendre. Premièrement, des flux migratoires très importants (voir le tableau ci-contre) contribuent à métisser les sociétés. Ces migrations sont notamment attribuables aux guerres et aux nombreux conflits armés, aux désastres environnementaux, et à la pauvreté endémique qui sévit dans plusieurs régions du globe victimes du néocolonialisme. Il en résulte un intense brassage culturel qui, s’il est source d’enrichissement, peut aussi apparaître comme un facteur de déstabilisation, en particulier dans les pays occidentaux aux prises avec une démographie vieillissante, ou pour des groupes minoritaires qui présentent une fragilité culturelle particulière. La perte de l’homogénéité culturelle des sociétés qu’entraîne l’intégration de tous ces migrants fait surgir des peurs identitaires et pose de nouveaux défis. Cela est ressenti de façon encore plus intense dans les villes, parce que, en absorbant de plus en plus de migrants, elles deviennent gigantesques et se densifient sans cesse, ce qui nécessite une restructuration des rapports sociaux traditionnels.


Augmentation du nombre d’immigrants dans le monde, entre 1990 et 2010.

Canada ........................................................ 62%
Amérique du Nord ........................................ 56%
Europe ......................................................... 71%
Monde .......................................................... 73%

Source : United Nations, Department of Economic and Social Affairs, Population Division (2009). Trends in International Migrant Stock : The 2008 Revision (United Nations database, POP/DB/MIG/Stock/Rev. 2008).


Deuxièmement, le monde actuel fait face à l’émergence d’une culture mondiale. On présente souvent les satellites et les communications qui se tissent sur la toile à la fois comme les instruments et les symboles d’une mondialisation croissante, et cela, aux plans tant économique, technique, politique que culturel. On accuse souvent les satellites et internet de menacer les « tribus ». Pour aller au-delà de l’ethnocentrisme de l’Occident, qui a très longtemps affirmé sa supériorité en s’attribuant le statut de « civilisation » et en qualifiant le reste du monde de « tribus », on peut s’interroger sur l’avenir de la diversité culturelle dans ce contexte de mondialisation et de culture de masse. Partout sur la planète, l’homogénéisation culturelle (notamment à la faveur de la culture états-unienne) qui accompagne la mondialisation amène des populations qui subissent ce courant écrasant à craindre de perdre leur identité culturelle.

Troisièmement, les sociétés font face à des crises économiques à répétition – auxquelles s’ajoute, en Occident, un processus de désindustrialisation –, qui s’accompagnent d’une décroissance et d’une forte instabilité économiques. À cause de la délocalisation de la production vers le tiers-monde et les pays émergents ainsi que de la dégringolade de la classe moyenne dans les pays qu’on appelait auparavant « riches », des populations sentent que leurs capacités d’accueil face à l’immigration sont devenues plus restreintes. Invoquant l’état déplorable des finances de l’État (devenues exsangues à la suite du sauvetage des banques et des réductions d’impôt à répétition), de nombreux pays sabrent les programmes sociaux, ce qui exacerbe l’insécurité des citoyens. Or, l’histoire nous apprend que, malheureusement, l’accentuation de la fracture sociale entre les riches et les pauvres, l’augmentation du chômage et le désespoir de s’en sortir constituent des terrains fertiles pour le racisme, la violence et la montée de l’extrême-droite.

Quatrièmement, l’humanité connaît actuellement un développement technologique pratiquement hors de contrôle. Durant des centaines de millénaires, le progrès technique allait de pair avec l’évolution du cerveau humain, ce qui n’est plus le cas depuis quelques millénaires, les technologies et la science évoluant indépendamment de tout changement biologique. Aujourd’hui, le seul ennemi de l’être humain est l’espèce humaine elle-même, et l’unique moyen de contrôler l’utilisation dangereuse des progrès technologiques réside dans l’organisation des sociétés. Quand on réalise que des armes de destruction massives sont à la portée d’êtres humains soumis aux mêmes pulsions agressives que celles de Cro-Magnon – ou quand on constate simplement les graves problèmes environnementaux qui menacent la planète –, on doit questionner le relativisme qui prône le respect intégral de toutes les cultures et de toutes les religions, et se demander s’il est toujours aussi pertinent et souhaitable de considérer ce relativisme comme un absolu. Les guerres et les nettoyages ethniques ou religieux qui ont marqué l’histoire de l’humanité, et qui sévissent encore dans de nombreuses parties du globe, devraient également servir de sonnette d’alarme et nous faire prendre conscience des dangers qu’il y a à laisser libre cours à tous les diktats culturels et religieux – surtout quand des groupes fondamentalistes sont convaincus de la suprématie des lois divines sur la raison et les lois humaines.

La nécessité vitale d’une charte universelle des droits humains

Il n’a jamais été aussi clair que tous les êtres humains sont liés face à leur destin. Nous naviguons tous et toutes à bord du même navire. Comment alors esquiver les écueils qui risquent de nous faire sombrer ? Comment éviter les conflits de valeurs culturelles et maintenir la cohésion sociale et la paix tant à l’intérieur des sociétés qu’entre les pays ? Comment arriver à protéger l’identité des cultures tout en se garantissant contre des valeurs incompatibles avec la démocratie et en limitant des comportements intolérables dans des sociétés multiculturelles ? Pour relever les défis du XXIe siècle, l’humanité doit repenser son organisation sociale.

Il devient primordial de renforcer le caractère laïque de nos sociétés afin d’assurer la neutralité des institutions publiques, ainsi que, dans une certaine mesure, celle de l’espace public. Cela suppose une claire séparation des États et des pouvoirs religieux. C’est d’ailleurs la complète neutralité des institutions publiques qui permet à la liberté de conscience et à la liberté de religion de s’épanouir, et qui rend ainsi possible l’inclusion des différentes minorités, particulièrement nombreuses dans les sociétés multiculturelles. Ce processus de sécularisation des institutions publiques doit aussi s’accompagner de la mise en place de mesures qui favorisent l’intégration économique, sociale et politique des minorités. Les nombreux conflits religieux qui ont cours dans le monde soulignent l’urgence de faire primer la raison sur les lois divines.

Dans un contexte de mondialisation, il devient impératif de définir des bases communes qui puissent prendre le relais de croyances religieuses et de valeurs culturelles qui nuiraient au développement du vivre-ensemble planétaire ; ces balises essentielles à toute vie sociale doivent reposer sur de nouveaux fondements, c’est-à-dire les droits humains universels. Selon la Charte des droits, promulguée après la 2e Guerre mondiale, « la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde » (Préambule de la Déclaration universelles des droits de l’Homme). Cela exige de lutter contre les violations des droits humains et les discriminations dont souffrent des populations vulnérables – au Québec, en Chine, en Israël, en Iran, en Inde, en Arabie Saoudite et partout ailleurs sur la planète. Cette reconnaissance de l’égalité en droit des êtres humains est plus vitale que jamais dans un monde aux prises avec des bouleversements rapides et profonds. Pour gérer les conflits, assurer un développement plus harmonieux des sociétés, défendre la paix et éviter de nouvelles menaces d’autodestruction de l’espèce humaine, la communauté internationale a conçu des instruments importants (Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés, Cour pénale internationale, Conférences de l’ONU sur le climat, etc.). Malgré des dérapages (la guerre du Golfe en 1993, par exemple), les organisations internationales jouent un rôle vital dans la protection des individus et des groupes vulnérables ainsi que dans le développement des pays et la survie à long terme de l’humanité.

Les droits humains universels restent toujours aussi pertinents, car ils ont suivi l’évolution des sociétés devant les défis qu’elles ont dû relever. L’histoire nous montre ainsi la progression qu’a suivie la reconnaissance de ces droits. La révolution française (1789) a d’abord permis de définir la première génération des droits humains, à savoir les droits individuels (religion, opinions, liberté de conscience, etc.). Après la 2e Guerre mondiale, des droits collectifs (droit d’association, droit à l’autodétermination des peuples, droit à la protection de sa langue et de sa culture, etc.) se sont progressivement ajoutés : c’est la deuxième génération. Enfin, depuis peu, de nouveaux défis nous obligent à mettre en place la troisième génération des droits humains, c’est-à-dire les droits planétaires (droits de l’espèce humaine au développement, à la paix et à un environnement sain). Notons également que, dans différentes parties du monde, on crée des mécanismes pour adapter la Charte universelle à des contextes culturels particuliers ; c’est par exemple ce qui a donné naissance à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, et à la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne. Sur tous les continents, des organismes travaillent à promouvoir les droits de la personne, confirmant ainsi que l’aspiration de l’être humain à l’égalité et à la dignité est universelle et légitime – et non, comme certains le laissent entendre, le reflet d’une seule conception occidentale : à preuve, les exemples récents de la Tunisie et de l’Égypte, qui montrent que la soif de démocratie et de respect des droits est un phénomène planétaire.

Cependant, avec la promulgation de nouveaux droits, des conflits de valeurs ont surgi et l’incompatibilité de certains droits est apparue. Il s’en est suivi la mise en place progressive d’une hiérarchisation des droits – par exemple, le droit d’assurer la survie planétaire prédomine maintenant sur le droit individuel de posséder une voiture polluante. Pour fonder cette hiérarchisation, les sociétés modernes doivent discuter de la primauté à accorder à des valeurs fondatrices communes, à savoir un certain nombre de droits collectifs considérés comme essentiels pour assurer le bien commun d’une société. Dans le Québec du XXIe siècle, trois valeurs fondatrices communes rallient la majorité de la population : la primauté du français, la séparation de l’Église et de l’État et l’égalité des femmes et des hommes. Par exemple, la loi 101, qui a établi la prépondérance du français, est venue confirmer que le droit individuel d’envoyer ses enfants à l’école anglaise ne pouvait prévaloir sur le droit à la survie de la nation québécoise, un droit collectif. Cependant, la Charte canadienne des droits et les diverses interprétations qu’en a données la Cour suprême font en sorte que, en pratique, ce sont maintenant les tribunaux qui légifèrent à la place du Parlement, et ce, au cas par cas. La jurisprudence qui en ressort semble donner la primauté aux droits individuels et aux accommodements religieux ; la prépondérance accordée aux droits religieux fondés sur la simple conviction sincère des individus établit par le fait même une hiérarchisation des droits qui se fait au détriment des autres droits, notamment aux dépens des droits collectifs des femmes.

Les menaces qui pèsent sur l’universalité des droits

L’universalité des droits est aujourd’hui remise en question sous toutes sortes de prétextes. Certains affirment que les droits humains sont une créature occidentale, et qu’ils ne peuvent donc pas s’appliquer à d’autres régions du monde, puisqu’ils constitueraient alors une menace à la diversité culturelle. On assiste présentement à une alliance d’intérêts entre différents blocs, qui invoquent la souveraineté des pays et la spécificité culturelle et religieuse, dans le cadre même des institutions internationales ; les droits deviennent alors des objets de marchandage. Ce phénomène est souvent le fait de régimes politiques autoritaires qui désirent ainsi conserver un contrôle antidémocratique sur leur population. Pensons par exemple à l’alliance de la Chine – qui veut continuer de limiter l’application de certains droits humains – et d’autres blocs – qui désirent réaffirmer la prééminence de droits religieux, particulièrement pour restreindre les droits des femmes. Ces pratiques de « retour d’ascenseur », qui visent à justifier des positions rétrogrades et contraires à la Déclaration universelle des droits humains, entraînent inévitablement le recul de ces droits.

Un autre exemple de cette dérive est l’adoption, en 2009, par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, d’une résolution affirmant que « la diffamation des religions constitue une grave atteinte à la dignité humaine menant à des restrictions de la liberté religieuse de ses adeptes et une incitation à la haine religieuse et à la violence », notamment à l’encontre de l’islam et des musulmans ; c’est le travail de l’Organisation de la Conférence islamique (OCI) qui, par la voix du Pakistan, a mené à cette décision. Venant d’un pays comme le Pakistan qui applique la peine de mort contre les personnes déclarées coupables d’apostasie ou de blasphème contre l’islam, une telle résolution, qui vise davantage à protéger les religions que les personnes – et qui remet en question le droit à la liberté d’expression et de conscience –, est extrêmement inquiétante. Enfin, à Montréal en septembre 2011, la Conférence mondiale des religions du monde jonglait avec l’idée d’interdire la critique des religions au nom du droit des religions à ne pas être « dénigrées » par les médias et les maisons d’enseignement. Après l’affaire des caricatures de Mahomet, cette façon d’amalgamer la critique des religions, l’incitation à la haine religieuse et le racisme constitue un glissement dangereux pour les droits humains.

Parmi les droits universels menacés, ceux des femmes le sont tout particulièrement, et la plupart du temps pour des raisons religieuses. Cela est d’autant plus dangereux et inacceptable que, aujourd’hui, toutes les études concluent que les grands défis de l’humanité ne pourront être relevés sans les femmes et sans une amélioration de leur situation. C’est pourquoi la Convention pour l’élimination de toutes les discriminations à l’égard des femmes (CEDEF ; CEDAW, en anglais), en vigueur depuis 1981, a pour objectif d’amener les États à prendre toutes les mesures nécessaires pour éliminer la discrimination subie par les femmes, sous toutes ses formes et dans tous les domaines. Mais près du tiers des pays signataires ont exprimé des réserves face à cette Convention, surtout en ce qui a trait au mariage et au rôle traditionnel des femmes dans la famille, et plusieurs pays islamiques, comme l’Arabie Saoudite – l’un des pays les plus discriminatoires à l’égard des femmes –, émettent, au nom du respect de la charia, une réserve générale qui invalide l’objet même de la convention, c’est-à-dire l’élimination des discriminations. Pourtant, en novembre 2010, l’Arabie Saoudite a obtenu, en tant que pays donateur, un siège au conseil du tout nouvel organisme ONU-Femmes…

En conclusion, même s’il n’existe pas de lois ou de valeurs naturelles, et si les droits universels ne sont pas innés chez l’être humain, l’évolution des sociétés multiculturelles nous impose de définir des valeurs et de mettre en place des droits communs à l’ensemble de l’humanité, afin d’éviter le « choc des civilisations ». Respecter la diversité culturelle devrait alors être possible, à l’intérieur des limites posées par cette base commune vitale au fonctionnement de la communauté internationale. « Pour rendre la vie en commun possible, pour dialoguer avec un minimum d’entendement : tous les hommes sont nés libres et égaux, et la dignité humaine est le patrimoine que nous partageons et dont nous avons la garde », comme le rappelle Wassyla Tamzali, ex-directrice des droits des femmes à l’UNESCO. Cet humanisme universel, qui a déjà contribué à mettre fin (entre autres) à l’esclavage, à la colonisation et à l’apartheid, pourrait, dans l’avenir, nous permettre d’échapper à l’extinction de l’humanité.

Publié dans la revue Nouveaux Cahiers du socialisme, septembre 2012

Mis en ligne sur Sisyphe, le 7 décembre 2012


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Michèle Sirois, anthropologue, spécialiste en sociologie des religions

L’auteure de cet article est anthropogue et spécialiste de la sociologie des religions. Elle est co-auteure de Individu et société. Introduction à la sociologie (2008, 4e édition, Gaëtan Morin Éditeur) et membre de la Coalition Laïcité Québec.



Plan-Liens Forum

  • Plaidoyer en faveur des droits universels - L’universalisme menace-t-il la diversité culturelle ?
    (1/2) 11 décembre 2012 , par Saladin

    rép: Sisyphe
  • Plaidoyer en faveur des droits universels - L’universalisme menace-t-il la diversité culturelle ?
    (2/2) 10 décembre 2012 , par Minona





  • Plaidoyer en faveur des droits universels - L’universalisme menace-t-il la diversité culturelle ?
    11 décembre 2012 , par Saladin   [retour au début des forums]

    Le idées socialistes font partie du passé. L’Islam est l’avenir, les socialistes se convertiront ou ils seront exterminés. Vous êtes des infidèles et n’êtes rien.

    Plaidoyer en faveur des droits universels - L’universalisme menace-t-il la diversité culturelle ?
    10 décembre 2012 , par Minona   [retour au début des forums]

    "Depuis quelques années, cependant, de nombreux intervenants internationaux remettent en question ces droits universels, les qualifiant d’« occidentaux » et donc de « menace à la diversité culturelle »."

    Parmi ceux qui prétendent que la démocratie, les droits humains sont des valeurs occidentales et non universelles, on retrouve les intégristes musulmans qui cherchent à diaboliser l’Occident et à étouffer tout rêve de liberté chez les populations musulmanes.

    S’il y a quelque chose qui menace la diversité culturelle, c’est bien l’intégrisme islamisme, qui cherche à contrôler chaque aspect de la vie familiale, sociale et sexuelle des musulmans, à censurer les arts et les médias et imposer un code vestimentaire unique aux femmes pour mieux les effacer socialement.


    "Pour aller au-delà de l’ethnocentrisme de l’Occident, qui a très longtemps affirmé sa supériorité en s’attribuant le statut de « civilisation » et en qualifiant le reste du monde de « tribus », on peut s’interroger sur l’avenir de la diversité culturelle dans ce contexte de mondialisation et de culture de masse."

    L’Occident n’est pas une ethnie et il y a longtemps qu’être occidental (au sens d’être citoyen d’un pays occidental) n’est plus synonyme d’être blanc. Je suis assez agacée de voir que le titre d’occidental n’est utilisé de façon inclusive et n’englobe les minorités ethniques que pour faire la promotion de la diversité et que dès qu’on veut adresser un reproche aux occidentaux, le mot ne désigne plus que des blancs de culture chrétienne.

    "Un autre exemple de cette dérive est l’adoption, en 2009, par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, d’une résolution affirmant que « la diffamation des religions constitue une grave atteinte à la dignité humaine menant à des restrictions de la liberté religieuse de ses adeptes et une incitation à la haine religieuse et à la violence », notamment à l’encontre de l’islam et des musulmans"

    l’Union Européenne élabore en ce moment une Convention internationale pénalisant le blasphème et les insultes aux figures religieuses (voir lien plus bas), de concert avec la Ligue arabe, l’Organisation de la Conférence islamique et l’Union africaine. Cette convention ne vise rien d’autre que de criminaliser toute critique de l’islam, le respect des autres religion n’est qu’un prétexte qui ne trompe personne.

    Le plus ironique est que de nombreux passages du Coran et des hadiths (actes et paroles de Mahomet rapportés par des disciples) contreviennent eux-mêmes à cette convention puisqu’ils véhiculent des préjugés contre les juifs, les chrétiens et les polythéistes.

    Convention internationale pénalisant le blasphème en
    préparation :

    http://www.postedeveille.ca/2012/09/une-convention-internationale-penalisant-le-blaspheme-en-preparation.html


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2012
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin