| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 29 décembre 2008

S’indigner au lieu de se résigner devant le fondamentalisme islamiste

par Micheline Carrier






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La religion à l’école n’est pas un remède à la radicalisation
Projet de loi 62 - Une proposition qui ne permet pas de protéger le droit des femmes à l’égalité
Maroc - Interdiction du burkini et offensives islamistes
Burkini, voile : face aux polémiques et aux impasses, il faut relire Simone de Beauvoir
Le burkini est-il le dernier attentat islamiste en France ?
Soirée de solidarité avec Djemila Benhabib, le 12 septembre à Montréal
De l’emploi du terme "islamophobie"
Rimbaud et le burkini
Athlètes voilées aux JO : un petit pas en avant… ou un grand en arrière ?
Soutien à Djemila Benhabib - La liberté d’expression mise à l’épreuve par l’islam politique
Dénuder une Copte, c’est halal !
Lutte à la radicalisation - De la liberté religieuse à l’extrémisme, il n’y a parfois qu’un pas
La liberté d’expression au Québec, un joyau toujours menacé
Les vœux "pieux" des concepteurs du cours Éducation et Culture religieuse (ÉCR)
Sortir du manichéisme. Des roses et du chocolat
Le ministère de l’Immigration refuse d’entendre l’AQNAL à la commission parlementaire sur le projet de loi 77
L’obscurantisme ou les Lumières : le Québec doit choisir
Quel que soit le rôle de l’impérialisme, le groupe armé État islamique est responsable de ses actes
Vous n’avez pas le monopole de la dignité !
L’ennemi, c’est l’islam politique, pas les musulmans
Motion sur l’islamophobie - L’errance de nos élus
Lettre ouverte à Françoise David : "Vous faites des amalgames inacceptables"
Christine Delphy, la supercherie
"One Law for All" demande au gouvernement britannique une enquête sur les tribunaux islamiques
Les beaux malaises face à l’intégrisme
NOUS sommes en train de nous faire massacrer par VOTRE ennemi secondaire !
L’islamisme radical : l’Ailleurs est ici
Après le massacre à Charlie Hebdo, soutenons ceux qui se battent contre la droite religieuse
Plainte à l’ombudsman de Radio-Canada au sujet de l’émission "Enquête" du 27 novembre 2014
Lettre au premier ministre - M. Couillard, un Québec laïque, ça presse !
La laïcité n’est pas derrière mais devant nous et sa défense est plus que nécessaire
La "communauté musulmane" n’existe pas
Soutenons Louise Mailloux ! Protégeons la liberté d’expression
Radio-Canada RDI manipule l’information en faveur de l’islamisme : un exemple
Je croirai les dirigeants islamistes quand...
Des messagères de l’intégrisme islamique
La FIQ prend position en faveur de la Charte de la laïcité québécoise
FFQ et ÉG du féminisme - L’esprit partisan est-il à l’origine d’attaques virulentes contre des féministes ?
Pour une reconnaissance de la laïcité au Québec - Lancement et causerie chez Olivieri
Comment la laïcité peut changer notre monde
Protection de la laïcité : prière de légiférer !
Prédicateurs islamistes à Montréal - Comment pourrais-je me taire ?
Une intégration réussie, c’est l’adhésion à un socle commun enrichi de diversités culturelles
Laïcité et jugement au Saguenay - Pourquoi pas une prière pour Bernard ?
La prière à Saguenay : quelques mensonges du maire Jean Tremblay
Ni Allah, ni Maître. Entrevue avec la réalisatrice Nadia El Fani
Exposition "Et voilà ! Le voile musulman dévoilé !"
Cessons de nommer "islamophobie" et "blasphème" toute critique de l’islam
Gouvernement Harper - Le Bureau des évangéliques
Le nikab, ce cachot pour femmes
Laïcité et diversité - Les angles morts des paradigmes de lecture de la diversité
Les enjeux du refus de la mixité : le contrôle social des femmes
Le niqab au Tribunal : primauté du droit ou de la religion ?
Canada - Le niqab au Tribunal - Une répétition de l’affaire Personne ?
Plaidoyer en faveur des droits universels - L’universalisme menace-t-il la diversité culturelle ?
Pour une perspective laïque et féministe du monde
La laïcité est un outil essentiel qui permet aux femmes de continuer d’avancer
L’innocence de l’Occident ou la liberté d’expression menacée
La laïcité est un facteur d’intégration et d’émancipation
La sexualité dans l’islam : une arme politique
La Coalition Laïcité Québec demande aux candidat-es de se prononcer sur la laïcité
Les participantes aux États généraux sur le féminisme demandent d’agir contre les intégrismes religieux
La oumma couve dans le ventre des femmes
Non à la souveraineté multiculturaliste de Québec solidaire
Le niqab devant les tribunaux - Les raisonnements douteux du Fonds d’action et d’éducation juridiques pour les femmes
Polygamie - La liberté de religion comporte des limites
Charia au Québec - Des propos qui méritent d’être dénoncés
Djemila Benhabib – Une pensée articulée et un ardent plaidoyer contre l’islamisme politique
Paris - L’extrême-droite catholique manifeste contre la christianophobie et les islamistes sont à ses côtés
« Vers l’obscurantisme » islamiste ? La députée Fatima Houda-Pepin s’inquiète pour la Tunisie et, surtout, pour la Libye
Procès de la famille Shafia - La jeune fille de 13 ans était derrière le volant, selon la preuve policière
Une propagandiste de l’islamisme bientôt collaboratrice de Radio-Canada
La laïcité, facteur d’intégration dans la société québécoise
La nécessaire laïcisation de l’éducation au Québec
Affirmer la laïcité, un pas de plus vers l’égalité réelle entre les femmes et les hommes
Le Mouvement laïque québécois et les symboles religieux autres que chrétiens
La laïcité sans compromis quant aux droits des femmes
La police de Toronto banalise les menaces de mort d’une intégriste islamiste contre Tarek Fatah
Lettre pour la pluralité des voix en matière d’islam et POUR la liberté de conscience !
Motion contre le kirpan - Le Québec et le multiculturalisme
Beaucoup de musulmans tentent de masquer des vérités laides : "Oui, l’islam permet au mari de battre sa femme"
Religion dans les garderies au Québec - Le commerce des petites âmes
Les enjeux de la laïcité selon la revue Spirale. Un dossier à consanguinité élevée !
Déclaration du Manifeste des libertés à propos des récents attentats contre des citoyens de confession chrétienne d’Irak et d’Égypte
Les musulmans du Québec
Prix Droits et Libertés - La Commission des droits de la personne erre plus que jamais
Guy Rocher - La laïcité tout court
La laïcité a-t-elle tué l’athéisme ?
"Une femme en colère", de Wassyla Tamzali
Une femme devenue prêtre
Le respect des convictions, fondement de la neutralité de l’État et de la laïcité
S’opposer à Hassan Al-Banna et aux Frères musulmans ne constitue pas du racisme
Vatican - Silences déplorables, condamnations impitoyables
Les adieux au cardinal Ouellet - Le « sacré » peut-il tout excuser ?
L’Afeas prend position pour une Charte de la laïcité, un système de santé public et des soins palliatifs accessibles
Jugement Dugré - Le cours Éthique et culture religieuse devant la Cour supérieure
Phyllis Lambert et Serge Joyal défendent les Frères Musulmans au détriment de la liberté
Jugement sur le cours Éthique et de culture religieuse - Au royaume de la confusion
La protection juridique de la laïcité : essentielle au maintien de la cohésion sociale
Cours Éthique et culture religieuse - L’éthique, la culture et le juge
Cours d’éthique et de culture religieuse - La Cour supérieure du Québec exempte le collège privé Loyola
L’intégrisme religieux menace-t-il nos droits ?
Colloque Égalité et Laïcité, quelles perspectives ?
Voile intégral en France : un projet de loi d’interdiction totale présenté en mai
Tariq Ramadan et un radicalisme qui ne dit pas son nom
Tariq le terrible
Église catholique - Le mur du silence
Laïcité - Un manifeste tendancieux
Pour un Québec laïque et pluraliste
Laïcité au Québec - Protéger les valeurs fondamentales propres à l’Occident démocratique
Accommodements pour motifs religieux - Où loge l’intolérance ?
Lettre à Télé-Québec au sujet du documentaire "Mes sœurs mulsulmanes"
Québec - Un féminisme de plus en plus gangrené par le relativisme
L’égalité d’abord, la liberté religieuse ensuite
Le manifeste des pluralistes : un manifeste raciste et antiféministe
La France et la burqa - Une audace à saluer
Manifeste pour le respect du principe de l’égalité entre les hommes et les femmes
Écoles privées - Le retour tranquille de la religion
Féministes en mal de laïcité
Interdiction du voile intégral au Canada - Lettre ouverte à Michael Ignatieff, chef du Parti libéral
Quand religion et égalité des femmes font les manchettes
Tolérance ou laïcité
Laïcité au Québec - Le pluralisme comme incantation
Port des signes religieux dans la fonction publique - En réponse au Manifeste pour un Québec pluraliste : Pour une laïcité active et positive
Laïcité – Le pari risqué de Québec solidaire et de la Fédération des femmes du Québec
Demander une charte de la laïcité, c’est faire appel à la conscience individuelle et collective
La laïcité et le voile... Osons dire les vraies choses
La laïcité est une exigence démocratique
Laïcité et droits des femmes : trois questions à Chahla Chafiq
Appel à soutenir le Bureau Laïque International
La présidente de Regards de femmes, Michèle Vianès, a reçu les insignes de la Légion d’Honneur. Son allocution
Projet de loi 16 - La conquête de l’égalité, un vrai rocher de Sisyphe
Projet de loi 16 - La CSN réclame toujours une charte de la laïcité
Projet de loi 16 - Pour la FTQ, ce projet de loi doit être retiré
Le SFPQ demande au gouvernement de surseoir au projet de loi 16 et d’adopter une charte de la laïcité
 Seule une charte de la laïcité permettra de poser les balises des accommodements raisonnables
Les accommodements religieux et le projet de loi 16
Interview avec Djemila Benhabib
Livre : "Ma Vie à contre-Coran", une femme témoigne sur les islamistes
Les femmes se souviennent du rôle répressif de l’Église au Québec
L’angle politique du débat sur la laïcité
Le féminisme vu par Mgr Louis-Adolphe Paquet en 1919
Laïcité et égalité : quel projet pour le Québec ?
Québec - Signes religieux dans les services publics : "La FFQ ne me représente pas"
Vingt ans de combat contre le voile : 1989-2009
Islamisme radical : soutenir une "victime" favorable à l’obscurantisme fanatique ?
La légitimité du féminisme laïque
L’après-discours d’Obama - Les femmes, boucs émissaires
France - Le Collectif pour la promotion de la laïcité veut faire annuler le décret imposé par Nicolas Sarkozy en faveur du Vatican
Nous avions jadis les mêmes ennemis : le patriarcat et les lois divines
Femmes sous lois musulmanes (WLUML) demande la révocation de la Résolution de l’ONU sur "la diffamation des religions"
"Aucune religion ne prône l’égalité entre les hommes et les femmes" - Talisma Nasreen
Une Église machiste et autoritaire
Lettre au président de l’Assemblée des évêques catholiques du Québec
Dieu existe et il est partout
"Ma vie à contre-coran", de Djemila Benhabib
Quand on préfère les cierges aux lumières...
Défendre les droits des femmes face au fondamentalisme religieux : une exigence démocratique
Des religions pour quel dialogue ?
Quand la religion freine l’intégration des femmes
Les valeurs communes du Québec : pour les personnes immigrantes seulement ?
Le rapport Bouchard-Taylor est insensible à l’égalité des sexes
L’autodiscrimination, "jackpot" pour les intégristes
Démocratie et égalité des sexes : fine analyse et synthèse remarquable
Création du réseau À HAUTE VOIX pour interpeller les élus
Pourquoi nous ne souhaitons pas la bienvenue au pape
Fanny Truchelut doit être relaxée
Laïcité et résistances démocratiques
L’idée de Dieu est un "produit des faiblesses humaines", la Bible, "plutôt enfantine" (Albert Einstein)
Le corps des femmes, lieu commun
Y aurait-il des femmes plus aptes à la liberté que d’autres ? Réponse à Françoise David
Rapport Bouchard-Taylor - Un rendez-vous manqué pour les femmes
Laïcité et accommodements raisonnables au Québec
Rapport Bouchard-Taylor - L’art "scientifique" de noyer le poisson
Des féministes dans la fosse aux lionnes de la Commission Bouchard-Taylor
L’égalité entre les femmes et les hommes mise entre parenthèses
Un féminisme non interventionniste face à l’extrémisme religieux
La mort d’Aqsa Parvez, attribuée à son père, est le résultat d’un choc culturel
Les lois officielles et les lois du ciel
Accommodements raisonnables. Droit à la différence et non différence des droits
Accommodements et cultures - La laïcité pour éviter la fragmentation de la société
Religions, femmes et fondamentalismes
"Accommodements raisonnables" - Affirmer nos valeurs fondamentales pour mieux vivre la pluralité
Maintenir notre engagement envers toutes les Aqsa Parvez
Les extrémismes religieux et les droits des femmes
ONU - Vers un délit de "diffamation des religions"
Les accommodements religieux - Conflit de droits ou conflit de lois ?
Du voile et du viol
Laïcité : l’école et les enfants d’abord !
Le marketing du voile islamique
Éloge de la lâcheté - Lettre du Conseil du statut de la femme à "La Presse"
Yolande Geadah reçoit le Prix Condorcet 2007 du Mouvement laïque québécois
Conflit de droits : dilemme pour les juges ou simple mécanique juridique ?
Est-ce de l’islamophobie de critiquer l’intégrisme islamiste ?
Les accommodements raisonnables : quoi, comment, jusqu’où ?
La justice à l’épreuve de la diversité culturelle
Projet de loi 195 sur l’identité québécoise, présenté par Pauline Marois à l’Assemblée nationale du Québec
Lapidation de Ghofrane en France
La laïcité est l’affaire des femmes - Appel contre les résolutions de l’ONU sur la "diffamation des religions"
Synthèse des réflexions sur la question des accommodements raisonnables et les différences
Pourquoi l’ajout du droit à l’égalité entre les femmes et les hommes à la Charte québécoise énerve-t-il tant ?
L’affaire Truchelut - "Tu n’es pas maître dans ta maison quand nous y sommes."
Tolérer l’intolérable au nom de la diversité culturelle est une forme de colonialisme
Ayaan Hirsi Ali : l’errance d’une femme qui a osé parler
50 ans de droits des femmes en Europe : Où sommes-nous arrivées ?
Une comparaison réductrice de Christine Delphy
Les "différences culturelles" peuvent-elles excuser le sexisme ?
Le vote à visage découvert
C’est quoi être accommodant et raisonnable ?
La laïcité est l’affaire des femmes - Appel contre les résolutions de l’ONU sur la "diffamation des religions"
"Accommodements raisonnables" - Affirmer nos valeurs fondamentales pour mieux vivre la pluralité
Commission Bouchard-Taylor - Consultation publique sur les pratiques d’accommodement : citoyens et citoyennes pourront choisir entre plusieurs modes de participation
Accommodements pour obligations religieuses - Pour qui ? Pourquoi ?
Pratiques d’accommodements - La Commission Bouchard-Taylor consultera les citoyens et les citoyennes en septembre prochain
Les droits des femmes devant les fondamentalismes religieux
ONU - Vers un délit de "diffamation des religions"
Démocratie et obligations religieuses - L’impasse ?
Commission de consultation sur les pratiques d’accommodements reliées aux différences culturelles - Cherchez l’erreur
L’anecdote ou le fait de société
Les accommodants
Renforcer le caractère laïc de nos démocraties
Les limites de la tolérance et de l’accommodement







À croire que le relativisme culturel et religieux contamine la population canadienne et la population québécoise à une vitesse fulgurante.

À croire que n’importe qui peut dire et exiger n’importe quoi, et trouver grâce auprès des organismes officiels de défense des droits. N’importe qui, à la condition de faire partie d’une minorité religieuse, et en particulier de la minorité des islamistes qui répand son fiel et son suprématisme contre tout ce qui lui déplaît, profitant allègrement de la mollesse ambiante et du discours sur l’après-11-septembre contre l’islamophobie. Comme s’il n’existait pas d’islamophobie avant le 11 septembre 2001 ! Comme s’il n’y avait du racisme qu’envers les musulmans et les musulmanes ! Comme s’il fallait s’incliner devant les intégristes islamistes de peur de nuire à l’ensemble des musulmans ! Comme si la pire, la plus tenace et la plus universelle forme de racisme n’était pas celle qui se pratique contre les femmes, toutes religions et ethnies confondues : le sexisme !

Assez de cet aplaventrisme que l’on retrouve aussi chez des groupes dits féministes (la Fédération des femmes du Québec, notamment), chez des chercheuses dites féministes (Christine Delphy, entre autres), chez des activistes supposément pro-féministes qui se répandent dans Internet en traitant à tout bout de champ les autres de racistes (Martin Dufresne, par exemple). Assez de cet aplaventrisme qu’on retrouve jusqu’au sein d’organismes comme la Commission des droits de la personne et de la jeunesse du Québec, la Commission canadienne des droits de la personne et l’ONU. (1)

Deux exemples récents ont fait monter mon indignation de plusieurs crans. Premièrement, l’adoption le 24 novembre dernier d’une résolution islamiste intégriste par une commission de l’ONU. Se qualifiant contre "le dénigrement des religions", cette résolution vise en réalité à empêcher toute critique de l’islam. Deuxièmement, les arguments invoqués récemment par la Commission canadienne des droits de la personne pour rejeter une plainte contre un imam montréalais diffusant dans Internet haine et mépris contre les homosexuels, les lesbiennes, les femmes non musulmanes, les femmes occidentales et les juifs.

La résolution islamiste de l’ONU (2)

D’abord, brièvement, la résolution fondamentaliste de l’ONU (on pourra y revenir dans des articles ultérieurs pour évaluer plus en détail ses conséquences pour les femmes). Sous l’influence de ses membres islamistes, une commission du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU a adopté, le 24 novembre dernier, une résolution présumément destinée « à empêcher, y compris par la loi, le dénigrement des religions, et affirme que l’islam est souvent et faussement associé aux violations des droits de l’Homme et au terrorisme. » (3) Risible de prétendre que l’islam est faussement associé aux violations des droits quand on sait comment, au nom de l’islam, les droits des femmes sont violés et réprimés régulièrement par l’emprisonnement, la torture et même la lapidation de celles qui les revendiquent. À moins que l’ONU considère que les droits des femmes ne font pas partie des « droits de l’Homme ».

Le seul exemple de groupes religieux victimes de discrimination que cette résolution cite à quelques reprises est le groupe musulman. Une bonne indication de qui a initié la résolution controversée et en bénéficiera. La commission de l’ONU dit « note[r] avec une vive inquiétude que la campagne globale de dénigrement des religions et l’incitation à la haine religieuse en général, notamment la discrimination ethnique et religieuse à l’égard des minorités musulmanes, se sont intensifiées depuis les événements tragiques du 11 septembre 2001 ». Argument réducteur qui sert à justifier la tolérance envers l’intégrisme islamiste depuis plus de 7 ans. Ceux et celles qui encouragent le racisme et l’islamophobie sont clairement ces intégristes et ceux qui les soutiennent de leur bienveillante tolérance.

L’ONG UN Watch (4) a condamné l’adoption de cette résolution. « C’est la dernière salve d’une série de résolutions de l’ONU qui cherchent dangereusement à introduire les interdits islamiques contre le blasphème dans le vocabulaire du droit international », a déclaré son directeur, Hillel Neuer, dans un communiqué. « Les droits de l’Homme ont été conçus pour protéger les individus, pour garantir à chaque personne la liberté d’expression et la liberté de culte, mais certainement pas pour protéger quelque croyance que ce soit, religion comprise », a-t-il ajouté (5).

Le Vatican n’a pas été le seul à s’opposer à cette résolution, comme l’activiste nommé précédemment l’a laissé entendre dans les listes de discussions. Les pays occidentaux, qui y voient une tentative de limiter la liberté d’expression, ont tous voté contre. Les pays musulmans, ainsi que la Chine, Cuba et la Russie, ont voté pour. Ce sont les pays qui respectent le moins les droits et libertés de leurs citoyens et citoyennes, notamment la liberté de religion, qui ont fait adopter cette résolution contre « le dénigrement des religions ».* L’Assemblée générale de l’ONU, où siègent les 192 États membres, l’adoptera à son tour plus tard. Cette résolution n’est pas contraignante pour le moment, mais elle finira par le devenir sous les pressions. Son seul poids moral cautionne les pouvoirs fondamentalistes qui n’acceptent aucune critique sur la violation des droits à laquelle ils se livrent.

La Commission canadienne de la justification des abus des minorités religieuses

Toutefois, ce qui m’a indignée au point de faire sauter le couvercle de la marmite, ce sont les arguments invoqués par la Commission canadienne des droits de la personne (6) pour refuser une plainte contre un imam islamiste montréalais qui diffuse dans Internet un livre contenant des propos attaquant des groupes ciblés.

Voici comment Le Devoir rapporte les propos de l’imam :

« L’Islam ou l’intégrisme ? [le livre en question] cible, entre autres, les homosexuels et les lesbiennes. Selon la volonté du prophète, les homosexuels pris dans l’acte de sodomie méritent qu’on leur "coupe la tête", écrit l’imam Al-Hayiti. Au sujet des homosexuels et des lesbiennes, il affirme encore : "Qu’Allah les maudisse et les anéantisse dans cette vie et dans l’autre". »

« Accusés de semer ’le désordre’ sur Terre, la plupart des juifs "ne recherchent que les intérêts matériaux et l’argent", écrit par ailleurs l’imam Al-Hayiti. Les femmes non musulmanes sont des ’mécréantes’ qui ont été séduites par « le discours enfantin, naïf et simpliste du féminisme. Inutile de parler des conséquences de cette impudeur ; les viols, les maladies vénériennes, le sida, l’herpès, les familles monoparentales, la délinquance, la pauvreté, l’ignorance et tant d’autres », explique l’imam.

« Les ’mécréants’ vivent enfin comme des bêtes, et ils sont inférieurs aux musulmans, peut-on lire dans L’Islam ou l’intégrisme ? L’Occident tout entier a été noyé dans "la perversité, dans la corruption et l’adultère" par le christianisme, une religion ’de mensonge’. »

Marc Lebuis, éditeur de "Point de bascule" (6), a déposé une plainte contre Al-Hayiti pour propagande haineuse dans Internet, en vertu de l’article 13 de la Loi canadienne sur les droits de la personne. Selon lui, « l’imam expose à la haine, au ridicule et au mépris le peuple québécois, les homosexuels, les femmes et les juifs avec ses écrits remarquablement suprématistes, machistes et misogynes ». (7)

La Commission canadienne des droits de la personne a attendu huit mois avant d’aviser M. Lebuis qu’elle refusait d’enquêter sur sa plainte. Et voici comment elle justifie sa décision :

« La majorité des références dans L’Islam ou l’intégrisme ? concernent les infidèles, les mécréantes ou les femmes de l’Occident, dit la CCDP. Il s’agit de catégories de personnes très générales et diversifiées » qui ne constituent pas « un groupe identifiable » au sens de la loi. La Commission reconnaît toutefois que certains passages des écrits de M. Al-Hayiti visent des groupes identifiables tels que les homosexuels, les lesbiennes, les chrétiens, les juifs et les femmes non musulmanes. » Mais elle juge que ces passages « ne semblent pas promouvoir la haine ni le mépris ».

Selon la loi et la jurisprudence au Canada, ajoute la Commission, le terme « haine » fait référence à « une malice extrême, une émotion qui n’admet chez la personne visée aucune qualité qui rachète ses défauts ». Le terme « mépris » est tout aussi extrême, et il comprend « les circonstances où une personne est regardée de haut et ses sentiments sont amoindris, dénigrés, non respectés ou défavorisés ».

Ainsi, selon la CCDP, « les femmes occidentales » ne sont pas un groupe « identifiable », mais « les juifs, les femmes non musulmanes, les lesbiennes et les homosexuels » le sont. Toutefois, les propos rapportés contre ces groupes ne lui « semblent pas » inciter au mépris ni à la haine. Ils n’incitent certainement pas au respect, ni à la tolérance, ni à la bonne entente. La taille du groupe attaqué détermine-t-elle le caractère « identifiable » ? Faisons un petit exercice, remplaçons « lesbiennes, homosexuels, femmes non musulmanes et juifs » par d’autres groupes, pour voir si, de l’avis général, les sentiments de ces groupes ne seraient pas « amoindris, dénigrés, non respectés ou défavorisés ».

Supposons qu’une écrivaine chrétienne ou juive – plus précisément l’une de ces "mécréantes" féministes - publie un livre dans lequel elle affirme : « Les musulmans (au lieu de juifs) ne cherchent qu’à semer le désordre sur la Terre. La plupart des hommes musulmans (au lieu de femmes non musulmanes ou de femmes occidentales) cherchent à satisfaire leurs intérêts personnels et politiques sous le couvert de motifs religieux, et ils semblent des obsédés du sexe, d’où les règles strictes qu’ils n’appliquent qu’aux femmes. Les hétérosexuels (au lieu des homosexuels et des lesbiennes) vivent « comme des bêtes » qui violent et violentent autrement les femmes parce qu’ils ont été contaminés depuis des millénaires par le discours patriarcal hétérosexiste (au lieu du discours chrétien) qui les a convaincus que les individus de sexe féminin leur appartenaient comme n’importe quel bien terrestre. » (Fin de la citation fictive).

JAMAIS on n’accepterait de tels propos et la CCDP jugerait avec raison qu’il s’agit de propagande haineuse et de propos méprisants contre des « groupes identifiables » et susceptibles de leur nuire. On brandirait le spectre de l’islamophobie. Alors pourquoi faut-il accepter le mépris et la haine quand ils sont répandus par des religieux islamistes ? Parce qu’au Québec et au Canada, nous manquons de colonne vertébrale, nous avons peur des confrontations nécessaires à la défense des droits et des valeurs. Nous avons peur d’être rejeté-es et, à ce titre, nous sommes prêts-es à tout accepter et à tendre l’autre joue pour nous faire aimer. Notre passé de colonisé-es nous a laissé-es un complexe de culpabilité que nous essayons de camoufler sous une fausse tolérance. Nous nous sentons coupables de tout, même des actes commis par ceux qui nous agressent ou nous rejettent, et ce ne sont pas les savants Bouchard et Taylor qui ont cherché à nous déculpabiliser, loin de là.

Quand on pense que, dans des listes de discussions féministes, il n’est pas possible de s’exprimer clairement ni de s’adresser directement aux participant-es concerné-es sans risquer de se faire dire qu’on « personnalise les échanges ». On peut à peine nommer la personne à qui on s’adresse. On voit des attaques imaginaires au détour de chaque phrase qui ne correspond pas à la tendance lénifiante admise. Les réactions de certains groupes féministes - par ex. la FFQ se disant "enthousiaste et impatiente" devant le rapport Bouchard-Taylor qu’elle n’avait pas encore lu, et qui n’a pas fini de s’aplatir devant le fondamentalisme religieux - et l’absence de réactions de la majorité des groupes de femmes lors de la publication du rapport Bouchard-Taylor, qui a ignoré l’opinion de la majorité des femmes et des hommes entendus lors des audiences, sont révélatrices du genre de féminisme qui se pratique maintenant au Québec.

Je ne veux pas de ce féminisme à plat ventre, pas plus que de l’hypocrite discours d’ouverture d’une certaine gauche qui se montre réactionnaire en voulant ramener le pouvoir religieux au coeur des sociétés civiles et qui soutient le fondamentalisme islamiste. Je ne veux pas non plus des courbettes des commissaires Bouchard et Taylor devant ces pouvoirs religieux. Je n’ai pas passé ma vie à défendre les droits des femmes et ceux d’autres groupes discriminés pour tolérer aujourd’hui ce féminisme de salon, qui se replie parce qu’il a peur, et ce relativisme de circonstance qui n’est rien de moins que du racisme déguisé.

Beau gâchis de l’héritage que nous ont laissé celles qui, avec bien moins de moyens que nous, se sont tenues debout ! Elles qui savaient s’indigner au lieu de se résigner !

* On ne peut prétendre en effet respecter la liberté de religion quand on tue au nom des préceptes religieux qu’on veut imposer à tous et toutes.

  • Le livre L’Islam ou l’intégrisme ? à télécharger en PDF.
  • Pour commenter la décision sur le site de la Commission canadienne des droits de la personne : cette page.
  • Lettre de la Commission canadienne des droits de la personne à Marc Lebuis.

    Notes

    1. Désormais, je nommerai les personnes et les groupes qui, à mes yeux, font preuve de racisme déguisé en se cachant derrière le relativisme culturel et religieux, la soi-disant tolérance et en se taisant sur la violation des droits humains - des femmes comme des hommes - par des islamistes radicaux et autres fondamentalistes religieux (je n’aurai pas à souligner leur silence face au fondamentalisme catholique, ils sont généralement volubiles sur le sujet. Cela leur permet de détourner l’attention de la complaisance dont ils font preuve à l’égard du fondamentalisme islamiste).
    2. Pour lire cette résolution de l’ONU intitulée « Lutte contre le dénigrement des religions » (A/C.3/63/L.22/Rev.1), cliquez sur ce lien. Téléchargement en PDF. Cela peut prendre un certain temps.
    3. AFP, « L’ONU appelle à empêcher le dénigrement des religions », 25 novembre 2008.
    4. United Nations Watch est une Organisation Non-Gouvernementale (ONG) qui s’est donné pour mission de promouvoir les droits de l’Homme pour tous et de s’assurer que l’ONU respecte les principes énoncés dans sa Charte. UN Watch.
    5. AFP, « L’ONU appelle à empêcher le dénigrement des religions », 25 novembre 2008.
    6. « La Commission canadienne des droits de la personne refuse d’enquêter sur la plainte de Marc Lebuis, directeur de "Point de Bascule", mercredi 17 décembre 2008, par Marc Lebuis.
    7. Brian Myles, « Commission canadienne des droits de la personne - S’attaquer aux gais, aux occidentales et aux juifs n’est pas nécessairement haineux », Le Devoir, le 17 décembre 2008. L’accès à l’article nécessite un abonnement au journal. L’article se trouve aussi à cette adresse : Vigile.net.

    Mis en ligne sur Sisyphe, le 18 décembre 2008

  • Lecture recommandée

    Diane Guilbault, Démocratie et égalité des sexes, Éditions Sisyphe, 2008, 139 pages. Demandez à votre libraire de vous commander ce livre en lui donnant nos coordonnées : sisyphe2@globetrotter.net ou 514-374-5846. Un point de vue féministe sur les accommodements pour motifs religieux qui menacent la démocratie et les droits des femmes. Plus de renseignement sur le livre à cette page.


    Partagez cette page.
    Share


    Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
       Commenter cet article plus bas.

    Micheline Carrier
    Sisyphe

    Micheline Carrier est éditrice du site Sisyphe.org et des éditions Sisyphe avec Élaine Audet.



    Plan-Liens Forum

  • L’intolérable mysogynie des intégristes musulmans
    (1/10) 4 janvier 2009 , par Une sorcière comme les autres

  • Le voile islamique, une insulte aux hommes !
    (2/10) 30 décembre 2008 , par Internaute

  • S’indigner au lieu de se résigner devant le fondamentalisme islamiste
    (3/10) 27 décembre 2008 , par Sandra V.

    rép: Micheline Carrier
  • Les femmes sont-elles des humains comme les autres ? la question reste d’actualité
    (4/10) 27 décembre 2008 , par Djembé

  • La droiture
    (5/10) 23 décembre 2008 , par Lise-Marie

  • Inertie féministe
    (6/10) 21 décembre 2008 , par France

    rép: France
    rép: Maryse
    rép: France
  • Éteindre le foyer d’incendie plutôt qu’éteindre les feux
    (7/10) 21 décembre 2008 , par France

  • Il faut criminaliser le sexisme
    (8/10) 21 décembre 2008 , par France

  • Voici ce que font les barbares au nom de la religion
    (9/10) 21 décembre 2008 , par Internaute

  • Vous visez juste !
    (10/10) 18 décembre 2008 , par Marlène





  • L’intolérable mysogynie des intégristes musulmans
    4 janvier 2009 , par Une sorcière comme les autres   [retour au début des forums]

    Bravo pour ce point de vue courageux et lucide sur une réalité qui me dérange moi aussi depuis longtemps : l’acceptation tacite voire explicite des pires abus commis contre les femmes par les islamistes, qui invoquent sans vergogne la liberté de religion pour violer les droits les plus fondamentaux de toute personne de sexe féminin. Beaucoup d’intellectuels gauchisants (dont MM. Bouchard et Taylor) semblent avoir perdu tout esprit critique devant cette tactique pourtant grossière des intégristes musulmans. Sont-ils à ce point aveuglés par la rectitude politique ? Ferment-ils les yeux volontairement devant les injustices flagrantes commises envers les femmes au nom de l’islam ou manquent-ils du courage le plus élémentaire ?

    Sous Duplessis, la moindre critique de la religion catholique exposait son auteur-e à l’excommunication et à la réprobation sociale. Aujourd’hui, il en va de même pour celles et ceux qui osent dénoncer les excès de l’islam. Merci d’avoir remis les pendules à l’heure.

    Le voile islamique, une insulte aux hommes !
    30 décembre 2008 , par Internaute   [retour au début des forums]

    « Le voile, c’est un signe d’oppression de la femme, mais pas seulement : c’est aussi une insulte faite aux hommes ! Comme je l’ai développé dans un précédent article (1), en islam, la femme doit être voilée parce que son corps est considéré à ce point fascinant et attirant que les hommes ne pourraient s’empêcher d’y attenter. Une femme qui se voile ne dit pas simplement qu’elle se soumet à une norme arriérée, moyenâgeuse et étrangère à la civilisation occidentale, elle signifie par son choix vestimentaire que l’autre sexe n’est composé que de porcs libidineux incapables de maîtriser leurs pulsions. Porter le voile, c’est comme arborer un T-shirt sur lequel il serait écrit en gros : « Tous les hommes sont des bêtes concupiscentes. » et en plus petit « Toutes les femmes non voilées sont des putes. »

    « La burqa affirme en tant que telle que les hommes ne peuvent pas se comporter d’une manière civilisée envers une femme à partir du moment où ils aperçoivent son corps et éprouvent du désir à son égard. Une femme qui se voile postule la faiblesse morale absolue et définitive de l’homme, et considère qu’une femme non voilée entreprend d’aiguiser cette faiblesse, voire de l’utiliser, bref, se prostitue. (...) »

    - Voir la suite dans Riposte laïque.

    S’indigner au lieu de se résigner devant le fondamentalisme islamiste
    27 décembre 2008 , par Sandra V.   [retour au début des forums]

    Que voulez-vous dire par "racisme déguisé" ?

    • Deux poids, deux mesures
      27 décembre 2008 , par
      Micheline Carrier   [retour au début des forums]

      Quand on réclame l’égalité de droits, il est inadmissible qu’on la réclame seulement pour certaines femmes. Par exemple, si on réclame que les femmes puissent circuler librement, faire des choix libres de toute influence contraignante, y compris l’influence des religions, on ne peut admettre que des hommes imposent aux femmes de se cacher les cheveux ou le visage au nom de soi-disant principes religieux. En vertu du droit d’occuper l’espace public, on ne peut accepter que des femmes soient tenues à l’écart dans cet espace, du seul fait qu’elles soient des femmes et que ça dérange des hommes (religieux ou non) de voir des femmes à leur côté. On ne peut accepter que des hommes imposent à des institutions d’avoir affaire seulement à des hommes parce que leur religion leur interdirait de transiger avec des femmes. Si de telles religions existent, elles sont profondément misogynes et méritent d’être dénoncées, non pas d’être respectées, dans des sociétés démocratiques.

      Si les Québécoises "de souche" ont le droit de choisir leur profession, de ne pas être contraintes par des principes religieux, de se promener librement, de se vêtir comme elles veulent, d’être protégées de la violence, pourquoi TOUTES les femmes québécoises n’auraient-elles pas les mêmes droits ? C’est du "racisme déguisé" de nier ces droits à certaines femmes en invoquant leur religion et en faisant le jeu des fondamentalistes. Nous n’accepterions plus au Québec que l’Église catholique dicte le comportement et les droits des femmes - du moins, si elle le fait encore dans certains domaines (contraception, avortement), nous la dénonçons. Alors, pourquoi ne dénonçons-nous pas aussi les islamistes qui veulent dicter le comportement des femmes et limiter leurs droits ? Se taire devant cette discrimination, c’est faire preuve d’un "racisme déguisé" : la liberté est bonne pour nous, pas pour les autres. Qu’elles se débrouillent. "Déguisé" parce qu’on invoque toutes sortes de prétextes pour justifier les deux poids, deux mesures. Souvent, c’est le respect de la liberté religieuse qu’on invoque. La liberté des islamistes fondamentalistes, dans ce cas. Comme s’il pouvait être question de liberté quand une religion ou une secte religieuse impose des codes sexistes qui limitent les droits et libertés des personnes, la plupart du temps, ceux des femmes.

      Dans un message sous cet article, une correspondante souligne qu’on crierait au racisme si on imposait la burqa ou autre symbole à l’ensemble de la communauté noire, par exemple, parce qu’elle est noire. Mais on réagit assez peu quand c’est aux femmes qu’on impose cet enfermement, dans plusieurs pays du monde (et il y en a aussi au Québec). Comme dit cette correspondante, c’est qu’on n’a pas encore reconnu que le sexisme est une forme de racisme. Ce sont des hommes qui définissent ce qui est raciste, ce qui est acceptable ou non. Mais il n’est pas nécessaire que des féministes plient l’échine devant leurs diktats. Et c’est pourtant ce que plusieurs font. Entendez-vous beaucoup de féministes québécoises dénoncer les excès de l’islamisme à l’égard des femmes ? Mais elles dénoncent les excès ou les tentatives de reprise d’influence de la part des religions chrétiennes (le catholicisme, notamment). Ce n’est pas sérieux : on ne peut pas être féministe de temps en temps, quand ça nous arrange (ou plutôt quand ça ne nous dérange pas trop ou qu’on ne court pas trop de risques.)

      [Répondre à ce message]

    Les femmes sont-elles des humains comme les autres ? la question reste d’actualité
    27 décembre 2008 , par Djembé   [retour au début des forums]

    La disparition d’Aimé Césaire a permis de revenir sur un concept fondamental, celui de Négritude. Dans les traces du poète, je voudrais modestement soutenir que le concept de Féminitude est encore à construire et n’a pas de chantre capable de le faire s’envoler au delà des ringardes critiques habituellement entendues, dès qu’il s’agit de questionner sérieusement l’indifférence politique et intellectuelle générale, vis-à-vis du sort de près de la moitié des êtres humains sur la planète : les femmes. La condition sordide des femmes dans certaines régions du monde n’a toujours pas son Martin Luther King... Alors que dans les pays musulmans appliquant la Charia, les femmes sont traitées, au su de tous, comme une espèce infra humaine, tout juste bonne à l’esclavage domestique et sexuel.

    S’il s’agissait des mêmes traitements sociaux appliqués à des hommes de couleur, il y aurait nombre d’intellectuels et de politiques pour s’élever (à juste titre) contre ce scandale. Mais quand il s’agit de la discrimination fondée sur le genre, le sexisme, rien n’est pensé de la même manière que le racisme. Pourtant où est la différence ? Pour l’individu déchu de ses droits, humilié, mal traité où est la différence entre l’esclavage d’Etat - qui a sévi hélas de l’Antiquité à nos jours - et l’esclavage féminin millénaire à la solde des hommes de la famille et de la structure sociale ?

    A l’approche des J.O 2008, on s’est agité en Europe et en Occident pour défendre les droits de l’Homme en Chine. Mais quels Etats se sont un jour soucié politiquement du sort des femmes pakistanaises ou afghanes, dont on sait pourtant depuis longtemps comment les hommes du pays les considèrent ? Femmes vitriolées, brûlées à l’essence, assassinées sans que les auteurs de ces crimes soient inquiétés par la Justice de leur pays… Voilà bien des transgressions notoires au Droit de l’Homme. Mais les femmes sont-elles des Hommes comme les autres ? ! La destruction des Bouddhas de Bamiyan en Afghanistan, a davantage suscité d’indignation et d’émotion dans le monde politique et culturel de l’époque que les crimes récurents signalés ci-dessus.

    Imaginons quelle réaction il y aurait dans le monde occidental si les gens de couleur étaient contraints de porter la burka sous le seul prétexte qu’ils sont Noirs et que c’est culturellement la coutume dans certains pays de cacher le corps et le visage des Noirs ! Ce serait dénoncé (à juste titre évidemment) comme une atteinte intolérable à la dignité, à la liberté et aux droits humains de ces personnes. Mais lorsque les personnes concernées par cette coutume sont des femmes, qui se mobilise dans les gouvernements démocratiques pourtant d’ordinaire si prompts à s’émouvoir de la moindre atteinte aux Droits de l’Homme ? Personne n’ose rien dire sous peine d’être en effet taxé de raciste ! Les oppresseurs savent comment s’y prendre pour légitimer leur oppression vis-à-vis des femmes : faire appel à la tradition culturelle et religieuse. Elle légitime n’importe quoi. Touche pas à ma tradition, même celle qui sacrifie la moitié de l’humanité ! Et nos gouvernants se taisent, tombant dans le piège ainsi tendu par des hommes (avec un petit « h ») rusés sachant se servir des outils démocratiques pour continuer tranquillement leur domination violente et sexiste. Ces femmes soumises à la Charia dans ce qu’elle a de plus discutable au regard des droits de l’être humain, sont abandonnées par le Démocratie alors que d’autres sont soutenus, défendus, encouragés dans leur lutte contre l’oppression… Mais quelle différence y a-t-il réellement entre une oppression économique, politique et sexiste ? Pourquoi dans un cas la mobilisation outrée et dans l’autre le silence complice ?

    Parce qu’il y a deux poids, deux mesures lorsqu’il s’agit de traiter politiquement et intellectuellement le sexisme et le racisme. Pourtant ce sont des frères jumeaux. Mais l’un touche spécifiquement les femmes et cela lui vaut d’être aseez bien toléré. C’est que les hommes d’Occident comme ceux d’ailleurs, égoïstement et de tout temps, sont d’abord sensibles à ce qui touche leurs droits en tant qu’individus sexués. Liberté d’expression politique, liberté de mouvement dans l’espace (publique et privé), droit de propriété incluant la femme comme objet de consommation privée et jetable grâce à la répudiation : ces droits sont d’abord des droits masculins avant que d’être des droits de l’être humain !

    Les fameux Droits de l’Homme sont donc surtout et avant tout des droits masculins ! C’est pourquoi le sexisme n’est pas condamné avec la même vigueur que le racisme. La condition douloureuse des femmes dans de nombreuses régions du monde actuel est là pour nous le rappeler.

    L’offensive communautariste islamique dans les pays démocratiques peut en effet inquiéter les femmes, car elles ont tout à perdre dans l’affaire. Il faut dénoncer sans cesse le sexisme, la misogynie et le machisme quelle qu’en soit la source, fût-elle religieuse, traditionnelle et coutumière d’inspiration divine. Merci pour votre article. L’indignation justifiée est presque toujours le starter de la Raison.

    La droiture
    23 décembre 2008 , par Lise-Marie   [retour au début des forums]

    Vous n’avez pas l’habitude de vous indigner de la sorte mais je comprends cette indignation, elle est saine. Ça me fait penser à une attitude très rare de nos jours : la droiture. C’est vu comme du moralisme de parler ainsi, mais l’histoire nous dira qui a raison, celles qui courbent l’échine ou celles qui savent se tenir debout, comme vous le dites si bien de nos ancêtres.

    Inertie féministe
    21 décembre 2008 , par France   [retour au début des forums]

    Quand l’invitation a été lancée d’écrire au ministre à ce sujet, j’avais été prise d’un enthousiasme naïf. Bon, enfin quelqu’un(e) qui fait quelque chose ! Il y a sûrement des centaines, voire des milliers de femmes (si on compte au moins les féministes) qui vont avoir écrit. Pleine de satisfaction et probablement en quête de victoire, j’avais écrit au ou à l’un des responsables. Eh bien, j’ai été émue d’apprendre que je semblais avoir été la seule (à moins que les milliers d’autres ne l’aient pas mis en cc) à m’être donné la peine d’écrire ! (Voir le copié-collé d’une partie de sa réponse.)

    ’Vous croyiez que « le sexisme aurait dû être inscrit en même temps que le racisme » ? Moi aussi, comme plusieurs. Pour le moment, vous êtes la seule (BRAVO) à m’avoir transmis cc de votre message au ministre.’

    • Impuissance acquise
      26 décembre 2008 , par France
        [retour au début des forums]

      Je viens d’avoir cette idée :
      Et si les féministes avaient peur de réussir ? C’est ce que l’on appelle l’impuissance acquise. Elles paniquent devant la perspective de réussir enfin quelque chose de façon définitive, réussite qui amènerait comme un changement d’état, comment allaient-elles se comporter dans un monde où le sexisme est interdit ? C’est trop paniquant, vaut mieux se saboter et continuer d’éteindre les feux de foyer, quitte à y gaspiller ses énergies.

      [Répondre à ce message]

      • Impuissance acquise
        26 décembre 2008 , par Maryse
          [retour au début des forums]

        Certaines ont peur de faire peur et l’antiféminisme qui sévit depuis plusieurs années usent les meilleures énergies et le courage. C’est difficile de toujours se battre pour ce qui devrait être acquis dans une société qui ne fait que discourir sur l’égalité. Dans le cas de la menace du fondamentalisme religieux, plusieurs ne voient tout simplement pas la menace, elles croient que tout se résume à une question de liberté de religion. Ce que je reprocherais aux groupes féministes organisés c’est d’accorder moins d’importance à la liberté des femmes d’autres cultures. Elles prétendent le contraire, en réalité, elles se rabattent sur la liberté individuelle. Mais collectivement ces femmes n’ont pas les mêmes droits que les autres femmes parce que leurs communautés et leurs religions les briment, et les féministes ne veulent pas en parler. La même chose pour les femmes arrêtées dans d’autres pays parce qu’elles défendent leurs droits. Avez-vous déjà vu des organisations féministes québécoises, comme la Fédération des femmes, qui est la plus grande, faire une manifestation pour protester contre la discrimination et la violence dont ces femmes sont victimes dans leurs pays ? Par contre, la FFQ et d’autres sont toujours dans les manifestations contre la guerre, contre le racisme, la discrimination contre les "gays". C’est plus "glamour" et surtout il y a moins de risques de participer à ces manifestations que de dénoncer les pouvoirs religieux (islamistes dans bien des cas) qui oppriment les femmes dans le monde, les emprisonnent, les torturent et parfois les assassinent (les lapident, par exemple). Il y a une censure sur cela au sein du mouvement des femmes, je crois. En réalité, les féministes québécoises ont peur des fondamentalistes et de leur extrémisme. Comme elles sont rendues à craindre tellement les masculinistes et leurs poursuites qu’elles se replient sur elles-mêmes au lieu de riposter à leur propagande haineuse et mensongère. C’est assez décourageant parfois.

        [Répondre à ce message]

        • Les femmes sont-elles lâches de nature ?
          27 décembre 2008 , par France
            [retour au début des forums]

          Les hommes ont beaucoup de privilèges, mais ils se battent pour (oui, oui, ils manipulent aussi, énormément). Les soldats prenaient un coup avant d’aller sur les champs de bataille (je ne sais pas si ça se fait encore). Quelque part, c’est "normal" (dans le sens que c’est comme ça depuis le début de l’humanité) que les gens s’opposent et en viennent aux poings. Mais pourquoi les femmes se cachent-elles au lieu de riposter — interdit de se cacher derrière l’argument qui veut que ce soit parce qu’elles sont plus intelligentes ! Je trouve qu’en agissant comme elles le font, i.e. en manquant de courage, les féministes se conforment au stéréotype de la femme qui, apeurée, se met à crier et court se cacher. (J’entends déjà certaines parler du comportement des jeunes hommes à Polytechnique, mais ce ne sont pas eux qui étaient visés.) L’égalité, ça doit s’assumer.

          [Répondre à ce message]

    Éteindre le foyer d’incendie plutôt qu’éteindre les feux
    21 décembre 2008 , par France   [retour au début des forums]

    Les féministes passent leur temps à éteindre les feux et elles vont continuer de le faire tant qu’elles n’auront pas éteint le foyer de l’incendie.

    Il ne faut pas attendre l’assentiment des hommes et de toutes les femmes. Il y a toujours eu des Noirs au service des ségrégationnistes. Il y aura toujours des femmes au service des misogynes.

    Il faut criminaliser le sexisme
    21 décembre 2008 , par France   [retour au début des forums]

    Il faut criminaliser le sexisme, mais à chaque fois que la question est soulevée, il se trouve toujours quelqu’un(e) pour refroidir les ardeurs. Et des ’quelqu’unes’ parfois dont on ne peut malheureusement pas douter de la bonne foi ni de la compétence. Est-ce que ça revient à une question de courage ? Je ne sais pas pourquoi, il ne se passe rien de ce côté. Ça devrait pourtant être la priorité, tous les efforts devraient s’y concentrer, c’est l’origine de tous les problèmes des femmes. Le sexisme, c’est le racisme envers les femmes.

    Voici ce que font les barbares au nom de la religion
    21 décembre 2008 , par Internaute   [retour au début des forums]

    Une mineure lapidée en Somalie

    31 octobre 2008

    La jeune fille qui a été lapidée cette semaine en Somalie était âgée de treize ans, et non de vingt-trois ans comme l’indiquaient de précédentes informations. Elle avait été accusée d’adultère, une infraction au regard du droit islamique.

    Aisha Ibrahim Duhulow a été exécutée lundi 27 octobre par un groupe de 50 hommes devant environ un millier de spectateurs dans un stade de Kismaayo, ville portuaire du sud de la Somalie. Les journalistes somaliens qui avaient indiqué qu’elle avait vingt-trois ans ont dit à Amnesty International qu’ils avaient estimé son âge en se basant sur son apparence physique.

    Dans le stade, des miliciens ont ouvert le feu quand des personnes qui assistaient à l’exécution ont tenté de lui sauver la vie, et un jeune garçon simple spectateur a été tué par balle. Il a par la suite été signalé qu’un porte-parole de la milice Al Shabab avait présenté des excuses pour la mort du jeune garçon et fait savoir que le milicien responsable serait sanctionné.

    De nombreux témoins ont dit à Amnesty International qu’au cours de la lapidation des infirmières ont été chargées de vérifier si Aisha Ibrahim Duhulow était toujours en vie. Elles l’ont déterrée, ont déclaré qu’elle était encore vivante, et l’ont ensuite replacée dans le trou où elle avait été partiellement ensevelie, afin que la lapidation se poursuive.

    Aisha Ibrahim Duhulow avait été accusée d’adultère, mais certaines sources ont indiqué à Amnesty International qu’elle avait en fait été violée par trois hommes et qu’elle avait tenté de signaler ce viol à la milice Al Shabab qui contrôle Kismaayo. C’est dans ces circonstances qu’elle a été accusée d’adultère et placée en détention. Aucun des hommes qu’elle avait accusés du viol n’a été arrêté.

    Elle a été détenue par une milice des autorités de Kismaayo, coalition constituée de la milice Al Shabab et de milices claniques. D’après les informations reçues, au cours de cette période elle était dans une grande détresse, et certaines personnes ont déclaré qu’elle avait commencé à présenter des troubles mentaux.

    Amnesty International mène campagne pour qu’il soit mis fin à l’utilisation de la peine de lapidation, qu’elle considère comme une peine abominable et effroyable. L’exécution d’Aisha Ibrahim Duhulow montre à quel point cette peine est cruelle et fondamentalement discriminatoire à l’égard des femmes.

    Source : Amnesty International.

    Vous visez juste !
    18 décembre 2008 , par Marlène   [retour au début des forums]

    Merci Madame Carrier pour cet article qui exprime exactement ma pensée et celle de nombreuses femmes de mon entourage. Continuez à faire entendre votre voix.

    Moi aussi je suis indignée de ces pseudo féministes qui par opportunisme ferment les yeux devant l’obscurantisme islamiste et n’osent pas critiquer ce qu’elles dénonceraient haut et fort s’agissant des québécoises de souche. C’est vraiment une forme de racisme. Il faut dénoncer ces féministes relativistes qui se font les porte-voix des mollahs et des ayatollahs.

    Et la complicité des commissions des droits et de Bouchard-Taylor, qui servent de carpettes aux islamistes obscurantistes et misogynes.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2008
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin