| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

  Hébergé par                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       Éditions Sisyphe






vendredi 15 octobre 2004

Quelle alternative au patriarcat ?
Valoriser un modèle social non conjugal

par Agnès Echène, chercheuse en anthropologie culturelle



Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texte Imprimer ce texte


Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Ensemble, réussir la 4ième Marche Mondiale des Femmes ! Tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous resterons en marche !
Des "Déchaînées" aux genoux du patriarcat !
L’intervention féministe intersectionnelle – Troquer un idéal pour une idéologie trompeuse ?
Ce que révèle l’alliance de certains musulmans avec la droite réactionnaire
Au cœur de la division du mouvement féministe québécois : deux visions
Désaccord sur le virage de la Fédération des femmes du Québec
Féminisme islamique - Quand la confusion politique ne profite pas au féminisme
États généraux du féminisme - Des sujets importants écartés : "De qui ou de quoi avons-nous peur ?"
PDF Québec est lancé ! - Une voix pour les droits des femmes
États généraux et FFQ - Un féminisme accusateur source de dissension
Ignorer et défendre la domination masculine : le piège de l’intersectionnalité
Comment les hommes peuvent appuyer le féminisme
Le féminisme contemporain dans la culture porno : ni le playboy de papa, ni le féminisme de maman
Refuser d’être un homme. Pour en finir avec la virilité
Les micro-identités et le "libre choix" érigé en système menacent les luttes féministes
La misogynie n’a pas sa place dans le féminisme
L’écriture équitable - La féminisation des textes est un acte politique
Réfutation de mensonges au sujet d’Andrea Dworkin
Une éducation féministe donne de meilleurs fils
"Rien n’a encore pu me détruire" : entretien avec Catharine A. MacKinnon
France - La mainmise des hommes sur le monde de la radio
États généraux sur le féminisme au Québec/FFQ - Des exclusions fondées sur des motifs idéologiques et des faussetés
Le mouvement des « droits des hommes », la CAFE et l’Université de Toronto
Mensonges patriarcaux - Le mouvement des « droits des hommes » et sa misogynie sur nos campus
Féministes, gare à la dépolitisation ! Les féminismes individualiste et postmoderne
"Les femmes de droite", une oeuvre magistrale d’Andrea Dworkin
"Je suis libre", une incantation magique censée nous libérer des structures oppressives
Trans, queers et libéraux font annuler une conférence féministe radicale à Londres
« Le féminisme ou la mort »
"Des paradis vraiment bizarres" - "Reflets dans un œil d’homme ", un essai de Nancy Huston
Quand les stéréotypes contrôlent nos sens
"Agentivité sexuelle" et appropriation des stratégies sexistes
Cessons de dire que les jeunes femmes ne s’identifient pas au féminisme !
Un grand moment de féminisme en milieu universitaire
Beauté fatale. Les nouveaux visages d’une aliénation féminine
Résistance au sexe en contexte hétérosexuel
La CHI - Un humour dégradant et complice de l’injustice sociale
"Heartbreak", une autobiographie d’Andrea Dworkin
Hockey, suicide et construction sociale de la masculinité
Polémique sur l’enseignement du genre dans les manuels scolaires en France
Le "Gender" à l’américaine - Un verbiage qui noie la réalité du pouvoir patriarcal
2011-2015 - Un plan d’action pour un Québec égalitaire
NousFemmes.org
L’égalité inachevée
Journée internationale des femmes 2011 - Briser le silence sur toutes les formes de sexisme
En France et ailleurs, 2010, une mauvaise année pour les femmes
Ce qu’est le féminisme radical
Polygamie - Le Comité de réflexion sur la situation des femmes immigrées et “racisées” appuie l’avis du CSF
Il y a trois ans, mon cher Léo...
La Fédération des femmes du Québec représente-t-elle toutes les femmes ?
Tout est rentable dans le corps des femmes... pour ceux qui l’exploitent
Incessante tyrannie
Comment le patriarcat et le capitalisme renforcent-ils conjointement l’oppression des femmes ?
Égalité ou différence ? Le féminisme face à ses divisions
Une vision féministe de l’économie
Le "gender gap" dans les Technologies de l’information et de la communication
La Marche mondiale des femmes dix ans plus tard
Azilda Marchand : une Québécoise qui fut de tous les combats pour les femmes !
Les hommes proféministes : compagnons de route ou faux amis ?
Prostitution et voile intégral – Sisyphe censuré par le réseau féministe NetFemmes
Regard sur l’égalité entre les femmes et les hommes : où en sommes-nous au Québec ?
Féminisme en ménopause ?
Ce n’est pas la France des NOBELS !
Écarter d’excellentes candidates en médecine ? Inadmissible !
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
La question des privilèges - Le réalisateur Patric Jean répond à des critiques
Lettre à Patric Jean, réalisateur de "La domination masculine", et à bien d’autres...
Une grande féministe, Laurette Chrétien-Sloan, décédée en décembre 2009
Le travail, tant qu’il nous plaira !
Comme une odeur de misogynie
La patineuse
Invasion du sexisme dans un lycée public
Magazines, anorgasmie et autres dysfonctions
"Toutes et tous ensemble pour les droits des femmes !"
Cent ans d’antiféminisme
MLF : "Antoinette Fouque a un petit côté sectaire"
Des femmes : Une histoire du MLF de 1968 à 2008
Qui est déconnectée ? Réponse à Nathalie Collard
Manifeste du rassemblement pancanadien des jeunes féministes
Pour une Charte des droits des femmes
Andy Srougi perd sa poursuite en diffamation
La lesbienne dans Le Deuxième Sexe
Le livre noir de la condition des femmes
La percée de la mouvance masculiniste en Occident
Procès du féminisme
Humanisme, pédocriminalité et résistance masculiniste
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Mise au point sur la suspension d’un article critiquant le livre du Dr Michel Dubec
Pour éviter de se noyer dans la (troisième) vague : réflexions sur l’histoire et l’actualité du féminisme radical
L’égalité des femmes au Québec, loin de la coupe aux lèvres !
Je suis féministe !
Écoféminisme et économie
Poursuite contre Barbara Legault et la revue "À Bâbord !" - Mise à jour
Biographie de Léo Thiers-Vidal
Vivement le temps de prendre son temps !
Florence Montreynaud fait oeuvre d’amour et de mémoire
Magazines pour filles, changement de ton !
Un 30e anniversaire de la JIF sous la fronde conservatrice
L’égalité des femmes au Québec est-elle plus qu’une façade ?
Golf : "Gentlemen only, ladies forbidden" ?
Méchant ressac ou KIA raison ?
Dégénération de "Mes aïeux", un engouement questionnant
Les « Gender Studies », un gruyère confortable pour les universitaires
Réflexions "scientifiques" du haut du Mont Grey Lock
Madame, s’il vous plaît !
Annie Leclerc, philosophe
Des arguments de poids...
Pour hommes seulement
Andrea Dworkin ne croit pas que tout rapport sexuel hétéro est un viol
Peau d’Âme ou Beautés désespérées ?
Réflexions et questionnement d’une féministe en mutation
Mais pourquoi est-elle si méchante ?
Le concours « Les Jeudis Seins » s’inscrit dans le phénomène de l’hypersexualisation sociale
Aux femmes qui demandent - sans plus y croire - justice. Qu’elles vivent !
Jeux olympiques 2006 : félicitations, les filles !
7e Grève mondiale des femmes - Le Venezuela donne l’exemple
Évolution des droits des Québécoises et parcours d’une militante
2005, l’année de l’homme au Québec
Mes "problèmes de sexe" chez le garagiste !
Brèves considérations autour des représentations contemporaines du corps
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, NON à la décriminalisation de la prostitution
"Femmes, le pouvoir impossible", un livre de Marie-Joseph Bertini
L’AFEAS veut la représentation égalitaire à l’Assemblée nationale du Québec
Elles sont jeunes... eux pas
Dis-moi, « le genre », ça veut dire quoi ?
Quand donc les hommes ont-ils renoncé à la parole ?
IN MEMORIAM ANDREA DWORKIN ou La passion de la justice
Déconstruction du discours masculiniste sur la violence
Les hommes vont mal. Ah bon ?
La face visible d’un nouveau patriarcat
Le projet de loi du gouvernement Raffarin "relatif à la lutte contre les propos discriminatoires à caractère sexiste et homophobe" est indéfendable
L’influence des groupes de pères séparés sur le droit de la famille en Australie
Victoires incomplètes, avenir incertain : les enjeux du féminisme québécois
Retrouver l’élan du féminisme
Le droit d’éliminer les filles dans l’oeuf ?
Le système patriarcal à la base des inégalités entre les sexes
Des nouvelles des masculinistes
Masculinisme et système de justice : du pleurnichage à l’intimidation
Nouvelle donne féministe : de la résistance à la conquête
Les masculinistes : s’ouvrir à leurs réalités et répondre à leurs besoins
Nouvelles Questions féministes : "À contresens de l’égalité"
S’assumer pour surmonter sa propre violence
Sisyphe, que de rochers il faudra encore rouler !
Coupables...et fières de l’être !
Un rapport de Condition féminine Canada démasque un discours qui nie les inégalités de genre
De la masculinité à l’anti-masculinisme : penser les rapports sociaux de sexe à partir d’une position sociale oppressive
Les courants de pensée féministe
Quelques commentaires sur la domination patriarcale
Chroniques plurielles des luttes féministes au Québec
Qu’il est difficile de partir !
Deux cents participantes au premier rassemblement québécois des jeunes féministes
Le féminisme : comprendre, agir, changer
Le féminisme, une fausse route ? Une lutte secondaire ?
À l’ombre du Vaaag : retour sur le Point G
L’identité masculine ne se construit pas contre l’autre
Les hommes et le féminisme : intégrer la pensée féministe
La misère au masculin
Le Nobel de la paix 2003 à la juriste iranienne Shirin Ebadi
Hommes en désarroi et déroutes de la raison
Le « complot » féministe
Christine de Pisan au coeur d’une querelle antiféministe avant la lettre
Masculinisme et suicide chez les hommes
Le féminisme, chèvre émissaire !
L’autonomie de la FFQ, véritable enjeu de l’élection à la présidence
Les défis du féminisme d’aujourd’hui
Les arguments du discours masculiniste
Nouvelle présidente à la FFQ : changement de cap ?
La stratégie masculiniste, une offensive contre le féminisme
Le discours masculiniste dans les forums de discussion




Nombre de réflexions relatives à maints problèmes contemporains évoquent, parmi les causes du mal qu’elles analysent, l’organisation patriarcale de notre société. Qu’il s’agisse de l’aliénation, du harcèlement moral ou sexuel, de la discrimination sexiste au travail ou en politique, de la violence conjugale masculine, du sexisme, de la prostitution, de l’homophobie, de la pornographie, de la pédophilie, etc., le patriarcat est fréquemment dénoncé comme responsable. Des actions "anti-patriarcat" sont repérables dans la presse, le monde associatif, le féminisme, les mouvances libertaires, les luttes sociales. Mais, au-delà de la lutte, que propose-t-on ? que fera-t-on après la victoire ? et d’abord, lutter contre le patriarcat, c’est lutter contre quoi ? contre les hommes ? contre les hétéros ? contre le mariage bourgeois ? contre la droite ? contre le capitalisme ? contre le fascisme ? contre la mondialisation ? contre quoi encore ?

On est en effet pris de perplexité lorsqu’on s’interroge sur une éventuelle diversité de choix culturels qui ferait apparaître, à côté du patriarcat, une ou d’autres formes d’organisation familiale et sociale. Et l’on serait bien en peine d’une quelconque énumération. On en vient même à se poser cette question essentielle : y a-t-il une vie en dehors du patriarcat ?

Certain-e-s ont soutenu qu’il y en avait une avant : Johan Jacob Bachofen, un juriste suisse du XIXè siècle, étudia soigneusement un immense corpus antique et anthropologique révélant des us et coutumes très exotiques aux yeux occidentaux, et qu’il exposa dans un monumental ouvrage intitulé "le droit maternel", droit qu’il considère comme primitif et indécent, heureux de l’avoir vu remplacé par le droit paternel en quoi il voit un grand progrès de l’humanité. Son travail fut repris par quelques féministes moins puritain-e-s pour évoquer un antique matriarcat ; rapidement contredit-e-s par une escouades d’historien-ne-s prouvant par A+B que cela n’avait jamais existé, elles/ils furent réduit-e-s au silence. De toutes façons, pour les réfractaires au pouvoir quel qu’il soit, tout "-arcat" (= pouvoir) est haïssable, qu’il émane des pères ou des mères. Ce qui ne rend pas inintéressant pour autant les travaux du juriste Bachofen.

D’autres chercheurs mirent en lumière maintes organisations sociales étrangères au "droit paternel" : ainsi Morgan, repris par Marx et Engels, Malinowski, Makarius, Meillassoux, et quelques autres. Toutefois, l’exotisme des sociétés étudiées (Indiens, Mélanésiens etc.) semble neutraliser leurs exemples. Une société qui se pense évoluée a-t-elle quoi que ce soit à apprendre des sauvages ? C’est ainsi que le trésor inestimable recueilli par les ethnologues depuis quelques siècles n’est bon que pour les musées ; rien de ce qui est vivant ne semble pouvoir faire exemple pour une société arrogante - qui dépense pourtant des fortunes à étudier les mœurs de la terre entière : cela semble si vain - sauf à en faire du spectacle, de belles images, des émissions pittoresques, des films insolites, de beaux livres. On observe cependant à leur étude, des bribes de ce qu’analysèrent Bachofen, Morgan, Malinowski etc. Mais que pouvons-nous en faire ? Il semble que tout cela soit inassimilable ici et maintenant.

Si le patriarcat est haïssable, si le matriarcat n’est ni probable ni souhaitable, et si tout le reste est inassimilable... que reste-t-il à espérer au pauvre monde ?

Qu’est-ce donc que le patriarcat ?

Dans l’infinie diversité des mœurs et organisations sociales décrite par l’ethnologie, on peine à discerner ce qui caractérise précisément et concrètement le "patriarcat" ; en effet, il n’apparaît jamais comme un type de sociétés dont les invariants ressortent clairement. De même pour le problématique "matriarcat" repéré par certains observateurs. Si le patriarcat se définit comme "un type d’organisation sociale où l’autorité domestique et politique est exercée par les hommes, chefs de famille", on ne précise pas pour autant quels sont les éléments matériels, structurels ou organisationnels qui permettent, voire favorisent cet exercice de l’autorité, on spécifie rarement sur quoi repose concrètement le pouvoir masculin. Ces imprécisions provoquent toutes sortes de confusions ; c’est ainsi que l’on parle de "matriarcat" dès que quelques femmes exercent un pouvoir auparavant masculin, ou si la famille, de plus en plus désertée par les hommes, voit les femmes y exercer de fait une autorité, ou une "puissance", jadis paternelle. Ce qui n’est que variations superficielles est considéré comme changement essentiel. Ainsi, la notion de "matriarcat" souffre-t-elle des mêmes imprécisions. Il semble en outre que cette notion soit avant tout maniée par les polémistes, non par les scientifiques. Qu’est-ce qui définit donc réellement et concrètement le patriarcat ? Qu’est-ce qui permet de le repérer lorsqu’on aborde une société ?

Au-delà des mille variations qui affectent la famille dans le temps et dans l’espace, une réalité demeure toujours et partout : le groupe domestique (ou maisonnée). Pas la famille ? euh ... Si l’on entend par "famille" celle que nous connaissons, basée sur le couple parental plus ou moins constitué en réseau plus ou moins vaste, alors évidemment : non. Notre famille occidentale moderne, qu’elle soit nucléaire ou élargie, ne fait pas l’unanimité de l’humanité. En revanche le groupe domestique est universel - euh ... sauf ici et demain : en effet, chez nous, l’avenir n’est pas au groupe mais au solo (amants solo, papa ou maman solo ... ) que ce soit par choix (chacun son toit) ou par accident (veuvage, séparation) ; ainsi les solos sont passés de 1 "ménage" sur 4 dans les années 80, à plus de 1 sur 3 au recensement de 99 ; cette situation est évidemment propre aux pays riches - même si elle concerne aussi les pauvres des pays riches : seules les sociétés bureaucratiques peuvent se payer ce luxe ; c’est seulement là où l’argent circule, où les besoins individuels sont pris en charge par la société, où les moyens de communication sont développés que l’on peut se payer le luxe du solo ; mais si nous étions privés de Sécurité Sociale, d’allocations, de retraites, de téléphone, de supermarchés, de voiture et de télévision ... comment pourrions-nous envisager de vivre en solo ? D’ailleurs la majorité des gens vivant seuls (en France) habitent en ville, essentiellement en centre-ville. Vivre seul-e à la campagne ou en banlieue est une gageure - et sans doute un malheur. C’est pourquoi dans toutes les sociétés non industrielles, d’aujourd’hui comme d’hier, on vit en groupe.

Donc la plupart des sociétés anciennes et modernes connaissent le "groupe domestique", et c’est là que ça devient intéressant : en effet, celui-ci est composé de manières très variées, plus ou moins sophistiquées. Et l’on pourrait s’amuser à établir, à l’instar de nos magazines, un "palmarès du bonheur" des sociétés humaines : quelles combinaisons domestiques rendent les gens le plus heureux, en choisissant les critères favoris des sociologues à savoir la postérité, la solidarité, la sexualité ?

Du côté de la postérité

On bute de toutes parts contre des obstacles au bonheur ; que le "groupe domestique" soit tribu ou individu, la plainte est continue : ici les femmes ont trop d’enfants, là elles en voudraient mais ne peuvent en faire, faute de trouver le compagnon idéal ; ici elles n’ont aucun droit sur eux, là elles doivent tout assumer ; ici les pères accaparent les enfants, ailleurs ils ne veulent pas les reconnaître ; là les femmes ont des enfants "si elles veulent quand elles veulent" mais forcent les hommes à assumer une paternité non désirée ; ailleurs les hommes engrossent des femmes et refusent d’assumer leur progéniture ... Tous ces cas ne se présentent cependant que dans les sociétés conjugalisées ; les sociétés sans mariage ne peuvent rien connaître de ces complications et des malheurs subséquents puisque les géniteurs, qu’ils le veuillent ou non, ne sont pas apparentés à leur progéniture ; mais sont par ailleurs responsables de tous les enfants de leur propre famille.

Du côté de la solidarité

Il semble que cela soit plus simple. Les gens qui vivent ensemble se soutiennent mutuellement ; jusqu’à la mort ? Zut ! ça se complique ! Jusqu’à la mort, s’il n’y a pas exclusion ou séparation ; or exclusions et séparations ne sont pas des exceptions : les individus qui dérogent à la loi de certains groupes sont exclus ; ainsi les fils rebelles, les filles libres ; ainsi les épouses stériles ou mal dotées ; ainsi les filles mariées, forcément éloignées. Ces êtres écartés, privés de la solidarité du groupe, signalent indirectement le malheur de ceux qui, bien qu’inclus, doivent se soumettre sous peine d’exclusion. Là où le couple a remplacé la tribu, la solidarité est également menacée ; le mariage (pacs ou autre) fonde de nouveaux groupes domestiques sensés assurer "protection mutuelle" aux conjoints et aux enfants ; mais si le couple n’est pas indissoluble, il suffit d’une séparation pour que la solidarité s’évanouisse, quels que soit le dévouement, les dons ou les sacrifices consentis pendant la durée du couple. Certes, les sociétés bureaucratiques assurent un minimum de soutien, mais les personnes réduites à cette solidarité-là vivent dans un grand dénuement. On sait que, en France, les foyers monoparentaux (le plus souvent avec la mère) sont toujours plus démunis, voire paupérisés, que le foyer biparental antérieur. Ces situations sont évidemment le fait des sociétés conjugalisées ; là où couple et mariage n’existent pas, il ne peut y avoir ni départ forcé des filles mariées ni répudiation ni séparation ni divorce. La stabilité est donc inébranlable ; et la solidarité de même.

Et du côté de la sexualité ?

Où les gens - dans leur ensemble - ont-ils le sentiment de pouvoir répondre avec bonheur à leurs désirs sexuels ? Difficile d’obtenir des réponses personnelles valables à ce genre de questionnement. Mais les situations et les problèmes sociaux y répondent à leur manière. Si, dans les sociétés occidentalisées, le nombre de séparations et de divorces est un indicateur d’insatisfaction ou d’inadaptation, il faut également compter avec les chiffres de la prostitution et de la pornographie, avec les violence sexuelles de tous ordres, la criminalité sexuelle, le succès des consultants spécialistes du couple et du sexe, le succès des littératures de compensation (presse et littérature pornographique, romans sentimentaux, polars pornos etc.), des émissions de télévision ou de radio autour du sexe et de l’intimité, des petites annonces, des clubs, etc. L’immensité du champ ainsi couvert est à coup sûr inversement proportionnelle au bonheur sexuel des gens. Il ne faudrait cependant pas en déduire que là où ce champ est étroit, le bonheur est immense ! L’absence d’exutoires et de compensations sexuels s’accompagne le plus souvent d’une redoutable coercition. Dans nombre de sociétés non occidentalisées, l’enfermement des femmes, les interdits qui les frappent, leur absence dans les lieux publics, leur accoutrement dissimulateur, les mutilations sexuelles effectuées sur hommes et femmes, sont autant d’indicateurs du malheur sexuel des gens. Ces mesures dictatoriales ne rendent toutefois pas inutiles la prostitution et la pornographie auxquelles recourent communément, et abondamment, les hommes de ces sociétés ; ni n’empêchent les femmes de "se débrouiller" à leurs risques et périls, pour contourner des lois inhumaines. Il y a donc partout, exhibée ou dissimulée, une sexualité alternative associée à la sexualité légale. Et la sexualité légale, dans ces deux types de sociétés, est attachée à l’institution du mariage (mono- ou polygame) et à la prohibition sexuelle qui l’accompagne ; qu’elle soit "douce" (en Occident) ou "dure" (en Orient), la prohibition est cette force qui dissuade ou empêche les gens d’envisager l’éventualité d’une relation sexuelle hors du couple ou avec des gens qui s’affichent "en couple" - par le mariage strict (à l’orientale), ou par le mariage souple, le PACS, le concubinage ou la simple et parfois brève mise en couple (à l’occidentale). Inutile de préciser que là où ni le couple ni la conjugalité n’ont de statut, rien de cela n’a lieu d’être.

Le couple, fondement du patriarcat

Il semble donc que le couple, spontané ou institué, soit le fondement concret du patriarcat. Cela est d’ailleurs évident à travers les développements de la définition du patriarcat ; c’est en effet la transmission par les hommes qui est donnée pour fondamentale voire fondatrice du patriarcat, par opposition à la transmission par les femmes. Il s’agit alors non de "l’autorité" (le "-arcat") mais du lignage (la "-linéarité"). Il apparaît donc que le patriarcat se fonde sur la patrilinéarité ; et que, sans patrilinéarité, il n’y a pas de patriarcat. Or la patrilinéarité nécessite le mariage, du moins à l’origine ; aujourd’hui, d’autres moyens existent. Mais à l’origine, sans génitrice associée, impossible pour un homme d’avoir une descendance directe reconnue. Le contrat stipulant que telle femme donnera ses enfants à tel homme, c’est-à-dire le mariage, fut le moyen utilisé pour assurer une descendance directe aux hommes désireux d’avoir une postérité personnelle. Il est abusif de penser que telle est la volonté de "tous les hommes" ; et abusif de considérer que le patriarcat est le pouvoir exercé par "tous les hommes". Pour désirer avoir une postérité personnelle, il faut avoir des biens et/ou un pouvoir à transmettre : ce qui, dans l’histoire, n’est le lot que d’une minorité d’hommes, comme de femmes.

Si le mariage d’aujourd’hui ressemble peu au contrat originel, c’est que l’amour s’y est associé. On aurait pu simplement abolir ce type de contrat - dont on doit d’ailleurs questionner la licité puisque, selon l’art.1128 du Code Civil, "il n’y a que les choses qui sont dans le commerce qui puissent être l’objet de conventions" ; mais on a plutôt imaginé d’introduire l’amour dans le mariage, probablement pour en adoucir la contrainte ; ce qui donne les résultats évoqués plus haut, à savoir l’extrême fragilité, voire la disparition des familles issues de mariages, quand et là où le divorce est autorisé. L’objection générale à l’abolition du mariage est pourtant ce même phénomène, à savoir la disparition de la famille. C’est que l’on considère habituellement que seul le mariage fonde la famille ; et l’on oublie aussi habituellement qu’un individu prêt à se marier et à "fonder une famille" est lui-même issu d’une famille, et que par conséquent la famille préexiste à l’individu. Ce pourrait être une lapalissade, confortée par le fait que cette famille préexistante est elle aussi fondée sur un mariage, ou du moins sur un couple, et ainsi jusqu’à ... Adam et Eve. Mais ce n’est pas une lapalissade si cela permet de réaliser qu’il est assez vain de fonder de nouvelles familles alors qu’il en existe déjà tant. Il est donc faux de dire que le mariage est nécessaire à la famille.

On doit remercier l’ethnologie, l’archéologie, la littérature orale autant qu’écrite, de nous ouvrir les yeux sur le ridicule de cette croyance en nous révélant d’autres réalités, d’autres modes de vie, d’autres us et coutumes. Elles nous apprennent en effet que nombre de sociétés ne pratiquent pas le mariage et vivent par conséquent dans des familles sans mariage. On découvre alors que les sociétés se démarquent radicalement à ce sujet : il y a les sociétés conjugalisées et les sociétés non-conjugalisées, celles où l’on se marie et celles où l’on ne se marie pas, celles qui instituent le couple et celles qui le gardent secret. Et il apparaît justement que toutes les sociétés patriarcales sont conjugalisées ; elles pratiquent toutes le couple institué, qu’il se nomme mariage, pacs, concubinage, amour libre, etc.

C’est sur le couple que se bâtit le patriarcat.

On observe également que certaines sociétés conjugalisées sont matrilinéaires ; mais on conçoit aisément qu’une société matrilinéaire s’adaptant à la modernité connaisse une transition qui fait coexister mariage et matrilinéarité ; cette transition s’achève en général par la généralisation du mariage, la disparition de la matrilinéarité et la patriarcalisation de cette société ; c’est souvent ainsi qu’elle accède à la modernité. Enfin, certaines sociétés se maintiennent contre vents et marée dans une matrilinéarité obstinée, refusant catégoriquement la conjugalisation ; ces sociétés sont souvent dépréciées, voire méprisées par la majorité des observateurs. Ce sont pourtant des cas où nos valeurs fondamentales semblent mieux pratiquées que dans nos démocraties : liberté, égalité et fraternité n’y sont pas que des mots ; il semble également que les femmes y jouissent de plus de droits que les féministes les plus avancées du monde occidental.

Et pourtant, quelques anthropologues - français-e-s essentiellement - affirment que tout cela n’a aucune importance car dans toutes les sociétés de tous les temps, les femmes sont toujours et partout subordonnées aux hommes, toujours et partout victimes de la valence différentielle des sexes : si elles ne sont pas soumises aux époux, elles sont soumises aux pères et/ou aux frères ; même là où il n’y a pas de "père" ! Ces contre-vérités ont pour corollaire une occultation des sociétés non conformes à ce modèle indûment universalisé ; et pour conséquence un désintérêt - même des féministes - pour l’anthropologie ou l’étude de ces contre-modèles.

Ainsi, les sociétés patriarcales sont toutes conjugalisées : cela ne peut que nous alerter ; ainsi les sociétés les plus égalitaires et les plus justes ne sont pas conjugalisées : cela ne peut que nous intéresser.

Il semble donc bien y avoir une corrélation forte entre ces deux réalités anthropologiques ; couple et patriarcat sont consubstantiels. L’histoire est ici explicite : la mariage n’a pas été institué pour rendre heureux les époux mais pour "donner" une descendance à un homme. Ce "contrat" illicite, contraignant une femme et un homme à copuler contre leur gré, a évolué au fil du temps ; l’exigence de "consentement" imposée par l’Église Catholique a donné un semblant d’humanité à une inhumaine obligation ; mais ce fut aussi la source de nombreux "contrats simulés" où les consentements étaient formels. Enfin, l’évolution économique libérale a touché le mariage qui est passé de l’arrangement familial irrévocable au penchant sentimental variable. Mais est-il suffisant de fonder un contrat sur le plaisir pour lui ôter sa nature de contrat ? De nombreuses questions se greffent sur celle-ci : que vaut un contrat portant sur la sexualité ? que vaut un contrat de solidarité s’il est révocable ? que vaut un contrat d’éducation des enfants s’il est soumis aux aléas de l’amour et de la haine, du chantage, de l’éloignement, de l’irrégularité, des remaniements familiaux inhérents au vagabondage amoureux ?

Une conscience aiguë de ces multiples problèmes ne peut que jeter le discrédit sur le système conjugal et mettre en doute la validité du couple et de la famille conjugale comme fondement de la postérité, de la solidarité, de la sexualité humaine. Mais refuser le mariage semble un déni d’humanité. Le discours qui le donne pour un des traits caractéristiques de la culture contre la nature, de l’humain contre l’animal, ce discours est constamment réactualisé ; et ceux, ou plutôt celles, qui ont dénoncé le mariage et l’ont banni de leur vie, celles-là l’ont payé cher, très cher. Les premières féministes issues du peuple, réduites à leur petit salaire de fonctionnaire et à leur fière solitude de filles-mères, se sont vues marginalisées, rejetées voire dénoncées, et leurs enfants moqués, persécutés, rejetés eux aussi. Qui peut souhaiter une telle vie, surtout pour ses enfants ? Pour courageux qu’ils soient, ces choix n’introduisent cependant pas les changements souhaités car ils sont individuels.

Lorsqu’une société n’est pas conjugale, il s’agit d’un système collectif, non pas de choix individuels. Il existe alors un type de famille particulier propre à assumer les besoins fondamentaux de l’individu (postérité, solidarité, sexualité). L’absence de ce type de famille dans les sociétés conjugalisées rend le choix du "non-mariage" difficile, sinon pathétique, acculant les gens au dilemme : couple ou solitude. Dans la famille non-conjugale, la postérité est comme partout sur la terre, le fait des femelles. Ce sont les femmes qui enfantent, mais sans "conjonction" au géniteur : celui-ci est d’abord et surtout un amant, un homme aimé pour lui-même, sans raison familiale, patrimoniale ou intéressée ; non, juste pour l’amour de lui. L’absence de mariage fait qu’il ne "rentre" pas dans la famille de l’amante ; il la visite, tout simplement, comme les femmes de tous les pays aiment être visitées ; avec le charme infini de l’amour toujours frais, toujours désiré. Et comme tous les hommes aiment le faire. Que cesse le désir, et les visites cessent ; comme le souhaitent toutes les femmes du monde - tous les hommes aussi. Et si l’un ou l’une refuse, un ou une autre accepte. Ainsi se rêve et se vit la sexualité.

Quant aux fruits de ces amours, ils sont pris en charge par la famille de maman. Constituée de sa propre mère, des frères et sœurs de celle-ci, elle comporte aussi les frères et sœurs de maman, ses cousins et cousines, leurs fils et filles : c’est-à-dire des fratries que seul apparente le lien utérin (lien d’enfantement, de naissance) et non pas consanguin (lien par le "sang", donc aux 2 géniteurs). Aucun lien d’alliance (concubinage, pacs ou mariage) ne s’ajoute au lien de naissance, seul fondateur du groupe domestique. Celui-ci est foncièrement exogame : aucune sexualité n’est admissible entre les membres de la maisonnée ; si l’interdit de l’inceste a un sens, c’est surtout dans ces sociétés non conjugalisées où il est synonyme de coït entre n’importe lesquels des membres de la maisonnée ; c’est la grande différence avec les sociétés conjugalisées où le coït des parents est licite et donc récurent entre certains membres de la maisonnée tandis qu’il est proscrit entre et/ou avec les autres ; cette dissymétrie à l’intérieur de la maisonnée est source de confusion et de tous les abus que connaissent les sociétés conjugalisées.

Quant au papa, il a la chance de n’être jamais séparé de ses enfants puisqu’il s’occupe du/des enfants de sa/ses sœurs, de sa/ses cousines, dont il n’a jamais lieu de divorcer. Cette paternité germaine, pour être non coïtale, n’en est pas moins "biologique" ou "génétique" : un oncle n’a-t-il pas un patrimoine génétique proche de celui de son neveu, de sa nièce ? Ce type de paternité semble faire le bonheur des hommes : d’autres hommes de la famille jouant eux aussi ce rôle, ils n’ont pas la responsabilité exclusive écrasante des pères génitaux seuls à devoir répondre aux attentes multiples (matérielles, ludiques, pédagogiques, symboliques, etc.) illimitées des petits occidentaux paradoxalement privés - pour un nombre croissant d’entre eux - de présence masculine quotidienne. Ils ne courent pas le risque non plus d’une paternité forcée, de ces "enfants dans le dos" que certaines femmes leur imputent à leur corps défendant, ou de ces discussions sans fin quand on s’aime mais qu’elle veut un enfant et lui pas ...

Enfin, les femmes ne sont pas acculées à attendre l’arrivée de l’homme de leurs rêves pour mettre en route un bébé ; et si elles ne veulent pas d’enfants, elles n’ont pas de compte à rendre : la grossesse ne regarde qu’elles. La présence sous le même toit de plusieurs générations aide à résoudre bien des difficultés de la vie quotidienne, de l’éducation, du travail, des déplacements, de la maladie, de la mort. Elle assure ainsi la solidarité nécessaire à tous : enfants, malades, femmes en couches, vieillards, tous sont sous la protection de leur maisonnée. La violence interne semble inconnue, et le contraire serait étonnant : quel amant de passage aurait l’idée de violenter une femme qui l’accueille à bras ouverts et qu’il souhaite visiter à nouveau d’autres soirs ? Et si pareille bizarrerie survenait, quelle mère, quel frère ou quel oncle ne bondirait pour secourir sa fille, sa sœur, sa nièce ? Enfin, une telle liberté sexuelle ne laisse pas place à la coercition exercée par les parents dans les familles conjugales : par les pères et les mères en Occident, intolérants sur la liberté sexuelle de leurs filles, intrusifs dans le choix des "petit-e-s ami-e-s" de leurs enfants ; par les frères et les pères en Islam, occupés à surveiller jalousement la virginité des filles. Ces intrusions des membres de la famille dans la sexualité des femmes sont d’ailleurs impensables dans les sociétés non conjugales : elles y voient une forme d’indiscrétion, voire d’obscénité, qui leur font horreur et honte à la fois.

Valoriser le modèle social non conjugal pour se défaire du patriarcat

Les sociétés non conjugales semblent donc satisfaire les principaux besoins humains, sans recours nécessaire à des instances publiques. C’est sans doute la raison qui fait que les couches pauvres des sociétés occidentalisées semblent revenir en partie à ce modèle ; toutefois, la norme patriarcale/conjugale de la société dans laquelle elles s’inscrivent ne leur permet pas de réunir tous les éléments qui favoriseraient vraiment leur équilibre, voire leur épanouissement. En effet, c’est d’abord la défection des hommes devant la paternité et les charges de la famille qui contraint ces groupes à se resserrer autour des mères : il s’agit donc de groupes sociaux matricentrés, voire matrilinéaires ; mais le modèle reste la conjugalité : si une fille peut se marier, cela est vu comme une chance, voire une aubaine. Par conséquent, la sexualité reste un objet de tractations, donc de prohibition, et de violence : les frères surveillent les sœurs, les filles se prostituent ou tentent des mariages fructueux ; qu’elles aiment ou pas n’est pas ici en question. De tels modèles, qu’ils soient actuels ou anciens, alimentent la croyance en une universalité de la sujétion féminine aux hommes, à la maîtrise de leur sexualité par les hommes, même en sociétés matricentrées - parce qu’on ne voit pas qu’elles sont, malgré tout, conjugales.

Ce n’est qu’en valorisant le modèle social non conjugal qu’une société peut se défaire du patriarcat. Il importe donc de favoriser une sexualité libre et variée, tout en étant discrète et protégée, surtout chez nos propres enfants ; peu importe dès lors qu’elle soit ardente ou paisible, monotone ou changeante, homophile ou hétérophile, dès l’instant qu’elle reste une affaire personnelle dont nul ne se mêle. Une telle évolution nécessite également une reconsidération du modèle familial qui doit se refonder sur des liens d’appartenance utérine et non pas consanguine ; cela remet en cause dès lors la paternité génitale qui doit laisser place à une paternité germaine : il faut en effet que ce soit les frères, oncles et cousins qui assument les enfants des femmes ; de nombreux signes avant-coureurs montrent qu’ils sont prêts à le faire et qu’il ne manque qu’un déclic. Mais il faut aussi que les femmes renoncent à obliger les géniteurs à être pères ; il faut qu’elles abandonnent toute velléité de recherche de paternité, de pension, partage, alternance, etc., et se tournent résolument vers leurs frères, oncles et cousins pour "donner" des pères à leurs enfants, qui ne s’en porteront pas plus mal.

On ne se débarrassera pas du patriarcat avec des anathèmes ; il faut d’abord que la relève soit prête, dans les faits et dans les têtes. Les nombreux changements sociaux des dernières décennies montrent que la relève est prête dans les faits ; reste que les têtes continuent de regarder en arrière. Pour regarder devant, il suffit peut-être d’un éclairage nouveau qui fait réapparaître les formes alternatives de familles, bien réelles aujourd’hui comme hier et, certainement, demain.

Merci à l’auteur de nous avoir proposé ce texte.

Source originale :
http://ladivecie.free.fr/article.php3?id_article=68

- Autre article de l’auteure : « Violence et conjugalité ».

Commenter ce texte                         Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer         Nous suivre sur Twitter       Nous suivre sur Facebook

Agnès Echène, chercheuse en anthropologie culturelle

L’auteure a fait des études de philosophie, de sciences politiques et de psychologie. Chercheuse en anthropologie culturelle à l’Université de Toulouse, elle explore la littérature archaïque, orale et écrite : les premiers textes écrits de l’humanité témoignent de temps révolus, de sociétés singulières, de mœurs insolites mais également d’une main-mise du pouvoir sur la matière des récits ; son souci est de mettre à jour à la fois le masqué, l’implicite et le formatage. À titre de consultante en communication dans l’entreprise, elle intervient pour aider les employés à améliorer la communication et le travail d’équipe. Comme auteure dramatique, metteure en scène et directrice de compagnie, elle propose des spectacles refusant le psychologisme et la complaisance à la violence, explorant des voies nouvelles dans le domaine des relations amoureuses et familiales. Conteuse, elle privilégie les contes facétieux où triomphe l’esprit, l’intelligence, la ruse, la révolte, la lutte contre les pouvoirs. En tant que conférencière, elle transmet ses diverses connaissances en matière anthropologique et relationnelle en associant narrations et analyses. 



Plan-Liens Forum

  • Quelle alternative au patriarcat ?
    (1/3) 9 mars 2012 , par Patrick

  • > Quelle alternative au patriarcat ?
    (2/3) 13 avril 2005 , par Michel D.

    rép: Agnès Echène
  • > Quelle alternative au patriarcat ?
    (3/3) 6 janvier 2005 , par soi





  • Quelle alternative au patriarcat ?
    9 mars 2012 , par Patrick   [retour au début des forums]

    Bonjour
    Avez-vous vu "ARTE - Mosuo - Le pays où les femmes sont reines.avi"
    ed2k ://|file|ARTE%20-%20Mosuo%20-%20Le%20pays%20o%C3%B9%20les%20femmes%20sont%20reines.avi|569581062|1982B57723EB92AAA1E28E6CAA80119C|h=OYQTJNAR6FZC3UWL37VBBOBAPLPM7BSE|/
    Une société matriarcale, en Chine, très semblable à celle que vous rêvez

    Mais les femmes restent à la maison et ne semblent pas follement épanouies.
    Les hommes vont à la ville et y restent fonder leur propre famille, apparemment pas totalement satisfaits du seul statut d’oncles.
    Allez-y faire un tour, *vite* car il semble que le modèle disparaît.

    — 

    Votre utopie se heurte à 3 tendances insurmontables :
    - la natalité décroissante (de 10 à 2 enfants/femme),
    d’où le risque d’oncles sans enfants à paterner et de mères sans frères en support
    - le désir montant de contrôle
    tant qu’à avoir moins d’enfants, on les veut "mieux",
    d’où un risque accru d’ingérence du groupe matriarcal en support
    - le désir d’indépendance, voire l’égoïsme montant
    il devient de plus en plus intolérable pour les enfants de rester au foyer
    (parental en Europe, matriarcal chez les Mosuo)
    ils sont prêts à risquer le pire pour voler de leurs propres ailes

    — 

    Par ailleurs, votre modèle ne tient que s’il est universel (mondial).
    Quant à l’établir sur une situation actuelle, où partout chacun croit pouvoir tenter sa chance....

    — 

    En outre :
    "Mais il faut aussi que les femmes renoncent à obliger les géniteurs à être pères ; il faut qu’elles abandonnent toute velléité de recherche de paternité, de pension, partage, alternance, etc."
    La brièveté avec laquelle vous éliminez les "avantages légitimement acquis des femmes" n’a d’égale que son irréalisme.
    Un couple tentant de créer son propre "contrat" le verra casser car "contraire à l’ordre public" en France.

    > Quelle alternative au patriarcat ?
    13 avril 2005 , par Michel D.   [retour au début des forums]

    Enfin des paroles sensées dans cet océan de bêtise médiatique où l’on tente de noyer toute pensée autonome.

    J’ai vécu dans une communauté où la sexualité (libre ) n’était ni proscrite, ni dépréciée. L’apparition de formes non-conjugales devient alors très nette ( relation principale-relation(s) secondaire(s)-contacts occasionnels, suivant les affinités ) . On voit alors clairement que la "paternité" est un acte volontaire : la décision d’un homme d’"adopter" les enfants de sa compagne.

    Des formes similaires peuvent apparaître dans des classes sociales marginalisées et paupérisées, mais ça se passe plutôt mal, étant donné qu’elles coïncident avec une idéologie de la virilité revendiquée avec d’autant plus de force que le contrôle réel de la vie a disparu.Et c’est là que je voudrais attirer votre attention sur le principal obstacle au retour à des formes sociales "matriarcales" ( "gylaniques ?")

    Il s’agit de la structure caractérielle ( cuirasse ) anti-sexuelle développée par cinq mille ans de patriarcat, qui assure la reproduction des rapports de domination ( dont le prototype est la relation époux-épouse ). Cette structure caractérielle, ancrée physiquement par la répression sexuelle, empêche toute initiative nouvelle, toute prise réelle d’autonomie en diminuant radicalement la capacité de plaisir et en supprimant la sensation du vivant, et donc le contact avec la nature. Les conséquences de cet état de fait sont immenses et soigneusement occultées par la nouvelle pensée réactionnaire, qui triomphe de nos jours sans la moindre opposition, malgré l’absurdité de son discours, évidente à qui sait encore penser avec le coeur.

    > Quelle alternative au patriarcat ?
    6 janvier 2005 , par soi   [retour au début des forums]

    Humaniarcat. Considérant que les matriarcats avec déesse- mère règnaient jusqu’au paléolithique(voir recherches du site de Karakoum). que les patriarcats ont débuté au paléolithique, après que les hommes aient acquis l’usage de la parole(voir dernières recherche des biologistes qui mettent en évidence ceci), que le fait humain du 20 siecle est l’accès des hommes à la paternité et le fait scientifique que les humains n’ont plus besoin d’etre en si grand nombre pour assurer leur survie. L’humaniarcat serait la suite :une conception de l’humain valorisante quelque soit l’age ,le sexe de manière à ce que toutes les intelligences participent à la poursuite des faits de l’espèce avec toutes les énergies (sexuelles(les femmes désinhibent en ce moment)(ce qui renouvelerait l’intéret du couple aussi), d’amour(mère et père) et d’estime de soi.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2004
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2011 | |Retour à la page d'accueil |Admin