| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 30 avril 2013

Réfutation de mensonges au sujet d’Andrea Dworkin

par Nikki Craft






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Élaine Audet et Micheline Carrier, récipiendaires du Prix PDF QUÉBEC 2016
Vous avez dit "mauvais genre" ?
Lorraine Pagé trace un tableau de la situation des femmes dans le monde
Sexisme politique, sexe social
Révolution féministe : site féministe universaliste et laïc
Il faut abolir les prisons pour femmes
Le féminisme islamique est-il un pseudo-féminisme ?
Pour un féminisme pluriel
Cachez-moi ce vilain féminisme
Féminisme - Le Groupe des treize veut rencontrer la ministre à la Condition féminine Lise Thériault
Combattre le patriarcat pour la dignité des femmes et le salut du monde
Martine Desjardins parle du Sommet des femmes à Montréal
Banaliser la misogynie, c’est dangereux
Féminisme - Faut-il faire le jeu du "Diviser pour régner" ?
Je suis blanche et vous me le reprochez !
La pensée binaire du féminisme intersectionnel ne peut que mener à l’incohérence
Lutter contre la pauvreté des femmes et la violence des hommes envers elles
"Du pain et des roses" - Le 26 mai 1995, une grande aventure débutait
Portrait des Québécoises en 2015 - L’égalité ? Mon œil !
Je plaide pour un féminisme qui n’essaie pas de s’édulcorer
La Maison de Marthe, première récipiendaire du Prix PDF Québec
Ensemble, réussir la 4ième Marche Mondiale des Femmes ! Tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous resterons en marche !
Des "Déchaînées" aux genoux du patriarcat !
L’intervention féministe intersectionnelle – Troquer un idéal pour une idéologie trompeuse ?
Ce que révèle l’alliance de certains musulmans avec la droite réactionnaire
Au cœur de la division du mouvement féministe québécois : deux visions
Désaccord sur le virage de la Fédération des femmes du Québec
Féminisme islamique - Quand la confusion politique ne profite pas au féminisme
États généraux du féminisme - Des sujets importants écartés : "De qui ou de quoi avons-nous peur ?"
PDF Québec est lancé ! - Une voix pour les droits des femmes
États généraux et FFQ - Un féminisme accusateur source de dissension
Ignorer et défendre la domination masculine : le piège de l’intersectionnalité
Comment les hommes peuvent appuyer le féminisme
Le féminisme contemporain dans la culture porno : ni le playboy de papa, ni le féminisme de maman
Refuser d’être un homme. Pour en finir avec la virilité
Les micro-identités et le "libre choix" érigé en système menacent les luttes féministes
La misogynie n’a pas sa place dans le féminisme
L’écriture équitable - La féminisation des textes est un acte politique
Une éducation féministe donne de meilleurs fils
"Rien n’a encore pu me détruire" : entretien avec Catharine A. MacKinnon
France - La mainmise des hommes sur le monde de la radio
États généraux sur le féminisme au Québec/FFQ - Des exclusions fondées sur des motifs idéologiques et des faussetés
Le mouvement des « droits des hommes », la CAFE et l’Université de Toronto
Mensonges patriarcaux - Le mouvement des « droits des hommes » et sa misogynie sur nos campus
Féministes, gare à la dépolitisation ! Les féminismes individualiste et postmoderne
"Les femmes de droite", une oeuvre magistrale d’Andrea Dworkin
"Je suis libre", une incantation magique censée nous libérer des structures oppressives
Trans, queers et libéraux font annuler une conférence féministe radicale à Londres
« Le féminisme ou la mort »
"Des paradis vraiment bizarres" - "Reflets dans un œil d’homme ", un essai de Nancy Huston
Quand les stéréotypes contrôlent nos sens
"Agentivité sexuelle" et appropriation des stratégies sexistes
Cessons de dire que les jeunes femmes ne s’identifient pas au féminisme !
Un grand moment de féminisme en milieu universitaire
Beauté fatale. Les nouveaux visages d’une aliénation féminine
Résistance au sexe en contexte hétérosexuel
La CHI - Un humour dégradant et complice de l’injustice sociale
"Heartbreak", une autobiographie d’Andrea Dworkin
Hockey, suicide et construction sociale de la masculinité
Polémique sur l’enseignement du genre dans les manuels scolaires en France
Le "Gender" à l’américaine - Un verbiage qui noie la réalité du pouvoir patriarcal
2011-2015 - Un plan d’action pour un Québec égalitaire
NousFemmes.org
L’égalité inachevée
Journée internationale des femmes 2011 - Briser le silence sur toutes les formes de sexisme
En France et ailleurs, 2010, une mauvaise année pour les femmes
Ce qu’est le féminisme radical
Polygamie - Le Comité de réflexion sur la situation des femmes immigrées et “racisées” appuie l’avis du CSF
Il y a trois ans, mon cher Léo...
La Fédération des femmes du Québec représente-t-elle toutes les femmes ?
Tout est rentable dans le corps des femmes... pour ceux qui l’exploitent
Incessante tyrannie
Comment le patriarcat et le capitalisme renforcent-ils conjointement l’oppression des femmes ?
Égalité ou différence ? Le féminisme face à ses divisions
Le "gender gap" dans les Technologies de l’information et de la communication
La Marche mondiale des femmes dix ans plus tard
Azilda Marchand : une Québécoise qui fut de tous les combats pour les femmes !
Les hommes proféministes : compagnons de route ou faux amis ?
Prostitution et voile intégral – Sisyphe censuré par le réseau féministe NetFemmes
Regard sur l’égalité entre les femmes et les hommes : où en sommes-nous au Québec ?
Féminisme en ménopause ?
Ce n’est pas la France des NOBELS !
Écarter d’excellentes candidates en médecine ? Inadmissible !
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
La question des privilèges - Le réalisateur Patric Jean répond à des critiques
Lettre à Patric Jean, réalisateur de "La domination masculine", et à bien d’autres...
Une grande féministe, Laurette Chrétien-Sloan, décédée en décembre 2009
Le travail, tant qu’il nous plaira !
Comme une odeur de misogynie
La patineuse
Invasion du sexisme dans un lycée public
Magazines, anorgasmie et autres dysfonctions
"Toutes et tous ensemble pour les droits des femmes !"
Cent ans d’antiféminisme
MLF : "Antoinette Fouque a un petit côté sectaire"
Des femmes : Une histoire du MLF de 1968 à 2008
Qui est déconnectée ? Réponse à Nathalie Collard
Manifeste du rassemblement pancanadien des jeunes féministes
Pour une Charte des droits des femmes
Andy Srougi perd sa poursuite en diffamation
La lesbienne dans Le Deuxième Sexe
Le livre noir de la condition des femmes
La percée de la mouvance masculiniste en Occident
Procès du féminisme
Humanisme, pédocriminalité et résistance masculiniste
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Mise au point sur la suspension d’un article critiquant le livre du Dr Michel Dubec
Pour éviter de se noyer dans la (troisième) vague : réflexions sur l’histoire et l’actualité du féminisme radical
L’égalité des femmes au Québec, loin de la coupe aux lèvres !
Je suis féministe !
Écoféminisme et économie
Poursuite contre Barbara Legault et la revue "À Bâbord !" - Mise à jour
Biographie de Léo Thiers-Vidal
Vivement le temps de prendre son temps !
Séances d’information pour le projet d’une Politique d’égalité à la Ville de Montréal
Florence Montreynaud fait oeuvre d’amour et de mémoire
Magazines pour filles, changement de ton !
Un 30e anniversaire de la JIF sous la fronde conservatrice
L’égalité des femmes au Québec est-elle plus qu’une façade ?
Colloque sur Antigone
Prostitution et trafic sexuel - Dossier principal sur Sisyphe.org
Golf : "Gentlemen only, ladies forbidden" ?
Méchant ressac ou KIA raison ?
Dégénération de "Mes aïeux", un engouement questionnant
Les « Gender Studies », un gruyère confortable pour les universitaires
Réflexions "scientifiques" du haut du Mont Grey Lock
Madame, s’il vous plaît !
Annie Leclerc, philosophe
Des arguments de poids...
Pour hommes seulement
Andrea Dworkin ne croit pas que tout rapport sexuel hétéro est un viol
Peau d’Âme ou Beautés désespérées ?
Réflexions et questionnement d’une féministe en mutation
Mais pourquoi est-elle si méchante ?
Le concours « Les Jeudis Seins » s’inscrit dans le phénomène de l’hypersexualisation sociale
Aux femmes qui demandent - sans plus y croire - justice. Qu’elles vivent !
Jeux olympiques 2006 : félicitations, les filles !
7e Grève mondiale des femmes - Le Venezuela donne l’exemple
Évolution des droits des Québécoises et parcours d’une militante
2005, l’année de l’homme au Québec
Mes "problèmes de sexe" chez le garagiste !
Brèves considérations autour des représentations contemporaines du corps
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, NON à la décriminalisation de la prostitution
"Femmes, le pouvoir impossible", un livre de Marie-Joseph Bertini
L’AFEAS veut la représentation égalitaire à l’Assemblée nationale du Québec
Elles sont jeunes... eux pas
Dis-moi, « le genre », ça veut dire quoi ?
Quand donc les hommes ont-ils renoncé à la parole ?
Déconstruction du discours masculiniste sur la violence
Les hommes vont mal. Ah bon ?
La face visible d’un nouveau patriarcat
Quelle alternative au patriarcat ?
Le projet de loi du gouvernement Raffarin "relatif à la lutte contre les propos discriminatoires à caractère sexiste et homophobe" est indéfendable
L’influence des groupes de pères séparés sur le droit de la famille en Australie
Victoires incomplètes, avenir incertain : les enjeux du féminisme québécois
Retrouver l’élan du féminisme
Le droit d’éliminer les filles dans l’oeuf ?
Le système patriarcal à la base des inégalités entre les sexes
Des nouvelles des masculinistes
Masculinisme et système de justice : du pleurnichage à l’intimidation
Nouvelle donne féministe : de la résistance à la conquête
Les masculinistes : s’ouvrir à leurs réalités et répondre à leurs besoins
Nouvelles Questions féministes : "À contresens de l’égalité"
S’assumer pour surmonter sa propre violence
Sisyphe, que de rochers il faudra encore rouler !
Coupables...et fières de l’être !
Un rapport de Condition féminine Canada démasque un discours qui nie les inégalités de genre
De la masculinité à l’anti-masculinisme : penser les rapports sociaux de sexe à partir d’une position sociale oppressive
Les courants de pensée féministe
Quelques commentaires sur la domination patriarcale
Chroniques plurielles des luttes féministes au Québec
Qu’il est difficile de partir !
Deux cents participantes au premier rassemblement québécois des jeunes féministes
Le féminisme : comprendre, agir, changer
Le féminisme, une fausse route ? Une lutte secondaire ?
À l’ombre du Vaaag : retour sur le Point G
L’identité masculine ne se construit pas contre l’autre
Les hommes et le féminisme : intégrer la pensée féministe
La misère au masculin
Le Nobel de la paix 2003 à la juriste iranienne Shirin Ebadi
Hommes en désarroi et déroutes de la raison
Le « complot » féministe
Christine de Pisan au coeur d’une querelle antiféministe avant la lettre
Masculinisme et suicide chez les hommes
Le féminisme, chèvre émissaire !
L’autonomie de la FFQ, véritable enjeu de l’élection à la présidence
Les défis du féminisme d’aujourd’hui
Les arguments du discours masculiniste
Nouvelle présidente à la FFQ : changement de cap ?
La stratégie masculiniste, une offensive contre le féminisme
Le discours masculiniste dans les forums de discussion







L’auteure réfute les mensonges au sujet d’Andrea Dworkin, féministe radicale américaine, que ses adversaires ont fait circuler pour la discréditer.

Andrea Dworkin est antisexe.
FAUX. Ses premières œuvres de fiction sont particulièrement riches en relations amoureuses, aussi bien lesbiennes qu’hétérosexuelles – par exemple A simple story of a lesbian girlhood (1) et First Love(2).

Andrea Dworkin considère que « le coït est une punition ».
FAUX. Cette phrase est simplement dite par un personnage dans son roman Ice and fire (3). Le personnage paraphrase Franz Kafka.

Andrea Dworkin est anti-lesbienne et vit avec un homme.
À MOITIÉ VRAI. Elle a vécu dès 1974 avec l’écrivain John Stoltenberg, dont l’article « Living with Andrea » (4) (« Vivre avec Andrea ») est paru dans Lambda Book Report en 1994. Ils ont vécu ensemble pendant plus de deux décennies. Dans un discours prononcé en 1975 lors d’un rassemblement pour la Semaine de la fierté lesbienne (5), Andrea a appelé son amour des femmes « le terreau dans lequel s’enracine ma vie ».

Andrea Dworkin considère que les femmes battues ont le droit de tuer leur agresseur.
VRAI. Elle l’a dit dans un discours en 1991 lors d’une conférence sur les femmes et la santé mentale (6) et elle l’a redit une autre fois, juste après que l’athlète célèbre O.J. Simpson ait été acquitté d’accusations criminelles, dans un article d’opinion sur Nicole Brown Simpson (7) publié dans The Los Angeles Times.

Andrea Dworkin considère que les femmes sont supérieures aux hommes.
FAUX. Non seulement rejette-t-elle ce point de vue mais elle s’est opposée publiquement à d’autres féministes qui le pensent, comme elle l’explique dans l’article « Biological Superiority : The World’s Most Dangerous and Deadly Idea » (8).

Andrea Dworkin considère que tout rapport sexuel est un viol.
FAUX. Elle n’a jamais dit cela. Elle dissipe tout malentendu dans une interview de 1995 avec le romancier britannique Michael Moorcock (9). Et dans une nouvelle préface écrite à l’occasion du dixième anniversaire de la publication de son essai Intercourse (1997) (10), Andrea explique pourquoi elle estime que ce livre continue de faire l’objet d’une interprétation erronée :

    Si le vécu sexuel d’un homme a toujours été fondé, sans exception, sur la domination – pas seulement par des actes mais aussi par des a priori métaphysiques et ontologiques – comment peut-on lire ce livre ? La fin de la domination masculine signifierait, aux yeux d’un tel homme, la fin du sexe. Si l’on a érotisé un différentiel de pouvoir qui autorise l’exercice de la force comme un élément naturel et inévitable du rapport sexuel, comment comprendre que ce livre ne prétend aucunement que tous les hommes sont des violeurs, ou que tout coït est un viol ? L’égalité dans le domaine du sexe est une idée antisexuelle si le sexe a besoin de domination pour pouvoir se manifester comme sensation. Aussi triste à dire que ce le soit pour moi, les limites du vieil Adam – et la puissance matérielle qu’il possède encore, surtout dans l’univers de l’édition et des médias – ont imposé des limites au discours public concernant ce livre (tant de la part des hommes que des femmes). [pages IX-X].

Andrea Dworkin s’est prostituée.
VRAI. Dans un article autobiographique (11) destiné à la série Contemporary Authors, Andrea parle d’un temps de sa vie, à partir de la fin de son adolescence, où elle dit avoir « baisé pour manger et avoir un toit et pour avoir le fric dont j’avais besoin ». Elle cite une lettre qu’elle a écrite en réponse à l’auteur John Irving, lettre publiée dans The New York Times Book Review du 3 mai 1992 ; elle y décrit le moment où, « sans-abri, pauvre,... traumatisée sexuellement, j’ai appris à échanger du sexe contre de l’argent. J’ai passé des années dans la rue, vivant d’expédients ». Selon cette lettre, ce vécu explique en partie l’engagement de tous ses écrits : « Avec la pornographie, une femme peut encore être vendue après que les coups, les viols, la douleur, l’humiliation, l’ont tuée. J’écris pour elle, au nom d’elle, j’essaie d’intervenir avant qu’elle ne meure. Je la connais. J’ai failli être elle. » Dans un discours prononcé en octobre de la même année (12), elle s’est à nouveau identifiée aux femmes prostituées : « ... les prémisses de la femme prostituée sont mes prémisses. »

Andrea Dworkin est anti-avortement.
FAUX. Elle a toujours appuyé la National Abortion Rights Action League et le Planning Familial ; démarche qu’elle a apprise de sa mère, comme elle le dit dans l’interview avec Michael Moorcock (13). Par ailleurs, dans le chapitre 3 de son livre Les femmes de droite (14), Andrea critique fortement la gauche dominée par des hommes, qui promeut « l’avortement aux conditions des hommes, comme partie intégrante de la libération sexuelle » plutôt que comme autodétermination pour les femmes.

Andrea Dworkin est « essentialiste » – elle considère, par exemple, que les hommes ressentent une pulsion biologique à la domination.
FAUX. Dès son tout premier livre, Woman Hating (1974), Andrea a toujours dit que le genre est un mensonge social et elle a explicitement rejeté l’idée que « les hommes » et « les femmes » existent par nature. « Il n’est pas vrai qu’il y a deux sexes qui sont distincts et opposés », dit-elle dans un discours prononcé en 1975 (15). Et dans un chapitre de Pornography : Men Possessing Women (1981) (16), elle déplore la tragédie de la socialisation subie par les enfants garçons (« Comment se fait-il que le garçon dont le sentiment de vie est si vif qu’il donne de l’humanité au soleil et à la pierre se transforme en homme adulte incapable d’admettre ou même d’imaginer son humanité commune avec les femmes ? »).

Andrea Dworkin a fait adopter une loi anti-pornographie au Canada.
FAUX. S’il est vrai que, en 1993, la Cour suprême du Canada a requalifié au pénal la loi contre la pornographie dans une décision appelée Butler, Andrea s’est opposée au travail de lobbying féministe qui a abouti à cette décision de la Cour – comme on le voit clairement dans une déclaration publique sur le Canada (17) – car elle n’est pas partisane des lois sur l’obscénité.

Les livres d’Andrea Dworkin ont été censurés à cause du travail féministe fait contre la pornographie au Canada.
FAUX. Comme l’explique la même déclaration publique, il est arrivé une fois que des livres d’Andrea soient retenus par les douaniers canadiens pour inspection, mais cela eut lieu en vertu de normes procédurales datant d’avant 1993 et qui n’ont pas été affectées par la décision Butle. (Ces livres sont d’ailleurs entrés sans problème au Canada.)

Lors d’un débat avec Alan Dershowitz, professeur de droit à Harvard, Andrea Dworkin lui a fait un doigt d’honneur.
FAUX. Ce n’est pas son style de discussion. La photographie d’eux ensemble dans l’autobiographie d’Alan Dershowitz, The Best Defense, montre en fait Andrea faisant un geste caractéristique d’emphase. Malheureusement, le dossier complet de ce qui s’est vraiment passé au cours de leur débat de 1981 au Radcliffe College a été supprimé – par M. Dershowitz lui-même. Il a refusé à The Schlessinger Library for Women, qui organisait le débat, l’autorisation de diffuser l’enregistrement. Mais on peut maintenant consulter les « opening remarks » (18) de ce débat dans l’Andrea Dworkin Online Library (19).

Dans son livre Defending Pornography, la présidente de l’American Civil Liberties Union (ACLU), Nadine Strossen, raconte l’anecdote suivante :
« Le regretté John Preston, activiste gay et écrivain, a dépeint l’antipathie profonde d’Andrea Dworkin envers n’importe quelle expression de la sexualité masculine, y compris celle des hommes gay, en relatant ses actions durant les années 1970, alors qu’il était directeur de le Gay House, Inc., à Minneapolis :

    Dworkin animait régulièrement un groupe de discussion lesbienne dans le centre. Un de ses hobbys préférés consistait alors à saccager toute affiche ou tout autre matériel qui faisait la promotion de l’homosexualité masculine. « CELA OPPRIME LES FEMMES ! » écrivait-elle partout...

CETTE ANECDOTE EST FAUSSE. L’original de l’article de Preston (paru dans le Boston Phoenix) affirme qu’Andrea Dworkin était à Minneapolis en 1971. Mais à cette époque, elle vivait en fait à Amsterdam où elle était battue par son conjoint, comme elle le raconte dans un essai autobiographique (20), destiné à la série Contemporary Authors. Elle lui a ensuite échappé et s’est installée à New York. Elle est allée à Minneapolis pour la première fois à l’automne 1983 pour enseigner pendant un semestre à l’University of Minnesota. Là-bas, elle a été invitée à donner une conférence devant 500 hommes. Ce discours a été publié par la suite sous le titre : « I Want a Twenty-Four-Hour Truce During Which There Is No Rape. » (21) (« Je veux une trêve de 24 heures durant laquelle il n’y a pas de viol ».)

Face aux nombreuses calomnies diffusées à son encontre par l’ACLU, Andrea a longtemps essayé de soulever « un véritable débat sur les valeurs et les tactiques de l’ACLU », comme elle l’écrit dans l’article « The ACLU : Bait and Switch » (22).

Andrea Dworkin considère que le viol, la violence masculine conjugale, la prostitution et la pornographie sont des violations des droits civiques des femmes.
VRAI. Le travail d’organisation féministe contre le viol, la violence masculine conjugale, la prostitution et la pornographie sont les thèmes de beaucoup d’écrits disponibles dans l’Andrea Dworkin Online Library. Un bon point de départ est la Table des matières de Letters from a War Zone (23), qui comprend de nombreux discours qu’elle a prononcés aux manifestations nocturnes Take Back the Night (24), y compris « The Night and Danger » sur la relation entre la violence anti-femmes et le racisme.

Notes

[1] http://www.nostatusquo.com/ACLU/dworkin/NewBrokenHeart.html
[2] http://www.nostatusquo.com/ACLU/dworkin/FirstLoveI.html
[3] http://www.nostatusquo.com/ACLU/dworkin/IceFire.html
[4] http://www.nostatusquo.com/ACLU/dworkin/LivingWithAndrea.html
[5] http://www.nostatusquo.com/ACLU/dworkin/OurBloodII.html
[6] http://www.nostatusquo.com/ACLU/dworkin/TerrorTortureandResistance.html
[7] http://www.nostatusquo.com/ACLU/dworkin/TryingtoFlee.html
[8] http://www.nostatusquo.com/ACLU/dworkin/WarZoneChaptIIID.html
[9] http://www.nostatusquo.com/ACLU/dworkin/MoorcockInterview.html
[10] http://www.amazon.com/exec/obidos/ISBN=0684832399/theandreadworkinA/
[11] http://www.nostatusquo.com/ACLU/dworkin/AutobiographyI.html
[12] http://www.nostatusquo.com/ACLU/dworkin/MichLawJourI.html
[13] http://www.nostatusquo.com/ACLU/dworkin/MoorcockInterview.html
[14] http://www.editions-rm.ca/livre.php?id=1436
[15] http://www.nostatusquo.com/ACLU/dworkin/OurBloodIII.html
[16] http://www.nostatusquo.com/ACLU/dworkin/PornMen&Boys1.html
[17] http://www.nostatusquo.com/ACLU/dworkin/OrdinanceCanada.html
[18] http://www.nostatusquo.com/ACLU/dworkin/WarZoneChaptIVH.html
[19] http://www.nostatusquo.com/ACLU/dworkin/
[20] http://www.nostatusquo.com/ACLU/dworkin/AutobiographyI.html
[21] http://www.nostatusquo.com/ACLU/dworkin/WarZoneChaptIIIE.html
[22] http://www.nostatusquo.com/ACLU/dworkin/WarZoneChaptIVD.html
[23] http://www.nostatusquo.com/ACLU/dworkin/WarZoneAListing.html
[24] http://www.nostatusquo.com/ACLU/dworkin/WarZoneChaptIb.html

- Source originale : « The Lie Detector – Andrea Dworkin On-Line Library ».

Traduction : Yeun l-y, avec la précieuse aide de Martin Dufresne.

- Lire aussi : "Andrea Dworkin ne croit pas que tout rapport sexuel hétéro est un viol"

Mis en ligne sur Sisyphe, le 29 avril 2013


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Nikki Craft



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2013
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin