| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 22 octobre 2010

Tout est rentable dans le corps des femmes... pour ceux qui l’exploitent

par Dre Michèle Dayras, présidente de SOS-SEXISME






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Lorraine Pagé trace un tableau de la situation des femmes dans le monde
Sexisme politique, sexe social
Révolution féministe : site féministe universaliste et laïc
Il faut abolir les prisons pour femmes
Le féminisme islamique est-il un pseudo-féminisme ?
Pour un féminisme pluriel
Cachez-moi ce vilain féminisme
Féminisme - Le Groupe des treize veut rencontrer la ministre à la Condition féminine Lise Thériault
Combattre le patriarcat pour la dignité des femmes et le salut du monde
Martine Desjardins parle du Sommet des femmes à Montréal
Banaliser la misogynie, c’est dangereux
Féminisme - Faut-il faire le jeu du "Diviser pour régner" ?
Je suis blanche et vous me le reprochez !
La pensée binaire du féminisme intersectionnel ne peut que mener à l’incohérence
Lutter contre la pauvreté des femmes et la violence des hommes envers elles
"Du pain et des roses" - Le 26 mai 1995, une grande aventure débutait
Portrait des Québécoises en 2015 - L’égalité ? Mon œil !
Je plaide pour un féminisme qui n’essaie pas de s’édulcorer
La Maison de Marthe, première récipiendaire du Prix PDF Québec
Ensemble, réussir la 4ième Marche Mondiale des Femmes ! Tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous resterons en marche !
Des "Déchaînées" aux genoux du patriarcat !
L’intervention féministe intersectionnelle – Troquer un idéal pour une idéologie trompeuse ?
Ce que révèle l’alliance de certains musulmans avec la droite réactionnaire
Au cœur de la division du mouvement féministe québécois : deux visions
Désaccord sur le virage de la Fédération des femmes du Québec
Féminisme islamique - Quand la confusion politique ne profite pas au féminisme
États généraux du féminisme - Des sujets importants écartés : "De qui ou de quoi avons-nous peur ?"
PDF Québec est lancé ! - Une voix pour les droits des femmes
États généraux et FFQ - Un féminisme accusateur source de dissension
Ignorer et défendre la domination masculine : le piège de l’intersectionnalité
Comment les hommes peuvent appuyer le féminisme
Le féminisme contemporain dans la culture porno : ni le playboy de papa, ni le féminisme de maman
Refuser d’être un homme. Pour en finir avec la virilité
Les micro-identités et le "libre choix" érigé en système menacent les luttes féministes
La misogynie n’a pas sa place dans le féminisme
L’écriture équitable - La féminisation des textes est un acte politique
Réfutation de mensonges au sujet d’Andrea Dworkin
Une éducation féministe donne de meilleurs fils
"Rien n’a encore pu me détruire" : entretien avec Catharine A. MacKinnon
France - La mainmise des hommes sur le monde de la radio
États généraux sur le féminisme au Québec/FFQ - Des exclusions fondées sur des motifs idéologiques et des faussetés
Le mouvement des « droits des hommes », la CAFE et l’Université de Toronto
Mensonges patriarcaux - Le mouvement des « droits des hommes » et sa misogynie sur nos campus
Féministes, gare à la dépolitisation ! Les féminismes individualiste et postmoderne
"Les femmes de droite", une oeuvre magistrale d’Andrea Dworkin
"Je suis libre", une incantation magique censée nous libérer des structures oppressives
Trans, queers et libéraux font annuler une conférence féministe radicale à Londres
« Le féminisme ou la mort »
"Des paradis vraiment bizarres" - "Reflets dans un œil d’homme ", un essai de Nancy Huston
Quand les stéréotypes contrôlent nos sens
"Agentivité sexuelle" et appropriation des stratégies sexistes
Cessons de dire que les jeunes femmes ne s’identifient pas au féminisme !
Un grand moment de féminisme en milieu universitaire
Beauté fatale. Les nouveaux visages d’une aliénation féminine
Résistance au sexe en contexte hétérosexuel
La CHI - Un humour dégradant et complice de l’injustice sociale
"Heartbreak", une autobiographie d’Andrea Dworkin
Hockey, suicide et construction sociale de la masculinité
Polémique sur l’enseignement du genre dans les manuels scolaires en France
Le "Gender" à l’américaine - Un verbiage qui noie la réalité du pouvoir patriarcal
2011-2015 - Un plan d’action pour un Québec égalitaire
NousFemmes.org
L’égalité inachevée
Journée internationale des femmes 2011 - Briser le silence sur toutes les formes de sexisme
En France et ailleurs, 2010, une mauvaise année pour les femmes
Ce qu’est le féminisme radical
Polygamie - Le Comité de réflexion sur la situation des femmes immigrées et “racisées” appuie l’avis du CSF
Il y a trois ans, mon cher Léo...
La Fédération des femmes du Québec représente-t-elle toutes les femmes ?
Incessante tyrannie
Comment le patriarcat et le capitalisme renforcent-ils conjointement l’oppression des femmes ?
Égalité ou différence ? Le féminisme face à ses divisions
Le "gender gap" dans les Technologies de l’information et de la communication
La Marche mondiale des femmes dix ans plus tard
Azilda Marchand : une Québécoise qui fut de tous les combats pour les femmes !
Les hommes proféministes : compagnons de route ou faux amis ?
Prostitution et voile intégral – Sisyphe censuré par le réseau féministe NetFemmes
Regard sur l’égalité entre les femmes et les hommes : où en sommes-nous au Québec ?
Féminisme en ménopause ?
Ce n’est pas la France des NOBELS !
Écarter d’excellentes candidates en médecine ? Inadmissible !
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
La question des privilèges - Le réalisateur Patric Jean répond à des critiques
Lettre à Patric Jean, réalisateur de "La domination masculine", et à bien d’autres...
Une grande féministe, Laurette Chrétien-Sloan, décédée en décembre 2009
Le travail, tant qu’il nous plaira !
Comme une odeur de misogynie
La patineuse
Invasion du sexisme dans un lycée public
Magazines, anorgasmie et autres dysfonctions
"Toutes et tous ensemble pour les droits des femmes !"
Cent ans d’antiféminisme
MLF : "Antoinette Fouque a un petit côté sectaire"
Des femmes : Une histoire du MLF de 1968 à 2008
Qui est déconnectée ? Réponse à Nathalie Collard
Manifeste du rassemblement pancanadien des jeunes féministes
Pour une Charte des droits des femmes
Andy Srougi perd sa poursuite en diffamation
La lesbienne dans Le Deuxième Sexe
Le livre noir de la condition des femmes
La percée de la mouvance masculiniste en Occident
Procès du féminisme
Humanisme, pédocriminalité et résistance masculiniste
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Mise au point sur la suspension d’un article critiquant le livre du Dr Michel Dubec
Pour éviter de se noyer dans la (troisième) vague : réflexions sur l’histoire et l’actualité du féminisme radical
L’égalité des femmes au Québec, loin de la coupe aux lèvres !
Je suis féministe !
Écoféminisme et économie
Poursuite contre Barbara Legault et la revue "À Bâbord !" - Mise à jour
Biographie de Léo Thiers-Vidal
Vivement le temps de prendre son temps !
Séances d’information pour le projet d’une Politique d’égalité à la Ville de Montréal
Florence Montreynaud fait oeuvre d’amour et de mémoire
Magazines pour filles, changement de ton !
Un 30e anniversaire de la JIF sous la fronde conservatrice
L’égalité des femmes au Québec est-elle plus qu’une façade ?
Colloque sur Antigone
Prostitution et trafic sexuel - Dossier principal sur Sisyphe.org
Golf : "Gentlemen only, ladies forbidden" ?
Méchant ressac ou KIA raison ?
Dégénération de "Mes aïeux", un engouement questionnant
Les « Gender Studies », un gruyère confortable pour les universitaires
Réflexions "scientifiques" du haut du Mont Grey Lock
Madame, s’il vous plaît !
Annie Leclerc, philosophe
Des arguments de poids...
Pour hommes seulement
Andrea Dworkin ne croit pas que tout rapport sexuel hétéro est un viol
Peau d’Âme ou Beautés désespérées ?
Réflexions et questionnement d’une féministe en mutation
Mais pourquoi est-elle si méchante ?
Le concours « Les Jeudis Seins » s’inscrit dans le phénomène de l’hypersexualisation sociale
Aux femmes qui demandent - sans plus y croire - justice. Qu’elles vivent !
Jeux olympiques 2006 : félicitations, les filles !
7e Grève mondiale des femmes - Le Venezuela donne l’exemple
Évolution des droits des Québécoises et parcours d’une militante
2005, l’année de l’homme au Québec
Mes "problèmes de sexe" chez le garagiste !
Brèves considérations autour des représentations contemporaines du corps
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, NON à la décriminalisation de la prostitution
"Femmes, le pouvoir impossible", un livre de Marie-Joseph Bertini
L’AFEAS veut la représentation égalitaire à l’Assemblée nationale du Québec
Elles sont jeunes... eux pas
Dis-moi, « le genre », ça veut dire quoi ?
Quand donc les hommes ont-ils renoncé à la parole ?
Déconstruction du discours masculiniste sur la violence
Les hommes vont mal. Ah bon ?
La face visible d’un nouveau patriarcat
Quelle alternative au patriarcat ?
Le projet de loi du gouvernement Raffarin "relatif à la lutte contre les propos discriminatoires à caractère sexiste et homophobe" est indéfendable
L’influence des groupes de pères séparés sur le droit de la famille en Australie
Victoires incomplètes, avenir incertain : les enjeux du féminisme québécois
Retrouver l’élan du féminisme
Le droit d’éliminer les filles dans l’oeuf ?
Le système patriarcal à la base des inégalités entre les sexes
Des nouvelles des masculinistes
Masculinisme et système de justice : du pleurnichage à l’intimidation
Nouvelle donne féministe : de la résistance à la conquête
Les masculinistes : s’ouvrir à leurs réalités et répondre à leurs besoins
Nouvelles Questions féministes : "À contresens de l’égalité"
S’assumer pour surmonter sa propre violence
Sisyphe, que de rochers il faudra encore rouler !
Coupables...et fières de l’être !
Un rapport de Condition féminine Canada démasque un discours qui nie les inégalités de genre
De la masculinité à l’anti-masculinisme : penser les rapports sociaux de sexe à partir d’une position sociale oppressive
Les courants de pensée féministe
Quelques commentaires sur la domination patriarcale
Chroniques plurielles des luttes féministes au Québec
Qu’il est difficile de partir !
Deux cents participantes au premier rassemblement québécois des jeunes féministes
Le féminisme : comprendre, agir, changer
Le féminisme, une fausse route ? Une lutte secondaire ?
À l’ombre du Vaaag : retour sur le Point G
L’identité masculine ne se construit pas contre l’autre
Les hommes et le féminisme : intégrer la pensée féministe
La misère au masculin
Le Nobel de la paix 2003 à la juriste iranienne Shirin Ebadi
Hommes en désarroi et déroutes de la raison
Le « complot » féministe
Christine de Pisan au coeur d’une querelle antiféministe avant la lettre
Masculinisme et suicide chez les hommes
Le féminisme, chèvre émissaire !
L’autonomie de la FFQ, véritable enjeu de l’élection à la présidence
Les défis du féminisme d’aujourd’hui
Les arguments du discours masculiniste
Nouvelle présidente à la FFQ : changement de cap ?
La stratégie masculiniste, une offensive contre le féminisme
Le discours masculiniste dans les forums de discussion







Les féministes ont-elles eu tort de croire que la mère de famille nombreuse dont le Maréchal Pétain* faisait la promotion - le Président de la République était parrain du quatorzième enfant -, la virginité élevée au rang de valeur féminine essentielle et la prostituée, ‘infirmière’ du corps masculin en déroute, avaient disparu à jamais ? C’est évident, quand on regarde ce qui se passe actuellement.

En 2004, n’avons-nous pas découvert dans la France « des Lumières », que la maille libérait les femmes en leur « évitant de penser »… et elles ont commencé à tricoter ou à crocheter, pour le plus grand bonheur de leurs compagnons et des marchands de pelotes en tous genres.

« Connaissez-vous la dernière mode pour ces dames ? TRICOTER OU FAIRE DU CROCHET !!!!

Mais elles n’y ont pas pensé toutes seules ... Que NENI ! Ce sont les hommes, toujours soucieux de leur bien-être (!) et qui parlent en leur nom depuis plus de six mille ans, qui le leur ont suggéré via les médias dits « féminins », totalement débiles et aliénants, qu’ils dirigent de mains de maîtres.

Le cri de ralliement est « Ne pensez plus à rien ! », et ça marche.

Qui aurait cru que les « bacs + 2 », comme elles sont toutes maintenant, seraient aussi rapidement tombées dans le piège que les hommes leur tendaient ?

Après les talons aiguilles ultra-hauts, les strings dans la raie du c..., ce sont le corset et la ceinture de chasteté qui reviennent à la mode. Et avec les « Lolitas » de 10 ans et les « sacs-poubelles » de 12 ans voilées comme en Arabie Saoudite, voici le retour des Françaises au foyer et la réapparition des familles nombreuses grâce aux « primes à la ponte ».

Les hommes ont TOUT gagné : dans le cadre de la régression des droits des femmes, ILS NE POUVAIENT RÊVER MIEUX ! Ils peuvent dormir sur leurs 2 oreilles, ils ne sont pas près de perdre le pouvoir. » (Michèle Dayras – Forum de discussion de SOS SEXISME – mars 2004)

En 2010, les « Cafés-couture » ouvrent leurs portes dans la capitale, pour parfaire l’épanouissement rétrograde féminin en cours de réalisation, car il est connu que trop d’intellect anéantit la féminité et dévalorise les femmes aux yeux des machos du territoire ; acceptons donc la féminitude (annonciatrice de féminicide). C’est d’ailleurs ce que pensent quelques jeunes personnes qui préfèrent correspondre aux critères misogynes que de les affronter pour les anéantir. L’irresponsabilité de la position d’esclave peut paraître confortable, à prime abord.

Un journal féminin récent peaufine, encore, notre éducation de femelles bêtifiantes telles que les Français les aiment, avec une rubrique avant-gardiste intitulée « fashion-minou »…

Rêvons un instant… À quand la ‘mise en offrande’ du sexe de ces messieurs ? Un zizi porteur de rangées de perles lumineuses qui scintilleraient lorsqu’il s’allonge et s’éteindraient quand il se ratatine ; des serpentins multicolores entrelacés ; des filets incrustés de métal, pierres précieuses ou diamants ; des couilles parées d’or ou d’argent. Enfin de vrais ‘hommes-objets’ – marchandise décorative - avec lesquels nous serions fières de parader dans les camps de nudistes ou ailleurs. Mais les féministes ne luttent pas contre la ‘femme-objet’ pour transformer, à leur tour, les hommes en esclaves.

Les sites pornographiques font rage sur la Toile, plus suggestifs dans les DVD visualisés sur les écrans 3D. Ils mettent en scène des femmes et des fillettes toujours plus jeunes et plus soumises, victimes de sévices odieux, d’actes cruels et barbares, dont le nombre progresse pour satisfaire les fantasmes grandissants des mâles sur-dopés au viagra.

Les prostituées - ou traitées comme telles - sont déposées et disposées aux abords des boulevards périphériques de nos cités ; mais là, notre gouvernement veille au grain ! Trop de viande se perd dans la nature ; il faut légiférer de toute urgence pour regrouper le cheptel. Comme notre président pense à tout jusqu’au moindre détail, il le fera dans des maisons « ouvertes », histoire de marquer « La Rupture » -credo de sa politique - avec les bordels de l’entre-deux guerres dont nous avions eu tant de mal à obtenir la fermeture en 1946. C’est aussi sa manière d’illustrer l’année 2010, durant laquelle la lutte contre les violences faites aux femmes a été déclarée « Grande Cause Nationale ». Proposer de semblables solutions aux prostituées témoigne, avant tout, d’une totale et profonde méconnaissance de l’enfermement côté femmes, ou, simplement, d’un immense mépris à leur égard.

Il faut reconnaître que, plus les démocraties européennes se fascisent, plus les lieux de baise masculine fleurissent. Et un parfum d’antan - celui des années trente - flotte peu à peu sur le drapeau de l’Union, pour le plus grand malheur des femmes et de leurs droits…

Les génitrices exhibent avec orgueil leurs ventres proéminents, sans se rendre compte qu’elles contribuent, ainsi, à renforcer la puissance phallique qui les opprime. Rétribuées pour leurs grossesses, autant que possible précoces et multiples (la médecine envisage de calculer prochainement, avec suffisamment de précision et précocement, la date de survenue de la ménopause, afin de permettre aux filles de programmer leurs maternités dans le temps qui leur est réellement imparti), pour l’élevage de leurs enfants et bientôt pour l’allaitement qu’elles dispenseront à leur progéniture. Et pourquoi pas à d’autres ? Nous reviendrions à l’époque des nourrices rémunérées ; un pas de plus vers le passé où le pater familias avait droit de vie et de mort sur sa femme et ses enfants.

Quant à la méthode de vente - via Internet - des ovules de femmes américaines (follicules obtenus en grand nombre, grâce à une intense stimulation hormonale dont on ignore les risques à long terme) pour acheter des biens de consommation, faut-il regarder cette transaction comme libératrice des femmes ou réductrice de celles-ci à leur corps biologique et à leurs potentialités procréatrices ? Cet acte, financièrement rentable pour la donneuse, est permis aux USA, fédération d’États qui se soucient fort peu des droits des femmes, puisque la majorité d’entre eux n’ont pas encore signé la Convention CEDAW de 1972.

A quand l’autorisation de mise sur le marché d’ovocytes français ? Dans cette société de marchandisation du corps des femmes, où chaque morceau de chair a une fonction précise et un impact monétaire défini, je suis étonnée que notre hyper-président n’ait pas pensé à cet aspect des choses.

Un couple gay, désireux d’avoir un enfant biologique, a choisi de se servir lui-même en créant, en Israël, une entreprise d’achat d’ovules provenant d’Américaines. Un service de gynécologie réalise, sur place, la fécondation in-vitro qui unit ovule(s) et spermatozoïdes du futur père. L’œuf est ensuite introduit (par césarienne) dans l’utérus d’une Indienne d’un Centre de mères porteuses. La relation procréatrice - États-Unis/Israël/Inde- devient un business lucratif ! On se moque de savoir que l’Inde (comme la Chine ou les Émirats du Golfe) tue ses filles à grande échelle, créant ainsi un déséquilibre du sex-ratio. L’important est que ce pays et les maris tout-puissants permettent à ces femmes sans droits de mener à terme une ou plusieurs grossesses, fussent-elles de fœtus féminins, pour de vulgaires considérations matérialistes. L’Inde sera bientôt la plaque tournante de la production d’enfants, programmés par et pour les nantis hétéros des pays riches et les homosexuels, en attendant le clonage.

Pour être complète, je n’oublierai pas de citer les « banques de sang de cordon » qui apparaissent dans notre pays. Elles symbolisent la rentabilisation ultime de chaque étape de notre sacro-sainte maternité.

Dans le but d’affiner l’analyse de cette triste réalité ambiante, il faudrait répondre aux questions suivantes, assez dérangeantes pour la féministe que je suis :

Qui souhaite accoucher dans les « maisons de naissance » ?
Qui refuse la péridurale ?
Qui demande une rémunération de l’allaitement maternel ?
Qui préfère les couches à laver aux couches jetables ?
Qui se multiplie comme des lapines ?
Qui ne veut pas lutter pour préserver ses acquis ou faire avancer ses droits ?
Qui encense les mâles sur les terrains de foot, tout en ignorant que des footballeuses sont mille fois plus compétentes, moins violentes et obscènes que les hommes ?
Qui accepte de se conformer aux positions dégradantes, humiliantes ou violentes, mises en scène sur les sites pornographiques, pour plaire à son copain ?
Qui se fait rectifier les lèvres du sexe pour ressembler aux stars qu’il affectionne ?
Qui est insatisfaite de ses seins - trop petits, trop plats, trop gros ou trop pointus - et les fait rectifier ?

En effet, pourquoi les garçons et les hommes en général devraient-ils investir des procédés non sexistes, si certaines filles ou jeunes femmes font mine d’idéaliser le machisme, la douleur, la violence et la soumission ? Comment pourrions-nous espérer un changement des habitudes et des mentalités masculines dans un tel contexte ?

Ces femmes ignorent-elles que nous sommes attaquées de toutes parts, avec une grande virulence et une haine intense, dès que nous avons l’impudence (ou l’imprudence ?) de vouloir nous libérer du joug masculin ?

Nier la « Guerre des sexes » - comme le font certaines – guerre qui détermine et délimite chaque vie humaine sur terre, c’est refuser de voir la nature des rapports entre les sexes, dont le fondement repose sur la peur et la haine que les hommes ont (eu) des femmes.

Je me demande, d’ailleurs, si nous atteindrons l’égalité avant que les hommes ne se clonent entre eux ? Mais, en tant qu’humaines perfectionnées que nous sommes, regardons avec une condescendance mâtinée d’indulgence, ces porteurs de cerveau masculin plus primitif que le nôtre, selon les neurobiologistes.

Pour terminer sur une pensée positive, serait-il irréaliste de suggérer ceci, qui est ma conviction personnelle : « Les femmes sont apparues les premières sur terre, au cours de l’évolution de l’espèce humaine » ? Elles se seraient multipliées par parthénogénèse -toujours possible - formant un monde exclusivement féminin. Lorsqu’une mutation (que je qualifierai de malencontreuse) a détruit cette belle unité, en faisant perdre une branche à l’un des deux chromosomes X - lequel est devenu Y -, la reproduction sexuée a débuté. Cette « sélection naturelle » n’a pas entraîné d’amélioration de l’espèce humaine, contrairement à la théorie darwinienne ; bien au contraire, car les hommes sont plus fragiles et moins résistants que les femmes, malgré le fait que ces dernières aient été soumises à des maternités en chaîne depuis cette période.

- Site SOS Sexisme.

Note

* Comme fondateur et chef de l’État du régime de Vichy, Philippe Pétain (né en 1856-mort en 1951) a dirigé la France pendant l’Occupation, du 11 juillet 1940 au 20 août 1944. Il a engagé la Révolution nationale et la collaboration avec l’Allemagne nazie. Source.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 19 octobre 2010


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Dre Michèle Dayras, présidente de SOS-SEXISME
SOS-SEXISME

Michèle Dayras est médecin. Elle est aussi co-fondatrice et présidente de SOS-SEXISME.



Plan-Liens Forum

  • les hommes tricotent aussi
    (1/3) 29 octobre 2010 , par Internaute

  • Pourquoi déprécier l’artisanat féminin ?
    (2/3) 29 octobre 2010 , par Une sorcière comme les autres

  • eh bien.
    (3/3) 26 octobre 2010 , par nemo

    rép: Teddy




  • les hommes tricotent aussi
    29 octobre 2010 , par Internaute   [retour au début des forums]

    Cafés-tricot

    Notre fabuleux Québec ne possède pas encore ses propres cafés-tricot, des établissements officiels où des adeptes du tricot se rencontrent en tissant des liens, à l’image de Paris avec son fameux Brentano’s Café-tricot qui a vu le jour en 1895 (pas d’erreur ! En 1895) ou de New-York, avec son célèbre Knit-Cafe.

    Cependant, chez nous aussi, on voit apparaître les premiers cafés-tricots pour les adeptes du tricot de tous âges.

    En effet, le tricotage est considéré aujourd’hui comme une des activités les plus paisibles qui soit. Elle aide à se relaxer, à surmonter le stress quotidien et à oublier pour quelques heures le monde frénétique qui nous entoure.

    Les gens ont besoin de se rassembler dans un endroit tranquille et accueillant, de faire de belles choses de leurs propres mains, d’échanger leurs expériences. Les adeptes du tricot affirment que c’est beaucoup mieux que le yoga (on a ses doutes, mais, enfin, ce sont les goûts différents qui ont créé l’humanité) et beaucoup moins cher. De plus, vous pouvez faire de magnifiques cadeaux à vos femmes bien aimées !

    En effet, contrairement à ce qu’on peut penser, ce sont les hommes qui revendiquent aujourd’hui leur droit au tricotage, pendant longtemps interdit aux mâles virils et poilus (pourtant déjà dans l’ancien temps, c’était les hommes qui pratiquaient le tricot).

    - Lire la suite ici.

    Pourquoi déprécier l’artisanat féminin ?
    29 octobre 2010 , par Une sorcière comme les autres   [retour au début des forums]

    En tant que féministes, nous devrions éviter de reprendre à notre compte les préjugés sexistes qui déprécient l’artisanat traditionnellement féminin (tricot, crochet, couture). Le travail du bois - pendant masculin de ces activités - inspire-t-il le même mépris ?
    Les cafés-couture et groupes de tricot qui se sont multipliés non seulement à Paris mais aussi à New-York comme ailleurs, sont souvent le fait de jeunes professionnelles qui veulent apprendre un passe-temps créatif tout en échangeant avec d’autres femmes. Qu’y a-t-il de mal à cela ? Nos grand-mères qui se réunissaient pour assembler une courtepointe ne faisaient pas autre chose.

    eh bien.
    26 octobre 2010 , par nemo   [retour au début des forums]

    Que dire de plus...?
    C’est beau l’auto_célébration.

    Critiquer le sexisme en se prenant pour le sexe superieur...
    C’est bien,continuez à vous jetter vous des fleurs ,ça fait tellement serieux.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2010
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin