| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






samedi 5 novembre 2011

"Heartbreak", une autobiographie d’Andrea Dworkin
Recension

par Ellie Gordon-Moershel






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Sexisme politique, sexe social
Révolution féministe : site féministe universaliste et laïc
Il faut abolir les prisons pour femmes
Le féminisme islamique est-il un pseudo-féminisme ?
Pour un féminisme pluriel
Cachez-moi ce vilain féminisme
Féminisme - Le Groupe des treize veut rencontrer la ministre à la Condition féminine Lise Thériault
Combattre le patriarcat pour la dignité des femmes et le salut du monde
Martine Desjardins parle du Sommet des femmes à Montréal
Banaliser la misogynie, c’est dangereux
Féminisme - Faut-il faire le jeu du "Diviser pour régner" ?
Je suis blanche et vous me le reprochez !
La pensée binaire du féminisme intersectionnel ne peut que mener à l’incohérence
Lutter contre la pauvreté des femmes et la violence des hommes envers elles
"Du pain et des roses" - Le 26 mai 1995, une grande aventure débutait
Portrait des Québécoises en 2015 - L’égalité ? Mon œil !
Je plaide pour un féminisme qui n’essaie pas de s’édulcorer
La Maison de Marthe, première récipiendaire du Prix PDF Québec
Ensemble, réussir la 4ième Marche Mondiale des Femmes ! Tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous resterons en marche !
Des "Déchaînées" aux genoux du patriarcat !
L’intervention féministe intersectionnelle – Troquer un idéal pour une idéologie trompeuse ?
Ce que révèle l’alliance de certains musulmans avec la droite réactionnaire
Au cœur de la division du mouvement féministe québécois : deux visions
Désaccord sur le virage de la Fédération des femmes du Québec
Féminisme islamique - Quand la confusion politique ne profite pas au féminisme
États généraux du féminisme - Des sujets importants écartés : "De qui ou de quoi avons-nous peur ?"
PDF Québec est lancé ! - Une voix pour les droits des femmes
États généraux et FFQ - Un féminisme accusateur source de dissension
Ignorer et défendre la domination masculine : le piège de l’intersectionnalité
Comment les hommes peuvent appuyer le féminisme
Le féminisme contemporain dans la culture porno : ni le playboy de papa, ni le féminisme de maman
Refuser d’être un homme. Pour en finir avec la virilité
Les micro-identités et le "libre choix" érigé en système menacent les luttes féministes
La misogynie n’a pas sa place dans le féminisme
L’écriture équitable - La féminisation des textes est un acte politique
Réfutation de mensonges au sujet d’Andrea Dworkin
Une éducation féministe donne de meilleurs fils
"Rien n’a encore pu me détruire" : entretien avec Catharine A. MacKinnon
France - La mainmise des hommes sur le monde de la radio
États généraux sur le féminisme au Québec/FFQ - Des exclusions fondées sur des motifs idéologiques et des faussetés
Le mouvement des « droits des hommes », la CAFE et l’Université de Toronto
Mensonges patriarcaux - Le mouvement des « droits des hommes » et sa misogynie sur nos campus
Féministes, gare à la dépolitisation ! Les féminismes individualiste et postmoderne
"Les femmes de droite", une oeuvre magistrale d’Andrea Dworkin
"Je suis libre", une incantation magique censée nous libérer des structures oppressives
Trans, queers et libéraux font annuler une conférence féministe radicale à Londres
« Le féminisme ou la mort »
"Des paradis vraiment bizarres" - "Reflets dans un œil d’homme ", un essai de Nancy Huston
Quand les stéréotypes contrôlent nos sens
"Agentivité sexuelle" et appropriation des stratégies sexistes
Cessons de dire que les jeunes femmes ne s’identifient pas au féminisme !
Un grand moment de féminisme en milieu universitaire
Beauté fatale. Les nouveaux visages d’une aliénation féminine
Résistance au sexe en contexte hétérosexuel
La CHI - Un humour dégradant et complice de l’injustice sociale
Hockey, suicide et construction sociale de la masculinité
Polémique sur l’enseignement du genre dans les manuels scolaires en France
Le "Gender" à l’américaine - Un verbiage qui noie la réalité du pouvoir patriarcal
2011-2015 - Un plan d’action pour un Québec égalitaire
NousFemmes.org
L’égalité inachevée
Journée internationale des femmes 2011 - Briser le silence sur toutes les formes de sexisme
En France et ailleurs, 2010, une mauvaise année pour les femmes
Ce qu’est le féminisme radical
Polygamie - Le Comité de réflexion sur la situation des femmes immigrées et “racisées” appuie l’avis du CSF
Il y a trois ans, mon cher Léo...
La Fédération des femmes du Québec représente-t-elle toutes les femmes ?
Tout est rentable dans le corps des femmes... pour ceux qui l’exploitent
Incessante tyrannie
Comment le patriarcat et le capitalisme renforcent-ils conjointement l’oppression des femmes ?
Égalité ou différence ? Le féminisme face à ses divisions
Le "gender gap" dans les Technologies de l’information et de la communication
La Marche mondiale des femmes dix ans plus tard
Azilda Marchand : une Québécoise qui fut de tous les combats pour les femmes !
Les hommes proféministes : compagnons de route ou faux amis ?
Prostitution et voile intégral – Sisyphe censuré par le réseau féministe NetFemmes
Regard sur l’égalité entre les femmes et les hommes : où en sommes-nous au Québec ?
Féminisme en ménopause ?
Ce n’est pas la France des NOBELS !
Écarter d’excellentes candidates en médecine ? Inadmissible !
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
La question des privilèges - Le réalisateur Patric Jean répond à des critiques
Lettre à Patric Jean, réalisateur de "La domination masculine", et à bien d’autres...
Une grande féministe, Laurette Chrétien-Sloan, décédée en décembre 2009
Le travail, tant qu’il nous plaira !
Comme une odeur de misogynie
La patineuse
Invasion du sexisme dans un lycée public
Magazines, anorgasmie et autres dysfonctions
"Toutes et tous ensemble pour les droits des femmes !"
Cent ans d’antiféminisme
MLF : "Antoinette Fouque a un petit côté sectaire"
Des femmes : Une histoire du MLF de 1968 à 2008
Qui est déconnectée ? Réponse à Nathalie Collard
Manifeste du rassemblement pancanadien des jeunes féministes
Pour une Charte des droits des femmes
Andy Srougi perd sa poursuite en diffamation
La lesbienne dans Le Deuxième Sexe
Le livre noir de la condition des femmes
La percée de la mouvance masculiniste en Occident
Procès du féminisme
Humanisme, pédocriminalité et résistance masculiniste
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Mise au point sur la suspension d’un article critiquant le livre du Dr Michel Dubec
Pour éviter de se noyer dans la (troisième) vague : réflexions sur l’histoire et l’actualité du féminisme radical
L’égalité des femmes au Québec, loin de la coupe aux lèvres !
Je suis féministe !
Écoféminisme et économie
Poursuite contre Barbara Legault et la revue "À Bâbord !" - Mise à jour
Biographie de Léo Thiers-Vidal
Vivement le temps de prendre son temps !
Séances d’information pour le projet d’une Politique d’égalité à la Ville de Montréal
Florence Montreynaud fait oeuvre d’amour et de mémoire
Magazines pour filles, changement de ton !
Un 30e anniversaire de la JIF sous la fronde conservatrice
L’égalité des femmes au Québec est-elle plus qu’une façade ?
Colloque sur Antigone
Prostitution et trafic sexuel - Dossier principal sur Sisyphe.org
Golf : "Gentlemen only, ladies forbidden" ?
Méchant ressac ou KIA raison ?
Dégénération de "Mes aïeux", un engouement questionnant
Les « Gender Studies », un gruyère confortable pour les universitaires
Réflexions "scientifiques" du haut du Mont Grey Lock
Madame, s’il vous plaît !
Annie Leclerc, philosophe
Des arguments de poids...
Pour hommes seulement
Andrea Dworkin ne croit pas que tout rapport sexuel hétéro est un viol
Peau d’Âme ou Beautés désespérées ?
Réflexions et questionnement d’une féministe en mutation
Mais pourquoi est-elle si méchante ?
Le concours « Les Jeudis Seins » s’inscrit dans le phénomène de l’hypersexualisation sociale
Aux femmes qui demandent - sans plus y croire - justice. Qu’elles vivent !
Jeux olympiques 2006 : félicitations, les filles !
7e Grève mondiale des femmes - Le Venezuela donne l’exemple
Évolution des droits des Québécoises et parcours d’une militante
2005, l’année de l’homme au Québec
Mes "problèmes de sexe" chez le garagiste !
Brèves considérations autour des représentations contemporaines du corps
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, NON à la décriminalisation de la prostitution
"Femmes, le pouvoir impossible", un livre de Marie-Joseph Bertini
L’AFEAS veut la représentation égalitaire à l’Assemblée nationale du Québec
Elles sont jeunes... eux pas
Dis-moi, « le genre », ça veut dire quoi ?
Quand donc les hommes ont-ils renoncé à la parole ?
Déconstruction du discours masculiniste sur la violence
Les hommes vont mal. Ah bon ?
La face visible d’un nouveau patriarcat
Quelle alternative au patriarcat ?
Le projet de loi du gouvernement Raffarin "relatif à la lutte contre les propos discriminatoires à caractère sexiste et homophobe" est indéfendable
L’influence des groupes de pères séparés sur le droit de la famille en Australie
Victoires incomplètes, avenir incertain : les enjeux du féminisme québécois
Retrouver l’élan du féminisme
Le droit d’éliminer les filles dans l’oeuf ?
Le système patriarcal à la base des inégalités entre les sexes
Des nouvelles des masculinistes
Masculinisme et système de justice : du pleurnichage à l’intimidation
Nouvelle donne féministe : de la résistance à la conquête
Les masculinistes : s’ouvrir à leurs réalités et répondre à leurs besoins
Nouvelles Questions féministes : "À contresens de l’égalité"
S’assumer pour surmonter sa propre violence
Sisyphe, que de rochers il faudra encore rouler !
Coupables...et fières de l’être !
Un rapport de Condition féminine Canada démasque un discours qui nie les inégalités de genre
De la masculinité à l’anti-masculinisme : penser les rapports sociaux de sexe à partir d’une position sociale oppressive
Les courants de pensée féministe
Quelques commentaires sur la domination patriarcale
Chroniques plurielles des luttes féministes au Québec
Qu’il est difficile de partir !
Deux cents participantes au premier rassemblement québécois des jeunes féministes
Le féminisme : comprendre, agir, changer
Le féminisme, une fausse route ? Une lutte secondaire ?
À l’ombre du Vaaag : retour sur le Point G
L’identité masculine ne se construit pas contre l’autre
Les hommes et le féminisme : intégrer la pensée féministe
La misère au masculin
Le Nobel de la paix 2003 à la juriste iranienne Shirin Ebadi
Hommes en désarroi et déroutes de la raison
Le « complot » féministe
Christine de Pisan au coeur d’une querelle antiféministe avant la lettre
Masculinisme et suicide chez les hommes
Le féminisme, chèvre émissaire !
L’autonomie de la FFQ, véritable enjeu de l’élection à la présidence
Les défis du féminisme d’aujourd’hui
Les arguments du discours masculiniste
Nouvelle présidente à la FFQ : changement de cap ?
La stratégie masculiniste, une offensive contre le féminisme
Le discours masculiniste dans les forums de discussion







    « Un mensonge peut faire une demi-fois le tour du monde avant que la vérité n’ait le temps d’enfiler ses bottes. » - Donald Rumsfeld

N’ayant jamais bénéficié d’une formation classique en féminisme, j’étais jusqu’à tout récemment douloureusement inconsciente de l’existence de plusieurs féministes célèbres. En fait, je me suis souvenu de ce détail gênant il y a quelques jours : je ne savais pas qui était Gloria Steinem jusqu’à ce qu’elle fasse une apparition dans un épisode de l’émission The L Word. Donc, inutile de dire que c’est seulement il y a quelques années que j’ai entendu pour la première fois quelqu’un prononcer le nom d’Andrea Dworkin.

D’abord, j’ai simplement pris note du fait que la mention de son nom provoquait des réactions dramatiques – principalement d’ordre négatif. Il y a quelques mois, lors d’un petit rassemblement féministe auquel j’assistais, j’ai entendu quelqu’un déclarer quelque chose à l’effet que « le monde serait un meilleur endroit si elle n’était jamais née ».

Avec ce genre de réactions dans la communauté féministe elle-même, il n’est pas surprenant qu’aucun des onze essais publiés par Dworkin n’ait été inscrit dans la liste dressée par le magazine Ms. des 100 meilleurs essais féministes de tous les temps. (1) Il serait difficile de prétendre que Dworkin était simplement inconnue du magazine ou de son auditoire, considérant le fait que la fondatrice même de Ms. et une proche de Dworkin, Gloria Steinem, a dit de celle-ci : « J’ai toujours pensé qu’elle était notre prophète de l’Ancien Testament, tempêtant dans les collines à dire la vérité. » Considérant l’importance de Dworkin dans le mouvement (et ce, quoi qu’on pense de ses opinions politiques), une telle omission est surprenante.

Alors, pourquoi toute cette haine ? Au moment où j’ai tenté d’élucider ce mystère, il semblait que les principaux arguments utilisés contre Dworkin étaient qu’elle aurait dit des choses comme « tout rapport sexuel avec des hommes constitue un viol » et « tous les hommes sont des violeurs ». (2) Ce que je ne savais pas à l’époque, c’est que la plupart des personnes qui répétaient ces phrases n’avaient lu aucun de ses ouvrages ou discours. Pas plus que moi, d’ailleurs.

Quand j’ai appris que Dworkin avait publié une autobiographie, je me suis dit que c’était l’occasion idéale pour y regarder de plus près. La première chose qui m’a frappée dans Heartbreak : The Political Memoir of a Feminist Militant a été le caractère lisible de ce livre, accueillant avec ses larges marges et ses doubles interlignes. La deuxième est que cet ouvrage me rappelait l’autobiographie d’Assata Shakur. Cette comparaison semble peut-être étrange mais, avec seulement un an de différence d’âge, ces deux militantes ont vécu à New York pendant la même période de mouvements des droits civiques et d’activisme anti-guerre. Dworkin a eu très peu d’argent durant la plus grande partie de sa vie, mais elle a régulièrement fait des dons aux programmes jeunesse et d’alphabétisation du mouvement des Black Panthers (programmes où Assata Shakur s’était fortement engagée). Toutes deux étaient des lectrices passionnées et autodidactes, critiques des énormes lacunes du système public d’enseignement. Dworkin a lu tous les écrits de Darwin et la plupart de ceux de Marx et de Freud avant la fin de son cours secondaire. L’élément qui a le plus retenu mon attention a été une sensation similaire à les lire – ces deux biographies donnaient plus l’impression d’une conversation à deux voies que d’un simple récit. Les deux posaient beaucoup de questions au lecteur et à la lectrice, et j’ai souvent eu l’impression de dialoguer avec ces auteures.

« Il m’a été demandé, poliment et moins poliment, pourquoi je suis moi-même. Il s’agit de comptes que toute femme sera appelée à rendre si elle affirme sa volonté. » (Andrea Dworkin)

Heartbreak n’est pas un manifeste politique. Si vous souhaitez disséquer la pensée analytique de Dworkin, ce n’est pas le livre vers lequel vous tourner. C’est plutôt l’endroit où trouver un tableau plus complet de la femme la plus redoutée et ridiculisée du mouvement féministe.

Voici mon top 4 des moments les plus intéressants du livre :

- En 6e année, elle a refusé de chanter le cantique « Ô Sainte Nuit » avec son groupe-cours, parce qu’elle avait décidé qu’elle aimait l’idée de la séparation de l’Église et l’État. Ce fut aussi le moment où elle apprit à être critique de la façon dont les adultes manipulent les enfants et leur mentent : « J’ai reconnu qu’il y avait beaucoup de façons de mentir, et que prétendre que Noël et Pâques sont des jours fériés laïques était un gros mensonge, pas un petit. »

- Elle a pris l’écriture très au sérieux et a consacré des années à sa poésie. Il est évident qu’elle réfléchissait en permanence aux meilleures façons de bâtir ses récits et ses arguments. Elle dit, par exemple : « Peut-on écrire pour les personnes dépossédées, marginalisées, torturées ? Existe-t-il un genre de génie qui puisse rendre une histoire aussi vraie qu’un arbre, ou une idée aussi inévitable que notre prochain souffle ? »

- En 1992, l’éco-féministe Petra Kelly a été tuée d’un coup de pistolet par son partenaire (qui s’est ensuite suicidé). Dworkin a assisté à la cérémonie tenue en son souvenir avec une foule d’autres militantes, et elle a été dégoûtée d’entendre les orateurs parler presque exclusivement de la dévotion de ce partenaire pour le pacifisme, en ne mentionnant Petra Kelly qu’au passage. Elle écrit : « Je ne pouvais pas croire que rien n’avait changé – paix, paix, paix, amour, amour, amour ; ils ne comprenaient pas et ne voulaient même pas envisager qu’un homme avait assassiné une femme. » Cela n’était, bien sûr, pas la première ou la dernière fois qu’une féministe tombait des nues à constater la misogynie régnant au sein de la gauche progressiste.

- On trouve beaucoup plus d’exemples dans le livre où sa perception d’un moment d’injustice donne l’impression de toucher dans le mille. Près de la fin de Heartbreak, elle relate celui-ci : « Il y a quelques nuits, j’ai entendu à la télévision le mari d’une amie discuter des politiques anti-viol de son université, auxquelles il s’oppose. Il a dit être prêt à concéder qu’il se produisait bel et bien des viols. ‘Comme c’est blanc de ta part’, pensai-je amèrement, et puis je réalisai que sa déclaration était une parfaite définition instantanée de ce que signifie ‘blanc’, pas même ‘homme blanc’, mais blanc dans un pays construit sur la propriété blanche des Noirs et sur le génocide blanc des Rouges et sur l’asservissement blanc des Asiatiques et des femmes, y compris celui des femmes blanches et de la main-d’œuvre migrante brune. Il opinait que peut-être 3 pour cent des femmes aux États-Unis avaient été violées, alors que les meilleures études disponibles parlent du quart ou du tiers. L’intervieweur masculin exprima son accord avec ce pourcentage improvisé : ce chiffre sonnait juste à tous deux, et aucun d’eux ne ressentait le besoin de financer une étude ou de consulter les recherches déjà existantes. Leur autorité étayait leur chiffre, et aux États-Unis, l’autorité est blanche. »

Les accusations de semer la discorde au sein « du mouvement » ont traditionnellement servi à faire taire les femmes de couleur, les lesbiennes, les queers, les trans et les gens qui luttent contre le capacitisme. Sans oublier les femmes en général au sein de la gauche progressiste. C’est quelque chose qui se passe présentement dans certains secteurs du mouvement « Occupons ». Je ne vais pas prétendre que vous divisez le mouvement en vous documentant sur Dworkin et en critiquant ses analyses. Mais, si vous vous retrouvez à la haïr et à souhaiter qu’elle ne soit jamais née, je vous suggère de lire ce livre. C’était une radicale et la critique est toujours importante, mais une haine indifférenciée a pour effet d’annuler inutilement ses précieuses contributions à nos luttes.

Le seul autre texte d’Andrea Dworkin que j’aie lu est son discours de 1983 : « Je veux une trêve de vingt-quatre heures pendant lesquelles il n’y aura pas de viol. » (3) Cette allocution contestataire et passionnée a été livrée devant une salle emplie de 500 hommes. Si ce n’est que pour cela, cette femme mérite notre respect.

Et peut-être que les bottes de la vérité auront une chance de rattraper certains mensonges.

- Andrea Dworkin. Heartbreak : The Political Memoir of a Feminist Militant, NY : Basic Books. 2002. ISBN 0-465-01753-3.

* Ellie Gordon-Moershel est collaboratrice de l’émission "The F Word".

Version anglaise.

Version française : Martin Dufresne

Notes

1. « Ms. Readers’ 100 Best Non-Fiction Books of All Time : The Top 10 and the Complete List ! », Ms.blog
October 10, 2011.
2. Note de Sisyphe. Charles Johnson a déboulonné ce mythe, mais on continue de l’entretenir parce qu’il fait l’affaire des adversaires du féminisme, parmi lesquels on retrouve aussi des femmes. Il fournit un prétexte pour refuser d’entendre une critique légitime de l’hétérosexualité et rassurer certaines personnes. « Le mythe en question, écrit Johnson, est la scie éculée, mais continuellement rabâchée, selon laquelle Andrea Dworkin prétendrait que tout rapport sexuel hétéro est un viol. Eh ! bien non, elle ne prétend pas cela ; elle ne l’a jamais écrit ou dit, et l’a nié explicitement quand on lui a posé la question directement. Ce mythe est historique, en un sens, puisqu’il concerne l’issue de certains écrits clés du féminisme de la deuxième vague, durant les décennies 1970 et 1980. Il est d’actualité dans la mesure où le récent décès d’Andrea Dworkin (9 avril 2005) semble avoir relancé pour un tour cette affirmation idiote, qui continue à faire surface sans égard au nombre de fois où elle est démentie. Mais qu’on le perçoive comme du passé ou du présent, ce mythe demeure pure <b<foutaise ». Lire l’article de Charles Johnson : « Andrea Dworkin ne croit pas que tout rapport sexuel hétéro est un viol ».
3. Andrea Dworkin, Letters from A War Zone. Writings 1976-1989. Part III, Take Back the Day, « I Want a Twenty-Four-Hour Truce During Which There Is No Rape », 1983.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 1 novembre 2011


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Ellie Gordon-Moershel



Plan-Liens Forum

  • "Heartbreak", une autobiographie d’Andrea Dworkin
    (1/1) 17 avril 2013 , par martin dufresne





  • "Heartbreak", une autobiographie d’Andrea Dworkin
    17 avril 2013 , par martin dufresne   [retour au début des forums]

    « Je veux une trêve de vingt-quatre heures pendant lesquelles il n’y aura pas de viol. » Ce texte lumineux est en cours de traduction par des Françaises enthousiastes.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2011
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin