| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mercredi 13 juillet 2005

Elles sont jeunes... eux pas

par Suzanne Kadar






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


#8mars - Les "étincelles" de Sophie Grégoire Trudeau
Désolée, vous n’êtes pas égales
Élaine Audet et Micheline Carrier, récipiendaires du Prix PDF QUÉBEC 2016
Vous avez dit "mauvais genre" ?
Lorraine Pagé trace un tableau de la situation des femmes dans le monde
Sexisme politique, sexe social
Révolution féministe : site féministe universaliste et laïc
Il faut abolir les prisons pour femmes
Le féminisme islamique est-il un pseudo-féminisme ?
Pour un féminisme pluriel
Cachez-moi ce vilain féminisme
Féminisme - Le Groupe des treize veut rencontrer la ministre à la Condition féminine Lise Thériault
Combattre le patriarcat pour la dignité des femmes et le salut du monde
Martine Desjardins parle du Sommet des femmes à Montréal
Banaliser la misogynie, c’est dangereux
Féminisme - Faut-il faire le jeu du "Diviser pour régner" ?
Je suis blanche et vous me le reprochez !
La pensée binaire du féminisme intersectionnel ne peut que mener à l’incohérence
Lutter contre la pauvreté des femmes et la violence des hommes envers elles
"Du pain et des roses" - Le 26 mai 1995, une grande aventure débutait
Portrait des Québécoises en 2015 - L’égalité ? Mon œil !
Je plaide pour un féminisme qui n’essaie pas de s’édulcorer
La Maison de Marthe, première récipiendaire du Prix PDF Québec
Ensemble, réussir la 4ième Marche Mondiale des Femmes ! Tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous resterons en marche !
Des "Déchaînées" aux genoux du patriarcat !
L’intervention féministe intersectionnelle – Troquer un idéal pour une idéologie trompeuse ?
Ce que révèle l’alliance de certains musulmans avec la droite réactionnaire
Au cœur de la division du mouvement féministe québécois : deux visions
Désaccord sur le virage de la Fédération des femmes du Québec
Féminisme islamique - Quand la confusion politique ne profite pas au féminisme
États généraux du féminisme - Des sujets importants écartés : "De qui ou de quoi avons-nous peur ?"
PDF Québec est lancé ! - Une voix pour les droits des femmes
États généraux et FFQ - Un féminisme accusateur source de dissension
Ignorer et défendre la domination masculine : le piège de l’intersectionnalité
Comment les hommes peuvent appuyer le féminisme
Le féminisme contemporain dans la culture porno : ni le playboy de papa, ni le féminisme de maman
Refuser d’être un homme. Pour en finir avec la virilité
Les micro-identités et le "libre choix" érigé en système menacent les luttes féministes
La misogynie n’a pas sa place dans le féminisme
L’écriture équitable - La féminisation des textes est un acte politique
Réfutation de mensonges au sujet d’Andrea Dworkin
Une éducation féministe donne de meilleurs fils
"Rien n’a encore pu me détruire" : entretien avec Catharine A. MacKinnon
France - La mainmise des hommes sur le monde de la radio
États généraux sur le féminisme au Québec/FFQ - Des exclusions fondées sur des motifs idéologiques et des faussetés
Le mouvement des « droits des hommes », la CAFE et l’Université de Toronto
Mensonges patriarcaux - Le mouvement des « droits des hommes » et sa misogynie sur nos campus
Féministes, gare à la dépolitisation ! Les féminismes individualiste et postmoderne
"Les femmes de droite", une oeuvre magistrale d’Andrea Dworkin
"Je suis libre", une incantation magique censée nous libérer des structures oppressives
Trans, queers et libéraux font annuler une conférence féministe radicale à Londres
« Le féminisme ou la mort »
"Des paradis vraiment bizarres" - "Reflets dans un œil d’homme ", un essai de Nancy Huston
Quand les stéréotypes contrôlent nos sens
"Agentivité sexuelle" et appropriation des stratégies sexistes
Cessons de dire que les jeunes femmes ne s’identifient pas au féminisme !
Un grand moment de féminisme en milieu universitaire
Beauté fatale. Les nouveaux visages d’une aliénation féminine
Résistance au sexe en contexte hétérosexuel
La CHI - Un humour dégradant et complice de l’injustice sociale
"Heartbreak", une autobiographie d’Andrea Dworkin
Hockey, suicide et construction sociale de la masculinité
Polémique sur l’enseignement du genre dans les manuels scolaires en France
Le "Gender" à l’américaine - Un verbiage qui noie la réalité du pouvoir patriarcal
2011-2015 - Un plan d’action pour un Québec égalitaire
NousFemmes.org
L’égalité inachevée
Journée internationale des femmes 2011 - Briser le silence sur toutes les formes de sexisme
En France et ailleurs, 2010, une mauvaise année pour les femmes
Ce qu’est le féminisme radical
Polygamie - Le Comité de réflexion sur la situation des femmes immigrées et “racisées” appuie l’avis du CSF
Il y a trois ans, mon cher Léo...
La Fédération des femmes du Québec représente-t-elle toutes les femmes ?
Tout est rentable dans le corps des femmes... pour ceux qui l’exploitent
Incessante tyrannie
Comment le patriarcat et le capitalisme renforcent-ils conjointement l’oppression des femmes ?
Égalité ou différence ? Le féminisme face à ses divisions
Le "gender gap" dans les Technologies de l’information et de la communication
La Marche mondiale des femmes dix ans plus tard
Azilda Marchand : une Québécoise qui fut de tous les combats pour les femmes !
Les hommes proféministes : compagnons de route ou faux amis ?
Prostitution et voile intégral – Sisyphe censuré par le réseau féministe NetFemmes
Regard sur l’égalité entre les femmes et les hommes : où en sommes-nous au Québec ?
Féminisme en ménopause ?
Ce n’est pas la France des NOBELS !
Écarter d’excellentes candidates en médecine ? Inadmissible !
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
La question des privilèges - Le réalisateur Patric Jean répond à des critiques
Lettre à Patric Jean, réalisateur de "La domination masculine", et à bien d’autres...
Une grande féministe, Laurette Chrétien-Sloan, décédée en décembre 2009
Le travail, tant qu’il nous plaira !
Comme une odeur de misogynie
La patineuse
Invasion du sexisme dans un lycée public
Magazines, anorgasmie et autres dysfonctions
"Toutes et tous ensemble pour les droits des femmes !"
Cent ans d’antiféminisme
MLF : "Antoinette Fouque a un petit côté sectaire"
Des femmes : Une histoire du MLF de 1968 à 2008
Qui est déconnectée ? Réponse à Nathalie Collard
Manifeste du rassemblement pancanadien des jeunes féministes
Pour une Charte des droits des femmes
Andy Srougi perd sa poursuite en diffamation
La lesbienne dans Le Deuxième Sexe
Le livre noir de la condition des femmes
La percée de la mouvance masculiniste en Occident
Procès du féminisme
Humanisme, pédocriminalité et résistance masculiniste
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Mise au point sur la suspension d’un article critiquant le livre du Dr Michel Dubec
Pour éviter de se noyer dans la (troisième) vague : réflexions sur l’histoire et l’actualité du féminisme radical
L’égalité des femmes au Québec, loin de la coupe aux lèvres !
Je suis féministe !
Écoféminisme et économie
Poursuite contre Barbara Legault et la revue "À Bâbord !" - Mise à jour
Biographie de Léo Thiers-Vidal
Vivement le temps de prendre son temps !
Séances d’information pour le projet d’une Politique d’égalité à la Ville de Montréal
Florence Montreynaud fait oeuvre d’amour et de mémoire
Magazines pour filles, changement de ton !
Un 30e anniversaire de la JIF sous la fronde conservatrice
L’égalité des femmes au Québec est-elle plus qu’une façade ?
Colloque sur Antigone
Prostitution et trafic sexuel - Dossier principal sur Sisyphe.org
Golf : "Gentlemen only, ladies forbidden" ?
Méchant ressac ou KIA raison ?
Dégénération de "Mes aïeux", un engouement questionnant
Les « Gender Studies », un gruyère confortable pour les universitaires
Réflexions "scientifiques" du haut du Mont Grey Lock
Madame, s’il vous plaît !
Annie Leclerc, philosophe
Des arguments de poids...
Pour hommes seulement
Andrea Dworkin ne croit pas que tout rapport sexuel hétéro est un viol
Peau d’Âme ou Beautés désespérées ?
Réflexions et questionnement d’une féministe en mutation
Mais pourquoi est-elle si méchante ?
Le concours « Les Jeudis Seins » s’inscrit dans le phénomène de l’hypersexualisation sociale
Aux femmes qui demandent - sans plus y croire - justice. Qu’elles vivent !
Jeux olympiques 2006 : félicitations, les filles !
7e Grève mondiale des femmes - Le Venezuela donne l’exemple
Évolution des droits des Québécoises et parcours d’une militante
2005, l’année de l’homme au Québec
Mes "problèmes de sexe" chez le garagiste !
Brèves considérations autour des représentations contemporaines du corps
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, NON à la décriminalisation de la prostitution
"Femmes, le pouvoir impossible", un livre de Marie-Joseph Bertini
L’AFEAS veut la représentation égalitaire à l’Assemblée nationale du Québec
Dis-moi, « le genre », ça veut dire quoi ?
Quand donc les hommes ont-ils renoncé à la parole ?
Déconstruction du discours masculiniste sur la violence
Les hommes vont mal. Ah bon ?
La face visible d’un nouveau patriarcat
Quelle alternative au patriarcat ?
Le projet de loi du gouvernement Raffarin "relatif à la lutte contre les propos discriminatoires à caractère sexiste et homophobe" est indéfendable
L’influence des groupes de pères séparés sur le droit de la famille en Australie
Victoires incomplètes, avenir incertain : les enjeux du féminisme québécois
Retrouver l’élan du féminisme
Le droit d’éliminer les filles dans l’oeuf ?
Le système patriarcal à la base des inégalités entre les sexes
Des nouvelles des masculinistes
Masculinisme et système de justice : du pleurnichage à l’intimidation
Nouvelle donne féministe : de la résistance à la conquête
Les masculinistes : s’ouvrir à leurs réalités et répondre à leurs besoins
Nouvelles Questions féministes : "À contresens de l’égalité"
S’assumer pour surmonter sa propre violence
Sisyphe, que de rochers il faudra encore rouler !
Coupables...et fières de l’être !
Un rapport de Condition féminine Canada démasque un discours qui nie les inégalités de genre
De la masculinité à l’anti-masculinisme : penser les rapports sociaux de sexe à partir d’une position sociale oppressive
Les courants de pensée féministe
Quelques commentaires sur la domination patriarcale
Chroniques plurielles des luttes féministes au Québec
Qu’il est difficile de partir !
Deux cents participantes au premier rassemblement québécois des jeunes féministes
Le féminisme : comprendre, agir, changer
Le féminisme, une fausse route ? Une lutte secondaire ?
À l’ombre du Vaaag : retour sur le Point G
L’identité masculine ne se construit pas contre l’autre
Les hommes et le féminisme : intégrer la pensée féministe
La misère au masculin
Le Nobel de la paix 2003 à la juriste iranienne Shirin Ebadi
Hommes en désarroi et déroutes de la raison
Le « complot » féministe
Christine de Pisan au coeur d’une querelle antiféministe avant la lettre
Masculinisme et suicide chez les hommes
Le féminisme, chèvre émissaire !
L’autonomie de la FFQ, véritable enjeu de l’élection à la présidence
Les défis du féminisme d’aujourd’hui
Les arguments du discours masculiniste
Nouvelle présidente à la FFQ : changement de cap ?
La stratégie masculiniste, une offensive contre le féminisme
Le discours masculiniste dans les forums de discussion







    « Pourquoi reste-t-il si difficile pour une femme au milieu de son existence de refaire sa vie ? », Monique Canto-Sperber, Revue « Esprit », n°273

Dans les couples, l’homme est souvent plus âgé que la femme. C’est le moins que l’on puisse dire. Parfaitement intégré dans les mœurs, jamais contesté, c’est un fait social que chacun peut observer. Mais n’étant pas aussi anodin que l’on croit, il mérite de s’y attarder un peu.

Si l’on met en parallèle deux parcours moyens, un masculin et un féminin, le décalage entre les deux apparaît avec netteté. On dirait en effet que les années ne s’y accumulent pas de la même manière, ni qu’elles ne pèsent du même poids dans les deux destinées, loin s’en faut. L’âge, tout comme l’apparence physique assortie, deux facteurs d’importance primordiale dans toute existence, semble déclencher sur les parcours des mécanismes sociaux radicalement différents selon qu’on est femme ou homme. Tout porte à croire, de plus, que les configurations réunissant des hommes mûrs au physique quelconque et des femmes jeunes et jolies sont solidement intériorisées tant ce type d’asymétrie nous est familière.

Á la question de savoir à quoi ces configurations empreintes de pratiques ancestrales doivent-elles leur extraordinaire persistance, il n’existe pas, sauf erreur, de réponses satisfaisantes à ce jour. Ni d’ailleurs de questions pertinentes posées. Malgré leur faculté de toucher d’innombrables individus dans leur chair et dans leur cœur, elles gardent leurs secrets. Cette asymétrie-là, pour omniprésente qu’elle soit tant dans la réalité quotidienne que dans tous les moyens d’expression possibles et imaginables, artistiques, littéraires, publici-taires ou autres, reste inexplorée.

Les petites annonces

Si, pour lancer mon sujet, et ceux qui le sous-tendent, j’évoque les petites annonces spécialisées, c’est en raison de leur caractère direct et, plus encore, leur forme écrite toute simple. Le phénomène sur lequel je cherche à attirer l’attention y est donc aisé-ment perceptible. Mais je tiens à souligner qu’elles n’occupent ici que la fonction très marginale d’entrée en matière ; je n’en ai pas trouvé de plus pertinente.

En voici donc une de ces annonces, semblable à des milliers d’autres, dont je ne citerai que le minimum nécessaire : « Homme, cinquantaine, cherche compagne maxi trente-cinq ans ». Ce type de proposition est d’une telle banalité que le lecteur pourrait se demander à quoi je veux en venir. En fait, telle qu’elle est formulée, l’annonce ne soulèverait ni surprise ni commentaires. Nul ne la trouverait étrange, excessive ou exceptionnelle. Réclamer une telle différence d’âge avec un tel aplomb, pourquoi pas ? À côté de la phrase citée, il est vrai, d’innombrables offres de rencontres expriment, sur ce point particulier, des attentes différentes. Comme, par exemple, celles qui recourent aux formules « âge en rapport », ou « âge équivalent ». Cependant, pour plus mesurées qu’elles soient sur ce point particulier, elles n’en sous-entendent pas moins un écart de quelques bonnes années entre les personnes concernées, l’homme devant être l’aîné de la femme. C’est l’usage, c’est la tradition.

C’est peu dire que parmi les critères de sélection énumérés par l’annonceur, l’âge occupe une place prépondérante. La manière dont tour à tour celui-ci est affiché, oublié, escamoté, suggéré ou circonscrit, les mots pour dire le sien propre, et, surtout, les mots et les chiffres pour préciser celui de qui l’on espère faire la connaissance - et plus, si affinités -, toutes ces choses en disent long sur le thème abordé ici. Si ce n’était pas le cas, si les annonces n’étaient pas aussi riches en nuances et sous-entendus, si les modalités de recherche de partenaire ne fonctionnaient pas comme des témoignages, je passerais plus vite aux propos suivants. Mais ces détails sont à mes yeux une mine de symptômes éclairants dans cette affaire.

Parmi eux, la prolifération d’annonces où l’âge souhaité de la future éventuelle compagne s’énonce sous forme de fourchette plus ou moins ouverte. Ainsi, tel quinquagénaire aspirant à entamer une nouvelle histoire amoureuse précise souhaiter rencontrer une « JF entre 25 et 40 ans ». Ce procédé est d’autant plus couramment utilisé que par le haut de la fourchette il permet à l’annonceur de dire sa volonté profonde tout en finesse, et, par le bas, un âge plus raisonnable qu’à la rigueur il serait prêt à accepter.

Curieusement, son âge à lui, l’âge du « capitaine » aurai-je envie de dire, tend à être entouré d’un flou artistique dès lors que c’est lui l’annonceur. Or tout le monde sait qu’il s’agit de la donnée person-nelle la plus essentielle pour chacun et pour tous, la seule indispensable puisqu’elle permet un étiquetage instantané de n’importe qui dans n’importe quel contexte. Aussi, rester muet sur ce point est le signe d’une réelle assurance, une certitude peu commune d’être dans son bon droit. Au cas où, au lieu de taire son âge ledit capitaine choisit de l’énoncer, il aura tout de même tendance à le faire de manière quelque peu évasive, comme s’il s’agissait d’un détail sans importance. De sorte que pour camoufler cette information prolifèrent les expressions du genre « la soixantaine », « d’aspect juvénile », ou encore, « homme d’âge mûr ». En contrepartie, l’âge de la future éventuelle élue se précise tantôt avec une rigueur extrême, tantôt à l’intérieur d’un minimum et d’un maximum, les deux façons de procéder témoignant de la place assignée à ces éléments tant pour l’un que pour l’autre. Ce contraste dans la rédaction - légèreté élégante sinon oublieuse d’une part, méticuleuse sévérité de l’autre - au prime abord dénué d’intérêt, n’est à mes yeux qu’un des signes annonceurs d’une longue série qui se cumulent.

Le fait significatif est que, sauf les authentiquement jeunes - auxquels s’ajouteraient, bien entendu, des cas particuliers -, les candidats mâles des « secondes noces » se détournent, autant que faire se peut, des femmes appartenant à leur propre génération. De sorte que, hormis les couples d’origine, dès la trentaine ou la quarantaine, les sentiers privés des deux sexes commencent tout doucement à s’éloigner les uns des autres. C’est là que les affaires amoureuses risquent de se corser, entraînant avec elles tout un pan de l’existence. Le fait que l’âge exigé par nombre de prétendants à de nouvelles relations tend à se situer dans une zone nettement inférieure aux leurs provoque pour beaucoup un sérieux tangage émotionnel suivi d’une lente dérive vers la solitude annoncée. Le tout se déclenchant par la radicale élimination d’une avalanche de candidates quelque peu dé-fraîchies.

Car, tant que les femmes sont indiscutablement jeunes - donc non encore affublées des tournures de mauvais aloi telles que « plutôt jeunes », « assez jeunes » ou « encore jeunes » - leurs dates de naissance sont couramment en harmonie avec celles de leurs petits amis, copains ou conjoints. Á moins que les préférences de quelques-unes n’aillent d’entrée de jeu aux figures de père tutélaire.

Tel est en effet le cas de bon nombre de jouvencelles passablement démunies sur le plan de ressources personnelles : fascinées des promesses d’une vie meilleure mais peu confiantes en leurs propres capacités pour y accéder, elles sont enclines à s’attacher à des hommes qui, à défaut d’avoir le double de leur âge, les précèdent nettement sur l’axe du temps. Á y réfléchir, ce penchant de nombreuses jeunes femmes pour les hommes bien plus âgés qu’elles-mêmes n’a rien de surprenant. Aussi longtemps que les bons revenus, les solides positions sociales comme les meilleures retraites restent, en gros, l’apanage des hommes, et, plus particulièrement, des hommes mûrs ou très mûrs, leur attrait s’explique aisément. Ajoutons à ces survivances de la prééminence masculine économique et politique les composants intellectuels et symboliques, l’aura de sagesse, d’autorité naturelle et de force tranquille dont depuis la nuit des temps l’imagerie traditionnelle aime les nimber.

Dans bien des cas, cependant, il est de nos jours permis aux « JF » des petites annonces d’avoir davantage confiance en leur avenir en tant qu’individus autonomes. Et ce, grâce à un bon niveau d’études ou expérience professionnelle valorisante, aujourd’hui à leur portée. C’est ce qui les met parfois en position de pouvoir croire en leurs propres potentialités pour se tailler une place au soleil au même titre que n’importe quel jeune homme possesseur de richesses personnelles similaires. Il y a fort à parier alors que les vestiges patriarcaux ayant perdu leur prégnance démesurée sur le choix du futur conjoint, ces jeunes personnes du beau sexe donneront préférence avec joie aux prétendants de leur propre classe d’âge. Comme dit l’adage : « Qui se ressemble s’assemble ». Or, qu’est-ce qui se ressemble plus que les gens appartenant à la même génération ?

Ce qui reviendrait à dire que, pour former une première union stable, jusqu’à environ la quarantaine, une bonne proportion des potentiels comptent un nombre d’années à peu près équivalent, deux ou trois ans de plus du côté masculin étant quasiment la règle. Mais puisqu’un tel écart ne tire pas à conséquence, on peut tenir cette règle, d’où qu’elle vienne, pour inoffensive. Au-delà, les choses changent..

Si le scénario archaïque « hommes vieillis, femmes jeunes » perdure, on peut difficilement mettre en doute qu’entre le calendrier fort serré des femmes, à chaque étape de leur vie, et celui, bien plus confortable, des hommes, il existe une asymétrie fondamentale. C’est peu dire que l’âge, donnée déterminante s’il en est pour chaque individu, pèse plus lourdement sur les destinées féminines. C’est peu dire que les femmes se sentent particulièrement fragilisées à cet égard. En effet, il ressort de mon champ d’observation personnelle comme de mes mini-enquêtes informelles que le désaccord des cadres temporels engendre dès la mi-vie, voire plus tôt, des perspectives d’avenir féminines et masculines - perspectives amoureuses ou affectives, pourrait-on dire - douloureusement divergentes.

Célébrités

De toute évidence, ce sont les personnalités d’une certaine notoriété qui remporteraient la palme à cet égard. On peut dire sans exagération que les chefs de file visibles de nos sociétés - ministres, hommes politiques, vedettes du spectacle, grandes signatures de la presse, chanteurs connus, directeurs d’entreprises prestigieuses, écrivains, comédiens et autres célébrités - ne convolent en secondes noces (ou en une autre forme de relation plus souple) qu’avec une jeune beauté pouvant être, à peu de chose près, leur fille. Sinon rien.

Que l’un des signes extérieurs de réussite des plus sûrs consiste, pour un homme d’âge passablement mûr, à se montrer avec une jeune et belle fiancée ne fait aucun doute. Non que ce soit la seule raison de son choix, évidemment. Selon toute probabilité il en tire des bénéfices sur divers registres plus intimes. Il n’en reste pas moins que l’image prévaut dans de nombreuses carrières. C’est pourquoi la classe dirigeante abonde d’hommes qui, ayant atteint un âge certain, mettent leur fierté virile, si ce n’est leur identité masculine, du moins en partie, dans l’apparence juvénile de leur compagne, avides qu’ils sont de surpasser leurs homologues sur tous les fronts. En évitant de se faire accompagner par une dame quelque peu flétrie comme eux-mêmes, le visage raviné et le corps épaissi à la manière des leurs, ni plus ni moins, indiscutablement ils gagnent des points. Exception est faite, cela va sans dire, des couples stables, probablement majoritaires, où la dame, compagne d’origine, demeure, en dépit de son image d’une fraîcheur discutable, la complice assumée sur la scène publique.

Or, appartenant aux sphères du pouvoir, de la célébrité, ou des deux, sans cesse sur le devant de la scène médiatique, les faits et gestes publics et privés de ces "people" sont guettés par des millions de quidams. Que cela plaise ou non, eux sont les donneurs de ton, les lanceurs de modes, les formateurs de l’opinion publique. Les plus infimes détails racontés au sujet de leurs va-et-vient quotidiens, les moindres événements privés les concernant ne suscitent-ils pas la plus vive curiosité ? Alors pourquoi pas l’irrépressible envie de les imiter ?

Pour l’heure, rien ne semble entamer la conviction générale selon laquelle aucune femme n’est trop jeune pour aucun homme. D’autant que cet ultime avatar de la société patriarcale est sous-tendu par un conditionnement sur tous les fronts et de tous les instants sans que l’on s’en rende compte. Curieusement, sa persistance ne fait guère l’objet d’investigations en profondeur. Pourtant, nullement anodin, ce scénario mène à de sérieuses déséquilibres tant sur le plan privé que collectif. La solitude, et, qui plus est, la vieillesse en solitaire ne constituent-elles pas nos ultimes terreurs ? Ne posent-elles pas des problèmes de plus en plus inquiétants à la société tout entière ? Il est d’autant plus étrange que dans notre culture pétrie de principes égalitaires cette excroissance d’un ordre ancestral reste un angle mort.

C’est à la tyrannie foncièrement inégalitaire de l’apparence physique qu’il faudrait probablement chercher des sources et des liens. Une évidence s’impose : notre regard demeure une quintessence de partialité. Il reste biaisé par essence et par éducation, résistant à toute érosion des croyances. Pour indulgent sinon aveugle qu’il se montre envers les « imperfections » physiques masculines, vis-à-vis des féminines il se révèle impitoyable. De sorte que les griffures des années, identiques tant en nature qu’en moments d’apparition chez les deux sexes - voyez les cheveux grisonnants, parmi bien d’autres - ne sont pas perçues de même manière, ni suivies d’effets similaires, tant s’en faut. Il en irait de même - autre territoire effleuré ici - de leur traitement artistique. Si c’est à travers ce seul prisme que l’on contemple peintures et sculptures, l’impression domine qu’à la féminité et à la masculinité les représentations des beaux arts ont toujours réservé un traitement contrasté : idéalisation des « vieux », enlaidissement, voire franc refus des « vieilles ».

Dans quelle logique s’inscrit, encore à l’heure actuelle, la « normalité » de cette situation inéquitable, en particulier au regard de ses conséquences ? Quelle place y occupe la nature, quelle place la culture ? La société reste muette, les chercheurs cherchent ailleurs. Trop occupées par leur devoir de plaire, si ce n’est leur atavique crainte de déplaire, les femmes elles-mêmes préfèrent ne pas encore poser trop de questions à ce sujet. Un jour, peut-être...

- Merci à l’auteure pour ce texte, qui est le chapitre 1 de son livre Elles sont jeunes...eux pas, par Auteurs Indépendants, collection "des sentiers", Paris, 2005, 129 pages.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 28 juin 2005


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Suzanne Kadar

L’auteure est écrivaine et traductrice. Elle a écrit Montaigne Consultant. Un humaniste dans l’entreprise, InterEditions, Paris, 1992, et Elles sont jeunes... eux pas,Auteurs Indépendants, collection “des sentiers”, Paris, 2005.



Plan-Liens Forum

  • il n y a pas que la jeunnesse
    (1/2) 12 juin 2006 , par

  • le choix des femmes
    (2/2) 5 juillet 2005 , par





  • il n y a pas que la jeunnesse
    12 juin 2006 , par   [retour au début des forums]

    je trouve ca ifficile a suivre cette idee de l homme qui veut une jeune compagne parlon de sexe l homme veillissant n est pas trop vaillant de ce cote une jeune femme doit ce passe de sexe avec un vieux meme 50 ans je suis marier a un et je me voit pas avec un plus vieux .nous les femmes ne perdons pas de cette vigueur ,meme le viagra n arrange pas les choses,ca ce couche de bonne heure moin d energie ect ...qu il se reveille et une femme de leur age cerrais mieux pour eux...de toute facon ca ne dure pas ces couples la ..exemple paul mc carney et plusieurs autres vedettes .....reveille vous le hommes vous aller finir vos vieux jours seuls

    le choix des femmes
    5 juillet 2005 , par   [retour au début des forums]

    Si votre analyse demeure juste à bien des égards, il y a toutefois un risque de généralisation et de simplification.

    Ainsi, voyons votre description des femmes attirées par des hommes plus âgés :
    "ces jouvencelles passablement démunies sur le plan de ressources personnelles : fascinées des promesses d’une vie meilleure mais peu confiantes en leurs propres capacités pour y accéder, elles sont enclines à s’attacher à des hommes qui, à défaut d’avoir le double de leur âge, les précèdent nettement sur l’axe du temps. Á y réfléchir, ce penchant de nombreuses jeunes femmes pour les hommes bien plus âgés qu’elles-mêmes n’a rien de surprenant. Aussi longtemps que les bons revenus, les solides positions sociales comme les meilleures retraites restent, en gros, l’apanage des hommes, et, plus particulièrement, des hommes mûrs ou très mûrs, leur attrait s’explique aisément. "

    Étant une "JF de 28 ans" et ayant moi-même, à plusieurs reprises été attirées par des hommes ayant 10-15-20-25 ans de plus que moi, je trouve cette description très condescendante et simpliste. Car ce n’est certes pas leur argent ou leur statut social qui m’intéressait (certains de ces hommes étaient pauvres) mais une attirance physique et une complicité intellectuelle que je ne pouvais pas avoir avec la majorité des jeunes de mon âge.

    Il y a plusieurs facteurs qui entrent en ligne de compte dans le choix d’un homme plus âgé, dont l’immaturité des gars du même âge et le manque de choix des femmes : quand on enlève les machos, les violents, les ado attardés (joueurs de jeux vidéo), les gars qui ne prennent pas soins d’eux physiquement, les gars qui cherchent leurs mères, les alcolos, il ne reste plus grand chose. Bien sûr, il y en a de beaux jeunes hommes intelligents et sains de mon âge, mais la compétition pour les séduire est féroce car nous sommes nombreuses à les rechercher. Alors moi, je préfère encore être avec un homme plus âgé qui possède les qualités humaines, intellectuelles et physiques que je recherche plutôt que de devoir me "contenter" d’un ti-gars, d’un machos, etc. juste parce qu’il a "mon âge".

    Le problème avec votre analyse est qu’elle ne prend pas cette dimension (le manque de choix d’hommes pour les femmes)en compte. Quand je sortais avec des hommes plus âgés, je remarquais un certain préjugé et un mépris de la part des femmes, particulièrement de femmes plus âgés et je trouvais que cela était de la discrimination. Car enfin, j’ai le droit de choisir un homme qui peut me rendre heureuse !!! Pourquoi devrais-je sortir avec un gars de mon âge que je ne trouve pas intéressant ? Pour faire plaisir aux autres femmes ? C’est ma vie, non ? Je trouve frustrant que l’on ait toujours tendance à considérer les femmes comme de pauvres victimes ou aliénées si facilement. Ce genre de préjugés existent chez les féministes aussi (je suis moi-même une féministe mais je crois que certaines d’entre nous simplifient). La société plaque des stéréotypes facilement.

    Prenons la situation inverse : une femme qui est avec un homme plus jeune. Peut-être direz-vous que la société l’acceptent mal. Mais sans doute plusieurs féministes appalaudiraient en disant que la femme qui a un amant ou petit ami plus jeune est une femme qui s’affirme, prend les devant, se fout de ce que les autres peuvent dire, etc. Alors que celle qui est avec l’homme plus âgé est passive, conditionnées, peu sûres d’elle, etc. N’est-ce pas deux poids deux mesures ? Pourtant, moi qui est souvent attirée par des hommes plus âgés, je suis attirée présentement par un gars de 18 ans (dix ans de moins que moi) et je suis toujours la même personne, je recherche toujours les mêmes qualités humaines, qu’ils soient plus vieux, plus jeunes ou du même âge.

    Je ne suis pas d’accord avec vous lorsque vous affirmez
    "qu’est-ce qui se ressemble plus que les gens appartenant à la même génération ?". L’âge pour moi n’est pas un critère premier. Pour moi, les qualités humaines, l’intelligence et le genre de beauté sont plus importants que l’âge. J’ai des amis de tout âge et je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas avoir des amoureux de tout âge (sauf des enfants et des vieillards). Et puis, il peut y avoir une exploration intéressante de la sexualité et de l’amour quand on est avec des gens d’âges différents. Et il n’y a pas de mal à ça. Pourquoi est-ce que tant de femmes veulent imposer leur vision d’un monde idéal qui serait composé uniquement de couples monogames du même âge. C’est une vision sans couleurs, non ?
    Je suis moi aussi contre les rapports de domination (contre la prostitution et l’exploitation sexuelle) mais je crois que certaines femmes (et hommes) mélangent tout. Laissez les femmes désirer et choisir le partenaire de leur choix et de leur goût !

    Bien sûr, l’auteur a raison de se questionner sur le fait que pour ces hommes plus âgés la jeunesse de la femme semble un critère premier. Je trouve cela également questionnable parce que pour moi, l’âge ne devrait pas être si important.
    D’ailleurs, je trouve cela dommage que les jeunes hommes soient si peu intéressés par les femmes plus âgés...Si les femmes plus âgées séduisaient les hommes plus jeunes, elles regarderaient moins de travers les jeunes femmes qui sont avec des hommes plus âgés.

    R.

    • > le choix des femmes
      6 juillet 2005 , par
        [retour au début des forums]
      Elles sont jeunes...eux pas

      Vous avez raison : la simplification et la généralisation est toujours là, en particulier après la lecture d’un seul chapitre d’un ouvrage, le premier sur seize. Dans les quinze suivants le sujet est moins simpliste et plus développé : j’abordais l’asymétrie "affective" frappante des destinées homme-femme sous un grand nombre d’angles, non sans les étayer avec des exemples. Résultat : les liens avec d’autres asymétries paternalistes, aujourd’hui dûment récusées, me semblent évidents.
      Mais ce n’est qu’une interrogation.

      Quant aux causes des choix et des prérogatives, elles seraient, là comme ailleurs, éminemment culturelles : nous avons, femmes et hommes, appris de très longue date à préférer telles choses à telles autres, puisque notre regard est conditionné en continu par tous les moyens d’expression. Les préjugés sont des deux côtés, c’est entendu.

      "Il y a plusieurs facteurs qui entrent en ligne de compte dans le choix d’un homme plus âgé", ditez-vous. Mais oui, bien sûr, pourquoi ne pas les examiner d’un peu plus près ? "La compétition pour les séduire est féroce", ditez-vous encore. Tout à fait, mais il y a de nombreuses raisons à cela, à tirer au clair également.
      Il en est de même de l’importance exorbitante donné à l’âge dans tous les domaines. Enfin presque ...

      Enfin, le manque de choix d’hommes pour les femmes, dimension que selon vous mon analyse ne prend pas en compte : non seulement je le prends en compte, en tous cas j’essaie, c’est même l’idée centrale de mon analyse.

      Si éventuellement vous avez l’intention de lire le reste de l’ouvrage, je serais très contente de pouvoir rediscuter avec vous.

      [Répondre à ce message]

    • > le choix des femmes
      10 juillet 2005 , par
        [retour au début des forums]

      - qu’est-ce qui se ressemble plus que les gens appartenant à la même génération ?.-

      Pas d’accord. Personnellement j’ai remarque qu’a l’age de 13/14 ans je trouvais les garcons du meme age idiots, agressifs, vicieux, coqs...
      Je ne pense pas qu’il faille etre de la meme generation pour se -ressembler-
      Les -vieux cons- ont ete d’abord des -jeunes cons-.
      La societe etant patriarcale, les hommes en vieillissant s’-enrichissent-. Les femmes au contraire s’-apauvrissent-.
      Il suffit en effet de voir les retraites des hommes et des femmes pour en etre convaincue.

      [Répondre à ce message]

      • > le choix des femmes
        15 juillet 2005 , par
          [retour au début des forums]

        Là est le paradoxe précisément. D’un côté, l’âge n’est-il pas tenu, à tort ou à raison, pour le trait le plus pertinent de quelqu’un ? N’est-il pas précisé en toutes circonstances ? N’est-ce pas la seule donnée considérée comme indispensable pour pouvoir se faire une idée de cette personne ?

        De l’autre côté, ce critère primordial n’en est pas moins écarté du revers de la main quand se font des couples à grande différence d’âge.

        En tous cas, ce n’est pas à l’âge de 13/14 ans que ces questions se posent...

        [Répondre à ce message]

    • > le choix des femmes
      25 juillet 2005 , par
        [retour au début des forums]

      Si, l’âge a de l’importance au niveau des expériences décallées à vivre.Je le vois actuellment avec l’expérience que j’ai avec une jeune femme de 20 ans alors que j’en ai 56. Je ne suis pas praticulièrement fier de cetee situation. Mais elle est.Elle est riche, je suis aisé. Elle a connu par sa mère mes expériences passées. Et, finalement, c’est ce qui l’intéresse. Avec ce goût secret de découvrir les possiblités d’un homme mûr, alors qu’elle croyait que le désir s’éteignait avec l’âge.

      [Répondre à ce message]

      • > le choix des femmes
        5 août 2005 , par
          [retour au début des forums]

        Vous ditez que vous n’êtes pas particulièrement fier des 36 ans de différence d’âge dans votre couple ; je suis bien contente de vous l’entendre dire. Bien sûr que l’âge a de l’importance au niveau des expériences de chacun ! Je dirais même que dans nos sociétés il en a à tous les niveaux, et de manière extraordinaire. C’est précisément là où je voulais en venir dans mon ouvrage. Reste ce paradoxe : le cadre temporel, pourtant primordial partout et toujours, n’a pas l’air de compter dans les échanges amoureux. Dans ce domaine l’homme n’a pas d’âge. Alors que la femme...

        [Répondre à ce message]

    • > le choix des femmes
      25 avril 2006 , par
        [retour au début des forums]

      Bravo !

      Tout à fait d’accord !

      l’amour n’a pas d’age,il a juste deux coeurs !!!

      [Répondre à ce message]

      • >Paris Match
        27 avril 2006 , par
          [retour au début des forums]

        Affiché dans toutes les vitrines,à chaque semaine, un des médias porte-parole du patriarcat, j’ai nommé Paris Match, matche les vieux shnoks riches et célèbres avec des jeunes filles/femmes qui sont toutes prêtes à abandonner carrière et avenir personnel pour "avoir un enfant" avec le merveilleux JOHNNY qui est rendu tellement laid que ça fait peur. C’est UN des moyens utilisés pour véhiculer ce message dans des millions de vitrines, dans le monde entier. Le vieux mâle blanc d’Amérique ou d’Europe (celui qui se croit tout permis, riche et|ou célèbre (mais pas nécessairement) peut se payer toutes les top modèles qu’il veut. C’est ça le patriarcat. D’ailleurs, les "tops" sont les cendrillons du monde actuel. Elles deviennent princesses à tour de bras (ou d’un autre organe) et sont le modèle le plus largement proposé. Le but de l’opération semble clairement de retourner les femmes à la maison.

        Et les hommes de 50 ans sont tellement laids en général, surtout tout nus ! beleive me !

        Heureusement que je suis une vielle féministe enragée méchante qui ne veut rien savoir du couple parce que je ferais partie de la foule de femmes de mon âge qui rêvent encore à un monde qui n’existe que dans l’imagination.

        [Répondre à ce message]

    • > le choix des femmes
      17 août 2006 , par
        [retour au début des forums]

      Bravo
      du courage,de la franchise, de la vérité
      bref : on n’aiume pas un âge, mais une personne

      [Répondre à ce message]

      • > le choix des femmes
        16 septembre 2006 , par
          [retour au début des forums]

        eh bien ! que dire après tout ça ?
        Que moi je suis une femme approchant la cinquantaine et que j’aime une jeune homme de trente ans. Et que cet amour est beau, qu’il est sain, qu’il est enrichissant. Et plus, pour vous faire sauter au plafond, je rajoute que je suis mariée avec un homme de ma génération, et que jamais avec lui, jamais je n’ai eu autant de complicité, autant d’affinité, autant d’amour que ce que j’ai trouvé chez cet homme. Nous nous aimons comme cela est impossible à dire. J’aime son coeur et son corps, il aime aussi mon coeur et mon corps. L’amour n’a pas d’âge. Seules les barrières conventionnelles que nous mettons dans les relations hommes-femmes, relicat de la vieille tradition judéo-chrétienne, se font barrière à tous ces amours si beaux qui ne demandent qu’à fleurir. Assez d’hypocrisie et de jalousie. Laissons les hommes et les femmes libres de leur choix, libres de leur amour.

        [Répondre à ce message]

        • > l’important c’est d’aimer
          27 novembre 2007 , par
            [retour au début des forums]

          Le plus important c’est d’aimer. Le regard des autres eh alors ! il a 20 ans de moins, nous ne vivons pas ensemble. Entre nous il y a de la passion, du sexe, mais aussi des moments difficiles, nous avons essayé déjà de cesser de nous voir, il revient toujours et moi j’en suis heureuse. Je sais que le jour viendra ou cette relation s’arrêtera et j’en souffrirais. pour le moment je profite au maximum, ce que je vis avec lui est intense cela ne m’étais j’amais arrivé. vive l’amour et au diable les préjugés

          [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2005
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin