| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






jeudi 2 mai 2013

La misogynie n’a pas sa place dans le féminisme
Trans et masculinistes tentent de faire annuler un congrès de féministes radicales

par UK Feminist






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Sexisme politique, sexe social
Révolution féministe : site féministe universaliste et laïc
Il faut abolir les prisons pour femmes
Le féminisme islamique est-il un pseudo-féminisme ?
Pour un féminisme pluriel
Cachez-moi ce vilain féminisme
Féminisme - Le Groupe des treize veut rencontrer la ministre à la Condition féminine Lise Thériault
Combattre le patriarcat pour la dignité des femmes et le salut du monde
Martine Desjardins parle du Sommet des femmes à Montréal
Banaliser la misogynie, c’est dangereux
Féminisme - Faut-il faire le jeu du "Diviser pour régner" ?
Je suis blanche et vous me le reprochez !
La pensée binaire du féminisme intersectionnel ne peut que mener à l’incohérence
Lutter contre la pauvreté des femmes et la violence des hommes envers elles
"Du pain et des roses" - Le 26 mai 1995, une grande aventure débutait
Portrait des Québécoises en 2015 - L’égalité ? Mon œil !
Je plaide pour un féminisme qui n’essaie pas de s’édulcorer
La Maison de Marthe, première récipiendaire du Prix PDF Québec
Ensemble, réussir la 4ième Marche Mondiale des Femmes ! Tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous resterons en marche !
Des "Déchaînées" aux genoux du patriarcat !
L’intervention féministe intersectionnelle – Troquer un idéal pour une idéologie trompeuse ?
Ce que révèle l’alliance de certains musulmans avec la droite réactionnaire
Au cœur de la division du mouvement féministe québécois : deux visions
Désaccord sur le virage de la Fédération des femmes du Québec
Féminisme islamique - Quand la confusion politique ne profite pas au féminisme
États généraux du féminisme - Des sujets importants écartés : "De qui ou de quoi avons-nous peur ?"
PDF Québec est lancé ! - Une voix pour les droits des femmes
États généraux et FFQ - Un féminisme accusateur source de dissension
Ignorer et défendre la domination masculine : le piège de l’intersectionnalité
Comment les hommes peuvent appuyer le féminisme
Le féminisme contemporain dans la culture porno : ni le playboy de papa, ni le féminisme de maman
Refuser d’être un homme. Pour en finir avec la virilité
Les micro-identités et le "libre choix" érigé en système menacent les luttes féministes
L’écriture équitable - La féminisation des textes est un acte politique
Réfutation de mensonges au sujet d’Andrea Dworkin
Une éducation féministe donne de meilleurs fils
"Rien n’a encore pu me détruire" : entretien avec Catharine A. MacKinnon
France - La mainmise des hommes sur le monde de la radio
États généraux sur le féminisme au Québec/FFQ - Des exclusions fondées sur des motifs idéologiques et des faussetés
Le mouvement des « droits des hommes », la CAFE et l’Université de Toronto
Mensonges patriarcaux - Le mouvement des « droits des hommes » et sa misogynie sur nos campus
Féministes, gare à la dépolitisation ! Les féminismes individualiste et postmoderne
"Les femmes de droite", une oeuvre magistrale d’Andrea Dworkin
"Je suis libre", une incantation magique censée nous libérer des structures oppressives
Trans, queers et libéraux font annuler une conférence féministe radicale à Londres
« Le féminisme ou la mort »
"Des paradis vraiment bizarres" - "Reflets dans un œil d’homme ", un essai de Nancy Huston
Quand les stéréotypes contrôlent nos sens
"Agentivité sexuelle" et appropriation des stratégies sexistes
Cessons de dire que les jeunes femmes ne s’identifient pas au féminisme !
Un grand moment de féminisme en milieu universitaire
Beauté fatale. Les nouveaux visages d’une aliénation féminine
Résistance au sexe en contexte hétérosexuel
La CHI - Un humour dégradant et complice de l’injustice sociale
"Heartbreak", une autobiographie d’Andrea Dworkin
Hockey, suicide et construction sociale de la masculinité
Polémique sur l’enseignement du genre dans les manuels scolaires en France
Le "Gender" à l’américaine - Un verbiage qui noie la réalité du pouvoir patriarcal
2011-2015 - Un plan d’action pour un Québec égalitaire
NousFemmes.org
L’égalité inachevée
Journée internationale des femmes 2011 - Briser le silence sur toutes les formes de sexisme
En France et ailleurs, 2010, une mauvaise année pour les femmes
Ce qu’est le féminisme radical
Polygamie - Le Comité de réflexion sur la situation des femmes immigrées et “racisées” appuie l’avis du CSF
Il y a trois ans, mon cher Léo...
La Fédération des femmes du Québec représente-t-elle toutes les femmes ?
Tout est rentable dans le corps des femmes... pour ceux qui l’exploitent
Incessante tyrannie
Comment le patriarcat et le capitalisme renforcent-ils conjointement l’oppression des femmes ?
Égalité ou différence ? Le féminisme face à ses divisions
Le "gender gap" dans les Technologies de l’information et de la communication
La Marche mondiale des femmes dix ans plus tard
Azilda Marchand : une Québécoise qui fut de tous les combats pour les femmes !
Les hommes proféministes : compagnons de route ou faux amis ?
Prostitution et voile intégral – Sisyphe censuré par le réseau féministe NetFemmes
Regard sur l’égalité entre les femmes et les hommes : où en sommes-nous au Québec ?
Féminisme en ménopause ?
Ce n’est pas la France des NOBELS !
Écarter d’excellentes candidates en médecine ? Inadmissible !
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
La question des privilèges - Le réalisateur Patric Jean répond à des critiques
Lettre à Patric Jean, réalisateur de "La domination masculine", et à bien d’autres...
Une grande féministe, Laurette Chrétien-Sloan, décédée en décembre 2009
Le travail, tant qu’il nous plaira !
Comme une odeur de misogynie
La patineuse
Invasion du sexisme dans un lycée public
Magazines, anorgasmie et autres dysfonctions
"Toutes et tous ensemble pour les droits des femmes !"
Cent ans d’antiféminisme
MLF : "Antoinette Fouque a un petit côté sectaire"
Des femmes : Une histoire du MLF de 1968 à 2008
Qui est déconnectée ? Réponse à Nathalie Collard
Manifeste du rassemblement pancanadien des jeunes féministes
Pour une Charte des droits des femmes
Andy Srougi perd sa poursuite en diffamation
La lesbienne dans Le Deuxième Sexe
Le livre noir de la condition des femmes
La percée de la mouvance masculiniste en Occident
Procès du féminisme
Humanisme, pédocriminalité et résistance masculiniste
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Mise au point sur la suspension d’un article critiquant le livre du Dr Michel Dubec
Pour éviter de se noyer dans la (troisième) vague : réflexions sur l’histoire et l’actualité du féminisme radical
L’égalité des femmes au Québec, loin de la coupe aux lèvres !
Je suis féministe !
Écoféminisme et économie
Poursuite contre Barbara Legault et la revue "À Bâbord !" - Mise à jour
Biographie de Léo Thiers-Vidal
Vivement le temps de prendre son temps !
Séances d’information pour le projet d’une Politique d’égalité à la Ville de Montréal
Florence Montreynaud fait oeuvre d’amour et de mémoire
Magazines pour filles, changement de ton !
Un 30e anniversaire de la JIF sous la fronde conservatrice
L’égalité des femmes au Québec est-elle plus qu’une façade ?
Colloque sur Antigone
Prostitution et trafic sexuel - Dossier principal sur Sisyphe.org
Golf : "Gentlemen only, ladies forbidden" ?
Méchant ressac ou KIA raison ?
Dégénération de "Mes aïeux", un engouement questionnant
Les « Gender Studies », un gruyère confortable pour les universitaires
Réflexions "scientifiques" du haut du Mont Grey Lock
Madame, s’il vous plaît !
Annie Leclerc, philosophe
Des arguments de poids...
Pour hommes seulement
Andrea Dworkin ne croit pas que tout rapport sexuel hétéro est un viol
Peau d’Âme ou Beautés désespérées ?
Réflexions et questionnement d’une féministe en mutation
Mais pourquoi est-elle si méchante ?
Le concours « Les Jeudis Seins » s’inscrit dans le phénomène de l’hypersexualisation sociale
Aux femmes qui demandent - sans plus y croire - justice. Qu’elles vivent !
Jeux olympiques 2006 : félicitations, les filles !
7e Grève mondiale des femmes - Le Venezuela donne l’exemple
Évolution des droits des Québécoises et parcours d’une militante
2005, l’année de l’homme au Québec
Mes "problèmes de sexe" chez le garagiste !
Brèves considérations autour des représentations contemporaines du corps
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, NON à la décriminalisation de la prostitution
"Femmes, le pouvoir impossible", un livre de Marie-Joseph Bertini
L’AFEAS veut la représentation égalitaire à l’Assemblée nationale du Québec
Elles sont jeunes... eux pas
Dis-moi, « le genre », ça veut dire quoi ?
Quand donc les hommes ont-ils renoncé à la parole ?
Déconstruction du discours masculiniste sur la violence
Les hommes vont mal. Ah bon ?
La face visible d’un nouveau patriarcat
Quelle alternative au patriarcat ?
Le projet de loi du gouvernement Raffarin "relatif à la lutte contre les propos discriminatoires à caractère sexiste et homophobe" est indéfendable
L’influence des groupes de pères séparés sur le droit de la famille en Australie
Victoires incomplètes, avenir incertain : les enjeux du féminisme québécois
Retrouver l’élan du féminisme
Le droit d’éliminer les filles dans l’oeuf ?
Le système patriarcal à la base des inégalités entre les sexes
Des nouvelles des masculinistes
Masculinisme et système de justice : du pleurnichage à l’intimidation
Nouvelle donne féministe : de la résistance à la conquête
Les masculinistes : s’ouvrir à leurs réalités et répondre à leurs besoins
Nouvelles Questions féministes : "À contresens de l’égalité"
S’assumer pour surmonter sa propre violence
Sisyphe, que de rochers il faudra encore rouler !
Coupables...et fières de l’être !
Un rapport de Condition féminine Canada démasque un discours qui nie les inégalités de genre
De la masculinité à l’anti-masculinisme : penser les rapports sociaux de sexe à partir d’une position sociale oppressive
Les courants de pensée féministe
Quelques commentaires sur la domination patriarcale
Chroniques plurielles des luttes féministes au Québec
Qu’il est difficile de partir !
Deux cents participantes au premier rassemblement québécois des jeunes féministes
Le féminisme : comprendre, agir, changer
Le féminisme, une fausse route ? Une lutte secondaire ?
À l’ombre du Vaaag : retour sur le Point G
L’identité masculine ne se construit pas contre l’autre
Les hommes et le féminisme : intégrer la pensée féministe
La misère au masculin
Le Nobel de la paix 2003 à la juriste iranienne Shirin Ebadi
Hommes en désarroi et déroutes de la raison
Le « complot » féministe
Christine de Pisan au coeur d’une querelle antiféministe avant la lettre
Masculinisme et suicide chez les hommes
Le féminisme, chèvre émissaire !
L’autonomie de la FFQ, véritable enjeu de l’élection à la présidence
Les défis du féminisme d’aujourd’hui
Les arguments du discours masculiniste
Nouvelle présidente à la FFQ : changement de cap ?
La stratégie masculiniste, une offensive contre le féminisme
Le discours masculiniste dans les forums de discussion







Lauren Rankin est « une étudiante de troisième cycle en « Women’s and Gender Studies à l’Université Rutgers ». Elle a récemment écrit un article d’opinion intitulé « La transphobie n’a pas sa place dans le féminisme » (1). Les arguments mis de l’avant n’apprendront rien de neuf aux féministes radicales (« fém rad »). Mais ce qui m’a étonnée, et m’a incitée à écrire ce commentaire, est le fait que Mme Rankin utilise une citation de Simone de Beauvoir à l’appui de son argument. Cette phrase sera familière à quiconque possède la connaissance la plus superficielle du féminisme :

« On ne naît pas femme, on le devient » (dans Le Deuxième Sexe.)

Si on lit le contexte dans lequel Simone de Beauvoir a formulé cette célèbre affirmation, il est clair qu’elle faisait allusion à la féminisation forcée des femmes. Elle disait que ce processus débute dès le jour de notre naissance. Elle notait que les femmes ne sont pas nées « féminines », mais que l’endoctrinement social nous impose cette identité ou, pour reprendre ses propres mots, « c’est l’ensemble de la civilisation qui élabore ce produit ». Elle ne disait pas, comme Mme Rankin semble sous-entendre, que « n’importe qui peut devenir une femme ». Non, il s’agit là d’une affirmation propre à Mme Rankin, et le fait d’utiliser une citation de de Beauvoir en 1949 à l’appui de son argument (bancal) est, au mieux naïf, et au pire malhonnête. Accordons à Mme Rankin le bénéfice du doute et tenons pour acquis que la diplômée d’études féministes et de genre de Rutgers n’a pas lu Beauvoir dans le cadre de ses cours.

Le problème avec les phrases lancées par Mme Rankin et d’autres féministes libérales, c’est qu’elles ne permettent aucune discussion. Si des féministes radicales disent considérer les femmes trans comme des hommes, elles sont immédiatement qualifiées de « sectaires » et toutes les voies de communication sont fermées. Le mot « bigotry » (fanatisme) est utilisé pas moins de 11 fois dans l’article relativement court de Mme Rankin et, dans chaque cas, il est utilisé pour décrire celles que Mme Rankin juge coupables de transphobie : les « fém rad » dont elle parle.

Regardons les autres termes utilisés pour décrire les féministes radicales : « acerbes », « agressives », « violentes ». Le mot « acerbe » suggère l’amertume, une insulte souvent utilisée par les hommes pour rabaisser les femmes qui osent dire ce qu’elles pensent. Mais j’ai encore plus de mal avec la prétention selon laquelle les féministes radicales sont « agressives » et « violentes ». Il n’est pas agressif de faire valoir qu’un mâle humain est de sexe masculin. Il n’est pas agressif d’exprimer un désir d’espaces réservés aux femmes. Et si Mme Rankin a des exemples précis de notre « violence », elle n’a offert aucun élément de preuve de cette allégation assez sérieuse.

On pourrait dire qu’il serait agressif de faire bruyamment campagne contre le droit d’un groupe marginalisé dans la société de tenir une conférence. On pourrait dire qu’il serait agressif de tenter d’empêcher des femmes de se réunir dans un espace réservé aux femmes où elles peuvent se sentir en sécurité et où elles peuvent être certaines que leurs voix seront entendues. On pourrait dire qu’il serait violent de menacer le personnel d’un centre où une telle conférence devait être tenue. Tout cela est arrivé (2), mais aucune de ces agressions et de ces violences n’a été perpétrée par des féministes radicales. Les parties responsables dans ces situations sont des militants trans (soit des personnes trans et d’autres personnes qui s’identifient comme féministes) et des masculinistes (partisans extrémistes des droits des hommes). Aucune de ces agressions et de ces violences n’est mentionnée par Mme Rankin. Et, fait révélateur, elle a omis de mentionner que la personne même qu’elle cite dans son article, Sophia Banks, est la première personne à avoir appelé les masculinistes à l’« aide ».

Le dernier paragraphe du texte de Mme Rankin vaut la peine d’être cité intégralement juste au cas où vous n’en avez pas saisi le sens à première lecture :

« Les femmes trans sont des femmes. Comment puis-je le savoir ? Parce qu’elles disent qu’elles sont des femmes. Parce qu’elles s’identifient comme femmes. Parce que votre expression de genre n’est pas dictée par le sexe avec lequel vous êtes né. Parce que moi, et bien d’autres féministes cisgenre, faisons confiance aux femmes trans quand elles disent qu’elles sont des femmes. Parce que les femmes sont des femmes, et c’est vraiment tout ce qu’il y a à en dire. » [C’est moi qui souligne.]

Avez-vous entendu cela ? Dès qu’un homme dit qu’il est une femme, il en est une. C’est tout. Aucune remise en question de cette affirmation n’est tolérée (ce serait du « sectarisme »). Contester un homme qui nous dit qu’il est une femme est être « transphobe ».

Oh, Mme Rankin... les hommes disent aux femmes quoi faire depuis le début des temps. Il n’y a pas très longtemps, les hommes disaient aux femmes que le cerveau féminin ne pouvait faire face à la responsabilité du vote. Plus récemment encore, les hommes disaient aux femmes que le cerveau féminin ne pouvait faire face à la responsabilité d’un prêt hypothécaire. Chaque jour, des hommes disent aux femmes ce qu’elles doivent porter et quelle apparence avoir et comment elles doivent se comporter. Chaque jour, les hommes disent aux femmes que leur rôle social est de répondre aux quatre volontés des hommes. Et maintenant, les femmes se font dire par (certains) hommes d’accepter sans conteste qu’ils sont, en fait, des femmes.

Certaines femmes font ce qu’on leur dit, comme c’est leur place en tant que sexe subordonné. D’autres femmes (les « fém rad ») choisissent de ne pas se laisser dire quoi faire par des hommes. Certaines femmes choisissent de ne pas se laisser faire la leçon. Certaines femmes tiennent tête aux hommes qui nous disent que nous ne pouvons pas nous réunir à moins qu’ils ne soient invités, certaines femmes luttent contre les hommes qui nous disent avoir un droit d’accès aux zones où des filles et des femmes peuvent se déshabiller, certaines femmes choisissent de ne pas se laisser dire quoi faire par des hommes.

Nous n’avons pas confiance aux hommes quand ils disent qu’ils sont des femmes (nos livres de biologie nous disent le contraire). Nous n’avons pas confiance aux hommes qui utilisent l’agression et la violence pour essayer de nous empêcher de nous réunir. Nous n’avons pas confiance aux hommes qui essaient de nous dire quoi faire ou comment penser ou comment nous comporter, car nous ne sommes pas les marionnettes des hommes. Tout homme qui veut notre confiance doit d’abord la gagner, et le fait de jouer les gros bras et de poser des exigences et de nous dire quoi faire aura certainement l’effet inverse. Tenir tête aux hommes n’est pas du sectarisme mais une démarche de préservation parce que les hommes sont des hommes et les femmes sont des femmes, et c’est vraiment tout ce qu’il y a à en dire.

1. Lien.
2. Lien.

©UK Feminist, avril 2013.

- Texte original : « Misogyny has no place in feminism », UK Feminist, sur son blog « For the liberation of women », 29 avril 2013.

Traduction : Martin Dufresne

- Lire aussi : Les micro-identités et le "libre choix" érigé en système menacent les luttes féministes

Mis en ligne sur Sisyphe, le 30 avril 2013


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

UK Feminist



Plan-Liens Forum

  • pas de misogynie tout court et du respect, c’est tout ce que l’on demande
    (1/4) 2 mai 2013 , par cégé

  • La misogynie n’a pas sa place dans le féminisme
    (2/4) 2 mai 2013 , par Crab2 Crab

  • La misogynie n’a pas sa place dans le féminisme
    (3/4) 1er mai 2013 , par Célia Guillemenot

    rép: Loulou
  • La misogynie n’a pas sa place dans le féminisme
    (4/4) 1er mai 2013 , par Kazoo

    rép: Virginia Pele
    rép: Kazoo




  • pas de misogynie tout court et du respect, c’est tout ce que l’on demande
    2 mai 2013 , par cégé   [retour au début des forums]

    Sans contester à personne de se qualifier, certains se qualifient féministes, d’aucuns de femmes, le droit leur en est là, cela ne métamorphose personne tout seul par l’effet du "Seint Esprit"...
    - Et je trouve un peu saumâtre d’être stigmatisée de, comment dites-vous ? "six", "cis ?" - Et en sous bois dans le lointain j’entends à mon égard sourdre comme un écho, un "taisez vous, vous ne savez pas, vous ne savez rien !"
    - Injonction, assignation, salmigondis entre sexe et genre, genre en sexe, sexe en genre, quelle est cette nouvelle tresse ?
    - Dénié à une femme de savoir ce qu’est son propre sexe, pour sûr, nous sommes toutes des gourdes, nous les cruches ignorantes, les aliénées incapables de penser, de nous penser nous mêmes ? La construction sociale pour information générale ne vient pas ex nihilo mais bien sur le sexe biologique. Alors on commence par respecter les personnes qui ne nagent pas dans le doute. Ce serait bien aimable-
    - Des femmes du moment qu’elle ne se plient pas à la parole des homo sapiens sapiens nés de sexe masculin sont à jeter aux crocodiles ? Tiens, cela me rappelle une bien vieille rengaine...
    Prophétiser et "anathémiser" des femmes qui rebellent à des thèses et théories d’hommes, et de quel droit ? Quelle est donc cette nouvelle religion, une secte en développement ?

    La misogynie n’a pas sa place dans le féminisme
    2 mai 2013 , par Crab2 Crab   [retour au début des forums]

    Ma contribution :
    http://laicite.over-blog.com/article-la-cause-des-femmes-108465582.html

    La misogynie n’a pas sa place dans le féminisme
    1er mai 2013 , par Célia Guillemenot   [retour au début des forums]

    Cis-sexisme : est la croyance que la cissexualité est une identité sexuelle supérieure. ( c’est un peu comme l’hétérosexisme, qui est la croyance que l’hétérosexualité c’est mieux. Actuellement, la transexualité est considéré comme une maladie mentale dans le DSM, au même titre que l’étais l’homosexualité il y a quelque année) La cissexualité est le fait d’être né dans un corps qui CORRESPOND à son identité de genre d’homme ou de femme. Les femmes cissexuelles (comme moi !) sont donc celles qui sont nées avec un vagin, tout en ayant une identité de femme et les hommes cissexuels sont ceux qui sont nés avec un pénis tout en ayant une identité d’homme. En fait, pour être clair, quelqu’unE qui a des propos macho est sexiste, tout comme quelqu’unE qui a des propos exonophobe est raciste, quelqu’unE qui a des propos homophobe/lesbophobe/biphobe est hétérosexiste, une personne qui a des propos transphobe est cis-sexisme.
    Transmisogynie : Phénomène très paradoxale. Il s’agit de l’intersectionalité entre la transphobie et la misogynie. La transphobie pourrais être caractérisé entre-autre par la négation de son genre vécue (une femme trans reste un homme). De l’autre côté la misogynie, c’est l’infériorisation des femmes et de tous ce qui est considéré comme féminin. Ainsi, d’une façon très simplifié la transmisogynie c’est « à la fois être considérée comme plus ou moins une femme — et infériorisée pour ça — et, paradoxalement, comme pas vraiment une vraie femme. » http://pink.reveries.info/post/2009/07/30/Transgirls-VS-feminisme (Consulté il y a trois semaine pour mon atelier sur les violences vécues par les femmes cis ou trans et lesbienne ou bisexuelle)
    Nous savons qu’une femme trans est une femme puisqu’elle subit, le sexisme, le machisme et le patriarcat comme les autres femmes avec quelque spécificité propre aux femmes trans. Elles ne bénéficient pas des privilèges d’hommes, elles ne puissent être comprissent comme des hommes. Tout comme les lesbiennes subissent la lesbophobie que les femmes hétérosexuelles ne subissent pas, les femmes trans subissent des oppressions spécifiques à elle que les femmes cis ne subissent pas. Toutefois, en tant que féministe, je suis solidaire à toutes les femmes, toute les oppressions sont relié, juxtaposé, et il est essentiel pour la lutte féministe de penser les intersectionalités et de prendre en compte les domaines où nous sommes en position de domination.
    « Il n’est pas agressif de faire valoir qu’un mâle humain est de sexe masculin. » Non, mais c’est violent de prétendre qu’il faut absolument un vagin pour être une femme (ou un pénis pour être un homme), c’est violent de prétendre qu’une femme trans ayant toujours un pénis (qu’importe les raisons) est un homme (ou un homme trans ayant toujours un vagin ou des seins est une femme).
    « Nous n’avons pas confiance aux hommes quand ils disent qu’ils sont des femmes (nos livres de biologie nous disent le contraire). » Sans commentaire, avoir un pénis est un sexe et non un genre !
    Tout comme le genre est un construit social, le sexe et le désir le sont également. C’est le système hétérosocial qui les met en place et maintient ainsi le patriarcat.
    Qui plus est, je n’ai jamais vu aucun homme dire qu’il était une femme où vouloir devenir une femme. Ils sont beaucoup trop privilégiés dans notre société pour vouloir le contraire. Mais, j’ai vu plusieurs femmes trans se faire dire qu’elles étaient des hommes et c’est problématique. Ceci dit, c’est d’autant plus problématique venant des féministes radicales puisqu’elle contribue ainsi au maintien du système hétéropatriarcal qu’elles prétendent vouloir détruire.
    « Il n’est pas agressif d’exprimer un désir d’espaces réservés aux femmes. » Non, bien sur ! Mais tous comme un espace réservé aux femmes qui refuserais les femmes de couleur serais raciste, tout comme un espace réservé aux femmes qui refuserais les femmes lesbienne serais hétérosexiste, un espace réservé aux femmes qui refuse les femme trans est cis-sexiste/transphobe. Si les femmes cis veulent se réunir entre femme cis ce qui est absolument correcte si c’est mieux pour le but qu’elles veulent atteindre. (Ex, parler de menstruation) qu’elle le précise ainsi : ‘’espace non-mixte pour femme cis seulement.’’ Ainsi, elles ne font violence à personne en refusant des femmes à la porte. Évidemment, trop peu encore sont les milieux qui pensent à préciser, définir leur non-mixité. Espérons que les choses changent avec le temps.

    • La misogynie n’a pas sa place dans le féminisme
      3 mai 2013 , par Loulou
        [retour au début des forums]

      Madame "cis" : libre à vous-même de vous qualifier de la sorte ou de n’importe quelle manière, ou de vous coller une étiquette sur le front ou même de vous tatouer un code-barre, que sais-je encore. Ne tentez pas, ne cherchez même pas à imaginer pendant une seule seconde pouvoir l’imposer à quiconque, en ce compris à des femmes qui - pour des raisons qui les regardent entièrement et qui ne vous appartiennent pas - estiment avoir des intérêts communs à partager et souhaitent se rassembler entre elles politiquement et pacifiquement, comme c’est leur droit le plus strict. La liberté de réunion politique est un droit humain fondamental et non une obligation d’y accepter tout autrui, quel qu’en soit le motif. Je considère que certaines leçons historiques devraient d’ailleurs vous inciter à plus de prudence … Votre démonstration corrobore étrangement que l’idéologie queer se profile comme un ordre totalitaire. Pour ce qui est de la distinction sexe/genre, je vous renvoie à l’exposé qui a été fait par une autre commentatrice. Enfin, vous osez accuser les féministes radicales de "violence" sous un déballage mélo-sentimental d’ordre purement subjectif et de "maintenir un système hétéropatriacal" … pour finir par leur enjoindre de se réunir entre femmes au but approprié selon vous à atteindre, comme "par exemple parler de menstruations" ? Il faut avoir un sacré mépris des femmes dont vous affirmez faire partie, Madame "cis", sinon un sacré fond de haine pour vouloir de façon aussi malveillante réduire leur projet, leur intelligence à leurs organes et les assigner à organiser des réunions "tampax et serviettes hygiéniques" comme des réunions tupperware. Belle leçon de sexisme et d’essentialisme. Bien à vous sur ce chemin de respect en premier de vous-même, ensuite des autres et de paix.

      [Répondre à ce message]

    La misogynie n’a pas sa place dans le féminisme
    1er mai 2013 , par Kazoo   [retour au début des forums]

    Dans tous les cas, votre transphobie ne vous honore pas.

    • La misogynie n’a pas sa place dans le féminisme
      2 mai 2013 , par Virginia Pele
        [retour au début des forums]

      Il y a dans votre commentaire des points qui méritent attention. D’une part, la distinction inopérante entre sexe et genre, qui conduit aux confusions que vous énoncez, et ensuite, une minoration-conséquence immédiate du premier point- de la suprématie masculine.
      La distinction entre sexe/genre est inopérante étant donné que c’est le sexe qui porte toute les implications politiques induite par l’organisation politique en place : la phallocratie. Dès lors, homme/femme n’est pas une identité genrée, mais tous deux constituent des catégories politiques, caractérisées par des fonctions. En l’occurrence, les femmes sont subordonnées aux hommes. Distinguer le sexe du genre, revient à faire une distinction entre nature et culture. Et pour cause, c’est une différence-intellectuelle seulement- établit de sorte à réduire la phallocratie à un système normatif. A partir de là, l’analyse postmoderne largement inspirée de Foucault, dépolitise la question de la domination masculine pour en faire une simple question d’appréciation subjective. Selon Foucault, il n’y a aucune alternative possible à part une subversion des normes. Or la sub-version des normes n’est qu’une réitération de ces normes. Un nihilisme qui procède, par définition, à un inversement de valeurs, mais qui réifie sans cesse le genre : multiplier le genre, c’est multiplier les manifestations de la domination masculine.
      Par suite, le transgenrisme obéit à cette logique, et s’avère être le moyen propre à la phallocratie postmoderne pour prendre possession du corps des femmes.
      je ne vous rappelle pas la littérature postmoderne concernant le ’matricide’, initié-entre autres- par Jean-François Lyotard. La postmodernité impliquant la "dématérialisation", la "dérealisation", il est aisé de partir de la conception masculine traditionnelle du corps des femmes comme impropres et défectueux, à la conception postmoderne qui prône sa disparition. C’est la "matière", le corps, les conditions matérielles qui sont marginalisé-e-s, au profit d’une techno-science asservissant le corps des femmes aux hommes. Le transgenrisme participe de cette phallocratie technocrate et abstraite.
      Une fois la relativité de la matière établit ; l’homme- dans la continuité d’une tradition masculine voulant asservir la nature- s’en fait maître. Il prend possession du corps des femmes en mutilsant son propre corps, pour ensuite "donner naissance" (image utilisée par Lyotard) à LA femme. Il y a donc une double implication ici : non seulement on réaffirme la catégorie femme telle qu’elle a été constituée par l’organisation phallocrate, mais plus encore, on la réitère, on la re-nouvelle. D’où le terme très discutable de ’CIS’ : les hommes ont tout intérêt à réduire le patriarcat à un système normatif, de cette manière, ils négligent les rapports de domination, le corps des femmes : honteux et défectueux, et on retrouve une forme sécularisée des dictats religieux : la femme est pècheresse " a shrine of sin’, responsables de tous les malheurs du monde (des hommes), seule capable de donner la vie, l’homme doit s’en emparer pour annihiler l’intellect, la créativité politique des femmes et tuer leurs corps pour le faire émerger par le signifiant : le phallus. Kristeva décrit bien ce processus (qu’elle soutient) : " For man and woman the loss of the mother is a biological necessity, the first step on the way of becoming autonomous. Matricide is our vital necessity, the sine-qua-non of our individuation, privided that it takes place Under optimal circumstances and can be eroticized". A travers cet extrait de la psychanalyste, on voit à quel point c’est la négation du corps des femmes, encore une fois, mâles défectueux, qui est la condition de tout existence androcentrée. On comprend dès lors où tend ce subjectivisme qui n’a aucune tangibilité matérielle, et qui par conséquent, ne change rien aux structures patriarcales. Au contraire, elles s’élargissent.Si je puis reprendre l’expression de Somer Brodribb " The death of woman is the ticket to masculine redemption and résurrections", in ’Nothing ma(t)ters’. N’oublions pas que la postmodernité est la sacralisation de la mort, la perte de sens, qui a non seulement des répercussions politiques : pluralité consensuelle qui légitime la domination, et le droit du plus fort, sans compter l’irresponsabilité narcissique, mais aussi physique : on tue les femmes dans les textes, dans leurs corps, elles doivent soit disparaître, soit être les victimes de diffamation, de lynchage de la part de vos amis queers, pour ne pas se plier aux exigences du Maître, hommes : vicitmes universelles, dont le phallus, symbole de la mort, doit prévaloir. Pendant ce temps, c’est la légitimation postmoderne des féminicides qui est dirigée.
      Vous comprendrez alors qu’il ne s’agit pas tellement de débattre du sentiment des personnes transexuelles, mais des fondements idéologiques du transgenrisme, indéniablement phallocentré. La perte de sens, la fin du politique bénéficie aux hommes. Parler de trans*mysoginie ne rime à rien. Premièrement les hommes subissent des mutilations chirurgicales pour prendre possession du corps des femmes, ils connaissent les implications politiques, les femmes nées femmes n’ont pas forcément le luxe, ni l’envie de dépenser une fortune pour changer de sexe, sacré phallus, phallus sacré, pour bénéficier des privilèges masculins. Par conséquent, le transgenrisme, encore une fois, est une légitimation des catégories sexuées induit par le patriarcat. Qu’est-ce que c’est se sentir femme ? Là encore, un stigmat patriarcal essentialisant. Le transgenrisme sous-tendu par le postmodernisme est donc en lui-même androcentré, mysogine, oserais-je dire gynophobe puisqu’apparemment, toute critique relève de la ’haine’ n’est-ce pas ?
      Chère madame, si vos amis queers soutiennent l’allégeance que vous leur prêtez, vous n’êtes en rien privilégiée, vous n’êtes pas ’cissexuelle’ parce que vous pouvez porter des talons hauts.
      Enfin, confisquer l’espace politique à des femmes qui se trouvent avoir un vagin, et qui apparemment, devraient en avoir honte, se sentir bien mal par rapport aux transgenres-car être sujettes aux viols, aux violences phallocrates, à l’objectification, à la déshumanisation est un privilège indéniable- révèle le caractère patriarcaliste de la théorie queer : il individualise pour faire passer les intérêts de classe des hommes, en crise existentielle, et dont les femmes devraient les premières pâtir. Voilà donc le véritable enjeux : l’accès des femmes à l’espace politique, non privatisé par les hommes, représente un réel danger pour les évangélistes genristes ou gender dévots : si elles s’emparent du pouvoir politique, si elles font sens, c’est toute l’idéologie postmoderne qui s’effondre, et par là-même, la suprématie masculine perd son effectivité. Je terminerai encore par Somer Brodribb, qui résume bien tout ceci : " These theories of gender and ’sexualities’ construct psychoanalyzed bodies without sexes. Yet power is based on sex, not gender. Without reference to sexual politics, theories of sexuality are ideological and metaphysical". http://beyourownwomon.wordpress.com/2012/07/31/le-genre-tombeau-des-femmes-mort-du-feminisme/

      [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2013
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin