| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






mardi 23 avril 2013

Une éducation féministe donne de meilleurs fils

par Silvana Mazzocchi, La Repubblica






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Lorraine Pagé trace un tableau de la situation des femmes dans le monde
Sexisme politique, sexe social
Révolution féministe : site féministe universaliste et laïc
Il faut abolir les prisons pour femmes
Le féminisme islamique est-il un pseudo-féminisme ?
Pour un féminisme pluriel
Cachez-moi ce vilain féminisme
Féminisme - Le Groupe des treize veut rencontrer la ministre à la Condition féminine Lise Thériault
Combattre le patriarcat pour la dignité des femmes et le salut du monde
Martine Desjardins parle du Sommet des femmes à Montréal
Banaliser la misogynie, c’est dangereux
Féminisme - Faut-il faire le jeu du "Diviser pour régner" ?
Je suis blanche et vous me le reprochez !
La pensée binaire du féminisme intersectionnel ne peut que mener à l’incohérence
Lutter contre la pauvreté des femmes et la violence des hommes envers elles
"Du pain et des roses" - Le 26 mai 1995, une grande aventure débutait
Portrait des Québécoises en 2015 - L’égalité ? Mon œil !
Je plaide pour un féminisme qui n’essaie pas de s’édulcorer
La Maison de Marthe, première récipiendaire du Prix PDF Québec
Ensemble, réussir la 4ième Marche Mondiale des Femmes ! Tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous resterons en marche !
Des "Déchaînées" aux genoux du patriarcat !
L’intervention féministe intersectionnelle – Troquer un idéal pour une idéologie trompeuse ?
Ce que révèle l’alliance de certains musulmans avec la droite réactionnaire
Au cœur de la division du mouvement féministe québécois : deux visions
Désaccord sur le virage de la Fédération des femmes du Québec
Féminisme islamique - Quand la confusion politique ne profite pas au féminisme
États généraux du féminisme - Des sujets importants écartés : "De qui ou de quoi avons-nous peur ?"
PDF Québec est lancé ! - Une voix pour les droits des femmes
États généraux et FFQ - Un féminisme accusateur source de dissension
Ignorer et défendre la domination masculine : le piège de l’intersectionnalité
Comment les hommes peuvent appuyer le féminisme
Le féminisme contemporain dans la culture porno : ni le playboy de papa, ni le féminisme de maman
Refuser d’être un homme. Pour en finir avec la virilité
Les micro-identités et le "libre choix" érigé en système menacent les luttes féministes
La misogynie n’a pas sa place dans le féminisme
L’écriture équitable - La féminisation des textes est un acte politique
Réfutation de mensonges au sujet d’Andrea Dworkin
"Rien n’a encore pu me détruire" : entretien avec Catharine A. MacKinnon
France - La mainmise des hommes sur le monde de la radio
États généraux sur le féminisme au Québec/FFQ - Des exclusions fondées sur des motifs idéologiques et des faussetés
Le mouvement des « droits des hommes », la CAFE et l’Université de Toronto
Mensonges patriarcaux - Le mouvement des « droits des hommes » et sa misogynie sur nos campus
Féministes, gare à la dépolitisation ! Les féminismes individualiste et postmoderne
"Les femmes de droite", une oeuvre magistrale d’Andrea Dworkin
"Je suis libre", une incantation magique censée nous libérer des structures oppressives
Trans, queers et libéraux font annuler une conférence féministe radicale à Londres
« Le féminisme ou la mort »
"Des paradis vraiment bizarres" - "Reflets dans un œil d’homme ", un essai de Nancy Huston
Quand les stéréotypes contrôlent nos sens
"Agentivité sexuelle" et appropriation des stratégies sexistes
Cessons de dire que les jeunes femmes ne s’identifient pas au féminisme !
Un grand moment de féminisme en milieu universitaire
Beauté fatale. Les nouveaux visages d’une aliénation féminine
Résistance au sexe en contexte hétérosexuel
La CHI - Un humour dégradant et complice de l’injustice sociale
"Heartbreak", une autobiographie d’Andrea Dworkin
Hockey, suicide et construction sociale de la masculinité
Polémique sur l’enseignement du genre dans les manuels scolaires en France
Le "Gender" à l’américaine - Un verbiage qui noie la réalité du pouvoir patriarcal
2011-2015 - Un plan d’action pour un Québec égalitaire
NousFemmes.org
L’égalité inachevée
Journée internationale des femmes 2011 - Briser le silence sur toutes les formes de sexisme
En France et ailleurs, 2010, une mauvaise année pour les femmes
Ce qu’est le féminisme radical
Polygamie - Le Comité de réflexion sur la situation des femmes immigrées et “racisées” appuie l’avis du CSF
Il y a trois ans, mon cher Léo...
La Fédération des femmes du Québec représente-t-elle toutes les femmes ?
Tout est rentable dans le corps des femmes... pour ceux qui l’exploitent
Incessante tyrannie
Comment le patriarcat et le capitalisme renforcent-ils conjointement l’oppression des femmes ?
Égalité ou différence ? Le féminisme face à ses divisions
Le "gender gap" dans les Technologies de l’information et de la communication
La Marche mondiale des femmes dix ans plus tard
Azilda Marchand : une Québécoise qui fut de tous les combats pour les femmes !
Les hommes proféministes : compagnons de route ou faux amis ?
Prostitution et voile intégral – Sisyphe censuré par le réseau féministe NetFemmes
Regard sur l’égalité entre les femmes et les hommes : où en sommes-nous au Québec ?
Féminisme en ménopause ?
Ce n’est pas la France des NOBELS !
Écarter d’excellentes candidates en médecine ? Inadmissible !
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
La question des privilèges - Le réalisateur Patric Jean répond à des critiques
Lettre à Patric Jean, réalisateur de "La domination masculine", et à bien d’autres...
Une grande féministe, Laurette Chrétien-Sloan, décédée en décembre 2009
Le travail, tant qu’il nous plaira !
Comme une odeur de misogynie
La patineuse
Invasion du sexisme dans un lycée public
Magazines, anorgasmie et autres dysfonctions
"Toutes et tous ensemble pour les droits des femmes !"
Cent ans d’antiféminisme
MLF : "Antoinette Fouque a un petit côté sectaire"
Des femmes : Une histoire du MLF de 1968 à 2008
Qui est déconnectée ? Réponse à Nathalie Collard
Manifeste du rassemblement pancanadien des jeunes féministes
Pour une Charte des droits des femmes
Andy Srougi perd sa poursuite en diffamation
La lesbienne dans Le Deuxième Sexe
Le livre noir de la condition des femmes
La percée de la mouvance masculiniste en Occident
Procès du féminisme
Humanisme, pédocriminalité et résistance masculiniste
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Mise au point sur la suspension d’un article critiquant le livre du Dr Michel Dubec
Pour éviter de se noyer dans la (troisième) vague : réflexions sur l’histoire et l’actualité du féminisme radical
L’égalité des femmes au Québec, loin de la coupe aux lèvres !
Je suis féministe !
Écoféminisme et économie
Poursuite contre Barbara Legault et la revue "À Bâbord !" - Mise à jour
Biographie de Léo Thiers-Vidal
Vivement le temps de prendre son temps !
Séances d’information pour le projet d’une Politique d’égalité à la Ville de Montréal
Florence Montreynaud fait oeuvre d’amour et de mémoire
Magazines pour filles, changement de ton !
Un 30e anniversaire de la JIF sous la fronde conservatrice
L’égalité des femmes au Québec est-elle plus qu’une façade ?
Colloque sur Antigone
Prostitution et trafic sexuel - Dossier principal sur Sisyphe.org
Golf : "Gentlemen only, ladies forbidden" ?
Méchant ressac ou KIA raison ?
Dégénération de "Mes aïeux", un engouement questionnant
Les « Gender Studies », un gruyère confortable pour les universitaires
Réflexions "scientifiques" du haut du Mont Grey Lock
Madame, s’il vous plaît !
Annie Leclerc, philosophe
Des arguments de poids...
Pour hommes seulement
Andrea Dworkin ne croit pas que tout rapport sexuel hétéro est un viol
Peau d’Âme ou Beautés désespérées ?
Réflexions et questionnement d’une féministe en mutation
Mais pourquoi est-elle si méchante ?
Le concours « Les Jeudis Seins » s’inscrit dans le phénomène de l’hypersexualisation sociale
Aux femmes qui demandent - sans plus y croire - justice. Qu’elles vivent !
Jeux olympiques 2006 : félicitations, les filles !
7e Grève mondiale des femmes - Le Venezuela donne l’exemple
Évolution des droits des Québécoises et parcours d’une militante
2005, l’année de l’homme au Québec
Mes "problèmes de sexe" chez le garagiste !
Brèves considérations autour des représentations contemporaines du corps
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, NON à la décriminalisation de la prostitution
"Femmes, le pouvoir impossible", un livre de Marie-Joseph Bertini
L’AFEAS veut la représentation égalitaire à l’Assemblée nationale du Québec
Elles sont jeunes... eux pas
Dis-moi, « le genre », ça veut dire quoi ?
Quand donc les hommes ont-ils renoncé à la parole ?
Déconstruction du discours masculiniste sur la violence
Les hommes vont mal. Ah bon ?
La face visible d’un nouveau patriarcat
Quelle alternative au patriarcat ?
Le projet de loi du gouvernement Raffarin "relatif à la lutte contre les propos discriminatoires à caractère sexiste et homophobe" est indéfendable
L’influence des groupes de pères séparés sur le droit de la famille en Australie
Victoires incomplètes, avenir incertain : les enjeux du féminisme québécois
Retrouver l’élan du féminisme
Le droit d’éliminer les filles dans l’oeuf ?
Le système patriarcal à la base des inégalités entre les sexes
Des nouvelles des masculinistes
Masculinisme et système de justice : du pleurnichage à l’intimidation
Nouvelle donne féministe : de la résistance à la conquête
Les masculinistes : s’ouvrir à leurs réalités et répondre à leurs besoins
Nouvelles Questions féministes : "À contresens de l’égalité"
S’assumer pour surmonter sa propre violence
Sisyphe, que de rochers il faudra encore rouler !
Coupables...et fières de l’être !
Un rapport de Condition féminine Canada démasque un discours qui nie les inégalités de genre
De la masculinité à l’anti-masculinisme : penser les rapports sociaux de sexe à partir d’une position sociale oppressive
Les courants de pensée féministe
Quelques commentaires sur la domination patriarcale
Chroniques plurielles des luttes féministes au Québec
Qu’il est difficile de partir !
Deux cents participantes au premier rassemblement québécois des jeunes féministes
Le féminisme : comprendre, agir, changer
Le féminisme, une fausse route ? Une lutte secondaire ?
À l’ombre du Vaaag : retour sur le Point G
L’identité masculine ne se construit pas contre l’autre
Les hommes et le féminisme : intégrer la pensée féministe
La misère au masculin
Le Nobel de la paix 2003 à la juriste iranienne Shirin Ebadi
Hommes en désarroi et déroutes de la raison
Le « complot » féministe
Christine de Pisan au coeur d’une querelle antiféministe avant la lettre
Masculinisme et suicide chez les hommes
Le féminisme, chèvre émissaire !
L’autonomie de la FFQ, véritable enjeu de l’élection à la présidence
Les défis du féminisme d’aujourd’hui
Les arguments du discours masculiniste
Nouvelle présidente à la FFQ : changement de cap ?
La stratégie masculiniste, une offensive contre le féminisme
Le discours masculiniste dans les forums de discussion







Histoires et expériences des femmes qui ont transmis leurs valeurs à une génération qui ne comprend pas le père-roi et l’inégalité des sexes.

S’il est vrai que, derrière un homme violent, il y a souvent un père brutal, il est tout aussi clair qu’il y a encore trop de mères complices : ignorant peut-être les dommages d’un modèle archaïque mais enraciné, elles le justifient. C’est le modèle qui fait de l’homme (même en crise) un "roi" et de la femme une créature destinée à rester, même émancipée et plus "avancée", subordonnée à ses pairs, frères et mari.

Mais qu’advient-il lorsque des mères, qui se rappellent fièrement leur passé féministe, forment leurs enfants en contraste d’une société fortement patriarcale et les éduquent selon les principes et croyances qui ont alimenté la seule révolution réussie du XXe siècle ?

Une réponse, positive et qui donne des signaux d’espoir pour un avenir moins marqué par la brutalité de l’homme envers la femme, se trouve dans l’ouvrage Madri (femministe) e figli (maschi) (Mères) féministes et enfants (mâles) (XL Edizioni, Rome, 2013), signé par Patrizia Romito, professeure de psychologie sociale à l’Université de Trieste et auteure de nombreux essais sur des thèmes apparentés, et Catherine Grego, ex-membre de l’organisation "Telefono Rosa".

L’enquête rassemble des témoignages recueillis en Italie, en France et au Québec auprès de plusieurs protagonistes - mères et fils - qui ont accepté de partager leurs expériences avec les auteures. En émerge une impression de tendresse, de courage et d’engagement. Et ces valeurs que les femmes féministes ont voulu et su transmettre, conformément à cette conviction que « le personnel est politique », qui est restée dans leur mémoire et qu’elles n’ont jamais abandonnée. Et le plus important, les enfants disent que, dans l’équilibre entre ce qui est intégré des mères et ce qui est rejeté, ce qui ressort, ce sont de loin les aspects positifs de l’éducation reçue.

On a beaucoup parlé des hommes qui seraient en crise d’identité profonde à cause de la rapidité et de l’étendue de l’émancipation réalisée par les femmes. Et de du fait que les hommes (pas tous heureusement) refusent presque toujours d’admettre comment l’oppression et la violence peut accompagner la frustration résultant de la perte du rôle dominant. Un mouvement de ressac qui empêche de considérer la possibilité de redéfinir son identité, étape essentielle pour parvenir à un nouvel accord avec le sexe opposé. C’est dire à quel point est précieux ce livre qui présente en son centre l’expérience des femmes ayant éduqué leurs enfants suivant des principes simples mais précieux : la justice, le respect d’autrui, la liberté, l’égalité, la non-violence.

. Sylvana Mazzocchi : Patrizia Romito, de quoi bénéficie (en plus) un fils de mère féministe ?

« Tout d’abord, de l’image d’une femme qui se respecte et respecte les autres femmes, qui a un plan et un but qui transcende le quotidien, et qui veut un monde plus juste pour les femmes et pour les hommes. Beaucoup de jeunes répondants disent que d’avoir une mère féministe a permis de mieux comprendre les femmes, d’avoir confiance en elles et de choisir des compagnes fortes et indépendantes, même si certains se plaignent, en plaisantant, qu’ils ont perdu à l’adolescence certaines « bonnes occasions », étant incapables d’adopter cette « stratégie de drague » pratiquée par leurs pairs. La plupart d’entre eux savent comment reconnaître la discrimination contre les femmes, le sexisme et la misogynie, et les jugent inacceptables. Francis et Félix, les enfants de femmes qui ont fondé des centres antiviolence, en Italie et au Québec, sont conscients de la violence masculine contre les femmes et fiers de l’engagement et des actions de leur mère : Francis, 15 ans, voit pour cette raison sa mère comme un « héros ». Félix dit : « Mon éducation m’a rendu plus sensible à la violence contre les femmes ... grâce à elle, je vais avoir des relations plus égalitaires, plus harmonieuses avec ma partenaire. » Certaines des femmes interrogées disent avoir parfois été inquiètes de rendre leur enfant trop différent des modèles machistes dominants, mais c’est une préoccupation que ne reflètent pas nos entretiens avec les enfants. En effet, comme Charles dit : « Ma mère m’a donné plus qu’elle ne pense. »

. S.M. : La chronique nous montre comment derrière un homme violent, il y a souvent une mère complice…

« Derrière un homme, un garçon violent, il y a plus souvent un père violent, envers leurs enfants ou la femme ! Bref, il y a un enfant qui a "appris" la violence, en prenant le père comme modèle. Cela dit, nous devons reconnaître que beaucoup de mères sont solidaires des enfants quand ceux-ci expriment un comportement machiste, voire violent. Dans ce domaine, les mères n’échappent pas aux préjugés misogynes et sexistes partagés par une grande partie de la société. Qu’il suffise de rappeler le cas de la jeune fille violée par ses pairs à Montalto di Castro (petite ville dans le centre de l’Italie) : toute la communauté (y compris les mères de violeurs et le maire) ont minimisé le fait ("une farce") et s’est prononcée contre la victime. Il n’y a aucune raison de s’attendre à ce que les mères, en tant que telles, soient meilleures que le reste de la société, ou soient moins marquées par les préjugés. Mais peut-on s’attendre à ce que les femmes et les hommes féministes voient les choses différemment ? Par exemple, l’une des personnes interrogées, Caroline, parle de la peine d’amour de son fils quand une fille l’a quitté en disant : « Je l’ai invité à vivre sa douleur, en lui rappelant toutefois qu’il n’avait pas le droit de mettre de la pression sur cette fille, de la harceler ou la dénigrer. »

Un conseil à toutes les mères pour élever de "nouveaux" hommes ?
« Je ne veux pas donner des conseils ! Nous citons volontiers, cependant, ce que disent les femmes que nous avons interrogées. Annick, dans une période difficile pour son fils, s’est efforcée de maintenir le contact avec lui : « Je n’ai pas manqué une occasion de lui expliquer comment le machisme enferme les hommes et les femmes dans des catégories arbitraires. » Marie-Rose, qui vit en campagne, s’est engagée à éviter que ses enfants ne deviennent des « coqs irresponsables » et les interroge, parfois au grand étonnement des spectateurs, sur la responsabilité de l’homme dans la conception et la nécessité de l’accord profond de la femme dans une relation sexuelle. Toutes les femmes semblent communiquer aussi aux enfants, en mots et en actions, la nécessité d’être indépendants dans les soins personnels et dans la maison, et de savoir comment prendre en main tous les travaux ménagers.

Les enfants de Marie-Rose, qui sont à l’école primaire, préparent le déjeuner et accueillent parfois maman et papa avec un menu imprimé : « Ils ne s’attendent pas à ce que la mère (ou une femme) soit à leur entière disposition. » Cette prise en charge est partagée par son mari, selon qui le travail domestique peut être fait par chacun d’eux, tant au niveau de la préoccupation que de l’exercice. Florence enseigne à ses filles et fils les mêmes leçons sur les tâches domestiques, en tenant compte de leur âge. Chaque tâche est un droit, et Renaud, attentif aux promotions, est immensément fier quand, à trois ans, il peut débarrasser la table ! D’autre part Anne, quand elle se rend compte avec horreur que son fils adolescent s’attend à ce que sa mère soit "à son service", met en œuvre des stratégies déterminées comme de laisser la vaisselle sale dans sa chambre et refuser de préparer à manger "à la demande" (en dehors des heures prévues).
En résumé, il s’agit pour les femmes de s’aimer et de se respecter, et ne pas considérer l’homme -. le mari, le fils - comme un roi. »

- Patrizia Romito et Caterina Grego, Madri (femministe) e figli (maschi), XL Edizioni, Rome, Rome, 2013, 232 pages, € 15,90.

© Tous droits réservés : Silvana Mazzocchi

-  Article original, La Repubblica, 15 avril 2013.
- Traducteur : Martin Dufresne, révisé par Patrizia Romito

Mis en ligne sur Sisyphe, le 22 avril 2013


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Silvana Mazzocchi, La Repubblica



Plan-Liens Forum

  • Une éducation féministe donne de meilleurs fils
    (1/2) 3 mai 2013 , par alain

  • Une éducation féministe donne de meilleurs fils mais ne pas se tromper de bases féministes
    (2/2) 22 avril 2013 , par Annie

    rép: martin dufresne
    rép: martin dufresne
    rép: nemotyrannus




  • Une éducation féministe donne de meilleurs fils
    3 mai 2013 , par alain   [retour au début des forums]

    Bonjour

    je me permets de commenter cet article, puisque j’ai été éduqué par une femme féministe militante il y a déjà ...50 ans, dès ma naissance. Au menu, jouets de filles, travaux ménagers, discrimination de la femme et tout le kit. Je ne compte plus les heures de débat sur le féminisme, pendant que je jouais tranquillement dans mon coin à la poupée. Que garçons et filles puissent avoir les mêmes opportunités relèvent du bon sens, et que la société garantissent l’égalité de tous aussi, mais je me permets d’attirer votre attention sur des effets secondaires néfastes que vous pourriez regretter dans quelques années : mes 2 frères refusent de parler à leur mère depuis plus de 20 ans, quant à moi j’ai du faire un gros travail personnel, car chacun doit à savoir pardonner pour évoluer.

    Je vois 3 risques importants :

    1) A 15 ans, c’est bien beau de prôner l’égalité et d’être une fée du logis mais, croyez-moi ça ne fait pas rêver les filles. Si vous n’avez pas intégré dans votre éducation les codes sociaux de la séduction, vous n’avez plus aucun repère, vous collectionnez les râteaux, parce que incapable de comprendre ce qui se joue.

    2) Le plus grave et le plus malsain est d’amener un débat d’adultes auprès des enfants : la domination, le harcèlement , le viol, l’oppression de la femme... Pouvez-vous mesurer l’impact de ce discours sur un jeune enfant ? Certes cette discrimination positive valorise les filles mais détruit le respect et l’estime qu’un petit garçon peut avoir de lui-même. Comment va t’il pouvoir se respecter une fois devenu homme ?

    3) le titre "Une éducation féministe donne de meilleurs fils" m’a interpellé, car le but de l’éducation n’est pas de "produire" des fils... mais des hommes !

    Bien sûr chaque cas est particulier, ce n’est que ma modeste expérience et il me paraîtrait déplacé de la généraliser. A partir de là chacun fait comme bon lui semble, mais si vous voulez être privées du contact de vos fils, belles-filles et petits-enfants vous savez ce qu’il est possible de faire...

    Par ailleurs mes frères et moi-même sommes viscéralement anti-féministes, mais amoureux de l’égalité, quand elle rapproche les humains au lieu de les diviser.

    Une éducation féministe donne de meilleurs fils mais ne pas se tromper de bases féministes
    22 avril 2013 , par Annie   [retour au début des forums]

    "S’il est vrai que, derrière un homme violent, il y a souvent un père brutal, il est tout aussi clair qu’il y a encore trop de mères complices. Elles justifient un modèle archaïque mais encore bien enraciné, malgré des dommages qu’elles ignorent peut-être. "

    Mettre sur un même plan de responsabilité les coupables et leurs victimes est de la propagande masculiniste.

    Ce que les personnes extérieures nomment "complicité" des femmes est le moment où Madame cède à la violence, ce qui s’appelle être agressée et y rester. Ils ignorent consciencieusement l’ensemble des situations (y compris dans cette même situation) où Madame n’a pas cédé, a été brisée, mais a fait barrage. Et ces situations sont légion.

    De plus, la "complicité" est le plus souvent l’instrumentalisation par Monsieur de Madame. Comme Monsieur instrumentalise les enfants contre Madame. Comme Monsieur instrumentalise les voisins contre Madame.

    Enfin, parler de complicité quand le "complice" est dans la prison, c’est absurde. Les "complices" sont ceux qui sont à l’extérieur de la prison, loin du bourreau.
    C’est le voisin qui dans l’ascenseur dit sur le ton réprobateur "ah ben dis-donc, votre fille peut dormir avec tout ce bruit ?"
    c’est le gynéco qui voit les contusions sur le col de l’utérus et ne pose aucune question,
    c’est le médecin qui voit Madame se dégrader au plan psy depuis des années, et qui ne pose aucune question,
    c’est le banquier qui voit Monsieur faire pression sur Madame pour signer ou voit Monsieur liquider tous les comptes, y compris communs, et qui ne dit rien à Madame,
    c’est le gendarme qui a préféré déclasser la plainte en main courante,
    c’est le policier qui renvoie Madame car elle n’a pas de certificat médical (refus de plainte par ignorance de la loi),
    c’est celui qui a dit "ah ben si ma femme faisait ça, ça m’énerverait aussi" (sic),
    c’est l’avocat qui dit « bon restez chez vous car si vous partez, c’est un abandon de domicile conjugal" (mise en danger par ignorance de la loi),
    c’est le magistrat qui dit « Ah mais c’est son père quand même, vous ne voulez pas priver un fils de son père, hein ? » à la mère qui évoque de manière timide les propos de son enfants terrorisé par son père ....

    = Voilà les complices des agresseurs :
    ceux qui avaient LE POUVOIR de stopper les choses
    (ça veut dire en premier lieu les tenants du pouvoir policier, judiciaire, psy et médical, c’est à dire les hommes) et qui ne l’ont pas fait.

    Une victime n’est pas une complice, car elle n’avait pas le pouvoir de faire cesser les choses.

    Il existe une petite proportion de mères maltraitantes. Faire des amalgames entre cette mini frange avec les mères victimes de violences conjugales n’aide personne, ni les féministes à se mobiliser, ni les victimes à ne plus se détester, et rester figer dans leur culpabilité.

    Je voues conseille de lire ce témoignage poignant de Andrea DWORKIN

    What Battery
    Really Is

    1989
    http://www.nostatusquo.com/ACLU/dworkin/WarZoneAfterword.html

    • Réponse à Annie
      23 avril 2013 , par
      martin dufresne   [retour au début des forums]

      Silvana Mazzocchi écrit : "Se è vero che, dietro un uomo violento, c’è spesso un padre almeno brutale, è altrettanto assodato che sono ancora troppe le madri complici, giustificanti, o semplicemente non consapevoli dei danni prodotti dal modello arcaico duro a morire che considera il maschio (sebbene in crisi), un inamovibile "re" e la femmina una creatura destinata a rimanere comunque subalterna, anche se emancipata, e ormai in ben più spedito cammino rispetto a fratelli, compagni e mariti."

      Il se peut que j’aie mal traduit mais il y a bien le mot "complici".
      J’ai éprouvé la même réticence que vous, sachant à quel point on blâme habituellement les mères pour un pouvoir qu’elles ne font qu’administrer pour le patriarcat.
      Refaire la phrase pour parler de "complicité" allègerait sans doute la charge du mot. J’en touche un mot à Patrizia Romito.

      [Répondre à ce message]

    • Une éducation féministe donne de meilleurs fils mais ne pas se tromper de bases féministes
      25 avril 2013 , par
      martin dufresne   [retour au début des forums]

      Patrizia Romito m’écrit :

      L’expression "mère complice" est de la journaliste (et on ne peut pas la changer) : moi j’ai dit tout de suite que le problème, c’est un père violent, ce n’est pas la mère

      Ceci dit, il y a des mères qui sont complices du machisme de leur fils, même quand ils sont des violeurs ... ce n’est pas très utile de le nier !

      [Répondre à ce message]

    • Une éducation féministe donne de meilleurs fils mais ne pas se tromper de bases féministes
      27 avril 2013 , par
      nemotyrannus   [retour au début des forums]

      Dédouaner les femmes de leur responsabilité dans une affaire en maintenant que c’est parce qu’elles sont dans un modèle archaïque et que par conséquent elles sont innocentes est de la propagande féministe.
      Et ce n’est pas moins grave que d’être de la propagande masculiniste .

      Je suis abasourdi par le parti pris de ce site . On ne lutte pas contre le sexisme en se dédouanant et en rejetant tout sur l’autre , en utilisant des anachronismes et des paralogismes .

      Bravo , tout ce que vous faites c’est maintenir l’idée que dans le fond mascuinistes=féministes et vice versa. Les deux doivent disparaître.
      Chacun prêche pour son église en jouant sur la victimisation acharnée sur des bases qui tiennent pas debout.

      C’est les même mais ça vous fait mal de l’avouer. Entre un modèle en effet archaïque et misogyne et un autre misandre qui n’accepte pas la contradiction , je ne vois pas en quoi vous êtes plus le parti humaniste et du progrès que le camp d’en face.

      Aucun des deux ne lutte vraiment contre le sexisme .

      "De plus, la "complicité" est le plus souvent l’instrumentalisation par Monsieur de Madame. Comme Monsieur instrumentalise les enfants contre Madame. Comme Monsieur instrumentalise les voisins contre Madame."

      Quoi ?!
      Non mais sortez un peu , cessez de voire et de tourner les faits dans tous les sens pour arriver à ce qui vous arrange... C’est précisément l’inverse qui est le plus fréquent !

      [Répondre à ce message]


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2013
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin