| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 17 avril 2009

Invasion du sexisme dans un lycée public

par Hubert Camus, lycéen






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


#8mars - Les "étincelles" de Sophie Grégoire Trudeau
Désolée, vous n’êtes pas égales
Élaine Audet et Micheline Carrier, récipiendaires du Prix PDF QUÉBEC 2016
Vous avez dit "mauvais genre" ?
Lorraine Pagé trace un tableau de la situation des femmes dans le monde
Sexisme politique, sexe social
Révolution féministe : site féministe universaliste et laïc
Il faut abolir les prisons pour femmes
Le féminisme islamique est-il un pseudo-féminisme ?
Pour un féminisme pluriel
Cachez-moi ce vilain féminisme
Féminisme - Le Groupe des treize veut rencontrer la ministre à la Condition féminine Lise Thériault
Combattre le patriarcat pour la dignité des femmes et le salut du monde
Martine Desjardins parle du Sommet des femmes à Montréal
Banaliser la misogynie, c’est dangereux
Féminisme - Faut-il faire le jeu du "Diviser pour régner" ?
Je suis blanche et vous me le reprochez !
La pensée binaire du féminisme intersectionnel ne peut que mener à l’incohérence
Lutter contre la pauvreté des femmes et la violence des hommes envers elles
"Du pain et des roses" - Le 26 mai 1995, une grande aventure débutait
Portrait des Québécoises en 2015 - L’égalité ? Mon œil !
Je plaide pour un féminisme qui n’essaie pas de s’édulcorer
La Maison de Marthe, première récipiendaire du Prix PDF Québec
Ensemble, réussir la 4ième Marche Mondiale des Femmes ! Tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous resterons en marche !
Des "Déchaînées" aux genoux du patriarcat !
L’intervention féministe intersectionnelle – Troquer un idéal pour une idéologie trompeuse ?
Ce que révèle l’alliance de certains musulmans avec la droite réactionnaire
Au cœur de la division du mouvement féministe québécois : deux visions
Désaccord sur le virage de la Fédération des femmes du Québec
Féminisme islamique - Quand la confusion politique ne profite pas au féminisme
États généraux du féminisme - Des sujets importants écartés : "De qui ou de quoi avons-nous peur ?"
PDF Québec est lancé ! - Une voix pour les droits des femmes
États généraux et FFQ - Un féminisme accusateur source de dissension
Ignorer et défendre la domination masculine : le piège de l’intersectionnalité
Comment les hommes peuvent appuyer le féminisme
Le féminisme contemporain dans la culture porno : ni le playboy de papa, ni le féminisme de maman
Refuser d’être un homme. Pour en finir avec la virilité
Les micro-identités et le "libre choix" érigé en système menacent les luttes féministes
La misogynie n’a pas sa place dans le féminisme
L’écriture équitable - La féminisation des textes est un acte politique
Réfutation de mensonges au sujet d’Andrea Dworkin
Une éducation féministe donne de meilleurs fils
"Rien n’a encore pu me détruire" : entretien avec Catharine A. MacKinnon
France - La mainmise des hommes sur le monde de la radio
États généraux sur le féminisme au Québec/FFQ - Des exclusions fondées sur des motifs idéologiques et des faussetés
Le mouvement des « droits des hommes », la CAFE et l’Université de Toronto
Mensonges patriarcaux - Le mouvement des « droits des hommes » et sa misogynie sur nos campus
Féministes, gare à la dépolitisation ! Les féminismes individualiste et postmoderne
"Les femmes de droite", une oeuvre magistrale d’Andrea Dworkin
"Je suis libre", une incantation magique censée nous libérer des structures oppressives
Trans, queers et libéraux font annuler une conférence féministe radicale à Londres
« Le féminisme ou la mort »
"Des paradis vraiment bizarres" - "Reflets dans un œil d’homme ", un essai de Nancy Huston
Quand les stéréotypes contrôlent nos sens
"Agentivité sexuelle" et appropriation des stratégies sexistes
Cessons de dire que les jeunes femmes ne s’identifient pas au féminisme !
Un grand moment de féminisme en milieu universitaire
Beauté fatale. Les nouveaux visages d’une aliénation féminine
Résistance au sexe en contexte hétérosexuel
La CHI - Un humour dégradant et complice de l’injustice sociale
"Heartbreak", une autobiographie d’Andrea Dworkin
Hockey, suicide et construction sociale de la masculinité
Polémique sur l’enseignement du genre dans les manuels scolaires en France
Le "Gender" à l’américaine - Un verbiage qui noie la réalité du pouvoir patriarcal
2011-2015 - Un plan d’action pour un Québec égalitaire
NousFemmes.org
L’égalité inachevée
Journée internationale des femmes 2011 - Briser le silence sur toutes les formes de sexisme
En France et ailleurs, 2010, une mauvaise année pour les femmes
Ce qu’est le féminisme radical
Polygamie - Le Comité de réflexion sur la situation des femmes immigrées et “racisées” appuie l’avis du CSF
Il y a trois ans, mon cher Léo...
La Fédération des femmes du Québec représente-t-elle toutes les femmes ?
Tout est rentable dans le corps des femmes... pour ceux qui l’exploitent
Incessante tyrannie
Comment le patriarcat et le capitalisme renforcent-ils conjointement l’oppression des femmes ?
Égalité ou différence ? Le féminisme face à ses divisions
Le "gender gap" dans les Technologies de l’information et de la communication
La Marche mondiale des femmes dix ans plus tard
Azilda Marchand : une Québécoise qui fut de tous les combats pour les femmes !
Les hommes proféministes : compagnons de route ou faux amis ?
Prostitution et voile intégral – Sisyphe censuré par le réseau féministe NetFemmes
Regard sur l’égalité entre les femmes et les hommes : où en sommes-nous au Québec ?
Féminisme en ménopause ?
Ce n’est pas la France des NOBELS !
Écarter d’excellentes candidates en médecine ? Inadmissible !
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
La question des privilèges - Le réalisateur Patric Jean répond à des critiques
Lettre à Patric Jean, réalisateur de "La domination masculine", et à bien d’autres...
Une grande féministe, Laurette Chrétien-Sloan, décédée en décembre 2009
Le travail, tant qu’il nous plaira !
Comme une odeur de misogynie
La patineuse
Magazines, anorgasmie et autres dysfonctions
"Toutes et tous ensemble pour les droits des femmes !"
Cent ans d’antiféminisme
MLF : "Antoinette Fouque a un petit côté sectaire"
Des femmes : Une histoire du MLF de 1968 à 2008
Qui est déconnectée ? Réponse à Nathalie Collard
Manifeste du rassemblement pancanadien des jeunes féministes
Pour une Charte des droits des femmes
Andy Srougi perd sa poursuite en diffamation
La lesbienne dans Le Deuxième Sexe
Le livre noir de la condition des femmes
La percée de la mouvance masculiniste en Occident
Procès du féminisme
Humanisme, pédocriminalité et résistance masculiniste
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Mise au point sur la suspension d’un article critiquant le livre du Dr Michel Dubec
Pour éviter de se noyer dans la (troisième) vague : réflexions sur l’histoire et l’actualité du féminisme radical
L’égalité des femmes au Québec, loin de la coupe aux lèvres !
Je suis féministe !
Écoféminisme et économie
Poursuite contre Barbara Legault et la revue "À Bâbord !" - Mise à jour
Biographie de Léo Thiers-Vidal
Vivement le temps de prendre son temps !
Séances d’information pour le projet d’une Politique d’égalité à la Ville de Montréal
Florence Montreynaud fait oeuvre d’amour et de mémoire
Magazines pour filles, changement de ton !
Un 30e anniversaire de la JIF sous la fronde conservatrice
L’égalité des femmes au Québec est-elle plus qu’une façade ?
Colloque sur Antigone
Prostitution et trafic sexuel - Dossier principal sur Sisyphe.org
Golf : "Gentlemen only, ladies forbidden" ?
Méchant ressac ou KIA raison ?
Dégénération de "Mes aïeux", un engouement questionnant
Les « Gender Studies », un gruyère confortable pour les universitaires
Réflexions "scientifiques" du haut du Mont Grey Lock
Madame, s’il vous plaît !
Annie Leclerc, philosophe
Des arguments de poids...
Pour hommes seulement
Andrea Dworkin ne croit pas que tout rapport sexuel hétéro est un viol
Peau d’Âme ou Beautés désespérées ?
Réflexions et questionnement d’une féministe en mutation
Mais pourquoi est-elle si méchante ?
Le concours « Les Jeudis Seins » s’inscrit dans le phénomène de l’hypersexualisation sociale
Aux femmes qui demandent - sans plus y croire - justice. Qu’elles vivent !
Jeux olympiques 2006 : félicitations, les filles !
7e Grève mondiale des femmes - Le Venezuela donne l’exemple
Évolution des droits des Québécoises et parcours d’une militante
2005, l’année de l’homme au Québec
Mes "problèmes de sexe" chez le garagiste !
Brèves considérations autour des représentations contemporaines du corps
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, NON à la décriminalisation de la prostitution
"Femmes, le pouvoir impossible", un livre de Marie-Joseph Bertini
L’AFEAS veut la représentation égalitaire à l’Assemblée nationale du Québec
Elles sont jeunes... eux pas
Dis-moi, « le genre », ça veut dire quoi ?
Quand donc les hommes ont-ils renoncé à la parole ?
Déconstruction du discours masculiniste sur la violence
Les hommes vont mal. Ah bon ?
La face visible d’un nouveau patriarcat
Quelle alternative au patriarcat ?
Le projet de loi du gouvernement Raffarin "relatif à la lutte contre les propos discriminatoires à caractère sexiste et homophobe" est indéfendable
L’influence des groupes de pères séparés sur le droit de la famille en Australie
Victoires incomplètes, avenir incertain : les enjeux du féminisme québécois
Retrouver l’élan du féminisme
Le droit d’éliminer les filles dans l’oeuf ?
Le système patriarcal à la base des inégalités entre les sexes
Des nouvelles des masculinistes
Masculinisme et système de justice : du pleurnichage à l’intimidation
Nouvelle donne féministe : de la résistance à la conquête
Les masculinistes : s’ouvrir à leurs réalités et répondre à leurs besoins
Nouvelles Questions féministes : "À contresens de l’égalité"
S’assumer pour surmonter sa propre violence
Sisyphe, que de rochers il faudra encore rouler !
Coupables...et fières de l’être !
Un rapport de Condition féminine Canada démasque un discours qui nie les inégalités de genre
De la masculinité à l’anti-masculinisme : penser les rapports sociaux de sexe à partir d’une position sociale oppressive
Les courants de pensée féministe
Quelques commentaires sur la domination patriarcale
Chroniques plurielles des luttes féministes au Québec
Qu’il est difficile de partir !
Deux cents participantes au premier rassemblement québécois des jeunes féministes
Le féminisme : comprendre, agir, changer
Le féminisme, une fausse route ? Une lutte secondaire ?
À l’ombre du Vaaag : retour sur le Point G
L’identité masculine ne se construit pas contre l’autre
Les hommes et le féminisme : intégrer la pensée féministe
La misère au masculin
Le Nobel de la paix 2003 à la juriste iranienne Shirin Ebadi
Hommes en désarroi et déroutes de la raison
Le « complot » féministe
Christine de Pisan au coeur d’une querelle antiféministe avant la lettre
Masculinisme et suicide chez les hommes
Le féminisme, chèvre émissaire !
L’autonomie de la FFQ, véritable enjeu de l’élection à la présidence
Les défis du féminisme d’aujourd’hui
Les arguments du discours masculiniste
Nouvelle présidente à la FFQ : changement de cap ?
La stratégie masculiniste, une offensive contre le féminisme
Le discours masculiniste dans les forums de discussion







Fatigué d’entendre des chansons sexistes diffusées au lycée où il étudie, un jeune homme de 18 ans proteste auprès de la direction de l’établissement. Dans le texte ci-dessous, il explique sa démarche et son engagement contre le sexisme. Nous invitons les jeunes, filles et garçons, à dénoncer à leur tour le sexisme qu’elles/ils découvrent dans leur milieu et de nous proposer un article sur le sujet (maximum 1500 mots). Vous pouvez aussi vous exprimer dans le forum "Commenter cet article" en bas de cette page.

*****

De nos jours, de nombreuses images sexistes patriarcales nous entourent. Malheureusement, il faut entendre le sens d’image au sens large. Ainsi, on peut en trouver dans tout ce que l’on appelle « l’art » : au cinéma, dans la publicité, la photographie, la littérature, et caetera, et caetera. Mais également dans la chanson. Ainsi, William Baldé chante ce refrain : « Ma main sur ton petit cul, cherche le chemin ». Je vous invite à trouver le texte complet de la chanson « Un rayon de soleil » sur Internet. Le chemin de quoi ? De l’ignominie. De l’impérialisme et de la domination masculine. De la « femme-objet ». La femme, réifiée, n’aurait aucun droit de parole. Juste celui de se faire toucher les fesses. Cette chanson fut en tête des ventes de l’été dernier. Quoi de plus agréable d’être à la plage, siroter quelque boisson avec des copains, écouter ce refrain entraînant et partir en quête d’un « petit cul » ? Nul doute que cette chanson engendra quelque dispute de bord de plage, entre un impétueux et une jeune femme libre. Mais l’histoire de cette chanson ne s’arrête pas là.

Je suis lycéen, à Paris. Dans la cantine de mon établissement scolaire, nous avons droit à de la musique. Souvent, des chanteuses étasuniennes peu vêtues dans leurs clips et dans la vie, se vantant de n’être qu’objets sexuels soumis aux ordres du mâle et qui influent les choix vestimentaires des jeunes, et même l’image de la femme dans la société. En ce moment, la fâcheuse et redondante habitude de diffuser « Un rayon de soleil ». Une seule diffusion serait déjà une honte en soi, à cause des paroles. Ainsi, on dérègle jusque nos inconscients, encore tout malléables. Quand nous déjeunons, nous discutons et ne faisons pas attention à la musique. Mais petit à petit, et à force de l’ouïr, l’air nous revient en tête et on le fredonne involontairement dans la cour... « ma main sur ton petit cul... ». Tiens, et pourquoi ne le ferais-je pas ? C’est diffusé dans un lycée public, ce doit être bien. Ces paroles remontent à notre conscience. Et derrière les mots, il y a des gestes, des actes, des pensées. Des pensées, des actes, des gestes, qui seront progressivement nôtres. Un sexisme et un irrespect de la femme, un joug patriarcal qu’on ne peut remettre en cause, qui seront progressivement nôtres, futurs hommes et femmes que nous sommes. Certes, tout le grief n’en incombe pas à cette chanson. Mais c’est une pierre d’un édifice qui ne devrait même pas exister. Si on ne peut pas lui faire porter toute la coulpe, on ne peut pas non plus la laisser passer.

On pourra dire que ma manière de défendre le féminisme est bien vaine et faible, mais je me considère comme un « féministe du quotidien ». Le féminisme a apporté et apporte encore aux femmes des parcelles de la liberté qu’elles méritent autant, et également, que les hommes. Mais s’il faut attaquer la maison du sexisme, il ne faut pas oublier ses fondations, qui aident et participent au travail des grandes avancées. Je m’attaque là à de doubles fondations : d’abord, l’habitude et la normalisation du sexisme et de la domination masculine, ensuite à la colonisation du patriarcat chez les jeunes. Car c’est là que tout commence. Mais – un peu d’optimisme ne tuera pas –, imaginons que les lycéens soient assez matures pour ne pas se laisser manipuler par ces paroles. Malheureusement, des collégiens (de onze à quatorze ans, environ) déjeunent à notre cantine, et le « Rayon de soleil » ne leur échappe pas. C’est plus grave encore, car on habitue des enfants, certains d’à peine dix ans, à entendre de tels propos, ensuite à le tolérer, puis l’accepter, le trouver normal, finalement, se soumettre à l’esclavage masculin et à la considération de la femme comme objet. Et je n’exagère rien.

L’autre jour, me restaurant, j’ai entendu à nouveau ces quelques mots intolérables. J’ai profité de la présence de quelques amies – pas féministes outre mesure – pour leur demander ce qu’elles en pensaient. Elles n’ont pas réagi, n’y ont attaché aucune forme d’importance. Un accès de violence et de passion féministe m’a pris : si on ne réagit pas quand un établissement scolaire cautionne ces chansons et les diffuse à un auditoire de dix à vingt ans, pouvant atteindre le millier d’élèves – pour une seule journée de diffusion ! –, quand faut-il se lever ? J’ai décidé de saisir le Conseil de Vie Lycéenne, de l’avertir officiellement de la diffusion de cette honteuse chanson, et en ai demandé le retrait pur et simple, et de toutes celles du même ordre, de la programmation du lycée. Cette chanson est une honte. J’ai le pouvoir de la déprogrammer de mon lycée, et de clamer ce qu’elle me fait ressentir dans cet article, mais il en existera encore beaucoup, et elle sera encore diffusée via bien d’autres media. Une question s’impose à nous : comment se fait-il que cette chanson se soit retrouvée dans le lecteur de disques du réfectoire ? Qui l’a choisie ? Encore une question à laquelle devra répondre le C.V.L.

Après une attente relativement longue, a fortioripour la réponse laconique à laquelle j’ai eu droit, le vice-président du C.V.L. m’a écrit ceci : « Les musiques diffusées sont proposées par des élèves du lycée et par l’équipe de la cantine. » La Conseillère Principale d’Education a été prévenue, pour ne pas que cette chanson soit à nouveau diffusée. Désormais, ils feront plus attention aux textes diffusés. Fallait-il mon intervention pour que ce soit fait ? Aujourd’hui, on a l’impression que ce genre de chanson ne choque plus personne parce que la majorité l’accepte. Voire la demande. Parce que la réification des femmes est devenue normale. Il est dans les mœurs actuelles d’accepter l’influence de modèles plus âgés (car nous sommes indéniablement beaucoup influencés, en outre, par les artistes) vantant le plaisir ensoleillé du sexe dans son acception sexiste. Nous voyons également que les chansons sont proposées à la fois par l’auditoire et par des adultes. Personnellement, on ne m’a jamais demandé ce que je voulais qui soit diffusé, et je ne connais personne pour qui ce soit le cas. Passons. À mon avis, les adultes en charge du choix des musiques se contentent d’acheter les titres à la mode, sans chercher à en savoir plus, et sans prendre trop de risque (face à la déception possible du public, j’entends). Alors, effectivement, tout peut être diffusé. Le problème est que si les adultes laissent diffuser ce genre de chanson, la coulpe prend de l’ampleur : ce ne sont plus les quelques personnes qui les ont vraiment choisies, mais les responsables du lycée, puis le lycée, et finalement toute l’institution de l’Education nationale qui peuvent être remis en cause.

Est-ce excessif ? Peut-être. Mais pour les futur-es adolescent-es que sont les collégien-nes d’aujourd’hui qui y réfléchiront plus tard, les conclusions pourront être les mêmes, si on ne va pas à la racine. Il faut faire attention aux amalgames, et plus encore s’ils rejoignent des jeunes. Car c’est sans doute là que naît et se développe l’idée, non seulement d’une inégalité entre femmes et hommes, mais en plus d’une domination du sexe masculin, d’un patriarcat absolu.

Ce que je voulais dénoncer, enfin, dans mon article, c’est ce sexisme qui nous entoure contre lequel il faut se battre, ce patriarcat qui est jusque dans notre musique car ils fondent les grandes inégalités du monde moderne. J’aurais aimé n’avoir jamais écrit cet article. J’aimerais qu’il n’y ait pas besoin de lutter pour l’égalité entre hommes et femmes. J’aimerais que tout ceci soit naturel. Mais ça ne l’est pas. Alors, nous devons toutes et tous nous armer pour dénoncer ces situations lorsque nous les vivons. Alors, nous pourrons voir les progrès sous nos yeux et petit à petit, à force de beaucoup de travail commencé depuis bien longtemps déjà, des textes de chansons comme celui-ci n’existeront plus. Il faut que tout le monde se mobilise. N’ayons pas honte de croire et de participer au féminisme, à cette lutte quotidienne. Et certes, il y a ces grands combats que l’on a en tête, menés par de grandes figures du féminisme ; mais même si on est jeune adulte, même si on est un homme, on peut, on doit lutter, au moins à notre échelle. Le combat pour l’égalité peut être paritaire.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 10 avril 2009


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Hubert Camus, lycéen



Plan-Liens Forum

  • Invasion du sexisme dans un lycée public
    (1/3) 24 mars 2010 , par

  • Invasion du sexisme dans un lycée public
    (2/3) 30 avril 2009 , par

  • Invasion du sexisme dans un lycée public
    (3/3) 28 avril 2009 , par





  • Invasion du sexisme dans un lycée public
    24 mars 2010 , par   [retour au début des forums]

    Bonjour.

    Ton texte m’étonne, et plusieurs points méritent d’être tempérés – car tu es excessif, oui.
    Le patriarcat n’est qu’une grille de lecture – parfois valide, parfois non. Même pas vraiment une idéologie – ou alors, il faudrait parler de patriarcats. En l’occurrence, elle est ici inadaptée. Cette chanson n’est pas un appel au viol, ni une odieuse tentative de réification du corps de la femme (ou alors, pas plus que la poésie galante d’un Ronsard, qui s’attarde quand même pas mal sur le corps de sa douce). Regarde le clip. La fille a-t-elle l’air de subir l’attitude dominante d’un odieux mâle sexiste ? Non. Elle joue avec lui, elle badine. Les paroles le suggèrent déjà, mais c’est plus évident avec les images. Cette main aux fesses n’est que fantasmée : les musiciens la suivent, énamourés, et ne mettent même jamais leur
    "menace" exécution. Ils ne sont pas dans le rapport de domination du tripoteur qui impose ses attouchements... mais dans un rapport de séduction des plus innocents. Rien de malsain là-dedans.

    SAUF que tu as raison au moins sur un point : la plupart des jeunes plus ou moins malins qui entendront ça ne penseront pas forcément qu’une main aux fesses puisse faire partie d’un jeu avec une donzelle qui le veut bien, et ne retiendront que le matraquage de la "main sur ton petit cul". La preuve en est que tu fais toi-même l’erreur, de l’autre côté du spectre du machisme. C’est le seul point qu’on puisse te concéder. Mais à la décharge de cette chanson (qui me déplait aussi, au passage), ça participe largement plus d’un contexte d’hypersexualisation médiatique et d’un machisme pré-existant. Autrement dit, il y a quand même plus urgent que de taper sur "Un rayon de soleil", dont le texte porte des valeurs plutôt positives.

    Enfin, permets-moi de revenir sur tes remarques à propos de ton CVL. D’une part, comme je viens d’essayer de le faire, tu comprendras que certaines personnes ne voient pas dans cette musique le sombre avatar du patriarcat. D’autre part, je t’invite à un peu d’indulgence envers eux. Ta réaction est normale et tout à ton honneur, par certains égards. Mais il me semble déplacé d’incriminer ton CVL, et encore moins l’individu concerné pour cette musique en particulier. On ne t’a pas demandé ton avis, non en effet, pas plus que pour tout le reste de la programmation que tu tolères. Mais quand tu le fais entendre, on en tient compte. C’est déjà pas mal, non ? Ton vice-président parle d’une séléction "sur proposition des élèves", pas par référendum. Tes remarques me semblent donc déplacées. Je t’invite même à t’intéresser plus personnellement au CVL, qui serait l’institution parfaite pour faire entendre utilement ton discours féministe (chez nous, on a eu des actions humanitaires, par exemple).

    Bien cordialement.

    Invasion du sexisme dans un lycée public
    30 avril 2009 , par   [retour au début des forums]

    Oui, moi aussi je trouve cet article très censé. Et je suis heureuse qu’il soit publié afin que sa lecture ne s’arrête pas aux personnes de ton entourage (telle que moi...)

    Ne vous inquiétez pas Jacqueline, il y aura toujours des lycéens ou étudiants qui prendront assez de recul pour sortir du lot, de ce parc à moutons, et essayer -j’aimerais dire vainement, mais ne soyons pas si pessimistes...- de faire réagir les autres.
    Pourquoi entendons nous que les films pornos sont scandaleux ? Lorsque l’on note les réponses, très souvent celle-ci revient : car l’homme prend la femme comme son objet, comme "chose" pour assouvir ses désirs (ou plutôt besoins dans de telles conditions). Mais ça n’empêche pas qu’un très grand nombre d’adolescents se penchent sur ses vidéos un jour... "juste pour voir"... et pour la très grande majorité d’entre eux, ils trouvent ça plaisant à regarder et ne se choquent pas de voir une telle violence envers la femme.
    Or, la gente féminine trouve ça abominable... on comprend pourquoi.

    Ceci n’est qu’un exemple, un extrême devrais-je dire... quoique... Mais pourquoi alors voit-on des filles chanter cette chanson "un rayon de soleil" en se dandinant dans la rue ? Sur la plage ? Se rendent-elles réellement compte de ce qu’elles chantent ? Non bien sur, Qui écoute attentivement les paroles d’une chanson, même française, de nos jours ? Ils sont rares ces pauvres gens, mais ils existent et boycottent ce qui ne devrait pas être.

    Réagissez bon sang !
    Merci pour cet article, aussi effrayant soit-il.

    Invasion du sexisme dans un lycée public
    28 avril 2009 , par   [retour au début des forums]
    Invasion du sexisme dans un lycée public

    Je viens de lire votre article sur le sexisme au lycée. Je vous félicite, j’aurais aimé qu’un de mes petits-fils ou petites-filles l’écrive. Tout n’est donc pas perdu, si des gens de votre âge se rendent compte de ce qui se passe dans notre société. Nous, les femmes âgées (je vais avoir 77 ans) avons l’impression parfois que les jeunes, les jeunes filles surtout, ne se rendent pas compte du chemin qui a été parcouru depuis, disons, deux générations. Et qu’elles pensent que leurs droits sont "normaux", définitivement acquis ils ne le sont pas malheureusement, et notre époque régresse. Merci pour votre lucidité, votre courage.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2009
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin