| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 13 novembre 2006

Madame, s’il vous plaît !

par France Dombrowski






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


#8mars - Les "étincelles" de Sophie Grégoire Trudeau
Désolée, vous n’êtes pas égales
Élaine Audet et Micheline Carrier, récipiendaires du Prix PDF QUÉBEC 2016
Vous avez dit "mauvais genre" ?
Lorraine Pagé trace un tableau de la situation des femmes dans le monde
Sexisme politique, sexe social
Révolution féministe : site féministe universaliste et laïc
Il faut abolir les prisons pour femmes
Le féminisme islamique est-il un pseudo-féminisme ?
Pour un féminisme pluriel
Cachez-moi ce vilain féminisme
Féminisme - Le Groupe des treize veut rencontrer la ministre à la Condition féminine Lise Thériault
Combattre le patriarcat pour la dignité des femmes et le salut du monde
Martine Desjardins parle du Sommet des femmes à Montréal
Banaliser la misogynie, c’est dangereux
Féminisme - Faut-il faire le jeu du "Diviser pour régner" ?
Je suis blanche et vous me le reprochez !
La pensée binaire du féminisme intersectionnel ne peut que mener à l’incohérence
Lutter contre la pauvreté des femmes et la violence des hommes envers elles
"Du pain et des roses" - Le 26 mai 1995, une grande aventure débutait
Portrait des Québécoises en 2015 - L’égalité ? Mon œil !
Je plaide pour un féminisme qui n’essaie pas de s’édulcorer
La Maison de Marthe, première récipiendaire du Prix PDF Québec
Ensemble, réussir la 4ième Marche Mondiale des Femmes ! Tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous resterons en marche !
Des "Déchaînées" aux genoux du patriarcat !
L’intervention féministe intersectionnelle – Troquer un idéal pour une idéologie trompeuse ?
Ce que révèle l’alliance de certains musulmans avec la droite réactionnaire
Au cœur de la division du mouvement féministe québécois : deux visions
Désaccord sur le virage de la Fédération des femmes du Québec
Féminisme islamique - Quand la confusion politique ne profite pas au féminisme
États généraux du féminisme - Des sujets importants écartés : "De qui ou de quoi avons-nous peur ?"
PDF Québec est lancé ! - Une voix pour les droits des femmes
États généraux et FFQ - Un féminisme accusateur source de dissension
Ignorer et défendre la domination masculine : le piège de l’intersectionnalité
Comment les hommes peuvent appuyer le féminisme
Le féminisme contemporain dans la culture porno : ni le playboy de papa, ni le féminisme de maman
Refuser d’être un homme. Pour en finir avec la virilité
Les micro-identités et le "libre choix" érigé en système menacent les luttes féministes
La misogynie n’a pas sa place dans le féminisme
L’écriture équitable - La féminisation des textes est un acte politique
Réfutation de mensonges au sujet d’Andrea Dworkin
Une éducation féministe donne de meilleurs fils
"Rien n’a encore pu me détruire" : entretien avec Catharine A. MacKinnon
France - La mainmise des hommes sur le monde de la radio
États généraux sur le féminisme au Québec/FFQ - Des exclusions fondées sur des motifs idéologiques et des faussetés
Le mouvement des « droits des hommes », la CAFE et l’Université de Toronto
Mensonges patriarcaux - Le mouvement des « droits des hommes » et sa misogynie sur nos campus
Féministes, gare à la dépolitisation ! Les féminismes individualiste et postmoderne
"Les femmes de droite", une oeuvre magistrale d’Andrea Dworkin
"Je suis libre", une incantation magique censée nous libérer des structures oppressives
Trans, queers et libéraux font annuler une conférence féministe radicale à Londres
« Le féminisme ou la mort »
"Des paradis vraiment bizarres" - "Reflets dans un œil d’homme ", un essai de Nancy Huston
Quand les stéréotypes contrôlent nos sens
"Agentivité sexuelle" et appropriation des stratégies sexistes
Cessons de dire que les jeunes femmes ne s’identifient pas au féminisme !
Un grand moment de féminisme en milieu universitaire
Beauté fatale. Les nouveaux visages d’une aliénation féminine
Résistance au sexe en contexte hétérosexuel
La CHI - Un humour dégradant et complice de l’injustice sociale
"Heartbreak", une autobiographie d’Andrea Dworkin
Hockey, suicide et construction sociale de la masculinité
Polémique sur l’enseignement du genre dans les manuels scolaires en France
Le "Gender" à l’américaine - Un verbiage qui noie la réalité du pouvoir patriarcal
2011-2015 - Un plan d’action pour un Québec égalitaire
NousFemmes.org
L’égalité inachevée
Journée internationale des femmes 2011 - Briser le silence sur toutes les formes de sexisme
En France et ailleurs, 2010, une mauvaise année pour les femmes
Ce qu’est le féminisme radical
Polygamie - Le Comité de réflexion sur la situation des femmes immigrées et “racisées” appuie l’avis du CSF
Il y a trois ans, mon cher Léo...
La Fédération des femmes du Québec représente-t-elle toutes les femmes ?
Tout est rentable dans le corps des femmes... pour ceux qui l’exploitent
Incessante tyrannie
Comment le patriarcat et le capitalisme renforcent-ils conjointement l’oppression des femmes ?
Égalité ou différence ? Le féminisme face à ses divisions
Le "gender gap" dans les Technologies de l’information et de la communication
La Marche mondiale des femmes dix ans plus tard
Azilda Marchand : une Québécoise qui fut de tous les combats pour les femmes !
Les hommes proféministes : compagnons de route ou faux amis ?
Prostitution et voile intégral – Sisyphe censuré par le réseau féministe NetFemmes
Regard sur l’égalité entre les femmes et les hommes : où en sommes-nous au Québec ?
Féminisme en ménopause ?
Ce n’est pas la France des NOBELS !
Écarter d’excellentes candidates en médecine ? Inadmissible !
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
La question des privilèges - Le réalisateur Patric Jean répond à des critiques
Lettre à Patric Jean, réalisateur de "La domination masculine", et à bien d’autres...
Une grande féministe, Laurette Chrétien-Sloan, décédée en décembre 2009
Le travail, tant qu’il nous plaira !
Comme une odeur de misogynie
La patineuse
Invasion du sexisme dans un lycée public
Magazines, anorgasmie et autres dysfonctions
"Toutes et tous ensemble pour les droits des femmes !"
Cent ans d’antiféminisme
MLF : "Antoinette Fouque a un petit côté sectaire"
Des femmes : Une histoire du MLF de 1968 à 2008
Qui est déconnectée ? Réponse à Nathalie Collard
Manifeste du rassemblement pancanadien des jeunes féministes
Pour une Charte des droits des femmes
Andy Srougi perd sa poursuite en diffamation
La lesbienne dans Le Deuxième Sexe
Le livre noir de la condition des femmes
La percée de la mouvance masculiniste en Occident
Procès du féminisme
Humanisme, pédocriminalité et résistance masculiniste
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Mise au point sur la suspension d’un article critiquant le livre du Dr Michel Dubec
Pour éviter de se noyer dans la (troisième) vague : réflexions sur l’histoire et l’actualité du féminisme radical
L’égalité des femmes au Québec, loin de la coupe aux lèvres !
Je suis féministe !
Écoféminisme et économie
Poursuite contre Barbara Legault et la revue "À Bâbord !" - Mise à jour
Biographie de Léo Thiers-Vidal
Vivement le temps de prendre son temps !
Séances d’information pour le projet d’une Politique d’égalité à la Ville de Montréal
Florence Montreynaud fait oeuvre d’amour et de mémoire
Magazines pour filles, changement de ton !
Un 30e anniversaire de la JIF sous la fronde conservatrice
L’égalité des femmes au Québec est-elle plus qu’une façade ?
Colloque sur Antigone
Prostitution et trafic sexuel - Dossier principal sur Sisyphe.org
Golf : "Gentlemen only, ladies forbidden" ?
Méchant ressac ou KIA raison ?
Dégénération de "Mes aïeux", un engouement questionnant
Les « Gender Studies », un gruyère confortable pour les universitaires
Réflexions "scientifiques" du haut du Mont Grey Lock
Annie Leclerc, philosophe
Des arguments de poids...
Pour hommes seulement
Andrea Dworkin ne croit pas que tout rapport sexuel hétéro est un viol
Peau d’Âme ou Beautés désespérées ?
Réflexions et questionnement d’une féministe en mutation
Mais pourquoi est-elle si méchante ?
Le concours « Les Jeudis Seins » s’inscrit dans le phénomène de l’hypersexualisation sociale
Aux femmes qui demandent - sans plus y croire - justice. Qu’elles vivent !
Jeux olympiques 2006 : félicitations, les filles !
7e Grève mondiale des femmes - Le Venezuela donne l’exemple
Évolution des droits des Québécoises et parcours d’une militante
2005, l’année de l’homme au Québec
Mes "problèmes de sexe" chez le garagiste !
Brèves considérations autour des représentations contemporaines du corps
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, NON à la décriminalisation de la prostitution
"Femmes, le pouvoir impossible", un livre de Marie-Joseph Bertini
L’AFEAS veut la représentation égalitaire à l’Assemblée nationale du Québec
Elles sont jeunes... eux pas
Dis-moi, « le genre », ça veut dire quoi ?
Quand donc les hommes ont-ils renoncé à la parole ?
Déconstruction du discours masculiniste sur la violence
Les hommes vont mal. Ah bon ?
La face visible d’un nouveau patriarcat
Quelle alternative au patriarcat ?
Le projet de loi du gouvernement Raffarin "relatif à la lutte contre les propos discriminatoires à caractère sexiste et homophobe" est indéfendable
L’influence des groupes de pères séparés sur le droit de la famille en Australie
Victoires incomplètes, avenir incertain : les enjeux du féminisme québécois
Retrouver l’élan du féminisme
Le droit d’éliminer les filles dans l’oeuf ?
Le système patriarcal à la base des inégalités entre les sexes
Des nouvelles des masculinistes
Masculinisme et système de justice : du pleurnichage à l’intimidation
Nouvelle donne féministe : de la résistance à la conquête
Les masculinistes : s’ouvrir à leurs réalités et répondre à leurs besoins
Nouvelles Questions féministes : "À contresens de l’égalité"
S’assumer pour surmonter sa propre violence
Sisyphe, que de rochers il faudra encore rouler !
Coupables...et fières de l’être !
Un rapport de Condition féminine Canada démasque un discours qui nie les inégalités de genre
De la masculinité à l’anti-masculinisme : penser les rapports sociaux de sexe à partir d’une position sociale oppressive
Les courants de pensée féministe
Quelques commentaires sur la domination patriarcale
Chroniques plurielles des luttes féministes au Québec
Qu’il est difficile de partir !
Deux cents participantes au premier rassemblement québécois des jeunes féministes
Le féminisme : comprendre, agir, changer
Le féminisme, une fausse route ? Une lutte secondaire ?
À l’ombre du Vaaag : retour sur le Point G
L’identité masculine ne se construit pas contre l’autre
Les hommes et le féminisme : intégrer la pensée féministe
La misère au masculin
Le Nobel de la paix 2003 à la juriste iranienne Shirin Ebadi
Hommes en désarroi et déroutes de la raison
Le « complot » féministe
Christine de Pisan au coeur d’une querelle antiféministe avant la lettre
Masculinisme et suicide chez les hommes
Le féminisme, chèvre émissaire !
L’autonomie de la FFQ, véritable enjeu de l’élection à la présidence
Les défis du féminisme d’aujourd’hui
Les arguments du discours masculiniste
Nouvelle présidente à la FFQ : changement de cap ?
La stratégie masculiniste, une offensive contre le féminisme
Le discours masculiniste dans les forums de discussion







Qu’y a-t-il de plus fondamental dans notre identité que le nom que nous portons, la façon dont on s’adresse à nous ? Le Directeur de l’état civil a même le mandat d’intervenir lorsque les parents donnent un prénom ridicule à leur enfant et, si le désaccord persiste, il peut demander au tribunal de remplacer le prénom en question par un prénom plus usuel. En France, la loi stipule que le prénom choisi ne doit pas être de nature à compromettre l’intérêt de l’enfant. (1) Et pourtant, d’aucun-es voudront banaliser l’emploi de « Mademoiselle » ou son équivalent dans d’autres langues (mon article ne vise pas, bien sûr, le Ms. anglais que les féministes américaines ont décidé de privilégier).

Qui plus est, des gens se montrent offusqués lorsqu’on leur rappelle les bonnes manières, comme s’ils pensaient avoir un droit sur la personne à laquelle ils s’adressent, et qu’on voulait le leur enlever. Sur les cinq cas que j’ai en mémoire (et appartenant à des contextes très divers), où j’ai communiqué directement, mais très poliment, ma préférence à mon interlocuteur, trois ont donné lieu à des manifestations d’agressivité (hausse du ton de voix, onomatopées diverses, rudesse, « j’appellerai b’en “Mademoiselle” qui j’veux », « C’est ça, tu m’enverras en prison ! » [après avoir dit que cela me blessait] ou répétition délibérée de « Mademoiselle » après correction). Dans un autre cas, il n’y a pas eu réaction d’agressivité mais intensification de l’utilisation de « Mademoiselle » à l’occasion de conversations tenues autour de moi avec des femmes courbant l’échine ou ne comprenant pas l’enjeu. En résumé, sur cinq personnes, seulement une a bien réagi et a corrigé en s’excusant.

Certains ministères du gouvernement fédéral, sinon tous, préconisent à leurs fonctionnaires l’emploi de « Mademoiselle » pour s’adresser aux jeunes filles qui n’ont pas atteint l’âge de 13 ans. Pourquoi serait-il plus ridicule d’appeler une jeune fille de 12 ans « Madame », qu’un jeune garçon de 3 ans « Monsieur » ? Les jeunes filles de 12 ans et moins doivent être très politisées pour que l’on persiste ainsi à maintenir le titre de civilité parmi les options des menus déroulants. Lorsqu’un homme doit lire Mlle, Mme avant de cocher M., on entretient chez lui l’idée qu’il a le choix de s’adresser à une femme par l’un ou l’autre. Il y a donc une part de responsabilité collective. Quand j’ai abordé la question avec mes supérieurs, on a essayé de me convaincre que ce n’était pas de la discrimination. L’un d’eux m’a même répondu, à l’idée d’un recul possible, « ah b’en ça, c’est dans l’ordre des possibilités ». (En passant je me suis encore fait appeler « Mademoiselle » cette année et j’ai 42 ans, mais il y a environ trois ans, je pouvais affirmer ne pas avoir souffert l’offense depuis 15 ou 20 ans, ce qui n’est plus le cas).

Si une mauvaise habitude est à perdre, pourquoi donc l’inculquer ? « Prendre sa place, ça commence tôt ! », slogan que j’emprunte à un colloque du YWCA de Québec intitulé « Place aux filles ! ». Bien avant, donc, la norme de 12 ans du gouvernement fédéral ou l’âge de la majorité, qui est de 18 ans au Québec.

Est-il donc surprenant que dans un cours d’espagnol aucune des jeunes femmes présentes (parions qu’elles ont au moins 20 ans) ne réagit lorsque la professeure s’adresse à elles en disant « Señorita » ? À moi, elle dit « Señora » - tiens, je dois avoir un ou deux cheveux gris que je vais devoir couper ce soir. Quand j’ai demandé, le plus diplomatiquement possible, à la professeure, les raisons qui, en espagnol, justifiaient l’emploi de « Mademoiselle », elle n’a fait que régurgiter les règles du « catéchisme » patriarcal que la société hispanique lui a inculquées. Elle m’a répondu que l’emploi de « Señorita » ou de « Señora » se déterminait en fonction de l’âge et de l’état civil de la femme. Elle a précisé que l’apparence de la femme entrait en ligne de compte (depende de la apariencia de la mujer a la que se dirija) et qu’à la différence du français québécois, on continuait de les utiliser beaucoup (y a diferencia del francés quebequense, sigue utilizandose mucho en español). (2)

Donc, si une femme apprend une langue étrangère, doit-elle nécessairement, au nom du respect de celle-ci, désapprendre l’égalité et réapprendre la soumission ? En cette ère de mondialisation, la question me paraît pertinente.

J’avoue que le choc fut grand, habituée que j’étais à l’idée que l’université doit servir de modèle au reste de la société. Je vois certainement, dans cette pratique, un danger de contamination de la langue, parce que ces jeunes risquent de faire un transfert linguistique (d’autant plus facile à faire qu’il aura été cautionné par l’université), comme lorsque l’on regarde des films mal traduits, où le traducteur a traduit « Ms. » par « Mademoiselle »... sauf lorsque le contexte le justifie, bien entendu, comme dans le film Las Solas (de Benito Zambrano), dans lequel la protagoniste, Maria, ordonne à son voisin de ne pas l’appeler « Señorita ».

Les hommes ont banalisé le sexisme en lui donnant une apparence non politique. Ils ont évacué la femme de la sphère politique en la découpant en petits morceaux pour mieux la contrôler. Le sexisme est pratiqué par le biais de la linguistique, du religieux, etc. (que l’on englobe sous le vocable « culturel »). L’Académie française ou la Real Academia ne sont que l’un de ces outils de discrimination. Comme je l’ai déjà dit lors d’un échange vigoureux en plein atelier où le formateur essayait de réhabiliter les « droits de l’homme » au détriment de « droits humains », sur lequel il essayait de faire planer un doute sous le couvert de l’adjectivite, ce n’est pas aux grammairiens de décider de la place de la femme dans la société, mais aux femmes elles-mêmes. À la fin de la discussion, une jeune traductrice lui avait demandé, toute ingénue, le regard levé vers lui, avide de connaître la réponse et soucieuse de bien faire son métier : « Alors, M. X, qu’est-ce que l’on fait, qu’est-ce que l’on doit dire ? » Il faut se réapproprier ces morceaux. Et ça ne commence pas à 18 ans !

Cette persévérance à maintenir certains mots dans l’usage n’est pas innocente. Ceux qui sont dans le secret des dieux, notamment les spécialistes de la publicité, connaissent depuis belle lurette la magie des mots. Malgré tous leurs diplômes, les femmes n’occupent pas encore dans la société la place qui leur revient. Et si le manque à gagner avait quelque chose à voir avec l’empreinte du mot sur l’esprit. Si celle-ci était la masse manquante de l’univers des relations hommes-femmes...

Notes

1. www.legifrance.gouv.fr et www.cslf.gouv.qc.ca
2. La diferencia de uso entre estos dos términos se establece a partir de la edad y estado civil de la mujer. En el diccionario de la RAE puede encontrar las siguientes definiciones que pueden servirle de guía :
Señorita :

    3. Término de cortesía que se aplica a la mujer soltera.
    4. f. Tratamiento de cortesía que se da a maestras de escuela, profesoras, o también a otras muchas mujeres que desempeñan algún servicio, como secretarias, empleadas de la administración o del comercio, etc.

Señora :

    m. y f. Título que se antepone al apellido de un varón o de una mujer casada o viuda.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 13 novembre 2006


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

France Dombrowski



Plan-Liens Forum

  • > Madame, s’il vous plaît !
    (1/4) 15 février 2008 , par

  • > Madame, s’il vous plaît !
    (2/4) 29 janvier 2007 , par

  • > Madame, s’il vous plaît !
    (3/4) 25 janvier 2007 , par

  • > Madame, s’il vous plaît !
    (4/4) 4 janvier 2007 , par





  • > Madame, s’il vous plaît !
    15 février 2008 , par   [retour au début des forums]

    Bonjour,
    Sachez que je suis particulièrement d’accord avec votre article. J’ai d’ailleurs écrit un livre à ce sujet, paru le 31 août 2006, aux éditions Max Milo, intitulé "Madame ou mademoiselle ?". Je pensais que les journalistes seraient surpris de l’illégalité de l’emploi du distinguo. Indifférence complète. mon attachée de presse était sidérée, aucune presse, et spécialement féminine n’a voulu en parler ! J’avais également envoyé un article que vous pouvez lire à l’adresse suivante :http://www.7evident.fr
    /article_mademoiselle_un_detail.htm
    Bonne journée à vous,
    Laurence Waki

    > Madame, s’il vous plaît !
    29 janvier 2007 , par   [retour au début des forums]

    C’est curieux.
    Vous ressentez le fait qu’on vous considère comme indépendante comme inférieur au fait que vous puissiez être accrochée à un type ?
    En quoi le fait d’être seule serait-il inférieur à l’état de mariage ?

    Ici en France je connais de nombreuses femmes célibataires de tous âges qui se vexent surtout du contraire et qui sont fières de leur indépendance, et l’affichent.

    Le terme de "madame", je le vois plutôt comme un boulet à traîner.

    > Madame, s’il vous plaît !
    25 janvier 2007 , par   [retour au début des forums]

    Un titre vous est-il à ce point important, madame ? Je suis d’accord que le terme « madame » devrait prévaloir sur le terme « mademoiselle », surtout en cas d’incertitude. À vrai dire, pour simplifier la chose, « madame » devrait être le seul terme que l’on devrait utiliser pour s’addresser à une femme.

    Toutefois, je crois que votre ton et votre manière de vous exprimer seraient probablement à la base de l’angoisse que c’est gens vous font ressentir. Lors de la lecture de votre texte, je n’ai pas été convaincu de votre argumentation. Je doute que les gens désiraient volontairement vous indisposer en vous appelant mademoiselle, mais si vous leur demander de vous appeler madame, cela peut leur paraître comme si vous désiriez avoir un titre de plus. Après tout, s’ils vous appellent mademoiselle, c’est par marque de respect. Un manque d’éducation sur l’éthiquette sociale, certainement, mais tout de même une tentative à être poli. Si vous le rejetez en le corrigeant, il se peut que cela vous attire des réponses dérangeantes. En l’esprit de plusieurs Québecois, madame est une expression utilisée pour décrire une vieille femme ou utilisé pour parler d’une personne très importante, tel une reine. Ainsi, il va sans dire qu’exiger que l’on vous appelle madame peut sembler extrèmement hautain de votre part, pour certains.

    Bien que cela semble frustrant, il va falloir faire avec pour un certain temps, le temps d’encourager constructivement les gens à adopter ce mot.

    • > Madame, s’il vous plaît !
      26 janvier 2007 , par
        [retour au début des forums]

      Il me semble que vous retardez un peu. Il y a longtemps que la majorité des Québécois disent Madame à la place de Mademoiselle. Mais il y en a qui le font exprès d’appeler une femme de 30 ans Mademoiselle parce qu’ils veulent souligner son statut par rapport à un homme (si elle a un mari ou non). Je trouve que ce texte explique bien la situation et votre ton de mère Supérieure me semble moins tolérable que celui de l’auteure. Au fait comment vous appelez-vous ? Monsieur Jean ou Madame Jeanne ?

      [Répondre à ce message]

    • Je demande qu’on respecte mon identité
      16 février 2008 , par
        [retour au début des forums]

      Je ne sais pas si vous êtes un homme ou une femme.
      Toutefois, je fais l’hypothèse que vous êtes plutôt un homme, car pour comprendre pleinement ce qu’une femme ressent lorsqu’on l’appelle "mademoiselle", il faut l’avoir vécu.

      En Suisse, en principe ce sont plutôt les dames âgées célibataires qui peuvent insister pour qu’on les appelle "mademoiselle", mais des femmes jeunes sont encore parfois appelées comme ça.

      La manière dont les autres personnes s’adressent à nous a une influence certaine sur notre bien-être, notre ressenti, notre estime de soi. Hors être appelé "mademoiselle", avec cette connotation de jeune à peine majeure, et qui n’a pas d’équivalent masculin dans la vie courante (c’est bien connu, les hommes sont à tout âge adultes et responsables !!!) est blessant.

      Je rencontre dans ma vie quotidienne une autre situation blessante en lien avec mon identité. En Suisse, depuis 20 ans (oui VINGT, PAS UN OU DEUX), les femmes mariées ont la possibilité de garder leur nom de femme non mariée, en le faisant suivre par le nom de famille de leur conjoint.

      Cela a été mon choix. De plus, comme je suis connue sous mon seul nom de femme non mariée, en particulier au niveau professionnel, je n’utilise que ce nom là. Il est aussi la marque de mon histoire familiale et d’où je viens.

      Mes enfants, par contre, portent le nom de leur père. Alors, régulièrement, les enseignant-e-s de mes enfants m’appellent par le nom de mon mari ou l’administration scolaire m’envoie des courriers à ce même nom, parfois même après que je les aie informée de mon nom.

      Ces personnes nient mon indentité et me blessent, par ignorance, par habitude sexiste, par usage (plus ou moins chargé de paresse, c’est plus compliqué de se souvenir de deux noms, le mien et celui de mes enfants) des héritages multiples du patriarcat dans nos sociétés.

      Ces points ne sont pas des détails. Au contraire, ils font partie de l’accumulation d’expériences désagréables et d’humiliations que vivent les femmes dans nos sociétés et qui heurtent leur estime de soi et leur image de soi, tels la pornographie, la publicité sexiste, le manque d’images publiques féminines, le harcellement sexuel, etc.

      [Répondre à ce message]

      • > Je demande qu’on respecte mon identité
        17 février 2008 , par
          [retour au début des forums]

        En france la législation sur le nom est bien plus ancienne, puis qu’elle date de la révolution française (1789) où chaque individu ne possède qu’un seul nom, celui qui figure sur son acte de naissance ! le nom qu’une femme utilise si elle se marie, est un nom d’usage, qui ne sera jamais son nom légal. D’ailleurs toute femme qui va voter sait qu’elle est noté sous son nom de naissance, son seul vrai nom !! La prise du nom de l’époux n’est qu’un nom d’usage, une habitude. C’est d’autant plus scandaleux. La loi est en France de ce côté là bien faite, mais comme personne ne le sait...
        Laurence Waki

        [Répondre à ce message]

    > Madame, s’il vous plaît !
    4 janvier 2007 , par   [retour au début des forums]

    Je suis tellement d’accord avec vous.


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2006
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin