| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






vendredi 18 mars 2016

Le féminisme islamique est-il un pseudo-féminisme ?

par Michèle Sirois, anthropologue et membre de PDF Québec






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


Sexisme politique, sexe social
Révolution féministe : site féministe universaliste et laïc
Il faut abolir les prisons pour femmes
Pour un féminisme pluriel
Cachez-moi ce vilain féminisme
Féminisme - Le Groupe des treize veut rencontrer la ministre à la Condition féminine Lise Thériault
Combattre le patriarcat pour la dignité des femmes et le salut du monde
Martine Desjardins parle du Sommet des femmes à Montréal
Banaliser la misogynie, c’est dangereux
Féminisme - Faut-il faire le jeu du "Diviser pour régner" ?
Je suis blanche et vous me le reprochez !
La pensée binaire du féminisme intersectionnel ne peut que mener à l’incohérence
Lutter contre la pauvreté des femmes et la violence des hommes envers elles
"Du pain et des roses" - Le 26 mai 1995, une grande aventure débutait
Portrait des Québécoises en 2015 - L’égalité ? Mon œil !
Je plaide pour un féminisme qui n’essaie pas de s’édulcorer
La Maison de Marthe, première récipiendaire du Prix PDF Québec
Ensemble, réussir la 4ième Marche Mondiale des Femmes ! Tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous resterons en marche !
Des "Déchaînées" aux genoux du patriarcat !
L’intervention féministe intersectionnelle – Troquer un idéal pour une idéologie trompeuse ?
Ce que révèle l’alliance de certains musulmans avec la droite réactionnaire
Au cœur de la division du mouvement féministe québécois : deux visions
Désaccord sur le virage de la Fédération des femmes du Québec
Féminisme islamique - Quand la confusion politique ne profite pas au féminisme
États généraux du féminisme - Des sujets importants écartés : "De qui ou de quoi avons-nous peur ?"
PDF Québec est lancé ! - Une voix pour les droits des femmes
États généraux et FFQ - Un féminisme accusateur source de dissension
Ignorer et défendre la domination masculine : le piège de l’intersectionnalité
Comment les hommes peuvent appuyer le féminisme
Le féminisme contemporain dans la culture porno : ni le playboy de papa, ni le féminisme de maman
Refuser d’être un homme. Pour en finir avec la virilité
Les micro-identités et le "libre choix" érigé en système menacent les luttes féministes
La misogynie n’a pas sa place dans le féminisme
L’écriture équitable - La féminisation des textes est un acte politique
Réfutation de mensonges au sujet d’Andrea Dworkin
Une éducation féministe donne de meilleurs fils
"Rien n’a encore pu me détruire" : entretien avec Catharine A. MacKinnon
France - La mainmise des hommes sur le monde de la radio
États généraux sur le féminisme au Québec/FFQ - Des exclusions fondées sur des motifs idéologiques et des faussetés
Le mouvement des « droits des hommes », la CAFE et l’Université de Toronto
Mensonges patriarcaux - Le mouvement des « droits des hommes » et sa misogynie sur nos campus
Féministes, gare à la dépolitisation ! Les féminismes individualiste et postmoderne
"Les femmes de droite", une oeuvre magistrale d’Andrea Dworkin
"Je suis libre", une incantation magique censée nous libérer des structures oppressives
Trans, queers et libéraux font annuler une conférence féministe radicale à Londres
« Le féminisme ou la mort »
"Des paradis vraiment bizarres" - "Reflets dans un œil d’homme ", un essai de Nancy Huston
Quand les stéréotypes contrôlent nos sens
"Agentivité sexuelle" et appropriation des stratégies sexistes
Cessons de dire que les jeunes femmes ne s’identifient pas au féminisme !
Un grand moment de féminisme en milieu universitaire
Beauté fatale. Les nouveaux visages d’une aliénation féminine
Résistance au sexe en contexte hétérosexuel
La CHI - Un humour dégradant et complice de l’injustice sociale
"Heartbreak", une autobiographie d’Andrea Dworkin
Hockey, suicide et construction sociale de la masculinité
Polémique sur l’enseignement du genre dans les manuels scolaires en France
Le "Gender" à l’américaine - Un verbiage qui noie la réalité du pouvoir patriarcal
2011-2015 - Un plan d’action pour un Québec égalitaire
NousFemmes.org
L’égalité inachevée
Journée internationale des femmes 2011 - Briser le silence sur toutes les formes de sexisme
En France et ailleurs, 2010, une mauvaise année pour les femmes
Ce qu’est le féminisme radical
Polygamie - Le Comité de réflexion sur la situation des femmes immigrées et “racisées” appuie l’avis du CSF
Il y a trois ans, mon cher Léo...
La Fédération des femmes du Québec représente-t-elle toutes les femmes ?
Tout est rentable dans le corps des femmes... pour ceux qui l’exploitent
Incessante tyrannie
Comment le patriarcat et le capitalisme renforcent-ils conjointement l’oppression des femmes ?
Égalité ou différence ? Le féminisme face à ses divisions
Le "gender gap" dans les Technologies de l’information et de la communication
La Marche mondiale des femmes dix ans plus tard
Azilda Marchand : une Québécoise qui fut de tous les combats pour les femmes !
Les hommes proféministes : compagnons de route ou faux amis ?
Prostitution et voile intégral – Sisyphe censuré par le réseau féministe NetFemmes
Regard sur l’égalité entre les femmes et les hommes : où en sommes-nous au Québec ?
Féminisme en ménopause ?
Ce n’est pas la France des NOBELS !
Écarter d’excellentes candidates en médecine ? Inadmissible !
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
La question des privilèges - Le réalisateur Patric Jean répond à des critiques
Lettre à Patric Jean, réalisateur de "La domination masculine", et à bien d’autres...
Une grande féministe, Laurette Chrétien-Sloan, décédée en décembre 2009
Le travail, tant qu’il nous plaira !
Comme une odeur de misogynie
La patineuse
Invasion du sexisme dans un lycée public
Magazines, anorgasmie et autres dysfonctions
"Toutes et tous ensemble pour les droits des femmes !"
Cent ans d’antiféminisme
MLF : "Antoinette Fouque a un petit côté sectaire"
Des femmes : Une histoire du MLF de 1968 à 2008
Qui est déconnectée ? Réponse à Nathalie Collard
Manifeste du rassemblement pancanadien des jeunes féministes
Pour une Charte des droits des femmes
Andy Srougi perd sa poursuite en diffamation
La lesbienne dans Le Deuxième Sexe
Le livre noir de la condition des femmes
La percée de la mouvance masculiniste en Occident
Procès du féminisme
Humanisme, pédocriminalité et résistance masculiniste
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Mise au point sur la suspension d’un article critiquant le livre du Dr Michel Dubec
Pour éviter de se noyer dans la (troisième) vague : réflexions sur l’histoire et l’actualité du féminisme radical
L’égalité des femmes au Québec, loin de la coupe aux lèvres !
Je suis féministe !
Écoféminisme et économie
Poursuite contre Barbara Legault et la revue "À Bâbord !" - Mise à jour
Biographie de Léo Thiers-Vidal
Vivement le temps de prendre son temps !
Séances d’information pour le projet d’une Politique d’égalité à la Ville de Montréal
Florence Montreynaud fait oeuvre d’amour et de mémoire
Magazines pour filles, changement de ton !
Un 30e anniversaire de la JIF sous la fronde conservatrice
L’égalité des femmes au Québec est-elle plus qu’une façade ?
Colloque sur Antigone
Prostitution et trafic sexuel - Dossier principal sur Sisyphe.org
Golf : "Gentlemen only, ladies forbidden" ?
Méchant ressac ou KIA raison ?
Dégénération de "Mes aïeux", un engouement questionnant
Les « Gender Studies », un gruyère confortable pour les universitaires
Réflexions "scientifiques" du haut du Mont Grey Lock
Madame, s’il vous plaît !
Annie Leclerc, philosophe
Des arguments de poids...
Pour hommes seulement
Andrea Dworkin ne croit pas que tout rapport sexuel hétéro est un viol
Peau d’Âme ou Beautés désespérées ?
Réflexions et questionnement d’une féministe en mutation
Mais pourquoi est-elle si méchante ?
Le concours « Les Jeudis Seins » s’inscrit dans le phénomène de l’hypersexualisation sociale
Aux femmes qui demandent - sans plus y croire - justice. Qu’elles vivent !
Jeux olympiques 2006 : félicitations, les filles !
7e Grève mondiale des femmes - Le Venezuela donne l’exemple
Évolution des droits des Québécoises et parcours d’une militante
2005, l’année de l’homme au Québec
Mes "problèmes de sexe" chez le garagiste !
Brèves considérations autour des représentations contemporaines du corps
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, NON à la décriminalisation de la prostitution
"Femmes, le pouvoir impossible", un livre de Marie-Joseph Bertini
L’AFEAS veut la représentation égalitaire à l’Assemblée nationale du Québec
Elles sont jeunes... eux pas
Dis-moi, « le genre », ça veut dire quoi ?
Quand donc les hommes ont-ils renoncé à la parole ?
Déconstruction du discours masculiniste sur la violence
Les hommes vont mal. Ah bon ?
La face visible d’un nouveau patriarcat
Quelle alternative au patriarcat ?
Le projet de loi du gouvernement Raffarin "relatif à la lutte contre les propos discriminatoires à caractère sexiste et homophobe" est indéfendable
L’influence des groupes de pères séparés sur le droit de la famille en Australie
Victoires incomplètes, avenir incertain : les enjeux du féminisme québécois
Retrouver l’élan du féminisme
Le droit d’éliminer les filles dans l’oeuf ?
Le système patriarcal à la base des inégalités entre les sexes
Des nouvelles des masculinistes
Masculinisme et système de justice : du pleurnichage à l’intimidation
Nouvelle donne féministe : de la résistance à la conquête
Les masculinistes : s’ouvrir à leurs réalités et répondre à leurs besoins
Nouvelles Questions féministes : "À contresens de l’égalité"
S’assumer pour surmonter sa propre violence
Sisyphe, que de rochers il faudra encore rouler !
Coupables...et fières de l’être !
Un rapport de Condition féminine Canada démasque un discours qui nie les inégalités de genre
De la masculinité à l’anti-masculinisme : penser les rapports sociaux de sexe à partir d’une position sociale oppressive
Les courants de pensée féministe
Quelques commentaires sur la domination patriarcale
Chroniques plurielles des luttes féministes au Québec
Qu’il est difficile de partir !
Deux cents participantes au premier rassemblement québécois des jeunes féministes
Le féminisme : comprendre, agir, changer
Le féminisme, une fausse route ? Une lutte secondaire ?
À l’ombre du Vaaag : retour sur le Point G
L’identité masculine ne se construit pas contre l’autre
Les hommes et le féminisme : intégrer la pensée féministe
La misère au masculin
Le Nobel de la paix 2003 à la juriste iranienne Shirin Ebadi
Hommes en désarroi et déroutes de la raison
Le « complot » féministe
Christine de Pisan au coeur d’une querelle antiféministe avant la lettre
Masculinisme et suicide chez les hommes
Le féminisme, chèvre émissaire !
L’autonomie de la FFQ, véritable enjeu de l’élection à la présidence
Les défis du féminisme d’aujourd’hui
Les arguments du discours masculiniste
Nouvelle présidente à la FFQ : changement de cap ?
La stratégie masculiniste, une offensive contre le féminisme
Le discours masculiniste dans les forums de discussion







« Nous avions jadis les mêmes ennemis : le patriarcat et les lois divines. » (1) Voilà le cri du cœur que nous a lancé un groupe de féministes laïques algériennes et iraniennes dans une lettre ouverte adressée aux amies féministes. Avec l’avènement du féminisme islamique, qu’en est-il actuellement de cette communauté d’intérêts et d’objectifs avec le mouvement féministe ? À quelle sorte de féminisme nous convie le féminisme islamique ? Le féminisme qui s’inscrit dans un référent religieux, et plus spécifiquement le féminisme islamique, existe-t-il vraiment en tant que mouvement qui défend la pleine et entière égalité des femmes avec les hommes ?

Ce concept suscite plusieurs questions : comment articuler toutes les atteintes aux droits des femmes avec la perspective d’un féminisme islamique ? Ce dernier est-il un leurre ou un réel instrument d’émancipation des femmes ?
Le féminisme peut-il s’appliquer aux diverses cultures ?

Plusieurs théoriciennes du féminisme islamique travaillent à « décoloniser » le féminisme. Le texte « Les femmes musulmanes sont une vraie chance pour le féminisme. Entretien avec Zahra Ali » (2) est très révélateur de la volonté de ces « féministes islamiques » de lutter contre l’« impérialisme occidental ». En effet, comme partout, les groupes dominés questionnent leur place sur l’échiquier mondial et revendiquent un meilleur partage des richesses et des pouvoirs. Le féminisme islamique s’inscrit dans cette mouvance anti-impérialiste. Le féminisme qualifié d’occidental par les gens de cette mouvance anticolonialiste est alors suspecté d’imposer des modèles qui ne conviennent pas aux femmes musulmanes. D’où la nécessité d’y substituer un féminisme islamique, à l’image du black feminism revendiqué par certaines femmes noires anticolonialistes. En fait, les féministes islamiques ignorent sans doute que le féminisme n’est pas occidental par essence, puisqu’il a réussi à émerger en Occident uniquement en se battant contre les traditions. L’émancipation des femmes en Occident n’a pas été plus « naturelle » qu’elle peut l’être dans d’autres traditions, qu’elles soient musulmanes, hindoues ou juives.

Le féminisme islamique a émergé dans les pays où les femmes vivent sous lois musulmanes (ex. Iran et Indonésie) et qui n’ont d’autres moyens pour obtenir des réformes en faveur des femmes que de présenter la recherche d’égalité comme étant conforme au Coran. Leur réel but est d’obtenir plus de droits et plus d’émancipation pour les femmes. Cependant, leurs réformes restent souvent modérées, car de très fortes résistances émergent lorsqu’elles touchent à des questions comme l’héritage. Certaines féministes du Maghreb ont d’ailleurs renoncé à revendiquer la pleine égalité des femmes quant à leur part d’héritage, craignant pour leur propre sécurité, notamment dans un contexte de montée de l’islamisme et de l’expansion du wahhabisme financée par l’Arabie saoudite.

Tout autre est le féminisme islamique qui est véhiculé par les femmes qui vivent sous lois laïques (ex. en France ou au Québec) et qui tentent de se référer à la religion musulmane comme source principale de leur féminisme. Tel est le propos défendu dans l’article publié en février 2016 dans la Gazette des femmes (3) où on affirme que « le féminisme islamique existe ». Il en fut de même au Québec avec la Collective des féministes musulmanes (4) qui décriait le projet de Charte de la laïcité présentée par le Parti québécois à l’automne 2013 afin de permettre aux femmes voilées d’occuper des emplois dans les institutions publiques tout en arborant un signe religieux ostentatoire. En fait, ces féministes défendaient davantage le port du voile que les droits des femmes. Quand on met de l’avant les libertés religieuses en faveur de pratiques sexistes et discriminatoires, le résultat peut-il être autre que de restreindre le mouvement de libération et d’émancipation des femmes ?

Autre question importante soulevée par ce concept de féminisme islamique : comment pourra-t-on réaliser un mouvement féministe solidaire dans un Québec où la majorité des femmes ont le « privilège d’être blanches » (pour reprendre un thème cher à l’analyse de l’intersectionnalité des oppressions qui fait, entre autres, la promotion du concept de « blanchité »), si on fragmente la lutte contre l’oppression patriarcale au nom de la lutte antiraciste et anticolonialiste ? On doit absolument tenir compte de ces oppressions et être solidaires des femmes qui sont minoritaires, afin d’atteindre non seulement l’égalité entre les sexes, mais aussi l’égalité entre les femmes. Cependant, on ne doit pas perdre de vue la direction qui doit unir toutes les femmes dans la lutte contre le patriarcat. Il faut recentrer la lutte autour du féminisme « radical », à savoir enlever le mal à la racine, c’est-à-dire le patriarcat qu’il soit chrétien, juif, musulman, hindouiste ou bouddhiste.

Le féminisme islamique évoque, comme justification de sa pertinence, l’hypersexualisation qui sévit en Occident. Il est vrai que l’hypersexualisation est une manifestation de la société patriarcale occidentale actuelle. Cependant, est-ce que lui substituer un patriarcat islamique est un bon moyen de lutter contre une des formes occidentales du patriarcat ? Les trois religions monothéistes sont patriarcales (5) et le féminisme a toujours combattu les diktats religieux qui oppriment les femmes. Certes, il peut y avoir des féministes islamiques, chrétiennes, juives ou hindouistes, mais ces féministes peuvent-elles vraiment prétendre s’inspirer de leur religion pour contester leur religion patriarcale ? Une relecture des textes dits sacrés peut apporter certaines améliorations à la condition des femmes, mais elle nous semble loin d’être suffisante pour assurer la pleine égalité des femmes avec les hommes, notamment parce que la suprématie des hommes est légitimée par le texte « sacré » lui-même.

Le Coran peut-il être source d’émancipation des femmes ?

Voilà quelques-unes des questions que je poserais à celles qui affirment puiser leur féminisme dans le texte du Coran. Comment concilient-elles leur « féminisme » avec certains extraits du Coran (6) où les hommes peuvent battre leurs femmes à la simple crainte d’infidélité ou quand elles n’obéissent pas (Sourate 4 : 34), où les femmes menstruées sont déclarées impures (Sourate 2 : 222), où l’homme peut répudier sa femme (Sourate 66 : 5), où le témoignage d’une femme ne vaut que la moitié de celui d’un homme (Sourate 2 : 282), où le garçon recevra une part d’héritage qui sera le double de celui de la fille (Sourate 4 : 11), où les hommes ont autorité sur leurs femmes du seul fait de la préférence de Dieu en leur faveur (Sourate 4 : 34), où la virginité et la jeunesse des femmes sont considérées comme des valeurs très importantes (Sourate 56 : 35-38), où les femmes doivent être fidèles à leur mari alors qu’eux ont droit à plusieurs femmes et à des captives de guerre (Sourate 23 : 1-6), etc. Quoique Mahomet ait apporté un certain progrès à la condition des femmes bédouines du VIIe siècle, il s’avère que la domination des femmes musulmanes ne peut être attribuée uniquement à des interprétations patriarcales du Coran. L’infériorisation des femmes se trouve bien inscrite dans le Coran lui-même. On pourrait d’ailleurs faire le même constat pour le christianisme ou pour le judaïsme.

Quand les féministes islamiques vont-elles commencer à dénoncer les privilèges accordés aux hommes par le Coran même, et non pas seulement à cause d’une interprétation patriarcale de la tradition islamique ? En fait, plusieurs musulmanes qui se disent féministes se contentent de négocier individuellement une amélioration de leur situation personnelle : elles font rédiger un contrat de mariage où le mari s’engage à avoir leur accord pour prendre une deuxième épouse ; elles font des demandes pour faire enlever le voile qui sépare la partie des femmes dans la salle de prière à la mosquée, ou pour avoir le droit de se baigner (selon des horaires non mixtes, avec un burqini ???), etc. Comme elles ne remettent pas en question fondamentalement le patriarcat de leur religion, comment pourraient-elles être solidaires des autres femmes musulmanes qui n’ont pas le même pouvoir de négociation qu’elles ?

On peut remarquer qu’il y a très peu de contestations de ces féministes islamiques à propos des versets du Coran qui traitent du statut et des rôles traditionnels des femmes dans la famille. Ont-elles peur de contribuer à stigmatiser les hommes de leur communauté d’appartenance ? On a l’impression de retrouver le même aveuglement que celui des partisans de la gauche avant la chute du Bloc de l’Est, ceux-ci ne voulant pas dénoncer les abus autoritaires et les violations des droits humains qui avaient cours dans ces pays, de peur de stigmatiser les partis communistes.

Chez plusieurs féministes islamiques, on sent davantage de solidarité envers les hommes de l’Oumma (communauté musulmane qui dépasse les frontières) qu’envers les femmes des autres pays et religions. Est-ce que ce féminisme s’inscrit bien dans la tradition du féminisme québécois qui s’est forgé à partir de la solidarité des femmes afin de combattre le patriarcat ainsi que les lois « divines » qui renforçaient la domination des femmes ?

Le féminisme islamique est peut-être une stratégie qui se justifie dans une société islamique autoritaire et quand il n’y a pas moyen de faire avancer la cause des femmes autrement. Par contre, dans nos sociétés plus libérales, le féminisme islamique n’est-il pas une tactique de récupération des frustrations des femmes ou un moyen pour marquer l’identité d’un groupe social minoritaire face au groupe dominant et, finalement, constituer essentiellement un outil de contestation du féminisme occidental et, plus largement, de la société occidentale ? Nous sommes en droit de questionner le « féminisme islamique » en nous demandant s’il est aussi, ou même surtout, un instrument dans les mains de groupes d’intérêts politiques.

Que penser du voile ?

La question du voile ne peut être évacuée facilement, parce qu’il est ostensible et ostentatoire dans notre société. De plus, la multiplication de ces voiles ne peut être détachée de l’histoire politique récente et de l’essor de l’islamisme politique sur la planète.

Pour commencer, il faut bien distinguer entre les motivations qui amènent à porter le voile et la signification du voile. Il existe plusieurs motivations pour porter le voile : le besoin de s’identifier à un groupe, le désir de respecter la volonté de Dieu qui demande que la femme soit modeste, le désir de s’opposer à ses parents, etc. Par contre, il n’existe qu’une seule signification à ce symbole religieux : le voile est un signe religieux sexiste et discriminatoire, car seules les femmes doivent cacher leurs cheveux pour ne pas « stimuler la concupiscence de l’homme ». Le message est : « Cette femme est la ‘chasse gardée’ du père, du mari, du frère, de l’oncle, du fils ». C’est donc un signe de soumission aux diktats des hommes qui se camouflent derrière une prétendue soumission à Dieu. La plupart du temps, les hommes ne portent pas l’identité de leur groupe : ils s’habillent à l’occidental (jeans, baskets, casquette, coupe-vent, etc.), se baignent en maillot, portent des manches courtes quand il fait chaud et même parfois des bermudas, etc. Dans le film iranien « Une séparation », gagnant de l’Oscar du meilleur film en langue étrangère en 2012, les femmes voilées étaient pratiquement les seuls repères qui nous permettaient de dire que nous étions en Iran, les hommes étant presque tous habillés à l’occidental. D’ailleurs, pourquoi la fidélité à leur religion et à leur Dieu imposerait-elle aux femmes musulmanes de retourner aux modes vestimentaires de l’Arabie du 7e siècle après Jésus-Christ, tout en permettant aux hommes musulmans de pouvoir s’habiller comme les autres hommes du 21e siècle ?

Le voile envoie comme message que ce sont les femmes non-voilées qui provoquent et excitent les hommes avec leur chevelure. C’est la femme qui est responsable de se cacher, et non pas l’homme de contrôler ses propres désirs. Auparavant au Québec, il en était de même avec la question du viol : la femme était coupable d’avoir été violée, car elle n’était pas au bon endroit, pas à la bonne heure, habillée de façon jugée provocante, avec un passé qui montre qu’elle n’était plus vierge, etc. Faut-il s’étonner que les Québécoises, qui ont lutté pour que ce soit l’homme qui soit considéré coupable du viol et non pas la victime, aient l’impression que la banalisation du voile fait reculer leurs luttes pour l’émancipation ?

La liberté de choix du voile n’est qu’un leurre. Quand un certain nombre de femmes portent le voile, les autres femmes sont souvent accusées d’être immodestes, provocantes, voire même d’être des « putains ». Il existe actuellement au Québec et ailleurs dans le monde une montée des pressions communautaires qui font croître le port du voile. Comment expliquer que ce voile soit imposé ou « librement choisi » dans la période qui entoure l’arrivée des menstruations, sinon que le voile est un instrument de contrôle de la sexualité et de la fécondité des femmes ? Comment expliquer que, de plus en plus, ce sont de toutes petites filles qui le portent. Un libre choix à cinq ans ? Ou plus vraisemblablement un instrument de visibilité pour un mouvement politique qui s’appuie sur la mainmise des hommes sur la sexualité des femmes. En fait, l’islam politique, aussi appelé islamisme, semble encourager cette visibilité que lui apporte le voile islamique.

Plusieurs tenants de la laïcité ouverte aux accommodements religieux, et au voile islamique, affirment que cela va favoriser l’intégration des femmes, notamment en leur permettant de travailler dans la fonction publique. Cet argument n’est corroboré par aucune étude. Notons, à ce sujet, qu’il n’a été aucunement mention du port du voile comme moyen d’intégration des femmes musulmanes à l’intérieur du plan d’action 2012-2015 qui a émergé des ateliers organisés à Montréal par les États généraux sur la situation des femmes immigrées et racisées. (7) N’est-ce pas ces restrictions imposées aux femmes, et de plus en plus aux toutes petites filles, qui permettent de repérer les adeptes de la religion musulmane et d’établir un dangereux profilage ethnico-religieux, notamment contre l’ensemble de la communauté maghrébine et moyen-orientale ? Ce profilage est favorisé, entre autres facteurs, par les accommodements religieux et le manque de balises fermes touchant la laïcité.

Le féminisme islamique peut-il renouveler le féminisme ?

Un certain nombre de femmes qui s’affirment féministes islamiques sont liées à des mouvements politiques qui s’inscrivent dans la mouvance des Frères musulmans ou des pétromonarchies conservatrices. Serait-ce pour cela qu’elles ne condamnent pas les déclarations des représentants des Frères musulmans en Égypte, qui se sont prononcés contre la loi d’interdiction de l’excision adoptée en 2008 ? Alors que l’organisation mondiale de la santé révèle que plus de 80% des femmes égyptiennes sont excisées, Azza El Garf, une députée du parti des Frères musulmans égyptiens, a affirmé en mars 2012 que ceux-ci voyaient l’excision comme une opération d’embellissement de la femme. (8) Serait-il plus facile de dénoncer les chirurgies esthétiques occidentales que celles qui sont promues par des musulmans afin d’exciser les femmes ?

N’est-il pas présomptueux d’affirmer, comme le fait Zahra Ali, que le féminisme occidental piétine et tourne en rond et que l’arrivée de femmes musulmanes constitue une véritable chance de renouveler notre féminisme ? Est-ce que cela ferait avancer ou bien dévier le combat fondamental que nous devons continuer de mener contre l’atteinte aux droits des femmes ? En mai 2009, la prise de position de la Fédération des femmes du Québec en faveur du voile a plutôt créé une scission qu’un avancement du mouvement féministe. Depuis, on constate que plusieurs femmes se sentent trahies par un féminisme embourbé dans le relativisme culturel et criant au racisme, à la xénophobie et au colonialisme aussitôt qu’on parle d’accorder la priorité aux droits des femmes plutôt qu’aux libertés religieuses, ou encore d’imposer des limites à la diversité des pratiques culturelles afin de respecter l’intégrité physique et psychologique des femmes, et de favoriser leur intégration. Pour reprendre les mots de Yolande Geadah, nous devons promouvoir le droit à la différence, mais non pas la différence des droits. (9)

Voilà pourquoi des doutes sérieux sont soulevés quant à la validité d’un concept comme le féminisme islamique et à la pertinence des justifications apportées au port du voile dans les institutions publiques. Après les luttes de libération nationale qui ont mené à l’indépendance de plusieurs pays soumis à la colonisation, en 2011 le printemps arabe a révélé à une importante quête de liberté. C’est dans ce contexte que la question des droits des femmes est devenue l’un des enjeux importants de ces révoltes. Plus que jamais un mouvement féministe authentique et sans frontières s’avère essentiel pour l’émancipation de toutes les femmes, quelles que soient leur communauté d’origine, leur classe sociale, leur orientation sexuelle ou leurs convictions spirituelles.

Notes

. Féministes laïques algériennes et iraniennes, « Lettre ouverte à nos amies féministes. Nous avions jadis les mêmes ennemis : le patriarcat et les lois divines ».
2. Contretemps, « Les femmes musulmanes sont une vraie chance pour le féminisme ». Entretien avec Zahra Ali, 24 novembre 2012.
3. Sarah Poulin-Chartrand, « Derrière le voile, des femmes » La Gazette des femmes, 26 février 2016.
4. Collective des féministes musulmanes, Pas en notre nom ! », Le Devoir, 26 septembre 2015.
5. Michèle Sirois, « La place et le rôle de la femme dans l’islam, le christianisme et le judaïsme ».
6. D. Masson, Le Coran, tomes I et II, Paris, Gallimard, 1967, collection Folio classique, no 1233 et 1234
7. Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes (TCRI), Plan d’action 2012-2015 Issu des États généraux sur la situation des femmes immigrées et racisées 20-21 et 22 janvier 2012.
8. Jessica Gray, Islamist Parliamentarian Objects to Egypt’s Ban on FGM », 27 mars 2012.
9. Françoise Guénette, « Une laïcité à peaufiner », Gazette des femmes, 1 octobre 2007.

- Lire aussi : Fawzia Zouari : le féminisme islamiste est une "imposture", le 12 mars 2016m, sur europe1.fr.

Mis en ligne sur Sisyphe, le 9 mars 2016


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Michèle Sirois, anthropologue et membre de PDF Québec

Michèle Sirois est aussi co-auteure de Individu et société. Introduction à la sociologie, Gaétan Morin éd., 2009, 4e éd.



Plan-Liens Forum

  • Le féminisme islamique est-il un pseudo-féminisme ?
    (1/2) 23 mars 2016 , par Minona Léveillé

  • Le féminisme islamique est-il un pseudo-féminisme ?
    (2/2) 10 mars 2016 , par Paul Gagnon





  • Le féminisme islamique est-il un pseudo-féminisme ?
    23 mars 2016 , par Minona Léveillé   [retour au début des forums]

    "À quelle sorte de féminisme nous convie le féminisme islamique ?"

    À un "féminisme" qui n’est tout simplement pas féministe. Puisque le féminisme implique d’être en faveur de l’égalité des sexes et que, par "islamique", on doit comprendre "en conformité avec l’islam" alors le féminisme islamique est une grossière imposture.

    Les preuves de la misogynie de l’islam sont faciles à trouver, non seulement dans le Coran mais aussi dans la Sunna (tradition), constituée des hadiths (un hadith est un acte ou une parole attribuée à Muhammad/Mahomet) ainsi que dans les biographies officielles du prophète auto-proclamé.

    Outre les discriminations que Michèle Sirois mentionne plus haut, il faut ajouter le fait qu’en temps de guerre, l’islam permet aux musulmans de capturer les femmes et les enfants de leurs ennemis, de les réduire à l’esclavage et d’user sexuellement de leurs esclaves (ça ne vous rappelle pas un certain État islamique vous ?)

    Peu de gens (de musulmans ?) le savent mais, selon les textes fondateurs de l’islam, trois des épouses de Muhammad étaient des captives de guerre et une autre était une esclave qui lui avait été donnée en cadeau.

    C’est sans parler de sa plus célèbre épouse, Aïsha, qui n’avait que 6 ans lorsqu’il l’a épousée et 9 lorsqu’il a commencé à avoir des relations sexuelles avec elle (ce qui ne veut pas dire qu’il n’en ait pas abusé avant par des attouchements). À noter que le Coran permet aussi aux musulmans d’épouser des fillettes impubères ainsi que la fille d’une épouse si le mariage avec l’épouse n’a pas encore été consommé.

    En outre, certains hadiths enseignent que les femmes doivent se soumettre à leur mari (sexuellement notamment), leur interdisent de voyager seule sans un mari ou un mahram (c’est à dire un homme qu’elles ne peuvent pas épouser) ou prétendent qu’elles annulent la prière de l’homme devant qui elle marchent !

    Quant au voile, il s’agissait à l’origine non d’un symbole religieux mais d’un marqueur social devant permettre aux hommes de distinguer les femmes libres (qu’ils n’avaient pas le droit de violer) des esclaves et des prostituées (qui n’avaient pas le droit de se voiler même après une conversion à l’islam). Il encourage donc, non seulement la discriminatoire sexuelle mais aussi la discrimination sociale.

    Une femme élevée dans l’islam peut être féministe mais si elle endosse, en toute connaissance de cause, les règles sexistes de l’islam, alors elle se disqualifie comme féministe.

    Pour connaître les textes fondateurs de l’islam :
    http://textup.fr/81394LX

    Versets sexistes :
    http://brisonslemythe.canalblog.com/archives/21_versets_sexistes/index.html

    Hadiths sexistes :
    http://brisonslemythe.canalblog.com/archives/32_hadiths_sexistes/index.html

    Porter le voile n’est jamais un choix féministe :
    http://boulevarddelislamisme.blog.tdg.ch/archive/2015/03/08/porter-le-voile-n-est-jamais-une-decision-feministe-265233.html

    Le féminisme islamique est-il un pseudo-féminisme ?
    10 mars 2016 , par Paul Gagnon   [retour au début des forums]

    Vous avez à la fois raison et tort de dire que le "que le féminisme n’est pas occidental par essence, puisqu’il a réussi à émerger en Occident uniquement en se battant contre les traditions". Fondamentalement, l’égalité homme-femme est universelle puisque tous les deux font partie du genre humain. De la même manière que les Droits de l’homme concernent les hommes de tous les pays, race, couleur, etc. Ils sont universels.

    Ceci étant dit, le féminisme est né, s’est développé et risque de mourir en Occident. Est-ce que vous croyez que c’est par hasard ? Certes, comme vous le dite, cela s’est fait « en se battant contre les traditions », mais croyez-vous que cela eut été possible en Égypte ou en Afghanistan ? À l’évidence c’est non ! Croire le contraire, c’est admettre qu’en tout temps et en tout lieu, toutes les cultures se valent.

    Du point de vue du Féminisme et des Droits de l’homme, l’Occident contemporain est des siècles en avance sur d’autres civilisations, l’Islam par exemple.

    Par contre, notre civilisation occidentale est en danger de mort imminente ! Cela aussi me semble évident. Comme aurait dit le Christ (et pourquoi pas si cela à de l’allure) : « toute maison divisé contre elle-même est destinée à périr » (citation libre).


        Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

    © SISYPHE 2002-2016
    http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin