| Arts & Lettres | Poésie | Démocratie, laïcité, droits | Politique | Féminisme, rapports hommes-femmes | Femmes du monde | Polytechnique 6 décembre 1989 | Prostitution & pornographie | Syndrome d'aliénation parentale (SAP) | Voile islamique | Violences | Sociétés | Santé & Sciences | Textes anglais  

                   Sisyphe.org    Accueil                                   Plan du site                       






lundi 28 juin 2004

Victoires incomplètes, avenir incertain : les enjeux du féminisme québécois

par Francine Descarries, professeure de sociologie à l’UQAM






Écrits d'Élaine Audet



Chercher dans ce site


AUTRES ARTICLES
DANS LA MEME RUBRIQUE


La sororité est-elle possible ?
L’intersectionnalité dévoyée : le cheval de Troie des islamistes
Le système patriarcal à la base des inégalités entre les sexes
#8mars - Les "étincelles" de Sophie Grégoire Trudeau
Désolée, vous n’êtes pas égales
Élaine Audet et Micheline Carrier, récipiendaires du Prix PDF QUÉBEC 2016
Vous avez dit "mauvais genre" ?
Lorraine Pagé trace un tableau de la situation des femmes dans le monde
Sexisme politique, sexe social
Révolution féministe : site féministe universaliste et laïc
Il faut abolir les prisons pour femmes
Le féminisme islamique est-il un pseudo-féminisme ?
Pour un féminisme pluriel
Cachez-moi ce vilain féminisme
Féminisme - Le Groupe des treize veut rencontrer la ministre à la Condition féminine Lise Thériault
Combattre le patriarcat pour la dignité des femmes et le salut du monde
Martine Desjardins parle du Sommet des femmes à Montréal
Banaliser la misogynie, c’est dangereux
Féminisme - Faut-il faire le jeu du "Diviser pour régner" ?
Je suis blanche et vous me le reprochez !
La pensée binaire du féminisme intersectionnel ne peut que mener à l’incohérence
Lutter contre la pauvreté des femmes et la violence des hommes envers elles
"Du pain et des roses" - Le 26 mai 1995, une grande aventure débutait
Portrait des Québécoises en 2015 - L’égalité ? Mon œil !
Je plaide pour un féminisme qui n’essaie pas de s’édulcorer
La Maison de Marthe, première récipiendaire du Prix PDF Québec
Ensemble, réussir la 4ième Marche Mondiale des Femmes ! Tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous resterons en marche !
Des "Déchaînées" aux genoux du patriarcat !
L’intervention féministe intersectionnelle – Troquer un idéal pour une idéologie trompeuse ?
Ce que révèle l’alliance de certains musulmans avec la droite réactionnaire
Au cœur de la division du mouvement féministe québécois : deux visions
Désaccord sur le virage de la Fédération des femmes du Québec
Féminisme islamique - Quand la confusion politique ne profite pas au féminisme
États généraux du féminisme - Des sujets importants écartés : "De qui ou de quoi avons-nous peur ?"
PDF Québec est lancé ! - Une voix pour les droits des femmes
États généraux et FFQ - Un féminisme accusateur source de dissension
Ignorer et défendre la domination masculine : le piège de l’intersectionnalité
Comment les hommes peuvent appuyer le féminisme
Le féminisme contemporain dans la culture porno : ni le playboy de papa, ni le féminisme de maman
Refuser d’être un homme. Pour en finir avec la virilité
Les micro-identités et le "libre choix" érigé en système menacent les luttes féministes
La misogynie n’a pas sa place dans le féminisme
L’écriture équitable - La féminisation des textes est un acte politique
Réfutation de mensonges au sujet d’Andrea Dworkin
Une éducation féministe donne de meilleurs fils
"Rien n’a encore pu me détruire" : entretien avec Catharine A. MacKinnon
France - La mainmise des hommes sur le monde de la radio
États généraux sur le féminisme au Québec/FFQ - Des exclusions fondées sur des motifs idéologiques et des faussetés
Le mouvement des « droits des hommes », la CAFE et l’Université de Toronto
Mensonges patriarcaux - Le mouvement des « droits des hommes » et sa misogynie sur nos campus
Féministes, gare à la dépolitisation ! Les féminismes individualiste et postmoderne
"Les femmes de droite", une oeuvre magistrale d’Andrea Dworkin
"Je suis libre", une incantation magique censée nous libérer des structures oppressives
Trans, queers et libéraux font annuler une conférence féministe radicale à Londres
« Le féminisme ou la mort »
"Des paradis vraiment bizarres" - "Reflets dans un œil d’homme ", un essai de Nancy Huston
Quand les stéréotypes contrôlent nos sens
"Agentivité sexuelle" et appropriation des stratégies sexistes
Cessons de dire que les jeunes femmes ne s’identifient pas au féminisme !
Un grand moment de féminisme en milieu universitaire
Beauté fatale. Les nouveaux visages d’une aliénation féminine
Résistance au sexe en contexte hétérosexuel
La CHI - Un humour dégradant et complice de l’injustice sociale
"Heartbreak", une autobiographie d’Andrea Dworkin
Hockey, suicide et construction sociale de la masculinité
Polémique sur l’enseignement du genre dans les manuels scolaires en France
Le "Gender" à l’américaine - Un verbiage qui noie la réalité du pouvoir patriarcal
2011-2015 - Un plan d’action pour un Québec égalitaire
NousFemmes.org
L’égalité inachevée
Journée internationale des femmes 2011 - Briser le silence sur toutes les formes de sexisme
En France et ailleurs, 2010, une mauvaise année pour les femmes
Ce qu’est le féminisme radical
Polygamie - Le Comité de réflexion sur la situation des femmes immigrées et “racisées” appuie l’avis du CSF
Il y a trois ans, mon cher Léo...
La Fédération des femmes du Québec représente-t-elle toutes les femmes ?
Tout est rentable dans le corps des femmes... pour ceux qui l’exploitent
Incessante tyrannie
Comment le patriarcat et le capitalisme renforcent-ils conjointement l’oppression des femmes ?
Égalité ou différence ? Le féminisme face à ses divisions
Le "gender gap" dans les Technologies de l’information et de la communication
La Marche mondiale des femmes dix ans plus tard
Azilda Marchand : une Québécoise qui fut de tous les combats pour les femmes !
Les hommes proféministes : compagnons de route ou faux amis ?
Prostitution et voile intégral – Sisyphe censuré par le réseau féministe NetFemmes
Regard sur l’égalité entre les femmes et les hommes : où en sommes-nous au Québec ?
Féminisme en ménopause ?
Ce n’est pas la France des NOBELS !
Écarter d’excellentes candidates en médecine ? Inadmissible !
Trois mousquetaires au féminin : Susan B. Anthony, Elizabeth Cady Stanton et Matilda Joslyn Gage
La question des privilèges - Le réalisateur Patric Jean répond à des critiques
Lettre à Patric Jean, réalisateur de "La domination masculine", et à bien d’autres...
Une grande féministe, Laurette Chrétien-Sloan, décédée en décembre 2009
Le travail, tant qu’il nous plaira !
Comme une odeur de misogynie
La patineuse
Invasion du sexisme dans un lycée public
Magazines, anorgasmie et autres dysfonctions
"Toutes et tous ensemble pour les droits des femmes !"
Cent ans d’antiféminisme
MLF : "Antoinette Fouque a un petit côté sectaire"
Des femmes : Une histoire du MLF de 1968 à 2008
Qui est déconnectée ? Réponse à Nathalie Collard
Manifeste du rassemblement pancanadien des jeunes féministes
Pour une Charte des droits des femmes
Andy Srougi perd sa poursuite en diffamation
La lesbienne dans Le Deuxième Sexe
Le livre noir de la condition des femmes
La percée de la mouvance masculiniste en Occident
Procès du féminisme
Humanisme, pédocriminalité et résistance masculiniste
Une critique des pages sur le viol du livre "Le Plaisir de tuer"
Mise au point sur la suspension d’un article critiquant le livre du Dr Michel Dubec
Pour éviter de se noyer dans la (troisième) vague : réflexions sur l’histoire et l’actualité du féminisme radical
L’égalité des femmes au Québec, loin de la coupe aux lèvres !
Je suis féministe !
Écoféminisme et économie
Poursuite contre Barbara Legault et la revue "À Bâbord !" - Mise à jour
Biographie de Léo Thiers-Vidal
Vivement le temps de prendre son temps !
Séances d’information pour le projet d’une Politique d’égalité à la Ville de Montréal
Florence Montreynaud fait oeuvre d’amour et de mémoire
Magazines pour filles, changement de ton !
Un 30e anniversaire de la JIF sous la fronde conservatrice
L’égalité des femmes au Québec est-elle plus qu’une façade ?
Colloque sur Antigone
Prostitution et trafic sexuel - Dossier principal sur Sisyphe.org
Golf : "Gentlemen only, ladies forbidden" ?
Méchant ressac ou KIA raison ?
Dégénération de "Mes aïeux", un engouement questionnant
Les « Gender Studies », un gruyère confortable pour les universitaires
Réflexions "scientifiques" du haut du Mont Grey Lock
Madame, s’il vous plaît !
Annie Leclerc, philosophe
Des arguments de poids...
Pour hommes seulement
Andrea Dworkin ne croit pas que tout rapport sexuel hétéro est un viol
Peau d’Âme ou Beautés désespérées ?
Réflexions et questionnement d’une féministe en mutation
Mais pourquoi est-elle si méchante ?
Le concours « Les Jeudis Seins » s’inscrit dans le phénomène de l’hypersexualisation sociale
Aux femmes qui demandent - sans plus y croire - justice. Qu’elles vivent !
Jeux olympiques 2006 : félicitations, les filles !
7e Grève mondiale des femmes - Le Venezuela donne l’exemple
Évolution des droits des Québécoises et parcours d’une militante
2005, l’année de l’homme au Québec
Mes "problèmes de sexe" chez le garagiste !
Brèves considérations autour des représentations contemporaines du corps
OUI à la décriminalisation des personnes prostituées, NON à la décriminalisation de la prostitution
"Femmes, le pouvoir impossible", un livre de Marie-Joseph Bertini
L’AFEAS veut la représentation égalitaire à l’Assemblée nationale du Québec
Elles sont jeunes... eux pas
Dis-moi, « le genre », ça veut dire quoi ?
Quand donc les hommes ont-ils renoncé à la parole ?
Déconstruction du discours masculiniste sur la violence
Les hommes vont mal. Ah bon ?
La face visible d’un nouveau patriarcat
Quelle alternative au patriarcat ?
Le projet de loi du gouvernement Raffarin "relatif à la lutte contre les propos discriminatoires à caractère sexiste et homophobe" est indéfendable
L’influence des groupes de pères séparés sur le droit de la famille en Australie
Retrouver l’élan du féminisme
Le droit d’éliminer les filles dans l’oeuf ?
Des nouvelles des masculinistes
Masculinisme et système de justice : du pleurnichage à l’intimidation
Nouvelle donne féministe : de la résistance à la conquête
Les masculinistes : s’ouvrir à leurs réalités et répondre à leurs besoins
Nouvelles Questions féministes : "À contresens de l’égalité"
S’assumer pour surmonter sa propre violence
Sisyphe, que de rochers il faudra encore rouler !
Coupables...et fières de l’être !
Un rapport de Condition féminine Canada démasque un discours qui nie les inégalités de genre
De la masculinité à l’anti-masculinisme : penser les rapports sociaux de sexe à partir d’une position sociale oppressive
Les courants de pensée féministe
Quelques commentaires sur la domination patriarcale
Chroniques plurielles des luttes féministes au Québec
Qu’il est difficile de partir !
Deux cents participantes au premier rassemblement québécois des jeunes féministes
Le féminisme : comprendre, agir, changer
Le féminisme, une fausse route ? Une lutte secondaire ?
À l’ombre du Vaaag : retour sur le Point G
L’identité masculine ne se construit pas contre l’autre
Les hommes et le féminisme : intégrer la pensée féministe
La misère au masculin
Le Nobel de la paix 2003 à la juriste iranienne Shirin Ebadi
Hommes en désarroi et déroutes de la raison
Le « complot » féministe
Christine de Pisan au coeur d’une querelle antiféministe avant la lettre
Masculinisme et suicide chez les hommes
Le féminisme, chèvre émissaire !
L’autonomie de la FFQ, véritable enjeu de l’élection à la présidence
Les défis du féminisme d’aujourd’hui
Les arguments du discours masculiniste
Nouvelle présidente à la FFQ : changement de cap ?
La stratégie masculiniste, une offensive contre le féminisme
Le discours masculiniste dans les forums de discussion







Les enjeux qui confrontent le féminisme québécois sont nombreux et de divers ordres : théorique, éthique, conjoncturel, pragmatique et stratégique. Ces enjeux questionnent la capacité du féminisme à maintenir le caractère subversif de son ancrage dans l’analyse des rapports sociaux de sexe comme dans celle du "Nous femmes", tout en faisant place à une vision plus complexe et actualisée des expériences plurielles, sérielles ou simultanées des femmes. Ils posent également la nécessité de faire place plus systématiquement à une analyse de l’interaction (l’interfécondation) entre patriarcat, capitalisme et racisme pour améliorer son potentiel d’analyse des causes structurelles, culturelles et macro-économiques de l’inégalité entre les sexes et accroître ses capacités d’interprétation et d’intervention. C’est le défi que doit relever la recherche féministe.

L’université féministe d’été de l’Université Laval m’a invitée à proposer ma réflexion sur les " nouveaux " défis de la recherche féministe. Or, bien que je comprenne très bien le caractère de ce qui est " nouveau ", j’ai l’indicible impression, non seulement de reprendre en d’autres mots ce qui a été dit par de nombreuses féministes, mais encore de répéter en grande partie ce que je disais ou écrivais déjà il y a une dizaine d’années … et je ne crois pas que cette réitération soit uniquement due à ma longévité dans le champ des études féministes !

Par ailleurs, ce qui vraisemblablement confère un caractère particulier et impératif à ma réflexion d’aujourd’hui est qu’elle est formulée alors qu’un large espace de la parole publique est accordée à une contre-offensive antiféministe qui compte sur de prétendus experts et des " féministes repenties " pour faire :

- dérailler le débat sur l’égalité et les luttes d’émancipation des femmes ;
- critiquer et discréditer les avancées théoriques, socio-politiques et éducatives des femmes, et
- affirmer qu’il est temps de passer à autre chose puisque l’égalité entre les sexes, à toutes fins pratiques, serait chose " faite ".

Mais l’urgence que je ressens de poursuivre la réflexion sur les défis qui confrontent les études féministes et le mouvement des femmes ne tient pas seulement à la résurgence dans le discours contemporain de cette contre-offensive masculiniste revancharde et accusatrice qui banalise, sinon nie, les inégalités entre les hommes et les femmes et fait resurgir l’idée d’un complot féminin/féministe qui serait responsable des problèmes rencontrés par les hommes dans la société actuelle.

En effet, ma réflexion prend acte du fait que, depuis la fin des années 1980, l’efficacité théorique et mobilisatrice de la pensée féministe, souvent dépeinte comme blanche et occidentale, de même que les fondements analytiques et stratégiques de ses discours et pratiques, s’est vue, et non sans raison d’ailleurs, de plus en plus souvent remise en cause et contestée, tant de l’intérieur que de l’extérieur des études féministes

Ma réflexion prend acte également de la réduction de l’indignation et des visées contestataires qui caractérisaient les premières décennies du féminisme contemporain et son quadruple corollaire :

- la réticence, sinon la gêne, à exprimer toute radicalité dans le discours et l’action féministes ;
- l’abandon par un grand pan de la recherche féministe actuelle d’un procès du patriarcat formulé en termes de rapports de sexe, de rapports de pouvoir, d’appropriation, d’oppression, de discrimination systémique ou de division sexuelle du travail, comme étant le seul moyen d’échapper à une interprétation trop globalisante, dichotomique ou déterministe de la diversité et de la pluralité des expériences vécues par les femmes ;
- l’affaiblissement du potentiel de concertation et de mobilisation du mouvement des femmes et de ses courants de pensée ; et enfin,
- l’éclatement actuel du discours féministe en une pluralité de cadres théoriques et de thématiques dont plusieurs renvoient au singulier et au particulier et privilégient les interprétations subjectives et les droits individuels plutôt que la défense du bien commun qui est au fondement de l’éthique féministe.

Définition des études féministes

Mais avant de poursuivre plus avant sur les enjeux qui interpellent en l’occurrence la capacité des études féministes à :

- absorber des question et thématiques nouvelles ;
- à prendre acte de l’hétérogénéité des statuts socio-économiques et des expériences des femmes et de la diversité des identités, des pratiques et des positions qui en découlent aussi bien à l’échelle locale, qu’à l’échelle nationale et internationale, et enfin,
- à intégrer les nouvelles aspirations et contradictions qui surgissent en raison même des gains réalisés par les femmes, je pense pertinent de préciser ce que désigne sous le vocable d’études féministes ; vocable d’ailleurs que je distingue de celui de " women’s studies " ou d’études sur les femmes, puisque que ce dernier désigne une discipline circonscrite et régie par une affiliation institutionnelle précise, alors que les études féministes renvoient explicitement à un projet ethico-politique et intellectuel qui est à cœur du développement d’un vaste champ d’études.

Quand je parle d’études ou de recherche féministe, je désigne donc essentiellement un champ pluridisciplinaire de production et de transmission des connaissances qui s’expriment à travers de multiples voix, de multiples lieux de production et qui fait appel à divers outils conceptuels et méthodologiques en vue :

- d’analyser les effets structurants des processus sociaux sexués qui traversent toutes les dimensions du social ;
- et de provoquer une transformation en profondeur des rapports sociaux de sexe, comme de notre façon de les penser, de les dire et de les agir.

D’une telle définition, on retiendra que les études féministes ne sont pas simple juxtaposition ou ajout du féminin et des catégories de sexe aux modèles d’analyse des différentes disciplines. On retiendra également qu’elles ne sont pas non plus un champ d’études uniquement centré sur les femmes, ni le résultat d’une façon doctrinaire et homogène de penser et d’analyser l’ensemble des processus sociaux sexués qui président à l’organisation de la vie en société.

De fait, si on me permet une énumération un peu longue, je préciserai, sans même prétendre à l’exhaustivité, que les études féministes sont, à la fois :

- critique épistémologique des biais sexistes à l’oeuvre dans la production des savoirs scientifiques et sociaux ;
- démarches scientifiques et socio-politiques pour déconstruire les modèles théoriques dominants proposés, pour penser et dire les femmes afin d’échapper certes à la cécité androcentriste de ces modèles et à la distorsion de leurs interprétation, mais surtout afin d’imposer le sexe/genre comme catégorie critique d’analyse ;
- et perspective méthodologue pour faire place à la parole et aux expériences des femmes, et favoriser l’établissement d’une base d’échanges démocratiques et complémentaires des savoirs.

D’autre part, les études féministes sont également :

- écriture littéraire et expressions artistiques pour échapper à l’effacement, à l’enfermement et à l’exclusion du langage et des représentations sexistes ;
- efforts de créativité pour soustraire les femmes de l’emprise de la renaturalisation statique et univoque du féminin, de la maternité et de la sexualité dans laquelle le patriarcat les a confinées ; et enfin,
- actions militantes engagées en faveur d’un idéal de démocratie, de justice sociale et de transformation des institutions reproductrices de la division et de la hiérarchie entre les sexes, sinon de l’exclusion pure et simple des femmes.

Partie intégrante d’un mouvement social majeur et de ses enjeux, les études feministes s’inscrivent dès lors dans l’univers des sciences de l’Homme comme démarche critique et problématique de changement.

Enjeux

Quels sont donc les principaux défis qu’elles doivent relever aujourd’hui pour conserver leur caractère dynamique, maintenir leur originalité conceptuelle et méthodologique, offrir une vision plus complexe et actualisée des expériences plurielles, sérielles ou simultanées des femmes, tandis qu’une constante vigilance doit être exercée pour préserver les espaces qui leur ont été faits au sein de nos disciplines et de nos universités ? A mon avis, ceux-ci sont nombreux et de divers ordres, notamment conjoncturel, institutionnel, stratégique, théorique et éthique. Je me contenterai de soulever ceux qui m’apparaissent les plus importants.

D’abord, j’estime que certaines stratégies devront être développées, que certaines démarches devront être repensées, réalignées pour trouver le "troisième souffle" dont dépend l’avenir du savoir féministe et la sauvegarde de ses acquis. Car, en dépit du dynamisme des chercheures et des étudiantes impliquées et de la qualité et de la pertinence de leur production - souvent ignorées néanmoins par leurs collègues -, il faut convenir que la situation des études et de la recherche féministes apparaît, encore aujourd’hui, relativement précaire, sinon menacée, au sein d’un champ scientifique toujours enraciné dans son "objectivité" androcentriste et "pressé" de passer à autre chose, à d’autres problématiques.

Dans une telle conjoncture, nous devons prendre conscience que la situation institutionnelle des études féministes en demeure une :

- de sous-financement, de sous-représentation des femmes au sein du corps professoral des universités, surtout depuis le départ d’une première génération de professeures féministes ;
- de blocage - ou de recul - au niveau de larges secteurs d’enseignement et de recherche, et
- de difficultés à assurer une relève dans des conditions intellectuelles et matérielles avantageuses, alors que des pressions s’exercent sur les jeunes scientifiques féministes pour qu’elles se raccrochent au " mainstream " de leur discipline ou qu’un nombre encore trop grand de nos collègues femmes refusent à s’affirmer, individuellement et collectivement, en tant que féministes, voire même en tant que femmes dans l’univers scientifique.

Aussi, faut-il concevoir de ce point de vue que l’avenir de la recherche féministe passe par sa capacité à s’extraire de la périphérie, de la marge du champ scientifique pour convaincre de sa légitimité et de la compatibilité de ses approches théoriques et méthodologiques avec l’esprit scientifique. Peu de nos travaux ont réussi à contaminer les pensées du " mainstream " et pourtant la survie des études féministes et leur efficacité intellectuelle et sociale dans l’avenir en dépendent.

L’idée que je soutiens ici est que les analyses féministes doivent parvenir à interpeller plus directement et plus systématiquement les différents modèles ou univers disciplinaires dans lesquels elles s’inscrivent - et non simplement s’interpeller entre elles - de manière à intensifier le dialogue avec les théories dominantes et les forcer à intégrer les perspectives, analyses critiques et questionnements féministes dans leur corpus de connaissances. L’enjeu devient donc ici de participer à la reconstruction de nouvelles connaissances et d’imposer, du point de vue des femmes et de leur quotidienneté, une alternative au sexisme des sciences de l’Homme.

Si je déplace maintenant mon regard vers l’avenir éthique, théorique et analytique des études féministes, la diversification des voies de questionnement, des ancrages théoriques et des thématiques qu’elles prennent en charge m’apparaît comme une autre stratégie essentielle pour interpeller les connaissances dominantes et faire reconnaître la légitimité et l’intérêt intrinsèque de la participation des femmes au monde des idées et de la création.

Cela étant, il ne fait donc aucun doute, à mes yeux, et je l’ai déjà affirmé à moult reprises et sur plusieurs tribunes, que le premier enjeu que doit rencontrer la production féministe, pour assurer sa vitalité et sa pertinence, est de conserver, en dépit d’un climat social rébarbatif à une telle orientation, le caractère subversif qui est à l’origine même de son émergence tant et aussi longtemps du moins que les mécanismes de discrimination, de marginalisation ou d’exclusion des femmes, qui ont constitué leur premier objet d’investigation et de critique, n’auront pas totalement disparus.

En effet, il m’apparaît que la consolidation des études féministes comme champ multidisciplinaire de recherche et problématique de changement est tributaire de cette capacité à maintenir le caractère subversif de leur ancrage dans l’analyse des rapports sociaux de sexe et dans un "Nous femmes", tout en faisant place à une vision plus complexe et actualisée des expériences des femmes, et des écarts qui se creusent entre elles en raison des effets conjugués des facteurs sociaux de division et de hiérarchie (race, sexe, classe, colonialisme, orientation sexuelle, …) qui sont à l’œuvre dans nos sociétés.

De même, sans rejeter pour autant l’idée de s’interroger sur la véritable signification de la féminité, du féminin et des rapports de couple, les études féministes se doivent, et cela revient comme un leitmotiv dans ma réflexion, d’échapper au romantisme d’une re-naturalisation d’un féminin-maternel ou au danger de la résurgence d’une vision qui s’accommode de la hiérarchisation des sexes, de la sexualisation précoce des petites filles et de la contrainte à l’hétérosexualité au nom de la complémentarité entre les hommes et les femmes : de telles tendances étant totalement en contradiction avec la définition des études féministes comprises à la fois comme méthode d’appréhension de la dynamique sociale et pratique sociopolitique de changement.

D’autre part, il m’apparaît que les études féministes doivent continuer à explorer les différentes approches susceptibles de réduire les tensions entre théorie et pratique afin de favoriser l’arrimage de leurs préoccupations aux demandes et aux besoins les plus pressants des femmes. Sous ce rapport, je crois qu’elles doivent se faire les championnes de la recherche en partenariat avec les groupes de femmes et de la recherche action.

Enfin, dans le contexte de dépolitisation - et souvent d’indifférence - qui entoure la question " femmes " en regard de la mondialisation des marchés et de la montée des droites politiques et des fondamentalismes religieux, nous devons nous demander comment " penser " et " dire " la réalité des femmes pour que la question de la discrimination et des injustices à leur égard des femmes ne soit pas constamment secondarisée ou abandonnée, à la première occasion venue, au nom de la productivité et de l’efficacité de discours et d’actions politiques spécifiques.

En l’occurrence, je suis fermement convaincue que tout travail d’analyse entrepris du point de vue des femmes ne pourra adéquatement rendre compte de la dynamique en cause s’il ne fait explicitement référence au patriarcat et à son interaction avec le capitalisme et le racisme. En fait, pour améliorer le potentiel d’analyse des causes structurelles, culturelles, macro-économiques et politiques de l’inégalité entre les sexes et entre les femmes elles-mêmes, il m’apparaît impératif de se concerter pour élaborer un modèle théorique d’interprétation qui tienne compte, d’une part, de l’autonomie du patriarcat comme système social possédant sa propre logique et dynamique - logique et dynamique qui bien entendu se transforment au gré des conjonctures et des espaces géo-politiques dans lesquels il se déploie - D’autre part, ce même modèle doit aussi permettre de nommer et d’analyser l’interdépendance du patriarcat et sa relation symbiotique avec le capitalisme et le racisme dans la reproduction des divisions et des hiérarchies sociales qui autorisent, légitiment l’inégal accès aux ressources et la distribution inéquitable des richesses.

Dès lors, il faut que les études féministes fassent la preuve que penser en soi la mondialisation ou les visées néo-libérales comme phénomène isolé ou dissociable de l’architecture du patriarcat (ou du racisme) obstrue notre compréhension des phénomènes étudiés et mène au développement d’une pensée politique ou de stratégies dont la pertinence et l’efficacité peuvent facilement être mises en doute du point de vue des femmes ou de celui d’autres groupes minorisés.

À contre-courant des tendances à l’individualisme et à la démobilisation politique qui imprègnent actuellement tout le tissu social, je tiens donc à insister sur l’idée que le projet scientifique des études féministe doit à tout prix éviter de se laisser enfermer dans les problématiques du singulier et du particulier, ou encore dans celle d’une essence " féminine " aussi attractive soit-elle, ou encore de se laisser piéger dans une rectitude politique ou un relativisme culturel sclérosant qui aboutit à la banalisation/ acceptation/ gommage de l’oppression spécifique des femmes et de la violence dont elles sont souvent les premières victimes.

Indéniablement, les mises en garde contre les généralisations abusives, les prétentions à une fausse universalité ou encore le maintien d’une fiction homogène du monde des femmes ou d’une nature féminine, mises en garde réitérées à satiété au cours de la dernière décennie par différentes théoriciennes américaines post-modernes ou des féministes dites " d’une troisième vague ", ne peuvent être balayées du revers de la main. Mais, plutôt que de contribuer au sabordement d’une pensée ou d’un projet féministes solidaires, de telles mises en garde devraient surtout nous encourager à la prudence face au potentiel explicatif limité des grands récits et nous inciter à développer des réflexions théoriques mieux situées, moins inféodées aux schèmes explicatifs dominantes et davantage axées sur la solidarité que le consensus.

En résumé, il me semble donc que les études féministes devront parvenir à mieux conceptualiser la complexité des identités et statuts multiples et simultanées des femmes, de même que de la diversité de leurs positions, sans pour autant aboutir à un effritement autodestructeur du potentiel transformateur de la pensée féministe. Pour conserver son dynamisme et son caractère subversif, la recherche féministe devra donc, en pratique, mieux s’appuyer sur l’expérience concrète et relationnel des femmes pour approfondir sa compréhension de ce qui les rassemble, sans méconnaître ce qui les sépare les unes des autres, et les rapprochent ou les différencient également des hommes, dans un système de rapports qui continue d’être façonné par des cultures et des structures de pouvoir patriarcales. Mais ceci étant compris, il nous faut aussi veiller à ce les études féministes ne se prêtent pas à la théorisation du désengagement ou de l’individualisme, aux dépens d’une réflexion théorique qui postule le changement et une mobilisation collective pour renverser les rapports de pouvoir, quelles que soient leur forme et leur nature.

Enfin, au nom de la solidarité féministe, et non nécessairement en pensant à faire le consensus, les études et la recherche féministes devront chercher à sortir de la polarisation des débats qui prévaut actuellement dans différents dossiers tels ceux de la prostitution et/ou travail du sexe, de la parité, de la reconnaissance économique du travail de soins, des nouvelles technologies de la reproduction, de l’homoparentalité, de l’économie sociale, de la mondialisation, alors même que la définition et l’existence même du concept " femme " sont remises en cause par certains courants féministes. En l’occurrence, il nous reste donc à s’interroger sur les nouvelles configurations du discours féministe et les métamorphoses que subissent ses propositions théoriques et stratégiques. Tout comme il nous incombe de faire la preuve, auprès des jeunes intellectuelles, artistes et scientifiques, de la pertinence sociale de la recherche féministe et de la nécessité de maintenir le cap sur une critique systématique et transversale des dynamiques patriarcales, comme logique distincte d’organisation du social, pour faire place à une vision actualisée et plus complexe des expériences vécues par les femmes.

Communication présentée par la professeure Francine Descarries dans le cadre de l’Université féministe d’été 2004, à l’Université Laval.

Féminisme et changement social
Enjeux et défis pour l’action et la recherche féministes
Université Laval, 7-12 juin 2004


Partagez cette page.
Share


Format Noir & Blanc pour mieux imprimer ce texteImprimer ce texte   Nous suivre sur Twitter   Nous suivre sur Facebook
   Commenter cet article plus bas.

Francine Descarries, professeure de sociologie à l’UQAM

Francine Descarries est professeure au département de sociologie de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM) et directrice universitaire de l’Alliance de recherche IREF/Relais-femmes. Membre-fondatrice de l’Institut de recherches et d’études féministes de l’UQAM (IREF), ses travaux de recherche concernent plus particulièrement l’évolution du discours féministe contemporain et du mouvement des femmes québécois, l’économie sociale du point de vue des femmes, de même que les questions relatives au couple, à la maternité, aux trajectoires de carrière des femmes et à l’articulation famille-travail. Auteure, au début des années ’80, d’un des premiers ouvrages québécois sur le travail des femmes, Les cols roses et l’école rose, Francine Descarries vient de co-éditer conjointement avec Christine Corbeil aux Éditions du remue-ménage, un important ouvrage sur la maternité : &Espaces et temps de la maternité). Francine Descarries co-édite actuellement avec Tania Navarro Swain de l’Université de Brasilia la revue électronique féministe Labrys. Parmi ses plus récents écrits, les titres suivants sont reliés de près au thème de la présente séance : Regards sociologiques sur le féminisme contemporain, Québec, Conseil du statut de la femme, 2003 ; " Un féminisme aux multiples voix, un mouvement en actes :le féminisme québécois ", Labrys, études féministes (numéro 1-2, juillet/décembre 2002) ; “The Hegemony of the English Language in the Academy : the Damaging Impact of the Socio-cultural and Linguistic Barriers on the Development of Feminist Sociological Knowledge, Theories and Strategies”(Current sociology, novembre 2003) : " Partenariat féministe … pouvons-nous encore rêver de "changer le monde" " ?, in Huguette Dagenais (dir.), La recherche féministe dans la francophonie. Pluralité et Convergences (Montréal, les Éditions du remue-ménage, 1999, 494-506) ; en collaboration avec Elsa Galerand (dir.), Le féminisme comme lieu pour penser et vivre diversité et solidarité, Cahier de l’Alliance de recherche IREF/Relais-femmes (printemps 2002) ; avec Christine Corbeil, "Femmes, féminisme et économie sociale : la perspective québécoise ", Revue de l’Université de Moncton (2002, vol. 33, nos 1-2).



    Pour afficher en permanence les plus récents titres et le logo de Sisyphe.org sur votre site, visitez la brève À propos de Sisyphe.

© SISYPHE 2002-2004
http://sisyphe.org | Archives | Plan du site | Copyright Sisyphe 2002-2016 | |Retour à la page d'accueil |Admin